Navigation – Plan du site
Pratiques de l'interprétation

Analyse et interprétation psychologiques des comportements corporels en situation de communication interpersonnelle

Loris Tamara Schiaratura

Résumés

Dans une communication interpersonnelle, l’échange se fait avec des mots mais aussi avec le corps. Les comportements corporels sont souvent considérés comme un langage dont le code est directement interprétable. Dans la plupart des cas, les comportements corporels sont codés de manière continue, probable et iconique. Il faut alors prendre en compte le processus d’inférence à la base d’une représentation de l’état de la personne qui interagit. L’article présente les outils théoriques et méthodologiques de la psychologie qui permettent d’analyser et interpréter les comportements non verbaux. Il propose une perspective d’interprétation qui tient compte des fonctions des comportements corporels dans la communication et du contexte dans lequel ils sont produits.

Haut de page

Notes de l’auteur

J’aimerais remercier Françoise Askevis-Leherpeux et les deux experts anonymes pour leur lecture particulièrement attentive du texte ainsi que pour leurs recommandations et suggestions.

Texte intégral

  • 1  Kendon, A., « Some reasons for studying gesture », Semiotica, 62, 1986, p. 3-28.

1Dans une interaction interpersonnelle, l’échange se fait avec des mots mais aussi avec le corps. La communication s’accompagne de mouvements apparaissant dans des zones corporelles aussi variées que la tête, le visage, les mains et les bras, le tronc ou les jambes. Chacun des communicants émet des comportements corporels (gestes, regards, mimiques faciales, postures, distance interpersonnelle) et répond à ceux de l’autre. Ces comportements jouent un rôle important dans l’échange d’informations et la régulation de l’interaction sociale. L’orientation du regard, les hochements de tête, la posture corporelle, la distance interpersonnelle ou les expressions faciales renseignent les partenaires de l’interaction sur leurs intérêts, leurs intentions, leurs attitudes et leurs états émotionnels respectifs. Mais les comportements corporels peuvent aussi être considérés comme participant, au même titre que le discours, à l’effort de communication1. C’est le cas des gestes des mains qui sont utilisés et façonnés de manière à rendre les représentations du locuteur visibles pour le partenaire de l’interaction, par exemple en figurant les formes, les actions ou les relations énoncées verbalement.

  • 2  Schiaratura, L.T., « La communication non verbale dans la maladie d’Alzheimer », Psychologie & Neu (...)
  • 3  Fox Broadcasting Company, 2009.
  • 4  Levine, T.R., Serota, K.B., & Shulman, H.C., « The Impact of Lie to Me on Viewers' Actual Ability (...)
  • 5  Voir DePaulo, B.M., Lindsay J.J., Malone, B.E., Muhlenbruck, L. Charlton, K., & Cooper, H., « Cues (...)
  • 6  Vrij, A., & Mann, S., « Who killed my relative? Police officers' ability to detect real-life high- (...)

2Dans la communication, l’activité corporelle est en général spontanée et se manifeste en dehors de la conscience2. On la considère donc souvent comme un langage naturel qui ne ment pas, permettant un accès privilégié pour connaître et comprendre l’autre. Cela peut expliquer le succès des ouvrages de vulgarisation qui offrent le code par lequel l’individu se révèle dans ses comportements visibles. La situation de mensonge en est un bon exemple. La plupart des personnes pensent qu’il est aisé de distinguer le vrai du faux dans une communication simplement en observant les signaux non verbaux du menteur qui gesticule nerveusement et évite le contact visuel. La série américaine « Lie to me »3 dans laquelle un expert en sciences sociales résout des crimes grâce à son habilité à lire naturellement  et instantanément la communication non verbale en est une bonne illustration4. Or, les travaux de psychologie5 montrent que si les personnes ont une grande confiance dans leur capacité à détecter le mensonge, le menteur est rarement démasqué. Les professionnels ne sont d’ailleurs pas épargnés. Les policiers habituellement confrontés à des situations de mensonge ne sont pas meilleurs que l’individu tout venant, même si la confiance dans leurs propres jugements est plus importante6.

  • 7  Beattie, G., & Shovelton, H., « Do iconic hand gestures really contribute anything to the semantic (...)
  • 8  Sapir, E., « The unconscious patterning of behavior in society »,, in D.G. Mandelbaum (ed.), Selec (...)
  • 9  Rimé, B., « Nonverbal communication or nonverbal behavior? Towards a cognitive-motor theory of non (...)
  • 10  Par exemple Wiener, M., Devoe, S., Rubinow, S, & Geller, J., « Nonverbal behavior and nonverbal co (...)
  • 11  Bond, C.F. Jr, & DePaulo, B.M., « Accuracy of deception judgments »,, Personality and Social Psych (...)

3On a longtemps pensé que le corps véhicule une série d’informations affectives, cognitives et régulatrices dont le discours n’est pas clairement pourvu. Les messages corporels seraient alors spontanément décodés et interprétés par le partenaire de la communication7. L’ancrage de ce point de vue est ancien. Ainsi, Sapir8 disait des gestes « que nous y sommes extrêmement sensibles, et nous y réagissons comme d’après un code, secret et compliqué, écrit nulle part, connu de personne, entendu par tous ». Selon Rimé9, cela implique l’existence d’un système de signaux socialement partagés au moyen duquel la personne rend publique son expérience à un autre individu qui y répond. Or, certains auteurs10 relativisent l’importance de ce code tacite non verbal.  Il faut aussi prendre en compte le processus d’attribution à la base d’une représentation de l’état de la personne. Trop souvent, les inférences de l’observateur sont en dernière analyse interprétées comme des communications significatives du sujet. Pour reprendre l’exemple du mensonge, on peut dire que, comme le nez de Pinocchio qui s’allonge, l’évitement du regard devient un signe évident de mensonge. Or, le menteur n'évite pas plus le contact visuel que celui qui ne ment pas. Dans ce cas, il s’agit plus d’une inférence que d’une réalité11.

  • 12  Kendon, A., Gesture. Visible action as utterance, Cambridge, Cambridge University Press, 2004.
  • 13  Kappas, A., & Krämer, C., Face-to-face communication over the internet, Cambridge, Cambridge Unive (...)

4La communication non verbale est actuellement un domaine de recherche en plein développement. L’émergence de travaux sur le geste12 et sur la communication dans un environnement virtuel13 inscrit l’étude des mouvements du corps dans une perspective pluridisciplinaire. De nombreuses disciplines comme la psychologie, l’anthropologie, la sociologie, la linguistique, les sciences cognitives, la médecine ou encore l’éducation sont concernées. Cela nécessite de disposer de méthodologies adéquates, transposables et transdisciplinaires pour l’analyse et l’interprétation des comportements corporels qui nous intéressent ici. L’article se propose de présenter les outils théoriques et méthodologiques de la psychologie qui permettent cette analyse et cette interprétation.

