Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Compte-rendu de l'ouvrage de Vincent Israel-Jost, L'observation scientifique. Aspects philosophiques et pratiques

Lucien Vinciguerra
Référence(s) :

Paris, Classiques Garnier (Histoire et philosophie des sciences), 2015, 284 p. ISBN : 978-2-8124-3533-1

Texte intégral

1Dans quelle mesure les techniques des instruments modernes d'observation et d'imagerie optique ou numérique développées en physique, biologie et médecine transforment-elles les conceptions philosophiques de l'observation, et le rapport entre cette dernière et la théorie ? La philosophie des sciences a conduit ces dernières décennies une réflexion sur le rôle des instruments dans l'observation en s'appuyant essentiellement sur des appareils traditionnels comme les microscopes et télescopes. Les dispositifs d'observation que sont les IRM, la scintigraphie et la tomographie, ainsi que les nouvelles méthodes de traitement computationnel des données d'observation, nous conduisent-ils à penser autrement la nature des observables ?

2Dans cet ouvrage, Vincent Israel-Jost pose ces questions en prenant pour point de départ les débats épistémologiques sur la nature des entités dites inobservables. Bas van Fraassen, dans The Scientific Image (Clarendon Press, 1980) a défendu une conception de l'observation qui donne une place privilégiée à l'observation naturelle par le moyen des sens non assistés, sans instrumentation. Seule cette forme d'observation pourrait fournir un critère ultime d'évaluation pour les théories scientifiques. Dans cette conception, les entités dont la science nous dit qu'elles sont les constituants du monde, atomes, molécules, cellules biologiques, etc., sont inobservables et nous ne pouvons affirmer comme vraies, au sens du réalisme ontologique, les phrases qui portent sur elles. Position qui s'appuie chez Van Fraassen sur des conceptions empiristes antiréalistes. Contre cette thèse, Vincent Israel-Jost va développer l'idée que l'observabilité d'une chose ou d'un phénomène est une propriété dont l'extension n'est pas définie par les moyens employés pour les connaître (pure accointance visuelle ou usage d'instrument), mais par la structure dynamique de l'investigation empirique. Un électron, une mitochondrie, un boson de Higgs, sont observables dans la mesure ou ils sont mis en évidence dans un protocole qui a été répété, testé, calibré et stabilisé, quelles que soient les techniques utilisées pour les observer. L'auteur soutient alors qu'il n'y a pas de différence de nature entre une observation par le moyen d'un instrument et sans instrument, l'usage que nous faisons des instruments, aussi complexes soient-ils, n'étant pas fondamentalement différent de celui que nous faisons de nos organes sensoriels.

3Pour soutenir cette thèse, Vincent Israel-Jost, dans la première partie de l'ouvrage, explore les débats sur la nature du rapport de l'observation à la théorie dans les courants de philosophie des sciences issus du Cercle de Vienne, tandis qu'il conduit dans la seconde partie de l'ouvrage une analyse fine des manières concrètes dont se construisent les observations dans les pratiques scientifiques contemporaines, et en particulier dans les techniques d'imagerie médicale (l'ouvrage s'achève sur une étude détaillée de la « tomographie d'émission monophotonique » appliquée aux petits animaux).

4Dans la première partie, Vincent Israel-Jost part de l'empirisme fondationnaliste, qui tente de mettre en évidence dans la connaissance des vérités auto-justifiées, porteuses de leur propre autorité, sous la forme de comptes-rendus d'observations de sense-data, ou de celle des énoncés protocolaires carnapiens. De tels énoncés, qui ne doivent faire appel à aucune croyance préalable du locuteur, ont donné lieu à la recherche d'un langage purement observationnel, qu'il soit physicaliste ou phénoménologique. L'auteur retrace les difficultés de ce projet, à partir des critiques de Wilfried Sellars dans les années 50 (sur le mythe du donné), et de Otto Neurath dès les années 30. Neurath, en particulier, souligne qu'il n'existe pas de langage neutre, qui ne soit pas chargé de théorie et, à ce titre, porteur de croyances préalables. Il rejette la position fondationnaliste de Carnap, pour défendre une épistémologie cohérentiste, selon laquelle il n'y a pas d'énoncé auto-justifié, mais des thèses qui toutes sont susceptibles d'être critiquées et, dans ce cas, ne peuvent être défendues qu'au moyens d'autres énoncés. Ce qui conduit à l'admission ou au rejet d'un énoncé dans cette conception est sa cohérence avec le système des autres énoncés admis par les locuteurs.

