Navigation – Plan du site
Pierre Macherey : avec Foucault, avec Descartes
I. Sujet, normes, idéologie

Autour de l’ « infra-idéologie » : être sujet, entre normes et idéologie

Orazio Irrera

Texte intégral

  • 1 Pierre Macherey (2014), Le sujet des normes, Éditions Amsterdam, p. 11.

1L’une des questions majeures qui traverse le livre de Pierre Macherey, Le sujet des normes, est sans aucun doute celle de l’idéologie, dont il propose une refonte visant à rematérialiser ce concept ainsi que l’ensemble des pratiques auxquelles il renvoie. Cette refonte débouche sur ce que P. Macherey désigne finalement par le terme d’« infra-idéologie ». Loin de céder au refrain longtemps répété qu’à l’époque des démocraties néo-libérales avec leur pragmatisme et leurs technicismes, on assisterait au bout du compte à la « fin des idéologies » – ce qui signifie que l’idéologie en tant que telle cesserait d’orienter la conduite des individus –, P. Macherey remarque que, dans la société des normes qui est la nôtre, l’idéologie demeure un concept indispensable pour expliquer comment les normes fabriquent le social par l’intermédiaire de certains processus de subjectivation/assujettissement. C’est en ce sens qu’au sein de la société des normes, l’on ne peut s’empêcher de repérer des stratégies de manipulation de l’ordre symbolique finalement consubstantielles au fonctionnement de ces normes elles-mêmes. Il ne s’agit donc plus d’une idéologie qui se situerait sur le plan des représentations conscientes et qui fonctionnerait comme un écran visant à occulter la réalité des rapports de production ou le véritable intérêt de classe d’un sujet. L’infra-idéologie, telle que P. Macherey la conçoit « est d’emblée incorporée au dispositif qui produit le réel dont il offre une présentation, proprement une re-présentation, systématiquement déformée, inadéquate »1. L’action structurante des normes prévoit de cette façon non seulement une prise sur les corps (aussi bien individuels que collectifs) mais aussi la production d’un effet d’illusion qui demeure néanmoins immanent au champ d’intervention de la norme elle-même. Mais le rôle de cette forme d’idéologie n’est pas de produire, pour ainsi dire positivement, des représentations de la réalité auxquelles il s’agirait d’adhérer en prenant directement position pour ou contre des idées déterminées. L’idéologie dont parle P. Macherey n’aboutit ni à la formulation d’une justification ni à l’élaboration d’une rationalisation de l’ordre existant. L’infra-idéologie vise plutôt à occulter le fonctionnement des normes ainsi que leur caractère historique (et non nécessaire), donc à rejeter à l’arrière-plan leur rationalité gouvernementale intrinsèque pour transformer les instances d’une société de normalisation en quelque chose de nécessaire et évident, voire en une « seconde nature » s’appuyant sur des automatismes qui contournent le plan des représentations conscientes :

  • 2 Ibid., p. 17.

« Tel est le tour de force opéré par l’infra-idéologie : elle tend à déguiser en nécessité de fait, de part en part naturelle, une régulation des comportements qui est en réalité associée à une conception historique du monde que le sujet des normes est appelé à endosser avant même de savoir à quoi il s’engage en lui servant de lieu d’accueil »2.

  • 3 Ibid., p. 350.
  • 4 Sur la présence de ce paradoxe dans la conception althussérienne de l’idéologie, cf. Warren Montag (...)

2Ainsi, l’une des thèses les plus frappantes du Sujet des normes est que « dans la société des normes, l’idéologie n’a nullement disparu »3 : la norme et l’idéologie peuvent fonctionner et fonctionnent ensemble dans la mesure où elles participent, toutes les deux, à une certaine modalité de production du sujet dans une société de normalisation. Néanmoins, cela donne lieu à ce que P. Macherey n’hésite pas à désigner comme un paradoxe, sans doute le même paradoxe que celui qu’Althusser a tenté de surmonter : comment concilier l’existence matérielle de l’idéologie qui, par le biais de dispositifs ou d’appareils, forme une prise sur les corps et sur leur disposition dans l’espace, et sa dimension représentationnelle qui puise ses ressources sinon dans l’imaginaire du moins dans l’ordre langagier des relations symboliques4 :

  • 5 Pierre Macherey (2014), Le sujet des normes, p. 17.

