Navigation – Plan du site
Un siècle de chimie à l'Académie royale des sciences

Fontenelle, l’Académie et le devenir scientifique de la chimie

François Pépin

Résumés

Cet article part du point de vue de Fontenelle pour aborder le devenir scientifique de la chimie au sein de l’Académie de la fin du XVIIe siècle à la première moitié du XVIIIe siècle. Contre la vision traditionnelle d’un Fontenelle cartésien centré sur les mathématiques et la physique, le travail du Secrétaire perpétuel de l’Académie Royale des Sciences montre un intérêt réel pour la chimie et les chimistes, ainsi qu’un regard éclairant sur la diversité, les continuités et les évolutions des chimies pratiquées à l’Académie. La confrontation des comptes rendus et des éloges de Fontenelle avec les mémoires des savants révèle une mise en perspective remarquable, à la fois historique et épistémologique, qui souligne la spécificité de la chimie tout en l’articulant avec les autres sciences – notamment la physique. Pluralisant les approches, Fontenelle joue subtilement avec les catégories de la rupture et de la continuité, de la pluralité des pratiques scientifiques et de l’unité d’un horizon commun. Il construit ainsi, non un récit continu de l’évolution de la chimie académique, mais l’image nuancée d’un devenir complexe et pluriel.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction 

1La chimie académique a certainement eu un rôle important dans la redéfinition de la scientificité en chimie. Sans chercher un passage tranché de l’alchimie à la chimie, ni une rupture correspondant à un événement unique, on peut voir dans les débuts de la chimie académique un moment central. L’institutionnalisation de la chimie a développé de nouvelles pratiques et de nouveaux discours chez les chimistes, mais aussi un nouveau regard chez les philosophes et hommes de lettres. Fontenelle, premier secrétaire de l’Académie Royale des Sciences de Paris de 1699 à 1740, a ainsi pu et dû rencontrer les chimistes, se confronter à leurs travaux et en faire des comptes rendus dans l’Histoire de l’Académie Royale des Sciences. Il offre par là un point de vue privilégié pour aborder les changements de la chimie académique. Pourtant, le Fontenelle bien connu a peu à voir avec la chimie ; il pourrait même sembler un piètre connaisseur de cette science éloignée de ses préoccupations scientifiques et philosophiques. Des études récentes révèlent néanmoins la complexité et la richesse du regard de Fontenelle sur les sciences de son temps, en particulier la chimie qu’il est loin d’avoir méconnue. C’est donc aussi l’image de Fontenelle, figure centrale de l’Académie après sa réorganisation en 1699, qu’il faut renouveler pour saisir l’intérêt de sa mise en perspective des travaux chimiques.

  • 1  Simone Mazauric a justement souligné que l’« histoire épistémologie des sciences » pratiquée par F (...)
  • 2  Voir les travaux de Bernard Joly, en particulier Descartes et la chimie, Paris, Vrin, 2011.

2La présentation la plus courante du Fontenelle historien des sciences et épistémologue a retenu le philosophe de la physique mathématisée et de la physique mécaniste d’inspiration cartésienne. L’historien des sciences universaliserait un modèle physique et l’opposerait plus ou moins frontalement à la chimie et aux autres sciences qui semblent s’en écarter. Des analyses plus précises ont montré la complexité du mouvement par lequel se construit la modernité scientifique selon Fontenelle, ce dernier parlant presque toujours des sciences et non de la science1. Mais la physique reste le premier modèle d’un mouvement devant englober la chimie. Si l’on accepte cette vision, l’enjeu d’un devenir scientifique pour la chimie serait l’intégration à la physique avec une réduction des principes chimiques aux paramètres mécaniques, la chimie devenant un dérivé particulier et expérimental des principes définis par la physique. La seule alternative serait le maintien archaïque de la chimie comme savoir indépendant mais obscur. Autrement dit, soit la chimie s’intègre au mouvement général de la science moderne dont le modèle est la physique nouvelle, soit elle reste une alchimie sans consistance scientifique. On retrouverait donc, dans le cadre nouveau d’une épistémologie historique, le problème typique de la chimie dans la pensée cartésienne2 : le devenir scientifique de la chimie dépendrait de sa capacité à s’intégrer voire à se fondre et donc à se perdre dans un cadre physique élaboré indépendamment.

  • 3  Nouveaux Dialogues des morts, seconde partie, 1684, J. Dagen (éd.), Paris, Marcel Didier, 1971.

3Mon hypothèse est qu’une autre image du devenir scientifique de la chimie existe chez Fontenelle et qu’elle est à même d’éclairer l’histoire de la chimie académique. Il n’est pas sûr que Fontenelle saisisse toute l’importance de certains courants chimiques anciens, ni qu’il ait dès son admission à l’Académie (en 1697) compris la force épistémologique propre de la chimie. Mais une nouvelle étude de ses textes académiques (préfaces ou présentations, comptes rendus, éloges), dans leur rapport à la chimie telle qu’elle se fait et se dit dans les mémoires académiques, montre que Fontenelle a été un observateur attentif de la diversité et de l’évolution de la chimie de son temps. Ce penseur formé à la philosophie cartésienne, à la mécanique et à la physique mathématique, s’est révélé un témoin très intéressant du devenir scientifique de la chimie. J’entendrai par là à la fois le passage à une chimie pleinement scientifique, grâce à l’Académie, et les évolutions plurielles et subtiles de la science chimique au sein de l’Académie. Mais parler de devenir scientifique n’implique pas qu’une chimie scientifique rompe avec une alchimie préscientifique, vision caricaturale qui ne correspond ni à la complexité historique ni à celle du propos de Fontenelle. A ne lire que quelques textes comme les dialogues entre Artémise et Raimond Lulle et entre Paracelse et Molière3, on aurait pu penser que Fontenelle surdéterminait la rupture à l’égard d’une conception de la tradition alchimique dépassée par l’historiographie récente. Mais les écrits académiques révèlent un regard bien plus complexe dont l’intérêt est d’associer la perspective de la rupture à celle de la continuité. On oscille ainsi suivant les types de textes entre une naissance ou une refondation de la chimie par certains académiciens et des évolutions plus progressives, jusqu’au repérage d’une continuité dans une certaine culture expérimentale et pratique. Il nous faudra donc aussi voir la diversité des points de vue construits par Fontenelle, ainsi que ce qu’on peut lire en creux de son propos explicite.

4Je tâcherai d’abord de montrer la subtilité d’un premier grand moment de clarification de la chimie, pour examiner ensuite la manière dont Fontenelle traduit le pluriel des voix de la chimie académique, et enfin l’idée d’un approfondissement de la physique par la chimie, celle-ci devenant un nouveau modèle de pratique de la physique. Mais il est difficile d’assigner des étapes historiques précises aux moments que remarque ou construit Fontenelle. Comme en physique et peut-être davantage encore, Fontenelle mêle les perspectives, les construit à la fois historiquement et philosophiquement, ce qui rend délicat le repérage de dates. D’autant plus que le Secrétaire perpétuel apprend à regarder la chimie et à la regarder de différentes manières, peut-être à la regarder autrement qu’il ne l’a fait d’abord. Mais il n’est pas sûr que cela soit un obstacle à l’étude de la chimie académique : on peut aussi y voir la construction corrélative des pratiques chimiques et d’un nouveau type de discours public sur la chimie à partir des travaux des chimistes. L’Académie n’est-elle pas aussi un lieu de mise en commun et de publication du savoir ?

2. Le moment cartésien et la clarification de la science moderne

  • 4  Jean-Raoul Carré a remarqué à juste titre que l’exigence de clarté n’implique pas une réduction de (...)
  • 5  Pierre Flourens a l’un des premiers construit cette image dans son Fontenelle ou de la philosophie (...)

5La vision traditionnelle de la physique de Fontenelle se résume souvent à faire du secrétaire perpétuel un « cartésien » ayant vu dans la mécanique de Descartes un modèle définitif de clarté4. Un signe en serait la constance de Fontenelle dans sa défense de la théorie des tourbillons, comme le montre la rédaction de la Théorie des tourbillons cartésiens dans les années 1740 et sa publication en 1752 alors que le débat est clos à l’Académie. On a ainsi parfois vu Fontenelle comme un archaïque n’arrivant pas à quitter l’ancienne doctrine pour accepter la physique newtonienne5. Pour saisir l’intérêt que Fontenelle a pu trouver dans la chimie académique et celui que peut présenter son regard, il faut commencer par faire exploser ce schéma convenu. Je retiendrai quelques traits centraux pour développer ensuite ce qui touche directement à la chimie.

  • 6  Sur le rapport de Fontenelle au moment cartésien, voir S. Mazauric, Fontenelle et l’invention de l (...)
  • 7  Théorie des tourbillons cartésiens, Œuvres complètes, Paris, Fayard [OC], VII, p. 453.

6La physique que Fontenelle nomme comme d’autres « moderne », dont Descartes fut le grand promoteur, est un nouveau cadre théorique et non une doctrine. C’est même un mouvement et un ensemble d’efforts théoriques qui ne se réduisent pas à l’universalisation définitive d’un ensemble de principes. Comme le montrent ses textes de présentation de l’histoire de l’Académie, Fontenelle retient l’application des mathématiques à la physique, dont Descartes fut plus l’instigateur que le vrai réalisateur6. Fontenelle envisage d’une manière dynamique cette nouvelle physique qu’il considère à travers plusieurs catégories historiques (non synonymes comme l’a souligné S. Mazauric) : renouvellement, refondation, révolution. Il n’y a pas passage à une vérité éternelle. La mécanique et l’application des mathématiques à la physique ne sont pas fondées métaphysiquement à partir de vérités premières. Fontenelle les regarde rétrospectivement comme des gestes philosophiques centraux dont il faut faire l’histoire et qu’il faut prolonger. Par exemple, contrairement à ce qu’affirmait Descartes, la communication du mouvement en mécanique n’est pas claire en elle-même (que se communique-t-il et y a-t-il même communication de quelque chose ?), mais elle constitue un principe éclairant à travers la nécessité d’un rapport causal régi par des lois intelligibles7, principe qui a permis à la physique moderne de clarifier ses explications.

  • 8  Voir par exemple la « Préface sur l’utilité des mathématiques et de la Physique et sur les travaux (...)
  • 9  Je me permets de renvoyer à mon analyse de la Théorie des tourbillons cartésiens publiée en 1752, (...)

7Cette lecture complexe du moment cartésien conduit à des exigences épistémologiques nuancées. Fontenelle cherche, non à fondre tout le savoir dans une mécanique totalisante, mais à appliquer des possibilités de clarification selon des normes et des procédés d’abord constitués en physique. D’où l’idée d’un « esprit géométrique »8 en physique, dont Descartes fut le grand promoteur, et qui consiste moins à mathématiser par le calcul qu’à clarifier par un travail conceptuel sur les principes. Mais les procédés de l’esprit géométrique se compliquent et s’adaptent aux nouveaux terrains qu’investissent les sciences. Même en astronomie, l’affaire n’est jamais close et un nouveau travail doit chercher à rendre plus intelligibles les apports inestimables (et jamais niés par Fontenelle) de la théorie physico-mathématique de Newton. Fontenelle voit dans les Principia un mélange de découvertes centrales et de difficultés, ce qui implique non de revenir à Descartes, mais de développer de nouveaux procédés de clarification9. Nous sommes donc face à une analyse épistémologique profondément historique. La clarification se produit par le traitement de l’obscurité qui la réduit en tissant des liens, liens qu’il faut chercher et construire pour faire naître un degré supplémentaire de clarté.

  • 10  Histoire de l’Académie Royale des Sciences depuis son établissement en 1666 jusqu’à 1686, Paris, 1 (...)
  • 11  « Préface » de l’Histoire de l’Académie des sciences depuis 1666 jusqu’en 1699, t. I, p. 10.
  • 12  « Préface » des Eléments de la géométrie de l’infini, OC, VI, p. 372.

8Concernant les sciences expérimentales comme la chimie et la médecine, plusieurs textes académiques de Fontenelle manifestent les limites d’une extension des modèles mécaniques. Contrairement à ce qu’on a pu dire en ne retenant que quelques textes, notamment la (trop) célèbre opposition entre l’« esprit de physique » de Boyle et de l’« esprit de chimie » de Du Clos10, Fontenelle n’est pas un penseur hiérarchisant les sciences selon une norme physique estimée absolue. L’exigence de clarté, manifestée dans un premier moment par la physique corpusculaire, est bien universelle. C’est elle qui anime essentiellement l’effort de la science moderne. Mais cette exigence se distribue entre les sciences et les efforts scientifiques. Que la géométrie corpusculaire devienne « obscure & presque impénétrable par la trop grande complication des mouvemens & des figures »11, ou qu’on envisage que « la nature pourrait bien avoir employé dans la structure de l’univers quelque mécanique qui nous échappe absolument »12, on doit reconnaître que la physique expérimentale n’admet pas la même clarté que la « géométrie » (ou mécanique corpusculaire et mathématique). Nous verrons ainsi qu’il existe une physique non géométrique qui résiste au traitement mécanique et à l’intelligibilité corpusculaire. La question précise, concernant la chimie, n’est donc pas de savoir si elle peut se ramener à la physique, ni si elle peut se fondre dans la clarté géométrique de la mécanique, mais de déterminer comment elle a pu se clarifier. C’est précisément ce que Fontenelle a d’abord souligné dans la chimie académique.

