Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Compte-rendu de : Pascale Bermon, L’assentiment et son objet chez Grégoire de Rimini, Paris, Vrin, 2007

Jean Celeyrette
Référence(s) :

Paris, Vrin, 2007

Entrées d’index

Mots-clés :

Grégoire de Rimini
Haut de page

Texte intégral

1C’est à un maître augustin très célèbre du XIVe siècle latin, Grégoire de Rimini, qu’a été consacrée la thèse de Pascale Bermon, reprise dans cet ouvrage. Grégoire a été classé comme nominaliste par la postérité, notamment au XVIIe siècle, et la critique contemporaine ne s’accorde pas toujours sur la signification et la réalité de ce « nominalisme ». On considère habituellement que pour Grégoire, à la suite d’Adam de Wodeham, l’objet de la connaissance est le signifié de la proposition, un signifiable par complexe (complexe significabile), qu’il distingue de la proposition et auquel il attribue une réalité, en quoi il s’oppose a priori à Ockham. Cette question a été très étudiée et Pascale Bermon nous en propose ici une nouvelle investigation.

2L’une des originalités de ce travail, essentiellement philosophique, est qu’il débute par une longue étude historique particulièrement bien informée. Pascale Bermon reprenant les travaux de Marcolino, Ypma, W. Courtenay et beaucoup d’autres, rappelle les données biographiques connues sur Grégoire et sur l’ordre des augustins au XIVe siècle, tente de préciser le contexte intellectuel de l’Université de Paris pendant ses années d’études à Paris, décrit le studium generale de Bologne qu’il a fréquenté, enfin fait le point sur les condamnations de l’ockhamisme dans l’ordre dans les années 1345-46. Cette première partie se termine sur une évocation de la fortune de Grégoire au XVIe (et son influence supposée sur Luther), au XVIIe siècle chez Mersenne et Bayle (avec la polémique sur le Dieu trompeur), et chez Leibniz. Insistons sur le fait qu’il s’agit là non d’études originales mais d’une synthèse très heureuse de résultats dispersés et pas toujours facilement accessibles. Son défaut est que l’auteur ayant le souci de ne rien laisser de côté, ne hiérarchise pas toujours les informations qu’elle donne. Alors que la mise au point sur l’ouverture des augustins à la philosophie et à la théologie anglaise ou sur les condamnations relativement tardives de l’ockhamisme par l’ordre sont indispensables, on peut émettre quelques réserves sur les présentations des maîtres que Grégoire aurait pu rencontrer pendant ses études à Paris : certaines de ces présentations paraissent davantage justifiées par l’état actuel des éditions critiques que par la plausibilité d’une influence sur Grégoire.

3Mais, comme je l’ai dit, la partie essentielle de l’ouvrage est une investigation approfondie de la Lectura sur les Sentences de Grégoire de Rimini (sa principale œuvre connue) en vue de préciser la place qu’y occupe le signifiable par complexe. Elle est divisée en trois parties.

4Dans la première partie, Pascale Bermon, suivant en cela Grégoire lui-même, commence par mettre la problématique en relation avec les théories plus anciennes de l’énonciable (enunciabile). Puis elle passe à une étude minutieuse du prologue de la Lectura, là où Grégoire traite principalement la question, ce qui l’amène à donner une interprétation de la position de Grégoire opposée à l’interprétation traditionnelle remontant à Hubert Elie. Elle démontre en effet que pour Grégoire le signifié de la proposition qui est l’objet de la connaissance, et plus généralement du jugement, n’est rien, au sens où seules les essences sont ; ce faisant Grégoire reste cohérent avec l’ontologie ockhamiste. Il distingue ce signifié de l’état-de-chose (sic esse) qui est la cause de la vérité ou de la fausseté de la proposition et donc de son signifié. Quant aux variations de formulation observées entre la préface de la Lectura et un texte antérieur, elles n’indiqueraient pas une évolution de la position de Grégoire mais une simple prudence de rédaction due au contexte des condamnations de Nicolas d’Autrécourt. Grégoire ne se sépare donc d’Ockham qu’en ce que ce dernier ne distingue pas la proposition de son signifié mais pas en ce qui concerne son ontologie.

