Navigation – Plan du site
Philosophie et littérature

Eros, Thanatos, Technè

À propos d’un « roman moderne » d’Alfred Jarry
Eros, Thanatos, Technè. About an Alfred Jarry’s « modern novel »
Philippe Sabot

Résumés

Cette étude vise à mettre en lumière l’ambivalence de la machine dans la fiction romanesque de Jarry. La machine y est à la fois exploitée comme instrument de la satisfaction du désir humain et envisagée dans ses potentialités destructrices. Cette ambivalence fournit la trame de la narration, principalement articulée autour de deux dispositifs mécaniques imaginaires qui servent ici à une expérimentation, sur le plan littéraire, des limites de l’humain.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

machine, désir, homme, limite
Haut de page

Texte intégral

  • 1 J. G. Ballard, Crash ! [1973], trad. fr. Robert Louit, Paris, Denoël, 2005, p.8.
  • 2 « 1. Nous voulons chanter l’amour du danger, l’habitude de l’énergie et de la témérité. […] 4. Nous (...)
  • 3 Alfred Jarry, Le Surmâle [1902], in Œuvres complètes, II, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de (...)
  • 4 Nous renvoyons ici aux analyses de Jacques Noiray dans Le romancier et la machine. L’image de la ma (...)

1Dans la préface de son roman Crash !, J. G. Ballard note que « le “fait” capital du XXe siècle est l’apparition de la notion de possibilité illimitée1 ». S’inscrivant manifestement dans le sillage du futurisme d’un Marinetti2, il associe alors particulièrement cette apparition au développement des machines automobiles, dont la vitesse et la démultiplication d’énergie qu’elle suppose constituent une transgression des limites naturelles de l’homme. L’accident, le crash mortel, qui est comme la scène primitive autour de laquelle s’organise le récit de Ballard, devient ainsi le moment incandescent où, loin que le possible se retourne en impossible, c’est plutôt l’impossible qui devient possible, sous la forme d’une fusion vertigineuse du désir et de la mort à la faveur de laquelle se trouve révélée leur essentielle co-appartenance. Or, cette notion de « possibilité illimitée », avec la charge transgressive qui paraît lui être associée dans la perspective de Ballard, trouve l’une de ses expressions originales dans un récit d’Alfred Jarry, Le Surmâle3, qui, à l’aube du XXe siècle justement (le roman paraît en 1902), investit sous la forme d’un « roman moderne » (c’est le sous-titre du livre de Jarry) le genre para-scientifique des fictions à appareils - auquel appartiennent aussi bien L’Ève future de Villiers de l’Isle-Adam (1886), la Time Machine de H.G. Wells (paru en 1895, et traduit en 1899) ou encore Les Voyages extraordinaires de Jules Verne4. L’œuvre de Jarry, comme celles de ses contemporains, est en effet littéralement hantée par un univers mécanique et technologique. Mais celui-ci sert avant tout à développer en marge des élaborations scientifiques contemporaines une réflexion critique, ironique et décalée, sur le rapport de l’homme à ses propres limites, telles qu’elles s’éprouvent et même s’expérimentent dans sa confrontation imaginaire à certains modèles machiniques, qui allient automatisation, vitesse et dépense d’énergie. La fiction du Surmâle, de ce point de vue, retient particulièrement l’attention dans la mesure où elle rassemble, dans la trame narrative d’un roman, les enjeux d’une telle réflexion consistant à savoir au fond ce que peuvent les machines pour - ou contre - l’homme, notamment sur les deux plans où celui-ci paraît confronté à ses limites « physiques » : le sexe et la mort. Nous voudrions montrer comment le roman de Jarry exploite justement l’ambivalence de certains appareillages fantastiques en les associant à la figure étonnante du « surmâle » qui incarne à la fois la dynamique expansive du désir, dans la forme d’une sexualité débridée, et sa puissance autodestructrice , où s’accomplit l’œuvre d’une véritable pulsion de mort.

  • 5 Alfred Jarry, Gestes et opinions du Docteur Faustroll, pataphysicien, in Œuvres complètes, I, Paris (...)
  • 6 « Commentaire pour servir à la construction pratique de la machine à explorer le temps », in Œuvres (...)
  • 7 Voir Christophe Domino, « Villiers de l’Isle-Adam et Jarry. L’Ève future et Le Surmâle (un exemple (...)
  • 8 Jacques Noiray (1982), Le romancier et sa machine, p. 298. Pour une appréciation du statut de la sc (...)
  • 9 Ce point est particulièrement mis en lumière par Michel Pierssens dans son étude « De la machine au (...)
  • 10 L’ensemble du chapitre V du Surmâle est consacré à cette épreuve.
  • 11 Le dispositif mis en scène par Jarry n’est pas si éloigné de la réalité qu’on pourrait le penser. D (...)
  • 12 Cette machine est présentée dans le dernier chapitre du roman de Jarry, intitulé : « La machine amo (...)

2L’œuvre de Jarry abonde en machines imaginaires de toutes sortes : machine à décerveler dans Ubu roi, « bateau mécanique » mû par « des ventouses au bout de leviers à ressorts5 » dans Gestes et opinions du docteur Faustroll pataphysicien, ou encore « machine à explorer le temps », inspirée directement de Wells, et dont la théorie, la description et le fonctionnement sont doctement exposés sous la signature du Dr Faustroll lui-même6. Pourtant, il est évident que Jarry ne se contente pas de recueillir et d’enregistrer dans ses récits farfelus un certain état du progrès scientifique et technologique de son temps, et notamment la fascination grandissante pour les machines « automobiles » (« aviateurs », trains, bicyclette, etc.). Son exploitation littéraire et fictionnelle du thème de l’automate artificiel le place plutôt sous l’influence et dans la lignée de l’œuvre de Villiers de l’Isle-Adam7. Chez l’un comme chez l’autre prolifèrent en effet des machines dont le fondement réel, scientifique ou technologique, est largement soumis au travail d’un imaginaire transfigurateur, au service d’une visée « métatechnique »8, pour ne pas dire métaphysique ou « pataphysique », qui anime directement la fiction littéraire et en oriente les agencements narratifs9. C’est notamment le cas dans Le Surmâle dont le récit assez décousu se polarise en réalité autour de deux dispositifs mécaniques originaux : d’abord, la « quintuplette », sorte d’attelage cycliste de cinq coureurs enchaînés les uns aux autres, qui est au centre de la « course des Dix Mille Milles »10 (1693 km 200), où il s’agit de battre dans un sprint ininterrompu de cinq jours une locomotive lancée sur un circuit au maximum de sa puissance et de sa vitesse11 ; et, surtout, « la machine la plus insolite des temps modernes », la « machine-à-inspirer-l’Amour » (S, p. 267)12 réalisée par le chimiste William Elson, et qui s’inspire non seulement du thème général des relations érotisées entre un homme et une femme-machine, tel qu’il était exploité dans L’Ève future mais aussi des ressources psycho-physiques de la « Machine à Gloire » présentée par le Dr Bathybius Bottom dans l’un des Contes cruels. Cette machine est en effet une véritable « machine à inspirer la Gloire », sorte de claque artificielle, capable d’assurer le succès de n’importe quelle pièce de théâtre, même la plus médiocre. L’idée de génie de Bottom consiste à intégrer au fonctionnement matériel de son appareillage complexe, comme son énergie motrice, l’esprit du spectateur lui-même. On verra que le finale du Surmâle exploite à sa manière cette synthèse improbable du physique et du psychique.

