Navigation – Plan du site
L'événement

Le son, un événement localisé dans le corps sonore ?

Are Sounds Events Located in the Sounding Objects?
Benjamin Straehli

Résumés

La philosophie contemporaine a vu se développer les études consacrées au son et à l’audition. Il est devenu courant de rejeter la thèse héritée de Locke selon laquelle le son serait à ranger parmi les qualités secondes, et de le considérer plutôt comme un événement. Cependant, cette proposition soulève des questions : il faut en effet déterminer de quel type d’événement il s’agit, et de quelle manière il occupe l’espace. Différentes conceptions s’affrontent à ce propos : certaines théories font du son un « pur événement », dont aucun objet physique ne serait le sujet, tandis que d’autres l’identifient à une perturbation physique. Parmi ces dernières, on distingue celles qui l’assimilent à la vibration du corps résonnant, de celles qui le considèrent comme une perturbation de l’air environnant.

Sans prétendre trancher tous ces débats, le présent article examine ici certaines des difficultés que soulève une théorie particulièrement aboutie, celle de Roberto Casati et Jérôme Dokic. Il s’agit principalement de mettre à l’épreuve leur affirmation selon laquelle leur théorie se montre fidèle au contenu de l’expérience auditive quand elle assimile le son à la vibration du corps sonore, et qu’elle en fait donc un événement physique précisément localisé. La thèse soutenue est que si cette théorie répond de façon satisfaisante à bien des objections, en revanche elle ne prend pas la mesure du problème que constitue pour elle la réverbération du son. Casati et Dokic croient le résoudre grâce à leur analyse de l’écho, mais une description plus précise montre que la réverbération est difficilement conciliable avec leur théorie de la localisation du son. Cependant cet argument ne constitue pas à lui seul une objection décisive : il montre simplement que la réverbération exige une analyse spécifique, non réductible à celle de l’écho.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 C’est là le premier trait par lequel les événements se trouvent caractérisés dans l’article de l’En (...)

1Il est devenu assez banal, dans les débats philosophiques, de définir le son comme un événement. Le son est bien quelque chose qui « arrive1 », et se délimite d’abord en termes de temporalité : ce qu’on peut appeler les parties d’un son, ce sont ses différents moments, comme son attaque ou sa désinence ; entendre un son en entier, c’est l’entendre durant toute sa durée. En cela, le son a manifestement les caractéristiques par lesquelles on distingue communément un événement d’une chose matérielle, d’une propriété ou d’un fait. Percevoir en entier une chose matérielle, par exemple, c’est percevoir toute son étendue spatiale, et non la percevoir dans toute la durée de son existence. Au contraire, c’est le temps qui constitue la mesure de quelque chose qui arrive, d’un événement. Il paraît donc légitime de classer les sons dans cette catégorie.

2Mais une fois cette idée admise, de vifs débats surgissent quant au genre d’événement dont il s’agirait alors. Faut-il identifier le son à un événement physique, et si oui, lequel ? S’opposent à ce sujet ceux qui, comme Roberto Casati et Jérôme Dokic, définissent le son comme la vibration de l’objet résonant, et ceux qui le considèrent plutôt comme une perturbation se déplaçant dans le milieu environnant, comme Brian O’Shaughnessy. De telles théories sont contredites par ceux qui estiment que l’événement sonore n’est pas du tout un événement physique, localisable en un point ou un espace précis ; la conception du son comme « pur événement », proposée par Roger Scruton, constitue un exemple d’une telle définition non physicaliste du son.

3Mon intention ici n’est pas d’examiner l’ensemble de ces débats. Je souhaite simplement relever quelques difficultés qui peuvent se poser dès lors que l’on définit le son comme un événement, et particulièrement une difficulté propre à la théorie de Casati et Dokic, quant à la relation entre le son et l’espace. Mais ces difficultés ne fournissent pas, à elles seules, une raison décisive de choisir entre l’une ou l’autre des théories en présence.

4Avant de commencer, il peut toutefois être utile de prévenir une objection générale qui pourrait venir à l’esprit contre tout examen tel que celui dont il s’agit ici. On pourrait en effet se demander si de tels débats ont vraiment un sens : après tout, la vibration de l’objet résonant, l’onde qui se propage dans le milieu, les variations de pression que celle-ci impose à notre tympan, et les sensations que ces dernières nous font éprouver, sont autant de réalités incontestables. Nommer « son » l’un plutôt que l’autre de ces phénomènes, n’est-ce pas pure affaire de convention terminologique ? En ce cas, il n’y aurait pas lieu de mener une quelconque discussion philosophique à ce sujet.

  • 2 Cela ne signifie pas qu’être audible soit une propriété essentielle du son. On pourrait admettre, e (...)
  • 3 Roberto Casati et Jérôme Dokic (automne 2014), “Soundsˮ, The Stanford Encyclopedia of Philosophy, E (...)

5Cette objection n’est en fait pas pertinente. Une théorie telle que celle de Casati et Dokic, qui va principalement nous occuper ici, présuppose en effet une certaine compréhension préalable de la notion de son, à savoir, tout simplement, que quand nous entendons quelque chose, nous appelons « son » ce qui est donné à notre perception2. De ce fait, l’enjeu d’une telle théorie est de produire une description du son qui soit adéquate à notre expérience auditive. Casati et Dokic expriment cela en soulignant avec force qu’une « théorie des sons devrait être fidèle au contenu phénoménologique de la perception auditive. »3 Si nous cherchons à rendre compte de notre perception avec exactitude, devons-nous dire que ce que nous entendons, c’est un événement se produisant dans le corps sonore, ou bien un événement se produisant dans le milieu environnant, ou à l’endroit précis où nous nous trouvons nous-mêmes quand nous l’entendons, ou encore que c’est un événement qui ne se produit en aucun lieu en particulier ? Cette question est réellement légitime, et elle rend nécessaire d’examiner les problèmes auxquels se trouve confrontée une définition du son en tant qu’événement.

Définir le son comme un événement

6Trois points vont être discutés dans cette première partie. Tout d’abord, il s’agira de comparer la définition du son comme un événement avec celle que proposait Locke dans l’Essai sur l’entendement humain, où le son se voyait classé parmi les qualités secondes. Ce premier pas sera suivi d’une brève réflexion visant à savoir s’il est vraiment essentiel au son d’avoir les caractéristiques qui invitent à le classer parmi les événements, ou si l’on ne pourrait pas, au moins à titre d’expérience de pensée, imaginer des expériences auditives n’invitant pas à qualifier le son ainsi. Dans une troisième étape, je chercherai à déterminer si la définition du son comme un événement entre ou non en contradiction avec l’une des plus importantes entreprises théoriques contemporaines à propos du son, le solfège généralisé de Pierre Schaeffer, qui propose plutôt de le penser à partir de la notion d’objet.