5Après avoir situé l’étude de la communication non verbale dans un contexte historique, différents points seront présentés et discutés : la nature du lien entre les comportements non verbaux et leurs référents, les approches et méthodes qui permettent de les décrire et d’en inférer une signification. Il s’agira de mettre en évidence les problèmes et les limitations rencontrés dans la saisie de la signification et proposer une perspective qui prenne en compte le contexte cognitif, verbal, physique et social dans l’interprétation des comportements non verbaux.

1. Le contexte historique de l’étude des comportements non verbaux

  • 14  Darwin, C., L’expression des émotions chez l’homme et les animaux, Paris, Reinwald, 1872.
  • 15  Wundt, W., The language of gestures, The Hague, Mouton, 1900/1973.

6L’intérêt pour les mouvements du corps est ancien. Il apparaît déjà dans les écrits des philosophes et auteurs de l’antiquité grecque et latine qui soulignent leur importance dans la rhétorique. Pour Aristote, dans Politique (IVe siècle av. J.-C.), les gestes et les mimiques faciales font partie de l’expression humaine et peuvent être utilisés par l’orateur pour dominer les foules et en contrôler les sentiments. Ils restent néanmoins un langage primitif qui éloigne l’orateur de l’idéal de discours fondé sur les principes de la raison. Cicéron, dans De Oratore (Ie siècle av. J.-C.), décrit les mouvements gestuels et les compositions du visage qui s’accordent avec ce que l’on dit, donnent au discours plus d’autorité et nous rapprochent de l’auditeur à instruire ou à persuader. À sa suite, Quintilien, au Ie siècle après J.-C, considère, dans L’institution Oratoire, que les gestes procèdent naturellement de la pensée, simultanément aux mots. Ils constituent un langage naturel et universel qui permet à l’orateur de souligner la force de ce qui est dit. Ces conceptions anciennes ont eu une influence sur les approches théoriques de Darwin14 et de Wundt15 dont la psychologie héritera.

7Charles Darwin inaugure l’étude empirique des comportements non verbaux dans deux perspectives déterminantes pour les approches psychologiques actuelles. La première s’inscrit dans la théorie de l’évolution et pose que les expressions faciales sont avant tout déterminées biologiquement. Dans L’expression des émotions chez l’homme et les animaux, Darwin écrit :

  • 16  Darwin, C., L’expression des émotions chez l’homme et les animaux, Paris, Reinwald, 1872, p. 12.

« Aussi longtemps que l'homme et les autres animaux seront considérés comme des créations indépendantes, il est certain qu'un obstacle invincible paralysera les efforts de notre curiosité naturelle pour poursuivre aussi loin que possible la recherche des causes de l'expression. (…) Certaines expressions de l'espèce humaine, les cheveux qui se hérissent sous l'influence d'une terreur extrême, les dents qui se découvrent dans l'emportement de la rage, sont presque inexplicables si l'on n'admet pas que l'homme a vécu autrefois dans une condition très inférieure et voisine de la bestialité »16.

8Ce point de vue est à la base de la controverse encore actuelle sur l’innéité ou l’apprentissage social des comportements non verbaux. La seconde perspective qui caractérise l’apport de Darwin concerne l’utilisation communicative des mouvements expressifs du visage et du corps. Pour Darwin,

  • 17  Op. cit., p. 392.

« Ils sont les premiers moyens de communication entre la mère et l'enfant ; elle sourit en signe d'approbation et encourage de cette manière son enfant à marcher dans la bonne voie ; elle fronce le sourcil en signe de désapprobation. Nous découvrons bien vite la sympathie de ceux qui nous entourent, grâce à leur expression; nos souffrances en sont adoucies, nos plaisirs augmentés, et c'est ainsi que se fortifient les bons sentiments mutuels. Les mouvements de l'expression donnent de la vie et de l'énergie au discours, ils révèlent parfois les pensées et les intentions d'une manière plus vraie que les paroles, qui peuvent être menteuses »17.

  • 18  Feyereisen, P., & de Lannoy, J.-P., Psychologie du geste, Bruxelles, Mardaga, 1985.
  • 19  Zivin, G., « Facial gestures predict preschoolers’ encounter outcomes », Social Sciences Informati (...)

9Cette approche communicative des mouvements expressifs ouvre la voie au courant éthologique qui décrit les interactions sociales au cours desquelles les partenaires s’ajustent les uns aux autres par l’émission et l’interprétation de signaux non verbaux souvent subtils18. Par exemple, Zivin19 observe qu’en situation de conflit pour un jouet attractif, le jeune enfant qui élève le menton est souvent celui qui l’obtient et le garde. L’abaissement du menton et l’évitement du regard sont par contre associés à l’échec dans l’obtention du jouet convoité.

  • 20  Wundt, W., The language of gestures, The Hague, Mouton, 1900.
  • 21  Birdwhistell, R., Kinesics and context: essays on body-motion communication, Philadelphia, Univers (...)
  • 22  Voir par exemple Mauss, M., « Rapports réels et pratiques de la psychologie et de la sociologie », (...)
  • 23  Par exemple Efron, D., Gesture, race and culture, The Hague, Mouton, 1941 ; Kendon, A., « Knowledg (...)
  • 24  Feyereisen, P., & de Lannoy, J.-P., Psychologie du geste, Bruxelles, Mardaga, 1985, p. 9.
  • 25  Ekman, P., & Friesen, W., « The repertoire of nonverbal behavior: categories, origins, usage, and (...)

