Navigation – Plan du site
L'Autre Husserl

La limitation de l’ontologie par la logique

The limitation of formal ontology by formal logic
John J. Drummond
Traduction de Claudio Majolino

Résumés

Cet article maintient que l’intérêt de Husserl pour le développement d’une logique pure en tant que théorie de la science limite sa conception de l’ontologie. L’ontologie formelle est, pour Husserl, une théorie formelle des objets de connaissance, dont les catégories fondamentales sont celles de substance, propriété et relation. En outre, les ontologies régionales évoluent au sein des limites catégorielles définies par l’ontologie formelle. Mais une telle ontologie laisse de côté les activités et les processus de tout genre, parmi lesquels le plus important est celui de l’ « avoir à l’esprit ». La phénoménologie transcendantale, en revanche, s’occupe de l’être-conscient-du-monde, un être-conscient qui est cependant inséparable de l’être-dans-le-monde. Cette phénoménologie se situe sur le même terrain ontologique que l’ontologie fondamentale de Heidegger. Mais alors, bien que la notion husserlienne d’ontologie soit limitée par le rôle dominant attribué à la logique en tant que théorie de la science et à la connaissance vraie qui lui est propre, il y a plus d’ontologie chez Husserl que dans son « ontologie ».

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduit de l’américain par Claudio Majolino

Notes de l’auteur

Ce texte est la traduction d’une conférence, inédite, tenue par l’auteur le 22 mars 2002 à l’Université de Rome “La Sapienza”, à l’occasion du colloque international « Husserl e l’ontologia formale. Heidegger oggi » [NdT]

Texte intégral

  • 1 Edmund Husserl, Recherches logiques,  t. 1. Prolégomènes à une logique pure, tr. fr. par R. Schér (...)
  • 2 Edmund Husserl, Logique formelle et logique transcendantale, tr. fr. par S. Bachelard, Paris, PUF (...)

1La théorie husserlienne de la logique pure – introduite dans les Recherches logiques1et développée en tant que logique transcendantale dans Logique formelle et logique transcendantale2– se situe au sein d’une longue tradition qui voit la logique philosophique comme une discipline théorique, à la base aussi bien de la « normativité » de la logique que de sa « technologie ». Husserl conçoit la logique pure comme une discipline philosophique qui devra faire office de théorie de la science. Une théorie, pleinement développée, est censée identifier les formes qui régissent les combinaisons des significations en propositions, arguments et théories. Elle devrait également rendre compte de la manière dont les significations se trouvent reliées à des sujets (possibles) ainsi que de la façon dont celles-ci révèlent véridiquement [truthfully] ce monde que la science essaie de décrire et d’expliquer. La logique philosophique est, en d’autres termes, inséparable à la fois de la phénoménologie et de l’ontologie.

2Husserl explore les relations entre le domaine ontologique et le domaine logique en deux directions. En étudiant la logique pure, il insiste sur la corrélation entre les catégories de la logique formelle et celles de l’ontologie formelle. En étudiant le sens (Sinn), il montre comment l’élément logique surgit de notre expérience directe des objets par le biais d’un retournement critique ayant trait à la véracité [truthfulness] de notre expérience. Dans cet article, je me propose d’étudier en détail ces relations entre la logique et l’ontologie. Je défendrai la thèse selon laquelle l’intérêt de Husserl pour le développement d’une logique pure comme théorie de la science limite sa conception de l’ontologie, et cela dans la mesure où il restreint ses analyses « ontologiques » aux catégories qui vont dans la direction de la logique des jugements. L’article se divise en quatre parties. La première partie explore les corrélations entre les sciences formelles ; la deuxième porte sur la genèse des catégories logiques ; la troisième partie est consacrée à une discussion des limites logiques de l’ontologie ; la quatrième propose un élargissement de l’ontologie de Husserl.

Logique formelle et ontologie formelle

  • 3 LFT, op. cit. p. 252.
  • 4 Ibid., p. 120.

3En introduisant l’idée de logique pure dans les Recherches logiques, Husserl dit que  « par l’ordre objectif qui forme la trame idéelle de la pensée scientifique et lui confère, ainsi qu’à la science comme telle, une “unité”, l’on peut entendre deux choses différentes : ou bien la connexion des choses auxquelles se rapportent intentionnellement les vécus de pensée réels (ou possibles), ou bien la connexion des vérités, dans laquelle l’unité de la chose prend une valeur objective, comme étant celle qu’elle est »3.Husserl dira plus tard, dans Logique formelle et transcendantale, que ces premières recherches sur l’idée de logique pure marquent les débuts de la notion d’ontologie formelle4. L’a priori de l’ontologie formelle procède de manière parallèle à l’a priori de la logique des jugements, une logique qui, en dernier ressort, s’occupe de la vérité de ce qui nous arrive. La nature exacte de cette relation nécessite pourtant des clarifications, clarifications qu’on trouve dans les dernières réflexions sur la logique menées dans Logique formelle et logique transcendantale.

  • 5 Ibid., p. 100.

4Husserl y distingue deux approches différentes au sein de cette tradition qui a inventé la science de la logique. La première est représentée par la logique aristotélicienne qui a pour objet l’apophansis, le jugement assertif dans lequel quelque chose se dit de quelque chose. Ayant vidé ces jugements de leur contenu matériel, Aristote découvre les formes logiques des jugements et rend compte des possibilités formellement valides de combinaison de jugements en arguments. La logique apophantique, dit Husserl, doit « son unité apriorique à son concept (concept aristotélicien) de forme de jugement »5.

  • 6 Ibid., p.120.
  • 7 Ibid., p. 280.

5La seconde approche à la logique se fait par le biais de la logique mathématique. Le développement par Viète d’une formalisation appropriée à l’algèbre nous permet de parler d’une forme comme de ce que l’on peut appliquer à « l’ “objectité en général”, au quelque chose en général, avec une généralité la plus vide qui soit et qui laisse arbitraire d’une manière indéterminée toute détermination concrète »6. C’est dans la notion leibnizienne de mathesis universalis que nous trouvons la première tentative d’intégrer systématiquement l’apophansis formelle d’Aristote et l’analyse mathématique formelle à laquelle Viète avait donné le coup d’envoi. Pour Leibniz la logique et la mathématique devaient former une seule et même science7.

  • 8 Ibid., p. 120.

6Selon Husserl, Leibniz avait vu la possibilité de combiner la logique scolastique formalisée avec d’autres disciplines formelles, celles consacrées par exemple à l’étude des formes qui régissent la quantité, les relations spatiales ou les grandeurs. Leibniz distinguait un sens étroit et un sens large de la mathesis universalis. Au sens étroit il s’agit de l’algèbre ordinaire, la science formelle des quantités. Mais puisque la formalisation à l’œuvre dans l’algèbre permet déjà de concevoir une analyse mathématique purement formelle faisant abstraction des disciplines mathématiques matériellement déterminées, telles la géométrie, la mécanique et l’acoustique, on parvient à un concept d’algèbre bien plus vaste, vidé de tout contenu matériel, y compris de la quantité. Lorsqu’elle est appliquée aux formes du jugement, cette analyse formelle produit l’algèbre syllogistique (comme chez De Morgan et Boole). Mais pour Leibniz il faudrait que cette analyse formelle du jugement soit combinée avec tous les autres types d’analyses formelles. La mathesis universalis élargie devrait donc identifier les formes de combinaisons pouvant être appliquées à toute science, soit-elle qualitative ou quantitative8. Ce n’est qu’ainsi qu’elle pourrait atteindre le niveau formel nécessaire pour servir de forme-de-théorie valable pour toute science, quelle que soit la région matérielle concernée. Or, Leibniz n’explique pas comment atteindre une telle unité. C’est à la lumière de cette conception élargie de la mathesis universalis que Husserl interprète la nouvelle logique mathématique – la mathématique des calculs, des ensembles et des relations – comme une ontologie formelle. Autant dire que l’ontologie formelle, en tant que théorie formelle des objets, est tout d’abord caractérisée par son contraste avec la logique formelle apophantique.

