Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Compte rendu de Olivier Tinland, L’idéalisme hégélien, Paris, CNRS Editions, 2013

Gilles Marmasse
Référence(s) :

Paris, CNRS Editions, 2013, 250 p. ISBN : 978-2-271-07617-5

Entrées d’index

Mots-clés :

Hegel, idéalisme

Keywords :

Hegel, idealism
Haut de page

Texte intégral

1L’idéalisme de Hegel doit-il être un objet d’investigation ? On pourrait objecter que, comme toutes les étiquettes, celle d’idéalisme prête davantage à confusion qu’elle n’est éclairante. Car, en imposant des rapprochements superficiels avec d’autres auteurs pareillement qualifiés d’idéalistes (Platon, Berkeley, Fichte…), elle masquerait l’originalité du questionnement et du mode de penser propres à Hegel. On pourrait également rappeler l’allergie de Hegel aux attributs fixes et aux classifications en forme de tableau. Il se trouve toutefois que celui-ci insiste sur cette dénomination. « Toute vraie philosophie est un idéalisme » lit-on par exemple dans l’Encyclopédie. Plus essentiellement, comme la question de la « pensée de la pensée » est une préoccupation constante de Hegel, voire constitue l’horizon de sa démarche (comme en témoigne la citation du livre Lambda de la Métaphysique d’Aristote qui clôt l’Encyclopédie), il faut prendre au sérieux la manière dont Hegel thématise sa pensée. De fait, l’enquête d’Olivier Tinland permet de saisir en quoi la philosophie, selon Hegel, parvient à rendre compte de son rapport au réel et de sa propre validité. Elle fait également comprendre que l’idéalisme tel que le conçoit Hegel n’est pas un attribut fixe mais désigne un mode de processualité, un mode actif de relation à soi-même et à l’altérité. Et que loin d’être une détermination isolée ou simplement donnée, il ne se constitue que dans son rapport – polémique – aux autres types d’idéalismes.

2Il faut toutefois noter que la notion d’idéalisme, chez Hegel, ne qualifie pas seulement la philosophie. O. Tinland rappelle que l’idéalisme, chez lui, n’est pas d’abord une doctrine ni un style de pensée, mais une manière d’être caractéristique des étants finis. Il est une certaine façon de se tenir dans la réalité – ou plutôt comme réalité (176). Il y a en effet une immanence de l’idéalité à ce qui est. « Idéel » qualifie alors ce qui se rapporte non pas à nos idées mais à l’idée absolue. La relation idéelle n’est pas à entendre comme un rapport de fondation mais comme une procédure immanente d’explicitation. L’idéalité de l’idée circule dans le savoir comme dans le réel, définissant le statut respectif, l’articulation polymorphe et hiérarchisée des moments constitutifs de ce qui est (9-10). L’idéalité ne consiste pas dans une surréalité surplombant le domaine imparfait des choses existantes, mais dans le dévoilement de la négativité impliquée par toute réalité finie. Elle désigne la re-position – ou l’idéalisation – de cette réalité à titre de simple moment, en lui-même irréel, d’une totalité concrète (186).

3Dans une première partie, l’auteur analyse la critique hégélienne des présupposés dogmatiques du projet métaphysique classique et la « métacritique » hégélienne des critiques modernes d’un tel projet. Pour lui, on ne peut qualifier la démarche hégélienne d’« ontologique », de sorte que l’affirmation d’Alexis Philonenko selon laquelle Hegel représenterait une phase de régression en deçà de la philosophie transcendantale doit être écartée (51). Plus fondamentalement, si Kant calque encore l’architecture de sa philosophie sur celle de ses devanciers, Hegel a pour originalité de subvertir l’ordre classique des matières au profit d’un nouvel ordre des raisons. Il court-circuite la primauté accordée aux objets métaphysiques au profit de l’étude autonome des concepts qui rendent possible le discours sur ces objets (80). Dès lors, soutient O. Tinland, si la logique peut être considérée comme une philosophia prima, ce n’est pas en vertu de l’éminence de son référent objectif mais de l’universalité des formes qui la composent. Hegel retient certes du projet ontologique l’idée d’une enquête spéculative sur les purs concepts qui « transcendent » les étants particuliers. Toutefois il situe ces concepts non pas dans un « arrière-monde » mais dans l’immanence du logos s’énonçant pour lui-même. En d’autres termes, Hegel revendique l’élaboration d’une logique émancipée de tout rapport à un objet, une logique élevée au rang de critique supérieure des universaux enfin considérés dans leur consistance intrinsèque (82).

