Navigation – Plan du site

Texte intégral

Koffi Ametepe, Jürgen Habermas, Éric Weil et les limites politiques de la société civile contemporaine : contribution à la réflexion sur le sens de l'engagement politique citoyen

1Thèse soutenue le 7 mars 2015, à l’Université Lille 3

Composition du jury

Christian Berner, Professeur à l’Université Lille 3

Patrice Canivez, Professeur à l’Université Lille 3

Mahamadé Savadogo, Professeur à l’Université de Ouagadougou, Burkina Faso

Azoumana Ouattara, Professeur à l’Université Alassane Ouattara de  Bouaké, Côte d’Ivoire

Résumé

2La présente investigation sur le thème « Jürgen Habermas, Éric Weil et les limites politiques de la société civile » se veut une « contribution à la réflexion sur le sens de l’engagement politique citoyen ». En effet, en conférant à la société civile la vocation politique de légitimation de l’État, le philosophe et sociologue allemand, Jürgen Habermas, postule que la prise de parole sous forme d’exercice public de la raison suffirait pour enclencher un Agir communicationnel à même de faire du citoyen l’acteur et le destinataire des lois et des institutions qui le gouvernent. Mais cet aboutissement ne va pas de soi. Elle dépend, selon le philosophe français, Éric Weil, de conditions particulières induites par la nature et le fonctionnement de la société moderne. La principale préoccupation de cette investigation qui, ose un dialogue virtuel entre les deux penseurs, est de montrer que, si le triomphe planétaire de l’idée de société civile contribue à l’accélération de l’avènement d’une société universellement administrée dans les limites de la simple raison, l’atteinte de cet objectif reste minée par l’omniprésence de la violence et du non-sens dans la sphère politique contemporaine. Aussi, pour sortir de cette double impasse à laquelle s’expose l’exercice public de la raison, le dialogue entre Jürgen Habermas et Éric Weil s’achève par la primauté de la question du sens. Un aboutissement qui se justifie et justifie par conséquent l’engagement politique citoyen. Car, c’est en continuant à agir de façon raisonnable et non-violente, seul et/ou avec les autres pour l’avènement d’un État vrai, malgré la persistance de l’irrationalité, de la violence et du non-sens, que le citoyen contribue au renouvellement du sens de son existence individuelle et collective.

Mots clés

3société civile, Jürgen Habermas, violence, Éric Weil, critique et interprétation, sens

Abstract

4Jürgen Habermas, Eric Weil and civil society political boundaries: contribution to reflection on the meaning of citizen political engagement

5The present investigation on “Jürgen Habermas, Eric Weil and civil society political boundaries” is intended to be a “contribution to the reflection on the meaning of citizen political engagement”. Indeed, by giving civil society the political vocation of legitimation of the state, the German philosopher and sociologist Jürgen Habermas, posits that speaking in the form of public speaking exercise of reason would be enough to trigger a Communicational Action making the citizen the actor and the recipient of the laws and institutions that govern him. But this achievement does not happen by itself. It depends, according to the French philosopher Eric Weil, of special conditions created by nature and functioning of modern society.The main aim of this investigation which dares a virtual dialogue between the two thinkers, is to show that if the global triumph of the idea of civil society contributes to the acceleration of the advent of a universally administered society within the limits of simple reason, the achievement of the goal remains undermined by the omnipresence of violence and nonsense in contemporary political sphere. Therefore, to get out of this double impasse to which the public exercise of reason is exposed, dialogue between Jürgen Habermas and Eric Weil ends with the primacy of the question of meaning. An outcome which is justified and therefore justifies the citizen political engagement. It is by continuing to act reasonably, non-violently, alone and/or with others for the advent of a Real State, despite the persistence of irrationality, violence and nonsense that the citizen contributes to the renewal of the meaning of its individual and collective existence.

