Navigation – Plan du site

Texte intégral

La poésie archaïque grecque

1La présence à Lille pour un an de Pietro Pucci, professeur à l’Université de Cornell (Ithaca, N. Y.), comme chercheur invité dans le cadre d’un programme de la Région Nord-Pas-de-Calais, a amené les philologues de l’UMR à organiser deux séminaires de recherche cette année. Le premier, sous la direction de P. Pucci, s’est intéressé au Philoctète de Sophocle (voir ci-dessous).

2Le séminaire sur la poésie archaïque a porté, pour la plus grande partie, sur les épinicies de Pindare. Un accent particulier a été placé au premier semestre sur l’évaluation des principaux modèles de lecture des odes, mis à l’épreuve de l’interprétation de cinq poèmes : la IIIème, la VIème et la Xème Pythiques, la IVème Néméenne, la Ière Olympique, auxquelles se sont ajoutées dans le cadre de travaux d’étudiants les IIIème, VIIème et XIIème Olympiques. Les principes herméneutiques formulés par E. Bundy (1962) et E. Thummer (1968/69) ont été examinés et discutés avec une attention spéciale. Le travail d’explication des odes a tourné plus particulièrement autour des rapports de leur structure formelle avec leur constitution thématique, de la place des maximes et du « Je » lyrique dans l’économie de l’éloge et celle du poème, de l’organisation narrative des mythes, du traitement poétique du complexe thématique de l’immortalité.

3Au second semestre le séminaire s’est intéressé, dans le cadre de la préparation du colloque « Coralie (CorHaLi XI) » de Lausanne consacré à l’Orphisme, à quelques textes poétiques, de Pindare notamment, où la tradition critique a cru percevoir un écho de doctrines « orphiques » touchant la théogonie et la destinée posthume des âmes. Plusieurs séances ont été consacrées à la IIème Olympique, dont un article important, mais trop souvent ignoré, de J. Bollack avait expliqué un aspect du mythe dès 1963–et aux fragments de thrènes conservés dans le Ménon de Platon et divers traités de Plutarque. L’explication de l’ode–et notamment celle de sa composition–a conduit à rendre plus incertaine encore l’étrangeté que les interprètes ont cru discerner dans ses thèmes et sa facture (au point de douter parfois que l’on eût à faire à une véritable épinicie). L’examen attentif de la manière dont Plutarque cite les fragments de thrènes ainsi que celui de leur assemblage dans les éditions de Pindare et de leur utilisation dans la discussion savante depuis le XIXe siècle ont eux aussi montré qu’il fallait faire preuve de beaucoup de prudence quand on voulait en faire usage pour postuler et reconstituer des « croyances ». Les travaux du séminaire ont porté ensuite sur la parabase des Oiseaux d’Aristophane et sur la fin du Rhèsos d’Euripide (?), et conduit comme les précédents à l’élaboration de communications présentées au colloque de Lausanne.

4Responsable : Philippe Rousseau.

Sophocle, Philoctète

5Pietro Pucci (Université de Cornell), professeur invité en 1999-2000 à l’U.M.R. « Savoirs et textes » (dans le cadre d’un programme de la Région Nord/Pas-de-Calais) a animé un séminaire sur le Philoctète de Sophocle qui a commencé par une présentation du problème de la vérité chez le tragique grec. La vérité arrive à l’homme par les dieux à travers les oracles, les prophéties et même, comme c’est le cas dans le Philoctète, à travers la présence sur la scène de la divinité. Le plus souvent, la vérité entre dans le circuit de la communication humaine seulement pour être méconnue ou négligée : sa nature et sa définition deviennent souvent illisibles et se confondent avec les termes du mensonge, de l’apparaître, ou du hasard. Néammoins elle s’affirme à la fin de l’intrigue et semble donc contrôler, contre toute apparence, l’écriture du tragédien.

6La lecture du texte grec, une fois élucidés les problèmes textuels et syntaxiques, a permis d’affiner scène après scène ces préalables. On s’est interrogé sur la nature des personnages et on a relevé des contradictions remarquables : en premier lieu, la cécité de Philoctète vis-à-vis de sa situation véritable, donc de la vérité, son isolement social, son affirmation d’un dieu personnel, alors qu’il demeure un personnage noble et vertueux. À l’opposé, on a souligné les vertus sociales et la religiosité conventionnelle d’Ulysse, mais reconnu aussi dans son attitude quelques aspects pratiques qui s’accordent avec l’oracle divin, alors que le personnage est souvent simplement condamné par la critique. La cruauté de Néoptolème, même si elle est aussi le signe d’un certain embarras, est ressortie quant à elle en pleine lumière.

7Le séminaire n’a pas pu se consacrer à la lecture de toute la pièce, mais le travail accompli a été suffisant pour entamer une nouvelle lecture du Philoctète et peut-être de l’art de Sophocle dans l’Électre et l’Œdipe à Colone. Ces deux pièces en effet ont été souvent évoquées à l’horizon de la discussion et de la recherche.

