Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Constellations de l’étrangeté

Penser l’autrement de la généalogie
Aliocha Wald Lasowski

Résumé

Dans son dernier livre Pour en finir avec la généalogie, François Noudelmann interroge l’imaginaire dans lequel est pensée la figure de la relation, de la fraternité, de l’origine, du frère. L’imaginaire est le processus au sein duquel se constituent l’identité et ses représentations, c’est-à-dire les formes et les symboles à travers lesquels un sujet envisage le même, l’identique, la similitude, toutes ces notions qui conditionnent le désir d’appartenance, le jeu de la distinction. Par l’imaginaire de la transmission se construit une image de soi propice aux liens et aux affiliations. C’est pourquoi une critique politique de la filiation doit passer par l’étude de ce processus opératoire et de ses effets identitaires, afin de faire entendre, dans leur singularité et dans leur étrangeté, les constellations du nouveau. Il s’agit de réagencer, à rebours de la fixation identitaire, ces rapports inédits qui échappent à l’emprise unitaire prévalant dans les images véhiculées et les pensées déterminées de l’imaginaire de la filiation. Le projet de François Noudelmann n’est pas de proclamer l’utopie d’une société qui aurait définitivement évacué la référence généalogique, mais déterminer une autre pensée du sens, de l’image, de l’analogie. La construction des identités sociales, sexuelles et ethniques se trouve suspendue à une telle réévaluation. Finir la généalogie peut s’entendre ainsi : traquer au plus près les paradigmes, les schèmes et les figures qui structurent notre représentation, en défaire les pouvoirs de légitimation et de prescription, et mettre au jour les scènes sur lesquelles se jouent aussi bien sa déchéance que sa dispersion, pour en déterminer les enjeux épistémologiques, politiques et esthétiques. Il s’agit d’achever, au double sens de mettre fin et de mener à son terme, la généalogie et la représentation qui à la fois l’expose et la fonde.

Haut de page

Texte intégral

De la crise de la généalogie à son achèvement

  • 1  Les Anormaux, Cours au Collège de France, 1974-1975, cours du 5 février 1975, éd. Gallimard-Le Seu (...)
  • 2  Pour en finir avec la généalogie, éd. Léo Scheer, coll. “Non et Non”, 2004.

1« La grande dynastie des Petits Poucets anormaux, écrit Foucault, remonte précisément à la grande figure de l’ogre. Ils en sont les descendants, ce qui est dans la logique de l’histoire, le seul paradoxe étant que ce sont les Petits Poucets anormaux qui ont fini par dévorer les grands ogres monstrueux qui leur servaient de pères1 ». Rite de consécration brisé, rite de légitimation interrompu, rite d’institution déplacé : la lignée prend fin, la transmission s’achève. Mener à sa fin ce geste politique, briser la pratique de répétition, rompre le rituel par lequel les sujets de la communauté sont formés et reformulés, tel est précisément l’objectif de François Noudelmann dans son dernier livre Pour en finir avec la généalogie2.

  • 3  « La communauté sexuelle », Pour en finir avec la généalogie, éd. cit., p.33.
  • 4  Ibid., p.64.

2Dans la première partie de son livre intitulée « La communauté sexuelle », François Noudelmann montre comment le Supplément au voyage de Bougainville de Diderot, sous la forme de commentaire d’un récit décrivant la vie des Tahitiens au XVIIIe siècle, touche au paradigme de la filiation, déroute l’ordre généalogique et propose un contre-modèle. L’utopie que propose Diderot « prend appui sur des mœurs qui relèvent de la communauté sexuelle, les Tahitiens étant supposés affranchis de toute autorité, chef de tribu et chef de famille3 ». Ce modèle utopique de communauté sexuelle permet de développer une autre pensée de la ressemblance, en lien avec la pluralité des corps matériels au sein de la nature. « Le cas de la communauté sexuelle intervient à titre de figure contre-paradigmatique dans l’histoire de la philosophie et de l’utopie politique, il présente un cas d’espèce à partir duquel s’articulent des stratégies et des imaginaires propices à contourner les schèmes de la généalogie4. »

  • 5  « La fraternité incestueuse », Pour en finir avec la généalogie, éd. cit., p.77.
  • 6  Ibid., p.77.
  • 7  Ibid., p.102.

3Dans la partie consacrée à « la fraternité incestueuse », François Noudelmann déplace la question de la généalogie vers la modalité de la fraternisation, afin de montrer comment la fraternisation, plus que la fraternité, fait advenir des sujets politiques, donne un statut pratique au tiers et reconfigure le paradigme généalogique dans la définition d’un sujet collectif d’une énonciation de type politique. La Critique de la raison dialectique de Sartre, montre François Noudelmann, permet d’ « inscrire la fraternisation dans une dynamique de l’éruption, de la dislocation des formes réifiées de l’organisation et de la distribution5 ». François Noudelmann suit l’entreprise philosophique de Sartre qui repense la notion de fraternité politique. Tout en manifestant de manière significative sa volonté d’échapper au paradigme généalogique, elle reconfigure la schématique de la filiation par les formes de la dramaturgie révolutionnaire. « Sartre propose en effet plusieurs notions – collectif, série, fusion, serment – qui (…) fournissent un schème explicatif des mouvements de fraternisation6. » Ainsi, explique François Noudelmann, chaque subjectivité pratique, liée relationnellement à la sérialité fraternelle du collectif, existe néanmoins individuellement à l’intérieur de multiplicités structurées sériellement : conflit entre le régime de la dispersion et celui de l’unification, tension entre besoin et rareté. François Noudelmann montre avec précision l’importance du rôle du tiers : « La relation d’un individu comme tiers à un groupe ne relève pas simplement de son intégration à une collectivité, car c’est à titre de tiers et non d‘autre, qu’il surgit dans ce groupe ». François Noudelmann poursuit l’étude des processus opératoires de la généalogie et la critique des effets identitaires de la filiation et de ses représentations en se demandant s’il est possible de se défaire du paradigme généalogique pour penser une fraternité dans le cadre d’une démocratie à venir. A partir de Politiques de l’amitié de Derrida, François Noudelmann interroge la déconstruction de l’origine, dans le but de ne pas accorder à l’origine une valeur fondatrice et normative sans pour autant occulter toute origine. Il s’agit alors de penser l’hétérogénéité originaire, afin d’éclairer la diversité et la mosaïque qui constituent toute source, une forme d’étrangeté à soi dans la mesure, où selon François Noudelmann, « l’hétérogénéité originaire suppose plutôt une étrangeté inscrite dans la fondation, et suggère même qu’il n’y a de fondation qu’à la condition de cette étrangeté et de cette division7 ».

  • 8  « Les communautés a-généalogiques », ibid., p.113-p.114.
  • 9  « Roland Barthes : de la main gauche », dans Roland Barthes après Roland Barthes, Rue Descartes nu (...)
  • 10  Ibid., p.154-155.