Giuliano Bacigalupo, A Study on Existence

6Thèse soutenue le 21 janviers 2015, à l’Université Lille 3

Composition du jury

Arkadiusz Chrudzimski, Maitre de Conférences, Université de Szczecin, Pologne

Francesco Orilia, Professeur à l’Université de Macerata, Italie

Shahid Rahman, Professeur à l’Université de Lille 3, Directeur de thèse

Juan Redmond, Professeur à l’Université de Valparaiso, Chili

Claudio Majolino, Maître de conférences à l’Université de Lille 3

Résumé

7Le problème de l'existence est réputé l´un de plus anciennes et de plus difficiles à résoudre de la philosophie: Que voulons-nous exprimer quand nous disons que quelque chose existe ou, pire encore, n´existe pas? Intuitivement, il semble que nous avons tous une prise ferme sur ce que nous voulons exprimer. Mais comment devrions-nous expliquer la différence – s´il y en a – entre les énoncés existentiels d´une coté et les plus communs énoncés prédicatifs de l´autre ? Quelle est la différence entre dire que quelque chose existe et dire, par exemple, que quelque chose est rouge, lourde, moue, etc. ? Dans cette étude nous allons nous pencher sur ces questions Dans la première partie, cette étude porte sur les auteurs qui ont étés les plus persuasifs et les plus influents à creuser l´écart qui sépare les énoncés existentiels de plus communs énoncés prédicatifs. Notamment, il s´agirait ici de David Hume, Immanuel Kant, Franz Brentano et Gottlob Frege. Selon cette famille d'approches l'existence devient quelque chose de très différent d'une propriété des objets. Dans la deuxième partie, cette étude se penche sur des tentatives plus récentes qui ont pris la direction opposé et sont allez jusqu´à réduire l'existence à une propriété (plus ou moins) ordinaire des objets. Les philosophes qui seront discutés ici seront Alexius Meinong, Richard Routley, Terence Parsons, William Rapaport, Edward Zalta et Graham Priest. Finalement, la troisième partie de cette étude développe une approche selon laquelle la notion d'existence est étroitement liée à la notion de vérité: dire que telle ou telle chose existe est équivalent à dire qu'il est vrai que quelque chose est telle et telle. L'avantage de cette stratégie est, d´une coté, qu'elle ne réduit pas l´énoncé que quelque chose n´existe pas á une contradiction - un résultat fréquent ceci des approches discutées dans la première partie. De l´autre côté, cette stratégie évite les épicycles communs aux approches discutées dans la deuxième partie, lesquelles sont strictement liés à la réduction de l'existence à une propriété des objets.

Abstract

8The problem of existence is reputed to be one of the oldest and most intractable problems of philosophy: What do we mean when we say that something exists or, even more challengingly, that something does not exist? Intuitively, it seems that we all have a firm grip upon what we are saying. But how should we explain the difference – if there is any – between statements about existence and other, garden-variety predicative statements? What is the difference between saying that something exists and saying, for instance, that something is red, heavy, soft, etc.? These questions provide the focus for the present study. In the first part, this study addresses those authors that have been most effective and influential at widening the gap between statements about existence and garden-variety predicative statements. These are David Hume, Immanuel Kant, Franz Brentano, and Gottlob Frege. According to this family of approaches, existence becomes something very different from a property of objects. In the second part, this study turns to more recent attempts that have moved in the opposite direction by trying to reduce existence to a – more or less – plain property of objects. The philosophers that are going to be discussed here are Alexius Meinong, Richard Routley, Terence Parsons, William Rapaport, Edward Zalta, and Graham Priest. Eventually, the third part of this study develops an account according to which the notion of existence is strictly linked to the notion of truth: To say that such and such a thing exists is to say that it is true that something is such and such. The advantage of this strategy is that it does not make it contradictory to say that something does not exist – a frequent upshot of the approaches discussed in the first part. At the same time, this strategy avoids the epicycles common to the approaches discussed in the second part, which are strictly linked to the reduction of existence to a property of objects

Justine Balibar, Le beau pays. Esthétique des paysages réels

9Thèse soutenue le 14 novembre 2015, à l’Université Lille 3

Composition du jury

Anne Boissière, Professeure, Université Lille 3

Paolo D’Angelo, Professeur, Università di Roma Tre

Pierre-Henry Frangne, Professeur, Université de Rennes 2

Marianne Massin, Professeure, Université de Paris-Sorbonne, co-directrice de thèse

