Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Compte rendu de Bernard Stiegler (Dir.), Digital Studies : organologie des savoirs et technologies de la connaissance, Limoges, Fyp éditions, 2014, 189 p.

Alberto Romele
Référence(s) :

Limoges, Fyp éditions, Coll.Innovation, 2014, 189 p. EAN 13 : 978-2-364051089

Texte intégral

1Le texte édité par Bernard Stiegler occupe une place tout à fait importante dans le panorama de la philosophie de la technique contemporaine, dans la mesure où il dépasse d’emblée une double alternative qui traverse l’histoire de cette discipline relativement jeune. Premièrement, toutes les interventions se situent au-delà de l’alternative entre une attitude utopiste et une attitude dystopiste à l’égard de la technique, i.e. entre le techno-enthousiasme et la techno-phobie. Comme l’observait Carl Mitcham dans son livre Thinking through technology (1994), jusqu’aux années 1980 on pouvait distinguer entre une philosophie de la technique humaniste et une philosophie de la technique de l’ingénierie. D’un côté, Mitcham rangeait des auteurs tels que Martin Heidegger, Jacques Ellul et Herbert Marcuse, qui avaient été critiques au regard du potentiel de la technique. De l’autre côté, le philosophe américain plaçait des auteurs moins connus comme Friedrich Dessauer, Juan David Garcìa Bacca et Mario Bunge, selon lesquels la technique ne représentait pas une menace, mais plutôt un objet concret d’étude. Dans ce même groupe, nous pourrions placer toute une série de philosophes français que Mitcham ne nomme pas, à commencer par Gilbert Simondon, dont Stiegler a d’ailleurs contribué à la redécouverte. Au-delà de cette alternative, l’orientation du livre est explicitement « pharmacologique », dans le sens où il comprend les objets techniques comme étant à la fois un poison et un remède. En d’autres termes, les contributeurs partent de l’hypothèse que toute technique est originairement et irréductiblement ambivalente. Et cela serait d’autant plus vrai dans le cas des nouvelles technologies numériques. Deuxièmement, la plupart des interventions dépasse l’alternative entre une phénoménologie et une ingénierie des techniques. Or, bien qu’une philosophie de la technique humaniste, dans le sens que Mitcham donnait à ce terme, soit encore pratiquée aujourd’hui, elle ne représente plus l’approche dominante. À partir des années 1980, on assiste à ce que Hans Achterhuis (1997 ; 2001), suivi par Peter Kroes et Anthonie Meijers (2000), a défini comme étant le « tournant empirique » de la philosophie de la technique. Selon ses représentants, la philosophie de la technique classique était trop générale et forcément peu attentive aux différences spécifiques parmi les technologies et leurs propres développements. Plus récemment, Philip Brey (2010) a proposé de distinguer entre deux tournants empiriques dans la philosophie contemporaine de la technique. D’un côté, des auteurs comme Hubert Dreyfus, Andrew Feenberg et Don Ihde, auxquels il faut ajouter des philosophes relevant de traditions hétérogènes tels que le pragmatisme et le post-structuralisme, comme Larry Hickman, Andrew Light, Donna Haraway et Bruno Latour, ont tourné leur attention vers des technologies concrètes et ont fait l’effort de développer une philosophie de la technique contextuelle et moins déterministe. En général, ces philosophes partagent un intérêt non pas – ou du moins pas exclusif – pour les technologies en soi, mais pour leur impact sur l’individu et la société. De l’autre côté, des auteurs comme Joseph Pitt, Peter Kroes et Anthonie Meijers ont soutenu que le vrai problème de la philosophie de la technique est qu’elle ne s’occupe pas du tout de technique, mais plutôt de ses implications anthropologiques et sociales.

  • 1 Il s’agit d’une intervention donnée par Bachimont à l’occasion du séminaire préparatoire aux Entret (...)