« Que les normes interviennent en se passant d’explications, ou en réduisant au minimum techniquement requis ces explications, ne signifie donc pas que leur trajectoire se tienne à l’écart d’un ordre langagier entièrement idéologisé, mythologisé et symbolisé ; elles ont d’autant plus le besoin de faire oublier qu’elles sont de part en part structurées par lui : elles sont si on peut dire du langage en acte, dont les messages réduits à leur strict minimum vital mettent en jeu des signes dont la signification est provisoirement suspendue, donc différée, voire même refoulée, mais non effectivement abolie »5.

3Il découle de ce paradoxe une forte tension théorique qui parcourt de part en part le livre de P. Macherey et qui, pourtant, aboutit à l’idée qu’il n’y a pas au fond de véritable contradiction entre la norme et l’idéologie, en dépit même de la méfiance que Foucault réservait à cette dernière notion.

  • 6 Cf. Michel Foucault (2012), Du gouvernement des vivants. Cours au Collège de France. 1979-1980, Par (...)

4C’est pourquoi il convient de revenir justement aux critiques que ce dernier émet au sujet de l’idéologie, ou mieux, à proprement parler, à son effort réitéré, systématique, et parfois presque obsessionnel de se démarquer du problème de l’idéologie. On trouve un témoignage explicite de cet effort dans le cours de 1980, Du gouvernement des vivants, lors de la leçon du 30 janvier, lorsque Foucault précise que chaque année, dans chacun de ses cours, il n’a jamais cessé d’insister sur son refus d’analyser la pensée, le comportement et le savoir des hommes en termes d’idéologie6.

  • 7 Pierre Macherey (2014), Le sujet des normes, p. 57.

5Pour établir que normes et idéologie sont conciliables, P. Macherey insiste donc sur la correspondance des positions d’Althusser et de Foucault, et plus précisément, sur le fait que « si on consent à regarder au-delà des mots, on s’aperçoit que ce que Althusser vise à travers l’appellation “l’idéologie en général’’ présente un certain nombre de points communs avec ce que Foucault, de son côté, cherche à penser sous le concept de norme, qui, comme l’idéologie pour Althusser, lui sert à désigner un processus d’assujettissement »7. Pour saisir plus précisément cette correspondance (qui n’est certes jamais totale car, comme P. Macherey le souligne, l’idéologie chez Althusser et la norme chez Foucault ne sont pas entièrement superposables), il faut préalablement souligner qu’aussi bien Althusser que Foucault cherchent à se débarrasser, en la dépassant, d’une conception négative (ou défective) de l’idéologie, qui

  • 8 Ibid., p. 52.

« se définit par ce qu’elle n’est pas […], par la distance qu’elle maintient par rapport au réel et à sa matérialité, ce qui fait d’elle un tissu d’illusions […] : dans cette perspective, l’idéologie qui se contente de “refléter’’, ne participe pas effectivement au processus de la production sociale dont elle se limite à proposer, après coup, une version inversée, mystifiée, imaginaire qui masque les problèmes réels »8.

  • 9 Ibidem.

6Néanmoins, si Foucault refuse non seulement cette acception négative de l’idéologie mais aussi jusqu’à l’emploi de ce terme, P. Macherey souligne qu’Althusser au contraire propose de continuer à utiliser la notion d’idéologie mais en vue de la « rematérialiser », la concevant alors « en tant qu’agent effectif du processus de la reproduction sociale ». Pour ce faire, il s’agit, d’une part, d’abandonner « une conception purement représentationnelle de l’idéologie » en tant que « système d’idées », « conception du monde », ou encore « agencements de représentations » et, d’autre part, de rejeter « le rôle purement réactif et répressif qui la maintient à la traîne du réel et confirme son caractère improductif »9.

  • 10 Louis Althusser (1976), « Idéologie et appareils idéologiques d’État » (1970), in Positions, Éd. So (...)
  • 11 Pierre Macherey (2014), Le sujet des normes, p. 54-55.
  • 12 Ibid.

