Skip to navigation – Site map
Analyses et interprétations

Maine de Biran, Leibniz et le virtuel

Maine de Biran, Leibniz and virtuality
Marc Parmentier

Abstracts

In 1819, Maine de Biran wrote an article entitled Exposition du système de Leibniz. This text gives a central place to virtuality by linking three key elements of Leibniz's system: the monad mirror representing the universe ‘virtually’; the dynamic concept of the substance made up of a virtual trend; innate ideas that, in the eyes of Biran, would result from the use of dynamics and more specifically from the concept of ‘force considered as virtual’. These three references to virtuality have a problematic aspect that the present article attempts to pinpoint, relying on the role that Maine de Biran himself attributed to virtuality in his own philosophical itinerary. In particular, the Mémoire sur la décomposition de la pensée gives a central role to ‘virtual force’ as a force pre-existing to me, that allows him to avoid substantialism.

Virtual force seems to be a malleable concept that helps to reconcile two initially contradictory concepts for Biran, that of substance and that of activity. Yet, this is precisely what Leibniz's dynamics does in his eyes. Therefore, the temptation to attribute this key concept to Leibniz himself is strong, all the more so as Jean Bernoulli, Emilie du Chatelet and D'Alembert had already introduced virtuality in the vocabulary of Leibniz's dynamics to qualify the dead force. Biran is thus led to reconstruct the intellectual itinerary of Leibniz and to consider that Leibniz drew his concept of force from the experience of apperception, in the sense Biran meant it.

Top of page

Full text

  • 1 Le texte de Maine de Biran constitue la seconde partie de l'entrée « Leibniz », dont la première pa (...)
  • 2 Voir Emilienne Naert (1983), « Maine de Biran lecteur de Leibniz », Revue de Métaphysique et de mor (...)

1En 1819 Maine de Biran consacre à Leibniz un des rares textes qu'il ait publiés de son vivant, l'Exposition du système de Leibniz, à destination de la Biographie universelle ancienne et moderne de Louis-Gabriel Michaud1. Ce texte, qui témoigne de l'importance de l'auteur de la monadologie dans son propre parcours philosophique et dans lequel Biran mêle une reconstitution de l'itinéraire intellectuel de Leibniz, des traductions d'opuscules latins tirés de l'édition Dutens de 17682 et des commentaires critiques, accorde une place centrale à la notion de virtualité en l'associant à plusieurs éléments-clés du système leibnizien. Dans la mesure où ces associations ne figurent pas toutes dans les textes de Leibniz lui-même, il s'agit d'expliquer quel sens elles revêtent pour Maine de Biran.

2La virtualité surgit, en premier lieu, à propos de la thématique de la monade miroir de l'univers :

  • 3 Pierre Maine de Biran (1990), Oeuvres de Maine de Biran, tome XI-1, Commentaires et marginalia, dix (...)

« On peut dire que Dieu, qui connaît les rapports nécessaires d'un seul être avec toute la création, voit à la fois l'univers entier dans le dernier atome de la nature. De ce que tel être a des rapports nécessaires avec tout l'univers, on peut bien conclure que cet être représente (virtuellement) l'univers »3.

  • 4 Condillac (1947) Traité des systèmes, chapitre VIII, article VII, Oeuvres philosophiques, éd. G. Le (...)

3L'usage des parenthèses indique que Biran présente ce lien davantage comme une interprétation que comme une référence explicite à Leibniz. Selon lui, la thèse de la monade-miroir de l'univers découle de la rédéfinition de la substance par la force4 et c'est précisément à la dynamique leibnizienne que la notion de virtualité est associée en second lieu. Biran a déjà souligné que c'est la considération des forces vives et le renouvellement de la notion de substance qui a permis à Leibniz de réformer la métaphysique :

  • 5 P. Maine de Biran (1990), Exposition du système de Leibniz, p. 144.

« Leibniz conçut son plan général de réforme, à commencer par la notion de substance qu'il regardait comme le principe et la base de toute science réelle... Or, pour éclaircir l'idée de substance, il faut remonter à celle de force ou d'énergie, dont l'explication est l'objet d'une science particulière appelée dynamique. La force active ou agissante n'est pas la puissance nue de l'école; il ne faut pas l'entendre en effet, ainsi que les scolastiques, comme une simple faculté ou possibilité d'agir qui, pour être effectuée ou réduite à l'acte, aurait besoin d'une excitation venue du dehors, et comme d'un stimulus étranger. La véritable force active renferme l'action en elle-même; elle est entéléchie, pouvoir moyen entre la simple faculté d'agir et l'acte déterminé ou effectué : cette énergie contient ou enveloppe l'effort (conatum involvit), et se porte d'elle-même à agir sans aucune provocation extérieure »5.

4Dans ce premier exposé Biran n'emploie pas l'expression « force virtuelle », qui apparaît un peu plus bas, lorsqu'il reconstitue la démarche intellectuelle de Leibniz et rétablit la véritable origine de la notion de force qui ne peut se situer, selon lui, que dans « l'expérience interne, immédiate ». Dans ce contexte la « force virtuelle » lui apparaît comme ce qui, d'un point de vue leibnizien, peut assurer la permanence d'un sujet :

  • 6 P. Maine de Biran (1990), Exposition du système de Leibniz, p. 150.

« Dans ce rapport au sujet, la tendance, même virtuelle, ou la force non exercée, non déterminée (énergie, pouvoir moyen entre la simple faculté et l'acte) est ce qui constitue le propre fonds de notre être, ce qui reste quand tout change ou passe »6.

5Or, si la virtualité conçue comme intermédiaire entre l'acte et la faculté nue est bien présente dans les textes de Leibniz, il n'en va pas ainsi de l'expression curieuse « force virtuelle ». En effet, dans le texte auquel se réfère Maine de Biran, l'opuscule intitulé De primae philosophiae emendatione et de notione substantiae, qui figure dans l'édition Dutens et dont Biran propose une traduction partielle, Leibniz fait du mot latin virtus un synonyme de vis, la force :

  • 7 Le texte latin est le suivant : « notionem virium seu virtutis (quam Germani vocant Krafft, Galli l (...)

« ...la notion de force (vis ou virtus en latin, Kraft en allemand), à laquelle j'ai consacré une science spéciale, la dynamique, apporte beaucoup de lumière à l'intelligence de la vraie notion de substance. »7

6Mais on ne peut voir dans « force virtuelle » un simple pléonasme car, pour Leibniz, la force ou la virtus prise en général peut s'entendre de deux manières : comme faculté nue, à la manière des scolastiques, ou comme « force active » et c'est seulement à cette dernière que Leibniz attache un sens nouveau, précisément dans l'extrait choisi et traduit par Biran :

  • 8 P. Maine de Biran (1819), Exposition du système de Leibniz, p. 150.

« En effet la force active se distingue de la puissance nue que connait d'ordinaire l'Ecole en ce que la puissance active ou faculté des scolastiques n'est rien d'autre que la possibilité proche de l'action, mais qui a toutefois pour passer à l'acte d'une excitation étrangère, comme d'un aiguillon. Au contraire la force active comprend une sorte d'acte ou entelecheia ; elle est le milieu entre la faculté d'agir et l'action même et implique l'effort ; ainsi elle est portée par elle-même à l'action et n'a besoin, pour agir, d'aucune assistance, mais seulement de la suppression de l'obstacle. C'est ce qui peut être illustré par les exemples d'un corps pesant tendant la corde qui soutient ou d'un arc bandé »8.

7C'est donc bien la force active, en tant qu'opposée à la puissance nue des scolastiques, et non la « force virtuelle », qui fait l'originalité du lien établi par Leibniz entre force et substance. Mais on observe une différence entre le texte de Leibniz et celui de Biran qui traduit malencontreusement « vis activa » par « force vive » :

  • 9 P. Maine de Biran (1819), Exposition du système de Leibniz, p. 144.

« L'énergie, la force vive, se manifeste par l'exemple du poids suspendu qui tire ou tend la corde » 9

8Le texte devient dès lors sybillin puisque l'exemple du poids suspendu illustre traditionnellement la « force morte », opposée à la force vive.

9En troisième lieu, l'Exposition du système de Leibniz associe la virtualité à l'innéité. Le texte opère une répartition des solutions apportées au « grand problème des idées innées », au sein de laquelle s'opposent la conception de Descartes reposant sur des idées actuelles et celle de Leibniz fondée sur la virtualité :

  • 10 P. Maine de Biran (1819), Exposition du système de Leibniz, p. 158.

« Cette grande question des idées innées, si obscure ou si indéterminée dans le point de vue de Descartes, allait recevoir, ce semble, tout le degré de clarté dont elle est susceptible, de l'application du principe de la force considérée comme virtuelle ou tendant à l'action avant d'être actuelle, ou déterminément en exercice. C'est ce moyen entre la nue faculté et l'acte qu'il fallait saisir pour entendre l'innéité de certaines idées ou modes actifs de l'âme »10

10Aux yeux de Biran, la solution leibnizienne est supérieure dans la mesure où Leibniz est le philosophe qui a le mieux compris la virtualité :

  • 11 P. Maine de Biran (1819), Exposition du système de Leibniz, p. 159.

« ...la philosophie ne lui doit pas moins d'avoir plus nettement exprimé ce qu'il y a de simplement virtuel dans les notions, d'avec ce qui est actuel dans les idées mêmes présentes à l'esprit. »11

11Une nouvelle fois, Maine de Biran voit dans cette conception originale de l'innéité une simple « application » de la dynamique et d'un concept de force ayant lui-même partie liée avec la virtualité : elle procèderait de la « force considérée comme virtuelle », ce qui, comme nous allons le voir, n'est pas exact.

  • 12 Les deux versions, entre lesquelles interviennent de nombreuses modifications opérées par Maine de (...)

12Ces trois références à la virtualité, associée à la monade-miroir de l'univers, à la force active, à l'innéité, comportent donc un aspect problématique qu'il nous faut à présent tenter d'éclairer par le rôle que joue la virtualité dans l'itinéraire philosophique de Maine de Biran. Il faut pour cela revenir au Mémoire sur la décomposition de la pensée, texte couronné par l'Institut en 1804 puis remanié l'année suivante, marquant « l'invention du biranisme »12.

I. Usage critique de la virtualité

13Ce texte consacre à la philosophie de Leibniz un développement laissant apparaître la fonction critique de la virtualité sous la plume de Biran. Retraçant la diffusion de la méthode expérimentale dans les disciplines scientifiques, il commence par rappeler le rejet presque unanime des concepts scolastiques au début du XVIIe siècle :

  • 13 P. Maine de Biran (2000), Oeuvres de Maine de Biran, t.III, p. 27.

« L'abus que la philosophie scolastique avait fait si longtemps de ces termes arides et insignifiants de virtualité, facultés, puissance ou forces productives dut être le premier objet qui attira l'attention des réformateurs de la philosophie »13

  • 14 P. Maine de Biran, Mémoire sur la décomposition, p. 402.

14La virtualité au sens ancien de pure puissance, coupée de toute actualisation, ou encore « indépendante de toute condition d'exercice »14, est donc connotée négativement. Ainsi, lorsqu'un peu plus loin elle est caractérise la métaphysique leibnizienne, c'est dans une perspective critique. Si le mérite de Leibniz est d'avoir associé les notions de force et de substance, son erreur est d'avoir dissocié l'activité de l'âme de celle du moi :

  • 15 P. Maine de Biran, Mémoire sur la décomposition, p. 125. Une note précise qu'il s'agit du point de (...)