5Vincent Israel-Jost défend cette conception qui lui paraît la plus à même de fournir une explication de l'observation à travers un instrument. Car je peux alors considérer que ce que j'observe à travers un microscope, ce sont bien des cellules, leurs noyaux et leurs mitochondries et non des sense-data, ces observations faisant fond, comme toute observation, sur l'arrière-plan de mes croyances, en particulier ici dans la biologie cellulaire et dans la théorie optique ou électronique de mon instrument. Le sujet a même le devoir de décrire ses observations en s'appuyant sur le meilleur savoir à sa disposition.

6Cependant, le cohérentisme a des difficultés à penser le rôle spécifique de l'expérience, et Vincent Israel-Jost tente de le corriger en affirmant l'obligation rationnelle de priorité des énoncés d'observation par rapport aux autres énoncés d'une théorie. Une fois les procédés d'observation répétés et les procédures stabilisées, le savant, dit-il, doit accorder à ces énoncés une autorité supérieure à celle des énoncés qui ne découlent pas d'observations.

7La deuxième partie du livre de Vincent Israel-Jost décrit comment, dans les pratiques scientifiques contemporaines, se mettent en place ces procédures itératives d'observation. Il commence par confronter longuement les thèses de Ian Hacking, dans l'article « Est-ce qu'on voit à travers un microscope ? », et celles de Pierre Duhem sur le rôle des instruments de mesure et d'observation dans la science. On sait que Duhem oppose l'expérience scientifique à l'expérience ordinaire. Toute expérience de physique implique et suppose la théorie de l'instrument à travers laquelle elle se fait, ce qui est au principe du refus par le philosophe de l'idée d'expérience cruciale. Car une expérience ne réfute pas alors une thèse isolée, mais toujours la conjonction de plusieurs théories, dont celle de l'instrument utilisé dans l'expérience. Hacking défend à l'opposé l'idée que ce n'est pas la théorie de l'instrument qui joue un rôle dans l'observation, mais sa pratique. De la même manière que l'on apprend par essais et erreurs à se servir de sa vue, sans avoir besoin de connaître les principes optiques et physiologiques de la vision, l'expérimentateur peut apprendre sans connaissance optique à utiliser un microscope et à en déjouer les pièges éventuels. Tout en affirmant l'importance de la théorie de l'instrument pour des appareillages plus complexes que le microscope invoqué par Hacking, comme celui de l'IRM ou de la tomographie d'émission monophotonique, Vincent Israel-Jost, dans cette riche partie de son ouvrage, s'appuie sur les idées d'Hacking pour affirmer l'absence de différence de nature entre une observation directe et une observation instrumentale sophistiquée. Dans les deux derniers chapitres de L'observation scientifique, il développe des analyses qui visent à montrer que le traitement informatique des données fournies par les instruments ne fait pas obstacle à la nature observationnelle du résultat. Ce que mesure un IRM est ainsi d'abord une fréquence de résonance des noyaux d'hydrogène. Celle-ci est ensuite traitée mathématiquement et informatiquement pour produire une image spatiale qui est donc déduite de données premières elles-mêmes non spatiales. Mais il reste que c'est bien un cerveau, une lésion et une activité cérébrale qui sont observés par son intermédiaire. Que l'observation soit le résultat d'une inférence n'affecte pas sa nature observationnelle. Ce qui valide l'observation et lui donne alors son autorité épistémique, c'est le fait qu'elle est non pas une source première et auto-justifiée de connaissance, mais l'aboutissement d'une phase complexe d'investigation, d'itération et de calibrage.

8L'ouvrage de Vincent Israel-Jost développe dans sa première partie une présentation d'une grande clarté des débats sur l'observation entre fondationnalistes et cohérentistes. Dans sa deuxième partie, il soutient des thèses stimulantes à travers une description très précise de protocoles d'observations complexes qui n'avaient jusque là été que très peu étudiés par des philosophes. On peut cependant faire certaines objections à cet ouvrage, qui portent essentiellement sur la relation qu'entretiennent entre elles ces deux parties du livre, relation qui n'est sans doute pas assez clairement explicitée. Cette dernière est ainsi susceptible de deux lectures.

