Navigation – Plan du site
Travaux

Habilitations à diriger des recherches soutenues en 2010

Texte intégral

Nathalie Gasiglia, Des usages en corpus aux descriptions dictionnairiques.

1HDR soutenue le 6 décembre 2010 à l’Université de Lille 3.

Composition du jury

Pierre Zweigenbaum, Professeur à l’Université de Paris Sud

Jean PruvostP, Professeur à l’Université de Cergy Pontoise

Dany Amiot, Professeur à l’Université Charles de Gaulle -Lille 3

Gaston Gross, Professeur à l’Université de Paris XVIII

Ulrich Heid, Professeur à l’Université de Stuttgart en Allemagne

Serge Verlinde, Professeur à l’Institut interfacultaire des langues vivantes (ILT), K.U.Leuven

Résumé

2Le mémoire qui précède les 24 textes publié réédités et les 5 textes à diffusion restreinte réunis constitue un retour sur ces travaux en traitements de corpus et en métalexicographie.

Mos-clés

3traitement de corpus, corpus à haut rendement, élaboration de corpus structurés, exploration de corpus, métalexicographie, dictionnaires, dictionnaires généraux, dictionnaires scolaires, dictionnaires imprimés, dictionnaires électroniques, structurations d'articles de dictionnaires, sélections de nomenclatures, comparaisons de nomenclatures, iconographies dictionnairiques, projet éditorial, marquages diasystémiques, évolutions dictionnairiques, lectures de dictionnaires, consultations de dictionnaires.

Marianne Massin, Penser à l’épreuve des arts.

4HDR soutenue le 9 décembre 2010 à l’Université de Lille 3.

Composition du jury

Anne Boissière (PR Lille-3, CNU 18)

Pierre-Henry Frangne (PR Rennes-2, CNU 18)

Baldine Saint-Girons (PR Paris X, CNU 17)

Bernard Sève (PR Lille-3, CNU 17, promoteur de l'habilitation)

Richard Shusterman (PR Florida Atlantic University, USA)

Frédéric Worms (PR Lille-3, CNU 17)

Résumé

5« La raison est aimantée par des expériences tenues pour irréductibles » écrivait Paul Ricœur (Lectures II, «  La contrée des philosophes », Paris Seuil, 1992, p. 50). Mon dossier d’habilitation à diriger des recherches témoigne d’une telle aimantation et de la volonté de comprendre l’élan spéculatif qui en résulte. Il repose sur une double conviction : d’une part de telles expériences mettent la pensée à l’épreuve, ce qui engage une conception de la pratique philosophique ; d’autre part, les arts contribuent de manière spécifique à affiner le spectre de nos expériences, ce qui implique que la philosophie de l’art soit corrélée à des problématiques de philosophie, au sens plus large. Il s’agit, selon le titre choisi, de Penser à l’épreuve des arts , dans la pleine acception du mot « épreuve » qui indique que l’on peut à la fois éprouver des qualités et être éprouvé, altéré et modifié par ce que l’on éprouve.

6Le premier volume (« L’Épreuve de la pensée : ravissement, inspiration, émotion esthétique ») se consacre à l’examen critique des recherches passées et des deux livres sur le ravissement (Grasset, 2001) puis l’inspiration philosophique (A. Colin, 2007). Il justifie la conception de l’esthétique qui y est défendue et mise en œuvre, il marque les déplacements opérés, les prolongements envisagés.  

7S’inscrivant dans cette lignée et dans une inflexion plus récente — de l’extraordinaire à l’ordinaire, de l’Antiquité au contemporain — Le second volume développe une recherche inédite : « L’Expérience esthétique en art. Un renouveau contemporain ». Cerner ce renouveau (réintensification et renouvellement) exige d’identifier une telle expérience, de la défendre contre les attaques récurrentes, de montrer enfin son effectivité par-delà les mutations théoriques, pratiques et sociologiques qui affectèrent l’art et la notion d’expérience au xxe siècle. Etayée par l’analyse des discours théoriques et de nombreuses propositions artistiques, la recherche menée a pu établir ce renouveau, notamment, dans une aisthesis réfléchie ou l’actualisation de virtualités inscrites dans une trame sensorielle et sensible. Elle a aussi suggéré que cette expérience pouvait à son tour contribuer à renouveler notre quotidien et notre prisme théorique : en réévaluant la notion d’expérience, en complexifiant le syntagme hybride d’art contemporain et en le désenclavant, en soulignant enfin l’impureté paradoxale mais productive de l’esthétique. Non seulement un tel renouveau dynamise chez chacun une intelligence du sensible dans l’affinement des perceptions, mais il oblige le philosophe à « penser à l’épreuve des arts » pour réinterroger ses propres positions théoriques.