« ...plaçant dans une activité toute intérieure, le fondement de la notion primitive de cause ou puissance (comme celui de toutes les idées réfléchies du même ordre, telles que celles de substance, d'identité, etc.), on peut encore réaliser cette activité virtuelle, hors du sentiment de son exercice, en l'affirmant d'un sujet pris in abstracto, ce qui est bien mettre la copie avant le modèle. »15

15En réalité, aux yeux de Biran, l'intuition leibnizienne de la substance-force résulte de l'expérience intime de la volonté et de l'activité du moi dans la mesure où seule cette dernière est susceptible de faire connaître les notions de force et de causalité, mais Leibniz n'en a pas eu lui-même conscience. La formulation la plus explicite de cette genèse putative de l'idée leibnizienne de la substance-force sera celle de l'Essai sur les fondements de la psychologie :

  • 16 P. Maine de Biran (2001), Essai sur les fondements de la psychologie, Oeuvres de Maine de Biran, éd (...)

« Mais ne pourrait-on pas dire aussi qu'il transporta ensuite dans l'étude de la nature les principes ou les lois que la réflexion seule avait tirés du fond même de la pensée, et qu'après avoir commencé en quelque sorte par objectiver la pensée, il finit presque par idéaliser la nature... Et de quelle autre source aurait-il pu tirer cette notion purement réflexive de la force et de sa tendance continuelle au changement d'état, celles de l'effort (conatus), de l'unité centrale où se représente la multitude, de la perception enfin, qu'il attribue à toutes les monades ou entéléchies dans tous les degrés infiniment variés de distinction ou de confusion. »16

  • 17 P. Maine de Biran, Mémoire sur la décomposition, p. 104.
  • 18 Maine de Biran (2001), Essai sur les fondements, éd. cit., p. 82. Le Mémoire de Berlin, intitulé ég (...)
  • 19 P. Maine de Biran (2000), Mémoire sur la décomposition, p. 105.

16Leibniz considère le moi de l'extérieur, de sorte que sa métaphysique « n'est guère plus qu'une sorte de dynamique transcendante »17, en d'autres termes, une « dynamique des esprits »18 anonyme, impersonnelle, qui ignore l'opérateur d'actualisation que constitue le moi et assimile la pensée à une force de même nature que les forces physiques. La même critique peut être adressée à Charles Bonnet, pour qui l'âme est douée d'une force motrice, mais indéterminée en elle-même : « C'est une virtualité, une simple capacité d'agir »19. Plus généralement, la virtualité caractérise l'âme telle que la conçoivent les métaphysiciens, c'est-à-dire coupée de l'expérience immédiate de l'aperception du moi.

17En quoi consistent dès lors l'originalité et le mérite de l'innovation leibnizienne ?

18D'un point de vue biranien, il faut ici distinguer deux types ou deux niveaux d'actualisation. Le premier consiste, pour une activité virtuelle, à trouver un point d'application, un « terme de déploiement » ; la seconde consiste dans l'expérience consciente du moi. En prenant en compte les « forces vivantes » et en attachant un corps organique à chaque monade, Leibniz a réalisé partiellement la condition d'un passage du virtuel à l'actuel et a échappé à la conception scolastique d'une force coupée de toute actualisation :

  • 20 P. Maine de Biran (2000), Mémoire sur la décomposition, p. 128.

« Nous ignorons complètement ce que sont les forces en elles-mêmes ; mais il est impossible de les concevoir actuellement séparées d'un terme quelconque de déploiement, car ce serait supposer des forces non agissantes. Aussi, en admettant l'indestructibilité de l'âme ou de la monade centrale, le grand Leibnitz admettait également celle d'une sorte de corps organisé, qui ne faisait que s'envelopper à la mort pour se développer de nouveau »20.

  • 21 « On connaît aussi le système de Bonnet qui est à peu près le même », Mémoire sur la décomposition, (...)

19C'est également le cas de Bonnet21. Cependant, d'un point de vue biranien, cette force reste virtuelle en tant qu'elle est dissociée de la forme privilégiée d'actualisation que constitue l'aperception immédiate, par le moi, de son activité, de sa puissance causale. L'association à un corps organique est une condition nécessaire mais non suffisante qui, comme le précisera le Mémoire de Berlin, n'empêche pas la monade leibnizienne de se replier sur elle-même :

  • 22 P. Maine de Biran (1995), Mémoire de Berlin, p. 91.

« Dans le système de Leibniz, l'âme est bien douée de force, ou plutôt, n'est elle-même qu'une force agissante, mais son activité ne s'étend point hors de son sein, et ne consiste que dans des appétits, des désirs ou des tendances au changement d'état »22.

20Leibniz a, à bon escient, lié les notions de substance et de force, mais il a « réalisé » le principe de causalité hors de la conscience. A l'inverse, l'invention philosophique de Maine de Biran réside dans la nécessaire coïncidence entre ces deux types d'actualisation. C'est en agissant sur le corps, en y trouvant un terme de déploiement qui, en même temps, lui résiste, que la force-moi s'actualise sur un plan hyperorganique. Cette expérience constitue une actualisation au sens où la force de la volonté s'applique à un terme autre qu'elle-même et qui lui oppose son inertie, le corps propre, mais aussi au sens où cette application fait l'objet d'une aperception consciente et réflexive. L'actualisation organique se redouble dans la réflexion d'une actualisation consciente, d'une aperception. Ainsi, pour mener à bien une véritable décomposition des facultés intellectuelles, il faut :

  • 23 P. Maine de Biran, Mémoire sur la décomposition, p. 366.

« ne point séparer entièrement cette puissance des conditions ou instruments organiques, nécessaires dans l'origine pour la faire passer du virtuel à l'effectif, et propres encore à marquer ses limites, en devenant les signes sensibles qui la manifestent »23.

  • 24 « Force et substance », manuscrit publié par C. Fremont à la suite de l'Exposition du système de Le (...)
  • 25 P. Maine de Biran, Mémoire sur la décomposition, p. 384. Ceci corrobore le jugement de Leibniz lui- (...)
  • 26 John Locke nomme rétention la « faculté par laquelle l'esprit conserve les idées simples qu'il a re (...)

21L'effort, terme utilisé habituellement pour traduire le conatus leibnizien, n'est pas pensé comme une virtualité mais comme une actualisation et même comme le marqueur privilégié d'un passage du virtuel à l'actuel. En ce sens, l'actualisation d'une force consiste en une aperception dans un sens non pas leibnizien mais lockéen. En effet, si Leibniz fait figure de philosophe de la virtualité, Biran voit en Locke le philosophe de l'actualité. Ce qui le caractérise, c'est d'avoir fait abstraction de tout ce qu'il y a de virtuel en nous24. Alors que Leibniz « considère la sensation hors du sujet pensant », Locke « ne 1'envisage que dans son rapport actuel, à l'aperception du moi, comme l'exprime assez le mot idée »25. En effet, pour Locke, l'actualité des idées ne signifie pas seulement leur caractère conscient, mais leur présence à l'esprit au terme d'un mécanisme d'identification et de mémorisation. Lorsque l'entendement a une idée, il est capable de l'identifier, de la différencier de toute autre, voire de la retenir, c'est-à-dire d'exercer sur elle sa faculté de « rétention »26. C'est bien ce mode d'actualisation intellectuelle que Biran reprend à son compte. Le reproche qu'il adresse aux systèmes métaphysiques de Leibniz et de Bonnet est d'avoir dissocié deux types d'actualisation qui, pour lui, sont indissociables.

  • 27 P. Maine de Biran (1819), Exposition du système de Leibniz, p. 139-140.
  • 28 P. Maine de Biran (1819), Exposition du système de Leibniz, p. 137.

22Or la portée critique du terme virtualité est encore présente dans les analyses de l'Exposition du système de Leibniz. Selon Biran, l'auteur du système des monades a foi dans « la réalité des concepts les plus abstraits »27, tout comme Spinoza. Il est d'abord gouverné par la « vocation de métaphysicien »28 ; sa première idée philosophique, celle d'un alphabet des pensées humaines, est une idée métaphysique qui précéderait même ses travaux scientifiques. Ainsi son erreur sur les conditions d'actualisation des virtualités retentit-elle sur sa conception de l'innéité-virtualité : ignorer l'activité du moi dans l'expérience de sa propre existence constitue, selon Biran, une forme d'innéisme ; cela revient à admettre, selon la formule opposée par Leibniz à Locke, un entendement inné à lui-même. Méconnaissant les véritables conditions de l'aperception, Leibniz est conduit à supposer un moi inné à lui-même.

II. La force virtuelle

23La connotation négative de la virtualité n'est cependant pas séparable d'une signification positive. Biran fait ici jouer un rôle central à la « force virtuelle » qui commanderait, selon lui, la thèse de l'innéité-virtualité et celle de la monade-miroir. Or cette expression ne figure dans aucun texte de Leibniz. Si elle y figurait, compte tenu de l'équivalence établie entre vis et virtus, elle serait un synonyme de force pris dans son sens le plus général, or Biran ne fait référence à travers elle qu'à la force active. Pour tenter d'expliquer cette anomalie, il faut prendre en compte deux enchaînements d'idées ; le premier découle du rôle de la force virtuelle dans l'évolution du biranisme, le second tient à l'interprétation rétrospective de la dynamique leibnizienne au cours du XVIIIe siècle.

  • 29 L'expression « faculté virtuelle » est employée par Rousseau (1964) pour désigner la perfectibilité (...)

24Le premier texte important de Maine de Biran, le Mémoire sur l'influence de l'habitude, attache à l'expression « force virtuelle » un sens strictement rousseauiste29 :

  • 30 P. Maine de Biran (1987), Influence de l'habitude sur la faculté de penser, Oeuvres de Maine de Bir (...)

« les degrés d'influence de ces signes sur toutes les opérations, et la manière dont l'être sensible est élevé par leur usage à la dignité d'être pensant, la connaissance et l'emploi des instruments qui servent à la fois et à développer et à régulariser les forces virtuelles de cette machine qu'on appelle esprit, enfin tout ce qui a rapport aux méthodes et à l'artifice du raisonnement a exercé jusqu'à ce moment le génie de plusieurs philosophes avec un succès qui a heureusement rejailli sur d'autres branches des connaissances humaines »30

25Le principe d'une inférence de la force à un « principe virtuel » figure dès les premières lignes du brouillon de la première version :

  • 31 P. Maine de Biran (1987), Influence de l'habitude, Brouillon du premier mémoire sur l'habitude, p. (...)

« Les facultés d'un être sont les principes de ses forces et de ses actions. Nous nous élevons à cette idée abstraite en considérant dans l'être actif les alternatives de repos et de mouvement, et concevant, quand une opération est interrompue, la possibilité de la reprendre ou de la continuer ; ainsi nous séparons la force du principe virtuel qui peut la produire, la changer, la suspendre et en varier l'exercice. »31

26Dans le Mémoire sur la décomposition de la pensée, la valeur critique attachée à la virtualité s'infléchit au moment où se pose la question de l'existence du moi au-delà et en dehors de ses expériences d'aperception. Dans ce contexte, la notion de force virtuelle s'avère utile (dans la version remaniée) pour éviter toute solution substantialiste :

  • 32 P. Maine de Biran (2000), Mémoire sur la décomposition, p. 428.