  • 9 Ibid., p. 121.
  • 10 Ibidem.
  • 11 Ibidem.
  • 12 Ibid., p. 124.
  • 13 Ibid., p. 122.

7La logique formelle apophantique est une théorie formelle de la science, une théorie unifiée censée régir toute science théorique explicative, nomologique et déductive. Son objectif premier est d’identifier avec précision les formes essentielles à une telle entreprise. Ces formes sont, selon Husserl, tout d’abord celles propres aux jugements, à leur structure et leurs combinaisons. Husserl les appelle « catégories sémantiques » (Bedeutungskategorien)9. Le but de la logique formelle apophantique est donc d’étendre notre compréhension de notions telles que « jugement », « proposition », « sujet », « prédicat », « syllogisme », etc. Mais d’un autre côté, il y a également un ensemble corrélatif  de formes – les « catégories de l’objet » (Gegenstandskategorien)10 – qui inclut des notions telles que « objet, état de choses, unité, pluralité, nombre, relation, liaison, etc. »11 mais aussi « les ensembles et les relations entre ensembles, les combinaisons, les ordres, les grandeurs, etc., tout cela pris en général avec les relations formelles essentielles et les liaisons formelles correspondantes »12. Dans le passage que nous avons cité plus haut, Husserl affirmait que la distinction entre ces deux groupes de catégories – ainsi qu’entre les lois propres à chaque groupe – avait été introduite dans les Recherches logiques. C’est pourquoi, comme il le dit dans Logique formelle et logique transcendantale, dans les Recherches logiques « la logique formelle est caractérisée en toute netteté à la fois comme une apophantique et comme une doctrine formelle apriorique de l’objet »13.

  • 14 Ibid., p. 109.

8La supériorité de Logique formelle et transcendantale vis-à-vis des Recherches logiques est moins dans la clarification de la différence entre l’apophantique et la théorie formelle des objets,que dans celle de leur unité. Bien que la première partie de Logique formelle et transcendantale oppose l’apophantique formelle et l’ontologie formelle en tant que celles-ci découlent de deux approches différentes à la logique, ces deux disciplines sont néanmoins considérées comme indissociablement unifiées : « Finalement, toutes les formes d’objet, toutes les variantes du quelque chose en général interviennent dans l’apophantique formelle elle-même ; c’est ainsi que, par essence, les qualités (propriétés et déterminations relatives), de même que les états de choses, les liaisons, les relations, les touts et les parties, les ensembles, les nombres, et tout autre mode d’objectité, explicité in concreto et originellement, existant pour nous d’une manière véritable ou possible, n’existent qu’en tant qu’ils interviennent dans des jugements14 ».

9Cet extrait se réfère évidemment à la relation intentionnelle entre les actes et leurs objets, et c’est grâce à la notion de remplissement intentionnel que la véritable unité entre logique formelle et ontologie formelle devient enfin manifeste. Dans la deuxième partie de Logique formelle et transcendantale, les formes sémantiques et les formes objectales sont étudiées en fonction du rôle qu’elles jouent au sein de la révélation véridique des objets [the truthful disclosure of objects]. L’ontologie formelle s’obtient en articulant systématiquement les structures formelles et les relations apparaissant dans nos rencontres directes avec les objets, ainsi que les opérations que l’on peut accomplir sur celles-ci. La logique formelle surgit lorsque les structures formelles, relations et combinaisons produites par les opérations logiques sont considérées comme des simples suppositions, c’est-à-dire comme des sens. Les formes sémantiques sont téléologiquement destinées à être remplies dans notre reconnaissance évidente des formes objectales. Si  nos suppositions sont confirmées par des expériences remplissantes, nous reconnaissons alors l’identité ainsi obtenue entre formes sémantiques et formes objectales.

10Pour comprendre le passage de la thèse de la corrélation entre formes sémantiques et formes objectales à celle de l’identité-dans-la-corrélation, il faut d’abord expliquer comment on arrive à une “expérience du logique” telle que celui-ci puisse être saisi dans son identité-relation avec “l’ontologique”. C’est d’une telle explication que nous devons maintenant nous occuper.

La genèse du « logique »

11Husserl ne pouvait accomplir pleinement sa clarification de la nature de la logique sans avoir d’abord développé la notion de réduction transcendantale, c’est-à-dire sans avoir reconnu à sa juste valeur l’importance de la notion d’ « attitude » et sans avoir compris comment des changements d’attitudes modifient la révélation des objets. En ce qui nous concerne, nous allons nous arrêter sur trois attitudes : l’attitude naturelle ou « directe », l’attitude critique ou logique, et l’attitude phénoménologique ou transcendantale. Dans l’attitude naturelle notre attention est directement dirigée vers les objets, existants ou non existants, réels ou idéaux. Dans l’attitude critique notre attention se dirige vers le sens de l’objet visé par l’attention directe. Dans l’attitude philosophique, notre attention est (en partie) dirigée vers le noème, c’est-à-dire vers l’objet considéré comme le corrélat de l’expérience directe qui l’appréhende. Comme nous pouvons le voir dans ces descriptions, il n’y a pas trois objets d’attention différents. Il y a seulement des manières différentes de considérer et de découvrir une seule et même objectivité, et celles-ci se différencient par l’attitude adoptée à l’égard de l’objet de l’expérience directe. C’est justement en ce sens que Husserl peut affirmer qu’il y a une identité – ainsi que, en même temps, une différenciation – entre formes sémantiques et formes objectales.

  • 15 Edmund Husserl, Idées directrices pour une phénoménologie pure, tr. fr. par P. Ricœur,  Paris, Ga (...)

12On retrouve cette idée d’un objet identique présenté dans de multiples expériences aux attitudes différenciées à trois moments de la réflexion husserlienne. Trois moments où l’on voit comment le domaine de la logique pure surgit à partir d’une modification de notre rencontre avec les objets. Le premier moment correspond à l’introduction de la notion de noème dans lesIdées directrices, où Husserl caractérise le noème à la fois (1) en tant qu’objectivité visée telle qu’elle est visée, et (2) en tant que sens. Dans un passage bien connu, il dit : « la perception par exemple a son noème, à savoir au degré inférieur son sens de perception, c’est-à-dire le perçu comme perçu. De même le souvenir possède chaque fois son “souvenucomme tel ; il le possède précisément en tant qu’il est le sien, exactement comme il est “visé” dans le souvenir et accède “à la conscience” ; de même encore le jugement comporte le “jugement comme tel”, le plaire, le plaisant comme tel etc.15. »

13L’identification du noème en tant que corrélat d’expérience se produit dans la réduction transcendantale, qui détourne notre attention de l’objet aux actes qui portent à sa révélation. La réflexion phénoménologique ou transcendantale, rendue possible par la réduction, montre le fait que nos expériences révèlent des objets comme étant dotés de sens. Dire par exemple que la perception saisit l’objet comme perçu ou que le jugement saisit ce qui est jugé en tant que tel veut dire que notre expérience appréhende des objets et des états de choses comme ayant pour nous une signification particulière.

