Navigation – Plan du site
Travaux

Thèses de doctorat soutenues en 2010

Plan

Haut de page

Texte intégral

Juan Redmond, Logique Dynamique de la Fiction. Pour une Approche Dialogique

1Thèse soutenue le 3 juillet 2010 à l’Université de Lille 3.

Composition du jury

Norah dei Cas, Université de Lille 3

Jacques Dubucs, Université de Paris-I

Gerhard Heinzmann, Université de Nancy

Paul Gochet, Université de de Liège

John Woods, University of British Columbia

Shahid Rahman, Université de Lille 3, directeur de thèse.

Résumé

2Cette thèse porte sur l’élaboration d’une structure argumentative dynamique dans le cadre conceptuel dialogique afin de proposer une nouvelle approche et des solutions innovatrices aux problèmes de l’identité des personnages et d’objets fictifs tels qu’ils sont décrits dans les œuvres littéraires, notamment d’auteurs Latino-Américains.

  • 1 Thomasson, Amie L., 1999. Fiction and Metaphysics. Cambridge: Cambridge University Press.
  • 2  Borges, Jorge Luis, 1994. Ficciones/Fictions.Gallimard (édition bilingue).
  • 3 Rahman, S. &Redmond, J., 2007. Hugh MacColl. An overview of his Logical Work with AnthologyLondon: (...)

3L’enjeu est de proposer une compréhension novatrice de l’existence comme fonction de choix. Notre argument consiste à montrer que l’existence ne doit pas être comprise comme un prédicat, de façon statique, mais en termes de choix, de façon dynamique. De par sa dimension pragmatique, la dialogique est le contexte idéal pour implémenter cette notion de choix dans les argumentations. Cette approche a notamment pour conséquence que le statut ontologique des personnages d’une œuvre de fiction peut varier au cours de l’histoire. Nous concluons sur un nouveau défi pour la théorie de la fiction : appréhender la fiction en la considérant dans sa relation à un acte créatif, de nouveau de façon dynamique. A tel effet, nous implémentons la notion phénoménologique de dépendance ontologique (inspirée par le travail d’Amie Thomasson1). Le cadre dialogique et dynamique que nous proposons prétend refléter les changements de statut ontologique auxquels sont soumis certains personnages et objets d’un récit de fiction au fur et à mesure que l’histoire se déroule. Ce dernier propos nous a été inspiré par l’écrivain Jorge Luis Borges. En effet, certains personnages de Borges2 partent d’un statut ontologique indéterminé qu’ils gardent tout au long de l’histoire pour après devenir réels, fictions ou fictions des fictions dans le dénouement de l’histoire. Parfois, telles transformations exigent une mise à jour des statuts de tous les éléments du récit. Nous rendons explicite cette dimension ontologiquement indéterminée à l’aide de la notion de statut symbolique de Hugh MacColl3.

4Dans les derniers chapitres de notre travail nous revenons sur l’œuvre de Jorge Luis Borges afin de mesurer l’intérêt des résultats obtenus en les appliquant à deux nouvelles : Tlön, Uqbar, Orbis Tertius et Pierre Ménard, auteur du Quichotte.

5La thèse se compose de trois sections, découpées en neuf chapitres totaux.

Mots clés

6dialogique logique, philosophie, littérature, Borges, dynamique, existence, fiction, artéfact, dépendance ontologique.

Abstract

7Dynamic Logic of Fiction. For a dialogic approach

8My PhD concerns the elaboration of a dynamic free logic in the conceptual and dialogical frame developed by the works of Lorenzen and Lorenz and continued by Shahid Rahman’s work (Lille 3, France).

  • 4 Thomasson, Amie L., 1999. Fiction and Metaphysics. Cambridge: Cambridge University Press.
  • 5 Borges, Jorge Luis, 1994. Ficciones/Fictions.Gallimard (édition bilingue).
  • 6 Rahman, S. &Redmond, J., 2007. Hugh MacColl. An overview of his Logical Work with AnthologyLondon: (...)

9The challenge is to offer an innovative understanding of existence as a function of choice. Our argument is to show that the existence should not be understood as a predicate (in a static way) but in terms of choices, (in a dynamic way). Due to its pragmatic dimension, the dialogical approach is the best context for implementing this concept of choice in argumentations. One of the consequences of this approach is that the ontological status of the characters may vary in a fictional history. We end with a new challenge for the theory of the fiction: understanding fictions in relation to a creative act, once again in a dynamic way. For this purpose, we implement the phenomenological notion of ontological dependence (inspired by the work of Amie Thomasson4). The dialogical and dynamic framework we offer, aims to reflect changes in the ontological status of the characters. This last statement has been inspired by the writer Jorge Luis Borges5. As a matter of fact, some of Borges’ characters remain ontologically undetermined throughout the story; some others change from fiction to real or vice versa. Sometimes, such transformations require an update of the status of each element in the story. We make this ontologically undetermined dimension explicit by means of the notion of symbolic status of Hugh MacColl6.

