Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Compte rendu de : Luc Peterschmitt, Berkeley et la chimie. Une philosophie pour la chimie au XVIIIe siècle

François Pépin
Référence(s) :

Paris, Classiques Garnier, collection Histoire et philosophie des sciences, 2011, 303 p., ISBN : 978-2-8124-0266-1

Texte intégral

1Ce livre, issu d’une thèse de doctorat sur Berkeley et les sciences, constitue la première étude systématique des rapports entre Berkeley et la chimie. C’est aussi une tentative originale pour examiner la cohérence et la pertinence d’un des derniers textes de Berkeley, la Siris, souvent considérée comme un ouvrage mineur, voire comme une erreur de vieillesse. Ces deux projets novateurs se croisent, puisque c’est par la philosophie de la chimie que Luc Peterschmitt cherche à montrer l’intérêt de la Siris.

2Pourtant, dès le titre de l’ouvrage, on ne peut manquer d’être surpris : comment un philosophe immatérialiste pourrait-il, non seulement faire un usage intéressant de la chimie, mais en constituer une philosophie et en faire la base d’une apologétique ? Car la chimie, surtout peut-être au XVIIIe siècle, est un savoir-faire travaillant la matière au quotidien et une science préoccupée de ses éléments ou principes et de leurs rapports. Il faut bien sûr rappeler que l’immatérialisme berkeleyen n’oublie aucunement les corps, soulignant même, dès les Principes de la connaissance humaine et les Trois Dialogues entre Hylas et Philonous, leurs dimensions concrètes en rapport à la perception contre le concept abstrait de matière. Mais cette distinction classique entre matière et corps suffit-elle à lever le paradoxe ? La chimie offre ici une difficulté particulière, qui pouvait sembler a priori insurmontable, en ce qu’elle enracine ses propriétés et ses forces dans la matière ou ses éléments. Pour le dire autrement, peut-on occulter la matérialité des corps en chimie et dans l’épistémologie de la chimie, en se contentant d’une sorte de phénoménisme des relations ? On comprend plus facilement l’existence, au XVIIIe siècle, d’une lecture parfaitement contraire à celle de Berkeley, faisant de la chimie la base d’une philosophie matérialiste (Diderot et d’Holbach notamment), ou d’une interprétation non matérialiste mais reconnaissant que la chimie travaille sur la matière quoique d’une autre manière que la physique (Rousseau).

3Un autre problème concerne la passivité essentielle des corps selon l’immatérialisme, toute réelle activité renvoyant à un esprit, Dieu pour la nature. La chimie semble ici offrir une difficulté en quelque sorte inverse à celle de la mécanique. En mécanique (newtonienne), Berkeley doit (notamment dans le De Motu) faire une lecture distinguant un niveau, opératoire dans la philosophie naturelle, où l’on peut faire comme si les corps avait des forces, et un niveau plus proprement philosophique où il n’existe que des corps perçus ou perceptibles, passifs, et des esprits actifs. En chimie, le problème pour l’immatérialisme n’est pas tellement son degré d’abstraction et la formulation de lois universelles de la nature, que l’inscription, au sein des corps concrets, de propriétés actives, de forces manifestées tous les jours dans les opérations du laboratoire. Ici, la distinction entre matière et corps n’offre pas immédiatement une piste exploitable, car que les chimistes travaillent sur des corps concrets et non sur la matière n’empêcherait pas, semble-t-il, qu’ils leur accordent (dans certains cas) des qualités intrinsèques et actives. C’est probablement en raison de ce genre d’objections, à côté de la difficulté du texte de la Siris, que les rapports entre Berkeley et la chimie avaient été délaissés : pouvait-il y avoir quelque chose de réellement intéressant pour les études berkeleyennes et chimiques ?

