Navigation – Plan du site
Analyses et interprétations

Du langage à l’histoire des langues. La théorie du langage d’Ernest Renan

Perrine Simon-Nahum

Résumés

On a trop souvent classé l’œuvre d’Ernest Renan dans le strict domaine de la linguistique ou dans l’histoire des religions, sans voir qu’elle reposait sur un fondement épistémologique original : l’acclimatation en France d’une lecture de la Critique de la faculté de juger de Kant. L’article étudie comment Renan élabore dans ses textes sur le langage publiés entre 1848 et 1855 une théorie de la connaissance qui se réalise au moyen d’une réflexion sur le langage. Le langage va donc opérer comme un outil réflexif autour duquel s’ordonne le reste de son œuvre.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Paul Bourget, Essais de psychologie contemporaine, Paris, A. Lemerre, 1889, p. 35-110, p.59. Cité (...)

1Faut-il relire Renan ? Figure dominante de la science française, sur laquelle il a fait planer son ombre durant toute la seconde moitié du XIXe siècle, sitôt le siècle passé Renan s’est trouvé rangé au magasin des accessoires, aux côtés d’autres aimables dilettantes auxquels on reconnaissait, certes, une véritable érudition, mais dont les intentions plus mondaines que scientifiques discréditaient les travaux. L’œuvre de Renan serait « beaucoup moins une doctrine qu’une disposition de l’esprit, très intelligente à la fois et très voluptueuse qui nous incline tour à tour vers les formes diverses de la vie et nous conduit à nous prêter à toutes ces formes sans nous donner à aucune (...) ; une science délicate de la métamorphose intellectuelle et sentimentale »1. Le jugement de Paul Bourget sur son œuvre a sans doute joué un rôle majeur dans le fait que Renan ait peu été pris au sérieux, tout comme celui de Barrès a pu influencer les historiens dans l’idée que Renan figurait aux côtés de Gobineau et G. Tarde parmi les adeptes d’une conception raciste et esthète de la société.

2Acteur des grandes polémiques scientifiques –celles soulevées par la publication de la Vie de Jésus (1863) ou de La Réforme intellectuelle et morale (1871)– il fut en même temps au centre d’un vaste réseau scientifique qui acclimata en France les œuvres et les méthodes des philologues allemands, accueillit les savants juifs allemands, plus tard fondateurs des sciences sociales. Ce rôle de passeur a considérablement influencé le contenu et la forme de son œuvre. C’est pour lui-même en effet que Renan, encore élève au Séminaire, importa la science allemande. C’est elle qui lui servit de cadre pour élaborer sa propre pensée. C’est donc le Renan des premières années qu’il faut relire pour découvrir les traits de ce monde allemand qui, une fois retraduit, prend une figure qui lui est propre.

3C’est par sa théorie du langage qu’il faut aborder la pensée de Renan si l’on veut comprendre la portée de son œuvre et les raisons de son rayonnement. Elaborée entre 1848 et 1855, à travers un ensemble de textes théoriques ou historiques, elle noue les fils de l’œuvre en même temps qu’elle en dévoile les fondements philosophiques. Par les disciplines auxquelles elle se rattache –philosophie, théologie, philologie–, par le cadre systématique qui la sous-tend, elle offre de cette œuvre un visage original et inclassable dans le paysage scientifique français du XIXe siècle. Conçu comme une construction réflexive, le langage forme l’axe d’une théorie de la connaissance qui, en retour, détermine l’histoire des langues. Si l’on admet que le langage tient un rôle essentiel comme clé du système renanien, la nature proprement philosophique de l’histoire des langues qui en résulte permet de ranger Renan du côté d’un idéalisme philosophique qui, même retraduit, ouvre sur l’ensemble de l’œuvre une perspective philosophique forte.

  • 2  Les futurs prêtres rentraient d’abord au Séminaire d’Issy-les-Moulineaux, où ils étudiaient la phi (...)

4I.– Les ambitions du jeune Renan à l’époque où il fait ses études au Séminaire ne sont pas ouvertement philosophiques. Il entre en 1841 au Séminaire d’Issy pour y recevoir une formation de prêtre2. Mais le cheminement auquel le conduisent ses interrogations répétées sur la dogmatique catholique et les questions soulevées par la théologie et l’approche morale des Écritures se fait, au fur et à mesure de sa formulation, de plus en plus philosophique. Les influences et les lectures de Renan dont témoignent les Cahiers de Jeunesse sont multiples au cours de ces années. Partir de ses rencontres et des références qu’il donne pour tenter de reconstituer son système est parfois difficile car il suivit plusieurs maîtres avant de ne s’en choisir aucun. Il paraît donc préférable de se placer au sein de son système pour chercher à en dégager la cohérence interne et le modèle d’après lequel il se construit.

  • 3  Cité par Élisabeth Roudinesco, La Bataille de cent ans. Histoire de la psychanalyse en France, vol (...)
  • 4  Mariette Soman, La Formation philosophique d’Ernest Renan jusqu’à L’Avenir de la Science d’après d (...)
  • 5  Dans ses Souvenirs de jeunesse, Renan, qui qualifie M. Gottofrey d’« homme vraiment supérieur », r (...)

5Des grands textes théoriques qui émaillent l’œuvre renanienne, les deux plus systématiques d’un point de vue philosophique sont sans doute L’Avenir de la Science, publié en 1890, mais rédigé entre 1848 et 1849, et La Métaphysique et son avenir,qui date de 1862. L’Avenir de la Science occupe, on le sait, une place à part. Texte fondateur, le premier qui ne soit pas consacré aux langues sémitiques, pour des raisons politiques et stratégiques dont il s’explique dans sa Préface rédigée en 1890, Renan ne le publiera qu’à la fin de sa vie. En ce sens, L’Avenir de la Science ouvre et clôt l’œuvre à la fois. Si le point de départ fut la révélation des idées socialistes à la lueur des événements de 1848, notamment en matière d’éducation –Renan a parfois les accents d’un Pierre Leroux–, le fil conducteur en est une philosophie du progrès portée par la foi scientifique. Cette dimension téléologique contribue d’ailleurs à rendre plus touffu encore un discours déjà pesant par le ton philosophique avec lequel il aborde son sujet : l’examen des transformations de la vie. Ce qui nous intéresse avant tout dans ce texte, c’est l’organisation des disciplines que Renan y met en place, le triangle philosophie-philologie-histoire qu’il y dessine et la définition de la science qui s’en dégage. Entendu dans le climat de l’époque, cet enthousiasme scientifique pourrait renvoyer aux théories alors en vogue, notamment à la faveur dont jouissait la science positiviste. Règne nouveau que Rayer, le maître de Charcot, saluait en ces termes dès 1818 : «Une époque nouvelle pour la médecine vient de commencer en France (...) ; l’analyse appliquée à l’étude des phénomènes physiologiques, un goût éclairé pour les écrits de l’Antiquité, la réunion de la médecine et de la chirurgie, l’organisation des écoles cliniques ont opéré cette étonnante Révolution caractérisée par les progrès de l’anatomie pathologique.» 3Le primat de la philosophie sur le fondement de laquelle Renan organisera toute sa conception de la science montre que c’est vers une autre voie qu’il faut s’engager. D’où lui vient cette tête philosophique ? À l’époque où il entre au Séminaire, Renan bénéfice d’un enseignement plutôt médiocre si l’on en croit la description que font les Souvenirs d’enfance des deux ans d’études sous la direction de Gosselin et Manier4, à l’exception de Gottofrey5. Sous l’emprise de la psychologie morale, Renan se passionnera très vite pour l’analyse des phénomènes intérieurs vers laquelle le poussent également les questions théologiques qu’il aborde sous l’angle de la théologie dogmatique. C’est progressivement que sa réflexion s’orientera vers une théorie de la connaissance.

  • 6  C’est en mai 1842 dans une lettre à un ami, François Liard, que Renan s’ouvre pour la première foi (...)

6Renan part en effet du constat, auquel le conduisent à la fois ses études philosophiques et théologiques, selon lequel l’homme est un être fini. L’esprit humain est limité. Pas plus qu’il ne saurait concevoir le divin, il ne peut penser l’infini. Le plus urgent en matière de foi pour assurer le dogme, que Renan commence déjà à mettre en doute, comme en matière d’exégèse, consiste à déterminer ce qu’il est en son pouvoir de s’assurer comme certitudes. La relativité de l’esprit humain est, dit-il en un premier temps, le fait marquant de la psychologie. Pourtant bientôt c’est à la philosophie qu’il s’adresse pour obtenir des preuves qui renforcent sa foi6. Les notions de preuve et de vérité sont alors au centre de ses interrogations. Celles-ci vont progressivement perdre leur coloration morale pour poser la question en termes purement philosophiques.

