Navigation – Plan du site
L'événement

Pourquoi cela est-il arrivé ? L’explication causale de l’événement chez Paul Ricœur

Why did that happen? On Paul Ricoeur's causal explanation of the event
Philippe Lacour

Résumés

Cet article montre comment Ricœur a constitué une théorie de la causalité adaptée à sa philosophie pratique. D’abord, on étudie la définition alternative (« non-humienne ») de la causalité qu’élabore Ricœur pour les sciences historiques, caractérisée par la conditionnalité, la processualité et la singularité. Ensuite, on souligne l’effort de justification objective de cette nouvelle catégorie causale par une démarche logico-transcendantale, qui lie les conditions de possibilité d’une connaissance objective de l’action non pas à une subjectivité fondatrice, mais à des dimensions (sémantique, pragmatique, narrative) du discours. D’un point de vue épistémologique, la causalité fait l’objet d’un jugement d’imputation singulier, qui joue un rôle intermédiaire entre l’explication structurale (ou « nomologique ») et l’explication narrative. D’un point de vue métaphysique, elle permet d’établir un gradient d’abstraction dans l’événementialité, puisqu’elle sert tout particulièrement à expliquer non pas des événement génériques ou virtuels, mais singuliers et propres, qui sont, de ce fait, inscrits dans un contexte riche ; elle dessine ainsi la forme d’un monde d’événements non impersonnels et non atomiques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La plupart des commentateurs parlent de l’histoire, certains de la psychanalyse ou du langage, et q (...)
  • 2 On trouve quelques remarques incidentes chez Jean Ladrière (2004), « Expliquer et comprendre », in (...)
  • 3 Vincent Descombes (1998), « La confusion des langues », Enquête 6, Paris, EHESS ; Clifford Geerz (1 (...)
  • 4 Philippe Lacour (2016), « Adolf Grünbaum critique de Ricœur », in Ricœur Studies, vol. 7, n°1. Grün (...)
  • 5 Paul Ricœur (1986), « Expliquer et comprendre. Sur quelques connexions remarquables entre la théori (...)
  • 6 Ricœur commet plusieurs erreurs dans sa lecture du structuralisme : il a tendance à confondre struc (...)

1L’originalité proprement épistémologique de l’œuvre de Ricœur a jusqu’ici été assez largement sous-estimée1. En particulier, ses importantes contributions touchant la notion de causalité n’ont fait l’objet d’aucune étude conséquente2. Au-delà des vagues effets de réputation, par lesquels on classe couramment cet auteur dans les catégories de la pensée pratique, historique ou littéraire, on peut expliquer ce relatif silence par plusieurs raisons. D’abord, certaines lectures ont accusé l’herméneutique en général (en y associant de façon plus ou moins explicite les écrits de Ricœur) de nier l’importance de l’explication causale au profit de la seule compréhension du sens (Descombes, Geertz, Rastier, Colliot-Thélène3). Ensuite, d’autres auteurs ont reproché à Ricœur de développer une conception erronée de la causalité (Grünbaum)4. Peut-être a-t-on aussi considéré qu’il n’apportait rien de neuf touchant cette catégorie, son apport se bornant à insister sur le complément de compréhension (en particulier narrative) que requiert nécessairement toute tentative d’explication dans les sciences humaines – c’est le sens de la célèbre dialectique « expliquer-comprendre » dans laquelle, « seule l’explication est méthodique »5. Ajoutons, en outre, que les propos de Ricœur sur la catégorie de causalité sont sporadiques, et que cette dispersion dans différents ouvrages et articles ne permet guère d’en saisir l’unité et la cohérence : certains peuvent paraître périphériques (La sémantique de l’action), et le traitement de la notion semble parfois secondaire (par rapport à celle de l’événement, dans Temps et récit 1, de la mémoire dans La Mémoire, l’Histoire, l’Oubli), ou extrêmement condensé (Soi-même comme un autre). Enfin, il existe une ambiguïté, liée au rapprochement entre l’explication d’un événement et l’explication du sens, à la faveur de l’analogie de l’action et du texte. Dans le premier cas, Ricœur s’inspire largement de l’historiographie, dans le second, du structuralisme6 – cette seconde source lui permet de faire passer l’opposition expliquer/comprendre au sein même des sciences humaines (au lieu de la faire coïncider avec l’opposition entre sciences de la nature et de la culture), mais en privilégiant alors les structures, au détriment de la causalité, parce qu’il s’agit avant tout de rendre compte d’une signification.

2Cet oubli relatif des commentateurs participe largement d’une lecture concessive (sinon condescendante) de son œuvre, par laquelle on valorise volontiers les aspects moraux et normatifs pour mieux lui retirer toute pertinence scientifique. À rebours, j’aimerais ici défendre la cohérence et la robustesse d’une pensée de la causalité qui renforce une épistémologie des sciences humaines très informée, que Ricœur a pu développer au contact de grandes œuvres (en anthropologie, linguistique, historiographie, philosophie des sciences). D’une manière générale, on peut caractériser ce travail fondamental par une triple caractéristique : un plaidoyer en faveur de la diversité des modes d’explication, contre l’extension dogmatique du modèle déductif-nomologique aux sciences historiques; un effort symétrique pour ne pas attribuer de pseudo-critères scientifiques aux sciences sociales, à la faveur d’oppositions faussement exclusives (cause-raison, expliquer-comprendre) ; enfin, le souhait d’élargir à toutes les sciences humaines une réflexion sur la passivité commencée très tôt (dès la Philosophie de la volonté) et prolongée par la suite (de l’Essai sur Freud à Soi-même comme un autre). Je tâcherai dans un premier temps d’expliquer en quel sens la réflexion de Ricœur s’appuie sur ce qu’il appelle une conception « non-humienne » de la causalité. Ensuite, je montrerai que c’est par un infléchissement à la fois logique et transcendantal que Ricœur tente de justifier cette nouvelle notion de causalité. Celle-ci prend, de façon privilégiée (mais non exclusive), la forme clinique d’un jugement d’imputation singulière, qui sert d’intermédiaire entre explication nomologique et compréhension narrative, parce qu’elle prétend fournir des singularités historiques une connaissance qui à la fois en rende compte et en respecte la nouveauté radicale. Enfin, je soulignerai le rôle décisif de cette catégorie spécifique de causalité pour la compréhension d’ensemble de l’épistémologie de Ricœur, en insistant particulièrement sur les transformations induites concernant la notion d’événement. Il s’agira de montrer en particulier que la réponse à la question « pourquoi cela est-il arrivé ? » esquisse la forme d’un monde qui n’est ni impersonnel, ni atomistique.

I. L’effort pour élaborer une conception « non-humienne » de la causalité

  • 7 Philippe Lacour (2016), « Adolf Grünbaum critique de Ricœur » in Ricoeur Studies 7, n°1.
  • 8 Paul Ricœur (1977), « Expliquer et comprendre », in La sémantique de l’action, p. 189 ; Paul Ricœur (...)
  • 9 Cette enquête voudrait ainsi compléter l’étude de la manière dont Ricœur (et Granger) a cherché à r (...)

3À plusieurs reprises (concernant Davidson notamment), Ricœur critique la conception « humienne » de la causalité : de façon assez implicite dans la Philosophie de la volonté et l’Essai sur Freud7, puis de façon plus assumée, dans Le discours de l’action et Temps et récit, et enfin de façon très affirmée, presque revendicatrice dans Soi-même comme un autre8. Son travail conceptuel se déploie sur un double front : d’un côté, surtout dans sa réflexion sur l’histoire, il élabore une définition qui oppose à la contiguïté, à l’antériorité temporelle et à l’universalité de cette relation causale traditionnelle la conditionnalité, la processualité, et la singularité. D’un autre côté, il remet en question la rupture instaurée par Hume par rapport à la conception aristotélicienne de la causalité comme pouvoir-faire. Les deux entreprises sont corrélatives, dans la mesure où seule une nouvelle définition de la causalité peut permettre de récupérer la dimension causale du pouvoir d’agir. Pour cela, Ricœur mobilise différents auteurs anglo-saxons et « analytiques », mais souvent de façon assez allusive. Aussi convient-il de préciser les sources d’inspiration, afin de mieux comprendre l’usage qu’il fait de ces œuvres9. En effet, même si leur démarche générale est empirique, alors que la sienne est transcendantale, plusieurs de leurs remarques rejoignent les analyses d’auteurs continentaux sur lesquels il s’appuie (Aron et Weber notamment).

  • 10 La plupart des commentateurs préfèrent parler de deux définitions : John Alan Robinson (1962), « Hu (...)

4Commençons par préciser : l’interprétation de ce qu’il faut entendre exactement par causalité « humienne » fait débat. On distingue en effet généralement trois définitions de la causalité chez Hume10 :

  • 11 David Hume (2010), A Treatise of Human Nature, Project Gutenberg EBook, (Book 1, part 3, section XI (...)

51. soit comme relation naturelle : une cause est « un objet antérieur et contigu à un autre, et de telle sorte que les objets qui ressemblent au premier soient placés dans une relation de priorité et de contiguïté avec les objets qui ressemblent au second »11.

  • 12 David Hume (2010), A Treatise of Human Nature, Project Gutenberg EBook (Book 1, part 3, section XIV (...)

62. soit comme comparaison, soit comme association de deux idées : « une cause est un objet antérieur et contigu à un autre, et si uni à ce dernier que l’idée de l’un détermine l’esprit à former l’idée de l’autre, et l’impression de l’un à former de l’autre une idée plus vive »12. La conjonction constante n’est pas produite par le raisonnement, mais par la coutume, qui détermine l’imagination à opérer une transition de l’un des objets à son concomitant habituel, et de l’impression de l’un à une idée plus vive de l’autre.

  • 13 David Hume (2011), An Inquiry Concerning Human Understanding, Project Gutenberg EBook (section VII, (...)

73. selon une autre définition de la causalité, enfin, « un objet est la cause d’un autre » signifie que « si le premier n’avait pas existé, le second n’aurait jamais existé ». Hume n’a toutefois pas développé cette définition contrefactuelle13.

  • 14 Martin Bell (2008), « Hume on Causation », p. 156-157, souligne toutefois que la nécessité est pris (...)
  • 15 Paul Ricœur (2009), Philosophie de la volonté, Tome 1 : Le volontaire et l’involontair, Paris, Seui (...)

8On résume traditionnellement cette analyse par les caractéristiques de contiguïté, d’antériorité temporelle et de nécessité de la relation existante entre les deux événements distincts que sont la cause et l’effet – la nécessité semble également impliquer la régularité (générale, voire universelle) de la relation, au contraire d’une relation singulière, qui paraît inévitablement contingente14. Hume tire en particulier du second principe quelques conséquences majeures. Tout d’abord, comme Descartes l’avait déjà anticipé contre les distinctions aristotéliciennes, toutes les causes sont de même genre : la distinction entre causes efficientes et causes sine qua non, ou causes efficientes et causes formelles, matérielles, exemplaires ou finales, est abolie : puisque notre idée de l’efficience dérive de la conjonction constante de deux objets, chaque fois que cette conjonction est observée, la cause est efficiente, et quand elle ne l’est pas, il ne peut y avoir aucune autre sorte de cause. De même, il faut rejeter la différence entre cause et occasion : si la conjonction constante est impliquée dans ce qu’on appelle occasion, c’est une cause réelle, sinon, ce n’est pas du tout une relation et cela ne peut donner lieu à aucun argument, aucun raisonnement. Enfin, la distinction entre un pouvoir et son exercice, impliquée par la notion de pouvoir-faire, est sans fondement –Ricœur en réhabilitera au contraire la pertinence, en partant de l’idée que le motif « incline sans nécessiter »15.

9Cette analyse humienne a largement dominé la réflexion philosophique sur le concept de causalité. Or elle recèle un certain nombre d’ambiguïtés et de lacunes, dont les conséquences se font sentir dans la théorie contemporaine de l’action, comme le remarque Ricœur. Ce dernier s’inspire de différents auteurs, directement (Mandelbaum) ou indirectement (Mackie), pour proposer une conception alternative de la causalité. L’argument décisif revient à Mackie qui ne reproche pas tant à Hume d’avoir combiné (et non confondu) explication logique et psychologique (en intégrant la régularité nécessaire dans la définition de la causalité), que d’avoir eu recours à la psychologie avant d’avoir clairement montré que le type de nécessité qu’il plaçait dans l’esprit était bien l’élément fondamental de notre concept de causalité. Par un renversement de méthode, Mackie suggère d’examiner d’abord l’idée de causalité dont on dispose et dont on use, qui est singulière et non régulière, et ensuite seulement de voir si elle est ou non inappropriée. Du coup, même si on suit Hume dans son rejet du caractère logiquement nécessaire de la relation, reste encore à savoir si la causalité se caractérise par une certaine séquence causale (un enchaînement spécifique d’événements), et si oui, laquelle ; et aussi à déterminer ce qui, dans notre concept ordinaire de causalité, différencie les séquences causales des autres. En suivant ces remarques, on peut élaborer une conception hétérodoxe de la causalité, qui se définit par la conditionnalité, la processualité, et enfin la priorité (conceptuelle et épistémologique) de la singularité sur la régularité.

  • 16 C’est par exemple l’avis de Raymond Aron (1989), Leçons sur l’histoire : Cours du collège de France (...)

10Ricœur s’inspire tout d’abord d’une définition conditionnelle de la causalité, que Mandelbaum a défendue, pour les sciences historiques, en prenant largement appui sur la théorie de Mackie, et en arguant de son ambition unitaire (elle prétend être valable pour toutes les branches du savoir. On a souvent l’habitude de dire qu’une telle définition revient à consacrer l’approche de Mill contre celle de Hume16. En effet, pour Mill, les causes sont des conditions – standing conditions – et non des événements (comme pour Hume) :

  • 17 John Stuart Mill (1988), Système de Logique déductive et inductive, Liège, Mardaga, (Livre III, cha (...)

« Cette invariable succession n’a que rarement (voire jamais) lieu entre un conséquent et un seul antécédent. Elle est communément entre un conséquent et la totalité de plusieurs antécédents, dont le concours est nécessaire pour produire le conséquent, c’est-à-dire pour que le conséquent le suive certainement. Dans ces cas, il est très ordinaire de mettre à part un de ces antécédents sous le nom de Cause, les autres étant appelés simplement des Conditions [...] La cause réelle est le concours de tous ces antécédents ; et on n’a pas le droit, philosophiquement parlant, de donner le nom de cause à l’un d’eux à l’exclusion des autres […] Mais, bien qu’on puisse juger à propos de donner le nom de cause à cette circonstance unique dont l’intervention complète l’événement et détermine l’effet sans plus tarder, elle n’a pas, en réalité, de relation plus étroite avec l’effet que telle ou telle des autres conditions. La production du conséquent exige qu’elles existent toutes ensemble, et non qu’elles aient toutes commencé d’exister immédiatement avant. L’indication de la cause est incomplète si, sous une forme ou sous une autre, toutes les conditions ne sont pas posées [...] La cause, donc, philosophiquement parlant, est la somme des conditions positives et négatives prises ensemble, le total des contingences de toute nature qui, lorsqu’elles sont réalisées, sont telles que le conséquent s’ensuit invariablement. Les conditions négatives du phénomène [...] peuvent se résumer en un seul fait, à savoir l’absence de causes préventives ou contraires »17.

  • 18 En fait, le problème est plus complexe, à cause de la diversité des interprétations des deux auteur (...)
  • 19 John L. Mackie (1974), The Cement of the Universe. Ce en quoi il s’oppose à Donal Davidson (1993), (...)
  • 20 Le sens contrefactuel faible est de l’ordre : « étant donné les circonstances, si p ne s’est pas pr (...)
  • 21 Cf. infra, note 64, dans l’analyse de la dimension singulière, la critique que Mackie adresse à Pat (...)
  • 22 Cette question du découpage est abordée ci-après (note 44), à travers la notion diltheyenne d’ensem (...)

11Cette définition millienne de la causalité entre manifestement en contradiction avec l’acception humienne. Plus précisément, le problème est de savoir si la cause est l’antécédent régulier, ou l’ensemble des antécédents, et s’il faut, parmi les antécédents, en choisir un et le considérer comme cause par excellence18. En reprenant l’analyse de Mill (l’effet se produit lorsque se produit la conjonction de certains facteurs), Mackie définit la causalité en termes d’ensemble de conditions, certaines nécessaires et d’autres suffisantes19. Même si la cause est en général nécessaire et suffisante à la production de son objet, le caractère suffisant est moins fermement requis que la nécessité : lorsque la cause et l’effet se sont déjà produits, il n’y a pas besoin d’exiger de la relation (p cause q) qu’elle soit suffisante au sens contrefactuel fort20. Cette différence dessine un écart entre causalité nécessaire et suffisante (donc, in fine, entre causalité et déterminisme) qui a conduit certains auteurs à construire une version probabiliste de la causalité, qui ne va pas sans difficulté21. Mackie part, quant à lui, de l’observation que l’assignation d’une cause à un événement n’est en général l’indication ni d’une condition nécessaire, ni d’une condition suffisante. Ainsi, le court-circuit dans telle partie de la maison n’est pas condition nécessaire de l’incendie ; mais il est toutefois un élément nécessaire dans un ensemble de conditions (court-circuit, présence de matériaux inflammables, absence d’extincteur) qui est lui-même suffisant pour causer l’incendie. Mackie propose donc de définir la cause comme « une partie insuffisante, mais nécessaire, d’une condition elle-même non nécessaire mais suffisante » (INUS: Insufficient but Necessary part of an Unnecessary but Sufficient condition). Une telle définition présuppose la possibilité de découper le « champ causal » en ensembles de conditions suffisants et minimaux, dont la disjonction constitue la condition suffisante et nécessaire de l’événement considéré22.

  • 23 John L. Mackie (1974), The Cement of the Universe, p. 57. 
  • 24 John L. Mackie (1974), The Cement of the Universe, chapitre 7 : « The Direction of Causation ».
  • 25 Dans la physique quantique notamment : cf. Max Kistler (2000), Causalité et lois de la nature, Pari (...)
  • 26 John L. Mackie (1974), The Cement of the Universe, p. 183-184.
  • 27 John L. Mackie, (1974), The Cement of the Universe, p. 186.

12Il est important de noter que ce n’est pas seulement la nécessité-dans-certaines-circonstances qui est l’aspect distinctif de la cause, mais c’est cette nécessité-dans-certaines-circonstances en conjonction avec ce que Mackie appelle la priorité causale, qu’on peut définir comme un ordre de changement du monde (ordre physique objectif et pas simplement subjectif, ordre qui n’est pas d’abord celui de l’asymétrie temporelle). La notion de priorité causale dérive de notre expérience de notre intervention active dans le monde23. Dans le cas d’une intervention, le résultat est contingent (il est possible d’imaginer que les choses se seraient passées autrement, par exemple, en n’intervenant pas). C’est sans doute à cette origine interventionniste qu’on peut relier deux choses : le caractère contrefactuel de la causalité qu’on cherche à développer, et le fait que le point psychologique important est moins la répétition régulière de cas (comme le pensait Hume), que le contraste d’un effet dans un certain cas par rapport à un autre. La contrefactualité n’est qu’un aspect de la conditionnalité de la causalité. Touchant cette notion de priorité causale, Mackie soutient qu’il y a quelque chose comme une directionnalité de la causalité, qui est intrinsèque au processus causal24. Bien que cette orientation soit découverte initialement lors de nos interventions (apparemment libres), elle n’est pas exclusivement anthropocentrique (même si elle se rapproche des concepts de contrôle et d’effectivité). Elle n’est pas non plus simplement dérivée de l’asymétrie du temps, même si la plupart du temps les directions causales et temporelles coïncident, il y des possibilités de causalité vers l’arrière (backward)25. Mackie essaie de la définir comme contraste entre la fixité et la non-fixité, et de la relier à la fois à la dispersion de l’ordre et à la direction de l’explication. Par exemple, si on prend l’exemple de Popper (une pierre tombe dans une piscine), l’explication va d’un événement central vers la cohérence d’un nombre d’items séparés, d’une situation avec un ordre à d’autres ou l’ordre est dispersé (les vagues)26. Ce n’est pas que la priorité quant à la dispersion de l’ordre soit la priorité causale, mais c’est la preuve de la priorité causale27. En fait cette notion de priorité causale, qui est assez problématique puisqu’elle ressemble à celle d’ordre, n’est selon lui ni temporelle, ni anthropomorphique, mais sert à donner une direction à la relation causale.

  • 28 John L.Mackie (1974), The Cement of the Universe, chapitre 3, p. 61.
  • 29 C’est la question classique des causes de la première guerre mondiale. Les historiens parlent aussi (...)

13Cette conception conditionnelle de la causalité permet à Mackie de rendre compte de la difficulté soulevée par Mill28 : on peut rendre facilement raison de ce monstre épistémologique apparent qu’est (notamment en histoire) l’idée de causes multiples29. En réalité, il y a une cause unique, mais où se combinent différents facteurs, différentes conditions (dont l’une peut avoir un rôle « déclencheur » primordial). De même, avec une telle conception, on peut facilement résoudre les apories apparentes de la surdétermination : quand plusieurs balles tuent un même condamné, c’est un faux problème de se demander laquelle « cause » la mort ; la bonne manière de se poser le problème est conditionnelle et contrefactuelle.

  • 30 John L.Mackie, (1974), The Cement of the Universe, p. 35.
  • 31 Thomas Hobbes (1839-45), Complete Works, « Of cause and effect », W. Molesworth (ed.), London, Bohn (...)
  • 32 Maurice Mandelbaum (1977), The Anatomy of Historical Knowledge, Baltimore/Londres, The John Hopkins (...)

14À bien des égards, l’analyse que développe Mandelbaum dans les sciences sociales et historiques rejoint celle de Mackie : pour ce dernier, il est pertinent de distinguer cause et condition, mais pas de les opposer. Autrement dit, on peut, si on veut, établir une distinction, mais en gardant toujours à l’esprit que la cause est un ensemble de conditions, et non l’une de ces conditions. En fait, comme le dit Mackie, en distinguant cause et condition, on sert les besoins de la conversation (l’équivalent d’une attribution de la responsabilité), sans atteindre la vraie structure de la causalité : ce n’est qu’une manière pratique de parler30. Autant Mackie fait référence à Mill, autant Mandelbaum renvoie d’abord à Hobbes31 ; de même qu’il s’intéresse d’abord à l’histoire32. L’analyse de Hobbes va sensiblement dans le même sens que celle de Mill. Elle établit une distinction fondamentale entre la cause et les agrégats de conditions qui la composent : la cause, ou cause entière, est l’ensemble de ce que Hobbes appelle des « accidents » :

  • 33 Thomas Hobbes, « Of cause and effect », p. 121-122, (ma traduction) : « The cause, therefore, of al (...)

« En conséquence, la cause de tout effet consiste en certains accidents à la fois des agents et des patients qui, lorsqu’ils sont tous présents, produisent l’effet, mais qui ne le produisent pas si l’un d’entre eux manque. Et cet accident (de l’agent ou du patient) sans lequel l’effet ne peut pas être produit, s’appelle cause sine qua non, ou cause nécessaire par supposition, ou encore la cause requise pour la production de l’effet. Mais une CAUSE simple, ou une cause entière, est l’agrégat de tous les accidents à la fois des agents (quel que soit leur nombre) et du patient, pris ensemble, qui, lorsqu’ils sont supposés présents, ne peuvent que produire l’effet au même instant, et qui, lorsque l’un d’eux manque, ne peuvent que ne pas produire l’effet »33.

15Un peu plus loin, Hobbes précise que, du fait de cette définition, une cause entière suffit toujours à produire son effet. Par quoi, Hobbes modifie radicalement la conception traditionnelle qu’on peut avoir de la cause sine qua non. De fait, il ne faut surtout pas opposer la cause et la cause sine qua non comme ce qui, ajouté à la cause, est responsable de la production de l’effet. En réalité, la cause sine qua non n’est pas tant différente de la cause qu’elle n’est une de ses parties, puisque la cause entière correspond à l’ensemble de toutes les conditions. L’erreur est ici largement imputable à une illusion temporelle dont Mill fait la meilleure généalogie (quelle que puisse être au demeurant la différence entre les deux auteurs) :

  • 34 John Stuart Mill (1988), Système de logique déductive et inductive : exposé des principes de la pre (...)

« Il y a sans doute une tendance à associer l’idée de causation au plus prochain événement antécédent, plutôt qu’à quelqu’un des états ou faits permanents antécédents, qui peuvent être aussi des conditions du phénomène. La raison en est que l’événement, non seulement existe, mais commence d’exister immédiatement avant le phénomène ; tandis que les autres conditions peuvent préexister depuis un temps indéfini [...] La circonstance qui complète l’assemblage des conditions étant un changement ou un événement, il arrive de là qu’un événement est toujours l’antécédent le plus proche en apparence du conséquent ; et ceci expliquerait l’illusion qui nous fait croire que l’événement immédiatement précédent a plus particulièrement le caractère de cause qu’aucun des états antécédents. Mais loin que la notion commune de la Causalité implique nécessairement que la Cause soit dans une proximité plus étroite avec l’effet que les autres conditions, toute autre des conditions (...) soit positive, soit négative, peut, sans cette proximité, remplir, suivant l’occasion, le même office »34.

16En raisonnant à rebours de cette illusion, et en arguant de ce que la cause entière suffit toujours à produire son effet, Hobbes affirme au contraire que l’effet est produit à l’instant même où la cause est entière  (« in whatsoever instant the cause is entire, in the same instant the effect is produced »). La notion de cause entière atténue ainsi l’importance du dernier antécédent temporel puisqu’elle se définit comme ensemble des conditions produisant un effet.

  • 35 Maurice Mandelbaum (1977), The Anatomy of Historical Knowledge, p. 74.

17Pour en revenir à l’idée de cause sine qua non, Mandelbaum pense que Hobbes fait ici référence à un facteur unique, nécessaire à la production d’un effet, mais qui n’y suffit pas tout seul. Puisque pour Hobbes, la cause sine qua non et la cause entière sont nécessairement requises pour produire l’effet, Mandelbaum suggère de considérer que la cause sine qua non désigne n’importe quelle condition nécessaire à l’occurrence d’un certain type, et la cause entière ce qui explique l’occurrence d’un événement particulier. Selon cette interprétation, la cause sine qua non est un facteur conduisant à la production de l’effet, et, certes, le facteur le plus important, quoique nullement en raison de son efficacité, contrairement à ce qui est souvent pensé, mais du fait qu’il est toujours présent quand des cas du même genre se produisent. Pour conclure, il faut interpréter la cause sine qua non de Hobbes comme une condition nécessaire à l’explication d’un événement ; mais seul l’ensemble complet de conditions, constituant la cause entière, est à la fois nécessaire et suffisant pour expliquer l’occurrence de cet événement lui-même, ainsi que le moment et la manière dont il s’est produit. La notion de cause sine qua non ne fonde donc absolument pas quelque chose comme la différence entre cause et conditions ou circonstances. C’est même exactement l’inverse qui est vrai, dans la mesure où la cause est définie comme l’ensemble de toutes les conditions (y compris le facteur « déclenchant »). Mandelbaum en déduit, contre la vision humienne, qu’« analyser la cause d’une occurrence particulière consiste à remonter aux facteurs variés qui sont conjointement responsables de ce que l’occurrence est telle qu’elle a été et non différente »35. Sur ce point, la convergence entre l’analyse de Mandelbaum et celle de Mackie est donc particulièrement claire.

  • 36 Thomas Hobbes (1839-45), Complete Works, « Of cause and effect », p. 122, §6 : « And from this, tha (...)
  • 37 Maurice Mandelbaum,(1977), The Anatomy of Historical Knowledge, p. 75-76 : « (…) in all cases causa (...)
  • 38 Carnap soutient lui aussi une conception processuelle de la causalité dans Rudolph Carnap (1973), L (...)

