Navigation – Plan du site
Dire et vouloir dire

L’intentionnalité dans la Théorie de la science de Bolzano. Éléments d’une reconstruction.

Intentionality in Bolzano’s Theory of Sciences. Elements for a Reconstruction.
Guillaume Fréchette

Résumés

Dans la réception de Bolzano, et probablement depuis les Prolégomènes de Husserl, on insiste généralement sur le fait que la Théorie de la science (1837) de Bolzano vise à développer une théorie des représentations et des propositions qui fait de celles-ci des entités logiques de plein droit, indépendantes des actes de pensée, et seules porteuses des propriétés dont traite la logique (vérité, fausseté, objectualité, etc.) L’importance accordée à cette position, souvent appelée réalisme logique (Morscher), tend toutefois à masquer d’autres aspects de l’ouvrage de Bolzano qui, sans contredire ce réalisme logique, montrent toutefois que la perspective développée par le philosophe de Prague visait aussi à rendre compte de la relation intentionnelle entre l’agent et ces entités logiques.

Dans le présent article, je me penche sur les moyens mis en branle par Bolzano pour élucider cette relation. Dans un premier temps, j’examine le cas des représentations sans objet en soulignant le caractère intentionnel de certaines de leurs caractérisations. Dans un deuxième temps, je me penche sur le traitement réservé au jugement en relation à la proposition en soi. Dans la dernière partie de l’article, j’expose les grandes lignes de sa conception des intentions de signification sous-jacente à sa sémiotique. Pris comme un tout, ces trois cas montrent que le thème de l’intentionnalité n’est pas un épiphénomène dans la Théorie de la science, comme on pourrait le croire en partant de l’interprétation de Bolzano par Husserl, mais bien une partie constituante de l’entreprise du philosophe de Prague.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article a bénéficié du support du Fonds de recherches autrichien (FWF, projet M-1403-G15).

Je tiens à remercier Laurent Cesalli et Claudio Majolino pour leurs commentaires et leurs suggestions ainsi que les évaluateurs anonymes pour leurs critiques constructives.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Sur l’influence exercée par Bolzano sur Husserl sur cette question, voir Wolfgang Künne (2009a), «  (...)

1De prime abord, la philosophie de Bernard Bolzano n’est pas reconnue pour sa contribution à une théorie de l’intentionnalité des phénomènes mentaux, bien que son influence sur le développement de la conception husserlienne de l’intentionnalité soit indiscutable1. En effet, sa conception des propositions et des représentations en soi relègue à un rôle de second plan celui des représentations mentales et des jugements dans leur relation avec les objets qu’elles représentent et les propositions qu’elles pensent. Si je me représente une montagne d’or, il n’y a, au sens strict, aucun objet à ma représentation, puisque la représentation objective exprimée par « montagne d’or » ne comporte aucun objet dans son extension. Contrairement à plusieurs théories intentionnelles des représentations, par exemple celles de Brentano, du jeune Husserl de l’époque de la Philosophie de l’arithmétique ou encore celle de Twardowski, la représentation en soi, appelée aussi représentation objective (Vorstellung an sich, objektive Vorstellung), n’est pas un contenu mental, mais un contenu strictement objectif et indépendant des actes de représenter.

2Du côté du jugement, le cas est semblable : les jugements sont vrais uniquement dans la mesure où la proposition en soi qu’ils contiennent –la proposition en soi est le contenu d’un jugement– est vraie. Il n’y a aucune corrélation, comme on peut la rencontrer dans certaines théories intentionnelles comme celle de Brentano, entre l’assurance (ou encore la certitude, ou l’évidence) d’un jugement et sa vérité.

