Navigation – Plan du site
Un siècle de chimie à l'Académie royale des sciences

Fontenelle et la chimie : la recherche d’une « loi fondamentale » pour la chimie

Luc Peterschmitt

Résumés

Dans cet article, je propose de reprendre la position de Fontenelle à l’endroit de la chimie. C’est une science qu’il connaît mal avant de devenir Secrétaire de l’Académie Royale des Sciences, et dont il doit, comme Secrétaire de l’institution, chercher une légitimité qu’il a contesté à titre personnel. Or la façon dont il rend compte des mémoires de chimie montre que Fontenelle accompagne l’évolution de cette science à partir de 1699, en se montrant ouvert à ce qu’elle propose de nouveauté. Certes, il rejette ce qu’il identifie comme chimie ancienne, en coupant ainsi la chimie du début du 18e siècle de son histoire. Cette opération rhétorique ne doit pas tromper et ne signifie pas qu’il considère que la chimie qui se fait sous ses yeux n’est pas un savoir. Au contraire, il salue ce qui la met sur la voie de la science. Cela le conduit sans doute à insister sur tous les éléments mécanistes utilisés par certains chimistes. S’en tenir là reviendrait toutefois à manquer son importante réflexion sur les affinités à partir de 1718 : pour Fontenelle, elles donnent la « loi fondamentale » de la chimie. La recherche des affinités, en tant qu’elles sont distinctes de l’attraction newtonienne ou des anciennes sympathies occultes, instituent pour Fontenelle la chimie comme une science de plein droit, même si elle échappe à l’explication mécaniste.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Cf. L Principe, « A Revolution Nobody Noticed? Changes in Early Eighteenth-Century Chemistry », in(...)

1À bien des égards, Fontenelle occupe dans l’histoire de la chimie une position paradoxale. À titre de secrétaire de l’Académie Royale des sciences, il a occupé une place privilégiée pour observer la chimie du premier XVIIIe siècle. Et pourtant, c’est peu dire qu’il a, dans l’ensemble, bien mauvaise presse auprès des historiens contemporains de la chimie, lui qui n’aurait pas su rendre compte correctement de la chimie, à cause de sa position mécaniste. En somme, Fontenelle aurait eu une bien mauvaise idée de la chimie1. Ce jugement semble pourtant un peu hâtif. Lawrence Principe a rendu compte du rôle de Fontenelle touchant l’histoire de la chimie :

  • 2  L. Principe, « Transmuting Chymistry into Chemistry: Eigthteenth-Century Chrysopoeia and Its Repud (...)

« à la fin du XVIIe siècle, la chimie avait besoin d’une nouvelle identité ou au moins d’une complète transformation. La solution la plus simple, me semble-t-il, ainsi qu’elle est apparue au porte parole de l’Académie, était de donner un nouveau départ à la chimie : recréer la chimie comme si elle n’avait jamais existé. Cela supposait de rompre explicitement avec la tradition chimique antérieure et plus particulièrement d’éviter cette partie de la chimie qui avait le plus mauvaise presse, à savoir la chrysopée »2.

  • 3  En 1699, l’Académie Royale des Sciences est renouvelée, car on la jugeait trop peu productive sous (...)

2En somme, Fontenelle doit écrire une histoire de la chimie qui la présente comme nouvelle, débarrassée de ses vieilles lunes. Il s’agit de donner une image de la chimie qui la rende acceptable auprès du public, de façon aussi à justifier l’existence de l’Académie après son renouvellement3. Tel est selon L. Principe le rôle de Fontenelle et ce qu’il propose effectivement dans son Histoire de l’Académie royale des Sciences. On conçoit comment une telle entreprise donne lieu à une vision déformée de ce que la chimie a pu être en réalité.

3Ce constat est indéniable – et nous ne prétendrons pas ici que Fontenelle donne une idée objective de la chimie de ce temps. Cependant, il nous semble qu’il convient de nuancer cette image de Fontenelle. Nous voudrions montrer que sa position est moins confortable qu’il n’y paraît – et qu’il n’est certainement pas si dogmatique que l’on veut bien le dire. À tout le moins, on peut reconnaitre qu’il n’est pas évident d’écrire l’histoire d’une science que l’on connaît mal et dont on a a priori une piètre opinion. Pourtant, en un sens Fontenelle y parvient, en apprenant à connaître la chimie telle qu’elle se pratique à l’Académie Royale des Sciences. Fontenelle décrit une science qui selon lui se cherche encore à ce moment. Or, et c’est cela qui nous intéressera ici, pour Fontenelle elle finit par se trouver. En somme, nous voyons d’une certaine manière Fontenelle assister à la naissance d’une science – ou à ce qu’il croit être la naissance d’une science. À la limite, l’insistance déplacée sur des nouveautés qui n’en sont pas importe peut-être moins que le fait que Fontenelle a suivi de près les développements de la chimie de ce moment en essayant de montrer ce que cela signifie, pour la chimie, d’être une science moderne.

Fontenelle hésitant à l’endroit de la chimie

4Fontenelle rend compte des mémoires de chimie à partir de 1699 dans l’Histoire de l’Académie Royale des Sciences. Or cela donne lieu à un véritable travail d’écriture, voire de réécriture de la science. Certes, la nécessité de rendre compte des mémoires impose des limites au rédacteur. Mais dans l’ensemble, Fontenelle semble assez libre de procéder comme il l’entend. Cette liberté s’exprime à deux niveaux : Fontenelle choisit les mémoires dont il rend compte et ses comptes-rendus sont très loin d’être de simples résumés. Tout ceci correspond assez bien à la commande de l’Histoire, qui doit donner une image des sciences, et donc de l’Académie, au public :

L’Histoire comprend plus de choses que les Mémoires. On a voulu qu’outre les matières dont ils traitent, elle recueillît ce qu’on ne croyait pas à propos de donner tout au long, et qu’on ne voulait pourtant pas perdre entièrement, et en même temps on a eu dessein que sur tous les sujets, soit qu’ils fussent communs avec les Mémoires, soit qu’ils lui fussent particuliers, elle fut plus proportionnée à la portée de ceux qui n’ont qu’une médiocre teinture de Mathématiques et de Physique, car pour ceux qui absolument n’en ont aucune, ils feraient mieux de prendre les choses d’un peu plus haut et il aurait fallu de trop grands discours pour remonter en leur considération jusqu’aux premiers Éléments des Sciences.

  • 4  Histoire de l’Académie Royale des Sciences, avec les Mémoires de mathématiques et de physique pour (...)

A cela près, on a tâché de rendre cette Histoire convenable au plus grand nombre de personnes qu’il a été possible ; on a même eu soin dans les occasions d’y semer des éclaircissements propres à faciliter la lecture des Mémoires et quelques-unes de ces Pièces pourront être plus intelligibles pour la plupart des gens, si on les rejoint avec le morceau de l’Histoire qui leur répond4.

5L’Histoire est assez clairement en charge de justifier l’Académie, renouvelée en 1699, en prouvant qu’elle produit effectivement du savoir. Or cette preuve doit s’adresser au public et donc être accessible. La vocation de l’Histoire est également pédagogique : elle s’adresse à ceux qui, pour être éduqués, n’en sont pas pour autant savants. L’image donnée doit être à la fois plaisante et intelligible – ce qui laisse une certaine latitude au rédacteur de l’Histoire, qui a le droit d’ajouter ou de retrancher ce qu’il entend, de façon à faire comprendre au public supposé de quoi il retourne. C’est donc bien à une image que l’on a affaire, mais à une image qui se revendique comme telle.

6Or cela laisse une place évidente au rédacteur – précisément, les éclaircissements sont ceux qu’il juge nécessaire de donner. Les ambiguïtés du compte-rendu du premier article des Essais de Chimie montrent bien cette place de Fontenelle, en signalant ses propres hésitations touchant la chimie.

7Dans les premières lignes de ce compte-rendu, Fontenelle souligne que la chimie de Homberg est en très net progrès par rapport à celle qui existait auparavant :

M. Homberg a acquis par une longue suite de travaux, un grand nombre de vues qui perfectionneront beaucoup la chimie, si elles n’en sont en quelque sorte une nouvelle (HARDS, 1702 (1743), 45)

8Aux yeux de Fontenelle, la chimie de Homberg n’est pas complètement nouvelle, mais éventuellement elle pourrait donner lieu à une chimie nouvelle, à force de perfectionner la chimie existante. Ce progrès reste toutefois à venir. La clé de ce passage est donnée quelques lignes plus haut dans le texte de Fontenelle :

Comme il faut que tout aille par degrés, les principes de la chymie moderne quoique plus clairs et plus physiques n’étaient peut-être pas encore assez certains, assez déterminés, assez liés entre eux ou avec ceux de la physique générale ; peut-être n’a-t-on pas encore pu interroger la nature avec une assez grande adresse ou d’assez de manières différentes (HARDS, 1702 (1743), 45)

  • 5  Voir son article dans ce numéro.
  • 6  Ce n’est pas nécessairement de la faute des chimistes : la nature reste obscure pour Fontenelle. V (...)

9Certes, comme le souligne F. Pépin5, les principes dont il est ici question ne sont pas forcément ceux de Homberg. Mais rien n’empêche que Homberg ne soit concerné, lui aussi, par cette remarque, puisqu’il propose des principes chimiques. Il se pourrait donc qu’en réalité, Fontenelle regrette qu’on en reste à devoir faire de la chimie, au lieu de progresser vers une physique parfaitement claire, capable de donner6. Pour le moment, nous voulons seulement souligner ce que ce genre de déclaration peut avoir d’étrange dans le contexte d’un compte-rendu. De fait, Fontenelle semble relativiser le travail de Homberg.