Bernard Sève, Professeur, Université Lille 3, directeur de thèse

Résumé

10« Paysage » : un même mot recouvre aujourd’hui deux concepts distincts. Un paysage est une image (picturale, graphique, photographique, cinématographique, etc.) représentant une portion de territoire ; mais c’est aussi une portion de territoire réel dans le monde qui nous entoure, celle-là même qui peut faire l’objet d’une représentation imagée. Pour autant, le paysage n’est pas un simple environnement, mais un environnement d’un certain type, susceptible de donner lieu à une expérience esthétique distincte de celle d’un jardin, d’une forêt ou d’un bâtiment par exemple. Pour s’en tenir à un contexte culturel occidental, on constate que, bien que les paysages occupent une place importante dans l’expérience esthétique en général, ils ne sont guère mis en valeur dans la philosophie esthétique, qui tend souvent à les ignorer pour se consacrer exclusivement à l’art et aux œuvres d’art, ou bien à les méconnaître en les réduisant à autre chose – représentations artistiques ou simples environnements naturels. Dans cette thèse, on propose une réflexion de philosophie esthétique sur les paysages réels, en s’appuyant sur l’analyse approfondie de paysages particuliers, traités tantôt comme exemples illustratifs, tantôt comme véritables cas d’étude. Après avoir défini un concept autonome de paysage réel, distinct à la fois des paysages représentés et des simples environnements physiques, on s’interroge sur les conditions de l’identification de paysages particuliers. On s’appuie pour cela sur une série de paysages situés dans le pays qu’il est d’usage, outremonts, d'appeler « il Bel Paese », « le Beau Pays ».

Mots-clés

11esthétique, paysage, réel, identité, Italie, expérience, déplacement

Abstract

12“Landscape”: one same word, but two distinct concepts. A landscape is a (graphic, pictorial, photographic, cinematographic, etc.) picture, that represents an expanse of land; but it also is an expanse of real land in the world around us – precisely that one that can be represented in a picture. Nonetheless, landscape is not just a mere environment, but a certain type of environment, likely to produce an aesthetic experience distinct from that of a garden, a forest or a building for example. From the point of view of occidental cultures, one can observe that, although real landscapes play an important part in the general aesthetic experience, they are not much valued by aesthetic philosophy, that tends either to ignore them in the exclusive favor of art and works of art, or to misunderstand them by reducing them to something else – artistic representations or mere natural environments. This thesis intends to offer an aesthetic reflection on real landscapes, based on a deepened analysis of a series of particular landscapes taken either as mere illustrations or as specific case studies. Once an autonomous concept of real landscape has been defined, we question the conditions of identification of particular landscapes, using a series of landscapes situated in that country commonly referred, beyond the Alps, as “il Bel Paese”, “the Beautiful Land”.

Keywords

13aesthetics, landscape, real, identity, Italy, experience, movement

Adjoua Bernadette Dango, Approche dialogique de la révision des croyances dans le contexte de la théorie constructive des types de Per Martin-Löf

14Thèse soutenue le 15 juin 2015, à l’Université Lille 3

Composition du jury

Shahid Rahman, Professeur à l’Université Lille 3, Directeur de thèse 

Mathieu Marion, Professeur à l’Université de Montréal, Québec

Gerhard Heinzmann, Professeur à l’Université de Lorraine

Ignace Yapi Ayenon, Professeur à l’Université d’Alassane Ouattara de Bouaké, Côte d’Ivoire

Charles Zacharie Bowao, Professeur à l’Université de N’gouabi de Congo-Brazzaville

Radmila Jovanović, Hintikka’s defence of realism and the constructivist challenge

15Thèse soutenue le 9 février 2015, à l’Université Lille 3

Composition du jury

Shahid Rahman, Professeur à l’Université Lille 3, Directeur de thèse

Milos Arsenijevic, Professeur à l’Université de Belgrade, Serbie, co-directeur de thèse

Andrej Jandric, Maître de conférence à l’Université de Belgrade, Serbie

Mark Van Atten, Directeur de recherche au CNRS Paris IV

Résumé

16Dans cette thèse nous étudions les sémantiques ludothéoriques, conçues comme les alternatives à la sémantique traditionnelle de Tarski, qui mettent en marche le principe Meaning is in use et l’idée des jeux de langage de second Wittgenstein : le sens des constantes logiques est donné par les règles qui en fixent l’usage et qui apparaissent dans les interactions sociales que sont les jeux de langage. Deux traditions ludotheoriques sont présentées : Game Theoretical Semantics (GTS), proposé par Hintikka et Sandu en 1968 et Dialogical logic, proposé initialement par Paul Lorenzen et Kuno Lorenz en 1955 et développé à partir de 1993 par Shahid Rahman et ses collègues. En 1989 Hintikka et Sandu sont arrivés à l’idée des jeux avec des informations imparfaites qui les a amenés à l’« Independence Friendly Logique » (IF logic), logique du premier ordre qui dépasse en expressivité la logique classique. Deux chapitres de cette thèse sont consacrés à l’axiome de choix et au traitement de l’anaphore, deux sujets choisis par Hintikka pour démontrer la fécondité de la logique IF et de GTS. Le but de cette thèse et de montrer qu’il est possible de rendre compte aussi bien et à moindre frais dans le cadre dialogique. Plus précisément, la logique IF est comparée avec la théorie constructive des types dans la forme dialogique pour conclure à la supériorité de cette dernière qui a le même pouvoir explicatif qu’IF sans sacrifier pour autant la dimension inférentielle de la logique.

