Navigation – Plan du site
Pratiques de l'interprétation

Tropes et polysémie dans les Fragments d'Héraclite

Du feu dans les mondes aux feux dans les mots
Tropes and Polysemy in Heraclitus' Fragments From Fire in the World to Words of Fire
Marianne Garin

Résumés

Cet article est né d'une double constatation, la première inspirée par l'étude du corpus d'Héraclite d'Éphèse, auteur ionien du 6ème siècle av. J.-C. dont il nous reste largement plus d'une centaine de Fragments considérés comme littéraux et censément extraits d'une œuvre dont la forme et l'ordonnance sont à ce jour inconnues, la seconde par la lecture des commentaires et interprétations qu'en proposent les spécialistes. C'est en effet en remarquant la variété des approches appliquées par les scientifiques pour parvenir à une compréhension générale du corpus d'une part et les divergences d'interprétation qui en découlent souvent d'autre part que j'en suis venue à m'interroger sur l'importance du choix de la méthodologie au sein d'une activité faisant la part belle à un délicat travail de rapiéçage. Puis, c'est en tentant moi-même de restituer un sens à certains Fragments individuels d'Héraclite et, d'une manière plus globale, de les considérer comme les lambeaux épars d'une même toile déchiquetée que j'ai compris la difficulté de développer un commentaire à partir d'extraits émiettés dont ni l'organisation, ni la forme initiales ne sont déterminées.

La prose poétique d'Héraclite ajoutant à ces difficultés engendrées par l'histoire de la transmission des problèmes de définition des termes-clefs d'une part et d'identification des figures littéraires qui jalonnent le corpus d'autre part, j'ai tenté d'illustrer dans cet article quelques questions méthodologiques représentatives de son oeuvre, et ce en prenant ancrage dans les hypothèses de polysémie et de niveau de lecture auxquelles nous confronte la notion de „feu“, récurrente au sein des vestiges de l'œuvre de l'Éphésien.

En partant de l'analyse de deux Fragments ignés, à savoir B30 et B66, cet article tend donc à présenter principalement quatre problèmes ou questions méthodologiques que je crois avoir décelés aussi bien au sein des études héraclitéennes que dans mes propres recherches: (1) les méthodes d'interprétation choisies pour aborder des séquences parfois sibyllines et, par conséquent, difficiles à traduire ainsi que les principes qui les motivent, (2) le traitement de la polysémie et de l'oscillation entre sens littéral et sens littéraire d'une notion-clef que l'œuvre ne définit jamais explicitement, (3) la fiabilité de sources anciennes quant à l'interprétation des Fragments, (4) la difficulté d'établir des définitions stables et les postulats d'équivalence entre des termes-clefs se substituant aux ambiguités du texte.

C'est en montrant, sur le terrain des Fragments même, comment se posent à nous ces questions méthodologiques que j'aborde les thèmes de la polysémie et des niveaux de lecture du terme „feu“ dans le corpus d'Héraclite pour illustrer, par quelques exemples, comment des choix méthodologiques peuvent conditionner l'ensemble d'une interprétation, selon les options que le chercheur décidera d'adopter ou non.

Haut de page

Texte intégral

« Richtiges Auffassen einer Sache und Missverstehn der gleichen Sache

  • 1  Kafka, Franz, Der Prozess, Schmiede Verlag, Berlin, 1925, p. 381.

schließen einander nicht vollständig aus. »1

I. Introduction

Héraclite, un monde en réfraction ?

1Imaginez que vous vous trouviez face à une tapisserie ou, plus précisément, aux vestiges d’une tenture en lambeaux, chaque pan offrant l’image de motifs plus ou moins reconnaissables, répondant de manière plus ou moins univoque aux autres figures identifiées. Imaginez maintenant que l’un de ces motifs apparaisse de manière récurrente sur les différents fragments du tissu malmené et que, bizarrement, ce motif – forme de prime abord aisément reconnaissable – semble trouver place au sein de contextes visuels éminemment variés. Si variés, même, que vous en viendriez à douter que, de lambeau en lambeau, il renvoie à un seul et unique référent ; vous vous laisseriez peut-être même aller à soupçonner que c’est à la seule faveur de certaines ressemblances, peut-être superficielles, que vous auriez naturellement  postulé la récurrence dudit motif. Si vous tentiez de reconstituer l’ensemble de la fresque et, par conséquent, d’esquisser par vous-même, entre chaque morceau de tissu, les traits permettant la recomposition du dessin original, s’ouvriraient à vous deux voies de restauration possibles, antithétiques et, partant, aboutissant à des résultats fort différents.

  • 2  Comme un cercle pourra, par exemple, selon son contexte d'apparition, figurer un plat, une roue ou (...)

2La première, que l’on pourrait qualifier d’« unifiante », consisterait à partir d’un principe de cohérence selon lequel l’apparition répétée du motif susmentionné sur plusieurs pans de la toile ne serait que reprise d’un seul et même dessin auquel il conviendrait alors de subordonner la variété de ses contextes d’apparition. Dans ce cas, c’est l’hypothèse de l'identité des occurrences qui donnerait le ton du travail de restauration en conservant au motif concerné un unique référent, et ce malgré la pluralité des motifs environnants. La seconde, à l’inverse, déduirait de la multiplicité des contextes une « polysémie » de l’image et se proposerait de voir dans ces occurrences une série de figures n'ayant de commun qu'une apparence de forme somme toute très superficielle2. Comme on l’imagine, la restitution finale du tableau amputé varierait de beaucoup, selon que l’on croirait y trouver soit une seule et même figure déclinée sur divers fonds, soit plusieurs figures d’apparences trompeusement similaires.

  • 3  Par ce qu'elle impose en terme de lecture de l'histoire de la philosophie, cette appellation a été (...)
  • 4   Tous trois natifs de Milet, situé à quelques kilomètres au sud d’Éphèse.
  • 5  Voir à ce sujet les anecdotes biographiques rapportées dans le Fr. A1.
  • 6  Voir le Fr. A4 dans lequel l'auteur de la Rhétorique souligne la difficulté de ponctuer une syntax (...)
  • 7  Voir Démetrios de Phalère dans le Fr. A2 ou Diogène Laërce, citant Socrate et son célèbre mot sur (...)

3C’est face à cette fresque fragmentée que se tient le lecteur d’Héraclite d’Éphèse, penseur du VIe s. av. J.-C. né dans l’une des cités de cette Ionie ouverte sur la mer Égée et la philosophie qui donnera à cette époque que l’on dit présocratique3 des noms tels que Thalès, Anaximandre ou Anaximène4. De cet homme, que Diogène Laërce5 nous dépeint volontiers comme taciturne jusqu’au mépris et méprisant jusqu’à l’indifférence, nous conservons aujourd’hui un certain nombre de témoignages doxographiques et largement plus d'une centaine de séquences, censément littérales, dont la syntaxe, le sens et le statut littéraire ne sont objets d’aucun consensus au sein de la communauté scientifique. La fresque originale dont je parlais plus haut et qui, ici, n’est autre que la pensée délivrée par l’auteur, se trouve aujourd'hui entamée par deux des contingences majeures de l’histoire de la transmission des textes. D’abord, le livre ne nous est pas parvenu dans sa forme complète si bien que nous n’en connaissons ni la nature, ni l’ordonnance premières. Ensuite, les passages qui nous ont atteints ne sont pas des originaux mais des rapiéçages, que l’on peut soupçonner plus ou moins fidèles, effectués par ceux que l’on nomme « auteurs citant » et dont les époques, les styles et les écoles de pensée s’étalent sur des mondes de siècles et de géographie : ainsi, le corpus sur lequel nous travaillons relève plus d’un patchwork de forme et de fond que d'authentiques vestiges textuels et l’on s’approche, en croyant venir à eux, de penseurs et de pensées qui s’en éloignent parfois sensiblement. À cela s’ajoute encore la perversité magnifique d’une syntaxe ambiguë dont les tissages improbables interrogeaient Aristote6 déjà et, plus tard, d'autres lecteurs d'Héraclite encore7.

4De cet ensemble d'incertitudes émerge un problème méthodologique que rencontrent sans doute tous les chercheurs travaillant sur des corpus fragmentés : les tentatives de reconstruction de la pensée originale ressemblent à ces châteaux de cartes qui ne tiennent tout ensemble que parce que chaque élément s'appuie sur son voisin, et réciproquement. Les enfants savent que les fondations de toute petite construction de ce genre reposent sur des couples de cartes adossées les unes aux autres, l'équilibre de la première dépendant de l'équilibre de la seconde, elle-même tributaire de l'équilibre de la première et cetera. Dans le cas du corpus présocratique, le chercheur se voit contraint d'appuyer une première hypothèse sur une seconde hypothèse qui, elle-même, ne tient debout que parce que calée contre la première : ainsi, chaque conjecture se voit-elle justifiée par toutes les autres hypothèses qu'elle concourt elle-même à légitimer. C'est là tout le vice, à mon sens inévitable, auquel s'adonne le lecteur des Présocratiques en général, et d'Héraclite en particulier.

5Tout cela mis ensemble, on conviendra volontiers que la reconstruction du tableau primitif constitué par la doctrine d’Héraclite est, au meilleur des cas, peu aisée et, au pire, tout simplement impossible. À tout le moins sera-t-elle soumise à la méthodologie adoptée par le chercheur selon des critères de lecture qui lui sont propres. Cet article n'a pas pour ambition d'apporter des solutions radicales à ces difficultés herméneutiques, ni même de prendre position vis-à-vis des solutions esquissées par les spécialistes mais, plutôt, de donner à voir comment elles s'incarnent sur le terrain même des Fragments et, dans une discipline où la charpente conditionne si fortement la construction, de lui offrir une visibilité là où le souci de clarté qui guide la présentation des résultats pourrait amener le chercheur à proposer une surface travaillée, polie et sans tain. En ce sens, le coeur du présent article résidera autant, sinon plus, dans l'illustration de deux difficultés méthodologiques récurrentes que présente le corpus héraclitéen – soit la polysémie d'une part et l'oscillation entre sens littéral et sens littéraire d'autre part – que dans la proposition d'une thèse forte quant à la notion de feu telle qu'elle est utilisée par l'Éphésien.

Discours de la méthode : le cas du Fragment B22

6Enfin, avant d'aborder les questions de polysémie et d'usage langagier au coeur de cet article, j'aimerais préciser l'origine de ma petite recherche, fruit d'une double constatation de lectrice naïve selon laquelle les différentes hypothèses que présentent les chercheurs ayant travaillé sur le corpus d'Héraclite divergent alors que, d'une part, elles s'appuient parfois, paradoxalement, sur les mêmes éléments textuels – connotations des termes analysés, rapprochements entre certains Fragments du corpus, recours à des comparaisons avec d'autres auteurs présentant une filiation avec Héraclite par exemple – et que, d'autre part, les diverses argumentations retenues par les uns et les autres sont souvent déterminées, là où le corpus lui-même ne se donne pas de manière univoque, par des choix méthodologiques dont la faveur tient à des prises de position ou à des sensibilités au texte que la raison pure ne saurait expliquer.

7Pour illustrer ce phénomène, je prendrai en exemple le sibyllin Fragment B22 dont, comme on le verra, la lecture donne lieu à des divergences méthodologiques exemplaires au sein de la communauté scientifique :

χρυσὸν γὰρ οἱ διζήμενοι γῆν πολλὴν ὀρύσσουσι καὶ εὑρίσκουσι ὀλίγον.

8Cette séquence peut être traduite en français de la manière suivante : « Les chercheurs d'or creusent beaucoup de terre et trouvent peu ». Il est intéressant de constater, en parcourant la littérature secondaire, que plusieurs commentateurs modernes, bien que s'accordant sur la connotation à octroyer au motif des διζήμενοι χρυσόν, soit des « chercheurs d'or », n'en divergent pas moins sur la nature des indices relevés à l'appui de la thèse qui leur est commune. Ce qui m'intéresse ici, ce n'est pas de valider telle méthode d'analyse plutôt que telle autre ou d'expliquer, sur la base d'arguments qui me seraient propres, à quelle démonstration va ma préférence, mais d'offrir un bref tour d'horizon de certaines des raisons invoquées par les uns et les autres pour justifier une position et, ce faisant, de montrer que chaque interprétation comprend, au préalable de tous les arguments et de toutes les démonstrations avancés, une part inaliénable de parti pris méthodologique, forcément nécessaire à la construction d'une interprétation en butte à tant de lacunes et d'incertitudes textuelles. Dans le camp de partisans d'une lecture méliorative de ce passage, je me concentrerai ici principalement sur les analyses de trois auteurs paradigmatiques, chacun ayant pris différemment appui sur le texte pour en développer une interprétation.

  • 8  Marcovich, M., Heraclitus. Greek text with a short commentary, Editio Maior, Merida (Venezuela), T (...)
  • 9  Marcovich, M., ibid., p. 38.

9Je commence donc par Miroslav Marcovich qui, dans son Editio Maior, se focalise  exclusivement sur la résonance accordée au terme ὀλίγον dont la dénotation quantitative ne peut être liée selon lui qu'à une connotation qualitative positive, à savoir : « little but precious and worth searching for, because it is gold »8. Dans ce cas, c'est donc bien la connotation accordée à un certain terme, en l'occurrence ὀλίγον, qui se répercute sur l'ensemble de la phrase, lui conférant un sens général positif à partir duquel seront décodés tous les autres éléments composant la métaphore et que l'auteur résume de la manière suivante : « Those who search for [οἱ διζήμενοι] the hidden Logos [χρυσὸν] make a strong endeavour, must seek with zeal and persistence [γῆν πολλὴν ὀρύσσουσι]. »9 Il est ici intéressant de relever que c'est l'interprétation d'un seul mot qui fait levier sur la compréhension globale du Fragment et, par conséquent, sur le sens à attribuer à chacun des autres termes formant la métaphore supposée.