  • 13 Sur l’ambivalence de la machine, nous renvoyons à la mise au point de Marieke Dubbelboer dans son a (...)
  • 14 « DÉFINITION : la pataphysique est la science des solutions imaginaires, qui accorde symboliquement (...)
  • 15 Comme le note d’ailleurs Christophe Domino, « le lecteur du Surmâle ne manquera pas d’être pour le (...)

3De ce rapprochement, ici seulement esquissé, entre les créations imaginaires de Jarry et les productions fantastiques de Villiers, il est possible de retenir pour l’instant un trait d’époque, à savoir l’ambivalence de la machine : car celle-ci se donne à la fois et indissolublement comme une source de fascination (du fait des potentialités vertigineuses qu’elle incarne en tant que substitut artificiel d’une nature défaillante ou décevante) et comme une source de répulsion ou de crainte (du fait des transgressions qu’elle implique par rapport à l’ordre divin et de la déshumanisation qu’elle est susceptible de promouvoir, sur le plan économique notamment)13 . Par ailleurs, ces machines et mécanismes fantastiques imaginés par Villiers ou par Jarry (et bientôt par Roussel, dans Locus Solus notamment) servent pour l’essentiel le projet pataphysique d’une « science des solutions imaginaires »14 , selon lequel le réel importe moins que le virtuel, - la fiction littéraire étant précisément un laboratoire privilégié pour expérimenter de telles « solutions imaginaires ». De ce point de vue, le récit du Surmâle, davantage qu’il ne raconte une histoire15, déploie plutôt un espace mental où peuvent désormais se rencontrer, le plus improbablement du monde, non pas seulement une machine à coudre et un parapluie, mais aussi un désir et une locomotive, de l’alcool et de la mort, des muscles et des limites, du sexe et de la technologie. Le texte est ainsi lui-même un dispositif virtualisant, une machine à produire des machines imaginaires, génératrices de vie et de mort, où l’homme vient expérimenter ses possibles et jusqu’à la possibilité de sa propre disparition.

  • 16 Michel Pierssens (1978), « De la machine au texte », p. 26. Nous reviendrons sur cette machinerie f (...)
  • 17 Voir par exemple Paul Audi, Le théorème du Surmâle. Lacan selon Jarry, Lagrasse, Verdier, 2011.

4Une fois suggérée cette très « moderne » imbrication du texte et de la machine16, il est possible de s’intéresser de plus près au fonctionnement du Surmâle, à sa mécanique d’engendrement narratif comme à ses effets métatechniques (anthropologiques et métaphysiques). À cet égard, il a souvent été remarqué que la fiction de Jarry s’enclenche à partir d’un énoncé propositionnel, placé en tête du premier chapitre, et à partir duquel se déploie tout son réseau d’intrigues17. L’importance déterminante de cet énoncé est immédiatement suggérée par la précision amusante qu’il « eut les mêmes effets que ceux, mal analysés jusqu’à ce jour, d’une pierre dans une mare à grenouilles » (S, p. 189). Quelle est alors la teneur de cette proposition qui ouvre le récit du Surmâle ? Celle-ci : « L’amour est un acte sans importance puisqu’on peut le faire indéfiniment » (Ibidem). D’emblée le lecteur se trouve donc confronté à ce principe paradoxal qui, d’une part, renvoie l’amour à l’ordre d’un pur « acte » sexuel, désentimentalisé et projeté sur le seul plan de l’activité organique, et qui d’autre part, lie cette activité elle-même à un processus indéfini, définalisé donc dans la perspective de sa propre répétition, poursuivie mécaniquement sans autre but qu’elle-même. Une fois ramené à l’ordre d’un pur mécanisme physique (une activité sans valeur particulière), l’amour se trouve alors à la fois limité en fait par ses conditions matérielles de production et illimité en droit par le principe de réitérabilité qui caractérise tout dispositif mécanique. Or, cette réduction de l’homme qui agit à une pure fonction mécanique est ici traitée de manière paradoxale puisqu’au lieu d’y voir l’expression d’une déshumanisation, Jarry paraît y pointer plutôt la dimension d’une transgression de l’ordre humain fini par l’accès à l’ordre in(dé)fini de l’inhumain mécanique, ou encore à l’ordre d’un Eros surhumain. De sorte que la répétition fournit bien plutôt le principe d’une telle transgression, entendue comme le franchissement des limites de l’amour humain (trop humain) et sa transfiguration en une pure mécanique érotique.

5C’est donc autour de la notion de limite que s’organise l’intrigue imaginée par Jarry. Le personnage principal du roman, le très sadien André Marcueil qui énonce devant les invités qu’il a rassemblés dans son château de Lurance, la proposition scandaleuse par laquelle débute la fiction, paraît en effet fasciné par cette limite qui à la fois définit l’homme, et lui ouvre une marge de contestation voire de transgression de sa propre essence (par l’exercice de la répétition). La discussion qui s’engage sur ce thème vise alors à clarifier la nature et la valeur même d’une telle limite. Renvoie-t-elle à une donnée mesurable qui fixe concrètement les conditions d’une performance physique ? Ou bien engage-t-elle d’emblée l’homme (en l’occurrence le « Mâle ») dans un rapport à ce qui excède tout calcul, en versant dans le vertige de l’indéfiniment réitérable ?

« Les forces amoureuses humaines sont infinies sans doute, reprenait Mrs Gough ; mais, comme disait l’un de ces messieurs il y a un instant, il s’agit de s’entendre ; donc, il serait intéressant de savoir à quel point… de la série indéfinie des nombres le sexe masculin place l’infini » (S, p. 194).

  • 18 Le propos de Marcueil surprend d’autant plus l’auditoire que Jarry se plaît à le décrire comme étan (...)

