Navigation – Plan du site
Travaux

Thèses de doctorat soutenues en 2013

Plan

Haut de page

Texte intégral

Christel Donald Abessolo Metogo, « Enjeux politiques du rationalisme critique chez Karl Popper »

1Thèse soutenue le 27 juin 2013 à l’Université Lille 3.

Composition du jury

Patrice Canivez, Professeur à l’université de Lille 3, Directeur de thèse

Shahid Rahman, Professeur à l’Université de Lille 3

Jean Baudouin, Professeur à l’université de Rennes 1

Bruno Leclercq, Professeur à l’université de Liège

Paul-Antoine Miquel, Professeur à l’Université de Toulouse 2 Le Mirail

Résumé

2L’intérêt de l’humanité pour la connaissance se joue sur deux fronts : celui de la réduction de l’ignorance, et celui de l’action tant individuelle que collective. Aussi la manière dont nous acquérons le savoir est-elle essentielle, parce qu’elle préjuge aussi bien de notre perception du monde que de notre conscience de nous-mêmes et de la société. Car si, avec la raison comme alliée, l’homme se découvre des potentialités illimitées, nous aurions pourtant tort de passer outre une stricte réalité, celle de notre ignorance infinie, celle, au fond, de notre incapacité à cerner, de façon sûre et certaine, quoi que ce soit de ce monde complexe et en évolution constante qui nous accueille. C’est pourquoi, pour Karl Popper, toute rationalité véritable doit être critique, c’est-à-dire pluraliste et débattante, seule façon de considérer objectivement l’écart qui nous sépare de la vérité et, par suite, d’agir avec prudence et discernement, dans l’intérêt de la science comme dans celui de la collectivité.

Mots-clés

3Corroboration, criticisme, démocratie, émergence, erreur, essai, falsification, hypothèse, intersubjectivité, libéralisme, objectivité, réductionnisme, réfutation, société close, société ouverte, théorie, totalitarisme, vérité.

Abstract

4Political stakes of critical rationalism in Karl Popper's works.

5Our interest for knowledge is based on two essential principles: the first one aims at reducing ignorance while the second one emphasizes individual and collective actions. So, the way we acquire knowledge is essential as it foresees at the same time our perception of the world as well as our being aware of our existence and that of the society as a whole. indeed, if the Man uses reason his ally, he will discover unlimited potentialities, then we will be mistaken in not taking in consideration this strict reality of our unlimited ignorance, the one that, in reality, and from the bottom of our not being able to certainly and surely encircle anything in this fast-growing world that dwells us. That is why for Karl Popper, any real rationality has to be critical, it means pluralist and debating. That is the only way to separate the gap between us and the truth, and then, lead us to act with caution and discernment in the interest of science and in the interest of the community.

Keywords

6corroboration, closed society, criticism, democracy, emergence, error, falsification, hypothesis, intersubjectivity, liberalism, objectivity, open society, reductionism, refutation, theory, totalitarianism, trial, truth.

Karine Bocquet, « La notion de pratique chez Foucault »

7Thèse soutenue le 8 novembre 2013, à l’Université Lille 3

Composition du jury

Philippe Sabot, Professeur à l’Université de Lille 3, Directeur de thèse

Philippe Artieres, Directeur de recherche EHESS de Paris

Guillaume Le Blanc, Professeur à l’Université de Bordeaux 3

Guillaume Sibertin-Blanc, Maître de conférences HDR à l’Université de Toulouse-Le Mirail

Résumé

8L’objet de ce travail est de reconsidérer l’œuvre de Michel Foucault à la lumière d’une notion dont il s’agira de montrer toute la force et l’intérêt : la pratique.

9Notion intensive et plastique et non concept unificateur. Effectivement, à une époque où la pratique apparaît comme un concept philosophiquement, sociologiquement et politiquement surdéterminé, Foucault emprunte une voie singulière, refusant d’attribuer à la pratique aussi bien une fonction synthétique qu’une portée théorique, et ce, particulièrement au plus fort du moment doublement central de son œuvre – le début des années 1970 – moment pratique que ce travail cherche à isoler et à redéployer. Un tel refus de la synthèse théorique est précisément lié à l’originalité de la démarche suivie par Foucault et à la nature des champs qu’il explore.