7Comme on le sait, avant d’avancer sa thèse concernant l’existence matérielle de l’idéologie, Althusser fait remarquer qu’au cœur et au principe de toute représentation idéologique, il n’y a pas à proprement parler seulement des conceptions du monde, mais aussi et surtout le rapport imaginaire des individus à leurs conditions réelles d’existence10. Pierre Macherey s’interroge alors sur le statut de ce rapport qui, d’un côté, reste imaginaire parce qu’il est « productif d’effets se situant sur le plan de l’imaginaire » dès lors qu’il accompagne effectivement des représentations déformées, mais qui, d’un autre côté, ne peut être réduit entièrement à une dimension représentationnelle. Ce rapport est donc aussi tout à fait réel dans la mesure où il est, comme l’affirme P. Macherey, « la forme nécessaire selon laquelle les conditions de vie des hommes […] se manifestent à la conscience » : c’est à ce titre d’ailleurs que ce rapport est productif, et plus précisément il est productif d’« une certaine manière d’être au monde » qui correspond à « l’être sujet » dont l’idéologie est « en dernière instance la cause ou le principe moteur »11. Ainsi, s’il y a des représentations qui sont idéologiques et imaginaires, ce n’est qu’à la fin du processus d’idéologisation, lorsqu’elles assument une allure représentationnelle et se configurent de manière déterminée à l’intérieur d’une situation historiquement spécifique. Mais ce processus lui-même « se joue ailleurs que sur le terrain de l’histoire et des représentations »12.

8Cette manière de concevoir la productivité de l’idéologie implique alors un déplacement supplémentaire : il ne s’agit plus de partir des idées, des représentations, des conceptions du monde, mais de partir des modalités selon lesquelles les idées et les représentations sont insérées et produites à l’intérieur de la dimension matérielle et réelle des pratiques. Cela permet à P. Macherey d’avancer l’idée que

  • 13 Ibid., p. 59.

« ce qu’Althusser a cherché à faire pour le concept d’idéologie, Foucault l’aurait fait de son côté pour le concept de norme : à savoir montrer que ce qui est impliqué sous l’un ou l’autre de ces termes, ce sont des logiques pratiques de comportement, des manières d’agir, et non des systèmes formels de représentation constituant un ordre à part et entretenant vis-à-vis de la réalité sociale une relation extérieure, sur fond de transcendance et d’interdit »13.

  • 14 Michel Foucault (1994), « Le sujet et le pouvoir », Dits et écrits, vol. IV, Paris, Gallimard, text (...)

9C’est pourquoi, pour Althusser, vivre dans l’idéologie signifie se conduire de telle ou telle manière en adoptant tel ou tel comportement pratique. L’idéologie fait donc agir : elle est à ce titre une action sur les actions des autres qui conduit à insérer ces actions dans des pratiques collectives et socialement ordonnées. Et, selon P. Macherey, cela se passe de la même manière chez Foucault, notamment avec l’idée du gouvernement, puisqu’il s’agit là aussi de « structurer le champ d’action éventuel des autres »14. Ainsi, les idées des hommes semblent diriger leurs pratiques, alors que celles-ci sont orientées silencieusement et comme par avance par l’idéologie – laquelle, en se passant de ce qu’il y a dans la tête des gens, organise un espace réglé des pratiques où ces individus deviennent, sans le savoir, des sujets. L’idéologie organise donc tout un éventail de pratiques possibles et admissibles selon une rationalité qui s’incarne dans le mode d’être du sujet lui-même, en-deçà de sa conscience et de ses représentations. Il y va par conséquent de la pré-structuration d’un sujet à travers la constitution d’un champ de virtualités et de possibilités qui prédéterminent aussi bien ses comportements effectifs que ses idées.