6S’ensuit une longue discussion enflammée dans laquelle Caton l’ancien, les Travaux d’Hercule, Diodore de Sicile, « un certain Proculus » (auteur d’un imaginaire Traité de la vanité de la science), Les Milles et une Nuits, le Coran, sont convoqués tour à tour, pour résoudre ce nouveau problème de l’infini. Au bout du compte, c’est Marcueil lui-même qui crée la surprise, en insinuant qu’il doit être possible de « battre le record de l’Indien “tant célébré par Théophraste, Pline et Athénée”, lequel (ainsi que le rapporte Rabelais) “avec l’aide de certaine herbe le faisait en un jour soixante-dix fois et plus” » (S, p. 197)18. Cet exploit semble d’autant plus indiscutable qu’il est énoncé en latin au vingtième chapitre du livre IX de l’Histoire des Plantes dudit Théophraste d’Erèse : « Septuageno coitu durasse libidinem contactu herbae cujusdam » (Ibidem). Il y a donc, dans la longue histoire de l’humanité, trace d’un record du nombre de rapports sexuels réalisés en un temps limité. Ce qui intéresse pourtant André Marcueil dans l’énoncé de cette limite chiffrée (qui, notons-le au passage, fixe une sorte de vitesse moyenne d’exécution du coït), ce n’est pas seulement qu’elle donne une idée de ce que serait une performance sexuelle, un nombre maximal de coïts à atteindre en une journée pour prétendre coïncider avec l’essence érotique et physique de l’Homme. C’est surtout le fait qu’elle ouvre la dimension d’un record à battre : et celui-ci a à voir avec la transgression de l’ordre fini de l’humain ou du mâle, rabattus sur cette incompréhensible et arbitraire limite, et l’entrée dans l’ordre surhumain (ou surmasculin) de l’Impossible - c’est-à-dire de l’actuellement impensable, de l’ordre de ce qui est incalculable. Lorsque Marcueil énonce, pour renchérir sur son propos initial, que « les forces humaines n’ont pas de limites » (S, p. 191), il signale encore qu’elles ne sont pas davantage limitées que la série des nombres entiers et que l’homme pourrait aligner son activité organique (dont l’activité sexuelle n’est au fond qu’un cas particulier) sur le processus de cette succession indéfinie, en droit illimitée – puisque sa limitation objective (la mort) renferme l’inépuisable et inquantifiable profusion de la vie humaine :

« Ce fut encore le docteur qui, agacé, rompit le silence :

– Vouliez-vous dire qu’il y a des organes qui travaillent et se reposent presque simultanément, et donnent l’illusion de ne s’arrêter jamais ?…

– Le cœur, restons sentimentaux, dit William Elson.

– … Qu’à la mort, termina Bathybius.

– Cela suffit bien à représenter un labeur infini, remarqua Marcueil : le nombre des diastoles et systoles d’une vie humaine ou même d’un seul jour dépasse tous les chiffres imaginables » (S, p. 192)

  • 19 Ces deux modèles sont bien mis en lumière par Michel Pierssens (1978), « De la machine au texte », (...)
  • 20 Dans une étude consacrée au roman de Jarry, Anne Larue souligne à juste titre que la bicyclette, au (...)

7Pour donner aux propos et à l’attitude de Marcueil toute leur charge provocatrice en même temps que leur fonction structurante dans l’ordre du récit, Jarry les renforce par le recours à un système d’opposition qui engage deux modèles expérimentaux de la limite19 et, simultanément deux conceptions du rapport que l’homme est susceptible d’entretenir avec elle dans les activités répétitives auxquelles il s’adonne et emploie une part de son énergie vitale, - que ce soit faire du vélo ou faire l’amour20.

  • 21 Sur l’insertion des recherches relatives à la thermodynamique dans le discours sur le vivant, et en (...)

8Selon le premier modèle, dont les tenants et les expérimentateurs sont le Docteur Bathybius, le chimiste William Elson et le constructeur de machines Arthur Gough, « la répétition d’un acte vital amène la mort des tissus ou leur intoxication, que l’on appelle fatigue » (S, p. 191). Il s’agit clairement d’un modèle emprunté à la thermodynamique qui envisage toute activité corporelle sous l’angle de la dépense d’énergie et de la perte progressive de substance21. Dans ces conditions, l’organisme humain, en tant que système énergétique isolé, est soumis à une limitation naturelle de ses capacités que la répétition d’activités énergivores fait apparaître, voire aggrave. Par conséquent, l’objectif de ces scientifiques sera de trouver le moyen de repousser ces limites, sans chercher ni parvenir à les faire disparaître, en proposant de remédier à la dépense énergétique des corps en mouvement par des substituts énergisants. Un tel objectif se réalise manifestement dans l’épisode de la course cycliste qui confronte une locomotive lancée à 300 km/h et la quintuplette cycliste dont les coureurs sont alimentés (on pourrait dire dopés) par du « Perpetual Motion Food » (S, p. 193) (la Nourriture du Mouvement Perpétuel) qui leur permet d’atteindre artificiellement la même vitesse qu’un train-Express sur le trajet Paris-Irkoutsk aller et retour. La course cycliste, rebaptisée un peu plus loin « course du mouvement perpétuel » (S, p. 223), vise donc à rejoindre une limite finie qui est représentée par ce seuil de vitesse auquel les coureurs doivent se maintenir de manière constante sur une distance donnée. L’exploit ou la performance réside bien ici dans le fait de se tenir à la limite, en mettant en œuvre une technique très particulière, à la fois cyclique et discontinue, puisque le fait de pédaler se fonde sur la rotation répétée des jambes autour de l’axe du pédalier mais selon un rythme ou une pression alternatifs. C’est Marcueil, grand maître de toutes ces cérémonies sportives et technologiques, qui énonce doctement cette loi de discontinuité du pédalage cycliste :

« On n’ignore point que chaque jambe d’un cycliste se repose et même bénéficie d’un massage automatique, et aussi réparateur que n’importe quelle embrocation, pendant que l’autre agit… » (S, p. 192)

9William Elson lui-même, à l’origine de cet exploit sportif, n’est pourtant pas dupe du succès remporté par sa quintuplette dont les performances sont dues pour une large part au dopage des coureurs :

« La belle confiance que son succès inspira par la suite à William Elson dans sa découverte dut l’amener peu à peu aux idées d’André Marcueil touchant l’illimité des forces humaines. Mais en homme pratique il ne les voulut illimitées que grâce à la coopération du Perpetual-Motion-Food » (S, p. 218)

10La réserve émise par Elson signifie donc bien que ce n’est que par le recours à l’artifice que les forces humaines peuvent repousser leurs limites naturelles. L’illimitation du possible reste prise dans les limites d’un faux-semblant.

