Navigation – Plan du site
Comptes rendus

À la hauteur de la réflexion sociologique : penser politiquement l’autonomie

Une lecture de Francesco Callegaro
Antoine Bocquet
Référence(s) :

Paris, Economica, 2015, 320 p. ISBN : 9782717867848

Résumé

Recension du livre de Francesco Callegaro, La science politique des modernes, Durkheim et le projet d’autonomie, Paris, Economica, 2015. Ce livre a une ambition philosophique et politique indéniable qui justifie qu’on le discute, au-delà de l’intérêt qu’il présente pour la connaissance de l’œuvre de Durkheim. À travers une étude claire et maîtrisée de la sociologie durkheimienne, il redonne en effet toute sa fraîcheur au projet sociologique durkheimien en rappelant ce qui fut son ambition première et jamais démentie : être une véritable science politique pour les modernes, en leur fournissant les outils intellectuels et méthodologiques pour accomplir le projet d’autonomie de la personne qui est au cœur de leurs sociétés.

Haut de page

Texte intégral

1Le dernier livre de Francesco Callegaro, qui apporte une contribution majeure aux études durkheimiennes, présente, en sa première partie, un chef d’œuvre pédagogique d’histoire conceptuelle qui montre combien philosophie des sciences sociales et philosophie de l’esprit ont à gagner d’un éclairage mutuel. Au-delà de cela, qui déjà aurait suffi à faire un livre, c’est un grand ouvrage de politique, dans la mesure où, comme il le montre, Durkheim a hissé la sociologie au rang des grandes pensées politiques qui, d’Aristote à Hegel et à Marx, ont réfléchi leur temps, et donc nous sont utiles à nous penser nous-mêmes politiquement.

2L’idée centrale du livre est exprimée dans son titre : la sociologie est la science politique des modernes. Pour en déployer la signification, il faut donc expliquer d’abord en quel sens, si la sociologie est la science politique des modernes, elle est une science. Elle l’est parce qu’elle s’attache à comprendre la normativité sociale au-delà des représentations partielles qu’on en a lorsqu’on adopte le point de vue psychologique de la conscience individuelle, ou celui de l’idéologie moderne. En quel sens, ensuite, sa définition et son destin sont-ils liés aux sociétés modernes ? Modernité et sociologie se rencontrent par la place cruciale donnée, dès qu’une société se modernise, à une représentation particulière : la notion de la personne. Enfin, s’il s’agit de savoir en quoi elle nous permet de nous penser politiquement, la réponse avancée par l’auteur est qu’elle nous le permet en envisageant les moyens institutionnels d’un contournement des pathologies propres aux sociétés modernes, c.-à-d. en pensant ce que pourrait être le socialisme démocratique dont nous avons besoin, et en disant pourquoi nous en avons besoin.

La science de la normativité sociale

3Touchant le premier point, on peut dire les choses un peu autrement et dire que, si la sociologie peut être la science politique des modernes, c’est en étant la science de l’inconscient social.

4Dans les sociétés traditionnelles, les idées et pratiques sociales se produisent et se reproduisent à la faveur d’une religion de la coutume : penser et agir en commun, c’est partager les mêmes croyances et affirmer cette communauté de pensée dans et par l’action commune des rituels (p. 252).

  • 1 Émile Durkheim (1996 [1924].), « Représentations individuelles et représentations collectives in So (...)

5Les représentations sociales renvoient ainsi pour Durkheim à des pratiques. Faire la science de l’inconscient social n’empêche donc pas de penser une rationalité immanente à la pratique. Pour Durkheim, la notion de représentation inconsciente n’a en effet rien de problématique, dès lors qu’elle est reconduite à l’idée de dispositions pratiques acquises, d’habitudes contractées, de préjugés, de tendances, c.-à-d. à des capacités qu’on peut dire intentionnelles, sans supposer pour cela qu’elles résultent d’une délibération actuelle1.

6La sociologie apparaît de la sorte comme un rationalisme renouvelé. En les reconduisant à leur enracinement dans les pratiques sociales, elle pense la normativité sociale, les concepts et les normes, dans leur irréductibilité aux régularités. Sans tomber dans le réductionnisme empiriste, elle répond ainsi à l’exigence d’expliquer la genèse des normes rationnelles. Simplement, ici, les concepts apparaissent comme les produits d’une action anonyme et impersonnelle. En ce sens, s’il faut parler d’inconscient social, c’est uniquement, mais encore faut-il le voir, parce qu’il y a inévitablement un écart entre la société et ce qui en transparaît dans la conscience individuelle ; et cet écart tient au simple fait que la société s’incarne nécessairement en une pluralité (p. 146).