« Cette force que je ne puis localiser ni confondre avec un point du cerveau, ni concevoir hors du moi sans en dénaturer l'idée, je l'appelle âme en tant que je la conçois comme virtuelle et dans l'attente de l'acte, et moi dès qu'elle a commencé d'agir avec le sentiment d'elle-même, et c'est ce commencement qu'il m'importe uniquement de fixer ; c'est là et ce n'est que là qu'est pour moi l'origine de la science identifiée avec l'existence même, non ontologique ou abstraite mais réelle ou sentie. »32

Ce texte se situe dans la section intitulée « Réflexions sur les hypothèses précédentes. Comparaison et rapprochement avec le point de vue métaphysique ». Les hypothèses en question sont relatives à la transformation possible d'un mouvement instinctif en mouvement volontaire. Biran explore ici la possibilité d'une émergence des actions volontaires, donc du moi, sur fond d'une motricité préexistante gouvernée par l'instinct. C'est cette problématique précise qui oblige à envisager le moi de l'extérieur, donc comme une « chose », ou encore comme une « force abstraite du sentiment d'elle-même » et c'est dans le cadre d'une hypothèse articulant le point de vue physiologique et le point de vue psychologique que l'âme apparaît réduite à un nom dont on ne saurait toutefois se passer :

  • 33 P. Maine de Biran (2000), Mémoire sur la décomposition, p. 425. Voir également : « Admettons l'âme, (...)

« Servons-nous donc, dans ce point de vue, du terme âme et supposons, puisque nous ne pouvons faire autrement, une force qui préexiste au sentiment d'elle-même, sans nous attacher à cette notion ontologique. »33

27Même s'il s'oppose au métaphysicien - qui ne cherche pas d'autre origine aux facultés intellectuelles que cette préexistence de l'âme, en assumant les conséquences innéistes qu'elle comporte - le physiologiste est, lui aussi, contraint de supposer un sujet capable d'agir sur le corps. Or ce sujet imaginé doit être conçu comme un centre doté d'une force propre. La supposition est donc incontournable, quel que soit le point de vue qu'on adopte. Il n'y a plus alors qu'à donner un nom à cette force qui doit préexister au moi et le syntagme « force virtuelle » se présente très naturellement comme un bon candidat :

  • 34 P. Maine de Biran (2000), Mémoire sur la décomposition, p. 418.

« Tant que le centre organique n'exerce qu'une fonction sympathique ou que, passif sous les impulsions intestines, il ne fait que réagir, effectuer les déterminations ou mouvement de l'instinct, la force n'est que virtuelle et demeure inactive »34.

28Pierre Montebello commente ainsi ce passage :

  • 35 Pierre Montebello (1994), La décomposition de la pensée, Paris, Millon, p. 186.

« il est facile de constater que la théorie biranienne de l'âme se ramène aux deux points suivants : l'esprit est porté, par une nécessité intellectuelle inéluctable, à affirmer l'âme comme force virtuelle hyperorganique. Cette nécessité s'impose par un principe évident qui s'impose à nous, à savoir qu'avant d'agir il faut être : ce principe est évident et nous ne pouvons le changer. »35

29Comme le souligne Henri Gouhier, la force virtuelle permet ici d'échapper à l'âme-substance :

  • 36 Henri Gouhier (1948), Les conversions de Maine de Biran, Paris, Vrin, p. 232.

« La définition de l'âme comme force virtuelle doit être située sur une même ligne que la théorie de la croyance à l'âme substance : mais elle représente une tentative pour échapper à l'âme-substance plutôt qu'une préfiguration de l'âme-substance. La force virtuelle est une hypothèse ; la croyance à la substance est d'un autre ordre : c'est une affirmation de portée ontologique ; or l'hypothèse a été considérée justement pour éviter l'affirmation. »36

  • 37 « Ne voulant pas limiter la portée de l'aperception immédiate au moi actuel et empirique, ne croyan (...)

30Dans les textes postérieurs au Mémoire sur la décomposition de la pensée, la place de la « force virtuelle » est encore plus nette. Selon Raymond Vancourt, elle joue un rôle-clé dans l'élargissement de la portée de l'aperception au delà d'un moi purement phénoménal, au point de constituer, contrairement à la thèse d'Henri Gouhier, une préfiguration de l'âme-substance37. C'est ce que montre cette comparaison avec le cogito cartésien :

  • 38 P. Maine de Biran (2000), Oeuvres de Maine de Biran, t. X:2, Paris, Vrin, p. 213.

« D'où suivrait cette expression d'un principe analogue, par la forme et par le fond, à celui de Descartes, je pense ou aperçois l'action, donc il y a en moi une force virtuelle absolue et, par suite, d'autres forces dans la nature, conçues d'après la mienne ou d'après la conscience immédiate que j'en ai »38.

  • 39 « En concevant la cause extérieure d'une modification interne quelconque, nous lui attribuons la pe (...)
  • 40 « (les textes) font apercevoir chez Biran une sorte d'oscillation perpétuelle, non pas avec des alt (...)

31Ce texte révèle en outre que c'est la force virtuelle qui permet de généraliser la notion de force et de l'appliquer à d'autres êtres que moi-même. Toute la question est néanmoins de savoir si le moi est capable de faire l'expérience de la force virtuelle au sein même de l'aperception immédiate – comme le suggère un texte des Rapports des sciences naturelles avec la psychologie, d'après lequel le fait primitif enveloppe une expérience directe de la virtualité39 – ou seulement par une réflexion qui s'en distingue. Pour Léon Brunschwicg, une expérience concomitante de l'actualité et de la virtualité est contradictoire : cette dualité renvoie à deux moments du fait primitif, empirique et rationaliste, entre lesquels Biran ne parvient pas à trancher40.

  • 41 Citant la Note sur un écrit de Royer-Collard, Henri Gouhier écrit : « Substance et force ne sont pl (...)
  • 42 « L'idée d'un fond mystérieux de l'âme doit être rejetée en raison même de son mystère. L'âme doit (...)

32L'interrogation métaphysique de Maine de Biran sur le statut du moi avant ou en dehors de ses moments d'aperception consciente se poursuivra et le conduira à abandonner le projet de l'Essai sur les fondements de la psychologie, qui peut apparaître comme une ultime tentative de remaniement du projet éditorial initié dans le Mémoire sur la décomposition de la pensée. Henri Gouhier estime qu'une étape décisive sera franchie lorsque les concepts de force et de substance cesseront de s'opposer, ce qui permettra d'élaborer le concept de « force substantielle » ou encore de substance active41. En ce sens, François Azouvi estime qu'il ne faut pas, dans les textes de Maine de Biran, opposer une âme pensante passive à une âme force virtuelle active : l'âme ne doit pas être dotée d'un fond mystérieux opaque42. Selon Raymond Vancourt, seul le recours à la croyance se substituant à l'aperception immédiate, permettra à Biran de sortir de ce dilemme et des ambiguïtés de la force virtuelle.

  • 43 Anne Devarieux souligne les difficultés de la notion dans le Mémoire sur la décomposition de la pen (...)

33Quelle que soit l'interprétation qu'on en donne, ce concept, fût-il seulement heuristique43, joue un rôle crucial dans l'élaboration de la métaphysique biranienne et c'est bien dans la version remaniée du Mémoire sur la décomposition de la pensée que réside la clé des associations établies, dans l'Exposition du système de Leibniz, entre la virtualité et la dynamique leibnizienne. C'est toujours, en effet, le même raisonnement qui réapparaît dans ce texte :

  • 44 P. Maine de Biran (1990), Exposition, p. 160-161.

« ...la même expérience immédiate, interne, qui manifeste l'existence du moi, manifeste en même temps l'existence d'une cause, d'une force productive du mouvement, or cette condition est précisément celle qui a lieu dans l'effort ou la tendance quand celle-ci passe du virtuel à l'actuel, ou quand un mouvement, un mode actif quelconque est effectué par le vouloir. »44

34La force virtuelle apparaît comme un concept-frontière permettant de concilier deux concepts initialement antinomiques pour Biran, celui de substance et celui d'activité. Or c'est précisément aussi ce que fait la dynamique leibnizienne. La tentation est dès lors très forte d'attribuer ce concept-clé à Leibniz lui-même, puisque Biran avait précisément repéré dans le caractère virtuel – au sens négatif – le propre de la force telle que Leibniz l'emploie dans sa métaphysique. C'est précisément parce qu'elle possède un versant négatif et un versant positif que la force virtuelle parvient à concilier les contraires. La tentation est d'autant plus forte qu'elle croise une évolution sémantique liée à l'interprétation de la dynamique leibnizienne au cours du XVIIIe siècle.

35Maine de Biran n'est en effet pas le premier à introduire la virtualité dans le lexique de la dynamique leibnizienne. Jean Bernoulli, Emilie du Chatelet, D'Alembert, l'avaient déjà fait, non pour caractériser le concept de force en général, mais pour qualifier et préciser le concept leibnizien de « force morte ».

  • 45 « J'appelle vitesses virtuelles, celles que deux ou plusieurs forces mises en équilibre acquièrent, (...)

36Dans son Discours sur les lois de la communication du mouvement Jean Bernoulli précise cette notion leibnizienne par le concept de « vitesse virtuelle »45. A la suite de Jean Bernoulli, dans ses Institutions de physique, Emilie du Châtelet baptise « force virtuelle » la force morte, qu'elle définit comme « une simple tendance au mouvement » :

  • 46 Emilie du Châtelet (1740), Institutions de physique, Paris, Prault, p. 399.

« On distingue ces deux forces, par ces mots de force morte, ou force virtuelle, et de force vive. La force morte consiste dans une simple tendance au mouvement ; telle est celle d'un ressort prêt à se détendre, et la force vive est celle qu'un corps a lorsqu'il est dans un mouvement actuel. Les forces mortes s'appellent encore forces pressantes, parce qu'elles pressent les corps qui leur résistent, et qu'elles font effort pour les déranger de place »46

37Enfin, dans l'article « Force vive » de l'Encyclopédie, D'Alembert s'exprime comme si Leibniz était lui-même l'inventeur de la vitesse virtuelle :

  • 47 Article « Force vive » de l'Encyclopédie, t. VII, p. 112.

« M. Leibnitz convient que la force morte est comme le produit de la masse par la vitesse virtuelle, c'est-à-dire avec laquelle le corps tend à se mouvoir, suivant l'opinion commune. »47

38La force morte, par opposition à la « force vive », est une force qui se heurte à un obstacle et ne produit aucun mouvement, du moins aucun mouvement sensible. La « vitesse virtuelle » est la vitesse du mouvement que produirait la force morte si elle se trouvait libérée. La virtualité instaure donc, entre les deux modalités d'une même force, un rapport de continuité. Dès lors, la force morte peut être considérée comme produisant bel et bien un mouvement, mais infiniment petit, un mouvement embryonné, un conatus, un « effort », se transformant en un mouvement sensible pour peu que l'obstacle soit levé ou surmonté.

  • 48 « Les forces pressantes, qui restent en repos avec les corps sur lesquels elles agissent, sont : Le (...)

39Maine de Biran a lu l'article « Leibnizianisme » écrit par Diderot, qui renvoie à l'article « Force » de D'Alembert. Mais en y voyant la confrontation entre la force de la volonté et l'inertie que lui oppose l'appareil musculo-squelettique, il confère une signification tout autre à la notion d'effort pour en faire la manifestation par excellence d'une force en action, alors que, sous la plume d'Emilie du Chatelet, la pression des mains l'une contre l'autre constituait encore un exemple de force morte48. Ceci explique son lapsus et la traduction fautive de « force active » par « force vive ». Selon lui c'est en effet dans l'expérience de l'effort - traduction possible de l'ancienne force morte- que le moi conçoit originellement les notions d'activité et de causalité. Il reste que, comme la force morte, cette expérience est antérieure à et indépendante de la production de tout mouvement sensible.