3. La clarification de la chimie : l’esprit physique et les modèles corpusculaires

9Le premier cadre du devenir scientifique de la chimie, celui qui est le plus visible et le moins étonnant, s’appuie sur l’idée d’un modèle physique. Mais il s’agit déjà d’un modèle complexe car Fontenelle construit l’idée d’un « esprit physique » qui déborde les principes de la physique comme science déterminée. L’idée est que la chimie devient scientifique grâce à l’emploi d’un esprit physique qui fut d’abord à l’œuvre dans la physique mécaniste. La question est donc de savoir si c’est un modèle historiquement issu de la physique mais d’une portée plus large et pouvant prendre plusieurs manifestations, ou un modèle universel dont la physique est le seul vrai garant. Les implications pour le statut de la chimie sont centrales : est-ce un modèle permettant un nouvel essor de la chimie et lui offrant les moyens de  faire valoir sa légitimité, ou un modèle réduisant la chimie à une particularisation de la physique dans des domaines restant obscurs ? Je tâcherai de montrer que les analyses du Secrétaire perpétuel de l’Académie envisagent la possibilité d’un développement de l’esprit physique au-delà de la physique avec la constitution d’une chimie plus scientifique mais relativement indépendante.

  • 13  Voir notamment, L. Peterschmitt, « Fontenelle, The Idea of Science and the Spirit of Chemistry », (...)

10Certains textes connus de Fontenelle sur la chimie, notamment dans les éloges de Nicolas Lémery et de Boerhaave, ont pu donner l’impression que le devenir scientifique de la chimie correspondait au dépassement d’une obscurité traditionnelle et presque essentielle de la chimie. La chimie semble avoir été émancipée de l’extérieur par des modèles mécaniques ayant amené un peu de clarté dans un monde obscur. Mais, comme le montrent des travaux récents13, Fontenelle critique certains genres d’obscurité (celle du jargon et du manque d’ancrage physique des explications), en dénonce d’autres (la complaisance alchimique envers une obscurité commode), mais reconnaît une certaine obscurité résiduelle à l’objet chimique. Celle-ci reçoit même dans plusieurs textes une légitimation épistémologique : l’objet chimique est alors spécifié par sa profondeur et la résistance qu’il offre à l’intelligibilité. Le rejet ferme de ce qui nuit au progrès de la science chimique, de ce qui la sépare du mouvement global de la science moderne, s’accompagne donc, d’une manière complexe mais finalement cohérente, d’un travail patient sur l’obscur qui ne cherche pas d’emblée à retrouver la clarté des principes mécaniques.

  • 14  Remarquons que, dans l’édition originale (les éditions ultérieures suivant une autre leçon), l’abs (...)
  • 15  Pour plus de détail, je me permets de renvoyer à mon édition critique de l’éloge, in Fontenelle, D (...)
  • 16  Sur l’attitude de l’Académie et ses ambiguïtés à l’égard de la diffusion des découvertes et de la (...)
  • 17  « Eloge de M. Lémery », HARS, 1715, p. 75.
  • 18  Ibid., p. 77 : « Quoi-qu’il eut divulgué par son Livre les secrets de la Chimie, il s’en étoit rés (...)
  • 19  Ibid., p. 73.
  • 20  Voir par exemple l’Idea medicinae philosophicae (Bale, 1571) du paracelsien Severinus. Il n’est pa (...)
  • 21  Voir l’Eloge de Tournefort, HARS, 1708, en particulier p. 144-145.

11Il faut reconnaître que Fontenelle a parfois dramatisé la rupture en construisant l’idée d’une clarté nouvelle jetée sur une tradition alchimique obscure. L’Eloge de Lémery dénonce ainsi l’enseignement de Glaser, démonstrateur de Chymie au Jardin du Roi : « il se trouva malheureusement que M. Glazer étoit un vrai Chymiste plein d’idées obscures, avare de ces idées-là même, et très-peu sociable. »14 Cela permet de faire apparaître Lémery comme l’initiateur d’un moment de rupture. Mais il s’agit donc de faire progresser la chimie de l’intérieur, non de la définir par ce défaut ni de la réduire à une saine physique. Car Lémery est clairement un chimiste dans l’éloge ; mieux, c’est un chimiste apothicaire, un homme de labeur et de laboratoire, un praticien fabriquant des recettes, donnant des cours utiles, un découvreur et un améliorateur de procédés15.  En outre, quoique l’éloge insiste par nature sur Lémery, c’est un travail collectif inscrit dans la durée que décrit et promeut Fontenelle. On remarque ainsi une ambivalence significative de l’éloge à l’égard de la tradition chimique. La culture du secret est récusée, tout comme elle l’était dès les débuts de l’Académie. Mais, comme dans l’Académie elle-même16, on voit que les choses ne sont pas si simples : une certaine réserve est de mise pour préserver les recettes et autres procédés chimiques, tel le blanc d’Espagne, « trésor » dont la commercialisation en monopole finançait tous les frais de la maison de Lémery17. Si Lémery a le grand mérite de rendre publics plusieurs procédés pharmaceutiques, Fontenelle ne contredit pas le chimiste quand il se permet d’en garder pour son propre usage commercial18. En outre, Lémery se tourne vers l’apprentissage par les voyages, « ancienne façon de s’instruire »19. Or, sans lui être exclusive, cette formation par les voyages appartient aussi à la culture alchimique20. Fontenelle pourrait ne pas y songer ici, mais le voyage fait de toute façon partie de l’apprentissage des sciences de terrain, comme l’indique aussi son traitement de la formation botanique de Tournefort21.

12On repère encore cette ambivalence au moment où Fontenelle présente la rupture la plus radicale, notamment dans l’alternative non tranchée entre obscurité naturelle et artificielle :

  • 22  « Eloge de M. Lémery », p. 76. Nous soulignons.

« M. Lémery fut le premier qui dissipa les ténèbres naturelles ou affectées de la Chimie, qui la réduisit à des idées plus nettes et plus simples, qui abolit la barbarie inutile de son langage, qui ne promit de sa part que ce qu’elle pouvoit et ce qu’il la connoissoit capable d’exécuter, et de-là vint le grand succès. Il n’y a pas seulement de la droiture d’esprit, il y a une sorte de grandeur d’ame à dépouiller ainsi d’une fausse dignité la Science qu’on professe. »22

  • 23  Voir Cours de Chymie, Paris, 1675, Préface, p. iii : « La plupart des Auteurs qui ont parlé de Chy (...)
  • 24  « Fontenelle, The Idea of Science and the Spirit of Chemistry », article cité, p. 371.

13Une part du ton de rupture vient probablement de Lémery lui-même, dont le Cours de chimie marquait une volonté de démarcation, notamment sur le plan de la clarté23. Fontenelle joue de cette rhétorique et soutient l’idée de nouvelle chimie, y compris en valorisant la dignité de Lémery contre l’attitude complaisante de l’alchimie. Mais cela n’implique pas le rejet de toute culture chimique traditionnelle. Analysant ce passage, L. Peterschmitt24 montre aussi que Fontenelle pense un progrès dans la clarification et la simplification : Lémery initie un mouvement au sein d’une histoire, notamment par son honnêteté, mais il ne crée pas une science parfaite. Il semble que, au sein de cette histoire, Lémery fasse advenir la vraie chimie comme si elle était en attente d’un traitement adéquat. En tout cas, la chimie se clarifie, elle n’est pas clarifiée par la physique, et Lémery est à la fois un nouveau chimiste et un authentique chimiste.

  • 25  Nous aurons à distinguer entre plusieurs sortes de corpuscularismes et d’usages du corpuscularisme (...)
  • 26  B. Joly a cependant souligné que la chimie de Nicolas Lémery était finalement peu mécaniste et pas (...)

14Mais qu’a fait exactement Lémery pour clarifier la chimie ? Le plus étonnant, dans l’éloge, est que Fontenelle ne parle pas des explications corpusculaires assez imagées du chimiste, explications pourtant célèbres et discutées au XVIIIe siècle. Retenant le résultat ou l’esprit général de l’œuvre de Lémery, l’éloge suggère une hypothèse qu’il nous faut examiner. Le corpuscularisme imageant la forme des particules, d’inspiration mécaniste25, vaut peut-être autrement qu’on pourrait le croire : non comme ontologie absolue, ni comme premier principe de toute connaissance physique, mais comme soutien à l’effort proprement chimique de théorisation à partir d’une pratique expérimentale. Ce n’est cependant pas ce qu’on a le plus souvent cru lire chez Fontenelle – ni chez Lémery26 – et il nous faut préciser cette idée.

  • 27  « Réflexions et expériences sur le sublimé corrosif », HARS, 1709, section des mémoires, p. 42.

15Dans un compte rendu de 1709, Fontenelle reprend les modèles corpusculaires imagés du mémoire de Lémery. Une figuration des corpuscules explique les effets des opérations chimiques, la figure ronde des particules de mercure se hérissant des pointes aiguës des acides du sel et du vitriol pour devenir un sublimé corrosif. Fontenelle suit de près les idées de Lémery, semblant reprendre en l’état son modèle corpusculaire. Mais, comme souvent, il nuance le propos en insistant sur la dimension conjecturale. Il précise la nature épistémologique de ce corpuscularisme : c’est un modèle d’intelligibilité satisfaisant l’esprit dans sa recherche d’explication sans qu’on puisse en faire une interprétation objective certaine de ce qui se passe réellement. Ainsi, là où Lémery affirme en employant des verbes marquant la nécessité (« il faut que le Sublimé ait pris sa corrosion des pointes acides du sel & du vitriol », « ces pointes pour exercer leur corrosion, doivent s’être attachées autour de petites boules herissons »27, etc.), Fontenelle parle en termes de vraisemblance (« il y a toute apparence »). On le voit encore lorsque Fontenelle reprend d’une manière originale la conclusion du mémoire. Alors que Lémery, après avoir montré comment il a produit un sublimé corrosif avec du mercure et du sel seul, conclut à l’impossibilité de faire de même avec du mercure et du vitriol seul, Fontenelle propose une explication corpusculaire qui n’existe pas dans le mémoire. Mais la dimension conjecturale demeure, le corpuscularisme devenant une manière de construire hypothétiquement les explications chimiques :

  • 28  « Sur le sublimé corrosif », HARS, 1709, p. 35-36.

« Peut-être les Acides du Vitriol par leur grande quantité, & par la finesse dont ils sont, s’unissent-ils si facilement, si promptement, & et si grande abondance à la substance du Mercure, qu’ils en font une masse liée & pesante, qui ne se peut élever. Cette idée feroit entendre aussi pourquoi le mélange du Sel & du Vitriol réussit dans la composition du Sublimé. »28

  • 29  « Comme on ne peut trop ramener la Chimie à l’exacte Physique, & l’empêcher d’avoir ses idées à pa (...)

16Un autre compte rendu de cette période voit Fontenelle intervenir autrement. La relativisation des explications corpusculaires très imagées de Louis Lémery, parfois oubliées dans le compte rendu, se prolonge d’une mise en perspective plus large totalement absente du mémoire. C’est peut-être parce que Louis Lémery va plus loin que son père dans la figuration des corpuscules, notamment par des images et des analogies macroscopiques revêtues d’une fonction explicative assurée, que Fontenelle intervient davantage. C’est un exemple rare, surtout en chimie, où le Secrétaire perpétuel produit une analyse personnelle accompagnant le mémoire. Fontenelle replace les analyses chimiques des précipitations dans un cadre physique général consistant en une sorte d’hydrostatique abrégée. L’introduction construit comme dans l’éloge de Nicolas Lémery une opposition entre la saine chimie, qui s’intègre au mouvement de la physique moderne, et l’alchimie – ou l’ancienne chimie – prétendant garder des explications à part29. Mais la suite montre que ce cadre physique n’a pas pour fonction de réduire les précipitations à une application particulière de la physique, les explications proprement chimiques étant préservées. On remarque aussi, dès ce début du compte rendu, qu’expliquer « chimiquement » ne consiste pas à faire intervenir des principes théoriques, mais en un certain travail expérimental. Nous développerons à propos de Homberg l’intérêt de ce regard de Fontenelle sur ce qui est typiquement chimique. Soulignons pour l’instant le passage d’un cadre physique général à la physique particulière qu’est la chimie, articulation qui précise l’explication chimique en lui offrant certains principes sans la fondre dans la physique. Ce mouvement se présente plutôt comme une entrée dans les profondeurs chimiques où, à nouveau, il s’agit d’éclaircir une mécanique devenue obscure :

  • 30  Terme emprunté au mémoire de Louis Lémery qui désigne les moyens par lesquels obtenir une précipit (...)
  • 31  Terme plus rare employé dans le mémoire pour concevoir les opérations acides/alkali (p. 70) par le (...)
  • 32  Le mémoire dit seulement, à propos du passage des acides d’un corps dans un autre, qu’une fois le (...)

« Voilà les principes généraux de l’Hydrostatique, qui règnent dans toutes les dissolutions & les précipitations de Chimie. Reste ce qui est proprement Chimique, quels sont les dissolvants convenables à chaque Mixte, d’où vient cette convenance, quels Intermèdes30 ou Absorbants31 précipitent ce qui a été dissous, & en quoi consiste leur action. Tout cela a été fort traité, nous nous arrêterons seulement à quelques idées qui sont particulières à M. Lémery le fils, & qui peuvent éclaircir une mécanique assez obscure32. »

17Que conclure de ces textes ? On peut émettre l’hypothèse que, tout en relativisant la portée ontologique des figurations corpusculaires, Fontenelle joue avec ce type d’explication qui offre un régime conjectural pouvant satisfaire l’esprit et, dans certains cas, permet d’interpréter les différences entre les opérations chimiques. Plus précisément, il semble retenir les rapports de mouvement, de poids et de taille, moins la question des formes des corpuscules. Avec le compte rendu du mémoire de Louis Lémery de 1711, celui où Fontenelle met le plus du sien, on voit que l’essentiel paraît moins de figurer les corpuscules en imaginant le détail de processus qui nous échappent, que de replacer les opérations chimiques dans un cadre physique plus large. Il est difficile d’y voir une physique cartésienne, et si l’on veut envisager le lien à Descartes, il faut le penser comme une prise de distance qui retient l’effort de construction claire des représentations mais rompt avec l’idée métaphysique de correspondance entre nos idées claires et distinctes et les choses. Rien n’assure qu’une interprétation corpusculaire claire (mécaniste) rende compte de la réalité. Fontenelle retient finalement davantage l’esprit de la deuxième partie des Principes de la philosophie, qui établit les lois générales du mouvement, que celui de la quatrième où Descartes imagine le détail des processus physiques particuliers en faisant appel à un mécanisme corpusculaire figuratif. En un mot, plutôt les lois de l’équilibre et du mouvement, dont la certitude est mieux établie quoiqu’elle reste un schéma général, que la figure des particules. Mais la chimie a bien besoin d’entrer dans le détail des processus, ce que Fontenelle sait bien. Comment dès lors penser le régime d’explication propre à la chimie ?