10D’après P. Macherey, cette production du virtuel constitue le terrain d’intervention privilégié de la norme aussi bien que de l’idéologie. L’une comme l’autre visent en effet non pas ce qui existe effectivement (par exemple une action qui a été accomplie et dont il s’agit rétrospectivement de punir l’agent) mais ce qui peut exister, dont l’existence est pronostiquée et calculée à l’avance. Chacun est donc exposé en permanence a être jugé non pour les actes qu’il a commis, mais pour ce qu’il peut faire et est même censé être, et par l’intermédiaire d’un critère d’évaluation établi par des normes. Cette évaluation à travers la norme – soit, ce qui dans une société des normes est, pour P. Macherey, à peu près la même chose, à travers l’idéologie – transforme des déterminations occasionnelles en faits de nature par l’intermédiaire de mécanismes d’essentialisation et d’idéalisation. Ce sont en outre les sciences humaines qui aident à ficher, cataloguer et marquer tous les phénomènes qui feront l’objet de la capture préventive des normes et de leur pouvoir de contrôler, surveiller et prévenir.

  • 15 Pierre Macherey (2014), Le sujet des normes, p. 93.

11Pour réaliser cette entreprise de normalisation, il faut que l’action de la norme ou de l’idéologie « soit complètement immanente au champ à l’intérieur duquel elle produit ses effets, le tout premier résultat de son action, qui conditionne en dernière instance toutes les autres, étant précisément la constitution de ce champ. Si l’idéologie (ou la norme) transforment, ce n’est pas en pénétrant progressivement un terrain préexistant à son intervention […] mais en produisant du transformable, c’est-à-dire la structure à l’intérieur de laquelle elle insinue ses effets »15. C’est ainsi que l’idéologie ou la norme fabriquent des matrices d’assignation normative d’identité qui sont destinées aux sujets. Ces matrices dessinent l’espace de virtualité où les sujets sont attendus et auquel ils sont censés se conformer sans s’en apercevoir, à savoir sans passer par des représentations conscientes et rationalisables en termes linguistiques.

12Mais, pour étayer davantage encore cette compatibilité de fond entre norme et idéologie, Pierre Macherey réalise deux opérations conceptuelles parallèles qui visent à modifier en certains points la notion d’idéologie telle qu’elle se retrouve aussi bien chez Althusser que chez Foucault (même si, chez ce dernier, elle est la cible des critiques). L’objectif de cette manière de procéder est lui aussi double : du côté d’Althusser, il s’agit de préciser comment le caractère productif de l’idéologie peut s’accorder avec le fonctionnement de la norme, alors que, du coté de Foucault, il s’agit plutôt de montrer que son effort pour se débarrasser de l’idéologie l’amène à des contradictions insolubles.

  • 16 Ibid., p. 57-58.

13Pour que l’on puisse donc parler d’une convergence effective entre norme et idéologie, du côté d’Althusser, il faudrait premièrement renoncer au caractère omni-historique de l’idéologie en faveur du caractère historique propre des dispositifs dont se compose une société de normalisation, ce qui permettrait de mieux envisager comment une multiplicité d’appareils normatifs peuvent concrètement fonctionner en réseaux en pénétrant de manière diffuse le social16. Deuxièmement, il faudrait aussi que le processus d’assujettissement propre à l’idéologie, celui qui interpelle les individus en les constituant comme sujets, ne s’appuie plus sur l’inscription de ces sujets dans le champ symbolique du langage – alors que, dans le sillage de Lacan, ce champ était envisagé par Althusser comme l’espace privilégié où l’individu était justement appelé à prendre place et par là à se transformer en sujet. Dans une société de normes, le langage ne peut plus être un vecteur de subjectivation s’il est porteur de significations. Ainsi, pour une conception de l’idéologie qui opère comme une norme, ou même à l’intérieur d’un processus de normalisation, la fabrication du champ où le sujet va apparaître (autrement dit le site de son assujettissement)

  • 17 Pierre Macherey (2014), Le sujet des normes, p. 63.

« ne prend pas la forme communicationnelle d’un message ou d’une adresse, comme dans la scène de l’interpellation, mais elle s’exerce directement sur des corps qu’elle soumet à une procédure orthopédique de dressage »17.

  • 18 Ibid., p. 299-301.

