Navigation – Plan du site
Analyses et interprétations

Entre apeiron présocratique et métastabilité thermodynamique : l’idée de préindividuel chez Gilbert Simondon

Sarah Margairaz

Résumés

Si la notion de « préindividuel » fait figure de nouveauté lexicale par rapport au vocabulaire de la métaphysique traditionnelle, et se présente ainsi comme une idée « neuve » à partir de laquelle Gilbert Simondon prétend rompre avec toute une tradition de pensée de l’individuation, celui-ci se réfère pourtant à plusieurs reprises pour en expliciter le sens aux notions d’apeiron et de phusis présocratiques. Cependant, c’est en s’appuyant également sur la notion de « métastabilité », qu’il emprunte à la thermodynamique des états loin de l’équilibre, que Simondon confère à l’idée de « préindividuel » une signification originale. Il s’agira d’abord de  comprendre comment s’inscrit dans la construction de l’hypothèse simondonienne ce retour à la pensée présocratique, avant de nous interroger sur les fondements de la méthode qui consiste à « actualiser »  l’idée d’un état de l’être antérieur à toute forme individuée en empruntant des notions et des paradigmes aux sciences positives qui cherchent à théoriser les processus de transformation et de changement d’état de systèmes. Le but de cet examen est de questionner la légitimité d’une démarche analogique qui prétend faire bénéficier la réflexion métaphysique du développement des sciences, et de montrer dans quelle mesure la méthode « transductive » de construction de l’idée de préindividuel échappe au double écueil qui consisterait soit à s’en tenir à un usage métaphorique des schèmes de pensée scientifiques, soit à verser dans une forme de positivisme réductionniste.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Gilbert Simondon, L'individuation à la lumière des notions de forme et d'information, Grenoble, Mi (...)
  • 2  L'individuation à la lumière des notions de forme et d'information, op.cit., p. 24 (désormais noté (...)
  • 3  Voir par exemple L’individuation, p. 23 : « Dans cette notion même de principe, il y a un certain (...)

1La réflexion déployée par Gilbert Simondon dans sa thèse principale1 se présente de façon indissociable comme un renversement de la position classique du problème de l’individuation, et comme une tentative pour transformer notre conception de l’individu en soumettant les caractéristiques de la réalité individuée à l’étude préalable de sa genèse. Il s’agit, selon l’expression de Simondon, d’« opérer un retournement »2 de la démarche qui consistait, dans la métaphysique traditionnelle, à rendre compte de l’individuation à partir d’un principe. En effet, que l’individu soit conçu comme une entité constituée d’atomes élémentaires, ou bien comme une substance faite de l’union d’une forme et d’une matière – selon le schème hylémorphique –, dans les deux cas on fait reposer l’explication de son individualité sur un ou des terme(s) principiel(s), conçu(s) indépendamment de sa genèse effective. De sorte que l’opération d’individuation ne reçoit dans cette perspective d’autre consistance que celle d’un intermédiaire obscur, voué à la mise en œuvre passive d’un principe qui contient en lui-même l’explication de l’unité de l’individu qui en procède3. A l’inverse, « retourner » la position du problème de l’individuation consiste à lever le voile jeté par la tradition sur l’opération de genèse des individus, afin de penser pour lui-même le processus d’individuation sans le soumettre par avance aux caractéristiques de l’individualité recherchée.

  • 4  Ibid., p. 151 : « Comme nous ne pouvons appréhender la réalité que par ses manifestations, (…) ce (...)
  • 5  Ibid., p. 27.
  • 6  Voir par exemple L’individuation, p.196 : « il reste de l’apeiron dans l’individu, comme un crista (...)

2Or si l’on suit le raisonnement simondonien, on ne peut redonner de consistance à l’opération par laquelle un individu advient sans supposer l’existence d’une réalité « préindividuelle », qui seule donne à concevoir l’individuation comme avènement véritable d’un être dont les caractéristiques n’étaient pas contenues à l’avance au sein d’un principe. L’idée de « préindividuel » apparaît donc d’abord comme une hypothèse critique, dont la fonction consiste à renvoyer à un aspect de la réalité qu’on ne peut concevoir sinon de façon négative, comme une dimension du réel non-individuée, qui échappe en tant que telle aussi bien à la perception4 qu’à l’unité et à l’identité des concepts – « adéquats à la réalité individuée seulement, et non à la réalité préindividuelle »5. Cependant, Simondon lui confère également d’emblée un contenu positif, en décrivant dès les premières pages de l’Introduction de sa thèse principale le préindividuel comme un « système recélant des potentiels », en état de tension et d’incompatibilité par rapport à lui-même, susceptible non seulement de donner lieu à une individuation, mais encore de survivre à cette opération à titre de potentiel restant, et permettant par là à la réalité individuée de poursuivre son individuation. Par ailleurs, c’est en revendiquant une filiation avec la pensée présocratique de la genèse, et en prenant appui sur les notions d’apeiron et de phusis, que Simondon s’efforce d’expliciter la signification de son hypothèse, allant jusqu’à substituer à plusieurs reprises l’une de ces notions au terme de préindividuel6. Plutôt qu’un « retournement » de la pensée de l’individuation, il pourrait donc sembler que Simondon opère au travers de l’idée de préindividuel un retour à une saisie intuitive et dogmatique de l’être conçu comme nature originaire, élément premier dont tout procède. Or c’est en s’appuyant également sur des paradigmes et des schèmes de pensée issus de savoirs positifs, notamment sur la notion de « métastabilité » – qu’il emprunte à la thermodynamique des états loin de l’équilibre – que Simondon en vient à conférer à son hypothèse une dimension originale, qui semble alors justifier le recours à cette invention lexicale que constitue le terme de « préindividuel ».

  • 7  Voir L’individuation, p. 269 : « La véritable philosophie première n’est pas celle du sujet, ni ce (...)
  • 8  Notamment Isabelle Stengers, dans un article intitulé « Pour une mise à l’aventure de la transduct (...)

3Le but de ce travail est d’interroger la signification ontologique et le statut épistémologique de l’idée de préindividuel, sachant que l’interprétation de cette idée engage celle de la pensée simondonienne de l’individuation dans son ensemble. En effet, d’un côté le préindividuel a valeur de condition sine qua non d’une authentique pensée de la genèse, en tant que cette dernière a pour but non seulement d’expliquer la genèse des individus particuliers, mais également de valoir comme « philosophie première »7, susceptible de rendre compte de la différenciation de l’être en « domaines » distincts – qui correspondent aux trois régimes d’individuation étudiés par Simondon dans sa thèse : physique, vital, et psycho-social. De l’autre, c’est au moyen d’analogies établies entre le préindividuel et les conditions d’état caractéristiques de certains systèmes, tels qu’ils sont étudiés dans des domaines de savoir particuliers comme la thermodynamique des états loin de l’équilibre ou la théorie de l’information, que Simondon s’efforce de préciser le contenu de son hypothèse. Or de deux choses l’une : soit l’on accorde aux paradigmes et aux schèmes de pensée empruntés par Simondon aux sciences positives un caractère simplement didactique et métaphorique ; auquel cas rien ne distingue l’hypothèse du préindividuel d’un postulat métaphysique dogmatique et constructiviste. Soit l’on prend au sérieux l’ancrage de cette idée dans des notions tirées de savoirs positifs et dans des paradigmes concrets ; mais se pose alors la question de savoir dans quelle mesure l’extension de schèmes de pensée tirés de théories particulières à l’ensemble de la réalité n’induit pas une forme de réductionnisme – reproche ayant d’ailleurs été adressé à Simondon par plusieurs commentateurs8.

1. Apeiron et phusis : la relation à la pensée présocratique de la genèse

  • 9  On peut voir dans le « retournement » inaugural de la recherche du principe d’individuation un ges (...)
  • 10  C’est notamment ainsi qu’Aristote caractérise le statut du substrat premier dont il faut bien prés (...)
  • 11  Ces principes ne pouvant s’appliquer qu’à l’être déjà individué. Voir L’individuation, p. 32.
  • 12  « Devenir » étant dans la perspective simondonienne synonyme de « s’individuer ». Voir par exemple (...)

4L’idée de préindividuel constitue d’abord sur un plan logique la condition de possibilité d’une véritable pensée de la genèse, dans la mesure où elle renvoie à une dimension du réel qui permet de mettre en suspens les présupposés que véhicule la conception traditionnelle de l’individualité. En effet, ce que Simondon reproche à la tradition métaphysique, de façon plus fondamentale encore que le recours à la notion de « principe », c’est d’être partie d’une vision préconçue et en fin de compte normative de ce que doit être un individu : à savoir un être un, indivisible, et identique à lui-même ; une substance persistant au travers de ses accidents. C’est dans l’exacte mesure où la recherche d’un principium individuationis présuppose, en amont, une représentation toute faite de ce en quoi consiste l’individualité de l’individu, qu’elle conduit dans un second temps à concevoir la genèse en fonction du résultat, et à attribuer à un principe les caractères de l’individualité en question. Le plus grave étant, dans la perspective simondonienne, qu’une telle posture théorique revient à dénier à la pensée philosophique tout pouvoir de découverte effectif, puisqu’elle s’interdit par avance d’envisager aucun aspect de l’être individué qui ne serait pas déjà inclus dans le questionnement de départ. En cela l’hypothèse du préindividuel joue d’abord le rôle d’opérateur logique visant à « renverser » littéralement le sens du questionnement métaphysique sur l’individuation9. Par ailleurs, c’est le présupposé selon lequel il y a réversibilité entre le fait d’être et le fait d’être un qui conduit à faire de l’individuation une « donnée » plus qu’un problème, et à ôter au processus d’individuation tout pouvoir de génération effectif. En effet, dès lors qu’on accorde par principe une dignité ontologique supérieure à la substance individuelle, cette dernière fait peser en retour une contrainte logique sur toute la pensée du devenir, dont le sens est déterminé d’avance – puisqu’il est soit devenir d’une substance individuelle, soit devenir d’un substrat, « en puissance indéterminé »10, mais ne pouvant que tendre vers l’unité et la déterminité. C’est pourquoi Simondon insiste à l’inverse sur la positivité ontologique de l’être préindividuel, en tant qu’il désigne l’être saisi avant toute individuation, être auquel « le principe du tiers exclu et le principe de non contradiction ne s’appliquent pas »11, mais existant pourtant en acte, à titre de « potentiel réel ». En effet, Simondon accorde d’emblée au préindividuel le statut de condition de possibilité réelle – et non simplement logique – de la genèse des individus, qualifiant ce dernier d’« être en tant qu’être » – par opposition à l’être en tant qu’il devient12 –, susceptible de « se déphaser », c'est-à-dire d’engendrer à partir de ses propres tensions un couple de réalités complémentaires que sont l’individu et son milieu.

  • 13  Texte rédigé en même temps que la thèse, et publié en supplément dans l’édition complète de 2005, (...)

5C’est cette volonté de conférer au préindividuel une consistance véritable, une réalité pour ainsi dire « physique », tout en lui refusant l’identité à soi propre à la substance, qui explique la référence récurrente de Simondon à la pensée de ceux qu’Aristote nomme les « physiologues » ioniens. Ce qui l’intéresse particulièrement dans la philosophie présocratique ionienne – telle qu’il l’expose notamment dans l’Histoire de la notion d’individu13 –, c’est la conception d’un élément premier, infini, illimité, susceptible d’opérer une séparation à partir de lui-même pour engendrer des êtres distincts ; enfin, un élément dont tout procède, depuis les substances naturelles les plus élémentaires jusqu’aux sociétés humaines. Par ailleurs, parmi les penseurs présocratiques qui ont conçu l’existence d’un élément primordial à partir duquel s’engendrent les êtres individués, Simondon se réfère de façon privilégiée à Anaximandre et à la notion d’apeiron, sans doute parce que ce terme – souvent traduit par les substantifs d’Illimité, ou d’Indéterminé – renvoie à un élément originel qui ne peut être confondu avec aucun être sensible – contrairement à l’eau chez Thalès, ou à l’air chez Anaximène. Simondon considère alors la notion d’apeiron comme un « équivalent » de l’idée de préindividuel, au point de l’employer plusieurs fois à la place de celle de préindividuel, laissant ainsi penser que les deux termes seraient substituables.