4Luc Peterschmitt nous montre avec force que oui ! Son ouvrage s’appuie sur une profonde connaissance de Berkeley et de l’histoire de la chimie de la fin du XVIIe et du début du XVIIIe pour établir des liens précis, rendre raison des concepts les plus techniques de la Siris, des emprunts aux théories chimiques (notamment de Newton, Homberg et Boerhaave), et des modifications apportées par le philosophe. Sur cette base, Luc Peterschmitt aborde avec une grande clarté le rapport épistémologique et philosophique de Berkeley à la chimie, montrant notamment que ce dernier, en reconnaissant la science chimique telle qu’elle s’est déjà construite, cherche à en révéler la cohérence profonde pour l’insérer dans une métaphysique et une apologétique immatérialistes. Luc Peterschmitt montre ainsi la richesse et la portée des emprunts chimiques opérés par Berkeley, par exemple au sujet de la théorie du feu qui permet au philosophe et à l’apologète de ramener toute l’activité naturelle au feu principe, en passant par l’air et ses semences, puis en dernière instance à Dieu. D’où une inversion partielle : alors que la mécanique doit être réinterprétée à un niveau philosophique pour satisfaire aux exigences de l’immatérialisme – ce qui reste vrai pour la chimie –, les travaux chimiques montrent une voie vers l’immatérialisme en ciblant l’agent animant la nature (le soufre d’Homberg identifié au feu principe).

5Le début de l’ouvrage, après une introduction soulignant les problèmes d’interprétation de la Siris, examine le statut du propos de Berkeley dans cet ouvrage. S’agit-il d’un livre de philosophie naturelle, donc de sciences, ou d’un traité proprement philosophique ou métaphysique ? Luc Peterschmitt défend la seconde hypothèse en développant l’idée d’autonomie des champs du discours (p. 32 et suivantes). Cette idée intéressante articule en fait deux niveaux d’autonomie. D’un côté, la philosophie (en un sens qui intègre la métaphysique et l’apologétique) et la philosophie naturelle sont distinguées, chacune ayant son type de discours, ce qui soutient l’autonomie des sciences dans leur registre propre tout en permettant d’en repenser les principes au niveau de la philosophie première. Comme l’affirme Luc Peterschmitt, cette première répartition n’est pas neuve chez Berkeley : elle est au principe de sa relecture de la mécanique et de la physique, notamment dans le De Motu. Mais elle conduit dans la Siris à une nouvelle distinction entre la chimie et la mécanique (ou plus largement la physique) dans le cadre d’une épistémologie régionale soulignant la spécificité de la chimie. Cette dernière perspective pourrait expliquer en partie l’intérêt tardif pour la chimie – malgré quelques références antérieures dont Luc Peterschmitt fait l’analyse méticuleuse (Première partie, deuxième section) – Berkeley ayant probablement considéré dans un premier temps qu’elle ne méritait pas une étude spéciale. L’autre raison, avancée dès le début de l’ouvrage et reprise dans la conclusion, est la volonté de contrer un discours matérialiste appuyé sur la chimie, danger dont Berkeley aurait pris conscience plus tardivement que pour d’autres.

  • 1  Apothicaire de formation et membre de l’Académie Royale des Sciences de Paris, Rouelle était célèb (...)

