Navigation – Plan du site
Analyses et interprétations

Fiction et typification

Contribution à une approche théorique de la transmission de l’expérience
Nathalie Zaccaï-Reyners

Résumés

Par quelles voies les acquis cognitifs de l’expérience sont-ils mobilisés par ego dans la suite de ses actions, et sont-ils transmis à autrui ? Contrairement à la phénoménologie sociale d’Alfred Schütz dans le cadre de laquelle ces questions sont renvoyées à des processus de généralisation et de stabilisation pensés sous le prisme de la typification sociale, la théorie des fictions élaborée par Jean-Marie Schaeffer appréhende la modélisation de l’expérience vécue à partir des spécificités d’une forme proprement ludique d’expérience. Les blocages décrits par Schütz lorsqu’il envisage les situations exemplaires de l’étranger ou du soldat revenant du front y trouvent un nouvel éclairage.

Haut de page

Texte intégral

La question primordiale n’est pas celle des relations que la fiction entretient avec la réalité ;
il s’agit plutôt de voir comment elle opère dans la réalité, c’est-à-dire dans nos vies.
(Schaeffer, 212)

  • 1  J.-M. Schaeffer, Pourquoi la fiction ?, Paris, Éd. du Seuil, « Poétique », 1999.

1Dans « Pourquoi la fiction ? »1, Jean-Marie Schaeffer, philosophe et théoricien de l’esthétique, élabore une théorie cognitive et pragmatique des productions fictionnelles au sens large, couvrant l’ensemble des arts mimétiques. Son propos passe par une élucidation de la genèse et des caractéristiques de ce qu’il appelle la « compétence fictionnelle » de l’humanité, explicitation qui s’appuie sur de nombreux travaux contemporains tant en philosophie du langage qu’en psychologie cognitive.

  • 2  Voir A. Schütz, Der sinnhafte Aufbau der sozialen Welt, Vienne, Julius Springer, 1932 ; trad. G. W (...)

2Alfred Schütz2 (1899-1959), juriste et théoricien des sciences sociales, mobilisa les ressources de la phénoménologie transcendantale husserlienne pour élaborer une phénoménologie sociale, description fine des états de conscience caractéristiques de la vie quotidienne, de leur structure et de leurs processus dynamiques d’engendrement et de transformation. Ce faisant Schütz a développé une théorie de l’édification, de la stabilisation et de la transmission des significations sociales au cœur de laquelle les processus de typification jouent un rôle pivot.

3Chacune de ces approches apporte un éclairage spécifique sur la façon dont les acquis cognitifs de l’expérience vécue sont mobilisables par ego dans la suite de ses actions, et sur la façon dont ils sont éventuellement transmissibles à autrui. Dans le présent article notre propos visera à mettre en regard la fiction et la typification telles qu’elles ont été théorisées dans ces deux cadres distincts, celui de la théorie des fictions élaborée par Jean-Marie Schaeffer et celui de la phénoménologie sociale développée par Alfred Schütz. Nous tenterons ensuite de montrer que la théorie des fictions permet de complexifier la compréhension de phénomènes que Schütz renvoie aux processus de typification sociale. La prise en compte d’une forme d’expérience proprement ludique éclaire à notre sens certains rouages de la modélisation de l’expérience vécue. Ce travail d’élucidation porte en particulier sur les réquisits du formatage que doit connaître l’expérience pour être susceptible d’être réactualisée pour ego comme pour autrui, et pour comprendre la façon dont son contenu cognitif et émotionnel peut éventuellement être transmis de la sorte. Après un rappel des points saillants de la théorie des fictions et de la théorie des typifications, nous examinerons les situations exemplaires de l’étranger et du revenant (the homecomer) étudiées par Schütz. Les échecs de l’appropriation et de la transmission des soubassements de l’expérience commune décrits dans le très beau texte sur l’étranger exhibent à contrario les réquisits d’une communication réussie. De même, la situation du soldat revenant du front révèle les difficultés tragiques éprouvées dans l’ajustement des attentes réciproques entre des personnes pourtant si familières, ajustement cependant nécessaire à la poursuite de l’interaction entre les proches un temps séparés. Au vu de ces configurations typiques, nous tenterons de montrer en quoi la théorie des fictions permet de reconsidérer la lecture que Schütz propose de ces phénomènes en référence aux processus de typification sociale.

I. La fiction selon Schaeffer

4Dans l’ouvrage majeur qu’il lui a consacré, Jean-Marie Schaeffer présente la fiction comme une compétence humaine universelle, bâtie sur une série d’acquis de l’évolution de l’espèce humaine. Il s’agirait d’une compétence émergente et, en ce sens, irréductible à ses divers composants, compétence dont l’usage présuppose la maîtrise et la combinaison des trois relations mimétiques suivantes :

5l’immersion mimétique − mécanisme qui permet de générer des représentations mimétiques en appui sur des leurres ; l’immersion mimétique repose sur la capacité decompter quelque chose « comme » autre chose ;

6la feintise ludique partagée − mécanisme qui, de par la présence de marqueurs pragmatiques, permet de distinguer la situation d’immersion fictionnelle de celles de l’immersion réelle ou mensongère ; l’entrée dans une situation de feintise ludique partagée s’appuie sur la capacité proprement ludique de faire conjointement « comme si ».

7la modélisation analogique − relation qui caractérise les produits de l’immersion fictionnelle par rapport à d’autres types de produits mimétiques. La modélisation analogique requiert la capacité d’identifier des isomorphismes de second degré.

8La combinaison de ces trois compétences a notamment pour effet d’induire, chez le créateur comme chez le destinataire de fictions, une attitude mentale spécifique qui se manifeste par un découplage entre les représentations activées et les croyances qui en découlent. Ce découplage est caractéristique de l’immersion proprement fictionnelle. Quelques mots à présent de ces différentes relations mimétiques, constitutives de l’expérience fictionnelle selon Schaeffer.

L’immersion mimétique : le processus fictionnel et ses amorces

  • 3  Voir Schaeffer : « je doute que la notion d’identification (fût-ce sous la forme de l’auto-identif (...)
  • 4  Voir sur ce point les contributions de John Searle, auquel se réfère J.-M. Schaeffer, en particuli (...)

9L’accès à des univers fictionnels requiert la capacité de s’immerger dans des représentations qui ont pour caractéristique principale de ne pas être directement causées par leurs référents. Ainsi lorsque j’ouvre Les trois mousquetaires d’Alexandre Dumas, lorsque j’en entreprends la lecture, je suis projetée dans un temps et un espace peuplés d’êtres et de choses bien lointains de mon ancrage actuel. Des chevaliers s’emballent, des valets se démènent, des conspirations sont déjouées… Les référents des représentations qui m’habitent pendant l’acte de lecture ne sont pas directement disponibles dans ma situation présente. Assise et plongée dans la lecture du livre, aucun cheval ne piaffe à mes côtés, point de Portos, d’Aramis ou d’Athos autour de la table, ni de complot cardinal chuchoté derrière la porte... Ceux-ci me sont toutefois médiatement accessibles, en appui sur des leurres − les mots et les phrases imprimés, le style littéraire de Dumas − qui les « représentent ». Ou plutôt ces leurres sollicitent en mon chef une activité de représentation conforme, en un sens encore à élucider, à celle qui aurait été le cas en présence des référents originaux3. Tel est le premier mécanisme mimétique mobilisé par la fiction selon Schaeffer, processus mimétique qui fait en sorte que les leurres sont comptés comme les référents absents4.

La situation de feintise ludique partagée : le cadre fictionnel et sa détermination pragmatique

  • 5  J.-M. Schaeffer, op. cit., p. 162.
  • 6  Voir la démonstration éclairante de Schaeffer à partir de canulars, de fausses biographies, etc. ((...)

10Toutefois, l’immersion fictionnelle utilise les leurres d’une façon qui lui est propre, usage qui renvoie au second mécanisme analysé par Schaeffer, celui du découplage entre les données représentationnelles suscitées par les leurres, d’une part, et le traitement conscient de ces données d’autre part. C’est cette disjonction qui explique que l’immersion mimétique peut opérer alors même que ses effets pratiques sont en partie neutralisés : le spectateur ne réagit pas à la déclaration de guerre qu’il découvre dans son feuilleton, etc. Pour que ce découplage soit effectif, pour que les spectateurs ne fuient pas la salle de théâtre en apercevant les acteurs jouant les « méchants » monter sur scène, la fiction se doit de s’annoncer : « la fonction de cette annonce étant d’instituer le cadre pragmatique qui délimite l’espace de jeu à l’intérieur duquel le simulacre peut opérer sans que les représentations induites par les mimèmes ne soient traitées de la même manière que le seraient les représentations « réelles » mimées par le dispositif fictionnel. Selon le contexte culturel et le type de fiction, cette annonce est plus ou moins explicite »5. Cet effet d’annonce passe par l’usage de différents indices qui ont pour fonction de contextualiser ou d’enchâsser les représentations activées dans le cadre déterminé du jeu. La fiction se déploie donc comme telle dans une situation qui, à l’aide de marqueurs spécifiques, culturellement déterminés, se présente explicitement comme fictionnelle6.

  • 7  A. Dumas, Les Trois mousquetaires, Paris, Le Livre de Poche, 1995, p. 53.
  • 8 Ibid., pp. 53-54.

11Les trois mousquetaires peut encore nous servir d’exemple sur ce point. La narration y est précédée d’une « Préface » de Dumas dont la lecture sème quelque peu le trouble quant aux sources du récit, imaginaires ou historiques ? L’auteur prétend en effet avoir découvert un manuscrit « complètement inconnu » avec l’aide de son ami Paulin Paris − dont il précise qu’il est « historien » −, texte intitulé « Mémoires de M. le Comte de La Fère, concernant quelques-uns des événements qui se passèrent en France vers la fin du règne du roi Louis XIII et le commencement du règne du roi Louis XIV. ». Dumas ajoute encore quelque piment à son accroche en spécifiant qu’il s’agit d’« un manuscrit in-folio, coté sous le n°4772 ou 4773, nous ne nous le rappelons plus bien »7… Le récit que la préface nous invite à lire serait en définitive « la première partie de ce précieux manuscrit ». Ces propos qui laissent penser que le lecteur est en passe d’entrer dans la lecture d’un témoignage authentique sont cependant contrebalancés par un certain nombre d’autres éléments, qui agissent comme de véritables marqueurs fictionnels. Ainsi la chute de la Préface ajoute comme en clin d’œil : « En attendant, comme le parrain est un second père, nous invitons le lecteur à s’en prendre à nous, et non au Comte de La Fère, de son plaisir et de son ennui. Cela posé, passons à notre histoire. »8 Au terme de cette Préface, le lecteur est donc invité à considérer les faits rapportés comme transmis par un témoin direct de l’époque, tandis que le style narratif reviendrait au travail propre de Dumas. L’ouvrage n’est ni une relation historique ni un récit imaginaire. On voit là à l’œuvre toute la maîtrise des techniques fictionnelles, exploitant jusqu’à la limite ce que l’impression de véridicité peut ajouter à la réception du récit tout en s’assurant que le lecteur note bien qu’il ait affaire à une fiction.

  • 9  Voir J.-M. Schaeffer, op. cit., p. 153 s.