10Dès lors, c’est la genèse de l’œuvre qui, au prisme de cette hypothèse, est susceptible de recevoir un éclairage nouveau. Si les premiers travaux se caractérisent en effet par un primat de l’expérience, on assiste progressivement au mouvement par lequel la pratique se dégage de l’expérience pour atteindre le moment critique d’un effondrement de la théorie dans la pratique, cette dernière se redéployant finalement dans les « pratiques de soi ». A la faveur de ce parcours qui pointe les éléments significatifs pour la pratique, on aperçoit alors que, dans le sillage des deux moments majeurs de l’œuvre de Foucault que sont Les Mots et les choses d’une part, Surveiller et punir et La Volonté de savoir d’autre part, tous les enjeux critiques se cristallisent autour du statut accordé à la pratique, preuve de son importance pour saisir le geste foucaldien.

Mots-clés

11Foucault, pratique, expérience, archéologie, généalogie, marxisme, phénoménologie, geste, perception, Bourdieu

Abstract

12Foucault's Notion of Practice.

13The purpose of this work is to rethink Michel Foucault's writings in the light of a notion – the notion of practice – whose strength and interest will be emphasized.

14More specifically as an intensive and plastic notion and in contrast with a unifying concept. Indeed, at a time when practice emerges as a concept which has been philosophically, sociologically and politically overdetermined, Foucault follows his own path, both refusing to ascribe a synthetic function and a theoretical reach to practice. This approach particularly arose at the height of a central and decisive turning-point in his writings – in the early 70's – a practical moment this work aims at redefining and making stand out.

15Such a refusal of the theoretical synthesis is precisely linked with Foucault's original approach and with the specificity of the fields he explores.

16Since then, as regards this hypothesis, a new light is likely to be thrown on the genesis of his works.

17Given the first works are definitely characterized by a prominence of experience, a movement gradually comes into view making practice stand out from experience so as to reach the critical moment of the collapse of theory into practice, this one finally turning into the “practices of the self”.

18Thanks to this process which points out the meaningful elements devoted to practice, it can then be seen that in the wake of the two major moments of Foucault's works – The Order of Things on the one hand, Discipline and Punish, The Will to Knowledge on the other hand – all the critical stakes are focused on the status given to practice which proves its importance in order to grasp Foucault's gesture.

Keywords

19Foucault, practice, experiment, archaeology, genealogy, marxism, phenomenology, gesture, perception, Bourdieu

Manuela Callipo, « Pour l’histoire du « discours bien construit ». Le livre I du De contructione d’Apollonius Dyscole et les reprises chez Priscien »

20Thèse soutenue le 15 avril 2013 à l’Université de Turin

Composition du jury

Marc Baratin, Professeur à l’Université de Lille 3, co-directeur de thèse

Gian Franco Ganotti, Professeur à l’Université de Turin, Italie,, co-directeur de thèse

Paolo Depaolis, Professeur à l’Université de Cassino, Italie

Alessandro Garcea, Professeur à l’Université Lyon 2

Résumé

21Le sujet de ce travail, c’est le De constructione d’Apollonius Dyscole, le premier traité de syntaxe de l’antiquité, et en particulier son premier livre, étudié par rapport au livre XVII de constructione des Institutiones grammaticae de Priscien, qui s’est inspiré d’Apollonius au début du VIe siècle ap. J.-C.

22Le texte grec, imprimé selon l’édition réalisée par G. Uhlig en 1910, à l’occurrence modifiée à cause de choix ecdotiques différents de ceux du philologue allemand, est suivi par sa première traduction en langue italienne ; de plus, pour permettre une comparaison avec le traité latin, on a imprimé et traduit en italien les passages correspondants du livre XVII de Priscien.

23Le commentaire a pour but d’expliquer les choix critiques, mais une attention particulière est aussi dédiée à l’ordre des parties du discours établi par Apollonius et à leurs rapports avec la tradition grammaticale grecque et latine, même sur papyrus.

24En ce qui concerne Priscien, on a transcrit – pour les parties traduites – le manuscrit Vaticanus lat. 3313, qui permet d’améliorer, ne fût-ce que dans le détail, le texte de l’édition de Hertz (1855-1859).

25Textes et traductions sont précédés par une introduction qui, après un excursus sur la méthode analogique d’Apollonius, examine les rapports entre grammaire et philosophie, en particulier stoïcienne et platonicienne, à fin de montrer qu’il n’est pas possible de corriger Apollonius par Priscien et Priscien par Apollonius : l’arrière-plan néoplatonicien de Priscien ne semble pas agir chez Apollonius, qui vécu quatre siècles avant.

26Enfin, on a retracé l’histoire de la tradition manuscrite et des éditions modernes des deux traités De constructione.

Mots-clés

27grammaire, syntaxe, ordre des parties du discours, phrase de sens complet, cohérence de la phrase de sens complet, nom commun et propre, substance, qualité, signifiant et signifié, ms. Vaticanus lat. 3313, nomen substantivum, néoplatonisme chez Priscien.