10Dans une perspective linguistique et anthropologique, Wundt20 considère les mouvements du corps, et les gestes en particulier, comme une forme primitive du langage articulé. En analogie avec le langage, les mouvements corporels doivent être abordés comme des phrases gestuelles et non comme des gestes élémentaires. Ils constituent un système d’éléments signifiants, structuré par des règles et présentant divers niveaux d’organisation. Il s’agit de découvrir les règles qui gouvernent les séquences non verbales et de les analyser selon les procédés de la linguistique structurale21. Wundt souligne  également la nature sociale du langage dont l’existence dépend de l’interaction entre individus. Dans ce sens, les sociétés humaines vont différer les unes des autres par leur langage verbal mais aussi corporel. Dans le cadre de cette vision anthropologique, il s’agit de faire l’inventaire des pratiques gestuelles et corporelles dans différentes sociétés22, de les comparer et d’expliquer leurs spécificités23. Selon Feyereisen et de Lannoy24, ces perspectives ont en commun de se heurter « de manière symétrique à la question des relations entre mouvements expressifs et langage d’un côté, à celle du fonctionnement des signes de l’autre ». Différents questionnements sont soulevés qui concernent les aspects à la fois individuels et sociaux des comportements non verbaux : Comment comprendre les signes que trace le corps ? Que renseignent-ils des intentions, des intérêts, des sentiments, des idées, du tempérament de celui qui les émet ? Comment appréhender le code visible qui lie l’acte à ce qu’il signifie ? Existe-t-il un langage du corps analogue au langage verbal dans le sens où des significations précises sont associées à des mouvements spécifiques ? Quelles relations les comportements verbaux et non verbaux entretiennent-ils dans la communication ? Le contexte de la communication joue-t-il un rôle dans l’interprétation des signaux non verbaux ? Pour y répondre, il convient avant tout de préciser la nature du phénomène non verbal observé et les conditions de communication dans lesquelles il apparaît. Ainsi, on observe par exemple que le comportement qui consiste à se couvrir les yeux avec la main apparaît fréquemment dans les communications de personnes dépressives éprouvant des sentiments de honte25. Ce geste peut être considéré comme le reflet de l’état émotionnel de la personne. Mais il peut aussi être réalisé pour communiquer à autrui la honte ressentie.

2. Relation signe non verbal - référent

  • 26 Op. cit. ; Scherer, K.R., & Ekman, P., The handbook of methods in nonverbal behavior research, Camb (...)
  • 27  Kendon, D., « Some reflections on the relationship between “gesture” and “sign” », Gesture, 8, 200 (...)

11Chaque mouvement ou modification d’un segment corporel pourrait être considéré comme non verbal. Mais cela ne signifie pas que chaque action constitue un moyen de communication possédant un codage spécifique. Le codage, ou relation entre un signe et son référent, peut être décrit selon trois grandes dimensions : (1) discret versus continu, (2) invariant versus probable, et (3) arbitraire versus iconique26. Les signes verbaux sont généralement codés de manière discrète, invariante et arbitraire. Le mot signifie ou non une chose particulière. Cette signification sera la même au sein d’une même communauté linguistique. La nature du mot n’est pas déterminée par la nature de la chose signifiée. La relation entre signe et référent est plus complexe lorsqu’il s’agit d’actes non verbaux. Parfois, il arrive que le codage soit analogue à celui des signes verbaux (discret, invariant, arbitraire) comme dans les langues des signes où les gestes sont issus de répertoires et fonctionnent en séquences organisées, à la manière des mots dans l’énoncé verbal27. C’est aussi le cas de certains gestes symboliques, ou emblèmes, ayant une signification précise à l’intérieur d’une culture ou d’un groupe social. Par exemple, le geste « OK » marquant l’accord se manifeste, en France, pouce levé sur un poing fermé alors qu’aux Etats-Unis, il est formé d’un cercle du pouce et de l’index. Ces emblèmes ont acquis des significations conventionnelles et sont utilisés comme des émissions communicatives autonomes.

  • 28  Ekman, P., Emotion in the human face, New York, Cambridge University Press, 1982.

12Mais dans la plupart des cas, les signes non verbaux sont codés de manière continue, probable et iconique. En effet, un signe corporel peut se modifier selon l’étendue ou la force du référent ; par exemple, l’intensité d’une expression faciale (froncement des sourcils) peut varier de manière continue avec l’intensité de l’émotion (colère). Il peut avoir une signification seulement dans certaines situations, pour certaines personnes ou pour certaines cultures ; par exemple, les aborigènes de Nouvelle Guinée ne reconnaissent pas les expressions faciales de peur28. Enfin, il peut faire partie de la chose signifiée et en être une représentation iconique, par similarité comme le geste qui dessine l’escalier en spirale décrit verbalement, ou par contiguïté spatiale comme le geste qui pointe l’objet.

  • 29  Ekman, P., & Friesen, W., « The repertoire of nonverbal behavior: categories, origins, usage, and (...)
  • 30  Chovil, N., « Social determinants of facial displays », Journal of Nonverbal Behavior, 15, 1991, p (...)
  • 31  Bavelas, J. B., Chovil, N., Coats, L., & Roe, L., « Gestures specialized for dialogue », Personali (...)

13La signification d’un comportement corporel peut être idiosyncrasique ou partagée socialement. Dans le premier cas, elle est spécifique à un individu ou à une seule autre personne comme le geste émis par un jeune enfant et compris par sa seule mère. Dans l’autre cas, la signification est la même pour une série de personnes. C’est ce second cas qui nous intéresse pour déterminer les conditions de communication dans lesquelles apparaissent les signes non verbaux. Dans une situation sociale de communication, chacun émet des comportements non verbaux (encodage non verbal) et réagit aux comportements non verbaux de l’autre (décodage non verbal). En fonction des conditions d’encodage et de décodage, on peut distinguer les comportements non verbaux informatifs,  communicatifs ou interactifs29. Un comportement est informatif lorsqu’il possède une signification pour les personnes qui le décodent indépendamment de l’intention de la personne qui l’émet. L’accent est porté sur la signification partagée lors du décodage. Il n’est pas nécessaire que cette signification soit exacte. C’est par exemple le cas du mensonge précédemment décrit. Les mouvements de nervosité et l’évitement du regard sont supposés informer du mensonge alors qu’ils n’y sont pas systématiquement liés. Un comportement non verbal est communicatif lorsqu’il est émis dans le but de transmettre une signification  socialement ou culturellement partagée. Une personne peut accentuer une mimique faciale de dégoût si elle désire informer son partenaire que la nourriture a mauvais goût. En raison d’une signification émotionnelle partagée, le message sera aisément décodé30. Enfin, un comportement non verbal est considéré comme interactif lorsqu’il influence ou modifie, consciemment ou non, le comportement de l’autre. Dans une conversation, des mouvements corporels subtils (geste, orientation du regard, expression faciale) sont associés à l’alternance des rôles de locuteur et d’auditeur. De même, le geste de la main dirigé par le locuteur vers son auditeur incite celui-ci à répondre ou à prendre la parole31. Une place prépondérante est accordée ici aux comportements non verbaux dans la régulation de l’interaction sociale.

  • 32  Pour une discussion des notions de code, signe et signal, voir Wharton, « Pragmatics and non-verba (...)

