Navigation – Plan du site
Figures de l'irrationnel

Portraits du dégénéré en fou, en primitif, en enfant etfinalement en artiste

Stéphane Legrand

Résumés

Cet article traite du concept de « dégénérescence », importé dans la psychiatrie française par Benedict-Auguste Morel dans les années 1850, et largement diffusé par la suite, dans ce champ ainsi que dans celui de la criminologie. On tente d’analyser la reconfiguration qu’impose ce concept au savoir psychiatrique en dégageant la manière dont il permet d’intégrer en un ensemble cohérent plusieurs modèles théoriques: un paradigme neurologique, une théorie de l’automatisme morbide, un certain évolutionnisme. Sur ces bases, on essaie d’établir les similitudes de fonds existant entre les conceptions psychiatrique et criminologique de la dégénérescence, en montrant qu’elles mobilisent le même réseau « structurant » d’analogies entre les figures de l’anormal (le fou, le sauvage, l’enfant, la femme, l’animal); et l’on s’efforce de montrer que ces théories promeuvent une logique dans laquelle les infractions aux différents types de normes (biologiques, sociales, morales, juridiques, psychologiques, économiques) sont susceptibles de faire systématiquement référence les unes aux autres, de se traduire les unes dans les autres. Puis l’on caractérise les transformations que ce nouveau paradigme impose aux principes de la thérapeutique, de la pédagogie et de la prise en charge des malades mentaux et des déviants. Pour finir, on présente les éléments latents qui dans ce paradigme préparent et indiquent déjà sa remise en cause et son renversement à venir.

Haut de page

Texte intégral

1Nous débuterons notre présentation, avant même d’en définir précisément l’objet et d’en justifier les limites, par deux vignettes, par la comparaison de deux images de la folie. Deux de ces fous archétypes que la tradition psychiatrique aime à brandir comme étendard et à transmettre comme exemple aux générations d’aliénés – à travers lesquels elle dessine aussi, mieux que dans toutes les controverses, le visage mobile de sa vérité.

2La première vignette se trouve dans le traité Des Passions d’Esquirol. Il s’agit d’un malade dont Esquirol, pour illustrer les principes fondamentaux de sa thérapeutique, rapporte les stupéfiants propos :

  • 1  Texte cité in Gauchet M. et Swain G., La Pratique de l’esprit humain, Gallimard, coll. « Bibliothè (...)

« Si je pouvais croire avec vous que je suis fou, je serais bientôt guéri, me disait l’un d’eux, mais je ne puis acquérir cette croyance1 »

3Je ne puis croire que je suis fou, mais je le sais pourtant suffisamment pour ne pas ignorer qu’il me faut guérir de ma folie, et je sais aussi qu’en guérir ne serait rien d’autre que savoir en toute vérité que je suis fou, et l’énoncer en toute clarté. Cette figure est donc celle d’un fou qui est fou de ne pas savoir suffisamment qu’il l’est: assez raisonnable pour se savoir fou, il présente ce « reste de raison » sur quoi peut et doit (Gladys Swain l’a suffisamment montré) s’appuyer la cure esquirolienne; mais néanmoins trop fou pour le savoir suffisamment, d’un savoir complet, aussi complet en vérité que celui du médecin. Sa folie et l’espoir de sa guérison résident en cet écart entre ce qu’il sait et ce qu’il sait ne pas, ne jamais assez savoir, et qui est le même savoir pourtant… le même savoir qui est le savoir de sa folie en ce double sens qu’il se sait fou (et c’est pourquoi il peut guérir) et que c’est depuis sa folie qu’il le sait (et c’est pourquoi il faut encore l’aider à guérir).

  • 2  Cf. Foucault M., Les Anormaux, Gallimard/Le Seuil, coll. « Hautes études », Paris, 1999, p. 132.

4De l’autre côté, une deuxième figure, que nous emprunterons cette fois à Foucault2. Il s’agit d’un cas un peu plus tardif, qui s’est manifesté en 1838 et a été commenté par Baillarger en 1847. C’est l’histoire d’un paysan du Lot qui s’appelait Glenadel et qui avait toujours voulu tuer sa mère – malheureusement, un jour vient où sa mère meurt de vieillesse. Il se met à vouloir tuer sa belle-sœur. À vouloir ? – entendons-nous bien, ce n’est pas qu’il le veuille, au contraire il ne le veut pas, simplement il ne peut pas s’empêcher de le vouloir – alors bien entendu, et pour se fuir, il s’enfuit, non pas à Thèbes, car les temps ont changé, mais à l’armée, où il tuera sans doute mais du moins pas sa sœur. Et puis il a des permissions, il revient, ne revient pas, revient finalement et il veut toujours tuer sa belle-sœur. Il se fait attacher sur son lit avec des chaînes pour ne pas écouter ses sirènes intérieures. On fait venir un huissier qui l’interroge, puis quand à la fin tout le monde ressent une certaine lassitude en face de cet assassin si dévoué, on lui demande s’il ne voudrait pas être interné et il répond : « Comme vous me feriez plaisir ! » Il s’agit bien sûr d’un délire partiel, de ce qu’on appelait encore une monomanie homicide, mais il apparaît clairement que la disposition du savoir à l’intérieur de laquelle Baillarger dans sa description lui assigne place est fondamentalement différente de la première. Ici, ce qui préside à la scène, ce n’est plus le savoir et ses paradoxes, c’est la volonté et ses limites. Celui-ci sait, et sait suffisamment, et ne sait que trop bien, qu’il veut et ce qu’il veut, mais ce savoir ne l’aide en rien car son problème est qu’il voudrait ne pas vouloir ce que pourtant il veut. Et si la folie du premier se logeait tout entière dans un écart intérieur à son savoir (savoir et ne pas savoir cela même qu’il faut bien que l’on sache pourtant, ne serait-ce que pour savoir qu’on ne le sait pas encore assez), celle du second appartient à un décalage intérieur à sa volonté (vouloir et ne pas vouloir ce qu’on ne peut pas ne pas vouloir, lors même qu’on le voudrait tant).

5Nous essaierons de montrer que la théorie de la dégénérescence se loge dans cette transformation historique de la perception de la folie, dans cette mutation du champ d’expérience de la folie dont on pourrait dire qu’elle a substitué la seconde à la première de ces deux figures.

I. Détection des dégénérés

A. Hérédité, territoire, populations

  • 3  Morel fut un interne de Falret, en même temps que Claude Bernard, et suivit l’enseignement de Blai (...)
  • 4  Ce trait, qui peut aujourd’hui nous sembler comique, est sans doute lié à la fréquentation que fit (...)

6Le terme de dégénérescence devient un concept spécifiquement psychiatrique avec Benedict-Auguste Morel et son Traité des dégénérescences physiques, mentales et morales de l’espèce humaine, publié en 18573.Morel propose de substituer à la traditionnelle caractérisation des maladies mentales par les formes simultanées ou successives de leurs symptômes, une explication de la folie en termes étiologiques. La cause fondamentale d’un grand nombre de maladies mentales étant à trouver dans ce que Morel appelle « une déviation maladive du type primitif », ou encore de l’« Adam primitif »4. On peut dévier du type parfait originellement créé par Dieu pour des raisons diverses : à cause du péché originel, bien sûr, mais aussi par exposition à des conditions de vie induisant un déficit : toxiques (poisons végétaux ou minéraux, mais surtout alcool), facteurs d’épuisement (excès vénériens), constitution des sols (marais, montagnes), insuffisances nutritionnelles. Or ce déficit est héréditaire, le tempérament (manière d’être ou de réagir constituée en relation avec les conditions extérieures et plus ou moins adéquate à ces conditions) se transmet aux descendants, et se transmet même de telle manière que l’inadaptation, le déficit, la dégénérescence ne cessent de s’accroître, par une sorte d’épuisement de la puissance reproductive qui marche de pair avec la reproduction de descendants épuisés. Et on peut alors classer les différentes sortes d’héréditaires, de dégénérés, non pas selon le tableau synchronique de leurs symptômes d’aliénation, mais selon leurs positions dans la progression diachronique de la dégénérescence. Dans la première génération, tempérament nerveux, irritabilité, violence; deuxième génération : déficiences nerveuses plus graves, épilepsie, hystérie, hypocondrie; troisième génération : dispositions innées à la folie, tendances soumises à l’instinct et « de mauvaise nature », ce qu’on appellerait aujourd’hui un pervers, et puis finalement, très souvent dès la quatrième génération, idiotie complète (ou imbécillité) accompagnée de stérilité.

7On peut isoler une série de déplacements dans cette théorisation: d’abord, la reconnaissance de la folie à travers l’évidence de ses symptômes pour le regard expert de l’aliéniste, qui dominait encore la psychiatrie esquirolienne, cède la place à la détermination de ses causes générales qui s’inscrivent dans le rapport que l’organisme entretient avec les circonstances de son milieu; d’autre part la définition de la folie comme écart vis-à-vis d’une norme subsiste mais effectue un glissement: il ne s’agit plus, comme c’était le cas pour les aliénistes depuis Pinel, d’un écart par rapport à soi, mais d’une déviation pathologique du type harmonieux de l’espèce qui détermine un état permanent. Conséquence importante : ce qu’on définit comme la maladie du dégénéré coïncide exactement avec sa forme même de vie. Il n’est pas malade par l’écart vis-à-vis de ses normes de vie antérieures ou possibles, mais par l’adéquation aux seules normes qu’il puisse promouvoir.

8Il s’agit alors pour Morel d’opérer une reconversion de la médecine mentale, de l’amener à combattre les causes de la dégénérescence, qu’elle seule peut reconnaître adéquatement, plutôt que de s’épuiser à guérir ce qui est la résultante d’une diathèse déjà fixée et dont les conséquences sont probablement inévitables :

  • 5  Morel, Benedict-Auguste, Traité des dégénérescences..., 1857, p. 360.
  • 6  Id., ibid., p. 76.