  • 14  Comme l’explique très clairement Ludovic Duhem dans l’article sus-cité, le terme de phusis n’appar (...)

6L’autre notion que Simondon substitue parfois à celle de préindividuel est la notion de « nature », en tant qu’elle renvoie explicitement à la nature telle que la concevaient les présocratiques14. Cette notion fait alors figure chez Simondon de quasi-synonyme de celle d’apeiron, comme on peut le voir dans ce passage extrait de la Conclusion de L'individuation à la lumière des notions de forme et d'information, où Simondon écrit:

  • 15  L’individuation, p. 305.

« On pourrait nommer nature cette réalité que l’individu porte avec lui, en cherchant à retrouver dans le mot nature la signification que les philosophes présocratiques y mettaient : les Physiologues ioniens y trouvaient l’origine de toutes les espèces d’être, antérieure à l’individuation ; la nature est réalité du possible, sous les espèces de cet apeiron dont Anaximandre fait sortir toute forme individuée : la Nature n’est pas le contraire de l’Homme, mais la première phase de l’être, la seconde étant l’opposition de l’individu et du milieu, complément de l’individu par rapport au tout »15.

  • 16  Simondon emploie également à ce titre l’expression de « charge de nature », ou de « charge associé (...)
  • 17  Simondon confère au terme de phusis une signification qui recoupe les trois sens répertoriés par G (...)

7On peut relever ici deux éléments significatifs. D’une part, Simondon considère comme allant de soi le fait que le préindividuel constitue à la fois une réalité que l’individu « porte avec lui », qui coexiste donc avec la réalité individuée16, et une Nature première, distincte de la précédente par sa majuscule, qui correspond à « la » première phase de l’être, antérieure à toute apparition de forme individuée. Or c’est là une ambivalence déjà présente dans la conception présocratique de la phusis, qui renvoie à la fois au premier principe de la génération, et à une réalité qui subsiste en chacun des êtres engendrés comme principe de croissance17. D’autre part, en conférant à cette nature le statut de « réalité du possible », Simondon souligne une dimension également présente dans la notion de phusis, à savoir que le préindividuel ne doit pas être conçu comme distinct de son pouvoir générateur, mais comme une dimension intrinsèquement dynamique et productive du réel. L’idée selon laquelle le préindividuel constitue une « charge » de nature ou d’apeiron, que l’individu « porte » avec lui, ne doit donc pas être interprétée au sens où le préindividuel constituerait un « poids », un fardeau substantiel qui resterait attaché à l’individu à la manière d’une excroissance, mais bien plutôt au sens où il constitue une charge semblable à une charge électrique, un réservoir d’énergie potentiellement disponible pour de nouvelles transformations.

  • 18  Ce qui tendrait à inscrire l’ontogenèse simondonienne dans la lignée des philosophies de la Nature (...)
  • 19  L’individuation, note 3 p. 26.

8L’usage que fait Simondon des notions d’apeiron et de phusis pourrait donc inciter à conclure que le préindividuel correspond à un fond de nature premier, à une sorte de point d’origine absolu, antérieur à toute constitution de forme, et par là également antérieur à la distinction entre nature et culture, sujet et objet, etc18. Or une première objection à cette interprétation s’impose dès les premières pages de l’Introduction de la thèse principale, où Simondon précise que le préindividuel ne peut être pensé adéquatement sans le recours à une autre notion, celle d’« équilibre métastable », et ajoute que « les Anciens ne pouvaient faire intervenir la notion de métastabilité dans la recherche du principe d’individuation, parce qu’aucun paradigme net ne pouvait en éclairer l’emploi » (nous soulignons). Cependant, il mentionne également en note qu’« il a existé chez les Anciens sous-entendu : chez les physiologues ioniens des équivalents intuitifs et normatifs de la notion de métastabilité ; mais comme la métastabilité suppose généralement à la fois la présence de deux ordres de grandeur et l’absence de communication interactive entre eux, ce concept doit beaucoup au développement des sciences. »19 Cette note suggère que le travail accompli par Simondon pour caractériser l’état préindividuel de l’être en termes de métastabilité s’inscrirait dans la continuité directe des intuitions développées par les présocratiques dans leur méditation sur la genèse, auxquelles il apporterait simplement un surplus de formalisation et de précision conceptuelle, en s’appuyant sur des notions issues de la physique moderne – en l’occurrence issues de théories étudiant la transformation des systèmes en fonctions de leurs conditions énergétiques. Or de deux choses l’une : soit le préindividuel renvoie, comme semble le suggérer cette note, à une hypothèse « intuitive et normative », indépendante en tant que telle du développement des sciences positives ; auquel cas il apparaîtrait comme cohérent que les présocratiques puissent avoir anticipé cette intuition. Mais se pose dans ce cas la question de savoir ce que son actualisation apporte à la compréhension de la genèse, quel « gain » représente la traduction de cette idée en termes de métastabilité. Soit la signification du préindividuel est en elle-même étroitement dépendante de son ancrage dans des notions et des paradigmes tirés de la physique moderne – comme tend à le suggérer l’idée qu’elle « doit beaucoup » au développement des sciences. Mais se pose alors la question de savoir en quoi consiste précisément cette dépendance à l’égard de notions tirées de domaines de savoir particuliers, et surtout dans quelle mesure la conception du préindividuel en termes de métastabilité ne repose pas sur une extension abusive à l’échelle de la réalité en général d’un schème physicaliste.

2. Les limites de la parenté avec la pensée présocratique de la genèse : le schème de la métastabilité

  • 20  Simondon distingue en général un « paradigme » d’un « schème » de pensée. Un paradigme renvoie à u (...)
  • 21  Le fait que ce contact soit fortuit ou volontaire ne change rien à la nature du processus.
  • 22  Voir plus bas pour l’analyse du caractère transversal de la notion de transduction.
  • 23  L’individuation, p. 26 et p. 28.

9De fait, loin de renvoyer à un paradigme ayant seulement vocation à illustrer une conception millénaire de la nature, et à assortir une idée ancienne d’un vêtement conceptuel moderne et concret, la notion de métastabilité contribue à infléchir la signification de l’idée de préindividuel en un sens qui tend à la différencier de la conception présocratique de la phusis et de l’apeiron. Cette notion, issue de la thermodynamique des états loins de l’équilibre, désigne la situtation énergétique particulière d’un système dans lequel l’inégale répartition de l’énergie entre les molécules constitue en soi une forme d’énergie potentielle pouvant donner lieu à des transformations structurelles en cas de modification de l’état énergétique du système. L’exemple qui constitue pour Simondon le cas paradigmatique d’une structuration à partir d’un état d’équilibre métastable est celui du processus de cristallisation20. En effet, pour qu’un cristal solide se forme à partir d’une solution liquide, il faut que cette dernière se trouve dans une situation énergétique de « surfusion », c'est-à-dire dans un état d’équilibre relativement stable, mais qui ne correspond pas non plus à l’état de stabilité atteint par un système lorsque toutes les transformations possibles ont eu lieu, et qu’il se trouve à son plus bas niveau de potentiel énergétique. Il suffit alors d’un apport minime – le simple contact avec un germe cristallin21 – pour qu’émerge de la rencontre entre la solution et cette faible quantité de matière importée un réseau de maille cristalline à structure géométrique itérative. Le processus de formation du cristal s’apparente ainsi à la propagation d’une structuration s’étendant dans toutes les directions, chaque « couche » structurée de cristal solide servant de principe à la formation de la couche suivante. Ce paradigme a d’un côté valeur d’exemple didactique, puisque la façon dont progresse le processus de formation du cristal fournit d’abord « l’image la plus simple de l’opération transductive » – la transduction étant le nom que Simondon donne au schème opératoire modélisant de façon générale le processus d’individuation, en tant qu’il consiste, quelle que soit la réalité considérée, en une opération de structuration en progrès22. Cependant, il reçoit également une valeur véritablement heuristique, à partir du moment où la notion de métastabilité détermine de façon directe la signification de l’idée de préindividuel, au point que Simondon emploie indifféremment les expressions de « réalité préindividuelle » et de « métastabilité primitive et originelle » du réel, ou encore de régime de métastabilité23.

  • 24  Ibid., p. 25.
  • 25  Dans le cas du cristal, il y a disparité entre l’ordre de grandeur de l’espèce chimique contenue d (...)
  • 26  Simondon souligne notamment que « (…) forme, matière, et énergie préexistent dans le système » L’i (...)
  • 27  Simondon nomme « résonance interne » cette propriété caractéristique d’un système individué, selon (...)

10La relation d’analogie établie par Simondon entre le processus de cristallisation et le processus d’individuation en général contribue donc à préciser les dimensions qui distinguent de façon significative l’idée de préindividuel de l’intuition présocratique de la nature. D’une part, en tant qu’il désigne l’être en sa dimension métastable, le préindividuel ne renvoie pas à un élément premier radicalement homogène – malgré l’ambiguïté de certaines formules employées par Simondon au sujet du préindividuel, notamment celles d’« être sans phases », ou encore d’« être sans devenir et homogène, qui ensuite se structure et devient »24. En effet, s’il est possible d’attribuer une forme d’homogénéité au préindividuel, c’est seulement dans la mesure où il renvoie à un état de l’être où coexistent des ordres de grandeur disparates25, que l’on peut à peine qualifier d’« hétérogènes », leur seule caractéristique étant précisément de ne pouvoir être mis en relation, de n’être pas liés par le minimum d’interaction qui permettrait de déterminer la nature de leur différence ou leur asymétrie. S’il y a homogénéité de l’être au niveau du préindividuel, il ne s’agit donc pas du même type d’homogénéité que celle qui caractérise l’élément premier chez les présocratiques. Il s’agit d’une forme d’homogénéité relative, qualifiant l’état d’un système dans lequel existent déjà matière, forme, et énergie26, mais dont les éléments se trouvent à l’état de « disparation », c'est-à-dire dans l’impossibilité momentanée d’interagir les uns avec autres. Ce qui distingue un tel système d’un système individué, c’est donc l’absence d’interaction réciproque en ses éléments, qui fait qu’il ne peut être mis en relation avec lui-même, et se trouve ainsi dans l’incapacité d’évoluer, de devenir en différant de lui-même dans le temps27.

  • 28 L’individuation, p.25.

11D’autre part, le préindividuel ne peut donc pas non plus faire figure d’unité première, à la façon de l’élément présocratique originairement un, qui opère ensuite un mouvement de séparation (apokrisis) à partir de lui-même. En effet, le fait que le préindividuel nomme en tant que tel l’état de coexistence d’une pluralité d’éléments encore incompatibles, incapables d’interagir les uns avec les autres, confère à ce dernier la valeur d’un « potentiel réel », plus riche que l’état qui suit – car encore gros de plusieurs possibilités de transformations – eu égard auquel l’individuation fait figure de « résolution », d’« appauvrissement »28 des tensions initiales. En ce sens, c’est comme une réalité qui « dépasse l’unité » – et non comme unité première – que Simondon décrit le préindividuel, lui accordant le statut de « plus qu’unité et plus qu’identité », dont la structuration sous forme d’une réalité individuée à laquelle s’applique la logique de l’identité et du tiers exclu s’apparente à une simplification.