  • 22 Dans un texte antérieur, Jarry avait lui-même justifié, dans un langage ésotérique proche du symbol (...)
  • 23 Évoquant Le Surmâle au début de L’Anti-Œdipe, Gilles Deleuze et Félix Guattari soulignent que tout (...)
  • 24 Il ne faut pas s’étonner alors d’entendre Ellen traiter Marcueil de « sadique » (S, p. 108) après q (...)
  • 25 Georges Bataille, L’Erotisme, Paris, Minuit, 1957, p.15.
  • 26 Entre Sade et Bataille, il faudrait évidemment faire place à l’hypothèse freudienne d’un enveloppem (...)
  • 27 Michel Carrouges, Les machines célibataires, Paris, Arcanes, 1954 ; Editions du Chêne, 1976. Un cha (...)
  • 28 Voir à ce sujet les analyses de Linda Klieger Stillman, « Machinations of Celibacy and Desire », L’ (...)

11Il en va tout autrement de l’expérience érotique tentée à la fin du roman par la « doublette » André Marcueil-Ellen Elson, puisque selon Marcueil « les forces humaines n’ont pas de limites », c’est-à-dire pas de limites absolues, mais seulement des limites relatives, numériques, donc conventionnelles et non naturelles, vouées à être dépassées, effacées même par la suite répétée d’actes identiques, s’accumulant dans une série continue et linéaire. Au lieu d’affaiblir l’organisme ou la vie et de conduire, faute d’un produit dopant qui contrecarre ce processus inexorable, jusqu’à la mort physique, « la répétition produit l’habitude et l’habi…leté » (S, p. 191), c’est-à-dire qu’elle renforce et peut-être même transforme par sa seule dynamique l’organisme (ou l’organe) qui s’y adonne de manière intensive. Prévaut donc ici clairement, par opposition au modèle entropique précédent, un principe positif d’illimitation qui prend appui sur la répétition pour permettre à Marcueil de mettre ni plus ni moins l’infini (et pourquoi pas Dieu ?) à sa portée22. Le problème n’est donc plus de s’efforcer de repousser les limites physiques de l’humain en recourant à des artifices mécaniques ou chimiques (comme la quintuplette cycliste et le Perpetual Motion Food qui l’alimente et régénère son mouvement, en le perpétuant dans l’ordre du même) : il s’agit désormais de les franchir pour s’en affranchir et pour conquérir une différence significative et intensive. En ce sens, la machine érotique formée par les amants lors de la scène finale forme un dispositif dialectique complexe qui tend à réconcilier dynamiquement la finitude du cercle (que matérialise la circulation parallèle du train-Express et de la quintuplette sur un circuit fermé) et l’infini de la ligne droite, de la série ouverte des nombres, sur laquelle se déplacent Marcueil et Ellen. La répétition, au principe du mécanique ou du machinal, sert ainsi finalement le programme transgressif d’une érotique de l’illimité23. Pour en situer les enjeux, on pourrait dire que celui-ci s’élabore quelque part entre la rhétorique sadienne du désir qui vise à en explorer toutes les figures jusqu’à l’épuisement des corps et du langage24 et la problématique bataillienne d’un Eros noir, défini comme « l’approbation de la vie jusque dans la mort25 », c’est-à-dire comme l’affirmation de l’énergie vitale à partir de sa propre négativité, d’un principe de mort qui travaille et relance jusqu’à ses propres limites cette énergie selon la dynamique autodestructrice d’une « dépense »26 . Cette réversibilité d’Eros et de Thanatos forme justement le principe des « machines célibataires » dont Michel Carrouges a dressé la généalogie et esquissé la théorie dans l’ouvrage éponyme27. Il s’agit en effet sous ce terme d’associer une donnée sexuelle et une donnée mécanique en vue de rendre compte de la solitude stérile de ces « machines désirantes » qui, au lieu de permettre la reproduction et la génération, ne produisent que leur propre destruction28. L’ensemble du texte du Surmâle tend donc vers cette limite impossible de la coincidentia oppositorum qui détournerait la répétition de son sens fini et l’ouvrirait au contraire à la perspective d’un débordement infini de l’Identique par le Double. La « machine » devient alors l’emblême et l’opérateur fictif de cette transmutation du Même ; elle sert l’objectif commun à Marcueil et à Jarry, à savoir l’accès à un au-delà du possible, à un au-delà des limites de l’homme, à cette zone obscure du sacré ou de l’inconscient où s’accomplit l’Impossible.

  • 29 Michel Carrouges (1954), Les machines célibataires, note en ce sens : « Pendant toute la durée de l (...)

12De ce point de vue, l’amour naissant de Marcueil pour Ellen à la suite de l’exploit de l’Indien, s’il donne lieu à de pathétiques effusions sentimentales - « je l’adore », « je l’aime » (S, p. 265-266) - , n’est évidemment pas le dernier mot du livre de Jarry. Celui-ci ne sacrifie à cette convention romanesque que pour la dénoncer, ou du moins l’ironiser, dans la scène finale dite de la « machine amoureuse » où est définitivement défaite l’illusoire réconciliation des amants et refusé donc par là même la perspective de leur mariage en vue de la reproduction de l’espèce29. Là où l’union machinique et machinale du Surmâle et de son double femelle avait entrouvert la possible révélation d’une Humanité absolue, à la fois mythique et charnelle, l’ultime confrontation de Marcueil à la machine fait ressurgir de manière concrète les puissances de mort à laquelle l’expérimentation érotique avait déjà symboliquement exposé ses participants. Voici d’ailleurs les termes dans lesquels Jarry présente le protocole de cette ultime épreuve et le principe de la « machine célibataire » qui en est le support technologique :

« Si André Marcueil était une machine ou un organisme de fer se jouant des machines, eh bien, la coalition de l’ingénieur, du chimiste et du docteur opposerait machine à machine, pour la plus grande sauvegarde de la science, de la médecine et de l’humanité bourgeoises. Si cet homme devenait une mécanique, il fallait bien, par un retour nécessaire à l’équilibre du monde, qu’une autre mécanique fabriquât… de l’âme.

La construction de l’appareil, pour Arthur Gough, était simple. Il ne donna aux deux autres savants aucune explication. Tout fut équipé en deux heures.