7Comprendre l’homme, tel est pour Renan le but ultime de l’exercice de la pensée. Ce projet est né très tôt, notamment à partir des réflexions sur la théologie dogmatique, comme en témoigne sa Correspondance, empruntant une forme tour à tour théologique puis psychologique et enfin philosophique. Comprendre l’homme est donc au départ un exercice de la foi. À cette réflexion, Renan associe, à la faveur de l’enseignement dispensé au Séminaire, les problèmes de philosophie pratique sur lesquels débouche cette dernière, principalement la définition de la liberté, la responsabilité de nos actes à travers la question du sentiment du péché, la connaissance du divin et les aspirations du croyant. Renan trouvera tout d’abord dans la psychologie un premier renfort face à ses inquiétudes. Lue avec les yeux de la philosophie chrétienne de Cavour ou du théologien anglais Wisemann, celle-ci vient, un moment, renforcer les vérités du dogme à l’aide de la description des mécanismes du psychisme humain. De cette période date déjà chez lui la distance entre révélation et religion et l’habitude de considérer celles-ci comme des produits de l’esprit humain. Les religions sont, dit-il, des manifestations psychologiques de l’humain, des «théorèmes de psychologie», ce qui lui permet de résoudre le problème posé par les miracles. La tradition devient prétexte à pousser toujours plus loin la réflexion philosophique au risque de s’éloigner de l’enseignement des Écritures. Le cours sur le Traité des Actes humains et celui sur le Traité des Péchés posent le problème de la liberté distinguant entre pure spontanéité et liberté d’indifférence. Les écrits des mystiques, comme A.-C. Emmerich, ne sont pas examinées pour la révélation dont ils témoignent, mais comme des exercices à propos desquels la raison peut, ou non, choisir de s’exercer.

  • 7  Sur le rejet de la psychologie comme science comme les autres, voir L’Avenir de la science, p. 852 (...)
  • 8  Si l’on en croit Pierre Macherey, les premières « restitutions crédibles de Kant en français » fur (...)
  • 9  La Métaphysique et son avenir, p. 692.
  • 10  Voir la critique d’A. Comte dans L’Avenir de la science, p. 848. Cette intrication des deux plans, (...)

8La réflexion de Renan va progressivement encadrer cet intérêt anthropologique de concepts philosophiques au détriment de la seule psychologie7. Du sentiment, on glisse vers la raison, de l’examen des principes de la foi à la théorie de la connaissance. Renan creuse la distance qui sépare l’homme du divin. La théorie de la connaissance qui puise directement dans la philosophie kantienne, ainsi que Renan en fait à plusieurs reprises l’aveu implicite, s’inscrit dans le cadre d’un projet anthropologique. Renan cherchera à partir des présupposés et, dans les domaines de prédilection qui sont les siens, à préciser les formes de cette pensée criticiste dont il ne pouvait saisir que les rudiments que lui autorisaient à l’époque une connaissance encore balbutiante de l’allemand ou les formes vulgarisées qu’en donnèrent G. de Cavour ou F. Ravaisson8. Par la lecture de leurs ouvrages, il entre en contact avec la philosophie kantienne, sur laquelle il va, à travers le prisme offert par ces deux types de vulgarisation, calquer sa théorie de la connaissance. Partant des idées de la théologie, il leur découvre une nature d’«idées pures», détachées de toute sensation, tout en affirmant à l’autre extrémité l’impossibilité de concevoir des idées purement abstraites. Ce que Renan conçoit sous le terme de «logique», appliquée à des notions telles que l’infini, l’absolu ou l’universel9 part du même rejet des métaphysiques dogmatiques que la critique kantienne pour limiter le champ de la réflexion au mécanisme de construction et de représentation des choses. On trouve comme chez Kant, à qui une référence renvoie cette fois explicitement, le refus de toute pensée purement abstraite et le rejet de ce fait de toute métaphysique dogmatique, au nombre desquelles il est intéressant de noter que Renan range le positivisme d’Auguste Comte10. La première étape de sa philosophie de la connaissance cherche, autour des notions d’objectif et de subjectif, à organiser la relation perception-substance.

  • 11  Renan, L’Avenir de la science, p. 741.
  • 12  Renan ira plus loin dans L’Avenir de la science, p. 766.

9« Savoir est le premier moment du symbole de la religion naturelle. »11 Ce que décrit progressivement Renan est une harmonie des facultés qui trouve son pendant dans l’harmonie des disciplines, toutes concourant, dans une vue téléologique de l’histoire, à l’épanouissement des potentialités de l’esprit humain. L’homme est par essence inscrit dans le monde. Comme tel, il ne saurait se soustraire aux lois de la Nature12. Mais il est, par sa nature profonde, conscient de sa finitude et porté à rechercher la raison des choses qui l’entourent jusqu’à remonter à leur origine première. L’Absolu lui est inaccessible si ce n’est par analogie. L’idéal scientifique va progressivement s’affirmer comme la recherche d’une forme de divinité de l’homme. Dans ce mouvement d’arrachement à la Nature, il crée des constructions intellectuelles –religions, histoire– pour répondre à cette fin dernière. Comment, dans sa finitude, l’homme appréhende-t-il le monde ? Le chrétien qui cherche à juger de ses actes en en assumant la responsabilité va trouver la réponse dans l’élaboration d’un système de connaissance qui lui permet de réfuter le dualisme corps/âme et ménage une part de liberté. Le sensible, ni l’expérience ne sont jamais analysables en tant que tels. La connaissance que nous avons du monde qui nous entoure opère à l’aide d’un système de représentations, nées d’une synthèse du sensible et de l’intelligible. L’homme ne peut en prendre connaissance que parce qu’au moment même où se produit l’expérience surgissent en même temps les cadres pour la penser. À un niveau supérieur, la synthèse des facultés s’effectue par le biais de la puissance créatrice de l’esprit humain que Renan appelle créativité, plus rarement imagination.

10Un concept reflète le balancement qui caractérise encore sa pensée dans sa recherche d’une définition de la rationalité : celui de vérité. L’équilibre qu’il maintient entre croyance et raison donne en effet à celle-ci une coloration particulière. Cette vérité est à la fois celle du philosophe et du théologien, non pas la vérité des « sciences spéciales », comme on les appelait à l’époque, mais celle qui révèle le secret de l’origine et de la fin de l’homme. Distincte des vérités de la foi, la vérité se voit assigner un domaine dans lequel l’homme peut légitimement aspirer à sa réalisation. Cet espace est celui de la critique, que Renan ne place pas encore à l’époque au service des textes et de l’histoire. Celle-ci, appliquée d’abord à l’examen de l’âme humaine, s’exerce par l’analyse de l’objet, complétée par des développements analogiques lui permettant ainsi de passer de l’étude de l’individu qu’il déduit de l’étude des sciences à celle des idées selon les mêmes principes.

  • 13  L’Avenir de la science, p. 846.

11La critique, telle que la définit L’Avenir de la Science, s’analyse comme la faculté de juger face à la diversité du monde phénoménal et des faits historiques, ce que Renan appelle « l’induction universelle »13. Elle va de ce fait rapidement devenir une notion centrale définissant à la fois le régime de connaissance et les domaines sur lesquels il s’exerce. Le divers, qui deviendra plus tard l’historique, n’est connaissable qu’à travers les synthèses produites par la pensée. Or celle-ci distingue deux ordres dans lesquels il lui est donné de s’appliquer. Le domaine des lois de la Nature dans lequel la recherche des causalités permet de dégager les lois qui constituent l’ensemble des sciences physiques. Le monde intellectuel, où le principe de causalité cède la place à celui de compréhension et où le jugement s’exerce en regard des fins dernières de l’homme. Le monde phénoménal participe du monde nouménal sous la forme du flux de la vie, de la pulsation tirée de l’expérience. L’emploi du mot « vie » ne doit donc pas tromper. Ce que Renan entend par là ne revient en aucune manière à affirmer une donation immédiate du réel mais est toujours saisi à travers une activité constructrice de l’esprit. La compréhension met en œuvre une modalité de jugement aussi éloignée de l’axiome scientifique que du raisonnement logique. Ces deux ordres de recherche renvoient à deux formes de finalité différentes qui se rejoignent sous le signe d’une histoire téléologique du progrès. L’activité philosophique va revêtir désormais un tour expérimental non pas au sens où l’entendait alors la science physiologique, mais par la définition d’un domaine dans lequel s’effectue dans le même geste la rencontre du sensible et de l’intelligible.