14C’est pourquoi la société des normes coupe l’idéologie de la relation au symbolique pour l’insérer directement, à travers la mise en place de dispositifs appropriés s’adressant d’abord aux corps, dans des pratiques qui mettent hors-jeu le sens et agissent silencieusement pour ne se retranscrire que secondairement dans le langage de la représentation, une fois que leur tâche de structuration du sujet a été accomplie18.

15En revanche, du côté de Foucault, la condition d’une articulation entre norme et idéologie est que la conception de cette dernière soit soumise à une révision, dès lors que l’effort que Foucault fait pour s’en libérer donne lieu à ce qui, selon P. Macherey, demeure une « fausse sortie de l’idéologie » parce que

  • 19 Pierre Macherey (2014), Le sujet des normes, p. 222.

« dans le cadre propre à la société de normalisation [subsistent] des attitudes représentationnelles qu’il semble naturel de faire rentrer sous la rubrique ‘‘idéologie’’ »19.

16Pour expliquer comment la notion d’idéologie résiste aux critiques émises par Foucault, P. Macherey se concentre sur deux points. Premièrement, le rôle et la fonction incontournable que, depuis le XVIIIe siècle, l’opinion publique a assumé au sein de la société de normalisation, une opinion publique dont l’avis s’avère toujours fondamental, puisque, même lorsqu’elle ne reste qu’elle se donne comme une simple fiction, on ne peut pas se passer d’elle : cela réintroduit donc la question idéologique de l’organisation des représentations formulées publiquement et en conscience. Le deuxième point concerne la thématique du « libéralisme » avec son discours, c’est-à-dire son idéologie du « laisser faire, laisser passer » qui s’appuie sur le principe que tout doit découler des choix libres et spontanés des individus.

17Il s’agit dans les deux cas d’une dimension idéologique indispensable au fonctionnement de la société des normes dès lors que son pouvoir de naturalisation peut s’exercer de manière d’autant plus efficace qu’il se cache derrière l’illusion, ou le caractère fictionnel, d’une liberté dont les individus, pris aussi bien dans leur singularité que comme collectif, disposeraient (l’opinion est à la fois particulière mais se compose aussi dans un cadre collectif où elle prend justement la forme de l’opinion publique). L’analyse que P. Macherey conduit à partir des textes foucaldiens (notamment de la seconde moitié des années 1970), montre ainsi comment, en dépit des critiques explicites que Foucault adresse à l’idéologie, il reste néanmoins conscient de l’opérativité de l’opinion publique consistant à dissimuler le fonctionnement de disciplines et de normes sous le masque (au fond, idéologique) que le régime parlementaire et représentatif donne à la fiction du contrat en l’inscrivant dans un cadre juridique.

  • 20 Ibid., p. 226.

18Mais en outre, P. Macherey en vient à affirmer que lorsque Foucault parle du droit, sans s’en apercevoir, il réintroduit subrepticement l’idée qu’au cœur du pouvoir de normalisation demeure l’exigence de masquer aux yeux des sujets sociaux ce qui se passe au niveau du pouvoir. Cela se traduit dans la réhabilitation silencieuse du vieux schéma d’explication marxiste infrastructure/superstructure dont Foucault a par ailleurs cherché obstinément à se démarquer20. Et là où Foucault tente de se corriger, comme c’est le cas dans son analyse du libéralisme où il s’agit de mettre en rapport ladite « idéologie de la liberté » et le libéralisme entendu comme technique de gouvernement, il est quand même contraint de penser sinon une relation de dépendance du moins une stricte corrélation, donc un espace où, selon P. Macherey, l’idéologie garderait quand même une place importante, voire irremplaçable. Même si l’on considère que

  • 21 Pierre Macherey (2014), Le sujet des normes, p. 230.

« les schémas comportementaux, avant d’être de l’idéologie, relèvent d’une technologie de pouvoir qui a priorité sur leur forme idéologique, il semble également qu’on revienne ainsi au modèle interprétatif de la superstructure, qui présente l’idéologie comme un effet de surface en arrière duquel se joue une autre chose »21.