Il s’inspira de l’expérience de Faraday : entre deux pôles d’un puissant électro-aimant, si l’on jette une pièce de cuivre, la pièce, de métal non magnétique, ne peut être influencée, et pourtant elle ne tombe pas : elle descend avec lenteur comme si quelque fluide visqueux occupait l’espace entre les pôles de l’aimant. Or, si l’on a le courage d’exposer sa tête à la place de la pièce - et Faraday, comme on sait, affronta cette expérience - on n’éprouve absolument rien ; et ce qui est terrible, c’est que RIEN n’a jamais signifié autre chose, en matière de sciences, que l’“on ne sait quoi”, la force inattendue, l’x, peut-être la mort »(S, p. 267)

13Notons pour commencer que, sur le plan du récit, Jarry ménage lui-même une analogie forte entre cette expérience tentée sur le corps de Marcueil et la séquence précédente qui relatait l’expérience réalisée par l’Indien sur son propre corps et sur celui d’Ellen qui lui était adjoint mécaniquement : s’il est question dans ce redoublement final de l’intrigue d’une restauration de l’ordre antérieur (de l’ordre cosmique aussi bien que de l’ordre social), c’est bien que la performance inédite de l’Indien valait comme une transgression de cet ordre. Avec sa « machine-à-inspirer-l’amour », William Elson propose d’ailleurs ni plus ni moins d’opposer à l’Eros mécanisé et débridé du Surmâle (qu’il croit incapable de produire un amour authentique, c’est-à-dire, dans sa perspective, un amour conventionnel et fertile), la technique stabilisatrice de l’ « aimant » qui paraît à première vue apte à contenir les excès érotiques de l’Indien et même à convertir cette énergie sexuelle en paisible, et féconde, attraction amoureuse.

14Or, la mise en action de la « machine amoureuse » dans les dernières pages du roman, renoue avec l’opposition entre les deux modalités du rapport à la limite qui structure l’ensemble du livre de Jarry. Car si le clan des techniciens et des scientifiques espère « inspirer l’amour » à Marcueil, c’est-à-dire reconstituer artificiellement l’amour, mais en se tenant dans les limites du convenable ou du raisonnable (par exemple en finalisant la sexualité par la reproduction), l’expérience scientifique prend une tout autre tournure, une tournure à nouveau excessive et transgressive qui unit, jusque dans leur destruction, le corps érotisé de Marcueil et les débris de la machine amoureuse. Autrement dit, tout tient encore au dédoublement de la mécanique vivante en technique de mort : l’homme est l’agent de la première, lorsque son corps - sexué ou cycliste - est confondu avec celui d’une machine ; mais il devient une victime sacrificielle de la seconde, lorsque cette machine s’emballe et se nourrit de l’énergie qu’il y a placée, en la décuplant et en emportant dans son sillage les minces certitudes de la science.

  • 30 Voir Michel Pierssens (1978), « De la machine au texte », p. 137-138 et Anne Larue (2004), « Corps (...)

15Ce dédoublement et la dynamique d’inversion ou de renversement qu’il suppose, sont clairement figurés dans le récit, à travers le système d’écho30 que Jarry a soigneusement ménagé entre la séquence de la course des Dix Mille Milles (chapitre V) et la scène finale du sacrifice de Marcueil (chapitre XIV). La première séquence est en effet marquée par un incident remarquable qui donne au record de la quintuplette cycliste sa dimension proprement « antiphysique » (S, p. 269). L’un des coureurs fixés à la quintuplette, dénommé Jewey Jacobs, meurt dans l’effort et son cadavre « bouclé, cadenassé, plombé, cacheté et apostillé sur sa selle » (S, p. 223) menace alors de ralentir l’assemblage mécanico-humain et de lui faire perdre même la course qui est engagée contre la locomotive lancée à 300 km/h. Or, par un étonnant renversement de situation (digne d’un film à suspense), ce « poids… mort » (Ibidem) devient justement ce qui permet à la quintuplette de rattraper son retard et de remporter finalement la victoire. En effet, dans un premier temps, il semble que le cadavre de Jacobs enraye le mouvement régulier de la machine :

« – Nous grippons ! cria à cet instant George Webb.

– Nous grippons ! répétèrent Sammy White et George Webb ; et comme la stupeur morale coupe bras et jambes mieux qu’une fatigue physique, la dernière portière du second wagon parut contre mon épaule [c’est Ted Oxborrow, l’un des cyclistes, qui relate la course], la dernière portière fleurie du second et dernier wagon ; les voix d’Arthur Gough et des mécaniciens lancèrent des hurrahs » (S, p. 222-223).

16Mais au moment même où la course semble perdue et que l’exploit paraît irréalisable, voilà que le cadavre s’anime de nouveau, entraîné mécaniquement par les mouvements que les autres coureurs impriment au pédalier de la quintuplette. En somme, l’intégration physique du corps au cycle de production machinique empêche la « rigor mortis » d’en contrarier la dynamique d’ensemble, et contribue même à inverser progressivement la tendance en relançant de manière inespérée, et proprement fantastique, la quintuplette :

« On dort bien en machine, on peut bien mourir en machine et cela n’a pas plus d’inconvénient. Et puisque la course s’appelait la course du mouvement perpétuel ! […] Voilà donc notre Jewey Jacobs qui pédale, d’abord avec mauvaise volonté, sans qu’on puisse voir s’il faisait des grimaces, toujours le nez dans son masque. Nous l’encourageons d’injures amicales, du genre de celles que nos grands-pères adressaient à Terront dans le premier Paris-Brest : “Va donc, eh, cochon !”. Petit à petit il prend goût à la chose, et voilà ses jambes qui suivent les nôtres, l’ankle-play qui revient, jusqu’à ce qu’il se mît à tricoter follement.

– Un volant, dit le Corporal : il régularise. Et je pense qu’il va s’affoler tout à l’heure.

En effet, non seulement il régularisa, mais il emballa, et le sprint de Jacobs mort fut un sprint dont n’ont point d’idée les vivants » (S, p.223-224)

17La dynamique autonome de la machine annule donc ici l’opposition entre la mort et la vie puisqu’elle se nourrit au contraire du recyclage de la mort (humaine) en une autre forme de vie - non plus humaine et individuelle mais mécanique et collective, supra-humaine en un sens. La quintuplette qui était fondée initialement sur le principe d’une limitation stricte des forces naturelles, seulement repoussée par la dynamique propulsive d’une alternance cyclo-motrice, devient donc à la faveur de cet incident et de ses conséquences paradoxales, une sorte de Perpetual Motion Machine qui intègre la mort au cycle de sa propre reproduction cinétique, comme l’un de ses composants énergétiques principaux. Il y a bien ici à l’œuvre dans cet épisode du roman de Jarry quelque chose comme une pulsion de mort , à entendre de manière hétérodoxe comme ce qui pousse justement le système machinique à « régulariser » son rythme et à donner à ses composants humains l’élan qui leur manquait pour finir la course en tête : au lieu que la vie soit une résistance permanente à la mort (principe de l’entropie et de la dégradation de l’énergie pour les systèmes isolés), elle se nourrit de la mort, l’intègre à son propre processus vital et ainsi l’infinitise en anéantissant toutes les limites : celles qui, sur le plan de la vie ordinaire, strictement organique, séparent la vie et la mort, le possible et l’impossible, le fini et l’infini.

