Navigation – Plan du site
Dire et vouloir dire

Le langage, la pensée et les objets du monde

"meinen" et "bedeuten" selon Karl Bühler
Language, thought and the objects of the world : meinen and bedeuten in the work of Karl Bühler
Perrine Marthelot

Résumés

Cet article a pour but de montrer comment le recours au concept de sphère, issu des travaux de la psychologie expérimentale de l’école de Würzburg, révèle une évolution remarquable du traitement de la signification (Bedeutung) par Karl Bühler dans ses recherches en psychologie puis en théorie du langage. En 1907, le concept de sphère était introduit comme le corrélat de la visée (meinen) dans le but de remettre en cause la définition de la signification comme association de représentations (Vorstellungen). Mais, si le concept de visée apparaît alors comme le levier de l’argumentation, il ne constitue pas l’essence de la signification – laquelle se réalise dans les trois fonctions du modèle instrumental du langage. Or, le retour du concept de sphère au rang des « auxiliaires matériels » du champ symbolique de la représentation (Darstellung) dans la Théorie du langage, contribue à réévaluer les conditions de compréhension et de réalisation de la signification, en introduisant dans la fonction de représentation même une prise en compte des choses du monde sous la forme d’un savoir factuel.

Haut de page

Texte intégral

1Faut-il, pour comprendre une signification, nécessairement se représenter son objet ? Si oui, quelle forme de représentation est-elle par là-même engagée ? Et si non, quel est alors le contenu de la signification, et quelle relation cette dernière entretient-elle avec son objet ?

  • 1 Karl Bühler, « Tatsachen und Probleme zu einer Psychologie der Denkvorgänge. I : Über Gedanken », (...)
  • 2 Nous traduisons ainsi le concept de Vorstellung car Bühler mentionne explicitement qu’il faut l’en (...)
  • 3 August Messer (1906), « Experimentell-psychologische Untersuchungen über das Denken », Archiv für (...)
  • 4 Charlotte Bühler (1918), Über Gedankenentstehung. Experimentelle Untersuchungen zur Denkpsychologie(...)
  • 5 Karl Bühler (1909), Über das Sprachverständnis vom Standpunkt der Normalpsychologie aus, Bericht ü (...)

2C’est à une telle interrogation que se confronte Karl Bühler, lorsqu’il tente, dans ses travaux de psychologie expérimentale, de décrire les vécus de la pensée, puis ceux qu’impliquent la compréhension d’une signification. Les trois volets de sa thèse d’habilitation1 s’attachent à décrire précisément le contenu de la pensée, en interprétant le matériau abondant de ses données expérimentales, dans un dialogue étroit avec la psychologie contemporaine d’une part, et les concepts de la phénoménologie des Recherches Logiques d’autre part. C’est ainsi que Bühler articule de manière intéressante les deux concepts de visée (meinen) et de sphère (Sphäre), afin de proposer une alternative aux définitions du contenu de la pensée en termes de représentation (Vorstellung). Distinguant deux formes de contenus possibles, l’un sensible et l’autre intelligible, Bühler emploie le concept de visée (meinen) comme un levier stratégique afin de démontrer le caractère indépendant du processus de la pensée à l’égard de toute représentation sensible (Vorstellung)2. Si, comme le soutient Bühler, les représentations ne jouent qu’un rôle secondaire dans le processus de pensée, quel est alors le contenu de la pensée ? La question de la «  détermination du quoi » (Wasbestimmtheit) de la visée occupe une place centrale dans l’analyse : le problème est de parvenir à cerner la nature de l’objet de la pensée. C’est à une telle question que vient répondre l’hypothèse du concept de sphère, développé notamment par August Messer3 et Charlotte Bühler4. Or, en 19095, Bühler reprend exactement – sur le terrain d’une analyse des contenus de la signification – la démonstration à laquelle il avait eu recours pour démontrer que les vécus de la pensée visaient leur objet de manière indirecte, sans recourir nécessairement à aucune forme de représentation (Vorstellung). La signification se réalise également dans la visée d’une sphère.

  • 6 Didier Samain, dans la traduction française de la Sprachtheorie, traduit par « modèle instrumental (...)

3Mais, si le concept de visée permettait à Bühler de mettre en évidence l’indépendance de la signification à l’égard de la représentation, elle n’en conditionne cependant pas l’essence. Loin de suivre Husserl, qui articule la signification à la visée dans la première Recherche Logique, Bühler reste au contraire sur le terrain de l’échange communicationnel, et propose en 1909 une première ébauche de ce qui deviendra par la suite le modèle instrumental (Organon-Modell) du langage, dans un dialogue étroit avec Anton Marty. Contrairement à ce dernier, qui définissait la signification comme une fonction et considérait avant tout les états mentaux des acteurs de la relation de communication, Bühler distingue plusieurs fonctions de la signification (qui n’est pas elle-même une fonction, mais la réalisation de toutes les fonctions), et redessine les pôles de la relation de communication afin d’introduire aux cotés du locuteur et du récepteur, le pôle du monde depuis lequel on parle, sous la forme des objets (Gegenstände) et des états de choses (Sachverhalte). Or, ce troisième pôle joue un rôle majeur dans la détermination du modèle fonctionnel – ou instrumental6 – par lequel Bühler détermine la signification, puisqu’il conditionne l’introduction d’une troisième fonction, absente du modèle de Marty : la fonction de représentation (Darstellung). Cette dernière ouvre le domaine du symbolique, et se caractérise avant tout par son indépendance à l’égard de toute forme de recours au sensible dans la réalisation de sa signification.

  • 7 Karl Bühler, Sprachtheorie, die Darstellungsfunktion der Sprache, G. Fischer, Jena, 1934 ; trad. f (...)
  • 8 Karl Bühler (trad. franç. 2009), Théorie du langage, § 14.

4Il est alors particulièrement intéressant de voir Bühler, quelques trente années plus tard, réactiver le concept de sphère, non plus dans une perspective de psychologie, mais dans la troisième partie de la Théorie du langage7, lorsqu’il expose le champ symbolique de la représentation. Si, pour une part, Bühler reste fidèle aux conclusions de ses premiers travaux, rappelant les principaux traits de l’argumentation de 1907 dans le paragraphe qu’il consacre à l’analyse des signes linguistiques de concept8, la caractérisation du concept de sphère comme un « auxiliaire matériel » (Stoffhilfe) du champ symbolique témoigne d’une évolution remarquable de sa pensée. Considérant désormais les propriétés de la sphère, Bühler montre ainsi que cette dernière révèle l’ouverture de la fonction représentationnelle sur une forme de prise en compte de la matérialité du monde – laquelle joue en dernière analyse un rôle non négligeable dans le processus de compréhension et dans la réalisation de toute signification.