18La seconde caractéristique que Ricœur retient pour sa définition alternative de la causalité est la processualité – aspect qui dérive, selon Mandelbaum, de la conditionnalité, et sur lequel il s’engage beaucoup plus loin que Mackie. Corollaire de sa définition de la cause, Hobbes ajoute (§6) que celle-ci est un certain processus, un progrès continu, tel qu’il y a une mutation continuelle de l’agent ou des agents, par l’action d’autres agents sur eux, et que le patient, sur lequel s’exerce leur action, est altéré et changé de façon continue. Hobbes prend l’exemple de la chaleur d’un feu qui augmente peu à peu et affecte en conséquence la température des corps qui l’entourent. Dans un tel continuum, ce n’est que par imagination qu’on peut séparer l’origine et la fin comme la cause et l’effet, car, à la vérité, chaque moment intermédiaire est à la fois action et passion, cause et effet, selon qu’on le compare avec son antécédent ou son successeur36. Selon Mandelbaum, qui s’inspire de cette analyse, il faut considérer la cause et l’effet comme liés ensemble d’une manière telle qu’on peut dire qu’ils constituent des aspects d’un unique processus dynamique, ou « en cours » (a single ongoing process), plutôt que des événements distincts, comme le prétend l’atomisme37. Ce point découle directement du premier trait de la causalité dégagé ci-dessus : puisque la cause est l’ensemble des facteurs qui produisent une occurrence d’une manière unique, il faut concevoir la causalité comme traduisant la continuité d’un processus singulier. Par conséquent, la cause est « l’ensemble complet d’occurrences ou d’événements effectivement en cours « (actually ongoing), aboutissant à tel effet particulier et à nul autre. Autrement dit : la cause est le processus entier, et l’effet son point terminal38. La cause est donc incluse dans l’événement entier. Et l’explication causale sert à rétablir la continuité d’un processus dont l’unité de développement paraît interrompue (ou inexistante), notamment par l’analyse en facteurs.

  • 39 Maurice Mandelbaum (1977), The Anatomy of Historical Knowledge, p. 83. Il reprend l’exemple de l’in (...)
  • 40 On trouve chez Cournot une méfiance similaire envers la cause immédiate et contiguë, qui ne fournit (...)

19Dès lors, ce n’est que par commodité qu’on isole du processus entier le facteur le plus variable et qu’on en fait une cause distincte de son effet – par exemple quand on dit que le mauvais temps est la cause de la mauvaise récolte, on isole un facteur du reste des autres conditions de la récolte (les compétences des paysans, la qualité des semences, etc.). L’explication par un antécédent discret est le signe d’une explication abrégée et tronquée (shorthand truncated explanation). Sur cet exemple de la récolte, on voit donc qu’on ne peut pas prétendre séparer un des facteurs et l’appeler la cause, en le distinguant des conditions qui ne feraient que l’accompagner ; on doit nécessairement au contraire prendre en compte l’ensemble complexe des conditions (the complex set of conditions)39. La tournure singulière (« la cause ») des explications causales est d’ailleurs trompeuse, car cela n’implique pas que la cause soit un seul et unique événement. On utilise aussi le singulier pour parler de l’effet, mais, en décrivant un état de chose spécifique, on doit toujours se référer à une multiplicité de facteurs qui, pris ensemble, le constituent. En conséquence, la distinction entre cause et (simples) conditions ou circonstances perd toute pertinence, puisqu’elle ne vaut précisément que dans les cas d’explication tronquée. On retrouve en ce point l’analyse de Hobbes de la causalité intégrale ou entière (entire cause). Vouloir isoler un des facteurs, le plus souvent l’antécédent immédiat (par exemple l’étincelle d’une allumette), pour en faire la cause (d’un incendie) par opposition aux circonstances (« attendant circumstances ») ou conditions (« accompanying conditions » : la présence d’oxygène et de matériaux combustibles) est le fait de philosophes qui confondent la cause avec la cause déclenchante (« firing cause »), qui n’est en fait qu’un facteur parmi l’ensemble de ceux que combine la cause entière40.

  • 41 Curt John Ducasse (1951), « On the Nature and Observability of the Causal Relation  », in Nature, M (...)

20L’échec de la tentative de Ducasse de distinguer entre cause d’un événement et conditions de l’occurrence dudit événement, est, à ce titre, exemplaire41. Par « cause d’un événement B », Ducasse entend « un événement A qui, dans les circonstances existant alors, fut suffisant pour produire l’occurrence de B » ; et par « condition » de B, « un événement A qui, dans les circonstances existant alors, fut nécessaire pour produire l’existence de B ». Cette clause « the then existing circumstances », empêche de penser qu’un événement A puisse toujours suffire à causer l’occurrence de B. Dans cette conception, la cause devient une occurrence spécifique qui, de par les conditions requises, suffit à produire l’effet. Contre une telle définition, Mandelbaum fait valoir, à raison, qu’il y a de nombreux cas où on ne peut tracer une limite précise entre cause et condition : en physiologie et en médecine, mais aussi en histoire et en sciences sociales. En physiologie : la tuberculose comme maladie constitue la fin d’un processus qui commence avec l’invasion bactérienne, et continue avec la réaction des tissus à cette invasion (autre facteur important : la présence ou non d’une infection secondaire) : on doit donc prendre en compte non seulement l’invasion initiale, mais l’ensemble du processus complexe qui se termine par la dissémination ou le confinement de l’infection, le résultat final dépendant de l’interaction de différents facteurs. Ce n’est que si on considère la tuberculose comme un type de maladie qu’on parle du bacille comme « la cause » de la maladie. Bien des analyses de la motivation humaine sont du même type. Ainsi, quand on parle d’une soudaine crise de colère, d’une réaction de peur, il est, à chaque fois, délicat, sinon impossible d’isoler un facteur comme étant cause de la réaction (qui dépend de l’histoire de l’individu qui est le siège de cette réaction) – cela reviendrait à déformer de telles expériences.

  • 42 Maurice Mandelbaum (1977), The Anatomy of Historical Knowledge, p. 94. Norbert Elias partage égalem (...)

21Nous avons jusqu’ici largement associé la réflexion de Mandelbaum à celle de Mill et de Hobbes. Son originalité est toutefois manifeste. Hobbes et Mill considèrent chacun des éléments entrant dans la composition de la cause réelle ou entière comme une condition séparée ou indépendante, présente dans l’agent, le patient, ou les circonstances présentes à un moment et à un endroit particulier. La conception de la cause est alors celle d’un assemblage d’éléments séparés qui produisent une occurrence nouvelle et distincte quand ils arrivent ensemble. Mandelbaum rejette quant à lui cette conception et préfère considérer ces éléments comme les composants d’un processus unique, qui se termine par cet état de chose particulier qu’on considère comme l’effet du processus. Certes, les divers éléments de ce processus ont leurs propres histoires, qui peuvent être entièrement indépendantes les unes des autres, mais, considérés comme éléments constitutifs qui, ensemble, sont responsable d’un effet particulier, ils font partie d’un processus qui se termine par cet effet particulier42. Ceci permet d’élucider les relations temporelles entre les causes et les effets. Certes, l’effet est le point final du processus et les facteurs causaux qui y mènent doivent le précéder. Mais la cause comme tout, l’ensemble de tous les facteurs qui forment ce processus, n’est pas un événement séparé de l’effet, et ne peut pas, comme tout, être considérée comme existant avant cet effet. Un effet n’arrive pas après sa cause, mais après certaines des occurrences qui sont incluses dans la cause ; la cause n’est complète que lorsque l’effet arrive (quand le sofa est au repos dans le coin de la pièce, après qu’on l’y a tiré).

  • 43 Wilhelm Dilthey (1988), L’édification du monde historique dans les sciences de l’esprit, Paris, Cer (...)
  • 44 Il affronte cette difficulté dans son livre, dans le cadre d’une série d’objections qu’il s’adresse (...)
  • 45 L’intérêt principal de la théorie webérienne de la causalité est de chercher à penser ce qui peut s (...)
  • 46 Aron insiste surtout sur la nécessaire sélection (cf. Aron Raymond (1989) Leçons sur l’histoire, Pa (...)
  • 47 Pour Simiand, la « phénoménoscopie » devrait procéder de la mise en place du « précepte du phénomèn (...)
  • 48 Le mécanisme peut être interprété comme une forme affaiblie de loi, ou comme un scenario causal. Cf (...)

22Toute la question est de savoir comment fixer les limites du système si celui-ci est un processus ? C’est là une difficulté classique, déjà implicite à la notion de Zusammenhang de Dilthey43, et qui pose le problème de la sélection, sans laquelle la cause intégrale d’un événement quelconque risque de se confondre avec l’Histoire tout entière. Il n’est pas contradictoire de soutenir à la fois la nécessité d’une « coupe » dans le tissu du devenir historique, et l’existence d’une causalité processuelle à l’intérieur d’un système ainsi clos. La position de Mandelbaum sur cette question de la sélection n’est certes pas complètement claire44. Mais, il semble possible de définir comme objet d’étude un devenir partiel, délimité par sélection de certains aspects du devenir historique, et au sein duquel, au lieu de séparer les différents facteurs en entités statiques susceptibles d’un assemblage, on s’efforce de les penser comme conjonction dynamique, processus en cours. Cette interprétation paraît fidèle au projet de Mandelbaum, en particulier quand il souligne le caractère dynamique de la causalité nosographique (la tuberculose), qui présuppose une sélection (on ne prend pas tout en compte, politique, économie..., mais simplement un état pathologique d’un individu) ; et elle n’est pas sans affinité avec les approches de Weber45, Aron46 et Simiand47, voire avec certaines réflexions contemporaines touchant la notion de « mécanisme »48.

  • 49 Carl Hempel (1942), « The Function of General Laws in History », Journal of Philosophy 39 (2), p. 3 (...)
  • 50 Paul Ricœur (1983), « Arguments ‘narrativistes’ » in Temps et récit 1, (II, 2), p. 104. Walter Bryc (...)

23Enfin, Ricœur défend une conception singulariste et non régulariste de la causalité pour les sciences humaines et historiques. Par quoi il s’oppose tout autant à l’idée d’une extension sans reste du modèle nomologique des sciences de la nature aux sciences humaines (promue par Hempel ou Nagel49) qu’aux tenant du « narrativisme » non causal (Gallie, Veyne50).

  • 51 Paul Ricœur, (1983), « L’imputation causale singulière », in Temps et récit 1, (III, 1), p. 324.
  • 52 Gertrude Elizabeth Margareth Anscombe (1975), « Causality and Determination », in Causation and Con (...)
  • 53 Pour Ducasse (Curt John Ducasse (1925), « On the Nature and Observability of the Causal Relation ») (...)
  • 54 John L. Mackie (1974), The Cement of the Universe, p. 78-79 : « But even here it is the generalizat (...)

24Il s’inspire pour cela directement de Aron et Weber51, mais aussi, quoique plus discrètement, de toute une tradition anglo-saxonne (Mandelbaum, les critiques qu’Anscombe adresse à Davidson52), qui hérite des remarques hétérodoxes de Ducasse53, et dont Mackie est le représentant le plus important. Ce dernier insiste sur la priorité conceptuelle et épistémologique des jugements causaux singuliers (singular causal statements) par rapport aux règles. Les généralisations légales ne sont pas impossibles, mais, en quelque sorte elles surviennent sur, en même temps qu’elles renforcent les cas de causalité singulière. En effet, en tant qu’elles sont connues, souligne d’abord Mackie, les régularités causales sont incomplètes : on ne connaît que des propositions universelles elliptiques et à trous (elliptical and gappy), comme le suggère la clause ceteris paribus. Ensuite, on ne peut pas dire qu’un jugement causal singulier mentionne une séquence (causale) qui soit exactement l’instance d’une régularité de quelque sorte que ce soit. C’est là une conséquence logique directe du fait qu’un jugement causal singulier est analysable comme un conditionnel contrefactuel (conjonction de inus-conditions) : puisque les conditions varient, c’est la diversité qui semble la règle, et non la constance. On ne peut pas non plus dire que les jugements causaux singuliers sont implicitement généraux (que la généralité impliquée soit simple ou complexe, ou même elliptique). En réalité, quel que soit le cas envisagé, « c’est la généralisation qui soutient le jugement causal, plutôt que le jugement causal qui implique la généralisation54 ». On n’a donc besoin d’aucune généralisation (connue à l’avance) pour soutenir l’idée qu’une séquence observée est causale. Les jugements généraux ne sont en fait que des variantes quantifiées des jugements causaux singuliers correspondants. Les jugements causaux singuliers sont donc premiers par rapport aux jugements généraux, tandis que la théorie régulariste du sens des jugements causaux renverse cette priorité.

  • 55 John L. Mackie (1974), The Cement of the Universe, p. 80. Il faudrait donc distinguer entre régular (...)
  • 56 Ce point fait aujourd’hui l’objet de nombreuses discussions : cf. notamment Bruno Gnassounou (2002) (...)
  • 57 John L. Mackie (1974), The Cement of the Universe, p. 68.
  • 58 John L. Mackie (1974), The Cement of the Universe, p. 74-75 : « it is worth noting that the assumpt (...)
  • 59 John L. Mackie (1974), The Cement of the Universe, p. 75 : « although (...) the distinguishing feat (...)
  • 60 Gertrude Elizabeth Margaret Anscombe & Peter Thomas Geach (1961), Three Philosophers, Oxford/Ithaca (...)
  • 61 John L. Mackie (1974), The Cement of the Universe, p. 76 : « (…) a counteracting cause [is] a facto (...)
  • 62 John L. Mackie (1974), The Cement of the Universe p. 76.
  • 63 John L. Mackie (1974), « Kant and Transcendantalism », in The Cement of the Universe, p. 89-116. Ma (...)

25Affirmer cela, ce n’est pas nier l’importance des régularités, mais dire qu’elles ne sont pas premières dans la causalité. En particulier, on peut parfaitement élaborer des régularités, lesquelles peuvent parfois intervenir de façon constitutive dans la causalité objective. Mais si certaines régularités peuvent intervenir dans certains cas causaux, reste encore à montrer pourquoi la causalité consiste toujours en de telles régularités. N’y a-t-il pas des régularités de succession qui ne sont pas causales (jour et nuit)55 ? Soutenir cette conception singulariste ne revient pas forcément à souscrire à une conception génétique de la causalité (selon laquelle les causes ne sont pas uniquement suivies de leurs effets, mais les produisent) – il faudrait en effet définir nécessité, production et génération, et on ne saurait affirmer simplement (et tautologiquement) que les choses ont un « pouvoir » causal56. On peut bien entendu construire des généralisations causales, en particulier par induction éliminative en utilisant la méthode des différences57 : observation de l’avant-après (une seule observation peut suffire), établissement des facteurs, localisation progressive de la cause, vérification par d’autres observations (pour réduire la marge d’erreur), limitation du déterminisme58. Aux yeux de Mackie, le mérite de ce type de régularités complexes et imparfaitement connues est de permettre de contrer un certain nombre d’objections adressées aux théories régularistes de la causalité en général59. Ainsi, reprocher aux lois scientifiques de dire non pas ce qui arrive, mais ce qui arrive s’il n’y a pas d’interférence (Geach60), c’est ignorer qu’on peut intégrer les interférences dans une doctrine des uniformités complexes (à titre de facteurs contraires61), de même qu’on peut parler de certains traits réguliers de comportements (les tendances ou appétits thomistes par exemple)62. C’est parce qu’il adopte une telle approche singulariste que Mackie peut réfuter la solution kantienne donnée au (faux) problème humien de la régularité nécessaire de la relation causale63. Pour lui, l’important n’est pas d’insister sur la (prétendue) garantie transcendantale de la nécessité causale, mais de souligner le fait qu’il s’agit là d’un trait structurel diffus de notre expérience effective.

  • 64 Patrick Suppes (1970), A probabilistic Theory of Causality, Amsterdam, North Holland Publishing Com (...)
  • 65 John L. Mackie (1974), The Cement of the Universe, p. 50 : « Thus it may often happen that the only (...)
  • 66 John L. Mackie (1974), The Cement of the Universe, p. 270 : « the conceptual and epistemological pr (...)
  • 67 Au contraire. Mackie le montre dans John L. Mackie (1974), « Statistical Laws », in The Cement of t (...)
  • 68 John L. Mackie (1974), The Cement of the Universe, p. 270. De même, si Davidson éprouve des difficu (...)

26L’idée que la cause puisse être nécessaire sans être suffisante a donné l’idée d’une théorie probabiliste de la causalité, développée par Suppes64. Mais, pour Mackie, cette approche est erronée car elle reste fondamentalement humienne (régulariste). L’erreur consiste à passer d’un constat pertinent (un enfant craint le tonnerre ; le tonnerre n’est donc pas à chaque fois cause de la peur, mais quand cela arrive, le tonnerre est une circonstance nécessaire de la peur) à une théorie probabiliste de la causalité (dans l’idée que tel exemple causal ne fait qu’instancier une causalité fondamentalement régulière –quoique de façon probable, et non universelle)65. Le probabilisme est donc une variante subtile de l’idée d’une priorité, en terme de causalité, du général sur le particulier (ou le singulier). Or, encore une fois, il faut soutenir la priorité conceptuelle et épistémologique des jugements causaux singuliers sur les généralisations66. Ce n’est pas que les généralisations, y compris celles qui sont de type probabiliste, ne peuvent pas exister67, mais elles viennent toujours après des processus causaux singuliers. En ce sens, pour Mackie, les causes ne sont jamais d’abord seulement des instances de généralisations68.

  • 69 Sur ce point, l’opposition de Mackie à la célèbre distinction de Hart et Honoré (Herber L. A Hart e (...)
  • 70 Il le montre dans sa longue critique de Kneale (William Kneale (1949), Probability and induction, O (...)

27Prenons deux types de généralisation : accidentelle et légale. Un exemple de généralisation accidentelle pourrait être l’universel accidentel (obtenue par énumération exhaustive) du type : « toutes les pièces de ma poche sont brillantes », et qui ne soutient pas le contrefactuel : « si cette autre pièce avait été dans ma poche, elle aurait été brillante ». Un exemple de loi causale serait la loi de chute des corps (gravitation universelle) ; on voit bien qu’elle soutient le contrefactuel du type : « si je lâchais cette pièce, elle tomberait ». Il y a donc bien une capacité apparente des lois causales à soutenir des conditionnels contrefactuels. Mais, pour Mackie, cette capacité doit être expliquée sans supposer que de telles lois diffèrent en forme ou en contenu des généralisations accidentelles69. Le jugement causal singulier reste donc premier, mais n’empêche pas l’élaboration de lois que, du coup, les occurrences singulières instantialisent70.

  • 71 John L. Mackie (1974), « Causal Laws », in The Cement of the Universe, p. 231-247.
  • 72 John L. Mackie (1974), « Functional Laws and Concomitant Variations », in The Cement of the Univers (...)

28À l’intérieur de ce cadre prioritairement singulier et radicalement conditionnel, Mackie peut faire une place aux lois statistiques71, et aux lois de dépendance fonctionnelle, chères à Russell et aux positivistes logiques, dont Schlick72. Il montre à chaque fois qu’on n’a pas affaire à un autre concept de causalité que celui, conditionnel, qu’on a utilisé dans les jugements causaux singuliers. En particulier, si les lois de dépendance fonctionnelle introduisent bien une nouvelle variante du concept de cause, celle-ci garde toutefois des liens étroits et des similarités formelles avec l’ancienne, dont elle n’est que le développement plus élaboré.

  • 73 En revanche, la conception de la causalité développée par Aron, en dépit de certaines affinités ave (...)
  • 74 S’il est difficile de se convaincre qu’il y a des cas dans lesquels une relation causale est perçue (...)
  • 75 Maurice Mandelbaum (1977), The Anatomy of Historical Knowledge, p. 77: « To give a causal analysis (...)
  • 76 Maurice Mandelbaum (1977), The Anatomy of Historical Knowledge, p. 98: « On formulating a law, on t (...)
  • 77 Maurice Mandelbaum (1977), The Anatomy of Historical Knowledge, p. 97 : « Scientific laws have this (...)
  • 78 Maurice Mandelbaum (1977), The Anatomy of Historical Knowledge, p. 100.

29Mandelbaum plaide également en faveur du primat singulier et observable des relations causales, au contraire d’Aron73, encore qu’à l’aide d’un argument assez faible74. Affirmer la priorité des relations causales singulières ne revient pas, selon lui, à supprimer toute généralisation, mais conduit seulement à souligner le fossé irréductible qui sépare l’explication causale, qui est toujours singulière, en ce qu’elle porte toujours sur les facteurs responsables d’une occurrence particulière75, et l’énonciation d’une loi, qui porte sur la connexion invariable entre des types d’événements ou de propriétés76. Si les lois ont une gamme d’applications illimitées, c’est précisément « parce qu’elles ne visent pas à établir des liens entre des occurrences effectives, mais entre des propriétés caractéristiques d’occurrences de types donnés »77, ou « entre des types de facteurs, plutôt qu’entre des types d’événements effectifs donnés »78.

  • 79 Maurice Mandelbaum (1977), The Anatomy of Historical Knowledge, p. 104.
  • 80 L’argument vaut pour l’exemple, qu’on trouve chez Hempel, de l’explosion d’un radiateur d’eau à bas (...)

30Les conséquences d’une telle position sur la singularité de la causalité (commune à Mandelbaum et à Mackie) par rapport aux régularités nomiques sont doubles79. La première concerne l’insertion de régularités dans une attribution causale singulière : si, au cours de l’explication d’un processus singulier, on a recours à des généralités, à des lois, cette généralité des lois employées ne se substitue pas à la singularité de l'explication causale. Si on dit : x a été tué par une balle qui lui a traversé le cœur, les lois physiologiques concernant la circulation du sang enchaînent des facteurs abstraits, non des phases concrètes du processus effectif ; elles fournissent le mortier, non les matériaux. Les lois ne s'appliquent que seriatim à la séquence des conditions: il faut donc rendre compte causalement des séries d'occurrences conduisant au résultat final pour pouvoir appliquer des lois à ces séries.80

31L'explication fait également apparaître l'effet d'un processus continu comme nécessairement déterminé, une fois donné l'état initial du système. Mais cela ne veut pas dire que cet événement, en tant que tout, a été déterminé ; car c'est toujours dans un système clos qu'un processus peut être dit déterminé. Il faudrait pouvoir considérer l’univers entier comme un unique système pour identifier l’idée de détermination causale à celle de déterminisme. Les conditions initiales ne peuvent être dites entraîner logiquement leur effet, puisque ce dernier résulte du fait contingent que chacune des occurrences prise au point de départ ont pris place à tel moment et en tel lieu. La nécessité causale est donc une nécessité conditionnelle, du type : étant donné l'ensemble complet des conditions causales qui ont eu lieu, il a été nécessaire que l'effet effectivement produit advienne.

32Si l’on cherche donc à préciser le rapport de l’explication causale singulière à la régularité nomique, on voit que ces deux conséquences confirment la position irréductible mais non exclusive de l'explication causale au sein des différentes manières d’expliquer : la causalité est le lien interne d’un processus continu ; les généralisations en forme de « lois » sont à insérer dans l’explication causale singulière ; la nécessité causale est ainsi conditionnelle et n’implique aucune croyance au déterminisme.

  • 81 Comme le souligne Cournot, l’histoire existe parce que la succession des événements n’est ni pureme (...)
  • 82 Paul Ricœur (1986), « L’initiative », in Du texte à l’action. Essais d’herméneutique 2, Paris, Seui (...)

33Pour conclure, comment peut-on résumer l’opposition entre la conception « humienne » de la causalité et celle que propose Ricœur ? Aux caractéristiques de contiguïté, d’antériorité temporelle et de régularité nécessaire, il substitue celle de conditionnalité, de processualité et de singularité, certes. Mais ces propriétés ne s’opposent pas une à une, de sorte qu’il convient de préciser les enjeux de cet effort de démarcation. La différence principale concerne le rapport de la cause à l’événement : dans le premier cas, la cause est, en elle-même, un événement discret, tout comme l’effet, et la relation de causalité relie ces deux occurrences atomiques de façon nécessaire ; dans le second, la cause n’est pas un événement séparé, puisqu’elle fait partie de l’événement à titre d’ensemble des conditions d’un processus qui s’accomplit dans un résultat singulier (l’effet). À certains égards, la notion de « direction causale » de Mackie conserve celle d’antériorité temporelle de Hume, en précisant l’ordre de la séquence, l’orientation du changement. Par ailleurs, si la causalité cesse d’être régulière, sa singularité n’exclut pas forcément la nécessité. Plus précisément, elle ménage une détermination stricte à l’intérieur de certaines séquences, sans pour autant qu’on puisse parler de déterminisme absolu, du fait de l’existence objective du hasard81. On peut donc à la fois parler de nécessité au sein de la séquence causale (au moins pour certaines de ses parties) et de contingence au niveau (agrégé) de l’histoire. Reste à comprendre en quoi la nouvelle définition de Ricœur brouille la distinction traditionnelle (sémantique) entre action et événement, et oblige à en modifier le critère, au bénéfice de celui (pragmatique) de l’intervention ou de l’initiative82.

II. Infléchissement logico-transcendantal de l’analyse de la causalité

34Ricœur ne se contente pas de suggérer une alternative « non-humienne » à l’analyse de la causalité pour les sciences humaines : il veut en justifier la pertinence en la fondant de façon rigoureuse. Pour cela, il oriente sa démarche dans une perspective transcendantale originale, non pas subjective (au sens de Kant et Husserl), mais symbolique (au sens logique, c’est-à-dire discursif du terme). En effet, les conditions de possibilités d’une connaissance objective de l’action sont données par des dimensions du discours de l’action. Ce n’est pas ici le lieu de détailler les éléments et la genèse de cette théorie du discours, qui sert d’organon à toute sa philosophie pratique (selon la thèse de l’analogie de l’agir)83, non plus que les modalités de transformation du transcendantal et de la rationalité en un sens clinique et dialectique84. Je n’en retiendrai que les aspects qui concernent directement l’analyse de la causalité : quelles sont les dimensions du langage qui fournissent les conditions de possibilité d’une connaissance de l’action dont l’objectivité s’appuie précisément sur cette explication causale alternative ?

35Ricœur identifie trois points d’accroche logico-transcendantaux – ceux-là mêmes qui structurent l’ouvrage Soi-même comme un autre. Il souligne d’abord l’originalité de la nouvelle forme (téléologique) d’explication causale requise par sa reformulation du problème de la motivation : (1) cette investigation sémantique est complétée par une analyse pragmatique, qui insiste sur le pouvoir-faire du sujet ; (2) encore ne s’agit-il là que des propriétés phrastiques du discours : le passage de l’explication de l’action à celle de l’histoire implique de recourir à la propriété hyperphrastique de la narration ; (3) il faut d’emblée remarquer que ces dimensions discursives ne se rapportent pas terme à terme aux caractéristiques de la nouvelle conception de la modalité que forge Ricœur (conditionnalité, processualité, singularité). Il s’agit plutôt d’une correspondance d’ensemble : le jugement d’imputation causale singulière, qui joue un rôle privilégié (mais non exclusif) en sciences humaines, suppose notamment la possibilité d’initiative d’un agent, dont l’élucidation précise contraint à une refonte de la catégorie de causalité.

1. La dimension sémantique du transcendantal de l’action

36Le premier effort de Ricœur consiste à souligner la dépendance mutuelle entre la grammaire de l’affection (qui brouille la traditionnelle distinction raison-cause) et un type d’explication causale particulier : l’explication téléologique.

a. La critique de l’opposition raison-cause

  • 85 Nous complétons ici un aspect abordé touchant la question plus spécifique de la psychanalyse dans l (...)
  • 86 Paul Ricœur (1977), « Expliquer et comprendre », p. 189 : « Peut-on dire qu’un agent est cause de s (...)
  • 87 Paul Ricœur (1977), « Expliquer et comprendre », p. 189-190 ; et aussi Paul Ricœur (1970-1971), Le (...)
  • 88 Paul Ricœur (1977), « Expliquer et comprendre », p. 190.
  • 89 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 43.
  • 90 Paul Ricœur (1977), « Expliquer et comprendre », p. 191.

37Du point de vue logique, les problèmes issus de cette distinction sont en grande partie artificiels85. En effet, qu’il s’agisse de l’argument de la connexion logique (quelles qu’en soient les variantes considérées), ou de la question de la place de l’agent dans son action, l’opposition n’existe finalement que sur le fond d’une conception humienne de la causalité86. Par ailleurs, l’opposition est elle-même tributaire d’une manière discutable de philosopher, dans la mesure où cette simple dichotomie, fondée sur la multiplicité apparemment libérale des jeux de langage, tend à la fois à la « pacification » à la « volatilisation » du problème87. De fait, l’hétérogénéité prétendue n’empêche pas la persistance des chevauchements et, déjà, au niveau du langage ordinaire, les deux jeux de langage ne sont pas sans interférence. De sorte qu’il vaudrait mieux dire qu’on a affaire en réalité à une gradation : « une échelle où l’on aurait à l’une des extrémités une causalité sans motivation et à l’autre une motivation sans causalité »88. La causalité sans motivation correspond aux « expériences ordinaires de contraintes » : trouble gastrique (cause perturbante), ce qui incite ou amène quelqu’un à faire ceci ou cela, motifs inconscients de type freudien (dimension économique, énergétique). A l’autre extrémité, on trouve « des formes de motivations purement rationnelles, où les motifs seraient des raisons » : c’est notamment le cas des jeux intellectuels ou stratégiques (échecs). L’ordre proprement humain est cet intervalle (le « champ total de motivation ») dans lequel on compare entre eux des motifs plus ou moins rationnels (une envie et un devoir, par exemple), pour les apprécier relativement, les soumettre à une échelle de préférence, et finalement en faire les prémisses d’un raisonnement pratique. Cet entre-deux est le domaine du désir, à la fois force qu’on explique et sens qu’on comprend89, où le motif est à la fois motion du vouloir et justification90.

