Navigation – Plan du site
Travaux

Thèses de doctorat soutenues

Texte intégral

COLBEAUX, Marie-Andrée, Raconter la vie d’Homère dans l’Antiquité.

1Thèse soutenue à l’Université de Lille 3, le 1er décembre 2005.

2Composition du jury :

3M. Jacques Boulogne, Professeur à l'Université de Lille 3

4M. Claude Calame, Directeur d'études à l'EHESS, Paris

5M. Pierre Judet de La Combe, Directeur de recherche au CNRS, EHESS, Paris

6M. Gregory Nagy, Professeur à l'Université de Harvard, Harvard Center for Hellenic Studies Washington

7M. Philippe Rousseau, Professeur à l'Univeristé de Lille 3, directeur de thèse.

La thèse présente une édition critique, une traduction, un commentaire des deux plus importantes biographies d’Homère en grec ancien. Les textes sont situés dans l’histoire du genre biographique et dans le corpus des Vies d’Homère dont les lieux communs sont analysés, afin de mettre en valeur la particularité des deux projets. En élaborant des biographies, avec des présupposés qu’il faut reconstruire, ces auteurs défendent leur conception de la poésie et de la littérature à travers leur traitement de l’énigme « Homère ». L’étude philologique montre que la Vie Au sujet d’ Homère et Hésiode, de leurs origines et leur joute… cherche à légitimer les travaux de la Seconde Sophistique en dressant Homère comme un de leurs précurseurs, maître de sagesse et expert en poésie alors que la Vie Hérodotéenne, en filigrane d’un récit en apparence naïve, sert de prétexte pour prendre position dans des discussions savantes et philologiques, communes pour les érudits des premiers siècles après J.-C.

DALMASSO Gilbert,  Présence de la "chymie" dans la France du Nord, de la deuxième moitié du XVIIIe siècle au premier tiers du XIXe. Sa diffusion, son enseignement public et privé, son application aux Arts

8Thèse soutenue à l’Université de Lille 3, le 3 novembre 2005.

9Composition du jury :

10Monsieur Bruno Belhoste, Professeur à l'université de Paris-X Nanterre

11Madame Bernadette Bensaude-Vincent, Professeur à l'université de Paris-X Nanterre

12Monsieur Bernard Maitte, Professeur à l'USTL, Université de Lille1

13Monsieur Bernard Joly, Professeur à l'Université de Lille 3, directeur de thèse.

DI GIORGIO Jean-Pierre, Recherches sur l'écriture autobiographique au 1er siècle av. J.C. : autour de la correspondance de Cicéron.

14Thèse soutenue à l’Université de Lille 3, le 5 juillet 2005.

15Composition du jury :

16Monsieur Alain Deremetz, Professeur à l'Université de Lille 3

17Monsieur Bernard Mineo, Professeur à l'Université de Nantes

18Madame Agnès Rouveret, Professeur à l'Université de Paris X

19Monsieur Jean-Christian Dumont, Professeur émérite à l'Université de Paris X, Directeur de thèse.

GAIN Frédéric, Logos et Genesis. Etude sur les modalités d'une approche rationnelle du devenir chez Platon et Aristote.

20Thèse soutenue à l’Université de Lille 3, le 9 décembre 2005.

21Composition du jury :

22Monsieur François De Gandt, Professeur à l'Université de Lille 3

23Monsieur Pierre-Marie Morel, Maître de conférences habilité à diriger des recherches à l'Université de Paris 1

24Monsieur Christopher Rowe, Professeur à l'Université de Durham

25Monsieur Francis Wolff, Professeur à l'ENS de Paris

26Monsieur Michel Crubellier, Professeur à l'Université de Lille 3, directeur de thèse.