« Je pense que nous sommes appelés à rendre un plus grand service en fixant l’attention de la société sur la manière de combattre les causes des dégénérescences dans l’espèce qu’en nous consumant en vains efforts pour modifier ce qui la plupart du temps est immodifiable5. » Transformation du statut de l’intervention aliéniste qui implique une modification corrélative de son type d’objet: « Nous ne sommes plus en face d’un homme isolé mais en présence d’une société6. »

9Du coup, avec le passage de la symptomatologie à l’étiologie, ce qui devient le domaine d’apparition de la folie en sa vérité, ce n’est plus la scène de l’asile (primitivement conçue pour lui permettre de se déployer en toute transparence devant le regard souverain de l’aliéniste), c’est le niveau du territoire où vit une population, avec ses variables propres liées aux différents milieux. Et le point pertinent pour une intervention médicale sur la folie, ce n’est plus la présomption d’un reste de raison en l’aliéné, par quoi il serait encore présent à son propre aveuglement, c’est la possibilité de dégager et de décaler des populations spécifiques, affectées de coefficients particuliers de risque, à l’intérieur de la population globale.

10Cette première définition de la dégénérescence va entraîner une reconfiguration générale du savoir sur la folie, et va s’articuler progressivement à trois autres éléments de théorisation: la localisation «neurologique» des causes immédiates de la dégénérescence; la problématique de l’automatisme morbide; l’anthropologie évolutionniste.

B. Désagrégation du cerveau et de la moelle

  • 7  Le docteur Valentin Magnan a longtemps dirigé le service d’admission à Sainte-Anne, où il faisait (...)

11Une fois mis en place par Morel, le concept de dégénérescence va en effet bénéficier d’un écho et d’une diffusion exceptionnels dans le champ de l’aliénisme, au point de dessiner, dans les années 1870-1880 un peu plus qu’une théorie dominante: ce qu’on pourrait appeler une disposition générale du savoir. Magnan7 est sans doute l’auteur le plus important dans ce développement du thème de la dégénérescence. Sans remettre en cause le principe de l’étiologie héréditaire, Magnan va surtout prêter attention à la structure générale du système nerveux qui explique la formation des divers symptômes de la dégénérescence. Il va entreprendre de montrer que les différents stades chronologiques de la dégénérescence ont leur système de correspondance dans la structure de l’axe cérébro-spinal, et que les causes extérieures qui déterminent l’hérédité morbide ont leur point de relais et de fixation dans des lésions déterminées de ce même système (comme causes occasionnelles en quelque sorte). Le système formé par le cerveau et la moelle épinière peut être divisé en différents centres, différentes localités, dont les fonctions sont spécifiques mais qui se situent dans un système hiérarchique commun, tel que chaque centre dit « sus-jacent » a sous son contrôle les centres inférieurs, « sous-jacents ». Chaque lésion d’un centre sus-jacent libère de son contrôle, «désinhibe » le centre sous-jacent, qui se met alors à dominer le système. Selon l’ampleur de la désagrégation, le centre dominant sera donc plus ou moins bas dans la hiérarchie, de sorte que l’on pourra distinguer les différents types de dégénérés, selon ce qui, des localités cérébro-spinales, domine en eux: la moelle épinière (lieu de la motilité), l’écorce cérébrale postérieure (lieu des instincts), l’écorce cérébrale antérieure (lieu de l’idéation). Et l’on aura alors quatre types principaux:

12– les spinaux : les plus bas dans la hiérarchie, il ne reste que leur moelle épinière d’intègre, tous les centres sus-jacents sont désagrégés, leur arc réflexe médullaire fonctionne de manière entièrement autonome, et Magnan dit d’eux qu’ils sont « relégués dans leur moelle épinière ».

13– les spinaux cérébraux postérieurs : un degré au-dessus, ils sont régis par l’écorce cérébrale postérieure, dite rétro-rolandique, qui est supposée le centre des instincts.

14– les spinaux cérébraux antérieurs, encore un degré au-dessus et soumis donc à la rection de l’écorce cérébrale supérieure : l’action des centres inférieurs est bien déterminée par des images psychiques, et non pas libérée, mais c’est la nature de ces images ou sentiments qui est troublée, pervertie, rendue incontrôlable.

  • 8  Magnan, V., Leçons sur le délire chronique à évolution systématique, éd. L’Harmattan, coll. «Psych (...)

15– Les cérébraux antérieurs, dits aussi psychiques : autant les spinaux résidaient dans leur moelle, autant ceux-ci ont leurs racines dans les étoiles. Ce sont les centres supérieurs qui les dominent, mais sans intégrer les centres sous-jacents. Dans ses Leçons sur le délire chronique à évolution systématique, Magnan affirme que ce groupe ne connaît pas les instincts inférieurs, se montre indifférent à l’instinct de génération : « La moelle, le cerveau postérieur restent silencieux; le sujet reste cantonné en pleine région frontale, dans le domaine de l’idéation8. » Ce sont des platoniques, des extatiques, des érotomanes au sens d’Esquirol. C’est par exemple ce jeune élève des Beaux-Arts parfaitement chaste, amoureux de Myrtho réfugiée dans une étoile, à qui il adresse des vers en la contemplant chaque soir.

16À travers cette mise en place, la diachronie des divers stades moréliens de la dégénérescence se trouve réinscrite synchroniquement dans la structure du système nerveux, et les formes de dégénérescence que déterminent les causes générales (alcool, malnutrition, constitution des sols, etc.) sont expliquées quant à leur nature spécifique par leurs causes prochaines liées aux lésions localisées de cette structure. Chaque espèce de dégénérescence s’explique par la lésion ou l’atrophie d’un centre sus-jacent plus ou moins élevé.

17Ce qui caractérise fondamentalement la dégénérescence, c’est donc la désorganisation, le déséquilibre, l’absence d’harmonie dans un système nerveux plus ou moins privé de ses régulations normales.

C. L’automatisme morbide

18Puisque la dégénérescence se comprend maintenant comme désinhibition des fonctions inférieures normalement régulées par la personnalité consciente, sa problématisation médicale va pouvoir récupérer la question, déjà ancienne, de l’automatisme morbide. Les automatismes, ce sont ces idées qui se présentent à l’esprit et l’obsèdent sans qu’il parvienne –bien qu’il le souhaite– à s’en déprendre, et sont déjà toutes prêtes à se convertir en action ; ces gestes qui s’accomplissent en nous et à travers notre corps sans que nous les ayons convoqués ni ne puissions les retenir. Car le moindre de ces gestes, la moindre de ces idées peut indiquer la spontanéité d’un système idéatif ou d’un arc réflexe dégagé des régulations de la personnalité consciente.

19De là vient donc que la théorie de la dégénérescence récupère et intègre des analyses plus anciennes, celles qu’avaient initiées Baillarger à propos de l’automatisme. Pour Baillarger, l’automatisme de la pensée est au fond un état normal de l’intelligence : se présentent en permanence à notre esprit une foule d’idées, de représentations, de tendances, erronées ou coupables, que nous chassons rapidement, remplaçons par d’autres qui nous en démontrent la fausseté, articulons en pensée à leurs conséquences possibles pour en combattre l’insistance. Or, dans l’état normal nous pouvons toujours faire intervenir ces idées que Pariset nommait « intermédiaires» et qui permettent le contrôle de nos représentations et de nos actes par notre personnalité. Mais, affirme Baillarger, la faculté de faire intervenir ces idées intermédiaires, et donc la régulation par la personnalité, est supprimée dans deux états: le rêve et la folie. Dans ces deux états, nos facultés inférieures sont libérées, indépendantes, toute conception est immédiatement croyance, toute impulsion est immédiatement acte, et nous-mêmes n’avons aucun pouvoir de rection sur nos propres productions:

  • 9  Texte de Baillarger datant de 1855, cité in Histoire des savoirs sur le crime et la peine, Presses (...)

« Nous sentons alors notre mémoire, notre imagination, notre entendement se mettre en campagne sans notre congé, courir à droite et à gauche comme des écoliers en récréation et nous rapporter des idées, des images, des souvenirs trouvés sans notre secours et que nous n’avions pas demandés9. »

  • 10  « De l’identité de l’état de rêve et de la folie », Annales médico-psychologiques, tome I, 1855, p (...)

20Cet état qui caractérise le rêve définit une tendance spontanée de nos facultés qui existe à l’état de veille ou de santé mentale. Mais lorsque nous sommes éveillés, et si nous ne sommes pas fous, ces impulsions sont en permanence reprises, dominées, dirigées: « À chaque instant nous reprenons la direction, à chaque instant elle nous échappe », à chaque instant nous réarticulons l’idée ou l’impulsion brusquement surgies avec l’ensemble de celles qui reposent paisiblement en notre mémoire, définissant nos habitudes et les schèmes usuels de comportement qui nous permettent de faire coïncider le flux incessant et désordonné de notre pensée avec les exigences du réel environnant et de la vie sociale. Ainsi le rêve et la folie ne sont-ils pas l’envers, le négatif ou l’autre de la veille et de la normalité, l’étrangeté ou l’abolition de leur règne ; la veille est conjuration permanente d’un rêve décousu qui habite au plus près d’elle-même; la santé mentale est une certaine manière méticuleuse et éprouvante d’habiter une incessante folie. Inversement, il est possible de comprendre toutes les formes de la folie comme un débordement de la pensée par ces tendances que son effort constitutif est de contrôler, débordement par l’involontaire et l’automatique qui définit toutes les formes du délire, mais aussi des maladies de nerfs (comme la paralysie générale étudiée dès 1822 par Bayle). La folie est une insurrection des impulsions décousues du rêve au cœur même de la veille, impulsion telle que, comme le dit Moreau de Tours10:

« La faculté pensante (…) ne s’exerce plus que par l’imagination, et les yeux du corps, pour parler le langage des mystiques, se ferment tandis que ceux de l’esprit restent seuls ouverts. »

  • 11  Moreau de Tours s’était donné comme but premier l’établissement du caractère strictement organique (...)