40L'idée que la force morte produise un mouvement infiniment petit semble ici décisive puisqu'elle permet de considérer qu'une force s'actualise dès qu'elle rencontre un terme de déploiement qui, paradoxalement, l'empêche de se déployer. A l'appui de cette analyse, nous pourrions ajouter que, dans le Mémoire sur la décomposition de la pensée, c'est bien un modèle infinitésimal que Biran évoque pour représenter le passage des mouvements instinctifs aux mouvements volontaires, même s'il mêle le vocabulaire leibnizien des différentielles au vocabulaire newtonien des fluxions :

  • 49 P. Maine de Biran (1990), Mémoire sur la décomposition, p. 119.

« Prétendre que le premier de tous les mouvements peut avoir été accompagné d'un vouloir, ou déterminé par un tel acte, c'est bien supposer des idées innées, ou transporter l'origine (de dérivation) des facultés intellectuelles dans l'instinct pur, qui paraît être, au contraire, la négation de toutes ces facultés ; mais la sensation simple du mouvement tient ici d'une manière si immédiate à l'aperception ou sentiment relatif de puissance, d'effort, que toute expression différentielle nous manque absolument pour représenter dans la limite cette fluxion infinitésimale d'un mode à un autre, qui en diffère, mais seulement par un instant inappréciable de la durée »49.

  • 50 « Serait-ce par hasard que vous reconnaîtriez une sensibilité active et une sensibilité inerte, com (...)
  • 51 « Au débandement spontané du ressort moteur ne correspond aucun sentiment particulier, il n'y a poi (...)

41Tout comme la « sensibilité sourde », analogue à la « force morte » permet à Diderot d'établir une continuité entre matière inerte et matière vivante50, la « force virtuelle » permet à Maine de Biran d'établir une continuité entre passivité et activité de l'âme. Elle joue, par rapport à la force active, le même rôle que la force morte par rapport à la force vive. Du point de vue de l'histoire des concepts dynamiques et de leurs usages en philosophie, il est remarquable que Maine de Biran soit ainsi conduit à inverser le vocabulaire et à appeler « force vive » ce qui était jusque là « force morte ». La traduction, très banale de « conatus » par « effort » s'accompagne, chez lui d'une modification radicale du champ sémantique associé à ce terme. Alors que, jusque là, cette traduction se situait dans le cadre de la physique, sa signification devient « hyperorganique ». L'effort tel qu'il l'entend n'est plus assimilable au débandement d'un ressort51. De même que la force morte est interprétée comme force vive, l'effort n'est plus interprété comme une virtualité mais comme l'actualisation d'une virtualité :

  • 52 P. Maine de Biran (1990), Exposition, p. 161.

« La philosophie doit justifier [...] le parallélisme établi entre la première idée de cause et la vérité de notre existence. Or, comment y parviendra-t-elle ? Par un seul moyen sans doute, en montrant que le même fait, la même expérience immédiate, interne, qui manifeste l'existence du moi, manifeste en même temps l'existence d'une cause, d'une force productive de mouvement : or cette condition est précisément celle qui a lieu dans l'effort ou la tendance quand celle-ci passe du virtuel à l'actuel, ou quand un mouvement, un mode actif quelconque est effectué par le vouloir. »52

42On ne sait plus ici si Biran décrit sa propre démarche intellectuelle ou celle de Leibniz. Si nous nous rappelons qu'il introduit la force virtuelle comme le concept qui aurait permis à ce dernier de passer de la force à l'être, donc de la force à la substance, nous voyons qu'il n'est pas loin d'attribuer à Leibniz son propre cheminement et son propre vocabulaire.

  • 53 « Rien ne nous est plus familier que la force que nous éprouvons en nous-mêmes ; c’est pourquoi les (...)

43Notons que, dans sa critique du système de Leibniz, Condillac soulignait déjà le paradoxe inhérent à l'association de la notion de force à celle d'effort ainsi que l'inadéquation entre la notion de force telle quelle se manifeste dans l'activité consciente et telle qu'elle est employée par Leibniz53.

III. La perception virtuelle

44Pour Biran la théorie leibnizienne de la perception découle du concept de force, la perception étant définie comme l'action propre aux monades. Le concept de « force virtuelle » faussement attribué à Leibniz ne suffit cependant pas à associer la virtualité à la théorie leibnizienne de la monade miroir de l'univers, comme le fait Biran dans le texte déjà cité :

  • 54 P. Maine de Biran (1990), Exposition, p. 146.

« On peut dire que Dieu, qui connaît les rapports nécessaires d'un seul être avec toute la création, voit à la fois l'univers entier dans le dernier atome de la nature. De ce que tel être a des rapports nécessaires avec tout l'univers, on peut bien conclure que cet être représente (virtuellement) l'univers »54.

  • 55 P. Maine de Biran (1990), Exposition, p. 171 et 174.
  • 56 « Mais sur quoi fonder l'hypothèse d'une sorte de représentation réciproque entre l'objet et le suj (...)
  • 57 Ce que souligne également Condillac dans son Traité des systèmes.

45Un manuscrit de la même période intitulé « Des rapports des êtres » nous apprend que Biran approuve cette thèse : « C'est une idée aussi belle que vraie et profonde que dans l'ensemble de la création chaque être individuel doit avoir des rapports avec tous les autres à l'infini », puis : « J'aime bien cette idée de Leibniz que l'âme a le sentiment confus de chacun de ses rapports avec les différents êtres de l'univers »55. Pourtant, dans l'Exposition, la réciprocité induite par la théorie leibnizienne de l'expression ouvre sur « le côté obscur de la monadologie »56. L'affirmation d'un rapport d'expression entre chaque monade et l'ensemble de l'univers est, chez Leibniz, une thèse métaphysique. La formule « on peut bien conclure », sous la plume de Biran, indique que la virtualité a ici pour fonction d'atténuer une conclusion métaphysique incontournable mais particulièrement contre-intuitive et choquante57 ; la parenthèse vise donc d'abord à adoucir le paradoxe, dans un souci pédagogique. Biran souligne d'ailleurs que ce rapport entre toutes les substances, et en particulier entre l'âme et le corps, est un rapport « idéal », échappant à toute forme de conscience :

  • 58 P. Maine de Biran (1990), Exposition, p. 147.

« Dans le système de l'harmonie préétablie, si l'on peut entendre aussi, dans un certain sens, comment l'influence de l'ame sur le corps est purement idéale en Dieu, qui, voyant tout par des idées distinctes, peut lire, en quelque sorte, dans l'ame, toutes les affections ou dispositions du corps, qui répondent d'une manière quelconque à ses pensées et à ses vouloirs (ef vice versa), etc., comment, dans le point de vue de l'homme même, pouvoir concilier une influence purement idéale avec le sentiment ou la perception intérieure de l'effort qui manifeste au sujet pensant et voulant l'existence de son objet propre, ou du corps organique obéissant à son action. »58

46Il en résulte que :

« On trouve souvent, dans ces demandes ou ces hypothèses métaphysiques, une sorte de contradiction singulière qui se cache sous les formes d'un langage mal approprié à l'espèce de notion ou de faits intérieurs qu'il s'agirait d'éclaircir. »

47L'adverbe « virtuellement » comporte donc, outre sa fonction pédagogique, une signification critique.

48Du point de vue leibnzien, le concept-clé n'est pas ici la virtualité mais l'expression, définie comme une relation conservant les rapports dans leur exactitude et leur précision :

  • 59 G. W. Leibniz (1994), Système nouveau de la nature et de la communication des substances, éd. Chris (...)

« Et cette nature de l'âme étant représentative de l'univers d'une manière très exacte (quoique plus ou moins distincte), la suite des représentations que l'âme se produit, répondra naturellement à la suite des changements de l'univers même. »59

49Une monade n'exprime donc pas virtuellement mais actuellement l'univers, même si c'est par le biais de représentations confuses et de petites perceptions, voire de représentations infiniment petites. En vertu des positions de Leibniz à l'égard de l'infini actuel, une perception peut en effet être infiniment petite tout en demeurant bel et bien actuelle. Mais nous avons déjà vu que les conditions de l'actualisation ne coïncident pas chez Leibniz et chez Maine de Biran.

  • 60 « ...nous soutenons que tout ce qui doit arriver à quelque personne est déjà compris virtuellement (...)
  • 61 « Or il est constant que toute prédication véritable a quelque fondement dans la nature des choses, (...)

50Pour établir un lien entre virtualité et expression, comme le fait Biran, il faut en venir aux modalités concrètes de la relation entre-expressive, c'est-à-dire aux traces présentes dans chaque monade, traces qui ne sont accessibles qu'à Dieu et ne sont lisibles que par lui. C'est d'ailleurs seulement du point de vue divin sur les monades que Biran présente la thèse leibnizienne. De fait, dans le Discours de métaphysique, Leibniz qualifie de virtuel le mode d'existence des déterminations, relatives au passé aussi bien qu'au futur, inscrites dans chaque substance60. Mais il s'agit ici d'une virtualité de nature logique, découlant directement de l'inclusion des prédicats dans la notion d'une substance, et non d'une virtualité dynamique61. Leibniz préfère les concepts mathématiques d'involution et d'enveloppement à celui de virtualité :

  • 62 « Eclaircissement des difficultés que M. Bayle a trouvées dans le système nouveau de l'union de l'â (...)

« Il faut considérer aussi que l'âme toute simple qu'elle est a toujours un sentiment composé de plusieurs perceptions à la fois... j'ajoute que les perceptions qui se trouvent ensemble dans une même ame en même temps enveloppant une multitude véritablement infinie de petits sentiments indistinguables, que la suite doit développer, il ne faut point s'étonner de la variété infinie de ce qui doit en résulter avec le temps. Tout cela n'est qu'une conséquence de la nature représentative de l'âme qui doit exprimer ce qui se passe et même ce qui se passera dans son corps, et en quelque façon dans tous les autres, par la connexion ou correspondance de toutes les parties du monde. »62

51Au-delà des motifs pédagogiques et critiques, nous entrevoyons donc plusieurs autres raisons ayant pu pousser Biran à associer la virtualité à la théorie leibnizienne de la perception.

52En premier lieu, le concept d'enveloppement est également celui qu'il utilise pour caractériser la relation entre l'affectibilité et les facultés propres de la pensée :

  • 63 P. Maine de Biran (1995), Mémoire de Berlin, p. 81.

« Pour essayer de circonscrire les limites et la nature du premier élément de la sensation, j'ai choisi mes exemples dans certains états généraux, tels que l'affectibilité seule ou prédominante enveloppe réellement toutes les facultés propres de la pensée, sans leur permettre de se dégager »63.

53Or, dans le lexique biranien, une association s'est établie très tôt entre le concept d'enveloppement et celui de virtualité, comprise initialement dans un sens rousseauiste :

  • 64 P. Maine de Biran (1998), « Sur le bonheur », Oeuvres de Maine de Biran t. I, éd. François Azouvi, (...)

« Leurs facultés virtuelles peuvent rester enveloppées, sans être connues de ceux qui les possèdent, jusqu'à ce que des circonstances fortuites leur donnent lieu de s'exercer »64.

54En second lieu, il existe une proximité entre la logique des traces inscrites dans une monade et la problématique de l'innéité des idées que Leibniz associe lui-même à la virtualité dans ses Nouveaux Essais.