2Avec le développement des humanités numériques, ou des digital studies, comme on propose de les appeler ici, cette alternative n’a pas disparu. En dépit de l’expression qui combine les deux termes, derrière les digital humanities se cache souvent un conflit entre ceux qui croient qu’en ce domaine il faut traiter surtout les effets du numérique sur l’homme et la société, et ceux qui préfèrent s’occuper des méthodes et des dispositifs que le numérique met à la disposition des sciences humaines et sociales. L’intuition majeure de ce livre consiste alors à combiner de manière harmonieuse les deux approches. Bruno Bachimont, un des intervenants qui, en tant qu’informaticien et épistémologue, incarne les deux âmes du livre, a récemment proposé de ne pas voir entre ces deux attitudes un « conflit des interprétations ».1 Il s’agit plutôt de deux niveaux de compréhension, distincts mais complémentaires. Au niveau informatique, le numérique est envisagé de manière neutre, binaire et formelle, tandis qu’au niveau phénoménologique, on traite la question sémantique des différentes conceptions que nous appliquons de l’extérieur à cette masse de 0 et de 1.

3Un premier groupe d’interventions de l’ouvrage dirigé par Bernard Stiegler est dédié au « numérique comme écriture » et à « la question des technologies intellectuelles ». Les nouvelles technologies ne sont pas tout simplement des machines qui remplacent l’effort cognitif et intellectuel. Au contraire, l’homme est, comme le pensait déjà le philosophe allemand Helmuth Plessner, naturellement artificiel, au sens où toutes ses idées et motivations sont techniquement médiatisées. Par conséquent, les (nouvelles) technologies ont un impact sur l’essence même de l’homme.

4C’est pourquoi Stiegler propose dans l’article d’ouverture – « Pharmacologie de l’épistémè numérique » – de défendre d’un point de vue pharmacologique le principe suivant lequel la vie de l’esprit est essentiellement constituée par ses extériorisations et que l’évolution numérique constitue par conséquent un nouvel âge de l’esprit. En outre, il affirme que « le rôle des structures académiques et des puissances publiques est de cultiver les thérapeutiques par où le pharmakon empoisonnant [du numérique] peut devenir curatif » (p. 15).

5Dans « Penser l’automaticité au seuil du numérique », David Bates, professeur de rhétorique à l’Université de Berkeley, affirme que « le cerveau contemporain est un cerveau numérique » (p. 28). Avec cette définition, l’auteur ne veut cependant pas donner du crédit aux explications du cerveau qui le décrivent selon la logique rigide de l’automaticité. Descartes avait en effet déjà vu la plasticité cérébrale, à savoir que le cerveau est une entité complexe dont les fonctions ne reposent pas sur une structure ou sur une organisation finie. Cerveau et pensée sont plutôt des entités ouvertes et donc capables de restructuration et de réorganisation générales. En ce sens, Turing et sa machine faisaient figure d’intrus (p. 35). Contrairement à ce qu’on en pense par ailleurs, Turing lui-même – tout comme l’autre père de l’informatique, von Neumann – avait pour but de constituer une modélisation « ouverte et malléable d’un cerveau capable de se transformer lui-même sous l’influence marquante de la nature et de la culture » (p. 40).

6Ed Cohen propose dans son intervention – « Vers un nouveau savoir-vivre » – de penser les oppositions binaires de l’ordinateur de manière « transductive ». En d’autres termes, à partir du concept d’individuation proposé par Gilbert Simondon et celui de psychagogie défini par Foucault, le professeur américain veut nous pousser à penser que « nous sommes plus que ce que nous savons ». Ce « plus » ne consiste pas pour autant en quelque chose de métaphysique ou d’ontologique, mais en notre être technique. Dans le mot technique, il faut inclure « les pratiques de l’attention et les structures qui ont été cultivées pendant des millénaires dans des cultures non modernes aussi bien que modernes », telles que « la méditation, le yoga, la dance, la respiration rythmique, le chant, les percussions et les prostrations […] » (p. 57-58).

7La deuxième série d’interventions s’occupe de « Software studies, digital humanities, digital studies ». Le leitmotiv de ce groupe d’articles consiste dans l’intérêt porté aux limites de l’automatisation du traitement de données et à la nécessité de réadmettre, pour ainsi dire, un regard humain – régime d’interprétation, visualisation des chaînes d’interdépendance, intérêt pour le sens et le contexte, attention orientée texte ou capacité d’écrire « en prose » – sur la chose étudiée.