4. D’une clarification à l’autre

18La clarification semble donc le premier moment essentiel du devenir scientifique de la chimie académique. Il laisse entendre, avec certaines oscillations, que la chimie académique rompt assez fortement avec un passé que l’on nomme alors alchimique et qui, sans être annulé, se voit récusé dans son jargon et son attitude intellectuelle faite d’orgueil et d’obscurité volontaire ou entretenue. Cela s’accompagne d’une mise en valeur de la chimie développant des modèles corpusculaires. Ceux-ci, sans réduire la chimie à la physique, et avec des différences selon les chimistes et les textes de Fontenelle, ont permis à la chimie de produire sa propre pratique de l’explication physique. On a vu que le développement du corpuscularisme chimique s’accompagne selon Fontenelle d’une limite de l’intelligibilité mécanique, celle-ci perdant de sa clarté et n’étant plus praticable jusqu’au bout. En outre, Fontenelle valorise en même temps le travail acharné et la pratique apothicaire de Nicolas Lémery, ainsi que son rôle social. La culture de Lémery intègre un fond opérationnel et pratique venant d’une chimie plus ancienne. Fontenelle sent bien, dès ce moment, que parler de rupture ne peut signifier la récusation entière des traditions chimiques. D’où les nuances et souvent les ambiguïtés de cette rupture qui produit une chimie nouvelle, toute nouvelle ou presque nouvelle.

  • 33  Voir Lawrence Principe, « Wilhelm Homberg : Chymical Corpuscularianism and Chrysopoeia in the Earl (...)
  • 34  Par exemple dans un mémoire de 1706, « Observations sur une dissolution d’argent », dont Fontenell (...)

19Mais un aspect encore plus frappant complique cette lecture. Dès l’Histoire de l’année 1702, Fontenelle proclame le mérite d’une clarification apportée par Homberg. Or, on le sait, Homberg est un chimiste d’une tradition différente, soucieuse de la spécificité des principes qualitatifs opérant en chimie et proche de Becher et d’une certaine tradition alchimique33. Cela n’empêche pas Homberg de faire un certain usage du corpuscularisme mécaniste, par exemple pour éclairer les opérations acides/alkali34, mais il n’a pas le même rôle – nous reviendrons sur cette utilisation du corpuscularisme. Pourtant le ton de Fontenelle est au moins aussi enthousiaste lorsqu’il vante la clarification opérée par son travail :

  • 35  Il s’agit des « Essais » que Homberg publie sous forme de mémoires académiques entre 1702 et 1709.
  • 36  HARS, 1702, p. 45. Dans l’éloge de Homberg, Fontenelle se montre plus ferme : « Cette nouvelle esp (...)

« M. Homberg ayant commencé un Ouvrage sur la Chymie35, on a consulté à l’Académie un morceau détaché, & le consulte présentement au Public. Les anciens Chymistes dont la plus grande partie ont été pour le moins un peu visionnaires, ont enveloppé cette Science d’une obscurité affectée, &, pour ainsi dire, d’une sainte horreur ; le tems est venu que des Chymistes plus sensés, & de meilleure foi, ont dissipé ces ténébres artificielles ; mais l’obscurité naturelle est demeurée du moins en partie, & c’est la plus difficile à dissiper. Comme il faut que tout aille par degrés, les principes de la Chymie moderne, quoique plus clairs & plus Physiques, n’étoient peut-être pas encore assez certains, assez déterminés, assez liés entr’eux, ou avec ceux de la Physique générale : peut-être n’a-t-on pas encore pû interroger la Nature avec une assez grande adresse, ou d’assez de manieres différentes. Quoi qu’il en soit, M. Homberg a acquis par une longue suite de travaux, un grand nombre de vûes qui perfectionneront beaucoup la Chymie, si elles n’en font pas en quelque sorte une nouvelle. »36

  • 37  François de Saint-André, Entretiens sur l’acide et l’alcali, Paris, 1672. Sur cette théorie propre (...)
  • 38  Dans ses Reflexions upon the hypothesis of alkali and acidum, in Experiments, Notes, &c., about th (...)
  • 39  « Essais de Chymie », HARS, 1702, section des mémoires, p. 33.

20Il semble que l’analyse de Fontenelle soit plus précise ou plus explicite que dans l’éloge de Lémery, les obscurités affectée et naturelle étant ici nettement distinguées et la transition se révélant plus nuancée. On voit mieux qu’il s’agit d’une réforme faisant rupture dans l’attitude et l’effort de communication, mais qui procède à une clarification par degré et non au déploiement d’une clarté totale et définitive. Un dernier progrès permet même étonnamment de prolonger voire de dépasser la « chimie moderne » par les travaux de Homberg. Il pourrait s’agir du corpuscularisme chimique moderne en général, celui d’un Boyle ou d’un Nicolas Lémery, ou plus précisément de la théorie acides/alkali des pointes et des pores élaborées par Saint-André37 et reprise par Lémery malgré les critiques de Boyle38. Quoi qu’il en soit, à l’intérieur du vaste mouvement de clarification progressive de la chimie, une nouvelle étape axée sur la certitude physique s’élabore avec Homberg. L’ensemble du passage invite à la comprendre à la fois comme un prolongement de l’effort visant à dissiper l’obscurité naturelle de l’objet chimique, et comme un dépassement relatif de la chimie simplement claire – très probablement la chimie procédant par des explications corpusculaires imagées. La recherche de certitude expérimentale et de liaison définit une nouvelle forme de culture physique qui est proprement chimique et relativise la portée d’un esprit physique focalisée sur l’intelligibilité du mécanisme corpusculaire. Or le texte des Essais de Homberg commenté par Fontenelle ne présente pas cette différence de la même manière. Homberg construit une distinction entre deux types de principes chimiques : ceux qu’elle partage avec la physique, autrement dit les principes du corpuscularisme mécaniste (figure, arrangement et mouvement des « premiéres matiéres »), et ceux qui sont propres à la chimie en tant que science opérationnelle (le souffre, la terre, le sel, l’eau et le mercure). C’est donc Fontenelle qui place cette distinction dans une perspective historique pour faire des seconds un dépassement relatif des premiers. Mais les critères employés sont bien ceux de Homberg : clarté des premiers mais certitude physique des seconds. Fontenelle peut aussi s’appuyer sur une formule du chimiste pour introduire la nouvelle clarification, car Homberg voit dans les principes propres de la chimie un moyen de « connaître […] plus distinctement les corps qu’elle examine par ses analyses »39.

  • 40  La lentille faite par Tschirnhaus fut achetée par le duc d’Orléans, à la demande de Homberg selon (...)
  • 41  Sur ces expériences et la théorie du feu développée par Homberg, voir l’analyse de L. Principe, «  (...)
  • 42  Comme le montre le bel article de Luc Peterschmitt, « The “Wise Pyrrhonism” of the Académie Royale (...)
  • 43  Ce passage prend place dans les « observations chimiques », cette catégorie des « observations » t (...)
  • 44  La distance temporelle entre la lecture en séance et la publication permettait parfois au savant d (...)

21Relevons aussi le flair de Fontenelle, l’analyse chimique par le miroir ardent – qu’il s’agisse à proprement parler de miroir ou de la lentille de Tschirnhaus, employé par Homberg40 et que Macquer utilisera ensuite – se révélant a posteriori un instrument puissant de la chimie du XVIIIe siècle41. Il ne s’agit pas tant de valoriser le génie de Fontenelle que de voir à quelle condition il a pu saisir sur le vif l’intérêt de cette nouvelle pratique opérationnelle. Nous y reviendrons ultérieurement, mais relevons la manière dont Fontenelle repère l’art de varier les expériences dans la culture opérationnelle des chimistes. Philosophiquement, une certaine culture sceptique42 et empiriste a pu préparer le regard de Fontenelle, mais il est indéniable qu’il a très tôt appris à mettre en perspective les pratiques opérationnelles chimiques en y voyant le moyen de se confronter au labyrinthe naturel qu’est la physique dès qu’on quitte la physico-mathématique. On remarque à ce propos le lien rétrospectif43 établi par le Secrétaire perpétuel avec les expériences sur le miroir ardent que nous évoquerons plus loin44. C’est l’occasion pour Fontenelle de révéler un style proprement chimique de découverte et d’usage des découvertes, qui progresse d’expériences en expériences, en l’occurrence d’opérations plus courantes vers des opérations plus complexes et plus puissantes. On ne peut manquer de relever la justesse étonnante en ces pages du regard de celui qui était encore quelques années plus tôt un écrivain galant ou libertin et un philosophe formé à la physique cartésienne.   

  • 45  Le début de ce compte rendu s’ouvre sur cette remarque : « La Chymie est sortie à la fin des ténéb (...)
  • 46  Notamment autour de l’Encyclopédie. Voir F. Pépin, « Fontenelle, les Lumières et le clair-obscur : (...)

22La clarification corpusculaire parait ainsi se prolonger d’une voie tout autant physique mais différente : aux explications imagées d’inspiration mécaniste, succèderait une pratique expérimentale et théorique de la liaison des faits. Un compte rendu de 1701 indique que Fontenelle a probablement élaboré cette idée au contact de Homberg45. L’éloge du chimiste allemand, mort la même année que Nicolas Lémery, confirme cette orientation et montre que Fontenelle a bien conçu une autre voie de clarification durant les quinze premières années de l’Académie renouvelée. En retenant le concept de « vues », présent dans la citation ci-dessus et dans l’éloge, on peut préciser qu’il s’agit plutôt d’un éclaircissement diffus, passant par un pluriel de perspectives éclairant les expériences, plutôt que d’une clarification systématique. Le passage suivant de l’éloge de Homberg souligne la nature particulière de l’éclairage chimique, dans un style qui aura une postérité importante dans la littérature chimique du XVIIIe siècle (notamment le terme de vue et l’éclairage non systématique46) :

  • 47  « Eloge de M. Homberg », HARS, 1715, p. 92.

« Il n’a point publié de Corps d’Ouvrage ; il avoit commencé à donner par morceaux dans nos Histoires des Essais ou Elemens de Chimie ; car de la manière dont il prenoit la Chimie, il avoit lieu de ne pas croire que ce fût encore une Science faite. […] D’ailleurs, nous n’avons de lui qu’un grand nombre de petits Mémoires sur différens sujets particuliers, mais de ces petits Mémoires il n’y en a aucun qui ne donne des vûes, & qui ne brille d’une certaine lumiere […]. »47   

  • 48  Ibid., p. 83-84.
  • 49  Ibid., p. 86.
  • 50  D’autres remarques développent ce thème : Homberg était « riche d’une infinité de connoissances » (...)
  • 51  Ibid., p. 88.
  • 52  La recherche de la pierre philosophale était interdite à l’Académie, qui s’est méfiée de l’alchimi (...)
  • 53  L. Principe met ainsi le jugement de Fontenelle sur le scepticisme philosophal de Homberg en tensi (...)

23L’éloge revient en particulier sur l’importance de la lentille de Tschirnhaus et sur la qualité opérationnelle du travail de Homberg. Comme pour Nicolas Lémery, un certain ethos chimique est valorisé, fait de dur labeur et de réussite par le travail – ce qui s’accompagne d’un passage sous silence des accusations d’empoisonnement portées à l’encontre du chimiste et de son mécène le Duc d’Orléans. Mais c’est un autre style de chimiste que décrit Fontenelle : Homberg est une sorte de praticien universel riche de toute sorte d’expériences. Le modèle mécanique prend une nouvelle signification, plus conforme à la pratique chimique de la connaissance par l’opération : « Déjà se déclaroit en lui l’esprit de Méchanique, si utile à un Phisicien, qui, pour examiner la Nature, a souvent besoin de l’imiter & de la contrefaire. »48 Comme dans l’éloge de Lémery, le voyage remplace l’apprentissage par les livres, mais ceux de Homberg entrent dans les entrailles de la terre : « il alla voir les Mines de Saxe, de Boheme & de Hongrie, plus instructives, sans comparaison que les meilleurs Livres, & il y apprit combien il est important d’étudier la Nature chez elle-même. »49 Un autre point commun mêlé d’une différence est l’étude, dans ces voyages, des arts où Homberg trouve « une infinité d’expériences très-dignes d’attention », le chimiste allemand étant décidément tourné vers les pratiques de transformation de la nature et la variation de l’expérience50. Une remarque frappante confirme cette différence du style chimique de Homberg dans le cadre d’une comparaison avec Lémery, les deux chimistes étant pourtant d’authentiques praticiens dans les éloges de Fontenelle. Ainsi, ce n’est pas une raison théorique qui aurait poussé Homberg à délaisser la pierre philosophale, mais plutôt une connaissance pratique et une raison morale : « M. Homberg y [en chimie] étoit trop habile pour aspirer à la Pierre Philosophale, & trop sincère pour entêter personne de cette vaine idée »51. Fontenelle triche avec l’histoire (peut-être en raison de motifs institutionnels52), Homberg ne rompant pas avec l’alchimie53, mais la raison avancée est remarquable.

  • 54  « Eloge de M. Homberg », p. 92.
  • 55  Ibid., p. 90.
  • 56  S’appuyant sur Fontenelle, Simone Mazauric interprète en ce sens une part de la méfiance à l’égard (...)