14Le tournant transcendantal permet ainsi de voir d’une manière plus claire comment le sens surgit dans notre expérience – et cela d’une manière pertinente pour la logique. Puisque le logicien est concerné par les sens logiques exprimés dans le langage, on voit déjà, d’une manière indirecte, la connexion entre le noème et le sens logique au sein de la réflexion husserlienne sur la nature des expressions. Dans le § 124 des Idées directrices,Husserl parle de l’enchevêtrement entre les strates d’actes expressifs et  les autres actes. Il affirme que tout ce qui est présenté intentionnellement, et donc tout ce qui est visé dans un sens noématique, est susceptible d’être exprimé. Tout ce qui est « visé, tel qu’il est visé », dit-il, « peut être transformé en visée d’une expression. » Ce qui est « visé, tel qu’il est visé », c’est-à-dire le contenu signifiant d’une présentation, son sens noématique, devient la détermination d’un signe sensible. Tout se passe comme si le sens noématique était extrait du noème complet et rattaché à une expression linguistique. L’expression se réfère ainsi au même objet expérimenté par la présentation sous-jacente, et il s’y réfère de la même manière déterminée que l’expérience sous-jacente. L’objectivité visée, telle qu’elle est visée, se révèle aussi bien dans l’acte sous-jacent que  dans l’expression, et cela justement parce que le sens noématique de l’acte sous-jacent est devenu la signification de l’expression.

15Ces deux moments de la réflexion husserlienne montrent la manière dont le sens est présent aussi bien dans notre expérience directe que dans notre expérience indirecte, linguistique, des objets. Cependant, ces deux types d’expérience restent toujours dirigés vers les objets eux-mêmes. Nous sommes absorbés dans les choses qui retiennent notre attention. Lorsque nous parlons de ces choses, nous sommes toujours retenus par celles-ci et non par les mots employés ou par le sens logique en tant que tel. En d’autres termes, nous ne savons pas encore comment le sens logique s’impose à nous en tant que logique – justement en tant qu’il s’agit d’uncontenu logique. C’est dans la troisième réflexion que nous trouvons abordée la question de l’émergence du logique en tant que tel. Cette réflexion se trouve dans Logique formelle et logique transcendantale et porte sur la découverte de la proposition, c’est-à-dire du jugement au sens logique.  

  • 16 LFT, op. cit. § 48.

16Les actes du jugement se dirigent d’abord vers ces objets dont on juge, ainsi que vers leurs déterminations et relations. En règle générale, être dirigé vers l’objet, ses déterminations et ses relations, veut dire être dirigé vers un complexe catégoriellement formé. En d’autres termes,  lorsqu’on juge dans l’attitude naturelle, l’attention est constamment retenue par l’état de choses, identique et objectif, et non par cette objectivité logique que l’on pourrait appeler contenu de jugement ou proposition. Il est néanmoins possible de diriger réflexivement notre attention sur ce qui est « jugé en tant que tel », c’est-à-dire sur l’état de choses jugé exactement tel qu’il est supposé par le jugement. Cela arrive notamment dans les cas où nous doutons de la vérité de nos jugements ou de ceux rapportés par d’autres personnes. Dans un cas comme dans l’autre, nous sommes amenés à neutraliser notre assentiment au jugement et à réfléchir de manière critique à son égard. Du coup, la présence de l’état de choses, sa « position », n’est plus quelque chose que nous acceptons naïvement et directement. Mais elle n’est pas non plus refusée ou déniée. Nous nous limitons plutôt à considérer l’état de choses, préalablement supposédans notre jugement ou exprimé dans le compte-rendu de quelqu’un, et nous cherchons à confirmer ou à infirmer cet état de choses, supposé par nous ou affirmé par notre interlocuteur. En d’autres termes, le jugement (Satz) assume pour nous un double caractère : ce qui est jugé – c’est-à-dire l’état de choses même, catégoriellement formé – et le jugement simplement en tant que tel – la supposition en tant que supposée, la proposition, le jugement au sens logique du terme16. L’état de choses visé et la proposition sont soigneusement distingués grâce à une différence dans la manière de nous focaliser [in the way we focus]sur l’objectivité visée. Si on se focalise directement sur un objet, on appréhende l’objectivité catégorielle ou l’état de choses en tant que tels ; si l’attitude est critique, et si nous sommes focalisés sur l’état de choses en tant que supposé, c’est-à-dire sur la supposition elle-même, c’est le jugement ou la proposition (Hua 17,  § 50) qui est appréhendé, et plus précisément le sens noématique de l’état des choses visé.

17Le domaine logique surgit ainsi grâce à un « retournement critique » produit par le souci d’établir la vérité ou la fausseté des jugements. La position implicite dans notre rencontre directeavec des objets et des états de choses est neutralisée. Mais cette neutralisation ne nous fait pas découvrir une deuxième entité – la proposition – qui a toujours été là bien qu’inaperçue, invisible médiateur de notre relation intentionnelle avec les états de choses. Elle ne fait pas non plus disparaître l’état de choses de départ, remplacé par un objet de nouveau type nommé « proposition ». Dans la neutralisation critique d’un jugement, notre attention se tourne vers le sens objectif de l’état de choses, visé par le jugement ou relaté par l’énoncé. Ce sens objectif est maintenant envisagé à titre de simple supposition ou de suggestion, et cela dans le but d’en mesurer la vérité ou la fausseté. Une telle réflexion critique ou propositionnelle ne fait que prolonger notre intérêt naturel orienté vers les choses telles qu’elles sont. Dans l’interaction de l’attitude critique et de l’attitude naturelle, du jugement en tant que tel et de l’état de choses, de la réflexion propositionnelle et de l’intuition catégorielle des états de choses, c’est l’intérêt naturel à l’égard de la vérité des choses qui se révèle.

  • 17 Je dois cette expression à Robert Sokolowski.

18Certes, seule la réflexion phénoménologique ou transcendantale permet de voir clairement ce qui se passe lors de notre appréhension du domaine logique, mais la réflexion critique ou logique, focalisée sur le sens ou le contenu logique de l’expérience, n’est pas à confondre avec la réflexion phénoménologique, qui a en vue l’objet à titre de corrélat d’une visée. Dans la réflexion critique sur la proposition il en va autrement que dans la réflexion phénoménologique, où la proposition est vue par rapport à l’expérience dans laquelle je vise l’état de choses. Ce qui est en vue, c’est plutôt la proposition par rapport à l’état de choses directement vécu. Bien que mon attitude soit soumise à un recentrage critique, mon attention porte toujours sur la même objectivité qui était visée par l’acte initial, vue maintenant sous un angle différent. Ce changement de focalisation entraîne un « recentrage de l’ontologique [adjustment of the ontological]17 », l’ouverture d’une nouvelle dimension présentationnelle. L’état de choses est maintenant présenté tel qu’il est supposé être par le jugement. Lorsque notre attention est tournée vers l’état de choses en tant que supposé, nous sommes engagés dans une réflexion particulière qui porte sur l’état de choses, sur la manière dont il est visé, et sur l’adéquation de cette visée à la réalité de l’objet. Au bout du compte, nous sommes occupés à déterminer si cette visée, signification ou supposition, est vraie ou fausse.

  • 18 Ibid., §§ 13-15.