4Dans la troisième partie consacrée aux « communautés a-généalogiques », François Noudelmann se propose de repérer un fonctionnement non substantiel de la communauté et qui échappe au paradigme généalogique. La déconstruction de la communauté sous sa version originelle ou téléologique demeure une exigence. Comment repenser le commun par un geste de déliaison et un mouvement de déplacement ? François Noudelmann analyse alors avec finesse et précision le geste de Jean-Luc Nancy qui définit l’être-en-commun plus qu’un être-commun et celui de Roland Barthes qui remplace l’être-commun par le vivre-en-commun. En s’appuyant sur La Communauté désœuvrée, François Noudelmann montre comment, pour Jean-Luc Nancy, c’est la division de chacun, plus que l’altérité, et l’épreuve de son dehors qui ouvrent à l’expérience de la communauté : « La réflexion de Jean-Luc Nancy sur la communauté contribue, en ce sens, à déjouer l’identification d’un Nous substantiel comme sujet collectif, et permet de penser le commun sans le lier à une intériorité charnelle et insurrectionnelle. (…) Le coup de force théorique consiste à défaire la représentation de la communauté comme œuvre, production, fusion, identification, et de la lier plutôt au “désoeuvrement”, terme que Jean-Luc Nancy reprend à Blanchot, moins pour y poursuivre l’idée d’un neutre qu’afin d’introduire de la passivité dans le partage en commun8. » Le geste de Barthes, nous explique magistralement François Noudelmann, est celui par lequel, dans Comment vivre ensemble, il entreprend de penser la notion d’ « idiorythmie », le signifiant d’une communauté utopique où chaque sujet vit selon son rythme. « La communauté idiorrythmique, écrit François Noudelmann, procède de la mise en commun et de la mobilisation des rythmes singuliers, sans jamais les faire marcher au pas. » Loin d’une dramaturgie ontologique, la tentative de penser la communauté comme vivre-ensemble décline plusieurs approches de la rencontre, diverses modalités de la coïncidence, de multiples déclinaisons du flux permettant aux singularités de se regrouper selon leur rythme et leur passage, afin de fonder une relation qui suppose coexistence essentielle et singularité profonde. Dans une analyse du détournement, du débordement et du gauchissement chez Barthes, François Noudelmann montre qu’il faut « maintenir le suspens de l’imaginaire, et ne pas le ressaisir dans le symbolique, afin de penser l’image comme un procès imaginaire au sein duquel se configurent des identités, se construisent des modèles et des contre-modèles qui réinventent les procédures de filiation9 ». Dans cette pensée d’une communauté archipélique, François Noudelmann retrouve ici la perspective d’Edouard Glissant : « la réflexion géographique et politique sur les territoires et les frontières suppose donc une pensée du commun qui puisse assumer l’épreuve de l’épreuve de l’étrangeté et du passage. Revenant à l’ontologie d’un être-en-commun ou à la pratique d’un vivre-ensemble, le souci de se tenir au seuil, à l’interstice, plus qu’au centre ou à la racine, conduit à revenir sur la préposition qui désigne la relation. La division et l’espacement impliquent de maintenir un “avec” et d’éviter le “nous” substantiel des communautés10. »

  • 11  « Semblances de famille », ibid., p.168.
  • 12  « Communautés sans généalogie » dans Politiques de la communauté, Rue Descartes numéro 42, sous la (...)
  • 13  Ibid., p.170.
  • 14  Ibid., p.186.

5Dans la quatrième partie, François Noudelmann développe le concept de semblance, afin de penser une représentation non généalogique du semblable. Vivre ensemble suppose une communauté de regards, de contacts, de rapports à l’espace et au temps. François Noudelmann montre que la convenance, comme accord maintenant l’aléatoire dans la relation, chez Montaigne, dans les Essais, se substitue à la ressemblance. « Comment définir, imaginer ces semblables autrement que par un nom, puisqu’ils sont semblables dans l’action, le lien et même l’étrangeté11. » Dans un texte consacré aux communautés sans généalogie, François Noudelmann définit la convenance « Les individus ne proviennent pas d’une souche commune, mais viennent avec leurs langues, leurs lieux, leurs mémoires : la convenance consiste dans l’articulation de ce qui vient ensemble, que ce soit sur le mode du choc, du passage, de la négociation, autant de figures et de styles du vivre en commun12. » La définition d’un semblable, au contraire, participe d’un processus imaginaire qui maintient un modèle de figuration, dans la mesure où ce modèle fonctionne toujours sur de la ressemblance et fonde la possibilité d’une représention. Il s’agit d’interroger alors la notion même d’image dans la mesure où elle définit une relation généalogique entre un modèle et une copie. « Le politique et l’esthétique ont donc partie liée pour aborder le semblable13. » François Noudelmann veut ainsi dévoiler et mettre au jour, en opérant une série de déplacements et de fines constructions de glissement de sens au sein du fonctionnement de l’imaginaire et du processus mental qui le détermine, un dispositif de pensée et de représentation qui déjoue l’ordre paradigmatique sur lequel se fonde la schématique de la filiation : « dénoncer les fins de la généalogie revient ainsi à critiquer sa finalité normative et les limites qu’elle impose à la configuration des savoirs et des pratiques. (…) On ne dénonce pas frontalement la généalogie mais on en repère les effets de façon latérale par déplacement, ou de manière interne par infiltration de logiques ou de représentations subversives14. »

  • 15  « Scènes de la fin généalogique », ibid., p.222.
  • 16  Ibid., p.236.
  • 17  « Beckett et la scène-éclipse » dans Scène et image, sous la dir. de François Noudelmann, éd. La L (...)
  • 18  Beckett ou la scène du pire, éd. Honoré Champion, coll. “Unichamp”, p.91.

6Dans la partie finale consacrée aux « Scènes de la fin généalogique », François Noudelmann montre que la mise en scène théâtrale de la question généalogique donne lieu à une crise de la représentation. La généalogie, non seulement, « ne se limite pas à un motif de la représentation théâtrale, elle fonde le théâtre même comme représentation généalogique15 ». François Noudelmann analyse et décrypte alors magnifiquement trois gestes théâtraux, trois processus de la fin généalogique, qui réalisent l’achèvement à partir de la déchéance des ressemblances de famille : la résorption dans Les Séquestrés d’Altona de Sartre, la déliaison dans Fin de partie et Oh les beaux jours de Beckett et la parodie dans Les Bonnes de Genet, en tant qu’il s’agit de faire la critique de la généalogie, c’est-à-dire de l’amener à son terme et d’y mettre fin, de la même façon que la fin beckettienne effectue sans figure symbolique ni motif représentatif la fin au sens d’une finition, « selon une stratégie du pire, de l’amenuisement, du moindre16 », pour reprendre une expression de François Noudelmann. Dans un texte consacré à Beckett, François Noudelmann montre que lorsque Beckett s’intéresse à l’amoindrissement et à la désarticulation, « il cherche moins la fragmentation que la mise en image des vestiges, le processus de l’oscillation imaginaire17 ». Cette critique de la généalogie passe par une critique de sa représentation et aboutit pour François Noudelmann à une réévaluation de la ressemblance à partir d’une révolution de la scène des regards et d’un imaginaire non analogique. « La chair des acteurs, écrit François Noudelmann, n’humanise pas les figures beckettiennes, elle s’insère plutôt dans l’espace de l’amoindrissement18. »

  • 19  Pour en finir avec la généalogie, éd. cit., p.251.

7Ainsi, finir la généalogie donne son titre à la conclusion du livre intitulée « Finir infiniment ». François Noudelmann suggère ainsi un travail jamais achevé sur les discours et les représentations qui reproduisent les schèmes de la filiation et imposent leurs effets normatifs dans le domaine des savoirs et des pratiques : « Alors que l’inscription de chaque sujet dans un ordre de la parenté semble la condition sine qua non d’une identité, la fin, comme achèvement et comme finition, nous donne à vivre et penser d’autres modes de transmission et d’identification que ceux de la reconnaissance et de la filiation19. »

Politique des filiations

  • 20  « Pour une pensée archipélique, Edouard Glissant», Politique et filiation, sous la dir. de Robert (...)
  • 21  Politiques de l’amitié, éd. Galilée, coll. “La philosophie en effet”, 1994, 114.
  • 22  « Introduction », Politique et filiation, éd. cit., p.10.
  • 23  Mille Plateaux, Editions de Minuit, coll. “Critique”, 1980, p.25.
  • 24  Pour en finir avec la généalogie, éd. cit., p.145-146.
  • 25  Ibid., p.144.
  • 26  Le Différend, Editions de Minuit, coll. “Critique”, 1983, p.190.