8Responsable : Pietro Pucci

Platon, Sophiste

9Le projet de ce séminaire est de lire intégralement le texte du Sophiste à partir de 236d (les problèmes posés par les diérèses seront traités séparément, et sous une forme synthétique, en une ou deux séances de l’année 2000-2001), en vue d’apprécier la place du dialogue dans la formation de la pensée de Platon et plus largement dans la constitution de l’ontologie. L’accent est mis également sur l’analyse détaillée de l’argumentation.

10En 1999-2000, la lecture a porté sur 236d à 251a.

11Dans l’examen des apories de l’erreur (236d–242 b), l’analyse du statut de l’image est elle-même subsumée sous une formule plus générale ; l’analyse tend à dégager le principe générateur des apories, qui se révèle être de nature ontologique.

12Le passage dit « doxographique » (242b-245e) se révèle structurant pour toute la suite du dialogue : à partir des apories physiques, l’Éléate construit le cadre de l’ensemble des discussions ultérieures : sur les principes de la nature, sur le critère du réel (245e-249d) et sur la structure du discours (251a-260a).

13La section 245e-249d (la « gigantomachie ») a été présentée par Lesley Brown (Somerville College, Université d’Oxford). Elle a montré que la thèse selon laquelle la connaissance est une affection et un changement vise le sujet connaissant (et non l’objet connu, comme on l’admet généralement au prix de grandes difficultés concernant le statut des Formes). Le but du passage est alors d’amener chacune des deux parties à une ontologie plus large, en accordant le statut de réalités à certaines des formes de l’étant revendiquées par l’autre partie.

14Responsables : Michel Crubellier et André Laks

Séminaire annuel Cambridge/Lille.

15Le séminaire annuel Cambridge/Lille a débuté en 1996, à l’initiative de David Sedley et d’André Laks. Il s’agit d’un séminaire d’abord destiné aux doctorants, où les doctorants eux-mêmes jouent un rôle moteur. L’idée était de permettre aux jeunes chercheurs des deux groupes de se rencontrer à intervalle régulier au cours de leurs études doctorales. Lors de la première session, de nature thématique, il fut décidé qu’on lirait ensemble un texte court et généralement peu fréquenté, choisi en commun au début de chaque année universitaire. Les rencontres, qui durent deux jours, sont soutenues par le programme des Réseaux thématiques de l’Université de Lille III et par l’Université de Cambridge. Elles ont lieu alternativement à Cambridge et à Lille, chaque printemps. Elles sont devenues un élément important de la formation des doctorants, qui assurent les présentations (les enseignants jouant essentiellement un rôle d’encadrement), parlent dans leur langue, ou s’essaient à l’autre, et préparent activement la rencontre au cours du semestre d’hiver.

16Le succès de la formule nous a encouragés à tenter de garder une trace de la discussion et des résultats, sous la double forme de cahiers qui pourront servir de lieu de publication ou de prépublication, et de documents disponibles sur le site Web de l’UMR 8519.

6-7 mai 2000 (Université de Lille III, Villeneuve d’Ascq) : « Une invitation à la Dialectique : les Discours doubles (Dissoi Logoi) ».

17La cinquième rencontre du séminaire Cambridge-Lille portait sur un traité anonyme transmis sans titre en appendice aux meilleurs manuscrits de Sextus Empiricus, les Dialexeis (Arguments) ou Dissoi Logoi (Discours doubles). Un premier ensemble, composé de six sections, développe successivement des arguments en faveur de deux thèses opposées concernant le beau et le laid, le bien et le mal, le juste et l’injuste, le vrai et le faux, la ressemblance entre les sages et les fous, et l’enseignement de la vertu. Un second ensemble, que l’on peut diviser en trois sections, présente un caractère général, traitant de l’organisation de la magistrature, des tâches de l’orateur ainsi que de l’homme d’État, et de la mnémotechnique. Le texte qui nous est parvenu pourrait être incomplet.

18La structure et l’intention du traité ont donné lieu à une série de problèmes d’interprétation.

191) L’unité du traité demeure faible. Il est difficile d’établir, dans la succession des six premiers chapitres, une dynamique claire dans le traitement des topoi. Les chapitres ne sont jamais nettement séparés par des formules de transition qui justifient le passage d’un thème à l’autre, et tout rapport qu’on essaie d’établir entre ceux-ci demeure aléatoire. Les trois derniers chapitres du traité ne présentent pas une structure antilogique, et il est difficile d’établir un rapport thématique précis entre les premiers chapitres du traité et les derniers.

202) L’auteur ne se prononce jamais manifestement en faveur de l’une ou l’autre des thèses qu’il défend tour à tour ; il n’est d’ailleurs pas possible d’établir avec certitude si une thèse est vraiment défendue ou bien seulement avancée. Peut-on penser que le traité, dans sa première partie, est un exercice d’école, destiné à montrer aux apprentis dialecticiens comment juxtaposer de façon fallacieuse deux thèses qui en fait ne sont guère contradictoires ? Il s’agirait d’un des plus anciens manuels pour l’enseignement de la rhétorique et de la dialectique, dont Aristote signale l’existence dans les Réfutations sophistiques1.

