Navigation – Plan du site
Travaux

Séminaires et Groupes de travail (2011-2012)

Texte intégral

Groupe de travail « Le Noûs chez Aristote et Platon en contexte éthique »

1Responsable : Michel Crubellier ; organisatrice : Julie Journeau.

Groupe de travail « Études humiennes »

2Responsable : Eléonore Le Jallé. Mensuel.

Programme

3Mardi 11 octobre 2011 : « La convention de David Hume à David Lewis » (E. Le Jallé, STL)

4Mardi 15 novembre 2011 : « La co-émergence de l’esprit et de la nature : résultats » (Charles Capet, professeur de lycée, doctorant STL)

5Mardi 6 décembre 2011 : « L’habitude humienne » (Benjamin Descotes-Genon, doctorant STL)

6Mardi 3 janvier 2012 : « La notion d'existence : Hume, Kant, Meinong et les néo-meinonghiens » (Giuliano Bacigalupo, doctorant STL)

7Mardi 7 février 2012 : Invitation d’Angélique Thébert (professeur de lycée, Docteur en

8philosophie, membre du Centre Atlantique de Philosophie, Université de Nantes) : « Hume et Wittgenstein : relativisme modéré et jeux de langage, appliqués à la question du goût »

9Mardi 6 mars 2012 : « L'ordre de la nature : de Hume aux philosophes du XIXe siècle » (Luc Peterschmitt, Docteur en philosophie)

10Mardi 10 avril 2012 : Invitation d’Alexis Bienvenu (post-doctorant au CREA) : « Reichenbach, lecteur critique de Hume sur l’induction »

11Mardi 15 mai 2012 : « Le discours sceptique et la way of ideas : Reid lecteur de Hume » (Thomas Claisse, doctorant STL)

Séminaire « Lecture de la Poétique d'Aristote »

12Responsables : Fabienne Blaise et Anne de Crémoux. En quinzaine.

Séminaire « Lectures humanistes de la Poétique d'Aristote »

13Responsable : Laurence Boulègue. En quinzaine.

Séminaire de linguistique

14Responsable : Anne Carlier. Mensuel.

Programme

15Vendredi 14 octobre 2011. Thème de la séance : « Autour de la notion d'agent »

Bryan Leferman (Université du Pays Basque) : « Agent-oriented predicates: Defining the class and its properties »

Fayssal Tayalati (Université de Lille 3 / STL) : « Quelques remarques à propos des phrases copulatives ».

16Vendredi 18 novembre 2011. Thème de la séance : « Constructions verbales en anglais »

Liesbet Heyvaert (Leuven) : « On the meaning of gerunds ».

Bert Cappelle (Lille 3/ STL) : « Une vue satellitaire des verbes à particule en anglais ».

17Vendredi 2 décembre 2011. Thème de la séance : « Grammaire générative et typologie ».

Frederick J. Newmeyer (Université de Washington) : « Une langue peut-elle être 'plus complexe' qu'une autre ? »

Alain Rouveret (Paris 7 / LLF) : « Pourquoi le portugais est différent ? Un micro-paramètre dans les langues romanes »

18Vendredi 27 janvier 2012. Thème de la séance : « Linguistique anglaise »

Raphael Salkie (University of Brighton) : « Enablement and possibility »

Stef Slembrouck (Linguistics Department, Ghent University) : « Discourse analysis and the professional: the cases of home visiting »

19Vendredi 9 mars 2012. Thème de la séance : « L'adjectif ».

Aurore Koehl (Nancy 2) : « MORDAN, une base de données des noms désadjectivaux du français »

Jenny Doetjes (Université de Leyden) : « La représentation linguistique des adjectifs scalaires: les ensembles ordonnés et les degrés »

20Vendredi 23 mars 2012. Thème de la séance : « Acquisition et désacquisition du langage ».

Fanny Limousin (Université de Lille 3), « L'acquisition de la référence personnelle en LSF ».