10The thesis is composed by three sections divided in nine chapters. The first sectionfocuses on the notions of ontological dependence and artefact. The second section analyzes the notions of symbolic status and dynamic. Finally, the third section measures the relevance of obtained results by applying them to two stories written by J.L. Borges: Tlön, Uqbar, Orbis Tertius and Pierre Ménard, Author of the Quixote.

Keywords

11dialogical logic, philosophy, literature, Borges, dynamic, existence, fiction, artifacts, ontological dependence.

Mark Andrew Tutton, Expressing location in English and French : the Roles of Speech and Gesture

12Thèse soutenue le 31 juillet 2010 à l’Universität Viadrina (Allemagne)

Composition du jury

Cornelia Müller, Europa Universitätde Viadrina, Allemagne

Marianne Gullberg, Université de Lund, Suède

Sotaro Kita, University of Birmingham

Maya Hickmann, Université Paris 8

Alexis Tabensky, University of New South Wales, Sydney, Australie, co-directeur de thèse

Maarten Lemmens, Université de Lille 3, co-directeur de thèse.

Résumé

13Les expressions locatives en anglais et en français : le rôle du geste et de la parole.

14Cette thèse examine les différentes façons dont les locuteurs anglophones et francophones expriment les relations locatives statiques. Ces relations localisent un objet (ou groupe d’objets) à un point fixe dans l’espace: par exemple, le livre se trouve à côté du canapé. Nous soutenons que les locuteurs expriment la nature des ces relations – comme celle encodée par à côté de – par le geste et la parole, et que ces deux modalités interagissent de façon complémentaire pour établir le sémantisme locatif.

15 Au cœur de notre étude se trouve une expérience originale dans laquelle des locuteurs anglophones et francophones ont décrit deux images à un partenaire. Les données ont été filmées et la parole et le geste annotés dans le logiciel vidéo ELAN. Nous avons développé, dans le cadre de cette analyse, une nouvelle méthode pour définir et séparer les expressions locatives. Nous avons également établi un système de codage étendu pour saisir le contenu informationnel du geste.  

16 Nos résultats montrent que les locuteurs anglophones ainsi que francophones réalisent des emplois productifs du geste pour exprimer les informations locatives. Nous faisons deux contributions importantes aux connaissances actuelles. Dans un premier temps, nous montrons que les locuteurs se servent du geste pour exprimer des informations directionnelles qui ne sont pas encodées par certaines unités spatiales (par exemple next to, à côté de, between et entre). Dans un deuxième temps, nous mettons au jour comment les locuteurs peuvent présenter simultanément les locations de différents objets dans le geste et la parole. Ces résultats mettent en évidence la nature multimodale de la communication locative.

Mots clés

17anglais, français, geste co-verbal, parole, espace, prépositions, localisation statique

Abstract

18Expressing Location in English and French: The Roles of Speech and Gesture

19This dissertation examines how speakers of English and French express static locative relationships in oral discourse. These relationships situate an object (or group of objects) at a fixed point in space: for example, the book is next to the sofa. We argue that speakers express the nature of these relationships – such as that encoded by next to – in both speech and gesture, and that the two modalities interact in a complementary fashion to convey locative meaning.

20 At the core of our investigation is an original experiment in which native speakers of Australian English and French were asked to describe two pictures of everyday spatial scenes to a partner. Data were filmed and speech and gesture annotated using the video software ELAN. As part of this process we developed a new method for defining and separating locative expressions. We also developed a comprehensive labeling system to capture the core informational content of co-speech gestures.   

21 Our results show that both English and French speakers make productive use of gesture to express locative information. We make two major original contributions to knowledge. The first of these is that speakers use gesture to express specific directional information which is not encoded by particular lexical spatial items (for example, next to, à côté de, between and entre). The second is that speakers can simultaneously target the locations of different objects in speech and gesture. These two insights forcefully highlight the layered, multimodal nature of locative communication.

Keywords

22English, French, co-speech gesture, speech, space, prepositions, static location

Sylvie Galhac, Le corps dans l'Odyssée d'Homère

23Thèse soutenue le 23 octobre 2010 à l’Université de Lille 3.