  • 65 « la perceptibilité auditive se rapporte bien plus à l'organe actif, qui répète intérieurement et i (...)
  • 66 Selon Pierre Tisserand : « La perception qui paraît être un état, est en réalité un savoir potentie (...)

55En troisième lieu les perceptions des monades ne sont rien d'autre que leurs actions. Or, depuis le Mémoire sur la décomposition de la pensée, dans lequel il s'attache à mettre en évidence le rôle souterrain des actions sous-jacentes à la perception (il faut chanter pour distinguer les sons65), Maine de Biran a établi une liaison entre perception et action qui a pu le conduire à introduire la notion de virtualité au sens dynamique dans sa propre théorie de la perception66.

  • 67 P. Maine de Biran (1990), Exposition, p. 174.

56Enfin, c'est seulement par des perceptions confuses qu'une monade exprime l'univers : « l'âme a le sentiment confus de chacun de ses rapports avec les différents êtres de l'univers »67. Compte tenu des conditions de l'actualisation qui, selon Biran, ne sont réalisées pleinement que dans l'aperception consciente, ces perceptions confuses s'associent naturellement à l'idée de virtualité du fait de leur caractère inné.

IV. Virtualité et innéité

57La troisième liaison établie par Biran concerne précisément l'innéité. Avec cette question nous passons, dans l'Exposition, du côté des « applications » du principe leibnizien, dont la première est l'échelle continue des perceptions, des plus obscures aux plus distinctes, dans les monades. Or selon Biran, les perceptions obscures sont antérieures aux perceptions distinctes, ce qui fait d'elles un premier type de perceptions innées :

  • 68 P. Maine de Biran (1990), Exposition, p. 157.

« il s'agit d'abord d'observer, et de se rendre compte des faits physiologiques et psychologiques: or, en consultant cet ordre mixte de faits, on ne saurait méconnaître le fondement des distinctions de Leibnitz dans les passages ci-dessus rapportés (entre les degrés de clarté et de distinction des perceptions) ni par suite la préexistence des perceptions obscures, vraiment innées ou inhérentes sinon à l'ame pensante, du moins à l'animal. »68

58Ce caractère inné des petites perceptions peut paraître surprenant ; il est lié à la question de la permanence du moi. À partir du Mémoire sur la décomposition de la pensée, l'articulation de la physiologie et de la psychologie, nécessaire à la constitution de cette « science mixte » que doit être la science de l'homme, concerne deux problématiques principales. La première, comme nous l'avons vu, est celle de l'émergence du moi à partir d'un fond d'activité instinctive. La seconde porte sur le statut du moi durant les périodes où dominent les « affections pures » ou encore « absolues » d'origine organique. Il s'agit en particulier des temps de sommeil, sujet constant d'interrogation pour Biran. Du point de vue du moi, aucune continuité ne peut être admise, il n'y a pas de degrés possibles de conscience. Les affections pures demeurent totalement à l'écart de la vie de la conscience. Elles échappent donc à toute investigation réflexive et ne sont susceptibles d'aucune actualisation. Mais, de même que la force virtuelle qui excède le champ de l'aperception consciente est cependant saisie par elle, de même, à défaut d'accéder directement aux affections absolues en tant que telles, le moi a accès à leurs signes, à leurs manifestations indirectes, à leurs « traces », à leurs symptomes. D'où l'enquête à mener sur les zones frontières dans lesquelles, au sein du moi conscient, se profile l'ombre portée d'états non réflexifs, comme la remémoration paradoxale des rêves ou des sensations du sommeil.

59Dans les textes postérieurs au Mémoire qui affrontent ce problème, le champ d'application de la virtualité s'élargit dans deux directions. En premier lieu, elle s'appliquera non plus seulement à l'âme considérée comme antérieure au moi mais au moi lui-même ; en second lieu elle permettra de caractériser l'activité de l'âme dans les périodes d'intermittences et de suspension de la conscience. Dans les Rapports du physique et du moral de l'homme, ce sont bien les puissances du moi et plus seulement celles de l'âme, qui subsistent à l'état virtuel :

  • 69 P. Maine de Biran (1984), Oeuvres de Maine de Biran, t. VI, p. 128-129.

« Pour reconnaître ces affections immédiates internes, il faudrait chercher en quelque sorte à en surprendre les signes dans les époques et les circonstances de la vie où elles sont dominantes et comme isolées, dans cet état de simplicité native... où la puissance de l'effort et du vouloir constitutive du moi, source de toutes les fonctions d'une vie active et super-animale, est simplement virtuelle, ou encore dans l'attente de l'acte, ou complètement suspendue »69.

60La Note sur l'écrit de M. Royer-Collard de 1813 va dans le même sens :

  • 70 P. Maine de Biran (1986), Oeuvres de Maine de Biran t.VIII, p. 268-269. Selon François Azouvi : « C (...)

« On trouve tout simplement dans le fait de conscience et sans avoir besoin d'aucun intermédiaire l'origine des notions, lorsqu'on part de ce principe de fait que le moi n'est autre que l'âme s'apercevant elle-même et dans le fond de son être, lorsqu'elle agit ou déploie son action sur le corps. Elle est réduite à l'état de puissance nue, ou de force simplement virtuelle, d'entéléchie, quand elle est empêchée d'une manière quelconque d'exercer son action sur le corps, comme il lui arrive dans le sommeil, etc. »70

61Selon les Rapports des sciences naturelles avec la psychologie, le moi est présent mais dans un état d'enveloppement :

  • 71 P. Maine de Biran (1986), Oeuvres de Maine de Biran, t. VIII, p. 267.

« Je ne suis pas éloigné d'admettre ce point de vue, où l'on pourrait, dire que le moi est comme enveloppé dans des sensations, dont il ne se distinguera que par la suite, par l'exercice d'une faculté spéciale d'aperception ou de réflexion. Mais c'est là une hypothèse et non point un fait »71.

62Dans le même temps, un rapprochement s'opère entre les affections se manifestant dans les périodes d'intermittence où le moi n'existe qu'à l'état virtuel et les petites perceptions leibniziennes. Ce rapprochement était déjà suggéré dans le Mémoire sur les perceptions obscures, discours prononcé en 1807 devant la Société médicale de Bergerac :

  • 72 « Discours à la société médicale de Bergerac », P. Maine de Biran (1985) Oeuvres de Maine de Biran, (...)

« Ce mémoire roulera sur une classe entière de modifications que divers métaphysiciens ont caractérisées, d'après Leibniz, sous le titre vague de perceptions obscures, et que quelques physiologistes ont peut-être mieux spécifiées sous le nom propre d'impressions affectives, en les distinguant ainsi du phénomène complet et de la perception proprement dite »72.

  • 73 « C'est elle [la physiologie] qui pourrait différencier et noter les caractères de ces affections o (...)

63Une référence aux petites perceptions leibniziennes figure également dans le Mémoire de Berlin73. En définitive, dans l'Essai sur les fondements de la psychologie, Biran projette son moi virtuel sur le système leibnizien :

  • 74 P. Maine de Biran (2001), Oeuvres de Maine de Biran, t.VII, p. 85.

« Il ne paraît pas dans la doctrine de Leibniz que ce moi puisse s'apercevoir, ou exister par lui-même, sans être associé avec des perceptions quelconques. Il n'est pour ainsi dire qu'une forme de celle-ci, forme inhérente à l'âme humaine, n'existant en elle que comme virtualité, et ne passant de ces états virtuels à l'effectif qu'autant que les impressions extérieures lui fournissent l'occasion et les moyens de se manifester. Mais alors même il ne se manifeste que dans le concret, et s'il y a des modifications aperçues par le moi, ou en lui, il n'y a point d'aperception interne et séparée de ce moi »74.

64En 1819, c'est donc bien aux perceptions obscures qu'est applicable le concept d'innéité pour traduire leur coexistence nécessaire, chez Leibniz comme chez Biran, avec un moi déjà présent à l'état virtuel ou enveloppé. Mais la question de l'innéité se pose aussi et surtout à propos des idées intellectuelles et, dans l'Exposition, c'est plus proprement à cette problématique que la notion de virtualité est associée.

  • 75 S'agissant des deux « systèmes principaux » qui paraissent partager depuis bien longtemps le vaste (...)
  • 76 P. Maine de Biran (2000), Mémoire sur la décomposition, p. 66.

65L'intérêt de Maine de Biran pour la thèse leibnizienne de l'innéité-virtualité est ancien et transparaît déjà dans les lignes que le Mémoire sur la décomposition de la pensée consacre à Descartes, Leibniz et Kant. La convergence avec ses propres préoccupations philosophiques se manifeste moins dans la thèse elle-même que dans l'utilisation qu'il en fait pour opérer une lecture rétrospective de toute l'histoire de la philosophie de la connaissance, faisant abstraction des aspects chronologiques au bénéfice d'une classification, pour le moins surprenante, des grands systèmes75. Comme dans l'Exposition de 1819, la conception de Leibniz est présentée comme le pendant de celle de Descartes, lequel conçoit les idées innées comme des idées actuelles. A l'inverse Leibniz « ne les admet que comme virtualités ou formes pures, attendant une matière qui doit leur être fournie par les sens externes pour constituer immédiatement les idées proprement dites. »76 Or l'alternative Descartes-Leibniz enveloppe toutes les possibilités envisagées jusque là par les philosophies de la connaissance, y compris celles de Locke et de Kant.

  • 77 P. Maine de Biran (2000), Mémoire sur la décomposition, p. 65.

66S'agissant de Locke, Biran soutient en effet que les « idées de réflexion », qui constituent l'une des deux catégories d'idées simples dans l'Essai sur l'entendement humain, signifient que toutes les idées sont des produits de la réflexion. Par ailleurs Locke admet l'existence de facultés intellectuelles qui ont également partie liée avec la virtualité : « Or ces facultés ainsi considérées dans l'âme, n'y sont-elles pas comme des virtualités, des formes, ou même comme des idées innées ? »77. La même analyse est reprise, sans modification notable, dans l'Exposition :

  • 78 P. Maine de Biran (1990), Exposition, p. 158.

« et Locke lui-même touchait à ce point de vue sans le savoir, lorsqu'il admettait dans l'ame des pouvoirs actifs, des idées originaires de la réflexion, ou qui ne peuvent venir que du propre fonds de l'entendement »78

67S'agissant de Kant, le Mémoire le situait entre les deux branches de l'alternative, ce qui induisait une lecture en quelque sorte kantienne des concepts leibniziens, les virtualités étant assimilées à des « formes pures » et les impressions sensibles à une « matière », ce qui n'est conforme ni à la conception leibnizienne de la connaissance (dans laquelle l'élément sensible joue le rôle de sollicitation, d'occasion, et non de matière) ni à la conception leibnizienne d'une virtualité toujours accompagnée d'un début d'actualisation. Au contraire, dans l'Exposition, la philosophie critique apparaît comme un approfondissement de Leibniz dans le sens de l'idéalisme, à partir d'un point de départ commun, les idées innées :

  • 79 P. Maine de Biran (1990), Exposition, p. 159.

« C'est de là aussi que part, comme on l'a vu plus haut, l'illustre chef de la doctrine Critique. En considérant l'innéité sous le même point de vue que Leibnitz, Kant analyse et décrit, avec une exactitude supérieure et toute nouvelle, les diverses parties de cet instrument de notre cognition. »79

68En définitive, le kantisme réduit la causalité à une forme, sans prise sur la réalité des choses ou l'existence vraie d'une cause quelconque, alors qu'il fallait partir du moi et saisir par son intermédiaire une notion garantie par le fait de conscience. Or la compréhension du vrai principe de causalité est nécessaire à la bonne compréhension du principe de raison suffisante, principe qui conduit à Dieu, en tant que raison suprême.