  • 9 Pour plus de précisions sur le recours à cette méthode, sur la controverse qu’elle occasionna entr (...)

5Karl Bühler publie entre 1907 et 1908 les trois volets de la thèse d’habilitation qu’il a réalisée sous la direction d’Oswald Külpe à Würzburg. Le but premier de sa recherche consiste à décrire les constituants (Bestandstücke) des vécus de la pensée, en interprétant les résultats obtenus par l’application de la méthode dite « d’introspection expérimentale dirigée » aux contenus supérieurs de la conscience9. Distinguant deux candidats possibles pour un tel rôle – les représentations (Vorstellungen) et les pensées (Gedanken) – il écarte rapidement les représentations, et s’attache à caractériser les éléments constitutifs des pensées.

  • 10 Janette Friederich analyse ce concept aux pages 66 et suivantes, d’un article intitulé « La pensée (...)
  • 11 Voir par exemple les § 46 et 48 de la sixième Recherche Logique.
  • 12 Karl Bühler (1907), Tatsachen, I, p. 340.
  • 13 Karl Bühler (1907), Tatsachen I., p. 340 : « Es gibt (…) nicht nu reine Art adäquaten Gegebenseins (...)
  • 14 Karl Bühler (1907), Tatsachen I, p. 340.

6À la suite d’Alfred Binet, de Narzich Ach et d’August Messer, et contre les tenants de la psychologie associationniste au premier rang desquels figurait Wilhelm Wundt, Bühler affirme que les éléments d’ordre sensible ne jouent qu’un rôle périphérique dans le processus de la pensée. Une fois le rôle constitutif des représentations sensibles dans les processus de pensée rejetés, il est crucial de parvenir à caractériser précisément ce en quoi pourrait constituer le contenu de la pensée (Gedanke), et le type de relation qu’elle entretient avec ses objets. Poursuivant son analyse, Bühler distingue trois moments élémentaires de la pensée qu’il nomme respectivement : la conscience de la règle10 (das Regelbewusstsein), la conscience de rapport (das Beziehungsbewusstsein) et l’intention (die Intention ou das Meinen). Les deux premiers constituent selon Bühler deux représentants de l’intuition catégoriale, telle qu’elle est définie par Husserl dans la sixième Recherche Logique11, par opposition à l’intuition simple12. L’intérêt de la conscience de la règle est donc d’introduire une autre manière pour la pensée (ou pour la conscience, selon ses termes), de se donner ses objets, aux côtés de l’intuition (Anschauung)13. Ainsi l’exemple mathématique de la décroissance en fonction du carré de la distance14 constitue une forme de mise en œuvre de cette conscience de la règle : pour penser une telle fonction, la pensée n’a pas besoin de s’appuyer sur un quelconque contenu sensible (sur une distance en particulier). La conscience de la règle réside dans la pensée de la fonction, indépendamment de tout substrat sensible, dans la simple réalisation d’un rapport.

7Le cœur de l’argumentation est donc principalement porté par la problématique de la détermination de l’objet de la pensée, ou du « quoi » (das Was), de ce sur quoi porte la pensée.

  • 15 Karl Bühler (1907), Tatsachen, I, p. 346.
  • 16 Karl Bühler (1907), Tatsachen, I., p. 346.

8Or, le troisième élément que Bühler distingue dans la pensée correspond à ce qu’il nomme les intentions (Intentionen), lesquelles consistent en une pure visée (blosses Meinen), distincte de ce qui est visé (was gemeint wird)15, et que rien ne semble venir remplir. C’est la raison pour laquelle Bühler classe les intentions parmi les « actes purement signitifs »16, définis par Husserl au § 25 de la sixième Recherche Logique.

  • 17 K. Bühler, Tatsachen I, p. 349
  • 18 Karl Bühler (1907), Tatsachen, I, p. 346
  • 19 August Messer (1906), « Experimentell-psychologische Untersuchungen über das Denken », Archiv für (...)

9S’il est nécessaire de distinguer, pour toute pensée, la « détermination du quoi » (Wasbestimmtheit) de ce qui est pensé d’une part et la relation établie avec l’objet17 d’autre part, ou encore la détermination du contenu de la pensée et l’action de la pensée elle-même, par laquelle elle accède à son objet, alors, les intentions présentent un cas particulier de scission entre ces deux éléments en ce qu’elles se résument à la simple visée – sans déterminer elles-mêmes leur objet (ou le « quoi » de ce sur quoi elles portent). Lorsque Külpe, soumis à une expérience d’introspection dirigée, répond qu’il a « eu un instant présent à l’esprit tout le développement du scepticisme en trois périodes »18, il ne s’est rien représenté, pas plus qu’il n’a déterminé le contenu de sa pensée. Sa pensée est toute entière définie par la visée d’un objet qu’elle ne délimite pas elle-même. Or, c’est en affrontant la question de la détermination de ce « quoi », c'est-à-dire la manière par laquelle la pensée – y compris dans la forme de la pure visée sans objet direct – parvient à se donner un objet, que Bühler introduit, au paragraphe cinq, le concept de « conscience de sphère », qu’il reprend aux travaux d’August Messer19. En d’autres termes, il ne semble pas nécessaire pour la pensée, dans le moment que Bühler caractérise comme une intention, de viser un objet déterminé. Ce que montrent les expériences de Bühler semble plutôt attester la possibilité pour la pensée de viser non pas l’objet mais un ordre de sphère – c'est-à-dire une forme d’organisation ou de relation entre objets. En visant une certaine place à l’intérieur d’un ordre, la pensée ne détermine alors son objet que de manière indirecte.

  • 20 Karl Bühler (1907), Tatsachen I., p. 363 : « Man nennt z.B. das Bewusstsein einer Wortbedeutung Be (...)
  • 21 Karl Bühler (1907), Tatsachen I., p. 363 : « Wenn mir ein gehörtes oder gelesenes Wort kein leerer (...)
  • 22 Karl Bühler, Tatsachen I, p. 363.
  • 23 Karl Bühler (1907), « Eine Analyse komplizierter Denkvorgänge », Bericht über den 2. Kongress für (...)

10Or, cette découverte s’étend également au domaine de la signification20 : comprendre un mot n’implique pas l’activation d’une représentation sensible de chose, mais une certaine forme de savoir21. Bühler prenait ainsi explicitement position contre l’hypothèse associationniste soutenue notamment par Wundt et dépendante du sensualisme hérité de Locke et Hume, qui dominait alors le champ de la recherche en psychologie expérimentale en Allemagne22. Rejetant l’hypothèse selon laquelle la signification serait composée d’un enchaînement de représentations sensibles, Bühler soutient au contraire que le processus de la signification relève du domaine de la pensée23. Une fois ce constat posé, il reste à construire le versant positif du problème : si les représentations sensibles ne jouent aucun rôle essentiel dans la réalisation de la signification, en quoi la signification consiste-t-elle ? Et en quoi peut-elle relever d’un savoir ?