  • 91 Paul Ricœur (1977), « Expliquer et comprendre », p. 191.
  • 92 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 129.
  • 93 Ricœur remarque que l’analyse linguistique trouve ici sa limite. Tout au plus Kenny (Sir Anthony Jo (...)
  • 94 Ricœur avait cherché à mettre en évidence cette « antériorité dispositionnelle » à travers l’examen (...)

38Le stade purement linguistique de la discussion est peut-être insuffisant, puisque l’enjeu du débat n’est pas tant épistémologique qu’anthropologique. Car le corps propre a un statut bien particulier : « il est à la fois corps parmi les corps (chose parmi les choses), et manière d’exister d’un être capable de réfléchir, de se reprendre et de justifier sa conduite »91. De fait, le corps propre correspond au « champ de motivation par excellence »92, au lieu d’expression de la part pulsionnelle, dynamique du désir (par opposition à la part sensée qui se laisse réduire à une « raison de », à un mobile rationnel), et, comme tel, d’une opacité indépassable (par opposition à la clarté des raisons). Ensuite, il constitue l’organe de la motion volontaire93. Et enfin il est impliqué dans ce que Ricœur nomme « la couche de l’involontaire absolu » : c’est là ce qui explique que je puisse éprouver mon corps dans l’action « comme ce qui non seulement échappe à mes intentions, mais encore me précède dans l’action »94.

  • 95 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 129-130.
  • 96 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 131.

39L’anthropologie pose finalement une question ontologique, à un double point de vue. D’abord, le corps propre est à la fois un objet parmi d’autres et l’organe non objectivable de la perception et de l’action, « son statut ontologique ambigu brise le rapport sujet-objet ; il n’est pas un objet, au sens d’une unité de sens dans une diversité de perspectives variables (...) ; mais il n’est pas non plus sujet au sens de la transparence réflexive »95. L’opposition exclusive entre motif et cause est en fait provisoire, et n’a de validité que dans le cadre de l’opposition entre sujet et objet : une cause est un événement objectif, un motif est une « raison de » pour un sujet de la décision). Or les spéculations pulsionnelles (de type psychanalytique) ne peuvent se voir assigner de lieu logique dans le cadre dessiné par l’opposition raison-cause, la topique freudienne instaurant un clivage du sujet96.

  • 97 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 84 : « ce n’est pas au plan phénoménologique unique (...)
  • 98 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 79. Ricœur reprend cet argument à Melden (Abraham I (...)

40Ensuite, la critique de la rigidité de l’opposition raison-cause porte aussi contre la validité de la distinction stricte entre action et événement97. Traditionnellement, l’action est ce qui fait arriver, et l’événement ce qui arrive simplement. La différence qui sépare ces deux types d’entités est censée être indiquée par le fossé logique qui sépare le rapport de l’événement et de l’action à la vérité : « ce qui arrive est l’objet (…) d’un énoncé constatif qui peut être vrai ou faux ; ce que l’on fait arriver n’est ni vrai ni faux, mais rend vrai ou faux l’assertion d’une certaine occurrence, à savoir l’action une fois faite »98. Or la distinction action-événement se révèle deux fois fragiles, à l’aune d’une analyse discursive.

41D’abord, la grammaire de l’affection, de la passion, celle par laquelle le langage exprime qu’on est « poussé » à faire quelque chose, peut prendre une triple forme, dans lesquelles l’action de faire est corrélative d’une certaine passivité – ce que tend largement à oublier une certaine philosophie analytique :

  • 99 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 43-44, souligne de façon explicite l’incomplétude (...)

« Pourquoi, en effet, sommes-nous si fortement tentés de traiter les motifs comme des causes ? Nos auteurs accusent seulement l’abus de la raison théorique qui tend à objectiver toutes choses, à les traiter sur un mode contemplatif et par conséquent à ne reconnaître que des faits et des causes, mais non des actions, les agents et leurs motifs ; il faut donc, disent-ils, restaurer le désir comme une catégorie de la raison pratique et l’agent comme celui qui agit pour des raisons à cause des désirs qu’il a ; le désir implique un monde pratique, où les choses elles-mêmes ne sont pas seulement des réalités à percevoir, mais des occasions, des chemins et des obstacles pour l’action. Cette remarque est parfaitement légitime ; mais on peut se demander si le monde pratique se réduit au monde de l’action et s’il ne manque pas la dimension de la passivité et donc de la force subie ».99

  • 100 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 84.

42La pulsion, ou impulsion incidente, n’est ni un antécédent au sens de la cause humienne, ni une raison-de au sens rationnel ; la disposition, tendance durable ou permanente à se conduire d’une certaine manière, joint le comment au pourquoi ; l’émotion a un objet qui est aussi sa cause (le chien qui aboie). Or cette passivité, constitutive du « champ total de motivation », n’est nullement subsidiaire, mais constitue au contraire une médiation « essentielle à la relation désirer-agir, qu’on ne saurait réduire à la justification que donnerait de son action un agent purement rationnel »100. Sans quoi, en effet, la raison serait sans désir ; donc, en terme aristotélicien, elle cesserait d’être un motif humain, pour n’être plus qu’une loi.

  • 101 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 86-92. Ricœur souligne notamment que, si le critè (...)
  • 102 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 93-108.
  • 103 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 106.
  • 104 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 93. Cf. également Paul Ricœur (1977), La sémantiq (...)

43Par ailleurs, la dichotomie entre événement et action, apparemment conciliante, fait en réalité disparaître l’agent. Ricœur montre que ce débat sur le quoi de l’action a ceci de commun avec le débat raison-cause, portant sur le pourquoi, qu’il occulte jusqu’à la pertinence de la question qui. Il étudie l’empiètement mutuel des discours de la raison et de la cause chez Anscombe101, avant de souligner la manière dont ils se confondent chez Davidson102. Chez ce dernier, « l’ontologie de l’événement » fondée sur l’analyse logique des phrases d’action occulte nécessairement « la problématique de l’agent en tant que possesseur de son action »103, du fait de la définition de l’événement comme occurrence incidente, entité irréductible, mise sur le même plan que les substances au sens d’objets fixes104. Cette lecture de Ricœur a toutefois suscité certaines objections.

  • 105 Pascal Engel (1993), « Introduction » à Donald Davidson, Actions et événements, Paris, PUF, p. 4 : (...)

44Pascal Engel remarque d’abord que Davidson ne néglige pas cet aspect de l’acte, mais le repousse en dehors de la philosophie de l’action proprement dite, en le réservant à l’éthique105. Selon lui,

  • 106 Pascal Engel (1993), « Introduction » à Donald Davidson, Actions et événements, p. 29.

« il semble en effet que, dans la conception davidsonienne, les propriétés qui rapportent une action à son agent, à celui qui la projette, la cause, et s’y engage, soient renvoyées au plan des descriptions intentionnelles de l’événement, sans que l’on puisse voir quel rôle distinctif ces propriétés peuvent jouer par rapport à l’événement impersonnel qu’est l’action »106.

  • 107 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 4-5.
  • 108 Cf. Philippe Lacour (à paraitre), « Sens et interprétation dans la philosophie de Donald Davidson » (...)
  • 109 Pour Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 73, la philosophie du langage joue à l’égard d (...)

45Mais Ricœur, d’une part, revendique lui aussi un espace logique autonome pour la philosophie de l’action, qui soit différent de celui des sciences de l’homme et de l’éthique, sans pour autant que cela disqualifie à ses yeux la question de la possession de l’action107. D’autre part, si Davidson ne remet jamais en question cette idée d’impersonnalité de l’action, Ricœur la critique, et, pour des raisons précises, lie au contraire l’agency à sa dimension personnelle : l’action est pour lui un événement ascriptible à un agent, et jamais un simple événement quelconque. Or les raisons pour lesquelles Ricœur considère la question qui ? comme centrale dans la théorie de l’action sont tirées de la philosophie du langage : c’est parce qu’il existe une dimension pragmatique du langage, que l’approche davidsonienne paraît manquer dans une certaine mesure108, que l’analyse de l’action doit nécessairement faire état du lien de celle-ci à son agent109.

  • 110 Pascal Engel (1993), « Introduction » à Donald Davidson, Actions et événements, p. 29.
  • 111 Selon Engel, Davidson « exclut l’idée qu’il y aurait, au cœur de toute action, une action « primiti (...)

46En outre, pour Engel, le fait que l’on sépare les événements de leurs descriptions n’implique nullement « que l’on ne s’intéresse pas aux propriétés spécifiques qui font d’un événement un agir (agency) »110 ; cela empêche simplement d’avoir recours à une causalité primitive, qualifiée de nouvel asile de l’ignorance111. Mais Engel reconnaît lui-même que cela est largement imputable à « la conception purement événementielle [humienne] de la causalité [que Davidson] adopte ». Or, tout l’effort de Ricœur consiste précisément à mettre en question ce préjugé de la causalité humienne, en élaborant une conception alternative qui lui permet précisément de reconsidérer la question de l’agency comme pouvoir faire. Et, loin de se contenter de donner un nom au problème, il aboutit à l’idée de causalité primitive après un long parcours critique conséquent. Sans doute est-ce parce que P. Engel conçoit la causalité sur le mode atomistique d’un lien entre événements discrets qu’il considère une telle notion comme inscrutable. Aussi bien l’obstacle véritable ne réside-t-il pas tant dans le mystère supposé du pouvoir-faire, que dans l’inadéquation du concept de causalité mobilisé.

b) L’explication téléologique

  • 112 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 97-98 : « si la phénoménologie de l’envie-de exige (...)
  • 113 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 95.
  • 114 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 46.
  • 115 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 95.
  • 116 Paul Ricœur  (1990), Soi-même comme un autre, troisième étude.

47La grammaire de l’affection requiert un nouveau mode d’explication causal, fourni par l’explication téléologique, dont Ricœur emprunte le modèle à Charles Taylor112. Le propos de Ricœur peut, à première vue, sembler ambivalent. D’un côté, en effet, il affirme que C. Taylor « cherche, dans le concept même d’explication, l’opposition majeure entre l’explication causale et l’explication téléologique »113. De l’autre, il soutient que l’explication téléologique, quoique « opposée à la connexion contingente de la causalité humienne », reste « pourtant (...) une explication causale »114. En réalité, si l’ambiguïté sémantique est certaine, la contradiction n’est qu’apparente. Ricœur oublie de préciser, à chaque fois, de quelle conception de la causalité il parle : celle qu’il critique (humienne), ou celle qu’il prône (motivationnelle). Dans le premier cas, où il oppose explication causale et téléologique, Ricœur cherche en fait à souligner la spécificité de l’explication téléologique pour mieux la distinguer de l’explication causale conçue, dans le vieux vocabulaire, comme causalité humienne. Aussi bien s’agit-il pour lui de montrer que l’on peut échapper à l’alternative exclusive comprendre (phénoménologiquement) et expliquer (scientifiquement), dans la mesure où, « sur la base » de l’explication téléologique « la compréhension phénoménologique peut […] être coordonnée à l’explication téléologique »115. Dans le second cas, au contraire, c’est la nouvelle définition de la causalité (motivationnelle) qui est utilisée. Si on ne prête pas attention à ce point, on risque de ne pas comprendre pourquoi Ricœur reproche à Davidson de subordonner l’explication téléologique à l’explication causale (en effaçant le sujet de l’action au bénéfice d’une relation entre événements impersonnels), tout en considérant lui-même l’explication téléologique comme causale116. En fait il reproche à Davidson de subordonner l’explication téléologique à l’explication causale humienne, et considère l’explication téléologique comme une explication causale motivationnelle.

  • 117 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 46.
  • 118 La notion aristotélicienne d’hexis, dont on trouve des traces chez Ryle (Gilbert Ryle (2002), The C (...)
  • 119 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 46. L’exposé de la position de C. Taylor dans Pau (...)
  • 120 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 46.
  • 121 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 96. Cf. Charles Taylor (1964), The Explanation of (...)
  • 122 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 96. Cf. Charles Taylor (1964), The Explanation of (...)

48Ricœur se donne comme objectif de « chercher non pas ce qui s’oppose à l’idée de cause, mais un caractère de la causalité qui convient à une certaine sorte d’agents »117. Or, l’explication téléologique cherche en fait à « unir fin et cause dans la notion de disposition »118, afin d’expliquer que, si un individu est incliné dans une direction, c’est en tant qu’il est mû par son but119. C’est donc une explication d’un type particulier, où « ce ne sont pas les conditions antécédentes qui expliquent, mais l’ordre même que ces conditions produisent »120. C’est que « la référence à l’ordre est incluse dans les conditions antécédentes elles-mêmes qui amènent un certain effet »121. Ricœur précise à raison que ce n’est pas tout le sens de purpose que vise ici C. Taylor, mais seulement une partie : « à savoir que le but en vue duquel... est d’une certaine manière impliqué dans la production de la chaîne des phénomènes »122. Le projet de C. Taylor est de reformuler l’explication téléologique sans invoquer d’entité additionnelle mystérieuse, d’une autre nature que les antécédents physiques, en comprenant cette explication comme la forme d’une loi susceptible d’être assignée empiriquement :

  • 123 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 97.

« La forme de loi impliquée dans l’explication téléologique concerne l’état du système appelé organisme dans son rapport avec son environnement. Soit un animal qui fond sur sa proie : la condition – outre la faim – est que l’animal dispose en son répertoire d’un montage défini précisément par ceci qu’il produira le résultat, à savoir, la capture. Ce montage, cette pièce du répertoire, est le type d’événement qui a pour trait logique de faire arriver cette fin ; on peut donc dire équivalemment que cet événement est exigé (required) pour faire arriver cette fin. Telle est la structure logique de l’explication téléologique : qu’un certain cours de chose dépende d’un événement exigé pour une fin. Nulle entité inobservable n’est introduite. On a seulement fait une assertion concernant la forme des lois qui régissent un système. La conduite est une fonction de cette sorte de système requérant cette forme d’explication. Que tel état de système requière telle forme d’explication est parfaitement observable, en ce sens que l’expérience décide s’il faut tenir pour cause suffisante d’un certain comportement un événement contenant dans sa description et sa définition qu’il est exigé pour faire arriver un autre événement appelé sa fin. Cela peut être vérifié ou falsifié, cela permet de prédire et contrôler les phénomènes de cette sorte »123.

  • 124 Taylor ajoute : de toute « loi fonctionnelle explicative » (explanatory functional law). À cette ex (...)
  • 125 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 97-98. Taylor s’inspire ici des remarques par les (...)
  • 126 Une telle explication n’invente pas une entité mystérieuse, mais décrit un état de système, en cons (...)
  • 127 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 47.

49Ce qui obscurcit le sens de la cause téléologique n’est pas l’exigence d’identifier séparément l’antécédent et le conséquent (critère de toute explication124) mais l’atomisme, qui « interdit de faire figurer dans l’identification d’un terme son lien à un autre terme, et qui exige que toute connexion se fasse entre des unités discrètes »125. De fait, l’explication téléologique satisfait à l’exigence d’identification séparée, mais rejette cette interdiction (atomiste) d’identifier un terme par son lien à un autre terme, puisqu’une partie décisive de la notion d’antécédent consiste alors à faire arriver tel telos. Or seul le préjugé atomiste soupçonne ici une entité énigmatique, car une telle explication dit seulement que le fait pour un événement d’être requis pour une fin donnée est une condition suffisante de l’apparition de cet événement126. Par quoi elle désigne bien une cause, identifiable de façon séparée, qui permet de « prédire », mais aussi « d’agir sur... de contrôler ». Une telle explication n’exprime en fait que l’idée de tendance naturelle, « distincte de celle d’accident aveugle, ce que serait la connexion contingente entre deux événements »127.

  • 128 C. Taylor diagnostique ce paralogisme chez Braithwaite (Richard Bevan Braithwaite (1968), Scientifi (...)
  • 129 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 98. Pour C. Taylor (Charles Taylor (1964), The Ex (...)

50Le préjugé atomiste pousse donc les anti-mécanistes à revendiquer des entités cachées (virtus dormitiva). Refusant d’introduire la notion d’un événement exigé pour que telle fin arrive, on traite le purpose comme une « entité discrète, tenant le rôle d’antécédent causal ». Ce faisant, on prête le flanc aux critiques des behaviouristes, qui travestissent l’explication téléologique en la présentant comme une inversion de la relation causale (où l’effet produit la cause), donc par renversement temporel de la relation128. L’illusion provient peut-être des fausses évidences de l’expérience. Dans la mesure, en effet, où le dysfonctionnement d’un système fait appel à une explicitation causale (lésion, obstacle, perturbation, autant d’antécédents de non-fonctionnement), l’observation se prête à une extrapolation erronée : si une perturbation est la cause d’un non fonctionnement, l’absence de perturbation, donc la disposition normale, est la cause non téléologique du fonctionnement. Le paralogisme serait alors le suivant : « l’explication non téléologique des dysfonctionnements est prise pour modèle du fonctionnement normal, alors que la simple négation d’une cause perturbante définit seulement la cause sine qua non, c’est-à-dire nécessaire mais non suffisante »129.

  • 130 Paul Ricœur,(1977), La sémantique de l’action, p. 99.
  • 131 Paul Ricœur (1977), Soi-même comme un autre, p. 98 : « C’est, à partir de là, la tâche de la sémant (...)

51Ricœur prolonge les analyses de Taylor en donnant à l’explication téléologique une portée transcendantale. Comme l’a souligné C. Taylor, cette explication est à la fois plus complexe que l’explication causale, au sens humien (Kant l’a montré dans sa troisième Critique), et plus primitive, puisque aristotélicienne et prégaliléenne. Il faut en conclure que sa validité ne peut être aujourd’hui de nouveau reconnue avec la légitimité qu’elle mérite qu’à condition de renoncer à en faire un modèle universel de l’explication, comme elle avait pu l’être auparavant, et d’accepter de n’y voir qu’un mode explicatif parmi d’autres130. Par ailleurs, l’un des traits les plus frappants de l’explication téléologique est l’écho important qu’elle trouve au niveau du langage ordinaire, notamment dans l’usage des termes comme « tendance », « tendance naturelle », « pouvoir », etc. Mais suffit-il de remarquer la résonance entre un type épistémologique et le langage courant pour la justifier ? C’est en ce point que Ricœur innove131.

52Il souligne en effet entre langage ordinaire et explication téléologique une « corrélation intéressante » valant « dans les deux sens ». D’abord, puisque la forme d’explication téléologique constitue le sens implicite de l’explication de l’action par des dispositions, on peut parler d’une « déduction transcendantale » de l’explication téléologique à partir des caractéristiques du discours ordinaire qu’une telle explication rend possible :

  • 132 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 47.

« classer une action comme intentionnelle, c’est dire par quel type de loi elle doit être expliquée et du même coup exclure (rule out) un certain type d’explication ; autrement dit c’est décider de la forme de loi qui régit l’action et en même temps exclure que ce soit une loi mécanique ; ici décrire et expliquer coïncident ; la classe descriptive est la même chose que le style d’explication : la question quoi s’effectue dans la question pourquoi ; un énoncé par le but vaut description ; l’explication est une re-description par le but en vue de quoi »132.

  • 133 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action. C. Taylor n’affirme pas qu’aucune critique du langag (...)
  • 134 Charles Taylor (1964), « Action and Desire », in The Explanation of Behaviour p. 47-48. Il s’agit d (...)
  • 135 Charles Taylor (1964), « Action and Desire », in The Explanation of Behaviour p. 48.

53Ricœur souligne ainsi la dimension nécessaire, d’une relation que Taylor n’avait fait que remarquer : « l’épistémologie de la causalité téléologique est ainsi l’explication du caractère incontournable du langage ordinaire »133. Ensuite, si l’explication téléologique explicite la forme implicite à la description du discours ordinaire (direction vers, tendance, disposition à...), en retour celui-ci ajoute à la forme d’explication « la référence à un caractère phénoménologique de l’expérience de l’action, caractère qui n’est pas contenu dans la forme (qui, en tant que telle, se réduit à la loi d’un système) »134. Autrement dit, à la notion générale de l’explication par un but, l’expérience humaine ajoute celle d’une « orientation consciente par un agent capable de se reconnaître comme le sujet de ses actes » – cet ajout n’étant pas simple application de la loi, mais spécification135.

  • 136 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 100 : « il appartient à la signification du désir (...)
  • 137 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 12. Cf. Philippe Lacour (2017), « Ricœur et Grang (...)
  • 138 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 17.

54Certes, pour C. Taylor lui-même, la continuité entre le discours ordinaire et la forme téléologique de l’explication tient à la place du désir dans le discours de l’action136. Reste que c’est en soulignant le rapport réciproque entre explication téléologique et langage ordinaire qu’on peut vraiment placer ces remarques dans une perspective transcendantale, en s’inspirant de l’effort similaire de Strawson pour dégager un schème de la perception137. C’est finalement ce qui explique le rôle de « pont » joué par l’explication téléologique entre philosophie de l’action et science de l’action, et que Ricœur rapproche du jugement réfléchissant kantien138.

  • 139 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 95. Pour une présentation du monisme anomal de Davi (...)
  • 140 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 94. Que l’usage substantif de l’intention, l’intent (...)
  • 141 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 95 : « C’est finalement l’aptitude à entrer dans un (...)
  • 142 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 107. Sur l’ontologie de l’événement chez Davidson, (...)
  • 143 Cette position est convergente avec celle de Mackie. Alors que Hart et Honoré soulignent que la pol (...)
  • 144 C’est ainsi qu’on peut expliquer l’apparent oxymore de la déclaration suivante : « il revient à une (...)

55Toutefois, tout le monde ne s’accorde pas à donner une telle importance à l’explication téléologique, à commencer par Davidson. L’originalité de sa position tient à ce qu’elle combine la reconnaissance du caractère téléologique de l’action au plan descriptif et la négation de l’existence d’une explication téléologique de l’action : il inscrit en effet « la téléologie du plan descriptif dans la causalité du plan explicatif »139. Du coup, Davidson reconnaît certes que c’est l’intention qui distingue l’action de tous les autres événements. Mais il conçoit l’intention sur le mode adverbial140, afin de mieux l’intégrer à son cadre causal (humien)141. En effet, dans la mesure où décrire une action intentionnelle c’est mentionner, par un adverbe, la « raison » pour laquelle elle a été faite, « la description vaut explication ». D’un point de vue ontologique, l’inclusion de l’explication téléologique par des raisons dans l’explication causale consacre la disparition du sujet « au bénéfice d’une relation entre événements impersonnels »142. Au contraire Ricœur refuse cette absorption, restitue à l’explication téléologique sa spécificité143, et fait de l’explication téléologique un mode d’explication causale (motivationnelle)144.

2. La nature de l’agency : dimension pragmatique du transcendantal

56Le second moment de l’effort logico-transcendantal de Ricœur consiste à souligner la dépendance mutuelle entre un trait pragmatique fondamental (l’ancrage indexical du pronom « je ») et le lexique du pouvoir-faire de l’agent, auquel renvoie inévitablement l’explication de l’action (la causalité de la liberté). La capacité à « dire je » est en effet une condition de possibilité d’une explication objective de l’action.

  • 145 Ruwen Ogien (1991), « Plaidoyer pour l’événement quelconque », in Raison Pratique n°2, « L’événemen (...)
  • 146 Il prévient lui-même l’objection : « avec la notion de pouvoir-faire revient la vieille idée de cau (...)
  • 147 Il précise d’ailleurs que cette forme du pouvoir-faire que prend l’aporie de l’ascription est « la (...)

57Dans l’effort de Ricœur pour infléchir l’analyse téléologique de C. Taylor en un sens transcendantal, le risque le plus important concerne l’introduction d’une capacité, aux connotations mystérieuses, et dont le rôle, dans l’ensemble de la démonstration, semble faire figure d’argument circulaire, quasi tautologique : finalement, on explique l’action par le pouvoir d’agir de l’agent. C’est ce que lui reprochent notamment Ruwen Ogien, Pascal Engel ou Vincent Descombes145. La réponse (par anticipation) de Ricœur consiste à faire de cette capacité de l’agent un fait primitif qui ne soit pas un fait « brut », en le dialectisant. De fait, Ricœur est conscient du risque de facilité que ferait courir à son propos l’utilisation d’un argument paresseux146. C’est pour le conjurer qu’il met l’aporie au travail, sans se cantonner à une immédiateté naïve147.

  • 148 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 85.
  • 149 C’est le cas notamment chez Mackie et von Wright. Collingwood (Robin George Collingwood (1993), The (...)

58Le fait « brut » désigne l’expérience familière consistant à commencer une série de phénomènes, à faire arriver (l’effet domino, qu’un geste premier enclenche), à produire un acte en tant qu’auteur : la notion d’agent implique une capacité qui nous ramène en deçà du concept moderne (humien) de cause, « en un point où causer signifie encore produire »148. Si beaucoup d’auteurs font allusion à cette origine de la notion de cause, c’est la plupart du temps pour en critiquer l’anthropomorphisme et tâcher de lui donner une forme plus conceptuelle149. Mais certains ont aussi essayé de mieux cerner ce pouvoir-faire.

  • 150 Richard Taylor (1966), Action and Purpose, Englewood Cliffs, Prentice Hall.
  • 151 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 86.
  • 152 Richard Taylor (1966), Action and Purpose, II ; Richard Taylor (1975), « The Metaphysics of Causati (...)
  • 153 C’est là un argument que Ricœur retiendra, et qui intervient dans la discussion de la seconde apori (...)
  • 154 Selon R. Taylor, on doit relier la notion de motif à celle de pouvoir de deux manières : 1) on s’en (...)

59Pour Richard Taylor150, le concept de causalité de l’agent est tout d’abord une catégorie philosophique ultime, au sens où il ne peut être analysé en d’autres concepts, et qu’on peut tout au plus lui fournir des synonymes (je peux, cela dépend de moi, cela est en mon pouvoir, j’essaie, je provoque, je fais en sorte que...). Par ailleurs, même si une idée primitive ne peut être dérivée d’aucune autre, elle peut être reliée à tous les autres concepts du même réseau, principalement au concept de purpose. Comme le souligne Ricœur, ces deux caractères d’une idée primitive vont de pair151. La première démarche est très décevante, puisqu’elle aboutit à une sorte de tautologie : pouvoir, c’est pouvoir, et rien d’autre152. La seconde implique de rattacher l’analyse conceptuelle de la notion de pouvoir à la description de l’action humaine, en montrant que le concept d’agency est plus primitif que celui d’imputation (antérieur à toute qualification normative, éthique ou juridique)153, donc que la notion de pouvoir et celle d’intention s’appuient l’une sur l’autre, de même que celle de pouvoir et de motif154.

  • 155 Elizabeth M. Anscombe (2002), Intention. Ricœur rapproche cette distinction de celle établie par Me (...)

60Elizabeth Anscombe oppose, quant à elle, la connaissance par observation (know-that) et la connaissance sans observation (know-how), ou connaissance pratique155. Les événements connus sans observation désignent chez elle non seulement les actions intentionnelles, mais aussi les postures (qui ne sont pas des actions) –la position de mon corps et de ses membres–, et les actions involontaires (un bruit m’a fait sursauter). La connaissance sans observation n’est pas pour autant exclusivement obscure, car elle inclut aussi le raisonnement pratique, qui est un calcul.

  • 156 Arthur C. Danto (1965), « Basic Actions », American Philosophical Quarterly, n°2 ; (1973), Analytic (...)
  • 157 Ce parallélisme est lui-même fondé sur le parallélisme entre l’objet et l’événement, entre vrai et (...)
  • 158 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 31.
  • 159 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 32.
  • 160 Selon Danto, « Nous savons tous, de façon directe et intuitive, qu’il y a des actions de base et qu (...)
  • 161 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 33.