Composition du jury

Fabienne Blaise, Université de Lille 3

Charles De Lamberterie, Université de Paris 4

Andrew Ford, Université de Princeton (Etats-Unis)

Pierre Judet De La Combe, EHESS Paris

Paul Demont, Université de Paris 4, co-directeur de thèse

Philippe Rousseau, Université de Lille 3, co-directeur de thèse.

Résumé

24Cette thèse met au jour, contre B. Snell et par le biais d’une comparaison systématique entre Odyssée et Iliade, l’existence, dans l’Odyssée, d’une pensée de l’unité du corps humain. De fait, bien que disposant, pour dépeindre le corps, d’une langue tout à fait comparable, les deux poèmes ne font pas d’elle le même usage. Ainsi, le mot sôma, qui, dès Homère, dénote le corps, dans l’Odyssée, se réfère peut-être au corps vivant. De plus, les silhouettes humaines qu’au long de chaque poème dessinent les substantifs anatomiques sont différentes, notamment pour ce qui est de la place, moins importante dans l’Odyssée, accordée aux membres, dont il apparaît de toute façon qu’ils ne sont jamais un moyen d’appréhender le corps. Dans ce poème, enfin, le corps humain est mieux distingué des corps animal et divin et ses spécificités mieux perçues. Par ailleurs, dans l’Odyssée, le corps impliqué dans diverses expériences est présenté comme ayant une unité : le corps blessé est réellement donné à voir, et non les blessures comme cela se produit dans l’Iliade, et la peinture de la mutilation et de la mort montre que l’unité du corps est celle du corps vivant ; est en outre ébauchée la pensée de la notion de sensation et la sensation tactile ainsi que celles de douleur physique et de faim paraissent être pour l’homme l’occasion de saisir l’unité de son corps ; le corps dont les postures sont mieux évoquées est doté d’un certain volume et, en lui, extériorité et intériorité sont considérées comme les deux parties d’un même tout. Enfin, le corps porteur de l’identité et néanmoins soumis au temps est, à travers la figure d’Ulysse, objet de questionnement et, avec lui, sa représentation.

Mots clés

25Homère, Iliade, Odyssée, corps, sôma, démas, lexique anatomique, animaux, dieux, monstres, blessure, mutilation, mort, sensation, douleur, fatigue, faim, gestes, postures, identité, reconnaissance

Abstract

26Through a systematic comparison between the Odyssey and the Iliad, this thesis shows, pace B. Snell, that there is in the Odyssey a thinking about the unity of human body. Even though both the poems have the same kind of language to describe the body, they don’t use it the same way. For example, the word sôma, that in homeric epics denotes the body, might refer to the living body in the Odyssey. Moreover, in the two poems, the anatomic words draw different shapes of body ; particularly the limbs, which at any rate arenever a way to represent the body, are less important in the Odyssey. Finally, in this poem, the human body is more specifically distinguished from the one of gods and animals. Furthermore, in the Odyssey, the body that is involved in different kinds of experiences is presented as a whole : it is the injured body that is described, and not the wounds like in the Iliad, and the painting of mutilation and death shows that the unity of the body is the one of the living body. The notion of sensation start to exist and the touching sensation, the physical pain and hunger seem to allow man to experience the unity of his body. The body is given a volume and its different postures are better described. The inside and the outside are considered as the two parts of the same thing. Finally, through the character of Ulysses, there is a reflection about how the body, even though altered with time, is a support of identity and how it can be depicted as such.

Keywords

27Homer, Iliad, Odyssey, Body, Sôma, Demas, Anatomic words, Animals, Gods, Monsters, Wounds, Mutilation, Death, Sensation, Pain, Tiredness, Hunger, Gestures, Postures, Identity, Recognition

Vassil Mostrov, Étude sémantique et syntaxique des compléments adnominaux en à et en de dénotant des parties

28Thèse soutenue le 12 novembre 2010 à l’Université de Lille 3.

Composition du jury

Nelly Flaux, Université d'Artois

Jacqueline Guéron, Université de Paris 3

Georges Kleiber, Université de Strasbourg 2

Marleen Van Peteghem, Université de Gand

Danièle Van De Velde, Université de Lille 3, Directrice de thèse.