  • 24 Karl Bühler (1908), Tatsachen II, Archiv für die gesamte Psychologie 12, p.18-19
  • 25 Karl Bühler (1909), « Über das Sprachverständnis vom Standpunkt der Normalpsychologie aus. », Beri (...)
  • 26 Karl Bühler (1909), « Über das Sprachverständnis vom Standpunkt der Normalpsychologie aus », p. 10 (...)

11À cette question, Bühler propose un début de réponse dans le second volet de son habilitation, Über Gedankenzusammenhänge24, et dans un article présenté au Kongress für experimentelle Psychologie, en avril 1908, intitulé Über das Sprachverständnis vom Standpunkt der Normalpsychologie aus25. Distinguant la compréhension des mots isolés de celle des phrases, Bühler pose la question de savoir ce que nous expérimentons (au sens de l’Erlebnis) lorsque nous comprenons un mot isolé. Quels sont les états mentaux impliqués dans le processus de compréhension d’une signification ? Suivant son hypothèse, Bühler distingue deux formes de contenus dans la conscience de signification (Bedeutungsbewusstsein) : des contenus sensibles (sinnliche Inahlte) et des contenus relevant de la pensée (gedankliche Inhalte)26, caractérisés par une visée spécifique, indépendante des éléments relevant de la représentation sensible. Le concept de visée permet de distinguer, dans le processus de signification, la manière dont cette dernière se rapporte à l’objet sans recourir à aucune représentation sensible. Le problème est alors de savoir quel est l’objet de la visée, et quel est son rôle dans la réalisation de la signification.

  • 27 Charlotte Bühler (1918) donne de la sphère la définition suivante dans « Über Gedankenentstehung » (...)

12À nouveau, Bühler suit la voie qu’il avait empruntée dans la description de la détermination du « quoi » de l’intention en recourant au concept de « conscience de sphère »pour déterminer cette fois le contenu de la signification. Un tel concept insiste sur l’importance de la mise en relation : comprendre un mot suppose d’établir une relation entre le mot inducteur d’une part et la conscience d’appartenance à une sphère d’autre part – la sphère étant définie comme l’ensemble des rapports dépendant d’une signification27. Comprendre la signification d’un mot suppose alors de viser non pas l’objet auquel il se rapporte, mais indirectement, le domaine dont il dépend. Ce que l’on vise, c’est un objet saisi non pas directement, mais à travers l’ensemble des relations qui gravitent autour d’une certaine signification, et qui permettent de la caractériser sans en passer par l’objet directement.

  • 28 Karl Bühler (1909), « Über das Sprachverständnis vom Standpunkt der Normalpsychologie aus », p. 10 (...)

13En démontrant que la signification relevait d’une forme de savoir (wissen), Bühler ne l’a pas définie (et ne prétendait pas le faire) mais il a délimité le contenu intellectuel engagé par le processus de compréhension, et le mode de visée qui lui était propre. Faut-il en déduire que toute signification suppose la réalisation d’une telle visée ? Non, car ce serait oublier que Bühler s’est volontairement placé dans un cas particulier – énoncé au début du paragraphe concernant l’expérience de compréhension d’un mot isolé : celui de la considération de ce qui relève de l’expression (Ausdruck), et non de la manifestation ou intimation (Kundgabe), selon la distinction établie par Husserl au début de la première Recherche Logique28. Or, cette distinction est elle-même fondamentale pour la définition de la signification telle que Bühler la développe par la suite. Si donc la visée d’une sphère permettait de souligner l’importance de la prise en compte de l’extension d’un mot, plus que celle d’un quelconque contenu sensible, cette dernière n’épuise pas du tout les manières possibles pour un mot ou une phrase de réaliser une signification.

14Rejetant l’idée selon laquelle la signification serait uniforme, et seule guidée par le processus de la dénomination, Bühler la replace toujours sous l’angle de la relation de communication – et ce point reste fondamental tout au long de ses analyses.

  • 29 Karl Bühler (1918), « Kritische Musterung der neuern Theorien des Satzes », Indogermanisches Jahrb (...)

15Dans la démonstration de 1908, il s’était placé dans le cas particulier de l’analyse de l’Ausdruck, c'est-à-dire selon la terminologie qu’il adopte à partir de 1909, dans le cas de ce qui relève de la fonction de Darstellung (la représentation au sens non sensible du terme), afin d’atteindre ce qui relevait de la fonction de dénomination, et de spécifier la visée propre qu’impliquait la compréhension d’un mot dans un tel cas de figure. Cependant, le cœur de la théorie de la signification telle que Bühler l’esquisse à partir de 1909, qu’il expose en 1918 dans une formule resserrée29 et qu’il ne cesse de développer jusqu’à l’exposition qu’il en donne en 1934 dans sa Théorie du langage, réside dans l’hypothèse selon laquelle la signification consiste en une multiplicité de fonctions, qui toutes correspondent à un aspect particulier d’un même phénomène.

  • 30 Karl Bühler (1909), « Rezension von Anton Marty, Untersuchungen zur Grundlegung der allgemeinen Gr (...)
  • 31 Anton Marty (1908), Untersuchungen zur Grundlegung der allgemeinen Grammatik und Sprachphilosophie(...)
  • 32 Pour une étude détaillée des deux modèles développés par Marty et Bühler, on pourra lire Laurent C (...)
  • 33 Husserl remet en cause la validité de l’attribution de la découverte du modèle des fonctions à Mar (...)
  • 34 Karl Bühler (1909), Rezension, p. 953.
  • 35 Anton Marty (1908), Untersuchungen, 2e partie, ch. 3, §58 p. 284.

16Pour comprendre les enjeux d’une telle définition de la signification, il faut en revenir à la recension minutieuse30 que Bühler a publiée en 1909, du grand texte de Marty consacré aux fondements de la grammaire : Untersuchungen zur Grundlegung der allgemeinen Grammatik und Sprachphilosophie31. Paradoxalement, ce que l’on appelle le modèle fonctionnel (ou instrumental) du langage (Organon Modell) doit beaucoup à la réflexion de Marty, tout en lui étant infidèle sur un point essentiel. En effet, tout comme Marty, Bühler développe un modèle fonctionnel de la signification, en considérant avant tout la relation de communication32. Bühler le reconnaît, Marty est le premier33 à avoir introduit cette notion cruciale de fonction dans la sémasiologie34, en distinguant deux fonctions de la communication : la manifesation (Kundgabe) et la signification (Bedeutung). Le modèle fonctionnel que développe Marty suppose de définir une situation de communication autour de deux pôles : celui du locuteur et celui du récepteur. L’étude de l’interaction entre les deux pôles d’un tel modèle se place du point de vue de l’intention (Absicht) qu’a le locuteur de se faire comprendre et de communiquer un message à un auditeur et considère donc avant tout les vécus psychiques engagés dans la relation de communication. Marty distingue ainsi deux fonctions : une fonction de signification (Funktion des Bedeutens) et une fonction de manifestation (Funktion des Kundgebens), définies à partir des états psychiques intérieurs des interlocuteurs. Cependant, Marty établit une hiérarchie entre ces deux fonctions. La fonction de manifestation, secondaire, relève de l’ordre de l’indice35, tandis que la fonction de signification – ou d’influence – est guidée par une intention (Absicht) dirigée vers l’auditeur, et vise à suggérer en lui un phénomène psychique déterminé.