  • 10  Voir T. M. Robinson, Heraclitus. Fragments, Toronto, University Press, Toronto, 1987, p. 91.
  • 11  Ch. H. Kahn souligne le soupçon d'inauthenticité qui entoure le Fr. B35 dont, s'il était avéré, le (...)
  • 12  Kahn, H. Ch., The Art and Thought of Heraclitus,University Press,Cambridge, 1979, p. 105.
  • 13  Ibid., p. 105. Dans la catégorie des spécialistes ayant procédé par rapprochements, citons égaleme (...)

10Si c'est à la même conclusion que parvient Charles H. Kahn, du reste suivi par Thomas M. Robinson10, c'est toutefois par un autre chemin qu'il s'y rallie. En effet, dans son édition commentée d'Héraclite, il rapproche B22 des Fragments B18, B3511 et B123 « on the basis of their common imagery of searching, finding, being hard to find »12. En associant ces quatre séquences et en partant du principe que le Fragment B35 est authentique, l'auteur voit dans la métaphore de B22 une représentation imagée de la cognition et de la sagesse – χρυσὸν γὰρ οἱ διζήμενοι –en tant qu'activités exigeant enquête et réflexion et, par conséquent, un lent et fastidieux travail d'analyse et de compréhension – γῆν πολλὴν ὀρύσσουσι –comparable à celui des orpailleurs dont les patientes et épuisantes recherches n'aboutissent à d'heureuses découvertes que de manière très parcimonieuse. Ch. H. Kahn conclut son commentaire par cette phrase résumant bien le sens qu'il octroie à ce groupe de séquences en général et à notre Fragment B22 en particulier : « The 'gnosis' which Heraclitus has in mind is rational knowledge, and it has to be gained by hard work ; it is not the miraculous revelation of a moment of grace. »13

  • 14  Conche, Marcel, Héraclite. Fragments, Presses Universitaires de France, 1986, p. 95. Bien que dive (...)
  • 15  Pour l'ensemble des Frs. cités à l'appui de cette analyse, voir Conche, M., ibid., p. 95-96.

11Enfin, je passe maintenant à la variante de Marcel Conche (1986) dont l'analyse octroie, une fois encore, un sens positif au Fragment B22, mais, dans son cas, non pas en insistant sur la profondeur et la difficulté de l'activité requise (ὀρύσσουσι) pour parvenir à un certain résultat (εὑρίσκουσιν) ou sur la connotation d'un seul terme (ὀλίγον) se répercutant sur le trope tout entier mais en jouant sur le contraste entre deux mots, en l'occurrence πολλὴν et ὀλίγον. Pour M. Conche, cet antagonisme « figure la structure axiologique du monde, où ce qui se présente sous la forme quantifiée du beaucoup est ce qui a peu de valeur, tandis que ce qui a qualitativement beaucoup de valeur, quantitativement est peu de chose. »14 Et l'auteur de conforter son hypothèse grâce à une série de Fragments démontrant qu'Héraclite associe le désir de la quantité – par exemple de connaissances accumulées en B40 et B57 ou de suffrages en B4915 – à une médiocrité à laquelle lui-même substitue la recherche de la qualité.

12Sur l'ensemble des chercheurs cités, qui tous proposent des interprétations convergentes, soit positives, de la phrase analysée, on relève, à seul titre d'exemples, trois méthodes de décryptage conduisant chacune à prendre en compte ou à ignorer certains éléments inhérents ou afférents au Fragment B22 : (1) méthode de rapprochement lexical et thématique entre plusieurs séquences présentant des similitudes de vocabulaire ou une convergence de sens, chez Ch. H. Kahn (ainsi que chez T. M. Robinson et G. S. Kirk), (2) méthode d'inférence effectuée à partir d'une connotation – que l'on soupçonne elle-même validée, dans l'esprit de l'auteur, par la connaissance générale d'un corpus où la notion de quantité est, en tant que telle, souvent critiquée au profit de celle de qualité, chez M. Marcovich et (3) méthode de mise en contraste d'éléments internes au Fragment, dans le but, en l'occurrence, de faire émerger la grille d'oppositions par laquelle Héraclite retranscrit le monde, chez M. Conche (ou J. Bollack et H. Wismann). Il me paraît intéressant de relever que, alors même que les trois analyses présentées proposent une même théorie, selon laquelle les orpailleurs figureraient dans l'esprit d'Héraclite les sages véritables, elles varient toutefois sur les éléments mis en exergue à l'appui des démonstrations et sur le type de méthode qui les sous-tend. Ces variantes, qui endossent ici une importance relative en ce qu'elles ne se contredisent pas nécessairement mais valorisent des aspects différents d'une même séquence, sont représentatives d'une discipline où, bien que l'argumentation demeure l'outil essentiel des scientifiques, elle n'en cohabite pas moins avec une part de maniement personnel des Fragments dont l'appréhension n'est pas toujours immédiate pour le lecteur, lui-même tributaire de ses intuitions propres.

13Le présent article se propose donc de donner à voir, sans prétention aucune, les débats internes préalables à la présentation d'un résultat soigné et, en quelque sorte, d'ôter le toit de la maison pour introduire le lecteur dans ce débat de charpentiers que constitue l'examen d'hypothèses de lecture d'un groupe de Fragments déterminés, et ce afin de témoigner de la possibilité de laisser cohabiter au sein d'un corpus des sens et des usages multiples pour un seul et même mot.

Les feux d'Héraclite : paysage ou paysages ?

  • 16  « Le livre qui lui est attribué est, en raison de la matière qu'il embrasse, intitulé De la nature(...)
  • 17  Pour une définition de la notion de champ lexical, voir infra note 72.
  • 18  Je parle ici des occurrences qui, au sein des Frs. B, sont considérées comme littérales. On peut e (...)

14J’en viens maintenant à la question du motif démultiplié, évoqué plus haut, qui sera au cœur de la présente analyse. Le corpus d’Héraclite, dont Diogène Laërce nous dit qu’il comportait trois parties distinctes respectivement dédiées au Tout, à la politique et à la théologie16, semble s’articuler autour de quelques notions chevilles, souvent prolongées par des champs lexicaux17 révélateurs de leur importance au sein de sa pensée. C’est par exemple le cas du mot θεός qui décline sens et ressources rhétoriques sur les modes les plus divers et dont le prisme de différents noms, propres et communs, vient brouiller ou modifier une image sans cesse renouvelée. Il en va de même pour celui du « feu », ce πῦρ héraclitéen qu’encadre lui aussi tout un vocabulaire de l’igné et qui n'apparaît, à lui seul, pas moins de 10 fois dans les Fragments B.18 Voilà un terme apparemment inoffensif dont la dénotation semble univoque puisqu'elle désigne, aujourd'hui comme jadis, l'élément physique producteur de lumière et de chaleur susceptible de détruire ou de dégrader, par un effet de combustion chimique, les objets qu'il rencontre. Que ce mot, par accentuation de l'un de ses différents sèmes, se trouve distendu n'étonnera pas car c'est le propre de l'usage langagier que de s'assouplir pour s'adapter aux nuances d'un discours selon que l'on parle de ceci ou de cela, sur ce ton-ci ou sur ce ton-là. Ce qui interpelle, c'est son insertion dans les contextes les plus divers, au point même qu'il semble endosser des significations parfois incompatibles les unes avec les autres ou, à tout le moins, se déclinant sur des axes linguistiques fort éloignés.

15C'est en partant de cette constatation naïve que cet article souhaiterait proposer deux réflexions, l'une portant sur le fond, l'autre sur la méthodologie : l'hypothèse d'une polysémie et d'une variété des usages, littéraux et littéraires, du terme « feu » au sein des Fragments B d'Héraclite et, dans un même temps, l'analyse de ce que dit de la réalité une pensée où un même mot qui, pareil à un miroir brisé, refléterait un monde en réfraction.

  • 19  Je laisse de côté le cas du Fr. B67 où le <πῦρ>, de par son statut de conjecture, ne peut être inc (...)
  • 20  Pour la répartition de ces 9 occurrences sur les 7 Frs. susmentionnés, se reporter à l'inventaire (...)

16Je l'ai mentionné plus haut, le motif qui intéresse ici est celui du πῦρ au sein des Fragments considérés comme littéraux dans le corpus héraclitéen. On trouvera, à la fin de ce texte, un petit inventaire du champ lexical de l'igné qui, en dépassant les seules occurrences du mot « feu », pourra peut-être enrichir notre compréhension des Fragments faisant mention du πῦρ, eux-mêmes au nombre de sept : il s'agit des Fragments B30, B31, B66, B76a, B76b, B76c et B9019. Au sein de ce petit sous-corpus, le mot même apparaît dix fois exactement dont six fois au nominatif (πῦρ) et quatre fois au génitif (πυρὸς)20. Première difficulté, visible de loin déjà, chacun de ces passages, selon le parti pris, pourra être l'objet de plusieurs lectures, chacune affiliée à un contexte bien particulier. Je relèverai ici, en vrac et dans une liste qui ne se prétend pas exhaustive, les contextes que j'imagine possibles pour chacune des ces dix occurrences (i) cosmologique ou cosmogonique (potentiellement tous les Fragments ignés, selon la manière dont ou voudra bien les comprendre), (ii) météorologique (potentiellement B31, B76a, B76b, B76c et B90), (iii) chimico-physique (potentiellement B66, B76a, B76b, B76c et B90) et finalement théologique (potentiellement B66 et B90).

17Parallèlement, on pourra également décliner plusieurs tropes plus ou moins consacrés au sein desquels le πῦρ endosserait différentes fonctions. Citons ici, pour l'instant sans les approfondir, les figures stylistiques suivantes : l'allégorie, la métonymie et la métaphore. Ainsi, de la même manière que chacun de ces sept Fragments peut, selon le type de critère d'interprétation favorisé, activer l'un ou l'autre des contextes susmentionnés, de même chacun des passages concernés pourra-t-il admettre un sens littéral ou littéraire et, dans le second cas, se lire comme l'un ou l'autre trope. C'est du reste précisément à l'aune de cette double partition, littérale et littéraire, que je déchiffrerai deux de ces Fragments ignés.

18Mon but ne sera pas ici de défendre un contexte plutôt qu'un autre, une figure plutôt qu'une autre, mais de démontrer que ce double panel existe et que, pour le cas où le lecteur favoriserait une lecture polysémique de ce petit corpus igné, la représentation du monde qui en découlerait se parerait d'une nature kaléidoscopique et fragmentée. Dans un même temps, l'exposition de ces possibles permettra d'aborder un certain nombre de difficultés méthodologiques auxquelles se confronte nécessairement qui travaille sur un ensemble de Fragments et de montrer comment les solutions adoptées pour les surmonter ou les contourner conditionnent le fond même de la pensée que l'on croit y trouver. C'est donc maintenant à partir des Fragments B30 et B66 que j'aimerais développer quelques-unes de ces hypothèses de lecture variées.

II. Quelques choses que nous savons du « feu » d'Héraclite

Deux remarques préliminaires. Cosmologie vs cosmogonie et auteurs citant

  • 21  Pour un rappel de ce vieux débat et des principaux arguments qu'il confronte, on pourra se reporte (...)

19Avant toute chose, je souhaiterais lever une possible ambiguïté sur l'utilisation du terme « cosmogonie » dans le champ des études héraclitéennes d'une part et dans celui de cet article d'autre part. Je n'entrerai pas ici dans le détail de la dispute qui oppose cosmogonistes et anti-cosmogonistes car tel n'est précisément pas le but de cette analyse qui tend à s'extraire d'un débat riche et complexe21 pour avancer la possibilité d'une cohabitation entre Fragments ignés littéraux – et, en ce sens, cosmologiques ou cosmogoniques selon les arguments que l'on retiendra – et Fragments ignés littéraires. En ce qui me concerne, c'est donc sans prendre part au débat qui oppose les uns et les autres que je me cantonnerai, dans ce texte, à recourir au terme se référant généralement au discours de l'organisation et de la structure du monde, soit au mot de « cosmologie ». Je ne cherche pas ici à nier l'hypothèse de la cosmogonie héraclitéenne : parce que la cosmologie se réfère à un type de discours dont la cosmogonie, si elle est présente, peut être considérée comme partie intégrante et dont, si elle est absente, elle ne met nullement en péril l'existence, elle me permettra d'avancer entre de multiples interprétations des Fragments sans avoir à prendre position sur ce point. Si je prends soin de préciser cette intention lexicale, c'est parce qu'elle cristallise à elle seule le but que je m'assigne dans ce petit texte : ainsi que je tenterai de le montrer plus bas, je ne me propose pas de contredire, ni de confirmer absolument deux positions désormais traditionnelles au sein des études héraclitéennes mais de proposer à ce spectre d'interprétations – et à ce que chaque lecteur voudra y puiser ou y laisser – une lecture mêlant sens littéral et tropes, monde extra-mental et réalité langagière. À la bipolarité herméneutique qui entend situer le « feu » d'Héraclite soit dans une cosmogonie, soit dans une cosmologie dépourvue de cosmogonie, j'aimerais donc ajouter les varia, notamment littéraires,énumérées dans la première partie de mon introduction.

  • 22  Voir infra p. 15-21
  • 23  Voir supra notes 11 et 19.