Abstract

28For the history of the «well-constructed sentence». The first book of Apollonius Dyscolus’ De constructione and its overhaul by Priscian.

29The subject of this research is the De constructione by Apollonius Dyscolus, the first treatise on syntax written in classical antiquity, and in particular its first book, studied in comparison with the book XVII de constructione of the Institutiones grammaticae by Priscian, who looked back to Apollonius at the beginning of the VI century.

30The Greek text, printed according to the edition by G. Uhlig (1910), sometimes modified because of different textual choices, is followed by its first Italian translation; furthermore, to allow a comparison with the Latin treatise, the corresponding passages of the book XVII by Priscian have been printed and translated, too.

31The commentary aims to explain the critical choices, but particular attention has also been paid to the order of the parts of speech set by Apollonius and to their relationship with Greek and Latin grammatical tradition, also on papyrus.

32With respect to the translated sections of Priscian, a new manuscript, the Vaticanus lat. 3313, has been transcribed: this made it possible to improve, although only in the details, the text of the edition by Hertz (1855-1859).

33Texts and translations are preceded by an introduction which, after an excursus about Apollonius’ analogical method, analyses the relationships between grammar and philosophy, especially Stoicism and Platonism, to show that it is not possible to correct Apollonius through Priscian and Priscian through Apollonius: Priscian’s Neoplatonic background seems not to be active in Apollonius, who lived four centuries earlier.

34Finally, this work offers a short history of manuscript tradition and of modern editions of the two treatises De constructione.

Keywords

35grammar, syntax, order of the parts of speech, complete sentence, coherence of the complete sentence, common and proper noun, substance, quality, signifying and signified, ms. Vaticanus lat. 3313, nomen substantivum, Neoplatonism by Priscian.

Nicolas Clerbout, « Une question de portée. La logique modale du subjonctif, la logique modale IF et le calcul Lambda comparés face au problème de la portée »

36Thèse soutenue 19 décembre 2013, à l’Université de Leiden (Pays-Bas)

Composition du jury

Gerhard Heinzmann (Nancy 2)

Mathieu Marion (Montreal)

Gabriel Sandu (Helsinki)

Maria van der Schaar (Leyden)

Laurent Keiff (Paris VIII)

Shahid Rahman (Lille 3), co-directeur de thèse

G. Sundhölm (Leiden), co-directeur de thèse

37L'approche dialogique fournit une théorie de la signification qui se distingue des paradigmes dominants de la théorie des modèles et de la théorie de la preuve. Du point de vue dialogique, la signification est donnée par l'usage au sein de débats argumentatifs, qui sont étudiés comme des jeux entre deux joueurs. Dans ce travail nous présentons les notions fondamentales de l'approche à travers l'étude de diverses sémantiques dialogiques. Nous effectuons également des incursions dans la métathéorie des jeux dialogiques, avec entre autres choses l'étude de la connexion entre dialogues et tableaux.

38Notre travail se distingue notamment par trois aspects : la notion de rang de répétition introduite pour garantir de manière homogène la finitude des parties, l'importance donnée aux actes de langage dans l'approche dialogique de la signification et le rôle accordé à la perspective des formes extensives des jeux.

39Pour ce qui est de l'analyse métathéorique, nous présentons une nouvelle démonstration de la correction et de la complétude de la méthode des tableaux par rapport aux jeux dialogiques. Nous donnons également la première analyse de la manifestation dialogique de la décidabilité (ou non) d'une logique. Notre analyse met notamment en avant le lien profond entre la décidabilité et la gestion des comportements répétitifs dans les jeux d'argumentation.

Mots-clés

40logique, philosophie, théorie de la signification, sémantique dialogique, rangs de répétition, complétude, décidabilité.

Abstract

41The dialogical paradigm provides a theory of meaning alternative to the model-theoretical and proof-theoretical ones which are more widespread. From the dialogical point of view, meaning is given by use within argumentative debates which are designed as two-player games. In this work we present the fundamental notions of the paradigm through the study of various dialogical semantics. We also make some incursions in the metatheory of dialogical games, with among other things a stress on the connection between dialogues and tableaux.

42Three specificities of our account are: the homogeneous way to ensure finiteness of dialogues with the device of repetition ranks, an explicit formulation of game rules with emphasis on speech acts, and the significant role given to the perspective of extended forms (tree representations) in our analysis.

43As for results, we propose a new demonstration of soundness and completeness of the tableau method with respect to dialogical games. We also give the first analysis of the dialogical manifestation of the decidability (or not) of a logic as intimately related to the handling with repetition ranks of repetitive behaviours in games.