8La réflexion politique que mène François Noudelmann dans Pour en finir avec la généalogie insiste, à partir d’une critique politique de la généalogie, sur les enjeux conflictuels des représentations de filiation, dans la mesure où elles constituent les modèles d’un pouvoir qui repose sur des assujettissements. François Noudelmann questionne en effet la fonction symbolique de la filiation et suit le fantasme de l’origine, pour traquer au plus près les paradigmes sociaux, les schèmes culturels et les figures communautaires qui structurent les représentations politiques de la généalogie et pour opérer une réévaluation des impensés à l’œuvre dans les normes de la filiation. Généalogie naturelle et symbolique, naturelle en tant que symbolique, c’est-à-dire rêvée et fantasmée, puisque le lien généalogique ne sera jamais purement réel. En effet, sa réalité supposée ne livre jamais à aucune expérience, à aucune intuition. La génération est toujours posée par un texte mythique, induite par un artifice juridique. Elle implique toujours un effet symbolique de discours, une mise en scène, une représentation de la descendance. « Toute filiation relève d’une construction20 » écrit François Noudelmann dans Politique et filiation. Derrida, dans Politiques de l’amitié, montre que la réalisation du lien par le discours généalogique suppose toujours « une fiction légale au sujet de la paternité. Et c’est aussi vrai de la maternité21 ». François Noudelmann opère alors un retour critique sur la notion de généalogie en vue de rendre compte de ses enjeux à la fois épistémologiques, politiques et esthétiques, « tant la critique politique et l’analyse des modèles familiaux s’enchevêtrent22 ». Il s’agit alors de repérer les sédimentations du sens et de dénoncer l’universalité des archétypes, suivant ainsi la leçon de Deleuze qui rappelait que « l’arbre ou la racine inspirent une triste image de la pensée qui ne cesse d’imiter le multiple à partir d’une unité supérieure, de centre ou de segment23 ». François Noudelmann propose de penser l’autrement de la généalogie, au sens d’une poétique de la relation archipélique qui ne cherche pas à renoncer à toute filiation, mais propose « une stratégie et une méthode pour concevoir différemment les relations24 », suggère une communauté sans racine, défie « l’identité-racine en lui opposant l’identité-relation25 ». Pour en finir avec la généalogie définit dans cette perspective un processus d’espacement, une figure de l’archipel au sens que lui donne Lyotard, à savoir ce qui « exige un milieu, la mer, l’Archepelagos, la mer principale, comme se nommait autrefois la mer Egée26 », et qui dessine une carte des possibles.

  • 27  « Pour une pensée archipélique, Edouard Glissant », Politique et filiation, éd.cit.
  • 28 Ibid., p.199.
  • 29 Ibid., p.198.
  • 30 Ibid., p.202.
  • 31  Ibid., p.203.
  • 32  Mille Plateaux, éd. cit., p.32.
  • 33 Ibid., p.32.
  • 34 Ibid., p.36.
  • 35 Ibid., p.37.
  • 36  Pour en finir avec la généalogie, éd. cit., p.261.

9Dans « Pour une pensée archipélique, Edouard Glissant27 », François Noudelmann montre que l’imaginaire non analogique et la poétique de la relation permettent à Edouard Glissant de penser l’identité créole. « En affirmant que l’identité n’est plus toute dans la racine mais dans la relation, Glissant opère une révolution conceptuelle décisive car il met fin à une version ontologique de l’identité28 » écrit François Noudelmann. La créolisation offre un métissage sans limite, permet un processus de démultiplication d’éléments qui se croisent et se composent. « A partir de ce vécu de l’hybride et du multiple, analyse François Noudelmann, Glissant peut faire parler une identité relationnelle29. » François Noudelmann précise que la position de Glissant permet de penser une hybridation inventive et non déterminée. « La poétique de la terre s’est affranchie des racines, du sol et du territoire sans occulter le lieu30.» Penser la notion de digenèse - où toute origine est nécessairement multiple et divisée, où se fonde une hétérogénéité originaire qui développe des « séries inédites, des relations non-analogiques, des constructions imaginaires, un tissage d’alliances de négociations et de liens imprévisibles et irréductibles à leurs déterminations31 » -, voilà à quoi invite François Noudelmann. Communauté rhizomatique, dans la mesure où, pour Deleuze, le rhizome est « une antigénéalogie32 », dans la mesure où le rhizome procède « par variation, expansion, conquête, capture, piqûre33 » : « Il est toujours au milieu, entre les choses, inter-être, intermezzo34.» Entre les choses ne désigne pas une relation localisable qui va de l’une à l’autre et réciproquement, mais une direction perpendiculaire, « un mouvement transversal qui les emporte l’une et l’autre, ruisseau sans début ni fin, qui ronge ses deux rives et prend de la vitesse au milieu35 ». Dénouer la relation du sujet au pouvoir et à l’institution, au corps et à la généalogie, à l’image et au signe, c’est, d’après François Noudelmann, « donner à voir en chaque fil, passé entre tant de mains tisseuses, la disponibilité à des trames inédites36 ».

  • 37  « Lire le mythe aujourd’hui », Œuvres complètes, t.1, 1942-1965, éd. Le Seuil, 1993, p.833.
  • 38  Langage et pouvoir symbolique, éd. Le Seuil, coll. “Points-essais”, 2001, p.177.
  • 39  « La question du nom juif », Les Temps modernes, éd. Gallimard, avril-juin 2004, numéro 627, p.192
  • 40  De quoi demain… Dialogues de Jacques Derrida avec Elisabeth Roudinesco, Librairie Fayard, éd. Gali (...)
  • 41  Psyché, éd. Galilée, coll. “La philosophie en effet”, 1987, p.417.
  • 42  « La question du nom juif », Les Temps modernes, éd. cit., p.192.
  • 43  « Camus et Sartre : le corps et la loi », dans Albert Camus et la Philosophie, PUF, 1997, p.148.