14Il faut souligner que les frontières entre les différents usages des comportements non verbaux dans la communication ne sont pas imperméables. Une même expression faciale (la mimique de colère par exemple) peut informer d’un état émotionnel (renseigne sur l’état de colère de l’émetteur), signaler à l’autre une émotion (« attention, je suis en colère ») et influencer son comportement (maintenir l’autre à distance). L’expression faciale peut alors être considérée comme un signal qui provoque chez l’autre une réponse adaptée32. L’interdépendance des usages des comportements corporels n’est pas sans conséquence car elle affecte les méthodologies mises en place pour analyser ces comportements et les décisions prises pour les interpréter.

3. Les différentes approches et méthodes d’analyse

  • 33  Voir Harrigan, J.A., Rosenthal, R., & Scherer, K.R., The new handbook of methods in nonverbal beha (...)

15En psychologie, un nombre important d’études ont été publiées, depuis une cinquantaine d’années, dans le domaine de la communication non verbale. Actuellement, les questions de recherche sont focalisées sur l’étude de  canaux non verbaux  spécifiques tels que le visage, le regard, les gestes, la posture ou l’utilisation de l’espace interpersonnel. Pour chacun de ces canaux, des procédures particulières de recherche et des techniques de codage spécifiques sont développées. Elles dépendent principalement de l’objectif du chercheur, décrire les manifestations corporelles ou les interpréter33.

  • 34  Frey, S., Hirsbrunner, H.P., Florin, A.M., Daw, W., & Crawford, R., « A unified approach to the in (...)
  • 35  Blurton Jones, N.G., Nonverbal communication, Oxford, Oxford University Press, 1971.
  • 36  Op. cit.

16Les meilleurs exemples d’analyses descriptives sont sans doute le système de notation dit « de Berne »34 et l’approche éthologique35. Dans le système de Berne, le comportement est décrit comme une série de positions dans le temps et l’espace. Ainsi, les mouvements des mains peuvent être codés sur différentes dimensions comme la verticalité, l’orientation des paumes ou encore le contact des deux mains.  L’intérêt de cette analyse est de permettre une description précise de l’activité déployée en situation de face à face. Mais son inconvénient majeur est d’être a-théorique. Les changements du corps n’ont pas de statut particulier dans la communication. Ils ne sont pas interprétés ou ne font pas l’objet d’une hypothèse de recherche spécifique. Dans l’approche éthologique, l’analyse des comportements non verbaux s’inscrit dans le cadre théorique de l’évolution et de l’adaptation. Le comportement doit être étudié dans son environnement naturel et la méthode privilégiée est l’observation sur le terrain. La collecte des données est dirigée vers la description des unités naturelles de comportement qui ensemble forment un éthogramme humain. Le répertoire doit être suffisamment exhaustif pour rendre compte de toutes les unités comportementales apparaissant dans des situations communicatives variées.  Ces unités sont décrites en fonction des facteurs qui les provoquent et de leurs effets sur le comportement des partenaires. A titre d’illustration, on peut signaler le geste qui consiste à frapper le partenaire avec l’avant-bras, le poing légèrement fermé. Ce geste apparaît dans une situation de menace et peut provoquer le retrait de l’adversaire36.

  • 37  Argyle M., Bodily communication, Londres, Methuen, 1975, p. 214.
  • 38  Projet CPER 2011-2013 – MESHS : « La communication verbale et non verbale dans la maladie d’Alzhei (...)
  • 39  Ekman, P., « Facial Expressions », in T. Dalgleish & T. Power (eds.), The Handbook of Cognition an (...)
  • 40  Voir Harrigan, J.A., Rosenthal, R., & Scherer, K.R., The new handbook of methods in nonverbal beha (...)
  • 41  Ekman, P., & Friesen, W., The facial action coding system, Palo Alto, Consulting Psychologist Pres (...)
  • 42  Rimé, B., & Schiaratura, L.T., « Speech and gestures », in R. S. Feldman & B. Rimé (eds.), Fundame (...)

17Au delà de la description, l’objectif peut être d’inférer la signification des comportements non verbaux en tenant compte de variables psychologiques comme la personnalité ou de processus psychologiques tels que la production du discours et la régulation de la communication interpersonnelle. En accord avec Argyle37, la méthodologie recommandée est « de mettre en place des plans expérimentaux rigoureux, qui testent des hypothèses (…) dans des contextes réalistes (…) qui contiennent tous les ingrédients principaux du comportement social ordinaire ». On peut distinguer  parmi ceux-ci les modèles expérimentaux de décodage dans lesquels on demande aux participants d’évaluer la signification d’une série de comportements non verbaux (expressions faciales, regards, gestes, postures) présentés sur un support photo ou vidéo, et les modèles expérimentaux d’encodage où on mesure les comportements non verbaux apparaissant spontanément dans des situations contrôlées. La principale technique consiste alors à enregistrer l’activité corporelle et à catégoriser chaque variable comportementale selon un système tenant compte des différentes fonctions que les comportements non verbaux peuvent remplir dans le langage, la communication, les émotions ou encore l’activité cognitive. Par exemple, dans un projet de recherche pluridisciplinaire actuellement en cours, on s’intéresse à la communication verbale et non verbale de la personne souffrant de la maladie d’Alzheimer38. L’objectif est d’aborder deux aspects de la communication souvent considérés indépendamment l’un de l’autre. Le premier aspect concerne le registre verbal et non verbal de la personne elle-même. Le but est d’identifier ce qui est altéré ou préservé dans chacun des deux registres et d’observer comment le non verbal peut compenser certaines pertes langagières. Le second aspect se centre sur l’échange entre la personne souffrant de la maladie d’Alzheimer et un interlocuteur sain. Le but est d’analyser la régulation verbale et non verbale de l’interaction. Pour réaliser ces objectifs, les personnes souffrant de la maladie Alzheimer sont filmées dans une situation de communication interpersonnelle avec un adulte sain. L’analyse non verbale réalisée à partir des enregistrements vidéo de l’interaction prend en compte l’ensemble des comportements qui apparaissent en situation de communication interpersonnelle39 : les expressions faciales liées aux différentes émotions, les gestes des bras et des mains qui apparaissent en relation avec le discours, les mouvements de tête (détournements, hochements), le regard et le contact visuel, la posture et les comportements de proxémie. Ces derniers types de comportements sont plus spécifiquement liés à la régulation de l’interaction sociale. Le décodage non verbal est assisté par ordinateur avec le logiciel spécifique d'analyse des comportements sur support vidéo The Observer XT®. Il repose sur des techniques de codage bien établies méthodologiquement. On ne peut présenter ici l’ensemble de ces méthodologies40. On se limitera à celles qui concernent les expressions faciales émotionnelles et les gestes des bras et des mains. Le FACS (Facial Action Coding System)41 permet de coder les mouvements du visage liés aux différentes émotions (colère, peur, dégoût, honte, surprise, joie et tristesse). Par exemple, les yeux écarquillés, les narines élargies, la bouche ouverte avec les lèvres étirées sont les mouvements faciaux typiques de la peur. Les gestes des bras et des mains sont catégorisés en fonction de la relation qu’ils entretiennent avec le discours42. Ainsi, on peut distinguer les gestes symboliques ou emblèmes qui fonctionnent comme des émissions verbales autonomes (remuer la main pour saluer) de ceux qui sont inséparables du discours concomitant. Parmi ces derniers, les gestes ont été classés en quatre catégories : les déictiques (gestes d’indication), les iconiques (illustration d’un contenu verbal concret), les métaphoriques (représentation d’aspects abstraits du discours) et les marqueurs ou battements (mouvements simples et rapides d’accentuation).