Le but de la thèse est de comparer l’approche platonicienne du monde en devenir et la théorie aristotélicienne des processus naturels, afin de déterminer à quel point Aristote est encore platonicien. Le parallèle repose sur trois axes. Après une introduction qui interroge la possibilité de connaître ce qui change, et distingue deux interprétations du verbe gignomai, la première partie étudie les réquisits logiques d’un discours sur le réel, c’est-à-dire la pluralité, en comparant la critique platonicienne de Parménide dans le Sophiste et la réfutation dialectique des arguments éléatiques menée par Aristote en Physique I, 2-3, tandis que la deuxième partie examine le statut de l’enquête physique chez l’un et l’autre, tente un parallèle entre le rôle de la chôra du Timée et la matière de Physique I, 7, pour enfin questionner le rôle de la matière dans le composé tel qu’il apparaît en Métaphysique Z10-11. La dernière partie traite du rapport entre la génération et la structure achevée dans le Timée de Platon et dans les Parties des animaux, et de l’articulation entre structure et fonction dans les corps vivants. On aboutit aux résultats suivants : la réfutation du monisme est à chaque fois sémantique plutôt que physique, la chôra partage des traits centraux avec la matière d’Aristote (bien qu’une comparaison sur ce point relève de l’analogie), notamment la permanence relative et un statut proprement physique ; sur le dernier point, l’antériorité de l’essence dans la biologie d’Aristote n’est pas seulement méthodologique, tout comme la préexistence éternelle du modèle dans le Timée, et la théorie de la nécessité hypothétique systématise des modes d’explication platoniciens.

PETERSCHMITT Luc, Sciences de la nature et philosophie dans la pensée de George Berkeley.

27Thèse soutenue à l’Université de Lille 3, le 18 novembre 2005.

28Composition du jury :
Mme Geneviève Bryckman, Professeur émérite à l'Université de Paris 10

29Monsieur Laurent Jaffro, Professeur à l'Université de Saint-Etienne

30Monsieur Richard Glauser, Professeur à l'Université de Neufchatel (Suisse)

31Monsieur Marc Parmentier, Maître de conférences à l'Université de Lille 3

32Monsieur Bernard Joly, Professeur à l'Université de Lille 3, directeur de thèse.

La pensée de Berkeley s’inscrit dans un contexte polémique de lutte contre la libre-pensée. Or cela impose deux tâches distinctes à Berkeley : lutter contre le scepticisme et lutter contre l’athéisme. Ce double projet est une source de tension dans la pensée de Berkeley. Nous proposons de le montrer à propos de la manière dont Berkeley envisage les sciences. En effet, la lutte contre le scepticisme impose de montrer que la connaissance est effective. Cela veut dire qu’il faut donner une assurance aux sciences, à défaut de les fonder en métaphysique (ce que Berkeley refuse). Mais cette assurance doit être celle des sciences telles qu’elles sont effectivement. Sauver les sciences en les modifiant radicalement ne permet pas de lutter contre le scepticisme : un sceptique, d’une part, aurait beau jeu de rétorquer alors que c’est lui donner raison à l’endroit des anciennes sciences (puisqu’en les transformant on montre de fait qu’elles sont fausses) ; et d’autre part, il pourrait facilement opposer vieille science et nouvelle science, en demandant si le critère qui permet de les départager et d’affirmer que l’une est vraie et non l’autre est correct, puisque ce critère n’est pas partagé. A son tour, la lutte contre l’athéisme, qui consiste pour Berkeley à ramener les hommes  à leur devoir (religieux) impose que l’on trouve un statut pour les sciences. Ces dernières en effet, si elles sont cultivées pour elles-mêmes détournent les hommes de Dieu – ils s’adonnent à la recherche de causes corporelles, et ne cherchent plus que l’explication de tous les phénomènes naturels. Il faudrait donc pouvoir montrer que la pratique des sciences reconduit à la considération de Dieu. Mais cette démonstration risque de surdéterminer le projet de donner une assurance aux sciences : le risque est de n’admettre comme science que ce qui permet effectivement de reconduire à Dieu, au détriment de ce qui est une science dans la première moitié du XVIIIe siècle. En somme, il s’agit de se demander si au moment où Berkeley entend garantir les sciences, et produire une apologétique, il ne traite pas d’abord des sciences de sa philosophie. Nous montrons que la position définitive de Berkeley est acquise, ou encore construite : elle n’est pas trouvée immédiatement, mais bien plutôt sous la pression de ces tensions. Ces tensions trouvent une solution dans la pensée de Berkeley à la faveur de ce qu’il convient d’appeler avant l’heure une philosophie des sciences, qui permet de décrire ce que font effectivement les diverses sciences – c'est-à-dire de résoudre le problème sceptique. Et c’est sur la base de cette solution que l’on peut voir Berkeley développer une véritable apologétique, sous la forme d’une théologie naturelle.