10Si « c’est l’insistance d’une conduite qui livre son intention37 » comme l’écrit Barthes, la généalogie qui assigne des propriétés de nature symbolique de telle manière qu’elles apparaissent comme des propriétés de nature « naturelle » donne une place normative à la figure de l’héritier et du légataire. Norme génétique, générationnelle et généalogique qui, dans le cadre de son pouvoir interne de transformation et d’intervention, porte avec soi un principe d’ordre, de qualification et de correction. François Noudelmann se propose de substituer à l’ontologie institutionnelle des identités généalogiques une intelligibilité multiple, non réductrice, des modalités existentielles de la relation, dans la mesure où, selon Bourdieu, « instituer, c’est consacrer, c’est-à-dire sanctionner et sanctifier un état de choses, un ordre établi, comme fait, précisément, une institution au sens juridico-politique du terme38 ». L’essence assignée par le nom, par l’investiture généalogique est une destinée, parce que tous les destins enferment les sujets qu’ils distinguent dans les limites qui leur sont assignées. Dans cette perspective, précise François Noudelmann, l’institution du nom propre elle-même peut être mise en doute : « Il n’existe pas d’évidence patronymique objective et chaque nom suppose des projections et des écarts, des négociations conscientes et inconscientes dans les processus de subjectivation jamais définitifs39.» Cela ne va pas de soi. Cela suppose une transformation et une invention du nom propre, comme le rappelle Derrida : une singularité autre, c’est « inventer son nom, signer autrement, de façon chaque fois unique40 ». La marque normative portée par le nom et inscrite dans la signature redéfinit l’enjeu de la communauté. Selon Derrida, « l’appartenance n’est pas déterminée par la naissance, le sol natal ou la race, n’a rien de naturel ni même de linguistique. C’est un ensemble, un rassemblement, une communauté organique, en un sens non naturel, mais spirituel41 ». L’identification d’un individu à son nom doit être rejouée d’après François Noudelmann à travers un espacement intérieur, qui allie à la fois l’errance des lieux identitaires et la complexité des relations : « La sédimentation d’un nom ne se résume pas dans une origine, elle est constituée d’investissements imaginaires et symboliques, de déplacements généalogiques assumés ou non, des relations aux autres noms autochtones qui en marquent la familiarité ou l’étrangeté. Le nom porte aussi la trace des noms qu’il a exclus42.» François Noudelmann interroge la question du nom en rapport avec le souvenir du père chez Sartre. « Avec Camus et Sartre, le lecteur assiste non pas à un travail de deuil, mais plutôt à la quête d’un deuil, d’une fondation, d’une mémoire. Leur terre est sans aïeux, la disparition du père n’est pas circonscrite par des frontières, d’où son anonymat. Les fils se retrouvent confrontés à l’absurdité du patronyme, d’un nom pour rien, grevé par l’amnésie des fils43. »

  • 44  Résistances, éd. Galilée, coll. “La philosophie en effet”, 1996, p.41.
  • 45  Genèses, généalogies, genres et le génie, éd. Galilée, coll. “La philosophie en effet”, 2004, p.14
  • 46  Pour en finir avec la généalogie, éd. cit., p.207.
  • 47  « L’Empire des signes », Œuvres complètes, t.3, 1974-1980, éd. Le Seuil, 1995, p.418.
  • 48  Pour en finir avec la généalogie, éd. cit., p.185.

11En ce sens, finir la généalogie, à quoi s’attache la pensée philosophique de François Noudelmann, ce n’est pas la quitter mais la déplacer. Ce n’est pas une sortie hors de la généalogie et une pensée autre de la généalogie qui est visée - car la penser autrement, ce serait encore s’y opposer et s’y référer -, mais c’est en prolonger l’accomplissement en la déplaçant, sans renier ou retourner symétriquement les places, en pensant l’autrement de la généalogie. Insistance sur la déliaison, la disjonction et la dissociation. Il s’agit toujours de défaire et de désédimenter, de décomposer et de déconstituer l’individu. Selon Derrida, la généalogie doit toujours se multiplier, se compléter et se doubler d’une contre-généalogie, constituant les deux motifs d’une même analyse, « le motif archéologique ou anagogique du retour vers l’ancien comme archi-originaire et le motif philolytique de la déliaison dissociative44 ». Pour Derrida, une démarche contre-généalogique doit toujours se superposer à une démarche généalogique afin de s’écarter de « la série homogène, homogénétique, génétique, générationnelle et générique (genèse, généalogie, genre). S’y soustraire et même en déranger l’ordonnance45 ». François Noudelmann retrouve alors le mouvement du « gaucher », ce geste défaillant de déprise qui se dérobe à la rectitude et à la transmission et qui permet de « faire des détours, vaciller, fouler la vérité, déjouer le sens 46 » - à la manière dont Barthes pensait l’abolition du signe, « jeté en écharpe, à toute volée, dans toutes les directions de la page 47 ». Défaire l’identité du sujet sans altérer le singulier du ressemblant,  respecter l’absolu de l’autre sans le placer dans une radicale absence, ne pas fonder une origine sans construire des fictions, des accords et des entrelacs. Penser l’autrement de la généalogie, c’est penser une généalogie antigénétique, c’est-à-dire une transmission sans filiation, une relation sans origine, un imaginaire sans analogie, une finition sans finalité, une finitude sans limitation : « Une telle approche n’identifie pas des propriétés, elle ne projette pas de représentations symboliques, en revanche elle saisit le mouvement à la fois diasporique et archipélique de relations hybrides qui déjouent l’appropriation généalogique48.» Vivre ensemble suppose des communautés de regards, des rencontres et des approches sur le mode du frottement, de la caresse ou du coup. Vivre ensemble implique un mouvement où se fissurent les figures, un processus où se défigurent les configurations.

De l’image du même à l’esthétique archipélique

  • 49 Ibid., p.190.
  • 50 Ibid., p.183.
  • 51 Ibid., p.184.
  • 52 Ibid., p.185.

12Philosophie de la surimpression et non de l’engendrement, de la dissemblance par abaissement et de la ressemblance par permutation, philosophie du « avec » et non du « comme », pensée de la négociation plus que de la tractation, de l’étrangeté et non de l’identité, du territoire et non du lieu, du verbe et non du nom, de l’alliance et non de la nature, de l’affiliation et non de la filiation, de la fondation et non du fondement, de l’accord et non du contrat. Penser l’autrement de la généalogie, c’est engager une généalogie tactique, qui cherche à « constituer de la semblance et du semblable sans passer par un mode de filiation, sans reconduire une logique de la ressemblance ou de la dissemblance, sans alterner la répétition et la dérivation d’un modèle49 ». Les formations discursives et les représentations sont fissurées de l’intérieur. Le visage est désindividué, inséré dans un système de signes non généalogiques, déployé sur un espace plus large, celui de la scène et du jeu théâtral. Les relations communautaires sont réinventées. Les singularités sont reconstruites. « Penser la ressemblance comme une invention commune50 » Nous ne nous ressemblons pas, mais nous ressemblons ensemble. Poétique de la relation, réciprocité sans symétrie, constitution de singularités dans la rencontre aléatoire, dans l’action répétée, dans une distance qui nous relie sans nous fixer. « Ressembler ensemble51 » est un processus sans cesse renouvelé, qui construit le semblable sans rejouer le fantasme de l’origine, puisque les semblances ne reposent sur aucun original. « C’est dans le flux des relations qu’elles oscillent et inventent des représentations non spéculaires, multiformes, mouvantes et diffractées52 »

  • 53 Ibid., p.159.
  • 54 Ibid., p.156.
  • 55  « L’espace à double entente », L’Espace, Musique/Philosophie, sous la dir. de Jean-Marc Chouvel et (...)
  • 56  Ibid., p.400.
  • 57  Ibid., p.400.
  • 58  Le Pli, Editions de Minuit, coll. “Critique”, 1988, p.109.
  • 59  « L’espace à double entente », L’Espace, Musique/Philosophie, éd. cit., p.400.

