Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Compte rendu de Jean-Luc Evard, Georg Simmel. Face à la guerre : écrits 1914-1916

Caterina Zanfi
Référence(s) :

Édition, traduction et postface de Jean-Luc Evard, Paris, Éditions Rue d’Ulm/Presses de l’École normale supérieure, 2015, 119 p. ISBN : 9782728805280.

Entrées d’index

Mots-clés :

Simmel
Haut de page

Texte intégral

1Dès l’éclatement de la Grande Guerre, beaucoup de philosophes européens ont prêté leurs idées aux motifs de la propagande : les résultats ont souvent été simplistes et caricaturaux, à tel point qu’on a cédé, dans la plupart des cas, à la tentation d’exclure totalement ou presque les discours de guerre des corpus des œuvres théoriques de leurs auteurs. Ainsi la traduction des écrits de guerre simmeliens que Jean-Luc Evard présente pour la première fois aux lecteurs français se place à contre-courant et invite à reconsidérer les interventions politiques de Simmel. En effet, ces dernières constituent non seulement des documents historiques de la « mobilisation spirituelle » des intellectuels, mais aussi des traces significatives quant à la transformation de la pensée du philosophe pendant la guerre.

2Les huit textes de Simmel sélectionnés dans ce recueil sont des conférences ou des articles parus entre 1914 et 1916. Ils témoignent donc avant tout de la participation de Simmel à la propagande de guerre, mais renferment aussi des problématiques qui sont loin d’être purement occasionnelles dans son œuvre. En fait les questions soulevées par la guerre en cours conduisent Simmel à élargir ses propres réflexions sur la crise de la culture ou sur les effets sociaux du conflit. Ainsi il aborde des thèmes politiques tels que la destinée de l’Europe (L’idée d’Europe, 1915), le rôle des États-Unis (L’Europe et l’Amérique, 1915), la transformation de l’Allemagne (Transmutation de l’âme allemande, 1914 ; Deviens ce que tu es, 1915 ; La dialectique de l’esprit allemand, 1916) ou le déchirement des relations intellectuelles entre les peuples ennemis (Éclairer l’étranger, 1914 ; Bergson et le « cynisme » allemand, 1914), et s’interroge sur les effets de la guerre sur la culture européenne (La crise de la culture, 1916). Les thèses déjà exposées dans la Philosophie de l’argent, dans la Sociologie du conflit, dans les études sur Nietzsche et Schopenhauer ou encore dans la philosophie de la vie élaborée par Simmel précisément dans les années 1910, sont donc mises en cause pour fournir un diagnostic de la guerre. Si les textes de ce recueil témoignent, certes, d’une continuité avec la production précédente, ils représentent aussi une étape importante dans la métamorphose des thématiques simmeliennes pendant la guerre. Ce sont en particulier les thèses de La crise de la culture qui seront approfondies et reformulées dans l’essai de 1918 Der Konflikt der modernen Kultur.

3Les textes montrent aussi à quel point Simmel, outre les préoccupations nationalistes, se sent concerné par l’avenir de l’Europe : il voit en celle-ci un sujet culturel auquel il a conscience d’appartenir et dont il regrette le suicide. À côté de textes qui insistent sur l’existence d’un contexte intellectuel européen organique, d’autres se focalisent sur l’Allemagne et sur les raisons de son isolement européen, toujours à l’arrière-plan de la critique simmelienne de la société industrielle moderne.

  • 1 Cfr. Denis Thouard (2014), « Simmel et la guerre. De 14 à 18 », Revue de métaphysique et de morale  (...)

4Par souci d’ « éclairer le champ intellectuel franco-allemand à l’épreuve immédiate de la Grande Guerre » (p. 7), la traduction se fonde sur la première édition des textes et non sur celle, parfois remaniée, du recueil publié par Simmel en 1917 sous le titre Der Krieg und die geistigen Entscheidungen et adoptée dans les Gesamtausgabe. Quant à l’ordre de présentation des textes, le choix de l’éditeur Jean-Luc Evard apparaît moins clair : il n’est en effet ni chronologique, ni conforme à l’ordre choisi par l’auteur dans le recueil publié en 1917, où Simmel faisait suivre les textes sur l’Allemagne par celui sur l’Europe, comme s’il voulait se projeter dans un avenir porteur, espérait-il, de l’internationalité de l’avant guerre1. Dans le présent recueil, les textes relatifs au contexte international, européen et américain sont suivis par les diagnostics de la crise allemande, pour finir avec un regard sur l’étranger et en particulier sur le philosophe français le plus apparenté à Simmel : Henri Bergson.

  • 2 Gregor Fitzi (2002), Soziale Erfahrung Und Lebensphilosophie. Georg Simmels Beziehung Zu Henri Berg (...)

5Une postface de Evard intitulée La philosophie de la vie part en guerre : Georg Simmel et Henri Bergson en 1914 trace enfin un parallèle entre les textes de guerre de ces deux philosophes majeurs de la scène européenne, à la recherche d’un mouvement commun des philosophies de la vie du début du XXe siècle face aux « prérogatives de la propagande » (p. 82). Cette visée est perceptible déjà dans certains choix suggestifs de traduction, où par exemple le très bergsonien « élan vital » restitue l’allemand Lebensstrom (p. 36 ; GA 13, p. 198). Sans tenir compte de l’œuvre de Gregor Fitzi2, qui a le mieux éclairé le dialogue entre Simmel et Bergson, Evard se focalise sur l’interruption des échanges entre les deux philosophes dès 1914. Ce faisant, il tente d’élucider « les règles du théâtre » qui ont marqué le drame de la guerre sur le front franco-allemand, où l’on assiste à l’affrontement « des Nations, ou de la Civilisation et de la Culture, ou du Droit et de la Force, ou de l’Europe et de l’Amérique » (p. 89). Des considérations intéressantes s’ouvrent sur les lectures de la situation géopolitique et leur intégration à l’histoire du monde : par exemple la nouvelle prédominance des États-Unis et les idéaux de 1789 sont interprétés de manière très différente par la France et par l’Allemagne. Les réflexions philosophiques et sociologiques des textes de guerre de Simmel, approfondies par les contextualisations de Evard et par ses comparaisons au cas de Bergson, contribuent sans doute à remettre en cause le partage entre écrits philosophiques et écrits politiques des philosophes, et à jeter le regard « derrière l’écran de quelque angélique Histoire de la Philosophie » (p. 82).

Haut de page

Notes

1 Cfr. Denis Thouard (2014), « Simmel et la guerre. De 14 à 18 », Revue de métaphysique et de morale , n. 4 p. 561-575.

2 Gregor Fitzi (2002), Soziale Erfahrung Und Lebensphilosophie. Georg Simmels Beziehung Zu Henri Bergson, Constance, UVK.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caterina Zanfi, « Compte rendu de Jean-Luc Evard, Georg Simmel. Face à la guerre : écrits 1914-1916 », Methodos [En ligne], 16 | 2016, mis en ligne le 25 janvier 2016, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://methodos.revues.org/4540

Haut de page

Auteur

Caterina Zanfi

« La République des savoirs : Lettres, Sciences, Philosophie », USR 3608, CNRS/ENS Paris/Collège de France

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • Revues.org