24Pour résumer, le génie chimique de Homberg réside dans la pratique expérimentale. Cela n’implique pas l’oubli des qualités intellectuelles, mais Fontenelle retient l’imagination féconde, l’« attention ingénieuse sur tout »54, et l’art de transformer l’effort théorique en anticipation et en prolongement du travail opérationnel : grâce au miroir ardent, Homberg « eut le plaisir de voir que quelques Sistêmes qu’il avoit imaginés devenoient des faits, & ce qui lui fut encore plus sensible, il apprit quantité de faits qu’il n’eût pas devinés. »55 Plusieurs mémoires montrent qu’il ne s’agit pas là d’une formule convenue, seulement motivée par la culture académique du débat qui se méfie des systèmes56 et par le scepticisme propre à Fontenelle. Ainsi, Fontenelle rend compte en 1707 d’objections formulées à l’encontre du « système » produit par Homberg à propos de la vitrification de l’or au miroir ardent : la partie vitrifiée n’était-elle pas certaines cendres de charbon présentes dans le métal ? La réponse de Homberg, qui passe notamment par la comparaison avec l’argent (sur lequel aucune vitrification ne se produit), fortifie aux yeux de Fontenelle le « système » :

  • 57  « Sur la vitrification de l’or », HARS, 1707, p. 31.

« Le Systême de M. Homberg sur la composition de l’Or & de l’Argent subsiste donc toûjours, & l’on peut croire que les premiers principes de ces Métaux, après s’être sauvés de tous les feux des Laboratoires, se sont rendus à celui du Miroir du Palais Royal. »57

  • 58  Sur la différence de deux types de systèmes dans les commentaires chimiques de Fontenelle, mécaniq (...)
  • 59  Un autre compte rendu de cette année explique le temps requis dans les débats chimiques par la néc (...)
  • 60  Par exemple dans un compte rendu de 1705 axé sur les opérations et qui s’ouvre par cette belle for (...)

25Cette formule précise la certitude physique des principes chimiques de Homberg : ils sont révélés par certaines opérations au laboratoire ou par un nouvel instrument. Cette mise à jour est ainsi discutée sur le terrain de l’interprétation des expériences, qu’il faut varier et recouper. L’éclaircissement apporté par ce travail est donc opérationnel et, en un sens, plus physique que mécanique, en tout cas plus physique que géométrique. N’est-ce pas dès lors la clarification la plus authentiquement chimique ? On peut être tenté par cette hypothèse lorsqu’on voit que la même logique est construite à propos des « systèmes » (toujours au sens des explications provisoires appuyées sur un réseau de faits58) de Louis Lémery à la même époque59. Les comptes rendus des mémoires de Nicolas Lémery révèlent quant à eux souvent le chimiste expérimental60.

  • 61  On le voit dans un compte rendu de 1734 sur lequel Luc Peterschmitt a attiré mon attention. Alors (...)
  • 62  Dans son éloge, notamment le passage cité ci-dessous. Il n’est d’ailleurs pas sans subtilité, Font (...)

26Cependant, cette conclusion ne peut être affirmée d’une manière aussi tranchée. Car Fontenelle ne reprend plus l’idée de clarté dans l’éloge de Homberg et dans la plupart des comptes rendus de ses mémoires. Cela s’explique par la nature de l’éclaircissement opéré, qui peut tout autant être présenté selon les seuls critères du travail opérationnel et de l’interprétation expérimentale. De plus, la clarification par les explications corpusculaires n’est pas abandonnée et Fontenelle peut les rappeler dans les années 1730 même quand le chimiste n’en parle pas61. Il existe donc deux sortes de clarifications, l’une par la clarté des explications physiques voire mécaniques, l’autre procédant plutôt par un éclaircissement des expériences les unes par les autres grâce à certains principes agissant sur le plan opérationnel. On peut aussi émettre l’hypothèse d’un double statut du propos sur la clarification : un propos épistémologique qui cherche à penser précisément les différents progrès accomplis par plusieurs types de chimie, et un discours plus général, dans les éloges notamment, qui dresse un bilan plus dramatisé de l’effort de clarté. Dans ce second cas, Fontenelle souligne davantage les travaux de Nicolas Lémery pour la première période de l’Académie puis ceux de Louis Lémery et de Boerhaave62. Le statut particulier des éloges offre l’occasion d’une mise en scène des travaux scientifiques axée sur des accents comme la clarté, avec une certaine radicalisation des ruptures. Quoi qu’il en soit, dès ce premier moment, Fontenelle distingue plusieurs voies du devenir scientifique de la chimie, avec différentes élaborations de l’esprit physique et plusieurs manières de clarifier la chimie.  

  • 63  Voir par exemple l’article « Chymie » de l’Encyclopédie. Voir le numéro de Corpus, revue de philos (...)

27On peut conclure que Fontenelle occupe une position charnière dans l’élaboration d’une certaine mise à distance du corpuscularisme d’inspiration mécaniste en chimie, notamment lorsqu’il assigne des figures aux corpuscules pour expliquer les opérations. Il valorise l’exigence de clarté qui correspond à ce mouvement et ses bénéfices épistémologiques, mais il ouvre d’autres approches et souligne la relativité de ces modèles qui satisfont plus l’esprit qu’ils ne correspondent au travail de laboratoire. Fontenelle met ainsi au jour, pour le public cultivé mais aussi pour les philosophes et historiens des sciences du XVIIIe siècle, certains enjeux majeurs à partir desquels le statut de la chimie sera discuté. Car la tension entre la clarté physique et une certaine obscurité chimique légitime est au cœur des discussions sur le statut de la chimie et sur son mode de progrès autour de l’Encyclopédie, avec une radicalisation de l’opposition entre un travail de clarification corpusculaire et une interprétation chimique des opérations par certains principes qualitatifs spécifiques63.  

5. Les voix de la chimie et l’écriture de Fontenelle

  • 64  Voir notamment « Sur les analyses des plantes », HARS, 1701. Prolongeant les réflexions de Louis L (...)

28Cette présentation des travaux de Homberg conduit à une autre question. A l’Académie, le devenir scientifique est aussi une question de pratiques et de discussions collectives. La chimie d’avant le renouvellement a d’ailleurs été l’une des premières à pratiquer un programme de recherche collective, l’analyse des plantes. Son insuccès relatif a cependant participé d’une réforme des pratiques savantes et occasionné de nouvelles recherches, dont Fontenelle se fait l’écho64. Mais la chimie de l’Académie renouvelée devient aussi, avec la naissance de l’Histoire (premier tome en 1702), une pratique d’écriture collective. Les chimistes font entendre leurs voix, que Fontenelle doit commenter, promouvoir et accorder au progrès global des sciences que vise l’Académie. Mais il mêle aussi sa voix à la leur, ce que révèlent certains commentaires et certaines réécritures des mémoires. Nous en avons déjà donné quelques exemples. Il convient maintenant, à l’occasion de la question de la clarification, d’interroger la nature de ce travail de réécriture. Commençons par revenir à une question apparemment naïve : Fontenelle est-il fidèle aux chimistes qu’il promeut ? Nous ne parlons pas d’une reprise à l’identique des propos du chimiste ou d’une improbable « objectivité » du commentaire. Nous avons vu que Fontenelle intervenait de diverses manières dans ses commentaires, qui auraient sinon peu d’intérêt. Mais accompagne-t-il ou déforme-t-il le style des chimies qu’il valorise ?

29La promotion des chimies de Nicolas Lémery et de Homberg est à cet égard intéressante. On a vu que Fontenelle révèle les points communs et les différences entre ces deux voies de la clarification de la chimie. C’est donc une écriture comparative. La relativisation des explications corpusculaires suggère même que la chimie de Homberg semble parfois servir à commenter celle des Lémery père et fils. Inversement, l’insistance sur le mouvement de clarification de la chimie s’inspire davantage d’une rhétorique présente chez Nicolas Lémery, même si un apport venu de Homberg est thématisé. En fait, Fontenelle révèle alors plutôt ce que font les chimistes ou ce que leurs pratiques impliquent. Choisissant certains propos des chimistes pour commenter leurs travaux, en occultant ou en modifiant d’autres, il met en perspective une chimie plurielle mais axée sur les pratiques opérationnelles et le régime explicatif qui leur convient. Partons pour développer ces hypothèses du statut du corpuscularisme et des rapports entre la physique et la chimie. A l’opposé de ce qu’on a pu croire, l’usage du corpuscularisme indirectement valorisé par Fontenelle a bien plus à voir avec la chimie de Homberg que celle de Nicolas Lémery et encore plus de Louis Lémery. Mais le plus frappant est que cela apparaît surtout dans les comptes rendus des travaux de ces deux derniers chimistes, Fontenelle retenant surtout, chez Homberg, son génie expérimental.

  • 65  « La chimie de Homberg : une vérité certaine dans une physique contestable », Early Science and Me (...)
  • 66  Ibid., p. 71. R. Franckowiak et L. Peterschmitt s’appuient ici sur le passage célèbre opposant Du (...)
  • 67  Ibid., p. 72. En fait, rien ne prouve que Fontenelle soit en attente de cette physique systématiqu (...)
  • 68  Comme l’affirment L. Peterschmitt et R. Franckowiak, article cité, p. 72.
  • 69  Par exemple dans les « Observations touchant l’effet de certains Acides sur les Alkalis volatils » (...)

30Comme l’ont bien montré Rémi Franckowiak et Luc Peterschmitt, les explications corpusculaires de Homberg s’intègrent parfaitement à une chimie opérationnelle centrée sur la preuve expérimentale. Dans le cadre d’une chimie conçue comme une physique chimique relativement autonome, le travail sur les faits et les expériences se donne des principes propres, en l’occurrence le soufre, la terre, le sel, l’eau et le mercure. Mais ce travail expérimental, seul à même d’administrer la preuve et d’atteindre la certitude en chimie, est relayé par un régime explicatif corpusculaire qui en éclaire les processus. Plus précisément, la certitude expérimentale s’accompagne d’un « horizon »65 corpusculaire qui détermine la possibilité des faits sans permettre de les déduire. Mais, loin d’être un renversement des relations entre la physique et la chimie envisagée par Fontenelle66, ni même un simple point de départ vers la physique systématique qu’il attendrait67, c’est exactement ce que la plupart de ses textes construisent. On ne saurait en effet comprendre le passage précité, où Fontenelle commente le renouveau opéré par Homberg, comme une limitation de son travail : les principes non encore assez liés entre eux et à la physique générale ne sont pas ceux de Homberg68, mais ceux de la « Chymie moderne » qui en restait à un stade en voie de dépassement grâce au chimiste allemand. En fait, comme le suggèrent nos analyses précédentes, Fontenelle a finalement une attitude proche de celle de Homberg. Le point central est dans les deux cas l’usage et la fonction du corpuscularisme. On l’a vu, dans son travail d’écriture ou de réécriture des mémoires des Lémery, Fontenelle change la modalité des images corpusculaires et souligne leur dimension conjecturale. D’où une certaine distance à l’égard du détail des figures, trop incertain et difficile à tester pour être réellement opérant. Par contraste, en commentant les mémoires de Homberg exploitant des hypothèses corpusculaires, Fontenelle n’a pas à introduire de nuances car le chimiste parle lui-même de « suppositions »69. Fontenelle retient comme Homberg le régime explicatif et le cadre général que l’intelligibilité corpusculaire donne aux opérations chimiques.

  • 70  « La chimie de Homberg : une vérité certaine dans une physique contestable », p. 70.

31Parallèlement, les rapports entre la physique et la chimie sont souvent pensés de manières proches par le chimiste et le Secrétaire perpétuel. Malgré les ambiguïtés de certains textes, on voit que l’orientation dominante de Fontenelle, dans les comptes rendus des chimistes, consiste à promouvoir une chimie approfondissant et même précisant la physique (au sens de la physique non mathématique). R. Franckowiak et L. Peterschmitt ont finement caractérisé la position de Homberg par une inversion de la clarification : « La chimie exposée par Homberg n’est pas une chimie expliquée par la physique, mais bien au contraire une physique éclairée par la chimie. »70 Mais Fontenelle dit souvent la même chose, en particulier lorsqu’il commente Homberg. Ainsi, c’est une « Physique presque nouvelle » que permet d’espérer la nouvelle clé produite par la chimie du miroir ardent :

  • 71  « Sur des expériences faites à un miroir ardent convexe », HARS, 1702, p. 37-38.

« M. Homberg établit que notre feu n’est qu’un mélange de la matière infiniment subtile qui fait la lumiére, & de l’huile grossiére tire du bois, ou de quelqu’autre matiére que ce soit qui brûle. Le feu du Soleil n’est que la matiére toute pure de la lumiére, & quelle extrême différence ne doit-il pas y avoir entre leur activité, entre leurs effets, entre une Chymie qui n’a encore employé que l’un, & une Chymie qui va se servir du secours de l’autre ? Nous pouvons, sans trop présumer, espérer une Physique presque nouvelle, puisque nous avons une nouvelle clef pour entrer dans la composition intérieure des corps. »71

  • 72  Préface des Eléments de la Géométrie de l’infini, p. 367.
  • 73  Pour plus de détail, voir F. Pépin, « Fontenelle et l’intelligibilité scientifique : des limites d (...)

32Allons plus loin. L’un des points les plus innovants de l’épistémologie de Fontenelle est la distinction entre la clarté et la certitude. C’est en mathématique qu’il l’a thématisée en son nom propre, dans la Préface de ses Eléments de la géométrie de l’infini : « si la certitude [du nouveau calcul] est entière, il semble que l’évidence ne le soit pas »72. Sans développer ici son analyse du calcul infinitésimal, retenons le geste par lequel Fontenelle cherche à clarifier l’infini mathématique en le retrouvant dans toutes les mathématiques et dans toute leur histoire, afin de transformer ce point aveugle en point focal. L’essentiel, pour notre propos, est la mise en œuvre d’une clarification a posteriori qui retravaille un calcul dont la certitude est garantie par ses succès opératoires73. On ne saurait retrouver dans ce travail les mêmes déterminants qu’en chimie, et ce serait jouer un mauvais tour à Fontenelle que d’oublier son épistémologie de la pluralité des sciences. Mais il est frappant que la même distinction intervienne chez Homberg et que Fontenelle l’ait commentée et retravaillée en chimie dès le début du siècle. Cela permet de cibler un autre point central : en chimie, la clarté est moins urgente, au sens où le même degré de clarté n’est pas exigible, ce qui autorise, dans plusieurs textes, la mise en attente de la clarté corpusculaire au profit de la recherche de certitude expérimentale. On peut alors mieux comprendre le dépassement vu plus haut des principes corpusculaires de la chimie moderne par les principes proprement chimiques de Homberg : en chimie, la clarté d’un régime d’intelligibilité ne parvient pas à rejoindre la certitude opératoire, ce qui conduit à clarifier autrement : par le travail expérimental et la liaison des faits. Fontenelle pense ainsi le devenir scientifique de la chimie à partir d’une limite qui devient le moteur d’un effort positif se déployant avec ses principes propres. C’est ainsi qu’il retrouve à sa façon la manière dont Homberg autonomise la recherche chimique tout en articulant la chimie à l’effort d’intelligibilité promu par la physique.

