Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

Compte rendu de Adélard de Bath, L’un et le divers, Questions sur la nature (les causes des choses) avec le pseudépigraphe Comme l’atteste Ergaphalau, texte édité par Charles Burnett, traduit et commenté par Max Lejbowicz, Emilia Ndiaye et Christiane Dussourt

Jean Celeyrette
Bibliographical reference

Paris, Les Belles Lettres (auteurs latins du Moyen Âge), 2016, 458 p. ISBN : 978-2-251-33654-1

Full text

1Adélard de Bath est d’abord connu comme un des premiers traducteurs arabo-latins de textes scientifiques. On lui attribue en particulier la première traduction des Éléments d’Euclide. Étant donné l’importance de ces traductions dans l’histoire de la pensée occidentale, la connaissance de son itinéraire intellectuel est a priori intéressante. Or deux de ses œuvres, le De Eodem et diverso et les Questiones naturales, antérieures à ses traductions, fournissent des éléments qui permettent de reconstituer de façon plausible cet itinéraire. Ces deux traités ont eu une fortune précoce. Si seul un manuscrit du premier est connu, le second est conservé dans plus de vingt-cinq manuscrits et a bénéficié de trois éditions à la Renaissance. Ils ont été réédités au début du XXe siècle et, depuis quelques années, l’intérêt qui leur est porté a été renouvelé du fait de la nouvelle édition due à Charles Burnett et des études qui s’en sont suivies, notamment celles des auteurs de l’ouvrage.

2Aucune de ces oeuvres n’a été traduite en français et c’est pourquoi l’entreprise présentée ici se justifie pleinement. Il ne faudrait pas croire que cette « traduction » est un simple travail de vulgarisation car on serait très loin de rendre justice à la richesse et à l’importance de l’ouvrage. Celui-ci comporte outre les trois oeuvres annoncées, avec en vis-à-vis le texte latin de l’édition Burnett et la traduction française largement commentée, une copieuse et érudite introduction qui fait le point sur l’état actuel des connaissances sur la vie et les œuvres d’Adélard et donne une bibliographie très complète.

3Le De eodem et diverso et les Questiones naturales se présentent l’un et l’autre sous forme de dialogues entre Adélard et un de ses élèves qui est son neveu. Dans le premier, explicitement situé dans la lignée de la Consolation de Philosophie de Boèce, Adélard introduit deux créatures surnaturelles, Philocosmie (l’amour du monde) et Philosophie (l’amour de la sagesse), la première accompagnée de cinq jeunes femmes, richesse, puissance, dignité, renommée et volupté, la seconde de ses sept suivantes personnifiant les arts libéraux. Le neveu étant sensible aux arguments de Philocosmie, l’oncle qui a assimilé les enseignements de Philosophie, réfute ces arguments point par point. La réfutation se termine par un avertissement de Philosophie : les sept arts libéraux ont des limites et pour les dépasser il ne faut pas se contenter de l’enseignement des Latins, il faut recourir à celui des Grecs.

4Dans les Questiones naturales le maître et son neveu s’interrogent ensemble sur les causes des choses. Sont abordés successivement, les cas des plantes et des animaux, des dispositions corporelles de l’homme, des phénomènes météorologiques, des corps célestes. Le neveu défend les positions traditionnelles et l’oncle les droits de la raison et, finalement, le neveu se rallie au point de vue de son oncle. Le passage le plus célèbre de ces questions est celui où l’oncle vante l’enseignement des Arabes qui se fait sous la conduite de la raison, ce qu’il oppose à l’enseignement donné en Gaule qui reste prisonnier d’une représentation de l’autorité, autorité qu’il assimile à un licou.

5Le texte de base de la réflexion dans les deux textes est le Timée dans la traduction de Chalcidius et, bien que les références à des sources latines soient nombreuses Platon est constamment désigné comme « le Philosophe ». Quant à Aristote, il n’y est presque pas référé dans le Eodem et diverso, en revanche, il est davantage présent dans les Questiones naturales et les références sont alors tirées de traductions gréco-arabes ou gréco-latines antérieures. La critique a cherché des traces d’influences arabes, mais, en dépit du passage des Questiones naturales cité ci-dessus, n’en a pas trouvé d’évidentes.

6On peut s’étonner que les auteurs aient voulu joindre à ces deux textes d’Adélard, déjà très riches, un bref traité anonyme le Ut testatur Ergaphalau, Ergaphalau étant un maître non identifié. Mais les auteurs soulignent que dans la tradition manuscrite ce dernier traité est toujours regroupé avec les deux précédents, et qu’il a avec eux des similitudes doctrinales. L’auteur du traité y précise le but qu’il poursuit, la soumission de tous les savoirs à l’astronomie. Pour cela il distingue deux grands types de science, la scientia naturalis et la scientia voluntatis, ce qu’il justifie par le fait que le savoir se divise en compréhension pure et véritable de chaque chose, c’est la scientia naturalis, et en choix de l’attitude corporelle idoine pour réagir aux affects, c’est la scientia voluntatis. L’astronomie qui est au sommet de cette dernière ne peut être atteinte qu’après être passé successivement par les huit paliers qui la précèdent et, avoir maîtrisé toute la scientia naturalis. Pour les auteurs, qui reprennent une formule d’E. Poulle, ce traité illustrerait l’ « essor foudroyant » que connaît l’astronomie à partir des années 1120, essor qui lui ouvre tous les champs d’application qui seront ls siens jusqu’au XVIe siècle.