12Le type d’édition, l’identité de l’auteur, la préface, le style narratif, autant d’éléments qui indiquent au lecteur qu’il entre dans une fiction. Cela ne signifie toutefois pas pour Schaeffer que le récit lui-même mobilise des représentations spécifiquement fictionnelles, qui seraient différentes des représentations forgées à la lecture d’un récit historique. L’une des thèses fortes de Schaeffer consiste en effet à poser l’unicité des structures représentationnelles9, quel qu’en soit l’usage. La nature fictionnelle des représentations ne se révèlerait pas dans leur forme ou leur contenu propres, elle serait en revanche indexée à la présence des marqueurs contextuels qui indiquent le genre de discours auquel le lecteur a affaire et, partant, l’attitude cognitive adéquate à la réception du texte ou de la performance.

  • 10  « Dès lors qu’un mimème induit de fausses croyances, dès lors que notre conscience elle-même est l (...)
  • 11  J.-M. Schaeffer : « le point crucial dans la distinction entre situation fictionnelle et croyances (...)

13Toutefois, ce n’est pas parce que le processus d’immersion est de nature ludique qu’il n’est pas susceptible d’actualiser et de générer des compétences et des connaissances. Les C’est donc par l’instauration du cadre pragmatique de la feintise ludique partagée que les amorces mimétiques prennent un sens particulier. Elles ont beau imiter les modalités selon lesquelles nous accédons naturellement au réel, l’immersion suscitée par leur activation artificielle aura le statut ludique du « comme si », qui signifie que l’immersion est fictive. C’est bien d’un point de vue pragmatique que la fiction se distingue du mensonge selon Schaeffer : alors qu’ils utilisent les mêmes moyens − l’activation de leurres nécessaires à l’immersion mimétique −, le mensonge trompe le destinataire sur la nature « mimétique » des leurres activés10 tandis que la feintise ludique requiert la proclamation explicite de leur statut de « semblants ». Les marqueurs conventionnels de feintise ludique sont donc déterminants pour la caractérisation fictionnelle des représentations induites par des leurres en ce qu’ils inscrivent la performance dans une situation de « feintise ludique » − les représentations s’appuient sur des leurres et comptent « pour de faux » − et « partagée » − le producteur comme le récepteur sont au fait du caractère fictif de l’activité en cours11.

14Toutefois, ce n’est pas parce que le processus d’immersion est de nature ludique qu’il n’est pas susceptible d’actualiser et de générer des compétences et des connaissances. Les produits de l’immersion fictionnelle sont eux aussi soutenus par un mécanisme de nature mimétique qu’il convient d’expliciter.

La modélisation analogique : le produit de l’expérience fictionnelle et son statut hypothétique

  • 12  Ibid., p. 153 s. ; p. 200 s.

15Les leurres imitent les processus d’immersion naturellement éprouvés dans la réalité. Ce faisant, ils suscitent des représentations de même nature que l’expérience intra-mondaine habituelle. Schaeffer soutient en effet l’unité de la logique générale de la posture d’attention représentationnelle12. Toute représentation est « au sujet de quelque chose » et possède donc une structure de renvoi. Représenter quelque chose, c’est poser cette chose comme contenu représentationnel. L’existence ou la non existence de ce que nous nous représentons n’a pas d’incidence sur la constitution des représentations qui, dès lors qu’elles posent une relation de renvoi à un objet, ne peuvent que le viser comme existant. Et ce même si, ontologiquement, ce dernier garde un statut virtuel dans la mesure où il n’est pas donné en propre. Nous l’avons dit, Schaeffer rejette l’idée d’une dualité des structures de représentations, les unes fictionnelles, les autres référentielles. Mais si la nature des représentations suscitées par les leurres ne se distingue pas structurellement de représentations engendrées selon d’autres modalités, elle est en revanche nettement déterminée par les « véhicules représentationnels » qui sont mobilisés par les performances considérées. S’agit-il de la lecture d’un roman, de la vision d’un film, de l’immersion dans un jeu vidéo, de l’assistance à une performance théâtrale, de l’audition d’un concert... autant de « vecteurs d’immersion », clés d’accès aux univers fictionnels qui déterminent l’aspect sous lequel nous pouvons y entrer. Ainsi l’écriture romanesque peut, par la création de mimèmes produisant la feintise ludique d’actes mentaux, créer l’immersion dans l’intériorité subjective d’un personnage ou d’un auteur. Les représentations réactivées par l’acte de lecture ne pourront être que des pensées. En revanche, du fait de la spécificité de son vecteur d’immersion, le cinéma est susceptible de mimer non seulement la pensée verbale mais aussi l’imagerie mentale. Le style des représentations réactivables par le spectateur est de ce fait distinct de celui suscité par la lecture. En conséquence, Schaeffer propose de distinguer différentes « postures d’immersions », c’est-à-dire la pluralité des perspectives qui sont directement assignées par les vecteurs mobilisés, allant de l’immersion purement mentale (la lecture) jusqu’à l’immersion dans une situation intramondaine (celle de l’acteur de théâtre).

  • 13  Toutefois, ce statut n’est pas réservé à la fiction et concerne l’ensemble des « expériences de pe (...)
  • 14  Schaeffer reprend ici des distinctions forgées dans le domaine de la psychologie cognitive entre i (...)

16Mais en quoi la modélisation fictionnelle est-elle reliée à l’expérience vécue ? Une chose est claire : elle n’est pas causée directement par cette dernière. En effet, pour Schaeffer la fiction se distingue d’autres appréhensions de la réalité par le rapport qu’entretiennent les représentations à leurs référents. Pour expliciter cette différence, il recourt au vocabulaire de la biologie qui pose que des espèces en apparence identiques peuvent différer en raison de leur mode d’engendrement. Deux espèces similaires seront dites « homologues » lorsqu’elles sont dues aux mêmes causes, alors qu’une ressemblance morphologique résultant de causes distinctes sera qualifiée d’analogie évolutive. Pour Schaeffer, la fiction produit précisément des modélisations analogiques, au sens où elle mobilise des représentations dont les référents, n’étant pas actuellement présents, ne sont pas la source causale. La relation des représentations à leurs référents est analogique en ce premier sens, biologique : causée non par ces derniers mais par leurs représentants (les leurres), qui entretiennent une relation mimétique avec les référents, et permettent de convoquer la représentation voulue en l’absence de ceux-ci, qui en sont pourtant la cause naturelle. Du fait de cette activation artificielle, l’immersion fictionnelle crée un univers qui, en raison même de son inactualité, n’a de statut ontologique que vraisemblable13. Mais cet univers n’en est pas moins soumis aux attentes épistémiques habituellement en vigueur dans le monde de la vie quotidienne, dans l’univers actuel. Les leurres et leurs articulations doivent être crédibles, et donc pertinents, si l’immersion doit pouvoir « prendre ». Cette exigence explique notamment le fait que l’immersion mimétique puisse être au cœur de nombreux processus d’apprentissage. Ainsi la modélisation fictionnelle mobilise-t-elle une relation de type analogique avec l’expérience vécue, relation pourtant susceptible de préserver des contraintes de pertinence. Les travaux sur l’apprentissage ont montré que, pour qu’il y ait transmission et assimilation de compétences par imitation, la relation de similarité qui sous-tend la réactivation des leurres ne doit pas relever d’un isomorphisme de premier degré mais bien d’un isomorphisme de second degré, c’est-à-dire d’une relation de similarité portant sur la structure organisationnelle de comportements, de situations ou d’événements et non pas sur ses manifestations de surface14. Autrement dit copie ne rime pas avec simulacre. On peut encore apercevoir ceci d’un point de vue fonctionnel : pour qu’une compétence puisse se manifester dans des cadres diversifiés, son actualisation doit pouvoir s’émanciper de la stricte homologie des situations. D’un point de vue cognitif, l’efficacité de l’apprentissage par imitation doit en effet passer par une relation de similarité qui autorise l’opérationnalisation du savoir acquis dans des contextes qui ne coïncident pas point par point avec la situation de l’expérience originelle.

17Selon Schaeffer, l’immersion fictionnelle met donc à disposition un univers caractérisé par son isomorphisme de second degré, par la présence de marqueurs susceptibles de générer un découplage entre représentations et croyances épistémiques, posant le créateur comme le destinataire des arts fictionnels dans une situation d’adhésion hypothétique aux produits élaborés, et susceptibles d’adopter différentes postures d’immersion selon les véhicules mobilisés par la performance engagée. Avant d’aborder la théorie des typifications sociales de Schütz, nous souhaitons souligner certains des éléments qui ressortent de cette théorie des fictions et montrer comment ils peuvent être mis à contribution dans le cadre d’une approche théorique des processus de stabilisation et de transmission sociale de l’expérience.

II. Théorie des fictions et analyse des processus de transmission de l’expérience

18Quels sont les éléments qui ressortent de la théorie des fictions et qui pourraient être mis fructueusement à contribution dans le cadre d’une théorie de la stabilisation et de la transmission de l’expérience vécue ? Nous proposons d’explorer successivement les trois points suivants. 1) Le caractère ludique de l’expérience fictionnelle et ses particularités : liberté d’entrée et de sortie, suspension des sanctions de la réalité, détente des processus d’édification des croyances,… 2) La dimension cognitive de l’expérience fictionnelle et ses conséquences : la pertinence des leurres, la relation d’isomorphisme desecond degré, la différenciation des véhicules représentationnels, le statut hypothétique des produits de l’immersion,… 3) L’activité qui sous-tend l’expérience fictionnelle : l’identité de nature entre activité de réception et activité de création, la réinstanciation et la modélisation mimétique fictionnelle,…

La dimension ludique de l’expérience fictionnelle

19La situation d’immersion suscitée par l’activation ou par la réception de représentations fictionnelles peut être qualifiée de ludique en deux sens. Premièrement, l’immersion opère au sein d’un cadre spécifique, celui du jeu au sein duquel on entre et sort librement pour un temps et une activité données. Deuxièmement, l’immersion s’appuie sur des leurres, vecteurs d’immersion qui induisent des expériences déconnectées de l’ancrage immédiat, expériences qui comptent donc « pour de faux ». Mais compter pour du faux ne signifie pas que l’expérience n’ait aucun contenu cognitif ou émotionnel. Cela indique avant tout que les conséquences habituellement associées aux expériences véhiculées par l’activation des leurres sont suspendues ou atténuées. La suspension des sanctions positives et négatives permet d’explorer des possibles sans encourir les risques qui y sont associés. De ce point de vue, la capacité de jouer est déterminante dans le destin de l’espèce humaine. Elle est au cœur d’une forme de transmission des acquis de l’expérience vécue qui est particulièrement économique pour l’espèce, car elle évite d’en payer le prix. Être en mesure de convoquer la situation voulue dans un cadre protégé et donner à voir de la sorte son déroulement possible sans avoir à le subir, cela procure à la fois une montée en puissance prodigieuse des expériences accessibles et transmissibles, et une limitation considérable des prises de risques nécessaires à l’apprentissage.

  • 15  D. W. Winnicott, Jeu et réalité. L’espace potentiel (1971), trad. C. Monod et J.-B. Pontalis, Gall (...)