  • 74  Selon S. Mazauric, Fontenelle et l’invention de l’histoire des sciences à l’aube des Lumières, op. (...)
  • 75  Fontenelle le souligne dans son éloge du chimiste.

33Ce rapprochement relativement étonnant et, semble-t-il inaperçu, correspond aussi à une rencontre humaine, Homberg ayant été le médecin de Fontenelle74 en plus d’être un académicien très assidu – y compris lors de la période de langueur de l’Académie avant son renouvellement75. La rencontre avec les chimistes a globalement été une découverte pour Fontenelle, qui a pu voir la rénovation de la chimie se faisant et a probablement dû se départir de certaines opinions préconçues. Mais c’est à propos de Homberg que cela semble avoir été le plus frappant, car Fontenelle valorise ses vues dès les débuts de l’Académie renouvelée. Y a-t-il eu une relation réciproque : Homberg a-t-il pu profiter des perspectives de Fontenelle ? Très certainement non pour le côté pratique et expérimental de sa chimie, mais il n’est pas impossible que sa conception du rôle et de l’usage du corpuscularisme ait été confortée par l’attitude de Fontenelle. On a parfois relevé le climat mécaniste régnant à l’Académie. Cela a pu, sinon influencer Homberg, du moins conforter son utilisation des modèles corpusculaires, à condition bien sûr de souligner que l’important est ici la distance prise par Fontenelle à l’égard de leur universalisation trop rapide. Il demeure que c’est bien plutôt Fontenelle qui interprète Homberg.

  • 76  Analysée par L. Principe dans « Wilhelm Homberg : Chymical Corpuscularianism and Chrysopoeia in th (...)
  • 77  Voir cette conclusion étonnante qui n’a pas d’équivalent dans le mémoire de Geoffroy : « Si la com (...)
  • 78  Un compte rendu ultérieur d’un mémoire de Boerhaave manifeste un ton plus habituel, ou peut-être c (...)

34Evidemment, il convient de limiter la portée de ce rapprochement. Fontenelle délaisse ou occulte d’autres aspects des travaux de Homberg, en particulier la dimension cosmologique de sa théorie des principes76 et son travail alchimique. Cela dit, à y regarder de plus près, on voit aussi que l’attitude de Fontenelle change à l’égard de la transmutation : les expériences d’un Geoffroy sur la transformation des métaux pourraient rendre cette recherche moins vaine qu’on  l’a cru (y compris Fontenelle)77. Fontenelle a probablement apprécié que Geoffroy présente ses idées comme conjecturales et les appuie sur un solide travail expérimental, ce qui autorise une ouverture prudente des possibles. Homberg, d’ailleurs cité avec éloge dans ce compte rendu d’un mémoire de Geoffroy, peut aussi avoir eu ce rôle. Mais cela reste exceptionnel sous la plume de Fontenelle78 et il demeure que sa lecture opère des choix. Précisons donc que nous ne suggérons pas que Fontenelle fut « hombergien » mais voulons montrer une convergence frappante concernant le statut de l’explication chimique, le travail opérationnel et les rapports avec la physique.

  • 79  Sur ces débats, voir B. Joly, « Quarrels between Etienne-François Geoffroy and Louis Lémery at the (...)
  • 80  Fontenelle dédramatise le différend entre Louis Lémery et Geoffroy, en ne retranscrivant pas toute (...)

35Mais l’écriture de Fontenelle manifeste d’autres problèmes. Les désaccords entre les chimistes ne sont pas occultés, comme le montrent les comptes rendus des querelles entre Lémery et Homberg autour du fer des plantes, puis entre Louis Lémery et Geoffroy sur le fer artificiel79 – débats que Fontenelle cherche à circonscrire au plan expérimental80. Mais on pourrait se demander si Fontenelle n’a pas parfois lu un chimiste à la lumière d’un autre. C’est ce que suggère le travail de réécriture des passages corpusculaires des Lémery. En fait, les choses sont plus complexes, car Fontenelle s’adapte aussi au style du chimiste qu’il commente ou dont il fait l’éloge. Il emprunte souvent des éléments de sa rhétorique, qu’il fait parfois sienne comme lorsqu’il dramatise la clarification apportée par la nouvelle chimie en reprenant certaines formules de Nicolas Lémery. Cela peut expliquer certaines tensions entre les textes commentant des chimistes différents. En outre, le style propre de Fontenelle, façonné aussi (et d’abord) par sa culture philosophique et physique, n’est jamais absent. On le voit aux remarques d’hydrostatique ajoutées au mémoire de Lémery de 1711 dont il a été fait mention plus haut : c’est bien de physique qu’il s’agit alors, et d’une physique plus soucieuse des lois et de l’équilibre que de l’imagerie corpusculaire. Sur ce point, Fontenelle ne suit pas plus Homberg que les Lémery. Il paraît plutôt viser un nouveau type d’articulation, quoique cela se situe dans un type de rapport entre physique et chimie proche de celui voulu par Homberg. Pour Fontenelle, le devenir scientifique de la chimie se joue alors à un nouveau niveau, celui des lois plutôt que des images explicatives ou des figures. Cela correspond à un choix épistémologique, mais aussi probablement à une mécanique qui délaisse de plus en plus la question de la figure des corpuscules pour construire des rapports généraux en termes d’équilibre. Cette voie, qui a une histoire ensuite dans la mécanique rationnelle issue de Newton, notamment avec d’Alembert, n’est ensuite pas développée par Fontenelle pour la chimie. Car un autre type de loi, construit sur un plan plus authentiquement chimique, apparaît en 1718 avec la table des rapports.

7. La chimie et ses instruments : un nouveau modèle pour la physique expérimentale

36Les analyses précédentes correspondent au début de l’Académie renouvelée, pour une période qu’on peut dater par commodité de 1699 à la mort de Nicolas Lémery et de Homberg en 1715. Mais, nous l’avons vu, ce premier moment du devenir scientifique de la chimie correspond en fait à un pluriel de voies. En outre, il se prolonge jusqu’à la fin de l’activité académique de Fontenelle, en 1740, quoique les enjeux se modifient sensiblement. Nous ne proposons donc pas une transition axée sur une rupture historique précise, mais plutôt sur un changement d’accent. Après un premier effort axé sur la clarification, plusieurs textes de Fontenelle indiquent que la suite se situe davantage au niveau de la pratique expérimentale. Sa théorisation n’est pas oubliée, mais l’enjeu de la clarté et l’articulation au mouvement de la physique moderne, sans être oubliés, deviennent moins urgents. Il semble en fait que le devenir scientifique de la chimie ait déjà montré sa résistance face à ces problèmes, qui occupent moins les chimistes de l’Académie (à part Louis Lémery et le correspondant étranger Boerhaave). Nous pouvons donc nous concentrer, avec Fontenelle, sur le travail chimique et ses modalités, plus précisément sur la manière dont la chimie se construit sur les plans opérationnel et théorique à partir de nouveaux instruments.

  • 81  Voir par exemple « Fontenelle et la transmission des savoirs », in Isabelle Moreau (dir.), Les Lum (...)

37Commençons par replacer ces analyses dans un cadre particulier, celui d’une physique expérimentale se confrontant à une nature inépuisable. Dans de nombreux textes de l’Histoire de l’Académie, Fontenelle s’intéresse à la recherche expérimentale et au jeu de la pratique et de l’hypothèse théorique : médecine, histoire naturelle, physique expérimentale (au sens restreint) et bien sûr chimie. Dans ces champs, la recherche se concentre sur l’établissement des faits, avec un régime théorique propre où les explications ne pourront être que des hypothèses provisoires et les systèmes des articulations d’expériences. Le concept central justifiant cette nouvelle pratique, comme l’a bien noté Maria Susana Seguin81, est celui d’infini naturel : face aux variations naturelles infinies, la physique ne peut prétendre produire des systèmes complets ni circonscrire ce qui existe à des catégories intellectuelles a priori.

  • 82  Ibid., p. 40.

38Chez Fontenelle, cet infini naturel marque une continuité et en même temps une inflexion avec l’infini mathématique. Car l’infini naturel, contrairement à celui des mathématiques, ne peut être la base d’un nouveau socle théorique reliant tous les objets : il ne peut être le fil pour sortir du labyrinthe (pour reprendre l’image de la Préfacedes Eléments de la géométrie de l’infini). L’infini naturel n’est plus une grandeur ou ce qui a rapport à la grandeur, mais une variation inépuisable. Or le principe de la variation nous manque bien souvent et nous ne pouvons que construire une histoire expérimentale qui tisse des liens suggérés par les faits. M. S. Seguin souligne la conception de la nature qui transparaît dans cette variation : « une natura naturans, une réalité en permanente transformation »82. Il faut ici souligner la distance avec les mathématiques : l’analogie avec l’infini mathématique ne s’inscrit pas dans une mathématisation de la nature. Un exemple souligné par M. S. Seguin permet d’illustrer ce cadre naturaliste relativement distant de la physique mécaniste et mathématisée :

  • 83  « Observations d’anatomie », HARS, 1702, p. 28, cité par M. S. Seguin, p. 41.

« Ce n’est que le hasard de la rencontre des fœtus […] qui les détermine à quitter certains chemins et à en suivre toujours d’autres. Et comme ce hasard est susceptible d’une infinité de combinaisons différentes, c’est une chose infinie que les monstres qui le sont par quelques parties doubles. »83

  • 84  Voir notamment l’introduction du compte rendu d’un mémoire de Homberg de 1706 que nous avons déjà (...)

39Mais c’est en chimie que les principes de cette pratique de la recherche sont le plus développés. Fontenelle va même jusqu’à faire de la chimie le cœur d’une nouvelle physique expérimentale entrant dans l’intimité des corps et tissant des liens expérimentaux bien établis84. C’est là que l’attention envers les instruments chimiques prend une nouvelle portée, étendue à toute la physique expérimentale. Nous avons déjà rencontré le miroir ardent et avons indiqué en passant la nouvelle analyse des plantes à partir des menstrues. Bien que cette dernière soit une innovation importante de l’analyse chimique au cours du XVIIIe siècle, nous nous intéresserons seulement ici au regard remarquable de Fontenelle sur les affinités.  

  • 85  Voir B. Joly, « Etienne-François Geoffroy, un chimiste français entre l’Angleterre et l’Allemagne  (...)

40On a souvent souligné la méfiance de Fontenelle à l’encontre d’un retour possible de l’idée d’attraction, quoique Geoffroy prenne soin d’éviter le mot85. Cela ramène en effet la question de la causalité physique, enjeu central des discussions autour de la gravitation. Dès les Doutes sur le système physique des causes occasionnelles (1686), en niant que le titre de cause puisse ne désigner qu’un phénomène accompagnant dans l’ordre physique ce qu’un autre ordre détermine fondamentalement, Fontenelle récusait en fait toute distinction entre cause explicative et cause réelle : ce qui explique, quelque soit l’angle ou la théorie, ne peut être que la cause réelle, nécessaire et suffisante. Dès lors, une explication ne peut rester mathématique en se contentant de formuler une loi du phénomène, elle doit assigner les causes et faire concevoir leur nécessité ou ne plus être traitée comme une authentique explication. C’est pourquoi l’attraction newtonienne, quoiqu’elle formule adéquatement la loi des phénomènes célestes, ne pourra prétendre être une explication réelle, argument que Fontenelle mettra au centre de sa Théorie des tourbillons. Dans cette dernière, Fontenelle attaque en astronomie l’attraction comme cause explicative, surtout quand elle s’immisce subrepticement dans un discours qui ne prétend que donner la loi descriptive d’un ensemble de phénomènes.

  • 86  Voir F. Pépin, « Fontenelle et l’intelligibilité scientifique : des limites de la clarté à l’obscu (...)

41Fontenelle reconduit-il cette attaque contre les affinités chimiques ? La réponse, à la suite des analyses de Luc Peterschmitt et de mes propres recherches, me semble clairement négative. J’ai souligné ailleurs que Fontenelle soupçonne dans la table d’affinités une loi authentiquement chimique vouée à réorganiser toute la chimie86. Il voit aussi en quoi la chimie devient prédictive, ce que les modèles corpusculaires n’ont jamais pu faire. Sur ce plan, Fontenelle est le premier philosophe à voir la portée profonde des affinités au-delà de son rôle d’instrument commode, portée que Diderot et les chimistes Rouelle et Venel mettront ensuite en avant. Les affinités constituent un instrument général pouvant redéfinir la chimie comme étude systématique des relations opérationnelles entre substances. De fait, il est étonnant qu’on ait insisté sur le risque de retour des qualités occultes, alors que Fontenelle propose lui-même l’interprétation que suivront la plupart des chimistes : les rapports entre substances sont expérimentalement établis et la cause sous-jacente provisoirement laissée de côté :

  • 87  « Sur les rapports de differentes substances en Chimie », HARS, 1718, p. 36.