20Ensuite, et ce sera ma seconde remarque préliminaire, soulever la question des usages multiples que l'auteur fait peut-être du terme « feu » dans les Fragments ignés présuppose un démêlage attentif de ce qui, au sein des passages concernés, revient indubitablement à l'Éphésien et de ce qui, au contraire, pourrait relever de son auteur citant. Je pense, par exemple, au Fragment B6622 rapporté par Clément d'Alexandrie et dont les résonances bibliques pourraient laisser supposer une manipulation de seconde main. Il me serait difficile, à mon niveau, d'offrir aux lecteurs plus que ce que nombre de philologues avertis ont déjà démontré dans leurs éditions respectives, sinon pour étayer à l'occasion les soupçons de manipulation textuelle par de troublantes correspondances lexicales entre le langage prétendu d'Héraclite et celui que l'on reconnaît à l'auteur citant. Je laisserai de côté les séquences incertaines23 et signalerai, le cas échéant, les réserves émises par d'autres chercheurs sur l’authenticité de tel ou tel passage.

Fragment B30. Le monde, les mots. Le statut du trope dans une analyse philosophique

  • 24  Cette lecture du corpus héraclitéen initiée par Aristote (voir le Fr. A10) se poursuivra avec les (...)

21Le Fragment B30 constitue l'un des points d'achoppement de la thèse d'une cosmogonie héraclitéenne reposant sur un embrasement récidiviste du cosmos.24De la manière dont le lecteur comprendra ce passage et, tout particulièrement, le rapport syntaxique (et donc ontologique) qui lie la première partie, κόσμον [...] ἔσται, à la seconde, πῦρ [...] μέτρα, découlera une interprétation qui s'étendra au corpus tout en entier : cosmologie contre cosmogonie et, à l'intérieur de chacune de ces deux options, des hypothèses variées qui se répercuteront sur les autres Fragments ignés. Ce chapitre aimerait maintenant tenter l'hypothèse d'une lecture littéraire du πῦρ ἀείζωον en renvoyant la deuxième partie de la séquence à une réalité qui ne serait pas cosmique, mais didactique ou poétique.

  • 25  Nos sources primaires sont : 1-4 Clément d'Alexandrie, Stromates, V, 103 ; Eusèbe de Césarée, Prép (...)

Fragment B3025 :

κόσμον τόνδε, τὸν αὐτὸν ἁπάντων, οὔτε τις θεῶν, [1]

οὔτε ἀνθρώπων ἐποίησεν, [2]

ἀλλ᾽ ἦν ἀεὶ καὶ ἔστιν καὶ ἔσται πῦρ ἀείζωον [3]

ἁπτόμενον μέτρα καὶ ἀποσϐεννύμενον μέτρα. [4]

Ce monde-ci, le même pour tous, personne ni des dieux [1]

ni des hommes ne l’a fait, [2]

mais il était, est et sera toujours, feu vivant toujours [3]

s’allumant en mesures et s’éteignant en mesures.[4]

22À n'en pas douter, par sa première partie déjà, le Fragment B30 prend sa place dans un contexte cosmologique. Ce qui demeure incertain, c'est la nature et la place du feu au sein de cette description du cosmos. Pour répondre à cette incertitude, encore faut-il déterminer comment la section πῦρ ἀείζωον ἁπτόμενον μέτρα καὶ ἀποσϐεννύμενον  μέτρα se rattache à celle qui la précède. En effet, le πῦρ ἀείζωον ici mentionné peut endosser deux fonctions syntaxiques au sein de la dynamique du Fragment : soit il s'agit de l'attribut du verbe « être » triplement décliné plus tôt – ἦν [...] καὶ ἔστιν καὶ ἔσται –, soit d'une apposition laissant les trois conjugaisons en question à leur sens purement existentiel, c'est-à-dire dépourvues de complément.

23Dans les deux cas, le syntagme πῦρ ἀείζωον peut être interprété de manière littérale, c'est-à-dire comme identifiant le κόσμον de la première ligne à un feu, quelle que soit sa nature exacte : le cas échéant et sans plus de précision, le monde devrait être compris comme une entité ignée. Qu'il le soit de manière perpétuelle ou seulement aux moments de ses apparitions et disparitions sporadiques, que ce feu soit identique à celui de nos foyers, qu'il corresponde à un élément plus subtil, comparable, par exemple, à une forme d'éther, ou qu'il représente ici l'astre solaire, le Fragment B30, à lui seul, ne le dit pas. Toujours est-il que l'attribut et l'apposition admettent tous deux une identification physique entre les cosmos et le feu.

24Maintenant, dans le cas d'une lecture par apposition, il n'est pas exclu de penser que le πῦρἀείζωονrevête une signification non littérale mais littéraire et endosse, peut-être, la fonction d'une métaphore, c'est-à-dire d'une comparaison elliptique entre les propriétés généralement associées au πῦρ et celles qu'Héraclite attribuerait au κόσμος. Cette lecture activerait l'une des caractéristiques visuelles les plus typiques du feu, soit cette capacité d'exister sous des formes allant du quasi non-être, braise couvant sous une cendre presque froide, à de l'être en plein, embrasement incontrôlable, en passant par toutes sortes d'intensités intermédiaires. C'est ainsi que, dans cette interprétation littéraire, les deux participes ἁπτόμενον et ἀποσϐεννύμενον, parties prenantes de la métaphore, admettront des sens faibles ne désignant pas un « allumer » et un « éteindre » absolus, passant du rien au tout et du tout au rien, mais une vivification et un assoupissement rythmés du feu ἀείζωον.

  • 26  Eco, U., L'oeuvre ouverte, trad. de l'italien par Chantal Roux de Bézieux avec le concours d'André (...)

25Dans un système où le monde se conçoit comme une entité éternelle sujette à des palpitations de grande ampleur, quelle image mieux que celle du feu en ses différents états pour symboliser des variations ontologiques peu aisées à saisir dans l'abstraction de la pensée ? Peut-être pourrait-on parler ici, en trahissant un peu le sens que lui octroie Umberto Eco, de « métaphore épistémologique »26, soit d'une image visuelle reflétant, sur le plan de la cognition, une réalité extra-mentale substantielle. Cette hypothèse de lecture annulerait toute possibilité d'identification réelle, c'est-à-dire physique et chimique, entre le monde en ses divers états et l'élément, éclairant et brûlant, qui porte le nom de « feu ».

  • 27  Fr. B76a : ζῆι πῦρ τὸν γῆς θάνατον καὶ ἀὴρ ζῆι τὸν πυρὸς θάνατον, ὕδων ζῆι τὸν ἀέρος θάνατον, γῆ τ (...)
  • 28  Fr. B76b : πυρὸς θάνατος ἀέρι γένεσις, καὶ ἀέρος θάνατος ὕδατι γένεσις.
  • 29  Fr. B76c : γῆς θάνατος ὕδωρ γενέσθαι καὶ ὕδατος θάνατος ἀέρα γενέσθαι καὶ ἀέρος πῦρ καὶ ἔμπαλιν.
  • 30  Voir Clément d'Alexandrie, Stromates, V, 104, 1-3.

26Certes, admettons. Mais si je choisis maintenant d'accepter que cette masse endosse par ailleurs une identité et un rôle clairement physiques dans les Fragments B76a27, B76b28, B76c29 et, peut-être également, B31, je me retrouve nez à nez avec l'une des problématiques les plus fondamentales posées par les corpus fragmentés : une fois une hypothèse de lecture adoptée, que faire en cas d'incompatibilité entre plusieurs Fragments ? Tenté par une interprétation unifiante, on pourrait tout d'abord se laisser aller à penser que le feu-physique des quatre passages susmentionnés devrait, par attraction, appeler une lecture physique dans tous les Fragments ignés, y compris en B30. On peut en effet s'interroger sur les intentions philosophiques d'un auteur qui ferait glisser l'une des notions centrales de sa physique et de sa cosmologie vers des usages parallèles, passant sans transition du monde bien tangible à celui de la langue et de la cognition. Ensuite, B30 précédant logiquement B31 dans l’œuvre de l'un de ses deux auteurs citant, à savoir Clément d'Alexandrie30, sans doute serait-il plus logique de se ranger à un seul et même référent dans les deux cas. Voici comment s'enchaînent les deux Fragments au sein du texte citant :

  • 31  Héraclite.
  • 32  Fr. B30.
  • 33 Première partie du Fr. B31.
  • 34  Deuxième partie du Fr. B31, généralement lue avec la séquence en italique qui précède. Voici, tel (...)
  • 35  Pradeau, Jean-François, Héraclite. Fragments, trad., introd., notes et bibliogr. par J.-F. Pradeau (...)

« Mais qu'il31 savait que le monde en tant que tel, composé de toute la réalité, est éternel, il le montre clairement par ces mots : ce monde-ci, le même pour tous, que nul dieu, ni homme n'a fait, mais qui était toujours, qui est et qui sera : un feu éternel, s'allumant en mesures et s'éteignant en mesures32. Et qu'il exprimait l'opinion selon laquelle le monde est à la fois créé et destructible, les mots suivants le disent : les transformations du feu : d'abord, mer, de la mer une moitié terre, une moitié souffle brûlant33. Car il dit en effet que le feu, par la raison  [lógos, le Verbe], par le Dieu qui arrange toutes choses, est transformé par l'air en l'humidité, l'humidité qui est comme la semence de la mise en ordre du monde et qu'il appelle mer. Ainsi, hors de ce qui précède, naît la terre, puis le ciel et tout ce qu'ils contiennent. Comment ces choses ont lieu de nouveau et redeviennent feu, il le montre clairement en ces mots : <la terre> se dissout en mer et se trouve mesurée selon la même proportion qu'elle possédait avant qu'elle ne devînt terre34 »35.

27Par l'identité des référents qu'elle suggère, la juxtaposition des deux occurrences de πῦρ, qui plus est au sein d'une analyse clairement cosmogonique, constitue une sorte de commentaire intégré à l'agencement des citations où l'on perçoit la lecture clémentienne même.

  • 36  L'une des traductions possibles du mot στρῶμα qui, littéralement, désigne tout ce que l'on étend : (...)
  • 37  Sur la construction et le sens des Stromates, on pourra entre autres se référer à Mehat, André, Ét (...)
  • 38  Terminologie de la mesure par ailleurs absente de tous les autres Fragments ignés. Même le double (...)
  • 39  Eco, U., op. cit., 1965, p. 121.

28À la nécessité de considérer les deux séquences comme un jumelage au sein de l'oeuvre d'Héraclite même et, par conséquent, d'octroyer à leurs occurrences respective du terme « feu » un seul et même usage, j'aimerais répondre par trois objections, de natures et de forces différentes. Tout d'abord, sur un plan doxographique, se rallier à la composition choisie par l'auteur des Stromates en admettant qu'elle annihile l'interprétation métaphorique de B31, c'est accorder à cet auteur une confiance totale quant à sa compréhension du texte de l'Éphésien. Peut-être faut-il ici rappeler que les tapisseries36 de Clément forment une œuvre dense et complexe37 entremêlant les sujets les plus divers et les grands penseurs de référence de tous ordres sans pour autant qu'aucun d'eux ne constitue le cœur du livre : cités afin de garnir l'enseignement chrétien qu'il tient de son maître Panten d'Alexandrie, les penseurs auxquels Clément fait appel servent en quelque sorte de matière à tisser – soit de prétextes, au sens littéral du terme – à ses propres tapisseries. Ensuite, il faut relever la différence de terminologie et de ton entre les deux séquences : en B31, la présence d'un protocole mesuré et mesurable, étayé par tout un vocabulaire de la chronologie (πρῶτον et πρόσθεν), du rapport (μετρέεταιet τὸν αὐτὸν λόγον) et de la quantité (ἥμισυ [...] ἥμισυ), tranche avec le caractère plus général et plus visuel de B3038. S'il est difficile de justifier et, donc, d'interpréter clairement cette divergence de style entre les deux passages, du moins peut-elle suggérer deux intentions initiales différentes chez Héraclite et, partant, des interprétations indépendantes. On peut en ce sens, sinon rejeter, du moins considérer avec une certaine circonspection les associations de Fragments opérées par le théologien d'Alexandrie et se permettre d'interroger une identité aveugle entre le πῦρ de B30 et le πῦρ de B31.Enfin, j'aimerais revenir ici au concept de « métaphore épistémologique » qui, selon U. Eco, réside dans l'art tout entier qui communique « la réponse de l'imagination à une vision du monde répandue par la science. »39. Ce qui intéresse, dans cette définition, c'est l'idée que se côtoieraient deux compréhensions et, par conséquent, deux explications du monde tel qu'il est : l'une dévolue à la science – spéculative ou empirique mais cohérente, construite, discursive – et l'autre à l'imagination – éclatée et intuitive. Plus intéressante encore l'idée que la seconde constituerait une réponse à la première, c'est-à-dire à la fois une forme de complément et peut-être, aussi, d'opposition. Partant de ce duo épistémologique formé par la science et l'imagination, on pourrait considérer qu'Héraclite, dans ce Fragment B30, juxtapose deux approches du monde parallèles; deux approches, toutefois, auxquelles l'auteur aurait adjoint un point de rencontre, à savoir cette notion de « feu » qui prendrait consistance et dans le monde physique, et dans le monde de la représentation mentale. Ce qui trouble ou étonne, dans cette hypothèse de lecture, c'est qu'en recourant au même motif dans des usages différents, la pensée d'Héraclite provoquerait une sorte de hiatus, un décrochement du niveau littéral au niveau littéraire, suggérant comment un penseur de cette époque pourrait avoir laissé un même terme servir ici non pas, précisément, des significations multiples, mais des usages langagiers variés, l'un renvoyant les mots à des référents extra-mentaux, l'autre faisant d'eux une sorte de catalyseur de représentation et de pensée.