  • 29 Ibid., p. 320.
  • 30 Ibid., p. 34.
  • 31  Ibid., p. 320.
  • 32  Voir Henri Bergson, La pensée et le mouvant, op.cit., 1938, p. 110-111.
  • 33  Il est à noter que l’idée qu’il y a conservation du préindividuel au travers de ses individuations (...)
  • 34  Simondon explique notamment au sujet de la réalité préindividuelle qu’« il ne faut pas la concevoi (...)

12Enfin, l’analogie établie par Simondon entre l’idée de préindividuel et celle de métastabilité invite à relativiser l’antériorité du préindividuel par rapport à la réalité individuée. S’il y a bien une antériorité du préindividuel par rapport au réel individué – sans quoi on ne voit pas pourquoi Simondon ne se serait pas contenté de qualifier cet état de l’être de « non-individuel » – il s’agit cependant d’un type d’antériorité qui n’est à proprement parler ni simplement logique, ni chronologique, et offre ainsi une forme de troisième voie de résolution à l’aporie antique de la génération. Simondon accorde en effet un rôle déterminant dans la structuration du préindividuel à ce qu’il nomme une « singularité informante » – le germe, dans le cas du cristal –, réalité à la fois « historique et locale », qui tend donc à faire du préindividuel un être qui n’est pas tant antérieur à la réalité individuée qu’« omniprésent »29, coexistant avec de l’être déjà structuré. C’est ce que confirme l’idée énoncée dès l’Introduction de la thèse principale, selon laquelle « la transduction ne suppose pas l’existence d’un temps préalable comme cadre dans lequel la genèse se déroule, le temps lui-même étant solution, dimension de la systématique découverte ; le temps sort du préindividuel comme les autres dimensions selon lesquelles l’individuation s’effectue » – chaque individu possédant à ce titre une chronologie et une topologie d’individuation propres30. En ce sens, le préindividuel ne peut pas à proprement parler être dit exister « antérieurement » à la réalité individuée. Bien plus, Simondon assume pleinement le paradoxe selon lequel c’est l’individuation qui « crée » le devenir, et « ce n’est qu’après l’individuation que l’être a un passé et que le préindividuel devient une phase »31. On pourrait rapprocher ce paradoxe de celui soulevé par Bergson dans l’essai intitulé « Le possible et le réel » comme l’une des conséquences majeures de l’intuition de la durée, à savoir l’idée d’une « création rétroactive du possible par le réel »32. De fait, si le devenir est pensé comme étant à la fois créateur de nouveauté et conservation intégrale du passé33, il revient à l’événement présent de révéler certaines potentialités du passé qui, en un sens, existaient déjà depuis longtemps, en un autre sens, seraient demeurées virtuelles si le présent n’avait pas fait d’elles les conditions nécessaires à son déploiement. A ceci près que Bergson souligne à ce titre le rôle prépondérant joué par la création et l’action présentes, et conçoit l’existence du passé sur le mode de la virtualité ; tandis que Simondon s’efforce simultanément de ne pas faire du préindividuel un être simplement virtuel, dont l’actualisation serait surdéterminée par l’acte d’une réalité déjà individuée34.

  • 35  L’information étant précisément pensée par Simondon comme « prise de forme », « in-formation », «  (...)
  • 36  Phénomène que Simondon décrit dans le Chapitre II de l’Individuation physique – en s’appuyant sur (...)

13On peut à cet égard souligner l’ambivalence du rôle joué par la singularité informante. En effet, d’un côté, on pourrait avoir l’impression que cette singularité joue un rôle analogue à celui d’une cause formelle, qui tendrait alors à faire du préindividuel une nouvelle forme d’être en puissance, nécessitant la présence d’une réalité en acte pour s’actualiser. De l’autre, Simondon prévient cette mésinterprétation, en recourant à un autre schème qui vient compléter celui de la métastabilité, celui de l’information conçue comme « résolution amplifiante d’une disparation ». Le paradigme qui éclaire de façon récurrente cette conception originale de l’information35 est celui de l’apparition de la profondeur dans le processus de vision binoculaire. De fait, la vision binoculaire se forme à partir de deux images monoculaires, chacune à deux dimensions, qui ont la particularité de n’être pas superposables, et constituent en ce sens pour la perception un problème d’incompatibilité à résoudre. A partir de là, la perception d’une seule et même image dotée d’une troisième dimension qu’est la profondeur constitue une opération de résolution d’une disparation initiale par invention de la dimension nouvelle qu’est la profondeur. On pourrait objecter qu’il s’agit là d’une opération qui relève du domaine spécifique de l’activité perceptive, et n’a donc pas légitimité à être transposée à un autre domaine comme celui de l’individuation physique. Or ce que cherche à effectuer Simondon, au travers de ce paradigme, c’est à nouveau à mettre au point un schème opératoire abstrait ayant valeur pour penser l’individuation en général, qui apporte en tant que tel un complément au schème de la transduction. Si la transduction insiste en effet sur le caractère progressif de l’opération d’individuation – conçue selon ce schème comme activité de propagation à partir d’une structuration initiale – ce nouveau schème a pour but de mettre en valeur cette fois l’aspect inventif et résolutif de la structuration initiale. Or le schème de l’information s’avère bien par ailleurs opératoire dans le cas de la cristallisation. Il souligne le fait qu’il se produit, au moment où se forme la première couche de cristal, une véritable rencontre entre les conditions énergétiques initiales de la solution à l’état amorphe – réalité d’ordre interélémentaire – et la matière de cette solution – réalité d’ordre intraélémentaire – ce grâce à l’intervention du germe qui fait émerger entre elles une relation orientée, permettant de transformer l’énergie potentielle accumulée en énergie de structuration36. En ce sens, la singularité – ici, le germe – n’est « informante » que dans la mesure où c’est bien elle qui déclenche le passage de l’état liquide à l’état solide, mais où elle ne contient pas en elle-même la forme géométrique de la structure solide résultant de cette rencontre. Même si l’on peut, de fait, établir à partir de l’observation, une corrélation empirique entre le type de formes cristallines obtenues et les propriétés de la solution et du germe ayant conditionné leur apparition, il n’en demeure pas moins qu’il y a, au moment même de la formation de la première couche, émergence d’une structure géométrique qui n’était contenue analytiquement dans aucun des éléments mis en présence, et exprime à la fois les propriétés de l’espèce chimique contenue dans la solution et celles du germe introduit.

  • 37  C’est en vertu de cette définition opératoire de l’in-formation que le schème de la résolution amp (...)
  • 38  Ibid., p. 25.

14D’une part, le schème de l’information s’avère donc opératoire dans le cas du cristal, et complémentaire de celui de la transduction, dès lors que la notion d’information fait elle-même l’objet d’une définition paradigmatique précise. L’information est en effet pensée par Simondon comme une opération qui ne doit pas être conçue sur le modèle de la transmission d’un message préétabli, mais sur celui de l’émergence d’une forme, de l’apparition d’une dimension permettant de résoudre un problème de disparation, en transmuant cette disparation en interaction orientée. Elle s’apparente ainsi à la « découverte » d’une compatibilité ne préexistant pas à son apparition, qui « donne sens » à la disparation première, du fait qu’elle la transforme en une relation interactive, au sein de laquelle les éléments originairement disparates font à présent figure de couple, de réalités complémentaires formant une dualité opérante37. D’autre part, on peut à présent revenir sur l’ambivalence caractéristique du rôle joué par la singularité informante dans l’opération d’individuation. D’un côté, Simondon accorde bien à cette réalité historique et locale un rôle déterminant dans le déclenchement du processus d’individuation, puisque, pour reprendre le cas de la cristallisation, c’est seulement dans la mesure où l’on plonge un germe dans la solution que le système passe de l’état « amorphe » – où il y a disparation stérile entre une énergie potentielle et des molécules chimiques réparties de façon désordonnée – à l’état de système en voie d’individuation. Le rôle attribué par Simondon à la singularité confère donc au « passage » d’un état à un autre que représente l’individuation, ce dès le niveau de la réalité physique, la valeur d’un véritable événement, doté d’une facticité irréductible, au cours duquel émerge une réalité nouvelle, qui ne préexistait pas à l’état virtuel. D’un autre côté, c’est seulement dans la mesure où elle est mise en relation avec un système à l’état de métastabilité qu’une singularité se trouve en position de résoudre une incompatibilité initiale, et acquiert ainsi son statut de singularité « informante ». Bien plus, c’est dans l’exacte mesure où il y a conservation des tensions initiales, « rémanence » du préindividuel au cours du devenir, et où l’opération d’individuation ainsi déclenchée « n’épuise pas d’un coup tous les potentiels de la réalité préindividuelle »38, que l’être qui résulte d’une telle individuation peut à proprement être qualifié d’individu.

  • 39  A la question « qu’est-ce qu’un individu ? », Simondon répond en effet : « L’individu n’est pas un (...)
  • 40  Simondon précise à ce titre que le cristal n’existe à proprement parler comme individu qu’à « la l (...)

15De fait, le paradigme de la vision binoculaire contribue également à montrer que c’est en tant que la vision conserve en elle-même les tensions qui l’ont suscitée, à savoir que la résolution en une seule image ne supprime pas l’incompatibilité entre les images produites par chaque œil, qu’elle est effectivement tridimensionnelle. C’est parce qu’il demeure un décalage effectif entre les images perçues par chaque œil séparément, qui continuent d’être non-superposables, qu’est produite l’impression de profondeur, et que la vision s’opère continûment en trois dimensions. De même, c’est seulement dans la mesure où il prend le relais de la rencontre initiée par la singularité – que celle-ci soit dûe au hasard ou le produit d’une activité volontaire ne change rien à cet égard – et consiste en lui-même en la poursuite de l’activité de mise en relation des conditions qui ont présidé à sa propre naissance, que l’être qui résulte d’une individuation se trouve dans la perspective simondonienne qualifié d’individu39. Simondon établit donc dès le niveau de l’individuation physique une réciprocité entre le fait d’être individu et le fait d’être l’opérateur de sa propre individuation, le continuateur de sa propre genèse. Pour autant, l’activité d’individuation propre à la réalité individuée n’est pas l’activité d’une entité conçue sur le modèle de la substance, mais consiste en elle-même en une relation, ce en un double sens. D’une part, au sens où elle n’a d’autre consistance que celle d’une corrélation, d’une mise en communication d’éléments originairement disparates du réel ; d’autre part, au sens où elle ne se soutient dans l’être que de demeurer en relation avec une part de réel non individué, à savoir un « milieu ». En ce sens, c’est dans l’exacte mesure où il continue à incorporer à sa propre substance la solution amorphe dans laquelle il a pris naissance, et continue ainsi à croître qu’un cristal peut à proprement parler être qualifié d’individu40.

  • 41  Ibid., p. 29.
  • 42  En ce sens, Simondon précise bien que s’il doit demeurer quelque chose comme un « principe d’indiv (...)
  • 43  Ibid., p.25 : «  (…) ce que l’individuation fait apparaître n’est pas seulement l’individu mais le (...)