Mai Thi Tran (Institut d'orthophonie, Université de Lille 2 / STL) « Lexique et maladie d’Alzheimer : étude des troubles du langage à la phase initiale de la maladie »

21Vendredi 20 avril 2012. Thème de la séance : « Morphologie »

Dany Amiot : « Aux limites de la syntaxe et de la morphologie : de état-limite à c'est très limite  comme sujet d'exposé »

Fabiola Henri : « L'origine des formes flexionnelles des langues créoles : une analyse quantitative »

22Vendredi 11 mai 2012. Thème de la séance : « La prosodie ».

Ingo Feldhausen (Goethe-Universität Frankfurt ; Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3, Laboratoire de Phonétique et Phonologie, Labex EFL) : « La relation entre syntaxe et prosodie dans les propositions complexes »

Cédric Patin (STL) : « L’interface tons-intonation dans les questions polaires du shingazidja »

23Vendredi 15 juin 2012. Thème de la séance : « Linguistique anglaise et corpus »

Rudy Loock : « Présentation du projet CorTEx (Corpus, Traduction, Exploration) »

Cyril Auran (STL) : « Marquage prosodique de la structure discursive du corpus Aix-MARSEC : résultats préliminaires »

Groupe de travail « Le voyage des idées. Transmission et réappropriations en histoire de la philosophie »

24Organisateurs : Gweltaz Guyomarc'h et François Thomas. Responsables : Christian Berner et Michel Crubellier. 8 séances de 2h entre octobre et fin février.

Présentation

25Les idées voyagent dans le temps et l’espace – via les contingences des (re)découvertes de manuscrits, traductions, réactualisations d'une pensée, etc. Une idée qui voyage, c'est un concept, une notion, qui se déforme et se reforme par le fait de son déplacement, un universel aux prises avec l'historique. Quels sont les effets de sens de ces réappropriations ? Quelles en sont les différentes modalités ?

26Nous vous proposons de réfléchir à ces questions, de façon inductive, à partir des voyages singuliers de certaines idées. Par quels biais peut‐on, en histoire de la philosophie, suivre la piste de ces idées, les débusquer par‐delà leurs diverses traductions et reprises ?

27Nous aimerions montrer comment toute pensée a des sources et des ramifications plurielles, comment la bigarrure est un attribut par soi de toute philosophie.

28Les séances du groupe de travail sont ouvertes à tous ceux qu'intéressent ces effets de transmission et de réception.

29Les séances se composeront d'un exposé sur « le voyage d'une idée », à l'aide, en particulier, des textes dans et par lesquels cette idée voyage, et en insistant sur les méthodes mises en œuvre pour suivre ces voyages. La deuxième partie de la séance consistera en une discussion.

Programme

3019 octobre 2011 : François Thomas, « Introduire le Yoga dans la philosophie européenne »

3109 novembre 2011 : Gweltaz Guyomarc'h, « Du métaphysique sous le Haut‐Empire romain ? »

3223 novembre 2011 : Michel Crubellier, « La première translatio studiorum, des grecs aux arabes »

3307 décembre 2011 : Ophélie Desmons, « John Rawls, l'affirmation libérale de la neutralité versus l'emprunt à la tradition du contrat social »

3411 janvier 2012 : Charlotte Murgier, « Réappropriations du propre dans l'Antiquité »

3525 janvier 2012 : Marianne Massin, « L'inspiration »

368 février 2012 : Véronique Decaix, « Aliénation : racines théologiques d'un concept révolutionnaire »

3722 février 2012 : Sarah Margairaz, « L'idée de pré‐individuel »

Séminaire pluridisciplinaire franco-belge dans le cadre du projet partenarial MESHS « Autour de la grammaire de construction »

38Responsable : Dany Amiot. Environ 25h sur l’année.

Séminaire « Poésie et philosophie. Présentation de travaux »

39Responsable : Fabienne Blaise.