  • 43  Feyereisen, P., & de Lannoy, J.-P., Gestures and speech: Psychological investigations. Cambridge, (...)
  • 44  Kendon, A., « Some reasons for studying gesture », Semiotica, 62, 1986, p. 3-28.

18Les techniques de codage des comportements non verbaux peuvent être considérées comme des outils de recherche valides. On observe en général des accords élevés dans les jugements réalisés par des observateurs différents. Mais elles présentent néanmoins certaines limitations liées au contexte d’interprétation des comportements non verbaux43. Un même geste (l’index sur la tempe pour signifier qu’une personne est folle) peut avoir une signification propre, indépendamment du discours. Il est alors symbolique. Mais il peut apparaître en relation avec le discours et en illustrer un aspect particulier. Il faudrait alors le coder comme iconique. Selon Kendon44, il faut tenir compte des circonstances de la communication qui font qu’un comportement corporel peut être utilisé comme un canal supplémentaire ou alternatif au canal verbal.

4. L’interprétation en contexte

  • 45  Fernandez-Dols, J.M. & Carroll, J.M., « Is the meaning perceived in facial expression independent (...)

19Les significations non verbales ne sont pas indépendantes de la situation et du contexte de communication dans lesquels les comportements sont produits45. L’interprétation des comportements corporels est influencée par le  moment (par exemple sourire en regardant une personne) et le lieu (par exemple des funérailles) de leur apparition. Un comportement non verbal est rarement émis isolément. Son interprétation peut être influencée par la présence simultanée d’autres signaux, verbaux et non verbaux. Par exemple, pour interpréter un geste, on peut se baser sur sa seule représentation iconique (la forme ronde que trace la main). Mais, sans le contenu verbal concomitant, il peut être difficile d’en trouver la signification exacte (s’agit-il d’un ballon ou d’une tomate ?). Pour l’interpréter, on doit alors s’appuyer sur la situation dans laquelle il est émis (selon que l’on se trouve dans une cuisine ou sur un terrain de football).

  • 46  Malatesta, C.Z., Fiore M.J., Messina, J.J., « Affect, personality, and facial expressive character (...)
  • 47  Elfenstein, H.A., & Ambady N., « Is there an ingroup advantage in emotion recognition? », Psycholo (...)
  • 48  Leyens J.P., Demoulin S., Désert M., Vaes J., & Philippot P., « Expressing emotions and decoding t (...)
  • 49  Pour une distinction entre émotions primaires et secondaires, voir Epstein, S., « Controversial is (...)
  • 50  Philippot, P., Yabar, A. & Bourgeois, P., « Beauty is in the eyes of the perceiver. The impact of (...)
  • 51  Matsumoto, D., « American-japanese cultural differences in the recognition of universal facial exp (...)

20Un autre exemple concerne les expressions du visage. Un visage véhicule de multiples messages. Il peut paraître beau, intelligent ou au contraire laid et stupide. Il renseigne aussi sur le sexe de la personne, son origine ethnique, son âge. Ces informations  peuvent être utilisées, consciemment ou non, pour interpréter les mouvements faciaux et inférer l’émotion ressentie. Ainsi, on pense souvent que les personnes âgées sont tristes46. Or, cette inférence  peut être liée à l’apparence du visage qui se transforme avec l’âge (paupières tombantes, bouche descendant légèrement). On observe aussi que la reconnaissance des expressions faciales est facilitée lorsque les personnes en interaction appartiennent au même groupe social et culturel47. De plus, il existe une tendance à ne pas prêter les mêmes émotions aux personnes appartenant à des groupes stigmatisés qu’à son propre groupe d’appartenance48. Ainsi, par opposition aux émotions primaires (joie, colère, dégoût, peur, tristesse), on attribue plus volontiers des émotions secondaires (fierté, compassion, amour, orgueil), au groupe auquel on appartient qu’aux autres groupes49. Ces croyances peuvent biaiser le décodage non verbal. Un même signal (expression faciale, mouvement corporel) est plus fréquemment attribué à la colère lorsque la personne appartient à un groupe social réputé violent et agressif50. Les règles culturelles de décodage non verbal peuvent aussi intervenir. Ainsi, il est inapproprié dans certaines cultures asiatiques de percevoir les émotions négatives d’autrui51.

  • 52  Par exemple Argyle M., Bodily communication, Londres, Methuen, 1975.

21Enfin, dans une interaction sociale, les comportements des partenaires ne sont pas indépendants. Pour certains auteurs52, un équilibre non verbal optimal doit être maintenu en fonction de la situation interpersonnelle, des motivations de chacun et des conventions sociales. Ainsi, le degré d’intimité entre les personnes détermine l’acceptation sociale des comportements (distance interpersonnelle, gestes, expressions émotionnelles, contacts visuels et physiques). S’il y a rupture dans l’équilibre non verbal (une personne inconnue s’approche trop près), celui-ci peut être rétabli en ajustant  le comportement (reculer pour maintenir à distance). Or, trop souvent, le comportement non verbal est relié à la personnalité de celui qui l’émet, perçu alors comme une personne peu sociable. Mais en réalité, il est provoqué par le comportement non verbal de celui qui s’est approché trop près. Dans une situation de communication sociale, les comportements non verbaux d’une personne ne peuvent donc être interprétés indépendamment de ceux du partenaire de l’interaction.