19Ainsi, l’identité-dans-la-corrélation du logique et de l’ontologique ne se réalise pleinement qu’au troisième niveau du logique, ce que Husserl appelle « la logique de la vérité »18. La réflexion précédente sur le jugement et sa vérification ou confirmation montre, au  niveau du jugement individuel, ce même souci pour la vérité que nous avions rencontré dans la réflexion plus générale sur l’identité-dans-la-corrélation entre la logique formelle et l’ontologie formelle. Cette identité-dans-la-corrélation est cependant fondée sur les niveaux « inférieurs » de la logique, à savoir la logique des formes du jugement et la logique de la contradiction. Seuls des systèmes de propositions régis par les lois de la contradiction logique – au deuxième niveau de la logique – peuvent, en tant que systèmes théoriques et nomologiques, être confirmés par notre rencontre avec le monde. En outre, seuls des jugements bien formés peuvent être vérifiés et satisfaits d’une manière évidente, et c’est au premier niveau de la logique – le niveau de la grammaire logique pure – que revient la tâche d’identifier les formes qui régissent les jugements bien formés.

Les limites logiques de l’ontologie formelle

20Si la description husserlienne de la genèse du logique renforce l’idée de la corrélation entre logique et ontologie, d’une certaine manière elle produit aussi une limitation de ce qui relève de l’ontologie. En d’autres termes, le tournant vers le jugement limite le foyer ontologique aux seules formes ontologiques qui se manifestent dans les jugements. Mais il n’y a aucune raison de penser – et quelques raisons de ne pas penser – que les formes ontologiques corrélées aux formes logiques épuisent l’ensemble du domaine des catégories ontologiques.

21Souvenons-nous, par exemple, du fait que la logique apophantique d’Aristote intégrait tout un pan de catégories dont la liste est bien connue : substance première (ou individuelle), substance seconde (générique ou spécifique), quantité, qualité, relation, lieu, temps, position, état, action et passion (cf. Cat. 1b25–27). À l’exception de celle de substance première, les catégories identifient les différents aspects des choses qui peuvent être prédiquées d’un sujet ou être dans un sujet. Et les formes du jugement identifiées par Aristote indiquent les combinaisons de significations dans lesquelles les autres catégories sont convenablement prédiquées de la substance ou sont en elle. Or, la richesse de cette liste de catégories risque d’être perdue si toutes les catégories autres que celle de substance première sont absorbées dans la seule catégorie logique « prédicat ». Ce qui est le cas si, conformément aux principes de la formalisation propres à la tradition logique aristotélicienne, on insiste pour considérer le terme du prédicat comme le nom d’une classe. Les propositions catégoriques assertent l’inclusion ou l’exclusion, totale ou partielle, d’une classe dans une autre classe, et cela, d’un point de vue logique, signifie réduire les catégories à celles de substance première, substance seconde, qualité et quantité. Ainsi, pour des raisons logiques, on perd de vue les caractéristiques distinctives des choses, et puisque l’ontologie formelle est vue uniquement comme le corrélat de la logique formelle, ces caractéristiques sont perdues d’un point de vue « ontologique ».

22Il en va de même pour le schéma « fonction/argument » propre à la logique mathématique, ou pour la logique inspirée de la théorie des ensembles. Dans le premier cas, l’accent est mis sur ces objets qui peuvent servir de valeurs à une variable saturant une fonction, c’est-à-dire sur ce qui peut être le sujet d’une prédication ainsi que sur les propriétés ou les relations susceptibles d’être prédiquées de ces objets. Dans le deuxième, on insiste en revanche soit sur les objets qui sont les éléments ou les membres d’un ensemble, avec leurs déterminations et relations, soit sur les ensembles en tant que totalités et sur les relations d’inclusion, intersection, et sur tout ce qu’on peut dire à leur égard. Dans tous les cas, ce qu’on perd de vue est le caractère distinctif des autres catégories.

  • 19 Ideen I, op. cit. p. 438.
  • 20 Ibid., p. 440-441.
  • 21 Ibid., p. 440.

23Une telle limitation de l’ontologie formelle par la logique formelle est évidente chez Husserl, pour ainsi dire, « jusqu’en bas », c’est-à-dire jusqu’au premier niveau de la logique, celui de la grammaire logique pure où d’ailleurs cette limitation puise ses racines. Un examen détaillé de la structure sous-jacente au noème et de ses relations avec la grammaire logique pure permettra de préciser ultérieurement ce dernier point. Husserl distingue trois moments dans le noème : le caractère thétique, le sens noématique et le x déterminable. Le x déterminable, dit-il, « forme pour ainsi dire le centre nécessaire du noyau et sert de “support” aux propriétés noématiques qui lui appartiennent en propre, à savoir aux propriétés du “visé en tant que tel”, une fois que celles-ci ont subi la modification noématique »19. Husserl utilise un registre différent pour décrire cette même distinction entre l’objectité identique (le x déterminable) et ses « propriétés » lorsqu’il ajoute, peu après : « Toute conscience a son “Quid” et tout ce qui est visé a “son” aspect objectif ; il est évident que dans le principe on doit pouvoir faire cette description noématique du “Quid”, tel exactement qu’il est visé ; l’explicitation et la saisie conceptuelle nous permettent de former un système clos de “prédicats” formels ou matériels, effectivement déterminés ou même laissés “indéterminés” (visés “à vide”) ; ces prédicats, considérés dans leur signification modifiée, déterminent le “contenu” de ce noyau objectif du noème qui est ici en cause20 ». Il est clair que, comme Husserl le précise immédiatement après, les « prédicats » doivent être « prédicats de “quelque chose” »21. Nous sommes ainsi en mesure d’affirmer que le x à déterminer en tant que « porteur » de « propriétés » est le « sujet » des « prédicats ».

  • 22 Edmund Husserl, Leçons sur la théorie de la signification, tr. fr. par J. English, Paris, Vrin, 199 (...)

24En d’autres termes, afin de décrire la structure interne du sens noématique, Husserl utilise à la fois une terminologie « ontologique » (« porteur », « propriétés ») et une terminologie logique (« sujet », « prédicats »). Cela ne doit pas surprendre, car le noème est à la fois l’objet visé tel qu’il est visé, et un sens. Aussi bien le langage ontologique que le langage logique montrent la présence d’un certain type d’articulation au sein du sens noématique, c’est-à-dire un certain type de catégorialité qui lui est propre. Cependant, puisque le sens noématique, avec toutes ses articulations, est présent dans tous les types d’actes, y compris les actes perceptifs et les actes nominaux qui y sont fondés, il nous faut distinguer le catégoriel du prédicatif. Si Husserl affirme donc que : « Tous les actes prédicatifs sont catégoriels. Mais les actes catégoriels peuvent ne pas être prédicatifs22 », cela n’a  rien de surprenant. Comprendre comment des significations non prédicatives peuvent néanmoins être catégorielles nous permettra de voir la limitation de l’ontologie par la logique dans toute son ampleur. C’est ce que nous allons faire par l’examen d’un aspect central de la grammaire logique pure de Husserl.

  • 23 LFT, op. cit. p. 389.
  • 24 Ibid., p. 391.