61Enfin Danto définit l’action de base comme ce qui ne requiert aucune autre action intermédiaire qu’il faudrait avoir faite pour (in order to) faire telle ou telle chose156. Cherchant à isoler des actions comme on isole des propositions, il développe un argument logique, qui s’explique par le parallélisme de l’action avec la connaissance157. En effet, de même que toute connaissance médiate renvoie à un savoir immédiat ou direct (je crois qu’il y a un chat parce que je le vois), de même, si quelque chose est fait à travers quelque chose d’autre, alors il doit y avoir une action qui est faite purement et simplement. L’argument est logique, au sens où il n’identifie aucune action comme inconditionnellement de base (une même action peut être de base dans un cas mais non dans un autre), mais qu’il isole régressivement, en deçà des actions à travers lesquelles une chose est faite, un acte fait purement et simplement. Le problème central est celui posé par la question frégéenne de l’extériorité de l’assertion comme acte par rapport à sa structure ou son contenu (le trait de jugement ne fait pas partie de la proposition) : transposé à l’action, cela se traduit par un fossé entre le statut d’événement et celui d’action158. La notion neutre d’événement est ainsi, par rapport à celle d’action, dans le même rapport (intensionnel, et non extensionnel) que le sens d’une proposition par rapport à son assertion – la volition prenant la place du trait de jugement de l’assertion. On peut alors échapper à l’alternative de l’alignement (il n’y a rien de plus dans l’action que dans l’événement) et de la duplication fantôme (il y a dans l’action un agent interne qui est lui-même une autre sorte d’événement), dans la mesure où la différence entre l’action et l’événement est celle qui existe entre m fait arriver b, et b arrive. La notion d’action de base se voit ainsi conférée un statut de relation performative directe (au sens d’un recouvrement complet entre l’événement et faire que tel événement soit). Le parallèle est strict entre la cognition de base, qui franchit l’abîme logique entre l’assertion et le sens (je le crois parce que je le vois), et l’action de base (cela arrive parce que je le fais)159. Ricœur soupçonne toutefois une « phénoménologie implicite du je peux » de soutenir l’argument en apparence purement formel de la régression finie des actions médiates vers les actions de base160. De fait, « s’il n’est pas inscrit dans une phrase qu’elle soit de base, ni dans une action qu’elle soit de base, la connaissance sans observation que nous disposons d’un répertoire sensoriel et pratique semble bien supporter toute l’argumentation », et le pouvoir semble bien être « dans l’ordre de l’agir ce que l’évidence est dans l’ordre du connaître »161.

  • 162 Ricœur aurait aussi pu citer Mackie qui souligne que la notion de « priorité causale » (qui définit (...)

62Les pistes ouvertes par ces auteurs sont suggestives mais insuffisantes162. D’où l’idée, pour transformer ce fait « brut » en fait « primitif », d’employer une dialectique qui passe par deux moments successifs. Le premier insiste sur l’antagonisme entre la causalité primitive de l’agent et les autres modes de causalité, tandis que le second souligne au contraire leur synergie, dans le fait primitif de l’initiative.

  • 163 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 125-127.
  • 164 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 127. L’investigation n’est pas interrompue arbitrai (...)
  • 165 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 127.

63Dans sa phase disjonctive, la dialectique s’inspire de la troisième antinomie kantienne, qu’elle renouvelle163. L’opposition passe « nécessairement » entre l’événement qui arrive et l’événement qu’on fait arriver, entre cause et motif, entre connaissance par observation et connaissance sans observation, mais la formulation antithétique du problème « culmine dans la polarité entre ascrire et décrire ». La thèse affirme la spontanéité absolue de l’action sous la forme de l’action de base (ce que chacun sait faire sans recourir à une action médiate d’ordre instrumental ou stratégique qu’il aurait fallu apprendre au préalable ; l’équivalent pratique de l’évidence cognitive). L’antithèse lui oppose la seule causalité des lois. À titre de commencement d’une série causale, la notion d’action de base revêt donc un caractère problématique, antithétique, par lequel elle paraît pouvoir échapper à l’accusation d’argument paresseux. En fait, c’est parce que cette notion laisse « non développée » la question de l’attribution à un agent que son caractère antithétique reste lui-même « inaperçu ». En revanche, quand on confronte les réponses à la question qui ? aux réponses à la question pourquoi ?, l’antinomie passe au premier plan. De fait « si la recherche des motifs d’une action est interminable, celle de son auteur est terminable »164. Ricœur résume bien le paradoxe déroutant de l’agency : « L’agent s’avère ainsi être une étrange cause, puisque sa mention met fin à la recherche de la cause, laquelle se poursuit sur l’autre ligne, celle de la motivation ». C’est donc par l’agent que l’antithétique dont parle Kant « pénètre » dans la théorie de l’action « au point d’articulation de la puissance d’agir et des raisons d’agir »165.

  • 166 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 128 : « le commencement pratique in medias res n’ex (...)
  • 167 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 128.

64Mais il faut encore aller plus loin. Ce qui est essentiel à la formulation de l’antinomie, kantienne, c’est l’idée de complétude, d’intégralité de la série causale, ainsi que la distinction entre commencement du monde et commencement dans le monde166. Ricœur en distingue l’équivalent dans la théorie de l’action, dans le cadre « provisoire » de la théorie des descriptions, et dans celui plus crucial de la portée du commencement de l’action167. Dans le premier, le problème initial est d’identifier et de dénommer les actions appartenant à une chaîne pratique, et de savoir quelle est la « vraie » description. L’exemple d’Anscombe dans Intention (des hommes bougent leurs bras, ils actionnent une pompe, ils alimentent un bâtiment en eau, cette eau est empoisonnée, elle empoisonne des comploteurs, leur mort permet le succès d’un mouvement révolutionnaire) illustre très bien la perplexité qui saisit quiconque s’efforce de répondre à cette question épineuse. Si de multiples réponses sont également recevables, c’est parce que le premier geste « avale » (swallows) la chaîne des événements qui en résultent jusqu’à la dernière série, à laquelle l’histoire s’arrête. Ricœur résume très bien la difficulté :

  • 168 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre p. 129.

« Pour la logique du raisonnement pratique, la série, pour parler comme Kant, est unifiée par un lien d’implication de type moyen-fin ; mais, du point de vue causal, celui des événements et non plus des intentions, l’unification de la série est assurée par la capacité d’intégration et de sommation exercée par le commencement lui-même de la série considérée, dont la visée intentionnelle traverse la série entière »168.

65C’est en fait avec la question de la portée du commencement de l’action que « l’hésitation » se fait « aporie », quand on passe de la description du quoi à l’ascription au qui. En effet,

  • 169 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 129.

« jusqu’où s’étend l’efficace du commencement et, par conséquent, la responsabilité de l’agent, eu égard au caractère illimité de la série des conséquences physiques ? »169.

  • 170 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 129-130 : « dès lors que le commencement de l’actio (...)
  • 171 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 130.
  • 172 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 131.

66Ce problème est inverse de celui des actions de base : la question n’est plus de déterminer jusqu’où remonter dans la série des causes, vers l’amont, mais de savoir jusqu’où descendre, vers l’aval. Mais alors que la causalité de l’agent constituait une sorte de butoir pour le mouvement de remontée dans la série des causes, « la diffusion de l’efficace du commencement paraît sans borne du côté des effets ». Ce problème ressemble à la notion kantienne d’un commencement relativement premier dans le cours entier du monde170. L’appréciation des « confins du règne du commencement » est difficile, dans la mesure où « un agent n’est pas dans les conséquences lointaines comme il l’est en quelque sorte dans son geste immédiat »171. D’une part, en effet, l’action se détache de l’agent et les « lois » de la nature, qui en prennent le relais, provoquent parfois des effets non voulus, voire pervers ; d’autre part, l’action d’un agent particulier s’enchevêtre avec l’action de tous les autres, et il devient difficile de démêler ce qui revient à chacun dans une action de groupe. Le problème de la distribution s’ajoute donc à celui de la délimitation et rend la décision d’attribution particulièrement complexe. Si cette décision d’assignation a une structure conflictuelle, c’est en raison de l’antinomie qui la traverse172.

  • 173 Paul Ricœur, (1990), Soi-même comme un autre, p. 133.
  • 174 Cette idée est davantage développée dans Paul Ricœur (1986), « L’initiative », in Du texte à l’acti (...)
  • 175 Par-delà Kant, Ricœur rattache son propos à la notion aristotélicienne de sunaition (co-responsabil (...)
  • 176 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 133.

67La réflexion dialectique produit aussi une conjonction de la thèse et de l’antithèse. Pas plus que Kant, Ricœur n’en reste à l’antinomie ; mais il ne cherche pas à donner une issue morale à l’antinomie, en faisant de l’aptitude de l’action à se soumettre à des règles, à obéir ou non au devoir, le critère exclusif de la réalité de la liberté intelligible173. Il préfère distinguer celle-ci dans sa trace phénoménale qu’est l’initiative174. Ce phénomène spécifique du champ pratique, où se combinent thèse et antithèse, est défini comme « une intervention de l’agent de l’action dans le cours du monde, intervention qui cause effectivement des changements dans le monde ». Nous ne pouvons nous représenter cette prise de l’agent humain sur les choses, au milieu du cours du monde, que comme une conjonction entre plusieurs sortes de causalité175. L’exigence de procéder à cette union résulte de la nécessité de conjoindre le qui au quoi et au pourquoi de l’action, « nécessité issue elle-même de la structure d’intersignification du réseau conceptuel de l’action ». Unir, conjoindre, c’est mettre un terme à la juxtaposition contradictoire176.

  • 177 Georg H. Von Wright (2004), Explanation and Understanding.
  • 178 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 134.
  • 179 Von Wright précise que cette conjonction n’advient que si nous sommes assurés (« we feel confident  (...)
  • 180 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 134.

68C’est Von Wright qui a élaboré la tentative la plus cohérente pour approcher cette conjonction177. Le modèle quasi-causal est en effet mixte, en ce qu’il coordonne des segments téléologiques, justiciables du raisonnement pratique, et des segments systémiques, justiciables de l’explication causale (nomologique). Ce qui fait problème, ce sont précisément les points de « suture » entre les uns et les autres, puisque « chaque résultat d’un syllogisme pratique est une action effective qui introduit un fait nouveau dans l’ordre du monde, lequel fait déclenche à son tour une chaîne causale » et que, « parmi les effets de celle-ci, de nouveaux faits surgissent qui sont assumés à titre de circonstances par le même agent ou d’autres agents »178. En effet, ce qui doit rendre possible cet enchaînement entre fins et causes, c’est « la capacité qu’a l’agent de faire coïncider une des choses qu’il sait faire (qu’il sait pouvoir faire) avec l’état initial d’un système dont il détermine du même coup les conditions de clôture »179. Ainsi, avec l’idée d’intervention, synonyme de « mettre un système en mouvement », les notions d’action et de causalité sont censées se rejoindre. Mais le risque est qu’elles se rapprochent sans se toucher, de sorte qu’elles ne se recouvrent pas : dans une telle analyse « les deux composantes – systémique et téléologique – restent distinctes quoique enchevêtrées ». Sans doute est-ce là le signe d’une véritable « impuissance à surmonter la discontinuité »180.

  • 181 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 135-136 : « ce n’est que dans cette phénoménologie (...)

69C’est qu’un autre type de discours est ici requis, qui puisse reconnaître le « je peux » comme « l’origine même de la liaison entre les deux types de causalité »181. Même si la résolution définitive de l’aporie est ajournée, sa traversée permet de transformer le fait « brut » du pouvoir-faire (comme tel, argument paresseux) en fait « primitif » de l’initiative (comme tel, argument épistémique). Le gain est d’ordre spéculatif :

  • 182 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 136.

« le passage du stade disjonctif au stade conjonctif de la dialectique n’avait pas d’autre but que de porter à un niveau réflexif et critique ce qui est déjà pré-compris dans cette assurance de pouvoir-faire »182.

  • 183 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre p. 135.
  • 184 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, 10ème étude (« Vers quelle ontologie ? »).
  • 185 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 71. Non pas certes de façon exclusive, puisque c’es (...)
  • 186 Cf. Philippe Lacour (à paraitre), « Sens et interprétation dans la philosophie de Donald Davidson » (...)
  • 187 Ni patient, comme le souligne R. Ogien (Ruwen Ogien (1991), « Plaidoyer pour l’événement quelconque (...)

70L’aporie, loin de marquer la fin de la pensée, n’en est donc que le début, voire le prétexte, dans la mesure où son parcours correspond précisément au mouvement même de la réflexion183. Encore ce qui importe n’est-il pas tant la nature (exploratoire) de la nouvelle ontologie proposée (l’unité analogique de l’agir184), que la nécessité de dépasser une ontologie ne se souciant pas de rendre compte du pouvoir-faire de l’agent – celle de l’événement quelconque, pensé sur le mode de la substance (Davidson). L’argument pragmatique transcendantal fourni par Granger permet de transformer le « paradoxe » de l’ancrage en véritable « aporie »185, et incite ainsi à partir à la recherche d’une autre ontologie. Au contraire, l’analyse davidsonienne, parce qu’elle ne donne pas toute sa dimension à cette dimension du langage186, paraît conduire à une philosophie de l’action sans agent187.

3. La dimension poétique du transcendantal : de l’action à l’histoire

71La réflexion transcendantale de Ricœur sur l’action prend sa pleine cohérence logique, en passant au niveau hyperphrastique. Ricœur s’efforce en effet de souligner la dépendance mutuelle entre un trait fondamental du discours (la dimension poético-narrative) et l’application de la catégorie de la causalité à l’histoire188. La possibilité de l’imputation causale singulière présuppose une compréhension narrative qui lui est toujours préalable et dialectiquement liée. Il insiste d’abord sur l’échec d’une extension pure et simple des principes de l’explication de l’action au domaine de l’histoire (a), puis procède à un retournement méthodologique, et montre comment toute explication causale, en histoire, se détache sur le fond d’une compréhension narrative. Par-là, il cherche à instituer l’intrigue en un nouveau transcendantal de la pensée de l’action, de type poétique (b). Ce changement radical de perspective lui permet finalement de souligner le rôle de l’imputation causale singulière (c).

a) L’échec de la stratégie de l’extension de l’action à l’histoire

  • 189 Paul Ricœur (1983), Temps et Récit 1, p. 232.
  • 190 William Dray (1957), Laws and Explanation in History, Oxford, Oxford University Press ; et William (...)
  • 191 Paul Ricœur (1983), Temps et récit, (Tome 1), p. 233. Cette présomption est sans limite et inclut l (...)
  • 192 Sur cette erreur « intellectualiste », cf. Philippe Lacour (2016), « Adolf Grünbaum critique de Ric (...)

72L’explication téléologique de l’action n’épuise pas le sens de l’explication causale, en raison de la permanence d’une forme d’explication causale-nomologique (le « segment systémique » de l’explication), mais aussi parce que l’explication téléologique n’est adaptée qu’aux actions individuelles189. William Dray190 tente de résoudre le problème en étendant purement et simplement l’explication individuelle par les raisons, en arguant d’une présomption de rationalité191, devant garantir la possibilité d’appliquer l’explication de l’action à des collectivités (l’ellipse permettant de personnifier des nations), ou encore d’aborder les phénomènes à grande échelle de façon fragmentée. Mais il commet l’erreur de trop réduire les « raisons » aux calculs (délibérations) conscients, aux dépens des dispositions (et autres figures de la passivité)192.

  • 193 Paul Ricœur (1983), Temps et récit 1, p. 248.
  • 194 Paul Ricœur (1983), Temps et récit 1, p. 253.
  • 195 Paul Ricœur (1983), Temps et récit 1, p. 254. Au sens strict, il faudrait parler de « mise en intri (...)
  • 196 Paul Ricœur (1983), Temps et récit 1, p. 255-310.
  • 197 Paul Ricœur (1983), Temps et récit 1, p. 254.

73Au contraire, Von Wright reprend à C. Taylor la notion d’explication téléologique, adaptée aux dispositions, mais est conscient que, pour atteindre l’histoire, il ne suffit pas d’allonger le tir de la visée intentionnelle de l’action par l’adjonction d’un syllogisme pratique, puisqu’il faut aussi tenir compte du rapport de l’intention à son contexte, qui « est fait de toutes les circonstances et de tous les effets non voulus de l’action »193. Pour aller au-delà de la combinaison d’un segment téléologique et d’un segment causal (nomologique), qui ne vaut que pour l’action, Von Wright élabore donc la notion d’explication quasi causale, qui est de la forme « ceci est arrivé parce que » (par exemple : le peuple s’est soulevé parce que le gouvernement était corrompu). L’explication est « causale » parce que l’explanans se réfère à un facteur qui a précédé l’explanandum, mais elle est seulement « quasi causale » parce que la validité des deux énoncés ne requiert pas la vérité d’une connexion nomique et que le deuxième énoncé a une structure téléologique implicite (le but du soulèvement était de se débarrasser du mal dont le peuple souffrait). Le procédé est ingénieux, puisqu’il inclut, à titre de médiation, les inférences pratiques des différents acteurs de l’action historique considérée, et que l’explication est ainsi plus complète que la seule explication par les raisons. Mais il ne parvient pas à rendre compte de l’étoffe de l’histoire, dans la mesure où on ne voit pas « ce qui assure l’unité entre les segments nomiques et les segments téléologiques à l’intérieur du schéma d’ensemble »194. Pour faire tenir ensemble ces segments, il manque en fait « un fil conducteur de l’ordre de la compréhension »195. C’est là le rôle de l’intrigue, comme synthèse de l’hétérogène, qui « comprend », « dans une totalité intelligible, des circonstances, des buts, des interactions, des résultats non voulus », et dont Ricœur a souligné l’importance dans ses études narrativistes196. Ce qui conforte cette interprétation est le fait que, pour Von Wright, « chaque résultat d’un syllogisme pratique est dit créer un fait nouveau qui change « l’arrière-plan de motivation » afférent à l’action des divers agents historiques »197. Or, pour Ricœur, ce changement correspond précisément aux circonstances de l’action, que le récit incorpore à l’unité de l’intrigue.

b) Le retournement ricœurien : l’intrigue comme transcendantal poétique

  • 198 Paul Ricœur (1983), Temps et récit 1, p. 255.

74La démarche de Ricœur fait subir à la pensée analytique de Von Wright, un infléchissement remarquable. En effet, si le schéma explicatif quasi-causal a pour vertu de généraliser la notion de circonstance, il ne fait toutefois que survenir sur une compréhension narrative préalable198. Ricœur opère donc un retournement de la priorité logique des analyses: c’est

  • 199 Paul Ricœur (1983), Temps et récit 1, p. 254.

« parce que, en comprenant une intrigue, nous prenons ensemble des segments nomiques et des segments téléologiques, que nous cherchons un modèle d’explication approprié à cet enchaînement éminemment hétérogène que le diagramme de l’explication quasi causale met bien en relief »199.

75Plusieurs remarquent s’imposent. D’abord, si l’intrigue résout l’antinomie de l’ascription, c’est parce que le récit :

  • 200 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 175.

« d’une part en confèr[e] au personnage une initiative, c’est-à-dire le pouvoir de commencer une série d’événements, sans que ce commencement constitue un commencement absolu, un commencement du temps, d’autre part donn[e] au narrateur en tant que tel le pouvoir de déterminer le commencement, le milieu et la fin d’une action. En faisant ainsi coïncider l’initiative du personnage et le commencement de l’action, le récit donne satisfaction à la thèse sans violer l’antithèse »200.

  • 201 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 180.

76Ensuite, il faut préciser que cette solution implique nécessairement un élargissement du champ pratique, dans la mesure où l’action décrite doit pouvoir s’élever au-delà de la phrase, au point de s’égaler à l’action racontée201. On ne saurait donc minimiser l’importance de l’apport narratif pour la philosophie de l’action, puisque :

  • 202 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 181.

« une révision du rapport entre action et agent exige en outre une révision du concept même d’action, s’il doit pouvoir être porté au niveau de la configuration narrative déployée à l’échelle d’une vie »202.

77Or, loin d’être un simple allongement, cette correction va dans le sens d’une complexification multiforme mettant à jour « une hiérarchie d’unités praxiques » qui, chacune à son niveau, comporte un principe d’organisation spécifique intégrant une diversité de connexions logiques.

  • 203 Paul Ricœur, (1990), Soi-même comme un autre, p. 182.
  • 204 De Peter Winch (1990), The Idea of a Social Science and Its Relation to Philosophy, London, Routled (...)
  • 205 Comme le note Ricœur, cela est dû au fait que « les phrases d’action sont extraites de leur environ (...)
  • 206 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 186-187.

78Les premières unités composées sont les pratiques (métiers, arts, jeux), qu’on peut concevoir comme enchevêtrement de finalité et de causalité (comme dans le modèle de Von Wright), et comme enchâssement, ou de subordination des actions partielles à une action totale (être agriculteur, c’est semer, cultiver, labourer)203. C’est à ce niveau qu’intervient le concept de règle d’action, sur lequel la philosophie de l’action néo-wittgensteinienne a beaucoup insisté204, et qui a deux vertus essentielles : constituer le sens de la pratique, de manière non surajoutée, mais au contraire inhérente à la pratique elle-même ; souligner le caractère d’interaction qui s’attache à la plupart des pratiques, et sur laquelle insiste au contraire assez peu la peu la théorie analytique, à commencer par Davidson205. Mais la complexité du champ pratique se poursuit au-delà des pratiques. Entre celles-ci et le projet global d’une existence, on trouve les plans de vie, « vastes unités pratiques » (vie professionnelle, vie de famille, vie de loisir), qui prennent forme, de façon mobile et révocable, à la faveur d’un « mouvement de va-et-vient entre les idéaux plus ou moins lointains » et la « pesée des avantages et des inconvénients du choix de tel plan de vie au niveau des pratiques »206. L’important, dans ce déploiement des degrés de complexité du champ pratique, est que, entre ses deux bornes, c’est le mouvement de complexification lui-même qui se complique. En effet :

  • 207 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 187.

« le champ pratique ne se constitue pas de bas en haut, par composition du plus simple au plus élaboré, mais selon un double mouvement de complexification ascendante à partir des actions de base et des pratiques, et de spécification descendante à partir de l’horizon vague et mobile des idéaux et des projets à la lueur desquels une vie humaine s’appréhende dans son unicité »207.

  • 208 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre. Ricœur s’oppose ainsi à la version donnée par McIntyre (...)

79C’est du fait de ce double mouvement que l’unité narrative d’une vie « ne résulte pas seulement de la sommation des pratiques dans une forme englobante », mais aussi de l’influence idéaux et de pratiques fragmentaires – les plans de vie constituant « la zone médiane d’échange entre l’indétermination des idéaux recteurs et la détermination des pratiques »208. La conclusion de Ricœur souligne l’importance de cette composition holistique du sens :

  • 209 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 187.

« le champ pratique apparaît ainsi soumis à un double principe de détermination qui le rapproche de la compréhension herméneutique d’un texte par échange entre tout et partie. Rien n’est plus propice à la configuration narrative que ce jeu de double détermination »209.

  • 210 Raymond Aron (1938), Introduction à la philosophie de l’histoire, p. 9 : le récit est renvoyé à l’e (...)
  • 211 Par ce terme assez vague, il faut entendre un ensemble de considérations, « depuis les lois dignes (...)

80L’intrigue joue donc, dans le dispositif de Ricœur, le rôle d’une véritable transcendantale poétique. En cela, l’apport narrativiste pour la philosophie de l’action est aussi fondamental que ceux de la sémantique et la pragmatique. Car l’intrigue remodèle profondément la question causale. En effet, l’explication causale n’a de sens, selon Ricœur, que sur le fond d’une explication narrative qui la précède. C’est cette inversion que Von Wright ne pouvait apercevoir, faute d’outils narratologiques, mais surtout faute d’une théorie intégrale du langage. Et c’est elle qui permet à la théorie de l’action de rejoindre l’histoire. L’histoire est en effet une narration interrompue par des explications causales – lesquelles répondent aux questions qui interrompent le récit –, et non une juxtaposition d’explications quasi-causales (Von Wright) ou une chaîne de jugements (Aron) sans récit210. C’est pourquoi Ricœur peut finalement renouveler la paire expliquer/comprendre par la triade plus actualisée : explication nomologique211/explication causale/explication narrative.

c) L’imputation causale singulière

81L’imputation causale singulière revêt une importance particulière, décisive même, puisqu’elle constitue :

  • 212 Paul Ricœur (1983), Temps et récit 1, p. 320.

« la structure de transition entre l’explication par des lois, souvent identifiée à l’explication tout court, et l’explication par mise en intrigue, souvent identifiée à la compréhension. En ce sens, l’imputation causale singulière ne constitue pas une explication parmi d’autres, mais le nexus de toute explication en histoire »212.

  • 213 Paul Ricœur (1977), « Expliquer et comprendre », p. 180.
  • 214 Paul Ricœur (1983), Temps et récit 1, p. 320.

82Cette connexion, bien identifiée dans ce texte de 1983, est la médiation que cherchait encore Ricœur en 1977 pour articuler la « dialectique fine »213 « entre les pôles opposés de l’explication et de la compréhension, pour conserver un vocabulaire maintenant vieilli ; ou mieux, entre l’explication nomologique et l’explication par mise en intrigue »214.

  • 215 Selon Dray, l'emploi du langage causal en histoire est inévitable et légitime, en dépit de toutes l (...)
  • 216 Paul Ricœur (1983), Temps et récit 1, p. 323.

83Ricœur commence par étayer sa thèse sur certaines analyses de Dray et Von Wright. Le premier s’efforce de distinguer l’explication causale à la fois de l’explication nomologique et de l’explication par les raisons215 ; le second de raccorder explication causale et explication par les raisons au moyen de l’explication quasi-causale, dont Ricœur cherche à montrer la proximité avec l’imputation causale singulière. Son argument est le suivant : l’un des segments de l’explication de Von Wright est téléologique. Or l’inférence téléologique repose, de l’aveu même de Von Wright, sur la compréhension préalable que nous avons de l’intentionnalité de l’action. Celle-ci, à son tour, renvoie à « la familiarité que nous avons avec la structure logique du faire quelque chose »216 ; et faire arriver quelque chose, c’est intervenir, mettre en mouvement un système clos. Par une « série d’enchâssements » (inférence téléologique, compréhension intentionnelle, intervention pratique), l’explication quasi causale renvoie donc ultimement à l’imputation causale singulière, même si, en tant qu’explication causale, elle ne s’applique qu’aux « occurrences individuelles de phénomènes génériques ». Reste que l’appui trouvé chez ces deux auteurs ne constitue qu’un argument indirect en faveur de la thèse de Ricœur.

  • 217 Weber l’a exposé dans ses « Études critiques pour servir à la logique des sciences de la "culture"  (...)
  • 218 Paul Ricœur (1983), Temps et récit 1, p. 325.

84C’est Weber (et Aron) qui fournit l’argument direct217. La logique de l’imputation causale singulière consiste essentiellement dans la construction par l’imagination d’un cours différent d’événements (contrefactuels), puis dans la pesée des conséquences probables de cet événement réel, enfin dans la comparaison de ces conséquences avec le cours réel des événements. Weber analyse ainsi la décision de Bismarck d’engager la guerre contre l’Autriche-Hongrie en 1866 en se posant la question de la « signification causale » qu’il convient d’attribuer à cette décision individuelle, parmi l’ensemble des éléments infiniment nombreux qui devaient précisément être agencés de cette manière-là, et non d’une autre, pour amener ce résultat-là. Le rôle de l’imagination tient à ce que le raisonnement évolue au milieu des conditionnels irréels passés, même si c’est pour mieux discerner le nécessaire (à quelles conséquences une autre décision aurait-elle conduit ?)218. Or cette construction, en dépit de certaines différences, a des affinités tant avec la mise en intrigue (qui elle aussi est une construction imaginaire probable) qu’avec l’explication selon des lois.

  • 219 Paul Ricœur (1983), Temps et récit 1, p. 326.

85Pour montrer les liens de ce raisonnement imaginaire probabiliste avec l’explication narrative, Ricœur s’appuie sur deux remarques de Weber. D’abord, l’historien n’est pas dans la position de l’agent lui-même, mais pose la question de l’action possible « avec des chances plus favorables », puisqu’il connaît l’issue de la décision ; pour Ricœur, cette expression renvoie au « laboratoire du probable » que sont les « paradigmes de mise en intrigue ». Ensuite, Weber rapproche l’historien du criminaliste, puisque l’enquête causale est la même, l’imputation éthique en moins ; or cette démarche correspond à la mise à l’essai de « schèmes d’intrigues alternatifs »219.

  • 220 Paul Ricœur (1983), Temps et récit 1, p. 327-328. Max Weber emprunte cette théorie au physiologiste (...)
  • 221 Cette analyse est compatible avec le phénomène caractéristique des sciences de la culture (« l’inéq (...)