10Cette relativisation est d’autant plus nette que Fontenelle ne reprend pas exactement ce que fait Homberg. En premier lieu, Homberg ne prétend pas donner une chimie nouvelle. Au contraire, il reprend une définition tout à fait traditionnelle de la chimie :

J’appelle chimie l’art de réduire les corps composés en leurs principes par le moyen de feu et de composer des nouveaux corps dans le feu par le mélange des différentes matières (MARDS, 1702 (1743), 33).

  • 7  Voici ce que déclare Homberg : « Dans la première signification, les principes de la chimie sont e (...)
  • 8  Cf. R. Franckowiak et L. Peterschmitt, « La chimie de Homberg : une vérité certaine dans une physi (...)

11Cette définition rappelle la définition traditionnelle de la spagyrie. Ce n’est pas dire qu’il n’y a pas de nouveauté dans la chimie de Homberg. Mais son travail reste un travail de chimie sans qu’il soit question de se diriger vers autre chose. Il s’agit donc bien de perfectionner la chimie – mais non d’en donner une nouvelle et il est difficile de voir comment cette chimie nous amènerait vers quelque chose de complètement neuf. Et de fait, toute la chimie de Homberg reste ancrée dans la tradition. C’est que la question de l’articulation entre les principes de la physique et les principes chimiques n’est pas pour Homberg la même que pour Fontenelle. Homberg ne dit pas que les principes physiques, entendons mécanistes, ne sont pas assez déterminés : il dit clairement qu’à leur propos rien n’est incontestable, alors que la chimie recherche la « vérité certaine » : si les principes physiques sont vrais, ils ne sauraient être certains – ce sont au mieux des hypothèses7. Certes, Homberg s’en sert, mais cet usage est toujours subordonné à sa chimie et aux besoins de la chimie qu’il développe8. Bref, il est difficile de voir en quoi au juste les principes de Homberg seraient « plus physiques » ; dès lors, même si la chimie de Homberg se révélait nouvelle, il ne s’agit sans doute pas de la nouveauté que Fontenelle appelle de ses vœux. En somme, dans son compte rendu, Fontenelle atténue la portée du texte de Homberg.

  • 9  Ce n’est pas une remarque isolée : les verres ardents de Tschirnaus sont comme « de nouveaux fourn (...)

12Il reste encore une remarque à faire. Fontenelle semble régulièrement considérer que les verres ardents de Tschirnaus fournissent un instrument nouveau pour une chimie nouvelle. Ainsi déclare-t-il dans l’Éloge de Homberg : « Cette nouvelle sorte de fourneau donna une chimie nouvelle » (« Éloge de Homberg », HARDS 1715 (1741), 90)9. Or c’est là doublement radicaliser ce que Fontenelle disait lui-même en 1702. Non seulement il n’est pas certain à ce moment que Homberg fournisse une chimie réellement nouvelle, mais en outre, cette chimie potentiellement neuve que fournit Homberg n’est pas établie au moyen des verres ardents, comme le souligne Fontenelle lui-même :

Il ne sera peut-être pas inutile de remarquer que tout ce qu’il donne ici de ses Eléments de chymie a précédé les expériences faites au Miroir ardent du Palais Royal. On s’apercevra en quelques occasions que ce Miroir n’a fait qu’exposer sensiblement ce qu’il avait auparavant deviné par des opérations plus communes (HARDS, 1702 (1743), 45).

13Cet instrument nouveau est sans doute utile, mais peut-être pas autant que Fontenelle l’aurait voulu. Et il n’est pas certain que la chimie de Homberg soit si nouvelle, puisqu’elle découle de ce qui précédait – des opérations communes, certes interprétées par Homberg, chimiste de talent. En termes de nouveauté, il ne reste donc plus à Fontenelle que cela : le génie propre de Homberg. Mais on voit mal alors comment critiquer la chimie qui précède, sur laquelle Homberg s’appuie nécessairement pour produire sa nouvelle chimie avant d’utiliser ce fourneau qui promettait une nouvelle chimie.

14Ces passages manifestent des hésitations de Fontenelle à l’endroit de la chimie. Soulignons enfin que ce compte rendu des premiers articles des Essais de chimie de Homberg, qui semblent si importants, n’apparaît même pas dans la table des matières de l’Histoire ; et il se trouve au même rang que les comptes rendus des ouvrages des académiciens non publiés dans les Histoires et Mémoires. Ces hésitations témoignent de la posture assez inconfortable de Fontenelle comme Secrétaire de l’Académie Royale des Sciences. D’une part, c’est la fonction de l’Histoire, il est en charge de défendre l’institution – cela passe par une défense de la nouveauté de la chimie dont il faut montrer qu’elle est effectivement une science contre les critiques. Or, et d’autre part, cette défense prend une tournure plus dramatique en ce qui concerne la chimie. Fontenelle ne croit pas forcément à la défense qu’il doit proposer : il faut parvenir à donner de la chimie une image qui la rende acceptable. Mais justement, Fontenelle a contribué à créer l’image détestable de la chimie contre laquelle il doit la défendre.

15L’image que Fontenelle donne de la chimie est déformée par ce double jeu de contraintes. C’est ce que nous proposons de mettre en évidence à présent. Nous verrons ensuite comment Fontenelle parvient à se délivrer de cet inconfort, tout en reconnaissant une place à la chimie comme science authentique, suivant en cela l’évolution d’un savoir qu’il apprend à connaître au moment où il se fait.

La chimie dans l’œuvre personnelle de Fontenelle

  • 10  Par commodité, nous désignons ainsi tout ce qui ne relève pas de l’écriture officielle de l’Académ (...)
  • 11  A propos de cette actualité, voir l’introduction que D. Kahn a donnée à son édition de Montfaucon (...)

16Pour comprendre la position de Fontenelle en tant que Secrétaire de l’Académie, il convient de voir d’où il part. Pour cela, son œuvre personnelle10 donne de précieuses indications. Une première remarque s’impose : dans cette œuvre, dont la dimension savante est cruciale, la chimie brille par son absence. Fontenelle ne s’y intéresse pas. Ou plutôt, son intérêt pour elle reste très circonscrit et biaisé. Quand il la mentionne, c’est pour la contester en la ridiculisant. Ce faisant, Fontenelle s’inscrit dans une actualité littéraire11 – ce qui n’empêche pas de prétendre dire la vérité. Deux textes permettent de montrer cette position de Fontenelle : La pierre philosophale, de 1681, à laquelle Fontenelle semble avoir collaboré (avec Thomas Corneille et Donneau de Visée) et les Nouveaux dialogues des morts, de 1683.

17Commençons par les Nouveaux Dialogues des morts. Deux dialogues sont pertinents. Le premier fait intervenir Lulle. Fontenelle y reprend ironiquement des lieux communs touchant la pierre philosophale. Il fait ainsi dire à Lulle que, de même que la transmutation, ce n’est qu’une chimère, à laquelle cependant « on croit encore ». Mais c’est une chimère utile :

  • 12  Nouveaux Dialogues des morts, 2de édition, 2 vol., Lyon, 1683, « Dialogue d’Artémise et Raimond Lu (...)

Toutes les sciences ont leur chimère après laquelle elles courent sans la pouvoir attraper, mais elles attrapent en chemin d’autres connaissances fort utiles12.

18Il est donc bon de chercher la pierre philosophale car sans elle, il n’y a pas de chimie. C’est ce que Fontenelle fait dire à Lulle : « qui m’eût dit que la chimie n’eût pas dû m’apprendre à faire de l’or, je l’eusse négligée » (NDM, II, 119). En somme, le chimiste est un personnage ridicule : il ne sait pas ce qu’il cherche, trouve par hasard autre chose et sans doute pour de mauvaises raisons. Certes donc, la chimie découvre de « fort beaux secrets » (NDM, II, 115) sur son chemin vers sa chimère. Or Fontenelle ne dit rien de ces secrets (il n’est d’ailleurs pas certain que le personnage de Lulle soit tout à fait crédible en déclarant que l’on trouve de tels secrets). Plus encore, il fait dire à Lulle que s’il est un secret qu’il ne faut pas révéler, c’est que les buts de la chimie sont chimériques. Cela revient, en effet, de l’aveu même de Lulle, à priver les chimistes de tout ressort. Et donc à déclarer vaine la chimie – ce que fait tranquillement Fontenelle, puisqu’il dit cette « vérité qui doit restée cachée » (NDM II, 120).

19Tout ce passage est mis sous le signe de la tromperie, qui s’adresse au public, dont Artémise, que Lulle ne contredit pas, déclare qu’ « il est fait pour être la dupe de certaines choses » (NDM II, 113). Croire donc  que les chimères de la chimie sont possibles, c’est être une dupe ; mais ne plus le croire, c’est ne plus être chimiste.

20L’ironie dévastatrice de Fontenelle s’exerce encore aux dépends de Paracelse, dans un dialogue avec Molière. Le ton semble plus sérieux – mais c’est Molière qui fait la leçon à Paracelse. Voilà la tâche entreprise par ce dernier :

Mes ouvrages sont d’un grand secours à tous ceux qui veulent entrer dans les secrets de la nature et surtout à ceux qui s’élèvent jusqu’à la connaissance des génies et des habitants élémentaires (NDM, « Dialogue de Paracelse et de Molière », II, 209).