  • 14  Le prétexte en était le compte rendu d’un livre d’E. Vacherot, La Métaphysique et la science ou Pr (...)
  • 15  Cf. notamment Laudyce Rétat, qui, pour les années de formation, lit Renan dans la suite de V. Cous (...)
  • 16  Évoquant la philosophie cousinienne qui règne alors en France, Renan écrit : « Quant à la France, (...)
  • 17  C’est l’objet de la Critique de la Raison Pure, notamment de l’Esthétique transcendantale, que d’é (...)
  • 18  Voici en quels termes Renan congédie la psychologie : « Au lieu de se renfermer dans le monde étro (...)

12Réflexion sur le système philosophique de son temps, La Métaphysique et son avenir, parue dans la Revue des Deux Mondes en janvier 186014, précise ces vues philosophiques et permet de se repérer dans les compagnonnages qu’accepte Renan et les positions qu’au contraire il réfute. Il définit le cadre dans lequel il développe sa métaphysique. La charge contre la philosophie de Victor Cousin y est à ce point violente qu’on ne peut que s’étonner de voir les commentateurs continuer à expliquer Renan à travers les grilles de lecture du cousinisme15. Renan y constate la fin des systèmes métaphysiques, illustrés par les noms de Schelling ou Hegel, ruine sur laquelle s’édifient désormais les sciences historiques. La critique qu’il lui adresse dans ce texte est sévère et sans appel, et la théorie de la connaissance qu’il met en place permet de définir tout ce qui le sépare de Cousin16. Celui-ci n’a fait que reprendre à ses yeux l’ancienne métaphysique à la lumière des résultats obtenus par la philosophie écossaise. Cette philosophie ne peut faire illusion qu’auprès de ceux qui ignorent la réfutation définitive qu’a produite la critique kantienne. L’induction universelle au moyen de laquelle opère Renan se situe à l’exact opposé de l’induction définie dans la philosophie cousinienne, à savoir le processus psychologique qui nous permet d’accéder directement par l’introspection aux idées déjà présentes dans notre esprit qu’il suffirait à ce dernier de découvrir. Ce qui distingue la tradition criticiste à laquelle appartient Renan de l’école positiviste tient dans ce rapport au réel dont cousiniens comme positivistes postulent que, déjà présent, il suffit de l’appréhender, là où les constructivistes pensent à la suite de Kant que le réel n’est pas substantialisable et découle de constructions intellectuelles17. Le réel n’étant jamais assignable, le langage devient l’élément où s’effectuent ces constructions et l’histoire le lieu où elles se vérifient. Insuffisante dans la façon dont elle articule nos facultés sur un mode réflexif, la pensée de Cousin pèche également par son aspect insuffisamment organique dans la mesure où elle n’accorde aucune place à la spontanéité qui, selon Renan, est, dans notre appréhension du monde, le pendant de la réflexion. En se débarrassant de la psychologie et en faisant du constructivisme la base d’une théorie de la connaissance, la philosophie chez Renan devient le sousbassement d’un processus s’apparentant à un travail de la conscience18. Expressions de ce travail, le langage et la philologie sont les manifestations historiques de cette créativité humaine.

  • 19  Nous sommes donc en désaccord avec Mme Laudyce Rétat, qui signale une désaffection de Renan pour l (...)
  • 20  Sur Humboldt, on consultera notamment Tilman Borsche, Sprachansichten. Der Begriff der menschliche (...)

13Le langage est l’élément dans lequel va se forger sa théorie de la connaissance. Dans la Critique de la faculté de juger, Kant dégage, à la faveur de la définition de la faculté de juger téléologique, les modalités de construction des productions historiques. Renan opère selon le même modèle19. Comme chez Kant, l’homme confronté à la Nature y introduit ce qui permet de la penser. Renan y ajoute cette notation psychologique selon laquelle son intelligence pousse l’homme à rechercher une cohérence du monde qui l’entoure. Il va procéder de la même façon que Kant en dissociant deux plans de causalité. Ainsi les lois qu’il prétend mettre en lumière dans l’histoire de l’esprit humain, en écho à celles des sciences physiques, sont-elles à entendre non pas en référence aux «lois» des physiologues, mais au mode de compréhension herméneutique ou historique qu’il s’efforcera de définir puis d’appliquer tout au long de son œuvre. Kant a peu développé cette pensée du langage et ce n’est qu’après lui que la philosophie du langage a connu son véritable épanouissement chez des penseurs comme Humboldt20. Ce sont les théories de ce dernier que reprend explicitement Renan. La construction théorique par laquelle il arrive au langage témoigne de l’ancrage philosophique et non pas purement historique, comme on l’a trop souvent dit, de son intérêt pour les langues. Cet horizon transcendantal du langage a pour conséquence le fait que l’histoire du langage n’est plus conçue comme le développement d’un progrès naturel, mais comme le résultat d’une construction de l’esprit qui place l’homme au cœur de sa réalisation. Le langage est une pièce–la pièce essentielle sans doute–de son dispositif.

  • 21  Celui-ci a été décrit dans de très nombreuses études. Parmi les ouvrages les plus synthétiques, on (...)
  • 22  Sur les Idéologues, on consultera notamment L’Institution de la raison, sous la direction de Fr. A (...)
  • 23  Marc Dominicy, « Le programme scientifique de la Grammaire générale », in Sylvain Auroux, Histoire (...)
  • 24  Renan marque bien la différence de son approche par rapport à celle des philosophes qui l’ont préc (...)
  • 25  Renan, L’Origine du langage, p. 53.
  • 26  Nous sommes ici en opposition complète avec l’interprétation proposée par Charles Porset, qui sugg (...)

14Il faut donc sur ce point souligner l’originalité de la pensée de Renan dans le paysage philosophique français21. Alors que leur influence est en partie estompée, la philosophie du langage en France est encore dominée dans les années 1840 par les théories des Idéologues. Si les Idéologues ancrent, eux aussi, le langage dans la pensée, leur construction des rapports logiques entre langage et pensée se rattache à un système philosophique très différent22. Réduisant la pensée à l’idée selon la théorie des Idées cartésiennes, la Grammaire Générale de Beauzée assignait déjà au langage la fonction d’exprimer, de communiquer la pensée. Arnauld se fera encore le défenseur du cartésianisme. Selon cette théorie, le mot « exprime » une idée, laquelle « représente » une chose23. Destutt de Tracy, fondateur de l’Idéologie, considère la grammaire comme la science des Idées. La grammaire générale s’attache à étudier l’expression des idées quel que soit leur niveau de complexité. Elle met en place pour cela un outil logique qui permette d’en assurer l’analyse. Néanmoins l’écart ira croissant entre une théorie des Idées de plus en plus élémentaire dans son organisation et le développement des études grammaticales portant sur les langues particulières. À l’opposé de Condillac, qui rapporte le langage aux idées toutes faites que celui-ci trouverait dans l’esprit, c’est, au contraire, la raison spontanée qui, selon Renan, est la puissance créatrice du langage dans la mesure où il n’existe pas d’accès aux idées autrement que par leur mode de constitution24. D’où il découle que le langage, « dès sa première apparition, fut doué de toutes ses parties essentielles »25. La spontanéité chez Renan n’est donc jamais séparable d’une vision organiciste du langage, contrairement à la notion que développe V. Cousin, dans le Cours de 1818 et celui de 1822, d’une spontanéité qui se rapporte, elle, au principe du réel contenu dans la pensée et auquel il suffit de se fier dans un rapport logiquement juste pour le saisir26. Renan comprend la spontanéité au sens kantien qui l’oppose à la réceptivité, alors que ce terme désigne chez Cousin une saisie immédiate du réel dans la pensée. La relation établie par Renan entre pensée et langage est donc moins logique qu’ontologique.

  • 27  Renan, L’Origine du langage, p. 38 s.
  • 28  On se reportera pour cette question à l’article de Donatella di Cesare, « The Philosophical and an (...)
  • 29  Renan, L’Origine du langage, p. 61.
  • 30   « Les familles apparaissent comme des types constitués une fois pour toutes, et réduits à se détr (...)
  • 31  Renan, L’Origine du langage, p. 63 s. Maurice Olender a bien repéré ce rôle conceptuel de la métap (...)
  • 32  Cité par Pierre Caussat dans son introduction à Humboldt, La Recherche linguistique comparative da (...)