86Pour montrer ensuite en quoi l’imputation causale relève de l’explication scientifique, Ricœur distingue, après Weber, trois raisons. D’abord, l’explication suppose une analyse fine en « facteurs », visant à la sélectionner des chaînons de causalité que l’exposé historique assemble ; et même si cette opération de sélection est orientée par notre curiosité historique, elle reste un exercice intellectuel abstrait et nullement une dérive subjective. Ensuite, « modifier en pensée », dans un sens déterminé, tel ou tel facteur préalablement isolé, c’est « construire des cours alternatifs d’événements » entre lesquels l’événement dont on pèse l’importance joue de façon décisive. C’est alors « la pesée des conséquence de l’événement supposé supprimé » qui donne sa structure à l’argument causal. Or on construit ces conséquences en insérant dans le raisonnement ce que Weber appelle des « règles de l’expérience », autrement dit un savoir nomologique au sens faible (dispositionnel) du terme. Enfin, la véritable marque de la scientificité dont est capable une construction, à la fois irréelle et nécessaire, résulte de l’application, à la pesée comparée des causes, de la théorie de la « possibilité objective », laquelle élève les constructions irréelles au rang du jugement de qui « affecte les divers facteurs de causalité d’un indice de probabilité relative et permet ainsi de situer ces facteurs sur une même échelle, bien que les gradations auxquelles ce jugement donne lieu ne puissent être quantifiées comme dans ce qu’on appelle au sens étroit "calcul des probabilités" »220. C’est cette idée d’une causalité graduée qui donne à l’imputation causale sa précision : entre les deux extrêmes de la causalité accidentelle (jet de dés) et de la causalité adéquate (la décision de Bismarck), on peut parler de « l’influence plus ou moins favorable » d’un certain facteur. Au terme de cette mise à l’épreuve dé-subjectivante, le facteur qui reçoit le statut de cause suffisante est objectif.221

  • 222 L’historien « argumente, parce qu’il sait qu’on peut expliquer autrement. Et il le sait, parce qu’i (...)
  • 223 Ricœur utilise ici Aron, et son idée que la différence entre histoire et sociologie tient à ce que (...)
  • 224 Aron, plus précis en cela que Weber, reprenant à Cournot l’idée que la causalité produit elle-même (...)

87Ces « affinités » électives qu’entretient l’imputation causale singulière avec l’explication nomologique et l’explication narrative ne sauraient toutefois effacer certaines différences. Le rapport est donc complexe, mêlant à chaque fois continuité et discontinuité. Ainsi, l’explication causale singulière se rapproche de l’explication narrative par le rôle de l’imagination, mais s’en écarte par l’analyse en « facteurs », l’insertion des « règles » de l’expérience, et surtout par l’assignation de « degrés de probabilité » réglant la détermination de la causalité adéquate – c’est par ce souci de l’argumentation et du jugement, précise Ricœur, que l’historien n’est pas un simple narrateur222. De même, l’explication causale singulière se rapproche de l’explication nomologique parce qu’il est possible d’élaborer une causalité régulariste à partir de la causalité singulière223, mais elle s’en éloigne du fait de l’existence du hasard224.

  • 225 Paul Ricœur (1983), Temps et récit 1, p. 333.

88Reste un problème décisif, une objection touchant la portée de l’explication, et qui engage l’ensemble de la philosophie de l’action de Ricœur. Tout en concédant que l’imputation causale singulière vaut bien pour les aspects décisionnels de l’histoire (la décision de Bismarck et la décision politique en général), on pourrait en effet lui refuser toute pertinence pour les événements historiques « de grande amplitude » où la cause, tout en restant singulière, n’est plus un individu. Ricœur soutient que si cette extrapolation analogique de l’individuel au méta-individuel est légitime, c’est en vertu de « la nature même de la question posée ». En effet, lorsque l’historien analyse la responsabilité d’un individu dans un cours d’événement, il distingue, comme le souligne Weber, l’imputation causale de la responsabilité éthique et de l’explication nomologique. Sa question pourquoi ? (pourquoi la décision de faire la guerre a-t-elle été faite à ce moment-là ?) n’oriente pas seulement l’investigation vers les catégories de moyen et de fin : « l’argument comporte certes un segment téléologique, mais il est globalement causal. Il concerne la valeur causale qu’il faut attribuer à la décision dans un cours d’événements qui comporte d’autres facteurs que le noyau rationnel de la décision considérée, et parmi ceux-ci les motivations non rationnelles de tous les protagonistes du cours d’action, et en outre des facteurs « dénués de sens » relevant de la nature physique »225.

89On voit ce que la réponse de Ricœur doit à sa philosophie de l’action, et tout particulièrement à sa reformulation de la motivation :

  • 226 Paul Ricœur (1983), Temps et récit 1, p. 333-334. L’insistance sur les résultats rapproche l’imputa (...)

« c’est l’imputation causale seule qui peut dire jusqu’à quel point l’issue de l’action a déçu ou trahi les intentions des acteurs. L’écart entre l’intention et les conséquences est précisément un des aspects de la valeur causale attachée à la décision »226.

  • 227 Paul Ricœur (1983), Temps et récit 1, p. 335.
  • 228 Ainsi, la victoire de Salamine, parce qu’elle constitue un événement unique qui fait la décision en (...)

90Autrement dit, si l’argument de l’imputation causale singulière peut bénéficier d’une extension, c’est parce que, déjà dans le cas de la signification historique d’une décision individuelle, l’imputation historique est irréductible à l’imputation morale. De même, la notion d’imputation ne perd pas son sens quand on quitte le niveau individuel : elle conserve une fonction « diacritique », en fournissant un critère à la distinction entre explication causale et explication nomologique. Autrement dit, « l’individu (la décision individuelle) n’est que le premier analogon de la cause singulière »227, parce qu’une conduite individuelle (celle de Goethe dans sa correspondance avec Mme de Stein) peut à son tour s’intégrer à un ensemble causal plus vaste (celui de l’histoire de la culture allemande), la conduite individuelle ne servant alors qu’à révéler des faits culturels qu’on intègre dans des séries causales. Et ces séries causales, bien qu’elles intègrent des faits typiques (en l’occurrence, culturels), sont singulières : c’est cette singularité des séries causales qui fait la différence entre imputation causale et explication nomothétique, pour Weber, et qui explique la pertinence de la notion d’importance d’un facteur historique228. L’événement considéré comme singulier dépend donc du découpage de l’historien, et l’imputation causale singulière, comme forme de pensée, est susceptible de s’adapter, en droit, à n’importe quel objet.

Conclusion

91Pourquoi s’efforcer avec autant de patience, d’obstination et de rigueur, de critiquer une conception reçue (« humienne ») de la causalité, pour y substituer une autre, combinant des caractéristiques alternatives (conditionnalité, processualité, singularité) et une relation forte au pouvoir-faire de l’homme capable ? Et pourquoi consacrer autant de temps et de minutie argumentative pour essayer de justifier, de façon absolument nécessaire, par des arguments transcendantaux, l’objectivité de la connaissance que cette nouvelle causalité rend possible ? Il faut savoir s’étonner de ce double souci pour mieux comprendre la place, non pas subsidiaire, mais tout à fait centrale, de la catégorie de causalité dans la philosophie pratique de Ricœur. L’action humaine doit pouvoir être expliquée. Or, pour rendre compte objectivement d’une action complexe ou d’un événement, avec son environnement symbolique, sa durée temporelle, son contexte historique, ses interactions sociales et ses effets non voulus, on utilise de façon privilégiée la catégorie de causalité (sa version « non humienne ») dans un jugement d’imputation singulier. Aussi Ricœur établit-il l’existence et le caractère opératoire de ce concept à l’aide d’outils cohérents de la théorie du langage. Son propos est encore assez inaboutie dans Temps et récit :

  • 229 Paul Ricœur (1983), Temps et récit 1, p. 254.

« Ne peut-on pas dire, dès lors, que l’intrigue est à l’explication quasi-causale ce que l’assurance du pouvoir-faire était plus haut à l’intervention d’un agent dans un système nomique, et ce que l’intentionnalité était à l’explication téléologique ? »229.

92Mais, à l’aide d’arguments transcendantaux, l’idée est beaucoup plus clairement affirmée dans Soi-même comme un autre : d’un point de vue sémantique, les expressions dispositionnelles constituent les présupposés de l’explication téléologique ; d’un point de vue pragmatique, le vocabulaire de l’ancrage légitime l’explication par le pouvoir-faire ; et enfin, d’un point de vue hyperphrastique, la narration rend possible l’usage du concept de causalité en histoire. Et si l’explication causale (non humienne) singulière revêt une telle importance, c’est qu’elle permet de résoudre différentes difficultés épistémologiques.

  • 230 Max Weber (1971), Économie et Société, Paris, Plon (I, chap. 1). Weber y élabore les concepts direc (...)
  • 231 C’est en un sens similaire que Jean Claude Passeron, dans Jean-Claude Passeron (2006), Le raisonnem (...)

93Elle donne d’abord une solution satisfaisante et originale au problème traditionnel des rapports de l’expliquer et du comprendre, dans le cas de l’événement pratique. Des auteurs comme Weber230 et Aron avaient déjà refusé de séparer les deux notions de façon exclusive, mais Ricœur assortit ce souci d’une justification exigeante (logico-transcendantale). Si le domaine du comprendre est celui du sens, caractérisé par la prolifération, et si l’expliquer correspond de façon privilégiée à la structuration formelle, l’imputation causale singulière vient jouer le rôle de nexus, de médiation dialectique entre ces deux pôles. Elle revêt une dimension herméneutique parce que la compréhension du sens intervient à différents niveaux. Comme le dit Ricœur, à proprement parler, seule l’explication est méthodique, mais elle est précédée, accompagnée, clôturée, bref enveloppée par le moment non méthodique qu’est la compréhension du sens. En retour, l’explication développe analytiquement les intuitions parfois confuses de la compréhension231.

  • 232 Herber L. A. Hart et Anthony M. Honoré (1959), Causation in the Law : la causalité dans les science (...)
  • 233 Paul Ricœur (1977), « Expliquer et comprendre », p. 201-203. Granger est assez proche de cette posi (...)
  • 234 Ricœur insiste à nouveau sur ce point dans Paul Ricœur (2000), La mémoire, l’histoire, l’oubli, Par (...)
  • 235 La diversité véritable n’est donc pas celle qui sépare l’approche nomologique, celle par les raison (...)
  • 236 Il est donc inexact de dire que l’imputation causale singulière « est censée condenser les gammes d (...)

94Le rôle clé de l’imputation causale singulière permet aussi de rendre compte d’une intuition féconde de Ricœur concernant le rapport complexe entre sciences humaines et sciences de l’empirie : s’il n’y a ni dualité (Hart et Honoré232), ni monisme (Hempel, mais aussi, d’une manière différente, Mackie), c’est parce qu’il existe à la fois une possibilité de réelle continuité des procédures explicatives entre les deux domaines, et en même temps une rupture insurmontable, due à la composante spécifique de la compréhension (déposée dans la narration ou la description)233. D’où l’indépassable diversité du régime explicatif des sciences humaines et sociales. Ce point, qui est corrélatif du privilège non exclusif de l’imputation causale singulière, est suffisamment crucial pour que Ricœur prenne soin de le souligner à plusieurs reprises234. La pluralité des sens du « parce que », dans l’explication de l’action et de l’histoire, désigne l’ensemble du spectre compris entre la formalisation et la narration (/description)235: outre ces deux « pôles » (explication structurale et explication narrative), Ricœur mentionne l’explication par le pouvoir-faire (l’initiative de l’agent), l’explication par les raisons, l’explication téléologique, l’explication quasi-causale, les généralités dispositionnelles (qui incluent les différents aspects de l’affectivité passive : pulsions, habitudes, émotions), et enfin les généralités de sens commun. Cette pluralité est indépassable, caractérisant structurellement l’espace logique du raisonnement des sciences humaines et sociales (histoire comprise)236.

  • 237 John L. Mackie (1974), The Cement of the Universe, p. 272 : « [...] this theory left room for the e (...)
  • 238 Maurice Mandelbaum (1977), The Anatomy of Historical Knowledge, p. 94. Ricœur relève lui-même cette (...)
  • 239 Gilles-Gaston Granger (1978), « Logique et pragmatique de la causalité dans les sciences de l’homme (...)
  • 240 Philippe Lacour (2012), La nostalgie de l’individuel, p. 205-210. Granger établit un gradient d’abs (...)
  • 241 Paul Ricœur (1983), Temps et récit 1, I (« L’éclipse du récit »), 1 (« L’éclipse de l’événement dan (...)

95Reste que cette position soulève deux problèmes. D’abord, Ricœur défend une approche diversifiée de l’explication causale, tout en s’inspirant de Mandelbaum ; or ce dernier argue du caractère unitaire de la conception de Mackie (la même causalité vaut pour les explications scientifiques et de sens commun237) pour l’appliquer aux sciences historiques238. En réalité, la contradiction n’est que superficielle, dans la mesure où Mackie (comme Mandelbaum) fait droit à une pluralité d’explications causales, y compris à l’explication téléologique – l’important étant que la causalité demeure le « ciment » de l’univers. On doit toutefois à Gilles-Gaston Granger d’avoir soulevé une difficulté autrement importante239 : il remarque en effet que le concept de causalité est ambivalent parce que, très courant au niveau empirique (notamment en histoire), il disparaît aux niveaux les plus théoriques des sciences. Il en conclut que le concept est fondamentalement « pratique » (ou « pragmatique ») et non « théorique », comme le suggère la dimension implicitement stratégique (d’intervention) de la causalité dans les sciences empirico-formelles. Cette objection oblige à renoncer à une conception unitaire (entre explication causale quotidienne et scientifique) – sans pour autant que la solution soit duale. Or cela correspond bien à la position pluraliste de Ricœur. L’argument est d’ailleurs d’autant plus fécond qu’il permet de rectifier la catégorie confuse du « nomologique », par laquelle Ricœur  désigne les lois scientifiques proprement dites (formalisées), les généralisations accidentelles, les dispositions, etc. En suivant Granger, il vaut mieux en effet parler d’explication « structurales » pour les lois scientifiques formalisées (qui portent sur des types d’événements, et non sur des événements « propres » ou singuliers240), et de simples généralisations pour les autres. Cela rejoint d’ailleurs en partie la différence opérée par Ricœur entre événement générique et événement proprement dit241.

  • 242 Cf. Paul Ricœur (1991), « Evénement et sens », Raison Pratique, n°2, Paris, EHESS. Ricœur reprend i (...)
  • 243 Sur la différence entre jugement historien et judiciaire, cf. Philippe Lacour (à paraître 2017), «  (...)

96Ajoutons que, dans la mesure où elle a vocation à expliquer l’événement, l’imputation causale singulière court le risque de ne pas en respecter l’originalité, la nouveauté (le caractère unique et éruptif). La tendance du sens est en effet toujours de chercher à dominer l’événement, en réduisant l’irrationalité de son apparition et de sa singularité, à la faveur d’une définition du temps comme succession ou de l’occurrence comme accident de la substance242. De nombreuses explications sont pour cela disponibles : nomologique (subsomption de l’événement sous une loi, à titre de cas particulier), par réduction (mise à jour d’un milieu sous-jacent, plus stable, dont la régularité rend raison des apparences discontinues de la surface événementielle), par la genèse (état antérieur riche du développement des états successifs et terminaux), par optimalisation (recherche d’états stables ou métastables, ou de bonne forme). Mais toutes ont tendance à résorber la scandaleuse nouveauté de l’événement, et à réduire sa signification inattendue et déroutante. L’imputation causale singulière en respecte certes la contingence, en reconnaissant un rôle objectif au hasard. Mais si elle tente d’expliciter la cause, rend-elle pour autant complètement « raison » de l’événement ? La solution de cette difficulté est à chercher dans l’insistance de Ricœur sur l’aspect roboratif, voire interminable, du jugement historique. De ce point de vue, la sentence différencie nettement approche historienne et judiciaire : alors que le juge doit trancher, ce n’est pas le cas de l’historien, qui offre son jugement à la communauté des savants, en l’ouvrant sur un processus de continuelles réécritures243.

  • 244 Au sens strict, il ne s’agit ni d’une déduction, ni d’une induction, ni d’une abduction, ni d’une t (...)
  • 245 Paul Ricœur (1991), « Événement et sens », I, c) : «  [...] à tort selon moi, des auteurs comme D. (...)

97Une ultime précision s’impose, pour finir : l’assignation d’une cause singulière n’est pas le produit d’une inférence déductive244 mais l’issue d’un jugement spécifique consistant à évaluer des arguments contraires, prendre une décision, ou défendre ses conclusions. Expliquer ainsi un événement, c’est donc regrouper des facteurs éparpillés et peser leur importance respective dans la production du résultat final. Il resterait à caractériser la nature d’un tel jugement de façon précise. Il faudrait notamment insister, à la suite de Kant, sur sa dimension réflexive et, dans le sillage de Passeron, sur la dimension interprétative du raisonnement naturel qui l’instruit. La présente enquête aura simplement voulu expliciter sa dimension clinique, au sens où c’est une causalité singulière qui est souvent susceptible d’expliquer un événement, par définition, unique. Prudent et quelque peu réservé sur les enjeux métaphysiques, Ricœur n’a guère développé sa réflexion au-delà de l’épistémologie. Toutefois, son insistance sur la nécessité de reconnaître a minima l’existence de « soi » dotés de « capacités », intervenant dans les processus historiques, fait résolument obstacle à tout projet d’ontologie purement impersonnelle et atomique, esquissant un monde constellé d’événements quelconques et discrets245.

Haut de page

Bibliographie

Anscombe, Gertrude Elizabeth Margaret (1975), « Causality and Determination », in Ernest Sosa (ed.), Causation and Conditionals, London/New York, Oxford University Press p. 63-91 ; et in Ernest Sosa & Michael Tooley (eds.) (1993), Causation, Oxford Readings in Philosophy, Oxford, Oxford University Press.

— (1957), L’intention, Paris, Gallimard, 2002 ; tr. fr. (Vincent Descombes et Cyrille Michon) de Intention, Oxford, B. Blackwell, 1985.

Anscombe, Gertrude Elizabeth Margaret & Peter Geach (1961), Three Philosophers, Oxford/Ithaca/NY, Cornell University Press.

Aron, Raymond (1938), La philosophie critique de l’histoire : Dilthey, Rickert, Simmel, Weber, Paris, Vrin, 1969.

(1938), Introduction à la philosophie de l’histoire : essai sur les limites de l’objectivité historique, Paris, Gallimard, 1986.

(1989), Leçons sur l’histoire : cours du Collège de France, Paris, Fayard.

Bell, Martin (2008), « Hume on Causation », in David Norton (ed.), Cambridge Companion to Hume, Cambridge, Cambridge University Press, p. 147-176.

Braithwaite, Richard Bevan (1953), Scientific Explanation; a Study of the Function of Theory, Probability and Law in Science, Cambridge, Cambridge University Press, 1968.

Carnap, Rudolf (1966), Les fondements philosophiques de la physique, trad. de Jean Matthieu Luccioni et Antonia Soulez, Paris, Armand Colin, 1973 [Philosophical Foundations of Physics: An Introduction to the Philosophy of Science, New York, Basic Books].

Clero, Jean-Pierre (1998), Hume. Une philosophie des contradictions, Paris, Vrin.

Collingwood, Robin George (1946), The Idea of History, Oxford, Clarendon Press, 1993.

Colliot-Thélène, Catherine (2006), La sociologie de Max Weber, Paris. La Découverte.

Cournot, Antoine Augustin (1973), Considérations sur la marche des idées et des événements dans les Temps Modernes, Paris, Vrin.

(1975), Essai sur le fondement de nos connaissances, Paris, Vrin.

Cox, Linda (2014) « The Convergence of Ricœur and Von Wright’s Complex Model of History », Ricœur Studies 5, n°1, https://ricoeur.pitt.edu/ojs/index.php/ricoeur/article/view/228 (consulté le 08/04/2016).

Danto, Arthur (1965), « Basic Actions », American Philosophical Quaterly 2, p. 141-148.

(1965), Analytical Philosophy of History, Cambridge, Cambridge University Press.

(1973), Analytical Philosophy of Action, Cambridge, Cambridge University Press.

Dauer, Francis Wanatabe (2008), « Hume on the Relation of Cause and Effect », in Elizabeth S. Radcliffe (ed.), A Companion to Hume, Oxford, Blackwell.

Davidson, Donald (1980), « Les relations causales », in Actions et événements, Paris, PUF, 1993 [trad. fr. (Pascal Engel) de Actions and Events, Oxford, Clarendon Press].

De Certeau, Michel (1972), « Une épistémologie de transition », Annales E.S.C., 27, p. 1317-1327.

Deluermoz, Quentin & Pierre Singravelou (2013), « Des causes historiques aux possibles du passé ? Imputation et raisonnement contrefactuel en histoire », Labyrinthe, [En ligne], 39 | 2012 (2) [mis en ligne le 10 janvier 2013, consulté le 06 septembre 2016. URL : http://labyrinthe.revues.org/4269; DOI : 10.4000/labyrinthe.4269]

Demeunelaere, Pierre (2011), « Introduction », in P. Demeulenaere (ed.), Analytical Sociology and Social Mechanisms, Cambridge, Cambridge University Press.

Descombes, Vincent (1998), « La confusion des langues », Enquête 6, Paris, EHESS [accessible en ligne : https://enquete.revues.org/1403 (consulté le 08.04.2016).]

(2004), Le complément de sujet, Paris, Gallimard.

Dray, William (1957), Laws and Explanation in History, Oxford, Oxford University Press.

(1964), Philosophy of History, London, Prentice Hall.

(1966), Philosophical Analysis and History, NY, Harper and Row.

Ducasse, John Curt (1951), Nature, Mind and Death, LaSalle, Illinois, Open Court.

(1968), Truth, Knowledge and Causation, Londres, Routledge and Keagan Paul.

(1925), « On the Nature and Observability of the Causal Relation », repris in Causation and Conditionals, London, Oxford University Press, 1975, et également dans Sousa & Tooley, 1993.

Engel, Pascal (1993), « Introduction » à Donald Davidson, Actions et événements, Paris, PUF.

(1996), Philosophie et psychologie, Paris, Gallimard.

(2014), « Y a-t-il eu vraiment une rencontre entre Ricœur et la philosophie analytique ? », Ricœur Studies, 5, 1, 2014 [En ligne], https://ricoeur.pitt.edu/ojs/index.php/ricoeur/article/view/238 (consulté le 08/04/2016).

Føllesdal, Dagfinn (2011), « L’herméneutique et la méthode hypothético-déductive », in Denis Thouard (éd.), Herméneutique contemporaine. Comprendre, interpréter, connaître, Paris, Vrin.

Frankel Charles (1957), « Explanation and Interpretation in History », Philosophy of Science 24, p. 137-155.

Gallie, Walter Bryce (1964), Philosophy of the Historical Understanding, W. B. Gallie, Chatto & Windus.

Gardiner, Patrick (1959), Theories of History, New York, McMillan.

Gasking, Douglas (1955), « Causation and Recipes », Mind 64, p. 479-87.

Geertz, Clifford (1998), « La description dense », Enquête, 6, Paris, EHESS ; https://enquete.revues.org/1443 (consulté le 08/04/2016).

(1983), Les lieux du savoir, Paris, PUF, 1986 [tr. fr. de Local Knowledge. Further Essays in Interpretive Anthropology, Basic Books, New York, 1983]

Gillard, Lucien & Michel Rosier (dirs.) (1996), François Simiand. Sociologie, Economie, Histoire, Paris, édition des archives contemporaines.

Gnassouou, Bruno (2002), « Ces pouvoirs qu’on appelle ‘causaux’ », Critique, juin-juillet, n°661-662.

Grossein, Jean-Pierre (2016), « Théorie et pratique de l’interprétation dans la sociologie de Max Weber », Sociétés politiques comparées 39 [mai-août] 2016 http://www.fasopo.org/sites/default/files/varia1_n39.pdf, p. 24.

Hart, Herbert Lionel Adolphus & Anthony Maurice Honoré (1959), Causation in the Law, Oxford, Clarendon Press.

Hampshire, Stuart (1959), Thought and Action, New York et Notre Dame (Ind.), Notre Dame University Press, 1983.

Hempel, Carl (1942), « The Function of General Laws in History », repris in Patrick Gardiner (1959), Theories of History, New York, Mcmillan.

(1948), « Studies in the Logic of Explanation », Philosophy of Science 15, p. 135-175, repris in Aspects of Scientific Explanation and other Essays in the Philosophy of Science, 1962.

Hobbes, Thomas (1999), Œuvres complètes, édition W. Molesworth, volume 1, Bristol, Thoemmes Press.

Hume, David (1738), A Treatise of Human Nature, édition Project Gutenberg EBook (http://www.gutenberg.org/files/ 4705/4705-h/4705-h.htm), 2011.

(1748), An Inquiry Concerning Human Understanding, edition Project Gutenberg EBook (http://www.gutenberg.org/files/9662/9662-h/9662-h.htm), 2011.

Jacobson, Anne Jaap (1986), « Causality and the Supposed Couterfactual Conditional in Hume’s Enquiry », Analysis 46/3, p. 131-133.

Kenny, Anthony (1963), Action, Emotion and the Will, London, Routledge.

Kneale, William Calvert (1949), Probability and Induction, Oxford, Oxford University Press.

Kistler, Max (2000), Causalité et lois de la nature, Paris, Vrin.

Lacour, Philippe (2009), « Diskursivität. Zur logischen Erklärung der Hemerneutik Ricœurs », in Energeia – Online Zeitschrift für Sprachwissenschaft und Sprachphilosophie, nov. 2009, http://www.romling.uni-tuebingen.de/energeia/zeitschrift/2009/diskursivitaet.html (consulté le 08/04/2016).

(2012), La nostalgie de l’individuel. Essai sur le rationalisme pratique de G.-G. Granger, Paris, Vrin.

(2016), « Adolf Grünbaum critique de Ricœur », Ricœur Studies, vol 7, n°1, http://ricoeur.pitt.edu/ojs/index.php/ricoeur/article/view/341.

(2017), « Ricœur et Granger : deux répliques existentialistes au défi analytique. Contribution à une histoire de la réception de la philosophie analytique en France », Revue de Métaphysique et de Morale, 1.

(2017, à paraître), « Le statut épistémologique de la connaissance clinique : abduction, transduction ou casuistique ? », in Philippe Lacour, Anne Lefebvre & Julien Rabachou, Approches de l’individuel. Epistémologie, logique, métaphysique, Paris, PENS.

(à paraître), « Traduction et raison pratique : entre Ricœur et Granger »

(à paraître), « Sens et interprétation dans la philosophie de Donald Davidson ».

Ladrière, Jean (2004), « Expliquer et comprendre », Paul Ricœur, Cahiers de l’Herne, p. 8-77.

Lewis, David (1973), Counterfactuals, Oxford, Blackwell.

(1975), « Causation », in Ernest Sosa (ed.), Causation and Conditionals, London/New York, Oxford University Press.

Mackie, John Lewis (1974), The Cement of the Universe. A Study in Causation, Oxford, Clarendon Press.

Martin, Thierry (2005), « La philosophie de l'histoire de Cournot », Revue d'Histoire des Sciences Humaines 1/2005 (no 12), p. 141-162, URL : https://www.cairn.info/revue-histoire-des-sciences-humaines-2005-1-page-141.htm. DOI : 10.3917/rhsh.012.0141.

Mandelbaum, Maurice (1977), The Anatomy of Historical Knowledge, Baltimore & Londres, The John Hopkins University Press.

McIntyre, Alasdair (1981), Après la vertu : étude de théorie morale, Paris, Presses universitaires de France, 1997 ; [trad. fr. (Laurent Bury) de After Virtue, a Study in Moral Theory, London, Duckworth]

Melden, Abraham Irving (1961), Free action, Londres, Routledge and Kegan Paul.

Michaud, Yves (1983), Hume et la fin de la philosophie, Paris, PUF.

Mill, John Stuart (1988), Système de logique déductive et inductive : exposé des principes de la preuve et des méthodes de recherche scientifique, Liège, Mardaga ; [tr. fr. (Louis Peisse) de A system of logic, ratiocinative and inductive; being a connected view of the principles of evidence, and the methods of scientific investigation], Project Gutenberg EBook (http://www.gutenberg.org/files/27942/27942-h/27942-h.html), 2009.

Nagel, Ernst (1952), « Some issues in the Logic of Historical Analysis », repris ins P. Gardiner, Theories of History, New York, Mcmillan, 1959.