Événement et qualités secondes

  • 4 John Locke (2001), Essai sur l’entendement humain, Paris, Librairie philosophique J. Vrin (coll. Bi (...)

7Dans l’Essai sur l’entendement humain, Locke classe les sons parmi les qualités secondes4. La raison en est claire : les propriétés proprement audibles ne sont pas des traits qui existeraient dans la réalité indépendamment de toute perception ; l’aigu et le grave, le forte et le piano, le consonant et le discordant, etc., ne sont tels que pour un sujet percevant, doté d’une oreille sur laquelle les vibrations de l’air produisent des impressions particulières. De ce point de vue, les sons semblent davantage se rapprocher des couleurs ou des saveurs que des formes géométriques ou des autres propriétés que la science physique attribue aux corps.

8Cependant, le son se différencie des saveurs et des couleurs en ceci qu’il est quelque chose qui « arrive », qui « se produit », qui commence, se déroule et se termine. Ce sont précisément ces propriétés qui invitent à le considérer comme un événement. Or le concept de qualité semblerait plutôt, au contraire, convenir davantage pour désigner quelque chose de statique, ou du moins quelque chose qui n’a pas besoin d’être considéré d’un point de vue dynamique. Ainsi, par exemple, je peux considérer la couleur comme une qualité de la surface : ce faisant, je n’ai pas besoin d’envisager une quelconque temporalité de la couleur, je peux la penser abstraction faite de la durée de son existence, alors que le son ne peut pas être considéré autrement que comme temporel.

  • 5 Roberto Casati et Achille Varzi (2015), “Eventsˮ, section 2.2.

9Comme le font remarquer Casati et Varzi, les notions de qualité et d’événement ne sont toutefois pas nécessairement inconciliables. On pourrait en effet construire le concept de « qualité dynamique », et estimer que les événements eux-mêmes sont de telles qualités5. Qualités et événements ont d’ailleurs un point commun qui peut inviter à faire ce rapprochement : si une qualité doit être la qualité de quelque chose, un événement doit en principe arriver à quelque chose. Qualités et événements seraient donc tous des attributs des objets, ce qui permettrait d’absorber la notion d’événement dans celle de qualité en la définissant comme qualité dynamique.

10Que les événements puissent ou non être considérés comme des qualités, définir le son comme un événement soulève donc une question : si c’est un événement, à quel objet cet événement arrive-t-il ? Les diverses théories du son qui ont été mentionnées en introduction apportent chacune une réponse différente à cette question. La nature même du son dépend de cette réponse ; et dans le cas où l’événement sonore devrait effectivement être considéré comme une « qualité dynamique », en dépendrait également la question de savoir si c’est ou non une qualité seconde. Comme je l’ai annoncé en introduction, je me contenterai dans cet article d’examiner la réponse proposée par Casati et Dokic ; toutefois, avant d’en arriver là, il peut être utile de s’attarder sur deux difficultés auxquelles pourrait se heurter, de façon générale, toute définition du son comme un événement.

Une expérience de pensée

11Les raisons qui conduisent à classer les sons parmi les événements ont été indiquées plus haut : les sons ont un début, un milieu et une fin ; ils apparaissent dans notre environnement en étant produits par un certain corps sonore, puis disparaissent brusquement ou progressivement une fois que l’excitation de ce corps sonore cesse. Néanmoins, la question suivante pourrait se poser : ces caractéristiques sont-elles essentielles à tout objet concevable de notre audition ? Ne pourrait-on pas imaginer des sons tels que nous n’aurions peut-être pas songé à les considérer comme des événements ?

  • 6 Roberto Casati et Achille Varzi (2015), “Eventsˮ, section 2.1.

12Imaginons, par exemple, que notre condition ait été telle que nous n’aurions eu, pour toute expérience auditive, que la suivante. Nous aurions, tout au long de notre vie, entendu un seul et même son continu, partout identique, ne subissant jamais de variation quelconque, que ce soit en hauteur, en timbre ou en intensité. Plutôt que comme un événement, un tel son nous serait probablement apparu comme une sorte de qualité attachée au monde ou à l’expérience en général. Nous aurions éventuellement pu classer parmi les événements la présence de ce son, la perception constante que nous en avons, dans la mesure où certains philosophes peuvent proposer de considérer les états comme des événements6. Mais il est vraisemblable que dans les conditions imaginées ici le son lui-même se présenterait davantage comme une qualité du monde que comme un événement.

13On pourrait cependant contester cette expérience de pensée en disant que, si telle avait été notre situation, nous n’aurions peut-être pas du tout été capables de nous apercevoir de la présence d’un tel son ; son uniformité même aurait pu l’empêcher d’attirer notre attention. Mais supposons maintenant que ce son subisse parfois certaines variations, disons d’intensité. Ces variations imposent alors la présence du son à notre attention. Nous considérerions alors ces variations comme des événements, mais nous ne tiendrions vraisemblablement pas le même discours à propos du son lui-même. Enfin, imaginons à présent qu’en même temps que ce son continuel nous entendions tous les autres sons qui constituent de fait notre expérience auditive dans la réalité. Les divers sons particuliers pourraient nous amener, comme ils l’ont fait effectivement, à définir généralement le son comme un événement. Mais n’éprouverions-nous pas une difficulté à inclure dans cette définition le son continuel que nous entendrions constamment par ailleurs ?

14Pour l’y inclure, il faudrait disposer d’un concept d’événement suffisamment large pour englober quelque chose qui perdure indéfiniment en restant parfaitement identique à lui-même. Peut-être n’y a-t-il là aucune impossibilité, peut-être la distinction entre événements et objets stables n’est-elle qu’une commodité, sans véritable fondement dans les choses mêmes. De fait, il existe des philosophies qui conçoivent les objets stables comme une certaine sorte d’événement. Une théorie événementielle du son ne peut se dispenser d’entrer dans ce genre de discussion sur le sens même de la notion d’événement, car elle se doit de déterminer si les qualités sensibles du son telles que la hauteur, l’intensité ou le timbre, doivent, en vertu de leur essence même, être rattachées à un être qui présente par ailleurs les caractéristiques qui définissent un événement, ou s’il ne s’agit là que d’un fait de notre expérience.

Événement et objet sonore

  • 7 Pierre Schaeffer (1977), Traité des objets musicaux, Paris, Éditions du Seuil, p. 491.