Mots-clés

17sémantique ludothéorique, , théorie constructive des types, axiome de choix, anaphore

Abstract

18This thesis studies game-theoretically oriented semantics which provide an alternative to traditional Tarski-style semantics, implementing Wittgenstein’s idea of the meaning as use. Two different game theoretical traditions are presented: Game Theoretical Semantics (GTS), developed by Jaako Hintikka and Gabriel Sandu, and Dialogical logic, first introduced by Paul Lorenzen and Kuno Lorenz and further developed by Shahid Rahman and his associates. In 1989 Hintikka and Sandu came up with games with imperfect information. Those games yielded Independence friendly first-order logic (IF logic), exceeding the expressive power of classical first-order logic. It is expressive enough to enable formulating linearly, and at the first-order level, sentences containing branching quantification. Because of this characteristic, Hintikka claims that IF logic is most suitable for at least two main purposes: to be the logic of the first-order fragment of natural language; and to be the medium for the foundation of mathematics. This thesis aims to explore the above uses of IF logic. The properties of IF logic are discussed, as well as the advantages of this approach such as the possibility of taking account of (in)dependency relations among variables; GTS-account of two different notions of scope of quantifiers; the “outside–in” direction in approaching the meaning, which turns out to be advantageous over the traditional “inside-out” approach; the usefulness of game-theoretic reasoning in mathematics; the expressiveness of IF language, which allows formulating branching quantifiers on the first-order level, as well as defining the truth predicate in the language itself. We defend Hintikka’s stance on the first-order character of IF logic against some criticisms of this point. The weak points are also discussed: first and foremost, the lack of a full axiomatization for IF logic and second, the problem of signalling, a problematic phenomenon related to the possibility of imperfect information in a game. We turn to another game-theoretically oriented semantics, that of Dialogical Logic linked with Constructive Type Theory, in which dependency relations can be accounted for, but without using more means than constructive logic and the dialogical approach to meaning have to offer. This framework is used first to analyse and confront Hintikka’s take on the axiom of choice, and second to analyse the GTS account of anaphora.

Keywords

19independence friendly logic, game theoretical semantics, dialogical logic, constructive type theory, axiom of choice, anaph

Hélène Leblanc, Translatio signorum. Penser les signes à l’Âge classique à partir de la division signum formale / signum instrumentale

20Thèse soutenue le 19 décembre 2015, à l’Université Lille 3

Composition du jury

Philippe Hamou, Professeur à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Directeur de thèse

Giulia Belgioioso, Professeure, Università del Salento, co-directrice de thèse

Laurent Cesalli, Professeur à l’Université de Genève

Costantino Marmo, Professeur, Università di Bologna

Edouard Mehl, Professeur à l’Université Lille 3

Martine Pécharman, CNRS - CRAL-EHESS

Résumé

21L’histoire de la pensée des signes se caractérise par une oscillation entre définition large et étroite de son objet. Le XVIIe siècle constitue par rapport à cette histoire une période charnière, marquée par la tendance à une conception particularisante du signe, qui exclut en particulier que les idées puissent être considérées sous cette notion. Mais ce retour ne se fait pas de façon homogène. C’est en effet à cette époque qu’apparaît, au sein de la scolastique tardive, un débat majeur autour de la définition du signe, qui se formalise par l’introduction, au sein des traditionnelles taxinomies, de la division entre ‘signum formale’, qui fait écho à la tendance médiévale à inclure les concepts sous le terme de ‘signes’, et ‘signum instrumentale’, qui correspond à une définition qui remonte à Augustin, et selon laquelle le signe est exclusivement sensible, et strictement différent de la chose signifiée.