20On peut donc considérer que ces deux éléments − l’insertion dans le cadre du jeu ; l’immersion mimétique − participent de la nature ludique de l’expérience fictionnelle, en tant qu’elle est librement consentie et en tant que les sanctions habituellement associées aux représentations mobilisées sont suspendues. Toutefois la dimension ludique ne réfère pas proprement à l’usage de leurres qui caractérise toute expérience de pensée, c’est-à-dire toute entrée dans l’univers des représentations qui doit nécessairement prendre appui sur des supports, sur des signes qui comptent comme quelque chose d’autre, qui renvoient à des entités absentes. La dimension ludique réside plutôt dans la possibilité d’activer des scénarios sur un mode mineur, dans la possibilité de « faire comme si » et pas dans celle d’être en mesure de « compter comme ». La dimension ludique de la fiction n’est en ce sens pas sans rapport avec l’espace transitionnel théorisé par le psychologue Donald Winnicott. Dans son livre Jeu et réalité15, Winnicott propose d’appeler ainsi cette aire intermédiaire d’expérience dans laquelle évolue le jeu du jeune enfant, espace situé entre le conçu et le perçu, et au sein duquel les contraintes de la réalité sont pour ainsi dire détendues. Elles ne tranchent ni brutalement ni mécaniquement, composant au cas par cas, en dialogue avec l’acte engagé, suivant le rythme d’assimilation et les capacités réceptives du joueur. De par la liberté d’entrée et de sortie, s’ouvre une latitude, plus ou moins grande, laissée au choix du lieu et du moment, de la disposition d’esprit pour le créateur comme pour le destinataire de l’expérience ludique. Et cette détente semble propice à l’émergence d’une pensée autonome. Le découplage souligné par Schaeffer serait caractéristique de l’expérience ludique en général, la suspension des sanctions de la réalité autorisant par elle-même l’examen pour ainsi dire gratuit des tenants et aboutissant de configurations vivantes.

La dimension cognitive de l’expérience fictionnelle

21Différents niveaux apparaissent dans la théorie de Schaeffer, que nous pouvons tenter de reconstruire en fonction des apports cognitifs qui leurs correspondent :

22Il y a d’abord le niveau des inducteurs de représentations qui peuvent renvoyer à des entités inactuelles ou actuelles, selon qu’elles sont constituées en appui sur des leurres ou non, qu’ils soient endogènes ou exogènes. A première vue, la présence de leurres semble distinguer l’expérience vécue dans le temps présent proprement dite de l’expérience ludique. Toutefois, comme l’a montré Schaeffer, la présence de leurres est insuffisante pour caractériser les produits de l’immersion de fictionnels. Ceux-ci peuvent tout autant soutenir l’immersion dans des expériences de pensée non ludiques. Dans l’exemple des Trois mousquetaires, ce premier niveau renvoie à l’objet livre proprement dit, support nécessaire à l’acte de lecture.

  • 16  Voir J.-M. Schaeffer, op. cit., p. 228 s.
  • 17 Ibid., p. 117 s.

23Un second niveau est celui des représentations qui varient selon Schaeffer en vertu des véhicules d’immersion sollicités. En revanche, elles ne changeraient pas de nature ni de structure du fait qu’elles sont constituées en appui sur des leurres. Toute représentation est « perspectivique »16, engageant des mécanismes de perception et de catégorisation perceptive endogènes. Dans l’état actuel des connaissances en psychologie cognitive ils sont réputés « cognitivement non pénétrables », car ils opèrent de manière automatique et sont en ce sens constitutifs de la perception elle-même17. Par rapport à l’œuvre de Dumas, ce second niveau renvoie à l’acte de lecture proprement dit, à l’activité qui, depuis la perception et la manipulation de l’objet livre, suscite l’émergence de représentations dans le chef du lecteur.

24Il y a enfin le niveau des croyances, celui où peut s’amorcer un traitement réflexif des représentations, un retour sur le contenu cognitif de l’expérience originelle via l’immersion, qu’elle soit réelle ou fictive. Le découplage activé par les marqueurs fictionnels permet de traiter le contenu cognitif des représentations induites dans ce cadre sur un mode hypothétique. C’est donc au premier chef le statut de la croyance forgée en situation d’immersion qui changera selon que le cadre pragmatique est sérieux (dans une situation d’apprentissage par exemple) ou ludique (dans la réception de fictions par exemple), mais non pas le contenu cognitif véhiculé par l’activation des représentations. Il faut toutefois souligner que, par rapport à l’expérience vécue, l’expérience ludique engage à un traitement distinct de l’édification des croyances, et ce de par la détente qu’elle autorise à l’égard des contraintes temporelles et spatiales présidant à la formulation d’une réaction appropriée.

  • 18 Ibid., p. 199.

25Il nous paraît important de garder à l’esprit cette distinction de niveaux entre les leurres – médiums de l’immersion – et les modélisations fictionnelles – produits de l’immersion. Schaeffer le souligne lui aussi : « la fiction procède certes à travers des leurres préattentionnels, mais son but n’est pas de nous leurrer, d’élaborer des semblants ou des illusions ; les leurres qu’elle élabore sont simplement le vecteur grâce auquel elle peut atteindre sa finalité véritable, qui est de nous amener à nous engager dans une activité de modélisation, ou pour le dire plus simplement, de nous amener à entrer dans la fiction. »18 Mais quelles sont à proprement parler les spécificités de cette « activité de modélisation » proprement fictionnelle par rapport à d’autres modes d’appréhension de l’expérience ? Et comment caractériser plus avant la distinction que Schaeffer pose entre représentations et croyances ?

  • 19 Ibid., p. 213 s.
  • 20 Ibid., p. 215.

26Dans une réflexion serrée et fouillée, Schaeffer tente de spécifier les propriétés de la modélisation fictionnelle19. Celle-ci se distinguerait avant tout des modélisations nomologiques qui ne retiennent des occurrences rencontrées que « le » ou « les » caractères généralisables et applicables à l’ensemble des cas concernés. Ces modélisations peuvent de ce fait s’énoncer sous la forme de règles ou de lois. Les modélisations mimétiques n’auraient en revanche pas de dimension généralisante. Elles ne procèderaient pas par extraction des caractères pertinents dans la direction de la formulation d’une loi, mais bien par la réinstanciation de ce qu’elles modélisent. Parmi les modélisations mimétiques, Schaeffer distingue la modélisation mimétique homologue de la modélisation mimétique fictionnelle. Au sein de la première, la relation entre le modèle et la modélisation est caractérisée par une homologie à la fois locale et globale, comme c’est par exemple le cas des maquettes. Les modélisations fictionnelles seraient en revanche soumises « à une contrainte beaucoup plus faible, celle de l’analogie globale. »20

  • 21 Ibid., p. 213.
  • 22 Ibid., p. 74 s.
  • 23  Voir R. W. Byrne & A. E. Russon, op. cit., réf. citée par J.-M. Schaeffer, op. cit., p. 74 s.
  • 24  Voir S. Edelman, op. cit., réf. citée par J.-M. Schaeffer, op. cit., p. 87 et p. 115-116.
  • 25  J.-M. Schaeffer, op. cit., p. 74.
  • 26 Ibid., p. 225.

27Dans la discussion qu’il engage ici sur les spécificités de la modélisation fictionnelle, Schaeffer a tendance à mobiliser les outils conceptuels qu’il cherche pourtant à éviter tout au long de son livre. Il soutient notamment que « la différence essentielle entre les deux types de modélisation [nomologique et mimétique] se situe au niveau de leurs contraintes cognitives. »21 Mais qu’entendre exactement par « contrainte cognitive » ? Il nous semblerait pour notre part plus fructueux de mobiliser d’autres ressources conceptuelles apportées par Schaeffer lui-même22 pour tenter de thématiser les spécificités de la modélisation fictionnelle. Nous pensons en particulier à la distinction entre imitation de surface et imitation de structure23, ou encore entre isomorphisme de premier et de second degré24. A l’aide de ces concepts, on peut considérer la modélisation analogique comme dégagée des contraintes d’homologie locale renvoyant à une imitation de surface, sans pour autant être dégagée des contraintes structurelles profondes renvoyant à une imitation de structure. Si l’on en croit R. Byrne et A. Russon, c’est bien l’imitation de structures hiérarchiques qui sous-tend l’apprentissage « à fonction cognitive »25. Sur cette base, on peut sans doute considérer que ce n’est pas la liberté à l’égard des « contraintes cognitives » qui caractérise la modélisation mimétique fictionnelle. La libéralité dont il est question ne renverrait pas à une détente de la pertinence cognitive, mais bien à une détente de l’homologie descriptive. C’est pourquoi si nous le comprenons bien nous ne pouvons complètement suivre Schaeffer lorsqu’il écrit : « Bien sûr, les usages des dispositifs fictionnels sont multiples, de même que sont largement imprévisibles les manières dont nous pouvons être amenés à les aborder. Pourtant, tous ces usages partagent au moins une condition négative : une modélisation fictionnelle n’est pas destinée à être utilisée comme une représentation à fonction référentielle (contrairement aux modèles homologues à fonction descriptive), ni comme scénario pratique (contrairement aux modèles homologues projectifs) ni comme une injonction axiologique (contrairement aux modèles prescriptifs) – et cela même si certaines des représentations dont elle se compose peuvent parfaitement être dénotationnellement non vides, exemplifier des scénarios pratiques viables ou proposer des règles axiologiques empruntées aux normes qui ont cours dans notre vie. Et si tel n’est pas leur usage, c’est tout simplement parce qu’elles ne seraient pas à même de le remplir, du fait de la libéralité de leurs contraintes cognitives. »26 D’un côté, Schaeffer a raison, la modélisation fictionnelle n’est pas astreinte à ce que chacun des éléments mobilisés en son sein soit effectivement le cas pour que l’ensemble puisse valoir comme fiction opérationnelle. Mais dans le même temps la différence d’usage que souligne Schaeffer n’est pas liée à la libéralité des contraintes cognitives en tant que telles. Elle est liée à la situation ludique, au fait que l’on y est libre d’adhérer ou non aux contraintes cognitives, axiologiques, etc. véhiculées par le modèle fictionnel. Il nous semblerait donc utile de distinguer la détente de la pertinence cognitive de la détente de l’homologie descriptive. Les leurres utilisés pour réinstancier les caractères pertinents du modèle au sein de la modélisation fictionnelle ne seront sans doute pas en relation homologique avec la situation initiale. C’est bien là la force cognitive de la modélisation analogique. Dégagée des imitations de surface, la réinstanciation mobilise cependant des ressources cognitives susceptibles d’actualiser et de générer des connaissances et des compétences. La détente à l’égard des contraintes d’homologie présente en outre plusieurs avantages. Ainsi, tous les lecteurs des Trois mousquetaires ne se représenteront-ils très probablement pas D’Artagnan de façon identique. Ils seront toutefois en mesure de réactiver une figure de D’Artagnan suffisamment pertinente pour être opérationnelle au sein de l’immersion mimétique. Comme nous le verrons, l’analogie permet également la réinstanciation d’événements ou d’entités qui ne pourraient être réactivées sur un mode homologique. Ces limites concernent au premier chef la convocation d’expériences émotionnellement chargées. C’est dans la cohabitation de cette ouverture de la relation mimétique à l’aménagement analogique avec dans le même temps le maintien des contraintes et de la pertinence cognitive, c’est dans l’examen de cette étonnante combinaison que nous voyons l’un des apports majeurs de la théorie des fictions à l’analyse des mécanismes de transmission et de stabilisation des significations sociales.

L’activité déployée dans l’expérience fictionnelle

  • 27 Ibid., p. 214.
  • 28 Ibid., p. 215.
  • 29 Ibidem.
  • 30 Ibid., p. 228.