15Définir le son comme un événement pourrait également paraître problématique, dans la mesure où cela semble contredire une approche importante dans les études sur le son au vingtième siècle : celle de Pierre Schaeffer. Inventeur à la fin des années 1940 de la « musique concrète », c’est-à-dire d’une musique composée non sur une partition, mais à partir de sons enregistrés, Schaeffer a été conduit par les besoins de sa pratique à chercher des moyens de classer les sons en fonction de leur usage musical possible. Cela impliquait d’élaborer des catégories permettant de décrire n’importe quel son, travail que Schaeffer a poursuivi durant plusieurs années, et qui a abouti à la publication du monumental Traité des objets musicaux en 1966, puis à sa réédition dans une version augmentée onze ans plus tard. L’ensemble des catégories ainsi produites et leur mise en application constituent le « solfège généralisé »7.

  • 8 Schaeffer donne le nom de « corps sonore » à l’objet qui produit le son, le distinguant ainsi de l’ (...)
  • 9 Pierre Schaeffer (1977), Traité des objets musicaux, p. 268.
  • 10 Schaeffer emploie de fait l’expression « événement sonore » dans la page citée par la note précéden (...)

16Dans cet ouvrage dont une partie est inspirée de Husserl, Schaeffer appelle « objet sonore » ce qu’il cherche à décrire. Il faut entendre par là, non une chose matérielle qui produirait un son8, mais le corrélat de la visée intentionnelle qu’est l’audition, étant entendu qu’il ne s’agit pas de viser, à travers le son, une signification qui lui serait attachée par convention, ni le corps qui le produit, mais simplement ce qui est donné à mon oreille en tant que tel9. Ce choix terminologique n’est pas par lui-même incompatible avec la définition du son comme un événement : comme je viens de le dire, Schaeffer entend simplement par le mot « objet » le corrélat d’une visée intentionnelle, non une chose matérielle ; en ce sens, les événements aussi sont des « objets », dans la mesure où ils sont perçus, pensés, etc. Mais une difficulté surgit néanmoins, car il serait problématique de dire que l’objet sonore est un événement10.

  • 11 Pierre Schaeffer (1977), Traité, p. 269.

17En effet, l’inventeur de la musique concrète travaille sur des sons enregistrés, qu’il réécoute un grand nombre de fois. Cette répétition lui permet de varier sa manière d’écouter, de prêter attention à de nouveaux traits du son, de découvrir que lors de la première écoute certains aspects lui avaient échappé, etc. De ce fait, et c’est l’une des principales raisons qui ont poussé Schaeffer à parler « d’objet sonore », le son réécouté lui apparaît comme un pôle objectif, demeurant le même à travers la diversité des écoutes subjectives. L’objet sonore est donc par définition quelque chose qui peut se répéter11.

  • 12 Donald Davidson (2001), “Events as Particularsˮ, Essays on Actions and Events, Oxford, Clarendon Pr (...)

18Or la philosophie contemporaine a mis en doute la possibilité de répéter un événement. Davidson, dans sa discussion des positions de Chisholm, a souligné que quand il nous arrive de dire qu’un même événement se répète, cela peut s’expliquer tout simplement par le fait qu’il s’est produit deux événements suffisamment similaires à nos yeux. Cette façon de parler n’implique pas une stricte identité. Il n’y a donc pas à imaginer qu’il existerait une classe qui serait l’événement, et dont il y aurait eu deux occurrences12.

19Et il paraît bien évident que quand je réécoute un son enregistré, il ne se produit pas à chaque fois le même événement. Au moment où j’ai enregistré le son, par exemple un son de flûte, il s’est produit un événement qui était une variation périodique de pression dans la flûte elle-même. Quand j’écoute le son enregistré, il se produit un nouvel événement, dans un autre lieu, la vibration des membranes des haut-parleurs, qui produit des ondes qui présentent des différences avec celles que produisait la flûte, par exemple en ce qui concerne leur amplitude. Plus tard, je pourrai réécouter le son avec un nouvel appareil, et l’événement sera encore différent. Mais dans la démarche de Schaeffer, ces différentes écoutes sont censées être des écoutes du même objet sonore.

  • 13 Pierre Schaeffer (1977), Traité, p. 269. Pour un examen critique de cet argument, voir Benjamin Str (...)

20L’objet sonore n’est donc assurément pas l’événement acoustique. Schaeffer l’a d’ailleurs souligné lui-même, pour d’autres raisons toutefois, notamment en raison de la différence entre les qualités du son perçues par l’auditeur et les propriétés que l’acousticien attribue au signal physique13. Est-ce là une difficulté pour une théorie du son qui le définit comme un événement ?

21En fait, il importe de bien remarquer que l’objet sonore ne prétend pas être « le son ». Le simple fait que Schaeffer ait éprouvé le besoin de forger une expression nouvelle est révélateur à cet égard. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, l’objet sonore de la musique concrète est le résultat d’une abstraction. Si on peut le qualifier de « concret », c’est en fait par opposition à l’appréhension abstraite du son qu’effectue la partition traditionnelle, qui le réduit à quelques propriétés pouvant être transcrites sur une portée. Ainsi Schaeffer s’explique-t-il sur son emploi du mot « concret » dès le début du Traité :

  • 14 Pierre Schaeffer (1977), Traité, p. 23.

« Lorsqu’en 1948, j’ai proposé le terme de “musique concrèteˮ, j’entendais, par cet adjectif, marquer une inversion dans le sens du travail musical. Au lieu de noter des idées musicales par les symboles du solfège, et de confier leur réalisation concrète à des instruments connus, il s’agissait de recueillir le concret sonore, d’où qu’il vienne, et d’en abstraire les valeurs musicales qu’il contenait en puissance. »14

  • 15 Pierre Schaeffer (1977), Traité, p. 268-270.

22Mais pour accéder à l’objet sonore, il faut bel et bien l’abstraire de son contexte, de l’environnement dans lequel il est produit et entendu, des choses matérielles auxquelles il peut nous faire penser et qui nous apparaissent comme ses causes possibles, ainsi que de toute information sur le signal physique15.

23L’objet sonore est en réalité un complexe de qualités sensibles, l’unité que constituent les qualités proprement ouïes du son, abstraction faite de toute relation à l’environnement. Bien que ces qualités puissent être en partie altérées par l’enregistrement et l’émission du son enregistré, l’ensemble demeure suffisamment reconnaissable pour qu’un auditeur le considère comme le même objet. Cet ensemble de qualités se retrouve donc, de façon très similaire, dans les divers événements que sont les diverses occasions où l’appareil fait vibrer une membrane reproduisant le son enregistré. Il n’y a, de ce point de vue, pas de véritable contradiction entre la définition du son comme un événement et le solfège de l’objet sonore. Définir le son comme un événement, c’est tenter de rendre compte de ce qui se passe concrètement quand un son retentit ; tandis que traiter de l’objet sonore, c’est considérer exclusivement les propriétés proprement audibles du son, en faisant abstraction de tout ce qui concerne la production du son et sa relation à son environnement. Ce sont là deux niveaux d’analyse différents.