16Dans cette perspective, n’est donc véritablement individu que l’être qui conserve en lui-même suffisamment de tensions préindividuelles pour continuer à se former. Bien plus, le cristal constitue en tant que tel un cas-limite, celui durant lequel l’individuation conserve tout du long le même principe de structuration, et s’opère de façon itérative, reproduisant sans cesse la même structure. Tandis que l’individuation vitale se caractérise par le fait qu’il s’agit d’une genèse à l’issue laquelle l’activité d’individuation ne se poursuit pas seulement selon une orientation prédéfinie par cette genèse. Il s’agit d’une activité dans laquelle la relation de l’individu à son milieu induit une modification corrélative de ses structures internes. De sorte que tout en se modifiant lui-même, l’individu est sans cesse amené à modifier à nouveau la relation qui le lie à son milieu, ce qui tend à faire de lui l’« agent »41 d’une individuation qui se présente comme l’évolution perpétuelle d’une relation entre l’individu et son milieu. Ainsi ni le préindividuel ni la singularité informante n’ont dans la perspective simondonienne à eux seuls valeur de « principe » expliquant l’individuation ; c’est seulement dans la mesure où ils sont mis en relation qu’ils jouent alors le rôle de conditions de possibilité de l’opération42. Par ailleurs, il y a réciprocité entre le « degré d’individualité » d’un être – qui correspond à son degré d’activité individuante – et le degré de conservation du préindividuel au cours de l’individuation. De sorte que loin de pouvoir être conçu comme résultat passif de l’individuation, ou comme entité isolée, l’individu s’avère paradoxalement d’autant plus actif dans sa propre individuation qu’il demeure lié à la réalité préindividuelle qui lui préexistait, et continue à faire de lui un être essentiellement incomplet, une réalité relationnelle, qui n’est pas « tout l’être »43.

  • 44  Simondon souligne d’ailleurs au début du Chapitre II de L’Individuation physique, dans lequel il d (...)
  • 45  Ibid., p. 325.
  • 46  L’étude de Jean-Pierre Vernant montre notamment que s’il y a bien chez les physiologues ioniens un (...)
  • 47  C’est notamment cette relativité de l’individualité et de la préindividualité qui permet la coexis (...)

17On peut désormais conclure quant à ce qui distingue la pensée simondonienne du préindividuel de la pensée présocratique de la genèse. D’un côté, le schème de la métastabilité thermodynamique tend à conférer au préindividuel le statut de réalité fonctionnelle, qui ne peut être définie que de façon structurale, relationnelle, et relative44. C’est ce dont témoignent de nombreux passages où Simondon précise qu’« une individuation est relative, comme un changement de structure », ou encore que « chaque palier d’individuation peut à nouveau être par rapport au suivant comme un état préindividuel de l’être »45. Le schème de la métastabilité contribue donc à ôter à l’idée de préindividuel la dimension cosmogonique inhérente à la pensée présocratique de la genèse46, et à prévenir toute assimilation hâtive entre la pensée de Simondon et une pensée de l’origine. Le préindividuel fait alors figure de fonction de l’être, de « manière d’être », puisque tout être individué au sein d’un système peut également présenter un caractère de préindividualité dès lors qu’on le considère en relation à un système plus vaste47.

  • 48  L’individuation, op.cit., p. 32
  • 49  Ibid., p. 25 et p. 318.
  • 50  C’est d’ailleurs ce qui pose problème à Maurice Merleau-Ponty dans sa lecture de Simondon, comme l (...)
  • 51  Cette hypothèse correspond à une appropriation de la part de Simondon de l’hypothèse de la « néoté (...)
  • 52  Ibid., p. 323-324.

18De l’autre, c’est seulement en vertu d’un postulat ontologique, selon lequel la réalité serait « originairement » et « primitivement métastable » – la stabilité n’étant qu’un cas-limite et second par rapport à la métastablité – que la méthode de pensée de l’individuation construite par Simondon à partir du cas paradigmatique de la cristallisation peut avoir valeur de théorie de l’être en général. Cette théorie, qu’il qualifie dès les premières pages de l’Introduction de sa thèse d’« ontogenèse », a pour objet l’étude des différents régimes d’individuation de l’être – physique, vital, psycho-social – en tant qu’ils constituent chacun des « formes, modes, et degrés »48 de l’individuation de l’être. Or une telle théorie tend ainsi à faire du préindividuel une réalité première et absolue – et non plus seulement relative –, dont les différents processus d’individuation constituent chacun une « phase » de devenir. En effet, dès lors que l’ontogenèse a pour objet le devenir d’individuation de l’être, en tant qu’il devient selon une pluralité de phases d’individuation qui sont autant de phases de l’être49, le préindividuel apparaît comme un être premier qui fait figure de « sujet » des processus d’individuation50. Bien plus, c’est dans l’exacte mesure où l’idée de préindividuel ne renvoie pas seulement à une dimension fonctionnelle de l’être, vouée à rendre compte de processus de transformation relatifs, mais tient également lieu d’hypothèse première, à caractère métaphysique, que Simondon parvient à rapporter à une différence de degré la différence entre les régimes d’individuation. C’est notamment en prenant appui sur l’affirmation catégorique du caractère originairement métastable et problématique de l’être qu’il parvient à formuler en termes « de degrés » la distinction entre individuation vitale et individuation physique, tout en évitant le double écueil du mécanisme et du vitalisme. Simondon suggère en effet à la fin son étude de l’individuation physique que l’individuation vitale pourrait être pensée par rapport à l’individuation physique comme une individuation différée, comme une opération qui délaye le moment où se résolvent totalement les tensions préindividuelles nécessaires à la genèse d’un être, et apparaîtrait ainsi comme une « dilatation » de l’individuation physique, une perpétuation de sa phase inchoative51. Or une telle hypothèse repose en elle-même sur le présupposé selon lequel il existe, antérieurement à toute individuation, un réel « prévital aussi bien que préphysique ; vie et matière non vivante pouvant en un certain sens être traitées comme deux vitesses d’évolution du réel. » C’est donc dans l’exacte mesure où le préindividuel ne nomme pas seulement un état relatif de l’être, mais renvoie également à un aspect originairement problématique et absolu de l’être, que vie et matière peuvent apparaître, au cours du raisonnement simondonien, comme « deux vitesses d’individuation d’une même réalité préphysique et prévitale », tout en conservant leur spécificité respective52.

  • 53  Ibid., p. 318.
  • 54  « C’est la théorie de l’individuation qui doit être première par rapport aux autres études critiqu (...)

19Deux problèmes restent alors en suspens quant à la signification de l’idée de préindividuel. D’une part, l’emploi du schème de la métastabilité fait émerger une tension au sein même de l’idée de préindividuel. En effet, d’un côté ce schème tend à conférer à l’idée de préindividuel une signification qui distingue l’ontogenèse simondonienne d’une cosmologie ou d’une cosmogenèse, en tant qu’elle vise seulement à étudier l’être « selon ses structures et ses fonctions »53. D’un autre côté, c’est dans la mesure où l’hypothèse du préindividuel demeure un postulat ontologique quant à la nature même de « l’être en tant qu’être », que cette même ontogenèse peut prétendre au statut de « philosophie première », censée rendre compte non seulement de la division de l’être en « domaines » distincts, mais également des conditions de possibilité de la connaissance54.

  • 55  Ibid., p. 26.
  • 56  Isabelle Stengers, « Pour une mise à l’aventure de la transduction », op.cit., plus particulièreme (...)

20D’autre part, se pose la question de savoir ce qui fonde la valeur épistémologique que Simondon accorde au schème de la métastabilité, ainsi qu’au paradigme de la cristallisation. En effet, on pourrait objecter que l’hypothèse selon laquelle la réalité serait « primitivement, en elle-même, comme la solution sursaturée »55 repose sur l’extension abusive à échelle de la réalité en générale d’un schème de pensée dépendant en lui-même des conditions de l’expérience physique – renvoyant qui plus est à une situation physique des plus particulières, celle où un système atteint l’état d’équilibre métastable. C’est le sens de la critique qu’adresse Isabelle Stengers à Simondon, dans un article où elle lui reproche d’avoir tiré de l’étude d’une situation « vraiment très particulière » en thermodynamique un schème de pensée général de l’individuation, et où elle compare la démarche consistant à tirer du cas de la cristallisation un schème processuel valable dans des domaines comme celui de l’individuation biologique, ou pire encore, celui de l’individuation psychique et collective, à un procédé d’« assimilation » aboutissant à une « énergétique généralisée »56

3. La valeur épistémologique du schème de la métastabilité

  • 57  L’individuation, p. 116.

21Répondre à cette objection exige pour commencer de tenir compte de la spécificité des analogies construites par Simondon entre les différents régimes d’individuation de l’être. En effet, comme le souligne par ailleurs très précisément Isabelle Stengers au début de ce même article, l’ontogenèse simondonienne a pour but de rendre compte de la coexistence dans l’être de différents régimes d’individuation, par le biais d’une démarche qui vise à ressaisir en un même geste ce par quoi ils sont à la fois identiques et distincts, en un mot : analogues. Contrairement à la démarche classificatoire qui consiste à prendre appui sur des ressemblances pour rassembler plusieurs êtres sous un genre commun – et implique ainsi de séparer en chaque être ses caractères communs de ses différences spécifiques – la démarche de pensée analogique consiste à s’appuyer sur un critère permettant d’établir une identité tout en conservant la différence. L’exemple que Simondon considère comme un modèle de classification à cet égard est celui de la théorie électromagnétique de Maxwell. La notion de longueur d’onde repose en effet sur une analogie établie entre la propagation de la lumière dans le vide et celle des champs électromagnétiques. Loin d’être fondée sur une ressemblance entre les phénomènes étudiés – un rapport d’identité –, une telle analogie consiste à exhiber une propriété commune à des êtres par ailleurs radicalement hétérogènes, propriété ayant la particularité de se présenter sous une forme variable pour chacun d’eux – puisqu’il existe une infinité de vitesses de propagation différentes. Ainsi, loin de rapporter des phénomènes à un genre commun en gommant leurs différences spécifiques, la classification des phénomènes en fonction de leur longueur d’onde – depuis les rayons jusqu’aux ondes hertziennes, en passant par le spectre de lumière visible – repose sur un critère qui met sur le même plan ce qui distingue un phénomène des autres – et fait même de lui un être absolument singulier – et  ce qui le rattache aux autres. Chaque phénomène est ainsi spécifié du fait même qu’il est classé, dans la mesure où exister en tant que telle longueur d’onde singulière revient à occuper une place sur le spectre continu des longueurs d’ondes. Bien plus, une telle classification a également le mérite de reposer sur un critère lié à des propriétés physiques essentielles aux phénomènes classés, et non à des propriétés extrinsèques, liées à leur aspect phénoménal ou à leur usage contingent. Simondon souligne à ce titre que « c’est seulement en raison d’usages vitaux ou techniques que des discontinuités, limites de pseudo-espèces, peuvent être introduites ; on peut parler du rouge ou du violet, on peut parler même de lumière visible ; mais c’est parce que l’on introduit alors la considération de l’être vivant qui perçoit »57.

  • 58  Le schème de la transduction autorise en ce sens à distinguer entre plusieurs régimes de résonance (...)
  • 59  A ce titre, loin de constituer un modèle pour l’individuation physique en général, le cristal fait (...)