25Toute prédication est articulée ; chaque prédication est caractérisée par une cæsura, qui est à la fois une rupture et une connexion, tout comme l’articulation d’un doigt. Si l’on considère la forme prédicative la plus simple, S est p, il est possible de distinguer deux moments essentiellement connectés : S ║est p. La division s’opère entre le substrat logique – ce dont on dit quelque chose – et le prédicat – ce qui est dit du sujet23. Chaque partie articulée au sein de la prédication se réfère à quelque chose d’objectif. Mais on ne peut pas en dire autant de chaque mot présent dans la proposition. Par exemple, dans l’expression prédicative « la rose est rouge », les mots « rose » et « rouge » se réfèrent comme tels à quelque chose d’objectif, alors qu’il en va autrement des mots « la » et « est ». Mais dans le contexte d’une expression bien formée, tant l’article que la copule se réfèrent finalement à quelque chose d’objectif, et cela grâce à la fonction remplie dans la partie de la prédication à laquelle ils sont rattachés (le sujet ou le prédicat) et, par extension, à la fonction remplie dans la prédication prise comme un tout24. Les moments d’une prédication qui contiennent en eux-mêmes une relation à quelque chose d’objectif, Husserl les appelle « moments-matériaux (Stoff-momente) ». Les moments d’une prédication qui arrivent à se référer à quelque chose d’objectif seulement lorsqu’ils sont rattachés à des moments-matériaux reçoivent chez Husserl l’étiquette « moments purement formels ». Ainsi, si on commence au niveau le plus bas d’une configuration prédicative, et si on fait abstraction des moments purement formels, on obtient deux concepts-limites : « formes pures » et « purs matériaux ».

26Or, si on revient à la forme prédicative simple de notre exemple, on découvre que les moments-matériaux « rose » et « rouge » n’ont pas une forme prédicative ou propositionnelle. Il s’agit de purs matériaux syntaxiques, qui en tant que tels sont dépourvus de syntaxe. Les matériaux purs, tels « rose » ou « rouge », sont obtenus en faisant abstraction des formes syntaxiques, c’est-à-dire en faisant abstraction de tout rôle syntaxique particulier au sein d’une prédication. Et pourtant, si je compare le matériau pur « rose » aux matériaux purs « papier » ou « personne », quelque chose d’universel apparaît. Tout matériau de ce type est prêt à figurer dans une proposition, disons, à titre de sujet. De la même manière, si on compare les matériaux purs « rouge », « lourd », « sain », « semblable » ou « plus grand », on trouve à nouveau quelque chose d’universel. Tout matériau de ce type est prêt à figurer dans une proposition, disons, à titre de prédicat adjectival.

  • 25 Conformément à l’usage que j’en fais dans mon exemple, j’emploierai ici le mot « rouge » pour indiq (...)

27Mais alors, bien que non syntaxiquement configurés, ces matériaux purs ne sont pas indifférents à la syntaxe. Il ne s’agit pas simplement du fait qu’ils peuvent être syntaxiquement configurés. Le point le plus important est justement le fait que, par rapport aux places qu’ils peuvent occuper au sein d’un tout syntaxiquement configuré, ils ne soient pas indifférents à la syntaxe. Si bien que « rose » peut apparaître, par exemple, à titre de sujet de prédication (« la rose est rouge »), à titre de prédicat nominal (« ceci est une rose »), à titre d’objet d’une action (« elle a cueilli une rose »), ou encore à titre d’objet d’une préposition (« les pétales de cette rose sont très délicats »). « Rouge25 », en revanche, ne peut pas apparaître de la même manière. « Rouge » ne peut figurer qu’en tant qu’adjectif modifiant dans une description définie ou en tant que prédicat adjectival dans une proposition.

  • 26 Ibid., p. 402.
  • 27 Ibid., p. 403.

28Par conséquent, Husserl affirme que ces matériaux purement syntaxiques possèdent tout de même une dimension formelle, bien que celle-ci soit d’un type plutôt différent. Il les appelle « formes non syntaxiques », des formes, dit-il, « d’un style tout nouveau »26. Il s’agit de formes qui n’appartiennent pas à la syntaxe de la prédication elle-même, bien qu’elles appartiennent aux matériaux catégoriellement formés dans la prédication. Husserl peut ainsi isoler un groupe restreint de formes non-syntaxiques complètement différentes, tous les matériaux purs seront donc regroupés selon « des catégories grammaticales pures d’une espèce nouvelle, catégorie de la substantivité et catégorie de l’adjectivité (prise dans sa fonction d’attribut et dans sa fonction de relation »27.

  • 28 Pour une discussion plus détaillée du contexte dans lequel la théorie husserlienne de la grammair (...)

29Le fait que la catégorialité de la forme substantive ou adjectivale soit présente déjà au niveau des intentions signifiantes sous-jacentes aux expressions nominales indique, selon Husserl, la manière dont la perception, sans être encore un jugement, tend vers celui-ci. Du point de vue de la catégorialité syntaxique, la catégorialité non syntaxique de ces présentations qui sont sous-jacentes aux expressions nominales n’est que « vide » ou « anticipative »28. Les objets perçus et nommés sont prêts à être repris dans le jugement. Le matériau pur frappé par la forme substantive est notamment prêt à figurer comme sujet d’un jugement, c’est-à-dire en tant qu’objet dont je juge. De même, le matériau pur frappé par la forme adjectivale est prêt à figurer comme adjectif déterminatif au sein de cette expression nominale qui est le sujet de la proposition, ou encore comme prédicat adjectival ou relatif. Mais la catégorialité syntaxique des intentions signifiantes sous-jacentes aux expressions nominales n’est pas encore entièrement déterminée. La catégorialité non-syntaxique est en effet ouverte, bien que non indifférente, aux différentes déterminations syntaxiques qui fixent ou déterminent le rôle des matériaux syntaxiques au sein de la proposition.

  • 29 Cf. Barry Smith, « Logic and Formal Ontology », in J. N. Mohanty, W. McKenna (éd.) Husserl’s Phenom (...)

30Aux niveaux les plus fondamentaux de l’analyse, la structure des objets d’expérience est donc organisée selon Husserl en fonction des structures du jugement, et cela précisément à cause d’un traitement de l’ontologie formelle limité et subordonné au souci husserlien de formuler une théorie de la science. Aux catégories sémantiques qu’on peut distinguer au sein de la simple proposition – substantivité, propriété, relation – correspondent des catégories d’objet – objet, propriété, relatum, relation, etc. – qu’on peut distinguer au sein de l’état des choses exprimé par la proposition. Qui plus est, à chaque catégorie sémantique d’ordre supérieur correspond un état de choses plus complexe ; autant dire qu’aux formes de combinaison à l’œuvre au sein des catégories sémantiques d’ordre supérieur correspondent les formes de combinaison exprimées par « et », « ou », « si », « si et seulement si », « parce que », « à moins que » et ainsi de suite29. Mais le fait d’avoir établi l’unité de la logique formelle et de l’ontologie formelle à partir de l’intérêt pour la connaissance véridique, et d’avoir identifié les catégories en fonction d’un tel intérêt – tout cela limite l’étendue des catégories ontologico-formelles. C’est en ce sens que j’entends soutenir la thèse selon laquelle le traitement de l’ontologie formelle par Husserl est limité par sa compréhension de la logique formelle.