9On peut d'abord penser, comme semble le soutenir Stéphanie Ruphy dans sa préface, que l'analyse des pratiques modernes d'instrumentation produit des arguments contre les positions fondationnalistes empiristes, et permet ainsi de clarifier cette grande controverse philosophique en comblant l'« écart entre le discours philosophique et les pratiques scientifiques » (p. 8). Mais il est douteux que les analyses de la deuxième partie de l'ouvrage aient véritablement cet effet. Au fond, tous les dispositifs analysés par l'auteur, IRM, imagerie médicale, tomographie monophotonique, etc., sont indifféremment descriptibles dans les termes en lesquels il les décrit ou dans le vocabulaire des sense-data. Il suffit de renoncer à appeler « observation » ce que les scientifiques appellent de ce nom, et d'en faire de simples conséquences d'inférences. L'épistémologue n'a pas de raison de parler le même langage que le scientifique en matière d'épistémologie. Bien sûr, en agissant ainsi, on se heurte aux difficultés mises en évidence depuis longtemps par les philosophes critiques des sense-data. Mais l'analyse des formes complexes de l'instrumentation contemporaine n'ajoute rien à ces difficultés. Et Vincent Israel-Jost, très honnêtement, ne présente pas lui-même son travail en ce sens (sinon sur la quatrième de couverture).

10Il faut donc croire que l'objet de l'ouvrage est davantage de tirer dans la deuxième partie les conséquences dans la conception de l'observation instrumentale des thèses cohérentistes défendues dans la première partie, en insistant sur l'autorité spécifique de l'observation. Mais sur cette question de l'observation, dans le sillage du Cercle de Vienne, existe une littérature considérable. L'auteur est évidemment loin d'avoir parcouru, dans sa première partie, l'ensemble des thèses et objections qu'il est possible d'avancer sur ce sujet. Sa défense du cohérentisme, à partir de Neurath, mais aussi de Laurence BonJour, est donc au niveau de cette première partie nécessairement imparfaite. Par exemple, il distingue l'observation de l'expérience par le fait que l'observation implique un compte-rendu de cette expérience, et est donc de nature langagière. Faute de quoi il n'y a rien qu'une stimulation sensorielle ininterprétée. Mais à aucun moment l'auteur n'analyse la manière dont s'établit le rapport entre un énoncé d'observation et une expérience sensorielle, ni à quel niveau ce rapport doit être entendu. Doit-il être pensé à partir du regard d'un tiers qui apprend à associer des phrases et des situations sensorielles en écoutant un locuteur prononcer ces mêmes phrases en présence de ces situations ? N'est-ce pas ainsi que nous apprenons un langage scientifique aussi bien que notre langue maternelle, et donc ce langage scientifique qui me permet de dire ce que je vois à travers un instrument ? Le fait d'avoir choisi comme héraut de la critique du fondationnalisme carnapien Neurath plutôt que Quine (qui est à peine cité dans le livre) ou Davidson empêche sans doute Vincent Israel-Jost d'analyser véritablement le niveau où s'établit la sémantique du langage des énoncés d'observation. Et lorsqu'il pose la question de la « charge théorique » des énoncés d'observation, il ne distingue pas le niveau de l'énoncé pris holophrastiquement, susceptible d'être asserté ou nié en fonction de telle ou telle expérience, et le niveau des mots dont l'énoncé est composé, et qui le relient à d'autres énoncés, analytiques ou synthétiques. N'est-ce pas au niveau des mots seulement que les énoncés sont chargés de théorie, alors qu'ils en sont libres dans leur rapport holophrastique à l'expérience ?

11Bien sûr, un philosophe des sciences occupé à une enquête descriptive sur les techniques observationnelles modernes de la science n'a pas à se poser tous ces problèmes de sémantique. Mais à partir du moment où il considère que son enquête doit le conduire à faire des choix dans les débats épistémologiques fondamentaux sur la nature de l'observation, il me semble qu'il ne peut éviter ces problèmes.