213) La langue du traité est source des problèmes; il s’agit en effet d’un texte écrit en dialecte dorien, avec des intrusions de formes attiques et ioniennes. La signification et la portée qu’il convient d’accorder à cette particularité sont difficiles à évaluer : renvoie-t-elle à l’origine de l’auteur, au type de public auquel il s’adresse, ou s’agit-il d’une langue conventionnelle ?

224) La chronologie reste incertaine. Le texte ne comporte qu’une seule allusion, sans doute à la guerre du Péloponnèse, qui puisse être prise comme terminus post quem. Mais rien ne dit que la fin du conflit (404 a. C.) soit considérée comme un événement récent, encore que ce soit l’hypothèse la plus probable.

235) Deux hypothèses, en fait, s’affrontent, en relation avec la question chronologique :

24a) l’interprétation sophistique : ce texte, datable des années 400 a. C., serait le modèle d’une discussion reflétant une pratique sophistique dont on trouverait un exemple aussi dans les Antilogies de Protagoras ; ce modèle consiste en une opposition de deux thèses différentes à propos d’un même topos philosophique. Platon même aurait emprunté ce modèle pour la structure de la réfutation socratique2.

25Cette interprétation, qu’on rencontre sous différentes versions, peut donner lieu à deux approches différentes du texte. Le traité pourrait être un manifeste en faveur d’une certaine forme de relativisme : en montrant qu’il est possible d’opposer deux thèses et de les soutenir avec des arguments dont aucun, finalement, n’est reconnu comme supérieur, l’auteur voudrait implicitement affirmer la validité relative de chacune des deux thèses.

26Mais on peut aussi soutenir3 que l’opposition des deux thèses serait l’indice d’une critique, de la part de l’auteur, d’une pratique sophistique : l’opposition entre deux thèses étant fallacieuse, il s’agirait alors de mettre en évidence la présence et la nature de l’erreur4. La suspension de jugement est dans ce cas-là exclue.

27b) L’interprétation sceptique : l’interprétation du texte comme exercice pyrrhonien a été récemment proposée par M. Burnyeat5. Elle fait des Dialexeis un texte tardif, datant de l’époque d’Énèsidème, et conservé en appendice à Sextus Empiricus justement parce qu’appartenant à l’école pyrrhonienne. Diogène Laërce (IX, 106) nous parle, d’ailleurs, d’un certain Zeuxis, proche d’Énesidème, qui aurait écrit un traité Peri ton Disson Logon (Sur les Discours Doubles). Tout argument étant équivalent à un autre et ne pouvant pas décider de la validité d’une thèse, l’auteur sceptique aurait donc comme but de montrer la nécessité de la suspension du jugement. De plus, autant Pyrrhon que son élève Énesidème proviennent des régions où le dialecte dorien était parlé.

28Les difficultés de cette interprétation demeurent quand même nombreuses : rien n’empêche que le traité de Zeuxis dont nous parle Diogène Laërce ne soit un commentaire à un traité du Ve siècle, placé à la fin des MSS de Sextus justement parce qu’il était étudié par les écoles sceptiques tardo-anciennes : la nature prétendue relativiste de notre traité aurait attiré l’intérêt des pyrrhoniens et les aurait poussés à écrire même des commentaires au texte (tel le traité Sur les Discours Doubles).

29Liste des participants : Mantas Adomenas, Dominic Bailey, Fabienne Blaise, Elisa Bozzelli, Akos Brunner, Myles Burnyeat, Nikos Charalabopoulos, Alice van Harten, Myriam Hecquet, Vanessa Kucinska, André Laks, Alain Lernould, Claire Louguet, Letitia Mouze, Pietro Pucci, Philippe Rousseau, David Sedley, Eirikur Sigurdarson, Martina Stemich, Gisela Striker, Sophie Van der Meeren, Tamsin de Waal, Rober Wardy, Cécile Wartelle.

formation intensive à la critique textuelle

30Séminaire dirigé par Jacques Jouanna et organisé par Myriam Hecquet-Devienne dans le cadre de la formation continue du CNRS.

31Les samedi 13 février, 13 mars et 27 mars 1999, le Professeur Jacques Jouanna (Université de Paris IV) a présenté, à partir de documents précis, les grands problèmes relatifs aux principales étapes de l’édition et de l’interprétation des textes grecs, depuis la recherche des témoins de la tradition directe et indirecte jusqu’à l’établissement du texte, sa traduction et son interprétation : recherche des témoins manuscrits, analyse codicologique et historique, collation et classement, établissement d’un stemma, histoire du texte imprimé, rédaction d’un apparat critique, jusqu’à la phase essentielle de l’établissement du texte, qui est inséparable de celle de son interprétation.