21On comprend donc comment cette théorie de l’automatisme a pu être intégrée à la théorie de la dégénérescence. Au début des années 1850, Moreau de Tours11 affirme ainsi qu’il y a dans toute folie une lésion nerveuse dynamique, définie par un trouble de la force nerveuse, qu’il nomme « névrosité » (sic), et dont il attribue la lésion à une transmission héréditaire d’un système nerveux défectueux. Il suffisait au fond, en acceptant l’étiologie héréditariste, d’assimiler cette lésion à une destructuration des centres sus-jacents, la libération des diverses fonctions inférieures correspondant aux diverses variétés de régression psychique vers l’automatisme.

D. Sémiotique de la dégénérescence

22Ces deux «branchements» vont entraîner une transformation du régime des symptômes de la dégénérescence. Ces derniers s’articulent à un double niveau: symptômes physiques et psychiques. Les symptômes psychiques seront tous ceux qui manifestent dans la conduite ou le discours des sujets la déséquilibration, la dysharmonie, l’absence de contrôle sur soi: ce seront essentiellement les obsessions (tel sujet ne peut parvenir à l’orgasme s’il n’imagine une tête ridée coiffée d’un bonnet de nuit), les impulsions irrésistibles (tics divers, onomatomanie, coprolalie, etc.), les idées fixes (tuer, voler, couper les nattes des filles, s’opposer à la vivisection). C’est-à-dire l’ensemble des déterminations classiques de la monomanie et du délire partiel, groupées avec celles de l’hystéro-épilépsie : tout ce qui marque l’absence de contrôle du sujet sur les propres productions de son système nerveux, le débordement du patient par les manifestations parfois épouvantables et parfois risibles de ses propres quasi-volontés ou de ses propres réflexes. Mais le plus intéressant est que cet ensemble symptomatique s’articule à un autre ensemble, qui le reflète et le trahit, de symptômes physiques. Non pas simplement les creux et les bosses de son crâne, mais tous les éléments de son anatomie sont en effet susceptibles de manifester, par leur dysharmonie propre, le déséquilibre de son psychisme. Ils sont ce qu’on va nommer les «stigmates de la dégénérescence», dont le régime de manifestation de la maladie pour le savoir médical est tout à fait original.

  • 12  In Féré C., La Famille névropathique. Théorie tératologique de l’hérédité et de la prédisposition (...)

23Dans la médecine des espèces le symptôme servait à déterminer l’identité de la maladie essentielle, susceptible toujours de se voiler et de se troubler dans l’individu concret; pour le regard clinique, le signe permettait d’accéder à l’identité de la maladie par la décomposition et la recomposition de ses éléments pertinents. Donc ils donnaient à voir ou à connaître quelque chose qui était la réalité de l’essence morbide, son identité propre. Le stigmate lui donne à voir en premier le fait de la différence du porteur, l’évidence de son altérité. Et ce n’est que secondairement qu’apparaît à l’enquête médicale sa parenté avec les autres malades: ils se ressemblent par leur dissemblance d’avec les autres. Féré12 explique que ce qui caractérise les dégénérés c’est qu’ils ne ressemblent pas à leurs parents, et qu’ils leur ressemblent de moins en moins à mesure que la dégénérescence s’accroît. Mais par contre les dégénérés dissemblables d’une famille ressemblent aux dégénérés dissemblables d’une autre famille. C’est la dissemblance qui spécifie le dégénéré, et Féré, c’est une constante de son génie, trouve pour représenter cela une merveilleuse métaphore:

  • 13 Ibid., p. 219.

« Au point de vue de la morphologie comme au point de vue de la psychologie, la famille d’un dégénéré ressemble passablement à la couvée d’une poule dans le nid de laquelle seraient venu pondre tous les oiseaux de la basse-cour, et aussi quelques oiseaux de proie13 ».

24Bien sûr, il n’est pas très facile pour notre regard ­ rétrospectif de discerner à quoi ressemble la psychologie d’une couvée de poule, mais ce qui du moins paraît clairement à travers cette métaphore, c’est la fonction sémiologique très originale du stigmate: faire signe non pas vers l’identité d’une entité morbide, mais vers l’évidence d’une dissemblance par quoi tous les dégénérés se ressemblent. Tarde ira jusqu’à écrire en 1886 dans La Criminalité comparée, à propos d’un autre discours dont on verra la connexion avec celui des aliénistes : « Le mérite de l’anthropologie est d’avoir cherché à préciser les causes de cette impression que tout le monde ressent plus ou moins à la vue de certains visages. » La théorie de la dégénérescence est la théorie de ces choses qui vont sans dire, parmi lesquelles la sale gueule s’est toujours enorgueillie d’une position de choix.

  • 14 Op. cit., ch. 4.

25Et la notion de stigmate permet en outre de faire porter une présomption de culpabilité ou de folie sur tout ce qui s’écarte d’un type normal qu’à la rigueur il n’est pas nécessaire de spécifier. Le même Féré, qui était si clair sur l’évidence des stigmates, reconnaît pourtant14 qu’il n’y a pas deux cerveaux humains semblables, qu’il n’y en a donc pas un seul qui corresponde à la norme et que tout partage entre la santé et la maladie, le vice et la vertu est nécessairement arbitraire. Dans cette forme d’expérience médicale, de même qu’on trouve l’exercice d’un pouvoir médical qui ne repose plus sur l’affirmation d’une puissance de guérir, de même on découvre une perception immédiate de l’anormalité qui ne suppose plus le repérage nécessaire d’une norme. Et si cette affirmation paraît exagérée, qu’on se reporte à la préface que donne Cesare Lombroso à la 4eédition de son Homme criminel, où il montre que ses «théories les plus hardies ont été mises en pratique dans des temps reculés» en se référant à un édit du Moyen Âge qui prescrivait « dans le cas où deux individus seraient soupçonnés, d’appliquer la torture au plus laid des deux ». Preuve dont il appuie sa prétention à ce que la vérité n’ait pas d’histoire.

  • 15  Morel B.-A., « Discussion sur la classification de la folie », A.M.P, n°7, 1861, p. 176.

26La dégénérescence est donc une présomption de culpabilité inscrite dans le moindre des stigmates physiques, et elle introduit corrélativement un soupçon de folie dans la moindre conduite déviante. Un psychiatre dont l’histoire n’a pas conservé le nom remarquait très lucidement, lors de la réunion du 28 juin 1886 à la Société médico-psychologique, que la dégénérescence avait pour avantage d’être une catégorie avec laquelle on pouvait faire cadrer « tout ce qui ne correspond pas exactement aux catégories connues de la pathologie mentale ». Elle permet une pathologisation de la foule de ces gens qui « restent toute leur vie dans une situation anormale, qui commettent des actes excentriques, désordonnés (…) sans jamais tomber en démence15 ». C’est ainsi que l’on fera de toutes les marginalités, et de toutes les contestations de l’ordre, des stigmates psychologiques: lorsqu’une société protectrice des animaux entreprendra dans les années 1880 une campagne contre la vivisection, Magnan découvrira dans cette idée fixe le stigmate d’un déséquilibre qui lui permettra d’isoler une pathologie mentale: la folie des anti-vivisectionnistes (tel est le titre qu’il donne à un livre publié en 1884). Et Féré affirme de son côté que pour qu’un soupçon d’hérédité puisse être porté, il suffit que les aïeux aient été «inventifs» ou «excentriques», «enthousiastes» ou «dépensiers ». Le dégénéré est tel par son déséquilibre ou celui de ses ascendants. Mais il est clair que du fait de l’interprétation étiologique de son trouble que promeut la théorie de la dégénérescence, cela revient à confondre sans le dire le registre des symptômes et celui des causes: ainsi Féré, dans sa Famille névropathique, reprendra-t-il systématiquement toutes les causes répertoriées de dégénérescence pour expliquer qu’elles ne sont en fait que les stigmates d’un état psychique morbide. Au chapitre 2, il écrit ainsi que « pour devenir alcoolique, il faut être alcoolisable », qu’« on ne devient fou d’amour que quand on avait un amour de fou », que «ne fait pas d’excès vénériens qui veut» (ce qui par ailleurs est assez vrai), et bien sûr, au chapitre 3, à propos de la Commune, qu’« il ne faut pas se laisser égarer par l’importance du fait qui semble avoir été la cause principale; (…) seuls les individus prédisposés ont été atteints ». La diathèse elle-même, ses causes et ses symptômes s’échangent interminablement les uns pour les autres, selon les besoins du moment.

27La disposition de ce champ symptomatique autorise alors une perception beaucoup plus spécifique, et surtout indéfiniment élargie dans son extension possible, des formes pathologiques; il n’est rien au fond ou presque rien qui ne puisse, dans le corps ou la conduite, fonctionner comme stigmate et désigner une folie latente. À ce champ symptomatique, on peut assigner cinq fonctions principales:

28Analytique indéfinie : la notion de stigmate permet un découpage du corps et du comportement en infimes et infinis éléments pertinents, discrets et hétérogènes, susceptibles chacun de valoir comme signe d’un désordre de la totalité.

29Polyvalence sémantique : n’importe quelle structure de ces éléments est capable d’indiquer un tel déséquilibre. C’est comme traits différentiels que fonctionnent les stigmates. Que tel organe soit normal ou non (relativement à tel ou tel idéal anatomique), c’est toujours par sa relation avec le reste de l’organisme ou de la conduite qu’il signera l’anormalité (Bonnet note ainsi que des génitoires normaux en eux-mêmes sont anormaux chez un idiot puisqu’ils contrastent par leur développement physiologique normal avec le retard de développement de l’intelligence).