19En outre, comme le remarque encore P. Macherey, une fois que l’État a été pénétré au cours de son histoire par la raison gouvernementale, l’idéologie, sous la forme juridico-étatique du droit, se maintient également au titre d’une survivance, c’est-à-dire comme cet élément essentiel qui permet de rendre compte de la coexistence et de la corrélation entre ce qui se passe au niveau de la technologie de pouvoir et de son régime de véridiction et ce qui se passe au niveau des représentations des sujets – donc ce qui se passe dans la tête des gens. Le pouvoir fonctionne mieux s’il est toléré et le droit, l’idéologie de la liberté, les manifestations de l’opinion publique, en tant que fonctions idéologiques, permettent que dans les représentations conscientes des sujets soit désactivée la perception de tout ce qui est potentiellement inacceptable et intolérable.

20Après avoir montré comment les rapports entre l’idéologie (notamment sous la forme de l’opinion publique) et les normes peuvent faire l’objet d’une investigation qui, loin d’être close, doit au contraire être relancée, P. Macherey souligne que l’idéologie ne se donne plus (ou du moins pas principalement) comme ensemble de représentions réfléchies et explicitement formulables, mais plutôt en tant que « processus de naturalisation et de quotidianisation » des normes et des comportements que ces normes prédéterminent. C’est en vertu de ce processus infra-idéologique que les individus peuvent décider de prendre librement la place qui leur est destinée par l’opérativité des normes et les modèles de comportements qu’elles visent à imposer. En termes althussériens, c’est leur être « toujours-déjà-sujet ». Par l’intermédiaire de l’infra-idéologie, les individus peuvent alors être moralisés par l’acquisition disciplinaire de certaines habitudes qui les fixent finalement à l’appareil de production et les font devenir ainsi des sujets productifs.

  • 22 Michel Foucault (2013), La société punitive. Cours au Collège de France. 1972-1973, Paris, Seuil/Ga (...)

21Néanmoins, et justement en vertu de son caractère productif, dans la notion d’infra-idéologie demeure sans doute encore une petite ambigüité que le livre de Macherey n’arrive peut être pas à dissiper entièrement. En effet, il n’est pas facile de savoir si la fonction de l’infra-idéologie est de reproduire les rapports de production (comme on l’attendrait dans une perspective marxiste et althussérienne), ou bien si son lien constitutif avec le fonctionnement des normes la situe dans une conception du pouvoir plus proche de celle que développe Foucault, – une conception selon laquelle le pouvoir ne reproduit pas à proprement parler des rapports de production comme un supplément s’ajoutant de l’extérieur, mais au contraire il « est en fait un des éléments constitutifs du mode de production et il fonctionne au cœur de ce dernier »22. Comme l’affirme P. Macherey :

  • 23 Pierre Macherey (2014), Le sujet des normes, p. 301-302.

« La normativité, qui conditionne l’assujettissement, correspond donc à un processus qui est “idéologique” dans la mesure où il est simultanément, et même peut-être prioritairement, “économique” : il intervient à même le mécanisme des rapports de production, dont il constitue un rouage. S’explique de cette manière le double bind propre au fonctionnement de la société capitaliste, qui a mis l’économie au poste de commandement en donnant à l’exploitation de la force de travail la forme de sa libération, ce qui est le résultat d’un tour de passe-passe […]. Dans cette perspective, l’idéologie, de part en part matérialisée, n’est plus un supplément ou une survivance, donc quelque chose qui vient s’ajouter en plus voire en trop ; elle s’incorpore au réel qu’elle travaille et qu’elle contribue à produire, en particulier en effectuant la position de sujet qui est indispensable au fonctionnement de son “économie” »23.

22Quoi qu’il en soit, ce qu’il faut souligner à l’égard de l’infra-idéologie est que sa prise générale sur la vie des hommes à même les normes, sa capacité de coller avec les replis les plus infimes et quotidiens de l’existence en tant qu’« idéologie de l’ordinaire », produit un ordre qui nécessite sans cesse d’être réajusté et qui pourtant demeure un ordre paradoxal, tirant la force de sa reproduction de sa fragilité même. Cela ouvre l’espace de réversibilité qui, selon Macherey,

  • 24 Ibid., p. 351-352.