Keywords

44logic, philosophy, theory of meaning, dialogical semantics, repetition ranks, completeness, decidability.

Ophélie Desmons, « Les présupposés du libéralisme politique : quelle justification ? John Rawls et l'hypothèse herméneutique »

45Thèse soutenue le 13 octobre 2012 à l’Université Lille 3

Composition du jury

Patrice Canivez Professeur à l’Université de Lille 3, Directeur de thèse

Jocelyn Maclure, Professeur à l’Université de Laval, Québec, Co-directeur de thèse

Patrick Turmel, Professeur à l’Université de Laval, Québec

Patrick Savidan, Professeur à l’Université de Poitiers

Christian Berner, Professeur à l’Université de Lille 3

Résumé

46Pour de nombreux architectes du libéralisme politique contemporain, la neutralité constitue une caractéristique définitionnelle du libéralisme politique. Il est pourtant clair que ces nouvelles formulations du libéralisme ne sont pas exemptes de tout présupposé substantiel. Le libéralisme politique de Rawls, par exemple, accorde de la valeur aux notions de liberté, d'égalité et d'équité. Comment la présence de tels présupposés substantiels est-elle conciliable avec la prétention à la neutralité ?

47Tel est le problème qui est à l'origine de ce travail de recherche. Pour le résoudre, un vaste travail d'explicitation des présupposés du libéralisme, et plus particulièrement du libéralisme politique de John Rawls, ainsi qu'une étude critique du terme « neutralité » ont été réalisés. Avec Rawls, contre une conception procédurale de la neutralité, je défends la neutralité des justifications et démontre qu'elle constitue la conception de la neutralité la plus plausible. Une justification neutre est définie comme justification fondée sur des conceptions communes, c'est-à-dire partagées.

48Se pose alors la question de la justification de ces présupposés substantiels tenus pour communs. J'indique comment, chez Rawls, la question de la justification reçoit une réponse conceptuelle. Rawls résout cette question en soutenant une conception cohérentiste de la justification et en développant un certain nombre de concepts inno

49van

50Si puissants que soient ces outils conceptuels, dans la mesure où les présupposés du libéralisme sont considérés comme étant implicites dans la culture politique publique, ces présupposés semblent néanmoins appeler une autre forme de justification : une justification herméneutique. Si les présupposés du libéralisme sont le résultat d'une interprétation, il faut être capable de rendre raison de cette interprétation.

51La deuxième partie de ce travail se met en quête d'une telle justification herméneutique, en se fondant sur l'hypothèse qu'elle est disponible dans les travaux que Rawls consacre à l'histoire de la philosophie : les Lectures on the History of Moral Philosophy et les Lectures on the History of Political Philosophy.

Mots-clés

52libéralisme politique, théorie de la justice, critique communautarienne, neutralité, conception de la personne, conception de la société, justification, Rawls John, metaéthique, cohérentisme, constructivisme, équilibre réfléchi, psychologie morale, herméneutique, École de Cambridge, contextualisme, principe de charité

Abstract

53Many supporters of political liberalism consider that neutrality is part of the definition of liberalism. Yet, it is obvious that these new forms of liberalism are not free from substantive presuppositions. Rawls's political liberalism, as an example, values freedom, equality and fairness. But how can such substantive commitments be compatible with the claim for neutrality?

54This problem is the starting point of this thesis. To solve it, I work to make the presuppositions of liberalism explicit, especially those of Rawls's political liberalism, and I carry out a critical study of the word “neutrality”. With Rawls and against a procedural conception of neutrality, I support a conception of neutrality as justificatory neutrality, which I consider the most believable conception of neutrality. A neutral justification is defined as a justification which is based on shared conceptions.

55So, the question to be answered is the question of the justification of these substantive presuppositions, which are taken for shared. I study how Rawls gives a conceptual answer to the question of justification. Rawls answers this question supporting a coherentist conception of justification and developing innovative concepts, such as the concept of reflective equilibrium, of which I support an extensive conception.

56However convincing these concepts may be and because Rawls considers that the liberal presuppositions are implicit in the public political culture, it seems to me that these presuppositions call for another form of justification: a hermeneutic justification. If the presuppositions are the final result of an interpretation, this interpretation has to be justified.

57The second part of this thesis looks for such a hermeneutic justification. Its main assumption is that such a justification can be found in Rawls's works on the history of philosophy: the Lectures on the History of Moral Philosophy and the Lectures on the History of Political Philosophy.

