Navigation – Plan du site

Texte intégral

Journées Dilthey.

1Les 3-4 décembre 1999 ont eu lieu à la Maison de la Recherche de Lille deux journées de travail consacrées à Wilhelm Dilthey, organisées dans le cadre du réseau thématique « Herméneutique, Mythe et Image », associant les Universités de Bourgogne-Dijon, de Lille 3, l’Université Libre de Bruxelles, les Universités de Lausanne, de Neuchâtel et de Zürich ainsi que l’Institut Catholique de Paris. Organisées par André Laks et Denis Thouard, ces journées se donnaient pour objectif une réflexion sur les apports récents de la recherche diltheyenne et, plus largement, une discussion sur l’articulation diltheyenne entre méthode et herméneutique dans son projet de « sciences de l’esprit ». Quelques exposés ont fourni aux participants les informations susceptibles d’alimenter une réflexion commune, au cours de laquelle on a aussi librement recouru à des textes.

2Frithjof Rodi (Bochum) étant empêché par une grippe, sa présentation synthétique des derniers apports de la recherche diltheyenne depuis une quinzaine d’années a été lue. Rodi présentait les difficultés propres au travail d’édition du Nachlass de Dilthey, ainsi que les choix méthodologiques faits en particulier pour les importants volumes G.S. XVIII-XIX. Retraçant rapidement les différentes phases de l’édition des G.S., il a évoqué l’extension et l’internationalisation de la recherche diltheyenne, la fonction du Dilthey-Jahrbuch et les aspects qui méritent, selon lui, d’être placés au centre de la recherche future.

3Leszek Brogowski (Rennes) a abordé l’esthétique de Dilthey à travers la question du «nouveau», en cherchant à y voir non seulement une herméneutique du passé, mais bien une esthétique de la modernité. Le rôle de l’imagination et de l’interprétation, une conception originale de la temporalité créatrice permettent de replacer le rapport de la liberté à la «vie» dans le contexte théorique tracé par Dilthey. Son interprétation du «Naturalisme» comme esthétique moderne de son temps montre en Dilthey un philosophe de l’art derrière l’historien.

4Jean-Claude Gens (Dijon) a pour sa part reconstitué la discussion entre Dilthey et l’École néokantienne du Sud-Ouest (ou de Bade), dont les représentants principaux sont Wilhelm Windelband et Heinrich Rickert. L’enjeu de cette reconsidération est de suggérer que la distance n’est pas si grande entre l’entreprise de Dilthey et le souci de ces Néokantiens occupés de définir le savoir individuel propre à la culture. On devrait ainsi revenir sur les oppositions que l’historiographie a durcies à partir de Georg Misch et O. F. Bollnow, poussant Dilthey du côté d’une ontologie vitaliste de l’histoire, et accusant excessivement son éloignement des questions de méthode chères aux Néokantiens. Cette lecture, qui comprend Dilthey à partir de l’herméneutique, a été ensuite entérinée, mais pour la critiquer, par Gadamer. Si Dilthey a bien rejeté le projet néokantien d’une fondation du savoir dans l’a priori ainsi que «l’abstraction» du sujet kantien, sa discussion de la question des valeurs, dont il défend l’immanence, se situe bien sur le terrain délimité par Lotze et Windelband. Quand Rickert le prend pour cible en 1926, c’est en fait en tant que simple historien, en l’exceptant des reproches qu’il adresse aux «philosophies de la vie» comme Nietzsche ou Spengler. La discussion n’a pas lieu entre eux, en partie en raison du recouvrement de l’intention philosophique de Dilthey par son œuvre historique.

5Wioletta Miskiewicz (CNRS Paris) a pour sa part situé la question des enjeux du rapport entre Dilthey et Husserl sur des bases vraiment neuves, en réévaluant en particulier le rôle méconnu ou caricaturé de la «psychologie descriptive» de Dilthey, dont elle a montré la proximité (non reconnue) avec les exigences phénoménologiques de Husserl. Tous deux auraient eu l’ambition d’une psychologie transcendantale du savoir, éloignée de la métaphysique de l’immanence souvent prêtée à Dilthey. Mais la célèbre critique d’Ebbinghaus (1883) a eu pour effet d’inhiber largement cet aspect des recherches de Dilthey. Opérant un rapprochement avec la problématique des sciences cognitives, W. Miskiewicz a posé fortement la communauté de problèmes qui a hanté les deux penseurs.