28Comme le souligne Schaeffer, les processus d’immersion mimétiques engagent une activité du côté du créateur, ce qui semble évident, mais tout autant du côté du récepteur. L’activité de l’usager de fiction est requise en raison du type de modélisation que suscite l’immersion fictionnelle. Comme nous venons de le voir, Schaeffer soutient que les modèles mimétiques « sont des réinstanciations (soit actuelles, soit, le plus souvent, virtuelles) de ce qu’ils représentent. »27. La modélisation fictionnelle n’est pas issue d’une généralisation mais bien d’une réinstanciation du modèle originel, réinstanciation nécessaire du fait que « dans le modèle mimétique la règle – ou mieux, la structure – reste enchâssée dans l’exemple et ne saurait en être séparée. »28 Or, dès lors que « la structure n’est pas détachable de l’exemplification modélisante (…), la fonction de modèle d’une représentation mimétique n’est accessible qu’à travers une réactivation de l’exemplification elle-même. »29 C’est pourquoi en définitive l’activité du créateur comme celle du récepteur sont identiques : « puisque dans un modèle mimétique la règle (ou la structure sous-jacente) n’est pas détachable de son instanciation, la seule manière d’y avoir accès passe par une réactivation de l’immersion mimétique elle-même. (…) l’immersion créatrice et l’immersion réceptrice ne sont que deux modalités différentes d’une même dynamique. »30

29Par ailleurs, l’activation du découplage entre représentations et croyances épistémiques qui caractérise l’immersion fictionnelle signifie essentiellement l’insertion d’un espace et/ou d’un temps entre l’expérience perceptive et son traitement épistémique − les « leçons » de l’histoire. Cet écart invite à traiter les représentations forgées en immersion sur un mode hypothétique. Mais cela ne signifie pas bien sûr que l’incidence cognitive de l’expérience sera comme mise en suspend. On peut sur ce point remarquer que l’expérience fictionnelle elle-même peut être plus ou moins ludique, au sens où elle peut ménager plus ou moins de marges autorisant une prise de distance spatiale ou temporelle au cœur même de la réactivation mimétique. La distinction entre différents véhicules représentationnels pourrait s’avérer pertinente pour appréhender cette variable. Intuitivement, on sent bien par exemple que l’immersion audiovisuelle est plus proche des conditions de la perception directe que l’immersion suscitée par l’acte de lecture. On peut supposer que, de ce fait, la première introduit davantage d’homologie dans la réinstanciation des mimèmes que la seconde. Or, c’est bien la spécificité de la contrainte homologique que de n’autoriser que très peu d’écart par rapport à l’original, d’ouvrir un minimum de distance. En ce sens, on peut penser que la réinstanciation par le biais de ce véhicule représentationnel désamorce en partie les effets cognitifs du découplage fictionnel, contraignant l’activité et restreignant l’espace de liberté du récepteur. On peut se demander si, même en présence de marqueurs fictionnels puissants, la réception audiovisuelle ne s’approche pas à certains égards de l’expérience vécue, au sens où en elle s’estomperait l’élément ludique de la détente des contraintes et des sanctions liées à l’insertion réelle. En effet, la réception s’y déroule de façon telle qu’un traitement direct, quasi-automatique, est requis. La réinstanciation se présente en ce sens sous un jour plutôt passif. Ces observations invitent à distinguer entre le cadre qui peut bien être fictionnel et ludique, d’une part, et l’activité de réinstanciation dont la dimension ludique peut varier selon que les véhicules représentationnels autorisent plus ou moins de réaménagements, de détours, d’inserts, que d’autres.

30A la lumière de ces considérations, les travaux sur la fiction invitent à apprécier l’activité du récepteur sous un jour particulier. Dans l’expérience fictionnelle, l’enjeu cognitif ne semble pas résider dans un transfert d’information qui irait par exemple du créateur vers le spectateur. S’y jouerait plutôt la rencontre entre des expériences. L’activité mimétique requise par la réinstanciation suscite la convocation, aussi bien chez le créateur que chez le spectateur, d’expériences vécues déjà disponibles. En ce sens, l’apprentissage qui s’y déroule ne s’ancre pas dans le transfert d’une expérience d’un individu à un autre mais résiderait plutôt dans la possibilité d’engager une activité de modélisation en appui sur une série d’expériences vécues, remobilisées à l’occasion de l’immersion fictionnelle. La réinstanciation de ce matériau vécu peut être facilitée par le cadre fictionnel précisément parce qu’il instaure la rupture ou la détente des sanctions qui l’accompagnaient en temps réel.

  • 31 Ibid., p. 229.

31Ce mouvement de reprise, même s’il prend des atours tout à fait détournés et déformés, permet d’accroître la maîtrise émotionnelle et cognitive sur des situations et des configurations vécues passées ou potentiellement à venir. Le thème de l’expérience fictionnelle est donc bien la réalité, l’expérience vécue, les plaisirs et les peines qui s’y jouent, ses variations, ses pièges et ses routines. Si l’on garde ce point en mémoire pour considérer l’avantage cognitif de l’expérience fictionnelle, on sort sans doute de certains débats un peu étonnants dans lesquels Schaeffer semble pourtant avoir été contraint d’entrer. Ainsi écrit-il : « Les représentations non fictionnelles sont (…) toujours des points de vue portant sur des réalités qui existent indépendamment de l’activité qui en élabore la représentation. De ce fait, on peut détacher ce qui est visé de l’aspect sous lequel cela est visé. Et même s’il est vrai que ce détachement ne peut se faire qu’à travers le remplacement d’une perspective par une autre, le simple fait qu’on puisse continuer à viser la même chose tout en changeant d’aspectualité est le signe que ce qui est visé existe indépendamment de la représentation qui en est proposée. Il en va autrement pour les univers fictionnels, puisque ceux-ci sont créés par la posture aspectuelle même que nous devons réactiver mimétiquement pour pouvoir y accéder. Pour cette raison, le contenu et la forme ne sauraient être dissociés de la fiction. »31

32Pourtant, si l’on pose clairement la distinction entre les mimèmes, les représentations et les produits fictionnels, on peut considérer le fait que la modélisation fictionnelle est elle aussi un point de vue sur des réalités qui existent indépendamment de l’activité mimétique. Sinon nous intéresserait-elle autant ? Ce n’est peut-être pas tant l’aspectualité des leurres mobilisés qui est déterminante. Sans doute le cadre ludique, en ce qu’il suspend les sanctions de la réalité, et en ce que dans le même temps il opère par réinstanciation, ce cadre autorise l’accès à certaines réalités qui seraient émotionnellement ou cognitivement réfractaires à l’appel sous l’égide d’une règle générale ou d’une description exhaustive. La modélisation exemplifiante de la fiction permet de convoquer à l’examen certains pans de la réalité qui échappent à d’autres types d’évocation. C’est sans doute là l’un des atouts majeurs de la compétence fictionnelle. L’univers fictionnel a beau ne pas exister indépendamment de l’activité qui l’élabore, cette dernière n’en renvoie pas moins dans son mouvement même à une réalité qu’elle convoque par ce biais à l’examen.

33Comme nous le soutiendrons plus loin, nous pensons qu’il est pertinent de considérer la modélisation analogique et l’activité de réinstanciation qui l’accompagne pour envisager les processus de transmission des significations d’expériences vécue. La diffusion peut opérer sur un mode particulièrement économe et efficace si elle s’insère dans des processus de mimétisme ludique. Pour montrer cela, pour sortir la théorie des fictions du champ des arts mimétiques et l’éprouver dans le domaine de la sociologie, nous proposons d’effectuer un détour par la théorie des typifications élaborée par Schütz, et de voir en quoi les développements précédents peuvent apporter un éclairage stimulant sur certains épisodes de la vie quotidienne.

III. La typification sociale selon Schütz

  • 32 A. Schütz, Der sinnhafte Aufbau der sozialen Welt. Eine Einleitung in die verstehende Soziologie (1 (...)
  • 33  Voir A. Schütz, « La phénoménologie et les sciences sociales » (1940), rééd. Collected Papers 1., (...)
  • 34  Pour une présentation de l’œuvre de Schütz, voir : Blin Th., Phénoménologie et sociologie compréhe (...)

34Dans La construction signifiante du monde social32, ouvrage publié en 1932 alors qu’il était encore à Vienne, Alfred Schütz se proposait de consolider les bases de la sociologie compréhensive développée par Max Weber en mobilisant les ressources théoriques de la phénoménologie transcendantale de Husserl. Exilé aux États-Unis en 1939, il poursuivit ses travaux théoriques en marge de sa profession d’avocat d’affaires et développa sa propre phénoménologie sociale. Celle-ci insère certains outils de l’approche husserlienne au cœur de l’« attitude naturelle intramondaine », échappant dans le même temps aux problèmes théoriques liés à la constitution originaire du monde commun de la validité intersubjective qui, chez Husserl, renvoient à la thématique de l’ego transcendantal. La réflexion de Schütz s’inscrit dans le cadre d’une intersubjectivité commune déjà constituée, à l’intérieur de « la thèse générale de la validité indubitable de l’existence du monde et d’autrui »33. La phénoménologie sociale se donne pour tâche d’élucider la façon dont les sujets empiriques actualisent leurs savoirs et, ce faisant, construisent le monde social. Sans rendre justice à l’ampleur de cette œuvre34, nous ne retiendrons ici que les éléments liés aux processus de typification sociale. Nous pourrons de la sorte engager un examen croisé avec la théorie des fictions, et évaluer leurs contributions à l’appréhension des processus de stabilisation et de transmission des significations sociales. Mais commençons par un bref rappel des processus de typification sociale, en partant de l’édification de l’expérience vécue individuelle.

L’édification de l’expérience signifiante

  • 35  A. Schütz, «Sur les réalités multiples» (1945), rééd. Collected Papers 1, op. cit. ; trad. in Le C (...)
  • 36  Selon Schütz, l’activité pré-attentionnelle est une donnée qu’il ne s’agit pas de négliger. Par ex (...)

35Selon Schütz, « la signification n’est pas une qualité inhérente à certaines expériences qui émergent dans notre courant de conscience, mais le résultat d’une interprétation d’une expérience passée que l’on envisage réflexivement à partir d’un Maintenant. »35 Lecteur de Bergson, de Whitehead et, bien sûr, de Husserl, Schütz a souligné dès ses premiers travaux l’importance des modifications d’états de conscience dans la vie ordinaire, ainsi que la diversité des styles cognitifs qui en résulte pour l’orientation de l’acteur dans le monde. Il a également insisté sur l’illusion d’un accès direct au réel36, rappelant en référence à Husserl le poids des activités pré-attentionnelles ou antéprédicatives dans les différents rapports humains au monde. La relation que nous entretenons avec nos propres expériences serait sous-tendue par un travail complexe d’articulation et de reprise réflexive opéré sur le flux confus de nos états de conscience, travail pourtant gommé dans le sentiment d’évidence avec lequel nous apparaissent les significations de nos expériences vécues.

  • 37 Voir A. Schütz, Der sinnhafte Aufbau der sozialen Welt, op. cit., p. 101.
  • 38  A. Schütz, «Sur les réalités multiples», op. cit., p. 107.
  • 39  Voir notamment l’ouvrage inachevé et publié à titre posthume : A. Schütz, Reflections on the Probl (...)