« Mais enfin en laissant pour inconnu ce qui l’est, & en se tenant aux fais certains, toutes les experiences de la Chimie prouvent qu’un même Corps a plus de disposition à s’unir à l’un qu’à l’autre, & que cette disposition a differents degrés […]. »87

  • 88  Ibid., p. 35-36.

42Dès le début du compte rendu, tout en reconnaissant le problème explicatif, Fontenelle valorise la fécondité du travail chimique qui établit « une chose dont la possibilité n’eût pas été devinée par les plus subtils Philosophes »88. Mais je voudrais souligner ici le passage final, peu commenté mais qui explique en quoi cet instrument est en fait un modèle de physique :

  • 89  Ibid., p. 37.

« Plus la Chimie se perfectionnera, plus la Table de M. Geoffroy se perfectionnera aussi, soit par une grande quantité de substances qu’elle renfermera, soit par l’arrangement & l’exactitude des rapports. Si la Physique ne sçauroit arriver à la certitude des Mathématiques, du moins ne peut-elle mieux faire que d’en imiter l’ordre. Une Table Chimique est par elle-même un spectacle agréable à l’Esprit, comme seroit une table de Nombres ordonnés suivant certains rapports ou certaines propriétés. »89

  • 90  Comme le montrent certaines lectures récentes des Entretiens sur la pluralité des mondes, notammen (...)
  • 91  Le plaisir du détail expérimental est mentionné ailleurs, par exemple : « Il faut renvoyer au Mémo (...)

43Il est important de bien comprendre la référence aux mathématiques. Fontenelle reste dans le cadre indiqué plus haut : l’infini naturel ne permet pas la certitude mathématique, qui est une certitude a priori, définitive et totalisante (au sens de la certitude d’avoir fait une énumération complète des données d’un problème, pour reprendre un précepte cartésien). Cela n’empêche pas qu’un autre type de certitude existe, fondé sur la liaison des expériences, comme le reste du compte rendu l’indique sans doute possible. En outre, l’analogie avec les tables arithmétiques ne signifie pas le retour ou la nostalgie d’un modèle mathématique inaccessible. Au contraire, elle permet de mettre en perspective l’originalité et la force des affinités chimiques. Car l’ordre désigne ici un ensemble de rapports ouvert, non une totalité close. Comme dans une table arithmétique, les rapports chimiques sont à la fois établis par degrés, les uns par rapports aux autres, et rassemblables en un ensemble provisoire. De nouveaux rapports pourront aussi enrichir la table, qui se modifie en se complétant. C’est donc un ordre relatif que décrit Fontenelle, et même un ensemble d’ordres organisés provisoirement. Qu’il parle alors de spectacle ne signifie pas qu’il rabatte les affinités sur un modèle géométrique et visuel cartésien. Rappelons qu’il fut l’un des premiers à jouer avec le spectacle des cieux, thématisant le plaisir des sens et de l’esprit mais relativisant l’ordre et refusant d’y voir une transcendance90. Fontenelle trouve en fait au cœur du travail le plus expérimental un plaisir pouvant satisfaire l’esprit91, à condition que celui-ci ne cherche pas ce qu’il ne peut y trouver.

  • 92  Comme l’a remarqué L. Peterschmitt à propos du mémoire de Louis Lémery de 1734 sur le sublimé corr (...)

44Aborder en détail la suite des affinités dans les mémoires chimiques et le regard de Fontenelle nous emmènerait trop loin. Soulignons seulement que, dans les débats entre Louis Lémery et Geoffroy, Fontenelle atténue voire passe sous silence les attaques du premier contre les affinités92. De même, dans l’éloge de Geoffroy, à l’année 1731, le Secrétaire perpétuel, par une remarque rapide mais ferme, prend place dans le débat chimique et épistémologique en faveur de la légitimité des affinités. Fontenelle apparaît ici comme un acteur de l’histoire des sciences. En mathématiques, il a promu le calcul infinitésimal par ses travaux et son soutien feutré à l’Académie – les débats étant trop vifs pour qu’il se permette un appui trop manifeste en tant que secrétaire perpétuel ; en chimie, il n’a pas de travaux personnels à proposer, mais son soutien pour les affinités est institutionnellement plus marqué.

8. Conclusion

45Plusieurs questions s’offrent pour conclure. En premier lieu, est-il possible d’esquisser les étapes du devenir scientifique de la chimie en les plaçant sur une temporalité continue ? Autrement dit, y a-t-il vraiment une constitution progressive de la science chimique dont les moments auraient une forme de consécution linéaire ? Sur ce plan, la réponse qu’offre la mise en perspective de Fontenelle est négative. On relève plutôt un mélange des moments, celui de la clarification s’accompagnant du développement d’un nouveau type de pratique physique. On note aussi une durée étonnante des moments apparemment les plus ponctuels, comme la rupture qui devient une attitude à entretenir pour faire progresser la chimie, et non la relégation de tout un passé alchimique. Il y a bien un moment de rupture, mais nous avons vu qu’il était bien moins univoque qu’on pouvait le croire. C’est en fait un moment initié par la chimie académique, en particulier la chimie de Nicolas Lémery et de Homberg, puis renforcé avec le renouvellement de l’Académie. Selon Fontenelle, la rupture chimique à l’égard de l’alchimie n’est ni datable, ni totale, ni définitive. On pourrait voir dans les variations de son discours le signe d’une ambiguïté profonde, le Secrétaire perpétuel ne tranchant jamais définitivement les hésitations entre chimie nouvelle et chimie renouvelée, entre rupture radicale et rénovation d’un passé en partie prolongé. En fait, cette oscillation a une vertu : elle permet de suivre le détail des efforts chimiques et de prendre en compte leur pluralité et leurs propres hésitations. On peut donc y voir, non un défaut, mais la meilleure qualité du point de vue adopté par Fontenelle : il s’agit bien d’un regard sur la chimie se faisant, non d’une doctrine philosophique ou épistémologique appliquée à la chimie. On peut aussi considérer positivement le fait que Fontenelle nuance toujours l’une par l’autre la rupture et la continuité, sans se contenter d’une dialectique vague, mais en distinguant les points de vue et les problèmes.

46En second lieu, comment appréhender la chimie académique de cette période ? L’idée de devenir scientifique peut suggérer le passage vers une chimie revendiquant son unité, une science bien identifiée par certains principes. Or Fontenelle s’intéresse plutôt à la diversité des chimies au tournant du XVIIe et du XVIIIe siècles. Il met surtout en scène un dialogue entre les voix de la chimie, redoublant les débats académiques d’un propos qui, loin de nier la diversité des pratiques et des théories chimiques, cherche à penser leur articulation. Le plus intéressant est peut-être que Fontenelle, par ses commentaires et sa réécriture des mémoires chimiques, met en discussion les chimistes et les chimies académiques. Ce n’est pas une doctrine extérieure, ni le seul débat explicite des chimistes qui façonne le visage de la chimie académique, mais une mise en perspective épistémologique qui se tient au plus près des mémoires sans s’en contenter. C’est ainsi que ce que dit Fontenelle peut révéler des traits qui, sans être aujourd’hui inattendus pour l’historien de la chimie, étaient parfois masqués par certains propos des chimistes. Mais il précise surtout les enjeux, notamment les points communs et les nuances entre les chimies de Homberg et de Nicolas Lémery, ou le rapport complexe entre la chimie et la physique, qui est en fait souvent un débat entre plusieurs types de chimies. S’il fallait souligner un aspect, je retiendrais sa mise en valeur de la diversité des styles de chimie au sein d’un cadre général centré sur la pratique opérationnelle.  

47Mais on peut aussi se demander ce que les comptes rendus chimiques révèlent sur Fontenelle, et au-delà sur la réception de la chimie dans le milieu académique et intellectuel parisien et plus largement français. La première leçon est qu’il ne faut pas s’en tenir à quelques textes célèbres, ni aux seuls éloges, pour se faire une idée précise du regard de Fontenelle sur la chimie. Il faut examiner de près les comptes rendus et toujours les lire en les comparant aux mémoires. Au-delà de Fontenelle lui-même, cela montre ce que l’institutionnalisation de la chimie et la publication de l’Histoire de l’Académie Royale des Sciences a changé concernant la présence de la chimie dans l’espace intellectuel français. Un homme de lettres et philosophe a pu rencontrer et lire les chimistes, comprendre leurs débats, qu’ils ont dû exposer publiquement. Avec Fontenelle, on voit aussi que les enjeux philosophiques, intellectuels et sociaux entrent plus visiblement dans les questions chimiques. Ce n’est bien sûr pas une nouveauté absolue, mais l’Académie a produit un changement significatif de ce point de vue aussi. C’est pourquoi il est intéressant d’aborder le devenir scientifique de la chimie académique en articulant deux points de vue : la pratique chimique et le regard épistémologique. Cela suppose de mettre en avant le thème de la rencontre, rencontre entre les chimistes, entre la chimie et l’institution, entre les chimistes et les hommes de lettres. Les comptes rendus de Fontenelle font-il partie de la chimie ? Non, mais ils participent certainement à ce qu’est la chimie dans la culture des Lumières françaises.  

Haut de page

Notes

1  Simone Mazauric a justement souligné que l’« histoire épistémologie des sciences » pratiquée par Fontenelle se préoccupe de la pluralité des sciences (Fontenelle et l’invention de l’histoire de sciences à l’aube des Lumières, Paris, Fayard, 2007, en particulier p. 266-272).

2  Voir les travaux de Bernard Joly, en particulier Descartes et la chimie, Paris, Vrin, 2011.

3  Nouveaux Dialogues des morts, seconde partie, 1684, J. Dagen (éd.), Paris, Marcel Didier, 1971.

4  Jean-Raoul Carré a remarqué à juste titre que l’exigence de clarté n’implique pas une réduction de la chimie à la physique (La philosophie de Fontenelle ou le sourire de la raison, Paris, Alcan, 1932, Slatkine reprint, 1970, p. 318-319). Mais son analyse reste peu développée et la plupart des commentaires traditionnels de Fontenelle ont retenu une vision moins nuancée.

5  Pierre Flourens a l’un des premiers construit cette image dans son Fontenelle ou de la philosophie moderne relativement aux sciences physiques, Paris, Paulin, 1847.

6  Sur le rapport de Fontenelle au moment cartésien, voir S. Mazauric, Fontenelle et l’invention de l’histoire des sciences à l’aube des Lumières, Paris, Fayard, 2007, p. 225-234, et F. Pépin, « Etre cartésien pour un historien de la pensée : Fontenelle, les cartésiens et la philosophie cartésienne », in Delphine Kolesnik (dir.), Qu’est-ce qu’être cartésien ?, vol. II, « Réceptions et transformations : trois siècles de cartésianismes », Lyon, ENS Editions, à paraître en 2011. Les travaux publiés par la Revue Fontenelle, ainsi que les recherches du « Groupe Fontenelle » (CERPHI/CAPHES), montrent aussi la complexité du rapport de Fontenelle à Descartes et la nécessité de revoir les schémas traditionnels pour comprendre l’œuvre philosophique du Secrétaire perpétuel.

7  Théorie des tourbillons cartésiens, Œuvres complètes, Paris, Fayard [OC], VII, p. 453.

8  Voir par exemple la « Préface sur l’utilité des mathématiques et de la Physique et sur les travaux de l’Académie des Sciences », OC,  VI, p. 44.

9  Je me permets de renvoyer à mon analyse de la Théorie des tourbillons cartésiens publiée en 1752, « Etre cartésien pour un historien de la pensée… », article cité.

10  Histoire de l’Académie Royale des Sciences depuis son établissement en 1666 jusqu’à 1686, Paris, 1733, t. I, année 1668, p. 53-54. En fait, ce passage doit être considéré avec plusieurs nuances et représente de toute façon une orientation rare chez Fontenelle, d’autres textes (y compris dans cette Histoire à la même année) proposant une juxtaposition des explications employant un corpuscularisme mécanique et celles invoquant des principes chimiques spécifiques (voir F. Pépin, « Fontenelle et l’intelligibilité scientifique : des limites de la clarté à l’obscurité naturelle », Revue Fontenelle, n° 8, 2010, p. 26-28).

11  « Préface » de l’Histoire de l’Académie des sciences depuis 1666 jusqu’en 1699, t. I, p. 10.

12  « Préface » des Eléments de la géométrie de l’infini, OC, VI, p. 372.

13  Voir notamment, L. Peterschmitt, « Fontenelle, The Idea of Science and the Spirit of Chemistry », M. Lopez-Perez, D. Kahn et M. Rey Bueno (dir.), Chymia : Science and Nature in Early Modern Europe, Cambridge Scolars Publishing, 2010, p. 367-385 ;  F. Pépin, « Fontenelle et l’intelligibilité scientifique : des limites de la clarté à l’obscurité naturelle », article cité, et « Fontenelle, les Lumières et le clair-obscur : quel éclairage pour le progrès de la connaissance ? », Revue Fontenelle, n° 5, 2008, p. 37-56.

14  Remarquons que, dans l’édition originale (les éditions ultérieures suivant une autre leçon), l’absence de virgule entre vrai chimiste et plein d’idées obscures maintient une certaine ambiguïté. Il semble pourtant que Fontenelle suggère ici une équivalence entre vrai chimiste et plein d’idées obscures.

15  Pour plus de détail, je me permets de renvoyer à mon édition critique de l’éloge, in Fontenelle, Digression sur les Anciens et les Modernes et autres textes philosophiques, S. Audidière (éd.), Paris, Classiques Garnier, à paraître en 2012.

16  Sur l’attitude de l’Académie et ses ambiguïtés à l’égard de la diffusion des découvertes et de la publication, voir S. Mazauric, Fontenelle et l’invention de l’histoire des sciences à l’aube des Lumières, op. cit., p. 67-71.

17  « Eloge de M. Lémery », HARS, 1715, p. 75.