15C’est dans la théorie humboldtienne du langage qu’il va trouver réalisée la combinaison entre la représentation philosophique du langage comme manifestation de l’humain et l’intérêt pour l’histoire des langues et leur diversité comme incarnation de l’histoire de l’humanité à laquelle il aspire. Il va donc progressivement se couler dans le moule humboldtien sans que rien, hormis les références qui accompagnent les divers développements qu’il en fait, ne manifeste cet accord. Humboldt réalise en effet à ses yeux la synthèse entre l’aspect dynamique de la langue et sa fonction herméneutique. La méthode que Renan commence à entrevoir dans les années 1845 et qu’il expose dans L’Avenir de la science répond aux exigences de la compréhension philosophique du rôle du langage. Le langage étant l’instrument de comparaison entre les différentes étapes de développement de l’esprit humain, la comparaison des langues permettra d’en dresser une histoire exhaustive. « Il est un monument sur lequel sont écrites toutes les phases de cette genèse merveilleuse, monument qui renferme des matériaux de tous les siècles et peut les rendre à l’analyse ; poème admirable qui est né et s’est développé avec l’homme, qui l’a accompagné à chaque pas et a reçu l’empreinte de chacune de ses manières de sentir. Ce monument, ce poème, c’est le langage. »27 La méthode comparative –puisque c’est d’elle qu’il s’agit– s’ordonne en réalité autour des notions de forme et de type que Renan emprunte à Humboldt ou à Schlegel, qui constitue l’autre grande référence28. Les langues appartiennent à la catégorie des choses vivantes. Au titre d’organismes, elles sont composées de différentes parties qui se réunissent en une forme que Renan appelle également type ou idée. De cette conception herméneutique découle la nécessité d’appréhender la singularité de la forme dans sa totalité, à savoir le type dans lequel s’incarne la forme individuelle. « L’être organisé qui par une intime assimilation a renouvelé ses parties constitutives est toujours le même être, parce qu’une même forme a toujours présidé à la réunion de ses parties ; cette forme, c’est son âme, sa personnalité, son type, son idée. »29Ceci revient à reconstituer une cohérence interne sans laquelle le type n’existerait pas et à mettre en lumière pour cela un ensemble de fonctions logiquement liées les unes aux autres. Comme chez Humboldt, c’est sur la base d’une fin interne que la forme sera jugée, la transformation s’accomplissant pour Renan par le biais d’un processus de différenciation et d’assignation de chaque élément de la langue à travers le passage d’une première synthèse demeurée assez confuse à une synthèse ultime et clairement distributive30. La comparaison qui repose sur le procédé analogique transpose à une échelle extérieure la finalité interne de chaque langue inscrite dès le départ dans son type à travers les différentes étapes de son développement. « Le transport ou la métaphore a été de la sorte le grand procédé de la formation du langage », écrit-il31, reprenant l’idée de Humboldt selon laquelle l’analogie a un rôle organique. La comparaison ne concerne ainsi en aucune façon une lecture terme à terme de différences historiques mais confronte, en relation avec la finalité interne de chaque type, les étapes de sa réalisation. Telle est la méthode comparative que Renan appliquera tout au long de ses recherches : une méthode proprement philosophique. Pourtant celle-ci ne saurait s’en tenir à une dimension seulement conceptuelle. Renan trouve chez Humboldt l’écho du principe selon lequel la connaissance de l’homme ne saurait s’abstraire du milieu dans lequel il évolue. La comparaison permet de faire intervenir par la voie analogique une dimension supplémentaire parce que collective, ce que Humboldt rappelait en ces termes dans une lettre à Gœthe le 7 septembre 1812 : « L’impression étant toujours une impression de totalité qui résulte de l’unanimité d’une foule infinie de moments particuliers, il est presque impossible d’en retrouver à coup sûr le monnayage en chaque élément singulier. C’est ici tout particulièrement que les raisonnements a priori sont peu ou pas opérants, car c’est en organisant la comparaison d’un grand nombre de langues et de leurs opérations propres qu’on peut s’engager dans cette voie avec profit. »32 Ainsi la comparaison débouche-t-elle dans la science historique.

16II.–La théorie du langage naît chez Renan d’une triple insatisfaction. C’est au sein du Séminaire où il se forme entre 1841 et 1845 qu’il rencontre cette question, entre exercices spirituels, exégèse des Écritures et interrogations dogmatiques. Les problèmes soulevés par l’affirmation théologique de l’authenticité des Écritures et de leur caractère révélé, donc sacré, loin de trouver leurs réponses dans une maîtrise technicienne des langues sacrées, vont déboucher sur une interrogation plus vive encore sur la nature même du langage. C’est alors à la psychologie, puis à la philosophie que Renan demande des explications. La philosophie et l’exégèse conjuguées ouvriront le chemin à la philologie et à l’histoire, chargées de transposer, chacune sur un plan propre, la question anthropologique.

  • 33  Sur ces sujets, on se reportera entre autres à Victor Baroni, La Contre-Réforme devant la Bible, G (...)
  • 34  Jean Pommier, La Jeunesse cléricale de Renan, p. 117.
  • 35   « Une des écoles qui essayèrent de relever la cause du spiritualisme et de la religion donna tout (...)

17Renan ne pouvait pas ne pas rencontrer la question de l’origine du langage. Il y fut confronté dès son arrivée au Séminaire à travers l’apprentissage de l’hébreu, par le biais de l’exégèse et des exercices étymologiques mis au service d’un texte révélé. La langue hébraïque faisant figure de langue originelle et parfaite, sa maîtrise était aux yeux des théologiens garante d’une perfection dogmatique de la compréhension. La version sécularisée des débats sur la langue originelle, qui s’était développée notamment autour de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres et dans les cercles érudits depuis les années 1750, reprenait en les laïcisant ces hypothèses sur l’origine mythique de l’hébreu33. Au Séminaire régnait la version officielle de l’Église à travers les écrits de l’abbé Latouche, qui, outre des Études hébraïques, avait également composé une Clef de l’Étymologie34. Empruntant à Court de Gébelin son «instinct d’une langue universelle», il l’avait trouvé dans l’hébreu, selon le schéma d’une langue adamique, et en déduisait à l’aide de tableaux étymologiques le reste des langues, à l’exception du chinois, qu’il ignorait. Le Hir, qui fut le professeur d’hébreu de Renan, défendait la même théorie de l’hébreu comme langue primitive de l’humanité, inspirée par Dieu. La langue d’Adam, qu’il s’agisse de l’hébreu ou du chaldéen, s’était conservée chez Abraham, affirmait-il, sans tenir compte des observations de Wisemann, dont il connaissait pourtant les Discours, lesquels au contraire avaient produit une forte impression sur Renan. L’unité de la langue certifiait ainsi de l’unité de l’humanité. L’idée d’une langue adamique, langue-mère de toutes les autres, n’est pas à l’époque l’apanage des seuls théologiens. Elle a été longuement développée par des théoriciens de la société politique, comme Bonald et Maistre, que les premiers écrits de Renan s’appliquent à réfuter35. Contre Bonald et la thèse de la révélation du langage, Renan va s’efforcer de fonder la dimension scientifique de la question de l’origine des langues.

  • 36  Jean Pommier, op. cit., p. 110.
  • 37  « J’aurais honte de reconnaître pour ancêtres la misérable école française », écrit-il. Cité par J (...)
  • 38  Renan, Questions contemporaines, Œuvres Complètes, Paris, Calmann-Lévy, t. I, p. 169 s. Sur l’ense (...)
  • 39  Renan, L’Avenir de la Science, p. 823.

18Selon ce même principe, l’hébreu est présenté comme une langue qui atteint à la perfection. Parvenue à son stade le plus accompli à l’époque de Moïse, elle n’aurait depuis connu aucun déclin. L’invraisemblance théologique de cette théorie se double d’une non-congruence objective. L’élève du Séminaire n’avait pas à aller très loin pour découvrir à partir des nombreux points d’obscurité soulevés par l’analyse grammaticale ou les phénomènes d’interpolation que l’hébreu n’était pas cette langue parfaite que d’aucuns prétendaient. L’Histoire de la langue hébraïque, qui tient en cinq feuillets rédigés par Renan en 184336, fournit de précieux renseignements sur les manuels utilisés dans l’apprentissage de cette langue. Renan cite le manuel de l’abbé Glaire, la Grammaire historique composée en latin par Schrœder, qu’il semble avoir en partie traduite, celle de Gesenius, la Grammaire de Preiswerk, publiée à Genève, et l’ouvrage de Jahn. Dès cette époque, la prise en compte des travaux des grammairiens juifs, et ce jusqu’au XVIIe siècle, notamment des massorètes, généralement ignorés, est une manière de nuancer les progrès que firent accomplir à cette science les théologiens chrétiens à partir du XVIe siècle. C’est surtout sur l’école allemande, notamment Gesenius et Ewald, que s’appuie Renan pour mettre en lumière les irrégularités d’une langue que ses particularités grammaticales et ses bizarreries étymologiques interdisent de prétendre figurer comme la langue universelle et encore moins comme la matrice des autres37. La description qu’il fait des travaux de Quatremère, dont il suivit l’enseignement en hébreu, syriaque et chaldéen au Collège de France, souligne la distance qui le sépare déjà des travaux des orientalistes : « Il ne se douta pas du lien qui rattache toute recherche sérieuse au problème vital de l’être pensant ; il n’aperçut pas le but supérieur de l’érudition qui est de construire pierre à pierre la science historique de l’esprit humain, c’est-à-dire la moitié de la philosophie. »38 Le seul à trouver grâce à ses yeux fut Eugène Burnouf, auquel il dédia L’Avenir de la Science, même s’il précise qu’on ne trouve pas plus chez lui que chez Letronne, Lassen ou Grimm, de page véritablement philosophique39. Sur le plan de la connaissance technique de la langue, même les plus érudits des savants allemands trouvent parfois difficilement grâce à ses yeux, leur volonté systématique entrant en hiatus avec la nature irrégulière de l’hébreu. C’est ce mélange de technicité et d’intuition linguistique, nécessaire à l’étude de l’hébreu, que Renan s’efforcera de définir dans ses premiers écrits scientifiques jusqu’à la publication de son Histoire générale des langues sémitiques parue en 1855.