  • 40  Une identité que Parménide postulera entre être et pensée. Voir à ce propos les Frs. B3 et B8, v. (...)
  • 41  Cette vision où la langue prolonge l'exemple donné par le monde et où le monde fortifie le travail (...)
  • 42  « [...] et pour échapper au mépris qui résulte du succès », ajoute Diogène Laërce. Fr. A1, trad. d (...)

29On peut bien sûr trouver des explications à cet apparent brouillage de piste. D'abord, peut-être, l'idée que l'élément qui constitue un principe prépondérant du cosmos pourrait également jouer le rôle de déclencheur de pensée et de cognition. Ensuite, l'intuition qu'il existe une continuité, voire peut-être une identité, entre le monde du monde et le monde de la pensée40 et que, plutôt que de la thématiser explicitement, Héraclite la coule dans un terme ayant place sur ces deux pôles41. On peut également se plaire à supposer un aspect ludique dans cette troublante variété des usages : l'amusement un peu hautain d'un penseur qui « s'[...] efforc[e] à un style obscur, afin que seuls les esprits capables en pr[ennent] connaissance »42, piquant et repiquant une même figure dans la matière du monde, puis dans celle de la langue, sans s'effaroucher des possibles malentendus qui pourraient en résulter. Ce qui relie toutes ces tentatives d'explication, c'est bien l'idée qu'il y aurait du sens, pour notre auteur, à mettre du même dans deux domaines tout à fait différents : l'un, comme on l'a dit, physique, chimique, cosmologique, l'autre épistémologique et langagier. Toutes ces tentatives de compréhension ont en commun de chercher à rationaliser une même hypothèse, celle de la variété des usages, et de lui octroyer une légitimité rationnelle ou, plus basiquement, de justifier qu'on la préfère à une lecture unifiée et homogène des différents « feux » du corpus.

  • 43  Sur la place prépondérante occupée par le feu, relevons que, d'une part, en B31, il occupe une pos (...)

30Je crois qu'il est impossible de trouver l'argument définitif qui fera pencher la balance du côté de la lecture littéraire ou, inversement, du côté de la lecture littérale de B30. En faveur de la première, je donnerai un seul argument qui, je l'espère, permettra d'illustrer le type même d'herméneutique que j'expose dans cet article. Pour prendre à rebours la méthode de cohérence appliquée, à des fins diverses, par les analyses citées dans le paragraphe précédent, je dirais que, s'il est possible de reconstituer une physique héraclitéenne complète et unifiée à partir des extraits que nous possédons, rien n'oblige une telle reconstruction. L'horror vacui qui amène naturellement le lecteur à combler les larges interstices créés par le morcellement du corpus est certes naturellement régi par un désir d'unicité et d'homogénéité. Cependant, la voie d'une lecture éclatée qui laisserait pendre, seuls, certains morceaux de texte sans les rattacher à la construction globale, demeure toujours ouverte. Pourquoi ne pas supposer que le πῦρ, masse par ailleurs fondamentale de la physique d'Héraclite43, endosse dans ce Fragment B31 le rôle, poétique et didactique d'une image permettant au lecteur de se figurer l'ample mouvement du monde sans par ailleurs que soit mis en péril son statut bien matériel d'élément igné au sein d'une quelconque cosmologie ? Que l'on trouve un feu cosmique ayant place, d'une manière ou d'une autre, à côté de la chaîne des quatre masses canoniques et l'on imagine alors que tous les feux traversant les Fragments ignés seront de même nature. On hésitera ensuite à postuler qu'une notion constituant un principe de physique et de cosmologie puisse être reprise non dans un but technique, mais à des fins littéraires. Or, si peu d'éléments encouragent l'hypothèse d'une cohabitation entre littéral et littéraire, peu l'interdisent également et peut-être le feu du Fragment B31 est-il dans les mots tandis que ceux de B30, B76a, B76b et B76c se trouvent dans le monde ? L'impossibilité même de l'éradication définitive de cette thèse, sa présence sur la bande de plausibilité avec laquelle travaille tout chercheur, sa survivance en filigrane de n'importe quelle analyse de ce texte, tout cela restera, quand bien même on opterait pour une autre lecture, comme le paradigme incompressible de toutes les hypothèses faisant part belle à une certaine dispersion langagière. En effet, les moyens de subsistance minimaux d'une théorie ne résident pas dans sa nécessaire véracité mais dans la plausibilité, aussi infime soit-elle, de ce qu'elle entend attester. Je ne prétends pas, dans cet article, emporter la conviction totale du lecteur à la thèse de la cohabitation des sens et des usages du terme « feu » dans le corpus d'Héraclite mais, plus modestement, soulever la possibilité – qui, en tant que telle, n'existe que parce qu'elle se juxtapose à d'autre possibilités, elles-mêmes envisageable selon différents critères d'élection – d'une interprétation où l'un des termes centraux pourrait décliner sa substance sémantique et son usage de manières variées, sans souscrire à un quelconque principe d'univocité.

31Pour conclure, je précise encore qu'en B30, bien sûr, il n'est pas question de polysémie car si la métaphore supposée est possible, c'est uniquement dans la mesure où le feu conserve sa connotation première et initiale : sans doute un terme comme celui de « polyusage » serait-t-il ici mieux adapté. J'ai déjà suggéré plus haut la finalité didactique ou esthétique de l'image du mouvement igné comme figurant les cycles du monde mais c'est à la lumière des analyses suivantes que nous pourrons peut-être faire sens de cette cohabitation entre signification littérale cosmique et usage littéraire métaphorique.

Fragment B66. Le feu dans ses œuvres. La définition par transitivité

32Avec ce Fragment B66, nous mettons un pied dans le domaine de la théologie héraclitéenne, un champ dont Diogène Laërce nous dit qu'il constituait le thème central de l'un des trois livres de l'Éphésien et qui, selon la manière dont on lira les Fragments ignés, peut sembler intimement lié à sa cosmologie ou à sa théologie. Deux remarques tout d'abord.

33Ici émerge l'une des particularités du corpus d'Héraclite, poétique dans son essence, éclaté par contingence. En l'absence de définition univoque des concepts majeurs se dessine naturellement pour les lecteurs une technique de définition parfois incertaine : c'est ce que je nommerai ici « la définition par transitivité ». Voilà une manière de déterminer le sens d'un mot aussi simple qu'elle est spéculative : en présence d'au moins trois termes que j'appellerais ici A, B et C, elle consiste, si A semble identique à B et B identique à C, à considérer par inférence que A est également identique à C. Il arrive bien souvent que l'identification initiale des deux premiers termes relève d'une sorte de parti pris du chercheur et des critères de rapprochement qu'il considérera comme valides : c'est en ce sens que je dis le procédé spéculatif.

  • 44  Conche, M., op. cit., 1986, p. 302.
  • 45 Fr. B41:  εἶναι   γὰρ   ἓν   τὸ   σοφόν,   ἐπίστασθαι   γνώμην,   ὁτέη   ἐκυϐέρνησε   πάντα   διὰ   (...)
  • 46  Voir Kahn, Ch. H., op. cit., 1979, p. 271-272.

34À titre d'exemple, et pour rester dans le champ de l'igné, citons ici le Fragment B64 : τὰ δὲ πάντα οἰακίζει Κεραυνός. Dans la mythologie grecque, la foudre est généralement considérée comme l'attribut de Zeus. Il est cependant intéressant de constater que, dans la littérature secondaire, le point de départ d'une analyse de ce passage consistant à associer le terme Κεραυνός à un autre mot présent dans le corpus afin de trouver appui pour l'interprétation du verbe οἰακίζει et du référent de τὰ [...] πάντα, diffère d'un commentateur à l'autre. Si, dès la première parution de sa collection de Fragments, soit dès 1906, H. Diels édite le mot avec une majuscule, suggérant par là une métonymie dans laquelle le dieu des dieux serait ici représenté par l'un de ses traits les plus caractéristiques, M. Conche réfute cette lecture et, recourant aux textes anciens qui font de la foudre un πυρφόρος, soit un porteur de feu, considère que le Fragment B64 fait ici état « du Feu d'Héraclite, ou [d']une certaine forme de ce Feu »44. De son côté, Ch. H. Kahn, bien qu'il admette le caractère ambigu d'un terme associé à Zeus dans l'esprit des contemporains d'Héraclite, y voit néanmoins, à côté de B4145, une image de l'unité et de la totalité qui sous-tendent les contraires récurrents dans l'épistémologie héraclitéenne et constituent, in fine, l'ordre cosmique46. Trois exemples suffisent à montrer qu'un lecteur pourra, entre autres associations possibles, rapprocher Κεραυνός de Zeus, du feu ou de l'unité – qui, en B41, est également synonyme de ce qui est sage –  et que la première équivalence d'une chaîne transitive répond à des lectures variant d'un chercheur à l'autre.

  • 47  Prenons par exemple A, B, C, D, et E comme termes de base à définir. On pourrait par exemple imagi (...)

35La chaîne des notions peut s'étendre jusqu'à épuisement du corpus et les possibilités d'identification se complexifier à l'infini, selon les schémas que l'on introduira dès le départ du processus de définition47. Évidemment, de même qu'Héraclite ne définit pas explicitement les termes-clefs de son système, ainsi les enchaînements possibles ne sont-ils jamais parfaitement stables. Ils reposent, en partie du moins, sur une certaine interprétation des passages concernés. L'avantage de la méthode réside dans le fait que, une fois l'identité des termes posée, on pourra ensuite considérer que les traits distinctifs attribués à l'un seront, par translation, imputables aux autres. Voilà donc une manière de forger des définitions là où elles font cruellement défaut et où, si l'on refusait la chaîne de transitivité, chaque notion indéterminée serait renvoyée à elle-même comme à un mur blanc, isolée du reste du corpus et impossible à définir.

36J'aimerais donner ici, sur le terrain même du texte, un exemple et de la technique en question, et de certains des problèmes qu'elle nous pose.

  • 48  Notre source première : Hippolyte de Rome, Réfutations de toutes les hérésies, IX, 10, 7. Pour les (...)

Fragment B6648 :

πάντα [φησί] τὸ πῦρ ἐπελθὸν [1]

κρινεῖ καὶ καταλήψεται. [2]

Car le feu survenant [dit-il] [1]

jugera et saisira tout. [2]

  • 49  Voir supra p. 10-14.
  • 50  Fr. B67 :ὁ θεὸς ἡμέρη εὐφρόνη, χειμὼν θέρος, πόλεμος εἰρήνη, κόρος λιμός. ἀλλοιοῦται δὲ ὅκωσπερ <...>, (...)

37Je partirai donc du Fragment B66 pour le mettre en balance avec B3049, déjà analysé, et B6750, échantillon paradigmatique de sa pensée des contraires. Tout d'abord, il me faut rappeler, en guise d'introduction à l'étude de ces trois extraits, que la théologie d'Héraclite interroge de bien des manières.

  • 51  Cette liste n'a rien d'exhaustif mais, à titre d'exemple, citons : λόγου (Fr. B1), Πόλεμος (Fr. B5 (...)

38Il y a, bien sûr, le problème de la théonymie héraclitéenne, soit des multiples appellations derrière lesquelles semble se profiler le divin51. La méthode de la définition par transitivité, face à un tel dédale de relations conceptuelles, se mue en authentique casse-tête (éphésien). En effet, lorsque l'on travaille, par exemple, sur les notions de « feu » ou d'« âme » telles qu'elles sont maniées par Héraclite, malgré toutes les difficultés inhérentes au traitement des thèmes qui leur sont afférents, au moins est-il permis de se fonder sur un champ lexical stable, formée par l'ensemble des occurrences au sein du corpus transmis. En revanche, dans le cas du divin, si l'on excepte les mentions explicites du θεός et de ses dérivés, les passages sélectionnés seront soumis à une analyse préalable, elle-même porteuse de choix motivés par des critères plus ou moins fondés. Un exemple : si je décide d'inclure B30 dans mes Fragments théologiques, c'est sur un préjugé originel, compréhensible mais contestable, selon lequel l'attribution du caractère éternel à une entité en fait un candidat à la divinisation. Ainsi, mon petit corpus portera déjà en lui-même les marques de la méthodologie et des préjugés qui me sont propres. Là où, sur les thèmes du πῦρ ou de la ψυχή, la subjectivité du chercheur intervient à l'étape de l'analyse, elle apparaît, dans le champ du θες, au premier moment même du travail, soit celui de la constitution du corpus.

  • 52  Voir les Frs. B30, B32, B54 et, peut-être, B24.
  • 53  Voir supra note 49.

39Ensuite, il faut mentionner cette particularité de la théologie héraclitéenne qu'elle n'en est plus tout à fait une stricto sensu puisqu'elle semble moins traiter des θεοί en tant que tels que des entités qu'elle leur substitue. Je m'explique : la théologie se définit en règle générale comme le discours qui porte sur les dieux, entités suprêmes souvent caractérisées, dans les croyances et les philosophies que nous nous donnons, par la supériorité qui les place en tous points au-dessus des Hommes. Or, il semble que la pensée d'Héraclite place dieux (θεοί) et humains (ἄνθρωποι)sur un même plan52 et que le pinacle dévolu aux premiers revienne dès lors à d'autres entités, mouvantes à travers le corpus : le cosmos, le feu ou la guerre pour ne prendre que ces exemples-là53. Les « dieux », quoi que recouvre précisément cette appellation, semblent ramenés à une sorte d'immanence qui les soustrait à l'étude du divin, désormais portée vers d'autres objets. On le voit, la faune divine, chez Héraclite, est variée d'êtres et de noms et se dérobe facilement à toute circonscription.