6Ces contributions, qui permettent de situer la pertinence continuée de la pensée de Dilthey un siècle après, conduiront normalement à une publication. Le travail collectif de lecture et d’élucidation, auquel prenaient part cette fois également F. Blaise, C. Berner, P. Michon, W. Feuerhahn, sera poursuivi autour de la lecture et de la traduction de textes diltheyens.

Les enjeux théoriques des débats sur la formule homérique (Université de Lille 3, Maison de la Recherche, 3-6 avril 2000).

7À l’initiative de Georges-Jean Pinault et Philippe Rousseau, un colloque regroupant des chercheurs venus d’Allemagne, de Belgique, du Canada, des États-Unis, d’Italie, de Russie, de Suisse et de différentes universités françaises, s’est tenu à l’université de Lille III du 3 au 6 avril 2000 sur le sujet « Enjeux théoriques des débats sur la formule homérique ». Le but de cette réunion n’était pas d’ajouter de nouvelles pièces à l’édifice ample des théories de l’oralité mais de revenir sur l’histoire (et la « préhistoire ») de la discussion et d’en éclairer les aspects philosophiques, épistémologiques, anthropologiques, linguistiques, esthétiques et poétologiques. Les travaux du colloque fourniront la matière d’un livre qui sera publié par les Presses Universitaires du Septentrion dans le courant de l’année 2001.

Programme

8–Marc Dominicy (Bruxelles, ULB) : « La formule selon Parry et ses successeurs –une étude épistémologique ».

9–John Miles Foley (Missouri) : « The Formula and its Traditional Implications ».

10–Egbert Bakker (Montréal) : « Les formules nom-épithète ».

11–Ahuvia Kahane (Northwestern Univ.) : « Formula, Ideology, Theory ».

12–Georges-Jean Pinault (EPHE Paris, UMR 8519) : « Théories de la formule: diachronie et synchronie ».

13–Joshua T. Katz (Princeton) : « The Indo-European Background of Homeric formula ».

14–Charles de Lamberterie (Paris IV) : « Étymologie et formulaire : à propos de la fin de vers He kai ouki ».

15–Françoise Letoublon (Grenoble 3) : « Comparaisons et métaphores homériques : formulaire traditionnel ou art poétique ? »

16–Patrick Guelpa (Lille 3) : « Épithètes homériques et kenningar nordiques ».

17–Olav Hackstein (Halle) : « On the Question of Mycenaean Sound Patterns in Vocabulary and Formulae of the Early Greek Epic ».

18–Michael Meier-Brügger (Berlin) : « Leumann, Risch et le Lexikon des frühgriechischen Epos ».

19–David Bouvier (Lausanne) : « Quand le concept de formule devient un obstacle épistémologique ».

20–Isabelle Kalinowski (CNRS, UMR 8519) : « La notion de Kunstsprache et la question des ‘précurseurs’ allemands de Milman Parry (Hermann, Ellendt, Düntzer, Witte) ».

21–Jean Bollack (Lille 3, UMR 8519) : « Questions de poétique autour de la notion de formule ».

22–Vincenzo Di Benedetto (Pise) : « Riusi nell’ Odissea : problemi teorici ».

23–Mihai Nasta (Bruxelles, ULB) : «La formularité ‘canonique’ et l’interface avec les traditions littéraires : de l’Iliade aux Nostoi ».

24–Denis Thouard (CNRS, UMR 8519) : « Le lieu de la formule. Le contexte poétologique des découvertes de Parry à Paris ».

25–Philippe Rousseau (Lille 3, UMR 8519) : « Théories de la formule et interprétation des textes : la question du sens ».

26–Martin Steinrück (Neuchâtel) : « Le rôle de l’épopée tardive dans la théorie de la formule orale ».

27–Yuri Kleiner (St. Petersburg) : « Formula : ambiguities and possibilities ».

Philodème et Lucrèce : l’épicurisme et la culture littéraire à Rome au ier siècle avant notre ère (Université de Lille 3, 28-30 septembre 20001.