18  Ibid., p. 77 : « Quoi-qu’il eut divulgué par son Livre les secrets de la Chimie, il s’en étoit réservé quelques-uns ; par exemple, un Emétique fort doux, et plus sûr que l’ordinaire, et un Opiat Mésentérique avec lequel on dit qu’il a fait des cures surprenantes, et que pas un de ceux qui travailoient sous lui n’a pu découvrir. Il s’étoit même contenté de rendre plusieurs Opérations plus faciles, sans révéler le dernier degré de facilité qu’il y connoissoit, et il ne doutoit pas que de tant de richesses qu’il répandoit libéralement dans le Public, il ne lui fût permis d’en garder quelque petite partie pour son usage particulier. »

19  Ibid., p. 73.

20  Voir par exemple l’Idea medicinae philosophicae (Bale, 1571) du paracelsien Severinus. Il n’est pas impossible que la célèbre analogie baconienne entre le voyage et la recherche savante ait un rapport avec ce thème alchimique, d’autant que plusieurs traits de la philosophie naturelle de Bacon montrent une lecture de Severinus. Voir B. Joly, « Francis Bacon réformateur de l’alchimie : tradition alchimique et invention scientifique au début du XVIIe siècle », Revue philosophique, n° 123, janvier 2003, p. 34-35. Plus largement, le voyage est un thème récurrent de la littérature alchimique des XVIe et XVIIe siècles. B. Joly précise que le voyage initiatique n’est qu’une de ses formes, avec le voyage de diffusion des connaissances et le voyage en vue d’embrasser la totalité du monde, et qu’il convient d’en nuancer la portée : les alchimistes des XVIe et XVIIe siècles affirment finalement que la vérité se trouve dans les livres (« Cosmopolitisme et encyclopédie dans la philosophie chymique de Pierre-Jean Fabre : voyages dans l’espace et dans la pensée », communication au séminaire « Mastering Nature? Chemistry in History », Oxford, 26 février 2009).

21  Voir l’Eloge de Tournefort, HARS, 1708, en particulier p. 144-145.

22  « Eloge de M. Lémery », p. 76. Nous soulignons.

23  Voir Cours de Chymie, Paris, 1675, Préface, p. iii : « La plupart des Auteurs qui ont parlé de Chymie, en ont ecrit avec tant d’obscurité, qu’ils semblent avoir fait leur possible pour n’estre pas entendus. Et on peut dire qu’ils ont trop bien reüssi ; puisque cette Science a esté presque cachée pendant plusieurs Siecles, & n’a esté connuë que des très-peu de personnes. » D’où un effort de clarification revendiqué par Lémery : « Je tasche de m’y rendre intelligible, & d’éviter les expressions obscures dont se sont servis les Auteurs qui en ont écrit avant moi. » (ibid., p. vi)

24  « Fontenelle, The Idea of Science and the Spirit of Chemistry », article cité, p. 371.

25  Nous aurons à distinguer entre plusieurs sortes de corpuscularismes et d’usages du corpuscularisme, un corpuscularisme spécifiquement chimique existant depuis longtemps dans la tradition alchimique. Considérons pour l’instant qu’une inspiration mécaniste peut être reconnue quand les rapports de figures interviennent pour construire des explications particulières. De fait, l’inspiration mécaniste est plus prégnante chez Louis Lémery que chez son père Nicolas. En suivant la proposition de B. Joly, on peut même considérer que le corpuscularisme mécaniste du Cours de chimie de Nicolas Lémery intervient comme « un ornement tout autant rhétorique que théorique » (Descartes et la chimie, op. cit., p. 204). La lecture des mémoires académiques du chimiste peut aller dans ce sens, mais, comme nous allons le voir, l’interprétation de Fontenelle suggère aussi une fonction plus positive de ce corpuscularisme mécaniste dans l’histoire de la chimie.

26  B. Joly a cependant souligné que la chimie de Nicolas Lémery était finalement peu mécaniste et pas cartésienne. Voir notamment Descartes et la chimie, op. cit., p.  203-204.

27  « Réflexions et expériences sur le sublimé corrosif », HARS, 1709, section des mémoires, p. 42.

28  « Sur le sublimé corrosif », HARS, 1709, p. 35-36.

29  « Comme on ne peut trop ramener la Chimie à l’exacte Physique, & l’empêcher d’avoir ses idées à part, ou plutôt ses mystères incompréhensibles, M. Lémery le fils a voulu éclaircir tout la matière des Précipitations, & y répandre la clarté de la Philosophie moderne. Mais il ne l’a fait que chimiquement ; c’est-à-dire, qu’il a pris pour principes des expériences constantes, qui servent à expliquer les autres. Nous allons joindre à ces vues celles que l’Hydrostatique nous fournit sur l’Equilibre des Liqueurs, car il faut bien que la Chimie, quelque miraculeuse qu’elle se prétende, se soumette aux lois de l’Hydrostatique. » (« Sur les précipitations », HARS, 1711, p. 31)

30  Terme emprunté au mémoire de Louis Lémery qui désigne les moyens par lesquels obtenir une précipitation qui ne se fait pas « naturellement », c’est-à-dire spontanément sans autre corps ajouté.

31  Terme plus rare employé dans le mémoire pour concevoir les opérations acides/alkali (p. 70) par le fait que l’un sert d’absorbant à l’autre. Louis Lémery propose alors une théorie du rapport relatif et opérationnel d’absorbation : un corps sert d’absorbant à un autre dans une opération pouvant s’inverser. On quitte donc ici l’idée chimique ancienne de propriété substantielle d’un élément pour une théorie des fonctions relationnelles. Lémery interprète l’absorption par son mécanisme imagé, ce qui soulève un problème dans le cas d’absorbation d’un acide par un autre acide. Il préfère ne pas supposer des pointes acides de différentes tailles selon les acides, au nom d’un principe d’économie des hypothèses, en conjecturant la présence d’impureté dans les acides.

32  Le mémoire dit seulement, à propos du passage des acides d’un corps dans un autre, qu’une fois le fait établi, « il ne s’agit plus que d’en faire concevoir la mécanique » (p. 66). Juste après ce passage, la comparaison entre un bâton poussé dans un trou et le phénomène chimique tend à dissiper toute obscurité.

33  Voir Lawrence Principe, « Wilhelm Homberg : Chymical Corpuscularianism and Chrysopoeia in the Early Eighteenth Century », in C. H. Lüthy, J. E. Murdoch, W. R. Newman (ed.), Late Medieval and Early Modern Corpuscular Matter Theories, Leiden, 2001, p. 535-556. L. Principe met ainsi en tension le jugement de Fontenelle sur le scepticisme philosophal de Homberg avec certaines recherches du chimiste des années 1680 portant sur la transmutation (p. 538).

34  Par exemple dans un mémoire de 1706, « Observations sur une dissolution d’argent », dont Fontenelle fait un compte rendu élogieux tout en soulignant l’écart de la chimie et de la physique (expérimentale) avec la géométrie (sciences physico-mathématiques).

35  Il s’agit des « Essais » que Homberg publie sous forme de mémoires académiques entre 1702 et 1709.

36  HARS, 1702, p. 45. Dans l’éloge de Homberg, Fontenelle se montre plus ferme : « Cette nouvelle espéce de fourneau donne une Chimie nouvelle » (HARS, 1715, p. 90).

37  François de Saint-André, Entretiens sur l’acide et l’alcali, Paris, 1672. Sur cette théorie proprement chimique et son originalité par rapport au mécanisme cartésien, voir B. Joly, Descartes et la chimie, op. cit., p. 187-190 et p. 203-204.

38  Dans ses Reflexions upon the hypothesis of alkali and acidum, in Experiments, Notes, &c., about the Mechanical Origins of Qualities (1675-1676), The Works of Robert Boyle, M. Hunter et E. B. Davis (éd.), Londres, Pickering et Chatto, 2000, t. VIII, p. 407-420. Boyle critique en fait la généralisation de la division acides/alkalis à tous les sels (voir B. Joly, Descartes et la chimie, op. cit., p. 189).

39  « Essais de Chymie », HARS, 1702, section des mémoires, p. 33.

40  La lentille faite par Tschirnhaus fut achetée par le duc d’Orléans, à la demande de Homberg selon L. Principe (« Wilhelm Homberg et la chimie de la lumière », Methodos, n° 8, 2008, § 15, http://methodos.revues.org/1223). Elle permit de nouvelles opérations grâce à une puissance de feu inédite. Mais elle ne pouvait être utilisée que quelques jours par an en raison des conditions climatiques, comme Fontenelle le rappelle dans l’Histoire de l’année 1705. A l’année 1709, il indique encore qu’il n’y eut que trois ou quatre jours favorables (p. 36).

41  Sur ces expériences et la théorie du feu développée par Homberg, voir l’analyse de L. Principe, « Wilhelm Homberg et la chimie de la lumière », article cité. Cet article montre particulièrement bien le jeu de la théorie et de la pratique de laboratoire dans cette chimie.

42  Comme le montre le bel article de Luc Peterschmitt, « The “Wise Pyrrhonism” of the Académie Royale des Sciences of Paris: Natural Light and Obscurity of Nature according to Fontenelle », in S. Charles et P. J. Smith (dir.), Scepticism and Enlightenment, Dordrecht, Springer Verlag, à paraître.

43  Ce passage prend place dans les « observations chimiques », cette catégorie des « observations » transcrivant en général assez directement ce qui s’est dit ou passé en assemblée académique. Mais le volume de l’année 1702 paraissant en 1704, Fontenelle a eu le temps d’établir ce lien avec des expériences commencées en mai 1702.

44  La distance temporelle entre la lecture en séance et la publication permettait parfois au savant de modifier le mémoire écrit par rapport au mémoire lu. Ainsi, comme l’a montré L. Principe, les Essais furent réécrits par Homberg entre 1702 et 1704 (« Wilhelm Homberg et la chimie de la lumière », article cité, § 16 et suivants). Fontenelle a immédiatement remarqué l’importance des expériences nouvelles menées avec le miroir ardent, mais il les présente alors comme une confirmation de la théorie, devinée à partir d’« opérations plus communes », plutôt que comme une inflexion (HARS, 1702, p. 46). On peut penser que les changements apportés par Homberg entre 1702 et 1704 lui ont paru moins remarquables que le rôle général du miroir ardent pour approfondir et enraciner expérimentalement la théorie chimique.

45  Le début de ce compte rendu s’ouvre sur cette remarque : « La Chymie est sortie à la fin des ténébres mystérieuses dont les faux Philosophes l’avoient enveloppée à dessein ; mais il lui reste encore une partie de son obscurité naturelle. On a saisi avidement le Systême ingénieux & agréable des Acides & des Alkali, & M. Homberg juge qu’on pourroit bien l’avoir rendu trop général. Dès que l’on voit une fermentation de deux matieres mêlées ensemble, ou une effervescence, ou une ebullition, ce sont aussi-tôt des Acides & des Alkali, & l’on est content de cette explication. » (HARS, 1701, p. 66). Sous la plume de Fontenelle, « système ingénieux et agréable », contentement de l’explication sonnent comme des prises de distance à l’égard de ce que l’esprit cherche et trouve peut-être trop facilement.

46  Notamment autour de l’Encyclopédie. Voir F. Pépin, « Fontenelle, les Lumières et le clair-obscur : quel éclairage pour le progrès de la connaissance ? », article cité, p. 15-20. On peut par exemple comparer ce passage avec cette formule de l’article « Chymie » (Encyclopédie, III, p. 434) où Venel vante « les vûes, les idées lumineuses qu’un chimiste tel que Becker doit nécessairement répandre dans tout ce qu’il a traité ».

47  « Eloge de M. Homberg », HARS, 1715, p. 92.

48  Ibid., p. 83-84.

49  Ibid., p. 86.

50  D’autres remarques développent ce thème : Homberg était « riche d’une infinité de connoissances » tirée de l’anatomie, « il se composoit une Physique toute de faits singuliers et peu connus », y compris des « Anecdotes de la Nature ». Il revint à Paris plein de « connoissances singulières », et ramena dans la capitale française des instruments comme le microscope, « source inépuisable de phénomènes », ainsi qu’une « infinité d’opérations rares ».

51  Ibid., p. 88.

52  La recherche de la pierre philosophale était interdite à l’Académie, qui s’est méfiée de l’alchimie depuis ses débuts. Voir par exemple le récit de Chapelain, l’un des conseillers de Colbert lors de la création de l’Académie, qui raconte comme le choix des différentes sciences, y compris la chimie, s’est fait « à l’exclusion néanmoins des secrets de la pierre philosophale, à quoy il seroit défendu de s’appliquer en faisant les autres opérations de la chimie, de même qu’à l’art de deviner et de prédire en travaillant aux observations de l’astronomie. » (« Construction de l’Observatoire. Pourquoy et comment l’Observatoire à esté basty », août 1667, cité par S. Mazauric, op. cit., p. 45-46).

53  L. Principe met ainsi le jugement de Fontenelle sur le scepticisme philosophal de Homberg en tension avec certaines recherches du chimiste des années 1680 portant sur la transmutation (« Wilhelm Homberg : Chymical Corpuscularianism and Chrysopoeia in the Early Eighteenth Century », article cité, p. 538).

54  « Eloge de M. Homberg », p. 92.

55  Ibid., p. 90.

56  S’appuyant sur Fontenelle, Simone Mazauric interprète en ce sens une part de la méfiance à l’égard des systèmes complets et définitifs : ils attisent la polémique. Voir Fontenelle et l’invention de l’histoire de sciences, op. cit., p. 131.

57  « Sur la vitrification de l’or », HARS, 1707, p. 31.

58  Sur la différence de deux types de systèmes dans les commentaires chimiques de Fontenelle, mécanique et proprement chimique, voir L. Peterschmitt, « The Idea of Science and the Spirit of Chemistry », article cité, p. 377-378. Relevons que, même pour les systèmes appuyés sur des considérations mécaniques, c’est bien l’expérience qui constitue le vrai test chimique et augmente la vraisemblance des explications apportées. Voir un compte-rendu de Louis Lémery «  Sur une Végétation du fer », HARS, 1707, p. 34-35. On remarque encore que Fontenelle nuance là encore les explications corpusculaires assez imagées du chimiste, en ne retenant que le cadre général et en délaissant les figures des corpuscules.