Séminaire d'histoire des mathématiques

40Organisé conjointement par l'UMR STL (UMR 8163) et le Centre ANHIMA (UMR 8210) (responsables : Fabio Acerbi et Bernard Vitrac), dans le cadre du programme ANR ALGO « Pratiques déductives algorithmiques dans les mathématiques pré-algébriques ». Mensuel.

41Programme sur le blog du programme ALGO.

Séminaire « Dire et vouloir dire dans les philosophies du langage médiévale et contemporaine »

42Responsables : Laurent Cesalli et Claudio Majolino). Six séances à partir de novembre jusqu’à avril.

Présentation

43L’analyse de ce que veut dire « vouloir dire » (significare / intendere en latin, meinen / bedeuten en allemand, to mean en anglais) est au coeur de la philosophie du langage et de l’esprit, tant médiévale que contemporaine. S’agit-il d’un prédicat qui revient en premier lieu aux mots eux-mêmes ? Le « vouloir dire » est-il plutôt une affaire d’intention des locuteurs ? Implique-t-il une volition, comme le suggère la tournure française ? Si oui, quel est exactement l’objet sur lequel porte un tel vouloir ? Et si non, quels sont les termes, et quelle est la nature de cette relation énigmatique ?

44Au cours de six séances de séminaire et d’une journée d’étude, nous nous proposons de suivre ces questions à travers la lecture et le commentaire de textes provenant de la scolastique médiévale (latine et arabe) et de la philosophie contemporaine du langage et de l’esprit. L’enjeu théorique commun des textes que nous lirons est celui de savoir quel rôle joue la sphère du mental (les actes et les états mentaux) dans le phénomène du « vouloir dire » – de fait, le « vouloir dire » au sens de « viser » est aussi l’une des manières d’exprimer ce qu’est l’intentionnalité.

45Les auteurs dont nous traiterons sont, pour les médiévaux : al-Farabi, Avicenne, Roger Bacon, Jean Duns Scot, Jean Buridan et Richard Brinkley ; pour les contemporains (au sens large !) : Anton Marty, Edmund Husserl, Karl Bühler, Paul Grice et Charles Travis.

Programme

4624 novembre 2011 : « Que veut dire vouloir dire ? – éléments de réponse médiévaux et contemporains » Laurent Cesalli (Lille)

4701 décembre 2011 : « Viser la lune. Husserl et le Meinen dans les Recherches logiques » Claudio Majolino (Lille)

4826 janvier 2012 : « Les frontières mobiles (et poreuses) de la sémantique et de la pragmatique médiévales » Frédéric Goubier (Genève)

4909 février 2012 : « La déixis vers le présent et autres formes de ‘viser’ (meinen) chez Karl Bühler » Janette Friedrich (Genève)

5008 mars 2012 : « Le concept de ma’na chez Avicenne : un cas exemplaire de l’inclusion de la logique dans la psychologie » Otman El Mernissi (Lille / Paris)

5119 avril 2012 : « La critique travisienne (austinienne) ? de H.P. Grice » Bruno Ambroise (Amiens)

52Le séminaire s’achèvera par deux Journées d’études les 30 et 31 mai 2012

Groupe de travail « Logique »

53Responsable : Tero Tulenheimo. Cinq séances le lundi de 14h à 16h, en novembre et décembre.

Séminaire « Sciences, techniques, politiques (XVIe-XIXe siècle) »

54Responsables : Rémi Franckowiak et Yannich Fonteneau. Mensuel. Université de Lille 1.

Présentation

55Durant les XVIe et XVIIIe siècles, une nouvelle idée de la science s’affirme : les sciences doivent servir au bien de l’État. Rois, princes et autres ducs développent de véritables politiques scientifiques soutenant la recherche et les innovations techniques pour servir les intérêts généraux du pays et la gloire de son souverain, soit directement à la cour (où se concentrent pouvoir et capitaux), soit en exerçant une tutelle sur les sciences par l’entremise notamment de l’Académie des Sciences, véritable instrument de la science officielle. Les réseaux de pouvoirs nomment les académiciens, suscitent enquêtes et expéditions, rémunèrent les savants, promeuvent les techniques et favorisent les disciplines qui répondent aux objectifs du pouvoir ainsi que les arts utiles.