  • 2 Sur le réalisme logique, voir notamment Edgar Morscher (1972), « Von Bolzano zu Meinong: Zur Geschi (...)
  • 3 Voir notamment Edmund Husserl (1975), « Esquisse d’une préface aux Recherches logiques » in Edmund (...)
  • 4 Sur les reprises récentes de ce récit, voir notamment Wolfgang Huemer (2013), « Phenomenology » in (...)
  • 5 Abrégée WL – Bolzano, Dr. Bernard Bolzanos Wissenschaftslehre. Versuch einer ausführlichen und grös (...)
  • 6 J’emprunte cette caractérisation des théories de l’intentionnalité à Kevin Mulligan (2007), p. 205 (...)

3Plus généralement, on a été habitué à associer la philosophie de Bolzano au réalisme logique de Frege ou encore à l’objectivisme sémantique de Husserl, c’est-à-dire à des doctrines sur la subsistance des entités logiques et sur l’objectivité des unités sémantiques.2 Cette association est naturellement renforcée par le récit suivant lequel la phénoménologie de Husserl aurait été la première véritable tentative de conjuguer le thème de l’intentionnalité avec le réalisme logique, récit fortement encouragé par Husserl lui-même3 et régulièrement repris par les historiens de la phénoménologie4. Sans se pencher sur la justesse de ce récit, on peut tout de même se demander si cette association exclute de fait toute contribution de la philosophie de Bolzano au problème de l’intentionnalité. En prenant la perspective du récit husserlien, les caractéristiques des représentations et des propositions en soi que souligne Bolzano semblent lui faire dire que l’intentionnalité ne joue aucun rôle dans la détermination du contenu des représentations et des jugements. Si tel est le cas, on est en droit de penser qu’au moins dans les portions concernées de sa Théorie de la science (1837)5, Bolzano n’est aucunement conduit  à expliquer la métaphore de la directionalité des actes mentaux, comme le font toutes les théories de l’intentionnalité6. Il serait cependant précipité de tirer une telle conclusion à laquelle nous invitent le récit husserlien ainsi que la lecture de la Théorie de la science suggérée par celui-ci. Prenons par exemple le cas des représentations dites sans objet. Si Bolzano considère en effet que des représentations comme celle exprimée par « montagne d’or » n’ont pas d’objet, il reconnaît par ailleurs que ces représentations se « dirigent » (sich beziehen, WL I, 316) vers un objet, et propose différentes pistes pour élucider cette métaphore de la direction. Si les élucidations proposées ne sont pas simplement accessoires, comme nous le pensons, c’est parce que le traitement bolzanien des représentations sans objet tente justement de rendre compte, entre autres choses, de la métaphore de la directionalité. Au moins sur cette question des représentations sans objet, la Théorie de la science de Bolzano semble donc s’avancer sur le terrain de l’intentionnalité.

  • 7 Voir Anita Konzelmann Ziv (2012).

4La question des représentations sans objet n’est qu’un cas parmi d’autres dans lesquels Bolzano essaie d’élucider la métaphore de la directionalité. Dans un article récent, Anita Konzelmann Ziv a fait un exercice semblable a celui proposé ici en partant de la philosophie morale de Bolzano.7 Dans ce qui suit, je propose une reconstruction des idées bolzaniennes élucidant la métaphore de la directionalité dans la Théorie de la science. Cette reconstruction se base sur trois cas exemplaires : le premier est celui déjà discuté des représentations sans objets ; le second est celui du jugement, et le troisième cas porte sur la conception bolzanienne du signe. Alors que le premier cas exemplaire en est un relatif à la théorie des éléments de Bolzano, et donc aux représentations en soi, les deuxième et troisième cas illustrent plutôt les tentatives bolzaniennes d’élucider la métaphore de la directionalité en partant des épisodes mentaux qui ont pour contenu des représentations ou des propositions en soi : les cas à l’étude ici sont, respectivement, le jugement et la conception du signe.