12La question du holisme dans le rapport de la théorie à l'expérience, qui est liée à celle de la charge théorique des énoncés d'observation, est aussi traitée très rapidement, et minorée, même si elle est présente en filigrane dans plusieurs passages du livre. Lorsqu'elle est évoquée, c'est plutôt à propos d'un état provisoire de la connaissance qui a besoin d'être « stabilisé » : le holisme concerne d'abord pour l'auteur un moment où plusieurs interprétations sont possibles d'un même phénomène, entre lesquelles une itération et une stabilisation des rapports d'expériences pourra trancher (p. 109). Mais en réalité, il semble que Vincent Israel-Jost confonde ici une remarque sociologique sur le fait que les savants dans une communauté donnée choisiront une hypothèse et une interprétation, avec un problème épistémologique, concernant l'existence de plusieurs théories rivales entre lesquelles aucune expérience ne peut logiquement trancher même si le rapport d'observation que je fais d'une telle expérience me conduit à privilégier l'une d'entre elles.

13Ce rabattement de l'épistémologique sur le sociologique parcourt la deuxième partie du livre, où Vincent Israel-Jost conduit son enquête pratique sur les techniques d'observation instrumentales. L'auteur décrit minutieusement la manière dont les scientifiques, en médecine en particulier, mettent en place leurs techniques d'imagerie. Il montre comment la fiabilité des instruments est établie par itération, obligeant parfois à un post-traitement des données et à leur reconstruction et leur filtrage, afin de parvenir en fin de compte à des observations porteuses d' « autorité épistémique ». Et il décrit comment les scientifiques disent à ce moment-là qu'ils ont observé ceci ou cela, un photon ou une molécule. Mais le concept d'autorité demeure ambigu et en partie indéterminé. Vincent Israel-Jost fait le constat qu'une telle observation sera finalement reconnue comme valable, et l'emportera sur d'autres énoncés jusqu'alors admis. Mais il ne fournit aucun critère véritable de cette autorité. Elle reste une autorité de fait, sociologique et non véritablement épistémologique. L'opération de stabilisation de l'observation n'a pas de critère épistémologique qui la conduit à prendre tel chemin plutôt que tel autre dans son processus d'« itération », ce qui est encore un effet du holisme.

14Le fait que l'auteur conduise son analyse à travers les routines de la médecine contemporaine, au niveau donc d'une science aux démarches bien stabilisées et aux questions très localisées, joue sans doute un rôle essentiel dans les résultats qu'il met en évidence, résultats qui auraient probablement été très différents s'il avait mené son enquête dans le champ d'une histoire des sciences attentive aux discontinuités et aux ruptures.

15Par là, la correction empiriste qu'il tente d'apporter aux thèses du cohérentisme, avec l'idée d'une priorité des énoncés d'observations sur les autres énoncés d'une théorie est en réalité fragile. Car si les observables comportent des entités aussi complexes et chargées de théorie que des bosons de Higgs et des irrigations cérébrales, il y a toutes les chances que ce à quoi leurs observations se confrontent soient d'autres observations. Si les observations sont « chargées de théories », alors les théories sont elles aussi « chargées d'observations », y compris les plus improbables. Imaginons un peuple en lequel est fortement implantée la croyance que les ombres des feuilles des arbres sur le sol dans les forêts sont des lutins. Mes observations à l'encontre de cette idée se heurteront à leurs innombrables et fortement stabilisées observations de lutins. Certes, il y aura sans doute moyen ici de réfuter l'hypothèse des lutins, mais ce ne sera pas en faisant valoir des observations contre des énoncés qui ne dérivent pas d'observations. Et il en ira presque toujours ainsi pour toute théorie en cas d'observation inattendue. Ce qui ne met aucunement en cause l'idée de l'auteur sur l'observabilité, mais affaiblit considérablement la valeur de la priorité épistémique qu'il accorde aux observations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucien Vinciguerra, « Compte-rendu de l'ouvrage de Vincent Israel-Jost, L'observation scientifique. Aspects philosophiques et pratiques », Methodos [En ligne], 17 | 2017, mis en ligne le 31 janvier 2017, consulté le 26 juin 2017. URL : http://methodos.revues.org/4718

Haut de page

Auteur

Lucien Vinciguerra

UMR 8163 « Savoirs, textes, langage », CNRS, Université de Lille

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • Revues.org