28Le colloque organisé à Lille du 28 au 30 septembre 2000 en l’honneur de Mayotte Bollack, professeur émérite à l’Université de Lille 3, qui a consacré une part considérable de son travail de recherche à l’épicurisme, a regroupé des chercheurs français et étrangers autour d’un sujet de réflexion qui réunit dans une même problématique deux écrivains épicuriens de la Rome du Ie siècle avant notre ère, Lucrèce et Philodème. L’un a laissé un poème en langue latine, l’autre des épigrammes en langue grecque, des traités de philosophie, de rhétorique, de poétique. Il s’agissait d’éclairer le projet culturel et les rapports que deux pratiques de l’épicurisme entretiennent à l’égard des institutions, de la culture et de l’objet poétique.

29Le colloque a voulu être un lieu de discussions et d’échanges sur les textes; c’est pourquoi on a aussi donné la parole à des répondants chargés de porter un regard autre sur le sujet et de l’ouvrir à la discussion.

30Le colloque a étudié l’insertion dans la culture romaine, fortement marquée par la rhétorique judiciaire et tournée vers les arts de la parole, d’une orientation qui prétend la combattre. Quels sont les rapports réels qu’entretient avec les milieux cultivés et réceptifs de Rome un enseignement qui, à première vue, lui est en tous points étranger ? Quel est le rôle joué dans la place de plus en plus grande que prend la culture à Rome et dans sa diffusion par la formation principalement littéraire et philosophique que supposent à la fois l’entreprise de Lucrèce et les cours de Philodème ? Telles sont les questions auxquelles on a essayé de répondre.

31Deux demi-journées ont été consacrées à un travail d’atelier sur quelques textes tirés des livres Des Poèmes et La Rhétorique de Philodème ainsi que sur des passages du De la nature de Lucrèce. La formation rhétorique et le caractère particulier de l’enseignement dispensé par les Épicuriens à Rome au Ie siècle avant notre ère ont été la matière principale du débat.

Programme

32–Marcello Gigante : « Philodème entre Catulle et Lucrèce ».

33Le cadre culturel

34–Graziano Arrighetti : « L’épicurisme de Philodème et de Lucrèce face à la culture de l’Hellénisme. Quelques problèmes ». Réponse de J. Fabre-Serris.

35–Mario Capasso : « Filodemo e Lucrezio : due intellettuali nel patriai tempus iniquum ». Réponse de D. Delattre.

36Michael Erler : « Exempla amoris. The epicurean epilogismos as philosophical background of Lucretius’ Diatribe against love ». Réponse de M. Bollack.

37Lectures de textes, ateliers

381. Lucrèce :

39–J. Kany-Turpin : livre V, 165-186, 432-470, et Diogène d’Œnoanda, fr. 20 Smith.

402. Philodème :

41–Jürgen Hammerstaedt Po V, col. xxv 2 –> xxvi 25 Mangoni

42–A. Monet : Po V, col. xxvi 25 –> xxviii 12

43Le projet poétique de Lucrèce

44–Luciano Canfora : « La première réception de Lucrèce ». Réponse de C. Lévy.

45–Alessandro Schiesaro : « Politics, Rhetoric and Didaxis in Lucretius ».

46–Alain Gigandet: « Éthique et poétique chez Lucrèce : modèles et ruptures ». Réponse de C. Auvray-Assayas.

47Les sujets de la critique littéraire chez Philodème

48–James Porter : « Writing the Void : Lucretius and his Epicurean Context ». Réponse de Jean Bollack.

49–David Blan  : « Nausiphane : nouvelles lectures du livre VII de la Rhétorique de Philodème ».

Qu’est-ce que la philosophie Présocratique ? (Maison de la Recherche, Université de Lille 3, , 2-4 Octobre 2000).

50Responsable : André Laks ; Secrétaire scientifique : Claire Louguet.

51Il n’existe à ce jour aucun cadre où les spécialistes internationaux de la pensée grecque archaïque puissent, à intervalle régulier, faire le point sur l’évolution des recherches dans le domaine et discuter de leurs projet, comme c’est le cas pour les autres grandes secteurs de la philosophie ancienne (Symposium Platonicum pour Platon, Symposium Aristotelicum pour Aristote, Symposium Hellenisticum pour la philosophie hellénistique, qui se réunissent tous les trois ans et donnent lieu à la publication d’actes).