  • 36 Les signes autosémantiques sont indépendants quant à la réalisation de leur signification contrair (...)
  • 37 Brentano distingue trois classes de phénomènes psychiques au livre II de la Psychologie du point d (...)

17Articulant ensuite une distinction syntaxique classique (celle des signes autosémantiques et synsémantiques36) à la division entre les phénomènes psychiques, héritée de Brentano37, Marty associe à chaque classe de phénomène psychique une classe de signification. Aux représentations correspond la classe des Vorstellungssuggestive, aux jugements les énoncés (Aussagen) et aux éléments émotifs les énoncés d’ordre, de prière ou les interjections. Il est alors possible de dire, selon cette double articulation, que la fonction de signification d’un énoncé renvoie par exemple à l’intention de suggérer un jugement chez l’auditeur. Or, c’est sur ce point précis que Bühler effectue un pas de côté, dont les conséquences se révèlent cruciales pour la définition de la signification et pour la détermination du modèle fonctionnel.

18En effet, Bühler critique la prédominance du modèle du vécu psychique dans la détermination de toutes les fonctions et il diagnostique dans l’articulation de la fonction de signification à la division entre signes autosémantiques et synsémantiques (au paragraphe trente-six de la deuxième section) la raison pour laquelle, selon lui, Marty n’est pas parvenu à développer l’intégralité du modèle fonctionnel. Afin de contourner ce problème structurel, Bühler introduit un troisième pôle dans la relation de communication, celui du monde dont il est question et depuis lequel locuteur et auditeur parlent. Or, un tel geste se révèle comporter de très importantes conséquences, car à ce pôle correspond une nouvelle fonction : la fonction de représentation (Darstellung) des objets et des états de chose.

  • 38 Karl Bühler (1909), Rezension, p. 964-965. « Als Konsequenz jenes Grundsatzes müsste aber auch der (...)

« En conséquence de ce principe, devrait également être prise en compte la proposition selon laquelle, partout où l’intention première du locuteur ne peut ni être décrite comme une intention d’influencer, ni comme une intention d’exprimer, réside justement une nouvelle fonction du moyen linguistique.»38

  • 39 Karl Bühler (1909), Rezension, p. 965 « Der Funktion der bewussten Kundgabe (dem Ausdrücken) und d (...)

19Ce faisant, Bühler scinde en deux parties la fonction de signification telle que la concevait Marty, et introduit avec la fonction de représentation la possibilité de viser, non pas un état psychique, mais le troisième pôle de la relation de communication : celui du monde, sous la forme des objets et des états de chose. L’intention n’est plus dirigée uniquement par la considération des vécus psychiques mais le monde dans lequel la relation de communication a lieu prend lui-même part à la signification sous la forme d’une fonction indépendante. Cette nouvelle fonction, que Marty ne pouvait pas voir puisqu’elle suppose de remodeler totalement le modèle communicationnel, dépend d’une rupture dans le mode de l’attention : dans le nouveau modèle que développe Bühler, il existe une fonction dirigée vers des objets, et non vers des vécus – or cette fonction est capitale puisque c’est elle qui est en charge du symbolique : c’est la fonction de représentation (Darstellung)39.

20Bühler conserve donc bien la prédominance du modèle communicationnel, mais en considérant le monde comme un élément à part entière, capable de faire l’objet d’une attention et d’une fonction spécifique, il modifie essentiellement le modèle fonctionnel. Ce faisant, il redéfinit également la signification, qui n’est plus une fonction particulière, mais l’ensemble des trois fonctions, reliées chacune à l’un des pôles de la situation de communication – la fonction de manifestation (Kundgabe) relevant du pôle du locuteur, celle de déclenchement (Auslösung) du pôle du récepteur et celle de représentation (Darstellung) de celui des objets et des états de chose.

  • 40 Karl Bühler (1909), Rezension, p. 965 : « Marty wurde demgegenüber erklären, er habe jene Beziehun (...)
  • 41 Sur le traitement du symbolique, voir par exemple Die Krise der Psychologie, § 6 et Théorie du lan (...)

21Cette troisième fonction implique donc non seulement de considérer à nouveaux frais la relation qui unit le phénomène linguistique et le monde, mais elle soutient également à elle seule la dimension de la pensée verbale. C’est le point sur lequel Bühler quitte définitivement le modèle de Marty, selon lequel une telle fonction ne peut pas exister, puisque les fonctions dépendent entièrement de la prise en compte des vécus psychiques. La fonction de signification de Marty englobe les deux fonctions que Bühler distingue – celle du déclenchement d’un état intérieur (ou selon Bühler d’un comportement adapté) dans l’auditeur et celle de représentation d’un objet ou d’un état de chose du monde – car la relation à l’objet est prise en charge par la division de la considération de l’acte et de son contenu au niveau du vécu psychique40. Au contraire, la fonction de représentation (Darstellung) ne considère pas l’objet en tant que contenu d’un acte de jugement mais elle établit une relation entre le langage et le pôle des objets, sans passer par la considération d’un contenu psychique. Dans le système de Marty, l’objet n’est pris en compte que comme objet d’un jugement. Or, en libérant le modèle des fonctions de la tutelle de la classification des phénomènes psychiques, Bühler se voit contraint d’ajouter une fonction capable de représenter (mais tout le problème est de savoir comment) le pôle des objets, sans en passer par la considération du contenu d’un acte particulier. La fonction représentationnelle, qui est la fonction par excellence de la dénomination en ce qu’elle introduit une nouvelle dimension – celle du symbolique – dans le langage41, se caractérise en premier lieu par son indépendance envers tout ce qui relève du sensible, ou de la situation.

  • 42 Bühler emploie deux termes : Nennwort et Begriffszeichen, dont Didier Samain explique dans le Glos (...)