Phénoménologie transcendantale comme ontologie fondamentale

31Si mon hypothèse est correcte, et si l’identité-dans-la-corrélation entre la logique formelle et l’ontologie formelle est fondée dans l’intérêt pour la vérité qui est propre à la connaissance, nous sommes en droit d’affirmer que l’ontologie formelle est, à proprement parler, une théorie formelle des objets de connaissance. Cette restriction pourrait cependant être moins décisive qu’elle en a l’air, et cela au moins pour trois raisons. Tout d’abord, l’idée husserlienne selon laquelle les significations peuvent être nominalisées et devenir elles-mêmes des sujets de propositions d’ordre supérieur est très féconde. Et cela non seulement pour le déploiement d’une conception riche des formes logiques, aboutissant à une théorie des formes de théorie, mais aussi pour le déploiement en toute sa richesse du sens des catégories d’ordre supérieur, et en dernier ressort de celle de multiplicité30.

  • 31 Ideen I, op. cit. p. 471.

32Deuxièmement, puisqu’il est vrai pour Husserl que les expériences axiologiques et praxeologiques sont fondées sur les moments cognitifs propres à ces expériences, d’une certaine manière, la notion d’ontologie formelle peut être élargie à de tels domaines, donnant lieu à ce que Husserl appelle une axiologie formelle et une théorie formelle de la praxis31. Etant donné la possibilité d’un tel élargissement, il est possible de penser l’ontologie formelle d’une manière plus générale comme la science formelle des objets de visée.

  • 32 Ibid., p. 35.
  • 33 Ibidem.

33Troisièmement, la vision husserlienne de l’ontologie ne se limite nullement à l’ontologie formelle. A l’ontologie formelle il nous faut ajouter les ontologies régionales. « Toute objectivité concrète de caractère empirique », dit Husserl, « s’intègre, ainsi que son essence matérielle, à un genre matériel suprême, à une “région” d’objets empiriques32 ». Les régions sont alors définies par la notion de substance ; une région est une essence appartenant à une classe d’objets concrets existants. Les couleurs ne forment pas une région, car la couleur n’est qu’un moment abstrait des choses, les choses matérielles en revanche constituent une région à part entière. En plus de « chose matérielle », d’autres exemples d’essences régionales sont – comme on le voit dans le deuxième volume des Idées directrices – « animal » et « humain ». « A l’essence régionale pure », poursuit Husserl, « correspond alors une science éidétique régionale, ou, pourrait-on dire, une ontologie régionale »33. Ces ontologies régionales sont certes définies par des concepts matériels, mais les formes fondamentales auxquelles elles font appel, et qui organisent chaque région, sont tout d’abord les formes identifiées par l’ontologie formelle. Certes, les ontologies régionales enrichissent l’ontologie formelle en y apportant des contenus matériels ainsi que toutes ces formes susceptibles d’appartenir essentiellement à une région particulière, mais elles se déploient toujours dans les limites catégorielles définies par l’ontologie formelle. L’inclusion de la dimension matérielle au sein de l’ontologie nous permet ainsi de penser l’ontologie d’une manière plus ample en tant que science des objets visés.

34Bien qu’il soit possible d’élargir la notion husserlienne d’ontologie dans ces directions, la restriction imposée aux catégories de l’objet par l’orientation sur le jugement continue d’imposer à l’ontologie des limites qu’il nous faut dépasser. J’ai déjà évoqué comment cette ontologie perd de vue la spécificité de plusieurs catégories aristotéliciennes. On pourrait prendre, à titre d’exemple, la catégorie d’activité.

35La notion d’activité est perdue de vue d’une manière double : absorbée dans les catégories sémantiques du substantif et de l’adjectif, pour nommer une action nous pouvons soit utiliser un substantif plutôt qu’un verbe (« la pluie tombe du ciel »), soit fondre l’indication de l’action dans le nom d’une classe (« tous les chiens marchent à quatre pattes » devient « tous les chiens sont des animaux qui marchent à quatre pattes »). Dans le premier cas, le risque est de perdre le sens dynamique propre de l’action dans le caractère apparemment statique du substantif. Dans le second, la proposition catégorielle établit une relation entre deux classes de substances, dont une est caractérisée par une activité distinctive. Mais l’activité est nécessairement et constamment pensée comme l’activité d’une substance individuelle.

  • 34 Robert Sokolowski, Presence and Absence: A Philosophical Investigation of Language and Being, Bloom (...)

36Les catégories sémantiques identifiées par Husserl semblent exiger l’attribution d’un agent même pour ces actions qui n’ont pas d’agent apparent. Bien que cela ne soit pas vrai pour toutes les langues, en anglais on a le droit de dire « it’s raining » – il pleut. Or, le référent du pronom est complètement obscur. Au mieux il semblerait que l’on puisse dire « rain rains », la pluie pleut, mais le substantif « rain » est à l’origine un gérondif, qui ne signifie rien d’autre que le fait même de pleuvoir. De même, le nom « wind », vent, masque le caractère gérondif de « blowing », le fait de souffler, et signifie littéralement « venter »ou, plus correctement, « faire du vent ». Mais le cas le plus important d’un substantif qui masque une activité est sans doute celui du mot « mind », que l’on pourrait rendre en français par esprit. « Mind » n’est pas une substance, mais une activité ; c’est l’activité du « “minding” things », du prêter attention aux choses, de s’en occuper, de leur manifester un intérêt, d’en prendre soin. Il n’y a pas quelque chose comme un « mind », un esprit ; le « minding », l’avoir-à-l’esprit, est une activité des êtres conscients, mais ce n’est pas à son tour un étant34. Le fait de parler de l’esprit comme d’une substance, Descartes nous l’a appris, mène directement à des problèmes philosophiques.

  • 35 Cf. Edmund Husserl, Idées directrices pour une phénoménologie et une philosophie pures. Livre secon (...)

37Ces remarques indiquent qu’il est nécessaire d’élargir notre sens de l’ontologie au-delà des catégories de l’ontologie formelle suggérées par la grammaire pure et la logique formelle de Husserl. Certes, Husserl savait pertinemment, mieux que nombre d’autres philosophes, que l’esprit au sens du « mind » n’était pas une substance mais une activité, l’activité du « minding » : avoir-à-l’esprit, prêter attention à. Ce fait produit d’ailleurs une série de paradoxes, notamment dans le deuxième volume des Idées directrices, où Husserl essaie d’identifier une ontologie régionale du mental. D’un côté, Husserl essaie de produire un traitement de l’âme ayant un caractère plutôt « naturaliste », ce qui est d’ailleurs en accord avec les catégories de l’ontologie formelle. Mais d’un autre côté, il reconnaît qu’un tel traitement n’arrive pas à rendre compte de notions comme « esprit » [spirit] ou « personne ». Il s’agit donc d’abandonner l’attitude « naturaliste » tournée vers l’âme, pour une attitude que Husserl qualifie de « personnaliste », et qui est tournée vers l’« esprit » [spirit]35. Cette attitude personnaliste est tout de même ontologiquement orientée et elle n’est pas à confondre avec l’attitude phénoménologique. Mais reconnaître la nécessité de cette nouvelle attitude présuppose la reconnaissance phénoménologique de la « personne » comme d’une subjectivité opérante, active. D’une certaine manière, l’attitude personnaliste est la tentative d’incorporer la compréhension phénoménologique de l’« être conscient » et du « minding » à notre compréhension ontologique de l’être humain en tant que membre d’un monde physique et social. La phénoménologie de Husserl est en effet une tentative de décrire soigneusement ces activités conscientes par lesquelles nous sommes attachés aux choses selon plusieurs modes d’intérêt.

  • 36 Martin Heidegger, Etre et temps, tr. fr. par F. Vézin, Paris, Gallimard, 1986, § 7c.