Résumé

29Ce travail a pour objectif d’examiner les différents types de rapports entre tout et partie et leur expression dans la langue française, en portant une attention particulière à la sémantique et à la syntaxe des compléments adnominaux en à et en de dénotant des parties. Nous nous servons, comme point de départ, de la distinction ontologique "parties indépendantes vs parties dépendantes", proposée par Husserl, pour montrer qu’il s’agit en fait d’un continuum, autrement dit que des positions intermédiaires entre ‘indépendant’ et ‘dépendant’ sont à envisager, aussi bien sur le plan ontologique que sur le plan linguistique.

30Ainsi, sont examinés successivement les noms qui dénotent des parties physiques, des parties du corps humain, des facultés, des dimensions (ou moments sur lesquels se greffent les qualités), des qualités et des matières (en tant que propriétés des choses), en fonction de leur possibilité (ou impossibilité) d’entrer dans diverses structures de relation partie-tout, que ce soit au niveau du syntagme, de la phrase ou au-delà (on pense surtout à l’anaphore associative). L’emploi de certaines structures de la possession inaliénable a par ailleurs montré que la langue pouvait exprimer différents rapports ontologiques de la même façon, l’inaliénabilité, à travers l’article défini lié (en tout cas en français), qui présente le référent de la partie comme ce qu’on pourrait appeler un "individu dépendant", étant un point où convergent parties indépendantes et parties dépendantes.

31Nous avons également étudié la possibilité de modifier les N de parties dans le cadre des compléments adnominaux, en nous servant de l’opposition syntaxique entre position épithétique (non dérivée) etposition prédicative (ou dérivée) des adjectifs, ce qui a permis d’expliquer, en gros, le statut typifiant ou descriptif du modifieur en fonction de la structure.

Mots clés

32sémantique et syntaxe du groupe nominal, compléments adnominaux descriptifs, relation partie-tout, parties indépendantes et dépendantes, méronymie, possession inaliénable, anaphore associative, N à N, N de N.

Abstract

33This study deals with different types of part-whole relations and how they are expressed in French, focusing mainly on the syntax and semantics of adnominal complements (featuring the prepositions à and de) denoting parts. As a starting point, we use the ontological, Husserlian distinction between “independent parts” and “dependent parts”. It is shown that this distinction should be viewed rather as a continuum; in other words, intermediate positions between the notions of ‘independent’ and ‘dependent’ must be recognized both at the ontological and the linguistic levels.

34Next are examined in succession nouns that denote physical parts, human body parts, abilities, dimensions, qualities and materials (as properties of objects), according to whether they allow the integration of different structures denoting part-whole relations, be it at a phrasal, a clausal or an inter-clausal level. Furthermore, the use of some structures denoting inalienable possession shows that language (at least insofar as French is concerned) can express different ontological relations in the same way. Inalienability, expressed by the bound definite article, presents the referent of the part as what can be called ‘a dependent individual’, and emerges as a point where independent and dependent parts converge.

35Also studied is the possibility of modifying nouns denoting parts in adnominal complements. This is accomplished through the use of the syntactic opposition between the attributive position (base-generated) and the predicative position (derived) of adjectives, thus providing an explanation of the classifying or descriptive status of the modifier according to the structure used.

Keywords

36syntax and semantics of the noun phrase, adnominal descriptive complements, part-whole relation, independent and dependent parts, meronymy, inalienable possession, associative anaphora, N à N, N de N.

Guy Le Meur, L'émergence de l'astronomie mathématique grecque : études historique et philosophique sur la "Petite Astronomie".

37Thèse soutenue le 19 novembre 2010 à l’Université de Lille 3.

Composition du jury

Fabio Acerbi, Chargé de recherche au CNRS

Micheline Decorps, Université de Clermont-Ferrand

Bernard Vitrac, Directeur de recherche au CNRS

François De Gandt, Université de Lille 3, Directeur de thèse.

