Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Compte rendu de Isabelle Pantin et Gérald Péoux (éds), Mise en forme des savoirs à la Renaissance. À la croisée des idées, des techniques et des publics, Paris, A. Colin, 2013

Jean Celeyrette
Référence(s) :

Paris, Éditions Armand Colin (coll. « Recherches »), 2013. ISBN : 978-2-200-28761-0

Entrées d’index

Mots-clés :

Renaissance
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Kuhn, Th. S., The Structure of Scientific Revolution, Chicago, University of Chicago Press, 1970
  • 2 Laurence Boulègue & Susanna Gambino-Longo, Commenter et philosopher à la Renaissance, Villeneuve d’ (...)

1L’existence d’une rupture radicale entre les maîtres médiévaux et les auteurs de la Renaissance, revendiquée par ces derniers, est aujourd’hui largement remise en question. Même si à partir du XVe siècle apparaissent de nouveaux savoirs accompagnés d’une modification des méthodes, l’expression de « révolution renaissante », par référence à la notion de révolution scientifique introduite par Kuhn1, semble pour le moins inappropriée. Comme le dit Laurence Boulègue2 :

« On aurait pu croire que la révolution philologique portée par les humanistes du Quattrocento allait faire table rase de l’héritage médiéval et des codes du commentaire scolastique. Cependant, les trois grands gestes humanistes – éditer, traduire, commenter – tout en marquant leurs différences par rapport à la pratique universitaire, ne s’en sont pas totalement affranchis tant la scolastique avait enrichi l’héritage antique et sa philosophie à la fois de la profondeur de la pensée de ses plus illustres représentants, mais aussi d’un vocabulaire technique, précis, qui, pour irriter les profanes, n’en restait pas moins difficile à contourner. Rompre avec des siècles d’une scolastique moins stérile que ce qu’en ont dit ses détracteurs ne fut pas une tâche si aisée, et le commentaire purement philosophique perdure non seulement au sein même de l’institution, mais il est aussi un outil de l’analyse et de l’activité humanistes. /…/ C’est plutôt de la dialectique qui s’établit entre différentes approches qu’est caractéristique la plus grande part des commentaires que d’une pratique radicalement différente et opposée. »

2Ce n’est donc pas du côté du contenu des savoirs que la nouveauté est la plus évidente. En revanche, il est un domaine qui, lui, est radicalement nouveau, c’est celui de leur mise en forme. Alors qu’au Moyen Âge la transmission des savoirs se faisait essentiellement dans le cadre universitaire par des lectures de texte, le plus souvent sous forme de questions disputées, que ces disputes aient réellement eu lieu ou non, à la Renaissance les types de transmission se multiplient : par des textes universitaires, bien sûr, mais aussi par des éditions pour un public cultivé plus ou moins ciblé, par la production d’objets correspondant à des besoins de nature variée etc. avec une attention particulière mise à la présentation. C’est cette problématique de la « mise en forme des savoirs » à la Renaissance, une Renaissance qui déborde parfois sur le XVIIe siècle, qui est étudiée dans l’ouvrage ici présenté, les savoirs en question se rattachant de façon plus ou moins large à la philosophie naturelle. Même si ce domaine a déjà été abordé dans la littérature, il n’existe aucune théorie par rapport à laquelle il est possible de se situer, si bien qu’une démarche originale a été adoptée. Un groupe interdisciplinaire de chercheurs s’est constitué comprenant des philosophes, des historiens des sciences, des spécialistes de la littérature, des historiens de l’art etc. ; au terme de discussions décrites comme serrées, ce groupe s’est résolu à adopter la règle suivante (p. 10) : chacun des contributeurs garde sa liberté de comprendre le thème de la mise en forme des savoirs à sa guise, tout en s’efforçant de se poser des questions permettant d’organiser un dialogue commun.

3C’est donc une suite d’études de cas a priori disparates que nous propose l’ouvrage, leur confrontation permettant de tirer un certain nombre de conclusions.

4Le premier cas, emblématique, est celui d’Oronce Finé (1494-1555), titulaire de la chaire de mathématiques du Collège Royal, chargé de rénover l’enseignement de la discipline en France et d’en étendre l’usage au-delà du milieu universitaire. Avant d’occuper ce poste prestigieux il avait, comme dessinateur et graveur, collaboré avec des imprimeurs connus, et avait été facteur d’instruments astronomiques. Ses apports proprement mathématiques étant resté modestes, c’est comme concepteur d’instruments, comme cartographe et comme auteur de manuels qu’il a acquis une réputation dans l’Europe entière. En fait il fut le principal inventeur d’un livre scientifique de type nouveau, orienté non vers le milieu universitaire mais vers un public de lettrés non spécialistes. Avant Finé les livres de mathématiques édités à Paris avaient une allure proche de celle des manuscrits scientifiques médiévaux, avec une typographie dense et quelques croquis peu lisibles. Finé, tout en étant particulièrement attentif à l’exactitude de la reproduction des textes entreprit d’aérer les présentations en faisant appel à des paragraphes et à des notes marginales ; il refit les figures et remplaça les commentaires du texte par des légendes développées qui les résumaient. Ce type de mise en forme résultait d’une vraie réflexion, qui apparaît clairement quand on compare les versions successives d’un même ouvrage, particulièrement le manuel de cosmologie intitulé Sphaera mundi.