32L’édition d’un texte pris dans son sens le plus large doit, en effet, faire appel à des disciplines séparées : codicologie, paléographie, papyrologie, épigraphie, stemmatique, histoire du texte et de ses interprétations, histoire de la langue et de la formation des mots, sémantique, etc. Mais le rôle de l’éditeur est de dominer et de coordonner ces savoirs séparés pour les réunir dans une réflexion globale qui doit présider aux choix les moins aléatoires entre les données recueillies et classées (variantes et conjectures) dans cette activité centrale qu’est pour l’éditeur la critique verbale. Les principaux exemples ont été choisis principalement dans la littérature technique, car elle offre la matière la plus riche pour illustrer les problèmes de l’édition et pour prendre conscience des progrès incontestables qui ont été accomplis depuis le XVIe jusqu’au XXe siècle dans l’édition et la compréhension des textes par la découverte progressive de témoignages nouveaux, soit dans la tradition directe (grecque) soit dans la tradition indirecte (latine, hébraïque, arabe), et par leur utilisation de plus en plus scientifique. Le traité Des Airs, eaux, lieux d’Hippocrate est à cet égard un des cas les plus exceptionnels, avec des découvertes récentes spectaculaires dans la tradition directe comme dans la tradition indirecte. Mais la littérature tragique est aussi une matière riche pour exposer les divergences entre stemmatistes et contaminationnistes et pour constater les oppositions de méthode dans l’établissement des textes et dans la finalité même de l’édition.

Introduction à la paléographie grecque

33Contrairement à ce qu’annonce le titre du séminaire, l’enseignement dispensé par Myriam Hecquet-Devienne ne s’est pas limité au domaine strictement paléographique. En effet, il a inclus une introduction à la codicologie, à l’histoire de la transmission des textes et à la critique des textes, ces disciplines devant lui être étroitement associées. En introduction ont été présentés l’histoire de ces disciplines et leurs champs d’application.

34La codicologie a fait l’objet d’un premier développement, au cours duquel a été présentée l’activité technique du copiste, depuis la préparation de son support (disposition des feuillets, piqûre et tracé de la réglure) jusqu’à la révision de la copie et la reliure du manuscrit terminé (assemblage et numérotation des cahiers).

35La paléographie au sens strict a naturellement fait l’objet du développement le plus important : présentation des origines de l’écriture grecque; inscription du phénomène de la translittération dans l’histoire culturelle byzantine; ductus de l’écriture minuscule et caractérisation des graphies à travers les siècles; écritures cursive et calligraphique; styles localisables, datables (« minuscule bouletée », « Perlschrift », « Fettaugen-Mode ») ; la ponctuation et l’interponction.

36La transmission des textes : les premières bibliothèques; l’exégèse des poèmes homériques; les premières éditions; les philologues alexandrins; l’école de Pergame; les « copies officielles » des grandes bibliothèques; les Byzantins; le relais occidental.

37La critique des textes a été abordée à travers la présentation des notions de stemma, d’archétype, recentiores et deteriores, lectio difficilior. Les différentes écoles et pratiques éditoriales actuelles ont été examinées sur la base des travaux paléographiques et éditoriaux de M. Hecquet-Devienne sur Sophocle et Aristote.

38Responsable : Myriam Hecquet-Devienne.

Introduction à la papyrologie

39Depuis 1997, Annick Monet a dirigé un séminaire d’introduction à la papyrologie destiné aux étudiants de DEA, aux doctorants et aux chercheurs intéressés par une telle initiation.

40Des séances d’introduction ont présenté l’histoire de cette science et ses caractéristiques, les supports utilisés, l’évolution de l’écriture (éléments de paléographie), les signes de lecture, la conservation et la restauration des textes. Le traité Sur les sensations, contenu dans le PHerc. 19/698, édité par A. Monet, a permis d’illustrer la manière dont peuvent être restitués les textes conservés uniquement sur papyrus.

41Dans un deuxième temps, le séminaire, en coordination avec le cours de C2 et DEA organisé par Ph. Rousseau sur la poésie lyrique grecque, a pris pour objet des textes poétiques transmis sur papyrus. Une présentation synthétique a d’abord été donnée des caractéristiques qu’offrent les papyrus de Sappho des IIe et IIIe siècle de notre ère : on s’est attaché à mettre en évidence les traits spécifiques des différentes éditions : écritures, titres, signes de lecture (paragraphos, coronis, astérisque, apostrophes, dicolon, stigmè, accents, marques de quantité, esprits, crases).

42Puis ont été vus plus particulièrement les papyrus suivants : les papyrus de Sappho : POxy I, 7 (fr. 5 LP); POxy XV 1787 (fr. 58 LP); les Péans de Pindare et la problématique des Hypomnemata (distinction entre commentaire à proprement parler et scholies). Le texte de Pindare contenu dans le POxy V 841 est écrit au verso d’un rouleau comportant au minimum deux documents écrits en cursive (renfermant notamment une liste de personnes). Le papyrus a permis d’aborder divers points relatifs à l’édition d’un texte dans l’Antiquité : scholies, écritures, indications stichométriques, signes de lecture, utilisation des recto et verso.

43Responsable : Annick Monet.

Formation aux ressources informatiques

44Séminaire dirigé par Richard Goulet.