18Or, de manière frappante, la scène finale du roman de Jarry, où Marcueil perd la vie après avoir été soumis à l’action de la « machine-à-inspirer-l’amour » de Gough et Elson, redouble et prolonge cette première séquence cycliste. De manière inattendue en effet, le corps du Surmâle se met à « charger » la machine dont il recevait d’abord la « force inattendue » (S, p. 267), l’énergie amoureuse :

« La machine fonctionnait donc au gré des prévisions calculées de ses constructeurs ; mais il se passa un phénomène indescriptible, qui aurait dû pourtant avoir sa place dans les équations. Tout le monde sait que, lorsque deux machines électrodynamiques sont en contact, c’est celle dont le potentiel est le plus élevé qui charge l’autre. Dans ce circuit antiphysique où étaient reliés le système nerveux du Surmâle et ces onze mille volts qui n’étaient peut-être plus de l’électricité, ni le chimiste, ni le docteur, ni l’ingénieur ne purent nier l’évidence : c’était l’homme qui influençait la Machine-à-inspirer-l’amour »(S, p. 269).

19La mort, qui est en train d’emporter Marcueil dans cette expérience sacrificielle explicitement identifiée par Jarry à la Passion du Christ - le Surmâle porte « une sorte de couronne crénelée » (S, p. 268) -, devient ainsi la véritable source d’énergie à laquelle s’alimente l’amour, signant ainsi la réversibilité complète du processus érotique en processus mortifère – de même que, précédemment, la quintuplette se rechargeait à partir du cadavre de Jacobs, retournant l’énergie physique limitée des cyclistes en principe de mouvement perpétuel. L’ultime confrontation entre l’homme-machine et la machine amoureuse déploie donc, sous les traits d’une dialectique narrative soigneusement agencée, tous les éléments d’une lutte à mort dont la libido, surhumaine ou électrique, forme le moteur et le mobile.

  • 31 Sur cette intégration du modèle mécanique à une pensée du corps vivant et énergique, et sur ses enj (...)

20Il reste que, d’une séquence à l’autre, le sens de la mort, si l’on peut dire, et son rapport aux dispositifs machiniques qui la produisent et l’utilisent, se trouve clairement inversé. En effet, la quintuplette intègre la mort à son mouvement perpétuel, cyclique et répétitif, et d’une certaine manière en neutralise la négativité, en la convertissant même en une énergie positive, voire en un principe d’auto-conservation du système : la quintuplette, comme l’écrit Jarry, « régularise », ce qui est une manière de souligner que l’équilibre des forces – humaines et mécaniques – est finalement respecté, et même restauré, ouvrant ainsi la perspective d’une automatisation du vivant31. Au contraire, le couple infernal formé par Marcueil et la machine d’Elson-Gough se déchire jusqu’à l’implosion finale qui correspond à l’auto-destruction des deux systèmes machiniques, dont les ressources énergétiques, les forces vives, au lieu de se compléter et de se renforcer, comme c’est le cas avec la quintuplette, se contredisent et finissent par se détruire mutuellement. Si donc le Surmâle parvient dans un premier temps à inverser le fonctionnement de la « machine-à-inspirer-l’amour » en lui inspirant lui-même de l’amour, et en s’imposant ainsi un instant comme un homme « plus fort que les machines » (S, p. 269), la situation ne tarde pas à se renverser : « Les accumulateurs, surchargés par [la tension nerveuse du Surmâle] tout à l’heure, [deviennent] les plus forts et [reversent] leur trop-plein maintenant » (S, p. 270). Ce retournement de situation, fondé sur le principe général d’une différence de potentiel énoncé précédemment, provoque ainsi l’électrocution de Marcueil par l’amour électrique d’une machine qu’il a lui-même contribué à faire « disjoncter » - c’est-à-dire à transformer, de machine d’amour qu’elle était, en machine de mort à laquelle il sacrifie sa propre vie, son propre Eros mécanique.

21Avec ses dispositifs machiniques, narratifs et symboliques décapants, la fiction hallucinée du Surmâle forme donc une sorte de laboratoire où Jarry expérimente les ressources de son propre imaginaire poétique. À cet égard, c’est bien le « roman moderne » que nous venons de lire qui suscite ironiquement, dans ses toutes dernières pages, les commentaires inquiets de l’ingénieur Gough et du chimiste Elson, véritables inventeurs de la machine textuelle qui vient d’imploser sous nos yeux et dont ils révèlent après coup les incertitudes et les propres limites :

« Etait-ce une force capable de rénover ou de détruire le monde qu’ils avaient mise aux abois ? […] William Elson […] se disposa à lancer le courant.

– Une minute, dit Arthur Gough.

– Qu’y a-t-il ? demanda le chimiste.

– C’est que, dit l’ingénieur, s’il est possible que cet engin [= le livre qu’on vient de lire] donne le résultat désiré… il est possible aussi qu’il ne donne rien du tout ou autre chose. Et puis, il a été fabriqué un peu vite [NB : le livre de Jarry ne compte qu’une petite centaine de pages…].

– Tant mieux, ce sera une expérience, interrompit Elson, et il pressa le commutateur » (S, p. 268-269).

22À la fois ingénieur et chimiste, constructeur de machines et analyste des « solutions imaginaires » qu’elles produisent lorsqu’elles sont mises en marche, l’écrivain fait donc une expérience. Il se fait l’expérimentateur des possibles qu’il « monte » dans son récit impossible pour en éprouver la résistance et éprouver par là même sa propre capacité démiurgique à rénover ou à détruire le monde, c’est-à-dire toujours à le transformer en le « chargeant » de sa propre énergie créatrice.

Haut de page

Bibliographie

Audi, Paul (2011), Le théorème du Surmâle. Lacan selon Jarry, Lagrasse, Verdier.

Ballard, James Graham (1973), Crash ! trad. fr. Robert Louit, Paris, Denoël, 2005.

Bataille, Georges (1957), L’Erotisme, Paris, Minuit.

Carrouges, Michel (1954), Les machines célibataires, Paris, Arcanes,; Editions du Chêne, 1976.

Clancier, Anne (1985), « Alfred Jarry avait-il lu Freud ? Une lecture de L’Amour absolu », in H. Bordillon (dir.), Alfred Jarry, Paris, Belfond.

Deleuze, Gilles et Félix Guattari (1975), L’Anti-Œdipe. Capitalisme et schizophrénie, Paris, Minuit.