Résumé

38L’expression ‘Petite astronomie’ désigne une ensemble d’une dizaine de traités anciens, d’astronomie et d’optique, transmis de manière groupée par la tradition manuscrite grecque, dont le représentant le plus caractéristique est le manuscrit Vat. gr. 204 (IXe siècle av. J.-C.). La constitution de ce « corpus », semble répondre à des nécessités pédagogiques. Ces traités se présentent tous dans un style formulaire proche du style « euclidien ». Parmi ces ouvrages, l’auteur en retient six, les trois plus anciens (De la sphère en mouvement et Des levers et couchers héliaques d’Autolycos, les Phénomènes d’Euclide, environ 300 ou 330 av. J.C.)  et ceux de Théodose (les Sphériques, Des jours et des nuits, Des habitations, environ 150 av. J.C.) homogènes quant à la thématique, au style et aux méthodes. Ces ouvrages produisent une approche géométrique de thèmes d’astronomie sphérique (levers, couchers d’étoiles…) circonscrits qui relèvent par ailleurs d’une pratique ancienne de la fabrication de calendriers astrométéorologiques (les parapegmes). Ils nous renseignent sur un type d’astronomie mathématique qui pourrait avoir une origine chez Eudoxe. Les six ouvrages évoqués mettent de facto en œuvre un « modèle » géométrique dont le composant de base est une sphère (le « cosmos ») en rotation « uniforme » autour d’un axe. Un des problèmes posés semble avoir été d’adjoindre la prise en compte du mouvement à une géométrie sphérique préexistante. Un rôle spécifique des diagrammes est mis en évidence, notamment dans la « visualisation » de l’articulation à opérer entre le mouvement propre, également « uniforme », du Soleil sur l’écliptique et le mouvement de rotation d’ensemble du cosmos.

Mots clés

39Petite astronomie, Autolycos, Euclide, Théodose de Bithynie, astronomie grecque, mathématiques grecques, diagrammes.

Abstract

40The emergence of the greek mathematical astronomy : historical and philosophical study on the  « Little Astronomy ». – By the words ‘Little Astronomy’ the scholars mean a set of about ten ancient treatises concerning astronomy or optics, which is transmitted together by greek manuscripts. Of these the more typical representative is the Vat. gr. 204 manuscript (IXe century BC). The gathering of this « corpus » seems to have arised from pedagogic needs. All these treatises are under a formal style close to the Euclidian one. The author concentrates on six of them, i.e the three oldest (On the moving Sphere and On heliacal Risings and Settings by Autolycos, the Phenomena by Euclid, about 300 or 330 BC) and three works by Theodosius (the Spherics, On Days and Nights, On Habitations, about 150 BC) which are homogeneous concerning the topics, the style and the methods. These works provide a geometric approach to spherical astronomic topics (risings and settings of stars…) which are quite restricted and originate from an old practice of making astrometeorological calendars (parapegmata). They give some information about a kind of mathematical astronomy which could have been initiated by Eudoxus. The six selected works implement actually a geometrical « model » whose main component consists of a sphere (the « cosmos ») « uniformly » rotating about an axis. One of the problems to solve seems to have been to take into account this uniform motion on the basis of a pre-existent spherical geometry. The specific importance of the diagrams is stressed, especially for visualizing the connection to be achieved between the proper motion, « uniform » as well, of the Sun along the ecliptic and the overall rotational motion of the cosmos.

Keywords

41Little Astronomy, Autolycos, Euclid, Théodosius of Bithynia, greek astronomy, greek mathematics, diagrams.

Luisa Andreatta, Dochmiaques kata schesin chez Eschyle

42Thèse soutenue le 25 novembre 2010 à l'Université de Trente (Italie)

Direction : Philippe Rousseau, Université de Lille 3 et Tristano Gargiulo, Université de Trente.

Résumé

43La première partie analyse les théories: la doctrine sur le dochmiacque et les interprétations modernes; les témoignages sur les poèmes en responsion, le traitement, du 19ème siècle, de la liberté de responsion ainsi que d’autres interprétations récentes du même phénomène; le problème de le hiatus et de la brevis in longo dans le dochmiacque.

44Dans la seconde partie j’ai analysé les séquences dochmiacque strophiques dans les Perses, Sept contre Thèbes, Suppliantes, Agamemnon, Coephores, Eumenides, Promethé et les dochmiacques astrophiques de Pr. 425 ss. et Cho. 961-964. Il y a enfin les Appendices avec l’index des responsions des responsions d’Eschyle et Sophocle et des mots clés.

45Quant à la colométrie transmise, j’ai contrôlé sur microfilms ou au moyen de reproductions photographiques les principaux témoins manuscrits de l’Orestée: le Mediceus, les ‘prototricliniens’ et l’autographe de Demetrius Triclinius (T), couronnement de la recensio conduite par le philologue sur Eschyle. Les Suppliantes et les Coephores sont conservées par un codex unicus. La triade byzantine est transmise par une centaine de manuscrits: j’en ai vus les plus significatifs (MTGFVIRaQL(K), pour les Sept; j’ai contrôlé les Perses sur MTGF, tandis que pour le Promethé j’ai vue la colometrie du codex Mediceus, en étendant cependant aux autres manuscrits le contrôle dans un certain numéro de cas: du reste, pour les dochmiacque qui s’organisent généralement en structures plutôt compactes et uniformes, sinon en groupes olodochmiacques (‘systèmes’), on peut s’en remettre à la vulgate colométrique, qui est souvent post-hermannienne.