7Les auteurs expliquent dans quel esprit ils ont réalisé leurs traductions, voire sont revenus sur certains des choix éditoriaux de Burnett. Le latin d’Adélard étant particulièrement élégant et proche du latin classique ils se sont efforcés de rendre les figures de style, et donc de respecter l’original. Toutefois, ils ont voulu rendre le texte français le plus clair possible pour un lecteur contemporain, en apportant un soin particulier aux argumentations qui sont en effet d’une remarquable clarté.

8J’ai dit plus haut que l’ouvrage faisait le point sur l’état actuel des connaissances sur la vie et l’œuvre d’Adélard. En effet, dans chacun des deux premiers textes donnés, on trouve des indications biographiques : la présence d’une reine non nommée dans un cours de musique suivi par l’élève Adélard à Tours, un tremblement de terre en Turquie dont Adélard a été témoin, la dédicace à un Richard des Questiones naturales etc. Toutes ces allusions donnent lieu à des enquêtes particulièrement fouillées, qui prennent en compte et critiquent toutes les interprétations antérieures par des confrontations systématiques aux sources primaires. On a affaire ici à un modèle de critique de sources. Tout ce travail aboutit à une reconstitution convaincante de la biographie d’Adélard et de son entourage intellectuel.

9Je résume : Adélard serait né vers 1080 à Wells, siège épiscopal du Somerset dont l’évêque est alors Jean de Tours, qui transfèrera le siège épiscopal à Bath, et sera le protecteur d’Adélard. Vers 1107-1109, Adélard achève ses études à Tours, puis fait un voyage en Italie du sud à Salerne, voyage qu’il poursuit en Sicile, alors sous la domination normande, jusqu’à Syracuse. De retour à Tours, il enseigne de 1110 à 1113. Puis il confie ses élèves au centre scolaire de Laon et part, avec la seconde vague de la première croisade, pour Antioche dans laquelle s’était développée une vie intellectuelle propice aux traductions arabo-latines. Vers 1119-1120, de retour en Angleterre, il rédige les Questiones naturales. Vers 1126, il révise, sans doute avec l’aide de Pierre Alphonsi, juif converti et médecin d’Henri 1er Beauclerc, une première version arabo-latine des Tables astronomiques d’al-Khawarizmi, puis il réalise, dans des conditions inconnues, la première traduction arabo-latine des Eléments d’Euclide, de l’Isagoge minor d’Abu Ma’sar et d’autres traités scientifiques. Vers 1149-1150 il rédige en son nom propre un traité d’astrolabe émaillé de translittérations de mots arabes. Il meurt vers 1150.

10Les auteurs nous font ainsi le portrait d’un intellectuel issu du brillant milieu intellectuel de l’entourage d’Henri 1er mais qui a voulu s’en détacher pour voyager autour de la Méditerranée dans des régions où « se confrontaient des aires culturelles différentes – la normande et la sicilienne, la latine et la grecque, la chrétienne et la musulmane – ». Et c’est cette multiplicité qui a nourri son œuvre.

11C’est d’ailleurs ce que dit, beaucoup mieux, Adélard lui-même dans un passage de la fin du Eodem et diverso :

« Ces suivantes (les arts libéraux) dont je fais l’éloge, on ne les trouve pas facilement toutes au même endroit : tu feras donc bien d’aller voir les savants des différents peuples et de confier à ta mémoire ce que tu trouveras de plus remarquable en chacun. Ce qu’ignorent les études gauloises les Transalpins te le révèleront ; ce que tu n’apprendras pas chez les Latins, la faconde de la Grèce te l’enseignera. L’âme qui est l’intendante des corps, ne peut exercer ses pouvoirs dans toutes les parties du corps humain, mais fait une chose dans la tête, une autre dans le cœur, une autre encore dans le foie […]. De la même façon, comme toutes les régions ne sont pas fécondes en hommes excellant dans tous les domaines, et que tel corps est plus adapté que tel autre à recevoir l’essence divine de l’âme, celle-ci même, en intendante, a établi les différents savoirs dans différentes régions, pour que soit accompli dans le monde pris dans sa totalité ce qu’elle ne peut accomplir dans une seule partie. »

12On ne peut que se réjouir que soit désormais à la disposition d’un public non spécialiste un ouvrage rigoureux lui permettant d’aborder une période exceptionnellement féconde à travers un de ses plus illustres représentants.

Top of page

References

Electronic reference

Jean Celeyrette, « Compte rendu de Adélard de Bath, L’un et le divers, Questions sur la nature (les causes des choses) avec le pseudépigraphe Comme l’atteste Ergaphalau, texte édité par Charles Burnett, traduit et commenté par Max Lejbowicz, Emilia Ndiaye et Christiane Dussourt », Methodos [Online], 17 | 2017, Online since 23 March 2017, connection on 29 June 2017. URL : http://methodos.revues.org/4705

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • Revues.org