Keywords

58political liberalism, theory of justice, neutrality, conception of person, conception of society, justification, Rawls John, metaethics, coherentism, constructivism, reflective equilibrium, moral psychology, hermeneutics, Cambridge School, contextualism, principle of charity

Anthony Feneuil, « Plus qu'une expérience ? Les enjeux épistémologiques de la notion d'expérience religieuse chez Karl Barth et Henri Bergson (1932) »

59Thèse soutenue le 29 novembre 2013, à Université de Genève (Suisse)

Composition du jury

Frédéric Worms, Professeur à l’Université Lille 3, Directeur de thèse

Ghislain Waterlot, Professeur à l'Université de Genève, Suisse, co-directeur de thèse

Vincent Delecroix, Maître de conférences à l'EPHE Paris

Christophe Chalamet, Professeur à l'Université de Genève, Suisse

Philippe Grosos, Professeur à l'Université de Poitiers

François Dermange, Professeur à l'Université de Genève, Suisse

Résumé

60Cette thèse poursuit l’objectif d’introduire la théologie de Barth en philosophie, à l’aide de la pensée de Bergson. Il y est montré que la conception barthienne de l’expérience religieuse peut être légitimement ressaisie sous la forme d’un problème philosophique d’une pleine actualité, celui de l’expérience pure, que la philosophie de Bergson permet de déployer dans toutes ses dimensions philosophiques. Son enjeu est donc double : pointer l'analogie structurelle entre les pensées de Barth et Bergson quant au rôle de la notion d'expérience religieuse dans leur réflexion sur l'expérience, et proposer un modèle de compréhension des rapports entre théologie et philosophie.

Mots-clés

61philosophie et théologie, philosophie de la religion, expérience religieuse, expérience, Barth Karl, Bergson, religion phénoménologie, corrélationnisme, réalisme, donné, néokantisme, bergsonisme

Abstract

62This dissertation aims at introducing Barth's theology inside philosophy, using tools from Bergson's thought. The author shows that Barth's conception of religious experience can be adequately restated as a contemporary philosophical problem: the problem of pure experience, crucial to Bergson's philosophy. Therefore, the dissertation has two different but closely connected goals: to display the structural analogy in Bergson and Barth regarding the role of the notion of religious experience inside a broader reflexion on the concept of experience; to suggest a model to understand the relations between theology and philosophy.

Keywords

63philosophy and theology, philosophy of religion, religious experience, experience, Barth Karl, Bergson, religion, phenomenology, correlationnism, realism, given, neokantianism, Bergsonism

Matthieu Fontaine, « Argumentation et engagement ontologique de l’acte intentionnel. Pour une réflexion critique sur l’identité dans les logiques intentionnelles explicites »

64Thèse soutenue le 7 mai 2013, à Université Lille 3

Composition du jury

Shahid Rahman, Professeur à l’Université Lille 3, Directeur de thèse

Francesco Berto, Docteur, Senior Lecturer à l’Université de Aberdeen, Grande-Bretagne

Angel Nepomuceno Fernandez, Professeur à l’Université de Séville, Espagne

Manuel Rebuschi, Maître de conférences à l’Université de Lorraine

Jean-Paul Van Bendegem, Professeur à l’Université de Bruxelles, Belgique

Résumé

65L’intentionnalité est la faculté qu’a l’esprit humain de se diriger vers des objets de toutes sortes. On la capture linguistiquement à travers l’usage de verbes comme « savoir », « croire », « craindre », « espérer » et bien d’autres encore. Les énoncés intentionnels comme « Jean croit que Nosferatu est un vampire » ou « œdipe aime Jocaste » défient les lois de la logique classique, remettant en cause la validité de principes logiques tels que la généralisation existentielle ou encore la substitution des identiques. Je propose dans ma thèse une analyse fondée sur les logiques intentionnelles explicites, des logiques où le langage est enrichi au moyen d’opérateurs qui expriment explicitement l’intentionnalité. Des aspects originaux de la signification des énoncés intentionnels sont saisis au cœur des pratiques argumentatives, dans les contextes de la logique dialogique notamment.

66S’intéressant plus spécifiquement au cas de la fictionnalité, paradigme où se mêlent naturellement considérations logiques, linguistiques et métaphysiques, je défends une théorie artefactuelle dans laquelle on définit des critères d’existence et d’identité pour les entités fictionnelles littéraires au moyen de la notion de relation de dépendance ontologique. La notion de dépendance ontologique est toutefois sujette à de graves difficultés que l’on dépasse ici dans le contexte d’une sémantique modale-temporelle, défendant alors une approche novatrice de la dimension artefactuelle des fictions. In fine, on propose une combinaison de la théorie artefactuelle à une sémantique pour l’opérateur de fictionalité qui permet l’articulation entre différents points de vue sur la fiction, les points de vue interne et externe notamment.