40Face à ce double écueil – la théonymie et la position hiérarchique ambiguë des θεοί au sein du champ des êtres divins –, il serait mal aisé d'avancer des affirmations dogmatiques quant à B66. Mon travail se bornera ici encore une fois à proposer un petit panel de lectures et à montrer, lorsque cela est possible, comment chacune d'elles influe sur d'autres Fragments théologiques.

  • 54  On remarquera que, si l'on retient l’hypothèse (2b), on établira alors une équivalence entre les t (...)

41Je commencerai par relever deux éléments frappants qui, à l'arrière-fond de toute interprétation, devront être pris en compte dans l'analyse de B66 : premièrement, le fait que le πῦρ soit ici doté d'une capacité d'action (ἐπελθὸν, κρινεῖ et καταλήψεται) qui lui octroie le statut d'un être animé et, deuxièmement, la nature apparemment souveraine desdites actions (κρινεῖ, καταλήψεται et πάντα). De ces particularités, on peut tirer deux conclusions différentes. (1) soit l'on considère que le feu – un feu, qu'il soit sur la terre, dans les foyers, dans la foudre, ou encore dans le ciel, lié à un phénomène cosmique –, doué de vie et jouissant d'un pouvoir dominant tout ce qui existe, est bien le dieu d'Héraclite, celui qui mérite d'être reconnu comme tel, et que les attributs que lui confère le Fragment B66 sont à prendre dans un sens littéral ; (2) soit on part du principe que cette appellation de πῦρ renvoie ici à une image littéraire : dans ce cas, il pourrait s'agir (a) soit d'une allégorie représentant en fait une divinité non ignée mais dont le feu, par certains de ses traits les plus typiques, permettrait de symboliser la nature et la puissance ; (b) soit d'une métonymie, c'est-à-dire d'une figure substituant à un terme un mot entretenant avec lui un lien de contiguïté considéré comme équivalent sur l’axe paradigmatique du discours. En l'occurrence, on pourrait voir dans ce « feu » une référence à l'attribut principal de Zeus, le dieu des dieux, comme c'était du reste déjà le cas du Κεραυνός de B6454. Nous nous retrouvons donc ici avec trois versions possibles de ce Fragment B66 dont chacune, littérale ou littéraire, tendrait à lire ce πῦρ ἐπελθόν comme se référant à une entité transcendante, la première ignée, la seconde ressemblant à un feu et la troisième possédant le feu comme un attribut propre. On constate ici que, selon que l'on optera pour l'une ou l'autre de ces alternatives, on établira alors une équivalence qui, elle-même, par le jeu des rapprochements de Fragments, amènera également à d'autres équivalences dans une chaîne plus ou moins longue où s'activera alors le principe de transitivité évoqué plus haut.

42Imaginons, par exemple que, convaincue de la valence attributive du triple verbe « être » de B30, je postule une identité ontologique forte entre le πῦρ et le κόσμος et que, par ailleurs, je décide de considérer le Κεραυνός deB64   comme l'une des formes particulières du πῦρ : si la foudre et le cosmos équivalent au feu héraclitéen dans un système cosmologique ou théologique déterminé, il faut en déduire que le cosmos et la foudre sont eux aussi unis par un rapport d'identité et que les caractéristiques prêtées par Héraclite à chacun d'eux sont, par translation, attributs des deux autres termes de la chaîne également. Cette illustration, artificielle en ce qu'elle n'émane pas d'une hypothèse que je souhaiterais ici absolument défendre, démontre, à petite échelle, la double difficulté inhérente à l'analyse d'un corpus à la fois fragmenté et poétique, à savoir, tout d'abord, la nécessité d'introduire des équivalences, toujours discutables, entre des notions-clefs qu'il serait sinon parfois difficile de comprendre et, ensuite, la complexité de petits édifices d'interprétation où chaque étage de Fragments repose sur le précédent, où tous partagent les éléments inhérents à chacun d'eux mais dont la fondation, à savoir la première paire d'équivalence, ne peut jamais être considérée comme absolument et définitivement certaine.

  • 55  Deux exemple d'acceptation juridique de ces deux termes respectivement chez Thucydide, Histoire de (...)

43Un mot, maintenant, des deux verbes principaux de ce passage, à savoir κρίνειν et καταλαμβάνειν. Tous deux ont ceci de commun qu'ils se comprennent, entre autres acceptions, et selon un sens général, non connoté, et dans un registre particulier qui est celui du judiciaire. Pour résumer, κρίνειν signifie à la fois « séparer, distinguer » et « juger » et καταλαμβάνειν « saisir » et « arrêter ».55 Dès lors, on voit bien comment l'un ou l'autre niveau de sens pourra être activé selon la lecture faite du πῦρ ἐπελθόν. Les trois grands pans de signification relevés plus haut pourront ainsi s'enrichir de deux séries de combinaisons possibles liées aux deux verbes d'action.

  • 56  Voir supra notes 27, 28 et 29.

44Examinons maintenant plus avant les options offertes par ces deux séries de combinaison. (1) Dans notre première interprétation de B66, le feu – matière brûlante – serait considéré, avons-nous dit, comme une divinité véritable, sans doute de par ce qu'il saurait distinguer, c'est-à-dire séparer (κρινεῖ), les objets devant échapper à son pouvoir destructeur de ceux qui méritent d'en subir les effets avant, justement, que de les saisir (καταλήψεται) pour les soumettre à une combustion de grande ampleur. Si l'on confronte cette hypothèse de lecture à celle que nous avions proposée pour B30, on pourrait s'étonner qu'un mot désigne une divinité jouissant d'un pouvoir important et, dans un même temps, constitue le rouage principal d'une métaphore. Cet étonnement, si l'on s'y accrochait, pourrait trouver sa résolution dans un changement de positionnement du Fragment B30 : la cohérence retrouverait son chemin si, attribut ou apposition, le πῦρ ἀείζωον était identifié au κόσμον τόνδε, validant peut-être ainsi la thèse de la conflagration universelle. Mais si l'on décidait de ne pas se plier à l'homogénéité linguistique, on pourrait se permettre de laisser B66 à son sens cosmo-théologique et B30 à son statut de métaphore, comme d'ailleurs nous avions imaginé concilier cette dernière interprétation avec la signification probablement physique du πῦρ en B76a, B76b et B76c56. Ainsi pourrait-on résumer le résultat partiel de la comparaison entre B30 et B66 : le « feu », selon son contexte d'apparition, peut renvoyer à une divinité mais également opérer comme le pivot d'une comparaison visuelle avec une seconde entité, le cosmos, pourvue elle aussi de l'une des caractéristiques généralement attribuées au divin, soit l'éternité. La situation devient complexe et, pourtant, rien n'exclut de penser qu'Héraclite brouille intentionnellement la piste du feu, du cosmos et du divin, trois des notions qui font mortier et pour sa théologie, et pour sa cosmologie.

45Si l'on y réfléchit bien, il y aurait même quelque logique à ce que le fil qui relie ces trois concepts se perde dans un dédale de notions, chausse-trappes d'une pensée complexe qui intègre peut-être en elle-même une réflexion sur son langage. En effet, si l'on réunissait sur une même feuille les Fragments ignés, les Fragments cosmologiques et les Fragments théologiques – dont l'identification même pose problème, comme on l'a vu – on constaterait qu'il est très difficile, pour le lecteur, de stabiliser le jeu des rapports qui les unissent, s'il n'introduit pas, à un moment de son interprétation, des hypothèses, des préjugés, des propositions et des partis pris de lecture fondés sur des principes d'analyse personnels  qui permettront de faire levier sur le reste du corpus. « Personnel » ne signifie pas ici « subjectif », dans la mesure où le chercheur pourra expliquer, argumenter et justifier la ligne interprétative choisie, mais bien plutôt « inféodé » à un certain traitement des textes côtoyant d'autres herméneutiques possibles au sein du champ de la recherche. Dans le cas donné, je peux décider d'opter pour une lecture « unifiante » des Fragments B30 et B66, affirmer que les deux occurrences du πῦρ ne sauraient endosser une signification ou une fonction différentes d'une séquence à l'autre et, par conséquent, mettre à l’œuvre tous les indices et tous les arguments à disposition pour faire converger le sens des deux phrases. Mais je peux aussi accepter, a priori, l'univers éclaté et réfracté qu'implique la polysémie ou la diversité des emplois de ces deux « feux », et ce jusqu'à faire sens d'acceptions et d'emplois langagiers hétérogènes. Pour le lecteur qui plonge dans l'analyse d'un texte, il est sans doute moins important de pouvoir pleinement adhérer au développement qu'on lui présente que de comprendre sur quelle charpente il repose. Si le principe vaut pour toutes les études de texte, il importe particulièrement pour les interprétations de corpus fragmentés qui laissent place au regard et à la personnalité scientifiques du chercheur à la mesure même de leur dislocation.

46(2a) Dans la première variante de notre seconde interprétation de B66, celle de l'image littéraire, l'hypothèse des multiples usages se trouverait confortée. En effet, si, ici, le feu ne s'anime pas mais incarne symboliquement une force supérieure et transcendante, il faudrait en déduire qu'Héraclite extirpe l'une des quatre masses de la physique traditionnelle en l'arrachant au monde de la matière pour la greffer sur celui des mots. La question importante serait la suivante : quels attributs typiquement ignés seraient donc propices à encourager une allégorie de cette entité abstraite qu'est le divin par le feu ? La réponse, si l'on souhaite rester proche du texte, on peut la trouver dans les deux verbes assignés au πῦρ. Il est intéressant de constater que cette piste nous amènerait à activer simultanément les deux grands niveaux d'acception de κρινεῖ et de καταλήψεται et, par conséquent, à prendre en compte le niveau sémantique littéral puisque l’allégorie – comme la métaphore aussi – n'est possible que via la connotation première du terme figuratif. En effet, le feu, pour qui a déjà observé la flamme se propager, s'alimente en premier lieu des choses les plus sujettes à consomption (κρινεῖ) et s'en saisit (καταλήψεται) ensuite de façon irrémédiable : le feu-physique ici désigné irait donc de pair avec les deux significations, elles aussi physiques, potentiellement imputables à ces deux verbes. Si nous passons maintenant au niveau symbolique, nous glissons vers le vocabulaire judiciaire que l'on imagine mâtiné d'une connotation éthique : le feu-divin représenterait une puissance jugeant du bien et du mal se saisissant, au sens juridique du verbe, de toute chose soumise à son pouvoir.

  • 57  Fr. B32 : ἓν τὸ σοφὸν μοῦνον λέγεσθαι οὐκ ἐθέλει καὶ ἐθέλει Ζηνὸς ὄνομα. Sur Zeus, voir également (...)
  • 58  Il est difficile de trouver un terme qui embrasse à lui seul la nature de toutes les paires d'oppo (...)
  • 59  L'hypothèse d'un nivellement par le bas de la caste traditionnellement divine est confirmée par ce (...)
  • 60  Frs. B5, B30 ou B53.

47(2b) La deuxième variante de notre seconde interprétation, celle qui identifie le πῦρ ἐπελθὸν à la foudre de Zeus, me paraît la moins vraisemblable des trois en ce que ce dernier, dans le reste du corpus, semble réduit à une forme de nom générique vidé de son référent culturel habituel. Je pense par exemple à B32, passage célèbre où Héraclite nous dit que « ce qui est sage veut et ne veut pas être appelé du nom de Zeus. »57. On devine, dans cet énigmatique constat, que « Zeus » sert littéralement de prête-nom à tous les étants constitués, toujours, d'une alternance58 de contraires : comme si chaque être, chaque objet, chaque entité – ce qui est sage y compris – était susceptible de changer d'appellation selon les effets de la nature, de l'action ou de la perspective. « Zeus », en tant que le plus haut placé des êtres, serait gros de tous ce qui existe dans le cosmos, si bien que ce qui vaudrait pour lui – en l'occurrence un roulement d'appellations –, serait également valable pour tout ce qui lui succède dans la hiérarchie des êtres59. Il faut, à cela, ajouter la critique héraclitéenne de la religion traditionnelle et du culte rendu à des dieux qu'il semble tenir pour peu de choses60. Au vu de ces deux indices, je tendrais à voir dans la mention du nom de « Zeus » une forme d'ironie sophistiquée consistant, pour Héraclite, à reprendre un nom divin connu de ses concitoyens pour le redéfinir selon sa propre conception, celle d'un dieu qui ne serait Zeus que si, dans la perspective de l'alternance des contraires, il ne l'était pas non plus. Bref, un Zeus qui ne serait tout simplement plus celui du Panthéon ! Pour toutes ces raisons, il serait étonnant que le πῦρ de B66, en évoquant par métonymie le dieu des dieux, retire Zeus de l'immanence où le plongent les autres Fragments concernés pour lui conférer un rôle de juge transcendant. Toujours est-il que, dans cette optique, κρινεῖ et καταλήψεται endosseraient probablement une acception juridique.