45À la demande de l’UMR « Savoirs et Textes », Richard Goulet, Directeur de Recherche à l’Institut des traditions textuelles (UPR 76) a dirigé une «formation intensive aux ressources informatiques pour l’étude de l’Antiquité» les vendredi et samedi 22-23 septembre et 13-14 octobre 2000 à l’Université de Lille 3. Cette formation, organisée par Myriam Hecquet-Devienne et intégrée dans le plan de formation permanente de la Délégation Régionale Nord-Pas de Calais-Picardie du CNRS, a suivi une mise à niveau préliminaire des participants donnée en mai et juin 2000 par Marie Després-Lonnet, aujourd’hui Maître de Conférence à l’IDIST.

L’histoire des mathématiques

46Les travaux de ce séminaire ont pour objet principal les Éléments d’Euclide, avec deux intérêts majeurs : 1) l’histoire de la transmission du traité euclidien de l’Antiquité grecque au Moyen Âge latin, via les traductions gréco-arabes du Xe siècle, puis les traductions arabo-latines du XIIe siècle ; 2) la réception du traité euclidien par les mathématiciens du Moyen Âge, de langue arabe ou latine, en particulier par Campanus, auteur d’une recension des Éléments au XIIIe siècle.

47Durant les trois années du séminaire, de 1997 à 2000, nous avons étudié, dans les différentes traditions, le livre X des Éléments, qui a pour objet l’irrationalité, puis les livres XI à XIII, qui traitent de la géométrie de l’espace. L’étude comparée de l’Euclide grec (par Bernard Vitrac) et des traductions médiévales latines (par Sabine Rommevaux), voire des traductions arabes (par Ahmed Djebbar), a permis d’évaluer l’apport des versions médiévales dans l’histoire du texte des Éléments. Cet apport était jusqu’à présent négligé, puisque l’on estimait que les versions médiévales, trop corrompues, n’apportaient aucune information intéressante pour l’édition du texte des Éléments. Nos travaux ont montré que cette vision était pour le moins fautive et qu’il fallait réévaluer l’intérêt de ces versions pour l’histoire du traité euclidien.

48Avec Ahmed Djebbar et Pascal Crozet, nous avons abordé quelques aspects des commentaires arabes aux Éléments par Omar Khayyam et as-Sizgi.

49Par ailleurs, l’étude (par Sabine Rommevaux) des ajouts ou commentaires de Campanus à ces mêmes livres et au livre VII, qui est consacré à la proportionnalité numérique, a permis de déterminer le travail du mathématicien médiéval sur le traité euclidien : il cherche à mettre en évidence la structure logique; il traque les lacunes à tous les niveaux, définitions, axiomes, propositions, éléments de la preuve. Nous avons pu montrer que ces préoccupations étaient souvent liées aux aléas de la transmission du texte des Éléments.

50Enfin, nous avons souhaité élargir le champ de notre étude en nous intéressant aux mathématiques grecques non euclidiennes. Nous avons proposé à Anne Merker d’examiner un passage mathématique des Météorologiques d’Aristote où la formation de l’arc-en-ciel est expliquée à l’aide d’un problème de lieu. Avec Pierre-Marie Morel et Bernard Vitrac, nous avons examiné un fragment mathématique de Démocrite rapporté par Plutarque. Ces deux textes suscitent des problèmes de compréhension, liés à des problèmes philologiques. Cette étude nous a permis d’aborder les mathématiques pré-euclidiennes et de tester sur un autre texte que les Éléments nos hypothèses sur la transmission des textes mathématiques.

51Les travaux du séminaire se poursuivront avec les mêmes préoccupations. Nous nous intéresserons aux premiers livres des Éléments, consacrés à la géométrie plane. Nous aborderons alors un autre aspect de la réception du traité euclidien, celui de l’enseignement, puisque ces premiers livres furent probablement utilisés comme manuel de formation.

52Responsable : Sabine Rommevaux.

Les Questions sur la Physique d’Oresme.

53Groupe de travail créé en 1995 sur l’édition commentée des Questions sur la Physique d’Oresme (S. Caroti, Université de Parme; J. Celeyrette, UMR « Savoirs et textes »-Université de Lille III; S. Kirschner, Université de Munich; E. Mazet, UMR « Savoirs et textes »-Université de Lille III)

54Séminaires internes : Wassenar (Pays-Bas) avril 1998, Nimègue (Pays-Bas) juillet 1999, Lille mai-juin 2000.

55Journée d’études sur la Physique d’Oresme : Paris, 1999 (ESA 7062), avec conférences de chacun des membres du groupe.

Cycle de conférences « Sciences et métaphysique chez Descartes ».

56•28 octobre 1999 : Pierre Macherey, « Spinoza interprète et critique de la physique cartésienne ».

57•4 novembre 1999 : Vincent Jullien, « Les frontières dans les mathématiques cartésiennes ».

58•25 novembre 1999 : Gérard Simon, « Descartes et le problème de la vision ».

59•9 décembre 1999 : Michel Fichant, « Entre métaphysique et mécanique, les notions cartésiennes de force ».

60•6 janvier 2000 : Bernard Joly, « Pourquoi n’y a-t-il pas de chimie cartésienne ? ».

61•13 janvier 2000 : Annie Bitbol-Hespériès, « La place de la médecine dans l’œuvre de Descartes ».

62•27 janvier 2000 : Frédéric de Buzon, « Mathesis et loi de la nature ».