22Or de même, loin de consister en une assimilation abusive de tout processus d’individuation au processus de cristallisation, l’analogie établie par Simondon entre les différents régimes d’individuation consiste à ressaisir en chaque domaine de réalité la spécificité d’un processus d’individuation qui s’opère chaque fois selon un rythme et des modalités particulières. En effet, ce qui fonde le rapport d’analogie entre les différents processus d’individuation est une propriété relationnelle et fonctionnelle, qui en aucun cas ne supprime l’hétérogénéïté des domaines entre lesquels elle s’opère. Dès lors que l’individu est défini comme une activité d’individuation, dont l’individualité tient à la façon dont il prolonge dans sa relation à un milieu l’opération de genèse qui lui a donné naissance, il y a identité entre le critère qui fait de lui un individu en général et celui qui fait de lui un être singulier. De fait, si la transduction constitue bien un schème général de pensée de l’individuation – comprise en tant qu’opération de structuration susceptible de s’étendre de proche en proche à partir de la résolution d’une disparation initiale – il s’agit cependant d’une opération susceptible d’une infinité de variations. Comme nous l’avons exposé plus haut au sujet de la différence entre individuation vitale et individuation physique, si cette structuration consiste dans le cas du cristal en une croissance itérative, reproduisant chaque fois la même structure en conservant son orientation initiale, elle implique à partir du niveau de l’individuation vitale que les structures internes de l’individu se modifient corrélativement à son activité d’individuation, et s’apparente dès lors à une activité d’invention susceptible de renouveler l’orientation de l’individu par rapport à son milieu58. Bien plus, Simondon précise que si la discontinuité entre les trois régimes d’individuation correspond bien à une différence quantique entre plusieurs régimes d’activité – l’individu tendant au fur et à mesure que l’on se rapproche du régime psycho-social à devenir de plus en plus l’agent de sa propre individuation – en aucun cas il ne s’agit là d’une différence substantielle établie entre des catégories d’êtres bien distinctes59. En ce sens, si le schème de la transduction – couplé, comme nous l’avons vu en deuxième partie, à celui de l’information – constitue bien un schème général de pensée de l’individuation, il s’agit d’un schème fonctionnel et processuel, dont la transposition d’un domaine de réalité à un autre ne va jamais sans une modulation – comme l’écrit Simondon, une « composition » – tenant compte des propriétés spécifiques du domaine considéré. Ainsi, loin de procéder à une « assimilation » abusive de l’ensemble de la réalité au cas particulier de l’individuation physique, c’est en se faisant elle-même « transductive » que la démarche simondonienne progresse, selon un schème opératoire qui consiste à résoudre des disparités sans pour autant les supprimer, autrement dit à rapporter la distinction entre des réalités en apparence hétérogènes à une différence de degré d’individuation, tout en mettant simultanément en lumière la singularité irréductible et absolue de chacune d’elles.

  • 60  Ibid., p. 36.
  • 61  Cette objection rejoint également une critique formulée par Didier Debaise, dans un article où il (...)
  • 62 L’individuation, p. 33-34.

23De fait, c’est sur une analogie établie dès les premières pages de l’Introduction de sa thèse entre le processus d’individuation et le processus de connaissance de l’individuation que Simondon fonde sa démarche, ce que résume bien la formule selon laquelle « seule l’individuation de la pensée peut, en s’accomplissant, accompagner l’individuation des êtres autres que la pensée (…) l’individuation du réel extérieur au sujet est saisie par la sujet grâce à l’individuation analogique de la connaissance dans le sujet »60. Or un tel postulat méthodologique soulève une objection encore plus grave61. En effet, si c’est sa nature transductive qui interdit de qualifier la démarche simondonienne de procédé d’« assimilation », il semble que ce qui sauve Simondon de l’accusation de réductionnisme énergétiste repose précisément sur une assimilation encore plus difficile à admettre, entre le processus de pensée en lui-même et le processus de transduction issu de l’étude de la formation d’un cristal. Se pose alors la question de savoir comment interpréter l’analogie construite par Simondon entre la transduction comprise comme processus d’individuation « objectif », et la transduction en tant qu’elle désigne la « véritable démarche de l’invention, qui n’est ni inductive ni déductive, mais transductive, c'est-à-dire qu’elle correspond à une découverte des dimensions selon lesquelles une problématique peut être définie (…) », enfin comme « procédé mental, et plus encore qu’un procédé une démarche de l’esprit qui découvre. »62

  • 63 Ibid., p. 321.
  • 64 Ibid., p. 34.
  • 65  Henri Bergson, La pensée et le mouvant, op.cit., pp.206 ; 67 ; 97. La proximité de la méthode simo (...)

24D’un côté, il pourrait sembler que Simondon fonde la possibilité pour la pensée d’opérer une transduction analogue à la transduction qui s’opère dans l’être sur une parenté ontologique essentielle entre le sujet et l’objet, la pensée et l’être. C’est ce que suggèrent notamment plusieurs textes dans lesquels Simondon définit la pensée comme « un mode d’individuation secondaire, intervenant après l’individuation fondamentale qui constitue le sujet »63. Bien plus, on trouve à plusieurs reprises chez Simondon l’idée que la transduction constitue également une « intuition », consistant à « suivre l’être dans sa genèse, à accomplir la genèse de la pensée en même temps que s’accomplit la genèse de l’objet »64. La description qu’il donne de sa méthode apparaît donc étonnamment proche de la conception bergsonienne de l’intuition, décrite par Bergson comme un « effort pour sympathiser avec l’effort qui engendre les choses », se déployant en une « série indéfinie d’actes, tous du même genre sans doute, mais chacun d’une espèce particulière », dont la diversité enfin « correspond à tous les degrés de l’être. »65

  • 66  Ibid., p. 562.
  • 67  Ce « brouillage » apparaît nettement par exemple dans ce passage de la « Note complémentaire sur l (...)
  • 68  Ibid, p. 36.
  • 69  C’est ce que précise bien Simondon dans la Théorie de l’Acte analogique, où il écrit que « la pens (...)

25D’un autre côté, l’analogie établie entre les opérations de pensée et les opérations d’individuation hors de la pensée portant uniquement chez Simondon sur le caractère « transductif » de ces opérations, elle constitue en elle-même une transduction semblable à celle opérée par Maxwell dans son rapprochement entre la propagation de la lumière et celle d’un champ électromagnétique, à savoir une analogie simplement opératoire, qui ne préjuge en rien de la parenté ontologique des êtres ainsi mis en rapport. C’est ce dont témoignent d’autres passages où Simondon précise que : « C’est la connaissance d’un schématisme opératoire que la pensée transfère » ou encore que : « L’acte analogique est la mise en relation de deux opérations (…) » et « ne suppose pas l’existence d’un terrain ontologique commun (…) » de sorte que : « toutes les caractéristiques intrinsèques des termes eux-mêmes sont mises hors de cause dans l’acte analogique »66. Ainsi, s’il y a bien dans le schématisme analogique mis en place par Simondon un usage transverse de catégories qui tend à brouiller le partage habituel entre l’« objectif » et le « subjectif »67, un tel « brouillage » n’est pas tant le signe d’un manque de rigueur que le résultat d’une tentative visant à établir par le biais d’un paradigmatisme analogique opératoire, entre la pensée et l’être, un « certain mode de communication »68, une relation fonctionnelle, qui ne présuppose en elle-même aucune parenté substantielle entre les êtres mis en relation69.

  • 70  Ibid., p. 564.

26Un dernier problème reste cependant en suspens eu égard à la validité de la démarche simondonienne. En effet, ce n’est pas parce que Simondon conçoit lui-même réflexivement sa démarche de pensée comme un « progrès transductif », permettant de « découvrir », dans chaque domaine de l’être, un « structure apportant la résolution des problèmes posés », qu’il n’y a pas un décalage entre ce qu’il fait et ce qu’il dit, et qu’il ne demeure pas un soupçon quant au caractère potentiellement assimilateur de sa démarche – et c’est bien là le sens de l’objection que lui adresse Stengers. De fait, il y a bien une sorte de pétition de principe dans la façon dont Simondon conçoit sa méthode de pensée par analogie avec la transduction qui s’opère dans un domaine de l’être – celui de la cristallisation –, alors que cette dernière dépend elle-même de l’opération de pensée qui la fait apparaître. En effet, d’un côté, Simondon fait reposer sa méthode sur son ontologie, en admettant que « toute théorie de la connaissance suppose une théorie de l’être », de sorte que « la méthode analogique est valable si elle porte sur un monde où les êtres sont définis par leurs opérations et non par leurs structures, par ce qu’ils font et non par ce qu’ils sont »70. D’un autre côté, c’est seulement dans la mesure où Simondon s’appuie d’emblée sur un schématisme paradigmatique qu’il parvient à mettre en valeur le caractère opératoire des êtres considérés. Il y a là une sorte de cercle méthodologique, que Simondon semble assumer et même revendiquer, comme le montre la réponse qu’il adresse dans une conférence donnée en février 1960 à la Société française de philosophie à Gabriel Marcel, qui le questionne précisément sur le fondement de son raisonnement analogique : « Je crois légitimer l’analogie, je crois légitimer le paradigmatisme, et je crois aussi légitimer l’emploi d’une analogie par la notion de transduction. Il y a en quelque manière identité entre la méthode que j’emploie et l’ontologie que je suppose, qui est une ontologie de l’opération transductive dans la prise de forme. Si l’opération transductive de la prise de forme n’existe pas, l’analogie est un procédé logique non valide ; c’est un postulat. Le postulat est à la fois ontologique et méthodologique ici. »

  • 71  Ibid., p. 36.
  • 72  Voir l’Introduction : « on peut supposer que la réalité est primitivement, en elle-même (…) plus q (...)
  • 73  Ibid., p.554. C’est là une conception du rôle de l’hypothèse que l’on pourrait également rapproche (...)

27Or c’est précisément l’hypothèse du préindividuel qui semble, de par sa nature même, permettre à la méthode simondonienne de se distinguer d’une procédé d’« assimilation », et lui conférer la valeur d’une démarche de « découverte de significations », d’invention d’une axiomatique apportant dans chaque domaine la résolution des problèmes posés. En effet, c’est d’abord sa négativité épistémologique qui confère toute sa valeur à l’hypothèse du préindividuel, comme en témoigne ce passage de la fin de l’Introduction de la thèse principale, où Simondon écrit que « l’axiomatisation de la connaissance de l’être préindividuel (…) ne peut être contenue dans une logique préalable, car aucune norme, aucun système détaché de son contenu ne peuvent être définis »71. Par ailleurs, elle revêt, en tant que postulat ontologique, une dimension purement constructive, qui apparaît nettement dans l’usage récurrent que fait Simondon du conditionnel, ainsi que dans les formules par lesquelles il présente son hypothèse, ce jusque dans la conclusion de son œuvre72. En ce sens, Simondon assume pleinement une méthode qu’il emprunte explicitement à la démarche scientifique, consistant à partir d’une hypothèse ne pouvant faire l’objet d’aucune « justification » au sens courant du terme, mais prenant place au sein d’une démarche dotée d’une valeur « autojustificative », dès lors qu’elle contribue à faire apparaître des « effets » concrets qui ne seraient jamais apparus sans cette hypothèse initiale. Simondon s’en explique clairement dans un pasage des Suppléments de sa thèse principale où il écrit que : « l’activité scientifique a véritablement constitué du concret à partir de l’abstrait, car le concret qui vérifie les hypothèses est un concret d’une espèce particulière : ce n’est pas celui d’un fait, mais celui d’un effet qui n’existerait pas en dehors de l’univers de pensée et d’action créé par ce développement même de la science. C’est en ce sens que la démarche scientifique est auto-jutificative, non logiquement, mais réellement, en construisant son objet avec du réel. Notre désir serait de suivre cette méthode pour traiter le problème de l’individu. »73

  • 74  Pour une analyse détaillée de l’herméneutique simondonienne du schème hylémorphique, voir Jean-Hug (...)
  • 75  Voir également ce passage de la Conclusion : « l’individu est toujours dans une certaine mesure pe (...)
  • 76 Ibid., p. 60.
  • 77 Ibid., p. 324.