56En parallèle, la mise en place des États modernes se fonde sur l’émergence d’un art de gouverner dont l’objet central n’est plus seulement le territoire, mais la population. Le progressif passage au libéralisme amène à repenser particulièrement la société comme siège de processus naturels dont la connaissance des lois permettrait d’orienter sa marche. Dans ce cadre, les sciences et les techniques jouent également un rôle dans la prise en charge progressive de la conduite des populations par le pouvoir étatique, depuis la tentative de mise sous tutelle de la faculté de juger par le pouvoir absolutiste, jusqu’à la puissante alliance du capital et de la science dixneuviémiste.

57Dans ce séminaire, qui s’inscrit pour une part dans la continuité du colloque, La cour et les sciences ; Essor des politiques scientifiques dans les cours européennes aux XVIIe et XVIIIe siècles, qui s’est tenu à Versailles en février dernier, seront analysés les influences croisées entre sciences, techniques et politiques sur environ trois siècles, du XVIe au début du XIXe siècle. Par cette approche triplement réflexive (sciences/techniques, sciences/politiques, techniques/politiques), il s’agira non seulement d’étudier les politiques scientifiques volontaristes ou non des états européens sous l’Ancien Régime en s’attachant particulièrement à la recherche « fondamentale » et à la recherche « utile », mais aussi l’influence des représentations politiques et économiques sur les contenus cognitifs théoriques et les procédures techniques, la mise en place de techniques spécifiques de gestion de la population, l’influence des sciences et techniques sur la mise en place des normes sociales, les mesures du travail, et les liens entre techniques et pouvoir.

Séminaire de Philosophie ancienne « Du Noûs : Aristote, avant et après (II) »

58Responsables : A. Jaulin, Paris I ; Cristina Cerami, UMR 7219 ; M. Crubellier, UMR 8163. Mensuel. Paris.

59Programme téléchargeable en annexe.

Groupe de travail « Avec Foucault »

60Responsable : Philippe Sabot. Mensuel.

Programme

6125 janvier 2012 : Philippe Sabot (Lille 3/STL) : « Avec Foucault… »

628 février 2012 : Karine Bocquet (Lille3/STL) : « Foucault versus Bourdieu, ou comment le pouvoir vient aux hommes »

6322 février 2012 : Damien Cassette (Lille 3) : « Technologie et dispositif : le problème des effets réels de la vérité »

647 mars 2012 : Julien Delcourt (Lille 3) : « Pouvoir et résistances : Foucault avec Althusser »

6521 mars 2012 : Grégory Salle (Lille 1/CLERSE) : « Avec Foucault, sur la piste d’une généalogie de l’ « État de droit » »

6618 avril 2012 : Stéphane Zygart (Lille 3/STL) : « À propos des Anormaux ».

6716 mai 2012 : Ivan Ponton (Lille 3/STL) : « Foucault et Oedipe-Roi ».

6830 mai 2012 : Lucien Vinciguerra (Lille 3/STL) : « Foucault et les mathématiques »

Séminaire « Hegel en France (3) »

69Responsable : Philippe Sabot. Mensuel.