13Penser l’autrement de la généalogie, c’est penser les constellations de l’étrangeté au sens musical, penser les rythmes et les archipels de la communauté, les diverses relations qui produisent du commun. En musique, il  n’y a que des seuils, des rapports de différences, et les constellations de ces différences, c’est-à-dire « reconfigurations, accommodations, réarticulations 53 » qui supposent une rencontre avec l’étrangeté. Ce questionnement invite à réenvisager les affinités entre le musical et le battement rythmique de la généalogie, donc du nom ou de l’absence de nom. Repenser le nom propre, l’inquiétant du genre, passe irréductiblement par du musical et du rythmique. François Noudelmann met alors en rapport l’événementialité musicale, son effet inouï et irréductible avec la généalogie. Fréquentation musicale de l’étrangeté, comme du soi, qui n’existe que dans et par la relation. Être avec, « ou plutôt vivre avec, cela suppose de maintenir l’étrangeté dans la proximité54 ». François Noudelmann effectue une déspatialisation ou une déréalisation de l’espace naturel et symbolique de la généalogie, non pas dans le sens privatif, négatif, d’un effacement ou d’un évanouissement, mais dans un sens processuel, dialectique et constitutif, qui nie tout d’abord la généalogie pour lui donner un autre élan. « C’est de l’intérieur que l’espace s’ouvre à la variation et à l’inouï55» La musique opère un glissement des territoires : « C’est l’agencement de ces différents espaces, leur mise en commun qui permet de déployer un espacededéambulation56 ». Mouvement d’espacement. La ritournelle généalogique et musicale mobilise un devenir spatial du temps, un devenir temporel de l’espace, une référence à l’altérité, à une hétérogénéité qui n’est pas d’abord oppositionnelle. Le même n’est pas l’identique. La musique s’arrache à ses conditions de production et à ses lieux de diffusion : « L’espace mouvant, écrit François Noudelmann, déroute les places pour installerunnullepart57 » La généalogie musicale déplie un rapport harmonique indirect au monde. Les bifurcations généalogiques et les divergences de séries musicales s’entr’expriment sans se croiser et reconstituent chaque fois de nouvelles courbes à variable unique. Ce que rappelle Deleuze à propos de l’événement musical : « C’est l’événement. Des vibrations sonores s’étendent, des mouvements périodiques parcourent l’étendue avec leurs harmoniques ou sous-multiples. Les sons ont des propriétés internes, hauteur, intensité, timbre. Les sources sonores, instrumentales ou vocales, ne se contentent pas de les émettre : chacun perçoit les siens, et perçoit les autres en percevant les siens58 ». Espace qui me fait entendre mon propre déplacement, et rend toute localisation – et peut-être tout discours – déplacée. « Si l’espace libère la musique du temps, écrit François Noudelmann, il est aussi nécessaire de se libérer de cette libération, en espaçant l’espace, en prenant distance par rapport à l’espace pour y découvrir son mouvement, non le sien propre mais le mouvement de mon corps qui déplie et défie l’ordre de l’espace59 ».

  • 60  Pour en finir avec la généalogie, éd. cit., p.144.
  • 61 Ibid., p.27.
  • 62  Ibid., p.209.
  • 63 Ibid., p.225.
  • 64  Image et absence, Essai sur le regard, éd. L’Harmattan, coll. “Ouverture philosophique”, 1998, p.1 (...)
  • 65  « La chair du savon » dans Francis Ponge matière, matériau, matérialisme, sous la dir. de Nathalie (...)
  • 66  Image et absence, Essai sur le regard, éd. cit., p8.

14François Noudelmann développe un concept nouveau, qu’on se propose d’appeler constellation, dans la mesure où il s’agit de multiplier les variétés et les singularités de l’espace social, de varier les courbures et les valeurs différentiables de l’espace politique, de développer les formes autonomes et discontinues des structures de l’espace culturel. Si la généalogie se répète, c’est dans cette proximité constellaire avec l’étrangeté, à travers l’écart et le différent. Penser une généalogie antigénétique, c’est opérer « un déplacement des modèles de la transmission et de l’héritage, voire la mise en doute du paradigme généalogique en tant que tel60 ». S’écarter de la série homogène et générique. S’y soustraire et même en déranger l’ordonnance. Finir la généalogie, d’abord la filer « au sens d’une filature plus que d’une filiation61 » ensuite dénouer le fil de la transmission et « démembrer, disloquer les marques généalogies et l’unité de la représentation anthropomorphe62 » afin « d’achever au double sens de mettre fin et de mener à son terme, la généalogie et la représentation qui à la fois l’expose et la fonde63 ». Réaliser et accomplir la fin, ce n’est justement pas donner congé, mais ouvrir et libérer un espace à triple dimensions : penser l’espacement archipélique, une réflexion géographique et sociale sur les territoires et les frontières, une pensée du passage, de la traversée, de la surface. Penser l’espacement communautaire et déployer une ontologie d’un être-en-commun, une pratique d’un vivre-ensemble, dans le cadre d’une réflexion sur la compossibilité de l’événementialité à-venir. Penser l’espacement imaginaire où, libérée de sa source, l’origine fantasmagorique se diffuse dans « la potentialité de l’objet et de son image à se réfléchir en une courbure inventive64 », la logique du virtuel et de l’inadéquation de l’image à sa recréation permettant de « montrer l’objet qui se dérobe pour mieux cacher le sujet qui se retire65 ». C’est ce que rappelle François Noudelmann lorsqu’il écrit : « assurément les catégories de la représentation et de la ressemblance ne suffisent plus à établir une définition, même si elles restent actives dans la présence imaginaire66 ».

  • 67  Hominescence, éd. Le Pommier, 2001, p.78.
  • 68  Rameaux, éd. Le Pommier, 2004, p.100.
  • 69  Parages, éd. Galilée, coll. “La philosophie en effet”, 1986, p.253.
  • 70  Les Anormaux, éd. cit., p.59.
  • 71  Ibid., p.59.
  • 72  Demeure, éd. Galilée, coll. “Incises”, 1998, p.33.

15Mouvement espacé qui permet la construction d’une singularité non-identique, d’une communauté non-généalogique et qui saisit la construction d’un soi n’existant que par les frottements avec ce qui l’entoure. François Noudelmann montre que la généalogie se répète, mais dans un écart, une distance. Michel Serres écrit : « mon identité constituée ne se réduit pas aux appartenances67. » Il poursuit, dans un autre texte : « nous ne naissons désormais ni de la terre ni de la chair, mais de la volonté libre et de la délection adoptive68. » Il n’est certes pas possible de ne pas répéter, mais la répétition généalogique se joue à la fois comme continuation d’un traumatisme et comme ce qui marque la distance au sein même de la structure du traumatisme, la possibilité toujours ouverte d’être autrement. Toute structure généalogique porte en elle la promesse d’une déstructuration et d’une restructuration. Principe de ressemblance et de classification, organisation selon l’arbre généalogique et l’ordre de la raison, dont la réalisation est toujours pour une part différée. Répéter la généalogie, c’est écarter l’idée d’un automatisme, c’est repérer ce qui se joue dans les marges, les bavures, les excès, c’est indiquer les effets incertains et détournés, c’est faire place au « monstrueux » exclu de la généalogie, puisque, le rappelle Derrida, « dès que du genre s’annonce, il faut respecter une norme, il ne faut pas franchir une ligne limitrophe, il ne faut pas risquer l’impureté, l’anomalie ou la monstruosité69 ». Le monstrueux, notion juridique que Foucault rassemble sous « les catégories du difforme, de l’infirme, du défectueux70 ». Celui qui porte avec lui la transgression naturelle, le mélange des espèces, le brouillage des limites et des caractères : « Il n’y a de monstruosité, écrit Foucault, que là où le désordre vient toucher, bousculer, inquiéter la loi71 » Celui qui touche selon Derrida au neutre, « lieu singulier d’une passion au-delà de l’opposition du passif et de l’actif72 ».