69La conception de l'innéité-virtualité est néanmoins bien celle que défend Leibniz lui-même, en particulier dans les Nouveaux Essais sur l'entendement humain, que Biran cite abondamment :

  • 80 G. W. Leibniz (1990) Nouveaux Essais, p. 40.

« C'est ainsi que les idées et les vérités nous sont innées comme des inclinations, des dispositions, des habitudes ou des virtualités naturelles, et non pas comme des actions, quoique ces virtualités soient toujours accompagnées de quelques actions souvent insensibles qui y répondent »80.

70Mais, comme nous l'avons vu, Biran fait dériver l'innéité-virtualité du concept de force :

  • 81 P. Maine de Biran (1990), Exposition, p. 158.

« Cette grande question des idées innées, si obscure ou si indéterminée dans le point de vue de Descartes, allait recevoir, ce semble, tout le degré de clarté dont elle est susceptible, de l'application du principe de la force considérée comme virtuelle ou tendant à l'action avant d'être actuelle, ou déterminément en exercice. C'est ce moyen entre la nue faculté et l'acte qu'il fallait saisir pour entendre l'innéité de certaines idées ou modes actifs de l'âme »81

71Or il y a pourtant une opposition entre la force active et les idées innées en ce que ces dernières supposent une occasion d'actualisation (d'où le rôle des caractères sensibles, des figures dans la géométrie, etc.), à l'inverse de la force, active par elle-même. Leibniz lui-même souligne d'ailleurs l'opposition en précisant que les virtualités ne sont pas des actions et il illustre sa conception de l'innéité par une métaphore statique en comparant les idées innées à des veinures dans un bloc de marbre :

  • 82 G. W. Leibniz (1990) Nouveaux Essais, p. 40.

« Car si l’âme ressemblait à ces tablettes vides, les vérités seraient en nous comme la figure d’Hercule est dans un marbre, quand ce marbre est tout à fait indifférent à recevoir ou cette figure ou quelque autre. Mais s’il y avait des veines dans la pierre qui marquassent la figure d’Hercule préférablement à d’autres figures, cette pierre y serait plus déterminée, et Hercule y serait comme inné en quelque façon, quoiqu’il faudrait du travail pour découvrir ces veines, et pour les nettoyer par la polissure, en retranchant ce qui les empêche de paraître »82.

  • 83 « À la cinquième objection, on doit répondre que la science ne préexistait pas en acte complet chez (...)

72Il est donc clair que la thèse de l'innéité-virtualité ne dérive pas de la dynamique. Elle dérive bien plutôt d'un des sens de la virtualité dans la scolastique. Thomas d'Aquin associe en effet la modalité de virtualité à la thématique augustinienne des « semences de vérité » ou « raisons séminales » disposées en l'homme par Dieu, pour tempérer les conséquences de l'innéisme et échapper à la théorie de la réminiscence : dans celui qui apprend, la science n'existe pas en acte mais seulement virtuellement, de telle sorte que l'actualisation peut être le fait d'un agent extérieur83. Ainsi peut-on dire qu'une science est virtuellement contenue dans ses principes :

  • 84 Thomas d’Aquin (1972), Quaestiones disputatae De veritate, q. 18 a. 4, éd. léonine, t. XXII, vol. I (...)

« Tout comme plusieurs effets sont virtuellement (virtute) dans la cause, les conclusions sont virtuellement dans le principe et les membres dans la semence »84.

  • 85 « Dans ce sens on doit dire que toute l’arithmétique et toute la géométrie sont innées et sont en n (...)

73Ainsi, si pour Leibniz « toute l'arithmétique et toute la géométrie sont en nous d'une manière virtuelle »85, c'est seulement au sens où, en droit, les propositions mathématiques peuvent être démontrées à partir du principe d'identité. Curieusement, Maine de Biran admet d'ailleurs que l'innéité virtualité entre en contradiction avec le grand principe de la substance-force :

  • 86 P. Maine de Biran (1990), Exposition, p. 158.

« Pourtant, le principe que Leibniz objecte à juste titre à Locke, à savoir Nihil est in intellectu quod non fuerit in sensu, nisi intellectus ipse, se retourne contre le principe leibnizien de la force, puisque la monade pensante ne fait que développer ou dérouler pour ainsi dire ce qui était à elle sans rien recevoir du dehors. »86

74Nous retrouvons dans cette remarque un écho de l'usage critique de la virtualité appliquée à la métaphysique leibnizienne dans le Mémoire sur la décomposition de la pensée.

Conclusion

  • 87 Auquel Biran fait allusion en évoquant « ces sublimes inventions mathématiques que Leibniz a scellé (...)
  • 88 À l'exception d'un rôle marginal dans une lettre à Jean Bernoulli, 28 janvier/7 février 1696, G. W. (...)
  • 89 À savoir notamment Diderot (entrée « Leibnizianisme» de l'Encyclopédie), Joseph-Marie Degérando (Hi (...)

75Nous sommes à présent en mesure d'établir quelques conjectures sur les raisons ayant poussé Maine de Biran à mettre l'accent sur la virtualité dans sa présentation du système de Leibniz alors que, dans les textes de Leibniz lui-même, sa place et ses domaines d'application sont restreints. La virtualité n'intervient pas dans les textes consacrés au calcul différentiel87 et presque pas dans ceux consacrés à la dynamique88. Par ailleurs les liaisons établies par Biran n'étaient pas faites par les auteurs ayant exposé le système leibnizien et auprès de qui il puise sa documentation89.

76Dans les trois cas où il la mentionne, la virtualité présente une double connotation. La connotation négative traduit la distance critique que Biran entend maintenir à l'égard d'un système abstrait et d'une conception purement métaphysique de la force. La force active leibnizienne n'est pas complètement actualisée, car elle est coupée de l'expérience de l'aperception consciente ; la connotation positive traduit le rôle que Biran est conduit à faire jouer à la virtualité dans l'élaboration de sa propre philosophie et plus particulièrement dans le cheminement métaphysique conduisant du phénomène ou noumène. La virtualité acquiert un rôle positif lorsque Maine de Biran s'interroge sur ce qui doit exister en amont de l'aperception consciente et des actes de volonté qui révèlent le moi à lui-même : « Il faut bien supposer quelque chose ». Cette interrogation est formulée dès les remaniements qu'il effectue sur la première version de son Mémoire sur la décomposition de la pensée. Au cours de cette étape, la force virtuelle devient un substitut de l'âme-substance. A la faveur d'une analogie entre la force active qui tend d'elle-même à l'action, et la virtualité leibnizienne toujours liée à un commencement d'actualisation, Maine de Biran projette la « force virtuelle » sur la dynamique leibnizienne. Par la suite, la virtualité permettra d'aborder un autre aspect de la question métaphysique, le statut ontologique du moi dans ses périodes d'intermittences.

  • 90 Dans une lettre à Ampère d'Août 1819, il écrit : « J'avais cru trouver dans cette composition [L'Ex (...)

77Il est donc vraisemblable que les associations établies entre la virtualité et trois des concepts centraux de la philosophie leibnizienne s'expliquent par le rôle que Maine de Biran est conduit à accorder à la virtualité dans son propre cheminement métaphysique90. Son regard sur l'histoire de la philosophie consiste en effet à reconstituer la genèse des systèmes dans les coordonnées du sien. En l'occurrence, il conduit Biran à affirmer que Leibniz avait puisé son concept de force dans l'expérience de l'aperception au sens où il l'entend lui-même, dans la mesure où c'est, selon lui, la seule origine possible d'un tel concept. Ainsi si, comme l'affirme la dernière phrase de l'Exposition, c'est à la doctrine de Leibniz que « viendront se rattacher les progrès ultérieurs de la vraie philosophie de l'esprit humain », il faut bien comprendre qu'il s'agit d'un leibnizianisme corrigé et rapporté à sa vraie source, à savoir le moi, « force donnée immédiatement dans le fait de conscience ».

Top of page

Bibliography

Azouvi, François (1995), Maine de Biran. La science de l'homme, Paris, Vrin.

Bernoulli, Jean (1727), Discours sur les lois de la communication du mouvement qui a mérité les éloges de l'Académie Royale des Sciences aux années 1724 et 1726, Paris, Claude Jombert.

Bonnet, Charles (1760), Essai analytique sur les facultés de l'âme, Copenhague.

Brunschwicg, Léon (1949), L'expérience humaine et la causalité physique, Paris, PUF.

Châtelet, Emilie du (1740), Institutions de physique, Paris, Prault, 1740.

Condillac (1947), Oeuvres philosophiques, éd. G. Le Roy, Paris, PUF.

Devarieux, Anne (2004), Maine de Biran, L'individualité persévérante, Paris, Million.

Diderot, Denis (1994), Oeuvres, édition établie par Laurent Versini, Paris, Robert Laffont, t.1.

Gouhier, Henri (1948), Les conversions de Maine de Biran, Paris, Vrin.

Leibniz, Gottfried Wilhelm (1859), Mathematische Schriften, éd. Karl Immanuel Gerhardt, vol. III, Halle.

— (1978), Opuscules philosophiques, trad. Paul Schrecker, Paris, Vrin.

— (1990), Nouveaux Essais sur l'entendement humain, Préface, éd. Jacques Brunschwig, Paris, Flammarion.

(1999), Sämtliche Schriften und Briefe Akademie Ausgabe (en abrégé A), VI, t.IV B.

Locke, John (2009), Essai sur l'entendement humain, trad. Pierre Coste, éd. Philippe Hamou, Paris, Librairie Générale Française.

Maine de Biran, Pierre (1987), Oeuvres de Maine de Biran, t.II, Influence de l'habitude sur la faculté de penser, éd. G. Romeyer Dherbey, Paris, Vrin.

— (1990), Oeuvres de Maine de Biran, tome XI-1, Commentaires et marginalia, dix-septième siècle, éd. Christiane Fremont, Paris, Vrin.

— (1995), Oeuvres de Maine de Biran, t. IV, De l'aperception immédiate, éd. J. Echeverria, Paris, Vrin, p. 50.

— (2000), Oeuvres de Maine de Biran, t. III, Mémoire sur la décomposition de la pensée. Mémoire sur les rapports de l’idéologie et des mathématiques, éd. François Azouvi, Paris, Vrin.

— (2001), Oeuvres de Maine de Biran, t.VII, Essai sur les fondements de la psychologie, éd. François Azouvi, Paris, Vrin.

Montebello, Pierre (1994), La décomposition de la pensée, Paris, Millon

Naert, Émilienne (1983), « Maine de Biran lecteur de Leibniz », Revue de Métaphysique et de morale 4, 1983.

Rousseau, Jean-Jacques (1964), Oeuvres complètes t.III, éds. Bernard Gagnebin, Marcel Raymond, Paris, Gallimard.

Vancourt Raymond (1941), La théorie de la connaissance chez Maine de Biran, Lille, Facultés catholiques.

Top of page

Notes

1 Le texte de Maine de Biran constitue la seconde partie de l'entrée « Leibniz », dont la première partie a été rédigée par Philippe Albert Stapfer et le mathématicien Jean-Baptiste Biot.