30Réversibilité logique : Qu’est-ce qui permet de déterminer ce qui est un stigmate pertinent ? La récurrence d’un trait chez les dégénérés. Qu’est-ce qui permet de dire si quelqu’un est un dégénéré? La présence des stigmates. Ainsi Michéa avait-il montré en 1852 que l’hérédité était ce qui permettait à un médecin (et à lui seul) de faire la distinction entre ce qui est «perversion morbide» et ce qui est simple défaut moral non pathologique. Donc à la question : qu’est-ce qui permet entre deux séries d’actes isomorphes de faire passer le scalpel de l’assignation en pathologie ? la réponse est : l’hérédité. Mais l’hérédité se définit comme la présence des mêmes perversions ou défauts chez les ascendants… L’état morbide se déduit de la présence des stigmates, mais c’est la présupposition de l’état qui permet de faire fonctionner tel élément comme stigmate plutôt que comme « simple défaut moral non pathologique». Cette réversibilité correspond à ce que les sceptiques de l’Antiquité nommaient un diallèle.

  • 16  Cf. « Étude généalogique sur les aliénés héréditaires », Annales Médico-Psychiatriques, n°2, 1869.

31Infalsifiabilité : il est presque impossible, pour les trois raisons susdites, de ne pas trouver un grand-père alcoolique ou un tonton loufoque lorsqu’on veut pathologiser un individu, et si l’on ne trouve vraiment pas, il ne reste plus qu’à soupçonner le facteur… Ainsi lorsque Doutrebende se trouvait confronté à un cas de folie sans hérédité assignable, il lui arrivait de conclure à l’adultère de la mère16.

32Principe de la réversion systématique du diagnostic dans le pronostic : avec l’ancienne notion de monomanie homicide, la psychiatrie n’avait que très peu de pouvoir pronostique pertinent; on pouvait avec cette catégorie déresponsabiliser le prévenu, l’exempter de son imputabilité au pénal et le réserver pour l’asile, mais guère avoir cette intervention préventive que les procédures du placement d’office et du placement volontaire requièrent des médecins depuis la loi de 1838. Au contraire les stigmates, signes immédiatement accessibles, multiples et déchiffrables à la plus superficielle inspection, permettent une détermination systématique des virtualités du client.

E. Une économie générale des normes

33Ainsi ce qui caractérise la dégénérescence, c’est une prolifération de stigmates indiquant à travers la dysharmonie du corps la désorganisation du système nerveux qui se traduit dans les désordres de la conduite: toute forme d’inadéquation aux normes sociales, quel que soit leur degré de transcription dans une normativité juridique, fait signe vers une déficience biologique qui au fond inquiète le devenir de l’espèce dans le même mouvement qu’elle compromet l’ordre de la société.

34Dans cette perspective, on voit donc qu’au fond ce qui va se mettre à fonctionner comme l’indice premier et fondamental de la dégénérescence, c’est l’indiscipline, l’incapacité d’inhiber ses tendances en référence à une norme extérieure, puisque la tendance intérieure permettant d’inhiber et de contrôler est précisément absente. Le dégénéré est essentiellement quelqu’un qui est biologiquement inapte à obéir.

  • 17  Thulié H., Dressage des jeunes dégénérés ou Orthophrénopédie, Alcan, Paris, 1900, voir le chap. 15 (...)

35Et cette domination du moi par les idées fixes et les réflexes de l’automatisme s’articule aussi au problème de l’indiscipline, en ce sens que les centres sus-jacents qui font défaut sont justement ceux qui permettent l’existence du sens moral, plus précisément la subordination des tendances égoïstes aux impératifs sociaux. Ainsi Thulié affirme-t-il17 que le sens moral s’apprend, si bien qu’on le prend à tort pour une fonction physiologique (sic), mais que l’hérédité détermine justement une plus ou moins grande aptitude à s’assimiler et à faire valoir en soi les lois morales du milieu, précisément du fait de la lésion de la volonté qui occasionne l’absorption du fonctionnement mental par des impressions dominantes ou obsessions. Le système nerveux des dégénérés est inapte à développer des impulsions altruistes. Ces analyses impliquent donc une toute nouvelle représentation de la genèse du social et des fonctions pédagogique et punitive qu’il doit faire jouer.

36Si l’on prend, à titre de comparaison, les théories contractualistes, on y trouvera bien le problème limite posé par les punitions corporelles et la punition à mort. Chez Hobbes comme chez Rousseau, quoique de deux manières différentes, on est conduit à admettre qu’au moment où il commet son crime ou bien au moment où il est condamné à mort, le sujet sort de l’état social, retourne à l’état de nature, ne fait plus face à la société ou au souverain que dans un pur rapport de force homologue à ceux qui caractérisent l’état de nature ou l’état de guerre. Dans la volonté criminelle (pour Rousseau), ou dans le risque de la punition invalidant la logique des intérêts qui sous-tend sa souscription au pacte (selon Hobbes), le sujet sort de la société et se retrouve face à elle dans un rapport qui est celui d’individu à individu dans l’état de guerre.

37Mais avec une théorie comme celle de la dégénérescence, on trouve par rapport à un système de ce type, un déplacement important: car avant même d’avoir commis son crime, le sujet était déjà au-dehors, extérieur à quelque chose qui est, non plus la société ou l’État, mais la race, son crime n’est pas ce qui le met au-dehors d’un ordre juridique, il est le symptôme de son extériorité première à l’ordre biologique qui fonde l’unité possible d’une société. Le dégénéré n’a pas refusé de souscrire: il ne peut vouloir, car le jeu de ses instincts égoïstes ne peut pas se subordonner aux instincts sociaux.

38Alors le pouvoir sur la vie ne se met plus simplement à fonctionner lorsqu’on retourne vis-à-vis d’un individu à l’état de nature et qu’il s’agit de le tuer, mais a pour objet fondamental et permanent quelque chose qui est l’individu même en tant que sujet biologique, sujet d’un jeu d’instincts, sujet dont la volonté même est un effet de ses instincts. Le rapport du pouvoir à la nature des individus et à leur vie n’éclate plus dans le moment où la volonté criminelle produit leur extériorité réciproque: il lui est intérieur et permanent.

39Et la permanence et l’intériorité de ce rapport prennent appui sur un système qu’on pourrait nommer, faute d’un terme plus élégant, « d’échangeabilité généralisée des normes », une économie générale de la normativité. Les différents systèmes de normes qui coexistaient précédemment dans des relations de relative (mais importante) extériorité réciproque, peuvent désormais se traduire les uns dans les autres: l’infraction à une norme juridique fait signe et sens vers une transgression des formes normales de la conscience et de la santé mentale, qui elle-même désigne une anormalité biologique constitutionnelle; l’individu réfractaire à telle ou telle normativité institutionnelle disciplinaire peut et doit être pensé comme infracteur potentiel et probable aux lois plus massives des codes (car il est en même temps physiologiquement et mentalement anormal); le comportement qui inquiète l’ordre social et/ou disciplinaire indique en même temps un type de tempérament héréditairement transmissible qui met aussi en danger les conditions biologiques d’existence favorable de la race, qui sont elles-mêmes directement conditions de la fixation et du développement des normes morales et du pacte social, etc.

F. L’anthropologie évolutionniste

40Cette prise en compte, au-delà du corps épuisé et indocile du dégénéré, de la vie elle-même qui à travers lui s’effondre, nous avons vu comment elle se mettait en place avec Morel, et comment elle avait été modifiée par l’intégration des acquis de la neurologie et de la théorie de la folie comme automatisme.

41Mais il nous reste à examiner une dernière intégration, une ultime ligne de recomposition.

42Car il faut bien comprendre que ce qui dégénère, au sens d’un processus, ce n’est pas l’individu, de bout en bout fidèle à sa pauvre nature, c’est bien l’espèce, c’est-à-dire l’hérédité elle-même. Ce qui dégénère c’est la capacité de la vie à se répéter identiquement au fil des générations. Féré dit bien que la dégénérescence n’est pas un héritage qui se charge, mais la puissance d’hériter elle-même qui se dilapide. Disparaissent progressivement, en partant des plus récentes et des plus fragiles, les adaptations évolutives qui coïncident avec les différentes strates du système cérébro-spinal; corrélativement la capacité de transmettre les adaptations se dissout, à mesure que diminue, comme le dit Féré, « l’énergie embryogénique» (qui permet à l’embryon de récapituler dans l’embryogenèse les différentes phases de l’évolution spécifique), jusqu’à l’idiot profond en qui cette énergie est tarie entièrement (il est stérile) et à qui il ne reste plus qu’une moelle où se réfugier. En un mot, l’hérédité est dégénérante, les individus ne sont que dégénérés :

  • 18  Féré C., op. cit., p. 274.

« Le déséquilibré n’est plus un dégénérant, il est un dégénéré. A fortiori, le déséquilibré héréditaire est un dégénéré sans avoir été un dégénérant18. ».

43C’est le cas de dire que ce n’est pas tant le dégénéré qui hérite de son héritage biologique, que l’hérédité elle-même qui hérite de l’héréditaire.

  • 19  Problématique qui, du moins chez Féré, est essentiellement référée au spencerisme, présenté et rev (...)

44Cette analyse peut alors se lier aisément à une problématique évolutionniste19: les centres supérieurs sont les plus récemment constitués par le progrès adaptatif; étant du même coup les plus complexes, les plus différenciés, ils sont aussi les plus précaires et les premiers désagrégés par la décadence neurologique. Au fil des générations, la dégénérescence descend le long de l’axe cérébro-spinal comme un très lent frisson, qui libère peu à peu les fonctions inférieures et normalement subordonnées de la vie instinctive, faisant prédominer dans le sujet ce qui est par nature voué à l’obéissance, mais aussi faisant resurgir du coup le passé de l’espèce dans le mode d’être présent de l’individu.