8L’article de Bruno Bachimont – « Le nominalisme et la culture : questions posées par les enjeux du numérique »– rapproche le nominalisme du Moyen Age, qui « apporte une solution sémiotique et non plus ontologique au problème de traiter les termes généraux », de la révolution numérique qui permet « d’étudier l’ensemble des données comme un tout, et de donner des propriétés du corpus qui ne sont le fait d’aucune donnée particulière » (p. 69-70). De cette manière, l’auteur s’interroge sur le modus operandi du numérique qui, à son avis, exclut l’interprétation directe du contenu en lui préférant la visualisation à travers des interfaces : « si on a bien un nominalisme qui disqualifie le réalisme linguistique où la langue est un instrument de connaissance, on lui substitue un réalisme de la perception dont la critique reste à faire » (p. 71). Du point de vue épistémologique, Bachimont s’interroge sur (1) le sens à donner à l’extraction automatisée de mots avec laquelle on néglige la position du mot dans le texte et son rôle ; (2) la rupture du lien entre les données et la réalité qu’elles désignent ; (3) le statut du sens attribué par l’utilisateur aux données visualisées. Du point de vue phénoménologique, l’auteur affirme qu’en coupant les données de leur régime originaire d’interprétation, on les coupe de leur terrain culturel où elles prennent sens : « toutes les statistiques sur le cours du pain à la veille de la Révolution ne permettront de rien expliquer du tout à quiconque n’a jamais eu faim ni ne sait ce que c’est que manger du pain frais cuit au four » (p. 76).

9Le sociologue Dominique Cardon, chercheur au laboratoire des usages d’Orange Labs, s’interroge dans son article – « Zoomer ou dézoomer ? Les enjeux politiques des données ouvertes » – sur le lien profond entre les sciences sociales et le journalisme de données à l’époque du numérique. Son hypothèse consiste à dire qu’« en privilégiant les individus au détriment des structures, le mouvement des données ouvertes et celui du journalisme de données ne portent guère intérêt à ces deux piliers [stabilité catégorielle et techniques d’échantillonnage] de l’interprétation statistique » (p. 85). De cette manière, on assisterait à une personnalisation excessive des données, qui met en crise notre capacité critique. Pour cette raison, face au « zoom » sur l’individu que le numérique rend possible, Cardon nous exhorte à « dézoomer » un peu : « Le zoom permet aux individus de se voir mais il ne leur permet plus de critiquer s’il n’est pas associé à un travail de catégorisation ou à une visualisation des chaines d’interdépendance entre les différents acteurs » (p. 93).

10En proposant « Une introduction aux humanités numériques », Pierre Mounier avance plusieurs thèses intéressantes. Premièrement, l’idée qu’« il n’est pas totalement absurde de penser que les humanités numériques ont vocation à structurer les débats en sciences humaines et sociales au cours de la période qui s’ouvre, au même titre que le structuralisme a pu le faire il y a quelques décennies » (p. 99). Deuxièmement, la thèse selon laquelle l’archive, numérisée ou nativement numérique, est porteuse tant de promesses que de menaces. De promesses, car elle donne la possibilité de chercher au sein d’immenses corpus ainsi que de mobiliser un large public. De menaces, parmi lesquelles l’auteur nomme la question de la pérennité et celle du contrôle de l’archive. Finalement, Mounier relève que par son indifférence aux notions de sens et de contexte, le concept d’information permet d’appliquer des traitements similaires à toute situation de communication. Mais par son indifférence aux notions de sens et de contexte, l’« information n’est rien sans une activité d’interprétation qui lui donne le sens et la contextualité » (p. 106).

11Alain Giffard discute « Le conflit des attentions et l’exercice de la lecture numérique », en partant de l’idée selon laquelle « la lecture classique mobilise une attention orientée texte, tandis qu’à la culture industrielle [i.e. numérique] correspond une attention orientée sur le medium » (p. 118). Le livre sait mettre en réserve ses caractéristiques de médium, tandis que le médium numérique ne se laisse pas oublier si facilement. En outre, par rapport aux auteurs qui dénoncent les problèmes de concentration et réflexion approfondie liés au numérique, Giffard parle surtout de l’implication du lecteur et du rôle de l’exercice : « l’exercice de lecture numérique est précisément ce qui permet d’éviter […] les addictions, la baisse d’énergie, les insuffisances de mémorisation, l’association défectueuse de la lecture et de la réflexion » (p. 121).