21Paracelse continue :

J’ai enseigné fort exactement quelle est leur nature, quels sont leurs emplois, leurs inclinations, leurs différents ordres, quel pouvoir ils ont dans l’univers.

22Ce n’est bien entendu qu’une caricature de Paracelse, reprise pour l’essentiel du Comte de Gabalis, très certainement. Mais cela permet à Molière de reprendre Paracelse qui, pour avoir cherché la connaissance des génies, a passé par-dessus celles des hommes et a ainsi manqué ce qui est réellement intéressant. Et du coup, il n’est même pas sûr qu’il sache quoi que ce soit :

On dirait que l’esprit humain a tout épuisé, quand on voit qu’il se forme des objets de sciences qui n’ont peut-être aucune réalité, et dont il s’embarrasse à plaisir. Cependant, il est sûr que des objets très réels lui donneraient, s’il le voulait, assez d’occupation (NDM II, 213).

23Paracelse s’est donc embarrassé de ces sciences qu’il déclare « mystérieuses ». Certes, elles excitent la curiosité, mais Molière assène le coup de grâce :

J’estime plus ceux qui ne comprennent pas ces mystères que ceux qui les comprennent. Même la nature n’a pas fait tout le monde capable de ne rien entendre (NDM II, 216).

24Le mystère de ces sciences vient de ce qu’elles ne sont pas des sciences, puisqu’elles ne parlent de rien. Paracelse fait des mystères de rien. Si le personnage de Molière dit la pensée de Fontenelle ici, il est bien clair que pour lui, les sciences de Paracelse sont parfaitement vides. Mais surtout, cette réplique vient de celui qui, peignant les sots, connaît bien les hommes et les aide à se connaître par la représentation de leur sottise :

C’est beaucoup que de s’être moqué de soi ; la nature nous y a donné une merveilleuse facilité pour nous empêcher d’être la dupe de nous-mêmes (NDM II, 222-223).

25La comédie surpasse la science – ou ce qui se prétend tel – d’un Paracelse, qui n’est autre que la dupe de sa propre sottise, ici mise en scène par Fontenelle.

  • 13  La déclaration de Descartes se trouve dans le Discours de la méthode, I : « Et enfin, pour les mau (...)

26Il ne reste pas grand-chose de la chimie – mais il faut bien reconnaître que dès le départ, il n’y avait pas de chimie dans ces Dialogues, mais seulement un jeu littéraire destiné à ridiculiser les prétentions savantes. Il n’est d’ailleurs pas certains que seule la chimie soit visée. En effet, voici ce que déclare le personnage de Descartes : « On a quelque raison d’être toujours trompé par les promesses des philosophes » (NDM, « Dialogue entre le troisième faux Démétrius et Descartes », II, 249). L’allusion au Discours de la Méthode est transparente. Faut-il y voir une subtilité particulière de Fontenelle, puisque dans ce passage Descartes dénonce justement les fausses promesses des alchimistes13 ?

  • 14  La Pierre  Philosophale, in Fontenelle, Œuvres complètes, éd. par A. Niderst, 9 vol., Paris, Fayar (...)
  • 15  A. Niderst signale qu’il n’y eut que deux représentations : pour lui, l’échec est « retentissant » (...)

27Le second texte n’est pas moins caricatural à propos de la chimie, mais il nous renseigne plus à propos de Fontenelle. Il s’agit d’une pièce de théâtre, la Pierre Philosophale14. Là encore, en l’écrivant, ses auteurs exploitent une veine. Toutefois, la pièce fit un four – sans doute était-elle trop peu originale et trop compliquée15. Il n’en reste plus que l’argument et une préface.

28La Pierre Philosophale a clairement un rôle de dénonciation de la tromperie des alchimistes, identifiés sous la figure des Roses Croix et des cabalistes :

Comme il y a beaucoup de folie parmi ceux qui veulent trouver quelques vérités dans les extravagantes imaginations des Cabalistes, on a cru qu’une satyre (sic) publique était l’unique moyen de les faire revenir dans leur bon sens (Epître au lecteur, OC IX, 277).

29L’effet est le même que le dialogue entre Molière et Paracelse : dénoncer la croyance au moyen de la comédie – et il s’agit du même type de croyance : « les ridicules pensées qu’ils avaient que chaque élément était rempli d’habitants invisibles et qu’ils pouvaient prendre alliance parmi eux, comme sages » (OC IX, 277). A cela s’ajoute, bien entendu, la recherche de la Pierre Philosophale.

30L’argument fait paraître quelques traits saillants : la recherche de la pierre philosophale conduit à la ruine, à cause de la crédulité et de l’obstination de ceux qui s’y adonnent, et en perdent l’esprit. Et puisqu’il s’agit d’une comédie, nous trouvons évidemment le barbon chimiste qui veut marier une belle jeune fille :

M. Maugis étant venu assure Angélique qu’il a trouvé (autant vaut) la Pierre Philosophale et qu’ainsi il va se préparer à l’épouser pour lui faire part de ses richesses. Angélique montrant peu de joie à cette nouvelle, il lui dit que son âge la dégoûte, mais qu’elle ne doit pas craindre de l’épouser vieux, et que la Pierre Philosophale étant une médecine universelle qui a la force de rajeunir, il ne prétend point se marier avec elle qu’il n’ait recouvré ses années (OC IX, 281).

31Voilà une motivation originale dans la recherche chimique – le désir qui finit par devenir franchement lubrique de Maugis. Il ne sera possible de lui faire renoncer à Angélique qu’en fournissant un autre objet à son désir : une « gnomide » gardienne de trésor. Pour cela, l’amant d’Angélique aidé de l’un des ses amis, le bien nommé Comte de Gabalis, utilisent la crédulité de Maugis. Ils montent un spectacle – une machination au plein sens du terme – destiné à lui faire croire qu’il a trouvé un trésor et qu’il pourra posséder sa gnomide à condition de rester pur c'est-à-dire de renoncer à Angélique. Il s’agit bien d’une machination. Maugis est victime en effet d’un spectacle de théâtre, qui n’est évidemment pas un secret pour le spectateur, prévenu : ainsi le Chevalier amant d’Angélique explique-t-il…

… qu’il aime Angélique et que rien ne coûtant à un amant, il a fait réparer des machines de toutes manières chez le comte de Gabalis pour le succès d’un dessein qui lui assure la possession de sa maîtresse (OC IX, 288).

32Maugis va donc assister à un spectacle qu’il croit magique, mais dont le spectateur voit les ressorts – dramatiques sans doute, mais aussi réels : on sait que c’est une mise en scène et que tout fonctionne de façon mécanique. Finalement, il se pourrait bien que soient illustrées non sans ironie les déclarations qui ouvrent les Entretiens sur la pluralité des mondes. Le monde visible est une scène de théâtre dont la machinerie est cachée :

Je me figure toujours que la nature est un grand spectacle qui ressemble à celui de l’opéra. Du lieu où vous êtes à l’opéra, vous ne voyez pas le théâtre tout à fait comme il est : on a disposé les décorations et les machines pour faire de loin un effet agréable et on cache à votre vue ces roues et ces contrepoids qui font tous les mouvements.

33Tout en félicitant la marquise de trouver que la nature est d’autant plus admirable que son ordre repose sur une simple mécanique, Fontenelle conclut :

Je ne sais pas, lui répondis-je, qui vous a donné des idées si saines ; mais en vérité, il n’est pas trop commun de les avoir. Assez de gens ont toujours dans la tête un faux merveilleux, enveloppé d’une obscurité qu’ils respectent. Ils n’admirent la Nature que parce qu’ils la croient une espèce de magie où l’on n’entend rien ; et il est sûr qu’une chose est déshonorée auprès d’eux, dès qu’elle peut être bien conçue. Mais Madame, continuai-je, vous êtes si bien disposée à entrer dans tout ce que je veux dire, que je crois que je n’ai qu’à tirer le rideau et à vous montrer le monde (OC II, 20-22).

34Cette fois, le théâtre montre les rouages du spectacle dans le spectacle. Du coup, la fausseté de cette magie est clairement manifestée – mais ainsi doivent disparaître les folles croyances des alchimistes. Les mystères sont révélés pour ce qu’ils sont : rien d’autre qu’un effet de machine. Bref, dans la Pierre Philosophale, Fontenelle lève le rideau du théâtre, dévoilant en même temps que le monde la crédulité des alchimistes.

  • 16  Les deux allusions les moins vagues sont les suivantes. Mercure est une planète trop chaude ; Font (...)

35Voilà épuisées les rares références à la « chimie » dans l’œuvre personnelle de Fontenelle, mises à part quelques vagues allusions dans les Entretiens sur la pluralité des mondes (ce sont des artifices fictionnels qui permettent d’imaginer que les planètes sont habitables : il n’est pas question d’exposer une théorie chimique ou de présenter une hypothèse16). Clairement, il ne traite que d’une certaine chimie – dont la seule source est déjà une satire. Et surtout, il ne se place pas sur le terrain scientifique. Dans les deux œuvres, ce qui importe c’est la comédie : le ridicule tue plus sûrement que la patiente réfutation.