52Le colloque du mois d’Octobre se voudrait le premier d’une nouvelle série –un Symposium Presocraticum.

53L’Université de Lille, qui a été, au cours de ces trente dernières années, un des hauts lieux de la recherche internationale en matière de philosophie présocratique, notamment grâce à l’impulsion donnée par Jean Bollack dans les années 1970, est le lieu naturel pour le lancement d’un tel projet. Le soutien très vif qu’a reçu le projet de la part des participants pressentis, au nombre desquels figurent les meilleurs spécialistes du moment, confirme l’opportunité d’une telle réunion.

54Ce colloque se concentre sur l’objet «présocratique». Il s’agit d’abord de retracer l’« invention des Présocratiques », puisqu’aussi bien les Présocratiques sont un phénomène récent, si l’on se laisse guider par le mot (dont la première occurrence connue remonte à 1788), et dont le destin scientifique est inséparable, entre les années 1870 et 1930, d’enjeux culturels très largement liés au nom de Nietszche. Il s’agit aussi de réfléchir à la spécificité de l’objet «présocratique» au sein de l’historiographie de la philosophie, puisqu’il engage, entre autres, une réflexion sur les origines, une théorie du mythe, une conception de la différenciation intellectuelle et sociale des pratiques et des disciplines.

55Sans exclure les contributions de premier degré, portant sur les auteurs, les sources, ou les problèmes classiques de l’exégèse, l’accent est donc mis sur les questions de second ordre, relatives aux pratiques historiographiques, aux concepts et aux présupposés mis en œuvre par l’interprétation, l’histoire de la réception, les enjeux intellectuels et esthétiques, disciplinaires, voire politiques, qui ont été et restent liés à l’étude des « présocratiques ». C’est aussi pourquoi des historiens et des anthropologues ont été invités, à côté des spécialistes au sens plus étroit du terme, philologues ou philosophes.

56Le principe du colloque est de laisser la place la plus large possible à la discussion. Le texte des communications, y compris celles qui feront l’objet d’une communication orale, aura circulé parmi tous les participants suffisamment à l’avance pour que la connaissance en soit présupposée. Les exposés oraux auront donc pour but de lancer le débat par une présentation focalisée plutôt que de développer le détail d’une argumentation.

Programme

57(1) Le statut des Présocratiques I

58–Patricia Curd : « The Presocratics as Philosophers ».

59–Laura Gemelli : « Le contexte culturel des Présocratiques : adversaires et destinataires ».

60–Carl Huffman : « Polyclitus and the Presocratics ».

61–Leonid Zhmud : « History of Presocratic Philosophy : Aristotle, Theophrastus, Diels and Beyond »

62–Geoffrey Lloyd : « Genre, modes de communication, comparaisons et influences ».

63–Francesco Fronterotta et Barbara Stiegler : « Nietzsche lecteur des Préplatoniciens ».

64–Maria Michela Sassi : « La nascita della filosofia dallo spirito della tradizione ».

65–André Laks : « ‘Philosophes présocratiques’. Remarques sur la construction d’une catégorie de l’historiographie philosophique ».

66(2) La réception antique

67–Richard McKirahan : « Zeno’s Dichotomy in Aristotle ».

68–Clara Auvray-Assayas : « Interprétation cicéronienne des Présocratiques» .

69–Oliver Primavesi : « Lectures antiques et byzantines d’Empédocle (de Zénon à Tzetzes) et leur influence sur les lectures modernes ».

70(3) Mouvements et auteurs

71Orphisme

72–Alberto Bernabe : « Orphisme et Présocratiques : bilan et perspectives d’un dialogue complexe ».

73–Francesco Casadesus : « Paralelismos entre el Papiro de Derveni y la filosofía de Heráclito ».

74Héraclite

75–Mantas Adomenas : « The fluctuating Fortunes of Heraclitus in Plato ».

76–Martina Stemich : « Heraclitus and Parmenides : a new proposal ».