Mots-clés

67logique, dialogique, argumentation, fictionnalité, intentionnalité, théorie artefactuelle, dépendance ontologique

Abstract

68Argumentation and Ontological Commitment of the Intentional Act. Critical Dissertation about Identity in Explicit Intentional Logics.

69Intentionality is that faculty of human mind whereby it is directed towards objects of all kinds. It is recorded linguistically in verbs such as “to know”, “to believe”, “to fear”, “to hope”... Intentional statements such as “John thinks that Nosferatu is a vampire” or “Oedipus loves Jocasta” challenge classical logical laws such as existential generalization or substitution of identical. I propose here an analysis grounded on explicit intentional logics, i.e. logics in which languages are enriched by means of specific operators expressing intentionality. Some original aspects of the meaning of intentional statements are grasped within argumentative practices, more specifically in the context of dialogical logic.

70I focus more specifically on fictionality, a paradigm in which logical, linguistic and metaphysical considerations are naturally embedded. I defend an artifactual theory in which existence and identity criteria for fictional entities are defined by means of the notion of ontological dependence relation. That notion faces several difficulties overcome here in a modal-temporal semantics in which an innovating approach to the artifactual dimension of fiction is defended. Ultimately, a combination of that theory to a semantics for the fictionality operator is suggested. This enables us to articulate external and internal viewpoints on fictionality.

Keywords

71logic, dialogic, argumentation, fictionality, intentionality, artifactual theory, ontological dependence.

Edouard Jolly, « Les ombres du monde. Anders et le refus du nihilisme »

72Thèse soutenue le 10 décembre 2013, à l’Université Lille 3

Composition du jury

Christian Berner, Professeur à l’Université de Lille 3, Directeur de thèse

Jean-Marc Ferry, Professeur émérite à l’Université Libre de Bruxelles, Belgique, co-directeur de thèse

Antonino Mazzu, Professeur à l’Université Libre de Bruxelles, Belgique, co-directeur de thèse

Philippe Sabot, Professeur à l’Université de Lille 3

Jean-Claude Gens, Université de Bourgogne

Stephan Grätzel, Professeur à l’Université de Mainz, Allemagne

73Ancien élève de Husserl et Heidegger, Günther Anders (1902-1992) composa une œuvre philosophique dont la particularité est d’interroger la situation de l’homme face aux événements les plus sombres du XXe siècle. Ce travail, élaboré à partir d’une lecture de l’œuvre éditée à ce jour, complétée par celle du Nachlass, vise à ressaisir l’unité, la cohérence et la singularité de sa pensée autour d’une question majeure : comment un monde technicisé, un monde sans hommes, est-il compatible avec une éthique pour des hommes sans monde ? Décrire les ombres du monde, celles d’abord laissées par un monde humain technicisé, c’est déceler les idéalités de la technique qui recouvrent chaque chose d’une évidence artificielle. Observer le monde fabriqué par des hommes devenus des ombres, c’est aussi percevoir qu’ils peuplent un environnement dont ils sont les produits. Ce monde artificiel, à défaut de ne faire que soulager l’hostilité naturelle, ajoute d’autres souffrances au poids de la nécessité, que les arts parviennent à peine à déjouer. Théoriser les ombres du monde, c’est relever la négativité d’un nihilisme réalisé par la technique, à refuser. L’hypothèse philosophique ici défendue est celle d’un nihilisme métaphysique conçu comme préalable nécessaire au refus de toute autre pratique nihiliste. À cet effet, à partir de l’œuvre d’Anders se conçoit une philosophie occasionnelle comme pratique théorique d’une « sobriété tragique », un conflit entre deux ordres. Si briser toute idée métaphysique aboutit à désenchanter les victimes de trop naïves généralités, cette théorie n’impose cependant en rien de s’interdire de faire de la métaphysique.

Mots-clés

74Anders Günther, nihilisme, technique, désuétude, Prométhée, herméneutique, métaphysique, monde, mort, situation, présence, tonalité affective, liberté, culture, machine, camp, nucléaire, hégémonie, menace.