36Pour exhiber ce travail sous-jacent et expliquer dans le même temps son oubli, Schütz reprend la distinction établie par Husserl entre l’action en train de se faire (Handeln) et le résultat de l’acte (Handlung). Si l’action en cours mobilise de nombreuses opérations distinctes et est en ce sens foncièrement plurivoque, l’acte réalisé a en revanche la particularité de se présenter à la conscience sous une forme synthétique, celle d’un objet ou d’une «configuration de signification» (Sinnzusammenhang)37. Schütz soutiendra à la suite de Husserl que, tandis que l’action en cours est « polythétique », l’acte réalisé se présente comme « monothétique ». La reprise réflexive des expériences vécues leur confère une unité de signification : dans la saisie synthétique des différents actes originellement polythétiques, l’action réalisée se présente comme monothétique et univoque. Si la signification de nos expériences vécues nous paraît aller de soi, c’est que le procès de constitution qui sous-tend l’émergence du sens est en quelque sorte perdu une fois la signification stabilisée. Mais dans le même temps seuls les actes susceptibles d’une remémoration peuvent prétendre à la signification : « Aussi longtemps que je vis dans mes actes, orientés vers leurs objets, ils n’ont aucune signification. Ils l’acquièrent si je les saisis comme expériences bien circonscrites du passé, et donc rétrospectivement. Seules les expériences que l’on peut se remémorer hors de leur actualité et dont on peut interroger la constitution sont donc subjectivement significatives. »38 Dès lors, l’attitude du Moi à l’égard de l’expérience passée détermine sa signification, attitude fondamentalement fonction de la situation spatio-temporelle d’ego, du « Ici » et du « Maintenant » depuis lequel l’expérience passée est considérée. Et la situation s’entend au sens large, englobant autant le passé (et le stock d’expériences déjà stabilisées) que le futur (les plans d’action, buts et projets) d’ego. Les interprétations d’expériences vécues sont donc susceptibles de varier en fonction des intérêts pratiques du moment, et en vertu de la situation biographique de l’intéressé. Schütz souligne cet ancrage pragmatique de la signification, notamment dans ses travaux sur les systèmes de pertinence39 qui dirigent notre attention, déterminent ce qui sera retenu ou délaissé dans la perception de la situation, dans la reprise de l’action passée, dans la projection de l’action future.

  • 40  A. Schütz, Der sinnhafte Aufbau der sozialen Welt, op. cit., p. 109.
  • 41  Voir notamment A. Schütz & Th. Luckmann, Struckturen der Lebenswelt (1975), 2vols, Francfort sur l (...)
  • 42 A. Schütz, Der sinnhafte Aufbau der sozialen Welt, op. cit., p. 112.

37Les configurations signifiantes générées rétrospectivement constituent ce que Schütz appelle les schèmes de notre expérience (Schemata unserer Erfahrung)40, mises en ordre synthétiques qui, ne retenant pas leur procès de constitution mais seulement l’objectivité constituée, sont alors perçues comme allant de soi, sur le mode de l’évidence. Ces schèmes, Schütz les appellera ensuite des « typifications »41. Stockés dans la mémoire, ils guident les interprétations des expériences vécues ultérieures qui, dans leur surgissement, se trouvent confrontées aux objectivations déjà disponibles. En ce sens, «l’interprétation, (…) ce n’est rien d’autre que le fait de renvoyer l’inconnu au connu, ce qui est appréhendé dans le rayon de l’attention aux schèmes d’expérience.»42 Cet arrière-plan à disposition est composé des typifications issues des expériences directes du Moi. Mais, du fait de la socialisation, il est également imprégné des typifications forgées par les contemporains et les prédécesseurs.

  • 43 A. Schütz & Th. Luckmann, Struckturen der Lebenswelt, vol. 1, op. cit., p. 282.
  • 44  Ibid., p 281-282.
  • 45  Ibid., p 338.

38Parmi les véhicules dominant la transmission des composants du « stock social de connaissance », le langage joue un rôle central. Selon Schütz, la constitution de types ou de schèmes d’expérience est concevable sans la maîtrise d’un langage mais ce dernier représente le médium par excellence de la stabilisation et de la transmission des schémas typificatoires. L’apprentissage du langage permet en effet de s’approprier des schèmes forgés hors de l’expérience vécue propre du Moi et stabilisés par autrui. Pour être accessibles à d’autres, les significations des expériences vécues subjectives qui sous-tendent originellement les schèmes doivent cependant subir quelques transformations. Elles doivent être socialement objectivées, et ce par la mise en œuvre d’opérations d’idéalisation et d’anonymisation : « Le langage est un système de schémas typificatoires de l’expérience qui repose sur les idéalisations et l’anonymisation de l’expérience subjective immédiate. Ces typifications d’expérience détachées de la subjectivité sont socialement objectivées, par quoi elles deviennent une composante de l’a priori social préalablement donné au sujet. Pour la personne grandissant normalement dans l’attitude naturelle, la typification est très fortement entrelacée au langage. »43 Le langage permet donc autant la stabilisation d’expériences vécues pré-linguistiques44 que leur partage et leur transmission intersubjective. Cependant, et conformément à toute donation de sens, une fois linguistiquement forgé le précipité ne rend plus compte de son propre parcours constitutif45.

  • 46  « Dans le langage, en tant qu’élément pré-donné de la situation biographique, le monde est prétypi (...)
  • 47  « Toute interprétation est fondée sur une réserve d’expériences antérieures, qui sont nos propres (...)

39Notre monde est pré-typifié dans le langage46, les significations stabilisées formant l’horizon à partir duquel nous interprétons nos expériences vécues47, forgeons nos plans d’action, et tentons d’ajuster nos attentes de comportement respectives. Cet arrière-plan ou réserve de connaissances disponible sur le mode de l’évidence permet donc de s’orienter dans le monde, d’agir et d’interagir avec d’autres, de coopérer et de communiquer. Les typifications sont comme les outils de la vie sociale. A disposition, ils facilitent l’action et l’interaction. Tant que leur efficacité n’est pas mise en doute, leur usage s’en trouvera renforcé. L’échec ou le désaccord suscite un changement de l’attention, engage la problématisation de l’un ou l’autre de ses composants, jusqu’à la restauration du sentiment d’évidence nécessaire à la poursuite de l’action.

40Quels sont à présent les apports et les limites de l’approche phénoménologique de la typification sociale pour thématiser les processus de stabilisation et de transmission des significations ?

La typification comme modélisation de l’expérience vécue

  • 48  Voir « Type and eidos in Husserl’s late philosophy » (1959), in Collected Papers III, op. cit., pp (...)

41La première chose qu’il convient sans doute de noter, c’est la grande diversité des processus et des produits que recouvre l’usage du terme « typification » dans les travaux de Schütz, qui souligne par ailleurs lui-même le caractère équivoque de la notion de typification telle qu’elle se présente dans les écrits de Husserl48. En un sens, toute saisie de l’expérience vécue, quelles qu’en soient les modalités, est le produit d’une typification. « Typifier » signifie alors 1) « synthétiser », réduire le flux polythétique à sa cristallisation monothétique, avec toujours cette idée d’une perte de la plurivocité de l’expérience originelle, et 2) « insérer » ce produit dans le réseau déjà constitué des synthèses préalablement réalisées.

42Dans ce mouvement, la formation des concepts scientifiques représente un cas particulier de typification. Dans l’attitude cognitive et pragmatique caractéristique du style d’attention proprement scientifique, les opérations synthétiques sont guidées par un intérêt explicite, intérêt théorique de connaissance. Elles sont dans ce cadre soumises à des procédures d’abstraction et de généralisation éprouvées, explicitées et problématisables. Mais dans l’attitude naturelle intramondaine les synthèses procèdent d’une façon beaucoup moins aisée à élucider. Schütz souligne leur dépendance à l’égard des intérêts pratiques du moment, de l’arrière-plan de typifications déjà disponibles, de la position sociale, de l’état de conscience, de l’attention et des dispositions cognitives de l’intéressé, des réactions, propositions et tensions de l’entourage, etc. Pour reprendre son expression, les typifications sont indexées à la « situation biographiquement déterminée » de l’acteur considéré. Ce qui ne signifie pas que leurs résultats manquent de cohérence ou de consistance. La pertinence des configurations forgées est en effet mise à l’épreuve dans l’action ultérieure comme dans l’interaction sociale. D’un point de vue fonctionnel, leur filtre synthétique réalise une importante économie d’énergie. Immédiatement à disposition pour l’interprétation des situations et l’anticipation des scénarios plausibles qu’elles recèlent, les typifications sont comme des outils de la compréhension. Convoquées dans le cours de l’action sur le mode de l’évidence, les synthèses mobilisées sont dans le même temps à chaque fois éprouvées. Les typifications passent le test de leur efficacité pratique. C’est ainsi que leur permanence et leur distribution représente un gage de confiance. La tradition et l’habitude ont pour elles le soupçon de la validité en raison de ce poids de l’efficience pratique qui les sous-tend.

  • 49  A. Schütz, «Sur les réalités multiples», op. cit., p. 122-123.
  • 50 Ibid., p. 115.
  • 51 A. Schütz & Th. Luckmann, Struckturen der Lebenswelt, vol. 1, op. cit., p. 88.
  • 52  « Lui et moi apprenons à accepter comme donné le fait que les variations dans l’appréhension et l’ (...)
  • 53  Ibidem.

43Il n’y a donc pas selon Schütz de nécessité interne, située dans l’expérience vécue elle-même, qui présiderait à la formation des typifications. Les constructions synthétiques sont le fait d’un regard à posteriori qui ressaisit dans le flux polythétique de l’expérience vécue les éléments jugés pertinents en vertu des intérêts du moment et sur fond de l’horizon des synthèses déjà disponibles. De ce point de vue, Schütz introduit une forme de perspectivisme dans sa théorie des significations. Une vaste latitude est laissée à l’appréhension théorique de cette opération de synthèse. Des liens se tissent dans le cours de la vie, entre les expériences passées stabilisées, et ainsi se forme progressivement ce que Schütz appelle une « réserve de connaissances disponibles » (the stock of knowledge at hand). Celle-ci se constitue en vertu des idéalisations « dirigeant toute conduite dans la sphère naturelle : je puis continuer à agir comme je l’ai fait jusqu’à présent, et je puis encore et toujours recommencer la même action sous les mêmes conditions. »49 Ces idéalisations thématisées par Husserl sont celles du « et ainsi de suite » et son corrélat subjectif : « je peux le refaire à nouveau ». Outre le fait qu’elle se situe à l’intérieur de la thèse générale de la validité indubitable de l’existence du monde et d’autrui (dans l’attitude naturelle, « le monde de la vie quotidienne est d’emblée intersubjectif »50), l’attitude naturelle se caractérise encore par ce que Schütz dénomme la thèse générale de la réciprocité des perspectives. Celle-ci s’appuie sur des idéalisations pragmatiquement motivées : l’idéalisation de l’interchangeabilité des points de vue (« Si j’étais là où il se trouve à présent, alors j’expérimenterais les choses depuis la même perspective, distance et portée que lui. Et, s’il était ici, où je me trouve maintenant, il expérimenterait les choses depuis la même perspective que moi. »51) et l’idéalisation de la congruence des systèmes de pertinence, idéalisation qui permet une coordination de l’action sans requérir un recouvrement des stocks de connaissance des individus impliqués52. Et selon Schütz, c’est la thèse de la réciprocité des perspectives qui est au fondement de la construction sociale de la réalité : « Le fait que les individus puissent acquérir un monde de la vie linguistiquement formé − c'est-à-dire social − comme base de leur vision du monde, repose sur la thèse générale de la réciprocité des perspectives. »53

44Telles sont donc les idéalisations qui sous-tendent la construction des typifications, leur édification en système, « stock » de connaissance à disposition, et leur possible transmission sociale. Mais de nombreuses zones d’ombre demeurent pour nous. Comme cela a été souligné, les outils conceptuels empruntés à Husserl sont marqués du sceau de leur berceau : une théorie de la perception et non une théorie de la signification. Est-il suffisant de penser la signification selon les coordonnées de la proximité et de l’éloignement, de la familiarité et de l’étrangeté ?