5. Conclusion

22L’interprétation des signaux non verbaux apparaissant dans une interaction sociale est une question de recherche importante en psychologie. Celle-ci offre des cadres théoriques et des outils méthodologiques pour comprendre comment les comportements non verbaux informent sur la personnalité, les émotions, les compétences ou les attitudes des personnes en interaction sociale. Elle propose des techniques de mesure et de classification des comportements non verbaux prenant en compte la relation continue, probable et iconique du signe non verbal à son référent.

  • 53  Fischer, A.H., « Emotion concepts as a function of gender », in J.A. Russell, J.M. Fernandez-Dols, (...)

23La position adoptée dans cet article pose que les signaux non verbaux ne sont pas toujours directement interprétables. L’accent est porté sur les inférences réalisées par la personne qui interagit à partir des conduites non verbales du partenaire. Ces inférences ne sont pas nécessairement inexactes. Par exemple, l’émotion ressentie par une personne peut être correctement inférée à partir de sa mimique faciale. La personne ressent vraiment l’émotion attribuée. Mais ce n’est pas toujours le cas. Une expression faciale peut être interprétée différemment selon le contexte de communication dans lequel elle apparaît. Par exemple, on associera plus souvent la « colère » aux comportements non verbaux des hommes (mimiques faciales, gestes) qu’aux mêmes comportements émis par des femmes53. Cela n’est pas sans conséquence car la signification non verbale inférée influence le comportement des partenaires de l’interaction sociale.

Haut de page

Bibliographie

Argyle M., Bodily communication, Londres, Methuen, 1975.

Aristote, Politique. Traduction française de J. Barthélemy-Saint-Hilaire, Paris, Librairie philosophique de Ladrange, 1874.

Bavelas, J. B., Chovil, N., Coats, L., & Roe, L., « Gestures specialized for dialogue » Personality and Social Psychology Bulletin, 21, 1995, p. 394–405.

Beattie, G., & Shovelton, H., « Do iconic hand gestures really contribute anything to the semantic information conveyed by speech? An experimental investigation », Semiotica, 1999, 123, p. 1-30.

Birdwhistell, R., Kinesics and context: essays on body-motion communication. Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1970.

Blurton Jones, N.G., Nonverbal communication. Oxford, Oxford University Press, 1971.

Bond, C.F. Jr, & DePaulo, B.M., « Accuracy of deception judgments », Personality and Social Psychology Review, 10, 2006, p. 214-234

Chovil, N., « Social determinants of facial displays », Journal of Nonverbal Behavior, 15, 1991, p. 141-154.

Ciceron, De Oratore. Livre second. Traduction française sous la direction de M. Nisard. Paris, Firmin Didot, 1869.

Darwin, C., L’expression des émotions chez l’homme et les animaux, Paris, Reinwald, 1872/1890.

DePaulo, B.M., Lindsay J.J., Malone, B.E., Muhlenbruck, L. Charlton, K., & Cooper, H. « Cues to deception », Psychological Bulletin, 129, 2003, p. 74-118.

Efron, D., Gesture, race and culture, The Hague, Mouton, 1941/1972.

Ekman, P., Emotion in the human face. New York: Cambridge University Press, 1982.

Ekman, P., « Facial Expressions », in T. Dalgleish and T. Power (eds.), The Handbook of Cognition and Emotion, Sussex, John Wiley & Sons, 1999, p. 301-320.

Ekman, P., & Friesen, W., « The repertoire of nonverbal behavior: categories, origins, usage, and coding », Semiotica, 1, 1969, p. 49-98.

Ekman, P., & Friesen, W., The facial action coding system, Palo Alto, Consulting Psychologist Press, 1978.

Ekman, P., Friesen, W., Hager, J., Facial Action Coding System. The Manual on CD Rom. Salt Lake City, Network Information Research Corporation, 2002.

Elfenstein, H.A., & Ambady N., « Is there an ingroup advantage in emotion recognition? », Psychological  Bulletin, 128, 2002, p. 243-249.

Epstein, S., « Controversial issues in emotion theories », Review of Personality and Social Psychology, 5, 1984, p. 64-88.

Fernandez-Dols, J.M. & Carroll, J.M., « Is the meaning perceived in facial expression independent of its context? », in J.A. Russell & J.M. Fernandez-Dols (eds.), The psychology of facial expression, Cambridge, Cambridge University Press, 1997.

Feyereisen, P., & de Lannoy, J.-P., Psychologie du geste, Bruxelles, Mardaga, 1985.

Feyereisen, P., & de Lannoy, J.-P., Gestures and speech: Psychological investigations. Cambridge, Cambridge University Press, 1991.

Fischer, A.H., « Emotion concepts as a function of gender », in J.A. Russell, J.M. Fernandez-Dols, A.S.R. Manstead & J.C Wellenkamp (eds.), Everyday concepts of emotion: An introduction to the psychology, anthropology, and linguistics of emotion, Dordrecht, Kluwer, 1995, p. 457-474.

Frey, S., Hirsbrunner, H.P., Florin, A.M., Daw, W., & Crawford, R., « A unified approach to the investigation of nonverbal and verbal behavior in communication research », in W. Doise & S. Moscovici (eds), Current Issues in European Social Psychology, Cambridge, Cambridge University Press, 1983, p. 143-199.

Harrigan, J.A., « Proxemics, kinesics and gaze », in J.A. Harrigan, R. Rosenthal & K.R. Scherer, The new handbook of methods in nonverbal behavior research, Oxford, Oxford University Press, 2005, p. 137-198.

Harrigan, J.A., Rosenthal, R., & Scherer, K.R., The new handbook of methods in nonverbal behavior research, Oxford, Oxford University Press, 2005.

Kappas, A., & Krämer, C., Face-to-face communication over the internet. Cambridge, Cambridge University Press, 2011.

Kendon, A., « Knowledge of sign language in an Australian Aboriginal community », Journal of Anthropological Research, 40, 1984, p. 556-576.

Kendon, A., « Some reasons for studying gesture », Semiotica, 62, 1986, p. 3-28.

Kendon, A., Gesture. Visible action as utterance, Cambridge, Cambridge University Press, 2004.

Kendon, D., « Some reflections on the relationship between “gesture” and “sign” », Gesture, 8, 2008, p. 348-366.

Leyens J.P., Demoulin S., Désert M., Vaes J., & Philippot P., « Expressing emotions and decoding them. Ingroups and outgroups do not share the same advantages », in D.M. Mackie & E.R. Smith (eds). Fromprejudice to intergroup emotions, New York, Psychology Press, 2002, p. 135-151.

Levine, T.R., Serota, K.B., & Shulman, H.C., « The Impact of Lie to Me on Viewers' Actual Ability to Detect Deception »,, Communication Research, 37, 2010, p. 847-856.