5La sélection de ces cas exemplaires n’est pas arbitraire : le cas des représentations sans objet est majeur car il montre que le récit husserlien masque effectivement une réflexion originale de Bolzano, à l’intérieur même de la théorie des éléments, sur la nature de l’intentionnalité, réflexion qui, de fait, anticipe celle de Husserl ; le cas de la théorie du jugement montre quant à lui que Bolzano était préoccupé par ce qu’on appelle aujourd’hui les attitudes propositionnelles ; enfin, sa conception des signes dans le troisième livre de la Théorie de la science montre qu’il visait aussi à rendre compte des relations de communication entre locuteur et interlocuteur en utilisant le concept d’intention d’une manière semblable à celle qui sera développée dans l’école de Brentano quelques années plus tard.

6L’enchaînement de ces trois thèmes vise ainsi à proposer des éléments d’une grammaire de l’intention dans la Théorie de la science, éléments qui visent à inviter le lecteur à repenser le récit husserlien sur la place de Bolzano dans l’histoire de la phénoménologie et de la philosophie analytique.

1. Représentations sans objet

7Comme je l’ai annoncé en introduction, l’intérêt de Bolzano pour le problème des représentations sans objet et le traitement qu’il en propose montre bien que le réalisme logique qu’on lui attribue (à raison) n’exclute pas une tentative d’élucidation de la métaphore de la directionalité, comme le suggère le récit husserlien.

8Une représentation vide ou sans objet, nous dit Bolzano, n’a pas d’extension. Les exemples qu’il prend sont nombreux et pointent vers des éléments différents. Son point de départ est le dilemme suivant : (§67) :

9(1) Il est incorrect de dire que le concept exprimé par l’expression « ‚rien »’ ait un objet qu’il représente.

10(2) Il est incorrect de dire qu’une représentation n’a pas d’objet (selon WL I, 304).

11Avec l’affirmation (1), il est clair que l’expression « rien » est comprise comme exprimant une représentation sans objet. Mais Bolzano veut aussi rendre compte de l’affirmation (2), ou plutôt du bien fondé de l’intuition qui se cache derrière cette affirmation. Il nous dit que l’affirmation (2)

  • 8 « kommt … wohl nur daher, weil [man] unter Vorstellungen bloß gedachte Vorstellungen, d.i. Gedanken (...)

« ne découle bien que du fait qu’on comprend par représentations seulement des représentations simplement pensées, c’est-à-dire des pensées, et qu’on tient la matière que ces représentations ont (les représentations en soi), pour leur objet (WL I, 304)8.

12C’est donc une confusion entre le contenu et l’objet d’une représentation subjective qui est à la racine de l’affirmation (2). Bolzano complète sa liste d’exemples de représentation sans objet avec la représentation d’un cercle carré et d’une vertu verte. Dans des cas comme ceux-là, ce qui est pensé est la représentation en soi, la représentation objective, et non l’objet. Pour Bolzano, les deux exemples de « carré rond » et « vertu verte » ont quelque chose de commun :

  • 9 « Bei diesen Beispielen leuchtet es übrigens gleich von selbst ein, daß ihnen kein Gegenstand entsp (...)

« Il va de soi dans le cas de ces exemples qu’aucun objet ne peut leur correspondre car elles lui attribuent des déterminations qui sont contradictoires (WL I, 304)9.

  • 10 « …daß es wohl scheint, sie habe irgend einen Gegenstand, während sie ihn doch wirklich nicht hat » (...)

13Or la formulation de cette raison est trompeuse, car en introduisant la contradiction, Bolzano amène lui-même quelque chose de contradictoire. Il nous dit que la représentation d’un carré rond est sans objet, parce que celle-ci attribue à son objet des propriétés contradictoires. Cette formulation contradictoire trouve un certain écho quelques pages plus loin concernant les représentations imaginaires : une représentation imaginaire doit être conçue de telle façon « qu’elle donne l’impression d’avoir un objet quelconque, alors qu’en fait elle ne l’a pas »10.