6L’intérêt de l’épistémologie berkeleyenne se révèle sur la question de la spécificité de la chimie. D’une part, Berkeley s’écarte de la théorie, courante dans la tradition chimique depuis Boyle, de la matière universelle dont les modifications rendent raison des différents corps (p. 91-92). Cela révèle un Berkeley d’esprit peut-être plus chimiste que Boyle, du moins au sens des chimistes et philosophes de la tradition de Rouelle1, qui veulent comme Berkeley inscrire au cœur de la nature la diversité manifestée par les corps et opérations chimiques. Par là, la chimie devient en droit, et non seulement de fait, irréductible à la physique. D’un autre côté, et c’est l’un des moments les plus intéressants du livre de Luc Peterschmitt, Berkeley développe une interprétation « occasionaliste » de la chimie dans le cadre de son phénoménisme (p. 103-120). S’écartant des modèles corpusculaires d’inspiration mécaniste développés par Homberg au profit d’une chimie attractionnaire, et ramenant l’attraction au seul mouvement (en excluant l’existence d’une force réellement présente dans les corps), Berkeley ramène les principes de la chimie à des lois. Cela s’accompagne d’un usage intéressant du concept de principe en chimie : à côté des corps principes, classiques en chimie, Berkeley repère des principes nomologiques, c’est-à-dire des lois du mouvement (p. 108-111). Mais son originalité majeure consiste dans l’idée de lois particulières : loin de réduire la chimie à la mécanique, les lois chimiques marquent au contraire sa spécificité en tant que science des corps singuliers pourvus de toutes leurs qualités concrètes. D’où une épistémologie chimique locale soulignant la méfiance des chimistes pour les généralisations trop poussées (p. 111-112). Cet aspect révèle la portée de l’épistémologie berkeleyenne pour penser la singularité de la chimie elle-même, dans sa pratique et son effort théorique spécifique. Elle montre aussi son originalité car, comme le souligne fort justement Luc Peterschmitt, Berkeley dépasse ici, non seulement Descartes et les traditions mécanistes, mais Newton et sa recherche d’un principe (l’élasticité de l’éther) soutenant la gravitation (considérée comme un cas d’attraction). L’occasionalisme des lois particulières rend peut-être ici mieux un aspect majeur de l’esprit chimique : son attention durable envers le divers naturel et sa méfiance dans les explications voulant le ramener à des principes simples et universels. Avec Berkeley, on comprend du moins qu’expliquer chimiquement, ce n’est pas ramener le divers qualitatif à de l’universel, mais à une diversité de lois particulières. Luc Peterschmitt a raison d’en conclure que cette conception donne « une place authentique à la chimie » à côté de la mécanique et contre l’ambition du mécanisme à régir toute forme d’explication (p. 116). Non seulement l’immatérialisme peut parfaitement rendre compte de la chimie, mais il justifie sa singularité et défend fort bien son autonomie !  

7Il faut à ce propos préciser que cet occasionalisme local s’oppose, comme tout type d’occasionalisme, à une conception causaliste supposant que les corps ont en eux-mêmes une activité expliquant un phénomène. Cela a une incidence proprement chimique. En effet,  Berkeley s’oppose à Homberg et à Newton en réinterprétant l’activité causale comme une régularité dans les relations entre corpuscules. En fait, c’est en se démarquant d’une très large part de la tradition chimique, qui accorde une activité causale à ses principes (qu’il s’agisse de corpuscules mécaniquement conçus ou de corps qualitativement différenciés), que Berkeley promeut ainsi l’irréductibilité et la spécificité de l’explication chimique.

8La seconde partie de l’ouvrage aborde la théorie chimique selon Berkeley. Elle traite des principes des éléments ou principes chimiques (acides, sels, air, feu) pour chercher « ce qui est actif en eux » (p. 163). Cette formule ne peut manquer d’étonner le lecteur, puisque comme on sait, aucun corps n’est et ne peut être actif dans l’immatérialisme berkeleyen. En fait, comme Luc Peterschmitt le précise, il s’agit de trouver ce qui semble par soi actif au niveau de la chimie, pour faire le lien avec l’agent réel que révèle la métaphysique, c’est-à-dire Dieu. Cette recherche justifie l’ordre suivant : Berkeley renvoie l’activité de tous les principes établis par les chimistes qu’il considère au feu (moyennant des médiations parfois complexes), lui-même traité comme la cause seconde ultime (au sens que ce terme peut prendre dans l’immatérialisme) de la philosophie naturelle et l’instrument de Dieu. Comme le montrent les analyses de Luc Peterschmitt, cette opération manifeste une connaissance approfondie des chimies de Homberg, Newton et Boerhaave, mais s’accompagne parfois de raccourcis problématiques (par exemple sur les sels et les acides, notamment p. 164-173). Berkeley identifie des principes différents et renvoyant à des doctrines chimiques largement incompatibles pour révéler une forme d’unité doctrinale minimale discutable. Mais c’est peut-être moins un reproche à faire à Berkeley que le signe qu’il ne fait pas œuvre de chimie ni de philosophie naturelle. C’est là qu’on voit le mieux que, comme le soutien Luc Peterschmitt, Berkeley a un regard de philosophe sur la chimie. Sans entrer dans les détails, remarquons la place essentielle dévolue au feu principe : c’est de lui que tous les autres principes (corporels) tirent leur action, et c’est donc lui qui fait le mieux la transition entre la philosophie naturelle et la métaphysique. Cela révèle le but de Berkeley : montrer que, loin de servir les arguments matérialistes, la chimie renvoie nécessairement vers Dieu (à la fois son existence et sa sagesse et sa puissance infinies).