Abstract

75As a former student of Husserl and Heidegger, Günther Anders (1902-1992) wrote a philosophical work which characteristic is to examine the situation of man facing the darkest events of the 20th century. Our thesis, developed with a reading of the edited work supplemented by the Nachlass, aims to synthesize the unity, consistency and uniqueness of his thoughts by asking a specific question : how a technical world, a world without men, could be compatible with any ethic for men without world ? Describing the shadows of the world, left by a technical one, is meant to identify idealities which cover everything with an artificial obviousness. Observing the world made by men, who themselves became shadows, is like to perceive that they are living in an environment whose they are the products. This artificial world, instead of relieving man about the natural hostility, adds other difficulties, which the technology is only sometimes able to cope with. Theorizing the shadows of the world is meant to seek the specific negativity of nihilism, which is produced by technology. Our task is to show that we can refuse the nihilism as an attitude. The philosophical hypothesis defended here is a metaphysical nihilism designed as prerequisite for the refusal of any other nihilistic praxis. The philosophical work of Anders allows us to conceive an occasional philosophy as a theoretical practice, pointed out as a « tragic sobriety », a conflict between two orders. If to break any metaphysical idea leads to disenchant the naïve victims of generalities, this theory however does not refrain us from doing metaphysics.

Keywords

76Anders Günther, nihilism, technique, desuetude, Prometheus, hermeneutics, metaphysics, world, death, situation, presence, moods, freedom, culture, machine, camp, nuclear, hegemony, threat.

Julie Journeau, « Le statut épistémologique de l'éthique comme science pratique selon Aristote »

77Thèse soutenue le 29 novembre 2013, à Université Lille 3

Composition du jury

Michel Crubellier, Professeur émérite à l’Université Lille 3, Directeur de thèse

Walter CaviniI, Professeur à l’Université de Bologne, Italie, co-directeur de thèse

Enrico Berti, Professeur émérite à l’Université de Padoue, Italie

David Charles, Professeur à l’Oriel College d’Oxford, Grande-Bretagne

Jean-Baptiste Gourinat, Directeur de recherche CNRS, Paris

Résumé

78Ce travail a pour objet d'interroger le statut épistémologique de l'éthique comme science pratique et d'expliciter l'affirmation d'Aristote selon laquelle l'éthique est une science. Nous abordons cette question en deux temps : le premier est celui d'une confrontation de l'éthique avec les autres savoirs aristotéliciens dans le but de spécifier la catégorie de savoir pratique dégagée en Metaph. E.1, le second est une étude des principales particularités du savoir pratique. Pour déterminer ces différentes particularités, nous revenons sur les obstacles à la scientificité de l'éthique et nous analysons ce que nous considérons être des instruments du savoir pratique : le syllogisme pratique, les endoxa, les portraits et les exemples.

Mots-clés

79Aristote, éthique, savoir, action

Abstract

80The epistemological status of ethics as a practical knowledge according to Aristotle.

81In this work, I will question the epistemological status of ethics as practical knowledge and I will explain the Aristotelian affirmation that ethics is a science. I will proceed in two axes : the first one is a confrontation of the ethics to the other knowledges in order to specify the nature of the category of practical knowledge brought out in Metaph. E.1, and the second one is a study of main particularities of practical knowledge. In order to specify those particularities, I will define the impediments to ethics' scientificity and I will analyze what I identified as instruments for the elaboration of a practical knowledge : practical syllogism, endoxa, portraits and examples.

Keywords

82Aristotle, ethics, knowledge, action

Rozenn Le Berre, « Le deuil : expérience et réception collective. De la narrativité à l'accompagnement »

83Thèse soutenue le 27 novembre 2013, à l’Université Lille 3

Composition du jury

Frédéric Worms, Professeur à l’Université de Lille 3, Directeur de thèse

Pierre Boitte, Professeur à l’Institut Catholique de Lille, co-directeur de thèse

Philippe Sabot, Professeur à l’Université de Lille 3

Régis Aubry, Professeur associé des universités à l’UFR médecine Franche Comté

Jean-Philippe Cobbaut, Maître de conférences à l’Institut Catholique de Lille

Raphaël Gely, Professeur à l’Université Saint-Louis de Bruxelles, Belgique

Résumé

84L’enjeu de ce travail est d’aborder le deuil en tant qu’expérience existentielle dans son contexte social contemporain : vivre la perte d’un être proche marque une rupture dans la vie du sujet, qui s’intègre pourtant dans un collectif, dans une société qui réagit, qui norme cette expérience. Face à l’apparente solitude du deuil, la mort de l’autre proche interroge notre identité en tant qu’êtres fondamentalement relationnels. Nous situons notre réflexion autour de la rupture que constitue l’irruption de la mort de l’autre dans le cours de notre existence, et qui, en tant que telle, représente une rupture. Traverser un deuil, c’est se retrouver confronté à la violence et au non-sens de la perte, sur lesquels aucun mot ne peut être posé au
départ : c’est à partir du caractère indicible et incommunicable du deuil que nous abordons la question du sens, et de la mise en œuvre de pratiques en réponse à cette situation de rupture.