Malatesta, C.Z., Fiore M.J., Messina, J.J., « Affect, personality, and facial expressive characteristics of older people », Psychology and Aging, 2, 1987, p. 64-69

Matsumoto, D., « American-japanese cultural differences in the recognition of universal facial expressions », Journal of  Cross-Cultural Psychology, 23, 1992, p.72-84.

Mauss, M., « Rapports réels et pratiques de la psychologie et de la sociologie », Journal de Psychologie Normale et Pathologique, 21, 1924, p. 892-922.

McNeill, D., Hand and mind: What gestures reveal about thought, Chicago, Chicago University Press, 1992.

Philippot, P., Yabar, A. & Bourgeois, P., « Beauty is in the eyes of the perceiver. The impact of affective stereotyping on the perception of outgroup members’ facial expressions », in P. Philippot & U. Hess (eds.), Group dynamics and emotional expression, Cambridge, Cambridge University Press, 2007, p. 69-91.

Quintilien, L’institution oratoire. Livre premier. Traduction française de M. Nisard, Paris, Firmin Didot, 1842.

Ricci-Bitti, P.E., & Garotti P.L., « Nonverbal communication and cultural differences: issues for face-to-face communication over the internet », in A. Kappas & C. Krämer (eds.). Face-to-face communication over the internet, Cambridge, Cambridge University Press, 2011, p. 81-99.

Rimé, B., « Nonverbal communication or nonverbal behavior? Towards a cognitive-motor theory of non verbal behaviour », in W. Doise & S. Moscovici (eds). Current Issues in European Social Psychology, Cambridge, Cambridge University Press, 1983, p. 85-141.

Rimé, B., & Schiaratura, L.T., « Speech and gestures », in R. S. Feldman & B. Rimé (eds.), Fundamentals of nonverbal behaviour, New-York, Cambridge University Press, 1991, p. 239-281.

Sapir, E., « The unconscious patterning of behavior in society », in D.G. Mandelbaum (ed.), Selected writings of Edward Sapir in language, culture, and personality, Berkeley and Los Angeles, University of California Press, 1927/1949, p 544-559.

Scherer, K.R., & Ekman, P., The handbook of methods in nonverbal behavior research. Cambridge, Cambridge University Press, 1982.

Schiaratura, L.T., « La communication non verbale dans la maladie d’Alzheimer », Psychologie & NeuroPsychiatrie du Vieillissement, vol 6 (3),2008, p. 1-6

Vrij, A., & Mann, S., « Who killed my relative? Police officers' ability to detect real-life high-stake lies », Psychology, Crime, & Law, 7, 2001, p. 119-132

Wharton, T., « Pragmatics and non-verbal communication », Cambridge, Cambridge University Press, 2009.

Wiener, M., Devoe, S., Rubinow, S, & Geller, J., « Nonverbal behavior and nonverbal communication », Psychological Review, 79, 1972, p. 185-214.

Wundt, W., The language of gestures, The Hague, Mouton, 1900/1973

Zivin, G., « Facial gestures predict preschoolers’ encounter outcomes », Social Sciences Information, 16, 1977, p. 715-730.

Haut de page

Notes

1  Kendon, A., « Some reasons for studying gesture », Semiotica, 62, 1986, p. 3-28.

2  Schiaratura, L.T., « La communication non verbale dans la maladie d’Alzheimer », Psychologie & NeuroPsychiatrie du Vieillissement,vol 6 (3), 2008, p.1-6.

3  Fox Broadcasting Company, 2009.

4  Levine, T.R., Serota, K.B., & Shulman, H.C., « The Impact of Lie to Me on Viewers' Actual Ability to Detect Deception », Communication Research, 37, 2010, p. 847-856.

5  Voir DePaulo, B.M., Lindsay J.J., Malone, B.E., Muhlenbruck, L. Charlton, K., & Cooper, H., « Cues to deception », Psychological Bulletin, 129, 2003, p. 74-118.

6  Vrij, A., & Mann, S., « Who killed my relative? Police officers' ability to detect real-life high-stake lies », Psychology, Crime, & Law, 7, 2001, p. 119-132.

7  Beattie, G., & Shovelton, H., « Do iconic hand gestures really contribute anything to the semantic information conveyed by speech? An experimental investigation », Semiotica, 123, 1999, p. 1-30 ; Ricci-Bitti, P.E., & Garotti P.L., « Nonverbal communication and cultural differences: issues for face-to-face communication over the internet », in A. Kappas & C. Krämer (eds.), Face-to-face communication over the internet, Cambridge: Cambridge University Press, 2011, p. 81-99.

8  Sapir, E., « The unconscious patterning of behavior in society »,, in D.G. Mandelbaum (ed.), Selected writings of Edward Sapir in language, culture, and personality, Berkeley and Los Angeles, University of California Press, 1927/1949, p 46.

9  Rimé, B., « Nonverbal communication or nonverbal behavior? Towards a cognitive-motor theory of non verbal behavior », in W. Doise & S. Moscovici (eds), Current Issues in European Social Psychology, Cambridge: Cambridge University Press, 1983, p 85-141.

10  Par exemple Wiener, M., Devoe, S., Rubinow, S, & Geller, J., « Nonverbal behavior and nonverbal communication », Psychological Review, 79, 1972, p. 185-214.

11  Bond, C.F. Jr, & DePaulo, B.M., « Accuracy of deception judgments »,, Personality and Social Psychology Review, 10, 2006, p. 214-234.

12  Kendon, A., Gesture. Visible action as utterance, Cambridge, Cambridge University Press, 2004.

13  Kappas, A., & Krämer, C., Face-to-face communication over the internet, Cambridge, Cambridge University Press, 2011.

14  Darwin, C., L’expression des émotions chez l’homme et les animaux, Paris, Reinwald, 1872.

15  Wundt, W., The language of gestures, The Hague, Mouton, 1900/1973.

16  Darwin, C., L’expression des émotions chez l’homme et les animaux, Paris, Reinwald, 1872, p. 12.

17  Op. cit., p. 392.

18  Feyereisen, P., & de Lannoy, J.-P., Psychologie du geste, Bruxelles, Mardaga, 1985.

19  Zivin, G., « Facial gestures predict preschoolers’ encounter outcomes », Social Sciences Information, 16, 1977, p. 715-730.

20  Wundt, W., The language of gestures, The Hague, Mouton, 1900.

21  Birdwhistell, R., Kinesics and context: essays on body-motion communication, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1970.

22  Voir par exemple Mauss, M., « Rapports réels et pratiques de la psychologie et de la sociologie », Journal de Psychologie Normale et Pathologique, 21, 1924, p. 892-922.