38Si cela est vrai, la phénoménologie transcendantale de Husserl est, à proprement parler, conçue – pour utiliser une expression de Heidegger – comme une ontologie fondamentale. Il ne s’agit pas d’une ontologie de l’être-au-monde de l’homme, mais de l’être-conscient-du-monde, un être conscient qui est néanmoins inséparable de l’être dans un monde. Ces remarques nous amènent évidemment à l’affirmation de Heidegger selon laquelle « l’ontologie n’est possible que comme phénoménologie »36et à sa critique de Husserl, selon laquelle celui-ci aurait notamment été incapable de rendre compte de l’être de l’intentionnalité, c’est-à-dire de l’être de cet étant qui est intentionnel.

39Cependant, si ma suggestion est correcte, cette critique s’avère être excessive, car Husserl en réalité nous livre bel et bien et en toute connaissance de cause une « ontologie fondamentale » qui va au-delà des catégories de l’ontologie, formelle et régionale. Seulement, il appelle cette ontologie « phénoménologie transcendantale ». Husserl, j’en suis persuadé, aurait refusé d’employer ici le terme « ontologie », car pour lui, en raison de ce que nous avons vu plus haut, le terme « ontologie » est lié d’une manière trop étroite à notre expérience naturelle directe des objets apparaissant dans nos jugements évidents. Examiner l’« ontologie fondamentale » de Husserl, la confronter à celle de Heidegger et, éventuellement, en évaluer les avantages et inconvénients respectifs, nous éloignerait du propos de cette étude. Je voudrais néanmoins conclure en esquissant très brièvement quelques-unes de ses « catégories » principales.

40L’intervention de la réduction phénoménologique permet de révéler le champ d’investigation de la phénoménologie comme conscience intentionnelle ou, plutôt, comme conscience du monde, mieux, comme être-conscient du monde ou, peut-être encore mieux – en raison de ce qu’on vient de dire – tout simplement en tant que « minding the world », portant attention au monde. Husserl explore ensuite les deux côtés de cette corrélation, selon des modalités dont on pourrait penser qu’elles appartiennent à une « ontologie fondamentale ». L’endroit le plus évident où Husserl a entamé ces explorations est dans sa description de la conscience intime du temps. Ces analyses livrent un examen tout à fait fondamental de l’être de la conscience, et elles sont à la base des analyses heideggeriennes des ek-stases temporelles. Mais, dans l’« ontologie fondamentale » de Husserl, il y a bien d’autres « catégories phénoménologiques » que celles identifiées dans l’étude de la conscience du temps. Parmi les plus importantes se trouvent les notions étroitement liées d’« attitude » et d’« intérêt », tout à fait centrales pour la phénoménologie de Husserl.

  • 37 Cf. Edmund Husserl, La crise des sciences européennes et la phénoménologie transcendantale, tr. fr. (...)

41Nous avons déjà traité de la notion d’attitude et, au fil de notre étude, nous avons eu l’occasion d’évoquer au moins cinq attitudes différentes : 1/ l’attitude directe ou naturelle ; les deux espèces d’attitude naturelle : 2/ l’attitude naturaliste et 3/ l’attitude personnaliste ; 4/ l’attitude critique ou logique ; et 5/ l’attitude phénoménologique elle-même. Mais Husserl en distingue d’autres. Nous avons déjà fait allusion à deux d’entre elles : 6/ l’attitude évaluative et 7/ l’attitude pratique, également rattachées à l’attitude naturelle. En outre, et il s’agit peut-être de la distinction la plus importante, dans la Conférence de Vienne, Husserl  propose une autre distinction des attitudes, établie d’une manière légèrement différente. Husserl y distingue : 1/ l’attitude naturelle primordiale, à l’œuvre dans notre vie commune, historique, créatrice de culture ; 2/ l’attitude universelle pratique ou mythico-religieuse, qui rend thématique le monde comme totalité (bien que dans une veine pratique) ; 3/ l’attitude théorique, née de l’étonnement, et qui, elle aussi, rend le monde thématique mais cette fois-ci sans aucun recours à des considérations d’ordre pratique ; 4/ l’attitude philosophique37.

42Chacune de ces attitudes – appartenant à l’une ou l’autre des deux listes, peu importe – non seulement découpe un champ thématique mais incarne aussi un type d’intérêt bien particulier. Par exemple, comme nous l’avons vu lors de l’examen des rapports entre la logique formelle et l’ontologie formelle, l’attitude critique focalise son attention sur la signification, et elle est donc caractérisée par un intérêt pour la connaissance. Bien que toute attitude doive être guidée par un intérêt prédominant, il ne faut pas en conclure pour autant qu’une attitude soit limitée à un seulintérêt. Nous savons tous que Husserl est principalement intéressé par la connaissance, la logique, les mathématiques et plus généralement par la théorie de la science. Mais ses intérêts ne se limitent d’aucune manière à ceci. Qui plus est, la réflexion critique mobilisée pour satisfaire aux intérêts de la connaissance n’est à son tour qu’une praxis et, en tant que telle, elle est régie par des normes pratiques d’un genre particulier, si bien que, une fois satisfaite, la connaissance atteint une dimension affective qui maintenant lui est propre.

  • 38 Cf.Edmund Husserl, Chose et espace. Leçons de 1907, tr. fr. par J.-F. Lavigne Paris, PUF, 1989, § 3 (...)

43En outre, même des types d’expériences particulières peuvent être caractérisés par une multitude d’intérêts. La perception, par exemple, largement considérée comme une forme de connaissance ou comme le soubassement des autres formes d’expérience, y compris des expériences évaluatives et pratiques, est elle-même caractérisée par un intérêt pratique. Du remplissement à atteindre par la détermination la plus précise d’un objet dans le déroulement continu de la perception, Husserl dit qu’il est une « donation optimale » de l’objet – cette donation n’est pourtant optimale qu’à l’égard de l’intérêt pratique qui régit notre perception. Nous avons besoin de clarifier et de préciser notre appréhension perceptive d’un objet seulement jusqu’au point où la praxisdans laquelle nous sommes engagés en sera satisfaite. L’intérêt du botaniste à l’égard d’une rose est assez différent de celui des jeunes amoureux se promenant au grand air d’un beau jour de printemps, et le degré de donation exigé dans les deux cas pour clarifier la donation perceptive de la rose sera ainsi nettement différent38. A nouveau, atteindre cette donation optimale veut dire atteindre un certain niveau de satisfaction. En d’autres termes, nos expériences ordinaires ne sont jamais purement cognitives : en celles-ci opèrent d’ores et déjà des dimensions pratiques et affectives – et cela bien que dans la plupart de ses écrits Husserl n’insiste pas suffisamment sur ces éléments et qu’il considère certainement les moments cognitifs comme fondamentaux.

  • 39 Ideen I, op. cit. p. 15.
  • 40 Ibid., p. 183-4. Ce mouvement d’un sens naturel du monde en tant que totalité d’objets de connaissa (...)