La première partie tente de décrire ce que nous appelons la prise de position de Berkeley. Nous y commentons les Notes Philosophiques, en essayant de déterminer le point de départ de Berkeley : par là, nous entendons la manière dont Berkeley pose ou envisage les problèmes liés aux relations entre science et philosophie. Se dégage en effet de la lecture de ces Notes l’idée que pour Berkeley il faut faire une distinction assez nette entre science et métaphysique – et que cela éventuellement implique des contraintes pour la métaphysique (le métaphysicien doit tenir compte des sciences, qu’il ne produit pas, et dont il n’a pas à modifier les résultats). Or il nous semble que c’est là un geste proprement philosophique : nous définissons ainsi la philosophie comme l’enquête critique préalable, reposant essentiellement sur l’examen du langage. Cette enquête concerne toutes les sciences, y compris donc la métaphysique. Et il est certain que pour Berkeley la philosophie en ce sens est une partie de la métaphysique. Toutefois, son aspect réflexif nous paraît suffisant pour la distinguer de la métaphysique en un sens plus traditionnel (si l’on admet d’y inclure, comme Berkeley le fait, la théorie de la connaissance).  Mais il s’agit également de justifier le choix que nous faisons de ne traiter que des sciences de la nature : nous montrons que la manière dont Berkeley envisage la tâche de la philosophie impose une distinction nette entre mathématiques d’une part et physique de l’autre (y compris la physique mathématique). Dans les deux cas, l’usage du langage n’étant pas tout à fait le même, le projet de « lever le voile des mots » ne saurait être identique. Il y a donc un sens à ne pas traiter ensemble mathématiques et philosophie naturelle. Et de fait, alors que Berkeley ne cesse de s’inquiéter de la compatibilité entre sa métaphysique et la philosophie naturelle, il n’hésite pas, déjà, à exiger que l’on retranche des mathématiques tout ce qui concerne la considération de l’infini. On le voit donc déjà reconnaître la vérité de la physique ; mais cela n’a de sens que sous réserve d’une interprétation métaphysiquement valide, c'est-à-dire qui ne contredise pas le phénoménisme – signe déjà de cette tension qui se fera pleinement jour dans les travaux publiés de Berkeley.

La seconde partie s’attache à un problème très déterminé à propos de la théorie de la vision : nous entendons montrer que Berkeley y propose une philosophie de la vision, et rien d’autre. Ce n’est pas dire qu’il ne produit pas un savoir. Mais il convient de bien situer ce dernier dans les classifications des sciences que propose Berkeley. En particulier, il n’est pas possible de penser la théorie de la vision que propose Berkeley dans les termes rétrospectifs d’une psychologie expérimentale. Ceci nous permet d’établir que Berkeley n’est pas un savant – en somme que sa pratique respecte effectivement l’autonomie des disciplines, même s’il n’élabore ce principe pour lui-même que dix ans après son premier ouvrage. Dès lors, on peut assez bien comprendre la relation entre la métaphysique des Principes et la théorie de la vision : Berkeley peut se servir de la seconde pour élaborer la première, il y est, pour partie au moins, question de la même chose, quoique sous un autre point de vue. Les deux textes sont parfaitement homogènes – mais sans que cela revienne à faire de l’Essai une introduction  à l’immatérialisme. Il s’agit d’une théorie de la perception, envisagée du point de vue du sujet percevant – alors qu’en 1710, puis en 1713, Berkeley s’intéresse essentiellement à la perception rapportée à ses causes. Au total, la théorie de la vision reste celle d’un philosophe. L’un des enjeux majeurs est alors de comprendre la méthode mise en œuvre par Berkeley pour ne pas critiquer de l’extérieur l’optique qui prétend prendre en charge les problèmes relevant en propre de la philosophie. Pour cela, Berkeley s’appuie sur des difficultés qui sont effectivement celles de la théorie géométrique, de manière à montrer que cette théorie est non seulement incomplète, mais appelle une autre forme de théorie, à la méthodologie complètement différente.