45La boucle est bouclée: la diachronie de la dégénérescence «découverte» par Morel, et dont chaque stade à la fois trouve son corrélat anatomo-physiologique dans des lésions déterminées de l’appareil nerveux et libère un certain type d’automatisme morbide sous-jacent à la vie normale et dont les symptômes sont identifiables, est en même temps une abolition progressive des adaptations phylogéniques. Le système cérébro-spinal est l’espace fragile où se rejoue et se représente l’histoire de l’espèce, où le progrès biologique prend la forme d’une hiérarchie simultanée d’instincts qui a le bon goût de mimer pour son propre compte la structure de l’ordre social.

II. Vers un imaginaire politique et anthropologique commun

A. Psychiatrie de la dégénérescence et anthropologie criminelle

  • 20  Qui est la source principale et revendiquée de l’anthropologie criminelle prônée par l’école de la (...)

46Ces quelques analyses nous permettent de comprendre comment la fameuse théorie lombrosienne de la dégénérescence comme résurgence de l’atavisme20 se rattache en profondeur à la même disposition générale du savoir que la pensée des psychiatres, malgré certaines oppositions de surface.

  • 21  Voir notamment Lombroso C., L’Homme criminel, Felix Alcan, Paris, 1887 (traduction sur la quatrièm (...)
  • 22  Ainsi Lombroso affirme-t-il au chapitre 2 de son L’Homme criminel que la femme est esclave de la m (...)
  • 23  Id., p. 108.

47Ce qui caractérise le dégénéré pour Lombroso, c’est en effet sa tendance à la répétition. L’homme pour Lombroso21 est essentiellement conservateur; ce qui lui demande le plus d’effort c’est d’innover, de produire de nouvelles normes, de nouveaux types d’actes impliquant qu’il plie son cerveau à une évolution différente de celle que des siècles de répétition lui ont imposée. Cela vaut de tout être vivant, mais cela vaut d’autant plus d’un être vivant qu’il est moins haut dans l’évolution: la tendance fondamentale de l’évolution réussie, c’est l’arrachement progressif à la nécessité de répéter l’acquis. Cette nécessité pèse d’autant plus sur un être qu’il est moins évolué, et ce selon tous les différents gradients de l’évolution: l’animal plus que l’homme, le primitif plus que le civilisé, l’enfant plus que l’adulte, et même la femme plus que l’homme22. L’enfant, comme le sauvage, déteste le changement, il veut toujours revoir la même image, répéter le même geste ou le même rite – les basses classes sociales sont semblablement disposées: elles accueillent avec haine et mépris tout ce qui s’oppose aux vieilles coutumes, aux traditions établies. Aussi bien: « Les peuples sauvages ou primitifs, en qui l’esprit est moins actif que dans les races civilisées poussent au plus haut degré la réaction contre toute nouveauté. » Ce qui caractérise alors la dégénérescence, c’est l’accroissement chez l’individu de cette tendance à répéter le passé de la race, à répéter les tendances archaïques : le criminel, en tant que dégénéré, répète les tendances des sauvages, des animaux, des enfants, de la femme (de même que l’enfant répète le primitif, que le primitif répète l’animal, que la femme répète l’enfant, etc.). Le dégénéré n’est donc pas celui qui s’écarte d’un type primitif et idéal, c’est celui dans l’organisation duquel se répètent à titre de tendances tous les états dépassés dans une évolution normale, états qui eux-mêmes sont caractérisés par leur tendance à répéter, à refuser le progrès ; l’atavisme du dégénéré, c’est fondamentalement la tendance à répéter la tendance à la répétition. Ce qui ouvre à l’infini le cercle des analogies entre ces différents éléments placés sur une ligne évolutive, qui s’indiquent en permanence les uns les autres en se répétant les uns dans les autres (au point que l’on peut parfaitement comparer le comportement de l’enfant en bas âge à celui de la prostituée : « Quand vous croyez qu’ils vous aiment, semblables au fond aux femmes vénales, ils sont attachés à vous par les dons que vous leur avez faits et par l’espoir d’en recevoir de nouveaux; rien de plus23 » – notons en passant que cette analogie nous montre parfaitement comment la structure de renvois peut s’affranchir de l’étiologie évolutionniste qui la fonde: l’enfant est comparable à la prostituée structurellement, sans pour autant que l’enfance soit une dépendance phylogénétique de la prostitution).

48Lombroso oppose sa thèse de l’atavisme à la thèse aliéniste de la dissolution de l’hérédité, qui lui est strictement symétrique; mais sur la disposition des objets du savoir cela n’a aucune incidence: si la force embryogénique se dissout, cela livre les dégénérés aux formes et aux tendances antérieures de l’évolution phylogénétique aussi sûrement que si l’arrêt de développement produit le retour de l’atavisme. La dissolution de la puissance de reproduction des adaptations récentes ou la répétition des tendances anciennes du fait de l’arrêt de développement, telles sont les deux hypothèses que psychiatres et anthropologues s’opposent, mais que l’on opte pour l’une ou pour l’autre, cela a exactement les mêmes effets et mobilise les mêmes figures.

B. La structure des analogies psychiatriques et criminologiques

  • 24  Foucault M., Les Anormaux, op. cit., p. 283.
  • 25 Id., p. 284.
  • 26 Ibid.
  • 27 Id., p. 286.
  • 28  Op. cit., p. 302.
  • 29  Thulié H., Orthophrénopédie, op. cit., ch. 5.

49Dans la totalité de cette configuration discursive, ce qui va permettre de pathologiser une conduite, un mode d’être, c’est la possibilité de le référer à n’importe lequel de ces éléments d’un réseau d’analogies constitué autour des figures de l’enfant, de l’animal, du primitif et de la femme. Et même, c’est principalement la référence à l’enfance qui permet de faire fonctionner ce réseau d’analogies. Et cela ne se voit nulle part mieux que dans les extraits du rapport d’expertise de Bonnet et Bulard sur le cas de Charles Jouy, que cite Foucault dans son Cours au collège de France du 19 mars 1975 : Jouy est « primordialement frappé d’avortement mental24 », « nous ne pouvons mieux comparer son mode de faire qu’à celui d’un enfant », « nous le trouvons puéril, sans consistance morale », « il a agi comme un enfant»25. Et c’est pour cela qu’on peut dire aussi que chez lui «l’animalité est si puissante26 ». L’enfance est le mode d’être permanent du dégénéré, quel qu’il soit, et les caractères de l’infantilité se retrouvent aussi bien dans ses stigmates physiques que dans son comportement. Foucault a donc raison d’écrire que « l’enfance (…) comme forme générale de comportement devient l’instrument majeur de la psychiatrisation27 ». Elle est le signifiant dernier qui permet de faire fonctionner la chaîne des signes et des assimilations. Ainsi les traits féminins chez les hommes sont aussi référés à l’infantilisme caractéristique des dégénérés (par exemple chez Faneau de la Cour) : génitoires restreints, blancheur de la peau, absence de pilosité, etc., tout cela est signe de féminité et par là d’infantilisme. Et l’infantilisme est lui-même indice de sauvagerie (ainsi Féré écrit-il28 que la précocité intellectuelle suivie d’arrêt que l’on signale chez les sujets dégénérés est comparable à celle du nègre dont l’évolution intellectuelle est d’abord rapide puis s’arrête brutalement). Quant à Thulié il note que chez beaucoup de dégénérés « domine la bestialité dans ce qu’elle a de plus sauvage29 ». Le système de référence est souple et réversible : avoir les traits d’une femme, c’est régresser à l’infantile; ne pas être plus évolué qu’un enfant, c’est avoir évolué comme un sauvage; être enfant, femme, primitif, c’est être toujours plus enfoncé dans l’animal.

50L’enfance devient donc, aussi bien dans l’anthropologie criminelle de Lombroso et de ses successeurs que dans la psychiatrie de cette époque, à la fois le principe d’intelligibilité général des formes d’existence anormales, déviantes, dégénérées, arriérées (le primitif, la femme, l’animal, le peuple), et le modèle d’intervention universel sur toutes ces formes de déviance.

51Mais que se passe-t-il lorsque l’on ne dit plus que l’enfant, le primitif, la femme sont des stades transitoires dans un développement normal ou une forme biologique nécessaire dans une espèce donnée, mais en même temps et d’abord que l’adulte est l’état normal de l’enfant, que le civilisé est l’état normal pour le primitif, que l’homme est l’état normal de la femme ? L’adulte civilisé mâle a pu apparaître comme norme de ces figures lorsqu’elles ont cessé d’être des éléments différenciés dans un tableau synchronique, et sont devenus des modes d’être qu’il contient en lui sous la forme d’une irrégularité qu’il régule, d’une anormalité qu’en permanence sa santé conjure, d’une menace qui ne saurait se taire mais qu’il peut obliger, un moment, à parler son langage…

52À ce point prend place un moment de basculement, moment important où l’enfance de l’homme, où l’enfant dans l’homme n’est plus la mémoire ineffaçable de son innocence perdue, mais la forme première de son insoumission. Où le primitif ne lui fait plus signe, depuis l’autre rivage d’une mer quelconque, vers le mirage de sa bonté native, mais lui indique sous les espèces de la plus honteuse barbarie le danger qu’il représente pour sa propre race. Où la femme elle-même n’est plus cet autre sexe qu’on courtise ou accable, mais devient à l’homme le miroir tendu de sa propre faiblesse.

53Ce basculement va rendre nécessaire une nouvelle forme de réflexion sur la prise en charge, la pédagogie, le traitement des dégénérés.

III. Dressage des dégénérés

A. Une utopie de la soumission pure

  • 30  In Perversion et perversité sexuelles, G. Carré, Paris, 1ère éd. 1896, p. 310. C’est nous qui soul (...)
  • 31  Op. cit., p. 417.
  • 32  Id., p. 418.
  • 33  Ibid.