  • 16 Le mot même de réduction peut designer deux opérations distinctes dans le Traité : la « réduction a (...)
  • 17 David Roden (2010), “Sonic Art and the Nature of Sonic Events”, Review of Philosophy and Psychology(...)

24Néanmoins, s’il n’y a pas de contradiction de principe entre la définition du son comme un événement, et une approche consistant à décrire des objets sonores, il n’en demeure pas moins vrai que Schaeffer a eu tendance à considérer l’objet sonore et l’événement physique comme s’il s’agissait de deux entités absolument distinctes, et qu’il n’a pas présenté l’objet sonore comme une abstraction. Il a donné le nom de « réduction » à l’opération qui doit permettre d’accéder à l’objet sonore, se référant ainsi à la réduction phénoménologique théorisée par Husserl16. Mais, peut-on faire remarquer, ce mot ne désigne qu’un changement d’attitude de la part du sujet conscient. L’objet que je perçois reste bien le même, que j’effectue ou non la réduction. Quand je perçois un son en m’intéressant à ce qu’il m’apprend au sujet de sa cause, et quand je le perçois en m’intéressant aux qualités audibles qu’il présente, je ne perçois pas deux entités distinctes. Ce point a été souligné par David Roden, dans un article visant à montrer que les phénomènes sur lesquels Schaeffer insiste ne constituent pas une raison suffisante de rejeter une théorie du son qui l’assimile à un événement physique localisé dans le corps sonore. L’intérêt esthétique que je porte au son ne modifie pas sa nature17.

Le problème de la localisation

25Dans la discussion qui a été menée jusqu’ici, la définition du son comme un événement ne s’est heurtée à aucune difficulté insurmontable ; cette définition ne semble pas entrer de façon irrémédiable en contradiction avec les raisons qui ont pu conduire à classer le son parmi les qualités secondes, ni avec celles qui ont conduit à élaborer la notion d’objet sonore. Toutefois, comme nous avons pu le voir, cette définition a besoin d’être précisée : il faut identifier le sujet auquel cet événement arrive ; et à partir de là il faut préciser où cet événement se produit au juste.

  • 18 Roger Scruton (2009), “Sounds as Secondary Objects and Pure Eventsˮ, in Matthew Nudds et Casey O’Ca (...)
  • 19 Par exemple John R. Pierce (1984), Le son musical. Musique, acoustique et informatique, Paris, Beli (...)
  • 20 Brian O’Shaughnessy (2009), “The Location of a Perceived Soundˮ, in Matthew Nudds et Casey O’Callag (...)

26C’est là que les véritables débats surgissent. Comme je l’ai déjà mentionné, des positions diverses existent à cet égard. Roger Scruton, par exemple, nie qu’il y aurait besoin d’identifier un sujet de l’événement sonore, et propose de considérer le son comme un « pur événement », c’est-à-dire un événement détaché de ses causes et de tout support physique. Il compare en cela le son à l’arc-en-ciel, disant que dans l’un et l’autre cas, il est impossible d’assigner une localisation déterminée à l’événement en question18. La plupart des auteurs estiment au contraire que le son doit être identifié à un événement physique, mais la nature et la localisation de cet événement diffèrent selon les théories. Les traités d’acoustique assimilent généralement le son à l’onde qui se propage dans le milieu environnant19 ; Brian O’Shaughnessy, en suivant cette idée, considère donc que le son, au moment où je l’entends, se trouve bien là où je me tiens moi-même, étant admis qu’il se trouvait ailleurs un instant plus tôt, et se trouvera encore en un autre point un instant plus tard20. La théorie que je voudrais mettre à l’épreuve ici est celle de Roberto Casati et Jérôme Dokic, qui considèrent que le son n’est autre chose que la vibration du corps sonore lui-même, c’est-à-dire de l’objet que les autres théories appelleraient la source du son. Plus particulièrement, je voudrais soumettre à l’examen leur affirmation suivant laquelle cette théorie est en adéquation avec une description correcte de notre expérience auditive, et notamment de la dimension spatiale de cette dernière.

  • 21 Roberto Casati et Jérôme Dokic (1994), La philosophie du son, Nîmes, Éditions Jacqueline Chambon.

27Cette théorie a été proposée pour la première fois en 1994 dans leur ouvrage La philosophie du son21, puis défendue dans plusieurs articles, notamment leur contribution au collectif Sounds and Perception. New Philosophical Essays, “Some Varieties of Spatial Hearingˮ en 2009, ainsi que l’article “Soundsˮ qu’ils ont rédigé pour l’Encyclopédie Stanford d’abord en 2005, puis dans une version révisée en 2010. Au cours de ces années, Casati et Dokic ont été amenés à répondre à diverses objections, et à discuter l’ensemble des théories concurrentes.

28Le cœur de leur argument est que notre perception des sons ne nous présente pas ces derniers comme dépourvus de rapport à l’espace, mais bien comme situés quelque part. Et il serait selon eux inexact de dire que nous entendons le son comme provenant de quelque part. Si par exemple je fais vibrer les branches d’un diapason, selon Casati et Dokic je n’entends pas qu’un son arrive jusqu’à mon oreille en provenant du diapason, mais j’entends le son comme se trouvant à l’endroit même où se situe le diapason. Il en irait à cet égard de la perception auditive comme de la perception visuelle : je ne vois pas de la lumière voyageant depuis l’objet jusqu’à mon œil, je vois l’objet lui-même comme étant situé à une certaine distance ; de la même façon, je n’entends pas des ondes se propageant dans l’air, mais des événements se produisant dans le corps sonore lui-même. L’onde dans l’air n’est que le signal grâce auquel il est possible à mon organisme de percevoir cet événement, de même que la lumière permet de voir les objets sans être vue elle-même. Ainsi, on s’exprimerait mal en attribuant au son une vitesse de propagation : ce qui est doté d’une telle vitesse, ce n’est pas le son lui-même, mais l’onde grâce à laquelle nous le percevons.

  • 22 Roberto Casati et Jérôme Dokic (2009), “Some Varieties of Spatial Hearingˮ, p. 102.