85La problématisation de l’expression « faire son deuil » rend compte de la créativité du sujet humain, lorsqu’il se trouve appelé, lors de la perte, à s’intégrer dans un environnement social, économique, politique, culturel… Il est alors important de souligner la dimension historique et sociale de notre réflexion, qui analyse la constitution de savoirs sur le deuil. Cette analyse épistémologique tend à constituer le deuil comme « objet », pour la pensée comme pour la pratique. Les finalités en sont donc normatives et influent une conception singulière de l’accompagnement du deuil et de la fin de vie, afin que les acteurs concernés par cette problématique puissent s’inscrire dans une continuité expérientielle.

Mots-clés

86deuil, perte, expérience, relation, mort, mourir, fin de vie, soins palliatifs, récit, contexte, accompagnement, négativité, chagrin, traumatisme, souffrance, pragmatisme, enquête, créativité

Abstract

87Bereavement: the experience and its shared reception; from the narrative of bereavement to the question of supporting those in mourning.

88The challenge of this work is to address bereavement as an existential experience in a contemporary social context – living through the loss of a loved one is an abrupt change in a subject’s life. Nevertheless, the subject is part of a collective, located in a society that reacts by regulating the experience of bereavement. Faced with the apparent solitude of mourning, the death of a loved one brings us to question our identity as fundamentally relational beings. We focus our reflection on the abrupt change that comes at the sudden news of the death of a loved one in the course of our existence, and which, as such, represents an abrupt change itself. Journeying through a period of mourning means being faced with the intensity and pointlessness of loss, of which no words can be said at the beginning. Starting from the unspeakable and incommunicable nature of bereavement, we address the question of meaning and of implementing practices in response to this situation of abrupt change.

89Problematising the expression “to be in mourning” reflects the creativity of the human subject when it is called to be a part of a social, economical, political and cultural environment upon the news of a loss. It is therefore important to emphasise the historical and social aspects of our reflection as it analyses the knowledge basis for bereavement. This epistemological analysis tends to consider bereavement as an “object” appropriate for both thought and practice. The objectives here are therefore normative and affect a singular conception of offering support to those in mourning and to those at the end of life in order that those involved in the issue may become involved in experiential continuity.

Keywords

90bereavement, loss, experience, relationships, end of life, palliative care, narrative, context, negativity, grief, trauma, suffering, pragmatism, inquiry, creativity

Sébastien Magnier, « Considérations dialogiques autour de la dynamique épistémique et de la notion de condition dans le droit »

91Thèse soutenue le 29 mars 2013, à l’Université Lille 3

Composition du jury

Shahid Rahman, Professeur à l’Université Lille 3, Directeur de thèse

Gerhard Heinzmann, Professeur à l’Université de Lorraine

Juliette Sénéchal, Maître de conférences HDR à l’Université de Lille 2

Sonia Smets, Professeur associée à l’Université d’Amsterdam, Pays-Bas

Jorge Roetti, Professeur à l’Université Nacional del Sur, Argentine

Résumé

92Le projet de cette thèse émane du constat d'une scission entre épistémologie d'une part et logique épistémique d'autre part. Si des tentatives de conciliation se sont avérées fructueuses, nous explorons ici la possibilité d'une réconciliation entre épistémologie et logique épistémique à travers l'argumentation. Étudier la logique épistémique au sein d'une pratique argumentative, c'est-à-dire au sein de dialogues, nous permet de bénéficier d'un cadre d'étude dynamique pour explorer le dynamisme et la signification du langage de la logique épistémique. Nous montrons que cette conciliation de l'épistémologie et de la logique épistémique dans une pratique argumentative est pertinente dans le domaine juridique car elle offre une approche originale de la notion de condition dans le droit.

Mots-clés

93logique épistémique, logique épistémique dynamique, logique dialogique, annonce publique, dialogue, condition suspensive, obligation conditionnelle, condition juridique

Abstract

94The project of this thesis stems from the observation of a split between epistemology and epistemic logic. If some attempts at conciliation have been successful, here we explore the possibility of reconciliation between epistemology and epistemic logic through argumentation. Studying epistemic logic in argumentative practice, that is to say in dialogues, enables us to benefit from a dynamic framework to explore the dynamics and the meaning of the language of epistemic logic. We show that this reconciliation of epistemology and epistemic logic in an argumentative practice is relevant in the legal field because it offers an original approach to the notion of condition in law.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Thèses de doctorat soutenues en 2013 », Methodos [En ligne], 14 | 2014, mis en ligne le 05 mars 2014, consulté le 24 mai 2017. URL : http://methodos.revues.org/4023

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • Revues.org