22Cette thèse retrace les termes de ce débat scolastique tardif à partir du commentaire au Peri Hermeneias de Sebastião do Couto, afin de montrer que le XVIIe siècle se caractérise globalement par un retour à une conception strictement instrumentale du signe, qui se libère toutefois de la référence augustinienne qui lui avait donné lieu. Se démarquant de la voie qui avait fait de la Logique de Port-Royal le texte paradigmatique de la pensée sémiotique de l’Âge classique, on montrera ainsi que celle-ci se définit par une translatio, visible surtout chez Bayle, Gassendi, et Hobbes, d’un modèle linguistico-psychologique à une sémiotique régie par le paradigme du signe naturel, emblématique d’une mutation de la logique désormais ordonnée au modèle de la physique.

Mots-clés

23Âge classique, Bayle, Coimbra, Gassendi, Hobbes, Locke, Peri Hermeneias, Port-Royal, sémiotique, signe, signe formel, scolastique tardive

Abstract

24Translatio signorum. Semiotic Theories in Early Modern Philosophy - from the division between signum formale and signum instrumentale

25All along its history, semiotic has oscillated between a large and a narrow definition of its object. The 17th century is, in this regard, a pivotal period, with a trend towards a narrower construal of the term ‘sign’, which, for most authors of that time, does not apply anymore to concepts and ideas. This move however is not an homogeneous one. The first half of the century witnesses, among late scholasticism, to an important debate about the definition of ‘sign’, stirred by the introduction, among traditional taxonomies, of the division between ‘signum formale’ and ‘signum instrumentale’. The former echoed the medieval inclusion of concepts under the category of ‘signs’. The latter matches the definition of Augustine, according to which the sign is exclusively sensible and strictly different from the thing signified.

26The reconstruction of the terms of this late scholastic debate, which originates in Sebastião do Couto’s commentary on Peri Hermeneias, shows that the 17th century authors have tended to return to a strictly instrumental conception of signs, but one from which the traditionnal Augustinian reference is absent. In contrast with the rather common interpretation according to which the definition of signs to be found in the Port-Royal’s Logic offered the new paradigm for representation, this works argues that the semiotic thought of this period is better defined as a translatio, especially visible among Bayle, Gassendi and Hobbes, from a linguistico-pschychological model to a natural semiotics, emblematic of a new logic that has been submitted to physical science.

Keywords

2717th century, Bayle, Coimbra, Gassendi, Hobbes, Locke, Peri Hermeneias, Port-Royal, semiotics, sign, formal sign, late scholasticism

Juliele Maria Sievers, A philosophical reading of legal positivism

28Thèse soutenue le 16 juillet 2015, à l’Université Lille 3

Composition du jury

Shahid Rahman, Professeur à l’Université Lille 3, Directeur de thèse

Patrice Canivez, Professeur à l’Université Lille 3

Sandrine Chassagnard-Pinet, Professeur à l’Université Lille 2

Jan-Reinard Sieckmann, Professeur à l’Université de Friedrich-Alexander à Erlangen. Allemagne

Matthias Armgardt, Professeur à l’Université de Konstanz, Allemagne

François Thomas, L’art de traduire. Enjeux philosophiques, éthiques et politiques de la traduction à partir de la critique formulée par les Romantiques allemands à l’encontre des traductions françaises

29Thèse soutenue le 12 juin 2015, à l’Université Lille 3

Composition du jury

Christian Berner, Professeur à l’Université Lille 3, Directeur de thèse

Marc Crepon, Directeur de recherche, CNRS, Archives Husserl, Paris XVème

Jean-Charles Darmon, Professeur à l’Université de Versailles

Michel Espagne, Directeur du CNRS, Pays germaniques, Paris XII

Michael Forster, Professeur à l’Université de Bonn, Allemagne

Denis Kambouchner, Professeur à l’Université Panthéon-Sorbonne, Paris I

Chunming Wang, Liberté et souveraineté : le problème de l’expérience chez Sartre et Bataille

30Thèse soutenue le 5 décembre 2015 à l’Université Lille 3

Composition du jury

Vincent De Coorebyter, Professeur à l’Université libre de Bruxelles (Belgique)

Marie-Christine Lala, Maître de conférences HDR à l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3