  • 54  Daniel Cefaï, « Type, typicalité, typification. La perspective phénoménologique », in B. Fradin, L (...)
  • 55 Ibid., p. 109.
  • 56 Ibid., pp. 109-110.

45Parmi les difficultés que présente cette lecture, nous souhaitons nous arrêter sur la détermination du niveau auquel Schütz situe l’activation des typifications, et les modalités de leur traitement. Est-on en présence d’opérations conscientes, ou bien a-t-on affaire à des processus pré-attentionnels que seul le phénoménologue est en mesure de décrire ? Pour reprendre la terminologie de Schaeffer, la typification semble renvoyer tantôt à la constitution du flux des représentations, tantôt à celle de croyances sédimentées. Dans un article intitulé « Type, typicalité, typification. La perspective phénoménologique »54, Daniel Cefaï se propose d’éclairer ce point en faisant droit à l’originalité du mécanisme mis au jour par Schütz après Husserl. Il explicite le travail des synthèses d’identification et de recognition qui est au cœur des processus de typification en précisant la façon dont elles procèdent : « La synthèse d’identification et de recognition met en jeu un transfert aperceptif (Apperzeptive Überträgung) des configurations phénoménales en train de se temporaliser pour l’acteur, vers d’autres configurations phénoménales rencontrées par le passé. Cette aperception se fait par « réveil » ou « rappel » d’expériences sédimentées, par le biais de synthèses passives de congruence ou de recouvrement (Deckungssynthese) − encore appelées synthèses d’association, accouplement, appariement ou apprésentation ».55 Et il poursuit : « Ce n’est donc que par abus de langage que nous parlons de « subsomption » ou de « catégorisation » de l’objet d’expérience comme « exemplaire particulier » d’un « même général », et que nous utilisons les expressions de « classification anté-prédicative », d’« inférence prélogique » ou de « raisonnement pratique ». Les types ne sont pas des concepts de l’activité intellectuelle ; leurs relations ne sont pas réglées par les lois de la logique formelle. Seule l’analyse cognitiviste et logiciste, constructiviste et opérationnaliste, accrédite cette illusion a posteriori. »56 Mais le renvoi à un « transfert aperceptif » est-il véritablement plus éclairant ? La réactivation de typifications stabilisées semble emprunter essentiellement deux voies dans les écrits de Schütz, référant soit à un modèle d’activation quasi automatique (duquel participe le « transfert aperceptif » ?) soit à une mise à l’épreuve attentionnellement menée. Si les typifications mobilisées s’avèrent suffisamment adéquates pour que l’action ou l’interaction mène à la réalisation des plans poursuivis, leur activation s’opère de façon préconsciente et sur un mode passif. En revanche, dès lors que l’usage des typifications mobilisées se révèle problématique, la poursuite de l’action ou de l’interaction réclame un examen des ressources sélectionnées, dont le terme coïncide avec le rétablissement du sentiment d’évidence.

46Sans prétendre rendre compte des analyses de Schütz dans leur complexité, notre propos consistera dans ce qui suit à soutenir, en appui sur la théorie des fictions, qu’une troisième forme d’usage des typifications mérite d’être considérée pour elle-même. La réactivation de typifications ne semble y procéder ni mécaniquement ni attentionnellement, mais « ludiquement ». Dans la création comme dans la réception ludique, nous accédons à certains domaines d’expérience, mais cet accès est loin d’être automatique. Il est conditionné par une activité de réinstanciation. La modélisation analogique produite dans ce mouvement est une forme de typification qui ne rencontre pas entièrement les caractéristiques soulignées par la phénoménologie sociale. C’est ce que nous tenterons de montrer à partir de situations analysées par Schütz lui-même. Pour expliciter sa théorie de la typification sociale, ce dernier a en effet proposé l’examen de configurations exemplaires, notamment dans son célèbre essai sur l’étranger, ou encore dans celui qu’il consacra aux revenants.

L’étranger, le revenant et les obstacles de la transmission

  • 57 A. Schütz, « The Stranger : an essay in social psychology» (1944), rééd. Collected Papers 2, op. ci (...)

47Dans le texte intitulé « L’étranger »57, Schütz décrit les décalages cognitifs et les déboires émotionnels de l’immigrant qui tente de s’intégrer dans une nouvelle forme de vie, situation qu’il a lui-même éprouvée lors de son exil aux États-Unis. Cet essai met admirablement le doigt sur les impasses dans lesquelles se trouve la personne qui, en situation d’extériorité, tente de s’approprier l’arrière-plan qui sous-tend les actions et les interactions des autochtones. Pour ces derniers, tout l’acquis est mobilisé sur le mode de l’évidence. N’ayant pas lui-même intégré les typifications qui permettent d’interpréter les attentes de comportement qui lui sont adressées, l’étranger ne peut que constater ses échecs et ses incompréhensions. Il est alors dans un état de conscience particulièrement inconfortable : ses propres modalités routinières d’orientation dans le monde s’avèrent inopérantes et, de par le fait même, circonstanciées ; il n’a pas d’autre moyen de limiter ses échecs que d’enquêter sur les soubassements de la forme de vie qu’il souhaite intégrer. Toutefois, de par ses hésitations et ses interrogations, l’étranger ne peut que se révéler « étrange » aux yeux des autochtones qui, depuis l’intérieur de la forme de vie convoitée, ne sont pas à même de considérer, et encore moins d’expliciter, la logique de leur arrière-plan, précisément disponible sur le mode de l’évidence…

48Ce texte illustre à quel point la socialisation primaire est déterminante dans l’incorporation des structures de typification de base. Mais il montre aussi ce faisant quel est le mode d’apprentissage auquel l’étranger n’a pas accès, celui qui permet une appropriation économe et efficace des outils constitutifs d’une forme de vie. L’étranger procède soit en tâtonnant de-ci de-là, soit en essayant de dégager des règles et une logique auxquels se raccrocher pour anticiper les suites et comprendre les précédents. Du point de vue des théories de l’apprentissage, il procède soit par essai et erreur, soit par calcul rationnel. Ces deux modalités d’appropriation s’avèrent extrêmement coûteuses, comme l’illustrent ses déboires. En revanche, l’apprentissage par immersion mimétique qui n’est pas envisagé par Schütz permet un transfert de compétences à la fois pré-attentionnel et maîtrisé. Procédant par réinstanciation de la situation originelle ou d’un de ses avatars, l’apprentissage mimétique est particulièrement efficace car il requiert du destinataire l’insertion dans l’activité même qu’il s’agit de connaître. Il est d’autre part particulièrement économe car l’immersion s’effectue sur un mode ludique, c'est-à-dire avec une atténuation des sanctions accompagnant normalement l’insertion dans la situation considérée. Le tragique de la condition de l’étranger réside dans le fait qu’il n’a pas accès à ce mode de transmission qui n’opère ni mécaniquement ni attentionnellement.

  • 58 A. Schütz, « The Homecomer »(1945), rééd. Collected Papers 2, op. cit., pp.106-119 ; trad. B. Bégou (...)
  • 59  A. Schütz, « The Homecomer », trad. B. Bégout, op. cit., p. 59.
  • 60 Ibid., p. 60.
  • 61  Ibidem.
  • 62  Ibid., pp. 60-62.

49Dans « The Homecomer »58, « celui qui rentre au pays », Schütz poursuit l’analyse des décalages cognitifs et émotionnels en considérant la situation de personnes au départ insérées dans le même monde, celui des « familiers » formant un « nous », et qui sont amenées à se retrouver après que l’une d’elles ait connu des expériences non partagées par les autres, comme c’est le cas de la personne qui rentre au pays après une absence significative. Ce texte fut rédigé durant la seconde guerre mondiale et prend comme point d’appui l’expérience des soldats qui reviennent chez eux et les difficultés de réajustement entre leurs attentes et celles de leurs proches restés au pays. A nouveau, Schütz parle en connaissance de cause, ayant lui-même éprouvé cette situation pour avoir servi l’armée autrichienne durant la première guerre mondiale. Outre le décalage lié à la séparation des trajectoires de vie, la situation décrite par Schütz souligne les obstacles de la transmission de l’expérience vécue individuelle. Pourtant, le stock social de connaissance pouvait dans cette configuration être crédité d’un large recoupement du fait de la vie commune préalable. Les typifications d’arrière-plan à disposition, du moins celles transmises dans la socialisation primaire et celles forgées dans la vie commune, auraient pu faciliter la reconnection. Et malgré cela l’expérience montre que le retour ne va pas de soi, que le recouvrement n’en semble pas facilité pour autant. Schütz tente de dégager les sources de ces obstacles. Il y a, d’une part, la difficulté pour ceux qui sont restés au pays de se représenter la vie du soldat au front, dont ils n’ont aucune expérience immédiate et, d’autre part, la difficulté pour le revenant de porter à l’expression cette parenthèse vécue. Schütz mentionne à ce propos l’inefficacité des supports fictionnels qui, tels les reportages écrits et radiophoniques, ou les films technicolors, ont pour seul effet de produire un « stéréotype » : « le stéréotype de la vie du soldat « quelque part en France » ou « quelque part dans le Pacifique » ».59 Et il ajoute : « Il n’y a absolument aucune garantie que ce que toutes ces diverses sources d’information décrivent comme typique soit effectivement pertinent pour le membre absent du groupe. »60 Dans un premier temps, Schütz semble renvoyer l’écart constaté à un problème de congruence entre les systèmes de pertinence qui sous-tendent la formation des représentations. Mais il poursuit : « Ce qui lui arrive [au soldat] dans ces circonstances très particulières appartient (…) à son expérience individuelle, personnelle et unique, et il ne permettra jamais que cette dernière devienne quelque chose de typique. »61 La difficulté semble alors résider à un autre niveau, plus profond, celui d’une résistance de l’expérience vécue à la typification. Poursuivons : « Lorsque le soldat revient et qu’il commence à parler − s’il commence effectivement à parler − il est dérouté de constater que ses auditeurs, même les mieux disposés, ne comprennent pas le caractère unique et singulier de toutes ces expériences qui ont fait de lui un autre homme. (…) Le divorce entre l’importance unique et décisive que la personne absente accorde à ses expériences et leur pseudo-typification par les gens restés au pays, à laquelle ils attribuent une pseudo-pertinence, constitue l’un des obstacles majeurs au rétablissement mutuel des relations avec le nous. »62

50La signification de certaines expériences se déroberait à la transmission en raison d’une résistance à la typification, résistance qui est présentée par Schütz comme un rejet des opérations d’idéalisation et d’anonymisation requises pour l’objectivation de la signification. Dans cette description de la situation du revenant, les synthèses typificatoires semblent requérir des opérations de généralisation et d’abstraction. Daniel Cefaï nous invitait quant à lui à considérer les synthèses typificatoires du côté d’un travail de l’imagination plutôt que de l’entendement. Mais l’explicitation proposée par Schütz renverrait pour une part les difficultés du revenant à la mutilation qu’opérerait la typification dans la chair polythétique et proprement unique de son expérience vécue individuelle.