63•10 février 2000 : André Charrak, « La musique et la question de l’institution de la nature ».

64La célèbre image de l’arbre, par laquelle Descartes présente, dans la Lettre-Préface des Principes de la philosophie, l’organisation des différents savoirs constituant la philosophie, pose à la fois le problème des rapports entre la physique et la métaphysique qui en fonde les principes, et celui du statut des «autres sciences» qui, du fait de leur empiricité, gardent un caractère hypothétique. Les Principes de la philosophie, en effet, ne construisent pas l’unité organique des sciences par l’élaboration d’un système où chacune d’entre elles viendrait trouver sa place. Descartes entend plutôt y montrer comment les lois de la nature peuvent être directement déduites du principe métaphysique qu’est l’affirmation de la séparation de la substance pensante et de la substance étendue, dont on tire aussi bien la démonstration de l’existence de Dieu que de l’impossibilité du vide.

65André Charrak, à propos de la musique et de la manière dont elle produit les sentiments, et Frédéric de Buzon, à partir de l’influence de Beckmann, ont mis en évidence l’originalité de la conception cartésienne de la nature et de ses lois. Parce que les lois de la nature, créées par Dieu, sont des lois du mouvement de la matière, se pose la question de la mathématique susceptible d’en rendre compte. Ici surgit l’une des difficultés principales de la philosophie cartésienne. Pierre Macherey a montré, à partir de l’étude des Principes de la philosophie de Descartes, comment Spinoza avait mis en évidence, à propos de l’infini, les insurmontables difficultés auxquelles aboutit la physique métaphysique de Descartes, dans la mesure où la conception de l’étendue comme masse au repos rendait impossible la démonstration de l’existence des corps. Quant à Leibniz, il croit déceler dans la géométrisation de la nature «l’erreur mémorable de Descartes», qui aurait confondu la quantité de mouvement avec la force. Pourtant, remarque Michel Fichant, Descartes n’identifie jamais les deux notions, ne serait-ce que parce qu’il utilise la notion de force en des sens différents. En particulier, le concept de force qu’il met en œuvre dans ses travaux de mécanique ne peut pas être transféré à la physique en général et les lois de la nature ne sauraient s’exprimer selon des formules tirées de la géométrie à l’œuvre dans la mécanique.

66Mais Vincent Jullien fait remarquer que si l’idée d’une physique complètement géométrisée n’est pas pour Descartes une vue de l’esprit, c’est qu’il en vient à considérer que la philosophie naturelle requiert une géométrie qui permettrait de comprendre let qui se distingue de celle qu’il a élaborée dans l’essai de 1637. On voit bien en effet, et c’est ce qu’a montré Gérard Simon, que cette première géométrie pouvait être utilisée dans les travaux de dioptrique grâce auxquels Descartes parvient à rendre compte de la formation de l’image rétinienne. Mais le problème de la vision reste un problème métaphysique dans la mesure où l’optique ne peut rendre compte de la formation de l’image mentale correspondant à l’objet perçu.

67La déduction métaphysique des principes de la physique requiert donc une nouvelle «géométrie», qui considère les corps du simple point de vue de leur mouvement et de leur figure. Une telle géométrie, cependant, ne s’applique que de manière hypothétiques aux objets empiriques tels ceux qu’étudie Descartes lorsqu’il se livre à des expériences en chimie et en anatomie. De ce fait, comme l’a montré Bernard Joly, l’importance que Descartes accorde aux questions de chimie dans la quatrième partie des Principes de la philosophie ne le conduit cependant pas à faire de la chimie une science autonome. Et s’il ne cesse d’étudier la constitution et la formation des corps vivants, c’est que la médecine, comme l’a rappelé Annie Bitbol-Hespéries, représente pour Descartes un moyen essentiel d’accéder à la sagesse.

68L’organisation de ce cycle de conférences n’avait pas pour but de résoudre les difficultés de la science cartésienne, mais plus simplement de confronter, sur divers objets, des approches méthodologiques différentes et parfois divergentes faisant des textes cartésiens la source d’interprétations sans cesse renouvelées, et donc d’un travail philosophique constant.

Séminaire Herméneutique et traditions savantes. La crise herméneutique des sciences humaines : Critique de la Faculté de Juger

69Le séminaire de l’année 1999-2000 a été consacré à une lecture suivie de la Critique de la Faculté de Juger de Kant. L’hypothèse qui a guidé notre travail repose sur l’idée selon laquelle la naissance des sciences humaines s’enracine dans le tournant de la révolution copernicienne. En interdisant la connaissance de la chose en soi et en limitant les possibilités de connaître les phénomènes aux règles de construction de l’entendement, l’Esthétique transcendantale détruisait la possibilité d’une ontologie. À côté d’une faculté de connaître (Critique de la Raison Pure) et d’une faculté de désirer (Critique de la Raison Pratique), Kant définit un troisième régime de rationalité, la faculté de juger, qu’il désigne comme l’exercice du jugement de manière analogue au jugement d’une œuvre d’art débouchant sur un sentiment de plaisir ou de peine.