29Ils reconnaissent certes l’existence de nombreuses expériences où il nous est impossible d’identifier un lieu précis sur la seule base de l’audition, par exemple quand nous entendons un son sous l’eau22. Mais le fait que, bien souvent, nous puissions effectivement localiser un événement sur une telle base, leur paraît une raison suffisante d’admettre que l’objet de ma perception auditive est bien quelque chose qui se trouve en un lieu précis, le lieu que j’identifie grâce à l’audition ; le son serait donc un événement qui se produit à cet endroit même. Là encore, l’analogie avec la vision serait possible : il y a des objets visuels que je n’arrive pas à situer précisément, comme un objet dans le ciel dont je ne parviens pas à évaluer la distance ; mais les objets de ma vision sont bel et bien situés quelque part, et généralement ils se trouvent là où mon œil les situe.

  • 23 Peter Frederick Strawson (2005), Individuals. An Essay in Descriptive Metaphysics, Londres, New Yor (...)
  • 24 Roberto Casati et Jérôme Dokic (2014), “Soundsˮ, section 4.1.
  • 25 On pourrait aussi, bien sûr, refuser de faire cette concession et considérer que l’expérience de pe (...)

30Cette thèse amène Casati et Dokic à discuter la fameuse expérience de pensée proposée par Strawson dans Individuals. Strawson, se demandant s’il serait possible d’identifier des particuliers en l’absence d’espace, avait imaginé un être dont les seules perceptions seraient auditives. Il présentait comme une évidence l’idée que pour un tel être le monde n’aurait aucune spatialité. Notre capacité à situer des objets ou des événements sur la seule base de l’audition ne pourrait qu’être acquise grâce aux corrélations entre certains traits de nos perceptions auditives et ceux d’autres perceptions23. Casati et Dokic soulignent qu’il y a néanmoins une différence entre percevoir un son sans pouvoir se représenter sa localisation, et percevoir un son non localisé. Mon éventuelle incapacité à situer un son ne signifie pas qu’il soit dépourvu de localisation24. Autrement dit, même si l’on concède à Strawson que si nos seules perceptions avaient été auditives, nous n’aurions pas pu nous représenter l’espace25, il reste possible d’affirmer que ce que nous entendons est bien un événement situé quelque part ; et grâce à l’expérience accumulée qui nous présente les sons en corrélation avec d’autres perceptions, nous avons acquis la capacité à situer un grand nombre d’entre eux sur le seul fondement de ce que nous entendons.

31Pour discuter cette théorie, je commencerai par souligner quelques conséquences paradoxales qu’elle entraîne ; puis je commenterai un phénomène qui me paraît difficilement conciliable avec elle, à savoir la réverbération du son.

Quelques conséquences de la théorie de Casati et Dokic

  • 26 Roberto Casati et Jérôme Dokic (1994), La philosophie du son, p. 59.

32Une première conséquence de cette théorie est que le son n’est pas accessible uniquement à l’ouïe, mais également au toucher et, ce qui peut paraître plus surprenant, à la vue. Casati et Dokic considèrent donc le son comme un sensible commun, c’est-à-dire comme quelque chose qui est perceptible par plusieurs sens26. Reprenons en effet l’exemple du diapason. Si la vibration de ses branches, comme le veut la théorie, est bien le même événement que j’entends, alors si je les effleure du doigt, en les sentant vibrer je touche le son lui-même ; et en regardant les branches vibrer, je vois le son.

  • 27 Roberto Casati et Jérôme Dokic (1994), La philosophie du son, p.46.

33Une autre conséquence en est que le son subsiste dans des conditions où aucune audition n’est possible. Par exemple, si le diapason est mis en vibration dans un espace vide, en l’absence d’air le son ne peut être entendu, mais puisque les branches vibrent il faut bien dire que le son existe néanmoins27.

  • 28 Roberto Casati et Jérôme Dokic (2014), “Soundsˮ, section 3.2.2.

34En outre, cette théorie implique que certaines expressions du langage ordinaire n’expriment pas fidèlement notre expérience auditive. Par exemple, Casati et Dokic rejettent l’idée qu’on pourrait dire avec pertinence qu’un son « emplit une pièce ». Selon eux, le seul trait réel de l’expérience que l’on puisse mettre en relation avec une telle façon de parler, c’est le fait que le son puisse être perçu depuis n’importe quel point dans la pièce28. Mais le lieu où se tient l’auditeur et le lieu où le son se produit seraient distincts. Une autre expression inadéquate, comme je l’ai déjà mentionné, serait celle qui dit que le son « vient de » quelque part : il faudrait dire plutôt qu’il s’y trouve. J’avoue que pour ma part, si j’entends un son sans parvenir à localiser précisément sa source, il me faudra faire un véritable effort sur moi-même pour demander : « Mais où se trouve ce son ? » plutôt que « Mais d’où provient ce son ? ». Le langage courant n’invite pas à estimer que la théorie du son comme événement localisé serait une bonne description de l’expérience auditive. Mais après tout, les façons de parler courantes ne sont pas un critère de vérité, et il se pourrait que les hasards de l’évolution de la langue nous aient fait contracter des habitudes de langage qui ne reflètent pas les véritables traits de notre expérience. On ne saurait donc considérer les conséquences qui viennent d’être indiquées comme des objections fortes contre la théorie ; la cohérence de cette dernière subsiste dès lors qu’on assume ces conséquences.

Espace et réverbération

  • 29 Matthew Nudds (2001), “Experiencing the Production of Soundsˮ, European Journal of Philosophy (vol. (...)
  • 30 En 2010, en effet, ils renvoient leur lecteur aux analyses de l’écho menées par O’Callaghan, sans é (...)
  • 31 Casey O’Callaghan (2009), “Sounds and Eventsˮ, in Matthew Nudds et Casey O’Callaghan (eds.), Sounds (...)

35Casati et Dokic ont eu à rendre compte du phénomène de l’écho. En effet, ce phénomène a pu être invoqué contre les théories qui assimilent le son à un événement en général ; et contre la théorie qui l’identifie à la vibration de l’objet résonant, en particulier. Matthew Nudds a estimé que les sons ne devraient pas être considérés comme des événements, parce que percevoir un son, puis son écho, c’est être confronté deux fois au même son, alors qu’un événement ne peut pas se produire plus d’une fois29. Casey O’Callaghan, qui défend lui-même une théorie événementielle distincte de celle de Casati et Dokic, a produit une réponse, que ces derniers semblent approuver30, et qui consiste à comparer le cas de l’écho à celui du miroir à propos de la perception visuelle. Voir un objet directement, et le voir dans un miroir, ce n’est pas voir une répétition du même objet, ce n’est pas non plus voir deux objets distincts. C’est simplement voir deux fois le même objet. Entendre un son, puis en entendre l’écho, ce n’est pas percevoir un son qui se répète, mais percevoir deux fois le même son qui ne se produit qu’une fois. Je puis avoir deux perceptions d’un événement unique, et la chose est concevable dans le domaine visuel : O’Callaghan donne l’exemple d’une supernova que l’on pourrait voir deux fois de suite si des miroirs suffisamment éloignés nous en faisaient voir le reflet, un laps de temps significatif après que nous aurions vu la supernova directement31.