Mots clés

46Dochmiacque, colomètrie transmise, responsion, interpretation métrique, doctrine ancienne, philologie classique, Eschyle, brevis in longo

Abstract

47Dochmiacs kata schesin in Aeschylus.

48The first part of the survey analyzes theories: the ancient doctrine and modern interpretations about dochmiac; the testimonies on poems in responsion, the treatment form 19th century an so on of free responsions and other recent interpretations of this phenomenon; the problem of  hiatus and brevis longo in dochmiacs.

49In the second part I analyzed strophic dochmiacs in the Persians, the Seven against Thebes, the Supplicants, Agamemnon, Coephores, Eumenides, Prometheus and the astrophic dochmiac of  Pr. 425 ff. and Cho. 961-964. Finally I made up two Appendixes with the index of responsions (in Aeschylus and Sophocles) and that of the keywords.

50As far as colometry is concerned, I checked on microfilms or by means of digitally photographic reproductions the main manuscripts of the Oresteia: the Mediceus, the prototriclinians and Demetrius Triclinius’ autograph ( T ), the crowning achievment of the recensio made by the philologue on Aeschylus. The Suppliants and the Coephores are trasmitted by a codex unicus. The Byzantine triad is handed down by more than one hundred of manuscripts: I saw the most important (MTGFVIRaQLK) for the Seven; I checked the Persians on MTGF, whereas for Prometheus I controlled the colometry of the Mediceus, but I extended my collation as to include other manuscripts in some cases, since dochmiacs are generally organized in compact structures (systems), so that we can quite confidently rely on vulgate colometry, which often got back to Godfried Hermann.

Keywords

51Dochmiacs, Colometry, Responsion, Metric, Ancient theory, Greek philology, Aeschylus, Brevis in longo

Carole Soonekindt, Les relations éthico-sociales : Nouveaux ébranlements, nouvelles institutionnalisations

52Thèse soutenue le 1er décembre 2010 à l’Université de Lille 3.

Composition du jury

Nathalie Zaccai-Reyners, Université Libre de Bruxelles (Belgique)

Bruno Cazin, Université Catholique de Lille

Michel Autes, Université de Lille 1

Guillaume Le Blanc, Professeur à l’Université de Bordeaux 3

Frédéric Worms, Université de Lille 3, Directeur de thèse.

Gildas Nzokou, Formes logiques et structures ontologiques dans quelques langues Bantu. Problèmes de quantification, de temporalité et considérations autour de quelques constantes logiques

53Thèse soutenue le 3 décembre 2010 à l’Université de Lille 3.

Composition du jury

Pierre Nzinzi, Université Omar Bongo à Libreville (Gabon)

Bonaventure Mvé Ondo, Agence Universitaire de la Francophonie, Paris

Paul Gochet, Université de Liège (Belgique)

Michel Crubellier, Université de Lille 3

Shahid Rahman, Université de Lille 3, Directeur de thèse.

Franklin Nyamsi, Phénoménologie et éthique. La question des valeurs chez Husserl et Lévinas

54Thèse soutenue le 6 décembre 2010 à l’Université de Lille 3.

Composition du jury

Antonio Mazzu, Université Libre de Bruxelles (Belgique)

Natalie Depraz, Université de Rouen

François-David Sebbah, Université de technologie de Compiègne

Christian Berner, Université de Lille 3, Directeur de thèse.

Résumé

55La présente thèse est une investigation – à travers les champs de la phénoménologie husserlienne et de sa reprise critique lévinassienne – sur la question de la justification du devoir-être, que nous appelons diversement question éthique ou question des valeurs. Le sens de son titre est d’explorer la question des valeurs entre le champ phénoménologique fondé par Husserl et le champ méta-phénoménologique inspiré par la reprise heidéggérienne de la phénoménologie et par la philosophie juive chez Lévinas. Ce dernier aboutit à la mise en perspective d’une pensée de l’Autrement qu’être inspirée par la valeur méta-phénoménologique de la bonté ou de la responsabilité incessible pour l’Autre homme. Et quand nous évoquons de façon propédeutique les différents sens de cette notion de valeur, c’est pour faire apprécier, par l’effet du contraste, la question unique ou unificatrice du devoir-être qui en constitue l’invariant d’essence.