Domino, Christophe (1985), « Villiers de l’Isle-Adam et Jarry. L’Ève future et Le Surmâle (un exemple de relation transtextuelle) », in H. Bordillon (dir.), Alfred Jarry, Paris, Belfond.

Dubbelboer, Marieke (2004), « Un univers mécanique : la machine chez Alfred Jarry », French Studies, Vol. LVIII, n°4/2004.

Jarry, Alfred, Le Surmâle [1902], in Œuvres complètes, II, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1987 (cité S suivi de la pagination dans le corps de l’article).

Jarry, Alfred (1972), Gestes et opinions du Docteur Faustroll, pataphysicien, in Œuvres complètes, I, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade ».

Klieger Stillman, Linda (1984), « Machinations of Celibacy and Desire », L’Esprit Créateur, n°4/Winter 1984.

Larue, Anne (2004), « Corps et records. Le Surmâle de Jarry, roman de la démesure narcissique », in E. Allouch, M.-C. Lambotte, V. Marinov (dirs.), La Démesure narcissique, Paris, Nolin, coll. « Actualités psychopathologiques et culturelles ».

Marinetti, Filippo Tommaso (2005), Tuons le clair de lune ! Manifestes futuristes et autres textes, Paris, Mille et une nuits.

Mikkonen, Kai (2001), The Plot Machine. The French Novel and the Bachelor Machines in the Electric Years (1880-1914), Amsterdam-New York, Rodopi.

Noiray, Jacques (1982), in Le romancier et la machine. L’image de la machine dans le roman français (1850-1900), 2 vol., Paris, José Corti, 1982

Pierssens, Michel (1978), « De la machine au texte. L’exemple de Jarry », in Le Siècle éclaté, n°2 : « Dada, surréalisme et avant-gardes », Paris, Minard, coll. « Lettres modernes » (étude reprise sous une forme modifiée dans la Revue des sciences humaines, n°203, juillet-septembre 1986, p. 129-139).

Razac, Olivier (2006), La Grande santé, Paris, Climats.

Sabot, Philippe (2006), « Les deux visages de la science Réflexions à partir de l’œuvre d’Auguste Villiers de l’Isle-Adam », in Methodos 6/2006, « Science et littérature » (http://methodos.revues.org/document507.html).

Haut de page

Notes

1 J. G. Ballard, Crash ! [1973], trad. fr. Robert Louit, Paris, Denoël, 2005, p.8.

2 « 1. Nous voulons chanter l’amour du danger, l’habitude de l’énergie et de la témérité. […] 4. Nous déclarons que la splendeur du monde s’est enrichie d’une beauté nouvelle : la beauté de la vitesse. Une automobile de course avec son coffre orné de gros tuyaux tels des serpents à l’haleine explosive… une automobile rugissante qui a l’air de courir sur de la mitraille, est plus belle que la Victoire de Samothrace » (F. T. Marinetti, Tuons le clair de lune ! Manifestes futuristes et autres textes, Paris, Mille et une nuits, 2005, p.11)

3 Alfred Jarry, Le Surmâle [1902], in Œuvres complètes, II, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1987 ; ensuite cité S suivi de la pagination, directement dans le corps de l’article).

4 Nous renvoyons ici aux analyses de Jacques Noiray dans Le romancier et la machine. L’image de la machine dans le roman français (1850-1900), 2 vol., Paris, José Corti, 1982 - qui portent principalement sur Zola, Verne et Villiers de l’Isle-Adam.

5 Alfred Jarry, Gestes et opinions du Docteur Faustroll, pataphysicien, in Œuvres complètes, I, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1972, p. 665.

6 « Commentaire pour servir à la construction pratique de la machine à explorer le temps », in Œuvres complètes, I, p. 735-743.

7 Voir Christophe Domino, « Villiers de l’Isle-Adam et Jarry. L’Ève future et Le Surmâle (un exemple de relation transtextuelle) », in H. Bordillon (dir.), Alfred Jarry, Paris, Belfond, 1985, p. 85-102. Un tel rapprochement est également suggéré par Jacques Noiray (1982) dans Le romancier et la machine, p. 387-388.

8 Jacques Noiray (1982), Le romancier et sa machine, p. 298. Pour une appréciation du statut de la science, de ses applications techniques et de ses visées « métatechniques » dans l’œuvre de Villiers de l’Isle-Adam, voir Philippe Sabot, « Les deux visages de la science Réflexions à partir de l’œuvre d’Auguste Villiers de l’Isle-Adam », in Methodos 6/2006, « Science et littérature » (http://methodos.revues.org/document507.html).

9 Ce point est particulièrement mis en lumière par Michel Pierssens dans son étude « De la machine au texte. L’exemple de Jarry », in Le Siècle éclaté, n°2 : « Dada, surréalisme et avant-gardes », Paris, Minard, coll. « Lettres modernes », 1978, p. 25-40. Cette étude a été reprise sous une forme modifiée dans la Revue des sciences humaines, n°203, juillet-septembre 1986, p. 129-139.

10 L’ensemble du chapitre V du Surmâle est consacré à cette épreuve.

11 Le dispositif mis en scène par Jarry n’est pas si éloigné de la réalité qu’on pourrait le penser. Dans le catalogue de l’exposition Junggesellenmaschinen / Les Machines célibataires, Milan, Alfieri, 1975, on trouve une photographie datant de 1897 environ qui représente La Quintuplette des Frères Opel. Par ailleurs, dans sa préface à la réédition du Surmâle (Paris, Le Terrain Vague, 1977), Thieri Foulc mentionne un article de la Revue encyclopédique Larousse daté du 29 août 1896 qui fait état de l’exploit des frères Stearns qui, juchés sur leur sextuplette cycliste, auraient gagné une course d’un mile contre un train à vapeur… Jarry lui-même raconte qu’il lui était arrivé de faire la course avec le train Paris-Corbeil qui, il est vrai, faisait de nombreux arrêts !

12 Cette machine est présentée dans le dernier chapitre du roman de Jarry, intitulé : « La machine amoureuse ».

13 Sur l’ambivalence de la machine, nous renvoyons à la mise au point de Marieke Dubbelboer dans son article « Un univers mécanique : la machine chez Alfred Jarry », French Studies, Vol. LVIII, n°4/2004, notamment p. 471-473.

14 « DÉFINITION : la pataphysique est la science des solutions imaginaires, qui accorde symboliquement aux linéaments les propriétés des objets décrits par leur virtualité » (Gestes et opinions du docteur Faustroll, pataphysicien, op. cit., p. 669).