22Or, c’est cette indépendance radicale de la représentation (Darstellung) à l’égard de la situation que vient remettre en cause (au moins en partie) le concept de sphère, que Bühler intègre à l’hypothèse des deux champs de la représentation, qu’il développe dans la Théorie du langage. Le champ déictique est la situation, dans laquelle les déictiques s’inscrivent et depuis laquelle ils développent leur signification. Le champ symbolique (ou contexte non pas au sens contextualiste du terme, mais au sens d’un contexte phrastique) est constitué par l’agencement syntaxique dans lequel les dénominatifs (ou les signes linguistiques de concept42) trouvent leur signification en s’insérant dans l’ordre de place fourni par la phrase. Un tel champ se caractérise au premier abord par son indépendance envers tout ce qui relève du sensible ou de la situation, par sa clôture.

23Cependant, Bühler ouvre des brèches dans cette clôture, au premier rang desquelles le concept de « sphère » – qu’il avait introduit dans ses travaux de Denkpsychologie afin de démontrer l’indépendance de la visée de signification à l’égard de tout contenu de représentation sensible – joue un rôle important. Comme en 1907, Bühler se place tout d’abord sur le terrain de la compréhension et de l’emploi des signes linguistiques de concept.

  • 43 Bühler mentionne un tel savoir dans un passage crucial du § 4 de la Théorie du langage, p. 155. Il (...)

24Cependant, d’un emploi à l’autre du concept de sphère, l’enjeu a considérablement changé. En 1908, dans les travaux de Denkpsychologie, le but argumentatif était de disjoindre la visée propre de la signification du contenu sensible, et de montrer qu’en visant non pas l’objet directement mais sa sphère, la pensée et la signification étaient par là-même indépendantes de toute détermination sensible. En 1934, dans le cadre d’une réflexion de théorie du langage, quel est l’apport du concept de sphère ? Il semble à la fois très important, et paradoxalement très éloigné de l’enjeu qu’il portait initialement. En effet, au paragraphe onze de la Théorie du langage, le concept de sphère sert de levier pour ouvrir une brèche dans la clôture du champ symbolique, réintroduisant au beau milieu d’un tel champ ce que Bühler nomme les « auxiliaires matériels » (stoffliche Ordnungshilfen), lesquels introduisent le complément d’un savoir factuel (Sachwissens)43, et d’un guidage matériel (stoffliche Steuerung) de la signification.

25En quoi l’emploi que Bühler fait alors du concept de sphère apparaît-il comme l’envers de la problématique qu’il avait développée quelques trente années plus tôt, en soulignant cette fois l’ouverture essentielle de la signification sur la nécessité de ménager une place pour une certaine forme de la matérialité du monde ?

  • 44 Il apparaît également dans la quatrième partie, au chapitre 23, consacré à l’analyse de la métapho (...)

26Dans la Théorie du langage, le concept de sphère apparaît principalement44 dans la troisième partie, consacrée au traitement du champ symbolique de la représentation, au paragraphe onze, dans la description des auxiliaires matériels du champ symbolique, et au paragraphe quatorze, lors de l’analyse des « signes linguistiques de concept » (die sprachlichen Begriffszeichen).

  • 45 Karl Bühler (1934 ; trad. franç. 2009), Théorie du langage, p. 349.

27Au paragraphe quatorze, Bühler rappelle explicitement les résultats de ses analyses de Denkpsychologie dans le contexte d’une interrogation sur le type de représentation mentale engagé par l’emploi de signes linguistiques de concepts. Il reprend la distinction entre une signification intentionnelle et une représentation (intuitive), et réactive la problématique de la détermination de ce sur quoi porte la pensée (ou du « quoi » de la pensée) (Wasbestimmtheit) – déterminante dans la démonstration de 1907 – pour rappeler que l’intention vise une sphère, laquelle se substitue donc à la représentation d’une « image de chose »45.

  • 46 Karl Bühler (1934 ; trad. franç. 2009), Théorie du langage, p. 349 ; Sprachtheorie, p. 220 : « ein (...)
  • 47 Karl Bühler (1934 ; trad. franç. 2009), Théorie du langage, p. 349.
  • 48 Karl Bühler (1934 ; trad. franç. 2009), Théorie du langage, p. 289.
  • 49 Karl Bühler (1934 ; trad. franç. 2009), Théorie du langage, p. 287-289
  • 50 Karl Bühler (1934 ; trad. franç. 2009), Théorie du langage, p. 155

28Le concept de sphère introduit donc deux éléments majeurs : il intervient tout d’abord comme une technique de mise en ordre et de ce point de vue, il délimite des réseaux de correspondance ou de relations de choses apparentées. Ce faisant, le sujet parlant ou pensant ne vise pas directement un objet, mais établit une relation avec « un fragment ou un élément du monde représenté dans son savoir latent »46. Ce à quoi la sphère donne accès, c’est à un élément du monde, englobé dans une certaine relation avec d’autres éléments du monde. C’est en vertu d’un tel savoir qu’un sujet rapporte le mot « cheval » à la sphère des « animaux domestiques »47 ou le mot « radis » à la sphère des légumes comestibles48, et que les sujets des expériences de psychologie menées par Charlotte Bühler, que Karl Bühler rappelle au paragraphe onze, parviennent à reconstruire des textes cohérents à partir de séries de mots dénués des marques du champ symbolique49. Chaque chose relève d’une sphère particulière, à laquelle appartiennent également les relations que cette chose entretient avec toute une série d’autres éléments du monde. La sphère à laquelle appartient le radis (un légume que l’on peut cultiver puis manger) implique un arrière-fond de connaissance et engage avec elle un large réseau de relations : ce savoir latent que le mot porte avec lui, et qui joue un rôle dans sa compréhension. Si le sujet du test de psychologie parvient à reconstituer le texte, c’est parce qu’il compte sur le savoir latent que chacun des mots isolés comporte, et qu’il reconstitue la logique d’un texte en s’appuyant principalement sur ce dont les mots sont symboles, sur ce que Bühler nomme leur matière (Stoff). Lorsqu’il rétablit la phrase à partir d’un amas de mots, le locuteur suit les indications comprises dans la sphère de signification des objets, c'est-à-dire qu’il prend en compte ce qu’il sait des propriétés des choses dans le monde. C’est ce que Bühler nomme le guidage matériel de la pensée verbale. Tout comme le champ déictique comporte ses propres auxiliaires de guidage (afin de trouver l’orientation ou le positionnement des déictiques dans l’ordre de la situation), Bühler introduit avec les auxiliaires matériels de guidage (au premier rang desquels se trouve la sphère) une prise en compte nécessaire de la matérialité des choses du monde, sous la forme de ce savoir latent, ou factuel (Sachwissen) qu’il mentionne au paragraphe quatre de la Théorie du langage et dont il souligne qu’il joue un rôle « dans l’édification de chaque signification »50. La connaissance préalable des choses du monde joue donc un rôle dans la compréhension du mot, ou dans la réalisation de la signification, y compris dans le champ symbolique.