51Pourtant, les difficultés soulignées par l’analyse de Schütz ne s’éclairent pas de façon satisfaisante par la référence à la réduction de l’exemplaire dans le type. Au vu de ces situations, la théorie des typification se révèle à la fois trop vaste et trop étroite pour rendre compte des processus de stabilisation et de transmission d’expériences vécues. La lecture de Schaeffer nous invite à envisager d’autres éléments, tels la nature de l’expérience considérée et donc l’enjeu de la transmission éventuelle de sa signification ; ou encore la pluralité des véhicules susceptibles de porter cette transmission, avec leurs avantages et leurs inconvénients respectifs compte tenu de l’expérience considérée. Dans les quelques lignes qui suivent nous tenterons d’indiquer l’intérêt de ces apports pour la théorie sociologique, et les pistes de recherche qui pourraient s’y dessiner.

IV. Fiction et typification : remarques exploratoires

52La situation de l’étranger ne met pas avant tout en exergue le poids de la construction sociale de la réalité, mais bien celui de l’apprentissage et de l’assimilation d’un horizon partagé qui permet d’agir et d’interagir en appui sur des outils extrêmement sophistiqués. L’étranger est projeté dans une situation où il est supposé avoir déjà appris. Il n’a plus que le choix d’apprendre par essai et erreur et par raisonnement rationnel ou logique. Ces deux modalités d’apprentissage sont très exposées aux sanctions directes de la réalité et s’avèrent dans ce cas fort lourdes à mettre en œuvre. A contrario, cet exemple souligne l’importance de l’apprentissage mimétique qui préside habituellement à l’acquisition des compétences de base et opère dans un cadre protégé.

53La situation du revenant met quant à elle en évidence non pas comme l’écrit Schütz l’écart entre le vécu singulier et le type déjà disponible, mais bien la difficulté d’assimiler et de transmettre certaines expériences vécues. De ce point de vue, la théorie des fictions propose des outils d’analyse plus pertinents. La modélisation analogique est en effet caractérisée par sa propension à appréhender certaines situations d’une façon largement détournée. Ces méandres procurent à eux seuls un relâchement parfois nécessaire à l’assimilation. Or l’appréhension de l’expérience, même réalisée selon un cheminement très sinueux, engage un processus de maîtrise. D’autre part, la création comme la réception mimétique suppose une activité qui immerge fictivement dans l’expérience originelle, même si celle-ci est déguisée, atténuée ou déplacée. La transmission de l’expérience vécue dans ce qu’elle a de singulier est donc pensable sur ce mode, autorisant du moins en principe la rencontre si pas le recouvrement des systèmes de pertinence du créateur et du récepteur.

54La théorie des fictions attire donc l’attention sur ces deux points : 1) la nature de l’activité qui sous-tend la stabilisation et la transmission de la signification de l’expérience par immersion mimétique ; 2) les spécificités de la modélisation analogique.

551) L’immersion fictionnelle est une voie d’acquisition de schémas d’interprétation sur le mode de l’évidence, tels que les dépeint Schütz. Toutefois, cette transmission ne s’opère pas passivement. Les synthèses aperceptives effectuées dans l’appréhension de situations et le mouvement d’interprétation qui consiste à les rapporter à du connu ne rendent pas compte de l’activité de réinstanciation soulignée par Schaeffer. L’immersion n’opère pas par transfert aperceptif, mais bien au prix d’une forme d’expérience qui, bien qu’insérée dans un cadre ludique, partage certains des traits pertinents de l’expérience vécue originelle. Elle n’est pas analysée, mais elle est rejouée sur un mode mineur. C’est en cela que l’immersion mimétique se distingue du dressage ou du simulacre, qui induisent l’incorporation d’isomorphisme de premier degré. Dans la réinstanciation, c’est une forme de maîtrise des processus d’engendrement des comportements qui est accessible, maîtrise qui suppose un travail sur les similitudes de structure, et non sur les similarités de surface.

  • 63  Ce point a été relaté par Michèle Touret lors d’une conférence intitulée « La Main coupée de Blais (...)

562) La théorie des fictions invite d’autre part à considérer les divers enjeux de la situation. Ainsi, l’expérience vécue que tente de s’approprier et de transmettre le soldat revenant au pays n’est pas anodine. Sans doute certains véhicules représentationnels conviennent-ils davantage que d’autres à la stabilisation et à la transmission d’expériences vécues traumatisantes, telles celles du front, comme l’illustre l’exemple de Blaise Cendrars revenu amputé de la guerre 14-18. Cendrars a finalement rédigé un livre sur cette expérience, bien des années plus tard, après la seconde guerre mondiale, dans un récit intitulé « La main coupée ». Et dans ce livre qui relate la vie des tranchées, qui parle de son expérience du front et de celle de ses camarades, Cendrars ne mentionne qu’une seule fois l’épisode de sa main coupée. Mais pour ce faire, il change brusquement de registre, quittant la prose pour s’engager dans la poésie lyrique. Il dépeint alors l’étrange journée où un « lys rouge » tombé de nulle part a brusquement fait son apparition dans le champ, près de la troupe63

  • 64  Voir B. Bettelheim, The Uses of Enchantement, New York, Alfred A. Knopf, 1976 ; trad. T. Carlier, (...)

57On se souvient que selon Schaeffer, l’immersion fictionnelle, comme toute immersion mimétique, permet d’activer ou de réactiver un processus de modélisation analogique qui amène à adopter l’attitude qui serait la nôtre si nous nous trouvions dans la situation dont les mimèmes élaborent le semblant. D’un point de vue cognitif, la fiction se distingue d’autres appréhensions de la réalité essentiellement sur le rapport qu’entretiennent les représentations à leurs référents, rapport d’analogie globale, et non d’homologie. Or c’est précisément là que se situe la dimension émancipatoire de la fiction, dans cette possibilité de sortir de l’isomorphisme de premier degré si l’on peut dire. Sortir de l’homologie, cela peut vouloir dire s’autoriser à aborder des thèmes qui, s’ils devaient prendre les voies d’une représentation homologique, provoqueraient des reviviscences psychiques, relationnelles ou sociales difficiles à supporter. Cela permet d’explorer les possibilités que recèlent les expériences dont les enjeux, c'est-à-dire les peines et les joies, les primes et les sanctions potentielles, sont particulièrement élevés. Au vu de cette ampleur, des détours semblent nécessaires à une appréhension non traumatisante. Ce sont ces détours qu’autorise précisément l’immersion fictionnelle, comme cela se ressent de la perte éprouvée par Cendrars, et comme le constatent d’autres travaux, notamment ceux menés par Bruno Bettelheim sur la réception des contes de fées64.

58La théorie des fictions invite à considérer les spécificités de l’expérience ludique. L’immersion mimétique semble générer des savoirs et des compétences selon des modalités particulières, autorisant l’approche de registres d’expérience rétifs à la reproduction homologique, suscitant des états de conscience propices à l’exploration des possibles sur un mode mineur. Ces caractéristiques appellent à poursuivre l’enquête sur ses contributions aux processus de transmission de l’expérience vécue.

Haut de page

Notes

1  J.-M. Schaeffer, Pourquoi la fiction ?, Paris, Éd. du Seuil, « Poétique », 1999.

2  Voir A. Schütz, Der sinnhafte Aufbau der sozialen Welt, Vienne, Julius Springer, 1932 ; trad. G. Walsh & F. Lehnert, The Phenomenology of the Social World, Evanston, Northwestern University Press, 1967 - Collected Papers 1. The Problem of Social Reality, M. Natanson éd., The Hague, Martinus Nijhoff, 1962 ; Collected Papers 2.Studies in Social Theory, A. Bodersen éd., 1964 ; Collected Papers 3. Studies in Phenomenological Philosophy, I. Schütz éd., 1966 ; Collected Papers 4., H. Wagner, G. Psathas & F. Kersten eds - Trad. part. in Le Chercheur et le quotidien, trad. A. Noschis-Gilliéron, Paris, Méridiens Klincksieck, « Sociétés », 1987 - Reflections on the Problem of Relevance, R. Zaner éd., New Haven & Londres, Yale University Press, 1970 - A. Schütz & Th. Luckmann, Struckturen der Lebenswelt (1975), 2vols, Francfort sur le Main, Suhrkamp, 1979 et 1984 ; trad. The Structures of the Life World, Londres, Heinemann, 1974.

3  Voir Schaeffer : « je doute que la notion d’identification (fût-ce sous la forme de l’auto-identification) convienne pour décrire ce type d’immersion : il me semble plus juste de dire que le spectateur adopte la posture perceptive, c’est-à-dire que le mimème (…) l’induit à adopter l’attitude qui serait « normalement » la sienne si les stimuli mimétiques étaient réellement ce qu’ils ne font qu’imiter. »(op. cit., pp. 196-197) Ou encore : « Si l’immersion joue un rôle central dans la fiction, il n’en reste pas moins que son statut est celui d’un moyen : (…) son rôle est d’activer ou de réactiver un processus de modélisation mimétique fictionnelle ; et elle le fait en nous amenant à adopter (jusqu’à un certain point) l’attitude (la disposition mentale, représentationnelle, perceptive ou actantielle) qui serait la nôtre si nous nous trouvions réellement dans la situation dont les mimèmes élaborent le semblant. » (Ibid., p. 198).

4  Voir sur ce point les contributions de John Searle, auquel se réfère J.-M. Schaeffer, en particulier La construction de la réalité sociale (1995), trad. C. Tiercelin, Paris, Gallimard,1998.

5  J.-M. Schaeffer, op. cit., p. 162.

6  Voir la démonstration éclairante de Schaeffer à partir de canulars, de fausses biographies, etc. (op. cit., p. 133 s.) Dans la mesure où les marqueurs pragmatiques indiquent qu’il s’agit d’un récit biographique authentiquement historique, le lecteur même avisé engage la lecture dans cette disposition réceptive.

7  A. Dumas, Les Trois mousquetaires, Paris, Le Livre de Poche, 1995, p. 53.

8 Ibid., pp. 53-54.

9  Voir J.-M. Schaeffer, op. cit., p. 153 s.

10  « Dès lors qu’un mimème induit de fausses croyances, dès lors que notre conscience elle-même est leurrée, nous ne nous trouvons plus en état d’immersion fictionnelle, mais dans l’illusion au sens commun du terme. Mais du même coup nous ne nous trouvons plus dans le champ de la fiction. »(Ibid., p. 192).

11  J.-M. Schaeffer : « le point crucial dans la distinction entre situation fictionnelle et croyances « sérieuses » n’est pas précisément de l’ordre de la vérité ou de la fausseté « effective » (…). En revanche, il est indispensable que nous tracions une frontière entre les croyances (vraies ou fausses) auxquelles nous adhérons, et qui relèvent du principe de réalité (même s’il peut arriver qu’elles échappent de facto à sa sanction) et les constructions imaginaires qui ne relèvent pas de ce principe (ou du moins pas de la même manière). Sauf dans le cas de dysfonctionnements cognitifs très graves produisant systématiquement des croyances erronées, la frontière entre ce qui prétend à un statut véridique et ce qui n’y prétend pas est plus vitale que celle entre ce qui est effectivement vrai et ce qui est effectivement faux. »(op. cit., pp. 152-153).