9Mais cet usage philosophique et apologétique de la chimie soulève des problèmes importants et pourrait, en un sens, marquer les limites de la réflexion de Berkeley sur la chimie. Tout d’abord Berkeley exploite plusieurs sources chimiques différentes voire incompatibles (Newton, Homberg, Nieuwentyt et Boerhaave) pour construire une doctrine chimique du feu qui n’existe pas – du moins pas comme doctrine unifiée. Luc Peterschmitt examine avec précision les sources de Berkeley, restituant les textes et les éléments théoriques tout en les replaçant dans leur contexte (p. 193-232). Ce travail offre au lecteur un panorama intéressant de différentes conceptions chimiques de l’époque, mais dans l’économie du livre il permet surtout d’éclairer les déplacements opérés par Berkeley. Luc Peterschmitt les analyse sans masquer les raccourcis de Berkeley, reconnaissant que le philosophe force parfois les textes et retient ce qui l’intéresse. Mais, dans certains cas, cela prend une proportion étonnante, comme lorsque Berkeley ramène l’éther newtonien au feu chimique. On peut admettre que l’essentiel ne soit pas les noms donnés au corps actif (au titre de cause seconde dépendant de Dieu), mais le problème épistémologique demeure : il semble impossible d’identifier ces différents principes.

  • 2  Dans ses comptes rendus des mémoires de chimie en tant que Secrétaire perpétuel de l’Académie Roya (...)

10Plus largement, c’est le signe d’une difficulté quant au statut de la réflexion berkeleyenne sur la chimie : s’agit-il strictement, comme l’argumente Luc Peterschmitt, d’une lecture philosophique de la chimie telle qu’elle était pratiquée par les auteurs que Berkeley pouvait connaître, dans le cadre d’une séparation nette entre philosophie et philosophie naturelle ? Ne voit-on pas aussi Berkeley forger une conception chimique supposant des choix proprement chimiques et une reconfiguration de la chimie elle-même ? On peut penser, notamment dans la théorie du feu, que la frontière entre les deux attitudes n’est pas si claire et que, pour répondre à une lecture matérialiste de la chimie, Berkeley ne se contente pas de s’appuyer sur la chimie telle qu’elle existe pour en proposer une autre interprétation métaphysique : il semble bien par moment se faire la chimie dont il a besoin (voir par exemple p. 196, 198, 206, 211-214, 226). A tout le moins, comme le dit Luc Peterschmitt lui-même, il « reconstr[uit] [le] noyau de la théorie chimique » (p. 241). Or l’idée même d’unification de la doctrine chimique n’est pas neutre. Non seulement, cette unité n’existe pas comme le souligne Luc Peterschmitt, mais on pourrait y voir une limite de l’entreprise berkeleyenne et de la séparation entre philosophie et philosophie naturelle : ne fallait-il pas respecter la diversité des théories chimiques, prendre en compte comme Fontenelle2 les controverses nourrissant la science chimique. On peut même se demander si la dimension théorique, à regarder la chimie telle qu’elle existe au XVIIIe siècle, devait prendre une telle place – ce qui ne signifie pas que Berkeley méconnaisse sa dimension expérimentale.