56La question des valeurs nous paraît ainsi s’éclairer dans ce parcours entre phénoménologie et éthique – ou si l’on veut désormais, entre éthique phénoménologique et éthique méta-phénoménologique - qui balaie tout l’horizon de la question morale à travers le parcours des aires de la charité (méta-phénoménologie, ordre de la bonté) et de la justice (phénoménologie morale, ordre de la véri-diction ou de la juri-diction, ordre du droit). Nous répondons d’une thèse sur la valeur des valeurs qui, sans les négliger en leur consistance quotidienne, brise les illusions de l’intériorité ou de la suprématie du savoir pour affirmer la transcendance irréductible de l’Autrement qu’être qui fait de la vie éthique authentique une existence inquiète dans la proximité pour l’Autre. La question des valeurs, comptons-nous avoir établi, n’est ni une question de connaissance, ni seulement une question de lutte pour la reconnaissance, à proprement parler, mais une question d’inspiration constante de l’individu et de la société par le face-à-face de la responsabilité pour l’Autre et par l’exigence égalitaire pour la justice, envers l’autre de l’Autre qu’est notre tiers. Tel est l’enseignement que nous croyons avoir tiré de notre parcours herméneutique.

Mots clés

57éthique, phénoménologie, identité, ontologie, métaphysique, valeurs, visage, altérité, religion, prophétisme.

Cédric Basuyaux, Le polype et les enjeux de la biologie naissante dans la seconde moitié du XVIIIe siècle : les expériences de Trembley et de Baker

58Thèse soutenue le 7 décembre 2010 à Université de Lille 1

Composition du jury

Pascal Duris, Université de Bordeaux 1

Patrick Matagne, Université de Poitiers

Stéphane Tirard, Université de Nantes

Bernard Maitte, Université de Lille 1, Directeur de thèse.

Nadia Yala Kisukidi, L'humanité créatrice. Essai sur la signification esthétique et politique de la métaphysique de Bergson

59Thèse soutenue le 9 décembre 2010 à l’Université de Lille 3.

Composition du jury

Souleymane Bachir Diagne, Columbia University, New York (USA)

Florence Caeymaex, FNRS, Université de Liège (Belgique)

Pierre Montebello, Université de Toulouse 2

Ghislain Waterlot, Université de Genève (Suisse)

Frédéric Worms, Université de Lille 3, Directeur de thèse.

Gaëlle Bernard, Lyotard : Politique, Ethique. La justice improbable

60Thèse soutenue le 10 décembre 2010 à l’Université de Lille 3.

Composition du jury

Corinne Enaudeau,Professeur chaire supérieure, Lycée Jeanson de Sailly, Paris, expert

Stéphane Haber, Université de Paris X

Denis Kambouchner, Université de Paris I

Jean-Michel Salanskis, Université de Paris X

Frédéric Worms, Université de Lille 3, Directeur de thèse.