(1961), The Structure of Science, New York and Burlingame, Harcourt, Brace and World.

Ogien, Ruwen (1991), « Plaidoyer pour l’événement quelconque », in Raison Pratique 2, « L’événement en perspective » (J.-L. Petit dir.), Paris, EHESS.

Ott, Walter (2013), Causation and Laws of Nature in Early Modern Philosophy, Oxford, Oxford University Press.

Petit, Jean-Luc (2014), « Ricœur et la théorie de l’action », Ricœur Studies, 5, 1, http://Ricœur.pitt.edu/ojs/index.php/Ricœur/article/view/214 (consulté le 08/04/2016)/

Rastier, François (2001), Arts et sciences du texte, Paris, PUF.

Ravaisson, Félix (1838), De l’habitude, Paris, Rivages, 1996.

Revel, Jacques (1995), « Ressources narratives et connaissance historique », Enquête 1, accessible en ligne : http://enquete.revues.org/262 (consulté le 08/04/2016)

Richards, Thomas (1965), « Hume’s two definitions of cause », Philosophical Quarterly 15 (60), p. 247-253

Ricœur, Paul (1955), Histoire et vérité, Paris, Seuil, 2001.

(1977), La sémantique de l’action, Paris, CNRS.

(1983), Philosophie de la volonté, t.1 : Le volontaire et l’involontaire, Paris, Aubier, 1950.

(1983-1985), Temps et récit 1-3, Paris, Seuil.

(1986), « Expliquer et comprendre. Sur quelques connexions remarquables entre la théorie du texte, la théorie de l’action et la théorie de l’histoire », in Du texte à l’action. Essais d’herméneutique 2, Paris, Seuil.

(1986), « L’initiative », in Du texte à l’action. Essais d’herméneutiques 2, Paris, Seuil.

(1990), Soi-même comme un autre, Paris, Seuil.

(1991), « Événement et sens », Raison Pratique, 2, Paris, EHESS.

(2000), La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil.

Robinson, John Alan (1962), « Hume’s two definitions of ‘cause’ », Philosophical Quarterly 12 (47), p. 162-171.

Ryle, Gilbert (1949), The Concept of Mind, Chicago, University of Chicago Press, 2002.

Sherwood, Michael (1969), The Logic of Explanation in Psychoanalysis, New York, Academic Press.

Sosa, Ernest (1975), Conditions and Conditionals, London/NY, Oxford University Press.

Sosa, Ernest, & Michael Tooley (1993) (eds.), Causation, Oxford Readings in Philosophy, Oxford, Oxford University Press.

Suppes, Patrick (1970), A Probabilistic Theory of Causality, Amsterdam, North Holland Publishing Company.

Taylor, Charles (1964), The Explanation of Behaviour, Londres, Routledge & Kegan Paul ; New York, Humanities Press.

(1966), Action and Purpose, Englewood Cliffs, Prentice Hall, (une partie du chap. II (“The Metaphysics of Causation”), est reproduit dans Ernest Sosa, Conditions and Conditionals, London/NY, Oxford University Press, 1975).

Veyne, Paul (1971), Comment on écrit l’histoire, Paris, Seuil.

(1976), L’inventaire des différences, Paris, Seuil.

(1994), Le quotidien et l’intéressant, Paris, Les Belles Lettres.

Weber, Max (1951), « Études critiques pour servir à la logique des sciences de la "culture" », in Essais sur la théorie de la science, Paris, Pocket, 1992 [trad. fr. (J. Freund) de Gesammelte Aufsätze zur Wissenschaftslehre, Tübingen, J. C. B. Mohr]

(1971), Économie et société, Paris, Plon [trad. fr. (Julien Freund, Pierre Kamnitzer, Pierre Bertrand, et al.; sous la dir. de Jacques Chavy et d'Eric de Dampierre) de Wirtschaft und Gesellschaft, Tübingen, Mohr, 1956.]

Wright, Georg Henrik von (1971), Explanation and Understanding, Ithaca, N.Y., Cornell University Press, 2004.

Haut de page

Notes

1 La plupart des commentateurs parlent de l’histoire, certains de la psychanalyse ou du langage, et quelques-uns insistent sur la dialectique expliquer-comprendre, mais on ne trouve aucune véritable analyse d’ensemble. Cf. toutefois Christian Delacroix, François Dosse, Patrick Garcia (2006), Paul Ricœur et les sciences humaines, Paris, La Découverte et Johann Michel (2006), Paul Ricœur, une philosophie de l’agir humain, Paris, Cerf, (deuxième partie).

2 On trouve quelques remarques incidentes chez Jean Ladrière (2004), « Expliquer et comprendre », in Paul Ricœur, Paris, Cahiers de l’Herne, p. 68-77 ; Johann Michel (2010), « L’histoire comme science herméneutique. La contribution épistémologique de Paul Ricœur », in Gilles Marmasse (dir.), L’histoire, Paris, Vrin, ; Jean-Luc Petit (2014), « Ricœur et la théorie de l’action », in Ricœur Studies, vol. 5, n°1 ; Linda Cox (2014), « The Convergence of Ricœur and Von Wright’s Complex Model of History », in Ricœur Studies, vol. 5, n°1 ; et Pascal Engel (2014), « Y a-t-il eu vraiment une rencontre entre Ricœur et la philosophie analytique ? », in Ricœur Studies, vol. 5, n°1

3 Vincent Descombes (1998), « La confusion des langues », Enquête 6, Paris, EHESS ; Clifford Geerz (1998), « La description dense », Enquête 6, Paris, EHESS. Pour ce dernier, l’explication ne relie pas causalement un comportement à ses déterminants, mais une action à son sens. Cf. Clifford Geerz (1986), Savoir local, savoir global. Les lieux du savoir, Paris, PUF, p. 27. François Rastier (2001), Arts et sciences du texte, Paris, PUF, p. 68. Catherine Colliot-Thélène (1986), « Expliquer/comprendre : relecture d’une controverse », Espaces Temps 84-85-86/2004, p. 6-23. Cette dernière rappelle que le but de Weber est de refuser de soustraire les sciences de la culture à l’objectivité scientifique et à l’explication causale ; et accuse Ricœur de fournir une fausse réconciliation entre expliquer et comprendre, en arguant qu’il n’aurait pas compris le sens originel de cette distinction, qui correspondrait à l’écart entre comprendre quelque chose et comprendre pourquoi – Ricœur en resterait à la compréhension de la chose, et serait ainsi victime d’un « quiproquo » (p. 14-15). En fait, Ricœur n’est nullement aveuglé par l’herméneutique au point de dénier aux sciences sociales la prétention à l’objectivité par l’explication causale. S’il parle du texte comme d’un « paradigme », c’est en vertu d’une « analogie », et pour souligner le phénomène de distanciation (détachement du sens de l’intention initiale, autonomisation sémantique) ; mais il prend bien soin d’ajouter que certains textes (les récits) ont pour référent l’action elle-même (donc qu’un texte n’est pas « identique » à une action – ce sont les problématiques explicatives qui sont similaires). Et il insiste clairement sur la causalité, même s’il s’agit d’« une idée de cause très différente de celle de Hume, et synonyme d’initiative d’un agent » (Catherine Colliot-Thélène (1986), « Expliquer et comprendre », in Du texte à l’action, Paris, Seuil, p. 194). Ricœur n’oublie donc pas cette catégorie fondamentale, et défend fermement la vocation objective de l’explication. Par ailleurs, en dépit de certaines approximations, s’il mentionne la controverse raison-cause (Catherine Colliot-Thélène (1986), « Expliquer et comprendre », p. 188-195), dont Colliot-Thélène rappelle à bon droit qu’elle concerne la suprématie du modèle déductif-nomologique et non pas l’opposition entre sciences de la nature et de l’esprit (Catherine Colliot-Thélène (1986), « Expliquer/Comprendre : relecture d’une controverse », p. 9-10, note 13), ce n’est pas parce qu’il confond les deux questions, mais parce que, tout en valorisant l’explication, il cherche à préserver l’indépassable diversité de ses modalités dans les sciences humaines – comme Weber, qui ménage lui aussi un rôle au schème téléologique (l’explication par les raisons), comme le souligne J.-P. Grossein contre l’interprétation de Catherine Colliot-Thélène (Jean-Pierre Grossein (2016), « Théorie et pratique de l’interprétation dans la sociologie de Max Weber », Sociétés Politiques comparées, mai-août 2016, p. 17 et 23). De ce double point de vue (insistance sur l’explication, notamment causale ; préservation de la diversité des modes explicatifs), Ricœur est donc parfaitement fidèle à l’orientation wébérienne, que C. Colliot-Thélène souhaite à bon droit revaloriser pour les sciences de la culture.

4 Philippe Lacour (2016), « Adolf Grünbaum critique de Ricœur », in Ricœur Studies, vol. 7, n°1. Grünbaum critique en particulier Michael Sherwood (1969), The Logic of Explanation in Psychoanalysis, New York, Academic Press, qui est une source d’inspiration importante de Ricœur.

5 Paul Ricœur (1986), « Expliquer et comprendre. Sur quelques connexions remarquables entre la théorie du texte, la théorie de l’action et la théorie de l’histoire », in Du texte à l’action. Essais d’herméneutique 2, Paris, Seuil. On trouve un point de vue similaire chez Dagfinn Føllesdal (2011), « L’herméneutique et la méthode hypothético-déductive », in Herméneutique contemporaine. Comprendre, interpréter, connaître, Denis Thouard (éd.), Paris, Vrin.

6 Ricœur commet plusieurs erreurs dans sa lecture du structuralisme : il a tendance à confondre structure mathématique et structure linguistique (une confusion fréquente, bien identifiée par Granger) ; et il souscrit à l’idée d’une extension des structures phonético-phonématiques aux unités sémantiques supérieures à la phrase (un paralogisme que Granger critique chez Levi-Strauss), donc à l’idée greimassienne de traiter le texte comme un signe (François Rastier critique cette idée d’une « sémantique des textes » in Arts et sciences du texte, Paris, PUF, 2001, p. 54) – le moment herméneutique étant réservé, selon Ricœur, à la seule lecture.

7 Philippe Lacour (2016), « Adolf Grünbaum critique de Ricœur » in Ricoeur Studies 7, n°1.

8 Paul Ricœur (1977), « Expliquer et comprendre », in La sémantique de l’action, p. 189 ; Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, Paris, Seuil, p. 97-98. La conception alternative (conditionnelle, processuelle, singulière) est longuement exposée dans Paul Ricœur (1983), Temps et récit 1, Paris, Seuil.

9 Cette enquête voudrait ainsi compléter l’étude de la manière dont Ricœur (et Granger) a cherché à répondre au défi logique et métaphysique de la philosophie analytique, touchant notamment la notion de signification. Cf. Philippe Lacour (2017), « Ricœur et Granger : deux répliques existentialistes au défi analytique. Contribution à une histoire de la réception de la philosophie analytique en France », Revue de Métaphysique et de Morale, 2017, 1.

10 La plupart des commentateurs préfèrent parler de deux définitions : John Alan Robinson (1962), « Hume’s two definitions of ‘cause’ », Philosophical Quarterly 12 (47), p. 162-171 ; Thomas Richards, (1965), « Hume’s two definitions of cause », Philosophical Quarterly 15 (60), p. 247-253 ; John Leslie Mackie (1974), The Cement of the Universe. A Study in Causation, Oxford, Clarendon Press, chapitre 1 ; Jean-Pierre Clero (1998), Hume. Une philosophie des contradictions, Paris, Vrin ; et Yves Michaud (1999), Hume et la fin de la philosophie, Paris, PUF, chapitre. IX ; Martin Bell (2008), « Hume on Causation », in Cambridge Companion to Hume (David Norton ed), Cambridge, CUP, p. 147-176. Francis Wanatabe Dauer distingue, quant à lui, deux définitions et trois lectures possibles : cf.Francis Wanatable Dauer (2008), « Hume on the Relation of Cause and Effect », in A Companion to Hume (Elizabeth S. Radcliffe ed.), Oxford, Blackwell. Walter Ott (2013), Causation and Laws of Nature in Early Modern Philosophy, Oxford, Oxford University Press : Ott relève cinq définitions, qu’il regroupe toutefois en deux tendances (dont il explique la différence par la théorie humienne du langage). Nous ne chercherons pas tant ici à déterminer l’interprétation la plus rigoureuse de Hume (psychologiste, réaliste, sceptique) qu’à expliciter les caractéristiques que Ricœur prête à la causalité humienne, et l’alternative qu’il propose.

11 David Hume (2010), A Treatise of Human Nature, Project Gutenberg EBook, (Book 1, part 3, section XIV) : « an object precedent and contiguous to another, and where all the objects resembling the former are placed in a like relation of priority and contiguity to those objects that resemble the latter ».

12 David Hume (2010), A Treatise of Human Nature, Project Gutenberg EBook (Book 1, part 3, section XIV) : « an object precedent and contiguous to another, and so united with it in the imagination, that the idea of the one determines the mind to form the idea of the other, and the impression of the one to form a more lively idea of the other ».

13 David Hume (2011), An Inquiry Concerning Human Understanding, Project Gutenberg EBook (section VII, part 2) : « an object, followed by another, and where all the objects similar to the first are followed by objects similar to the second. Or in other words where, if the first object had not been, the second never had existed ». Cette définition a été reprise et retravaillée par David Lewis, qui analyse la dépendance causale entre événements par l’intermédiaire de la dépendance contrefactuelle entre les propositions qui expriment que ces événements ont lieu. Cf. David Lewis (1973), Counterfactuals, Oxford, Blackwell, p. 180 ; et David Lewis (1975), « Causation », in Causation and Conditionals (Ernest Sosa ed.), London/New York, Oxford University Press. Anne Jaap Jacobson pense qu’il n’y a pas, à proprement parler, de vision contrefactuelle chez Hume : Anne Jaap Jacobson (1986), « Causality and the Supposed Couterfactual Conditional in Hume’s Enquiry », Analysis 46/3, p. 131-133.

14 Martin Bell (2008), « Hume on Causation », p. 156-157, souligne toutefois que la nécessité est prise comme synonyme de « agency », « power », « efficacy », et non de régularité ; de sorte qu’il est inexact de dire (comme le fait par exemple E. Sosa) que Hume défend, au sens strict, une position nomologique. Jean-Pierre Cléro (1998), Hume. Une philosophie des contradictions, p. 109, ne semble pas trancher, dans la mesure où il souligne que Hume, qui utilise lui-même la catégorie de causalité (dans ses travaux d’histoire, d’économie), valorise la complexité de la relation, en en critiquant la supposée simplicité, fondée sur l’oubli de la singularité des événements.

15 Paul Ricœur (2009), Philosophie de la volonté, Tome 1 : Le volontaire et l’involontair, Paris, Seuil.

16 C’est par exemple l’avis de Raymond Aron (1989), Leçons sur l’histoire : Cours du collège de France, Paris, Fayard, p. 135. Cette présentation est un peu schématique, notamment parce que la théorie humienne de la causalité peut se prêter aussi à une lecture contrefactuelle (D. Lewis).

17 John Stuart Mill (1988), Système de Logique déductive et inductive, Liège, Mardaga, (Livre III, chaptitre 5, section 3) : « It is seldom, if ever, between a consequent and a single antecedent, that this invariable sequence subsists. It is usually between a consequent and the sum of several antecedents; the concurrence of all of them being requisite to produce, that is, to be certain of being followed by, the consequent. In such cases it is very common to single out one only of the antecedents under the denomination of Cause, calling the others merely Conditions […] The real Cause, is the whole of these antecedents; and we have, philosophically speaking, no right to give the name of cause to one of them, exclusively of the others […] But though we may think proper to give the name of cause to that one condition, the fulfillment of which completes the tale, and brings about the effect without further delay; this condition has really no closer relation to the effect than any of the other conditions has. All the conditions were equally indispensable to the production of the consequent; and the statement of the cause is incomplete, unless in some shape or other we introduce them all […] The cause, then, philosophically speaking, is the sum total of the conditions, positive and negative taken together; the whole of the contingencies of every description, which being realized, the consequent invariably follows. The negative conditions, however, of any phenomenon, a special enumeration of which would generally be very prolix, may be all summed up under one head, namely, the absence of preventing or counteracting causes. ». Pour Yves Michaud (1999), Hume et la fin de la philosophie, p. 206-207, Hume considère les causes comme des conditions nécessaires et suffisantes.

18 En fait, le problème est plus complexe, à cause de la diversité des interprétations des deux auteurs. Simiand a ainsi tenté d’appliquer les idées de Mill (sur les antécédents et les causes) au cas des relations économiques (cf. Raymond Aron (1938), Introduction à la philosophie de l’histoire : essai sur les limites de l’objectivité historique, Paris, Gallimard, p. 269 ; et Laurent Muchielli (1996), François Simiand. Sociologie, Économie, Histoire (Lucien Gillard et Michel Rosier, dirs.), Paris, édition des archives contemporaines, p. 117, mais c’est au prix de modifications de la doctrine de Mill (notamment, Simiand réintroduit l’opposition entre cause et conditions). Pour une discussion de la position de Mill (notamment par rapport à Hume), cf. Lionel Herber, Adolphus Hart et Anthony Maurice Honoré (1959), Causation in the Law, Oxford, Clarendon Press.

19 John L. Mackie (1974), The Cement of the Universe. Ce en quoi il s’oppose à Donal Davidson (1993), « Les relations causales », in Actions et événements, Paris, PUF, p. 200-202.

20 Le sens contrefactuel faible est de l’ordre : « étant donné les circonstances, si p ne s’est pas produit, q ne s’est pas produit ». Le sens contrefactuel fort, au contraire, est du type : « étant donné les circonstances, si p n’allait pas se produire, q ne se serait pas produit » (une telle proposition peut être fausse, puisque cela a pu se produire pour une autre condition dépendant des circonstances ; ainsi, dans l’exemple de Mackie, la noisette explose même si le marteau ne s’abat pas sur elle, parce qu’elle repose non pas sur une pierre plate, mais sur une plaque de métal chauffée).

21 Cf. infra, note 64, dans l’analyse de la dimension singulière, la critique que Mackie adresse à Patrick Suppes.

22 Cette question du découpage est abordée ci-après (note 44), à travers la notion diltheyenne d’ensemble.

23 John L. Mackie (1974), The Cement of the Universe, p. 57. 

24 John L. Mackie (1974), The Cement of the Universe, chapitre 7 : « The Direction of Causation ».

25 Dans la physique quantique notamment : cf. Max Kistler (2000), Causalité et lois de la nature, Paris, Vrin.

26 John L. Mackie (1974), The Cement of the Universe, p. 183-184.

27 John L. Mackie, (1974), The Cement of the Universe, p. 186.

28 John L.Mackie (1974), The Cement of the Universe, chapitre 3, p. 61.

29 C’est la question classique des causes de la première guerre mondiale. Les historiens parlent aussi, de façon problématique, de cause superficielle, profonde, feuilletée, en faisceau, en réseau, à distance, etc.

30 John L.Mackie, (1974), The Cement of the Universe, p. 35.

31 Thomas Hobbes (1839-45), Complete Works, « Of cause and effect », W. Molesworth (ed.), London, Bohn, volume 1, chapter 9, p. 120-127. Cf. également le chapitre 10, « Of power and act », p. 127-132.

32 Maurice Mandelbaum (1977), The Anatomy of Historical Knowledge, Baltimore/Londres, The John Hopkins University Press.

33 Thomas Hobbes, « Of cause and effect », p. 121-122, (ma traduction) : « The cause, therefore, of all effects consists in certain accidents both in the agents and in the patients ; which when they are all present, the effect is produced ; but if any one of them be wanting, it is not produced ; and that accident either of the agent or patient, without which the effect cannot be produced, is called causa sine qua non, or cause necessary by supposition, as also the cause requisite for the production of the effect. But a CAUSE simply, or an entire cause, is the aggregate of all the accidents both of the agents how many soever they be, and of the patient, put together ; which when they are all supposed to be present, it cannot be understood but that the effect is produced at the same instant ; and if any one of them be wanting, it cannot be understood but that the effect is not produced ».

34 John Stuart Mill (1988), Système de logique déductive et inductive : exposé des principes de la preuve et des méthodes de recherche scientifique, Liège, Mardaga, (traduction française Louis Peisse), Livre III, chap. 5 : « There is, no doubt, a tendency (…) to associate the idea of causation with the proximate antecedent event, rather than with any of the antecedent states, or permanent facts, which may happen also to be conditions of the phenomenon; the reason being that the event not only exists, but begins to exist immediately previous; while the other conditions may have pre-existed for an indefinite time (…) Inasmuch as the coming of the circumstance which completes the assemblage of conditions, is a change or event, it thence happens that an event is always the antecedent in closest apparent proximity to the consequent: and this may account for the illusion which disposes us to look upon the proximate event as standing more peculiarly in the position of a cause than any of the antecedent states. But even this peculiarity, of being in closer proximity to the effect than any other of its conditions, is, as we have already seen, far from being necessary to the common notion of a cause; with which notion, on the contrary, any one of the conditions, either positive or negative, is found, on occasion, completely to accord. »

35 Maurice Mandelbaum (1977), The Anatomy of Historical Knowledge, p. 74.

36 Thomas Hobbes (1839-45), Complete Works, « Of cause and effect », p. 122, §6 : « And from this, that whensoever the cause is entire, the effect is produced in the same instant, it is manifest that causation and the production of effects consist in a certain continual progress ; so that as there is a continual mutation in the agent or agents, by the working of other agents upon them, so also the patient, upon which they work, is continually altered and changed. For example: as the heat of the fire increases more and more, so also the effects thereof, namely, the heat of such bodies as are next to it, and again, of such other bodies as are next to them, increase more and more accordingly; which is already no little argument that all mutation consists in motion only. »

37 Maurice Mandelbaum,(1977), The Anatomy of Historical Knowledge, p. 75-76 : « (…) in all cases causal explanations lead us to view a cause and its effect as linked together in such a way that they may be said to constitute aspects of a single ongoing process, rather than being distinct events ». Ricœur traduit par : « processus unique au cours ininterrompu » (Paul Ricoeur (1983), Temps et récit 1, p. 353).

38 Carnap soutient lui aussi une conception processuelle de la causalité dans Rudolph Carnap (1973), Les fondements philosophiques de la physique, Paris, Armand Colin, p. 185-186 : « La cause d’un événement n’est pas à proprement parler une chose mais un processus. Dans la vie de tous les jours, nous disons que certaines choses causent des événements. Nous voulons dire en réalité que des processus ou événements déterminés sont la cause d’autres processus ou événements. Ainsi, nous disons que le soleil est la cause de la croissance des plantes ; en fait, nous voulons dire que la radiation solaire, qui est un processus, est cause de cette croissance ». Carnap est cependant partisan d’une conception régulariste de la causalité (elle implique toujours une loi générale dont elle est l’instance).

39 Maurice Mandelbaum (1977), The Anatomy of Historical Knowledge, p. 83. Il reprend l’exemple de l’incendie, dont parlent également Hobbes et Mackie : « The whole process, and not merely its origin, would be needed to explain the damage that actually occurred ».

40 On trouve chez Cournot une méfiance similaire envers la cause immédiate et contiguë, qui ne fournit qu’une intelligibilité limitée : « Car l’idée de cause implique celle d’une action, d’une force douée de son énergie propre ; et ce que la critique historique doit mettre en évidence, ce sont le plus souvent des résistances passives, des conditions de structure et de forme qui prévalent à la longue et dans l’ensemble des événements sur les causes proprement dites, sur celles qui interviennent avec le mode d’activité qui leur est propre, dans la production de chaque événement en particulier ». Antoine-Augusin Cournot (1973) Considérations sur la marche des idées et des événements dans les temps modernes, et des événements dans les Temps Modernes, Paris, Vrin, p. 15.

41 Curt John Ducasse (1951), « On the Nature and Observability of the Causal Relation  », in Nature, Mind and Death, LaSalle, Illinois, Open Court, in Causation and Conditionals, London, Oxford University Press, 1975, et également dans Ernest Sosa & Michael Tooley (eds.) (1993), Causation, Oxford Readings in Philosophy, Oxford, Oxford University Press ; Curt John Ducasse (1968), Truth, Knowledge and Causation, Londres, Routledge and Keagan Paul. Ducasse utilise plutôt le terme d’« environnement » : la cause concerne un événement (un changement dans un objet) qui implique nécessairement l’environnement de l’objet qui subit le changement. Distinguer la cause de l’environnement permet d’éviter de la confondre avec une condition du changement intervenu.

42 Maurice Mandelbaum (1977), The Anatomy of Historical Knowledge, p. 94. Norbert Elias partage également ce souci de privilégier le processus, par rapport à la causalité « mécanique » et unidimensionnelle (pensée comme choc entre deux éléments temporels séparés), en refusant de considérer la noblesse comme la « cause » de la civilisation bourgeoise qui a précédé, et en insistant sur les dynamiques complexes d’influence et de diffusion. Cf. Quentin Deluermoz et Pierre Singaravélou (2012), « Des causes historiques aux possibles du passé ? Imputation et raisonnement contrefactuel en histoire », Labyrinthe 39, 2.

43 Wilhelm Dilthey (1988), L’édification du monde historique dans les sciences de l’esprit, Paris, Cerf, traduction Sylvie Mesure, (III, 2, IV), p. 105-112. Le terme de Wirkunkszusammenhang der geistigen Welt désigne les grandes unités vitales propres aux productions des être humains, qui ont une dimension interactive et sont sources de valeurs. Elles constituent l’objet privilégié d’une science de l’esprit.

44 Il affronte cette difficulté dans son livre, dans le cadre d’une série d’objections qu’il s’adresse à lui-même (Mackie l’aborde par sa notion de « champs causal » (une délimitation dans l’espace et le temps en fonction de nos moyens et buts dans la recherche des causes), mais ne la traite pas vraiment). Cf. Maurice Mandelbaum (1977), The Anatomy of Historical Knowledge, p. 89. Mandelbaum utilise plus ou moins explicitement la sélection et la notion de système pour éviter ce type d’aporie. C’est le même souci de sélection dans l’élaboration du fait à expliquer qui permet à Mandelbaum de rejeter le faux contre-argument des conditions négatives – si la cause est l’ensemble des conditions d’une occurrence, alors il est impossible de donner une explication causale adéquate, car la liste des conditions négatives est infinies (par exemple : l’ingestion de poison tue l’homme, parce que aucun antidote n’a été donné) ; pour Mandelbaum, de telles conditions négatives ne servent qu’à expliquer ce qui aurait pu se passer, non ce qui s’est effectivement passé : le sophisme consiste à confondre l’irréalité contrefactuelle comme méthode servant à établir une causalité effective (à la manière de Weber), et celle qui vise simplement le possible (démarche sans intérêt cognitif immédiat). Enfin, le caractère « construit » de la causalité permet à Mandelbaum d’éviter que la conception processuelle ne fasse disparaître la dimension temporelle (l’antériorité) de la relation causale.

45 L’intérêt principal de la théorie webérienne de la causalité est de chercher à penser ce qui peut sembler une « contradiction » (tant la cause est associée traditionnellement à la régularité) : « la ou les causes d’un événement singulier ». Pour Weber, en effet, comme le précise Aron, « l’idée de causalité comprend deux éléments : d’une part une règle de succession, d’autre part, un lien entre deux termes. Selon les circonstances, l’un ou l’autre élément est accentué ». Or, en histoire, souligne Aron, et c’est là le point décisif, « la notion de règle tend à s’effacer au profit de celle de lien dynamique » (Raymond Aron (1969), La philosophie critique de l’histoire : Dilthey, Rickert, Simmel, Weber, Paris, Vrin, p. 235). Cf. Max Weber (1951), « Études critiques pour servir à la logique des sciences de la "culture" », in Essais sur la théorie de la science, (trad. fr. J. Freund), Paris, Pocket, 1992.

46 Aron insiste surtout sur la nécessaire sélection (cf. Aron Raymond (1989) Leçons sur l’histoire, Paris, Fayard, p. 182-185, et Raymond Aron (1986) Introduction à la philosophie de l’histoire : essai sur les limites de l’objectivité historique, Paris, Gallimard, et sur la pluralité causale (contre l’unidimensionalité durkheimienne), qu’il reprend à Simiand et Weber (cf. Raymond Aron (1969), La philosophie critique de l’histoire : Dilthey, Rickert, Simmel, Weber, p. 237).