Dans la troisième partie, nous nous attachons à déterminer le statut de la philosophie naturelle dans les Principes et les Dialogues. Ce moment est l’aboutissement de ce qui se dégage dans les Notes Philosophiques, mais ce qui apparaissait alors comme problème devient difficulté. Ainsi la norme du sens commun est-elle déterminée, et Berkeley donne les moyens de savoir comment elle peut jouer son rôle. Cette norme assure de la continuité entre nos manières habituelles de connaître et la manière dont on connaît en science. De la sorte, la connaissance de la nature est assurée au sens où le sont nos prédictions habituelles. Cette assurance n’est pas métaphysique, et ne donne jamais de certitude complète : elle repose sur la croyance que Dieu agit de manière régulière. Ceci, Berkeley ne le modifiera pas durant sa carrière. Mais cette norme est en 1710 et en 1713 celle d’une science transformée : tout d’abord pour répondre aux besoins de l’apologétique, mais aussi d’une science de la nature qui n’est pas mathématique. La science de la nature est de ce fait inscrite dans un horizon qui n’est pas le sien, et qui ne permet pas de lui donner un véritable statut. Bref la réforme due à l’immatérialisme est trop profonde, ou trop radicale. Cette troisième partie est donc une partie critique à l’endroit de la pensée de Berkeley : nous l’avons appelée la « philosophie manquante », non que Berkeley ne fasse pas de philosophie, bien entendu, mais cette philosophie ne parvient pas à prendre en compte les procédures et méthodes effectives de la science. Berkeley y prend bien la science comme objet ; mais il n’est pas certain qu’il en fasse un problème suffisamment construit. Il manque ainsi une philosophie des sciences.

Le passage de la pure et simple philosophie du sens commun à la philosophie des sciences est assuré dans le De Motu, puis dans l’Alciphron, qui prennent tous deux en charge, sous des points de vue légèrement différents l’examen du langage des sciences. SI l’on admet la définition de la philosophie comme philosophie du langage, alors il faut admettre que cet examen correspond à une redétermination de la philosophie. Pour tenir compte de ce qu’est effectivement la science – en l’occurrence une science mathématique – Berkeley est amené à modifier sa philosophie. En particulier, il lui faut affiner considérablement sa critique du langage, et admettre qu’il y a des mots que l’on peut utiliser en un contexte théorique bien qu’ils n’aient pas de signification immédiate (ainsi est-ce le cas des termes qui se rapportent à la force). Cette thèse, qui le conduit à réfuter le réalisme de Leibniz en particulier, n’impose toutefois pas de considérer que Berkeley est instrumentaliste : il maintient en même temps la vérité des sciences, et le fait que les termes employés n’ont pas toujours de dénotation. Nous montrons que la science revient à prendre un certain point de vue sur les phénomènes. Cette notion, ou celle, équivalente, de niveau de discours permet d’articuler les diverses sciences entre elles, comme autant de points de vue – ainsi la métaphysique s’attache à décrire la nature des choses en tant que phénomènes, alors que la physique s’intéresse aux relations entre les phénomènes. Ces points de vue sont pour Berkeley autonomes, mais cela ne signifie pas qu’ils soient autarciques. Le De Motu, en donnant une solution à la première aporie des Principes ouvre la possibilité d’une collaboration féconde entre les disciplines.