Monsieur Jean-François Louette, Professeur à l’Université Paris-Sorbonne

Monsieur Philippe Sabot, Professeur à l’Université Lille 3, directeur de thèse

Résumé

31Dans ce travail de thèse, nous cherchons à faire dialoguer Sartre et Bataille dont la confrontation dans les années quarante et cinquante a la signification, à notre sens, d’une rencontre entre deux pensées de l’expérience et de l’existence que nous proposons d’appeler respectivement « pensée de la liberté » et « pensée de la souveraineté ». Il s’agit, dans un premier temps, d’esquisser comment ces deux pensées ont pu se rencontrer sous forme de confrontation et, pour ce faire, de restituer l’horizon à partir duquel elles ont pu se formuler : si Sartre a reproché à Bataille d’avoir confondu dans L’expérience intérieure l’attitude scientifique et l’attitude existentialiste et d’avoir décrit ainsi une expérience nullement intérieure, c’est qu’en adoptant une méthode phénoménologique pour décrire la rencontre concrète de l’existence par elle-même en tant qu’existence temporelle, il entend par « expérience » ce que les phénoménologues allemands appellent « Erlebnis » et ce qui est dans son essence une sphère d’immanence radicalement infusionnable avec d’autres sphères du même type, tandis que l’expérience intérieure telle que Bataille la définit culmine précisément dans une fusion de l’intérieur et de l’extérieur que celui-ci considère d’ailleurs comme exigence fondamentale d’une phénoménologie de l’esprit développée et en vue de laquelle il exige une existence immédiate, sans délai, enfoncée dans l’instant. L’enjeu d’une telle divergence sur le sens de l’expérience et, corrélativement, de l’existence est d’autant plus profond que ces deux penseurs ont tous pour dessein d’établir une morale à ceci près qu’il s’agit, pour l’un, d’une morale de la souveraineté dont le sens est paradoxalement hypermoral et, pour l’autre, d’une morale de la liberté qui ne peut être atteinte qu’au terme d’une conversion radicale. En quoi consistent-elles ces deux morales ? Comment sont-elles accrochées à deux pensées différentes voire opposées de l’expérience et de l’existence ? Telles sont les deux questions auxquelles nous tenterons, en dernière instance, de répondre pour mieux mesurer l’enjeu de la confrontation entre Sartre et Bataille et, par là, établir un dialogue qui est de prime abord improbable.

Mots-clés

32Bataille, communication, don, existence, expérience, impossible, instant, liberté, morale, réel, Sartre, souveraineté, temps

Abstract

33In this dissertation, we seek to construct a dialogue between Sartre and Bataille whose confrontation in the forties and fifties should be considered, in our view, as an encounter between two ways of thinking experience and existence that we would like to call, respectively, « thinking of liberty » and « thinking of sovereignty ». We are going to, firstly, outline how these two thinkings could encounter with each other in a confrontational way and, for this purpose, to restore the horizon from which they were able to formulate themselves : if Sartre criticized Bataille for confusing, in The inner experience, the scientific attitude with the existentialist one and, therefore, describing an experience which is not inner at all, that’s because in adopting a phenomenological method to describe the concrete encounter of existence – which is temporal – by itself, he understood « experience » as what the German phenomenologists called « Erlebnis », namely a sphere of immanence which is radically infusionnable with other spheres of the same type, while the inner experience as Bataille defined it culminates precisely in a fusion of the inner and the exterior that he considered as the fundamental demanding of a developped phenomenology of mind in responding to which he required an immediate existence, that is to say an existence without daly, immerged in the instant. What’s at stake in such a divergence on the meaning of experience and, correspondingly, of existence has much further implications in that both of these two thinkers had the very intention to establish the morality except that for one, it’s a morality of sovereignty whose meaning is paradoxically hypermoral while for the other, it should be a morality of liberty that can only be reached through a radical conversion. What could we learn from these two moralities? How are they linked to two different, even opposite ways of thinking experience and existence? These are the two questions that we will try, finally, to respond in order to better measure the stakes of the confrontation between Sartre and Bataille and thus to establish a dialogue which seems prima facie improbable.

Keywords

34Bataille, communication, existence, experience, gift, impossible, instant, liberty, morality, real, Sartre, sovereignty, time

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Thèses de doctorat soutenues en 2015 », Methodos [En ligne], 16 | 2016, mis en ligne le 26 janvier 2016, consulté le 27 avril 2017. URL : http://methodos.revues.org/4555

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • Revues.org