7Reste que

« L’unité du domaine sociologique est […] l’unité même de la raison, sociologiquement comprise comme le cœur de l’individu social en tant que personne dotée de cette autonomie qui le rend capable de penser et d’agir selon des normes impersonnelles » (p. 145)

8Et cela, cette possibilité pour l’individu de devenir une personne, vaut de toute société, selon une exigence rationaliste qui est au fondement du comparatisme et de l’histoire. S’il y a nécessairement un écart entre la conscience individuelle et la société, l’idéologie moderne n’est autre cependant qu’une expression de ce point de vue (unilatéral) de la conscience individuelle. En ce sens, ce qui a changé chez les modernes, c’est précisément qu’en introduisant une science de l’inconscient social, la sociologie a fait gagner la société en réflexivité sur elle-même. La sociologie saisit ainsi, et fait apparaître, l’idéologie individualiste comme partielle. Et ce, non pas pour renoncer aux notions de personne ou de responsabilité, mais au contraire, pour s’efforcer d’en justifier la vérité, en les fondant scientifiquement. La sociologie accomplit ainsi, mieux que le rationalisme philosophique, sa propre exigence de fonder l’autonomie en raison.

La personne réfléchie par la société

9C’est pourquoi F. C. peut formuler ainsi sa thèse :

« C’est […] la sociologie qui attend les individus dans leur effort pour devenir des êtres autonomes » (p. 165)

10C’est-à-dire que, pour devenir pleinement autonomes, pour le devenir en toute connaissance de cause, il faut que les individus se donnent une représentation complète de ce que veut dire leur autonomie. Et cette fois-ci, c’est du lien entre la sociologie et la société moderne qu’il s’agit, en ce que le concept de personne y joue un rôle clé :

« comme statut que l’individu acquiert en se montrant capable d’utiliser des normes conceptuelles pour penser et agir, [la personne] suppose l’existence préalable, et l’accès effectif, au monde impersonnel constitué par les représentations collectives de la société » (p. 146)

11Cet accès suppose plusieurs choses : les actions collectives où ces représentations se forment et s’éprouvent, l’éducation par laquelle l’individu reçoit certaines de ces représentations du dehors, les sanctions qui marquent les pratiques déviantes.

12Mais ce qui, dans la société traditionnelle, s’accomplit à travers la pratique rituelle, il est essentiel que cela se passe de manière consciente dans la société moderne. Et ce parce qu’il nous est essentiel que l’individu soit en capacité de comprendre lui-même les règles auxquelles il est soumis. La personne, c’est l’individu moderne en tant qu’il se veut lui-même, et qui ne peut le faire pleinement qu’en ayant une pleine conscience de soi.

13On comprend donc le rôle stratégique central qu’a à jouer, pour les modernes, la sociologie elle-même. Le sens plein et entier des concepts échappe en effet aux acteurs car les concepts sont des produits historiques. De ce point de vue, le rationalisme sociologique supposera une historicisation des concepts. Il s’agira de les replacer au sein de la société, mais de la société prise dans sa dynamique de transformation historique. Ainsi, la première tâche critique de la sociologie sera une tâche de clarification des esprits : elle devra faire comprendre la signification intégrale de mots comme « travail » ou « personne », où « intégrale » veut dire « sociale » et « historique ». Comprendre sociologiquement notre autonomie, c’est en comprendre la genèse historique, c’est la comprendre historiquement, et c’est comprendre en quoi y compris l’individualisation relève de la solidarité.

14Dans la mesure où les individus ont ici à devenir eux-mêmes, où le fait d’assumer cette injonction même les constitue comme « personnes », il est donc essentiel qu’un savoir de la société, que ce savoir en quoi consiste la sociologie, vienne rendre conscientes les idées sociales, et par là rendre possible leur mise en délibération. La sociologie en tant que redoublement de la réflexivité sociale sur elle-même est donc spécifiquement moderne.