70Interprétée du point de vue de l’histoire des sciences humaines, la Critique de la Faculté de Juger s’affirme comme le moment déterminant qui permet de penser l’histoire. D’un point de vue anthropologique la critique kantienne, en interdisant toute perspective ontologique, pose comme point de départ le problème de la finitude humaine, problème que prend en charge la Critique de la Faculté de Juger. Contre les interprétations qui mettent en avant une incohérence du système kantien ou une hétérogénéité de l’œuvre, il s’agit au contraire de souligner la place centrale que celle-ci tient dans l’architectonique kantienne et, au-delà, dans la possibilité de la théorisation des sciences de l’homme. La faculté de juger prend en charge la finitude humaine, tout en accordant à la raison la possibilité de légaliser les connaissances. La question à laquelle répond la Critique de la Faculté de Juger consiste à rendre compte en respectant notre dimension d’être fini de la totalité de nos opérations de connaissance sans introduire d’élément dogmatique, c’est-à-dire sans s’appuyer sur une transcendance.

71Elle se pense sur le mode du jugement réfléchissant, à la définition duquel est consacrée une grande part de l’introduction. Contrairement au jugement déterminant, qui dégage une causalité mécanique et débouche sur une connaissance garantie des mécanismes naturels, le jugement réfléchissant part du particulier pour tenter de le penser sous une règle. La faculté de juger se situe donc sous l’emprise de la réflexion. De là découle le fait que la connaissance qu’elle autorise s’inscrit elle-même sous le régime téléologique que Kant oppose au théologique comme au déterminisme naturel, régime téléologique déduit par analogie avec le sentiment que nous procure l’observation de l’œuvre d’art. L’objet d’art se trouve en effet investi d’une qualité subjective que seul le sujet peut lui apporter et qu’il peut seul authentifier par un sentiment de plaisir.

72C’est ce jugement esthétique comme jugement réfléchissant qui est à l’origine des théories herméneutiques. L’objet de compréhension est défini comme une opération esthétique s’appliquant à une œuvre qui n’obéit à aucune règle extérieure à elle-même. Le « cercle » herméneutique se fonde à la fois dans l’obligation d’universalité à laquelle répond le jugement esthétique, se distinguant en cela du simple jugement de goût, et dans le rapport du tout aux parties qui s’établit à travers l’exigence de finalité sans fin.

73La téléologie qui est postulée de manière analogique dans le jugement esthétique produit, lorsque le jugement porte sur la Nature, un jugement qui, tout en demeurant réfléchissant, devient davantage objectivant. Les organismes produisent la totalité sur un plan d’effectivité causale dans un mode d’action réciproque. Dans la Nature existe en effet une causalité réfléchie, au sens où celle-ci est réciproque. Ce point de vue se heurte à l’explication causale linéaire des sciences. Le problème soulevé dans la seconde partie de la Critique de la faculté de Juger consiste à composer les deux perspectives. Dès lors que l’on pense ensemble mécanisme causal et causalité téléologique, induite par le postulat réfléchissant, on obtient le moyen de relier l’évolution naturelle au développement historique, dans la mesure où l’histoire peut être analysée selon cette double perspective. Se met en place la dichotomie expliquer/comprendre sur laquelle réfléchira l’ensemble des sciences sociales au XIXe siècle. Dès le départ Kant soutient que les sciences de la Nature ont comme idée régulatrice le tout de la connaissance qui leur permet de progresser. L’histoire des sciences est elle-même téléologique. Elle est à la fois le prolongement de l’évolution naturelle mais une évolution naturelle déjà pensée avec les catégories de l’historicité.

74L’histoire ainsi reconstruite conduit à envisager les productions culturelles que sont les œuvres non seulement sur un plan esthétique mais comme étant elles-mêmes des réflexions sur l’histoire. La philosophie de l’histoire fournit le cadre dans lequel doit se situer une herméneutique des œuvres comme interprétation de sens. Les structures grammaticales, expression de la contrainte des institutions, doivent y composer avec un choix relevant du style en des idéalisations contre-factuelles. On accède donc à une problématique du sens à la seule condition d’avoir préalablement construit l’histoire. Inversement on ne peut faire l’économie de l’histoire dès lors qu’on veut penser le sens. Ce processus se complique dès lors qu’on est en présence d’œuvres de langage dont la fonction est de thématiser la question du sens. On peut alors dégager trois moments dans l’interprétation. Un premier, interne à l’histoire de l’œuvre, constitue son unité esthétique, auquel succède l’auto-interprétation que l’œuvre propose d’elle-même ou historicité immanente. Vient enfin le travail d’interprétation qui se rapporte à notre position de lecteur, que l’on pourrait appeler historicité externe.

75Les développements consacrés par Kant à l’articulation des notions d’explication et de compréhension ont été repris au XIXe siècle par les néo-kantiens de l’École de Heidelberg à travers les différentes théories de la Geltung (Windelband, Rickert) avant de s’installer au cœur de la sociologie wébérienne.