Imaginaire de la relation

  • 73  Huit-Clos et Les Mouches de Jean-Paul Sartre, éd. Gallimard, coll. “Foliothèque”, 1993, p.129.
  • 74  Jean-Paul Sartre, éd. ADPF, Association pour la diffusion de la pensée française, 2005, p.34.
  • 75  Sartre, l’incarnation imaginaire, éd. L’Harmattan, coll. “Ouverture philosophique”, 1996, p. 154.
  • 76  L’Etre et le Néant. Essai d’ontologie phénoménologique, éd. Gallimard, coll. “Bibliothèque des idé (...)
  • 77  Critique de la raison dialectique, tome I : « Théories des ensembles pratiques », éd. A. Elkaïm-Sa (...)
  • 78  Situations, V, « Colonialisme et néocolonialisme », éd. Gallimard, coll. “Blanche”, 1964, p.185.
  • 79  L’Idiot de la famille. Gustave Flaubert de 1821 à 1857, tome I, 1971, éd. A. Elkaïm-Sartre Gallima (...)
  • 80  Sartre, l’incarnation imaginaire, éd. cit., p.245.

16Dans son analyse du théâtre sartrien, François Noudelmann montre que dans Les Mouches, Oreste dépasse l’alternative qui oppose d’un côté l’être, le plein, l’identique, et de l’autre, le néant, le vide, l’étranger : « il se crée à partir e ce qu’il est déjà. Il dissout l’être passé pour viser sa refondation73. » Ainsi Oreste ne répète pas Agamemnon, mais il ne s’invente pas ex nihilo, il compose avec la structure de départ qui le requiert, et il reforme son identité mais en la déformant. Dans Sartre : l’incarnation imaginaire, François Noudelmann montre l’unité profonde et dynamique de la philosophie sartrienne dans ses métamorphoses en dégageant une théorie de l’image à partir de L’Imaginaire et de L’Etre et le Néant, et une ontologie de l’imaginaire dans la Critique de la raison dialectique et L’Idiot de la famille. François Noudelmann montre ainsi que « la présence du corps dans l’image, son incarnation, sa matérialisation, a été l’un des fils conducteurs de la réflexion de Sartre sur l’image74 ». Sartre met en place, dans ses textes philosophiques, des structures figuratives qui constituent une trame à partir de laquelle les concepts se forgent et développent leurs réseaux. Ainsi François Noudelmann montre dans Sartre : l’incarnation imaginaire que l’image peut prendre d’abord une première série de formes, le schème, la figure et le symbole, avant de se déployer comme métamorphose, transfiguration, tangente, déconstruction ou spirale : Sartre développe alors, selon François Noudelmann, une pratique éthique de l’inachèvement, une pensée esthétique du fragment, non au sens d’un éparpillement ou d’une dissémination du sens, mais dans un cheminement métamorphique de réappropriations et de dépossessions comme autant d’incarnations sucessives : « des totalisations se déploient donc selon des perspectives inédites. Elles intègrent des déterminations nouvelles aux anciennes75. » L’homme échappe à la détermination, à l’enchaînement des séries causales, par « cette possibilité pour la réalité humaine de sécréter un néant76 ». L’individu est d’abord défini par Sartre comme unité sérielle : « chacun est identique à l’Autre en tant qu’il est fait, par les Autres, Autre agissant sur les Autres77 ». Avec la figure de la spirale, la boucle n’est jamais bouclée, le sens de l’Histoire reste ouvert, « moment où tout devient possible, hors de tout lieu avec ce qui a précédé, moment où l’homme s’invente78 ». Ainsi, l’identité n’est jamais finie, elle se construit à partir de retotalisations continuelles, d’une tentative toujours recommencée d’ « assimiler l’inassimilable79 », c’est-à-dire d’incorporer définitivement les totalités passées pour les unifier différemment, pour leur donner un sens nouveau et les intégrer dans une incarnation projetée : « expérience du débordement, création de nouvelles images, métamorphoses successives, dynamique d’une réinvention perpétuelle du sens80 ».

  • 81  Avant-gardes et modernité, éd. Hachette Supérieur, coll. “Contours littéraires”, 2000, p.9.
  • 82  Pour en finir avec la généalogie, éd. cit., p.169.
  • 83 Ibid., p.222.
  • 84 Ibid., p.235.
  • 85 Ibid., p.236.
  • 86  « La coupure en série » dans Suite, Série, Séquence, sous la dir. de Dominique Maucond’Huy et Fran (...)

17Répéter la généalogie, ce n’est pas reproduire à l’identique, mais y apporter l’aspect d’une performance au sens théâtral, une dimension créative. La vie sociale et politique est un théâtre permanent, on joue toujours la même pièce, mais jamais de la même façon. « La redondance, écrit François Noudelmann, déborde le contenu pour signifier le seul geste de la rupture et du dépassement81 » La répétition mais jamais du même, puisque chaque singularité définit sa propre finitude et son propre à-venir. Finir la généalogie, « en défaire les pouvoirs de légitimation et de prescription, et mettre au jour les scènes sur lesquelles se jouent aussi bien sa déchéance que sa dispersion82 » suppose une rencontre avec le théâtre, comme lieu spectaculaire d’une telle fin. Sur la scène se manifeste la crise des ressemblances généalogiques. En exposant trois gestes théâtraux, la résorption, la déliaison et la parodie, François Noudelmann montre que « la généalogie ne se limite pas à un motif de la représentation théâtrale, elle fonde le théâtre même comme représentation généalogique83 ». Si la fin désigne d’abord la déchéance de la généalogie par la perte des identités familiales, la famille étant devenue, sur la scène politique, l’instrument privilégié pour le gouvernement des populations, elle défait ensuite radicalement « la prétention optique du théâtre de la représentation, son illusion à créer la vie84 ». Fin esthétique d’un imaginaire sans symbole ni représentation : « stratégie qui réalise l’amoindrissement, stratégie du pire, de l’amenuisement, du moindre85. » Cette perspective rejoint les analyses de François Noudelmann sur la sériation de la série, dans la mesure où, pour François Noudelmann, « la déliaison imaginaire suppose un effacement du modèle initial, sans toutefois le nier définitivement86 ».

  • 87  Le Différend, éd. cit., p.29.
  • 88  Ibid., p.200.
  • 89  Résistances, éd. cit., p.200.
  • 90  Le Regard éloigné, éd. Plon, 1983, p.50.

18François Noudelmann témoigne par son livre des enjeux contemporains liés au genre et à la communauté, dans le cadre d’une vision esthétique du politique. Participation sans appartenance, mélange des genres et combinatoire des possibilités : les constellations de l’étrangeté fondent une communauté du différend, au sens de Lyotard : « Le différend est l’état instable et l’instant du langage où quelque chose qui doit pouvoir être mis en phrase ne peut pas l’être encore87.» L’étrangeté redéfinit le politique : « La politique est la menace du différend. Elle n’est pas un genre, elle est la multiplicité des genres, elle témoigne du néant qui s’ouvre à chaque phrase occurrente et à l’occasion duquel le différend naît entre les genres de discours88.» L’étrangeté dénoue l’origine pour penser l’inédit à venir. François Noudelmann met en question le désir d’une ressaisie de l’originaire, le fantasme de rejoindre jamais le simple. Selon Derrida, ce geste se pense comme « un mouvement non seulement contre-archéologique, mais contre-généalogique de la déconstruction : la généalogie du principe généalogique ne relève plus d’une simple généalogie89 ». Il s’agit alors, pour François Noudelmann, d’opposer à la civilisation familiale archaïque la communauté future de l’amitié. Le lien filial dont le sujet se coupe et dont il coupe ainsi le fil se trouve recousu dans un événement inédit et indécidable. Cet événement, dit François Noudelmann, ce serait une parenté réelle, l’amitié solide et ferme parce que fondée sur des liens effectifs et communautaires. A la condition alors d’être réelle, et non posée par la convention, cette amitié assure durablement la force du lien social dans la vie et selon la vie. Il s’agit d’opposer, au sens de Lévi-Strauss, à la civilisation comme « ensemble d’aptitudes générales, universelles et transmissibles » la culture, prise en un sens nouveau, comme multiplicité de « styles de vie particuliers, non transmissibles, saisissables sous formes de productions concrètes », correspondant à « des valeurs observables au lieu de vérités ou supposées telles90 ».