44Une autre caractéristique importante de ces attitudes (qui les oppose aux intérêts) est celle d’être, d’une certaine manière, « globales » ou universelles. Le terme allemand pour « attitude » est, bien évidemment, Einstellung ; une Einstellung implique une posture tout à fait particulière. J’utilise le terme « posture » plutôt que « position », parce que je pense que le véritable enjeu de la notion d’attitude est moins dans le fait d’engager un jugement positionnel ou une prise de position que dans la posture qu’elle prend : une démarche à l’égard du monde. Certes, celle-ci inclut une position naïve et directe, mais seulement d’une manière implicite. En d’autres termes, une attitude reçoit le monde d’une manière particulière : comme une unité vers laquelle l’expérience est dirigée en tant que directement donnée, signifiée, visée, présomptivement existante. Mais dans un tel contexte le monde lui-même ne fait jamais l’objet d’une visée, et il reste ainsi en dehors de l’ontologie formelle en tant que science formelle des objets visés. Par le recentrement de l’attitude naturelle sur l’attitude phénoménologique, Husserl redéfinit en effet la notion de « monde ». Dans l’attitude naturelle avec son intérêt ontologique, le monde est, comme Husserl le dit dans la toute première partie des Idées directrices  «  la somme (Gesamtinbegriff) des objets d’une expérience possible et d’une connaissance possible par expérience »39.  Plus tard, dans les Ideen I, après avoir introduit l’idée de la réduction phénoménologique, Husserl fournit une nouvelle notion, phénoménologiquement enrichie, de monde qui ne peut tout simplement pas être élucidée dans l’attitude naturelle, « ontologique ». Husserl marque le contraste explicitement dans le § 55: « On peut encore dire d’une certaine manière et sans précautions dans l’emploi des mots : toutes les unités réelles sont des unités de sens”. Des unités de sens présupposent une conscience donatrice de sens (…). Si le concept de réalité est tiré des réalités naturelles, des unités d’une expérience possible, on peut sans doute identifier le “tout du monde”, le “tout de la nature” avec le tout des réalités ; mais il est absurde de l’identifier au tout de l’être et par là même de le porter à l’absolu. ( …) La réalité et le monde sont ici précisément un titre général pour désigner certaines unités de sens dotés de validité, à savoir des unités de “sens” se rapportant à certains enchaînement au sein de la conscience absolue et pure qui en vertu de leur essence donnent tel sens et non tel autre (…). L’absurdité commence quand on se met à philosopher et que, en quête d’une ultime information sur le sens du monde, on oublie de remarquer que le monde lui-même a son être complet sous la forme d’un certain “sens” qui présuppose la conscience absolue à titre de champs pour la donation de sens »40.

45Nous voyons ici clairement une notion de monde en tant qu’horizon de sens par rapport auquel et au sein duquel les objets des actes intentionnels prennent place et se révèlent comme ayant une signification. Cette conception du monde ne saurait pas s’adapter au cadre de l’ontologie formelle, car elle présuppose l’accomplissement de notre part du tournant transcendantal.

46En d’autres termes, nous voyons encore une fois que l’« ontologie fondamentale » de Husserl implique des notions « ontologiques » qui ne sauraient pas trouver leur place au sein de sa conception limitée de l’ontologie orientée sur les objets visés. Le but de mes remarques n’est pas de dire que Husserl a eu tort d’utiliser une notion d’ontologie si étroite; il s’agit plutôt de montrer que (1) la notion husserlienne d’ontologie est limitée, et qu’elle est justement limitée par son intérêt pour la logique comme théorie de la science, et par l’attention à l’égard de la connaissance vraie qui lui est propre, et (2) qu’il y a plus d’ « ontologie » chez Husserl que sa propre ontologie.

Haut de page

Notes

1 Edmund Husserl, Recherches logiques,  t. 1. Prolégomènes à une logique pure, tr. fr. par R. Schérer, A. Kelkel, H. Elie, Paris, PUF,  1959.

2 Edmund Husserl, Logique formelle et logique transcendantale, tr. fr. par S. Bachelard, Paris, PUF, 1954 (dorénavant LFT).

3 LFT, op. cit. p. 252.

4 Ibid., p. 120.

5 Ibid., p. 100.

6 Ibid., p.120.

7 Ibid., p. 280.

8 Ibid., p. 120.

9 Ibid., p. 121.

10 Ibidem.

11 Ibidem.

12 Ibid., p. 124.

13 Ibid., p. 122.

14 Ibid., p. 109.

15 Edmund Husserl, Idées directrices pour une phénoménologie pure, tr. fr. par P. Ricœur,  Paris, Gallimard, 1950, p. 305-6 (dorénavant Ideen I).

16 LFT, op. cit. § 48.

17 Je dois cette expression à Robert Sokolowski.

18 Ibid., §§ 13-15.

19 Ideen I, op. cit. p. 438.

20 Ibid., p. 440-441.

21 Ibid., p. 440.

22 Edmund Husserl, Leçons sur la théorie de la signification, tr. fr. par J. English, Paris, Vrin, 1995, p. 83.

23 LFT, op. cit. p. 389.

24 Ibid., p. 391.

25 Conformément à l’usage que j’en fais dans mon exemple, j’emploierai ici le mot « rouge » pour indiquer un attribut de couleur appartenant à un objet individuel au lieu de l’utiliser pour nommer l’espèce « rouge » (que l’on peut remplacer par le terme « rougeur », alors que cela est impossible pour le nom d’un attribut particulier).

26 Ibid., p. 402.

27 Ibid., p. 403.

28 Pour une discussion plus détaillée du contexte dans lequel la théorie husserlienne de la grammaire logique pure doit être comprise, cf. John J. Drummond, « Pure Logical Grammar: Anticipatory Categoriality and Articulated Categoriality », International Journal of Philosophical Studies, 11, 2003, p. 125-139.

29 Cf. Barry Smith, « Logic and Formal Ontology », in J. N. Mohanty, W. McKenna (éd.) Husserl’s Phenomenology : A Textbook, Washington DC, Center for Advanced Research in Phenomenology & University Press of America, 1989,  p. 53-54.

30 LFT, op. cit. §§ 28-35.

31 Ideen I, op. cit. p. 471.

32 Ibid., p. 35.

33 Ibidem.

34 Robert Sokolowski, Presence and Absence: A Philosophical Investigation of Language and Being, Bloomington, Indiana University Press, 1978, p. 156.

35 Cf. Edmund Husserl, Idées directrices pour une phénoménologie et une philosophie pures. Livre second : Recherches phénoménologiques sur la constitution,tr. fr. par E. Escoubas, Paris, PUF, 1982, §§ 49-53.

36 Martin Heidegger, Etre et temps, tr. fr. par F. Vézin, Paris, Gallimard, 1986, § 7c.

37 Cf. Edmund Husserl, La crise des sciences européennes et la phénoménologie transcendantale, tr. fr. par G. Granel, Paris, Gallimard, 1989, p. 359-371, 381.

38 Cf.Edmund Husserl, Chose et espace. Leçons de 1907, tr. fr. par J.-F. Lavigne Paris, PUF, 1989, § 36.

39 Ideen I, op. cit. p. 15.

40 Ibid., p. 183-4. Ce mouvement d’un sens naturel du monde en tant que totalité d’objets de connaissance à un monde en tant qu’horizon de sens et arrière-fond par rapport auquel on découvre les objets dans leur signification, revient dans LFT, et il est en accord avec l’idée de monde comme horizon développée dans la Krisis. Cf. également Donn Welton, The Other Husserl: The Horizons of Transcendental Phenomenology, Bloomington, Indiana University Press, 2000, p.  81-87.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

John J. Drummond, « La limitation de l’ontologie par la logique », Methodos [En ligne], 9 | 2009, mis en ligne le 10 février 2009, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://methodos.revues.org/2131 ; DOI : 10.4000/methodos.2131

Haut de page

Auteur

John J. Drummond

Fordham University, New York City

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • Revues.org