28Dès lors que Simondon admet donc, dans une certaine mesure, le caractère en partie arbitraire de son hypothèse, on peut se demander pour finir ce qui fait la valeur de cette hypothèse ainsi que du schème de pensée de l’individuation qu’elle promeut, et surtout sa supériorité par rapport à d’autres. On peut déceler à cet égard plusieurs niveaux de réponse. Une première réponse est fournie par Simondon dès le Premier chapitre de l’Individuation physique, où il procède à une critique détaillée du schème hylémorphique. Or ce qu’il reproche, entre autres, à la démarche de pensée hylémorphiste – au delà du fait qu’elle ne tient pas compte des conditions de possibilité réelles de l’opération d’individuation74 – c’est qu’en concevant l’individu comme substance, elle tend à projeter sur l’individu la conception que l’homme se fait de lui-même comme sujet75. A l’inverse, c’est dans le but de découvrir des critères d’individualité fondés sur les propriétés naturelles des êtres, et non sur une projection anthropomorphique, que Simondon s’efforce de construire un schème de pensée de l’individuation à partir de l’observation de la structuration d’un domaine de l’être dans lequel la théorie physique est « riche en notions bien étudiées », obéissant à des critères de validité précis. En ce sens, on peut dire qu’il y a chez Simondon un mélange de réalisme et de relativisme épistémologique. En effet, d’un côté, Simondon reconnaît le caractère relatif et intéressé de la réflexion sur l’individuation, notamment dans un passage du Premier chapitre de sa thèse, où il admet qu’« il y a dans l’homme un besoin d’individuer les objets qui est un aspect du besoin de se reconnaître dans les choses, et de s’y retrouver comme être ayant une identité définie (…) L’individuation des objets n’est pas absolue ; elle est une expression de l’existence psycho-sociale de l’homme. » Cependant, il poursuit en ajoutant : « Elle ne peut cependant être arbitraire ; il lui faut un support qui la justifie et la reçoive. C’est l’attribution unique et exclusive du principe d’individuation à telle ou telle réalité qui est subjective. Mais la notion même d’individuation et la recherche d’individuation, prise en elle-même comme exprimant un besoin, n’est pas dépourvue de signification (…) une critique de l’individuation ne doit pas conduire à faire s’évanouir la notion d’individuation, c’est faire une analyse épistémologique qui doit conduire à une appréhension véritable de l’individuation. »76 En ce sens, il y a bien chez Simondon une forme de réalisme, qui se confirme dans la conclusion de sa thèse, où il écrit que « L’étude de l’individuation (…) peut n’être logiquement source de paradigmes que si elle est fondamentalement, au moins à titre hypothétique, saisie du devenir réel à partir duquel les domaines d’application des schèmes qu’elle dégage se constituent. »77 Cependant, c’est dans la mesure où l’hypothèse du préindividuel ne contient « aucune axiomatique préalable » qu’elle enjoint en elle-même la réflexion philosophique à tenir compte de données qui lui sont a priori extérieures – ce qui explique l’usage abondant que fait Simondon des données de la physique, de la biologie, de la théorie du développement et de la psychologie de la Forme dans toute son œuvre – et lui permet ainsi de respecter la singularité des êtres dans chaque domaine de réalité.

  • 78 Ibid., p. 327.
  • 79  Ibid., p. 553.
  • 80  Ibid., p. 330.
  • 81  Ibid. p. 331 : « Les valeurs sont la capacité de transfert amplificateur contenue dans le système (...)
  • 82  Ibid., p. 323.
  • 83  La conférence intitulée « Forme, information, potentiels », publiée en supplément de l’édition de (...)

29On pourrait émettre, pour finir, une dernière objection à l’égard de la démarche simondonienne. En effet, se pose la question de savoir s’il n’y a pas également dans l’affirmation du caractère originairement préindividuel et métastable de l’être une forme de parti-pris injustifiable de la part de Simondon, qui s’apparente à un préjugé favorable à l’égard du devenir. De fait, Simondon envisage lui-même dans la Conclusion de sa thèse principale l’objection selon laquelle : « Une telle conception pourrait être considérée comme gratuite, et traitée comme on traite habituellement l’hypothèse créationniste ; à quoi sert de rejeter dans un inconnaissable état de l’être préindividuel les forces destinées à rendre compte de l’ontogenèse, si l’on ne connaît cet état que par celui qui le suit ? »78 Ce à quoi il répond qu’« il semble cependant que l’hypothèse selon laquelle il existerait un état préindividuel de l’être joue un rôle différent de celui de l’hypothèse créationniste habituelle. Cette dernière, en effet, concentre tout le devenir en ses origines, si bien que (…) le devenir n’est plus un véritable devenir ; il est tout en entier comme déjà advenu dans l’acte de la création. » En ce sens, le mérite de l’hypothèse du préindividuel, ce qui fait qu’elle n’est pas non plus totalement « gratuite », résiderait pour Simondon dans le fait qu’elle permet de redonner un sens véritablement créateur au devenir, dès lors qu’elle donne à penser l’individuation, et ce dès le niveau physique de l’individuation, selon un schème non-téléologique. Bien plus, Simondon précise dans un texte qui figure en supplément de sa thèse, qu’« une nouvelle normativité pourrait être découverte à partir de la conséquence épistémologique de cette enquête » et que « les principes possibles d’une axiologie naîtront de cet examen »79. C’est ce que confirme  de fait la dernière partie de la Conclusion de la thèse, où Simondon affirme que sa théorie de l’individuation peut servir « à jeter les bases d’une éthique, même si elle ne peut l’achever parce qu’elle ne peut la circonstancier »80. Or la seule « valeur » sur laquelle repose une telle éthique consiste en l’affirmation de la relativité des normes, ce qui fait la valeur d’un système de normes étant précisément le fait de porter en lui-même la possibilité de se dépasser et de se renouveler de l’intérieur81. A partir de là, se pose la question de savoir s’il n’y a pas d’entrée de jeu une normativité inhérente à la recherche simondonienne, normativité qui pourrait nous conduire à soupçonner Simondon d’avoir anticipé dès les premières pages de son ontologie de l’individuation les conclusions éthiques de sa pensée. De fait, c’est bien la volonté de revaloriser le caractère inventif et non-téléologique du devenir qui justifie l’affirmation hypothétique initiale du caractère originairement métastable et problématique de l’être. C’est ce dont témoigne très nettement la formule employée par Simondon dans une note de la Conclusion, où il affirme « qu’aucune définition du devenir en termes d’amplification n’est possible si l’on ne suppose pas une pluralité initiale des ordres de grandeur de la réalité » (nous soulignons)82. De même, c’est bien ce parti-pris initial en faveur d’un devenir auto-amplifiant qui « guide » tout au long de l’œuvre de Simondon la correction qu’il inflige aux notions et aux schèmes de pensée empruntés aux théories scientifiques, qu’il se réapproprie chaque fois moyennant une redéfinition en un sens non-finaliste, et explique également l’usage constant qu’il fait de formules à caractère normatif83.

  • 84  Et c’est dans la mesure où Simondon assume le fait d’avoir à s’appuyer pour commencer sur un parad (...)
  • 85  Ce qui marque également la différence entre la démarche simondonienne et une démarche réflexive fe (...)

30On pourrait en ce sens accuser Simondon d’avoir construit toute son ontogenèse sur une hypothèse reposant en elle-même sur un parti pris en faveur d’un certain type de processus – qu’il qualifie la plupart du temps de processus d’« amplification » – et lui permettant ainsi d’asseoir au niveau ontologique une éthique qu’on pourrait qualifier d’éthique de « l’ouverture », au sens où elle tend à valoriser le caractère indéfiniment renouvelable des normes. A ce titre, on peut effectivement reprocher à Simondon d’avoir valorisé en chaque domaine de l’être les théories qui mettaient le mieux en avant l’aspect inventif et créatif du réel – et il est évident que l’exemple de la cristallisation n’a certainement pas été pris au hasard84. Cependant, on peut aussi considérer cette tendance à valoriser dans l’être l’inventivité du devenir à l’aune de sa visée, qui consiste à donner à la philosophie la portée d’une réflexion susceptible – bien au-delà de l’exposé systématique qu’il en donne dans sa thèse – de s’atteler à la résolution de problèmes en apparence extérieurs à la philosophie85. C’est notamment en termes d’incompatibilité que Simondon pose dans sa thèse complémentaire le problème de l’articulation entre l’évolution des techniques et celle de la culture, dont la résolution vise à donner à l’humanité les moyens de prendre en charge son propre devenir, afin que ce dernier puisse à nouveau avoir l’allure d’un progrès. Ce en quoi cette philosophie s’avère bien être l’inverse d’un procédé d’assimilation : une philosophie de l’avenir.

Conclusion

  • 86  C’est en ce sens que Simondon conçoit la transduction comme un procédé opérant « l’inversion du né (...)

31On pourrait revenir pour conclure sur la négativité inhérente à l’idée de préindividuel. D’un côté, il s’agit en effet pour Simondon de ne pas minorer le caractère négatif de son hypothèse, afin que cette dernière puisse redonner une effectivité au devenir de la pensée, en l’obligeant à inventer un nouveau type de normativité – aussi bien théorique que pratique – lui donnant accès à des dimensions impensées de l’être. De l’autre, Simondon souligne à plusieurs reprises dans sa description du préindividuel que c’est en sa négativité même que ce dernier a valeur de « potentiel réel » ; c’est justement en tant qu’il est incompatible avec lui-même que le préindividuel apparaît du même coup comme un « surplus » d’être, et que sa tension interne constitue en tant que telle une forme d’appel à s’individuer. Bien plus, c’est en tant que cette négativité due à la coexistence d’ordres de grandeur et de dimensions incompatibles de l’être se maintient qu’elle sert alors de moteur à un devenir amplifiant86.

32Or une tension demeure au terme de cette analyse. Certes, le paradoxe selon lequel c’est seulement l’émergence effective d’individus dans l’être qui ferait apparaître rétrospectivement l’antériorité du préindividuel se résout, à partir du moment où l’idée de préindividuel prend place dans une ontologie relationnelle, qui exige de ne plus se représenter le devenir sur le modèle unidimensionnel de la succession temporelle mais de tenir compte de la profondeur topologique que dessine la coexistence dans l’être d’ordres de grandeur et d’échelles disparates. Loin de constituer par là un postulat ontologique portant sur la « nature » des êtres, qui ferait reposer l’analogie entre les niveaux d’individuation sur l’hypothèse métaphysique d’une parenté ontologique entre les différents domaines de l’être – ce qui tendrait à faire de l’ontogenèse simondonienne une pensée de la participation – l’idée de préindividuel offre au contraire une résistance à toute pensée de la totalité, affirmant non seulement la priorité – dans le temps – du caractère problématique et métastable de l’être sur sa structuration, mais également – dans l’espace – la priorité du caractère multidimensionnel et non-totalisable de l’être. Cependant, c’est sans pour autant supprimer la tension qui fait que cette idée demeure prise entre une signification à la fois génétique et absolue – qui tend à faire du préindividuel le sens « premier » de l’être, l’être « en tant qu’être » – et une acception relative et structurale, qui invite à considérer n’importe quelle réalité comme préindividuelle du moment qu’elle s’intègre à une situation ou un système problématique.

33Or on peut considérer cette tension persistante entre la signification génétique et la signification structurale de l’idée de préindividuel comme une tension inhérente à sa signification, ce à l’image de la tension qui anime la réalité préindividuelle en elle-même. Ce serait alors dans l’exacte mesure où cette hypothèse conserverait dans toute l’œuvre de Simondon une tension entre ces deux aspects significatifs qu’elle s’avèrerait féconde, qu’« il y aurait plus en elle que ce qu’elle est destinée à expliquer », et qu’elle susciterait ainsi l’invention d’une nouvelle axiomatique de l’être, ne privilégiant ni sa dimension structurale, ni sa dimension dynamique, mais permettant de penser la corrélation entre les deux aspects.