11Ces difficultés suggèrent que Berkeley, à côté de son authentique travail épistémologique sur la chimie, se dote aussi de la conception chimique dont il a besoin pour sa métaphysique et son apologétique. Le problème n’est pas tant que Berkeley fasse alors un usage de la chimie pour des fins métaphysiques et théologiques, c’est que cela semble contrevenir au principe d’autonomie des discours car cela va avec une reconfiguration de la chimie motivée par des raisons proprement philosophiques. Mais, comme l’argumente Luc Peterschmitt, il faut reconnaître que, souvent, cet usage métaphysico-théologique peut s’appuyer sur les chimistes invoqués. Parfois, Berkeley semble même en partie prolonger philosophiquement une piste ouverte par un chimiste, par exemple lorsqu’il envisage l’instrument qu’est le feu selon Boerhaave comme un instrument dont Dieu se sert pour ordonner la nature et nous permettre de s’en servir (p. 238-242).

  • 3  Dans sa « Table des différents rapports observés en chimie entre différentes substances », Histoir (...)
  • 4  Voir notamment  John Freind, Chymical lectures in which almost all the operations of chemistry are (...)

12Cette discussion conduit à interroger le choix des chimistes opérés par Berkeley. Il faut reconnaître que Berkeley ne s’est pas forcément donner la part belle en étudiant des chimies très différentes. En outre, si on peut être étonné qu’un texte de 1744 cite des chimistes du début du siècle, Berkeley exploite ce qu’il pouvait connaitre malgré son isolement et l’on peut penser avec Luc Peterschmitt (p. 271) que l’essentiel n’est pas de suivre les dernières inventions. On peut aussi parfaitement accorder à Luc Peterschmitt, ce qui ne semblait pas a priori évident, que les affinités ou rapports chimiques établis par Geoffroy3, dont Berkeley ne parle pas, auraient parfaitement pu s’intégrer à sa lecture de la chimie (p. 280). En effet, à ne lire que ce que Geoffroy et d’autres chimistes prétendent faire, les affinités peuvent se comprendre comme des lois particulières dans la perspective d’un occasionnalisme des lois particulières. Ce serait même un mérite intéressant de l’épistémologie berkeleyenne que d’avoir construit, peut-être la première, une conception relationnelle et phénoméniste des opérations chimiques. En outre, cette conception, quoiqu’elle soit ancrée dans une chimie du mouvement axée sur l’attraction, souligne la diversité irréductibles des attractions chimiques, ce qui la distingue des travaux de la chimie « newtonienne » dominant le début du siècle en Grande Bretagne qui tendent à dériver les opérations chimiques de la gravitation4. Il serait intéressant d’examiner l’éventuelle postérité – quoique improbable – de cette perspective chez les chimistes français de la tradition de Rouelle pensant les affinités comme des attractions particulières ayant leurs propres lois, et de la mettre en débat avec l’interprétation philosophique d’un Diderot ou d’un d’Holbach, qui voient dans les affinités la manifestation de l’activité de la matière.   

  • 5  Dans l’article
  • 6  Cours de chimie de Venel (1761), Christine Lehman (éd.), Éditions Universitaires de Dijon, 2010, p (...)

13Mais si cela montre l’intérêt de l’épistémologie chimique de Berkeley, la limitation de ses sources chimiques au début du XVIIIe et le silence sur les affinités soulève un problème quant à son interprétation métaphysique de la chimie. En effet, les affinités ne révèlent pas seulement des relations pensables sous formes de lois particulières. Elles ont profondément reconfiguré la chimie du XVIIIe en établissant un nouveau type de compréhension relationnelle et réciproque des opérations chimiques comme la dissolution. Or dans ce cadre, il est difficile d’assigner un principe par lui-même actif et activant les autres. Cela pourrait indiquer une tension entre l’épistémologie chimique de Berkeley, éminemment relationnelle et nomologique, et son usage métaphysique et apologétique qui a besoin d’attribuer à un principe corporel, non une activité absolument intrinsèque, mais le statut de cause seconde possédant une activité au titre d’instrument de Dieu. Si l’on suit la logique que les affinités dessinent pour la chimie dès le milieu du siècle, on ne peut plus attribuer l’activité à un type de corps dans une relation : comme le dit Venel5, « tous les corps sont menstrues [disolvants] les uns des autres, […] il n’y a point une substance qui en dissolve une autre mais […] elles se dissolvent toutes deux6. » Sur cette base, la prééminence du feu comme principe central des chimistes et élément fondamental de la nature va se nuancer. Le choix des chimistes et des traditions chimiques opéré par Berkeley pourrait donc limiter davantage qu’il y paraît la pertinence de sa lecture métaphysique.