  • 40  Sur la question homérique, on se référera notamment à Noémie Hepp, Homère en France au XVIIe siècl (...)
  • 41  Alfred Maury a dressé un tableau accablant de l’état de l’érudition française dans l’ouvrage qu’il (...)

19Pas plus dans la théologie que dans la critique grammaticale, Renan ne trouvera donc un exposé satisfaisant de l’histoire et de la construction de la langue hébraïque. La critique grammaticale est dès lors redoublée d’une critique littéraire. Pour être véritablement pertinente celle-ci devrait s’ancrer dans une vue philosophique de l’histoire des langues traitant non seulement de la syntaxe et de l’étymologie, mais prenant également en compte l’histoire des genres. Renan s’oppose ainsi non seulement à la critique littéraire française héritée des canons littéraires du XVIIIe siècle, symbolisée par les traductions des poèmes homériques de Madame Dacier40 et les travaux de l’Académie des Inscriptions41, mais également à la critique grammaticale plus savante, produite sous la plume des théologiens allemands.

  • 42  Renan, L’Origine du langage, p. 51.

20Traitant à son tour de l’origine du langage dans le texte qu’il lui consacre en 1848, Renan l’envisage d’un point de vue philosophique, abordant la dimension historique à l’aide des catégories conceptuelles dégagées dans sa théorie de la connaissance. De l’origine des langues, on ne peut rien dire dans la mesure où le problème dépasse l’expérience humaine, ce qui interdit toute approche scientifique. Il faut donc abandonner tout espoir de retrouver la langue-mère et de remonter au berceau linguistique de l’humanité. Le passage par la notion d’organique autorise en revanche, à partir de certains traits primitifs du langage, à en reconstituer le processus intellectuel de développement. Renan réfute ici les fondements des théories de la nature artificielle du langage et leur corollaire anthropologique, l’existence d’un état de nature aux débuts de l’humanité d’où le langage serait absent et auquel succéderait, une fois celui-ci apparu, un état de culture. Ainsi faut-il comprendre la critique qu’il adresse non seulement à Leibniz et à sa construction d’une langue scientifique, mais aussi à la Grammaire de Port-Royal ou quelques années plus tard–ce qui demeurera comme un leitmotiv dans son œuvre–à la langue rabbinique42.

21Comprendre l’origine du langage implique de revenir à l’organisation des facultés qui y président. Le langage est le moyen par lequel s’opère la synthèse faite par l’entendement entre sensible et intelligible, synthèse que Renan analyse comme une opération du jugement. Cette liaison synthétique s’exprime aussi bien en termes de rencontre de la forme et de la matière au niveau linguistique, la sensation donnant naissance aux mots qui ne prennent leur signification qu’une fois organisés par la raison en une langue. Reste que la signification de la liaison entre le sens et le mot n’est jamais arbitraire, mais soumise aux lois de la raison car motivée, comme le démontrent les langues dont les racines sont proches des onomatopées, où les mots résultent donc d’analogies avec les phénomènes naturels. Les deux procédés à l’aide desquels Renan décrit la formation des mots, la métaphore et l’analogie, illustrent la dimension créatrice de la synthèse, comme un acte qui, au-delà de la réunion de nos représentations, les constitue en même temps en connaissances.

  • 43  Renan, L’Origine du langage, p. 65.
  • 44  E. Kant, Critique de la faculté de juger, Paris, Éditions Gallimard, « Folio/Essais », notamment p (...)
  • 45  Renan, L’Origine du langage, p. 60.
  • 46   « C’est que chaque langue est emprisonnée une fois pour toutes dans sa grammaire. Elle peut, en s (...)
  • 47  Renan, L’Origine du langage, p. 108.
  • 48  Renan, L’Origine du langage, p. 55.

22Le procédé analogique, par le rapport entre son et image qu’il met en œuvre, génère la créativité interne à chaque langue à l’intérieur d’un réseau d’opérations logiques qui, ensemble, définissent un type (Renan dira aussi une forme). Les analogies produites dans les langues du Nord sont différentes, dit Renan, de celles qui voient le jour au Sud43. Comme chez Humboldt en effet, chaque langage représente l’univers dans son ensemble sous un même type, à chaque type correspondant un mode analogique particulier. Aussi, leur modèle de développement évoquant la poussée d’un germe ne réfère pas à une métaphore vitaliste, mais rappelle la relation du tout et des parties que Kant établit dans la section de la Critique de la faculté de juger consacrée à la critique de la faculté de juger téléologique. Aux paragraphes 64-65, Kant développe la métaphore de l’arbre, incarnation des êtres organisés, dont la finalité implique qu’il soit à la fois cause et effet de lui-même, c’est-à-dire que les parties soient liées au tout et le tout aux parties44. De la même façon, écrit Renan, « un germe est posé, renfermant en puissance tout ce que l’être sera un jour ; le germe se développe, les formes se constituent dans leurs proportions régulières, ce qui était en puissance devient acte ; mais rien ne se crée, rien ne s’ajoute : telle est la loi de tous les êtres soumis aux conditions de la vie. Telle fut aussi la loi du langage. »45 Les études linguistiques doivent donc avant toute chose dégager le type propre à chaque langue, chacune établissant des analogies différentes, type à partir duquel pourra par la suite s’établir la comparaison avec les autres langues, à la manière du Sprachtypus humboldtien. C’est à partir de cette notion de forme que se développe chez Renan toute l’analyse linguistique. Chaque langue se trouve enfermée dans sa grammaire, c’est-à-dire sa forme, et ne connaît de ce point de vue ni réforme, ni évolution possible46. De même qu’il n’existe pas un rameau primitif unique dont on ferait descendre les différentes familles de langues, celles-ci sont, de ce fait, irréductibles les unes aux autres. Ainsi le nombre de langues-mères peut-il avoir été considérable47. D’où le refus qui fera classer Renan dans les partisans d’une classification des races, du fait que les langues sémitiques, contrairement aux assertions de nombreux spécialistes de son époque, aient connu différents stades dans leur évolution linguistique48. Certes, les langues se composent et se décomposent sans cesse mais ce processus se produit invariablement à l’intérieur d’un même type. Expression de la forme, la grammaire permet au langage de devenir une langue. Renan conçoit donc le langage sur le modèle des linguistiques qui prennent en compte l’histoire et la subjectivité des locuteurs, dans lesquelles la grammaire fournit la trame sur laquelle peuvent ensuite intervenir les variations individuelles que sont les discours. Le langage n’est jamais fixé une fois pour toutes, mais toujours créativité en action, processus dynamique. De ce fait l’analyse d’une langue prendra en compte non seulement la grammaire de celle-ci, mais également sa syntaxe, qui réalise l’unité entre le général et le particulier, entre la structure grammaticale et la distorsion individuelle du discours, la syntaxe agissant comme une synthèse.

23Le contenu épistémologique de la formation du langage permet d’en déduire les différentes étapes historiques. Instrument au moyen duquel l’entendement réalise la synthèse entre sensible et intelligible, le langage est avant tout un acte complexe. La première étape de l’histoire de l’humanité se caractérise donc selon Renan non pas par une simplicité chère à tous les tenants d’un état de nature, mais au con­ traire par sa grande complexité. À cette première étape, caractérisée par une synthèse exubérante, succède en un second temps une individualisation des parties du langage par la voie de l’analyse avant qu’une synthèse réfléchie ne ressaisisse l’unité à un niveau supérieur. Il est ainsi frappant de constater que comme chez Humboldt l’œuvre de la réflexion est en quelque sorte négative dans la mesure où elle renvoie à un appauvrissement de la langue. Ainsi s’expliquerait l’échec de la grammaire hébraïque, faite d’exceptions. Cette analyse commande la relation des langues aux dialectes, puisque ceux-ci, témoignant de la richesse d’une langue, ne sont pas postérieurs à sa formation mais au contraire antérieurs.