Haut de page

Notes

1  Gilbert Simondon, L'individuation à la lumière des notions de forme et d'information, Grenoble, Millon, 2005. Cet ouvrage correspond à la version intégrale de la thèse de doctorat de Gilbert Simondon (soutenue en 1958), qui fut d’abord publiée en deux parties distinctes : L’individu et sa genèse physico-biologique, Paris, PUF, 1964 – qui traite de l’individuation des êtres physiques et des êtres vivants – et L’individuation psychique et collective, Aubier, 1989 – où il est question d’un troisième régime d’individuation, indissociablement psychique et social.

2  L'individuation à la lumière des notions de forme et d'information, op.cit., p. 24 (désormais noté L’individuation)

3  Voir par exemple L’individuation, p. 23 : « Dans cette notion même de principe, il y a un certain caractère qui préfigure l’individualité constituée, avec les propriétés qu’elle aura lorsqu’elle sera constituée (…) un terme premier est déjà un individu ou tout au moins quelque chose d’individualisable et qui peut être source d’eccéité, qui peut se monnayer en eccéités multiples ; tout ce qui peut être support de relation est déjà du même mode d’être que l’individu, que ce soit l’atome, particule insécable et éternelle, la matière prime ou la forme (…) »

4  Ibid., p. 151 : « Comme nous ne pouvons appréhender la réalité que par ses manifestations, (…) ce sont les dimensions du réel plutôt que le réel que nous percevons ; nous saisissons sa chronologie et sa topologie d’individuation sans pouvoir saisir le réel préindividuel qui sous-tend cette transformation. »

5  Ibid., p. 27.

6  Voir par exemple L’individuation, p.196 : « il reste de l’apeiron dans l’individu, comme un cristal qui retient son eau-mère, et cette charge d’apeiron permet d’aller vers une seconde individuation », ou encore p.307 : « Le sujet est l’ensemble formé par l’individu individué et l’apeiron qu’il porte avec lui (…) »

7  Voir L’individuation, p. 269 : « La véritable philosophie première n’est pas celle du sujet, ni celle de l’objet, ni celle d’un Dieu ou d’une Nature recherchés selon un principe de transcendance ou d’immanence, mais celle d’un réel antérieur à l’individuation (…) »

8  Notamment Isabelle Stengers, dans un article intitulé « Pour une mise à l’aventure de la transduction », in Simondon, dir. Pascal Chabot, Paris, Vrin, 2002. Voir plus bas pour la discussion de cette critique.

9  On peut voir dans le « retournement » inaugural de la recherche du principe d’individuation un geste comparable à celui qu’invoque Bergson – dont la philosophie constitue par ailleurs une référence fondamentale pour Simondon – lorsqu’il décrit l’intuition philosophique comme un effort pour « invertir la direction habituelle du travail de la pensée » ; inversion qui consiste à ressaisir l’être en tant qu’il « se fait », à faire plier la pensée dans le sens du procès concret de la réalité qui dure, au lieu de soumettre notre représentation de la genèse est du devenir des êtres à l’autorité du logos. Cf. Henri Bergson, « Introduction à la métaphysique », in La pensée et le mouvant, Paris, PUF « Quadrige », 1999, p. 214.

10  C’est notamment ainsi qu’Aristote caractérise le statut du substrat premier dont il faut bien présupposer l’existence pour expliquer la génération. Voir Aristote, De la génération et de la corruption, 317b1 et suivantes.

11  Ces principes ne pouvant s’appliquer qu’à l’être déjà individué. Voir L’individuation, p. 32.

12  « Devenir » étant dans la perspective simondonienne synonyme de « s’individuer ». Voir par exemple L’individuation, p. 323 : « l’être s’individue comme il devient ; s’individuer et devenir est un unique mode d’exister. »

13  Texte rédigé en même temps que la thèse, et publié en supplément dans l’édition complète de 2005, dans lequel Simondon s’efforce de problématiser l’histoire des conceptions de l’individu depuis les présocratiques jusqu’aux romantiques allemands, en construisant une opposition principielle entre la tendance – incarnée à l’origine par les Eléates et les Pythagoriciens – à faire prévaloir en l’individu ses caractéristiques structurales, et la tendance inverse – incarnée par les physiologues ioniens – qui consiste à aborder l’individu selon sa genèse et ses caractéristiques temporelles. Voir L’individuation, p. 339-502. On peut voir dans ce texte que Simondon s’appuie vraisemblablement beaucoup plus sur l’Histoire de la philosophie d’Emile Bréhier que sur les fragments en eux-mêmes. Pour une étude complète et détaillée de la lecture simondonienne des présocratiques, voir l’article de Ludovic Duhem : « Apeiron et physis ; Simondon transducteur des présocratiques », in Cahiers Simondon n°4, L’Harmattan, 2012.

14  Comme l’explique très clairement Ludovic Duhem dans l’article sus-cité, le terme de phusis n’apparaît pas dans les fragments de la doxographie présocratique, mais c’est le terme qui a été retenu par la postérité pour désigner leurs ouvrages par le titre commun de « Peri phuseos », et que reprend Bréhier dans son Histoire de la philosophie. Voir « Apeiron et physis… », op.cit., p. 47.

15  L’individuation, p. 305.

16  Simondon emploie également à ce titre l’expression de « charge de nature », ou de « charge associée de réalité préindividuelle ». Voir par exemple L’individuation, p. 28.

17  Simondon confère au terme de phusis une signification qui recoupe les trois sens répertoriés par Gérard Naddaf, selon qui phusis désigne à la fois l’élément premier et générateur, le processus de croissance, et le résultat en lui-même. Voir Gérard Naddaf, Le concept de nature chez les présocratiques, Paris, éd. Klincksieck, 2008, p. 34-36.

18  Ce qui tendrait à inscrire l’ontogenèse simondonienne dans la lignée des philosophies de la Nature comme celle de Schelling – notamment de sa conception de l’Absolu – ou encore celle de Bergson, chez qui la durée apparaît dans l’Evolution créatrice comme issue d’un « premier principe » qu’il compare à une grande quantité d’énergie accumulée, et dont la différenciation engendre la diversité des formes de vie jusqu’à la conscience humaine.

19  L’individuation, note 3 p. 26.

20  Simondon distingue en général un « paradigme » d’un « schème » de pensée. Un paradigme renvoie à un exemple concret, à un processus singulier, mais qui a vocation à faire saisir un schème opératoire abstrait, pouvant être transposé à plusieurs cas – moyennant chaque fois les variations nécessaires. Ici la cristallisation a valeur de paradigme concret permettant de comprendre le schème plus général de la structuration d’un système à l’état de métastabilité. Pour une explication détaillée de la distinction entre schème et paradigme chez Simondon, voir Jean-Hugues Barthélémy, Simondon et l’encyclopédisme génétique, Paris, PUF, 2008, p. 61-66.

21  Le fait que ce contact soit fortuit ou volontaire ne change rien à la nature du processus.

22  Voir plus bas pour l’analyse du caractère transversal de la notion de transduction.

23  L’individuation, p. 26 et p. 28.

24  Ibid., p. 25.

25  Dans le cas du cristal, il y a disparité entre l’ordre de grandeur de l’espèce chimique contenue dans la solution, qui correspond à un niveau de réalité moléculaire, celui de l’énergie potentielle de transformation – elle-même fonction de la répartition de l’énergie entre les constituants, dépendant donc d’un ordre de grandeur supérieur –, enfin celui du germe, qui correspond à un odre de grandeur moyen, en tant que réalité molaire.

26  Simondon souligne notamment que « (…) forme, matière, et énergie préexistent dans le système » L’individuation, p. 27. C’est ce qui ressort nettement du cas de la cristallisation, dans lequel l’individuation s’apparente seulement à un changement de structure, au passage d’un état dit « amorphe », dans lequel les molécules chimiques sont réparties de façon désordonnées, à l’état cristallin, où elles s’ordonnent en structure géométrique orientée.

27  Simondon nomme « résonance interne » cette propriété caractéristique d’un système individué, selon laquelle il existe entre les éléments du système une relation d’interaction et de causalité réciproque telle que toute modification d’un élément se répercute sur l’ensemble du système.

28 L’individuation, p.25.

29 Ibid., p. 320.

30 Ibid., p. 34.

31  Ibid., p. 320.

32  Voir Henri Bergson, La pensée et le mouvant, op.cit., 1938, p. 110-111.

33  Il est à noter que l’idée qu’il y a conservation du préindividuel au travers de ses individuations multiples est posée dès la troisième page de l’Introduction de la thèse de Simondon comme une dimension essentielle du processus d’ontogenèse. Voir L’individuation, p.25 : « le devenir (…) est une résolution des tensions premières et une conservation de ces tensions sous forme de structure ; on pourrait dire en un certain sens que le seul principe sur lequel on puisse se guider est celui de la conservation d’être à travers le devenir (…) »

34  Simondon explique notamment au sujet de la réalité préindividuelle qu’« il ne faut pas la concevoir comme pure virtualité (…) mais comme véritable réalité chargée de potentiels actuellement existant comme potentiels. La notion de virtualité doit être remplacée par celle de métastabilité d’un système. » Ibid., p. 313.

35  L’information étant précisément pensée par Simondon comme « prise de forme », « in-formation », « émergence d’une signification » susceptible de résoudre une disparité initiale du fait même qu’elle lui donne sens, et non plus comme transmission d’un message préexistant. Voir L’individuation, op.cit., p. 31 et p. 35.

36  Phénomène que Simondon décrit dans le Chapitre II de l’Individuation physique – en s’appuyant sur des expériences comme celles de Tammam ou de Curie – comme un phénomène de « polarisation », comme passage d’un état où coexistent sans interagir matière et énergie à un état où l’introduction du germe « polarise » les molécules qui s’assemblent alors de façon orientée.

37  C’est en vertu de cette définition opératoire de l’in-formation que le schème de la résolution amplifiante d’une disparation peut valoir à la fois dans le domaine de l’étude des formes perceptives comme dans celui de la prise de forme. La où la transduction rend compte de l’individuation comme progrès dynamique, ce schème saisit précisément la façon dont s’amorce une individuation, en tant qu’émergence d’un « sens », d’une « orientation »  initiale ; ce en quoi il constitue la « formule de l’individuation ».Voir L’individuation, p. 31.

38  Ibid., p. 25.

39  A la question « qu’est-ce qu’un individu ? », Simondon répond en effet : « L’individu n’est pas un être mais un acte, et l’être est individu comme agent de cet acte d’individuation par lequel il se manifeste et existe. L’individuation est un aspect de la génération, s’explique par la genèse d’un être, et consiste en la perpétuation de cette genèse ; l’individu est ce qui a été individué et continue à s’individuer (…) ». Ibid., p. 191

40  Simondon précise à ce titre que le cristal n’existe à proprement parler comme individu qu’à « la limite de lui-même », là où s’opère l’activité de structuration à l’interface entre le solide déjà formé et son milieu de formation. Ibid., p. 28. Par ailleurs, il précise dès le Premier chapitre de sa thèse que : « le véritable individu n’existe que (…) tant que dure la prise de forme. Après cette opération, ce qui subsiste est un résultat qui va se dégradant, non un véritable individu ; c’est un être individué plutôt qu’un individu réel, c’est à dire un individu s’individuant. » Ibid., p. 61.

41  Ibid., p. 29.

42  En ce sens, Simondon précise bien que s’il doit demeurer quelque chose comme un « principe d’individuation », ce principe consiste lui-même en une « médiation », en une mise en communication, et non en un terme premier. Ibid., p. 27.