48Dans le Fragment B66, on se retrouve avec une séquence d'ordre vraisemblablement théologique : la subtilité consiste ici à définir le mode sur lequel le feu est divinisé. Sens littéral ou sens littéraire ? Et, si littéraire, allégorie ou métonymie ? Qu'implique pour le reste du corpus, en termes de compréhension et d'analyse, chacune de ces options, et notamment pour les Fragments théologiques et cosmologiques ? Ai-je le droit de considérer comme valides les équivalences de termes que suggère le corpus sans les mentionner explicitement et, ce faisant, d'attribuer aux référents d'un mot les caractéristiques conférées au référent du mot équivalent ? Comment justifier le choix d'une signification ou d'une utilisation dissonante par rapport aux autres occurrences du même mot ? Et, a contrario, est-il raisonnable d'abandonner une interprétation parce qu'elle dissone alors même qu'elle s’attelle à un texte vieux de quelques 2500 ans, pensé dans une langue et au sein d'une culture qui n'en finissent pas de nous échapper ? Est-il raisonnable de supposer qu'une notion peut se réduire, dans un passage, à un simple symbole quand il revêt par ailleurs une si grande importance dans la physique de son auteur ? Les questions, à elles seules, valent bien les réponses qu'on leur donne en ce sens que, les choix de l'interprète dépendant fortement de la méthode adoptée, la mise en perspective du corpus que confère une problématique ou une interrogation pertinentes, les prises de position méthodologiques et les préjugés scientifiques ne comptent pas moins, pour le lecteur, que les solutions soumises à son appréciation.

III. Conclusion. Héraclite. Les mots entre l'Homme et les choses ?61

  • 61  On l'aura compris, le titre choisi à cette conclusion est un clin d’œil en même temps qu'un hommag (...)
  • 62  On citera en exemple les célèbres Frs. B52 ou B123.
  • 63  On connaît la critique acerbe qu'Héraclite formule à l'encontre des poètes connus de son époque et (...)
  • 64  Günter Eich dira de sa vocation d'écrivain : « C'est à travers l'écriture seule que les choses att (...)

49Le fond de tout livre philosophique consiste à transmettre l'enseignement qu'un auteur croit juste ou fondé sur quelque aspect de ce qui l'entoure. La constitution matérielle du monde, le rapport de l'Homme au divin, la politique : les sujets de connaissance et d'écriture sont foison et il n'est que de se pencher sur les vestiges du Livre de l'Éphésien pour tomber nez à nez avec les domaines les plus variés du savoir humain. En ce sens, les séquences qui nous sont parvenues sont porteuses d'une vision du cosmos et des êtres dévoilant un peu de la pensée de leur auteur, de sa conception de ce qui l'entoure. À n'en pas douter, Héraclite est un philosophe. Mais pourtant, il n'est pas qu'un penseur tourné vers l'extérieur : comme le suggèrent les raffinements de sa syntaxe ambiguë, la variété des figures stylistiques auxquelles il recourt, la forme mystérieusement apophtegmatique de certaines de ses séquences62, il est aussi un poète63, c'est-à-dire un homme pour qui la langue ne se réduit par à ses seules propriétés, certes fondamentales, de transmission de la pensée. La forme, semble-t-il, occupe chez lui une part importante de l'espace dévolu à la composition de l'œuvre et peut-être osera-t-on aller jusqu'à dire, après les quelques analyses proposées, que, pour lui, le langage est aussi un monde64.

50En m'attelant à ces Fragments ignés dont j'ai fait le cœur de mon analyse, je suis partie de l'idée qu'une interprétation pouvait, aussi, ne pas choisir le principe de la cohérence ou de l'unité mais promener les notions les plus centrales de son système d'une signification à une autre, d'un niveau de réalité à un autre. Plus encore, j'ai fait le pari – dont je laisse les résultats tout à fait ouverts – que cet éclatement de la lecture pourrait peut-être rendre compte, plus encore qu'une analyse unifiante, de la teneur d'un discours dont le fond et l'expression ont peu à voir avec ceux dont nous usons aujourd'hui en philosophie. Je voudrais maintenant ramasser en quelques phrases les constats auxquels nous amène mon développement et tenter d'élargir encore une perspective déjà évoquée précédemment.

51Qu'il soit possible de voir dans le feu du Fragment B30 l'opérateur d'une métaphore  ou dans celui de B66 l'incarnation matérielle d'une entité transcendante que l'auteur aurait habillée de symbole me paraît chose évidente. La question à poser est plutôt la suivante : pourquoi irais-je les interpréter ainsi quand, en me tournant vers des acceptions littérales, je ferais harmonieusement coïncider ces deux séquences avec ce que d'autres Fragments me disent de la cosmologie d'Héraclite ? Quel motif pourrait donc m'orienter vers la lecture la moins homogène, celle dont la force explicative perdrait de ses effets sous le coup d'un fractionnement terminologique ? Je tenterai de donner ici deux arguments en faveur de ce choix-là, l'un ancré dans le fond de la pensée héraclitéenne, l'autre dans cette autre mer qu'est la forme qu'il s'est choisie.

  • 65  Aristote, Rhétorique, III, V, 1407b11.

52Comme nous l'avons vu, la syntaxe d'Héraclite pose problème, et ce depuis l'Antiquité déjà. Dans sa Rhétorique65, le Stagirite prend en exemple l'une des torsions les plus intéressantes de son style pour illustrer, a contrario, les qualités inhérentes à un texte bien construit :

  • 66  Aristote, Fr. A4, trad. de Dumont, J.-P., op. cit., 1988, p. 135. Selon Leonardo Tarán, Aristote a (...)

« Il faut en règle générale que ce que l'on écrit soit aisé à lire et à comprendre. Il en est ainsi lorsque les mots de liaison sont nombreux [...] et non lorsque la ponctuation est difficile, comme dans les écrits d'Héraclite. En effet, c'est tout un travail de ponctuer Héraclite, car il est difficile de voir si le mot se rattache à ce qui précède ou à ce qui suit. »66.

  • 67  Fr. B1 : τοῦ δὲλόγου τοῦδʹ ἐόντος ἀεὶἀξύνετοι γίγνονται ἄνθρωποι καὶ πρόσθεν ἢ ἀκοῦσαι καὶ ἀκούσαν (...)

53Et Aristote de citer le passage que nous connaîtrons plus tard sous le nom de B167 pour illustrer son propos. Or, ce qui est valable pour la forme d'un texte l'est peut-être également pour le message qu'il véhicule et rien ne dit que cette « ponctuation [...] difficile » dont parle le Stagirite n'atteint pas jusqu'à l'os même de la pensée. D'écrire différemment à penser différemment, il n'y a qu'un pas, et si l'interprétation polysémique que j'ai abordée imprime aux Fragments une discontinuité qui peut désarçonner, peut-être présente-t-elle l'avantage de les harmoniser avec cette mélodie qu'est la langue héraclitéenne, celle d'une syntaxe où l'imprécision, voulue, fait trembler les concepts sur les mots.

  • 68  Il me semble que c'est le travail qu'accomplit Magalie Année pour le Poème de Parménide dans Année (...)
  • 69  Par exemple dans les Frs. B31, B76a, B76b et B76b.
  • 70  Par exemple avec les Frs. B30 et B66 mais aussi B90, selon l'interprétation que l'on favorisera.

54Ensuite, je ne crois pas inintéressant de relever que l'introduction de tropes comme parties prenantes d'un discours philosophique portant sur le cosmos ou le divin offre au lecteur une réflexion même sur le langage inventé par l'auteur pour aborder des thèmes, parfois techniques, sous un angle qui lui est propre68. Supposer que le πῦρ héraclitéen, à côté de références indubitables aux phénomènes physiques engendrés par le feu69, puisse également renvoyer au monde de la langue et de la cognition70, c'est, dans un premier temps, accepter d'envisager que la parole philosophique de cet homme d'un autre temps puisse se construire sur une multiplicité de réalités : celle du monde matériel extérieur à l'esprit, certes, mais également celles de la langue et de la représentation mentale. Et c'est, ensuite, se laisser imaginer que son mode de réflexion lui permet de répercuter un même terme sur un axe allant du monde physique à celui de la pensée, dans une vision où l'épaisseur du langage ne le céderait en rien à celle du monde.

55Cet article, on l'aura compris, n'a pas pour but de contribuer à une meilleure compréhension de la cosmologie de l'Éphésien, ni de proposer des pistes de lecture radicalement nouvelles quant aux Fragments ignés et aux autres passages qui, par voisinage thématique ou sémantique, les côtoient dans l'esprit du lecteur. Ses visées sont avant tout méthodologiques et, comme annoncé dans l'introduction, tendent à mettre à nu, sur le terrain de la langue telle qu'elle fut probablement maniée par un auteur du VIe s. av. J.-C., certains des problèmes les plus incontournables qui s'imposent aux lecteurs. À la question de savoir si la notion de « feu » est polysémique dans les écrits d'Héraclite, il répond sans grande audace qu'elle peut l'être, selon les principes d'analyse que l'on choisira d'adopter.

  • 71  Fr. B103.

56J'ai, dans mon introduction, usé de l'image d'un château de cartes pour illustrer cette sorte de petitio principii méthodologique dans laquelle le chercheur se trouve pris lorsqu'il s'attaque aux morceaux épars d'un texte fragmenté : puisque l'ἀρχή et le πέρας71 d'un cercle se rejoignent en un seul point, qu'il me soit permis de revenir à un jeu d'enfant pour clore ma réflexion. Face aux pièces de ce puzzle dispersé que représente le corpus d'Héraclite, il est possible de reconstituer des images différentes. Au sein de chacune d'elles, le « feu » peut prendre une, deux ou cent formes, des plus figuratives aux plus abstraites, des plus lisibles aux plus cubistes, selon le paysage que l'on voudra bien voir se restaurer sous nos yeux et qui n'est, au fond, qu'un reflet de nous-mêmes. La chose, à la fin des fins, reste affaire de méthode, de choix et, peut-être, de goût également.

57Toutes nos interprétations sont, elles aussi, à la lisière de leur impénétrabilité, les feux qui bordent ces textes : des feux qui les éclairent, et ne les éclairent pas.

Haut de page

Bibliographie

Année, Magalie, Parménide. Fragments. Poème. Énoncer le verbe être, Paris, Vrin, 2012.

Babut, Daniel, « Héraclite critique des poètes et des savants», L'Antiquité classique, Vol. 45, n° 2, Louvain, 1976, p. 464-496.

Bollack, Jean et Heinz Wismann, Héraclite ou La séparation, Paris, Éditions de Minuit, 1972.

Burnet, John, Early Greek Philosophy, London, Macmillan (1892), 1930.

Conche, Marcel, Héraclite. Fragments, Paris, Presses Universitaires de France, 1986.

Dalmais, Irénée-Henri, « A. Méhat. Études sur les « Stromates » de Clément d'Alexandrie », Revue de l'histoire des religions, Tome 173, n°2, 1968, p. 228-230.

Diels, Hermann und Walther Kranz, Die Fragmente der Vorsokratiker, Bd. 1, griechisch und deutsch, 6. Aufl., Berlin-Grünewald, Weidmannsche Verlagsbuchhandlung, 1951.

Dumont, Jean-Paul, Les Présocratiques, avec la collab. de Daniel Delattre et de Jean-Louis Poirier, Paris, Gallimard, 1988.

Eco, Umberto, L’œuvre ouverte, trad. de l'italien par Chantal Roux de Bézieux avec le concours d'André Boucourechliev, Seuil, Paris, 1965.

Eich, Günter, Der Schriftsteller vor der Realität (1956), in Gesammelte Werke. Vermischte Schriften, Bd. 4, Frankfurt am Main Suhrkamp, 1991.

Finkelberg, Aryeh, « On Cosmogony and Ecpyrosis in Heraclitus », American Journal of Philology, Volume 119, Number 2 (Whole Number 474), 1998, p. 195-222.

Kafka, Franz, Der Prozess, Berlin, Schmiede Verlag, 1925.

Kahn, H. Charles, The Art and Thought of Heraclitus, University Press, Cambridge, 1979.

Kirk, Geoffrey S., Heraclitus. The Cosmic Fragments, ed. with an introd. and a comm., Cambridge, [London ; New York, Melbourne], Cambridge University Press, 1962.

Laks, André et Claire Louguet (éds.), Qu'est-ce que la philosophie présocratique ? What is presocratic philosophy ?, Villeneuve d'Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2002.

Laks, André, Introduction à la « philosophie présocratique », Paris, Presses Universitaires de France, 2006.

Long, Anthony A. and David N., The Hellenistic Philosophers, Volume 1, Translation of the principal sources with philosophical commentary, Cambridge, Cambridge University Press, 1982.

Mehat, André, Études sur les « Stromates » de Clément d'Alexandrie, Paris, Seuil, 1966.

Mondolfo, Rodolfo,« Evidence of Plato and Aristotle relating to the ecpyrosis in Heraclitus », Phronesis3, 1958, p. 75-82.

Mondolfo, Rodolfo e Leonardo Tarán, Eraclito. Testimonianze et imitazioni, introduzione et commento a cura di R. Mondolfo e L. Tarán, Firenze, « La nuova Italia » Editrice, 1972.

Mouraviev, Serge, Heraclitea III.3.B/i. Recensio : Fragmenta. B. Libri reliquiae superstites. i. Textus, versiones, apparatus I-III, Academia Verlag, Sankt Augustin, 2006.

Mouraviev, Serge, « Doctrinalia Heraclitea I et II : Âme du monde et embrasement universel. (Notes de lecture) », Phronesis 53, 2008, p. 337-356.

Pradeau, Jean-François, Héraclite. Fragments, trad., introd., notes et bibliogr. par J.-F. Pradeau, Paris, GF Flammarion, Paris, 2001,

Ramnoux, Clémence, Héraclite, ou l'Homme entre les mots et les choses, Paris, Les Belles Lettres (1959) 1968.