  • 32 Roberto Casati et Jérôme Dokic (2014), “Soundsˮ, section 3.2.2.

36Casati et Dokic jugent aussi que le cas de l’écho est similaire à celui du miroir. Ils reconnaissent que dans certains cas, un écho peut me donner une fausse impression au sujet de la localisation d’un son ; par exemple, si, m’abritant sous un parapluie, j’entre dans un espace situé sous un toit en verre : n’entendant plus la pluie tomber sur mon parapluie, lequel atténue le bruit se produisant sur le toit, mon oreille sera surtout frappée par l’écho provenant du sol, et j’aurai l’illusion que le bruit se trouve au niveau du sol. Mais que l’auditeur puisse parfois se tromper quant à la localisation d’un son, cela n’empêcherait pas ce dernier d’être bel et bien localisé32. Ainsi l’existence de l’écho s’accorderait-elle avec la théorie.

  • 33 Don Ihde (2007), Listening and Voice. Phenomenologies of Sound, Albany, State University of New Yor (...)

37Cependant, il serait erroné de réduire la question de l’écho à celle d’une erreur de localisation, ou d’une image analogue à celle d’un miroir. On peut se référer ici à un travail entièrement indépendant des discussions qui ont été examinées jusqu’à présent, celui de Don Ihde. Ce dernier, par une démarche phénoménologique inspirée de Husserl et de Heidegger, s’est attaché à décrire différents traits de l’expérience auditive, et notamment la perception de l’espace par le biais de l’audition. S’intéressant à la façon dont les aveugles perçoivent l’espace, il semble s’être exercé à marcher lui-même en aveugle, se servant d’une canne pour explorer son environnement, expérience qu’il décrit en détail à la première personne. Cela lui permet de faire remarquer l’importance de l’écho du bruit de la canne pour se rendre compte, par l’ouïe, de l’espace environnant, de son ampleur, de ses surfaces et de leurs distances. Pour l’homme qui jouit de la vue, d’autres expériences manifestent un rôle similaire de l’écho ; Ihde mentionne le cas du puits dont nous évaluons la profondeur d’après l’écho du cri que nous poussons à son orifice. Ainsi peut-il écrire que l’écho nous ouvre l’espace auditif 33; aucune fonction analogue n’est remplie par le miroir à propos de l’espace visuel. Cette mention des remarques de Don Ihde ne saurait être considérée, certes, comme une réfutation de l’analyse de l’écho proposée par O’Callaghan, Casati et Dokic. Somme toute, ces derniers cherchaient seulement à répondre à une objection portée contre la théorie événementielle du son, non à faire une description exhaustive de l’écho et de son rôle quant à la perception de l’espace. Ces remarques doivent néanmoins attirer notre attention sur la capacité d’un son à nous faire percevoir tout l’espace environnant.

  • 34 Roberto Casati et Jérôme Dokic (2014), “Soundsˮ, section 1.2.

38Cette propriété du son a une grande importance à propos de la réverbération. Casati et Dokic n’évoquent que brièvement ce phénomène, évoquant le fait qu’il contribue à la localisation du son34. Mais la réverbération semble devoir exiger une analyse spécifique. Certes, d’un point de vue physique, il s’agit essentiellement de la même chose que dans le cas de l’écho : la réflexion de l’onde acoustique sur une surface. Mais du point de vue de la perception, réverbération et écho doivent être distingués. L’usage ordinaire les distingue en réservant plutôt le mot « écho » à des situations où l’on entend le son une seconde fois, venant d’une direction déterminée, tandis que le mot « réverbération » désigne plutôt le fait que le son, réfléchi par les diverses surfaces d’un espace fermé, revient en quelque sorte de tous les côtés. Nous allons voir que d’autres éléments sont à prendre en compte.

39La réverbération n’est pas uniquement une affaire de localisation du son, elle en change la qualité même, comme le savent les techniciens du son : architectes de salles de concert, techniciens de la prise de son, etc. Quand la réverbération est très longue, comme dans l’acoustique de certaines églises par exemple, on peut certes la percevoir comme une sorte d’image reproduisant le son, comme dans le cas de l’écho. Mais tel n’est pas nécessairement le cas, notamment quand elle est plus courte et que l’oreille la perçoit moins nettement comme distincte de la première émission du son.

40Supposons un espace dans lequel la réverbération ne se prolonge pas au point de forcer l’auditeur à la percevoir distinctement du son émis par sa source. Supposons que, dans cet espace, on fasse retentir un certain son, et pour plus de simplicité, supposons qu’il s’agisse d’un son continu ne connaissant pas de variations notables. Dans un tel cas de figure, pendant la durée de l’émission du son, l’auditeur n’aura pas le sentiment que le son s’accompagne d’une multitude d’images de lui-même situées sur les surfaces environnantes comme autant de miroirs, quoiqu’il puisse avoir le sentiment d’un léger écho lorsque la source cesse d’émettre et que les surfaces continuent à réfléchir le son pendant un très court laps de temps.

41Néanmoins la réverbération, pendant toute la durée de cette émission, « colore » en quelque sorte le son à sa manière propre ; elle lui donne une ampleur, une présence, une qualité, qui seront différentes si l’on fait émettre la même source sonore dans un espace différent. Par exemple, dans une salle où la réverbération est plus courte encore, le son paraîtra plus « sec ». Ce changement dans la qualité du son ne se réduit pas à une question de localisation : ce n’est pas que je perçoive le son comme étant situé à la fois à sa source et sur les différentes surfaces qui le réfléchissent, en réalité c’est le son lui-même qui est différent. Les miroirs, dans le domaine visuel, ne constituent pas un phénomène analogue à cette altération. L’image qu’ils présentent peut, certes, être altérée, mais la présence de miroirs autour d’un objet vu ne change pas la qualité même de cet objet pour la vision.

  • 35 Je suis redevable de cette remarque, et de l’exemple qui suit, à un expert anonyme ayant examiné la (...)