Mots-clés

8philosophie, art, art contemporain, esthétique, expérience, épreuve, ravissement, inspiration, émotion, contemporain.

Abstract

9« Reason is drawn by experiences held to be irreducible », Paul Ricoeur writes (Lectures II, « La contrée des philosophes », Paris Seuil,1992, p20) . My application portfolio to become a research supervisor shows such an attraction along with the will to understand the speculative need which results from it.

10It relies on twin convictions : on the one hand, experiences of this kind put thinking to the test, which implies some concept of the philosophical practice. On the other hand, arts, specifically, help to sharpen the spectrum of our experiences which means that  philosophy of  art should be linked with philosophical problematics on a larger scale. The point is, as the selected title shows, how thinking is challenged by the arts, in the full meaning of “challenge” which tells that we can, at the same time, experience some qualities and be tested, changed, altered by what we feel.

11Volume one (“Thinking as a trial : rapture, inspiration, esthetical emotion”) is devoted to the critical review of my previous researches and of the two books, the one on rapture (Grasset 2001) and the one on philosophical inspiration (A. Colin, 2007). It justifies the concept of aesthetics previously argued and made operative, it acknowledges transfers already done and extensions to be contemplated.

12Contiguous with this and in a more recent direction – from  extraordinary to ordinary, from antiquity to contemporary – the second volume deals with a hitherto unpublished research : “aesthetic experience in arts; a contemporary revival”. To figure out this revival (re-intensification and renewal) requires the identification of such an experience,  requires it to be defended against recurring attacks, to eventually argue its effectiveness beyond the theoretical, practical and sociological changes that affected art and the notion of experience during the Twentieth century. Supported by the analysis of theoretical writings and of numerous artistic propositions, the research already made could give evidence of this renewal, particularly in a reflective aesthesis or in the actualisation of a virtual sensibility and sensitiveness.  Research has also suggested that this experience, now, could help renew  our every day life and our theoretical prism : by reappraising the notion of experience, by making more complex the hybrid syntagm of “contemporary art”, by opening it up, by underlining the paradoxical but fruitful impurity of Aesthetics. Not only such a renewal stimulates in everyone an understanding of the sensible world by refining perceptions but  it also requires from any philosopher that they “think challenged by arts”in order to revisit their own theoretical stances.

Key words

13philosophy, art, contemporary art, aesthetics, experience, trial, rapture, inspiration, emotion, contemporary

Laurence Boulègue, Tradition universitaire et philologie humaniste au tournant des XVe et XVIe siècles.

14HDR soutenue le 11 décembre 2010 à l’Université Paris-Sorbonne Paris IV.

Composition du jury

Carlos Lévy, Paris-Sorbonne, Paris IV (directeur)

Mauro Bonazzi, U. Milano

Hélène Casanova-Robin, Paris-Sorbonne, Paris IV

Philip Ford, U. Cambridge – Clare college

Ruedi Imbach, Paris-Sorbonne, Paris IV

Pierre Judet de La Combe, EHESS

Pierre Laurens, Paris-Sorbonne, Paris IV

Pierre-Marie Morel, ENS Lyon

Résumé

15Travail inédit : Les solitudes. Penser la vie philosophique de l’Antiquité à la Renaissance, suivi de l’édition et de la traduction annotée du De iis qui in solitudine apte uiuere possunt(1535) d’Agostino Nifo.

16Le travail inédit de mon dossier de HDR consiste en l’édition et la traduction annotée du De iis qui in solitudine apte uiuere possunt(1535), ou De solitudine, de Nifo, traité philosophique, à mi-chemin entre la tradition humaniste et la tradition universitaire, qui ravive le débat sur les genres de vie et se livre à une interprétation des livres I et X de l’Ethique àNicomaque en renouant notamment avec les thèses de l’aristotélisme intégral des XIIIe et XIVe siècles exaltant la vie philosophique. Ainsi affleure la présence, discrète mais incontournable, de l’averroïsme de Nifo, hérité des conceptions de l’école parisienne du XIIIe siècle : la question de la prééminence de la théologie ou de la philosophie semble se poursuivre dans les dernières œuvres du philosophe, finalement assez fidèle aux positions qu’il avait soutenues dans sa jeunesse, prônant alors un averroïsme manifeste qu’il avait dû renier. Afin de rendre compte à la fois des sources et de la complexité de l’élaboration des thèses de Nifo et de mettre en perspective le De solitudine dans l’histoire du thème des genres de vie, le texte et sa traduction sont précédés d’une étude intitulée  Solitudes. Penser la vie philosophique de l’Antiquité à la Renaissance.