4Dans une deuxième partie, l’auteur examine le rapport de l’hégélianisme à la problématique transcendantale. Il propose une réforme de la réflexion philosophique, une réforme qui s’effectue au moyen d’une critique interne de l’idéalisme subjectif de Fichte. Déjà, rappelle O. Tinland qui suit de près l’interprétation d’Isabelle Thomas-Fogiel, Fichte se distingue de Kant par son exigence auto-réflexive. Mais Fichte est dès le départ pris dans la contradiction entre ce qu’il énonce (l’unité rationnelle de la pensée et de l’être) et ce qu’il accomplit (la position unilatérale de l’unité de l’aperception au rang de principe abstrait). Hegel à son tour cherche à donner à la réflexivité du discours philosophique une tournure autoréférentielle, qui lui permette de rendre compte de sa genèse et d’établir sa validité. Mais il s’efforce, quant à lui, de constituer un idéalisme libéré de son lieu traditionnel d’émergence et de thématisation – c’est-à-dire libéré de la forme-conscience et des ambivalences inhérentes au rapport que le sujet seulement fini entretient avec lui-même.

5Dans une troisième partie enfin, O. Tinland esquisse les contours d’un idéalisme hégélien émancipé de l’empirisme logique de la Critique de la raison pure aussi bien que du biais égologique de la Doctrine de la science. Le projet hégélien se révèle de ce fait très proche de celui de Schelling, dont l’idéalisme est qualifié par Hegel lui-même d’ « absolu » (182), et qui consiste à reconnaître, non pas la relation des choses existantes à une conscience, mais une certaine manière qu’ont ces choses d’exister ou de se comporter, un certain type de dépendance, non pas gnoséologique mais métaphysique, à l’égard de ce qui est considéré comme étant au principe de leur existence (175). L’originalité de l’idéalisme hégélien, cependant est, comme on l’a dit plus haut, de penser l’idéalisme à partir du concept d’idéalité.

6En d’autres termes, chez Hegel, la problématique classique de l’idéalisme subjectif se trouve renversée : ce n’est pas parce que notre rapport à l’être est tributaire de la médiation idéalisante de nos facultés subjectives que les objets peuvent être dits idéels, c’est au contraire parce que le réel est déjà en lui-même idéel qu’il pourra apparaître comme le corrélat d’une idéalisation subjective. On peut dès lors s’affranchir du dilemme d’une ontologie dogmatique et d’une théorie réflexive de la connaissance : la radicalisation du projet transcendantal d’autojustification du discours philosophique implique d’elle-même le passage à un « empirisme supérieur » intégrant toute la richesse du réel, sans jamais dégénérer en un réalisme ontologique figeant le fini et l’infini dans un face à face stérile (229).

7L’ouvrage d’O. Tinland fera date à n’en pas douter. Il est écrit dans une langue claire et propose des analyses soigneusement élaborées et argumentées. On fera cependant deux remarques : 1) O. Tinland examine le projet philosophique de Hegel sans montrer comment celui-ci le met en œuvre concrètement. Le lecteur n’apprend guère ce que change un tel projet pour une philosophie de la nature, du droit, de l’art, etc. Établir ce point aurait aidé à mieux comprendre l’originalité et l’intérêt de la posture hégélienne. 2) L’auteur analyse de manière convaincante le concept d’idéalité mais ne semble guère s’intéresser au concept d’idée. Cela se justifie si l’on considère que Hegel défend une conception essentiellement procédurale de la philosophie. Pourtant, la notion d’idée est bel et bien omniprésente sous sa plume. Il fallait donc au moins poser le problème : de quoi parle Hegel lorsqu’il parle de l’idée, celle-ci désigne-t-elle une exigence sans substrat ou a-t-elle un contenu propre ? Pour l’auteur de cette recension, par exemple, l’idée est un sujet constitué en totalité qui s’incarne de manière particulière en chaque moment. Elle est donc indissociablement contenu et tendance. Vivante, elle idéalise toute altérité et se transforme elle-même. Pour autant, elle est bien quelque chose, à savoir ce qui est en question dans l’analyse philosophique de chaque moment. C’est précisément parce que l’hégélianisme est une philosophie de l’idée qu’il n’est pas purement critique mais propose aussi des résultats positifs.

8Il n’en reste pas moins que cet ouvrage présente une passionnante investigation de l’hégélianisme. Il faudra désormais se référer à ses résultats, fût-ce pour les discuter. Il vaut aussi par la rigueur de ses analyses et le riche panorama qu’il offre de l’état de la question.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Marmasse, « Compte rendu de Olivier Tinland, L’idéalisme hégélien, Paris, CNRS Editions, 2013 », Methodos [En ligne], 15 | 2015, mis en ligne le 21 janvier 2015, consulté le 26 juin 2017. URL : http://methodos.revues.org/4191

Haut de page

Auteur

Gilles Marmasse

Université de Poitiers

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • Revues.org