5Dans la seconde partie Pascale Bermon montre la théorie à l’oeuvre dans d’autres passages de la Lectura. On voit clairement que, tant dans l’analyse de la science de Dieu, des difficultés liées aux futurs contingents à la volonté et au libre arbitre, de la distinction des personnes dans la Trinité et de leurs relations, les signifiables par complexe sont présents et que le fait qu’ils ne sont pas des étants conditionne les solutions de Grégoire. Un point important apparaît dans les analyses concernant la Trinité : bien que pour Grégoire la relation soit un signifiable par complexe et que seuls les relata puissent être des choses, il est amené à lui reconnaître une objectivité indépendamment de toute opération de l’esprit.

6Et Pascale Bermon conclut ainsi cet examen fouillé :

« Le complexe significabile concerne en fin de compte la dimension métaphysique de l’intelligence elle-même qui /…/ rencontre des objets [souligné par moi] dont les contenus complexes s’énoncent de manière propositionnelle. Le complexe significabile permet de conduire l’analyse de ces contenus complexes maintenus volontairement dans leur formulation propositionnelle pour résister à la tendance à les figer en « concepts » qui pourraient donner l’illusion de référer à des « choses » ».

7La troisième partie montre comment les analyses précédentes s’appliquent à la notion d’objet du jugement. Pour Grégoire le jugement a une complexité irréductible qui ne peut se réduire à une composition de notions incomplexes ; il est aussi un signifiable par complexe. Or ce caractère propre du jugement complexe le met à l’abri de l’erreur car Grégoire l’affirme : le faux ne peut pas être complexement connu, ou en d’autres termes une connaissance complexe ne peut être un jugement que si son objet est vrai. Ceci conduit Pascale Bermon à suggérer que la théorie du signifiable par complexe a été conçue pour répondre à l’objection du Dieu trompeur : si Dieu mentait y aurait-il encore du vrai ou du bien ? En effet Grégoire y répond en ordonnant la vérité à des jugements qui peuvent être reconnus comme des faits, indépendamment de celui qui juge, même si c’est Dieu ; le jugement n’est pas un existant, mais possède une forme de certitude et tend toujours vers la vérité, que ce jugement soit de science, de foi ou d’opinion. Et Pascale Bermon conclut : « pour Grégoire de Rimini nous vivons dans un monde où sont présents non seulement des êtres existants mais également des vérités. Celles-ci n’existent pas comme existent les différents êtres, mais sont néanmoins telles que nous ne les avons pas nous-mêmes faites. Ce sont des vérités scientifiques, des articles de foi, des opinions. »

8On ne peut qu’être impressionné par la clarté des analyses et la précision des commentaires et interprétations de tous ces textes extrêmement complexes. Certes Pascale Bermon utilise l’ensemble de la bibliographie qui a été consacrée à Grégoire, mais son analyse est parfaitement originale et sa démonstration très convaincante.

9La critique contemporaine oppose habituellement les maîtres qui, comme Ockham, ne distinguent pas la proposition de son signifié et ceux qui considèrent que l’objet de la connaissance est, non la proposition, mais son signifié. Le travail de Pascale Bermon nous montre que cette distinction est insuffisante et que parmi les partisans des signifiables par complexe Grégoire s’oppose à ceux qui, comme Nicole Oresme, leur donnent une forme de réalité et sont partisans d’une ontologie proliférante ; rappelons que les Questions sur la Physique d’Oresme sont à peu près contemporaines de la rédaction de la Lectura de Grégoire. Il conviendrait sans doute de creuser cette différence et d’analyser de façon précise les solutions données par les uns et par les autres aux mêmes problèmes. C’est là une voie de recherche passionnante qu’ouvre le travail de Pascale Bermon, et ce n’est pas son moindre mérite.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Celeyrette, « Compte-rendu de : Pascale Bermon, L’assentiment et son objet chez Grégoire de Rimini, Paris, Vrin, 2007 », Methodos [En ligne], 8 | 2008, mis en ligne le 16 avril 2008, consulté le 27 avril 2017. URL : http://methodos.revues.org/1793

Haut de page

Auteur

Jean Celeyrette

UMR 8163 Savoirs, Textes, Langage, CNRS-Université de Lillejean.celeyrette@univ-lille3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • Revues.org