Skip to navigation – Site map

Appel à contributions pour Methodos 18 (2018) : Usages contemporains de Descartes / Contemporary Uses of Descartes

Un appel à contributions est lancé pour le dossier thématique du numéro 18 (2018) de la revue Methodos

Thème du numéro

Usages contemporains de Descartes / Contemporary Uses of Descartes

Coordinateurs du numéro : Alexandre Billon et Edouard Mehl

Argumentaire

Rationaliste, mécaniste, positiviste, idéaliste, transcendantaliste, pacifiste, socialiste, dogmatique, sceptique… la liste des épithètes qu’on a pu attribuer à Descartes est si longue, si variée et si pleine de contradictions qu’il serait fastidieux et vain d’en dresser un inventaire complet. De fait, depuis Descartes lui-même, toute philosophie semble inévitablement appelée à prendre position par rapport à Descartes et à son projet d’un recommencement absolu de la philosophie a primis fundamentis, que ce soit pour en faire un parangon de radicalité et un précurseur ouvrant  la voie à toute pensée philosophique ultérieure (Husserl), ou, au contraire, pour dénoncer l’invraisemblance du dualisme cartésien (Ryle, Dennett et une part  importante de la philosophie contemporaine de l’esprit) ; que ce soit pour critiquer l’inféodation de la philosophie cartésienne aux intérêts épistémiques de la science de son temps (Heidegger), ou encore, de manière plus ambiguë et subtile, pour faire du discours philosophique cartésien le symptôme d’une époque — l’âge classique — qui est tout à la fois celle de la connaissance, de la lucidité, du libre examen, et celle d’un oubli fatal, d’un aveuglement, d’une cécité à l’égard de sa propre essence (Foucault). 

Le but que se propose ce numéro thématique consacré aux usages contemporains de Descartesserait donc d’esquisser une typologie des usages de Descartes aux 20ème et 21ème siècles. De l’article fameux de Sartre sur la liberté cartésienne (1939) à Totalité et infini d’Emmanuel Levinas (1961), de l’Essence de la manifestation de Michel Henry (1963) à Sur la pensée passive de Descartes (Jean-Luc Marion, 2013), il y a, au sein même de la tradition phénoménologique française des manières de se rapporter à Descartes qui demandent à être caractérisées. Au-delà et peut-être indépendamment de cette tradition, les sciences cognitives et la philosophie dite analytique (lato sensu), ont aussi des manières typiques d’utiliser des thèses cartésiennes, ou, comme c’est plus souvent le cas, des thèses anti-cartésiennes. Y a-t-il aujourd’hui autant de philosophies que d’usages de Descartes ? C’est à cette question que les contributeurs sont invités à réfléchir.

en savoir plus / more

  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • Revues.org