2 Voir Emilienne Naert (1983), « Maine de Biran lecteur de Leibniz », Revue de Métaphysique et de morale, n°4, p. 499.

3 Pierre Maine de Biran (1990), Oeuvres de Maine de Biran, tome XI-1, Commentaires et marginalia, dix-septième siècle, éd. Christiane Fremont, Paris, Vrin, p. 146.

4 Condillac (1947) Traité des systèmes, chapitre VIII, article VII, Oeuvres philosophiques, éd. G. Le Roy, Paris, PUF, p. 157. Condillac soulignait déjà le lien entre la dynamique et la théorie leibnizienne de la perception : « Chaque perception est donc représentative ; et, puisqu’elle est l’effet de la force de la monade, on ne la peut mieux définir qu’en disant qu'elle est un acte par lequel une substance se représente quelque chose. ». Condillac (1947) Traité des systèmes, chapitre VIII, article VII, Oeuvres philosophiques, éd. G. Le Roy, Paris, PUF, 1947, p. 157.

5 P. Maine de Biran (1990), Exposition du système de Leibniz, p. 144.

6 P. Maine de Biran (1990), Exposition du système de Leibniz, p. 150.

7 Le texte latin est le suivant : « notionem virium seu virtutis (quam Germani vocant Krafft, Galli la force) », G. W. Leibniz (1966), Opuscula philosophica selecta, éd. Paul Schrecker, Paris, Vrin, p. 83.

8 P. Maine de Biran (1819), Exposition du système de Leibniz, p. 150.

9 P. Maine de Biran (1819), Exposition du système de Leibniz, p. 144.

10 P. Maine de Biran (1819), Exposition du système de Leibniz, p. 158.

11 P. Maine de Biran (1819), Exposition du système de Leibniz, p. 159.

12 Les deux versions, entre lesquelles interviennent de nombreuses modifications opérées par Maine de Biran en vue d'une publication qui ne vit jamais le jour, sont publiées dans P. Maine de Biran (2000), Oeuvres de Maine de Biran, t. III, éd. François Azouvi, Paris, Vrin.

13 P. Maine de Biran (2000), Oeuvres de Maine de Biran, t.III, p. 27.

14 P. Maine de Biran, Mémoire sur la décomposition, p. 402.

15 P. Maine de Biran, Mémoire sur la décomposition, p. 125. Une note précise qu'il s'agit du point de vue de Leibniz.

16 P. Maine de Biran (2001), Essai sur les fondements de la psychologie, Oeuvres de Maine de Biran, éd. François Azouvi, t.VII, Paris, Vrin, p. 83.

17 P. Maine de Biran, Mémoire sur la décomposition, p. 104.

18 Maine de Biran (2001), Essai sur les fondements, éd. cit., p. 82. Le Mémoire de Berlin, intitulé également De l'aperception immédiate, évoque une « dynamique transcendante, dans une région de possible, étrangère à l'ordre naturel et réel des faits du sens intime », P. Maine de Biran (1995), Oeuvres de Maine de Biran, t. IV, éd. J. Echeverria, Paris, Vrin, p. 50.

19 P. Maine de Biran (2000), Mémoire sur la décomposition, p. 105.

20 P. Maine de Biran (2000), Mémoire sur la décomposition, p. 128.

21 « On connaît aussi le système de Bonnet qui est à peu près le même », Mémoire sur la décomposition, éd. cit., p. 128. Biran fait peut-être référence au texte suivant : « La volonté est certainement active ; elle est une force, je crois l'avoir prouvé. Il faut à cette force un sujet sur lequel elle puisse se déployer, autrement elle demeurerait sans effet. Dans notre manière de concevoir, ce sujet peut-il être autre chose que les fibres des sens ? », Charles Bonnet (1760), Essai analytique sur les facultés de l'âme, Copenhague, p. 297.

22 P. Maine de Biran (1995), Mémoire de Berlin, p. 91.

23 P. Maine de Biran, Mémoire sur la décomposition, p. 366.

24 « Force et substance », manuscrit publié par C. Fremont à la suite de l'Exposition du système de Leibniz, P. Maine de Biran (1990), Oeuvres de Maine de Biran, t. X-1, Paris, Vrin, 19, p. 242.

25 P. Maine de Biran, Mémoire sur la décomposition, p. 384. Ceci corrobore le jugement de Leibniz lui-même pour qui Locke « prétend qu'il n'y a rien de virtuel en nous, et même rien dont nous ne nous apercevions actuellement », F. W. Leibniz (1990), Nouveaux Essais sur l'entendement humain, Préface, éd. Jacques Brunschwig, Paris, Flammarion, 1990, p. 40.

26 John Locke nomme rétention la « faculté par laquelle l'esprit conserve les idées simples qu'il a reçues par la sensation ou par la réflexion. Ce qui se fait en deux manières. La première, en conservant l'idée qui a été introduite dans l'esprit, actuellement présente pendant quelques temps, ce que j'appelle la contemplation. », John Locke (2009), Essai sur l'entendement humain, trad. Pierre Coste, éd. Philippe Hamou, Paris, Librairie Générale Française, p.  276-277.

27 P. Maine de Biran (1819), Exposition du système de Leibniz, p. 139-140.

28 P. Maine de Biran (1819), Exposition du système de Leibniz, p. 137.

29 L'expression « faculté virtuelle » est employée par Rousseau (1964) pour désigner la perfectibilité : « Toutes ces observations sur les variétés que mille causes peuvent produire et ont produit en effet dans l'espèce humaine me font douter si divers animaux semblables aux hommes, pris par les voyageurs pour des bêtes sans beaucoup d'examen, ou à cause de quelques différences qu'ils remarquaient dans la conformation extérieure, ou seulement parce que ces animaux ne parlaient pas, ne seraient point en effet de véritables hommes sauvages, dont la race dispersée anciennement dans les bois n'avait eu occasion de développer aucune de ses facultés virtuelles, n'avait acquis aucun degré de perfection et se trouvait encore dans l'état primitif de nature. », Jean-Jacques Rousseau (1964), Oeuvres complètes t.III, éds. Bernard Gagnebin, Marcel Raymond, Paris, Gallimard, La Pléiade, p. 208.

30 P. Maine de Biran (1987), Influence de l'habitude sur la faculté de penser, Oeuvres de Maine de Biran, t.II, éd. G. Romeyer Dherbey, Paris, Vrin, p. 23.

31 P. Maine de Biran (1987), Influence de l'habitude, Brouillon du premier mémoire sur l'habitude, p. 13.

32 P. Maine de Biran (2000), Mémoire sur la décomposition, p. 428.

33 P. Maine de Biran (2000), Mémoire sur la décomposition, p. 425. Voir également : « Admettons l'âme, comme force virtuelle, préexistante au mouvement fait, senti et voulu. Cette force est supposée agir sur l'organisation et ne se connaît pas et ne se sent pas encore. », P. Maine de Biran (2000), Mémoire sur la décomposition, p. 427.

34 P. Maine de Biran (2000), Mémoire sur la décomposition, p. 418.

35 Pierre Montebello (1994), La décomposition de la pensée, Paris, Millon, p. 186.

36 Henri Gouhier (1948), Les conversions de Maine de Biran, Paris, Vrin, p. 232.

37 « Ne voulant pas limiter la portée de l'aperception immédiate au moi actuel et empirique, ne croyant pas non plus que l'aperception atteint la substance passive, quelle solution restait possible à Maine de Biran ? Il semble que – au moins sur ce terrain ontologique- il ne lui en restait plus qu'une seule : affirmer que nous avons le sentiment immédiat, la connaissance intérieure de la force du vouloir comme débordant l'acte transitoire qu'elle produit, comme virtuelle. », R. Vancourt (1941), La théorie de la connaissance chez Maine de Biran, Lille, Facultés catholiques, p. 131.

38 P. Maine de Biran (2000), Oeuvres de Maine de Biran, t. X:2, Paris, Vrin, p. 213.

39 « En concevant la cause extérieure d'une modification interne quelconque, nous lui attribuons la permanence et la réalité du moi. Nous lui attribuons hors du mouvement effectif actuel cette virtualité ou faculté constante d'agir qui reste toujours la même avant et après le mouvement et qui est indépendante de la virtualité que nous apercevons en nous-mêmes comme la base de notre existence », P. Maine de Biran (1986), Rapports des sciences naturelles avec la psychologie, Oeuvres de Maine de Biran, t.VIII, Paris, Vrin, p. 186-187.

40 « (les textes) font apercevoir chez Biran une sorte d'oscillation perpétuelle, non pas avec des alternances suivant les ouvrages et les époques, mais aux mêmes dates et dans les mêmes écrits, entre deux interprétations de la conscience, qui en font tantôt une fonction de donnée immédiate, tantôt une fonction d'analyse réflexive. Dans le premier cas, la « force absolue » et la « force relative » seraient toutes deux données en même temps à la même conscience, et identifiées par là même qu'elles n'avaient pas à être distinguées ; dans un autre cas, la raison remonte de la force actuelle à la force virtuelle en vertu du raisonnement qui lie le conditionné au conditionnant ; la force virtuelle est impliquée dans la force actuelle parce que l'exercice de celle-ci suppose l'existence de celle-là comme la conséquence suppose le principe. », Léon Brunschwicg (1949), L'expérience humaine et la causalité physique, Paris, PUF, p. 39.

41 Citant la Note sur un écrit de Royer-Collard, Henri Gouhier écrit : « Substance et force ne sont plus ici deux notions opposées comme dans l'Essai sur les fondements de la psychologie : subtantiel peut devenir un qualificatif de force et actif, un qualificatif de substance. », Henri Gouhier (1948), Les conversions de Maine de Biran, Paris, Vrin, p. 218. Sur ce texte, voir François Azouvi (1995), Maine de Biran. La science de l'homme, Paris, Vrin, p. 329 : « Le moi n'est pas toujours présent ; la force virtuelle sera donc substance ».

42 « L'idée d'un fond mystérieux de l'âme doit être rejetée en raison même de son mystère. L'âme doit demeurer ce qu'elle est : le noumène d'un sujet. », François Azouvi (1995) Maine de Biran. La science de l'homme, p. 333.

43 Anne Devarieux souligne les difficultés de la notion dans le Mémoire sur la décomposition de la pensée : « La force virtuelle désigne en effet une notion ontologique indépendante de toute condition d'exercice », Anne Devarieux (2004), Maine de Biran, L'individualité persévérante, Paris, Millon, p. 74. La force virtuelle ne constitue donc qu'une étape dans la recherche métaphysique biranienne : « la dernière philosophie est la prise en charge de l'insuffisance du sentiment du moi pour garantir ma vraie continuité : la force virtuelle, et l'âme qui est là sans que je m'en aperçoive, sont des moments de cette réincorporation du moi dans un temps dont il n'est plus assuré. », Anne Devarieux (2004) p. 260.

44 P. Maine de Biran (1990), Exposition, p. 160-161.

45 « J'appelle vitesses virtuelles, celles que deux ou plusieurs forces mises en équilibre acquièrent, quand on leur imprime un petit mouvement ; ou si ces forces sont déjà en mouvement. », Jean Bernoulli (1727), Discours sur les lois de la communication du mouvement qui a mérité les éloges de l'Académie Royale des Sciences aux années 1724 et 1726, Paris, Claude Jombert, p. 19.