Fontenelle et la question de la transmutation : tradition et nouveauté à l’Académie Royale des Sciences

36Si ces textes montrent ce que Fontenelle connaît et pense de la chimie avant d’entrer à l’Académie Royale des Sciences, on conçoit l’inconfort de sa position : défendre une chimie qu’il ne connaît pas et dont il est difficile de penser plus de mal. Il doit donner une image lisse de la chimie. Cela veut dire éviter autant que possible le sujet de la transmutation. C’était pourtant quasiment impossible. Bien que ce sujet fût interdit à l’Académie, il est bien certain qu’il occupait les esprits.

  • 17  Il se peut que cette estime ait été aussi une affaire personnelle : il semble que Homberg ait soig (...)
  • 18  L. Principe, « Wilhelm Homberg: Chymical Corpuscularianism and Chrysopoeia in the Early Eighteenth (...)
  • 19  Dès 1705, Homberg déclare : « il ne servira de rien de dire ici qu’il n’y a qu’une très petite qua (...)
  • 20  Cf. R. Franckowiak et L. Peterschmitt, « La chimie de Homberg… », art. cit.
  • 21  Voir l’article de F. Pépin dans ce numéro. Ajoutons par ailleurs que Homberg ne contrevient pas à (...)
  • 22  « Pour éviter toute équivoque, je n’appellerai Mercure que ce qu’on appelle ordinairement vif-arge (...)

37La question de la transmutation permet de bien saisir l’inconfort de Fontenelle. Nous prendrons deux exemples. De façon générale, quelle que soit l’estime en laquelle il tient Homberg17, Fontenelle ne rend pas compte des mémoires composant les Essais de chimie, hormis la présentation très rapide qu’il en propose en 1702. Or en 1705 et 1709, ce choix prend une signification particulière. Dans le compte rendu des premiers Essais de Homberg, Fontenelle salue un perfectionnement de la chimie. Or ce choix est ambigu. Homberg propose une opération de fabrication de l’or, à partir d’un mercure très préparé : il la mentionne en 1705 dans son article sur le Soufre Principe, et il y revient plus longuement en 1709 dans son article sur le mercure. L. Principe a montré que l’opération de Homberg retient de nombreux traits de la tradition attaquée par Fontenelle – ne retenons (à charge) que les diverses couleurs qui signalent l’évolution du mercure qui sert de base à la fabrication de l’or18. Mais d’un autre côté, le mémoire de Homberg n’est pas celui d’un charlatan. L’opération ne peut avoir qu’un usage tout à fait théorique, étant donné son coût19. Cette lucidité éloigne de ce que Fontenelle dénonce dans ses œuvres. Et surtout, Homberg donne un modèle parfaitement mécaniste de cette opération. Si en général, de tels modèles donnent un cadre vraisemblable aux opérations de Homberg, attestant qu’elles conviennent à la réalité physique (c'est-à-dire qu’elles sont effectivement possibles), dans ce cas, Homberg n’hésite pas déclarer que son modèle est vrai20. Cette position pourrait pourtant bien convenir à Fontenelle21. Par ailleurs, en 1709, Homberg semble consacrer la fin du principe mercuriel, en affirmant qu’il doit être possible de décomposer le mercure. Certes, il admet n’être pas parvenu à cette décomposition ; ce pourquoi Homberg choisit malgré tout de le considérer comme un principe22. Cela aurait dû intéresser Fontenelle puisque c’est une remise en cause de la chimie traditionnelle assez directe.

38Fontenelle choisit donc de ne pas rendre compte de ce mémoire, malgré ce qu’il aurait pu y trouver en faveur de sa conception du savoir. Il est vrai que dans ce cas précis, il n’est pas certain qu’il lui aurait été possible d’exercer son droit de rédacteur en sélectionnant ce qui l’intéressait. L’opération de production d’or est absolument centrale dans le mémoire de Homberg. Or elle pose problème à cause de la polémique entre Geoffroy et Lémery autour de la production du fer.

  • 23  Cf. B. Joly, « Quarrels between Etienne-François Geoffroy and Louis Lémery at the Académie Royale (...)

39Nous ne revenons pas sur la querelle proprement dite, que B. Joly a étudiée en détail23. Seules nous intéressent les interventions de Fontenelle, dans la mesure où elles montrent une oscillation de sa part. En 1704, Geoffroy annonce avoir  produit du fer. Fontenelle voit immédiatement les enjeux de ce type de déclaration. Et il conclut sa présentation ainsi :

Si la composition de ce métal était une fois bien sûrement développée apparemment ce serait un degré pour passer à celle des autres métaux. La chimie ne se peut rien proposer de plus grand ni de plus difficile que de les connaître jusque dans leurs principes ; et peut-être après cela ce fameux objet de tant de recherches inutiles cesserait-il d’être chimérique (HARDS 1704 (1745), 39).

  • 24  Nous suivons B. Joly, « Quarrels between Geoffroy and Lémery… », op. cit., p. 206-207.

40L’ironie de Fontenelle est assez évidente24. Il faut souligner ce qu’elle peut avoir de déplacé dans le cadre de ces publications – c’est l’un des très rares endroits où Fontenelle se permet une telle attitude. Si par ailleurs il lui arrive de ne pas être d’accord, il en fait état, mais en général en proposant un argument. Mais il n’y a que de l’ironie ici, pas de réfutation. Il est vrai que l’affirmation de Geoffroy est gênante pour Fontenelle, si sa tâche est de présenter une chimie débarrassée de la chrysopée.

  • 25  « Jusqu’à présent, l’Académie des Sciences ne prend la nature que par petites parcelles. Nul systè (...)

41Un an plus tard, l’ironie a disparu, pour laisser place à la prudence. Mais c’est une prudence toute méthodologique, qui suit les indications de la préface de 169925. Geoffroy cherche à savoir s’il peut y avoir des cendres qui ne contiennent pas de fer. Fontenelle conclut ainsi :

Il n’est guère vraisemblable que ces parcelles de fer pesantes comme elles sont et si peu homogènes à la sève des plantes aient pu monter avec elle dans le bois dont on a fait les cendres. Serait-ce donc que toutes les fois que du bois brûle, il se produit un fer par le mélange des trois matières dont il est formé. M. Geoffroy commence à le conjecturer et rien ne s’accorderait mieux avec la pensée qu’il a déjà eue sur son fer artificiel, mais avant toute chose il faut être bien sûr s’il n’y a point de cendres sans fer. Ne point précipiter les systèmes est une des grandes difficultés de la philosophie (HARDS, 1705 (1730), 65).

42Fontenelle  se contente d’opposer à Geoffroy la difficulté que ce dernier soulève, en reprenant à son compte une remarque très générale de méthode. Dans le même ordre d’idée, il aurait pu signaler aussi que les expériences ne sont jamais sûres ou encore que l’on peut toujours se tromper. En somme, l’argument reste assez faible – et sans trop forcer le texte, on peut avoir l’impression que Fontenelle cherche des raisons de ne pas croire Geoffroy. En tout état de cause, il n’y a plus d’ironie ; et cela peut signifier que la « chimère » dénoncée l’année précédente pourrait prendre corps.

43Or en 1706, Lémery prend position contre Geoffroy. Fontenelle rend assez objectivement compte du mémoire de Lémery. Mais il ne prend pas position. Au contraire, il souligne clairement les enjeux de la discussion :

Il faut donc ou que quelqu’autre matière que le fer puisse être attirée par l’aimant, ou qu’il se forme du fer par la calcination qui fait les cendres, ou qu’enfin il soit réellement contenu dans les plantes, et même dans quelques parties d’animaux. M Lémery le fils tient pour le dernier parti (HARDS 1706 (1731), 38)

44Selon Fontenelle, Lémery prouve que le fer peut passer dans les tuyaux des plantes, puisqu’il peut se diviser en parties suffisamment petites, dans une solution par exemple. A cette occasion, Lémery produit une végétation métallique qui témoigne de cette possibilité. Contre la vraisemblance invoquée par Geoffroy, Lémery invoque essentiellement une possibilité qu’une expérience curieuse semble soutenir.

45C’est en 1707 que les choses deviennent parfaitement claires. Dans un très long compte rendu, Fontenelle rappelle la polémique entre les deux chimistes. Et l’on voit l’attitude de Fontenelle changer. Il commence son compte rendu de façon étonnante :

Il est bon qu’il naisse des contestations dans l’Académie, et peut-être n’y sont-elles que trop rares. L’intérêt particulier de prouver ce que l’on pense anime et échauffe l’amour que l’on a en général pour la vérité (HARDS, 1707 (1730), 43).

46C’est une déclaration, à notre connaissance, assez isolée. Si effectivement Fontenelle dit prendre plaisir à la polémique entre des chimistes, il faut bien voir ce qui lui fait plaisir : c’est essentiellement de voir Geoffroy contesté. Fontenelle trouve un sol relativement solide pour pouvoir assurer sa tâche – donner une image plus lisse de la chimie. De fait, le compte rendu semble équilibré. Mais Fontenelle retrouve de son ironie. A propos de Geoffroy, il conclut ainsi :

Voilà jusqu’où ce fer artificiel a élevé les idées et les espérances de son auteur, mais il faut avouer que ce ne sont encore que des idées et des espérances ; il reste bien des difficultés à surmonter.

47Et Fontenelle consacre sa conclusion à Lémery, en lui accordant ainsi de fait une forme de préséance :

M. Lémery promet encore des réponses plus précises au système de M. Geoffroy, mais des réponses que l’on veut fonder sur des faits et des expériences demandent un peu plus de temps que si elles ne devaient rouler que sur des tours ingénieux (HARDS 1707 (1730), 45).