54Cette nouvelle forme de réflexion peut être caractérisée comme un bouleversement dans la thérapeutique de la maladie mentale : il ne sera plus question de s’appuyer sur un reste de raison présente à sa propre folie pour aménager le cheminement d’une cure, d’un retour à soi. Mais au contraire il s’agira maintenant de remplacer le défaut constitutif d’un appareil par son principe de régulation et d’organisation présent dans l’autre. Prenons par exemple ce texte de Laupts recommandant l’hypnose comme pratique de dressage: « Emmagasiner dans les centres intellectuels secondaires des associations d’idées telles que ce qui paraît rebutant au sujet lui devienne agréable, et inversement ; – que ce qu’il ne peut faire lui devienne facile et avec cela l’obligation de l’exécuter; supprimer en un mot son centre supérieur pour le remplacer par celui du thérapeute30. » Dans cette optique il ne s’agit pas de régler la forme de l’acte, mais comme le dit aussi Laupts, il s’agit de produire la tendance normale. On avait vu avec Magnan que l’idiot est quelqu’un qui habite dans sa moelle épinière : il faut utiliser l’hypnose pour le faire déménager dans le lobe frontal du médecin. Et il y a une formule dans ce passage qui est très intéressante: « que ce qu’il ne peut faire lui devienne facile et avec cela l’obligation de l’exécuter. » Ce n’est pas le geste ni la tendance qui doivent être facilités, rendus possibles, c’est l’obéissance. Ce que l’on rêve dans ces discours, c’est le point limite du pouvoir disciplinaire, le point où il verse directement dans autre chose, c’est l’obéissance comme instinct, comme tendance fondamentale d’un organisme qui n’est pas susceptible d’avoir la moindre tendance propre qui ne soit nuisible, c’est la sujétion comme norme biologique. Thulié est de ce point de vue celui qui a défini le plus clairement son utopie : « On peut créer chez les dégénérés des instincts (…) qui viendront remplacer les instincts dont ils ont hérité31. » Il s’appuie sur le spencerisme dans la version qu’en a donnée Ribot: si tout acte laisse dans notre constitution physique et mentale une tendance à se reproduire, qui se transmet elle-même héréditairement, il faut alors, contre le jeu de leurs instincts hérités, habituer les dégénérés aux gestes répétitifs qui s’implanteront en eux et supplanteront à terme leurs tendances primitives. Mais considérons la manière dont il l’énonce : « Pour faire pénétrer l’éducation chez les dégénérés dont les uns sont inertes, les autres rétifs, il faut nécessairement créer l’instinct de l’obéissance. » Il est indispensable que l’enfant obéisse sans se dire «j’exécute l’ordre donné pour ne pas être puni32» – pourquoi ? parce qu’il aura pris conscience de la justesse de cet ordre ? non: il faut qu’il obéisse « sans cette arrière-pensée, sans conscience, pour ainsi dire par véritable action réflexe33». Quel sens peut avoir cette notion d’un réflexe de l’obéissance ? Car « obéir », cela ne correspond à aucun geste spécifiquement déterminé, c’est la forme d’une relation entre le geste et ce qui le détermine, et pas une structure intérieure du geste susceptible d’être fixée comme automatisme par la reproduction fréquente d’états physiques et psychiques suivis dans le même ordre.

  • 34  Moreau de Tours J., Du haschich et de l’aliénation mentale, SEMP, coll. «Esquirol», Paris, 1970 (r (...)

55Cela veut dire que le jeu de la norme dans la relation de pouvoir n’est plus ordonné à une guérison possible mais à la régulation des pathologies comme telles. Les processus pathologiques, on l’a vu, ne sont pas perte de soi, ou écart d’avec soi, mais exagération de tendances normales, accompagnées ou rendues possibles par une atrophie des fonctions inhibitrices. Or Moreau de Tours remarque34 que ces idées fixes et irrésistibles qui caractérisent la folie peuvent changer de nature, soit à la suite d’un choc, soit faute de support dans le réel (ainsi de notre Glenadel dont le désir de tuer s’était reporté de sa mère à sa belle-sœur). Mais s’ils peuvent changer d’idées fixes, on pourra bien alors se charger de les choisir pour eux, leur donner de bonnes idées fixes, de bons automatismes sur lesquels se fixer (c’est Thulié et Laupts). Voilà alors que, dans cette disposition du savoir, le dressage ne guérit pas, ne régénère pas ni ne cherche à le faire: on ne guérit pas puisqu’il ne s’agit pas de restituer au malade sa normativité mentale, sa capacité à sérier les idées, les repousser, les inhiber, les ordonner – mais au contraire on lui donne des idées fixes, et encore plus solides que toutes celles auxquelles sa maladie pourrait le contraindre; on le fixe sur des idées compatibles avec cet ordre social qu’il ne peut vouloir par lui-même. Là où les aliénistes voulaient s’appuyer sur le reste de raison par quoi le malade était encore présent à sa folie, présent à son absence à soi, pour interrompre le processus pathologique qui déterminait cet écart et cette absence, il s’agit ici, presque à l’inverse, de prendre appui sur les ressorts du processus pathologique lui-même pour en réguler les manifestations conformément aux exigences d’un ordre social que son essence est de contester.

B. Perspectives méthodologiques et recodage économique du champ de l’anomalie

56Si nous accordons une grande importance à ces textes de peu de mémoire, ceux de Laupts, de Thulié, de Féré, c’est qu’ils nous semblent indiquer un point limite, un point de croisement presque idéal des technologies de pouvoirs. Une articulation où l’inadéquation à la norme disciplinaire, qui requiert la correction sous forme de dressage, est immédiatement codée en termes d’inadéquation à la norme biologique qui est utilisée pour faire le partage dans une société entre les formes de vie valorisées et dévalorisées. Et ce parce que ce sont les normes biologiques elles-mêmes qui sont immédiatement utilisables pour définir et penser les formes variées de l’inadéquation aux normes disciplinaires, et où réciproquement toutes les formes d’indiscipline permettent et appellent une intervention de type médical et hygiénique qui vise, par-delà l’individu momentanément réfractaire et à travers l’évidence de son hérédité, le corps, l’espèce, la santé de la population, ses risques et son avenir. Si Foucault a pu montrer avec succès comment s’était implanté dans la société française du XIXe siècle un dispositif de pouvoir articulant entre elles les institutions disciplinaires et les faisant fonctionner dans « un même espace » qu’il lui est arrivé de nommer « l’archipel carcéral», nous trouvons ici, dans un certain régime des formes de perception de l’anormalité et des utopies thérapeutiques, le contrecoup de ce qui fut peut-être une nouvelle extension de ce dispositif, branchant désormais la rectification disciplinaire des conduites sur une problématisation (en termes de populations à risque) de la vie et des conditions de vie à terme de l’espèce et/ou de la race.

  • 35  Garofalo R., La Criminologie, Felix Alcan, Paris, 1888, traduction par l’auteur, p. IX s.

57Il y aurait donc ici l’articulation, logiquement appelée par cette problématique, de deux dimensions ou directions du normatif: les dégénérés sont anormaux dans leur comportement et doivent donc être redressés, mais du même coup ils sont anormaux relativement aux conditions d’existence de l’espèce et de la société, ils en compromettent le développement dans le sens de la majoration de sa vie. Et symétriquement, il devient légitime pour une société de se protéger de ce double danger que les dégénérés font courir à la population, à son ordre et à son avenir; c’est donc de la théorie de la dégénérescence que dérive le thème de la « défense sociale», qui implique qu’on déplace «le critérium de la pénalité, en le reconduisant au principe de la nécessité sociale et en abandonnant celui de la responsabilité morale de l’individu35 ». Si l’on continue à se placer à ce dernier point de vue en effet, il faut acquitter tous les dégénérés, car au fond nul n’est responsable d’agir sans prendre en compte ce qu’il ne peut, par sa nature même, prendre en compte : si la pénalité veut alors remplir sa fonction elle ne doit envisager, au moment de déterminer la peine, que la dangerosité réelle du criminel, le même acte devant du coup être sanctionné par une peine différente selon le risque de récidive, selon la capacité d’amendement, etc. Ce qui revient en fait à transposer au droit pénal les principes nouveaux qui s’élaboraient à cette époque dans le droit civil: ceux qui définissent la responsabilité à partir de la création d’un danger. Les dégénérés en effet, à la limite, ne sont pas des sujets de droits, ils sont un ensemble de choses sous la responsabilité de l’État et voués à engendrer des coûts sociaux. D’abord (cf. Féré), on a vu qu’ils étaient fondamentalement paresseux (ce qui les définit, c’est l’épuisement et l’égoïsme), or ils ne sont pas moins nuisibles à la société par leur inactivité que par leurs vices et leurs crimes :

  • 36  Féré C., Dégénérescence et criminalité, 1888, p. 102.