5C’est le même type de travail qu’on peut repérer dans l’édition de Risner (1572) de l’Opticae thesaurus, qui rassemble le De aspectibus d’Alhacen et la Perspectiva de Witelo, les deux principaux textes de référence de l’optique médiévale. On sait que l’ouvrage de Witelo reprend, et parfois explique, la substance du livre d’Alhacen. Toutefois il est structuré différemment, l’ouvrage d’Alhacen, une traduction latine incomplète du Kitab al-Manazir d’Ibn al-Haytham (XIe siècle), ayant la forme d’un traité euclidien. Pour établir le texte du De aspectibus Risner semble s’être appuyé principalement sur deux manuscrits qu’il a beaucoup corrigés, alors que pour la Perspectiva il a essentiellement utilisé une édition antérieure. Sur le modèle du traité de Witelo, il a réorganisé les chapitres du De aspectibus en paragraphes, coiffant ces derniers de propositions censées les résumer qui ne figurent pas dans les manuscrits. Puis il a mis en relation, avec un système de renvois au niveau le plus fin, les contenus des deux traités, ce qui fournit un véritable itinéraire de lecture pour l’ensemble des deux traités, lecture par ailleurs facilitée par la multiplication des schémas. En résumé le travail de mise en forme de Risner est donc à la fois, matériel, structurel et intellectuel.

6C’est une entreprise en quelque sorte inverse qu’on observe dans les éditions successives (de 1552 à 1587) des Discours philosophiques de Pontus de Tyard, un ensemble de dialogues sur des savoirs variés, poésie, musique, science du calendrier, cosmologie, astrologie divinatoire.

7Pontus semble prendre plaisir à compliquer la tâche du lecteur, en se refusant à insérer des figures, et surtout en recourant à une disposition en continu, sans paragraphe, particulièrement gênante pour des dialogues aux sujets complexes présentant des points de vue opposés. Il semble que Pontus ait voulu distinguer ses Discours des ouvrages scientifiques ou pédagogiques, revendiquant ainsi pour eux un statut d’œuvre littéraire. Ultime coquetterie, les premières éditions, lyonnaises, ne comportent pas le nom de l’auteur mais seulement son portrait, assorti d’allusions permettant aux lecteurs de son milieu de le reconnaître sans ambiguïté. Cette marque de connivence disparaît dans les rééditions parisiennes, où figurent le nom de Pontus et tous ses titres.

8Le domaine de la cartographie est ensuite abordé, mais l’étude se démarque clairement de l’analyse traditionnelle qui, partant d’une plus ou moins grande conformité de la carte et de son objet, se ramène à une évaluation de la compétence technique ou mathématique du cartographe. Ce sont d’autres aspects qui sont ici examinés à partir de l’exemple de la cartographie allemande du XVIe siècle : le fait que la carte reste à l’état manuscrit ou soit imprimée, qui peut renseigner sur l’objectif du commanditaire ; le déploiement d’éléments textuels et iconographiques sur la carte, qui informe sur l’insertion du cartographe dans les milieux lettrés ; la mise en œuvre d’outils mathématiques tels que les grilles de coordonnées, la mention de l’échelle, de l’orientation ; le mode de représentation graphique choisi, en plan et/ou en perspective, avec des approches abstraites et/ou picturales ; l’usage exclusif ou non des langues vulgaires ou du latin.

9Les « vues de ville » constituent un genre cartographique autonome, dont la réalisation la plus célèbre est la collection des Civitates orbis terrarum. Au XVIe siècle, à la demande des princes, voire des simples collectionneurs, les « vues de villes » imprimées sur placards isolés se multiplient. L’étude consacrée à leur mise en recueil, de 1572 à 1617, montre que cette entreprise tout en visant à composer un ensemble complémentaire du Theatrum orbis terrarum d’Abraham Ortelius, a été largement influencée par les facteurs commerciaux et le mode de récollement des cartes. Si bien qu’au lieu de viser à la construction d’un monument unique, elle proposait au lecteur des différents volumes un parcours qui non seulement pouvait lui fournir une connaissance encyclopédique sur les villes, mais également illustrait les liens entre géographie, histoire, politique etc.

10Le cas suivant, celui de la querelle de l’antimoine au milieu du XVIIe siècle à la Faculté de médecine de Paris, semble un peu en marge du reste du volume. Pourtant, les traités médicaux sur le sujet écrits dans un contexte de violente polémique participent d’une mise en forme des savoirs médicaux de l’époque avec les références aux autorités, mais aussi les réponses aux arguments adverses, souvent déformés. Le récit de la querelle et les exemples donnés mettent bien en évidence l’enjeu du conflit : défense de l’institution contre nouvelle médecine. Il faut toutefois remarquer que les procédés mis en œuvre dans ce type de polémique scientifique sont peu originaux et ont été largement utilisés dans les controverses médiévales.