48La remarque à propos de Geoffroy n’est pas bien loin de rappeler les chimères de la chimie. Soulignons au passage que désormais, selon Fontenelle, Geoffroy a établi un « système » ce qu’il aurait sans doute dû éviter. Bref, il se pourrait bien que, du moins aux yeux de Fontenelle maintenant, il se soit précipité. De son côté, la réfutation que propose Lémery n’est plus guère qu’une question de temps. La présentation n’est en réalité que faussement équilibrée. Fontenelle a pris position.

49Celle-ci est confirmée en 1708. Au terme d’un long compte rendu, Fontenelle conclut :

Ainsi selon M. Lémery, le fer que l’on pourrait se flatter d’avoir produit en quelques occasions n’est qu’un fer légèrement déguisé que l’on fait reparaître et il n’est pas encore temps de concevoir l’agréable espérance de la production artificielle des métaux (HARDS1708 (1730), 65).

  • 26  Et Fontenelle est, là encore, ironique, comme le souligne B. Joly (« Quarrels between Geoffroy and (...)

50Fontenelle manie assez bien la rhétorique pour que chacun des termes ici porte durement26. Il polémique comme à notre connaissance il ne se le permet jamais ailleurs – le plus souvent, lorsqu’il souligne une erreur, il essaie en même temps de l’excuser ou de lui rendre une importance. Là, Fontenelle semble bien triompher en soulignant que le fer n’est que « légèrement déguisé » – un chimiste aguerri aurait dû le voir. Or si dans son mémoire Lémery n’est pas tendre avec Geoffroy, il ne va pas jusqu’à faire ce genre de remarques. Et l’année suivante Fontenelle revient encore sur la question en rendant compte d’un mémoire de Geoffroy :

Cette conclusion lui était fort favorable dans sa contestation avec M. Lémery le fils, exposées dans les Histoires précédentes, car il n’était plus du tout merveilleux que des Plantes brûlées produisissent quelques atomes de fer. Cependant M. Geoffroy a déclaré qu’il ne prétendait point que les expériences que nous avons rapportées ni même que les raisonnements qu’il aurait employés prouvassent rien de décisif en sa faveur et qu’enfin il ne regardait son opinion que comme une opinion à laquelle il ne désirait rien que la vraisemblance. Il y a peu de matières en physique qui ne donnassent lieu à des philosophes sensés d’en dire autant (HARDS 1709 (1732), 37-38).

51Mais Geoffroy ne dit rien de tel dans son mémoire – il ne rappelle même pas la polémique et il n’est à aucun moment question de la génération des métaux, seulement de leur composition. C’est évidemment un enjeu de la querelle. Mais Geoffroy ne semble pas soucieux de la reprendre. On peut voir dans cette conclusion de Fontenelle un rappel à l’ordre, sous couvert d’un compliment à propos de la prudence de Geoffroy. Par contraste, il arrive aussi que Fontenelle salue l’audace d’une hypothèse, en physique  par exemple, à propos des végétations métalliques, Louis Lémery « hasarde » l’idée selon laquelle le fer peut contribuer à ce que la sève s’élève dans les plantes et que c’est lui qui donne leur forme aux branches ; Fontenelle commente ainsi :

Mais cette pensée est encore trop nouvelle et même trop contraire à plusieurs apparences assez fortes pour être proposées sans beaucoup de défiance. Il est bon qu’on en hasarde quelque fois de cette espèce, comme les Médecins hasardent des remèdes, mais il faut à leur exemple y apporter les précautions nécessaires (HARDS 1706 (1731), 39-40)

52Ce n’est guère dire autre chose que ce qu’il dit à propos de Geoffroy, mais si en 1709 Fontenelle loue la prudence, en 1706 il semble plutôt faire l’éloge de la hardiesse, alors que l’on pourrait, d’un strict point de vue argumentatif, attendre l’inverse : la position de Geoffroy est plus solide que celle de Lémery.

  • 27  Sur le statut du mécanisme chez Fontenelle, voir l’analyse de F. Pépin dans ce numéro.

53Dans la conclusion de cette querelle, Fontenelle prend un ton grand seigneur. Nous l’avons dit, il donne le sentiment de triompher : les chimères de la chimie ne sont pas près de devenir réalités. Il faut se rappeler que Fontenelle ne dit rien de tout cela à propos de la transmutation décrite par Homberg dans ses mémoires ; il est vrai qu’à ce moment, rien ne vient contester le propos de Homberg. Cette modification du ton de Fontenelle semble indiquer que les travaux de Geoffroy l’ont mis mal à l’aise. Mais il parvient finalement à lisser l’image de la chimie – entendons, encore une fois, récuser ses chimères. C’est à ce moment une position de type mécaniste qui lui permet de le faire. Nous n’entendons pas par là que Lémery a été le bras armé de Fontenelle (et du règlement de l’Académie). Il n’est en effet pas du tout certain que ce mécanisme soit le dernier mot de Fontenelle27. C’est néanmoins à ce moment, une possibilité dont il se saisit.

La place de la chimie : Fontenelle et les affinités

54La façon dont Fontenelle prend position au cours de la querelle entre Geoffroy et Lémery montre qu’à ses yeux la chimie est encore une science qui se cherche en ce début du XVIIIe siècle – ou du moins que lui recherche. Or, si la lecture que nous avons proposée de cette querelle est correcte, cela veut dire que la réduction mécaniste n’est pas nécessairement la seule option possible pour que la chimie devienne une science. On peut en effet considérer que cette polémique a lieu dans un moment où la chimie se déprend de sa tradition, sans pour autant trouver de cadre qui lui soit propre. Le mécanisme est une possibilité. Mais ce n’est pas nécessairement la seule.

  • 28  Cf . R. Franckowiak, Le Développement des Théories du Sel dans la Chimie française de la fin du XV (...)
  • 29  Voici ce que déclare Lémery : « Depuis que la difficulté qu’on a trouvée jusqu’ici à expliquer méc (...)

55Pour le montrer, il faut revenir sur une autre polémique entre Geoffroy et Lémery. Toutefois, si l’on se contente de suivre les comptes rendus, cette polémique n’a pas eu lieu. Alors que Fontenelle avait salué la discussion à propos de la production du fer, cette fois il la passe sous silence, comme s’il ne voulait pas qu’elle ait lieu. En 1734, Fontenelle rend compte de façon tout à fait paradoxale d’un mémoire de Lémery. En premier lieu, il ajoute des considérations mécanistes qui ne sont pas dans le mémoire de Lémery – notamment touchant la figure des acides, conçus comme des pointes : en 1734, cela fait quelques années que Lémery n’utilise plus cette « imagerie »28. Fontenelle donne donc ses propres explications, qu’il juge à même de rendre plus intelligible le propos du chimiste, ceci conformément au projet qui gouverne l’écriture de l’Histoire de l’Académie des Sciences. L’omission à présent : dans ce mémoire, Lémery critique vertement les tables de rapports, en soulignant que cette façon de faire de la chimie ne produit aucune explication, et ne permet pas de comprendre les phénomènes29. De cette critique, on ne trouve pas trace dans le compte rendu. On peut y voir un signe de ce que Fontenelle n’approuve pas forcément la polémique – du moins il ne juge pas utile d’en faire état, parce que les deux approches des phénomènes chimiques restent valides à ses yeux.

56Est donc significative cette fois une polémique qui n’a pas eu lieu, et dont Fontenelle fait tout pour qu’elle n’ait pas lieu – même s’il renforce le propos de Lémery en le faisant plus mécaniste qu’il n’est en réalité (et donc, peut-on penser, plus anti-affinitaire). Fontenelle traite les deux approches à égalité. C’est sur cette validité de la recherche des rapports ou des affinités que nous nous pencherons à présent. Pour Fontenelle en effet, la déclaration est bien connue, mais il faut bien mesurer ce que cela signifie, la table des rapports proposée par Geoffroy fournit à la chimie une « loi fondamentale » comme l’écrira Fontenelle dans son Éloge de Geoffroy.

57Si Fontenelle avait été le mécaniste que l’on dit, on imagine que sa réaction à la lecture de la table des rapports et à la recherche des rapports aurait dû ressembler à celle de Lémery. Or rien ne l’indique, bien au contraire. Au contraire, il prend soin de défendre les travaux de Geoffroy contre toute interprétation en termes d’attraction. Cela lui permet certes de récuser l’une de ses bêtes noires – l’attraction newtonienne. Certes, comme il le soulignera dans l’Éloge de Geoffroy, la Table des rapports a soulevé certaines réticences :

Il donna en 1718 un système singulier et une table des affinités ou rapports des différentes substances en chimie. Ces affinités firent de la peine à quelques-uns, qui craignirent que ce ne fussent que des attractions déguisées, d’autant plus dangereuses que d’habiles gens ont déjà su leur donner des formes séduisantes ; mais enfin on reconnut qu’on pouvait passer par-dessus ce scrupule, et admettre la table de M. Geoffroy, qui bien entendue et amenée à toute la précision nécessaire, pouvait devenir une loi fondamentale des opérations de chimie et guider avec succès ceux qui travaillent (« Éloge de Geoffroy », HARDS, 1731 (1734), 99)

58Il est même possible que Fontenelle ait fait partie de ceux qui ont éprouvé un scrupule, au moins à la toute première lecture. Mais il est bien vite balayé par Fontenelle lui-même. Fontenelle non seulement ne commet pas la confusion, mais en outre, il prend le temps de la récuser dès 1718 dans le compte rendu qui accompagne le mémoire de Geoffroy :

On imagine d’abord que le second métal convenait mieux au dissolvant que le premier qui en avait été abandonné ; mais quel principe d’action peut-on concevoir dans ce plus de convenance ? C’est ici que les sympathies et les attractions viendraient bien à propos si elles étaient quelque chose. Mais enfin, en laissant pour inconnu ce qui l’est et en se tenant aux faits certains, toutes les expériences de la Chimie prouvent qu’un même corps a plus de disposition à s’unir à l’un qu’à l’autre, et que cette disposition a différents degrés (HARDS, 1718 (1741), 36)

59Or Geoffroy ne dit rien de tel dans son mémoire : il n’aborde même pas la question, en se contentant de définir ce qu’il entend par « rapport », puis en donnant des explications tout à fait techniques sur la façon dont il a procédé. La remarque est purement de Fontenelle.