42On pourrait toutefois envisager qu’il y ait bien un analogue visuel de la réverbération, à savoir la brillance35. Si je vois une diode d’une certaine couleur s’allumer dans une boîte aux parois très mates, puis dans une boîte aux parois plus brillantes, peut-être la qualité même de la couleur de la diode change-t-elle pour ma perception. Et cela ne changerait rien au fait que la diode est bien perçue comme située en un point précis de l’espace.

43Il faut donc nous demander si la réverbération s’accorde aussi bien que la brillance à l’idée que l’objet perçu apparaît comme situé en un point déterminé. Sur ce point, il faut remarquer que l’altération du son induite par la réverbération est souvent perçue comme liée à l’espace dans lequel ce son se fait entendre, et ce d’une façon qui ne semble pas bien s’accorder avec la théorie définissant le son comme l’événement qui se produit dans l’objet même qui résonne. En effet, ce phénomène invite à penser que l’expression critiquée par Casati et Dokic, selon laquelle le son « emplit l’espace », pourrait bien être une manière adéquate de rendre compte de la manière dont le son nous apparaît du fait de la réverbération : le son qui, grâce à la réverbération, prend pour nous une certaine ampleur, une certaine majesté, le fait parce qu’il occupe un espace où il résonne, sans donner l’impression pour autant d’une multitude d’images situées sur les surfaces. Quand un musicien, dans une salle de concert, cherche à produire un son qui soit beau pour les auditeurs situés loin de lui, il exploite ce phénomène et tourne son attention vers ce déploiement du son dans l’espace, de manière à contrôler le résultat mieux qu’il ne pourrait le faire en concentrant toute son attention auditive sur le corps sonore qu’il est en train d’exciter. Dire qu’il tourne alors son attention vers une multitude d’images situées sur les parois de la salle, ne rendrait pas justice à l’unité que le son conserve alors pour la perception : dans une salle de concert bien conçue, un son n’est pas censé produire l’impression de multiples échos.

44Dire que le son emplit l’espace, ce ne serait pas seulement dire qu’il est perceptible depuis n’importe quel point de cet espace, mais bien qu’il s’y déploie en quelque sorte, en provenant de sa source. L’expérience de la réverbération donnerait du poids à la thèse qui veut que nous entendions le son comme quelque chose qui se diffuse à partir de sa source, pour emplir l’espace environnant, et non comme quelque chose qui serait situé à sa source même. Si cette expérience ne remet pas en question la définition du son comme un événement, elle conduit à douter que cet événement soit localisé en un point précis. Ces considérations ne peuvent, à elles seules, être considérées comme une réfutation de la théorie de Casati et Dokic : je ne saurais affirmer que cette théorie est dans l’impossibilité de produire une analyse satisfaisante de la réverbération. Néanmoins, il me semble qu’en raison des remarques qui viennent d’être faites, on ne peut pas se contenter, à propos de la réverbération, de renvoyer à l’analyse que la théorie propose de l’écho. La réverbération exige une analyse spécifique.

Conclusion

45La définition du son comme événement semble résister assez bien aux difficultés les plus générales qu’elle peut soulever. En revanche, il est nettement plus difficile de déterminer précisément de quel événement il s’agit au juste, et où il se produit. La théorie du son comme événement localisé à sa source constitue une réalisation particulièrement aboutie, du fait du travail considérable accompli par ses auteurs pour la confronter systématiquement à tous ses concurrents possibles. Néanmoins, un trait de l’expérience auditive tel que la réverbération semble ne guère s’accorder avec cette théorie. Je ne suis en revanche pas en mesure de dire si la théorie peut surmonter cette apparente difficulté, ou si cette dernière peut réellement constituer une raison forte de lui préférer une de ses rivales.

Haut de page

Bibliographie

Casati, Roberto, et Jérôme Dokic (1994), La philosophie du son, Nîmes, Éditions Jacqueline Chambon.

— (2009), “Some Varieties of Spatial Hearingˮ, in Matthew Nudds et Casey O’Callaghan, Sounds and Perception, p. 97-110.

— (2010), “Soundsˮ, in Edward N. Zalta, (ed.), The Stanford Encyclopedia of Philosophy 2014, http://plato.stanford.edu/entries/sounds/

Casati, Roberto, et Achille Varzi (2014), “Eventsˮ, in Edward N. Zalta, (ed.), The Stanford Encyclopedia of Philosophy 2015, http://plato.stanford.edu/entries/events/

Davidson, Donald (1970), “Events as Particularsˮ, in Essays on Actions and Events, Oxford, Clarendon Press 2001, p. 181-188.

Ihde, Don (1976), Listening and Voice. Phenomenologies of Sound, Albany, State University of New York Press 2007.

Locke, John (1690), Essai sur l’entendement humain, Paris, Librairie philosophique J. Vrin 2001 (Livres I et II).

Nudds, Matthew (2001), “Experiencing the Production of Soundsˮ, European Journal of Philosophy 9, p. 210-229.

Nudds, Matthew et Casey O’Callaghan (eds.) (2009), Sounds and Perception. New Philosophical Essays, Oxford, Oxford University Press.

O’Callaghan, Casey (2009), “Sounds and Eventsˮ, in Matthew Nudds et Casey O’Callaghan, Sounds and Perception, p. 26-49.

— (2010), “Perceiving the Locations of Soundsˮ, Review of Philosophy and Psychology, 1, p. 123-140.

O’Shaughnessy, Brian (2009), “The Location of a Perceived Soundˮ, in Matthew Nudds et Casey O’Callaghan, Sounds and Perception, p. 111-125.

Pierce, John R. (1984), Le son musical, Paris, Belin.

Roden, David (2010), “Sonic Art and the Nature of Sonic Events”, Review of Philosophy and Psychology 1, p. 141-156.

Schaeffer, Pierre (1966), Traité des objets musicaux, Paris, Éditions du Seuil 1977.

Scruton, Roger (2009), “Sounds as Secondary Objects and Pure Eventsˮ, in Matthew Nudds et Casey O’Callaghan, Sounds and Perception, p. 50-68.

Straehli, Benjamin (2012), « L’objet sonore et la musique », L’Année Mosaïque 1, p. 51-69.

Strawson, Peter Frederick (1959), Individuals. An Essay in Descriptive Metaphysics, Londres, New York, Routledge 2005.

Haut de page

Notes

1 C’est là le premier trait par lequel les événements se trouvent caractérisés dans l’article de l’Encyclopédie Stanford qui leur est consacré : Roberto Casati et Achille Varzi (hiver 2015), “Eventsˮ, The Stanford Encyclopedia of Philosophy, Edward N. Zalta (ed.), http://plato.stanford.edu/archives/win2015/entries/events/. Il est bien entendu que dans le présent article, la notion d’événement sera prise dans ce sens très général, et non dans le sens plus spécifique qu’elle peut prendre quand on parle par exemple d’événements historiques.