12Sous la plume de Warren Sack, qui propose un article sur « Image, nombre, programme, langage », les langages de programmation ne sont rien moins que la dernière incarnation du rêve ancien de rendre le langage capable d’agir concrètement sur le monde. Ce type de langage se présente à la fois sous une forme symbolique et sous une forme matérielle. L’efficacité du langage de programmation, en particulier, se fonde en bonne partie sur la convergence de l’image, du nombre, du programme et du langage que Sack montre à travers l’explication de Every Icon, œuvre de l’artiste numérique John Simon. Or, la proposition conclusive de l’auteur est que « si nous voulons interagir avec cet enchevêtrement étrange et contemporain […], nous devrons être capables d’écrire dans un certain mélange de prose et de code » (p. 140).

13Le dernier groupe de contributions discute des « Technologies industrielles de la connaissance à l’ère des data ». En d’autres termes, les articles envisagent les enjeux économiques, éthiques et politiques résultant du nouveau procès de centralisation qui caractérise la Toile aujourd’hui. Dans les années 1990, l’internet était pensé comme le (non-)lieu où toutes les discriminations dues au genre, la classe sociale, l’aspect physique, etc. auraient disparu. Cette cyber-utopia a trouvé son point d’arrêt suite à la naissance de grands groupes tels que Yahoo!, Google et Facebook qui ont territorialisé ce que le sociologue Manuel Castells (2001) définissait comme un spaceless space. De cette manière, les entreprises 2.0 ont aussi lancé plusieurs défis aux vieilles forces nationales et supranationales.

14Dans « La question de la langue à l’époque de Google », Frédérick Kaplan se concentre sur le « capitalisme linguistique », i.e. la possibilité de monétiser nos recherches sur un browser tel que Google. Avec l’introduction de son deuxième algorithme, « Google a étendu le domaine du capitalisme à la langue elle-même » (p. 149). De plus, Google aurait été le premier à avoir compris que la logique du capitalisme linguistique repose sur une « économie de l’expression » et qu’il faut donc inciter les utilisateurs à s’exprimer plus, pour en capter le flux langagier. Parmi les effets linguistiques possibles du capitalisme linguistique et de la généralisation de la médiation algorithmique, l’auteur parle de la naissance de « dialectes algorithmiques », c’est-à-dire de « la tendance générale conduisant vers des expressions plus régulières et moins idiomatiques qui constituent des formes linguistiques plus susceptibles de donner lieu à des enchères » (p. 153) : « les langues naturelles pourraient progressivement évoluer en intégrant des biais spécifiques dus aux algorithmes transformateurs de textes et aux contraintes économiques du nouveau capitalisme linguistique » (p. 155).

La question au centre de l’intervention de Christiane Fauré – « Les interfaces digitales » – est : « que devient la chose publique lorsque la publication n’est plus le fruit d’une compétence qui s’exprime volontairement mais d’une autopublication automatique de data ? » (p. 166). En somme, l’auteur défend l’importance du langage et de l’écriture, en particulier comme activité de distanciation critique et de réflexion, que des instruments tels que les interfaces neuronaux – des compagnies comme Intel et Google investissent énormément dans le ce domaine – menacent.

15L’article conclusif de Michel Calmejane – « Les données, nouvel or noir » – porte sur les limites de la politique économique des États européens face au triomphe de certains acteurs privés dans le domaine des nouvelles technologies. Si la réponse européenne se concentre surtout sur le contrôle fiscal, l’auteur propose en revanche de réfléchir à partir de ce qui, dans le numérique, représente et constitue de la valeur. En particulier, il propose d’envisager un modèle où l’internaute fixerait lui-même le prix et les conditions d’accès à ses données personnelles (p. 176). Vu que prises individuellement, les données d’un seul internaute n’ont qu’une très faible valeur, Calmejane se demande – mais la question reste sans réponse définitive – si c’est le rôle des États d’établir des conditions globales d’accès aux données de chacun de ses citoyens.