15 Comme le note d’ailleurs Christophe Domino, « le lecteur du Surmâle ne manquera pas d’être pour le moins dérouté par la fiction jarryque. En plus de la multiplicité et de la fantaisie des événements, c’est leur articulation, leur succession qui dépite. Loin d’un strict principe de linéarité, le roman propose une suite, une juxtaposition d’épisodes, selon toute l’apparence du “décousu” » (« Le Surmâle d’Alfred Jarry : roman moderne ? », L’Étoile-Absinthe, n°13-14, 1982, p. 6).

16 Michel Pierssens (1978), « De la machine au texte », p. 26. Nous reviendrons sur cette machinerie fictionnelle dans la conclusion du présent article.

17 Voir par exemple Paul Audi, Le théorème du Surmâle. Lacan selon Jarry, Lagrasse, Verdier, 2011.

18 Le propos de Marcueil surprend d’autant plus l’auditoire que Jarry se plaît à le décrire comme étant d’une « caractéristique insignifiance » (S, p. 190). Sur le personnage de Marcueil, qui se révèlera ensuite être le Surmâle (et l’Indien), voir les indications de Paul Audi (2011), Le théorème du Surmâle,p. 54-55.

19 Ces deux modèles sont bien mis en lumière par Michel Pierssens (1978), « De la machine au texte », p. 130-132, auquel nous reprenons leur articulation.

20 Dans une étude consacrée au roman de Jarry, Anne Larue souligne à juste titre que la bicyclette, au début du XXe siècle, était clairement liée à la représentation fantasmatique de la masturbation (« Corps et records. Le Surmâle de Jarry, roman de la démesure narcissique », in E. Allouch, M.-C. Lambotte, V. Marinov (dirs.), La Démesure narcissique, Paris, Nolin, coll. « Actualités psychopathologiques et culturelles », 2004, p. 15).

21 Sur l’insertion des recherches relatives à la thermodynamique dans le discours sur le vivant, et en particulier dans le discours médical sur la vie à partir de la seconde moitié du XIXe siècle, nous renvoyons aux analyses très éclairantes d’Olivier Razac, La Grande santé, Paris, Climats, 2006, Chapitre II : « Efficacité de l’énergie ou gâchis de la volonté de puissance ».

22 Dans un texte antérieur, Jarry avait lui-même justifié, dans un langage ésotérique proche du symbolisme astrologique, ce passage d’un paradigme à l’autre : « Le cercle, fini, se désuète. La ligne droite infinie dans les deux sens lui succède (« Du Bâton-à-physique », in « Textes en relation avec César Antéchrist », Œuvres complètes, I, p. 339).

23 Évoquant Le Surmâle au début de L’Anti-Œdipe, Gilles Deleuze et Félix Guattari soulignent que tout se passe « comme si l’érotisme machinal libérait d’autres puissances illimitées » (L’Anti-Œdipe. Capitalisme et schizophrénie, Paris, Minuit, 1975, p. 25).

24 Il ne faut pas s’étonner alors d’entendre Ellen traiter Marcueil de « sadique » (S, p. 108) après que ce dernier a quitté l’apparence chétive qui était la sienne depuis le début du récit pour lui imposer la force musculaire hors du commun de l’ « Indien », l’homme-machine qu’il est devenu pour l’occasion. Il s’agit ici sans doute avant tout pour Jarry de rapprocher, par une sorte de clin d’œil intertextuel, la scène qui se déroule au château de Lurance de celles qui peuplent les 120 journées de Sodome. L’idée même d’un homme soumis au calcul de ses performances sexuelles fait ainsi écho à l’érotique combinatoire du divin Marquis. Dans la notice qu’il consacre au Surmâle, Patrick Besnier ne manque pas de souligner à cet égard le « jeu de Jarry avec une série de stéréotypes romanesques : […] aux confins de l’érotique et de l’anticipation, entre Sade et H. G. Wells, Le Surmâle avec son château clos, l’alternance de théorie et de pratique amoureuses, son savant américain et ses invités typés, se laisse reconnaître par le lecteur » (Œuvres complètes, II, p. 770).

25 Georges Bataille, L’Erotisme, Paris, Minuit, 1957, p.15.

26 Entre Sade et Bataille, il faudrait évidemment faire place à l’hypothèse freudienne d’un enveloppement réciproque de l’économie libidinale et de la pulsion de mort. Notons toutefois, avec Anne Clancier, que, pour des raisons strictement chronologiques, Jarry « n’a pas pu connaître les travaux majeurs de Freud » (« Alfred Jarry avait-il lu Freud ? Une lecture de L’Amour absolu », in H. Bordillon (dir.), Alfred Jarry, p. 236). Dans l’étude déjà mentionnée, Anne Larue propose de lire Le Surmâle dans l’écho de l’article postérieur de Freud, « Pour introduire le narcissisme » (1914) en montrant notamment que Jarry construit une fable de la démesure narcissique d’après laquelle toute perspective d’amour objectal est vouée à l’échec et à la mort.

27 Michel Carrouges, Les machines célibataires, Paris, Arcanes, 1954 ; Editions du Chêne, 1976. Un chapitre de ce livre est consacré aux dispositifs machiniques du Surmâle.

28 Voir à ce sujet les analyses de Linda Klieger Stillman, « Machinations of Celibacy and Desire », L’Esprit Créateur, n°4/Winter 1984 (notamment p. 30-35), ainsi que l’étude plus développée de Kai Mikkonen, The Plot Machine. The French Novel and the Bachelor Machines in the Electric Years (1880-1914), Amsterdam-New York, Rodopi, 2001.

29 Michel Carrouges (1954), Les machines célibataires, note en ce sens : « Pendant toute la durée de leurs transports l’homme et la femme sont demeurés côte à côte, sans jamais arriver à la suprême collision amoureuse. Il faut même dire qu’il y a là deux machines célibataires jumelées dont les structures et les processus tiennent parallèlement captifs l’homme et la femme, côte à côte, isolés. De part et d’autre d’une vitre infranchissable, réciproques témoins oculistes, ils s’observent célibatairement » (op. cit., p. 82).

30 Voir Michel Pierssens (1978), « De la machine au texte », p. 137-138 et Anne Larue (2004), « Corps et records », p. 18-19.

31 Sur cette intégration du modèle mécanique à une pensée du corps vivant et énergique, et sur ses enjeux « hygiénistes », voir Olivier Razac (2006), La Grande santé, p. 120sq : « La santé de la machine organique ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Sabot, « Eros, Thanatos, Technè », Methodos [En ligne], 15 | 2015, mis en ligne le 13 mai 2015, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://methodos.revues.org/4245 ; DOI : 10.4000/methodos.4245

Haut de page

Auteur

Philippe Sabot

UMR 8163 “Savoirs, textes, langage”, CNRS, Université de Lille

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • Revues.org