47 Pour Simiand, la « phénoménoscopie » devrait procéder de la mise en place du « précepte du phénomène se produisant ». Elle se veut : 1) effective (par opposition à une démarche qui, se bornant à constater un résultat, imaginerait ce qui s’est passé), 2) suivie (observant dans toute sa continuité l’ordre de faits étudiés), 3) complète (s’obligeant à suivre le phénomène du début jusqu’à la fin). Ce projet phénoménoscopique croise les réquisits de sélection, d’intégralité et de dynamisme de la cause. Cf. Lucien Gillard et Michel Rosier (dirs.) (1996), François Simiand. Sociologie, Economie, Histoire, Paris, édition des archives contemporaines.

48 Le mécanisme peut être interprété comme une forme affaiblie de loi, ou comme un scenario causal. Cf. Pierre Demeulenaere (2011), « Introduction », in Analytical Sociology and Social Mechanisms (P. Demeulenaere ed.), Cambridge, Cambridge University Press.

49 Carl Hempel (1942), « The Function of General Laws in History », Journal of Philosophy 39 (2), p. 35-48 et Ernst Nagel (1952), « Some issues in the Logic of Historical Analysis », The Scientific Monthly 74 (3), p. 162-169, dans Patrick Gardiner (1959), Theories of History, New York, Mcmillan. Ces deux auteurs étendent purement et simplement aux sciences humaines le modèle déductif-nomologique : cf Carl Gustav Hempel, « Studies in the Logic of Explanation », in Aspects of Scientific Explanation and other Essays in the Philosophy of Science, The Free Press, New York, and Collier-Mcmillan, London, 1965 ; Philosophy of Natural Sciences, Englewood Cliffs, N.J., Prentice Hall, 1966 ; et Ernest Nagel (1961), The Structure of Science. Problems in the Logic of Scientific Explanation, Harcourt, Brace & World. Ricœur étudie leur thèse dans Temps et récit 1, (I, 2) (« L’éclipse de la compréhension dans le modèle ‘nomologique’»). Il leur oppose une diversité des modes de l’explication en histoire : par les lois, les raisons (Dray) ou de façon quasi causale (von Wright). Cf. Paul Ricœur, (1983), « L’éclatement du modèle nomologique », Temps et récit 1, (II, 1) ; William Dray (1957), Laws and Explanation in History, Oxford, Oxford University Press ; William Dray (1964), Philosophy of History, London, Prentice Hall ; William Dray (1966), Philosophical Analysis and History, New-York, Harper and Row. Georg Henrik Von Wright (2004), Explanation and Understanding, Ithaca, N.Y., Cornell University Press.

50 Paul Ricœur (1983), « Arguments ‘narrativistes’ » in Temps et récit 1, (II, 2), p. 104. Walter Bryce Gallie (1964), Philosophy of the Historical Understanding, London, Chatto & Windus ; Paul Veyne (1971), Comment on écrit l’histoire, Paris, Seuil. Il faudrait nuancer puisque Veyne s’est détourné de ses inclinations narrativistes ; sa position est en fait ambiguë, comme l’avait remarqué Michel de Certeau (Michel de Certeau (1972), « Une épistémologie de transition », Annales E.S.C., 27, p. 1317-1327) : il utilise à la fois des références de philosophie des sciences (Steggmüller) et un vocabulaire périmé (causalité « sublunaire ») pour souligner le caractère partiel et restreint (procédant par présomption rétrodictive) de l’imputation causale en histoire, chaque situation étant spécifique et l’historien ne pouvant pas prendre en considération tous les facteurs. Par la suite, Veyne s’est d’ailleurs détourné de la question causale pour s’intéresser aux invariants (il renvoie l’explication à la sociologie dans Paul Veyne (1976), L’inventaire des différences, Paris, Seuil) ou à l’explicitation des situations plutôt qu’à leur explication (Paul Veyne (1994), Le quotidien et l’intéressant, Paris, Les Belles Lettres).

51 Paul Ricœur, (1983), « L’imputation causale singulière », in Temps et récit 1, (III, 1), p. 324.

52 Gertrude Elizabeth Margareth Anscombe (1975), « Causality and Determination », in Causation and Conditionals, London/New York, Oxford University Press (Ernest Sosa ed), p. 66 et 81. Sans aller jusqu’à une position explicitement singulariste, Anscombe s’oppose au préjugé de la régularité causale, notamment chez Davidson. 

53 Pour Ducasse (Curt John Ducasse (1925), « On the Nature and Observability of the Causal Relation »), les énoncés causaux singuliers n’impliquent pas de loi, et on peut savoir qu’ils sont vrais sans connaître de loi pertinente (la seconde thèse défendue étant le caractère observable de la relation causale).

54 John L. Mackie (1974), The Cement of the Universe, p. 78-79 : « But even here it is the generalization that supports the causal statement, rather than the causal statement that implies the generalization ».

55 John L. Mackie (1974), The Cement of the Universe, p. 80. Il faudrait donc distinguer entre régularité inconditionnelle de facto et régularité inconditionnelle contrefactuelle (John L. Mackie (1974), The Cement of the Universe, p. 81-85). Mais en réalité même cette dernière n’est pas le tout de la causalité dans les objets, puisque la priorité causale importe davantage (John L. Mackie (1974), The Cement of the Universe, p. 85). Mackie en tire une conclusion très claire : « The regularity theory, even in its improved form, is not a complete account of causation in the objects » ( John L. Mackie (1974), The Cement of the Universe, p. 86).

56 Ce point fait aujourd’hui l’objet de nombreuses discussions : cf. notamment Bruno Gnassounou (2002), « Ces pouvoirs qu’on appelle ‘causaux’ », Critique, juin-juillet, n°661-662.

57 John L. Mackie (1974), The Cement of the Universe, p. 68.

58 John L. Mackie (1974), The Cement of the Universe, p. 74-75 : « it is worth noting that the assumption required, while it is of course a deterministic one, is much weaker than the usual formulations of nature. We need not assume that every event has a cause, but merely that for events of the kind in question, P, in the field in question, F, there is some, possibly very complex, necessary and sufficient condition ».

59 John L. Mackie (1974), The Cement of the Universe, p. 75 : « although (...) the distinguishing feature of causal sequences is not something that can be observed, we can explain how a certain sort of observation can set off a psychological process of imaginative analogizing that can yield a singular causal judgement. We can now add to this by explaining how a not implausibly strict assumption, coupled with that same sort of observation, can entail a causal regularity statement of the form we ordinarily use, and that this statement in turn will sustain the corresponding singular causal judgement ».

60 Gertrude Elizabeth Margaret Anscombe & Peter Thomas Geach (1961), Three Philosophers, Oxford/Ithaca/New-York, Cornell University Press.

61 John L. Mackie (1974), The Cement of the Universe, p. 76 : « (…) a counteracting cause [is] a factor whose negation is a conjunct in a minimal sufficient condition (some of) whose other conjuncts are present ».

62 John L. Mackie (1974), The Cement of the Universe p. 76.

63 John L. Mackie (1974), « Kant and Transcendantalism », in The Cement of the Universe, p. 89-116. Mackie juge la position kantienne intenable. Même s’il est prêt à accorder un certain crédit à la notion d’a priori, il souligne que les questions importantes ont été négligées par Kant : celle de savoir si et comment les lois causales diffèrent d’autres vérités universelles, celle du lien entre cause individuelle et effet, et celle de la direction de la causation (John L. Mackie (1974), The Cement of the Universe p. 116).

64 Patrick Suppes (1970), A probabilistic Theory of Causality, Amsterdam, North Holland Publishing Company.

65 John L. Mackie (1974), The Cement of the Universe, p. 50 : « Thus it may often happen that the only fully explicit causal generalization that a speaker is prepared to make is a probabilistic one, and yet he may still be taking it that the causal relation in any particular case that fulfills it is one of necessity, and perhaps also sufficiency, in the circumstances. To go straight from this evidence to a probabilistic theory is a mistake, and one that results from holding on to the Humean doctrine that causation is essentially general while admitting that causal claims need not involve universal generalizations. Against this I shall argue (in chapter 3) for the primacy of singular as opposed to general statements ».

66 John L. Mackie (1974), The Cement of the Universe, p. 270 : « the conceptual and epistemological priority of singular causal statements to generalizations ».

67 Au contraire. Mackie le montre dans John L. Mackie (1974), « Statistical Laws », in The Cement of the Universe, (chapitre 9) p. 231-247.

68 John L. Mackie (1974), The Cement of the Universe, p. 270. De même, si Davidson éprouve des difficultés à appliquer les caractérisations de conditions nécessaires / suffisantes à des causes particulières, c’est essentiellement parce qu’il reste attaché à une conception régulariste de la causalité (Donald Davidson (1993), « Les relations causales », in Action et événement, Paris, PUF). Car cette difficulté est résolue par la conception de la causalité singulariste développée par Mackie : si la cause est une condition qui n’est ni suffisante, ni même nécessaire, la causalité ne saurait être légale (cf. John L. Mackie (1974), The Cement of the Universe, p. 257). Il est par ailleurs révélateur que, pour les phrases qui résistent à la paraphrase logique extensionnelle qu’il suggère, Davidson affirme qu’elles ne sont que des explications causales rudimentaires (les explications reliant d’ordinaires des énoncés et non des événements) parce que, outre que, ou au lieu qu’elles nous donnent uniquement la cause déclenchante, elles nous donnent une histoire causale. La complexité intensionnelle est donc renvoyée à l’histoire, ce qui semble manière habile de ne pas traiter la difficulté. Mackie reconnaît au contraire une irréductibilité intensionnelle à certains énoncés causaux (John L. Mackie (1974), The Cement of the Universe, chap. 10 : « Extensionality –Two Kinds of Cause », p. 248-269).

69 Sur ce point, l’opposition de Mackie à la célèbre distinction de Hart et Honoré (Herber L. A Hart et Anthony M. Honoré (1959), Causation in the Law) est patente : pour eux, l’explication causale et la formulation de lois générales s’appliquent à deux domaines différents de la connaissance (droit et histoire d’un côté, sciences de l’autre) ; pour Mackie, il y a au contraire continuité entre généralisation accidentelle et lois scientifiques : on a affaire fondamentalement à la même causalité, mais renforcée dans le cas légal. Cela n’empêche pas de faire des distinctions entre les lois pures (les pure laws of working, qui rendent compte d’une certaine continuité ou permanence des phénomènes), les collocations et les cas mixtes.

70 Il le montre dans sa longue critique de Kneale (William Kneale (1949), Probability and induction, Oxford, Oxford University Press). Cf. John L. Mackie (1974), The Cement of the Universe, p. 202-203 ; cela vaut également lorsqu’on considère la conditionnalité contrefactuelle comme fondement de la causalité singulière : John L. Mackie (1974), The Cement of the Universe, p. 270, chapitre 8 : « The Necessity of Causes », p. 193-230.

71 John L. Mackie (1974), « Causal Laws », in The Cement of the Universe, p. 231-247.

72 John L. Mackie (1974), « Functional Laws and Concomitant Variations », in The Cement of the Universe, p. 143-159.

73 En revanche, la conception de la causalité développée par Aron, en dépit de certaines affinités avec le contrefactualisme webérien, reste globalement régulariste (cf. par exemple Raymond Aron (1938), Introduction à la philosophie de l’histoire, p. 236), malgré son insistance sur le rôle du hasard en histoire (cf infra, notes 223 et 224)

74 S’il est difficile de se convaincre qu’il y a des cas dans lesquels une relation causale est perçue directement, c’est en raison du caractère magique et superstitieux de l’efficience qu’on croit y déceler (en touchant qui a du pouvoir ou du succès, on pourrait en obtenir pour soi-même). Mais, objecte Mandelbaum, le fait que nous nous trompions parfois ne prouve pas que nous ne puissions jamais avoir confiance dans les connexions causales singulières que nous pouvons remarquer dans la vie quotidienne. Ce n’est pas que les explications causales caractéristiques de la vie quotidienne soient toujours fondées sur une perception directe de la causalité, mais elles peuvent l’être ; de même qu’elles peuvent ou non dépendre de l’observation de séquences régulières (Maurice Mandelbaum (1977), The Anatomy of Historical Knowledge, p. 76-77).

75 Maurice Mandelbaum (1977), The Anatomy of Historical Knowledge, p. 77: « To give a causal analysis is to trace an ongoing process that terminated in the specific effect we wish to explain; this involves describing a particular set of interconnected occurrences ».

76 Maurice Mandelbaum (1977), The Anatomy of Historical Knowledge, p. 98: « On formulating a law, on the other hand, one is concerned not with a particular effect, but with an effect of a specified type ; the object is to show on what factor or factors an effect of this type always depends ».

77 Maurice Mandelbaum (1977), The Anatomy of Historical Knowledge, p. 97 : « Scientific laws have this range of applicability because they do not attempt to state connections between actual occurrences, but between properties characteristic of occurrences of given types ». p. 99 : « In other words, instead of seeking to find some one type of occurrence that is invariantly connected with a particular type of effect, a scientist will fractionate these occurrences into factors, seeking to establish what factor within such occurrences is connected with a factor invariantly present in the effect ».

78 Maurice Mandelbaum (1977), The Anatomy of Historical Knowledge, p. 100.

79 Maurice Mandelbaum (1977), The Anatomy of Historical Knowledge, p. 104.

80 L’argument vaut pour l’exemple, qu’on trouve chez Hempel, de l’explosion d’un radiateur d’eau à basse température (Carl Gustav Hempel (1970), Aspects of Scientific Explanation and Other Essays, New-York, Free Press) : les lois physiques mises en jeu ne s’appliquent pas toutes à la fois (all at once) aux conditions initiales : elles s’appliquent à une série d’occurrences ; ce sont des instruments de l’explication causale, non des substituts de cette explication.

81 Comme le souligne Cournot, l’histoire existe parce que la succession des événements n’est ni purement fortuite, ni absolument nécessaire : la contingence tient à ce que les déterminations y sont relatives (à certaines tendances). Le hasard n’est donc ni une lacune de la connaissance, ni une absence de cause, mais le produit de la conjonction accidentelle de faits indépendants les uns des autres (tout en étant chacun le produit d’une pluralité de causes déterminantes, celles-ci ne sont pas liées entre elles par une solidarité nécessaire). Ainsi, la Révolution Française donne une impression de fatalité trompeuse, « car, si Louis XVI ne pouvait, en restant en France, sauver sa couronne, il pouvait facilement échapper, lui et les siens, à la sanglante catastrophe ; et lors de cette fuite si longuement pourpensée, si mal à propos retardée ou embarrassée pour des puérils motifs de confort ou d’étiquette, un atome, un rien pouvait jusqu’au dernier moment la faire réussir ou émécher qu’elle ne réussit. Or, si elle réussissait, toute l’histoire de France, de l’Europe était changée » (Antoine A. Cournot (1973), Considérations sur la marche des idées, p. 527). La connaissance probabiliste du cours de l’histoire est dès lors parfaitement possible, mais elle bute sans cesse sur des faits qu’elle doit constater sans pouvoir en rendre raison. L’effort de l’historien consiste alors à essayer d’identifier les tendances générales sous les circonstances fortuites (d’où l’intérêt pour l’histoire des sciences ou l’histoire économique par rapport à l’histoire politique). Cf. Antoine Augustin Cournot (1975), Essai sur le fondement de nos connaissances, Paris, Vrin, chapitre 3 ; Antoine A. Cournot (1973), Considérations sur la marche des idées, p. 9-19 (chapitre 1), et Martin Thierry (2005), « La philosophie de l'histoire de Cournot », Revue d'Histoire des Sciences Humaines 1 (no 12), p. 141-162.

82 Paul Ricœur (1986), « L’initiative », in Du texte à l’action. Essais d’herméneutique 2, Paris, Seuil, p. 289-207. Cf. infra, II, 2 (« La nature de l’agency : dimension pragmatique du transcendantal ») .

83 Philippe Lacour (2009), « Diskursivität. Zur logischen Erklärung der Hemerneutik Ricœurs », Energeia. – Online Zeitschrift für Sprachwissenschaft und Sprachphilosophie. Les trois dimensions principales sont : la rhétorique, la poétique et l’herméneutique, auxquelles il faut ajouter la dimension réflexive du langage, mise en évidence par la traduction. Cf. Philippe Lacour (à paraître), « Traduction et raison pratique : entre Ricœur et Granger ».

84 Philippe Lacour (2017), « Ricœur et Granger, deux ripostes existentialistes au défi analytique, contribution à une histoire de la réception de a philosophie analytique en France », Revue de Métaphysique et de Morale, Paris, PUF, n°1.

85 Nous complétons ici un aspect abordé touchant la question plus spécifique de la psychanalyse dans l’article : Philippe Lacour (2016) « Adolf Grünbaum critique de Ricœur », (1, B).

86 Paul Ricœur (1977), « Expliquer et comprendre », p. 189 : « Peut-on dire qu’un agent est cause de ses actes ? Non, si la cause veut dire antécédent constant ; oui, si on peut dire que la relation entre l’agent et ses actes relève d’un modèle de cause non humienne, plus proche d’ailleurs de la cause aristotélicienne ».

87 Paul Ricœur (1977), « Expliquer et comprendre », p. 189-190 ; et aussi Paul Ricœur (1970-1971), Le discours de l’action, cours de l’université catholique de Louvain, édition du Fonds Ricœur, p. 6. Ricœur y critique le dogme de l’absence de réflexivité de cette philosophie du langage ordinaire, stigmatisant : « l’impuissance de l’analyse du langage ordinaire à se réfléchir elle-même et à dire dans quel jeu de langage on parle de langage ordinaire. Cette impuissance à se réfléchir se traduit par une impuissance à démontrer que le langage décrit est autre chose qu’une configuration linguistique contingente ; à la limite autre chose qu’une particularité idiomatique de l’anglais. La question porte aussi bien sur les analyses d’expressions conceptuelles, selon la première méthode, que sur l’analyse des actes illocutionnaires chez Austin et Searle; la difficulté s’y trouve ici aggravée par l’impossibilité de classer, érigée en dogme par Wittgenstein : les ressemblances de famille d’un jeu de langage à l’autre excluent toute subordination d’espèce à genre. Cette difficulté est la difficulté même à passer au transcendental ». Cf. Philippe Lacour (2017), « Ricœur et Granger, deux ripostes existentialistes au défi analytique ». L’approche exclusivement analytique et descriptive du langage de l’action est limitée, et le relais proprement discursif est assuré par une approche constitutive et dialectique (au niveau transphrastique), grâce à l’analogie de l’action sensée et du texte.

88 Paul Ricœur (1977), « Expliquer et comprendre », p. 190.

89 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 43.

90 Paul Ricœur (1977), « Expliquer et comprendre », p. 191.

91 Paul Ricœur (1977), « Expliquer et comprendre », p. 191.

92 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 129.

93 Ricœur remarque que l’analyse linguistique trouve ici sa limite. Tout au plus Kenny (Sir Anthony John Patrick Kenny (1963), Action, Emotion and the Will, London, Routledge) peut-il dire que vouloir diffère de croire en ce que vouloir, c’est déjà s’efforcer de/se mettre à/entreprendre de-. Von Wright (Georg Henrik Von Wright (2004), Explanation and Understanding, Ithaca, New-York, Cornell University Press) utilise une expression inchoative similaire pour parler de l’intervention de l’agent (to set oneself to do something).

94 Ricœur avait cherché à mettre en évidence cette « antériorité dispositionnelle » à travers l’examen de quelques expériences limites, relevant de l’involontaire absolu, comme le fait d’être né : cf. Paul Ricœur (2009), Philosophie de la volonté, Tome 1: Le volontaire et l’involontaire.

95 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 129-130.

96 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 131.

97 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 84 : « ce n’est pas au plan phénoménologique uniquement que la dichotomie entre les deux univers de discours est critiquable, mais au plan ontologique ».

98 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 79. Ricœur reprend cet argument à Melden (Abraham Irving Melden (1961), Free Action, Londres, Routledge and Kegan Paul), Hampshire (Stuart Hampshire (1983), Thought and Action, New York/Notre Dame (Ind.), Notre Dame University Press), et Danto (Arthur Coleman Danto (1973), Analytical Philosophy of Action, Cambridge, Cambridge University Press).

99 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 43-44, souligne de façon explicite l’incomplétude des analyses de Hampshire, Melden et Anscombe sur cette question (sans doute faute de thématisation du corps propre dans leur tradition). Son propre projet est toujours défini comme celui d’une anthropologie du sujet agissant et souffrant. Voir Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 29.

100 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 84.

101 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 86-92. Ricœur souligne notamment que, si le critère de la question pourquoi ? est ferme, son application est chez Anscombe « étonnamment flexible ».

102 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 93-108.

103 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 106.

104 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 93. Cf. également Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action p. 107 : « La question de l’agent devient non pertinente dans cette recherche de symétrie entre événement et substance ».

105 Pascal Engel (1993), « Introduction » à Donald Davidson, Actions et événements, Paris, PUF, p. 4 : « Sans perdre de vue les liens d’une théorie de l’action avec ces problèmes traditionnels, les philosophes analytiques, pour lesquels il vaut mieux d’abord savoir de quoi on parle avant d’en envisager les conséquences, ont eu tendance à poser ces questions d’une façon relativement autonome, en dissociant notamment leur enquête sur la nature des actions de la formulation d’une théorie morale substantielle de la question de l’évaluation des actes et de la formulation des principes de l’action bonne ou juste. Ils espèrent qu’une clarification préalable du problème de la description de l’action pourra permettre d’envisager plus facilement, dans un second temps, les questions normatives, et de mieux déterminer la forme que pourra prendre une théorie éthique ».

106 Pascal Engel (1993), « Introduction » à Donald Davidson, Actions et événements, p. 29.

107 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 4-5.

108 Cf. Philippe Lacour (à paraitre), « Sens et interprétation dans la philosophie de Donald Davidson », Texto ! : « Le problème de l’intégration de la pragmatique dans la sémantique » et conclusion : Davidson cherche en fait à intégrer dans sa sémantique le simple repérage des éléments pragmatiques, en renvoyant le traitement effectif de leur sens au processus d’interprétation radicale. Ce faisant, il préserve l’univocité du langage, mais, du coup, la nature proprement linguistique de la pragmatique n’est pas identifiée, et son rôle paraît secondaire. Cela ne signifie pas que la démarche de Davidson soit sans intérêt, mais seulement que son intérêt se limite à un certain niveau d’analyse. Cf. Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 107.

109 Pour Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 73, la philosophie du langage joue à l’égard de la théorie de l’action le rôle d’organon. C’est donc logiquement et méthodiquement que l’identification d’un aspect pragmatique irréductible dans le langage (étude 2) conduit à poser la question pragmatique du lien de l’action à son agent (étude 4). Ricœur utilise un argument tiré de l’œuvre de Granger (l’ancrage – cf. Philippe Lacour (2012), La nostalgie de l’individuel, Essai sur le rationalisme pratique de G.-G. Granger, Paris, Vrin, p. 105).

110 Pascal Engel (1993), « Introduction » à Donald Davidson, Actions et événements, p. 29.

111 Selon Engel, Davidson « exclut l’idée qu’il y aurait, au cœur de toute action, une action « primitive », ou « de base », qui serait la cause des autres actions effectuées par l’agent en faisant cette action primitive, par un type de « causalité de l’agent » distinct de la causalité événementielle ». Voir Pascal Engel (1993), « Introduction » à Donald Davidson, Action et événements, p. 29. Pour Engel, comme pour Ruwen Ogien (1991), « Plaidoyer pour l’événement quelconque », (J. L. Petit dir.) « L’événement en perspective », Raison Pratique n°2, Paris, EHESS, il serait illusoire de croire qu’on aura résolu les difficultés « en postulant le pouvoir mystérieux d’une causalité primitive propre à l’agent ». Voir Pascal Engel (1993), « Introduction » à Donald Davidson, Actions et événements, p. 30.

112 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 97-98 : « si la phénoménologie de l’envie-de exige une refonte de l’idée de motivation qui [...] tienne compte de la dimension de passivité qui paraît bien corrélative de l’action de faire, une refonte parallèle de l’idée de cause qui la dissocie du modèle humien paraît bien s’imposer [...] C’est la grammaire même [...] du concept d’affection qui exige que le caractère intentionnel de l’action soit articulé sur un type d’explication causale qui lui soit homogène ».

113 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 95.

114 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 46.

115 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 95.

116 Paul Ricœur  (1990), Soi-même comme un autre, troisième étude.

117 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 46.

118 La notion aristotélicienne d’hexis, dont on trouve des traces chez Ryle (Gilbert Ryle (2002), The Concept of Mind, Chicago, University of Chicago Press) et Ravaisson (Félix Ravaisson (1996), De l’habitude, Paris, Rivages), accorde un rôle majeur aux dispositions, en tant qu’elles permettent d’expliquer l’action d’un agent en la replaçant dans le cadre de son comportement « habituel ». Ricœur l’étudie dans sa Philosophie de la volonté.

119 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 46. L’exposé de la position de C. Taylor dans Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 98, étant excessivement abrégée, on utilisera ici l’étude plus détaillée de Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 46-47 et surtout p. 95, ainsi que le texte original de Charles Taylor (1964), The Explanation of Behaviour, Londres, Routledge & Kegan Paul ; New York, Humanities Press. L’idée que l’explication téléologique est de nature causale est reprise par Mackie (et Mandelbaum), dans le cadre d’une théorie « unitaire » de la causalité (cf. infra, conclusion ).

120 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 46.

121 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 96. Cf. Charles Taylor (1964), The Explanation of Behaviour, p. 5 : « What does it mean to say that human, or animal, behaviour is purposive ? Central to this claim would seem to be the view that the order or pattern is radically different from that visible elsewhere in nature in that it is in some sense self-imposed ; the order is itself in some way a factor of its own production. [...] the prevalence of order cannot be accounted for on principles which are only contingently or ‘accidentally’ connected with it, by laws whose operation only contingently results in it, but must be accounted for in terms of the order itself ».

122 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 96. Cf. Charles Taylor (1964), The Explanation of Behaviour, p. 5-6 : « [...] the events productive of order in animate beings are to be explained not in terms of other unconnected antecedent conditions, but in terms of the very order which they produce. These events are held to occur because of what results from them, or, to put it in a more traditional way, they occur ‘for the sake of’ the state of affairs which follows. And this of course is part of what is meant by the term ‘purpose’ when it is invoked in explanation. For to explain by purpose is to explain by the goal or result aimed at, ‘for the sake of’ which the event is said to occur ».

123 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 97.

124 Taylor ajoute : de toute « loi fonctionnelle explicative » (explanatory functional law). À cette expression, on comprend que l’explication est pour Taylor toujours légale. En dépit de ce qui pourrait être considéré comme une contradiction dans le raisonnement de Ricœur, l’essentiel de l’argument de Taylor peut être conservé, parce qu’il repose sur une critique partielle de l’idée humienne de cause qui est très cohérente : même s’il semble en conserver le régularisme, Taylor en rejette l’atomisme, et cela suffit, on l’a vu, pour dissocier deux types d’explication.

125 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 97-98. Taylor s’inspire ici des remarques par lesquelles Elizabeth Anscombe (Gertrude Elizabeth Margaret Anscombe (2002), Intention, Paris, Gallimard, (traduction Cyril Michon et V. Descombes)) développe les critiques de Wittgenstein contre la notion d’intention : l’intention « avec laquelle » on accomplit une action ne désigne pas un événement psychologique privé antécédent à l’action, mais un ensemble d’attitudes mentales, de pratiques et de règles sociales dans le contexte desquelles l’action se trouve expliquée et relativement auxquelles elle prend son sens.

126 Une telle explication n’invente pas une entité mystérieuse, mais décrit un état de système, en considérant donc le système dans son intégralité. Cf. Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 46-47 : « le fait que l’état de système et son environnement est tel qu’il requiert un événement donné (tel comportement) pour qu’un certain résultat se produise, est parfaitement observable ; de même aussi le fait que cette condition antécédente vaut peut être établi indépendamment de la preuve matérielle produite par l’événement lui-même ».

127 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 47.

128 C. Taylor diagnostique ce paralogisme chez Braithwaite (Richard Bevan Braithwaite (1968), Scientific Explanation; a Study of the Function of Theory, Probability and Law in Science; Cambridge, CUP.), et Nagel (Ernest Nagel (1961), The Structure of Science, New York and Burlingame, Harcourt, Brace and World).

129 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 98. Pour C. Taylor (Charles Taylor (1964), The Explanation of Behaviour, p. 20-21), la même erreur joue, quoique de façon plus subtile, dans l’interprétation des simulations de comportement intentionnel par des machines programmées.

130 Paul Ricœur,(1977), La sémantique de l’action, p. 99.

131 Paul Ricœur (1977), Soi-même comme un autre, p. 98 : « C’est, à partir de là, la tâche de la sémantique de l’action d’établir la corrélation entre la forme de loi propre à l’explication téléologique et les traits descriptifs qui nous ont conduit à dire qu’un motif ne remplit sa fonction que s’il est aussi une cause ».