60Mais il faut aller un peu plus loin. Cette distinction que produit immédiatement Fontenelle implique une certaine forme d’autonomie de la chimie : la table des rapports la constitue comme un savoir autonome. La chimie n’a pas à être mécaniste ; mais elle n’est pas non plus dérivable de la mécanique newtonienne. C’est le sens d’une objection qu’il fait à Maupertuis en 1732, à propos d’un mémoire sur l’attraction. Fontenelle y juge sévèrement les tentatives d’étendre l’attraction newtonienne aux phénomènes chimiques :

Quelque parfaite que puisse être pour le géométrique la Théorie de l’Attraction, il est aisé de s’apercevoir que l’application à la Nature en sera toujours difficile, et surtout le choix de la véritable Loi primitive de l’Attraction. Celle de la raison renversée des carrés des distances réussit dans l’Astronomie physique et tout le monde sait avec quelle adresse infinie et quel succès M. Newton l’a maniée. D’autres savants anglais ont cru avec beaucoup de raison qu’elle devait s’étendre aussi aux phénomènes terrestres, principalement aux Chimiques, qui portent avec eux une idée d’attraction sans comparaison plus frappantes que tous les phénomènes célestes. Avec quelle impétuosité certains Acides vont-ils pénétrer les Alkali qui leurs sont propres ! quelle tempête dans le Vaisseau ! mais tout cela est trop violent pour le système qu’il paraîtrait favoriser. Quoiqu’il soit bien sûr que l’Attraction est la plus forte qu’il soit possible dans le contact des deux Corps, elle l’est trop ici, par rapport à la petitesse des accroissements qu’elle aurait pris en dehors de ce contact. Il faudrait, selon M. Newton, que l’Attraction primitive fut en raison renversée non pas des carrés des distances mais de leurs cubes ou même des 4èmes puissances, ce qui lui donnerait des accroissements plus grands et plus rapides. Ce sera l’affaire des Physiciens de faire voir qu’une certaine Attraction primitive supposée satisfait à tous les phénomènes, tant terrestres que célestes. Les Physiciens n’ont pas à craindre de manquer d’occupation, les Géomètres en manqueraient plutôt (HARDS 1732 (1735), 116-117).

  • 30  Théorie des tourbillons, Réflexions sur la théorie précédente, VII, OC VII, 457.

61Fontenelle tient suffisamment à cet argument pour le reprendre dans sa Théorie des tourbillons sous une forme simplifiée : « Du moins est-il bien certain que cette loi des carrés ne suffirait pas pour expliquer plusieurs phénomènes de chimie si violents que les plus hautes  puissances de l’attraction ne sembleraient qu’à peine y pouvoir atteindre. Cette loi des carrés n’est donc pas une loi générale de la Nature »30. Cette reprise permet de mieux voir les implications de ce que Fontenelle écrit dans l’Histoire. En 1732, il est question des affinités, qui disparaissent ici pour laisser place à la seule violence des phénomènes. Fontenelle y insiste bien premièrement en soulignant que les phénomènes chimiques semblent appeler la notion d’attraction (ce qu’il soulignait déjà en 1718 et qu’il avait repris en 1731) ; d’autre part il signale que certains acides ont des alkalis propres. Fontenelle veut différencier les affinités ou les rapports de l’attraction newtonienne.

62Cette chimie des rapports est un savoir légitime aux yeux de Fontenelle. La table donne aux yeux de Fontenelle un cadre dans lequel les chimistes peuvent travailler – et il semble bien considérer que ce cadre est une véritable nouveauté, qu’il convient de saluer à sa juste valeur. En tout cas, il permet de sortir de la chimie traditionnelle des principes, mettant fin aux difficultés et aux hésitations examinées tout à l’heure. Bref, cette table donne effectivement l’image lissée d’une chimie nouvelle – plus que celle de Homberg, évidemment.

  • 31  Cf. L. Peterschmitt, « The ‘Wise Pyrrhonism’ of The Académie Royale des Sciences of Paris: Natural (...)

63On pourrait cependant encore objecter que cette loi fondamentale n’est rien de plus qu’un ensemble de relations empiriques. Cela ne suffit pas à fonder la chimie comme une science autonome, puisqu’il resterait possible voire nécessaire de passer à un niveau théorique supérieur : l’explication mécaniste des phénomènes. En somme, on pourrait reprendre l’articulation entre chimie et physique que Fontenelle ne cesse d’opposer à la chimie « traditionnelle » (la chimie des principes). La Table des rapports ne serait qu’une forme de pis aller en attendant mieux. Bref, on ne trouverait toujours pas là de véritable chimie : elle ne serait qu’une science empirique, livrée aux aléas de l’expérience, que Fontenelle connaît bien et souligne à loisir31.

  • 32  Cf. L. Peterschmitt, « Fontenelle, The Idea of Science… », op. cit., p. 379 et sq.

64Il est de fait que Fontenelle ne dit jamais cela. Et il considère que l’usage des rapports ou des affinités permet effectivement de donner des explications32. En somme, la table des rapports permet de montrer qu’il y a de l’ordre dans la nature. A sa façon, elle introduit l’esprit de géométrie dans la chimie – non sans doute en réduisant cette dernière à la géométrie, c’est pour Fontenelle chose impossible. Mais précisément, en reprenant ce qui de cet esprit est le plus important :

L’esprit géométrique n’est pas si attaché à la géométrie qu’il n’en puisse être tiré, et transporté à d’autres connaissances. Un ouvrage de Morale, de Politique, de Critique peut-être même d’Eloquence en sera plus beau, toutes choses d’ailleurs égales, s’il est fait de main de géomètre. L’ordre, la netteté, la précision, l’exactitude qui règnent dans les bons livres depuis un certain temps, pourraient bien avoir leur première force dans cet Esprit géométrique, qui se répand plus que jamais, et qui en quelque façon se communique de proche en proche à ceux même qui ne connaissent pas la Géométrie (HARDS 1699 (1732), Préface, XVII)

65C’est précisément de cet esprit que Geoffroy a su faire preuve :

Si la Physique ne saurait arriver à la certitude des Mathématiques, du moins ne peut-elle faire mieux que d’en imiter l’ordre. Une Table chimique est par elle-même un spectacle agréable à l’Esprit, comme serait une Table des Nombres ordonnés suivant certains rapports ou certaines propriétés (HARDS 1718 (1740), 37)

66Geoffroy a trouvé le principe d’une mise en ordre rigoureuse des phénomènes et des connaissances. Aux yeux de Fontenelle, il se pourrait bien que ce soit là ce que la chimie puisse espérer de mieux. La faute n’en revient pas à la chimie comme discipline. La difficulté affecte en réalité la physique dans son ensemble. La conclusion du compte rendu de 1718 est à cet égard tout à fait significative : elle semble aussi vouloir dire que la chimie telle que la pratique cette table se confond avec la physique. Autant dire qu’elle est parvenue pleinement au statut de science.

67Les difficultés de la chimie, si l’on suit ces indications, ne sont donc plus, en général que celles de la physique dans son ensemble. Fontenelle ne dit pas autre chose quand en 1720 il rend compte de la façon dont Geoffroy répond à un certain nombre d’objections :

Si l’on proposait autant de Problèmes en Chimie qu’en Géométrie, ils seraient encore plus difficiles à cause de l’extrême complication des matières, et plus embarrassants, parce que la signification des termes n’est pas si exactement déterminée (HARDS 1720 (1722), 36).

  • 33  Dans ce numéro.

68Ces deux difficultés sont en réalité les mêmes. La signification d’un mot en chimie est ce à quoi il se réfère ; mais la détermination précise en est soumise aux incertitudes de l’expérience. Pour dire les choses autrement, la supériorité de la géométrie est essentiellement due au fait qu’il n’y a dans les mathématiques rien de plus que ce que nous y mettons. Il serait donc vain de prétendre à cette perfection dans la physique (ou la chimie). En somme, la chimie reste confrontée à l’obscurité de la nature, la plus difficile à dissiper, comme le soulignait Fontenelle dans sa courte présentation des Essais de chimie de Homberg. Mais avec les affinités, la chimie est sortie de l’obscurité affectée de l’ancienne chimie. En somme, avec sa table des rapports, Geoffroy achève ce que Fontenelle avait aperçu chez Lémery et Homberg. De fait, si effectivement, comme le montre F. Pépin33, le corpuscularisme mécaniste vaut « comme soutien à l’effort proprement chimique de théorisation à partir d’une pratique expérimentale », alors on peut comprendre que la Table des rapports est une seconde étape vers la réalisation de la chimie comme science de plein droit, puisqu’elle découvre un moyen de fournir ses propres explications ordonnées à sa pratique. Bref, la chimie ne peut plus que se perfectionner elle-même.