Robinson, Thomas M., Heraclitus. Fragments, Toronto, University Press, 1987.

Von Arnim, Hans, Stoicorum Veterum Fragmenta, Vol. I, Zeno et Zenonis discipuli, Stutgardiae, in aedibus B.G. Teubneri, 1968.

Von Arnim, Hans, Stoicorum Veterum Fragmenta,Vol. II, Chrysippi Fragmenta. Logica et Physica, Stutgardiae, in aedibus B.G. Teubneri, 1968.

Haut de page

Annexe

Annexe

Champ lexical72 du « feu » dans les Fragments B d'Héraclite

Dans les gloses des citations « littérales » (= B) :

Fr. 14 in Clément d'Alexandrie, Protreptique, 22, 1 :

τὸ πῦρ.

Fr. 31 in Clément d'Alexandrie, Stromates, V, 105, 3 :

τὸ πῦρ (et ἐκπυροῦται).

Fr. 63 in Hippolyte, Réfutation de toutes les hérésies, IX, 10, 6 :

[κρίσιν [...] διὰ)] πυρὸς.

Fr. 64 in Hippolyte, Réfutation de toutes les hérésies, IX, 10, 7 :

τὸ πῦρ (2 fois).

Fr. 65 in Hippolyte, Réfutation de toutes les hérésies, IX, 10, 7 :

[...] ἐκπύρωσις.

Dans les citations « littérales » (= B) :

Fr. 26 in Clément d'Alexandrie, Stromates, IV, 143, 1 :

(i) φάος.

(ii) ἅπτεται(3 fois).

Fr. 30 in Clément d'Alexandrie, Stromates, V, 103, 2 :

πῦρ [ἀειζωον].

ἁπτόμενον [μέτρα καὶ ἀποσϐεννύμενον μέτρα].

Fr. 31 in Clément d'Alexandrie, Stromates, V, 105, 3 :

πυρὸς [τροπαὶ].

πρηστήρ.

Fr. 43 in Diogène Laërce, Vies et opinions des philosophes illustres, IX, 2 :

[ὕϐριν [...]] πυρκαϊήν.

Fr. 64in Hippolyte, Réfutation de toutes les hérésies, IX, 10, 7 :

Κεραυνός.

Fr. 66 in Hippolyte, Réfutations de toutes les hérésies, IX, 10, 7 :

τὸ πῦρ [[...] κρινεῖ καὶ καταλήψεται].

Fr. 67 in Hippolyte, Réfutations de toutes les hérésies, IX, 10, 8 :

[ὁ θεὸς  [...]] <πῦρ >.

Frs. 76 in Maxime de Tyr, Discours, XLI, 4 :

πῦρ et πυρὸς.

in Plutarque, Que signifie le mot Εἰ, 392cd :

πυρὸς.

in Marc Aurèle, Pensées, IV, 46, 1 :

πῦρ.

Fr. 90 in Plutarque, Que signifie le mot Εἰ, 8, 388d:

(i) πυρός.

(ii) πῦρ.

Haut de page

Notes

1  Kafka, Franz, Der Prozess, Schmiede Verlag, Berlin, 1925, p. 381.

2  Comme un cercle pourra, par exemple, selon son contexte d'apparition, figurer un plat, une roue ou un astre.

3  Par ce qu'elle impose en terme de lecture de l'histoire de la philosophie, cette appellation a été et demeure toujours objet de nombreux débats. Voir entre autres, Laks, André et Claire Louguet (éds.), Qu'est-ce que la philosophie présocratique ? What is presocratic philosophy ?, Villeneuve d'Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2002. Bien que tous les articles réunis tendent à interroger ou à définir la notion de « pensée présocratique » et, par extension, de « philosophie », on se reportera plus particulièrement à Laks, André, « Philosophes présocratiques » : Remarques sur la construction d'une catégorie de l'historiographie philosophique, p. 17 à 38 ou, du même auteur, à l'Introduction à la « philosophie présocratique » (2006) qui proposent une réflexion à la fois historique et philosophique sur la fabrication d'un concept resté prépondérant malgré les débats qu'il suscite.

4   Tous trois natifs de Milet, situé à quelques kilomètres au sud d’Éphèse.

5  Voir à ce sujet les anecdotes biographiques rapportées dans le Fr. A1.

6  Voir le Fr. A4 dans lequel l'auteur de la Rhétorique souligne la difficulté de ponctuer une syntaxe funambule où l'on ne sait quel mot se lit – et se lie – avec quel autre.

7  Voir Démetrios de Phalère dans le Fr. A2 ou Diogène Laërce, citant Socrate et son célèbre mot sur les profondeurs marines du style héraclitéen dans le Fr. A3.

8  Marcovich, M., Heraclitus. Greek text with a short commentary, Editio Maior, Merida (Venezuela), The Los Andes University Press, 1967, p. 38.

9  Marcovich, M., ibid., p. 38.

10  Voir T. M. Robinson, Heraclitus. Fragments, Toronto, University Press, Toronto, 1987, p. 91.

11  Ch. H. Kahn souligne le soupçon d'inauthenticité qui entoure le Fr. B35 dont, s'il était avéré, le terme φιλοσόφους constituerait d'une part l'occurrence la plus ancienne portée à notre connaissance et, d'autre part, un hapax au sein du corpus héraclitéen. Parce que Clément d'Alexandrie représente l'une de nos sources les plus fiables des séquences littérales de l'Éphésien d'une part et parce que, d'autre part, le terme ἵστορας fait sans doute référence, comme en B129 (ἱστορίην), aux investigations menées par les prédécesseurs ioniens, Ch. H. Kahn postule l'authenticité du Fr. B35 et le prend pleinement en considération dans son analyse du Fr. B22.

12  Kahn, H. Ch., The Art and Thought of Heraclitus,University Press,Cambridge, 1979, p. 105.

13  Ibid., p. 105. Dans la catégorie des spécialistes ayant procédé par rapprochements, citons également Geoffey S. Kirk qui, dans sa désormais célèbre analyse des Frs. cosmiques, relie le sens de B22 à celui de B18 dont l'adresse, à la deuxième personne du singulier, suggère selon lui que les chercheurs d'or mentionnés par Héraclite ne renvoient pas uniquement à un groupe de penseurs d'élite mais, potentiellement, à tout homme capable de se concentrer sur un Logos qui, pour demeurer caché à la seule appréhension des sens, n'en est pas moins connaissable. Pour l'analyse complète du Fr. B22, voir G. S. Kirk, Heraclitus. The Cosmic Fragments, ed. with an introd. and a comm., Cambridge University Press, (London ; New York, Melbourne), 1962, p. 231.

14  Conche, Marcel, Héraclite. Fragments, Presses Universitaires de France, 1986, p. 95. Bien que divergeant sur certains points, c'est à une analyse comparable que se livrent Jean Bollack et Heinz Wismann dans leur édition commune des Fragments et pour qui le « peu » et le « beaucoup » se comprennent ici comme un paradigme de la théorie des contraires héraclitéenne. Selon eux, cette séquence signifie qu'une voie de recherche, en exigeant de forer beaucoup, peut sembler en contradiction avec ce qu'elle apportera à celui qui s'y adonne, à savoir la découverte du peu. Voir Bollack, J. et  H. Wismann, Héraclite ou La séparation, Paris, Éditions de Minuit, 1972, p. 112-113.

15  Pour l'ensemble des Frs. cités à l'appui de cette analyse, voir Conche, M., ibid., p. 95-96.

16  « Le livre qui lui est attribué est, en raison de la matière qu'il embrasse, intitulé De la nature, mais il se divise en trois parties : l'une sur le Tout, l'autre sur la politique et l'autre sur la théologie. Il en fit l'hommage au temple d'Artémis [...] » déesse tutélaire de la ville d'Éphèse. Diogène Laërce, Fr. A1, Les Présocratiques, éd. établ. par Jean-Paul Dumont avec la collab. de Daniel Delattre et de Jean-Louis Poirier, Paris, Gallimard, 1988, p. 130.

17  Pour une définition de la notion de champ lexical, voir infra note 72.

18  Je parle ici des occurrences qui, au sein des Frs. B, sont considérées comme littérales. On peut encore mentionner les 4 occurrences de πῦρ dans les gloses des auteurs citant qui, souvent, précédent, suivent ou entrecoupent les passages attribués à l'Éphésien : on en dénombrera 4. Pour le détail, on se reportera à l'Annexe des champs lexicaux en fin d'article.

19  Je laisse de côté le cas du Fr. B67 où le <πῦρ>, de par son statut de conjecture, ne peut être inclus avec certitude dans le corpus des Fragments ignés. Tous les éditeurs ne l'admettent du reste pas. D'autres ajouts ont ainsi été proposés en lieu et place de l'hypothétique lacune : <οἶνοϛ> (Theodor Bergk),  <ἀήρ> (Eduard Zeller), <μύρον> (William A. Heidel) ou encore <ἔλαιον> (Hermann Fränkel). L'ajout <πῦρ> est toutefois retenu par H. Diels, M. Marcovitch et S. N. Mouraviev dans leurs éditions respectives. Ajoutons encore qu'il est en outre tout à fait possible de supposer que le Fr. nous soit parvenu complet en l'état et qu'il ne nécessite donc aucune adjonction. Pour une présentation détaillée des diverses leçons retenues, voir Mouraviev, Serge N., Heraclitea III.3.B/i. Recensio : Fragmenta. B. Libri reliquiae superstites. i. Textus, versiones, apparatus I-III, Sankt Augustin, Academia Verlag, 2006, p. 165.

20  Pour la répartition de ces 9 occurrences sur les 7 Frs. susmentionnés, se reporter à l'inventaire dressé en fin d'article.

21  Pour un rappel de ce vieux débat et des principaux arguments qu'il confronte, on pourra se reporter aux deux articles suivants : Finkelberg, Aryeh, « On Cosmogony and Ecpyrosis in Heraclitus »,American Journal of Philology, Vol. 119, N° 2 (Whole Number 474), 1998, p. 195-222 et Mouraviev, N. S., « Doctrinalia Heraclitea I et II : Âme du monde et embrasement universel. (Notes de lecture) », Phronesis 53, 2008, p. 337-356. Dans la deuxième partie de son article, S. N. Mouraviev reprend, approfondit et discute les arguments avancés par A. Finkelberg, dix ans plus tôt, en faveur de la lecture cosmogoniste à laquelle il adhère lui-même pleinement.

22  Voir infra p. 15-21

23  Voir supra notes 11 et 19.

24  Cette lecture du corpus héraclitéen initiée par Aristote (voir le Fr. A10) se poursuivra avec les Stoïciens avant, comme mentionné dans le sous-chapitre précédent, d'être discutée au sein de la recherche contemporaine, entre autres par Rodolfo Mondolfo (1958), Ch. H. Kahn (1979) ou T. M. Robinson (1987). Voir à ce propos Mondolfo, R., « Evidence of Plato and Aristotle relating to the ecpyrosis in Heraclitus », Phronesis 3, 1958, p. 75-82. Pour l'inspiration héraclitéenne de la notion stoïcienne d'ecpyrosis, on se reportera aux témoignages suivants relatifs aux Stoïciens, donnés ici dans la numérotation de Long et Sedley: Aétius en 46A (= extrait partiel de SVF II, 1027), Diogène Laërce en 46C (= extrait partiel de SVF I, 102), Plutarque en 46F (= extrait partiel de SVF II, 605), Aristoclès en 46G (= extrait partiel de SVF I, 98), Alexandre Lycopolis en 46I, Eusèbe en 46K (= extrait partiel de SVF II, 596) et Philon en 46M (= extrait partiel de SVF, I, 511). Voir Long, A. Anthony and Sedley, N. David, The Hellenistic Philosophers,Vol. 1, Transl. of the princpal sources with philosoph. commentary, Cambridge,University Press, 1982 et Von Arnim, Hans, Stoicorum Veterum Fragmenta, Vol. I et II, Stutgardiae, in aedibus B.G. Teubneri, 1968. Ajoutons encore cet extrait du commentaire qui accompagne l'édition des sources par A. A. Long et D. Sedley: « There are obvious and intentional links between Stoic physical theory and doctrines of Heraclitus. From him they drew support for the identity of god, logos, and fire ; and his account of the ´transformations´ of fire [...] has left a clear imprint on Stoic cosmogony [...] », p. 277-278.

25  Nos sources primaires sont : 1-4 Clément d'Alexandrie, Stromates, V, 103 ; Eusèbe de Césarée, Préparation évangélique, 13, 3. Pour les sources secondaires, les résonnances doxographiques et les réminiscences, on pourra se reporter à l'appareil très détaillé de  Mouraviev, Serge, N., op. cit., 2006, p. 29-30.

26  Eco, U., L'oeuvre ouverte, trad. de l'italien par Chantal Roux de Bézieux avec le concours d'André Boucourechliev, Paris, Seuil, 1965, p. 120-124.

27  Fr. B76a : ζῆι πῦρ τὸν γῆς θάνατον καὶ ἀὴρ ζῆι τὸν πυρὸς θάνατον, ὕδων ζῆι τὸν ἀέρος θάνατον, γῆ τὸν ὕδατος. Les Fragments mentionnés en grec en note de bas de page sont cités, sauf indication contraire, d’après l’édition de Diels et Kranz publiée en 1951.