  • 91  La carte postale, éd. Flammarion, 198, p.355.
  • 92  Pour en finir avec la généalogie, éd. cit., p.261.

19C’est donc reconstituer, à la manière de François Noudelmann, tout un réseau d’alliances sans contrat, de communication sans serment, de points d’appui sans liens, « plus rien qui attache à quelque avenir, à quelque descendance91 » écrit Derrida. François Noudelmann pense ainsi la constellation du nouveau, un geste, imaginaire et créatif, de projeter en dehors de soi des fractions toujours inédites, afin de permettre la circulation des rôles sexuels, sociaux et politiques, afin de favoriser « l’ouverture à l’étrangeté92 ».

Foucault et la généalogie

  • 93  Ibid., p.20.
  • 94  « Nietzsche, la généalogie, l’histoire », Hommage à Jean Hyppolite, éd. PUF, coll. “Epiméthée”, 19 (...)
  • 95  Ibid., p.168.
  • 96  Ibid., p.169.
  • 97  Le Pouvoir psychiatrique, Cours au Collège de France, 1973-1974 cours du 7 novembre 1973, éd. Gall (...)
  • 98  Il faut défendre la société, Cours au Collège de France, 1975-1976 cours du 7 janvier 1976, éd. Ga (...)
  • 99  Ibid., p.11.
  • 100  Sécurité, Territoire, Population, Cours au Collège de France, 1977-1978 cours du 8 février 1978, é (...)
  • 101  « Qu’est-ce que la critique ? », Bulletin de la société française de philosophie, quatre-vingt-qua (...)
  • 102  Naissance de la biopolitique, Cours au Collège de France, 1978-1979 cours du 17 janvier 1979, éd. (...)

20Foucault conçoit la généalogie comme une entreprise pour désassujettir les savoirs historiques. Méthode stratégique contre les discours théoriques, unitaires et coercitifs. François Noudelmann rappelle et commente, dans Pour en finir avec la généalogie, le geste et le projet foucaldiens : « Introduisant la discontinuité et la pluralité, il définit ainsi des généalogies, usant d’un pluriel qui brise la prétention au savoir universel93. » L’enjeu, pour Foucault, est de pouvoir déterminer quels sont, dans leurs mécanismes, dans leurs effets, dans leurs rapports, les différents dispositifs liés au pouvoir et qui s’exercent sur les individus, à des niveaux différents de la société, dans des domaines variés. « Suivre la filière complexe de la provenance, écrit Foucault en 197194, c’est au contraire maintenir ce qui s’est passé dans la dispersion qui lui est propre : c’est repérer les accidents, les infimes déviations, les erreurs, les fautes d’appréciation (…) ; c’est découvrir qu’à la racine de ce que nous connaissons et de ce que nous sommes, il n’y a point la vérité et l’être, mais l’extériorité de l’accident. » L’identité du sujet n’est qu’un masque, une parodie, une illusion, un leurre : « Le pluriel l’habite, des âmes innombrables s’y disputent ; les systèmes s’entrecroisent et se dominent les uns les autres95. » La généalogie, d’après Foucault, doit faire apparaître les discontinuités qui nous traversent. « L’histoire, généalogiquement dirigée, n’a pas pour fin de retrouver les racines de notre identité, mais de s’acharner au contraire à la dissiper96. » Derrière la scène où se joue le sujet, Foucault veut repérer « les dispositions de pouvoir, les réseaux, les courants, les relais, les points d’appui, les différences de potentiel qui caractérisent une forme de pouvoir et qui sont constitutifs à la fois de l’individu et de la collectivité97 ». Pour Foucault, « les généalogies sont des anti-sciences98 », des savoirs locaux et discontinus, des connaissances mineures et localisées, qui s’opposent au projet d’une inscription des savoirs dans la hiérarchie du pouvoir propre à la science, afin de rendre libres les discours capables de lutter contre le savoir théorique unitaire, formel et scientifique. « L’archéologie, ce serait la méthode propre à l’analyse des discursivités locales, et la généalogie, la tactique qui fait jouer, à partir de ces discursivités locales ainsi décrites, les savoirs désassujettis qui s’en dégagent99. » La méthode foucaldienne, qui consiste à se positionner derrière l’institution et l’appareil de pouvoir, permet de « substituer à l’analyse génétique par filiation une analyse généalogique – il ne faut pas confondre la genèse et la filiation avec la généalogie – une analyse généalogique qui reconstitue tout un réseau d’alliances, de communications, de points d’appui100 ». En 1978101, Foucault définit la généalogie comme « quelque chose qui essaie de restituer les conditions d’apparition d’une singularité à partir de multiples éléments déterminants, dont elle apparaît non pas comme le produit, mais comme l’effet ». Il s’agit, par la mise en relation de ces différents éléments déterminants, d’effectuer la mise en intelligibilité de ce processus, de montrer sa possibilité d’effectuation et de rendre apparent sa réalisation. Foucault, par la méthode généalogique, veut déterminer sous quelles conditions et avec quels effets s’exerce « un type de formulation relevant de certaines règles de vérification et de falsification102 ».

Haut de page

Notes

1  Les Anormaux, Cours au Collège de France, 1974-1975, cours du 5 février 1975, éd. Gallimard-Le Seuil, coll.“Hautes Etudes”, 1999, p.101.

2  Pour en finir avec la généalogie, éd. Léo Scheer, coll. “Non et Non”, 2004.

3  « La communauté sexuelle », Pour en finir avec la généalogie, éd. cit., p.33.

4  Ibid., p.64.

5  « La fraternité incestueuse », Pour en finir avec la généalogie, éd. cit., p.77.

6  Ibid., p.77.

7  Ibid., p.102.

8  « Les communautés a-généalogiques », ibid., p.113-p.114.

9  « Roland Barthes : de la main gauche », dans Roland Barthes après Roland Barthes, Rue Descartes numéro 34, sous la dir. de Françoise Gaillard et François Noudelmann, PUF et Collège International de Philosophie, juin 2002, p.47.

10  Ibid., p.154-155.

11  « Semblances de famille », ibid., p.168.

12  « Communautés sans généalogie » dans Politiques de la communauté, Rue Descartes numéro 42, sous la dir. de Gérard Bras et François Noudelmann, PUF et Collège International de Philosophie, novembre 2003, p.64.

13  Ibid., p.170.

14  Ibid., p.186.

15  « Scènes de la fin généalogique », ibid., p.222.

16  Ibid., p.236.

17  « Beckett et la scène-éclipse » dans Scène et image, sous la dir. de François Noudelmann, éd. La Licorne, 2000, p.36.

18  Beckett ou la scène du pire, éd. Honoré Champion, coll. “Unichamp”, p.91.

19  Pour en finir avec la généalogie, éd. cit., p.251.

20  « Pour une pensée archipélique, Edouard Glissant», Politique et filiation, sous la dir. de Robert Harvey, Elisabeth Ann Kaplan, François Noudelmann, éd. Kimé, coll. “Le Collège en acte”, 2004, p.194.