Conclusion

69La position de Fontenelle est clairement une position acquise au cours du temps. Il n’est pas certain que l’on puisse réellement parler d’évolution : Fontenelle ne renonce pas au mécanisme ; mais il ne lui donne jamais non plus une valeur telle qu’il ne lui soit pas possible d’admettre d’autres possibilités, proprement chimique. S’il est critique face à la chimie, cette critique s’adresse essentiellement à ce qu’il identifie comme la chimie ancienne. Ce peut être à la façon biaisée de ses œuvres personnelles. Mais, ce que Fontenelle écrit dans les années 1680 n’est pas incompatible avec la façon dont il comprend la chimie après la Table des rapports. Dès lors, les hésitations des années qui précèdent la Table des rapports sont d’autant plus intéressantes. Fontenelle se doit de justifier aussi l’existence de la chimie comme science. Mais si c’est une science qu’il connaît mal, il fait l’effort de la chercher. Cela ne va pas sans tensions – il reconnaît ou croit reconnaître des éléments qui ne lui conviennent guère, ni personnellement ni comme Secrétaire de l’Académie. A ce double titre les questions liées à la transmutation lui sont insupportables. Cependant, Fontenelle semble clairement accompagner et essayer de rendre compte de l’évolution de cette science.

70Dans cette mesure, il est prêt à prendre acte des nouveautés ou de ce qu’il estime être tel. Le mécanisme est une façon de mettre la chimie sur la voie de la science, et Fontenelle y insiste tant et plus, saluant tout effort mécaniste. Il serait cependant partiel de s’en tenir là. En 1718, Geoffroy propose une autre façon de faire de la chimie. Fontenelle la reconnaît me semble-t-il de façon assez objective, et il l’admet. Bien entendu, il est difficile de savoir ce qu’il pensait vraiment – mais du moins ses comptes rendus accordent-ils que cette façon de faire est authentiquement scientifique. La Table des rapports de Geoffroy est une expression de ce qu’est l’esprit systématique – distinct de l’esprit de système, qui prétend trop vite donner les causes des phénomènes physiques. Il se pourrait même que l’un des intérêts de la Table des rapports est qu’elle interdise cet esprit de système, puisque Geoffroy choisit de ne rien dire des causes. Il est certes impossible de renoncer au mécanisme pour Fontenelle. Mais celui-ci se voit sérieusement concurrencé. Et si l’on considère que la connaissance des causes mécaniques reste toujours hypothétique – car il y a toujours plusieurs romans possibles –, la Table des rapports donne quant à elle une véritable connaissance. Peut-être Fontenelle le regrette-t-il ; mais il semble l’admettre, faisant des affinités l’avenir de la chimie. C’est un sens possible de ce qu’il déclare à propos de la base du sel d’Espagne, dont il souligne que Boulduc a montré que c’est la même que celle du sel marin, ce qui ne dit rien de ce qu’elle est en elle-même : « Nous ne sommes guère faits que pour apercevoir les rapports et non pas le fond des choses (HARDS 1724 (1726), 57). »

Haut de page

Notes

1  Cf. L Principe, « A Revolution Nobody Noticed? Changes in Early Eighteenth-Century Chemistry », in L.M. Principe (ed.), New Narratives in Eighteenth-Century Chemistry: Contributions from the First Francis Bacon Workshop, 21-23 April 2005, California Institute of Technology, Pasadena (Cal.), New-York, Springer Verlag, 2007, p. 10-11.

2  L. Principe, « Transmuting Chymistry into Chemistry: Eigthteenth-Century Chrysopoeia and Its Repudiation », in J-R. Bertomeu-Sanchez, D.T. Burns and B. Van Tiggelen (eds.), Neighbours and Territories. The Evolving Identity of Chemistry, Louvain-la-neuve, Mémosciences asbl, 2008, p. 23 ; L. Principe développe son analyse plus avant dans « A Revolution Nobody Noticed… », que nous suivons ici.

3  En 1699, l’Académie Royale des Sciences est renouvelée, car on la jugeait trop peu productive sous sa forme précédente. L’institution est dotée d’un nouveau règlement, qui fixe le nombre et le statut des Académiciens, en leur fixant notamment des obligations de déclaration des travaux. Par ailleurs, est prévue la publication annuelle d’une sélection de mémoires et d’une histoire : il s’agit de rendre publics les travaux, de façon à justifier l’existence de l’institution. Bien entendu, cette refondation prend son sens dans le contexte de la politique de prestige royal. Cf. S. Mazauric, Fontenelle et l’invention de l’histoire des sciences à l’aube des Lumières, Paris, Fayard, 2007, p. 58 et sq.

4  Histoire de l’Académie Royale des Sciences, avec les Mémoires de mathématiques et de physique pour la même année, tirés des Registres de l’Académie, pour l’année 1699, Paris, 1732, Préface, I-III. Désormais nous indiquerons dans le texte HARDS suivi de la date, de l’année de publication et de la page pour la partie concernant l’Histoire, et MARDS suivi de la date, de l’année de publication et de la page pour la partie constituée des mémoires

5  Voir son article dans ce numéro.

6  Ce n’est pas nécessairement de la faute des chimistes : la nature reste obscure pour Fontenelle. Voir L. Peterschmitt, « Fontenelle, The Idea of Science and the Spirit of Chemistry  », in M. Lopez-Perez, Didier Kahn and. M-R. Bueno (eds.), Chymia. Science and Nature in Medieval and Early Modern Europe, Newcastle upon Tyne, Cambridge Scholars Publishing, 2010, p. 367-385 ; ainsi que F. Pépin, « Fontenelle et l’intelligibilité scientifique : des limites de la clarté à l’obscurité naturelle », Revue Fontenelle, 8, 2011.

7  Voici ce que déclare Homberg : « Dans la première signification, les principes de la chimie sont en général ceux de la physique, puisque la chimie est une partie de la physique. Nous ne les examinerons pas ici, étant d’une trop longue discussion ; mais nous les supposons connus, autant qu’il est possible de les connaître, car nous n’avons pas encore pu déterminer rien d’incontestable sur la figure, sur l’arrangement et sur le mouvement des matières premières » (MARDS, 1702 (1743), p. 33)

8  Cf. R. Franckowiak et L. Peterschmitt, « La chimie de Homberg : une vérité certaine dans une physique contestable », Early Science and Medicine, 10 (1), 2005, p. 65-90.

9  Ce n’est pas une remarque isolée : les verres ardents de Tschirnaus sont comme « de nouveaux fourneaux, qui donneraient une chimie nouvelle » (« Eloge de Tschirnaus »  HARDS 1709 (1732), p. 120) ; en 1706, Fontenelle affirme de nouveau cette nouveauté (HARDS 1706 (1731), p. 33). La remarque de 1715 est cependant tardive. Peut-être s’explique-telle par le fait qu’il s’agisse d’un Éloge, ou encore que saluer les verres ardents est un moyen pour Fontenelle de flatter le duc d’Orléans qui les possède. Cependant une telle explication resterait partielle. Fontenelle reprend en fait un thème auquel il a tenu au moment où l’on a commencé à utiliser ces verres à l’Académie.

10  Par commodité, nous désignons ainsi tout ce qui ne relève pas de l’écriture officielle de l’Académie Royale des Sciences.

11  A propos de cette actualité, voir l’introduction que D. Kahn a donnée à son édition de Montfaucon de Villars, Le Comte de Gabalis, Paris, Honoré champion, 2010, p. 79 et sq., ainsi que du même « L’alchimie sur la scène française aux XVIe et XVIIe siècles », Chrysopœia, II (1988), p. 62-96.

12  Nouveaux Dialogues des morts, 2de édition, 2 vol., Lyon, 1683, « Dialogue d’Artémise et Raimond Lulle », vol. II, p. 116 (désormais NDM suivi du vol. et de la page).

13  La déclaration de Descartes se trouve dans le Discours de la méthode, I : « Et enfin, pour les mauvaises doctrines, je pensais déjà connaître assez ce qu'elles valaient, pour n'être plus sujet à être trompé, ni par les promesses d'un alchimiste, ni par les prédictions d'un astrologue, ni par les impostures d'un magicien, ni par les artifices ou la vanterie d'aucun de ceux qui font profession de savoir plus qu'ils ne savent » (in Œuvres  de Descartes, éd. par Adam et Tannery, nouvelle édition en coédition avec le CNRS, Paris, Vrin, 1964-1974, réédition Paris, Vrin, 1996, vol. VI, p. 9).

14  La Pierre  Philosophale, in Fontenelle, Œuvres complètes, éd. par A. Niderst, 9 vol., Paris, Fayard, 1990-2001, vol. IX, p. 277 et sq. (désormais OC suivi du volume et de la page) ; pour une présentation de la pièce, et surrtout de son inscription dans l’actualité, cf. D. Kahn, loc. cit. et art. cit..

15  A. Niderst signale qu’il n’y eut que deux représentations : pour lui, l’échec est « retentissant » (cf. A Niderst, Fontenelle à la recherche de lui-même (1657-1702), Paris, Nizet, 1973, p. 108).