132 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 47.

133 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action. C. Taylor n’affirme pas qu’aucune critique du langage ordinaire ne soit possible –la tentative même de la cybernétique est de remplacer le langage du projet et du désir par celui de la programmation – mais il s’efforce de montrer que l’abandon de l’explication téléologique nous contraindrait à une réforme du langage ordinaire dont nous n’avons aucune idée : on ne pourrait plus parler d’action. Pour contingent qu’il soit, le schème dispositionnel de notre langage est sans doute inexpugnable. Cf. Charles Taylor (1964), « Action and Desire », in The Explanation of Behaviour, notamment p. 45-53.

134 Charles Taylor (1964), « Action and Desire », in The Explanation of Behaviour p. 47-48. Il s’agit d’une description du « vécu » au sens banal du terme (et pas au sens technique de la phénoménologie eidétique ou transcendantale). Cf. Phillipe Lacour (2009), « Diskursivität. Zur logischen Erklärung der Hermeneutik Ricœurs ».

135 Charles Taylor (1964), « Action and Desire », in The Explanation of Behaviour p. 48.

136 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 100 : « il appartient à la signification du désir d’être disposition à faire arriver ce qui est désiré. Expliquer en termes de désir, c’est déjà introduire la dissymétrie entre l’explication par un antécédent et l’explication par une fin ».

137 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 12. Cf. Philippe Lacour (2017), « Ricœur et Granger : deux ripostes existentialistes au défi analytique », Revue de Métaphysique et de Morale, 2017, 1.

138 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 17.

139 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 95. Pour une présentation du monisme anomal de Davidson, et des rapports du logique (l’explication causale) et de l’ontologie (la causalité effective), cf. Pascal Engel (1996), Philosophie et psychologie, Paris, Gallimard.

140 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 94. Que l’usage substantif de l’intention, l’intention-de, soit dérivé de son usage adverbial, c’est là le véritable problème posé par la philosophie davidsonienne de l’action selon Ricœur (cf. Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 99).

141 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 95 : « C’est finalement l’aptitude à entrer dans un schéma causaliste qui fait privilégier l’usage adverbial du terme “intention” ».

142 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 107. Sur l’ontologie de l’événement chez Davidson, cf. Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 103-106. Le souci principal de Davidson est de traiter les événements sur un pied d’égalité avec les substances.

143 Cette position est convergente avec celle de Mackie. Alors que Hart et Honoré soulignent que la polysémie irréductible du concept de causalité fait obstacle à toute démarche unitaire, et que certains positivistes (comme Schlick) nient toute spécificité à l’explication téléologique, Mackie cherche lui aussi à préserver l’originalité de l’explication téléologique, en entérinant la thèse de C. Taylor ; cf. John L. Mackie (1974), The Cement of the Universe, chapitre 11 : « Teleology ». Pour lui, la légitimité d’usages explicatifs téléologiques n’implique nullement l’existence de mécanismes spécifiquement téléologiques non causaux (c’est sur ce point qu’il critique l’interprétation par von Wright de l’argument de la connexion logique, qui dresse une barrière entre le téléologique et le causal. John L. Mackie (1974), The Cement of the Universe, p. 293 : « Only an indefensible confusion of two separately defensible interpretations of teleological descriptions of human action produces the appearance of a special kind of causation by which actions come about but which includes features that prevent it from being a species of efficient causation »). En fait, l’existence d’actions intentionnelles implique un autre type de causalité efficiente. De sorte que, selon lui, on peut dire sans contradiction que les explications téléologiques constituent un certain type d’explication causale et que la causalité est le ciment de l’univers. Cf. notamment sa conclusion. Cf. John L. Mackie (1974), The Cement of the Universe p. 295-296 : « though we have found several uses for distinctively teleological accounts and explanations, we have found no objective processes which are in themselves teleological in a way that precludes their being instances of efficient causation ».

144 C’est ainsi qu’on peut expliquer l’apparent oxymore de la déclaration suivante : « il revient à une analyse de caractère épistémologique de rétablir les droits de la causalité téléologique, et de montrer son affinité avec le moment phénoménologique, préalablement dégagé, de l’intentionnalité » (Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 107).

145 Ruwen Ogien (1991), « Plaidoyer pour l’événement quelconque », in Raison Pratique n°2, « L’événement en perspective » (J. L. Petit dir.), Paris, EHESS ; Pascal Engel (1993), « Introduction » à Donald Davidson, Actions et événements, Paris, PUF, p. 30 ; Vincent Descombes (2004), Le complément de sujet, Paris, Gallimard, p. 15.

146 Il prévient lui-même l’objection : « avec la notion de pouvoir-faire revient la vieille idée de causalité efficiente que la révolution galiléenne avait chassée de la physique. Est-il permis de dire qu’avec l’ascription, la causalité efficiente réintègre simplement son lieu d’origine, sa terre natale, à savoir précisément l’expérience vive de la puissance d’agir ? Suffit-il, pour autoriser une telle réhabilitation, de tirer argument de la réelle polysémie de la notion de causalité, que maints auteurs contemporains reconnaissant volontiers [...] ? » (Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 124).

147 Il précise d’ailleurs que cette forme du pouvoir-faire que prend l’aporie de l’ascription est « la plus intraitable » des trois qu’il relève (la première concernant la distinction entre ascription et attribution ; la seconde, celle entre ascription et imputation). Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 136.

148 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 85.

149 C’est le cas notamment chez Mackie et von Wright. Collingwood (Robin George Collingwood (1993), The Idea of History, Oxford : Clarendon Press) soutient une conception similaire de cause comme poignée (handle), comme ce qui nous permet de manier une chose, donc ce qu’il est en notre pouvoir de produire et de prévenir. En un sens proche, Gasking (Douglas Gasking (1955), « Causation and Recipes », Mind 64, p. 479-87) parle de manipulation.

150 Richard Taylor (1966), Action and Purpose, Englewood Cliffs, Prentice Hall.

151 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 86.

152 Richard Taylor (1966), Action and Purpose, II ; Richard Taylor (1975), « The Metaphysics of Causation », in Conditions and Conditionals, London/New-York, Oxford University Press (E. Sosa ed.), p. 43. R. Taylor entend ainsi retourner la critique anthropomorphique, en valorisant le fait qu’elle donne raison à l’argument selon lequel la causalité de l’ego est le premier paradigme de la causalité.

153 C’est là un argument que Ricœur retiendra, et qui intervient dans la discussion de la seconde aporie de l’ascription (la différence entre décrire, ascrire et imputer, et la discussion avec Hart). Cf. Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 121-124.

154 Selon R. Taylor, on doit relier la notion de motif à celle de pouvoir de deux manières : 1) on s’enquiert des motifs d’une action si par ailleurs on peut la rapporter à un agent. L’explication par le pouvoir a en effet le caractère paradoxal d’être à la fois ultime (il n’y a rien avant) et incomplète (elle requiert quelque chose d’autre). De fait, il existe un lien entre la question « qui a fait cela ? » et « pourquoi ? », dans la mesure où ce sont les mêmes actions qui peuvent être expliquées de façon ultime (terminable) par un agent et de façon incomplète (interminable) par des motifs. Initiative et motivation vont de pair. Invoquer un agent implique qu’on complète par ailleurs la compréhension de l’action par une enquête portant sur des motifs et non sur des causes. Cette connexion entre pouvoir et motivation est peut-être le critère ultime de la différence entre motif et cause physique. 2) Les motifs sont reliés à la causalité de l’agent en ce qu’ils sont eux-mêmes une certaine sorte d’acte (Richard Taylor (1966), Action and Purpose, chapitres 11 et 12). Cette extension de la notion d’acte hors de la sphère des mouvements corporels est légitime, dans la mesure où on fait quelque chose quand on pense. Elle permet de comprendre que la délibération est la motivation en tant qu’elle est un acte. En dépit toutefois de son insistance sur le rôle de la croyance dans le « je peux », R. Taylor ne donne pas de place à la passivité, que ce soit dans l’expérience du pouvoir-faire ou dans celle de la délibération (Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 88-95).

155 Elizabeth M. Anscombe (2002), Intention. Ricœur rapproche cette distinction de celle établie par Melden entre assertions vérifiées de la science physique et énoncés que l’action rend vraie. Cf. Abraham I. Melden (1961), Free Action.

156 Arthur C. Danto (1965), « Basic Actions », American Philosophical Quarterly, n°2 ; (1973), Analytical Philosophy of Action, Cambridge, Cambridge University Press. Le souci de Danto est de formaliser le champ pratique en assurant un parallélisme entre théorie de l’action et théorie de la connaissance. Il cherche donc à isoler des actions comme on isole des propositions et établit un parallèle entre m connaît que s à travers e et m fait arriver a en faisant b, tout en notant que, si on explique la croyance par l’évidence (on accorde nos représentations aux choses), on explique l’événement par l’intention (on accorde les choses à nos représentations).

157 Ce parallélisme est lui-même fondé sur le parallélisme entre l’objet et l’événement, entre vrai et rendre vrai.

158 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 31.

159 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 32.

160 Selon Danto, « Nous savons tous, de façon directe et intuitive, qu’il y a des actions de base et quelles actions sont des actions de base ».

161 Paul Ricœur (1977), La sémantique de l’action, p. 33.

162 Ricœur aurait aussi pu citer Mackie qui souligne que la notion de « priorité causale » (qui définit un ordre de changement dans le monde) dérive de notre expérience de notre intervention active dans le monde. Cf. John L. Mackie (1974), The Cement of the Universe, p. 57.

163 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 125-127.

164 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 127. L’investigation n’est pas interrompue arbitrairement, précise Ricœur, mais « les réponses qui terminent l’enquête sont tenues pour suffisantes par celui qui les donne et acceptables comme telles par celui qui les reçoit ».

165 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 127.

166 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 128 : « le commencement pratique in medias res n’exerce sa fonction de complétude que sur des séries déterminées de causes qu’il contribue à distinguer d’autres séries inaugurées par d’autres commencements ».

167 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 128.

168 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre p. 129.

169 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 129.

170 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 129-130 : « dès lors que le commencement de l’action ne coïncide pas avec celui du monde, il prend place en effet dans une constellation de commencements qui ont une portée qu’il s’agit précisément d’apprécier comparativement ».

171 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 130.

172 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 131.

173 Paul Ricœur, (1990), Soi-même comme un autre, p. 133.

174 Cette idée est davantage développée dans Paul Ricœur (1986), « L’initiative », in Du texte à l’action. Essais d’herméneutiques 2, Paris, Seuil, p. 289-307.

175 Par-delà Kant, Ricœur rattache son propos à la notion aristotélicienne de sunaition (co-responsabilité), qui fait de l’agent une cause partielle et concourante dans la formation des dispositions et du caractère. Cf. Aristote (1990), Ethique à Nicomaque, Paris, Vrin, III, 7.

176 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 133.

177 Georg H. Von Wright (2004), Explanation and Understanding.

178 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 134.

179 Von Wright précise que cette conjonction n’advient que si nous sommes assurés (« we feel confident »), sur la base de l’expérience passée, de pouvoir ainsi mettre en mouvement un système dynamique.

180 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 134.

181 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 135-136 : « ce n’est que dans cette phénoménologie du « je peux » et dans l’ontologie adjacente au corps propre que le statut de fait primitif accordé à la puissance d’agir serait définitivement établi ».

182 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 136.

183 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre p. 135.

184 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, 10ème étude (« Vers quelle ontologie ? »).

185 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 71. Non pas certes de façon exclusive, puisque c’est la conjonction des deux voies de la philosophie du langage (sémantique et pragmatique) qui permet de résoudre (provisoirement, en attendant l’ontologie du corps propre) l’aporie de l’ancrage.

186 Cf. Philippe Lacour (à paraitre), « Sens et interprétation dans la philosophie de Donald Davidson », conclusion.

187 Ni patient, comme le souligne R. Ogien (Ruwen Ogien (1991), « Plaidoyer pour l’événement quelconque »). L’analyse pragmatique du langage ordinaire (Austin, Searle), riche en remarques typologiques, n’a pas la même force contraignante. Cf. Philippe Lacour (2017), « Granger et Ricœur : deux ripostes existentialistes au défi analytique ».

188 Philippe Lacour (2009), « Diskursivität. Zur logischen Erklärung der Hemerneutik Ricœurs ». Sur l’échec d’une analyse de l’histoire en terme de « phrase narrative », cf. Arthur Danto (1965), Analytical Philosophy of History, Cambridge, Cambridge University Press.

189 Paul Ricœur (1983), Temps et Récit 1, p. 232.

190 William Dray (1957), Laws and Explanation in History, Oxford, Oxford University Press ; et William Dray (1966), Philosophical Analysis and History, New-York, Harper and Row.

191 Paul Ricœur (1983), Temps et récit, (Tome 1), p. 233. Cette présomption est sans limite et inclut le recours à des motifs inconscients : elle rend donc compte de l’irrationnel apparent.

192 Sur cette erreur « intellectualiste », cf. Philippe Lacour (2016), « Adolf Grünbaum critique de Ricœur »

193 Paul Ricœur (1983), Temps et récit 1, p. 248.

194 Paul Ricœur (1983), Temps et récit 1, p. 253.

195 Paul Ricœur (1983), Temps et récit 1, p. 254. Au sens strict, il faudrait parler de « mise en intrigue », au sens dynamique et opératoire.

196 Paul Ricœur (1983), Temps et récit 1, p. 255-310.

197 Paul Ricœur (1983), Temps et récit 1, p. 254.

198 Paul Ricœur (1983), Temps et récit 1, p. 255.

199 Paul Ricœur (1983), Temps et récit 1, p. 254.

200 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 175.

201 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 180.

202 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 181.

203 Paul Ricœur, (1990), Soi-même comme un autre, p. 182.

204 De Peter Winch (1990), The Idea of a Social Science and Its Relation to Philosophy, London, Routledge à Vincent Descombes (Vincent Descombes (1996), Les institutions du sens, Paris, Minuit), en passant par Geertz Clifford Geertz (1998), « La description dense ».

205 Comme le note Ricœur, cela est dû au fait que « les phrases d’action sont extraites de leur environnement social ». Voir Paul Ricoeur (1990), Soi-même comme un autre, p. 184. De fait, Davidson exclut des rationalisations usuelles des agents les règles sociales, et les réduit aux pro-attitudes (croyances et désirs) : cf. Philippe Lacour (à paraitre), « Sens et interprétation dans la philosophie de Donald Davidson ». Pour opérer le rattachement au contexte, il faut prendre en considération les aspects pragmatiques, mais aussi l’interaction, qui peut être externe ou interne, active ou passive. Cf. Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 184-186.

206 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 186-187.

207 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 187.

208 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre. Ricœur s’oppose ainsi à la version donnée par McIntyre de « l’unité narrative d’une vie », in Alasdair Chalmers McIntyre (1997), Après la vertu. Une étude de théorie morale, Paris, Presses universitaires de France (trad. fr. Laurent Bury).

209 Paul Ricœur (1990), Soi-même comme un autre, p. 187.

210 Raymond Aron (1938), Introduction à la philosophie de l’histoire, p. 9 : le récit est renvoyé à l’esthétique. Au contraire, l’historiographie récente lui reconnaît des vertus cognitives: cf. Jacques Revel (1995), « Ressources narratives et connaissance historique », Enquête, 1.

211 Par ce terme assez vague, il faut entendre un ensemble de considérations, « depuis les lois dignes de ce nom jusqu’aux généralités de sens commun que l’histoire partage avec le langage ordinaire (...), en passant par les généralités de caractère dispositionnel » (Paul Ricœur (1983) Temps et récit 1, p. 315).

212 Paul Ricœur (1983), Temps et récit 1, p. 320.

213 Paul Ricœur (1977), « Expliquer et comprendre », p. 180.

214 Paul Ricœur (1983), Temps et récit 1, p. 320.

215 Selon Dray, l'emploi du langage causal en histoire est inévitable et légitime, en dépit de toutes les équivoques. L’inévitable polysémie doit simplement être ordonnée. L’importance de l’idée de connexion causale singulière tient au fait qu’elle cesse de faire dépendre la force explicative de la seule loi. Du coup, l'analyse causale prend la forme d’une critériologie causale : c’est une analyse sélective qui vise à vérifier les titres de tel ou tel candidat à la fonction de cause, une sorte de concours. Dans ce concours, Dray distingue l’épreuve inductive (le facteur en question doit être réellement nécessaire) et l’épreuve pragmatique (il doit y avoir une raison pour la sélection d'une condition). L’épreuve pragmatique répond aux considérations de manipulabilité par lesquelles Collingwood définit un des sens de l'idée de cause (ce sur quoi l'action humaine a prise), et prend aussi en compte ce qui aurait dû être fait, donc ce qui peut être blâmé (cette enquête est ouverte et incomplète). L'épreuve inductive est plus difficile à définir. Elle consiste à justifier une affirmation contrefactuelle (du type « si pas x alors pas y ») en l'absence de toute loi. Là encore, l’exercice relève du jugement. La méthode consiste pour l'historien à éliminer par la pensée la cause alléguée afin d'apprécier quelles différences sa non-occurrence produirait sur les choses (Paul Ricœur (1983), Temps et réci.1, p. 224-226). Toutefois, l’explication obtenue n’est pas complète : il resterait à justifier positivement l'imputation par le procédé de remplissage ou d'interpolation de détails (comme le suggèrent Weber et Aron). Alors seulement le jugement peut prendre la forme d’un jugement d’imputation causale singulière.

216 Paul Ricœur (1983), Temps et récit 1, p. 323.

217 Weber l’a exposé dans ses « Études critiques pour servir à la logique des sciences de la "culture" » (Max Weber (1951), Essais sur la théorie de la science) ; Aron l’a développé dans la troisième partie de sa thèse (Raymond Aron (1938), Introduction à la philosophie de l’histoire, III : « Le devenir humain et la pensée causale »). Pour une mise en perspective de ce raisonnement contrefactuel, qui se veut un véritable critère de scientificité, mais qui est difficile à formaliser logiquement ou mathématiquement, cf. Quentin Deluermoz et Pierre Singaravélou (2012) « Des causes historiques aux possibles du passé ? Imputation et raisonnement contrefactuel en histoire », Labyrinthe, 39.

218 Paul Ricœur (1983), Temps et récit 1, p. 325.

219 Paul Ricœur (1983), Temps et récit 1, p. 326.

220 Paul Ricœur (1983), Temps et récit 1, p. 327-328. Max Weber emprunte cette théorie au physiologiste von Kries. cf. Max Weber, (1951), « Etudes critiques pour servir à la logique des sciences de la "culture" » (2ème partie), Essais sur la théorie de la science.

221 Cette analyse est compatible avec le phénomène caractéristique des sciences de la culture (« l’inéquation sociale »), sur lequel Weber attire l’attention : l’action sociale n’est pas soumise à une logique causale homogène (selon laquelle l’effet est adéquat à la cause), mais donne souvent lieu à des décalages, discontinuités ou distorsions entre les causes et les effets – d’où des phénomènes d’entrecroisement et de renversement des actions. Cf. Jean-Pierre Grossein (2016), « Théorie et pratique de l’interprétation dans la sociologie de Max Weber », Sociétés politiques comparées, 39, p. 24

222 L’historien « argumente, parce qu’il sait qu’on peut expliquer autrement. Et il le sait, parce qu’il est, comme le juge, dans une situation de contestation et de procès, et parce que son plaidoyer n’est jamais achevé : car l’épreuve est plus concluante pour éliminer des candidats à la causalité (...) que pour en couronner un seul sans retour » (Paul Ricœur (1983), Temps et récit 1, p. 329).

223 Ricœur utilise ici Aron, et son idée que la différence entre histoire et sociologie tient à ce que cette dernière définit la cause comme « l’antécédent constant ». Cette conception nomologique de la sociologie suscite des réserves légitimes. En revanche, la possibilité de construire des causalités régulières à partir de causalités singulières reste entièrement pertinente, ainsi que l’a souligné Mackie dans son livre (John L. Mackie (1974), « Statistical Laws », The Cement of the Universe). Aron semble aller dans ce sens, malgré l’ambiguïté de son « singularisme causal », puisqu’il souligne à la fois l’originalité de l’entreprise sociologique et sa dépendance à l’égard de l’imputation causale singulière historique (c’est là ce qui dissipe l’illusion rétrospective de fatalité du déterminisme historique, « rongé de l’intérieur par la contingence que la causalité historique préserve », selon la belle formule de Ricœur. Voir Paul Ricœur (1983), Temps et récit 1, p. 331.

224 Aron, plus précis en cela que Weber, reprenant à Cournot l’idée que la causalité produit elle-même du hasard, raison pour laquelle on ne peut se contenter d’opposer causalité adéquate et hasard dans la probabilité rétrospective.

225 Paul Ricœur (1983), Temps et récit 1, p. 333.

226 Paul Ricœur (1983), Temps et récit 1, p. 333-334. L’insistance sur les résultats rapproche l’imputation causale webérienne de l’explication quasi-causale de von Wright.

227 Paul Ricœur (1983), Temps et récit 1, p. 335.

228 Ainsi, la victoire de Salamine, parce qu’elle constitue un événement unique qui fait la décision entre deux possibilités dont la probabilité peut être appréciée sans être quantifiée (la culture théocratico-religieuse et l’esprit hellénique libre), peut être tenue pour la cause adéquate du développement historique occidental. De même, la connexion causale alléguée entre certains traits de l’éthique protestante et certains traits du capitalisme est singulière, même si elle ne concerne pas des individus pris un à un, mais des rôles, des mentalités et des institutions. Ricœur affine ainsi considérablement une intuition sur le « jugement d’importance » apparue dès ses premier textes épistémologiques (Paul Ricœur (2001), « Objectivité et subjectivité en histoire », in Histoire et vérité, Paris, Seuil, p. 26).

229 Paul Ricœur (1983), Temps et récit 1, p. 254.

230 Max Weber (1971), Économie et Société, Paris, Plon (I, chap. 1). Weber y élabore les concepts directeurs de sa théorie sociale en combinant d’entrée de jeu explication et compréhension. Par ailleurs, la compréhension du déroulement de l’action en fonction du sens qui la structure est une explication causale ; cf. Catherine Colliot-Thélène (2006), La sociologie de Max Weber, Paris, La Découverte, p. 56.

231 C’est en un sens similaire que Jean Claude Passeron, dans Jean-Claude Passeron (2006), Le raisonnement sociologique, Paris, Albin Michel, p. 46, parle de l’interprétation méthodique, justifiée, pour mieux la distinguer de l’interprétation « sauvage » ou intuitive.

232 Herber L. A. Hart et Anthony M. Honoré (1959), Causation in the Law : la causalité dans les sciences juridiques est fondamentalement différente de celle qui prévaut dans les sciences de la nature.

233 Paul Ricœur (1977), « Expliquer et comprendre », p. 201-203. Granger est assez proche de cette position quand il remarque que l’explication en sciences humaines oscille entre explication structurale et explication causale. Cf. Philippe Lacour (2012), La nostalgie de l’individuel, p. 205-206.

234 Ricœur insiste à nouveau sur ce point dans Paul Ricœur (2000), La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil, IIème partie, 2.

235 La diversité véritable n’est donc pas celle qui sépare l’approche nomologique, celle par les raisons, et l’explication quasi-causale. Cette variété n’est que provisoire, et ne sert qu’à mettre en défaut le modèle des lois de Hempel, dans Paul Ricœur (1983), Temps et récit 1, II, 1 (« L’éclatement du modèle nomologique », conclusion).

236 Il est donc inexact de dire que l’imputation causale singulière « est censée condenser les gammes différentes d’explication et de compréhension en histoire » (Johann Michel (2010), « L’histoire comme science herméneutique. La contribution épistémologique de Paul Ricœur » p. 222). Elle joue certes un rôle privilégié, à titre de nexus entre lois/structures formelles et la narration, mais elle n’est qu’un mode d’explication parmi d’autres.

237 John L. Mackie (1974), The Cement of the Universe, p. 272 : « [...] this theory left room for the explanation of common-sense and legal restrictions on the use of causal terms, and [...] puzzles about both extensionality and the observability of causation could be cleared up by recognizing that both events and facts can be causes, in slightly different but closely related senses » (chapitres 5, 8, 10). La continuité entre causalité de la vie de tous les jours et causalité scientifique, qui sont toutes deux basées sur des observations (John L. Mackie (1974), The Cement of the Universe, p. 59-87), ne signifie pas l’identité (par exemple, l’application de la méthode inductive chez Mill atteste d’un travail de transformation proprement scientifique). Maurice Mandelbaum (1977), in The Anatomy of Historical Knowledge, p. 76-80, fait également valoir que, même s’il y a des cas où on perçoit directement la causalité dans un cas particulier, beaucoup d’éléments théoriques interviennent dans nos explications de la vie quotidienne, impliquant, du coup, une continuité entre causalité scientifique et quotidienne.

238 Maurice Mandelbaum (1977), The Anatomy of Historical Knowledge, p. 94. Ricœur relève lui-même cette difficulté : Paul Ricœur (1983), Temps et récit 1, p. 352, note 1.

239 Gilles-Gaston Granger (1978), « Logique et pragmatique de la causalité dans les sciences de l’homme », in Systèmes symboliques, science et philosophie (Markus Aenishänslin et alii (éds.), CNRS, Marseille.

240 Philippe Lacour (2012), La nostalgie de l’individuel, p. 205-210. Granger établit un gradient d’abstraction entre événement propre (subjectivement vécu), référencié, générique et loi empirique. Son analyse montre que la catégorie de causalité n’a pas de pertinence au niveau d’une simple logique (relation entre énoncés), alors qu’elle est très importante au niveau pragmatique (relation entre événements propres). Il en conclut à la nécessaire distinction, au sein de la réalité, entre l’actuel et le non-actuel (le probable, le possible et le virtuel). La causalité se déploie dans le domaine de la réalité actuelle, et tend à disparaître aux niveaux les plus virtuels de la science (en physique théorique par exemple). C’est la raison pour laquelle l’histoire est qualifiée de « règne de la causalité ».

241 Paul Ricœur (1983), Temps et récit 1, I (« L’éclipse du récit »), 1 (« L’éclipse de l’événement dans l’historiographie française »), et 2 (« L’éclipse de la compréhension dans le modèle nomologique »). Mandelbaum parle aussi de l’« abîme logique » entre l’explication d’une occurrence singulière et les connexions invariables entre types d’événements ou de propriétés. Cf. Maurice Mandelbaum (1977), The Anatomy of Historical Knowledge, p. 94.

242 Cf. Paul Ricœur (1991), « Evénement et sens », Raison Pratique, n°2, Paris, EHESS. Ricœur reprend ici les réflexions de Jean Ladrière, sans préciser de quel ouvrage il s’agit (peut-être L’articulation du sens). Au contraire, l’usage du raisonnement contrefactuel en histoire cherche à préserver la radicalité de l’événement, en défaisant les enchaînements causaux de certains schémas trop bien connus et en respectant son pouvoir de bifurcation. Cf. Quentin Deluermoz et Pierre Singaravélou (2012), « Des causes historiques aux possibles du passé ? Imputation et raisonnement contrefactuel en histoire », Labyrinthe, 39.

243 Sur la différence entre jugement historien et judiciaire, cf. Philippe Lacour (à paraître 2017), « La logique du jugement – 2ème partie », Ricœur Studies, vol. 8, n°1.

244 Au sens strict, il ne s’agit ni d’une déduction, ni d’une induction, ni d’une abduction, ni d’une transduction, mais d’un raisonnement par cas. Cf. Philippe Lacour, Anne Lefebvre, Julien Rabachou (à paraître), « Le statut épistémologique de la connaissance clinique : abduction, transduction ou casuistique ? », Approches de l’individuel. Epistémologie, logique, métaphysique, Paris, PENS.

245 Paul Ricœur (1991), « Événement et sens », I, c) : «  [...] à tort selon moi, des auteurs comme D. Davidson réduisent les actions à des événements dépouillés du caractère humain que leur confère leur rapport à des agents et à l’ipséité de ceux-ci […] ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Lacour, « Pourquoi cela est-il arrivé ? L’explication causale de l’événement chez Paul Ricœur », Methodos [En ligne], 17 | 2017, mis en ligne le 23 mars 2017, consulté le 27 mai 2017. URL : http://methodos.revues.org/4810 ; DOI : 10.4000/methodos.4810

Haut de page

Auteur

Philippe Lacour

Professeur de philosophie, Université Fédérale de Brasilia ; Directeur de Programme au Collège International de Philosophie

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • Revues.org