Présentation

70Ce séminaire, entamé en 2010, se fixe comme objectif de contribuer à une histoire de l’hégélianisme à la française, pour la période qui s’étend de 1830 à 1950 environ. Lors des séances de l’année 2010, il s’agissait notamment faire apparaître les conditions dans lesquelles a pu s’effectuer le transfert, du côté de la littérature, d’une pensée comme celle de Hegel. Car un tel transfert a eu lieu en France de la seconde moitié du XIXe siècle jusqu’à l’entre-deux guerres, c’est-à-dire à un moment où l’hégélianisme s’est trouvé à peu près complètement délaissé par l’institution philosophique et a pu être librement investi et accueilli par les écrivains, suivant des modalités d’ailleurs très variables. Le séminaire de l’année dernière a pu prolonger ce travail collectif en insistant sur la variété des usages et des appropriations de Hegel non seulement chez des écrivains comme Mallarmé, Aragon, Breton, mais aussi chez des penseurs comme Proudhon, Wahl, Kojève, Hyppolite ou Eric Weil. Nous avons ainsi vu se dessiner au fil des séances du séminaire les différents visages de cet « hégélianisme » qui a fini par intégrer nos cursus scolaires et universitaires mais dont il est utile aussi de mettre en lumière la constitution historique.

71Cette recherche sur les différentes formes prises par la réception de la pensée hégélienne en France depuis le XIXe siècle, se poursuivra cette année à partir d’interventions consacrées à aux reprises et aux réappropriations originales de Hegel dans la philosophie (Alain, Koyré, Sartre, Althusser) et dans la littérature (Bataille, Queneau) au XXe siècle.

Programme

7230 janvier 2012 : Philippe Sabot (Lille 3/STL) : « Le désir et l’Histoire : Bataille et Queneau lecteurs de Kojève »

7320 février 2012 : Philippe Sabot (Lille 3/STL) : « Alain et les idées de Hegel »

7419 mars 2012 : Andrea Bellantone (Faculté catholique de Paris/Université de Turin) : « Le défi de l'éternel et du temps. Koyré lecteur de Hegel »

7516 avril 2012 : Vincent de Coorebyter (Bruxelles) : « Le Hegel de Sartre »

7614 mai 2012 : Stéphane Legrand (Toulouse 2/ERRAPHIS) : « Le jeune Althusser et Hegel »

Atelier de philosophie britannique « Gouverner l’esprit, gouverner les esprits/ 2. Opinion et croyance »

77Co-organisateurs : Philippe Hamou, STL/Lille III et Robert Mankin, Paris VII. Mensuel.

Programme

7821 novembre 2011 : E. Le Jallé : « Opinion et ordre civil dans les Essais de Hume »

7914 décembre 2011 : R. Mankin : « Opinion et philosophie chez Locke »

8023 janvier 2012 : Ph. Hamou : « Pratique et enjeux de l’enquête doxastique chez Locke. Des commonplace books à l’Essai »

8113 février 2012 : table ronde (en collaboration avec le séminaire Epistémé) « Curiosité dans la philosophie britannique ». Interventions de S. Parageau, Ph. Hamou, R. Mankin…

8212 mars 2012 : C. Etchegaray (Paris X) : « Croyance et témoignage chez T. Reid »

832 avril 2012 : C. Selzner : « Clarendon et la conscience »

8414 mai 2012 : Sandrine Parageau : « ‘A universal method for ordering the thoughts’ : Le cercle de Hartlib et l’élaboration des règles universelles pour la conduite de l’esprit »

854 juin 2012 : « Dialogue et politique dans les romans de Jane Austin »

Séminaire sur la Philosophie de la logique

86Responsable : Prof. Göran Sundholm de l'Université de Leyden. Hebdomadaire, entre le 9 février et le 19 avril.

Présentation

87I will start by presenting my perspective on the Philosophy of Logic and then address the question. How does one validate an immediate rule of inference that is not meaning-- stipulatory? Answering this question will need a number of concepts and distinctions, among which propositions versus judgements, proof (or truth) conditions versus assertion conditions, consequence versus inference, inference act versus inference schema (or rule), holding of consequence versus validity of inference, proof versus demonstration, knowledge and evidence, etc.

88After the first few meetings this conceptual battery will be in place and the question answered.

89Suitable topics for the sequel will be chosen in consultation with the participants

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Séminaires et Groupes de travail (2011-2012) », Methodos [En ligne], 12 | 2012, mis en ligne le 09 octobre 2017, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://methodos.revues.org/2953

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • Revues.org