« L’oisiveté n’est pas plus légitime que l’incendie; ne rien faire, ou brûler ou consommer en superfluité, amène nécessairement un retard dans l’accumulation des choses utiles, et par conséquent, dans l’adaptation progressive36. »

58Il me semble qu’on peut voir là l’esquisse d’un recodage économique et libéral du thème du danger biologique: les dégénérés compromettent l’adaptation et l’évolution par la reproduction de leurs gènes pourris, mais ils les compromettent aussi en représentant un manque à produire qui ne peut à terme qu’étendre la misère dont leur bâtardise est issue. La société doit « mettre hors d’état de nuire » les dégénérés au nom de leurs « actes nuisibles passifs », avant même que leur responsabilité soit engagée dans un crime. Mais en plus, lorsqu’ils en commettent un, ils sont insolvables (car au fond ils ne le commettent que parce que leur incapacité à les réfréner à la même racine que leur incapacité à se procurer leurs moyens de subsistance par des voies socialement acceptables). Il faut alors considérer que l’État est responsable. Car l’État est selon Féré l’un des partenaires d’un contrat par lequel chaque individu achète sa sécurité en payant l’impôt ; en manquant à son devoir de protection, il s’est rendu responsable civilement par rapport à la victime et doit la dédommager toutes les fois où le délinquant ne le pourra lui-même. Le crime du dégénéré est, dans le rapport de l’État à la victime, de l’ordre de la responsabilité du fait d’autrui; et l’on pourrait même dire de la responsabilité du fait de la chose. À la limite, le dégénéré est moins qu’un enfant sous tutelle, il est une chose : ainsi, Dally affirmait-il en 1863 que « le coupable, en un mot, c’est l’organisme étendu, c’est l’être matériel, c’est le corps ». Le fondement contractuel du lien social n’est plus de l’ordre du constitutionnel mais du civil, il stipule que l’État est responsable de la sécurité des sujets de droit sous peine de dédommagement, il implique que cet irresponsable qu’est le dégénéré ne soit pas envisagé sous l’angle de sa responsabilité mais du point de vue de sa dangerosité, qu’il fonctionne juridiquement comme une chose tenue sous la responsabilité civile de l’État, qu’il doit être sanctionné, pris en charge au moindre coût ou à la rigueur même éliminé, avant même d’avoir agi contre la loi, parce que le seul fait de son existence est un coût social, ne serait-ce même que sous la forme du manque à gagner, et qu’au fond il n’y a pas de différence fondamentale entre ce qui représente pour la population un coût économique et ce qui devrait aux yeux du code pénal constituer un crime. C’est cela qui se met en place, qui balbutie dans les textes des criminologues italiens et des aliénistes français.

59Nous ne pouvons ici qu’esquisser maladroitement cet aspect des choses, mais il nous semble important: la théorie de la dégénérescence ne se contente pas de mettre en place un système de correspondance entre les normes disciplinaires et les normes psychiatriques, les normes pédagogiques et les normes biologiques, l’insoumission de l’individu et le vivre de l’espèce, etc. – elle tend à recoder l’intégralité de ce système d’« échangeabilité » des normes institutionnelles et discursives à l’intérieur d’une théorie des coûts relatifs de l’anormalité et de la normalisation, dans une perspective qui n’est plus celle de l’intervention systématique mais du calcul économique rationnel de la forme et du degré de la normalisation nécessaire. Le dégénéré commence à être pensé comme étant essentiellement un coût : coût social direct par ses actions nuisibles; coût social et institutionnel indirect par les dépenses en procédures disciplinaires qu’il impose; coût biologique à terme par le germe néfaste qu’il instille dans les veines du corps-population; coût économique direct par sa fainéantise invétérée qui l’empêche de produire les biens utiles à la société – et surtout, toute la subtilité est là, reproduction et amplification à travers ce dernier coût de tous les précédents: moins une société produit de bien utiles, plus ses conditions d’existence sont propices à la formation de dégénérescences, donc d’indisciplines, de tares biologiques, etc.… Soit dit en passant, si l’on cherchait à faire la généalogie du « concept » « économique » néolibéral de « chômeur volontaire », on en trouverait sans doute la racine dans ces fantasmagories biopolitiques beaucoup plus que dans l’histoire autonome de la science économique.

60Toujours est-il que, dans tous ces éléments de la théorie de la dégénérescence – extension illimitée de la pathologisation des conduites déviantes ; interprétation de la maladie mentale comme le point de croisement de l’indiscipline comme défaut de la volonté et de la décadence nerveuse comme danger pour les conditions d’existence de l’espèce; constitution de l’enfance comme modèle d’intelligibilité de toutes les formes d’anormalités psychologiques saturant un réseau d’analogies; redéfinition du contrat social sur un modèle libéral – dans tous ces éléments se met en place, me semble-t-il, une nouvelle forme de perception de la marginalité sociale et politique.

61À partir de là, en effet, une société va pouvoir commencer à penser ce qu’elle exclut à partir de ce qui lui est, non pas le plus étranger, mais le plus intérieur (l’enfant, la femme, son propre passé) et qui se déplace à l’intérieur d’elle, transgressant sa localisation normale (chronologique, biologique, anthropologique) – l’enfant non pas comme segment local dans le devenir de l’adulte, le primitif non pas comme stade ancien paré de merveilleux ou décidément effrayant, la femme même non pas comme l’un des deux sexes possibles – mais les uns et les autres comme modes d’être possibles pour tout le monde, pour tous ceux qui, en en faisant l’expérience, ne seront justement plus tout à fait des hommes. C’est l’apparition véritable d’une figure politique nouvelle : non pas la lutte, la guerre, la révolte, la contradiction, mais la transgression, et la transgression non comme passage au-dehors, non comme passage de l’autre côté des limites de la loi ou des conditions du pacte, mais comme déplacement des limites intérieures, transgression aussi et du même coup des normes de vie, des conditions d’existence – non de celles d’un État dans sa forme juridique ou ses fondements contractuels; celles d’une population qui, essentiellement, s’efforce à vivre.

IV. Le même discours et pourtant, déjà, un autre

62Il aurait fallu aussi analyser ce qui dans ce discours, dans ses principes les plus fondamentaux, dessine déjà les points de résistance possible à ses opérations, de retournement stratégique de sa logique, la forme même de son renversement à venir.

63Cette ligne de résistance se dégage immédiatement de sa structure la plus intime. Nous nous contenterons ici d’en dégager deux aspects.

A. Progénérescence

64Foucault avait montré dans les Mots et les choses, à propos de Cuvier, comment se mettaient en place dans la biologie naissante deux registres de continuité dans l’ordre général des espèces vivantes: une macro-série unique établissant une continuité générale et lâche selon une hiérarchie portant sur le régime des fonctions selon un tableau de présence et d’absence, depuis les espèces supérieures (qui ont toutes les fonctions principales) jusqu’aux espèces inférieures qui n’en ont plus qu’une (de l’homme au zoophyte) ; et de l’autre côté des micro-séries partielles qui s’ordonnent selon la perfection des organes et du coup désarticulent la série générale puisque tel organe est parfait dans une espèce supérieure et imparfait dans une espèce inférieure, et tel autre imparfait dans une espèce supérieure sera parfait dans une inférieure. C’est cette logique ou cette grille que la théorie de la dégénérescence, sous sa forme la plus « neurologique », projette dans l’espace unique de l’espèce humaine. Les différents degrés de perfection évolutive s’étagent en une continuité générale de l’homme absolument normal au cerveau harmonieux (c’est-à-dire le bourgeois moyen) qui possède toutes les fonctions cérébrales, jusqu’au dégénéré le plus inférieur qui n’a plus guère pour lui que sa moelle épinière; mais d’un autre côté, chaque moment dans cette échelle évolutive synchronique la désarticule, parce que si l’homme normal a une écorce cérébrale antérieure plus développée, le spinal antérieur a une moelle plus vivace, et le cérébral antérieur connaît un plus grand développement de cette même écorce (quoiqu’il lui manque la fonction régulatrice).

  • 37  Lombroso C., L’Homme criminel, op. cit., ch. 2.

65Du coup, si chez les dégénérés se font jour des développements excessifs de certaines fonctions, qui déséquilibrent l’harmonie générale du système nerveux, peut-être aussi ces excès sont-ils les prodromes de développements à venir, de plus grandes perfections dans l’avenir, lorsque le système entier s’organisera autour de ces nouvelles normes fonctionnelles. Ce soupçon s’applique tout particulièrement au cas des cérébraux antérieurs. Il va faire naître le thème de la progénérescence: peut-être chez ce déséquilibré en qui nous voyons une décadence de l’espèce s’annonce en fait le cerveau de l’avenir. C’est un thème que nous rencontrons d’ailleurs chez Lombroso lui-même, le tout premier peut-être : on a vu que ce qui caractérisait la dégénérescence c’était selon lui la répétition des tendances à la répétition. C’est dire qu’il faut alors, pour que l’espèce évolue, des tendances nouvelles, vouées sur le coup à nous apparaître comme des déséquilibres, parce que nos normes vitales et sociales présentes n’en supportent pas l’exigence. Il a donc fallu pour que l’humanité progresse ces hommes extraordinaires, ces déséquilibrés merveilleux, qui « doués d’une organisation anormale, ayant un altruisme exagéré (…) entraînent aux innovations le peuple qui souvent se venge d’eux en les tuant37 ». Lombroso en trouve un exemple chez l’auteur allemand Karl Marx, dans la superbe barbe fournie duquel il décèle l’indice évident de la progénérescence. Ces progénérés sont des anormaux par développement excessif des fonctions supérieures, du sens altruiste, ce sont des fous de génie, des « folloïdes » (mattoidi) – le thème apparaît donc à l’intérieur même du dispositif théorique de la dégénérescence et par une espèce de contrecoup interne selon lequel la folie porte l’avenir, entraîne l’humanité hors de la clôture du passé qui persiste en elle, indique dans son délire les linéaments de la raison future. Le premier à avoir voulu renverser le spencerisme en pensant la possibilité d’une ouverture de la société à partir d’une innovation radicale coïncidant avec une sorte de folie altruiste, ce n’est donc pas Bergson, c’est Cesare Lombroso.

B. Faire l’épreuve de la folie

66Cette ouverture pour la pensée et la vie d’une dimension positive du champ d’expérience de la dégénérescence, on en trouve aussi un exemple privilégié chez ce même Moreau de Tours dont nous avons déjà parlé.

  • 38  Moreau de Tours, op. cit., p. 89.