46 Emilie du Châtelet (1740), Institutions de physique, Paris, Prault, p. 399.

47 Article « Force vive » de l'Encyclopédie, t. VII, p. 112.

48 « Les forces pressantes, qui restent en repos avec les corps sur lesquels elles agissent, sont : Le poids des corps, lequel les porte vers le centre de la terre, c'est par cette force que tout corps pressent l'obstacle qui le soutient. L'effort qui fait un ressort tendu pour se détendre, et pour éloigner de lui les puissances qui le retiennent. La cohésion de la force magnétique par lesquelles deux corps se pressent mutuellement l'un l'autre, à peu près comme nos mains s'appliquent l'une contre l'autre lorsque nous les serrons. », Emilie du Châtelet (1740), Institutions physiques, p. 400.

49 P. Maine de Biran (1990), Mémoire sur la décomposition, p. 119.

50 « Serait-ce par hasard que vous reconnaîtriez une sensibilité active et une sensibilité inerte, comme il y a une force vive et une force morte ? », Denis Diderot (1994), Oeuvres, édition établie par Laurent Versini, Paris, Robert Laffont, t.1, p. 612.

51 « Au débandement spontané du ressort moteur ne correspond aucun sentiment particulier, il n'y a point d'action proprement dite, ainsi la sensation musculaire résultante est passive », P. Maine de Biran (1990), Mémoire sur la décomposition, p. 419.

52 P. Maine de Biran (1990), Exposition, p. 161.

53 « Rien ne nous est plus familier que la force que nous éprouvons en nous-mêmes ; c’est pourquoi les Leibnitiens ont cru se faire une idée du principe des changements de chaque substance en lui donnant le nom de force. Il ne faut donc pas s’étonner s’ils s’embarrassent de plus en plus, à proportion qu’ils veulent pénétrer davantage la nature de cette force. D’un côté, ils disent qu’elle est un effort, et de l’autre, qu’elle ne trouve point d’obstacles. Mais, par la notion que nous avons de ce qu’on nomme effort et obstacle, l’effort est inutile, dès qu’il n’y a point d’obstacle à vaincre. Par conséquent, s’il n’y a point de résistance dans les êtres simples, il n’y a point de force ; ou, s’il y a une force, il y a aussi une résistance », Condillac (1947), Traité des systèmes, Oeuvres philosophiques, éd. G. Le Roy, Paris, PUF, p. 161.

54 P. Maine de Biran (1990), Exposition, p. 146.

55 P. Maine de Biran (1990), Exposition, p. 171 et 174.

56 « Mais sur quoi fonder l'hypothèse d'une sorte de représentation réciproque entre l'objet et le sujet, entre le signe pensé ou conçu, et l'esprit qui pense ou conçoit, en donnant au signe sa capacité représentative? C'est là vraiment le côté obscur de la monadologie, et Leibniz n'a pas cherché à l'éclaircir. », P. Maine de Biran (1990), Exposition, p. 146.

57 Ce que souligne également Condillac dans son Traité des systèmes.

58 P. Maine de Biran (1990), Exposition, p. 147.

59 G. W. Leibniz (1994), Système nouveau de la nature et de la communication des substances, éd. Christiane Fremont, Paris, Flammarion, p. 74.

60 « ...nous soutenons que tout ce qui doit arriver à quelque personne est déjà compris virtuellement dans sa nature ou notion, comme les propriétés le sont dans la définition du cercle », G. W. Leibniz, Discours de Métaphysique, article 13, Sämtliche Schriften und Briefe Akademie Ausgabe (en abrégé A), VI, t.IV B, p. 1546.

61 « Or il est constant que toute prédication véritable a quelque fondement dans la nature des choses, et lorsqu'une proposition n'est pas identique, c'est-à-dire lorsque le prédicat n'est compris expressément dans le sujet, il faut qu'il y soit compris virtuellement, et c'est ce que les philosophes appellent in-esse, en disant que le prédicat est dans le sujet. Ainsi il faut que le terme du sujet enferme toujours celui du prédicat, en sorte que celui qui entendrait parfaitement la notion du sujet jugerait aussi que le prédicat lui appartient. », G. W. Leibniz, Discours de Métaphysique, article 8, A, VI, t.IV B, p. 1540.

62 « Eclaircissement des difficultés que M. Bayle a trouvées dans le système nouveau de l'union de l'âme et du corps », in G. W. Leibniz, Système nouveau, p. 143.

63 P. Maine de Biran (1995), Mémoire de Berlin, p. 81.

64 P. Maine de Biran (1998), « Sur le bonheur », Oeuvres de Maine de Biran t. I, éd. François Azouvi, Paris, Vrin, p. 193.

65 « la perceptibilité auditive se rapporte bien plus à l'organe actif, qui répète intérieurement et imite d’abord, comme par une sorte d'instinct moteur sympathique, les sons qui viennent frapper l'ouïe, qu'au sens passif qui reçoit les impressions immédiates. », P. Maine de Biran (2000), Mémoire sur la décomposition de la pensée, Paris, PUF, p. 172.

66 Selon Pierre Tisserand : « La perception qui paraît être un état, est en réalité un savoir potentiel, une concentration d'actes effectués, et qui persistent virtuellement en nous. », P. Maine de Biran (1924), Oeuvres de Maine de Biran, éd. P. Tisserand, Paris, Felix Alcan, p. XCVI.

67 P. Maine de Biran (1990), Exposition, p. 174.

68 P. Maine de Biran (1990), Exposition, p. 157.

69 P. Maine de Biran (1984), Oeuvres de Maine de Biran, t. VI, p. 128-129.

70 P. Maine de Biran (1986), Oeuvres de Maine de Biran t.VIII, p. 268-269. Selon François Azouvi : « Ce que Biran rejetait catégoriquement en 1805... il l'accepte en 1815 comme une suite logique de la doctrine des noumènes : l'âme peut « penser sans se connaitre », « sentir sans le savoir », et c'est évidemment ce qui se passe lorsque l'individu est « hors de lui-même et qu'il n'a plus le compos sui », François Azouvi (1995), Maine de Biran. La science de l'homme, p. 353.

71 P. Maine de Biran (1986), Oeuvres de Maine de Biran, t. VIII, p. 267.

72 « Discours à la société médicale de Bergerac », P. Maine de Biran (1985) Oeuvres de Maine de Biran, t.V, éd. François Azouvi, Paris, Vrin, p. 11. Biran souligne pourtant immédiatement le caractère très imparfait du concept leibnizien en ce qu'il correspond à des degrés de conscience, ou encore à une continuité entre inconscient et conscient.

73 « C'est elle [la physiologie] qui pourrait différencier et noter les caractères de ces affections ou, comme dit Leibniz, de ces perceptions obscures qui, ayant précédé dans le temps la conscience et l'aperception, subsistent encore souvent en leur absence », P. Maine de Biran (1995), Oeuvres de Maine de Biran, t. IV, p. 60.

74 P. Maine de Biran (2001), Oeuvres de Maine de Biran, t.VII, p. 85.

75 S'agissant des deux « systèmes principaux » qui paraissent partager depuis bien longtemps le vaste champ de la philosophie (le rationalisme et l'empirisme) : « … j'ai cru qu'en remontant aux principes ou au point d'où ils commencent à diverger, il n'était pas impossible de trouver quelque voie d'une conciliation désirable ; j'ai cru qu'en faisant usage d'une sorte d'éclectisme... qu'il n'était pas impossible de réunir, jusqu'à un certain point, les avantages propres à chacun de ces systèmes, en évitant les écueils qui me paraissent se présenter lorsqu'on veut suivre exclusivement jusqu'au bout l'un d'eux en particulier. », P. Maine de Biran (2000), Mémoire sur la décomposition, p. 228.

76 P. Maine de Biran (2000), Mémoire sur la décomposition, p. 66.

77 P. Maine de Biran (2000), Mémoire sur la décomposition, p. 65.

78 P. Maine de Biran (1990), Exposition, p. 158.

79 P. Maine de Biran (1990), Exposition, p. 159.

80 G. W. Leibniz (1990) Nouveaux Essais, p. 40.

81 P. Maine de Biran (1990), Exposition, p. 158.

82 G. W. Leibniz (1990) Nouveaux Essais, p. 40.

83 « À la cinquième objection, on doit répondre que la science ne préexistait pas en acte complet chez celui qui est enseigné, mais qu'elle s'y trouvait comme en des raisons séminales, en ce sens que les notions universelles dont la connaissance est imprimée en nous par la nature sont comme les germes de toutes les connaissances qui en découlent par voie de conséquence. Mais, bien que les raisons séminales ne soient pas amenées à l'acte par un agent créé comme si elles avaient été infusées par une puissance créée, néanmoins ce qui se trouve en elles originellement et virtuellement peut passer à l'acte sous l'action d'un agent créé. », Thomas d’Aquin (1983), Questions disputées sur la vérité. Question XI, Le Maître, trad. Bernadette Jollès, Paris, p. 46.

84 Thomas d’Aquin (1972), Quaestiones disputatae De veritate, q. 18 a. 4, éd. léonine, t. XXII, vol. II.2, Rome, p. 581, je traduis.

85 « Dans ce sens on doit dire que toute l’arithmétique et toute la géométrie sont innées et sont en nous d’une manière virtuelle... en sorte qu’on les y peut trouver en considérant attentivement et rangeant ce qu’on a déjà dans l’esprit, sans se servir d’aucune vérité apprise par l’expérience ou par la tradition d’autrui, comme Platon l’a montré dans un dialogue, où il introduit Socrate menant un enfant à des vérités abstruses par les seules interrogations sans lui rien apprendre. »  G. W. Leibniz (1990), Nouveaux Essais, p. 61.

86 P. Maine de Biran (1990), Exposition, p. 158.

87 Auquel Biran fait allusion en évoquant « ces sublimes inventions mathématiques que Leibniz a scellées du cachet de son génie », P. Maine de Biran (1990), Exposition, p. 151.

88 À l'exception d'un rôle marginal dans une lettre à Jean Bernoulli, 28 janvier/7 février 1696, G. W. Leibniz (1859), Mathematische Schriften, éd. Karl Immanuel Gerhardt, vol. III, Halle, p. 204, ainsi que dans une lettre à Burchard de Volder, 24 mars/3 avril 1699, G. W. Leibniz (1879), Die philosophischen Schriften von G. W. Leibniz, éd. Carl Immanuel Gerhardt, vol. II, Berlin, p. 172. Voir M. Parmentier (2015), « Leibniz et le virtuel », Revue d'histoire des sciences, tome 68-2, juillet-décembre, p. 447-473.

89 À savoir notamment Diderot (entrée « Leibnizianisme» de l'Encyclopédie), Joseph-Marie Degérando (Histoire comparée des systèmes de philosophie relativement aux principes des connaissances humaines), Johan Jakob Brucker (Historia critica philosophiae a mundi incunabulis ad nostram usque aetatem deducta), Condillac (Traité des systèmes).

90 Dans une lettre à Ampère d'Août 1819, il écrit : « J'avais cru trouver dans cette composition [L'Exposition] un assez bon cadre pour exposer les principes de la théorie psychologique qui nous est commune », P. Maine de Biran (1990), Oeuvres de Maine de Biran, t. XI-1, p. XI.

Top of page

References

Electronic reference

Marc Parmentier, « Maine de Biran, Leibniz et le virtuel », Methodos [Online], 16 | 2016, Online since 25 January 2016, connection on 26 June 2017. URL : http://methodos.revues.org/4529 ; DOI : 10.4000/methodos.4529

Top of page

About the author

Marc Parmentier

UMR 8163 « Savoirs, textes, langage », CNRS, Université de Lille

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • Revues.org