2 Cela ne signifie pas qu’être audible soit une propriété essentielle du son. On pourrait admettre, et c’est bien ce que font Casati et Dokic, qu’il y a des sons que nous ne pouvons pas entendre. Mais il s’agit seulement de reconnaître ici que tout ce qui est audible est un son, et donc qu’une théorie du son doit être cohérente avec la perception auditive.

3 Roberto Casati et Jérôme Dokic (automne 2014), “Soundsˮ, The Stanford Encyclopedia of Philosophy, Edward N. Zalta (ed.), http://plato.stanford.edu/archives/fall2014/entries/sounds/, section 2.3.3.

4 John Locke (2001), Essai sur l’entendement humain, Paris, Librairie philosophique J. Vrin (coll. Bibliothèque des textes philosophiques), livre II, § 10, p. 220.

5 Roberto Casati et Achille Varzi (2015), “Eventsˮ, section 2.2.

6 Roberto Casati et Achille Varzi (2015), “Eventsˮ, section 2.1.

7 Pierre Schaeffer (1977), Traité des objets musicaux, Paris, Éditions du Seuil, p. 491.

8 Schaeffer donne le nom de « corps sonore » à l’objet qui produit le son, le distinguant ainsi de l’objet sonore (Traité des objets musicaux, p. 95).

9 Pierre Schaeffer (1977), Traité des objets musicaux, p. 268.

10 Schaeffer emploie de fait l’expression « événement sonore » dans la page citée par la note précédente ; mais il le fait sans connaître les débats philosophiques liés à la notion d’événement, son but dans ce passage étant simplement de faire comprendre la différence qu’il y a entre chercher à connaître un objet par l’intermédiaire du son qu’il produit, et écouter vraiment le son lui-même. Les mots « événement sonore » ne doivent ici être compris que par opposition à la source du son.

11 Pierre Schaeffer (1977), Traité, p. 269.

12 Donald Davidson (2001), “Events as Particularsˮ, Essays on Actions and Events, Oxford, Clarendon Press, p. 184.

13 Pierre Schaeffer (1977), Traité, p. 269. Pour un examen critique de cet argument, voir Benjamin Straehli (2012), « L’objet sonore et la musique », L’Année Mosaïque 1, p. 51-69, particulièrement les pages 66 et 67.

14 Pierre Schaeffer (1977), Traité, p. 23.

15 Pierre Schaeffer (1977), Traité, p. 268-270.

16 Le mot même de réduction peut designer deux opérations distinctes dans le Traité : la « réduction acousmatique », qui désigne une situation où la cause du son ne m’est pas donnée (par exemple si j’écoute un son enregistré), et la « réduction à l’objet sonore », plus exigeante, où je décide de bannir toute considération portant sur les significations ou les informations concernant le monde véhiculées par le son (Traité, p. 268).

17 David Roden (2010), “Sonic Art and the Nature of Sonic Events”, Review of Philosophy and Psychology 1, p. 141-156 (p. 152-153 pour ce point précis).

18 Roger Scruton (2009), “Sounds as Secondary Objects and Pure Eventsˮ, in Matthew Nudds et Casey O’Callaghan (eds.), Sounds and Perception. New Philosophical Essays, Oxford, Oxford University Press, p. 59.

19 Par exemple John R. Pierce (1984), Le son musical. Musique, acoustique et informatique, Paris, Belin, p. 20.

20 Brian O’Shaughnessy (2009), “The Location of a Perceived Soundˮ, in Matthew Nudds et Casey O’Callaghan, Sounds and Perception, p. 119.

21 Roberto Casati et Jérôme Dokic (1994), La philosophie du son, Nîmes, Éditions Jacqueline Chambon.

22 Roberto Casati et Jérôme Dokic (2009), “Some Varieties of Spatial Hearingˮ, p. 102.

23 Peter Frederick Strawson (2005), Individuals. An Essay in Descriptive Metaphysics, Londres, New York, Routledge, p. 65-66.

24 Roberto Casati et Jérôme Dokic (2014), “Soundsˮ, section 4.1.

25 On pourrait aussi, bien sûr, refuser de faire cette concession et considérer que l’expérience de pensée de Strawson est fausse. C’est ce que fait Casey O’Callaghan en s’appuyant sur les recherches des psycho-acousticiens concernant notre capacité à situer les événements sonores. Il souligne notamment que cette capacité repose en grande partie sur le simple fait que nous avons deux oreilles et qu’une même onde acoustique ne les frappe pas exactement au même instant. Cela le conduit à soutenir qu’il y a une spatialité intrinsèque de l’audition, indépendante des autres sens. Voir Casey O’Callaghan (2010), “Perceiving the Locations of Soundsˮ, Review of Philosophy and Psychology, 1, p. 123-140, particulièrement la page 135.

26 Roberto Casati et Jérôme Dokic (1994), La philosophie du son, p. 59.

27 Roberto Casati et Jérôme Dokic (1994), La philosophie du son, p.46.

28 Roberto Casati et Jérôme Dokic (2014), “Soundsˮ, section 3.2.2.

29 Matthew Nudds (2001), “Experiencing the Production of Soundsˮ, European Journal of Philosophy (vol. 9), P. 210-229 (p. 221-222 pour ce point précis).

30 En 2010, en effet, ils renvoient leur lecteur aux analyses de l’écho menées par O’Callaghan, sans émettre de réserve à leur sujet (Roberto Casati et Jérôme Dokic, “Soundsˮ, section 3.2.2). Sur le fond, l’analyse de l’écho par O’Callaghan est effectivement cohérente avec leur théorie.

31 Casey O’Callaghan (2009), “Sounds and Eventsˮ, in Matthew Nudds et Casey O’Callaghan (eds.), Sounds and Perception, p. 47.

32 Roberto Casati et Jérôme Dokic (2014), “Soundsˮ, section 3.2.2.

33 Don Ihde (2007), Listening and Voice. Phenomenologies of Sound, Albany, State University of New York Press, p. 69.

34 Roberto Casati et Jérôme Dokic (2014), “Soundsˮ, section 1.2.

35 Je suis redevable de cette remarque, et de l’exemple qui suit, à un expert anonyme ayant examiné la première version de cet article.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benjamin Straehli, « Le son, un événement localisé dans le corps sonore ? », Methodos [En ligne], 17 | 2017, mis en ligne le 16 février 2017, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://methodos.revues.org/4731 ; DOI : 10.4000/methodos.4731

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • Revues.org