« laisse place à un travail du négatif, qui prend la forme de résistances […], des nouvelles figures d’adaptations tout aussi provisoires que celles dont elles auront pris la place »24.

  • 25 Ibid., p. 351.

23Ainsi, ce processus d’assujettissement montre un revers difficile à penser, celui de la résistance. Celle-ci semble impossible à prédéterminer depuis l’ordre qu’un tel processus instaure, mais en même temps elle ne peut surgir que de l’infra-idéologie, c’est-à-dire de cette dimension de l’ordinaire à laquelle chaque individu a affaire. Ainsi, d’après Macherey, cette immanence par rapport à l’existence et à la vie constitue la cible privilégiée du pouvoir naturalisant des normes : « une fois généralisée, sécrète une transcendance qui lui est propre »25 et peut devenir un point de repère pour toute possibilité de critique ou de contestation de l’existant. Elle forme le point de départ pour une altération des rapports de forces sous un horizon qui est celui de la politique.

Haut de page

Notes

1 Pierre Macherey (2014), Le sujet des normes, Éditions Amsterdam, p. 11.

2 Ibid., p. 17.

3 Ibid., p. 350.

4 Sur la présence de ce paradoxe dans la conception althussérienne de l’idéologie, cf. Warren Montag (1995), « “The Soul Is the Prison of the Body”: Althusser and Foucault, 1970–1975 », Yale French Studies, 88, p. 53-77 ; article repris sous le titre « Althusser and Foucault: Apparatuses of Subjection », in Id. (2013), Althusser and His Contemporaries : Philosophy’s Perpetual War, Durham, Duke University Press, p. 141-170.

5 Pierre Macherey (2014), Le sujet des normes, p. 17.

6 Cf. Michel Foucault (2012), Du gouvernement des vivants. Cours au Collège de France. 1979-1980, Paris, Seuil/Gallimard, coll. « Hautes Études », p. 74. Cf. aussi Orazio Irrera (2015), « Michel Foucault e la critica dell’ideologia nei Corsi al Collège de France », in P. B. Vernaglione (éd.), Michel Foucault. Genealogie del presente, Roma, manifestolibri, p. 55-85.

7 Pierre Macherey (2014), Le sujet des normes, p. 57.

8 Ibid., p. 52.

9 Ibidem.

10 Louis Althusser (1976), « Idéologie et appareils idéologiques d’État » (1970), in Positions, Éd. Sociales, Paris, p. 101.

11 Pierre Macherey (2014), Le sujet des normes, p. 54-55.

12 Ibid.

13 Ibid., p. 59.

14 Michel Foucault (1994), « Le sujet et le pouvoir », Dits et écrits, vol. IV, Paris, Gallimard, texte n°306, p. 237.

15 Pierre Macherey (2014), Le sujet des normes, p. 93.

16 Ibid., p. 57-58.

17 Pierre Macherey (2014), Le sujet des normes, p. 63.

18 Ibid., p. 299-301.

19 Pierre Macherey (2014), Le sujet des normes, p. 222.

20 Ibid., p. 226.

21 Pierre Macherey (2014), Le sujet des normes, p. 230.

22 Michel Foucault (2013), La société punitive. Cours au Collège de France. 1972-1973, Paris, Seuil/Gallimard, coll. « Hautes Études », p. 234. Sur ce point, cf. aussi Julien Pallotta (2015), « L’effet-Althusser sur Foucault : de la société punitive à la théorie de la reproduction », in Ch. Laval, L. Paltrinieri, F. Taylan (éds.), Marx & Foucault. Lectures, usages, confrontations, Paris, La Découverte, p. 132-133.

23 Pierre Macherey (2014), Le sujet des normes, p. 301-302.

24 Ibid., p. 351-352.

25 Ibid., p. 351.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Orazio Irrera, « Autour de l’ « infra-idéologie » : être sujet, entre normes et idéologie », Methodos [En ligne], 16 | 2016, mis en ligne le 10 mars 2016, consulté le 29 juin 2017. URL : http://methodos.revues.org/4670 ; DOI : 10.4000/methodos.4670

Haut de page

Auteur

Orazio Irrera

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • Revues.org