15Puisqu’il est essentiel à la formation de la personnalité moderne que celle-ci puisse s’auto-justifier, s’auto-fonder en raison, la sociologie durkheimienne sera donc un rationalisme enrichi. En reconduisant la responsabilité à ses conditions sociales d’effectivité, elle fonde en effet l’autonomie d’une façon moins ambiguë que dans l’idéologie individualiste moderne : elle la fonde sur un savoir des règles sociales, répondant à l’exigence d’expliquer la règle, ses causes et ses raisons. Comme le social est constitué par les actions communes, cette explication tiendra compte de l’histoire. Et, comme le social est un ensemble d’aspirations et est soumis à des pathologies, elle devra aussi prendre en considération ses dynamiques et les mécanismes de sa déviation.

Sociologie et démocratie

16Comme savoir, la sociologie n’est donc pas seulement savoir des conditions statiques de la socialisation, mais aussi, forcément, de son évolution historique ; et, cette évolution même ayant été marquée par des pathologies, le savoir sociologique ne sera pas purement descriptif, mais comportera une dimension critique et prescriptive.

17Cela tient à deux choses : aux conditions de la naissance de la sociologie, confrontée dès l’origine au malaise des sociétés modernes qui, à l’issue de la Révolution, sont aux prises avec l’impossibilité de reconduire l’ancien ordre catholique aussi bien qu’avec l’insatisfaction causée par le désordre libéral ; et, bien sûr, au fait que la sociologie réfléchisse les conditions de sa propre naissance, qu’elle soit en ce sens « une forme radicalement réflexive de savoir » (p. 303).

18Parvenu à un degré de différenciation où l’activité du sociologue se distingue de celle du politique, le travail prescriptif du sociologue se limitera à indiquer de grandes lignes institutionnelles, en indiquant notamment la place des corporations professionnelles. Reste que les prescriptions propres à la sociologie sont bien réelles ; et elles sont de plusieurs ordres. Il s’agit d’abord, comme on l’a vu, d’indiquer, au niveau d’une éducation des individus, la place à faire à la sociologie, à l’habitude de se comprendre socialement afin de devenir des personnes. Puis, à la faveur cette fois-ci d’une réflexion sur l’institution de la corporation professionnelle au cours de l’histoire, et aussi sur le mouvement socialiste, il s’agit d’indiquer le juste niveau où des groupes sociaux servent de relais nécessaires à la démocratie, soit en étant eux-mêmes des foyers de délibération, soit en étant, articulés avec et par l’État, des interlocuteurs de la délibération. Et ici, Durkheim est très clair, ce juste niveau, ce sera l’économique.

19Pour restituer, avec F. C., la signification pleinement politique de la sociologie, il faut aller jusqu’à la pensée d’État : la sociologie ne s’achève comme science des mécanismes producteurs de l’inconscient des modernes que lorsque, avec la pensée d’État, elle se dote du moyen d’en penser aussi la levée. Les représentations collectives restent en effet inconscientes tant qu’elles sont pré-politiques. Ce sont alors des représentations collectivement élaborées au cours de l’action, mais spontanées, automatiques. Elles sont politiquement pensées quand elles sont pensées par l’État : pour Durkheim, l’État n’agit pas, mais délibère ; il est essentiellement l’organe de la pensée sociale. Mais il ne peut accomplir cette fonction que si, sociologiquement instruit, il regarde vers les représentations collectives, des représentations qui peuvent alors subir l’effet en retour de la pensée étatique sur elles.

20Mais si, dans toute société, l’État est ou peut être organe de la pensée sociale, vers quoi tend cette pensée dans les sociétés modernes spécifiquement ? C’est là qu’on comprend pleinement le rôle que joue chez Durkheim la pensée des corporations : si le geste de réinvestissement par Durkheim du thème des corporations professionnelles à l’issue de son parcours est souvent mal compris, F. C. en montre très bien la nécessité : c’est rien moins que la théorie sociologique de la démocratie qu’on doit y chercher (p. 232). Mais pourquoi les corporations professionnelles ? Parce que, comme la source de l’anomie est la domination incontrôlée de l’économie, c’est au niveau de la sphère économique qu’il faut introduire une réflexion qui lui fait défaut, c’est donc de la formation de groupes professionnels qu’on peut attendre la réalisation effective de l’idéal d’autonomie (p. 250). À ce compte, les corporations ne sont pas des institutions rétrogrades, mais la condition de réalisation de la solidarité organique et de l’idéal de la personne qui anime les sociétés modernes.