24III.–L’ancrage du projet de Renan dans une perspective humboldtienne d’une anthropologie historique dont le langage constitue la clé distingue ses travaux sur l’histoire des langues de ceux que produisent à la même époque les linguistes allemands et les orientalistes français, dont les recherches débouchent rarement sur une théorie générale du langage. L’idée que la véritable dimension historique n’est pas diachronique mais se définit comme la finalité des actions humaines explique que l’histoire, si elle ne se résume plus aux plans de la Providence divine, ne puisse être réduite à une simple dimension temporelle mais trouve sa réalisation dans un projet philosophique où le langage –mais aussi la religion– est le mode de développement symbolique par excellence. De même que l’origine du langage est conçue sur un mode transcendantal, de même l’intérêt pour le développement des langues ne se limite-t-il pas à une appréhension des étapes successives de leur évolution mais conduit-il à un tableau du développement humain.

  • 49  Ainsi beaucoup de commentateurs l’ont-ils rangé aux côtés des partisans des théories biologiques d (...)
  • 50  Voir Wilhelm von Humboldt, Introduction à l’œuvre sur le kavi et autres essais, op. cit.
  • 51  D’où la pertinence de la remarque d’André Caquot sur l’importance des textes, même si l’équilibre (...)
  • 52  Renan, « Considérations sur les peuples sémitiques », Journal asiatique, avril-mai 1859, p. 447-44 (...)
  • 53  Renan, L’Origine du langage, p. 102.

25En ignorant la dimension proprement constructiviste de sa vision et en reprochant à Renan son ancrage du côté des théories naturalistes et biologiques, on commet une erreur majeure pour l’interprétation de son œuvre49. Comme chez Humboldt, toute tentative taxinomique s’inscrit en effet au sein d’un organicisme constructiviste qui fixe à chaque langue, comprise comme type, la vocation d’accomplir la finalité interne contenue dans sa forme. Les notions de sémitique et indo-européen jouent donc le rôle d’idéal-types avant l’heure, dont les caractéristiques, loin d’être déduites des conditions naturelles de leur milieu d’émergence, sont explicitement construites par l’historien du langage. La notion de caractère qui permet à Renan de définir les traits propres à chacune d’entre elles n’est en aucun cas réductible aux conditions naturelles d’épanouissement des langues mais renvoie au contraire aux constructions intellectuelles des peuples qui les forgent. Comme dans le KawiWerk50, le caractère d’une langue est accessible à travers les textes des différents peuples compris non seulement comme dépositaires de l’esprit d’une langue mais aussi comme expression de la finalité historique51. C’est donc une grossière erreur du point de vue de la cohérence du système que d’envisager la distinction sémite/indo-européen selon une échelle des civilisations. Tout au plus peut-on conclure que les unes ou les autres ont le mieux répondu dans leur développement à leur finalité interne mais en aucun cas ne peut-on établir une hiérarchie qui rapporterait l’une à l’autre. De même l’emploi du mot «race» sous la plume de Renan ne prend-il son véritable sens qu’en référence au contexte philosophique dans lequel Renan lui-même le place, comme l’illustre ce texte écrit en 1859 qui fait ressortir l’analogie existant entre la notion de type et de race : «Les races sont des cadres permanents, des types de vie humaine, qui, une fois fondés, ne meurent plus mais sont souvent remplis par des individus qui n’ont presque aucun lien de parenté physique avec les fondateurs (...). Nous ignorons si, à l’origine, ces grandes déterminations dans le sein de l’humanité furent le fait de conditions de naissance physiologiquement diverses, ou si elles vinrent de groupements postérieurs à l’apparition de l’homme et devenus par la suite des siècles des divisions permanentes. Ce qu’il y a de certain, c’est qu’avec le temps les races en viennent à n’être plus que des moules intellectuels et moraux»52,ce qui corrobore ce qu’on trouve déjà en 1848 : « La division des Sémites et des Indo-Européens, par exemple, a été créée par la philologie et non par la physiologie. »53 Il n’y a donc pas classification ou hiérarchie des civilisations, mais une polarité qui participe de la dimension heuristique du modèle.

  • 54  Il faudrait ici s’arrêter à la place que tient Herder dans la pensée de l’histoire chez Renan. Ce (...)
  • 55  Renan, L’Avenir de la Science, p. 793.

26On comprend que Renan soit non seulement progressivement passé de l’étude théologique des textes au problème du langage, mais qu’il ait à partir de 1858, où sa philosophie du langage était résolument fixée, poussé de pair les deux domaines d’investigation. Le caractère téléologique que brosse Renan de l’histoire des langues éclaire en effet les développements ultérieurs qu’il consacra à l’histoire des religions. Celle-ci est directement déduite des constructions linguistiques élaborées dans l’Histoire générale des langues sémitiques. Les textes sacrés, à travers l’œuvre de la langue, revêtent le statut d’œuvre d’art selon le modèle de la Critique de la faculté de juger, combinant liberté et nécessité, incarnant chez Renan l’essence de l’histoire54. Replacé dans la perspective d’une finalité sans fin, on comprend dès lors ce propos : « À quoi bon savoir l’hébreu, l’arabe, le syriaque (…) si on n’est point arrivé à l’idée d’humanité. »55 À la manière de la généalogie des langues, l’Histoire des Origines du christianisme est là pour montrer que l’histoire du christianisme est inintelligible sans une comparaison analogique avec celle du judaïsme, dont il est en même temps organiquement issu.

27Entre 1848 et 1855, Renan pose donc à travers ses écrits sur le langage la base d’une philosophie de l’histoire à venir. Il ne faut pas s’y tromper. L’histoire des langues, à travers la dimension réflexive qu’elle affirme de la connaissance, n’est autre qu’une histoire de la culture. Ainsi comprend-on mieux l’ampleur de son œuvre. Ce faisant, on jette non seulement un autre éclairage sur l’essor des débats linguistiques dans la France du XIXesiècle mais sur l’ensemble de l’historiographie française de l’époque. La vision historique de Renan vient alors prendre sa place aux côtés de celles qui, à la même époque en France et surtout en Allemagne, cherchaient à établir dans les sciences de l’esprit une anthropologie scientifique par le biais d’une théorie philosophique de la connaissance historique.

Haut de page

Notes

1  Paul Bourget, Essais de psychologie contemporaine, Paris, A. Lemerre, 1889, p. 35-110, p.59. Cité par Jean-Louis Dumas, « La philosophie de l’histoire de Renan », Revue de Métaphysique et de Morale, n° 1, 1972, p. 100-128, p. 100.

2  Les futurs prêtres rentraient d’abord au Séminaire d’Issy-les-Moulineaux, où ils étudiaient la philosophie pendant deux ans, puis intégraient le Séminaire de Saint-Sulpice, où ils demeuraient trois ans à suivre des cours de théologie et d’Écriture Sainte. Renan entra à Issy-les-Moulineaux le 19 octobre 1841. Cf. Jean Pommier, Renan, Paris, Perrin, 1923, p. 29.

3  Cité par Élisabeth Roudinesco, La Bataille de cent ans. Histoire de la psychanalyse en France, vol. I, 1885-1939, Paris, Éditions Ramsay, 1982, p. 25.

4  Mariette Soman, La Formation philosophique d’Ernest Renan jusqu’à L’Avenir de la Science d’après des documents inédits, Paris, Émile Larose, 1914. On se reportera également à l’ouvrage du R. P. Ch. Daniel, Des Études classiques dans la société chrétienne, Paris, Julien Lanier éditeurs, 1853.

5  Dans ses Souvenirs de jeunesse, Renan, qui qualifie M. Gottofrey d’« homme vraiment supérieur », relate en quelques pages comment il prit conscience de l’antinomie entre la raison et ses sentiments religieux et ce que furent les réactions respectives de ces trois maîtres de philosophie. Cf. Renan, Souvenirs d’enfance et de jeunesse, Paris, Calmann Lévy, 1883, p. 259 ss.

6  C’est en mai 1842 dans une lettre à un ami, François Liard, que Renan s’ouvre pour la première fois des doutes qui l’assaillent.

7  Sur le rejet de la psychologie comme science comme les autres, voir L’Avenir de la science, p. 852.

8  Si l’on en croit Pierre Macherey, les premières « restitutions crédibles de Kant en français » furent le fait de Jules Barni après 1850. Cf. Pierre Macherey , « La philosophie à la française », Revue des sciences philosophiques et théologiques 74, 1990, p. 7-14, p. 9 s.

9  La Métaphysique et son avenir, p. 692.

10  Voir la critique d’A. Comte dans L’Avenir de la science, p. 848. Cette intrication des deux plans, objectif- subjectif, est réaffirmée un peu plus haut dans L’Avenir de la science, p. 766.