14Le livre de Luc Peterschmitt établit sans conteste l’existence d’une intéressante épistémologie de la chimie chez Berkeley, originale et informée. Mais comment dès lors considérer sa philosophie de la chimie ? Reconnaissons avec Luc Peterschmitt que Berkeley a montré la portée philosophique de la chimie et souligné qu’elle constituait un enjeu de discussion majeur. Berkeley fut donc l’un des premiers philosophes des Lumières à réellement s’intéresser à la chimie, et ce n’est pas un mince mérite de l’avoir prouvé. Mais son propos peut parfois sembler davantage un usage philosophique de la chimie pour certaines fins fixées préalablement, qu’une philosophie de la chimie à proprement parler – du moins si cela implique de partir des dynamiques propres à la chimie telle qu’elle se pratique, avec sa diversité et ses controverses. Peut-être faut-il parler, avec Luc Peterschmitt, de « la philosophie de la chimie de Berkeley » (p. 277), ou, pour reprendre le sous-titre de l’ouvrage, d’« une philosophie pour la chimie ».

15Ces éléments de discussion concernent moins le travail méticuleux et profond de Luc Peterschmitt, que certains problèmes de la philosophie berkeleyenne elle-même. Et il faut savoir gré au commentateur d’avoir toujours cherché à révéler la pertinence des démarches de son auteur, tout en reconnaissant avec honnêteté et précision leurs difficultés. Il faut aussi saluer la clarté générale du propos, qui, aidée d’un index nominum, d’un index notionnel et d’un plan rigoureux muni de conclusions provisoires, rend la lecture de l’ouvrage aisée malgré la technicité du propos. Après la publication de ce livre, on peut parier qu’on ne considérera plus de la même manière la Siris, l’épistémologie de Berkeley et les rapports entre chimie et philosophie au XVIIIe siècle.

Haut de page

Notes

1  Apothicaire de formation et membre de l’Académie Royale des Sciences de Paris, Rouelle était célèbre pour ses démonstrations de chimie au Jardin du Roy (l’actuelle Jardin des Plantes de Paris). Rousseau, Diderot, Venel et Lavoisier, parmi tant d’autres, assistèrent à ses cours.

2  Dans ses comptes rendus des mémoires de chimie en tant que Secrétaire perpétuel de l’Académie Royale des Sciences de Paris (de 1699 à 1740).

3  Dans sa « Table des différents rapports observés en chimie entre différentes substances », Histoire de l’Académie Royale des Sciences, année 1718, section des Mémoires, p. 202-212.

4  Voir notamment  John Freind, Chymical lectures in which almost all the operations of chemistry are reduced to their true principles, and the laws of nature, Londres, 1712. Ces lectures furent données en latin en 1704 à Oxford, puis publiées en latin en 1709 et en anglais en 1712. Voir aussi John Keill, « In qua leges attractiones aliaque physices principia traduntur » (Sur les lois de l’attraction et les autres principes de la physique), Philosophical Transactions, n° XXVI, p. 97-110, 1708.

5  Dans l’article

6  Cours de chimie de Venel (1761), Christine Lehman (éd.), Éditions Universitaires de Dijon, 2010, p. 416. Même idée dans l’article « Menstrues » de l’Encyclopédie (t. X, p. 341) : « D’ailleurs l’action menstruelle est absolument réciproque. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Pépin, « Compte rendu de : Luc Peterschmitt, Berkeley et la chimie. Une philosophie pour la chimie au XVIIIe siècle », Methodos [En ligne], 12 | 2012, mis en ligne le 10 avril 2012, consulté le 28 août 2014. URL : http://methodos.revues.org/2940

Haut de page

Auteur

François Pépin

Nanterre-Paris Ouest et CERPHI-UMR 5037

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo Lille 3 - Sciences humaines et sociales
  • Revues.org