12  Ibid., p. 153 s. ; p. 200 s.

13  Toutefois, ce statut n’est pas réservé à la fiction et concerne l’ensemble des « expériences de pensées ».

14  Schaeffer reprend ici des distinctions forgées dans le domaine de la psychologie cognitive entre imitation de surface et imitation de structures comportementales. Il se réfère notamment aux travaux de Richard W. Byrne & Anne E. Russon, « Learning by imitation : a hierarchical approach », Behavioral and Brain Sciences (21), 5, 1998, pp. 667-684. Sur la distinction entre isomorphisme de premier et de second degré, Schaeffer renvoie aux travaux de Shimon Edelman, notamment « Representation is representation of similarities », The Brain and Behavioral Sciences (21), 1998, 4, pp. 449-467.

15  D. W. Winnicott, Jeu et réalité. L’espace potentiel (1971), trad. C. Monod et J.-B. Pontalis, Gallimard, « Connaissance de l’inconscient », 1975.

16  Voir J.-M. Schaeffer, op. cit., p. 228 s.

17 Ibid., p. 117 s.

18 Ibid., p. 199.

19 Ibid., p. 213 s.

20 Ibid., p. 215.

21 Ibid., p. 213.

22 Ibid., p. 74 s.

23  Voir R. W. Byrne & A. E. Russon, op. cit., réf. citée par J.-M. Schaeffer, op. cit., p. 74 s.

24  Voir S. Edelman, op. cit., réf. citée par J.-M. Schaeffer, op. cit., p. 87 et p. 115-116.

25  J.-M. Schaeffer, op. cit., p. 74.

26 Ibid., p. 225.

27 Ibid., p. 214.

28 Ibid., p. 215.

29 Ibidem.

30 Ibid., p. 228.

31 Ibid., p. 229.

32 A. Schütz, Der sinnhafte Aufbau der sozialen Welt. Eine Einleitung in die verstehende Soziologie (1932), Francfort sur le Main, Suhrkamp, « Taschenbuch Wissenschaft 92 », 1974.

33  Voir A. Schütz, « La phénoménologie et les sciences sociales » (1940), rééd. Collected Papers 1., op. cit., pp. 118-139 ; trad. in Le Chercheur et le quotidien, op. cit., pp. 169-193.

34  Pour une présentation de l’œuvre de Schütz, voir : Blin Th., Phénoménologie et sociologie compréhensive. Sur Alfred Schütz, Paris, L’Harmattan « Dossiers sciences humaines et sociales », 1995 ; Cefaï D., Phénoménologie et sciences sociales. Alfred Schütz : naissance d’une anthropologie philosophique, Genève, Libr. Droz, 1998 ; Isambert F., « Alfred Schütz entre Weber et Husserl », Revue française de sociologie, XXX, 1989, pp. 299-319 ; Tellier F., Alfred Schutz et le projet d’une sociologie phénoménologique, Paris, puf « Philosophies », 2003 ; Wagner H., A. Schütz. An Intellectual Biography, University of Chicago Press, 1984 ; Williame R., Les Fondements de la sociologie compréhensive : Alfred Schütz et Max Weber, La Haye, Martinus Nijhoff, 1973 ; Zaccaï-Reyners N., Le Monde de la vie 2. Schütz et Mead, Paris, Éd. du Cerf « Humanités », 1996.

35  A. Schütz, «Sur les réalités multiples» (1945), rééd. Collected Papers 1, op. cit. ; trad. in Le Chercheur et le quotidien., p. 107.

36  Selon Schütz, l’activité pré-attentionnelle est une donnée qu’il ne s’agit pas de négliger. Par exemple : « ce qu’on appelle les faits concrets de la perception ne sont pas si concrets qu’ils n’y pourrait paraître. Ils recèlent déjà des abstractions d’une nature hautement sophistiquée, et nous devons tenir compte de cette situation sous peine de voir le concret là où il n’est pas. » Voir « Sens commun et interprétation scientifique de l’action humaine » (1953), rééd. Collected Papers 1, op. cit. ; trad. in Le Chercheur et le quotidien, op. cit., p. 8.

37 Voir A. Schütz, Der sinnhafte Aufbau der sozialen Welt, op. cit., p. 101.

38  A. Schütz, «Sur les réalités multiples», op. cit., p. 107.

39  Voir notamment l’ouvrage inachevé et publié à titre posthume : A. Schütz, Reflections on the Problem of Relevance, R. Zaner éd., New Haven & Londres, Yale University Press, 1970. Voir sur ce thème Ronald R. Cox, Schutz’s Theory of Relevance : A Phenomenological Critique, La Haye, Martinus Nijhoff, « Phaenomenologica » 77, 1978.

40  A. Schütz, Der sinnhafte Aufbau der sozialen Welt, op. cit., p. 109.

41  Voir notamment A. Schütz & Th. Luckmann, Struckturen der Lebenswelt (1975), 2vols, Francfort sur le Main, Suhrkamp, 1979 et 1984.

42 A. Schütz, Der sinnhafte Aufbau der sozialen Welt, op. cit., p. 112.

43 A. Schütz & Th. Luckmann, Struckturen der Lebenswelt, vol. 1, op. cit., p. 282.

44  Ibid., p 281-282.

45  Ibid., p 338.

46  « Dans le langage, en tant qu’élément pré-donné de la situation biographique, le monde est prétypifié. » Ibid., p 283.

47  « Toute interprétation est fondée sur une réserve d’expériences antérieures, qui sont nos propres expériences et celles transmises par nos parents et nos professeurs. Elles fonctionnent comme un cadre de référence sous la forme d’une ‘connaissance disponible’. » A. Schütz, « Sur les réalités multiples », op. cit., p. 105.

48  Voir « Type and eidos in Husserl’s late philosophy » (1959), in Collected Papers III, op. cit., pp. 92-115.

49  A. Schütz, «Sur les réalités multiples», op. cit., p. 122-123.

50 Ibid., p. 115.

51 A. Schütz & Th. Luckmann, Struckturen der Lebenswelt, vol. 1, op. cit., p. 88.

52  « Lui et moi apprenons à accepter comme donné le fait que les variations dans l’appréhension et l’explication qui résultent des différences entre ma situation biographique et la sienne, ne sont pas pertinentes pour mon, son, nos objectifs pratiques actuels. De la sorte, moi et lui, nous pouvons agir et nous comprendre comme si nous avions expérimenté et expliqué de façon identique les objets qui se trouvent présentement ou potentiellement à notre portée et leurs propriétés. Et – ceci vient s’ajouter et se combiner aux idéalisations du « et ainsi de suite » et du  « je peux le refaire à nouveau » –, nous apprenons à accepter comme donné le fait que nous pouvons en principe continuer à procéder de la même manière, autrement dit, nous apprenons non seulement que le monde que nous avons déjà expérimenté en commun est socialisé, mais aussi que le monde que j’ai encore à expérimenter est en principe socialisable. » A. Schütz & Th. Luckmann, Struckturen der Lebenswelt, vol. 1, op. cit., p.89.

53  Ibidem.

54  Daniel Cefaï, « Type, typicalité, typification. La perspective phénoménologique », in B. Fradin, L. Quéré & J. Widmer, L’enquête sur les catégories. Raisons pratiques 5, Paris, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 1994, pp. 105-128.

55 Ibid., p. 109.

56 Ibid., pp. 109-110.

57 A. Schütz, « The Stranger : an essay in social psychology» (1944), rééd. Collected Papers 2, op. cit., pp.91-105 ; trad. in Le Chercheur et le quotidien, op. cit., p. 217-236 ; nvelle trad. B. Bégout, in L’étranger, Paris, Éd. Allia, 2003, pp. 7-39.

58 A. Schütz, « The Homecomer »(1945), rééd. Collected Papers 2, op. cit., pp.106-119 ; trad. B. Bégout, in L’étranger, Paris, Éd. Allia, 2003, pp. 41-71.

59  A. Schütz, « The Homecomer », trad. B. Bégout, op. cit., p. 59.

60 Ibid., p. 60.

61  Ibidem.

62  Ibid., pp. 60-62.

63  Ce point a été relaté par Michèle Touret lors d’une conférence intitulée « La Main coupée de Blaise Cendrars, actualité d’une œuvre « inactuelle » », prononcée à l’Université Libre de Bruxelles le 13 décembre 2002 dans le cadre du séminaire d’Herméneutique littéraire. Voir Blaise Cendrars, La Main coupée, Paris, Éd. Denoël, « Tout autour d’aujourd’hui », vol. 6, 2002 (texte établi, présenté et annoté par Michèle Touret). Schaeffer souligne également cette relation : « la puissance du mimème en tant qu’inducteur d’immersion se nourrit en grande partie de la réaction affective provoquée par la réalité mimée. D’où le fait, très important, que cette puissance ne dépend pas seulement de la « fidélité » mimétique – ou plutôt de sa richesse en termes de facteurs représentationnels – mais tout autant de la charge affective liée à ce qui est représenté. Les deux dynamiques sont sans doute en relation de complémentarité : plus la charge affective induite par ce qui est représenté est forte, moins le mimème a besoin d’être « fidèle » ; et, à l’inverse, plus le mimème est fidèle, moins la charge affective de l’objet représenté a besoin d’être grande. » (op. cit., p. 187). Nous dirions plutôt : « au moins le mimème est fidèle, au plus la charge affective induite par ce qui est représenté peut être forte ; et, à l’inverse, au moins la charge affective de l’objet représenté est grande, au plus le mimème peut être fidèle. »

64  Voir B. Bettelheim, The Uses of Enchantement, New York, Alfred A. Knopf, 1976 ; trad. T. Carlier, Psychanalyse des contes de fées, Paris, Robert Laffont, 1979. Selon Bettelheim, l’entrée dans l’imaginaire des contes de fées permet à l’enfant d’explorer certains enjeux de la vie affective qui, s’ils devaient être abordés frontalement, ou encore s’ils demeuraient excommuniés, seraient susceptibles de provoquer des traumatismes. L’immersion ludique offre une voie de choix pour investiguer dans ces registres sans trop de risques. Bettelheim explique par exemple que le fantasme de la méchante marâtre, personnage très présent dans les contes de fées, permet à l’enfant de protéger l’image positive de la bonne mère (généralement fictivement décédée avant le début du conte) tout en associant à la belle-mère les caractères de sa mère menaçante. Ce subterfuge, consistant à découpler le personnage maternel pour incarner les côtés ressentis comme bons et comme mauvais, permet à l’enfant d’explorer pleinement les sentiments de colère dirigés contre sa vraie mère, et ce sans même prendre le risque de détruire l’image de sa « bonne » mère.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Zaccaï-Reyners, « Fiction et typification », Methodos [En ligne], 5 | 2005, mis en ligne le 08 avril 2005, consulté le 26 mars 2017. URL : http://methodos.revues.org/378 ; DOI : 10.4000/methodos.378

Haut de page

Auteur

Nathalie Zaccaï-Reyners

Chercheure qualifiée au Fonds National de la Recherche Scientifique belge Université Libre de Bruxelles

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • Revues.org