16  Les deux allusions les moins vagues sont les suivantes. Mercure est une planète trop chaude ; Fontenelle fait l’hypothèse qu’il y a des exhalaisons de salpêtre qui la refroidissent, à l’image de ce qui est censé se passer dans certaines contrées de Chine, qui devraient être chaudes mais où les rivières gèlent en été. Cependant, achève Fontenelle en une hypothèse peut-être plus simple et plus raisonnable, « ce qu’il y a de sûr, c’est que la Nature ne saurait faire vivre les gens qu’où ils peuvent vivre, et que l’habitude, jointe à l’ignorance de quelque chose de meilleur, survient, et les y fait vivre agréablement. Ainsi on pourrait même se passer dans Mercure du salpêtre et des pluies » (OC II, 80). Le second exemple concerne Mars qui n’a pas de Lune. Fontenelle imagine des montagnes de phosphore naturel pour remplacer la lumière lunaire et agrémenter les nuits. Cela ne satisfait pas la marquise, pour qui ce manque est une irrégularité dans le système du monde (OC II, 92-93). Ces remarques auraient pu être une occasion d’un développement sur ces objets chimiques et leur explication. Fontenelle n’en a pas besoin, car ils n’interviennent que pour donner au récit un surcroît de plausibilité.

17  Il se peut que cette estime ait été aussi une affaire personnelle : il semble que Homberg ait soigné Fontenelle et, d’après Trublet du moins, l’ait guéri de ses attaques d’épilepsie (cf. A. Niderst, op. cit., p. 363).

18  L. Principe, « Wilhelm Homberg: Chymical Corpuscularianism and Chrysopoeia in the Early Eighteenth Century », in C. Lüthy, J.E. Murdoch, W.R. Newman (ed.), Late Medieval and Early Modern Corpuscular Matter Theories, Leiden-Boston-Köln, Brill, 2001, p. 535-556.

19  Dès 1705, Homberg déclare : « il ne servira de rien de dire ici qu’il n’y a qu’une très petite quantité, peut-être un deux centième du mercure qui devient métal malléable, il suffit qu’il y en ait un peu ; il y en aurait peut-être eu davantage si on l’avait laissé pendant plusieurs années en digestion, ou si on l’avait traité d’une autre manière qui pourrait être meilleure que celle dont on s’est servi » (« Suite des Essais de chimie. Article troisième Du Souphre Principe » MARDS 1705 (1730), 93) ; en 1709, Homberg signale que la transmutation d’argent en or est une « opération […] longue et pénible, mais convaincante » (« Suite des Essais de chimie. Art. IV. Du mercure », MARDS 1709 (1732), 114) : il faut faire fondre de l’argent purifié une centaine de fois en le maintenant chaque fois une heure en fusion (et il faut apparemment travailler avec les verres ardents ce qui complique considérablement la tâche). Homberg propose une seconde opération, moins longue, mais elle ne permet guère que de recueillir des paillettes. Bref, le rendement est pour ainsi dire nul ; mais ce n’est pas cela qui intéresse Homberg.

20  Cf. R. Franckowiak et L. Peterschmitt, « La chimie de Homberg… », art. cit.

21  Voir l’article de F. Pépin dans ce numéro. Ajoutons par ailleurs que Homberg ne contrevient pas à la tradition cartésienne de réduction mécaniste de la chimie : on souligne que la transmutation est possible (il ne s’agit finalement que d’arranger autrement des parties de la matière) d’un point de vue théorique, mais qu’en pratique elle n’est pas réalisable. Il n’y a dans les propos de Homberg pas de quoi heurter un mécaniste. Mais ce n’est pas là l’enjeu.

22  « Pour éviter toute équivoque, je n’appellerai Mercure que ce qu’on appelle ordinairement vif-argent, c'est-à-dire un liquide ressemblant parfaitement à du métal fondu, qui pèse à peu près autant que l’argent et qui ne mouille que les métaux. Quoique je sois persuadé que le Mercure n’a pas le caractère des principes, qui est que sa substance ne puisse par aucune analyse être réduite en des matières plus simples, je le mets néanmoins au nombre de mes principes chimiques, parce que cette analyse n’a pas encore été trouvée, bien qu’il y ait lieu de croire que dans la suite on pourra la trouver, et qu’il en sera rejeté, toutes les apparences étant que le Mercure est un composé » (« Suite des Essais de chimie. Art. IV. Du mercure », MARDS 1709 (1732), 106).

23  Cf. B. Joly, « Quarrels between Etienne-François Geoffroy and Louis Lémery at the Académie Royale des Sciences in the Early Eighteenth Century: Mechanism and Alchemy », in L. M. Principe (ed.), Chymists and Chymistry, Studies in the History of Alchemy and Early Modern Chemistry, Canton (MA), Science History Publications/Chemical Heritage Foundation, 2007, p. 203-214, ainsi que « Chimie et mécanisme dans la nouvelle Académie Royale des Sciences : les débats entre Louis Lémery et Étienne-François Geoffroy », Methodos « Chimie et mécanisme à l’Âge Classique », 8, 2008 (http://methodos.revues.org/1403).

24  Nous suivons B. Joly, « Quarrels between Geoffroy and Lémery… », op. cit., p. 206-207.

25  « Jusqu’à présent, l’Académie des Sciences ne prend la nature que par petites parcelles. Nul système général, de peur de tomber dans l’inconvénient des Systèmes précipités dont l’impatience de l’esprit humain ne s’accommode que trop bien et qui étant une fois établis, s’opposent aux vérités qui surviennent. Aujourd’hui on s’assure d’un fait, demain d’un autre qui n’y a nul rapport. On ne laisse pas de hasarder des conjectures sur les causes, mais ce ne sont que des conjectures. Ainsi le Recueil que l’Académie présente au Public n’est composé que des morceaux détachés et indépendants les uns des autres, dont chaque Particulier qui en est l’auteur garantit les faits et les expériences, et dont l’Académie n’approuve les raisonnements qu’avec toutes les restrictions d’un sage Pyrrhonisme » (HARDS, 1699 (1732), Préface, XIX).

26  Et Fontenelle est, là encore, ironique, comme le souligne B. Joly (« Quarrels between Geoffroy and Lémery… », op. cit., p. 203) ; nous ajoutons que c’est une ironie retrouvée.

27  Sur le statut du mécanisme chez Fontenelle, voir l’analyse de F. Pépin dans ce numéro.

28  Cf . R. Franckowiak, Le Développement des Théories du Sel dans la Chimie française de la fin du XVIe à celle du XVIIIe siècle, Thèse de doctorat, Université Lille 3, 2002, p. 399. Nous lui reprenons également le terme d’imagerie. Cela n’empêche pas qu’il y ait encore bien des tentatives mécanistes à ce moment, mais elles sont tempérées pour ainsi dire par l’usage de la table des rapports.

29  Voici ce que déclare Lémery : « Depuis que la difficulté qu’on a trouvée jusqu’ici à expliquer mécaniquement certains phénomènes chimiques, que nous ferons voir en temps et en lieu être très susceptibles d’une explication de cette nature ; depuis, dis-je, que la difficulté apparente d’expliquer mécaniquement certains phénomènes a donné lieu d’imaginer pour cela et d’introduire en chimie le système des attractions, qui, à vrai dire, est moins une explication qu’un aveu ou une déclaration formelle de l’impossibilité où l’on croit être de rendre une raison claire et satisfaisante des effets dont il s’agit ; enfin depuis que le systèmes des attractions a fait naître l’idée d’affinités, de rapports plus ou moins grands entre les différentes substances, d’où, dit-on, dépendent les mouvements cachés qui suivent le mélange des corps, on a conclu affirmativement en conséquence de cette idée  que quelles que soient les différences des mélanges avec chacun desquels on fait du sublimé corrosif, dès que le sel commun ou son acide ne manque jamais dans tous ces mélanges d’être un des ingrédients, le sublimé corrosif qui résulte de chacun d’eux doit toujours être parfaitement le même et n’avoir admis dans sa composition que le mercure et les seuls acides du sel commun qui, suivant la supposition, ayant plus de rapport avec le mercure que tous les autres acides y doivent être reçus par préférence, surtout quand on emploie le mercure cru » (« Sur le sublimé corrosif », MARDS 1734  (1736), 261-262). La critique de Lémery porte à la fois sur le contenu de la table et sur le principe.

30  Théorie des tourbillons, Réflexions sur la théorie précédente, VII, OC VII, 457.

31  Cf. L. Peterschmitt, « The ‘Wise Pyrrhonism’ of The Académie Royale des Sciences of Paris: Natural Light and Obscurity of Nature according to Fontenelle », in S. Charles and P.J. Smith (éd.), Lumières et Scepticisme, Dordrecht, Springer Verlag, à paraître.

32  Cf. L. Peterschmitt, « Fontenelle, The Idea of Science… », op. cit., p. 379 et sq.

33  Dans ce numéro.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Peterschmitt, « Fontenelle et la chimie : la recherche d’une « loi fondamentale » pour la chimie », Methodos [En ligne], 12 | 2012, mis en ligne le 10 avril 2012, consulté le 30 août 2014. URL : http://methodos.revues.org/2873 ; DOI : 10.4000/methodos.2873

Haut de page

Auteur

Luc Peterschmitt

UMR 8163 « Savoirs, textes, langage

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo Lille 3 - Sciences humaines et sociales
  • Revues.org