76Responsables : Heinz Wismann et Perrine Simon-Nahum

Kant, la science et la philosophie française

77Le thème était le rapport qui s’établissait naturellement, pour toute une lignée de la philosophie française, depuis Comte et Renouvier jusqu’à Deleuze, entre une certaine prise de position sur le criticisme kantien et un certain regard sur la science contemporaine : ce fut l’objet du travail régulier d’un séminaire rassemblant pendant deux années consécutives (1998, 1999) un petit groupe de chercheurs. Un ouvrage collectif est né de ces réunions, qui doit paraître prochainement aux Éditions de l’ENS Fontenay.

78Sont intervenus dans le cadre de ce séminaire :

79–Laurent Fedi : « L’esprit en marche contre les codes : philosophie des sciences et dépassement du kantisme chez Léon Brunschwicg ».

80–Pierre Cassou-Noguès : « L’épistémologie de J.-T. Desanti et les philosophies transcendantales ».

81–Alberto Gualandi : « À la recherche de la ‘Nature’ perdue : Deleuze critique de Kant ».

82Responsables : Laurent Fedi et Jean-Michel Salanskis.

Les sciences humaines et leurs espaces

83Ce séminaire a en quelque sorte trois aspects : d’une part, il recherche une confrontation entre sciences humaines qui leur fasse prendre conscience des usages à la fois distincts et convergents qu’elles font du motif spatial pour déployer leur savoir; d’autre part, il a une dimension épistémologique, dans la mesure où il s’agit d’examiner dans leur sens et leur validité ces notions de spatialité, en les confrontant avec les enseignements de l’épistémologie des sciences exactes, notamment des mathématiques et de la physique, ainsi qu’avec les doctrines philosophiques de la spatialité; enfin, on voudrait favoriser de la part des sciences humaines une plus grande attention aux recherches cognitives sur le format spatial de la cognition, qu’elles procèdent à partir des neurosciences, de la psychologie cognitive ou de la linguistique.

84Sont intervenus dans le cadre de ce séminaire :

85–Jean-Michel Salanskis (philosophe) : « Pluralité des pluralités de l’espace » (séance introductive).

86–Christian Azais (économiste) : « Espace et sciences économiques ».

87–Philippe Gervais-Lambony (géographe) : « De quoi parle-t-on quand on parle d’espace ? ».

88–Philippe Rousseau (philologue) : « Espace et récit dans l’épopée homérique ».

89–Fabienne Blaise (philologue) : « Espace et histoires dans la Théogonie d’Hésiode ».

90Responsable : Jean-Michel Salanskis.

Introduction à l’étude critique de l’œuvre de Conrad H. Waddington (1905-1975).

91Séminaire de l’UMR REHSEIS (CNRS, Université de Paris VII-Denis Diderot), avec la participation de l’UMR «  Savoirs et textes » (responsables : Claude Debru et Jean Gayon).

92La constitution de la «Génétique du développement» et de la «Biologie du développement» est acquise comme un champ unifié de grandes disciplines–évolution comprise–autour des années 1970.

93On peut dire que la réunion souhaitée de Hans Spemann, l’embryologiste, et de Thomas H. Morgan, embryologiste devenu généticien, est accomplie. Il était donc temps d’entreprendre une enquête sur les courants fondateurs de cette unification. Parmi eux, celui que dessine l’œuvre marquante de Waddington s’imposait. Celle-ci se situe au centre de l’école anglaise du développement qui va de D’Arcy Thompson, de Joseph et de Dorothy Needham à Alan Turing et Lewis Wolpert. Elle allie l’expérimentation embryologique, principalement de l’oiseau, à l’étude génétique de l’aile de la drosophile. Elle insiste sur le lien entre l’expérimentation, et la modélisation théorique. Cette œuvre constituée avant l’avènement de la biologie moléculaire lègue un ensemble de concepts qui continuent de former la description et la pensée des biologistes : compétence, évocation, individuation, «épigénétique», paysage épigénétique, canalisation. Ces concepts exigent une analyse fine, à laquelle nous avons consacré notre attention en retenant deux ouvrages : Organisers and Genes (1940) et surtout Principles of Embryology (1956), qui a été l’objet d’une lecture critique.

Haut de page

Notes

1 Cf. Arist. SE 183b36-184a.
2 Cf. R. Kerferd, The Sophistic Movement, Cambridge, 1981, p. 183.
3 Voir sur ce point les remarques de Robinson dans Contrasting Arguments : An Edition of the Dissoi Logoi, New York, 1979, p. 240. Le premier à avoir avancé cette thèse du caractère anti-relativiste du texte a été Fabricius en 1724, qui attribua le traité au philosophe anti-sceptique Sextus de Chéronée, et lui donne le titre de Sexti Disputationes Antiscepticae.
4 Ce point est bien éclairé par J. Barnes, The Presocratics Philosophers, Londres, vol. 2, p. 214-220.
5 Cf. E. Craig (éd.), Routledge Encyclopedia of Philosophy, Londres/New York, 1998, vol. III, p. 106, s.v. Dissoi Logoi.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Séminaires », Methodos [En ligne], 1 | 2001, mis en ligne le 02 avril 2004, consulté le 25 mars 2017. URL : http://methodos.revues.org/57 ; DOI : 10.4000/methodos.57

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • Revues.org