21Si, contrairement au préjugé, la sociologie gagne ainsi une dimension normative, c’est donc parce qu’elle ne se borne pas à répondre au souci légitime de classifier et de comparer, mais qu’elle projette ses descriptions sur une ligne chronologique et évolutive marquée par des césures pathologiques, et où elle est elle-même impliquée. C’est, en d’autres termes, parce qu’elle est la science d’une société qui, travaillée elle-même par la critique, et notamment par le socialisme, est déjà engagée sur le chemin de son auto-connaissance.

22Pris dans la perspective sociologique, l’État moderne ne saurait donc être réduit à l’autonomisation du politique pensée sous la catégorie de raison d’État. La sociologie réfute et la philosophie politique rétrograde qui appelle à un retour à des pratiques holistes traditionnelles contre les aspirations individualistes des sociétés modernes ; et l’adhésion naïve à la lettre de l’idéologie moderne. Dans la société moderne, la dépendance sociale est devenue dépendance libératrice de l’individu (p. 225). Dans les États modernes, l’individu est devenu, en tant que personne, la raison de l’État (p. 224). La normativité sociale peut se déployer moins vers le territoire que vers l’intérieur, prenant la personne elle-même pour objet, point d’aboutissement de la dynamique coopérative de la solidarité organique. Encore faut-il que l’État soit à la hauteur de ce qu’il doit être : démocratique, bien sûr, et socialiste (c.-à-d. aspirant à intégrer politiquement l’économie).

Sociologie et socialisme

23Le sens de l’identité politique des modernes échappe donc d’autant plus que nos concepts sont insuffisamment sociologiques, insuffisamment historiques, et insuffisamment politiques. L’inconscient moderne apparaît ainsi au moins comme le produit d’une double genèse. C’est d’abord la solidarité elle-même qui produit l’inconscient. Le fait social lui-même, le fait que les gens agissent ensemble, et que leur action collective ait une histoire, les rend partiellement aveugles à la signification globale de leur action. Pour nous modernes, il y a là aussi l’effet de notre idéologie politique. Mais celle-ci peut être – et en fait doit être pour que le projet réflexif de la sociologie s’accomplisse – considérée, avec Durkheim, selon un principe expressiviste : si l’individualisme est une forme d’aveuglement à soi, du moins est-il expressif de quelque chose de significatif.

  • 2 Émile Durkheim, Le socialisme (1992 [1928]), Paris, PUF, p. 267.

24La sociologie sera donc une science des mécanismes producteurs de l’inconscient, mais aussi des moyens de leur levée : travail d’enquête, production de représentations claires, issue d’une délibération, soit d’une certaine organisation du conflit, d’une régulation de la communication entre la société et l’État où se marque la place des corps intermédiaires ; mais aussi intégration des diverses dimensions de la pensée sociale, y compris les idéologies prises de façon expressiviste comme significatives de l’état social2.

25Tout cela permet de saisir la position au final assez complexe qui est celle de Durkheim : la sociologie est la forme de savoir de soi adaptée aux sociétés modernes ; mais, pour s’enclencher concrètement, elle a besoin de la démocratie ; or, tant que la démocratie effective ne sera pas à la hauteur de ce qu’elle doit être, la sociologie comportera une part de critique ; elle sera diagnostic des pathologies qui empêchent la mise en place d’une démocratie authentique, c’est-à-dire telle que la sociologie puisse y jouer son rôle de relai pour un auto-savoir de la société. Réciproquement, si la sociologie peut s’enclencher, si elle a pu s’enclencher, et si elle l’a fait de façon nécessairement critique, c’est parce qu’elle était science d’une société qui, après la Révolution, était aussi traversée et travaillée par une critique qui la désignait pour se réfléchir sociologiquement. Parce qu’elle était science de cette société, la sociologie accomplissait réellement, ce qui ne voulait pas dire qu’elle le mettait à l’abri des régressions, le projet d’autonomie.

Haut de page

Notes

1 Émile Durkheim (1996 [1924].), « Représentations individuelles et représentations collectives in Sociologie et philosophie, Paris, PUF.

2 Émile Durkheim, Le socialisme (1992 [1928]), Paris, PUF, p. 267.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Bocquet, « À la hauteur de la réflexion sociologique : penser politiquement l’autonomie », Methodos [En ligne], 16 | 2016, mis en ligne le 26 janvier 2016, consulté le 21 février 2017. URL : http://methodos.revues.org/4546

Haut de page

Auteur

Antoine Bocquet

Laboratoire interdisciplinaire d’études sur les réflexivités (Institut Marcel Mauss, EHESS – CNRS)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • Revues.org