11  Renan, L’Avenir de la science, p. 741.

12  Renan ira plus loin dans L’Avenir de la science, p. 766.

13  L’Avenir de la science, p. 846.

14  Le prétexte en était le compte rendu d’un livre d’E. Vacherot, La Métaphysique et la science ou Principes de métaphysique, 2 vol., 1858. Dans sa biographie de Renan, publiée en 1923, J. Pommier cite le commentaire que donne Renan du cours de J. Simon en 1846 et qui « annonce [selon lui] l’ostracisme que l’article sur l’Avenir de la Métaphysique en 1860 confirmera », J. Pommier, Renan, Paris, Éditions Perrin, 1923, p. 55.

15  Cf. notamment Laudyce Rétat, qui, pour les années de formation, lit Renan dans la suite de V. Cousin. L. Rétat, Religion et imagination religieuse, leurs formes, leurs rapports dans l’œuvre d’Ernest Renan, Paris, Klincksieck, 1977.

16  Évoquant la philosophie cousinienne qui règne alors en France, Renan écrit : « Quant à la France, la moindre des critiques qu’il soit permis de faire de son état actuel est qu’on n’y voit guère poindre de système nouveau. Les esprits sérieux y ont d’autres soucis, et pour ma part je plaindrais celui que son étoile aurait prédestiné à faire école parmi nous. Socrate fut heureux de vivre dans un temps où le penseur n’avait à redouter que la ciguë.... », Renan, La Métaphysique et son avenir, p. 682. Un peu plus loin il poursuit : « Dogmatique par un côté, critique par un autre, cet homme éminent, qui grandira chaque jour à la condition qu’on place sa gloire où elle est en réalité, non dans la création d’une philosophie d’école, mais dans l’éveil des esprits auquel il a présidé, servit de point de départ à deux directions fort différentes, l’une de haute histoire de l’esprit humain, l’autre d’organisation pratique de la philosophie (...). Ce qu’il y a de certain, c’est que sa vraie gloire est bien moins d’avoir créé une orthodoxie philosophique que d’avoir soulevé un mouvement par suite duquel plusieurs des bases qu’il avait posées seront peut-être ébranlées », ibid., p. 686. Enfin : « Sans déprécier ce que l’enseignement philosophique de nos jours a eu d’honorable, il est donc permis de trouver qu’il a plus nui que servi aux vrais progrès de a pensée», ibid., p. 689. Sur cette institution philosophique intégrée au système de l’État, on se référera également à Pierre Macherey, loc. cit., p. 11.

17  C’est l’objet de la Critique de la Raison Pure, notamment de l’Esthétique transcendantale, que d’établir la possibilité de jugements synthétiques a priori.

18  Voici en quels termes Renan congédie la psychologie : « Au lieu de se renfermer dans le monde étroit de la psychologie, on a rayonné au-dessus et au-dessous ; au lieu de disséquer l’âme en facultés, on a cherché les racines par lesquelles elle plonge en terre, les rameaux par lesquels elle touche au ciel. On a compris que l’humanité n’est pas une chose aussi simple qu’on le croyait d’abord... », Renan, La Métaphysique et son avenir, p. 683.

19  Nous sommes donc en désaccord avec Mme Laudyce Rétat, qui signale une désaffection de Renan pour le système kantien dès juin 1843. Voir L. Rétat, op. cit.

20  Sur Humboldt, on consultera notamment Tilman Borsche, Sprachansichten. Der Begriff der menschlichen Rede in der Sprachphilosophie Wilhem von Humboldts, Stuttgart, Klett Cotta, 1981. On pourra également consulter Jean Quillien, Humboldt et la Grèce, Villeneuve d’Ascq, PUL, 1991 ; Jean Quillien, L’Anthropologie philosophique de G. de Humboldt, Villeneuve d’Ascq, PUL, 1991, notamment p. 93 s., où Jean Quillien met en évidence la lecture attentive que Humboldt fit de la Critique de la Faculté de Juger ; Jürgen Trabant, Traditions de Humboldt, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2000. On se reportera aussi pour le chinois à l’édition établie par Jean Rousseau et Denis Thouard des Lettres édifiantes et curieuses sur la langue chinoise (1821-1831). Wilhelm Humbodlt et Jean-Pierre Abel-Rémusat, Lille, Presses Universitaires du Septentrion, 1999, de même qu’à l’édition de plusieurs textes concernant l’histoire des langues par Denis Thouard, parue sous le titre Sur le caractère national des langues et autres écrits sur le langage, Paris, Seuil, « Points Essais », 2000. Cette édition présente et commente plusieurs textes de Humboldt : « Einleitung zu Agamemnon », « Über das Vergleichende Sprachstudium », « Über der Einfluss des verschiedenen Charakters der Sprachen auf Literatur und Geistesbildung » ainsi que « Über den Nationalcharakter der Sprachen ».

21  Celui-ci a été décrit dans de très nombreuses études. Parmi les ouvrages les plus synthétiques, on citera Aux origines de la linguistique françajse, textes choisis et présentés par G. Bergougnioux, Paris, Pocket, « Agora, les classiques », 1994.

22  Sur les Idéologues, on consultera notamment L’Institution de la raison, sous la direction de Fr. Azouvi, Paris, Vrin-EHESS, « Contextes », 1992, ainsi que sur Destutt de Tracy et l’éclectisme de de Gerando, Fr. Azouvi-D. Bourel, De Königsberg à Paris. La réception de Kant en France (1788-1804), Paris, Vrin, 1991 ; Marc Dominicy, « Le programme scientifique de la grammaire générale », in S. Auroux, Histoire des idées linguistiques, Paris, Mardaga, « Philosophie et langage », t. 2, 1992, p. 424-441 ; S. Auroux-Cl. Desirat-T. Hordé, « La question de l’histoire des langues et du comparatisme », Histoire, Épistémologie, Langage, t. 4, fasc. 1, 1982, p. 73-81 ;les chapitres 9 et 10, consacrés à Condillac et à Destutt de Tracy dans Histoire de la grammaire, textes réunis par Véronique Xatard, Paris, CNRS Éditions, 1994.

23  Marc Dominicy, « Le programme scientifique de la Grammaire générale », in Sylvain Auroux, Histoire des idées linguistiques, Paris, Mardaga, 1992, t. II, « Philosophie et langage », p. 424-441.

24  Renan marque bien la différence de son approche par rapport à celle des philosophes qui l’ont précédé en montrant comment « la plupart des philosophes français, Condillac, Maupertuis, Rousseau, Condorcet, Turgot, Volney, abordèrent plus ou moins directement les problèmes relatifs au langage ; mais comme cela arrive d’ordinaire, ils s’attaquèrent aux questions théoriques, avant de s’être livrés à l’étude patiente des détails positifs », Renan, De l’Origine du langage, Œuvres Complètes, Paris, Calmann-Lévy, t. VIII, p. 41. Sur les théories du langage de ces philosophes, on consultera Varia Linguistica. Maupertuis, Turgot, Condillac, Du Marsais, Adam Smith, textes rassemblés et annotés par Charles Porset, Bordeaux, Éditions Ducros, 1970.

25  Renan, L’Origine du langage, p. 53.

26  Nous sommes ici en opposition complète avec l’interprétation proposée par Charles Porset, qui suggère une analogie entre la théorie de la conscience spontanée chez Renan et Cousin.

27  Renan, L’Origine du langage, p. 38 s.

28  On se reportera pour cette question à l’article de Donatella di Cesare, « The Philosophical and anthropological place of Wilhelm von Humboldt’s Linguistic Typology. Linguistic comparison as a means to compare the different processes of human thought », in Tullio de Mauro-Lia Formigari (éds.), Leibniz, Humboldt and the Origins of Comparativism, Amsterdam-Philadelphie, John Benjamins Publishning Co, « Studies in the History of the Language Sciences » 49, 1990, p. 157-180.

29  Renan, L’Origine du langage, p. 61.

30   « Les familles apparaissent comme des types constitués une fois pour toutes, et réduits à se détruire ou à rester ce qu’ils sont. Au contraire, chaque langue en particulier peut se développer selon son génie propre, et, sans sortir du type général auquel elle appartient, subir toutes les modifications que lui imposent le temps, le climat, les événements politiques, les révolutions intellectuelles et religieuses », Renan, L’Origine du langage, p. 61.

31  Renan, L’Origine du langage, p. 63 s. Maurice Olender a bien repéré ce rôle conceptuel de la métaphore, productrice d’analogies, mais c’est pour l’interpréter dans un sens radicalement différent du nôtre. Cf. Maurice Olender, Les Langues du Paradis. Aryens et Sémites : un couple providentiel, Paris, Gallimard/Le Seuil-Éditions de l’EHESS, 1989 (1ère éd. 1983), p. 101.