67Moreau de Tours a écrit un texte (Du haschich et de l’aliénation mentale), où il entreprenait de démontrer l’insuffisance des descriptions et analyses classiques de la folie, qui procèdent de l’extérieur, par regroupement de traits physiques et d’observations psychologiques : cela revient à ne voir les choses que de leur côté superficiel. Pour connaître la folie il faut, selon Moreau, la connaître non pas de l’extérieur, mais « la suivre pas à pas dans son développement, non pas seulement extérieur et sensible, mais intérieur, au fond même de la conscience, c’est sur soi-même qu’il faut pouvoir l’étudier38 ». Et c’est ce que permet la consommation du haschich, qui simule, mais sans leur irréversibilité, les désordres intérieurs de la pathogénie mentale. On ne peut ici analyser en détail les procédures inventées par Moreau, il s’agit simplement de signaler cette nouveauté quand même étonnante: dans une telle perspective, les normes de la connaissance de l’objet deviennent coextensives au processus même de sa genèse et de son devenir ; on ne prend connaissance de la nature propre des troubles de la pensée qu’en troublant sa propre pensée. Il faut devenir fou pour connaître la folie. Alors que les aliénistes esquiroliens pensaient que l’interruption de la folie du fou intervenait lorsque celui-ci pouvait connaître et énoncer sa folie sur le même mode que la connaissait et l’énonçait le sujet du savoir sur la folie (l’aliéniste), ici c’est en fait la connaissance de la folie qui n’est possible pour le sujet supposé savoir que si, exactement à l’inverse, il vient à faire l’expérience de la folie. Cette mutation, on pourrait dire en plaisantant un peu qu’elle s’accroche à une ambiguïté sémantique du verbe connaître: connaître en un premier sens, c’est se rapporter à un objet bien défini à travers une forme de savoir qui en appréhende la vérité ; mais connaître en un second sens, c’est faire l’expérience d’un événement ou d’un processus (au sens où l’on dit: connaître une mauvaise passe, connaître des ennuis passagers). Alors:

68Connaître la folie comme la connaît le médecin, c’était pour le fou en guérir (ne plus la connaître en ce deuxième sens).

69Connaître la folie comme la connaît le fou (au sens de l’accident ou de l’expérience qu’elle est pour lui), c’est maintenant pour le médecin le seul moyen d’en avoir, comme sujet de savoir, connaissance.

70Dans le quadrilatère formé par le sujet et l’objet de la connaissance, le sujet et l’objet de la folie, quadrilatère qui définit le champ d’expérience de la folie, le sujet de la folie et celui de la connaissance ont pivoté l’un par rapport à l’autre le long d’un axe qui définit les conditions du savoir pour un sujet à partir des formes d’objectivation de la folie.

71Ce sont peut-être ces deux dimensions en partie marginales dans le discours de la dégénérescence, mais profondément liées à ses dispositions les plus intimes, qui sont les plus proches de notre expérience de la folie, d’une certaine perception de l’anormalité au XXe siècle, qui en perçoit les différentes figures non comme des espèces autres dont la raison est séparée par une différence qui la constitue, mais comme des modes d’être à la fois intérieurs et permanents mais aussi simplement possibles; des figures intimes et quotidiennes mais aussi des virtualités qu’on n’atteint que dans des expériences limites où s’abolit ce qui fait de nous des sujets; la source inépuisable de notre vérité, mais aussi l’objet d’un travail et d’un effort qui seul pourra en vérité nous transformer et inventer, à partir de ce qui habite au plus près de la vie et de notre connaissance, des formes véritablement nouvelles de vie et de connaissances. Cette figure de la folie est née, nous semble-t-il (mais il ne s’agit que d’une suggestion à explorer), d’un contrecoup interne, résistance et/ou déplacement, au dispositif de normalisation criminologique et psychiatrique de la dégénérescence. Contrecoup cynique qui, à la manière dont Rimbaud prenait au mot le thème de l’artiste comme dégénéré en affirmant être une bête et un nègre, retourne au savoir sa vérité comme on retourne une gifle et se fait gloire de brandir l’insulte qu’on lui a adressée.

Haut de page

Notes

1  Texte cité in Gauchet M. et Swain G., La Pratique de l’esprit humain, Gallimard, coll. « Bibliothèque des sciences humaines », Paris, 1980, p. 477.

2  Cf. Foucault M., Les Anormaux, Gallimard/Le Seuil, coll. « Hautes études », Paris, 1999, p. 132.

3  Morel fut un interne de Falret, en même temps que Claude Bernard, et suivit l’enseignement de Blainville, disciple de Cuvier qui lui légua une vive aversion pour le transformisme lamarckien. Il eut l’occasion de s’intéresser aux causes «circonstancielles» de la dégénérescence en observant les nombreux cas de désordres physiques et mentaux résultant d’un environnement pathogène, dans la région industrielle autour de Rouen, où il pratiqua longtemps. L’un des principaux buts de Morel était d’établir un pont plus ferme entre la psychiatrie et la médecine générale. Ses thèses vont diviser la Société médico-psychiatrique, fondée en 1852, entre deux groupes, dont l’un, dominé par Delasiauve, réduira l’influence de l’hérédité morbide au seul cas de l’épilepsie, cependant que l’autre, constitué par Morel et ceux qui le suivent (Moreau de Tours et Magnan notamment), y verra une cause beaucoup plus générale de la genèse des maladies mentales.

4  Ce trait, qui peut aujourd’hui nous sembler comique, est sans doute lié à la fréquentation que fit Morel du cercle de médecins spiritualistes regroupés autour de Buchez.

5  Morel, Benedict-Auguste, Traité des dégénérescences..., 1857, p. 360.

6  Id., ibid., p. 76.

7  Le docteur Valentin Magnan a longtemps dirigé le service d’admission à Sainte-Anne, où il faisait de fréquentes présentations de malades. Il était donc, plus que Morel, porté sur la dimension clinique des phénomènes psychopathologiques. Sans remettre en cause la validité de l’approche étiologique de Morel, sa propre approche est essentiellement symptomatologique et classificatoire.

8  Magnan, V., Leçons sur le délire chronique à évolution systématique, éd. L’Harmattan, coll. «Psychanalyse et civilisation», Leçon 9.

9  Texte de Baillarger datant de 1855, cité in Histoire des savoirs sur le crime et la peine, Presses de l’Université de Montréal, De Boeck Univ., 1995, et dont nous n’avons pu consulter l’original.

10  « De l’identité de l’état de rêve et de la folie », Annales médico-psychologiques, tome I, 1855, p. 378.

11  Moreau de Tours s’était donné comme but premier l’établissement du caractère strictement organique de la pathologie mentale, liée selon lui à une lésion fonctionnelle, « fait primitif » dont découleraient toutes les formes de folie. Il est surtout célèbre pour ses études, menées dans les années 40 et 50, sur la simulation des processus mentaux pathologiques grâce aux substances toxiques.

12  In Féré C., La Famille névropathique. Théorie tératologique de l’hérédité et de la prédisposition morbide, Félix Alcan, Paris, 1894, ch. 15.

13 Ibid., p. 219.

14 Op. cit., ch. 4.

15  Morel B.-A., « Discussion sur la classification de la folie », A.M.P, n°7, 1861, p. 176.

16  Cf. « Étude généalogique sur les aliénés héréditaires », Annales Médico-Psychiatriques, n°2, 1869.

17  Thulié H., Dressage des jeunes dégénérés ou Orthophrénopédie, Alcan, Paris, 1900, voir le chap. 15. Thulié, qui dirigea curieusement une loge maçonnique de « matérialisme historique », a eu une certaine influence sur l’évolution des maisons d’assistance et de redressement destinées aux jeunes gens. Après que sur son rapport le Conseil Général de la Seine eut créé un « service des enfants moralement abandonnés » en 1879, il ne cessa d’œuvrer et d’écrire pour que soient créés des services départementaux de redressement intellectuel sous le doux nom de Maisons d’Orthopédie.

18  Féré C., op. cit., p. 274.

19  Problématique qui, du moins chez Féré, est essentiellement référée au spencerisme, présenté et revu par Ribot.

20  Qui est la source principale et revendiquée de l’anthropologie criminelle prônée par l’école de la «défense sociale» dont les principaux représentants furent les italiens Garofalo et Ferri.

21  Voir notamment Lombroso C., L’Homme criminel, Felix Alcan, Paris, 1887 (traduction sur la quatrième édition italienne par MM. Regnier et Bournet). La première édition, italienne, de ce texte paraît en 1876.

22  Ainsi Lombroso affirme-t-il au chapitre 2 de son L’Homme criminel que la femme est esclave de la mode, ennemie de toute innovation sociale, religieuse ou politique.

23  Id., p. 108.

24  Foucault M., Les Anormaux, op. cit., p. 283.

25 Id., p. 284.

26 Ibid.

27 Id., p. 286.

28  Op. cit., p. 302.

29  Thulié H., Orthophrénopédie, op. cit., ch. 5.

30  In Perversion et perversité sexuelles, G. Carré, Paris, 1ère éd. 1896, p. 310. C’est nous qui soulignons.

31  Op. cit., p. 417.

32  Id., p. 418.

33  Ibid.

34  Moreau de Tours J., Du haschich et de l’aliénation mentale, SEMP, coll. «Esquirol», Paris, 1970 (rééd.), p. 91.

35  Garofalo R., La Criminologie, Felix Alcan, Paris, 1888, traduction par l’auteur, p. IX s.

36  Féré C., Dégénérescence et criminalité, 1888, p. 102.

37  Lombroso C., L’Homme criminel, op. cit., ch. 2.

38  Moreau de Tours, op. cit., p. 89.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Legrand, « Portraits du dégénéré en fou, en primitif, en enfant etfinalement en artiste », Methodos [En ligne], 3 | 2003, mis en ligne le 05 avril 2004, consulté le 23 mai 2017. URL : http://methodos.revues.org/107 ; DOI : 10.4000/methodos.107

Haut de page

Auteur

Stéphane Legrand

UMR « Savoirs et textes », C.N.R.S.-Université de Lille 3, stp.legrand@libertysurf.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • Revues.org