29Reprenant à nouveaux frais cette expérience de psychologie dans les termes de la théorie du langage, Bühler démontre ainsi que, du point de vue de l’analyse de l’interaction langagière, une telle découverte conduit à moduler la définition de la représentation même.

  • 51 Karl Bühler (1934 ; trad. franç. 2009), Théorie du langage, p. 289.

« Nous nous trouvons là auprès des choses dont il est parlé, et nous laissons pour une bonne part l’activité interne de construction ou de reconstruction se faire guider par l’objet lui-même.»51

  • 52 K. Bühler, Théorie du langage, p. 155.

30Le savoir factuel, dont Bühler a établi le lien avec le guidage de la pensée « par la réalité factuelle »52 au paragraphe quatre de la Théorie du langage, ramène bien les propriétés des choses du monde au nombre des auxiliaires qui participent à la compréhension d’une signification. Or, la conséquence d’une telle hypothèse est que la signification se réalise depuis le monde, c'est-à-dire en tenant compte de ce que le locuteur sait des propriétés des choses, ou de leur organisation par sphères. L’objet, sous la forme de sa sphère, sous-tend et guide l’activité de la pensée verbale, qui suit les indications fournies par les éléments de savoir factuel, et les auxiliaires matériels du champ symbolique de la représentation.

31Au paragraphe vingt-six de la Théorie du langage, alors qu’il traite de l’anaphore, Bühler propose un exemple de cet espace de jeu laissé ouvert dans le langage pour un complément qu’apporte la sphère des mots, et le savoir factuel qui lui est associé  :

  • 53 Karl Bühler (1934 ; trad. franç. 2009), Théorie du langage, p. 568

« Abraham engendra Isaac. Isaac engendra Jacob. Jacob…Une structure caténaire sans termes de liaison. Les intervalles temporels entre les procréations vont matériellement de soi et (tout comme les partenaires féminines) sont omis »53.

  • 54 Karl Bühler (1934 ; trad. franç. 2009), Théorie du langage, p. 290

32Ce qui intéresse Bühler, c’est la manière dont l’omission compte sur la pensée constructive du récepteur54, et la manière dont ce dernier complète l’information en rapportant les indications fournies par le texte au savoir factuel dont il dispose. Ainsi, la sphère à laquelle renvoie le terme « engendrer » permet de reconstituer l’intégralité de la relation – c'est-à-dire de compter avec l’intervalle temporel et l’intervention d’une figure féminine – et de comprendre la succession, malgré les omissions. Ou plutôt, la sphère contient en elle-même assez d’informations pour que l’on puisse comprendre, sans qu’il ne soit nécessaire de reconstituer explicitement l’intégralité des relations, en comptant justement sur ce savoir factuel et sur les auxiliaires matériels nécessaires à la constitution de la signification intégrale de la phrase.

  • 55 Karl Bühler (1934 ; trad. franç. 2009), Théorie du langage, p. 391.

33Le croisement de concepts issus de la psychologie et de la théorie du langage est assez typique de la méthode de Bühler, et témoigne de l’entrelacs des problématiques et des enjeux portés par les deux terrains majeurs sur lesquels se déploient ses recherches. Mais bien plus encore, le recours au concept de sphère à quelques trente années d’écart – dans des problématiques radicalement différentes – permet également de mesurer l’évolution remarquable des concepts de Bühler, au premier rang desquels figure celui de représentation. Si la sphère était ce qui, dans la visée de la signification, garantissait l’indépendance de la représentation à l’égard de toute représentation sensible, elle est également, en dernière analyse, ce qui permet à Bühler de revenir assez directement sur la première définition qu’il avait donnée de la représentation en soulignant « la manière fondamentalement ouverte dont les objets et les états de choses sont saisis par le langage »55. Cette ouverture est celle de la place laissée dans l’emploi des symboles eux-mêmes, c'est-à-dire dans la réalisation de la représentation, pour ce complément matériel que portent avec eux les symboles, et qui joue un rôle dans la réalisation de toute signification.

Haut de page

Bibliographie

Asch, Mitchell G. (1999), « Die Würzburger Schule. Kontext, Praxis, Rezeption » in Wilhelm Jahnke et Wolfgang Schneider (eds.), Hundert Jahre Institut für Psychologie und Würzburger Schule der Denkpsychologie, Göttingen ; Bern ; Toronto ; Seattle, Hogrefe, p. 52-72.

Bühler, Charlotte (1918), Über Gedankenentstehung. Experimentelle Untersuchungen zur Denkpsychologie, Leipzig, Barth.

Bühler, Karl (1908), « Tatsachen und Probleme zu einer Psychologie der Denkvorgänge : II. Über Gedankezusammenhänge ; III. Über Gedankenerinnerungen ; Nachtrag. Antwort auf die von W. Wundt erhobenen Einwände gegen die Methode der Selbstbeobachtung an experimentell erzeugten Erlebnissen », Archiv für die gesamte Psychologie 12, p.1-23 ; 24-92 ; 93-123.

Bühler, Karl (1909), « Rezension zu A. Marty, Untersuchungen zur Grundlegung der allgemeinen Grammatik und Sprachphilosophie, 1. Bd, Halle, 1908 », Göttingischen Gelehrte Anzeigen 171, p. 947-979.

Bühler, Karl (1909), « Über das Sprachverständnis vom Standpunkt der Normalpsychologie aus. », Bericht über den 3. Kongress für experimentelle Psychologie in Frankfurt 22-25.4.1908, J.A. Barth, Leipzig, p. 94-130.

Bühler, Karl (1918), « Kritische Musterung der neuern Theorien des Satzes », Indogermanisches Jahrbuch 6, Berlin, p. 1-20.

Bühler, Karl (1934), Sprachtheorie. Die Darstellungsfunktion der Sprache, G. Fischer, Jena, trad. franç. par Didier Samain, Théorie du langage, la fonction représentationnelle, Marseille, Agone, 2009.

Brentano, Franz (1874), Psychologie vom empirischen Standpunkt, trad. franç. de Maurice de Gandillac, Psychologie du point de vue empirique, Paris, Vrin, 2008.

Burloud, Albert (1927), La pensée d’après les recherches expérimentales de H.-J. Watt, de Messer et de Bühler, Paris, Alcan.

Cesalli, Laurent (2011), « Zweck vs. Leistung. Les fonctionnalismes de Marty et Bühler », Verbum XXXI, n°1-2, p. 45-64.

Friedrich, Janette (2008), « La psychologie de la pensée de l'école de Würzburg - analyse d'un cas de marginalisation » in M. Kail (éd.), Marges et marginalisation dans l’histoire de la psychologie, n° spécial de l’Homme et la société, n° 167-169, p. 251-278.

Friedrich, Janette (2010), « La pensée comme expérience vécue, l’école de Würzburg », Revue de Synthèse, 131, 1, p. 53-75.