28  Fr. B76b : πυρὸς θάνατος ἀέρι γένεσις, καὶ ἀέρος θάνατος ὕδατι γένεσις.

29  Fr. B76c : γῆς θάνατος ὕδωρ γενέσθαι καὶ ὕδατος θάνατος ἀέρα γενέσθαι καὶ ἀέρος πῦρ καὶ ἔμπαλιν.

30  Voir Clément d'Alexandrie, Stromates, V, 104, 1-3.

31  Héraclite.

32  Fr. B30.

33 Première partie du Fr. B31.

34  Deuxième partie du Fr. B31, généralement lue avec la séquence en italique qui précède. Voici, tel que l’éditent Diels et Kranz, l'intégralité de B31 dans le texte original : πυρὸς τροπαὶ· πρῶτον θάλασσα, θαλάσσης δὲ τὸ μὲν ἥμισυ γῆ, τὸ δὲ ἥμισυ πρηστήρ. <γῆ> θάλασσα διαχέεται καὶ μετρέεται εἰς τὸν αὐτὸν λόγον, ὁκοῖος πρόσθεν ἦν ἢ γενέσθαι γῆ.

35  Pradeau, Jean-François, Héraclite. Fragments, trad., introd., notes et bibliogr. par J.-F. Pradeau, Paris, GF Flammarion, 2001, p. 130-131. L'enchaînement de B30 et de B31 correspond dans cette édition à la section 48. À noter que Clément, dans le commentaire qui précède les trois citations, alimente lui aussi la lecture cosmogonique en associant Héraclite et les Stoïciens. Voir Pradeau J.-F., ibid., p. 130.

36  L'une des traductions possibles du mot στρῶμα qui, littéralement, désigne tout ce que l'on étend : lit, couverture, tapis etc.

37  Sur la construction et le sens des Stromates, on pourra entre autres se référer à Mehat, André, Études sur les Stromates de Clément d'Alexandrie, Paris, Seuil, 1966. On trouvera également un utile résumé dans Dalmais, Irénée-Henri, « A. Méhat. Études sur les « Stromates » de Clément d'Alexandrie », Revue de l'histoire des religions, Tome 173, n°2, 1968, p. 228-230.

38  Terminologie de la mesure par ailleurs absente de tous les autres Fragments ignés. Même le double μέτρα de B30 et l'ἀνταμοιϐὴ de B90, quoique liés au champ de la mesure, semblent plus pencher du côté de l'image que de celui de la régulation. Il est, à ce propos, assez étonnant, de relever que les trois variantes de B76 ainsi que B36 décrivent le passage de l'une à l'autre masse via un vocabulaire tout à fait différent – et autrement plus polarisé – que celui de B31 : celui de la génération (ζῆι, γένεσις et γενέσθαι) et de la mort (θάνατον).

39  Eco, U., op. cit., 1965, p. 121.

40  Une identité que Parménide postulera entre être et pensée. Voir à ce propos les Frs. B3 et B8, v. 34-36.

41  Cette vision où la langue prolonge l'exemple donné par le monde et où le monde fortifie le travail de la langue, c'est celle que défendra Clémence Ramnouxdans : Ramnoux, C., Héraclite ou l'Homme entre les mots et les choses, Paris, Les Belles Lettres (1959) 1968.

42  « [...] et pour échapper au mépris qui résulte du succès », ajoute Diogène Laërce. Fr. A1, trad. de Dumont J.-P., op. cit., 1988, p. 130.

43  Sur la place prépondérante occupée par le feu, relevons que, d'une part, en B31, il occupe une position d'antériorité chronologique et ontologique avec πυρὸς τροπαί, et que, d'autre part, il est présent dans les trois variantes de B76, contrairement, par exemple, à la γῆ, absente de B76b.

44  Conche, M., op. cit., 1986, p. 302.

45 Fr. B41:  εἶναι   γὰρ   ἓν   τὸ   σοφόν,   ἐπίστασθαι   γνώμην,   ὁτέη   ἐκυϐέρνησε   πάντα   διὰ   πάντων.

46  Voir Kahn, Ch. H., op. cit., 1979, p. 271-272.

47  Prenons par exemple A, B, C, D, et E comme termes de base à définir. On pourrait par exemple imaginer la variante suivante : si A = B, B = C, C = D et D = E, alors E sera considéré comme équivalent à tous les termes auxquels D est lui-même, par transitivité, considéré comme identique : soit, en l'occurrence, A, B et C. Une variante consisterait à poser que : si A = B et C= B, alors A = C. Et cetera.

48  Notre source première : Hippolyte de Rome, Réfutations de toutes les hérésies, IX, 10, 7. Pour les réminiscences, voir Mouraviev, S. N., op. cit., 2006, p. 162-163.

49  Voir supra p. 10-14.

50  Fr. B67 :ὁ θεὸς ἡμέρη εὐφρόνη, χειμὼν θέρος, πόλεμος εἰρήνη, κόρος λιμός. ἀλλοιοῦται δὲ ὅκωσπερ <...>, ὁπόταν συμμιγῇ θυώμασιν, ὀνομάζεται καθ΄ ἡδονὴν ἑκάστου. Il s'agit ici de la séquence que j'avais choisi d'écarter du groupe des Fragments ignés en raison du caractère spéculatif de l'ajout πῦρ auquel je substitue ici trois petits points que chacun interprétera selon sa lecture et du Fragment, et du corpus tout entier. Dans le cadre de cette analyse, c'est la première partie de la phrase, de ὁ θεός à λιμός, qui m'intéresse et sur laquelle je souhaiterais me concentrer.

51  Cette liste n'a rien d'exhaustif mais, à titre d'exemple, citons : λόγου (Fr. B1), Πόλεμος (Fr. B53), τὸ σοφν (Fr. B32), τὸ πῦρ (Fr.B 66), ὁ θες (= μέρη εὐφρόνη, χειμὼν θέρος, πόλεμος εἰρήνη, κόρος λιμός) (Fr. B67),αἰθρίου Διός (Fr. B120). On le voit, le dieu d'Héraclite veut et ne veut pas porter de nom !

52  Voir les Frs. B30, B32, B54 et, peut-être, B24.

53  Voir supra note 49.

54  On remarquera que, si l'on retient l’hypothèse (2b), on établira alors une équivalence entre les termes de Κεραυνός et de Zeus d'une part et ceux de πῦρ et de Zeus d'autre part, impliquant par là tout d'abord qu'il existe, dans certains cas au moins, une possible identité entre Κεραυνός et πῦρ et que, ensuite, les trois termes partagent certains attributs que leur assignent les Frs. C'est là un exemple de définition par transitivité telle que l'imposent naturellement certaines tentatives de définition des mots-clefs du corpus.

55  Deux exemple d'acceptation juridique de ces deux termes respectivement chez Thucydide, Histoire de la Guerre du Péloponnèse, 4, 122, 4-5 : δίκῃ τε ἑτοῖμοι ἦσαν περὶ αὐτῆς κρίνεσθαι et Hérodote, Histoires, 1, 63 : οἱ δὲ καταλαμβάνοντες τοὺς φεύγοντας ἔλεγον τὰ ἐντεταλμένα ὑπὸ Πεισιστράτου.

56  Voir supra notes 27, 28 et 29.

57  Fr. B32 : ἓν τὸ σοφὸν μοῦνον λέγεσθαι οὐκ ἐθέλει καὶ ἐθέλει Ζηνὸς ὄνομα. Sur Zeus, voir également le Fr. B120.

58  Il est difficile de trouver un terme qui embrasse à lui seul la nature de toutes les paires d'opposés nommées – ou suggérées – par Héraclite dans ses Frs. Certaines sont liées par une succession temporelle ininterrompue (Fr. B67 : μέρη εὐφρόνη), d'autres par un changement de perspective (Fr. B61 : θάλασσα ὕδωρκαθαρώτατον καὶ μιαρώτατον) d'autres encore par des modifications dépendantes d'une volonté (Fr. B67 : πόλεμος εἰρήνη). J'utilise ici le mot générique d' « alternance » : on peut lui en préférer d'autres.

59  L'hypothèse d'un nivellement par le bas de la caste traditionnellement divine est confirmée par cette interprétation de B32. Voir supra p. 20.

60  Frs. B5, B30 ou B53.

61  On l'aura compris, le titre choisi à cette conclusion est un clin d’œil en même temps qu'un hommage au beau livre de C. Ramnoux : Héraclite.L'Homme entre les mots et les choses.

62  On citera en exemple les célèbres Frs. B52 ou B123.

63  On connaît la critique acerbe qu'Héraclite formule à l'encontre des poètes connus de son époque et je ne prétends pas ici l'affilier à des traditions qu'il n'a de cesse de fustiger dans ses écrits. Si je l'appelle « poète », c'est tout simplement au sens où la langue ne semble pas endosser pour lui le seul rôle de vecteur communicationnel mais où, de par son caractère complexe, sophistiqué et, parfois, plus propice à troubler qu'à informer, elle transmet par elle-même un certain savoir. Au sujet de la critique héraclitéenne de ses prédécesseurs, voir les Frs. B40, (contre Hésiode, Xénophane, Hécatée et Pythagore) B42 (contre Homère et Archiloque), B56 (contre Homère),  B57 (contre Hésiode) et B129 (contre Pythagore). On pourra également se reporter à Babut, Daniel, «Héraclite critique des poètes et des savants », L'Antiquité classique, Vol. 45, n° 2, Louvain, 1976, p. 464-496.

64  Günter Eich dira de sa vocation d'écrivain : « C'est à travers l'écriture seule que les choses atteignent pour moi une réalité. Elle [la réalité] n'est pas mon but. [...] Je dois tout d'abord l'établir. Je suis écrivain, ce n'est pas seulement une profession, mais une décision de voir le monde en tant que langue. En tant que vraie langue m'apparaît celle où coïncident le mot et la chose. C'est à partir de cette langue, qui se trouve partout autour de nous mais qui, dans un même temps, n'est pas présente, qu'il faut traduire. Nous traduisons sans avoir le texte original. La traduction la plus réussie s'en rapproche le plus et atteint le plus haut degré de réalité. ».  Eich, G., Der Schriftsteller vor der Realität (1956), in Gesammelte Werke. Vermischte Schriften, Bd. 4, Frankfurt am Main, Suhrkamp, 1991, S. 614. (La traduction est de moi.)

65  Aristote, Rhétorique, III, V, 1407b11.

66  Aristote, Fr. A4, trad. de Dumont, J.-P., op. cit., 1988, p. 135. Selon Leonardo Tarán, Aristote aurait eu en main le Livre d'Héraclite qu'il cite et commente à de nombreuses reprises dans son œuvre. Voir Mondolfo Rodolfo e Leonardo Tarán, Eraclito. Testimonianze et imitazioni, introduzione et commento a cura di R. Mondolfo e L. Tarán, Firenze, « La nuova Italia » Editrice, 1972, p. 69.

67  Fr. B1 : τοῦ δὲλόγου τοῦδʹ ἐόντος ἀεὶἀξύνετοι γίγνονται ἄνθρωποι καὶ πρόσθεν ἢ ἀκοῦσαι καὶ ἀκούσαντες τὸ πρῶτον. γινομένων γὰρ πάντωνκατὰ τὸν λόγον τόνδε, ἀπείροισιν ἐοίκασι, πειρώμενοι καὶ ἐπέων καὶ ἔργων τοιούτων, ὁκοίων ἐγὼδιηγεῦμαι διαιρέων ἕκαστον κατὰ φύσινκαὶ φράζων ὅκως ἔχει. De la séquence initiale, τοῦ δὲλόγου τοῦδʹ ἐόντος ἀεὶἀξύνετοι γίγνονται ἄνθρωποι, Aristote dit qu'il est impossible de savoir si le ἀεὶ se rattache à τοῦ δὲ λόγου τοῦδʹ ἐόντος ou à ἀξύνετοι γίγνονται ἄνθρωποι.

68  Il me semble que c'est le travail qu'accomplit Magalie Année pour le Poème de Parménide dans Année, M., Parménide. Fragments. Poème. Énoncer le verbe être, Paris, Vrin, 2012.

69  Par exemple dans les Frs. B31, B76a, B76b et B76b.

70  Par exemple avec les Frs. B30 et B66 mais aussi B90, selon l'interprétation que l'on favorisera.

71  Fr. B103.

72  Un champ lexical est constitué par l'ensemble des mots qui, dans un corpus donné, se rapportent à un même domaine. Le terme générique qui les relie sémantiquement se nomme « hyperonyme ». Ainsi φάος, ἁπτόμενον et πυρκαϊήν appartiennent-ils par exemple à un même champ lexical, celui du feu, dont l'hyperonyme sera πῦρ. À ne pas confondre avec le champ sémantique qui regroupe quant à lui l'ensemble des sens disponibles pour un même terme selon son contexte d'apparition. C'est au sein du champ sémantique que se découvrent la polysémie (fait, pour un mot, de posséder plusieurs significations différentes reliées par au moins un sème commun, parfois désactivé) et l'homonymie (fait, pour des réalités complètement différentes, d'être désignées, via les hasards des évolutions étymologiques, par un même signifiant). S'il est aisé de constater qu'il existe un champ lexical du « feu » dans les Fragments d'Héraclite, la question de la polysémie, et donc du champ sémantique, demeure quant à elle ouverte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marianne Garin, « Tropes et polysémie dans les Fragments d'Héraclite », Methodos [En ligne], 13 | 2013, mis en ligne le 17 avril 2013, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://methodos.revues.org/3171 ; DOI : 10.4000/methodos.3171

Haut de page

Auteur

Marianne Garin

Université de Fribourg, Suisse

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • Revues.org