Cette dernière possibilité est l’objet de la cinquième et dernière partie de notre travail, consacrée à la Siris. Berkeley y propose l’apologétique qui semblait problématique auparavant : la science de la nature y trouve une place pleine et entière – et de la sorte, Berkeley donne un sens à la réforme des sciences qui doit permettre de les assurer contre le scepticisme. Mais cette science sur laquelle Berkeley fonde son apologétique est la chimie, et non la mécanique. Cette situation permet de concilier à la fois le fait que la Siris apparaisse comme un ouvrage à part dans l’œuvre de Berkeley, et qu’en même temps il soit en parfaite continuité avec le De Motu et l’Alciphron au moins. Tout se passe comme si Berkeley, après avoir réglé un certain nombre de difficultés s’était estimé en mesure de passer à autre chose. Il ne s’agit pas de changer de philosophie, mais de changer d’objet, passer de la mécanique à la chimie, dont Berkeley n’avait pour ainsi dire jamais rien dit auparavant. Cela impose de revenir sur la philosophie des sciences proposée dans les ouvrages antérieurs : ce qui vaut de la mécanique ne vaut pas pour cela de la chimie. Mais qu’il s’agisse d’épistémologie, ou d’apologétique, traiter de la chimie suppose que l’on se rapporte à une théorie. Celle-ci n’existe pas au XVIIIe siècle : Berkeley doit donc proposer une reconstruction de ce qui peut sembler le cœur ou le noyau de la chimie – mais cela sans faire de la chimie lui-même. On le voit ainsi essayer de reconstruire ce qu’il considère comme le cœur de la théorie chimique en comparant essentiellement les travaux de Newton, Homberg et Boerhaave, et en tâchant de montrer que ce qu’ils font est pour l’essentiel identique – il est certain qu’une telle reconstruction témoigne surtout des intérêts de celui qui la mène, et donne lieu à de nombreuses déformations et surinterprétations des textes. Lieu de l’élaboration de l’apologétique, la Siris est également celui d’une philosophie originale des sciences, tenant compte de la pluralité des sciences, et du fait que chaque fois il s’agit de sciences. Berkeley présente ainsi les linéaments d’une épistémologie régionale, qui permet de rendre raison du fait que la chimie joue un rôle majeur pour son apologétique. Aussi la Siris peut-elle être considérée comme achevant l’œuvre de Berkeley : ce n’est pas un ouvrage à part, où Berkeley propose une seconde philosophie (ou même une troisième si effectivement il modifie sa pensée avec le De Motu). Mais cela ne signifie pas que la pensée de Berkeley soit fixée d’emblée et que l’on pourrait la traiter de manière monolithique.

Aborder l’œuvre de Berkeley par le biais de la relation aux sciences nous permet ainsi de proposer un nouvel examen de la question déjà largement débattue de l’évolution de Berkeley. Cette évolution nous a semblé avoir pour cause les tensions dues à la double visée du projet de Berkeley. Nous proposons d’étudier une ligne de tension qui a pour enjeu les sciences de la nature, lesquelles sont tout à la fois réformées et conservées, et ne doivent être cultivées que dans la mesure où elles ne détournent pas les hommes de la religion.

PLICHON Caroline , Commentaire du Rhésos, tragédie attribuée à Euripide.

33Thèse soutenue à l’Université de Lille 3, le 22 juin 2005.

34Composition du jury :

35J. Boulogne (Université de Lille 3),

36M. Fartzoff (Université de Franche-Comté)

37G. Karsai (Université de Pécs, Lille 3),

38D. Pralon (Université de Provence),

39P. Rousseau (Université de Lille 3).

40P. Judet de la Combe (EHESS, CNRS, directeur de thèse)

TAHIRI Hassan, La dynamique de la négation et la logique avec inconsistances : quelques conséquences scientifiques et épistémologiques).

41Thèse soutenue à l’Université de Lille 3, le 6 décembre 2005.

42Composition du jury :

43Monsieur Ali Benmakhlouf, Professeur à l'Université de Nice

44Monsieur François De Gandt, Professeur à l'Université de Lille 3

45Monsieur Gerhard Heinzmann, Professeur à l'Université de Nancy

46Monsieur Juan Manuel Torres, Professeur à l'Université de Lisbonne

47Monsieur Shahid Rahman, Professeur à l'Université de Lille 3, directeur de thèse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Thèses de doctorat soutenues », Methodos [En ligne], 6 | 2006, mis en ligne le 09 mai 2006, consulté le 24 avril 2017. URL : http://methodos.revues.org/574 ; DOI : 10.4000/methodos.574

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • Revues.org