Husserl, Edmund (1901), Logische Untersuchungen, trad. franç. Hubert Eli et al, Recherches Logiques, Paris, Presses Universitaires de France, 1962.

Marthelot, Perrine (2012), Karl Bühler, du contexte à la situation, la signification, Armand Colin.

Marty, Anton (1908), Untersuchungen zur Grundlegung der allgemeinen Grammatik und Sprachphilosophie, Halle, Niemeyer.

Messer, August (1906), « Experimentell-psychologische Untersuchungen über das Denken », Archiv für d. ges. Psychologie, VIII.

Samain, Didier (2004), « L’objet de la théorie du langage », Les dossiers de HEL, supplément électronique à la revue Histoire, Epistémologie, Langage, Paris, SHESL, n°2.

Willwoll, Alexander (1926), Begriffsbildung, Eine psychologische Untersuchung. Psychologische Monographien, Leipzig, S. Hirzel.

Haut de page

Notes

1 Karl Bühler, « Tatsachen und Probleme zu einer Psychologie der Denkvorgänge. I : Über Gedanken », Archiv für die gesamte Psychologie 9, 1907, p. 297-365 ; II. Über Gedankezusammenhänge ; III. Über Gedankenerinnerungen ; Nachtrag. Antwort auf die von W. Wundt erhobenen Einwände gegen die Methode der Selbstbeobachtung an experimentell erzeugten Erlebnissen », Archiv für die gesamte Psychologie 12, 1908, p.1-23 ; 24-92 ; 93-123.

2 Nous traduisons ainsi le concept de Vorstellung car Bühler mentionne explicitement qu’il faut l’entendre au sens de « sinnliche Vorstellung », c'est-à-dire ce qui se décrit en termes de qualité ou d’intensité sensibles. Karl Bühler (1907), Tatsachen I,§ 2, n. 2 p. 316.

3 August Messer (1906), « Experimentell-psychologische Untersuchungen über das Denken », Archiv für d. ges. Psychologie, VIII.

4 Charlotte Bühler (1918), Über Gedankenentstehung. Experimentelle Untersuchungen zur Denkpsychologie, Leipzig, Barth.

5 Karl Bühler (1909), Über das Sprachverständnis vom Standpunkt der Normalpsychologie aus, Bericht über den 3. Kongress für experimentelle Psychologie in Frankfurt 22-25.4.1908, J.A. Barth, Leipzig, p. 94-130.

6 Didier Samain, dans la traduction française de la Sprachtheorie, traduit par « modèle instrumental » l’expression d’Organon-Modell. Sans remettre en cause la pertinence de ce choix de traduction, nous avons parfois mentionné dans cette étude l’expression de « modèle fonctionnel du langage », afin de le faire dialoguer plus directement avec l’étude des fonctions menée par Marty.

7 Karl Bühler, Sprachtheorie, die Darstellungsfunktion der Sprache, G. Fischer, Jena, 1934 ; trad. franç. et commentaire par Didier Samain, préface J. Friedrich, Théorie du langage, la fonction représentationnelle, Marseille, Agone, 2009.

8 Karl Bühler (trad. franç. 2009), Théorie du langage, § 14.

9 Pour plus de précisions sur le recours à cette méthode, sur la controverse qu’elle occasionna entre Wundt et Bühler, et sur les travaux de l’école de Würzburg, on pourra se reporter aux travaux suivants : Janette Friedrich, « La psychologie de la pensée de l’école de Würzburg – analyse d’un cas de marginalisation » in M. Kail (éd.), Marges et marginalisation dans l’histoire de la psychologie. L’Homme et la société, p. 167-169, 2008, p. 251-278 ; Mitchell G. Asch (1999), « Die Würzburger Schule. Kontext, Praxis, Rezeption » in Wilhelm Jahnke et Wolfgang Schneider (eds.), Hundert Jahre Institut für Psychologie und Würzburger Schule der Denkpsychologie, Göttingen/Bern/Toronto/Seattle, Hogrefe, p. 52-72.

10 Janette Friederich analyse ce concept aux pages 66 et suivantes, d’un article intitulé « La pensée comme expérience vécue, l’école de Würzburg », Revue de Synthèse, 131, 1, 2010, p. 53-75.

11 Voir par exemple les § 46 et 48 de la sixième Recherche Logique.

12 Karl Bühler (1907), Tatsachen, I, p. 340.

13 Karl Bühler (1907), Tatsachen I., p. 340 : « Es gibt (…) nicht nu reine Art adäquaten Gegebenseins von Gegenständen im Bewusstsein, die Anschauung, sondern wenigstens zwei. Die Anschauung ist Bild, das andere adäquate Gegenstandsbewusstsein ist das Regelbewusstsein ».

14 Karl Bühler (1907), Tatsachen I, p. 340.

15 Karl Bühler (1907), Tatsachen, I, p. 346.

16 Karl Bühler (1907), Tatsachen, I., p. 346.

17 K. Bühler, Tatsachen I, p. 349

18 Karl Bühler (1907), Tatsachen, I, p. 346

19 August Messer (1906), « Experimentell-psychologische Untersuchungen über das Denken », Archiv für d. ges. Psychologie, VIII.

20 Karl Bühler (1907), Tatsachen I., p. 363 : « Man nennt z.B. das Bewusstsein einer Wortbedeutung Bedeutungsvorstellung, ohne recht angeben zu können, was das denn sei. Ich meine, eine Bedeutung kann man überhaupt nicht vorstellen, sondern nur wissen ».

21 Karl Bühler (1907), Tatsachen I., p. 363 : « Wenn mir ein gehörtes oder gelesenes Wort kein leerer Schall oder Buchstabenkomplex ist, wenn mit dem sinnlichen Eindrück der Sinn des Wortes mir präsent ist, so heisst das nicht, ich stelle mir etwas vor, sondern ich weiss um etwas ».

22 Karl Bühler, Tatsachen I, p. 363.

23 Karl Bühler (1907), « Eine Analyse komplizierter Denkvorgänge », Bericht über den 2. Kongress für experimentelle Psychologie in Würzburg, Barth, Leipzig, p. 265-266 : « Bedeutungen werden den überhaupt nicht in Vorstellungen erfasst, sondern im Wissen ».

24 Karl Bühler (1908), Tatsachen II, Archiv für die gesamte Psychologie 12, p.18-19

25 Karl Bühler (1909), « Über das Sprachverständnis vom Standpunkt der Normalpsychologie aus. », Bericht über den 3. Kongress für experimentelle Psychologie in Frankfurt 22-25.4. 1908, J.A. Barth, Leipzig, p. 94-130.