59  Un autre compte rendu de cette année explique le temps requis dans les débats chimiques par la nécessité d’appuyer la discussion d’un système sur une base expérimentale : « M. Lémery promet encore des réponses plus précises au Systême de M. Geoffroy [sur la formation de fer dans les plantes], mais des réponses que l’on veut fonder sur des faits & des expériences, demandent un peu plus de temps que si elles ne devoient rouler que sur des tours ingenieux. » (HARS, 1707, p. 45). Là encore, l’ingéniosité semble qualifier une explication cherchant trop rapidement à retrouver des modèles corpusculaires satisfaisant l’esprit.

60  Par exemple dans un compte rendu de 1705 axé sur les opérations et qui s’ouvre par cette belle formule rappelant la science opérative de Bacon : « Un Mixte n’est connu, que quand il a été bien tourmenté par la Chimie, & pour ainsi dire, mis à la question. C’a été de cette maniere que M. Lémery a examiné le Camphre, qui meritoit assez ce travail par les usages qu’il a dans la Medecine » (« Sur le camphre », HARS, 1705, p. 59). Cette formule introductive n’a pas d’équivalent dans le mémoire.

61  On le voit dans un compte rendu de 1734 sur lequel Luc Peterschmitt a attiré mon attention. Alors que Louis Lémery commence par ses expériences, Fontenelle débute en rappelant que « Tout le monde sçait que le Sublimé corrosif est un Mercure tout pénétré des pointes d’un Acide. Le Mercure très-volatil par lui-même s’éleve facilement à la moindre chaleur, & comme il est alors hérissé, armé d’une infinité de pointes pénétrantes & incisives, il est propre à des actions vives […] » (« Sur le sublimé corrosif », HARS, 1734, p. 49). Mais ce n’est pas à proprement parler la position de Fontenelle, simplement un rappel de ce que Nicolas Lémery avait développé dans son mémoire de l’année 1709 sur le même objet, dont nous avons parlé plus haut. Mais il est vrai que Fontenelle oublie pour le coup les nuances qu’il apportait dans le compte rendu de 1709.

62  Dans son éloge, notamment le passage cité ci-dessous. Il n’est d’ailleurs pas sans subtilité, Fontenelle pouvant aussi suggérer que Boerhaave est allé bien loin, d’autant plus que la dimension opérationnelle de sa chimie est peu présente dans l’éloge – qui rapporte même les critiques reprochant à Boerhaave d’avoir utilisé sans discernement les opérations des autres : « Quoi-qu’on l’eût [la chimie] déjà tirée des ténébres mistérieuses où elle se retranchoit anciennement, & d’où elle se portoit pour une Science unique, qui dédaignoit toute communication avec les autres, il sembloit qu’elle ne se rangeoit pas bien encore sous les loix générales de la Phisique, & qu’elle prétendoit conserver quelques droits et quelques privileges particuliers. Mais M. Boërhaave l’a réduire à n’être qu’une simple Phisique, claire, & intelligible. Il a rassemblé toutes les lumiéres acquises depuis un tems, & qui étoient confusément répandües en mille endroits différents, & il en a fait, pour ainsi dire, une Illumination bien ordonnée, qui offre à l’esprit un magnifique Spectacle. » (HARS, 1738, p. 111)

63  Voir par exemple l’article « Chymie » de l’Encyclopédie. Voir le numéro de Corpus, revue de philosophie consacré à « La chimie et l’Encyclopédie » (dir. C. Lehman et F. Pépin, n° 56, 2009), et F. Pépin, La Philosophie expérimentale de Diderot et la chimie. Philosophie, sciences et arts, Paris, Classiques Garnier, à paraître en 2012.

64  Voir notamment « Sur les analyses des plantes », HARS, 1701. Prolongeant les réflexions de Louis Lémery Fontenelle promeut ensuite une nouvelle forme d’analyse qui ne remonte qu’aux principes prochains (« Sur les analises ordinaires », HARS, 1719). Sur ce programme d’analyse, voir F. L. Holmes, Eighteenth-century chemistry as an investigative enterprise, University of California Press, Berkeley, 1989 ; et A. Stroup, A Company of Scientists. Botany, Patronage, and Community at the Seventeenth-Century Parisian Royal Academy of Sciences, Berkley, University of California Press, 1990, chapitre 7, en particulier p. 90-95 pour ce qui concerne les difficultés rencontrées.

65  « La chimie de Homberg : une vérité certaine dans une physique contestable », Early Science and Medicine, 10 : 1, 2005, p. 75.

66  Ibid., p. 71. R. Franckowiak et L. Peterschmitt s’appuient ici sur le passage célèbre opposant Du Clos et Boyle. Le renversement est alors défendable même si nous avons suggéré une autre interprétation. Mais ce n’est pas la position finale de Fontenelle, comme Luc Peterschmitt l’a d’ailleurs lui aussi montré ailleurs.

67  Ibid., p. 72. En fait, rien ne prouve que Fontenelle soit en attente de cette physique systématique. Ses commentaires dans l’HARS et ses œuvres philosophiques montrent plutôt qu’il a rompu avec cet idéal dans la physique non mathématisable. Au moins dans un avenir durable, le but doit être de relier les expériences sans espérer en tirer un système. C’est bien plutôt le système, lorsqu’il est sagement réduit à regrouper les faits comme on en a vu le modèle avec Homberg, qui doit aider l’expérience. Luc Peterschmitt développe d’ailleurs des idées proches dans son article déjà cité « The “Wise Pyrrhonism” of the Académie Royale des Sciences of Paris: Natural Light and Obscurity of Nature according to Fontenelle ».

68  Comme l’affirment L. Peterschmitt et R. Franckowiak, article cité, p. 72.

69  Par exemple dans les « Observations touchant l’effet de certains Acides sur les Alkalis volatils », HARS, 1709, p. 356 et suivantes. Fontenelle ne s’attarde pas sur les suppositions corpusculaires de Homberg, résumant par un exemple son « petit Sistême », ce qui montre à nouveau qu’il retient essentiellement le travail expérimental de ce chimiste. Mais il rappelle d’un mot le statut hypothétique de ces explications : Homberg « veut que ces Acides & par eux-mêmes & lorsqu’ils entrent dans la composition de quelque Mineral soient comme des paquets de plusieurs aiguilles couchées les unes sur les autres [...]. » (HARS, 1709, p. 41)  

70  « La chimie de Homberg : une vérité certaine dans une physique contestable », p. 70.

71  « Sur des expériences faites à un miroir ardent convexe », HARS, 1702, p. 37-38.

72  Préface des Eléments de la Géométrie de l’infini, p. 367.

73  Pour plus de détail, voir F. Pépin, « Fontenelle et l’intelligibilité scientifique : des limites de la clarté à l’obscurité naturelle », article cité, p. 16-20. M. Blay a analysé cette théorie géométrique dans  Les Raisons de l’infini. Du monde clos à l’univers mathématique, Paris, Gallimard, 1993, p. 175-199.

74  Selon S. Mazauric, Fontenelle et l’invention de l’histoire des sciences à l’aube des Lumières, op. cit., p. 120. J. R. le Carré (La Philosophie de Fontenelle ou le sourire de la raison, p. 532) remarque que Fontenelle et Homberg étaient amis. Il s’appuie sur les Mémoires pour servir à l'histoire de la vie et des ouvrages de M. de Fontenelle rédigés par Trublet sans donner plus de commentaire. Trublet affirme effectivement que Homberg était « ami particulier » de Fontenelle, mais précise surtout que le médecin chimiste l’avait traité au début du siècle pour ses crises d’épilepsie (Mémoires…, Amsterdam, Rey, 1761, p. 304). Il est difficile de savoir si Fontenelle consultait régulièrement Homberg, mais il n’y a pas de raison de douter du témoignage de Trublet pour ce qui concerne ce traitement.

75  Fontenelle le souligne dans son éloge du chimiste.

76  Analysée par L. Principe dans « Wilhelm Homberg : Chymical Corpuscularianism and Chrysopoeia in the Early Eighteenth Century », article cité, p. 541. L. Principe indique plusieurs sources possibles de cette théorie qui ne pouvaient guère enthousiasmer Fontenelle : alchimiques, théologiques. D’autres pouvaient davantage l’intéresser : Gassendi et bien sûr les expériences sur le miroir ardent qui mettent la lumière au centre de la matière.

77  Voir cette conclusion étonnante qui n’a pas d’équivalent dans le mémoire de Geoffroy : « Si la composition de ce métal [le fer] étoit une fois bien sûrement développée, apparemment ce seroit un degré pour passer à celle des autres Métaux. La Chymie ne se peut rien proposer de plus grand ni de plus difficile que de les connoître jusque dans leurs principes ; & peut-être après cela ce fameux objet de tant de recherches inutiles, cesseroit-il d’être chimérique. » (« Sur la recomposition du souffre », HARS, 1704, p. 39, nous avons corrigé une erreur typographique sur les deux derniers mots).

78  Un compte rendu ultérieur d’un mémoire de Boerhaave manifeste un ton plus habituel, ou peut-être ce qui devient plus clairement l’attitude de Fontenelle dans les années 1720-1730. Ce texte montre au passage que « vrai chimiste », sous la plume de Fontenelle, ne signifie pas nécessairement plein d’idées obscures, bien au contraire. Suite aux expériences de Boerhaave portant contre la transmutation des métaux, Fontenelle conclut : « Les vrais Chimistes ne laisseront aux Alchimistes que le refuge d’une opiniâtreté invincible, refuge toûjours ouvert à qui veut en profiter, & où en effet une infinité de gens se cantonne fiérement. » (« Sur le mercure », HARS, 1734, p. 57)

79  Sur ces débats, voir B. Joly, « Quarrels between Etienne-François Geoffroy and Louis Lémery at the Académie Royale des Sciences in the Early Eighteenth Century : Mechanism and Alchemy », in L. Principe (dir.), Chymists and Chymistry, Studies in the History of Alchemy and Early Modern Chemistry, Canton (MA), Science History Publications/Chemical Heritage Foundation, 2007, p. 203-214, et B. Joly, « Chimie et mécanisme dans la nouvelle Académie royale des sciences : les débats entre Louis Lémery et Etienne-François Geoffroy », Methodos, n°8, 2008(http://methodos.revues.org/1403).

80  Fontenelle dédramatise le différend entre Louis Lémery et Geoffroy, en ne retranscrivant pas toute la querelle et les accusations de Lémery, et délaisse les arguments raisonnant sur le possible au profit de ceux appuyés directement sur des expériences (voir « Sur la nature du fer », HARS, 1708, en particulier p. 62).

81  Voir par exemple « Fontenelle et la transmission des savoirs », in Isabelle Moreau (dir.), Les Lumières en mouvement, Lyon, ENS Editions, 2009, p. 27-44.

82  Ibid., p. 40.

83  « Observations d’anatomie », HARS, 1702, p. 28, cité par M. S. Seguin, p. 41.

84  Voir notamment l’introduction du compte rendu d’un mémoire de Homberg de 1706 que nous avons déjà mentionné. Cette mise en perspective du travail expérimental de Homberg n’a pas d’équivalent dans le mémoire :« Si on pouvoit réduire la Chimie, & en général la Phisique à des espèces de formules universelles, qui continssent tous les cas possibles, comme on y réduit les plus sublimes Questions de la Geomettrie moderne, on seroit en état de prévoir les changemens qui répondroient aux differentes suppositions qu’on voudroit faire, & souvent on verroit de très-legers changemens dans les suppositions produire de très-grandes variations dans les effets. Mais la Phisique est trop vaste, & trop peu connuë, du moins jusqu’à present, & l’experience seule nous enseigne quel est le pouvoir des circonstances pour varier les Phenomenes. M. Homberg en donne un exemple remarquable dans une Dissolution d’Argent faite par le Dissolvant de l’Or. » (« Sur une dissolution d’argent », HARS, 1706, p. 30)

85  Voir B. Joly, « Etienne-François Geoffroy, un chimiste français entre l’Angleterre et l’Allemagne », in José Ramón Bertomeu-Sánchez, Duncan Thorburn Burns, Brigitte Van Tiggelen (dir.)Neighbours and Territories : The Evolving Identity of Chemistry, Mémoscience asbl, Louvain-la-Neuve, 2008, p. 105-109.

86  Voir F. Pépin, « Fontenelle et l’intelligibilité scientifique : des limites de la clarté à l’obscurité naturelle », article cité, p. 28-29.

87  « Sur les rapports de differentes substances en Chimie », HARS, 1718, p. 36.

88  Ibid., p. 35-36.

89  Ibid., p. 37.

90  Comme le montrent certaines lectures récentes des Entretiens sur la pluralité des mondes, notamment dans le n° 1 de la Revue Fontenelle, 2003, et dans la préface de Christophe Martin dans son édition du texte, Paris, Flammarion, 1998.  

91  Le plaisir du détail expérimental est mentionné ailleurs, par exemple : « Il faut renvoyer au Mémoire de l’Auteur le détail des Experiences, quoiqu’agréable & et instructif, & venir ici aux faits généraux qui en résultent. » (« Sur les métaux imparfaits exposez au verre ardent », compte rendu d’un mémoire de Geoffroy, HARS, 1709, p. 36)

92  Comme l’a remarqué L. Peterschmitt à propos du mémoire de Louis Lémery de 1734 sur le sublimé corrosif (voir la quatrième partie de son article dans ce numéro de Methodos).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Pépin, « Fontenelle, l’Académie et le devenir scientifique de la chimie », Methodos [En ligne], 12 | 2012, mis en ligne le 10 avril 2012, consulté le 22 septembre 2014. URL : http://methodos.revues.org/2898 ; DOI : 10.4000/methodos.2898

Haut de page

Auteur

François Pépin

Nanterre-Paris Ouest et CERPHI-UMR 5037

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo Lille 3 - Sciences humaines et sociales
  • Revues.org