32  Cité par Pierre Caussat dans son introduction à Humboldt, La Recherche linguistique comparative dans son rapport aux différentes phases du langage, Paris, Éditions du Seuil, 1974, « L’ordre philosophique », p. 67.

33  Sur ces sujets, on se reportera entre autres à Victor Baroni, La Contre-Réforme devant la Bible, Genève, Slatkine reprints, 1986, ainsi qu’à Louis Foucher, La Philosophie catholique en France au XIXème siècle avant la renaissance thomiste et dans son rapport avec elle (1800-1880), Paris, Éditions Vrin, 1955, ainsi qu’à François Laplanche, La Bible en France entre mythe et critique XVIè-XIXè siècles, Paris, Albin Michel, « L’évolution de l’humanité », 1994.

34  Jean Pommier, La Jeunesse cléricale de Renan, p. 117.

35   « Une des écoles qui essayèrent de relever la cause du spiritualisme et de la religion donna tout à Dieu. Le langage avait été une invention purement humaine : il devint maintenant une révélation divine. Malheureusement cette expression qui, prise comme métaphore, serait la plus exacte peut-être pour exprimer l’apparition merveilleuse de la parole, était entendue dans un sens étroitement littéral », Renan, De l’Origine du langage, p. 44.

36  Jean Pommier, op. cit., p. 110.

37  « J’aurais honte de reconnaître pour ancêtres la misérable école française », écrit-il. Cité par J. Pommier, op. cit., p. 112.

38  Renan, Questions contemporaines, Œuvres Complètes, Paris, Calmann-Lévy, t. I, p. 169 s. Sur l’enseignement de l’hébreu au Collège de France, on se référera notamment à André Caquot, « La Chaire d’hébreu au Collège de France et les études orientalistes », Journal asiatique 287, 1, 1999, p. 323-330.

39  Renan, L’Avenir de la Science, p. 823.

40  Sur la question homérique, on se référera notamment à Noémie Hepp, Homère en France au XVIIe siècle, Paris, Klincksieck, 1968, ainsi qu’aux actes du Colloque consacré à Homère en France après la Querelle (1715-1900), édités par Fr. Letoublon et C. Volpilhac-Auger, Paris, Honoré Champion, 1999. On consultera les textes dans l’édition qu’en a donnée Marc Fumaroli, Paris, Éditions Gallimard, « Folio », 2001.

41  Alfred Maury a dressé un tableau accablant de l’état de l’érudition française dans l’ouvrage qu’il consacre à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres au XVIIIe siècle : « (...) la science germanique se bornait à nous montrer l’antiquité sans prendre le soin de nous enseigner à la comprendre. Elle croyait avoir assez fait, quand elle avait donné un texte, décrit un monument, réuni tout ce qu’avaient rapporté les auteurs sur un sujet. Les Français demandaient à la fois moins et davantage. L’érudition inculte de nos voisins nous fatiguait, et leur soin minutieux à tout dire nous semblait superflu. Nous voulions avant tout comprendre, et, pour y arriver, nous consentions à négliger une foule d’accessoires », Alfred Maury, L’Ancienne Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, Didier, 1864 (2e éd.), p. 376. Il appuie encore le constat pour la connaissance de l’hébreu : « Les Académiciens se bornaient à puiser dans la langue hébraïque des étymologies ridicules et des comparaisons malencontreuses », ibid., p. 252. Fourmont, défenseur de l’évhémérisme, qui publie en 1744 une dissertation sur les manuscrits hébreux ponctués et les anciennes éditions de la Bible, ne sait pas déchiffrer l’hébreu et laisse à Montfaucon et au P. Lelong le soin d’établir le catalogue de ceux de la Bibliothèque du Roi.

42  Renan, L’Origine du langage, p. 51.

43  Renan, L’Origine du langage, p. 65.

44  E. Kant, Critique de la faculté de juger, Paris, Éditions Gallimard, « Folio/Essais », notamment p. 333 s.

45  Renan, L’Origine du langage, p. 60.

46   « C’est que chaque langue est emprisonnée une fois pour toutes dans sa grammaire. Elle peut, en subissant des influences extérieures, changer entièrement d’allure et de physionomie ; elle peut enrichir ou renouveler son dictionnaire : mais sa grammaire est sa forme individuelle et caractéristique ; elle ne peut l’altérer qu’en recevant un nouveau nom et en cessant d’être ce qu’elle est », Renan, L’Origine du langage, p. 56.

47  Renan, L’Origine du langage, p. 108.

48  Renan, L’Origine du langage, p. 55.

49  Ainsi beaucoup de commentateurs l’ont-ils rangé aux côtés des partisans des théories biologiques des races. Parlant d’une « vision raciologique des langues » (p. 83), Maurice Olender, dans le chapitre qu’il lui consacre dans Les Langues du Paradis, sous le titre « Entre le sublime et l’odieux », affirme que ce qui importe avant tout à Renan dans ses études est de saisir « l’ordre hiérarchique auquel les peuples sont soumis » (op. cit., p. 88). Dans un article par ailleurs très intéressant, Marc Crépon évoque dans le même esprit l’articulation races-esprits-langues : « tels sont (…) les trois types de différences qui, dès lors qu’elles sont pratiquement superposables, constituent une géographie humaine qui est, en même temps, une géographie de l’esprit », et il poursuit : « D’une telle différenciation des esprits et des aptitudes à la hiérarchisation des races, il n’y a qu’un pas que Renan franchit sans hésitation », Marc Crépon, Le malin génie des langues, Paris, Vrin, « Problèmes et controverses », 2000, p. 121.

50  Voir Wilhelm von Humboldt, Introduction à l’œuvre sur le kavi et autres essais, op. cit.

51  D’où la pertinence de la remarque d’André Caquot sur l’importance des textes, même si l’équilibre au profit des textes par rapport à la parole individuelle a un ressort à notre sens plus philosophique que lié à la piètre qualité de celle-ci. A. Caquot, « Renan philologue », in Memorial Renan, Actes des colloques de Tréguier, Lanion Perros-Guirec, Brest et Rennes, Paris, Honoré Champion éditeur, 1993, p. 281-292, p. 285. La qualité moindre de la parole individuelle se rapporte à notre sens au rapport herméneutique établi chez Humboldt.

52  Renan, « Considérations sur les peuples sémitiques », Journal asiatique, avril-mai 1859, p. 447-449. On se reportera également à Henry Laurens, « Le concept de race dans le Journal asiatique du XIXe siècle », Journal asiatique, t. 276, 1988, p. 371-381. Renan semble alterner entre une notion de type comprise ici dans une acception clairement humboldtienne du terme qui détermine l’interprétation globale de sa théorie des langues et une conception plus proche des théories de Buffon, qui évoque par la notion de «moule» l’idée d’une forme de pensée pré-biologique expliquant la transmission des espèces vivantes.

53  Renan, L’Origine du langage, p. 102.

54  Il faudrait ici s’arrêter à la place que tient Herder dans la pensée de l’histoire chez Renan. Ce dernier y fait de fréquentes références dans les différents textes qui nous intéressent. « Herder, écrit-il, était l’écrivain allemand que je connaissais le mieux », Renan, Souvenirs d’enfance et de jeunesse, Paris, Calmann Lévy, 1883, p. 311. Renan fréquenta également les écrits de Herder au cours de ses études sur l’Écriture Sainte, même si les Sulpiciens apprenaient à leurs élèves à se défier du Geist der hebräischen Poesie. Ainsi Garnier, qui le signale à côté des Leçons sur la poésie sacrée des Hébreux de Robert Lowth, accompagne sa mention de l’ouvrage du commentaire suivant : « doit être lu avec précaution, à cause des sentiments erronés de l’auteur sur la divinité des livres saints », cité par J. Pommier, La Jeunesse cléricale de Renan, p. 375. Mais l’essentiel de l’influence de Herder portera sur sa philosophie de l’histoire. Ainsi, selon J. Darmesteter, Herder joua un grand rôle dans la conception renanienne du « spontané ». À Herder, Renan emprunte les grandes notions autour desquelles il bâtit sa conception de l’histoire, qu’il s’agisse du rôle de la Nature ou de l’horizon de l’humanité, laquelle peut seule prétendre atteindre à la perfection.

55  Renan, L’Avenir de la Science, p. 793.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Perrine Simon-Nahum, « Du langage à l’histoire des langues. La théorie du langage d’Ernest Renan », Methodos [En ligne], 2 | 2002, mis en ligne le 05 avril 2004, consulté le 22 avril 2017. URL : http://methodos.revues.org/86 ; DOI : 10.4000/methodos.86

Haut de page

Auteur

Perrine Simon-Nahum

C.N.R.S., U.M.R. « Savoirs et textes »

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • Revues.org