26 Karl Bühler (1909), « Über das Sprachverständnis vom Standpunkt der Normalpsychologie aus », p. 109-110.

27 Charlotte Bühler (1918) donne de la sphère la définition suivante dans « Über Gedankenentstehung », Zeitschrift f. Psychologie, 80, p. 163 : « die Gruppe aller mit einer Bedeutung verträglichen Bedeutungen und Beziehungen », cité par Alexander Willwoll, 1926, Begriffsbildung, Eine psychologische Untersuchung. Psychologische Monographien, Leipzig, S. Hirzel, p. 40.

28 Karl Bühler (1909), « Über das Sprachverständnis vom Standpunkt der Normalpsychologie aus », p. 104 : « Wir wollen auch sie und irgend Einfluss auf das Verstehen im engeren Sinn ausschliessen ; d.h. in Husserlscher Terminologie, wir wollen nicht das Verstehen der „Kundgabe“, sondern nur das der „Äusserung“ oder des „Ausdrucks“ die das Gehörte enthält, betrachten ».

29 Karl Bühler (1918), « Kritische Musterung der neuern Theorien des Satzes », Indogermanisches Jahrbuch 6, Berlin, p. 1 : « Dreifach ist die Leistung der menschlichen Sprache : Kundgabe, Auslösung und Darstellung » (« Ce qu’effectue le langage humain est triple : manifestation, déclenchement et représentation », selon la traduction de Didier Samain).

30 Karl Bühler (1909), « Rezension von Anton Marty, Untersuchungen zur Grundlegung der allgemeinen Grammatik und Sprachphilosophie, 1. Band, Halle, 1908, Niemeyer », Göttingsche gelehrte Anzeigen 12, p. 947-979.

31 Anton Marty (1908), Untersuchungen zur Grundlegung der allgemeinen Grammatik und Sprachphilosophie, Halle, Niemeyer.

32 Pour une étude détaillée des deux modèles développés par Marty et Bühler, on pourra lire Laurent Cesalli, (2011) « Zweck vs. Leistung. Les fonctionnalismes de Marty et Bühler », Verbum XXXI, n° 1-2, p. 45-64.

33 Husserl remet en cause la validité de l’attribution de la découverte du modèle des fonctions à Marty dans la lecture très attentive qu’il fait de la recension de Bühler au texte 16 de ses tentatives de réécriture de la sixième Recherche logique : Husserliana XX/2, texte Nr. 16, Das sprachliche Ausdrücken. Seine Funktionen und das in ihm liegende « geistige » Ausdrücken als eigenartiges Begreifen oder Erkennen, 12-15 März 1910.

34 Karl Bühler (1909), Rezension, p. 953.

35 Anton Marty (1908), Untersuchungen, 2e partie, ch. 3, §58 p. 284.

36 Les signes autosémantiques sont indépendants quant à la réalisation de leur signification contrairement aux éléments synsémantiques qui ne sont que cosignifiants (mitbeudeutend) et dépendent d’une connexion syntaxique pour la réalisation de leur signification.

37 Brentano distingue trois classes de phénomènes psychiques au livre II de la Psychologie du point de vue empirique, vol 2. p. 203 (Bd II, p. 33) : représentation (Vorstellung), jugement (Urteil) et mouvement affectif (Gemütsbewegung).

38 Karl Bühler (1909), Rezension, p. 964-965. « Als Konsequenz jenes Grundsatzes müsste aber auch der Satz anerkannt werden, dass überall da, wo die primäre Absicht des Sprechers weder als eine Beeinflussungsabsicht noch als eine Ausdruckabsicht bezeichnet werden kann, eben eine neue Funktion des Sprachmittels vorliegt ».

39 Karl Bühler (1909), Rezension, p. 965 « Der Funktion der bewussten Kundgabe (dem Ausdrücken) und der Beeinflussung fremden Seelenlebens (dem Bedeuten) müsste also vom Standpunkt Marty aus als dritte Funktion die des Darstellens an die Seite gestellt werden ».

40 Karl Bühler (1909), Rezension, p. 965 : « Marty wurde demgegenüber erklären, er habe jene Beziehung unserer Sprachmittel zu etwas Objektivem, unseren Gegeständen und Tatbeständen, keineswegs übersehen. Das gewiss nicht, wir werden sehen, dass er z.B. bei den Namen das, was sie nennen, wohl unterscheidet von dem, was sie als Beeinflussungsmittel bewirken, und das Entsprechende bei den Aussagen. Aber er erkennt dieses Darstellen nicht als eine selbständige Funktion an ».

41 Sur le traitement du symbolique, voir par exemple Die Krise der Psychologie, § 6 et Théorie du langage, § 12.

42 Bühler emploie deux termes : Nennwort et Begriffszeichen, dont Didier Samain explique dans le Glossaire de la traduction qu’il propose de la Théorie du langage, qu’ils « désignent des notions voisines » dont la différence dépend essentiellement du contexte. Le terme dénominatif (Nennwort) est employé par opposition au déictique (Zeigwort) et « l’emploi du signe linguistique de concept relève d’une sémiotique générale », p. 658.

43 Bühler mentionne un tel savoir dans un passage crucial du § 4 de la Théorie du langage, p. 155. Il nous semble qu’il faut bien souligner le fait que cette forme de savoir porte bien sur la chose.

44 Il apparaît également dans la quatrième partie, au chapitre 23, consacré à l’analyse de la métaphore (que Bühler définit en suivant Stählin, comme une « composition par mélange de sphères »).

45 Karl Bühler (1934 ; trad. franç. 2009), Théorie du langage, p. 349.

46 Karl Bühler (1934 ; trad. franç. 2009), Théorie du langage, p. 349 ; Sprachtheorie, p. 220 : « ein Stück oder Moment der in seinem latenten Wissen vertretenen Welt ».

47 Karl Bühler (1934 ; trad. franç. 2009), Théorie du langage, p. 349.

48 Karl Bühler (1934 ; trad. franç. 2009), Théorie du langage, p. 289.

49 Karl Bühler (1934 ; trad. franç. 2009), Théorie du langage, p. 287-289

50 Karl Bühler (1934 ; trad. franç. 2009), Théorie du langage, p. 155

51 Karl Bühler (1934 ; trad. franç. 2009), Théorie du langage, p. 289.

52 K. Bühler, Théorie du langage, p. 155.

53 Karl Bühler (1934 ; trad. franç. 2009), Théorie du langage, p. 568

54 Karl Bühler (1934 ; trad. franç. 2009), Théorie du langage, p. 290

55 Karl Bühler (1934 ; trad. franç. 2009), Théorie du langage, p. 391.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Perrine Marthelot, « Le langage, la pensée et les objets du monde », Methodos [En ligne], 14 | 2014, mis en ligne le 01 avril 2014, consulté le 24 avril 2017. URL : http://methodos.revues.org/4056 ; DOI : 10.4000/methodos.4056

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • Revues.org