11Les deux derniers cas examinés traitent des mises en forme littéraires de deux types de savoirs, celui, inaccessible à l’observation, des milieux sous-marins, et celui, inaccessible à la compréhension, de l’infra visible révélé par la vision microscopique. Dans les deux cas la forme est celle de récits fictionnels, qui développent un véritable imaginaire scientifique.

12À la Renaissance, les mondes sous-marins ne peuvent être observés et aucune des descriptions produites dans la littérature n’est fiable. Toutefois certaines reconstitutions sont plus vraisemblables. Le principal critère de vraisemblance est le principe d’analogie de Pline, suivant lequel toute espèce sur terre a son correspondant dans le monde sous-marin ; mais ce principe ne s’applique que dans certaines limites, en excluant certains usages abusifs comme ceux qui conduisent à admettre l’existence d’espèces fabuleuses. À ce principe s’adjoint une autre correspondance qui fait du milieu sous-marin le pendant utopique de la société connue. Le principe d’analogie est alors décliné en imaginant des transpositions politiques et morales, le fond des mers étant un reflet inversé – physique et moral – de la terre. C’est ce qu’illustre la société des hommes-thons. L’imaginaire scientifique qui est ici développé ne porte pas alors sur une description physique des milieux sous-marins, mais sur le comportement moral des créatures qui les peuplent

13Le cas de la vision microscopique est plus complexe. L’usage du microscope a permis de voir ce qui était invisible, même si pendant longtemps on s’est interrogé sur la fiabilité des images qu’il produisait. Les structures perçues, notamment le détail des organes d’insectes minuscules, sont visibles, mais leur fonctionnement est inintelligible, et aucun discours scientifique n’est possible à leur sujet. Cette inintelligibilité conduit alors à l’élaboration de récits fictionnels comme l’Histoire comique de Monsieur Cyrano de Bergerac, dans lequel d’une part l’homme est un univers contenant une infinité de vies, des parasites contenant eux-mêmes d’autres parasites etc., ce qui n’est qu’un avatar des deux infinis, d’autre part, point de vue beaucoup plus radical, les composants humains sont de « petits animaux » dont l’action produit la vie humaine.

14Les études décrites ici très brièvement ne pouvaient aboutir à une théorie constituée sur la mise en forme des savoirs. On est clairement en présence d’un work in progress. La conclusion qui est donnée à l’ouvrage ne masque d’ailleurs pas cet aspect : il s’est agi d’« explorer /…/ les conditions de toutes sortes qui ont contribué, à la Renaissance, à mettre en forme des contenus de savoir pour permettre leur transmission à leurs publics » et nullement de chercher à aboutir à des « conclusions théoriquement exploitables » (p. 205-206). Les auteurs revendiquent, néanmoins, un certain nombre de résultats.

15D’abord, de façon générale, l’innovation dans la forme se combine rarement avec la nouveauté du contenu, l’« acte de mise en forme, disent-ils, est souvent relativement conservateur » (p. 209).

16Ensuite les différents niveaux où s’opère la mise en forme (stratégie de l’acte éditorial, choix linguistique, appel à des techniques de reproduction plus ou moins sophistiquées) ont été observés, mais surtout mis en rapport. Ainsi le choix d’un exposé linéaire intégrant le commentaire pouvait correspondre aux mêmes intentions que celles qui relevaient du typographe ou du graveur.

17Surtout l’examen de ces différents cas a permis de cerner le public visé, qu’il s’agisse de celui des collectionneurs de cartes ou des lecteurs des premières éditions des Dialogues de Pontus de Tyard.

18La prudence de ces conclusions est sans doute liée au caractère pluridisciplinaire du travail mais elle est aussi le résultat de la volonté des auteurs qui n’ont pas voulu généraliser excessivement à partir de cas dont beaucoup se situaient dans un milieu relativement restreint, celui des auteurs, imprimeurs et graveurs allemands. Les auteurs souhaitent d’ailleurs que leur travail soit complété par une étude prenant en compte, par exemple, certains milieux lettrés du monde méditerranéen.

19En conclusion il y a là un ouvrage tout à fait stimulant par la nouveauté de sa conception, et les questions qu’il pose, beaucoup plus évidemment que par les réponses qu’il apporte.

Haut de page

Notes

1 Kuhn, Th. S., The Structure of Scientific Revolution, Chicago, University of Chicago Press, 1970

2 Laurence Boulègue & Susanna Gambino-Longo, Commenter et philosopher à la Renaissance, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2014 (sous presse).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Celeyrette, « Compte rendu de Isabelle Pantin et Gérald Péoux (éds), Mise en forme des savoirs à la Renaissance. À la croisée des idées, des techniques et des publics, Paris, A. Colin, 2013 », Methodos [En ligne], 14 | 2014, mis en ligne le 22 avril 2014, consulté le 20 août 2017. URL : http://methodos.revues.org/4015

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • Revues.org