21  Politiques de l’amitié, éd. Galilée, coll. “La philosophie en effet”, 1994, 114.

22  « Introduction », Politique et filiation, éd. cit., p.10.

23  Mille Plateaux, Editions de Minuit, coll. “Critique”, 1980, p.25.

24  Pour en finir avec la généalogie, éd. cit., p.145-146.

25  Ibid., p.144.

26  Le Différend, Editions de Minuit, coll. “Critique”, 1983, p.190.

27  « Pour une pensée archipélique, Edouard Glissant », Politique et filiation, éd.cit.

28 Ibid., p.199.

29 Ibid., p.198.

30 Ibid., p.202.

31  Ibid., p.203.

32  Mille Plateaux, éd. cit., p.32.

33 Ibid., p.32.

34 Ibid., p.36.

35 Ibid., p.37.

36  Pour en finir avec la généalogie, éd. cit., p.261.

37  « Lire le mythe aujourd’hui », Œuvres complètes, t.1, 1942-1965, éd. Le Seuil, 1993, p.833.

38  Langage et pouvoir symbolique, éd. Le Seuil, coll. “Points-essais”, 2001, p.177.

39  « La question du nom juif », Les Temps modernes, éd. Gallimard, avril-juin 2004, numéro 627, p.192.

40  De quoi demain… Dialogues de Jacques Derrida avec Elisabeth Roudinesco, Librairie Fayard, éd. Galilée, coll. “Histoire de la pensée”, 2001, p.18.

41  Psyché, éd. Galilée, coll. “La philosophie en effet”, 1987, p.417.

42  « La question du nom juif », Les Temps modernes, éd. cit., p.192.

43  « Camus et Sartre : le corps et la loi », dans Albert Camus et la Philosophie, PUF, 1997, p.148.

44  Résistances, éd. Galilée, coll. “La philosophie en effet”, 1996, p.41.

45  Genèses, généalogies, genres et le génie, éd. Galilée, coll. “La philosophie en effet”, 2004, p.14.

46  Pour en finir avec la généalogie, éd. cit., p.207.

47  « L’Empire des signes », Œuvres complètes, t.3, 1974-1980, éd. Le Seuil, 1995, p.418.

48  Pour en finir avec la généalogie, éd. cit., p.185.

49 Ibid., p.190.

50 Ibid., p.183.

51 Ibid., p.184.

52 Ibid., p.185.

53 Ibid., p.159.

54 Ibid., p.156.

55  « L’espace à double entente », L’Espace, Musique/Philosophie, sous la dir. de Jean-Marc Chouvel et Makis Solomos, éd. L’Harmattan, 1998, p.399.

56  Ibid., p.400.

57  Ibid., p.400.

58  Le Pli, Editions de Minuit, coll. “Critique”, 1988, p.109.

59  « L’espace à double entente », L’Espace, Musique/Philosophie, éd. cit., p.400.

60  Pour en finir avec la généalogie, éd. cit., p.144.

61 Ibid., p.27.

62  Ibid., p.209.

63 Ibid., p.225.

64  Image et absence, Essai sur le regard, éd. L’Harmattan, coll. “Ouverture philosophique”, 1998, p.141.

65  « La chair du savon » dans Francis Ponge matière, matériau, matérialisme, sous la dir. de Nathalie Barberger, François Noudelmann et Henri Scepi, éd. La Licorne, 2000, p.77.

66  Image et absence, Essai sur le regard, éd. cit., p8.

67  Hominescence, éd. Le Pommier, 2001, p.78.

68  Rameaux, éd. Le Pommier, 2004, p.100.

69  Parages, éd. Galilée, coll. “La philosophie en effet”, 1986, p.253.

70  Les Anormaux, éd. cit., p.59.

71  Ibid., p.59.

72  Demeure, éd. Galilée, coll. “Incises”, 1998, p.33.

73  Huit-Clos et Les Mouches de Jean-Paul Sartre, éd. Gallimard, coll. “Foliothèque”, 1993, p.129.

74  Jean-Paul Sartre, éd. ADPF, Association pour la diffusion de la pensée française, 2005, p.34.

75  Sartre, l’incarnation imaginaire, éd. L’Harmattan, coll. “Ouverture philosophique”, 1996, p. 154.

76  L’Etre et le Néant. Essai d’ontologie phénoménologique, éd. Gallimard, coll. “Bibliothèque des idées”, 1943, p.61.

77  Critique de la raison dialectique, tome I : « Théories des ensembles pratiques », éd. A. Elkaïm-Sartre, Gallimard, coll. “Bibliothèque de philosophie”, 1985, p. 371.

78  Situations, V, « Colonialisme et néocolonialisme », éd. Gallimard, coll. “Blanche”, 1964, p.185.

79  L’Idiot de la famille. Gustave Flaubert de 1821 à 1857, tome I, 1971, éd. A. Elkaïm-Sartre Gallimard, coll. “Bibliothèque de philosophie”, 1988, p. 656.

80  Sartre, l’incarnation imaginaire, éd. cit., p.245.

81  Avant-gardes et modernité, éd. Hachette Supérieur, coll. “Contours littéraires”, 2000, p.9.

82  Pour en finir avec la généalogie, éd. cit., p.169.

83 Ibid., p.222.

84 Ibid., p.235.

85 Ibid., p.236.

86  « La coupure en série » dans Suite, Série, Séquence, sous la dir. de Dominique Maucond’Huy et François Noudelmann, éd. La Licorne, 1998, p.110.

87  Le Différend, éd. cit., p.29.

88  Ibid., p.200.

89  Résistances, éd. cit., p.200.

90  Le Regard éloigné, éd. Plon, 1983, p.50.

91  La carte postale, éd. Flammarion, 198, p.355.

92  Pour en finir avec la généalogie, éd. cit., p.261.

93  Ibid., p.20.

94  « Nietzsche, la généalogie, l’histoire », Hommage à Jean Hyppolite, éd. PUF, coll. “Epiméthée”, 1971, p.152.

95  Ibid., p.168.

96  Ibid., p.169.

97  Le Pouvoir psychiatrique, Cours au Collège de France, 1973-1974 cours du 7 novembre 1973, éd. Gallimard-Le Seuil, coll.“Hautes Etudes”, 2003, p.16.

98  Il faut défendre la société, Cours au Collège de France, 1975-1976 cours du 7 janvier 1976, éd. Gallimard-Le Seuil, coll.“Hautes Etudes”, 1997, p.10.

99  Ibid., p.11.

100  Sécurité, Territoire, Population, Cours au Collège de France, 1977-1978 cours du 8 février 1978, éd. Gallimard-Le Seuil, coll.“Hautes Etudes”, 2004, p.121.

101  « Qu’est-ce que la critique ? », Bulletin de la société française de philosophie, quatre-vingt-quatrième année, numéro 2, avril-juin 1990, éd. Vrin, p.51.

102  Naissance de la biopolitique, Cours au Collège de France, 1978-1979 cours du 17 janvier 1979, éd. Gallimard-Le Seuil, coll.“Hautes Etudes”, 2004, p.37.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aliocha Wald Lasowski, « Constellations de l’étrangeté », Methodos [En ligne], 6 | 2006, mis en ligne le 03 mai 2006, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://methodos.revues.org/529 ; DOI : 10.4000/methodos.529

Haut de page

Auteur

Aliocha Wald Lasowski

Membre de l’équipe EA - 1575 Recherches sur la pluralité esthétique, Université Paris VIII

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • Revues.org