43  Ibid., p.25 : «  (…) ce que l’individuation fait apparaître n’est pas seulement l’individu mais le couple individu-milieu. L’individu est ainsi relatif en deux sens : parce qu’il n’est pas tout l’être, et parce qu’il résulte d’un état de l’être en lequel il n’existait ni comme individu ni comme principe d’individuation. »

44  Simondon souligne d’ailleurs au début du Chapitre II de L’Individuation physique, dans lequel il définit l’énergie potentielle de transformation d’un système métastable, qu’il y a une « relativité du caractère potentiel de l’énergie », dès lors qu’elle dépend elle-même de la façon dont les molécules sont réparties dans le système. Ibid., p.67-68.

45  Ibid., p. 325.

46  L’étude de Jean-Pierre Vernant montre notamment que s’il y a bien chez les physiologues ioniens une rupture par rapport à la conception mythique de la genèse, dans la mesure où ces derniers cherchent à produire une explication physique de la genèse des phénomènes, cette explication prend cependant encore la forme d’un récit cosmogonique. Voir J.-P. Vernant, Les origines de la pensée grecque, PUF, « Quadrige », 1962, chapitre VII.  

47  C’est notamment cette relativité de l’individualité et de la préindividualité qui permet la coexistence au sein d’un même être de plusieurs niveaux d’individualité, et autorise Simondon à penser d’une part la double-appartenance du « sujet » au niveau de l’individuation vitale et de l’individuation psycho-sociale, à concevoir d’autre part le « transindividuel » comme une réalité à la fois immanente et transcendante, comme une relation à réaliser dans le monde se présentant d’abord dans le sujet sous la forme préindividuelle d’une épreuve, d’un problème à résoudre. Voir L’individuation psychique et collective, op.cit.

48  L’individuation, op.cit., p. 32

49  Ibid., p. 25 et p. 318.

50  C’est d’ailleurs ce qui pose problème à Maurice Merleau-Ponty dans sa lecture de Simondon, comme le montre une note de travail inédite où il écrit : « Ce qu’il y a de commun à la nature et à l’histoire, c’est que ce sont des individuations – mais justement pour cette raison elles sont irréductibles. Simondon la conçoit comme emprunt au préindividuel, – au même préindividuel d’où vient l’individu physique ou vivant – Est-ce le même ? Ne faut-il pas que l’être auquel l’ouvre le collectif et même le psychique soit autre que celui d’où sortent les individus physiques ? » Voir Chiasmi international n°7, Paris, Vrin, 2005, p. 40.

51  Cette hypothèse correspond à une appropriation de la part de Simondon de l’hypothèse de la « néoténie », à partir de laquelle l’anatomisme Louis Bolk pense le processus d’hominisation comme un ralentissement du développement par rapport à celui du primate. Pour une étude détaillée de la reprise simondonienne de l’idée de « néoténie », voir Baptiste Morizot, « La néoténie dans la pensée de Gilbert Simondon », in Cahiers Simondon n°3, Paris, L’Harmattan, 2011, p. 109-130.

52  Ibid., p. 323-324.

53  Ibid., p. 318.

54  « C’est la théorie de l’individuation qui doit être première par rapport aux autres études critiques et ontologies déductives (…) » puisque « pour savoir comment l’être peut être pensé, il faut savoir comment il s’individue. » Ibid., p. 321.

55  Ibid., p. 26.

56  Isabelle Stengers, « Pour une mise à l’aventure de la transduction », op.cit., plus particulièrement p. 145-148.

57  L’individuation, p. 116.

58  Le schème de la transduction autorise en ce sens à distinguer entre plusieurs régimes de résonance interne, en fonction de la façon dont l’individu conserve en lui son information initiale – en la reproduisant ou en l’amplifiant –, régimes correspondant ainsi à autant de « manières » singulières de s’individuer.

59  A ce titre, loin de constituer un modèle pour l’individuation physique en général, le cristal fait plutôt figure de cas intermédiaire entre l’individuation physique et l’individuation vitale – en tant que macromolécule organique susceptible de croissance – tandis qu’il existe réciproquement en deçà de la réalité physique un régime d’individuation spécifique à la réalité microphysique, dont l’étude fait l’objet du Chapitre III de la Première partie de la thèse de Simondon, intitulé « Forme et substance » - et dont nous ne pouvons traiter en raison du format du présent travail. La vertu d’un tel paradigme ne tient donc pas tant au fait qu’il illustre l’individuation physique, mais bien plutôt, comme l’écrit Simondon, au fait qu’il permet de « saisir à une échelle macrophysique un phénomène qui repose sur des états de système appartenant au domaine microphysique », L’individuation, p.27.

60  Ibid., p. 36.

61  Cette objection rejoint également une critique formulée par Didier Debaise, dans un article où il considère la cristallisation comme une « métaphore » de l’individuation, et émet des réserves quant à la manière dont Simondon a pu « élever » un tel paradigme au statut de modèle des processus d’individuation en général, y compris de l’opération de pensée. Voir Didier Debaise, « Les conditions d’une pensée de la relation selon Simondon », in Simondon, op.cit., en particulier p. 65-68.

62 L’individuation, p. 33-34.

63 Ibid., p. 321.

64 Ibid., p. 34.

65  Henri Bergson, La pensée et le mouvant, op.cit., pp.206 ; 67 ; 97. La proximité de la méthode simondonienne avec l’intuition bergsonienne apparaît de façon encore plus frappante dans une texte intitulé « Théorie de l’acte analogique », dans lequel Simondon revient sur les conditions de validité de la méthode analogique, et déclare que « L’analogie entre deux êtres au moyen de la pensée ne se légitime que si la pensée soutient un rapport analogique avec le schème opératoire de chacun des êtres représentés (…) La pensée analogique établit une relation entre deux termes, parce que la pensée est une médiation entre deux termes avec lesquels elle a, séparément, un rapport immédiat. » L’individuation, p.563.

66  Ibid., p. 562.

67  Ce « brouillage » apparaît nettement par exemple dans ce passage de la « Note complémentaire sur les conséquences de la notion d’individuation », où Simondon précise la différence essentielle entre sa conception du processus d’individuation et la conception cybernétique du processus d’autorégulation, et confère de façon significative une « objectivité » aux catégories d’information, de problématique, et d’axiomatique, la « problématique individuelle » pouvant ici caractériser aussi bien un vivant qu’un processus de pensée : « La problématique individuelle est au-delà du rapport entre l’être et son milieu ; cette problématique exige en effet des solutions par dépassement, et non par réduction d’un écart entre un résultat et un but. Elle ne peut se résoudre que par constructions, augmentation de l’information selon un déterminisme divergent, et non par un calcul. Toutes les machines sont comme des machines à calculer. Leur axiomatique est fixe pendant toute la durée d’une opération, et l’accomplissement de l’opération ne réagit pas sur l’axiomatique. Au contraire, l’individu est un être dans lequel l’accomplissement de l’opération réagit sur l’axiomatique, par crises intenses qui sont une refonte de l’être. » Ibid., p. 518.

68  Ibid, p. 36.

69  C’est ce que précise bien Simondon dans la Théorie de l’Acte analogique, où il écrit que « la pensée devient le metaxé opératoire d’êtres sans rapport ontologique parce qu’ils ne font pas partie du même système naturel d’existence », et qu’ainsi : « (…) le paradigmatisme logique se libère de l’exemplarisme métaphysique. », Ibid., p. 562.

70  Ibid., p. 564.

71  Ibid., p. 36.

72  Voir l’Introduction : « on peut supposer que la réalité est primitivement, en elle-même (…) plus qu’unité et plus qu’identité » ; « on peut faire une hypothèse (…) ». Ibid. p. 26 et p. 28. Voir également la Conclusion : « Une telle conception de l’être suppose que l’on relativise le principe du tiers-exclu (…) » ; « Le premier moteur ne serait donc pas l’être simple et un, mais l’être en tant qu’il est antérieur à toute apparition de phases (…) » ; « Le cas général des états est peut-être celui des états métastables (…) ». (nous soulignons) Ibid. p. 324 et p. 326.

73  Ibid., p.554. C’est là une conception du rôle de l’hypothèse que l’on pourrait également rapprocher de la conception de l’« abduction » chez Charles Sanders Peirce, et qui recoupe finalement une idée plus que répandue dans l’épistémologie du XXe siècle, selon laquelle il n’y a pas réellement de « faits » puisque les « faits » dépendent eux-mêmes des théories qui les font apparaître. 

74  Pour une analyse détaillée de l’herméneutique simondonienne du schème hylémorphique, voir Jean-Hugues Barthélémy, Penser l’individuation ; Simondon et la philosophie de la nature, Paris, L’Harmattan, 2005, chapitre II, p. 61-85.

75  Voir également ce passage de la Conclusion : « l’individu est toujours dans une certaine mesure pensé comme étant un sujet ; l’homme se met à la place de ce qu’il pense comme individu ; l’individu est ce qui pourrait avoir une conduite, des volitions, une responsabilité, ou du moins une certaine identité cohérente (…) Il y a une subjectivité implicite de toute conception de l’individu, physique ou biologique, dans les doctrines courantes. » L’individuation, p. 321.

76 Ibid., p. 60.

77 Ibid., p. 324.

78 Ibid., p. 327.

79  Ibid., p. 553.

80  Ibid., p. 330.

81  Ibid. p. 331 : « Les valeurs sont la capacité de transfert amplificateur contenue dans le système des normes, ce sont les normes amenées à l’état d’information (…) il faut qu’à l’intérieur du système soit préfiguré sa propre destruction en tant que système et sa possibilité de traduction en un autre système, selon un ordre transductif. »

82  Ibid., p. 323.

83  La conférence intitulée « Forme, information, potentiels », publiée en supplément de l’édition de 2005, est particulièrement emblématique à cet égard, puisqu’il s’agit d’un texte dans lequel Simondon s’efforce tout du long de montrer qu’on « devrait », qu’il « faudrait » transformer le sens des notions de forme, information et potentiel, afin qu’elle puisse servir à penser le devenir d’individuation de l’être. Voir L’individuation, p. 531-552.

84  Et c’est dans la mesure où Simondon assume le fait d’avoir à s’appuyer pour commencer sur un paradigme dont le choix peut paraître arbitraire que sa pensée se distingue d’une démarche réflexive auto-fondatrice. Comme l’écrit Simondon dans L’Individuation physique : « toute pensée, dans la mesure précisément où elle est réelle, est une relation, c'est-à-dire comporte un aspect historique dans sa genèse (…) elle est auto-justificative, mais non justifiée avant d’être structurée ». Ibid., p. 84.

85  Ce qui marque également la différence entre la démarche simondonienne et une démarche réflexive fermée, de type idéaliste – qui constitue une boucle dans laquelle le point d’arrivée justifie en lui-même le point de départ.

86  C’est en ce sens que Simondon conçoit la transduction comme un procédé opérant « l’inversion du négatif en positif », procédé qui se distingue cependant d’un procédé dialectique, en tant que le négatif ne désigne pas dans cette perspective l’étape constitutive d’une contradiction vouée, à terme, à être supprimée, mais, selon l’expression de Simondon : « l’autre face de la richesse en potentiels », une incompatibilité première d’autant plus féconde et grosse de relations à venir qu’elle se maintient dans le temps. Voir L’individuation, p. 34.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sarah Margairaz, « Entre apeiron présocratique et métastabilité thermodynamique : l’idée de préindividuel chez Gilbert Simondon », Methodos [En ligne], 13 | 2013, mis en ligne le 26 mars 2013, consulté le 23 juin 2017. URL : http://methodos.revues.org/3191 ; DOI : 10.4000/methodos.3191

Haut de page

Auteur

Sarah Margairaz

Université Lille 3, UMR 8163 « Savoirs, textes, langage »

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • Revues.org