16Bien que dans ce livre l’interprétation du numérique soit conduite à partir de perspectives fort différentes, nous avons vu combien la notion de pharmakon en garantit la cohérence. La pharmacologie est une discipline du numérique qui, comme nous l’avons dit, permet de surmonter la double alternative qui parcourt la philosophie de la technique au vingtième siècle jusque dans le débat actuel sur les humanités numériques. En conclusion, nous aimerions avancer l’hypothèse selon laquelle la pharmacologie de Stiegler est une herméneutique (du) numérique.

17Premièrement, dans la mesure où elle se trouve à l’intersection entre plusieurs disciplines, tout comme l’herméneutique qui concerne tant la philosophie que le droit, la théologie, l’éducation, la critique littéraire etc. Deuxièmement, dans la mesure où elle est une réflexion sur les puissances et les impuissances du numérique, tout comme l’herméneutique s’occupe des potentialités et des limites de l’interprétation. La fameuse maxime gadamérienne selon laquelle « l'être qui peut être compris est langage » est volontairement ambiguë. Elle montre en même temps la grande puissance du langage, mais aussi qu’il y a toute une partie de l’être qui ne peut pas être dite, et qui ne relève donc pas du domaine de l’herméneutique. Troisièmement, le croisement du niveau informatique et phénoménologique ressemble à l’effort de Paul Ricœur pour dépasser l’alternative entre vérité et méthode, entre les sciences de l’esprit et les sciences de la nature. La devise du philosophe selon laquelle « il faut expliquer plus, pour comprendre mieux » indique précisément la complémentarité nécessaire entre ces deux couches. Finalement, la pharmacologie de Stiegler est une discipline de la trace (numérique), de par l’importance que l’auteur français reconnaît au concept de rétention tertiaire. Dans le troisième volume de La technique et le temps il affirmait qu’« au-delà des rétentions primaires et secondaires analysées par Husserl, il doit y avoir des rétentions tertiaires, c’est-à-dire des traces techniques qui rendent accessible au Dasein ce passé factice qui n’est pas le sien, qu’il n’a pas vécu, et qui cependant doit devenir le sien, dont il doit hériter comme son histoire. Telle est son historialité (Geschichtlichkeit) » (Stiegler, 200, p. 67). De la même manière, l’herméneutique, du moins celle qui remonte à Dilthey, est avant tout une pensée des objectivations de l’esprit. En tant que pensée de la trace numérique, la pharmacologie représente alors une réponse valide à la pensée de l’information qui domine le débat philosophique, surtout analytique, relativement à ce que Luciano Floridi (2014) appelle la « quatrième révolution ». L’intérêt d’une herméneutique (du) numérique n’est pas tourné vers l’information en soi, mais sur le fait que, en passant, l’information laisse toujours des traces. Ces traces numériques sont aujourd’hui parmi les ressources majeures des sciences humaines et sociales. Elles sont en même temps un objet privilégié de considérations théoriques, éthiques et politiques.

Haut de page

Bibliographie

Achterhuis, Hans (ed.) (2001), American Philosophy of Technology: The Empirical Turn, Bloomington, Indiana University Press, (originairement publié en néerlandais en 1997)

Brey, Philip (2010), “Philosophy of Technology after the empirical Turn”, Techné: Research in Philosophy and Technology 1/14, p. 36-48.

Floridi, Luciano (2014), The fourth Revolution, Oxford, Oxford University Press.

Kroes, Peter & Anthonie Meijers (eds.) (2000), The empirical Turn in the Philosophy of Technology, Amsterdam, Elsevier Science.

Mitcham, Carl (1994), Thinking through Technology, Chicago, University of Chicago Press.

Stiegler, Bernard (2001), La technique et le temps 3. Le temps du cinéma et la question du mal-être, Paris, Galilée.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit d’une intervention donnée par Bachimont à l’occasion du séminaire préparatoire aux Entretiens du Nouveau Monde Industriel 2014, qui a eu lieu à l’Institut Télécom Paritech le 1er Juillet 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alberto Romele, « Compte rendu de Bernard Stiegler (Dir.), Digital Studies : organologie des savoirs et technologies de la connaissance, Limoges, Fyp éditions, 2014, 189 p. », Methodos [En ligne], 15 | 2015, mis en ligne le 21 janvier 2015, consulté le 26 mai 2017. URL : http://methodos.revues.org/4183

Haut de page

Auteur

Alberto Romele

Instituto de Filosofia, Universidade do Porto

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • Revues.org