23  Par exemple Efron, D., Gesture, race and culture, The Hague, Mouton, 1941 ; Kendon, A., « Knowledge of sign language in an Australian Aboriginal community », Journal of Anthropological Research, 40, 1984, p. 556-576.

24  Feyereisen, P., & de Lannoy, J.-P., Psychologie du geste, Bruxelles, Mardaga, 1985, p. 9.

25  Ekman, P., & Friesen, W., « The repertoire of nonverbal behavior: categories, origins, usage, and coding », Semiotica, 1, 1969, p. 49-98.

26 Op. cit. ; Scherer, K.R., & Ekman, P., The handbook of methods in nonverbal behavior research, Cambridge, Cambridge University Press, 1982.

27  Kendon, D., « Some reflections on the relationship between “gesture” and “sign” », Gesture, 8, 2008, p. 348-366.

28  Ekman, P., Emotion in the human face, New York, Cambridge University Press, 1982.

29  Ekman, P., & Friesen, W., « The repertoire of nonverbal behavior: categories, origins, usage, and coding », Semiotica, 1, 1969, p. 49-98.

30  Chovil, N., « Social determinants of facial displays », Journal of Nonverbal Behavior, 15, 1991, p. 141-154.

31  Bavelas, J. B., Chovil, N., Coats, L., & Roe, L., « Gestures specialized for dialogue », Personality and Social Psychology Bulletin, 21, 1995, p. 394–405.

32  Pour une discussion des notions de code, signe et signal, voir Wharton, « Pragmatics and non-verbal communication », Cambridge, Cambridge University Press, 2009.

33  Voir Harrigan, J.A., Rosenthal, R., & Scherer, K.R., The new handbook of methods in nonverbal behavior research, Oxford, Oxford University Press, 2005.

34  Frey, S., Hirsbrunner, H.P., Florin, A.M., Daw, W., & Crawford, R., « A unified approach to the investigation of non verbal and verbal behavior in communication research », in W. Doise & S. Moscovici (eds), Current Issues in European Social Psychology, Cambridge, Cambridge University Press, 1983, p. 143-199.

35  Blurton Jones, N.G., Nonverbal communication, Oxford, Oxford University Press, 1971.

36  Op. cit.

37  Argyle M., Bodily communication, Londres, Methuen, 1975, p. 214.

38  Projet CPER 2011-2013 – MESHS : « La communication verbale et non verbale dans la maladie d’Alzheimer : approche intégrative et fonctionnelle ». Porteur : L.T. Schiaratura.

39  Ekman, P., « Facial Expressions », in T. Dalgleish & T. Power (eds.), The Handbook of Cognition and Emotion, Sussex, John Wiley & Sons, 1999, p. 301-320 ; Rimé, B., & Schiaratura, L.T., « Speech and gestures », in R. S. Feldman & B. Rimé (eds.), Fundamentals of nonverbal behavior, New-York, Cambridge University Press, 1991, p. 239-281.

40  Voir Harrigan, J.A., Rosenthal, R., & Scherer, K.R., The new handbook of methods in nonverbal behavior research, Oxford, Oxford University Press, 2005.

41  Ekman, P., & Friesen, W., The facial action coding system, Palo Alto, Consulting Psychologist Press, 1978 ; Ekman, P., Friesen, W., Hager, J., Facial Action Coding System, The Manual on CD Rom, Salt Lake City, Network Information Research Corporation, 2002.

42  Rimé, B., & Schiaratura, L.T., « Speech and gestures », in R. S. Feldman & B. Rimé (eds.), Fundamentals of nonverbal behavior, New-York, Cambridge University Press, 1991, p. 239-281 ; McNeill, D., Hand and mind: What gestures reveal about thought,Chicago, Chicago University Press, 1992.

43  Feyereisen, P., & de Lannoy, J.-P., Gestures and speech: Psychological investigations. Cambridge, Cambridge University Press, 1991.

44  Kendon, A., « Some reasons for studying gesture », Semiotica, 62, 1986, p. 3-28.

45  Fernandez-Dols, J.M. & Carroll, J.M., « Is the meaning perceived in facial expression independent of its context? », in J.A. Russell & J.M. Fernandez-Dols (eds.), The psychology of facial expression, Cambridge, Cambridge University Press, 1997.

46  Malatesta, C.Z., Fiore M.J., Messina, J.J., « Affect, personality, and facial expressive characteristics of older people », Psychology and Aging, 2, 1987, p. 64-69.

47  Elfenstein, H.A., & Ambady N., « Is there an ingroup advantage in emotion recognition? », Psychological  Bulletin, 128, 2002, p. 243-249.

48  Leyens J.P., Demoulin S., Désert M., Vaes J., & Philippot P., « Expressing emotions and decoding them. Ingroups and outgroups do not share the same advantages », in D.M. Mackie & E.R. Smith (eds), Fromprejudice to intergroup emotions, New York, Psychology Press, 2002, p 135-151.

49  Pour une distinction entre émotions primaires et secondaires, voir Epstein, S., « Controversial issues in emotion theories », Review of Personality and Social Psychology, 5, 1984, p. 64-88.

50  Philippot, P., Yabar, A. & Bourgeois, P., « Beauty is in the eyes of the perceiver. The impact of affective stereotyping on the perception of outgroup members’ facial expressions », in P. Philippot & U. Hess (eds.), Group dynamics and emotional expression Cambridge, Cambridge University Press, 2007, p. 69-91.

51  Matsumoto, D., « American-japanese cultural differences in the recognition of universal facial expressions », Journal of Cross-Cultural Psychology, 23, 1992, p.72-84.

52  Par exemple Argyle M., Bodily communication, Londres, Methuen, 1975.

53  Fischer, A.H., « Emotion concepts as a function of gender », in J.A. Russell, J.M. Fernandez-Dols, A.S.R. Manstead & J.C Wellenkamp (eds.), Everyday concepts of emotion: An introduction to the psychology, anthropology, and linguistics of emotion, Dordrecht, Kluwer, 1995, p. 457-474.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Loris Tamara Schiaratura, « Analyse et interprétation psychologiques des comportements corporels en situation de communication interpersonnelle », Methodos [En ligne], 13 | 2013, mis en ligne le 17 avril 2013, consulté le 26 avril 2017. URL : http://methodos.revues.org/3013 ; DOI : 10.4000/methodos.3013

Haut de page

Auteur

Loris Tamara Schiaratura

Laboratoire PSITEC EA 4072,Université Lille Nord de France – UDL3

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • Revues.org