Résumé

61Cette thèse portant sur la philosophie de Jean-François Lyotard se propose d’étudier la question des rapports de la politique et de l’éthique sous l’angle de la notion de justice. Elle poursuit plusieurs objectifs. Il s’agit d’abord de remettre en question l’existence d’un tournant radical de la pensée de Lyotard hors de la politique : un tel sens de la coupure, qui perd l’inquiétude politique telle que Lyotard la pu la thématiser, nous semble liée à une surdité concernant la “complication” à laquelle cet auteur soumet cette question dès le début de ses écrits philosophiques. La singularité des textes signés Lyotard après la rupture avec le militantisme est en effet de poser le problème politique en terme de « résistance » à ce qu’il appelle la « grande politique » (au marxisme qui était le sien, à la façon traditionnelle dont nous nous représentons la tâche et l’activité politique, mais aussi à la « philosophie politique » même) : ce qu’il faut penser, c’est ce qui est devenu problématique dans notre propre présent, c’est-à-dire avant tout une certaine pratique de discours, une topique et un traitement du temps qu’il implique. D’une certaine manière, on peut donc dire que la question politique se donne toujours, chez Lyotard, comme une interrogation et une mise en crise des constituants traditionnels de « la » politique, interrogation qui amène à une raréfaction de ceux-ci qui est telle qu’il est adéquat de présenter la politique philosophique de Lyotard comme étant guidée par une question, la question du reste : que nous reste-t-il, aujourd’hui, comme politique ? Travailler la question du politique chez Lyotard suppose donc de rendre compte d’un mouvement « d’estrangement » du politique – mouvement dans lequel l’éthique, pour maintenant y venir, joue un rôle considérable, bien plus considérable que le nombre relativement restreint de pages que Lyotard consacre explicitement à cette question. Tel est du moins un des points que nous nous soutenons : que l’éthique – mais aussi le thème juif que Lyotard n’a cessé de méditer – intervient comme un élément structurant dans l’élaboration de ce que Lyotard appelle la « résistance » politique. L’éthique a avant tout la vertu du dérangement : dérangement des assurances quant à la communauté, à l’histoire et à la finalité émancipatrice, et surtout quant à la justice, dont elle permet de réserver le caractère improbable. Ainsi, si Lyotard s’emploie d’abord à souligner le « leurre éthique » (Discours, figure), l’éthique lui apparaîtra assez vite constituer une ressource essentielle à la défaite des illusions politiques pour s’inscrire durablement dans sa pensée. Or cette ressource est peut-être aussi ce qui, comme par un effet en retour, vient inquiéter la question politique jusqu’à la « dissimiler ». Telle est en tout cas une autre hypothèse de ce travail, que vient marquer la virgule dans notre titre : celle d’une tension indécidable entre politique et éthique qui se marque à même l’écriture d’une pensée. Tension analogue à celle du discours et de la figure dans l’ouvrage éponyme, et qui ne tient lieu ni de conjonction, ni d’alternative, mais qui serait plutôt de l’ordre d’une coexistence d’incompossibles, où l’un appelle l’autre sans jamais s’y réduire, mais où la difficulté de les distinguer se pose clairement. Pour étudier ce problème et démontrer ces hypothèses, trois notions centrales sont envisagées, qui sont les différents noms d’une expérience matricielle, l’expérience de l’injustice, qui a toujours guidé sa pensée : l’aliénation, le différend et l’intraitable. Les textes sont abordés de façon  chronologique : 1°sont d’abord étudiés les articles et ouvrages pris dans un cadre ”encore marxiste’’, 2°ensuite les textes où l’éthique fait positivement son apparition à travers la référence insistance aux pensées de Levinas et de Kant (fin des années 70), 3° enfin, les derniers textes (début des années 90) où l’ambiguïté entre l’éthique et le politique se radicalise jusqu’à infléchir de façon décisive ce que Lyotard appelle l’« écriture ». Inflexion décisive, mais qui ne doit pas être pensée comme une rupture : le but étant également de montrer, contre la thèse d’un Lyotard « pluriel » (qui a effectivement pour argument l’hétérogénéité des dispositifs conceptuels mis en œuvre par Lyotard au travers de son parcours), qu’il y va plutôt de déplacements, au sein de ce qu’on peut penser finalement comme un triple mouvement : de l’espace vers le temps, du collectif vers l’intime, et de la résistance comme activité critique vers la défense de la « pensée », qui n’est nullement l’enfermement d’un penseur dans une tour d’ivoire.

Mots clés

62Lyotard, éthique, politique, justice, jugement, intraitable, différend, aliénation

Joël Dolbeault, Bergson et la physique, une confrontation de la théorie bergsonienne de la matière avec la physique actuelle.

63Thèse soutenue le 16 décembre 2010 à l’Université de Lille 3.

64Composition du jury

65François De Gandt, Université de Lille 3

66Françoise Balibar, Pr émérite, Université de Paris 6

67Elie During, Université de Paris 10

68Paul-Antoine Miquel, MC HDR, Université de Nice

69Frédéric Worms, Université de Lille 3, Directeur de thèse.

Haut de page

Notes

1 Thomasson, Amie L., 1999. Fiction and Metaphysics. Cambridge: Cambridge University Press.

2  Borges, Jorge Luis, 1994. Ficciones/Fictions.Gallimard (édition bilingue).

3 Rahman, S. &Redmond, J., 2007. Hugh MacColl. An overview of his Logical Work with AnthologyLondon: College Publications. [Trad. Sébastien Magnier, (2008)]

4 Thomasson, Amie L., 1999. Fiction and Metaphysics. Cambridge: Cambridge University Press.

5 Borges, Jorge Luis, 1994. Ficciones/Fictions.Gallimard (édition bilingue).

6 Rahman, S. &Redmond, J., 2007. Hugh MacColl. An overview of his Logical Work with AnthologyLondon: College Publications. [Trad. Sébastien Magnier, (2008)]

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Thèses de doctorat soutenues en 2010 », Methodos [En ligne], 11 | 2011, mis en ligne le 31 mars 2011, consulté le 26 mars 2017. URL : http://methodos.revues.org/2602

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • Revues.org