77Xénophane

78–Emese Mogyorodi : «Xenophanes’ Scepticism ».

79–Alexander Mourelatos : « Earth and Stars in the Cosmology of Xenophanes ».

80Parménide

81–Daniel Graham : « Parmenides’ Scientific Discovery ».

82–Dmitri Panchenko : « Parménide B 8, 9-10 DK ».

83Démocrite

84–Walter Leszl : « Problèmes soulevés par l’édition et la traduction de Démocrite ». Comparaison avec d’autres Présocratiques».

85–Pierre-Marie Morel : «Démocrite dans les Parva Naturalia d’Aristote ».

86–David Sider : « Democritus on the Weather ».

Le moment 1900 en philosophie (Maison de la Recherche, Université de Lille 3-Université des Sciences et Technologies de Lille, USTL, 18-21 octobre 2000.

87Colloque organisé par le Centre Eric Weil (Université de Lille 3) et l’UMR « Savoirs et textes », avec le concours du Centre d’études des arts du XXe siècle (Université de Lille 3) et de l’USTL.

88Organisateur : Frédéric Worms

89« 1900 », ce n’est pas seulement en philosophie une série de figures ou d’œuvres qui sont autant de commencements majeurs : Freud et L’Interprétation du rêve, Husserl et les Recherches logiques, Bergson qui publie Le Rire, Russell qui publiera bientôt avec Whitehead les Principia Mathematica, Durkheim, sans parler de la politique, des sciences et des arts.

90« 1900 » ou plutôt la période située entre 1890 et 1914, c’est surtout ce bref « moment » où, entre ces auteurs dont les doctrines vont bientôt diverger et même s’opposer pour donner lieu aux diverses traditions du XXe siècle, se partage encore un ensemble de problèmes communs et se tisse un réseau intellectuel et institutionnel.

91Quelles sont les relations aujourd’hui recouvertes entre les problèmes rencontrés par Husserl et Freud, Russell et Bergson, Durkheim et Jaurès ? Qu’est-ce qui permet alors à la philosophie de prendre une telle dimension sur une scène européenne et internationale, ainsi que de s’ouvrir à la science ou la littérature, l’esthétique et la politique ?

92Le but du colloque organisé en octobre 2000 à Lille est justement de répondre à ces questions, et donc de faire resurgir la diversité et l’unité de ce bref moment, sans doute brisé dès 1914. Il s’agit aussi de rendre compte du renouveau récent des études sur cette période, longtemps effacée derrière ses propres fruits, renouveau sans doute lié à l’état présent des recherches philosophiques, cent ans plus tard, aujourd’hui.

Programme

93I. Bergson, le bergsonisme et la métaphysique

94–« Bergson et ses contemporains », F. Worms (Lille 3, Centre Eric Weil)

95–« Blondel, Brunschvicg, Alain », B. Saint-Sernin (Paris IV)

96II. Husserl, la phénoménologie et la théorie de la connaissance

97–« Husserl, Frege, Russell : petit bilan sur les théories de la référence au début du XXe siècle », J. Benoist (Paris I)

98–« Le problème du continu temporel », J.-M. Salanskis (Paris X)

99–Table ronde sur la philosophie en France en 1900: F. Keck (Lille 3, sur Lévy-Bruhl), L. Fédi (sur Renouvier), autres intervenants.

100III. Russell, les mathématiques et la philosophie analytique

101–« Un Congrès de logique : questions ouvertes », C. Imbert (ENS)

102–« Russell, Frege, Whitehead, sur l’inachèvement du langage », A. Benmakhlouf (Paris X)

103–« Husserl et Hilbert », F. de Gandt (Lille 3, UMR « Savoirs et textes »)

104IV. Tables rondes sur le moment scientifique en 1900 coordonnées par B. Joly (Lille 3, UMR «Savoirs et textes»)

105–Physique et sciences de la nature : avec A. Barnerousse (CNRS), R. Locqueneux (Lille 1, UMR « Savoirs et textes »), N. de Courtenay (CNRS), A. Brenner (Toulouse), B. Bensaude-Vincent (Paris X)

106–Biologie et psychologie : avec C. Debru (CNRS) : « Bergson, James et la neuropsychologie »; J.C Dupont (Amiens), C. Galperin (Lille 3, UMR « Savoirs et textes »), P. Hum (Lille).