17Le De solitudine prenant place dans le contexte littéraire et philosophique de la Renaissance, riche de la pensée humaniste sur la vie solitaire et sur la vie civile, notre approche des sources est donc conçue de façon à rendre compte des différents courants qui mènent à la rédaction du traité de Nifo. Il s’agit d’un point de vue rétrospectif qui prétend moins à déployer un panorama sur le thème de la solitude qu’à examiner et poser les jalons qui constitueront ensuite des références dans l’élaboration de la réflexion philosophique sur la solitude. Dans la première partie (« La solitude et le thème des genres de vie : les fondements théoriques, du paganisme au christianisme »), j’étudie l’évolution et les ramifications du thème des genres de vie, apolaustique, politique et théorétique, des sources antiques (depuis Platon) aux théologiens et philosophes médiévaux autour du point de bascule qu’est l’invention de la solitude érémitique au début de l’ère chrétienne. Ces sources ont été elles-mêmes reçues et transmises par la philosophie scolastique et humaniste, se chargeant ainsi d’un sens nouveau, complexe, drainant avec elles autant la valeur qui leur est propre que celle qu’on leur a attribuée. La seconde partie de cette étude (« La solitude dans la pensée humaniste du Trecento et du Quattrocento ») tente d’offrir une vision synthétique du traitement des sources et du thème à la fin du XIVe siècle et au XVe siècle, dans le De uita solitaria et le De otio religioso de Pétrarque, dans les traités de l’humanisme civil italien, qui célèbrent la vie vertueuse et politique, et dans l’humanisme néo-platonicien florentin, où s’épanouit un nouvel idéal contemplatif. La question des genres de vie entretient alors, ce qui était déjà sensible dans les débats médiévaux, des échos avec celle des rivalités entre les disciplines et les artes (et leurs institutions), qu’il s’agisse de l’ancienne querelle de la poésie et de la philosophie, sans cesse renouvelée, mais aussi des tensions entre théologie et philosophie. Au tournant des XVe et XVIe siècles, ces tensions s’accentuent, à Padoue d’abord, où enseigne Nifo, dès les années 1490 et à Rome, ensuite, avec notamment le concile de Latran en 1513. Les philosophes sont mis en demeure de soumettre leur enseignement aux dogmes chrétiens et leurs raisonnements à la foi. Plus encore que idéal contemplatif philosophique, est tout simplement menacé l’enseignement philosophique universitaire et les conditions d’exercice de ces professeurs. Quand Nifo rédige son De solitudine, il a retrouvé la sérénité et la liberté que lui assure le prince de Salerne, mais il reste marqué par les démêlés des quarante dernières années, de ses premières positions à de pénibles renoncements. Le traitement qu’il fait de la solitude et de la question philosophique sur les genres de vie est l’objet de la troisième partie de cette étude (« le De iis qui in solitudine apte uiuere possunt d’Agostino Nifo »). Le traité de Nifo révèle une pensée originale par l’élaboration d’un nouveau modèle, le solitarius ciuilis, qui plonge ses racines dans la philosophie antique, médiévale et humaniste. Nifo fait le lien entre la philosophie spéculative et la philosophie morale, entre l’idéal théorétique universitaire et l’éthique de l’humanisme civil.

18Ainsi revivifie-t-il la figure de l’artista médiéval, philosophe et universitaire, et demande-t-il, pour les philosophes, le droit de cité.

Mots-clés

19Agostino Nifo,De solitudine, Renaissance

Rémi Franckowiak, Montrer au doigt et à l'oeil la vérité en chimie aux XVIIe et XVIIIe siècles.

20HDR soutenue le 9 décembre 2010 à l’Université de Lille 1.

21Composition du jury

22Marco Beretta, Université de Bologne (Italie)

23Robert Halleux, Université de Liège (Belgique)

24Bernard Joly, Université de Lille 3

25Michel Blay, DR CNRS

26Andreas Kleinert, Université de Halle Bassel (Suisse)

27Robert Locqueneux, Université de Lille I

28Bernard Maitte, Université de Lille I

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Habilitations à diriger des recherches soutenues en 2010 », Methodos [En ligne], 11 | 2011, mis en ligne le 25 mars 2011, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://methodos.revues.org/2618

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • Revues.org