107V. Durkheim, Freud et les sciences de l’homme

108–« Droit et responsabilité de Durkheim à Fauconnet », B. Karsenti (Paris I)

109–« Weber, Dilthey, philosophies de la vie et sciences de l’esprit », D. Thouard (CNRS, UMR « Savoirs et textes »)

110–« La Traumdeutung, solution au problème de la psychopathologie en 1900 ? », P.-H. Castel (CNRS)

111–« Saussure et ses contemporains », J.-C. Milner (Paris VII)

112VI.Tables rondes d’esthétique, coordonnées par C. Kintzler, A. Boissière, Ph. Sabot

113–littérature : Ph. Sabot (Lille 3, UMR « Savoirs et textes »), A. Simon (sur Proust), F. Lenne (sur Péguy), I. Kalinowski (CNRS, UMR « Savoirs et textes »)

114–musique, danse : J.M. Nectoux (Paris), J. Caullier (Lille 3), A. Soulez (Paris VIII), F. Benet (Lille 3)

115–le japonisme (P. Trotignon, Lille 3, Centre Eric Weil)

116VII. Jaurès, le socialisme, morale et politique

117–« Jaurès et ses contemporains », L. Bescond (Lille 3, Centre Eric Weil)

118–« L’influence nietzschéenne dans les socialismes français et allemand autour de 1900 », M. Crépon (CNRS)

119VIII. Le moment institutionnel de la philosophie en 1900

120–« La Société française de philosophie », B. Bourgeois (Paris I)

121–« La philosophie et ses institutions », P. Macherey (Lille 3, UMR « Savoirs et textes »)

Journée d’étude « Philosophie et évolution » (Lille, 25 octobre 2001)

122Responsable : Charles Galperin.

123Les travaux, souvent remarquables, sont nombreux sur l’histoire, les prolongements, les corrections qui marquent la pensée darwinienne dans les sciences de la vie. L’étude épistémologique de l’évolution darwinienne est d’autant plus animée que l’histoire lui assigne dans les sciences les lieux de sa propre transformation. L’évolution aujourd’hui se présente sous des jours inattendus : la conservation de systèmes géniques de la mouche à l’homme, la notion d’un «plan d’organisation» de l’animal, pour ne citer qu’un indice, suggèrent des synthèses renouvelées, comme toujours dans les sciences.

124En accueillant ces données nous aimerions montrer le lien profond entre la philosophie du vivant et l’évolution. Les théories, les constructions évolutionnistes renouvellent les questions philosophiques qui, elles-mêmes, interrogent l’élaboration proprement scientifique. C’est ainsi que nous proposerons les thèmes suivants (les titres seront précisés ultérieurement) :

125« Les conditions de l’histoire ou Antoine-Augustin Cournot et Charles Darwin » par Bertrand Saint-Sernin (Université de Paris-Sorbonne);

126–« Ludwig Boltzmann et ‘le siècle d’une conception mécanique de la Nature, le siècle de Darwin », par Jacques Bouveresse;

127« Henri Bergson et l’évolution » par Frédéric Worms (Université de Lille 3).

128En allant plus avant dans le XXe siècle, Jean Gayon (Université Denis Diderot-Paris 7) rendra compte de l’œuvre d’Ernst Mayr, naturaliste, théoricien et penseur. Nous discuterons enfin avec deux hommes de science. Jean-Pierre Changeux (Collège de France) nous parlera de l’évolution vue aujourd’hui par la neurobiologie, et Denis Duboule (Université de Genève) nous montrera comment se dessine une nouvelle synthèse et rendra hommage à François Jacob.

Haut de page

Notes

1 En raison du calendrier imposé pour la composition de la revue, les colloques présentés ci-dessous n’avaient pas encore eu lieu lors de la rédaction de ces annonces. Leur programme définitif peut donc présenter de légères modifications.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Colloques », Methodos [En ligne], 1 | 2001, mis en ligne le 02 avril 2004, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://methodos.revues.org/58 ; DOI : 10.4000/methodos.58

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • Revues.org