14Quel est donc ce semblant d’objet des représentations imaginaires ? Bolzano répond à cette question un peu plus loin :

  • 11 « ...wenigstens ihre [=die imaginären Vorstellungen, GF] einzelnen Theile und die Art ihrer Verbind (...)

« Au moins les parties individuelles des représentations imaginaires et le mode de leur connexion doivent être constitués de la même manière que pour les représentations objectuelles » (WL I, 323)11.

15Partant de ce que nous avons vu jusqu’ici, on pourrait proposer une définition de base de ce que Bolzano appelle une représentation imaginaire :

16Représentation imaginaire (définition de base) :

17(1) x est une représentation imaginaire ssi

18(2) x est analysable en x1, x2, …, xn, qui connotent les déterminations B1, B2, …, Bn

19&

20(3) ([G a B1] | [G a B2]) ([G a B1] | [G a Bn]) (…) ⌵ ([G a B2]| [G a Bn])

  • 12 J’emploie les crochets pour introduire ce que les expressions et les propositions expriment, c’est- (...)

21Où « | » exprime la barre de Sheffer, « G » est une variable d’objet et « ⌵ » la disjonction. [G a B1]| [G a B2]12 se lit donc : « la conjonction des deux n’est pas vraie : ou bien G a la propriété B1, ou bien G a la propriété B2 ». La disjonction de la deuxième proposition du definiens doit nous faire remarquer qu’une représentation imaginaire attribue effectivement à son objet des propriétés contradictoires, mais non uniquement de telles propriétés. J’ai employé dans la définition le terme « connoter ». Il vise à exprimer la relation entre une représentation et la propriété que celle-ci attribue à son objet. Pour exprimer cette relation, Bolzano se contente habituellement du verbe « attribuer » (beilegen) (WL I 304, 316). Mais il écrit aussi parfois qu’une représentation « désigne » des propriétés (WL I, 260), ou que les composantes d’une représentation « affirment » (aussagen) des propriétés (WL I, 315). Bolzano dit également qu’une représentation « déclare » (angibt) des propriétés de son objet (WL I, 315), ou que des propriétés « découlent » d’une représentation (sich ergeben) (WL I, 324). On comprend bien la difficulté de déterminer les propriétés dans le cas des représentations imaginaires : car les propriétés sont quelque chose que possède un objet : si les représentations imaginaires n’ont pas d’objet, alors on peut difficilement établir l’explication du concept [imaginaire] sur la base du concept de propriété. C’est pourquoi, à mon avis, la terminologie de Bolzano est un peu vacillante à ce niveau.

22En fait, à d’autres endroits de la théorie de Bolzano, on voit bien que le principe qui sous-tend sa thèse des représentations sans objets est mis à mal par le fait que d’autres propriétés de représentation se voient traitées différemment si on les aborde dans le contexte des représentations imaginaires. Un autre exemple de ce cas de propriétés de représentation est la sursaturation (Überfüllung), qui correspond à une expansion de l’intension sans modification de l’extension. C’est le cas par exemple de la représentation [homme mâle de 50 ans] par rapport à la représentation [homme de 50 ans] ; la première représentation est sursaturée par rapport à la seconde eu égard à la composante [mâle]. Or, pris au sens propre, les représentations sans objet n’ont pas d’extension, et devraient donc être discriminées quant au fait d’avoir cette propriété, ce qui naturellement est contre-intuitif puisqu’on pense bien qu’ajouter la partie [de forme rectangulaire] à [carré rond] fait bel et bien augmenter son intension (d’une partie déjà présente). Or la réponse orthodoxe à laquelle on s’attendrait n’est pas celle de Bolzano : même si les représentations sans objet n’ont pas d’objet, et qu’elles ne peuvent donc revendiquer de propriétés qui reviennent au contenu, il y a pour elles une façon toute particulière par laquelle elles peuvent être traitées comme des représentations objectuelles.

23Bolzano parle bien, et ce très souvent, du fait que certaines représentations présupposent (voraussetzen) un objet. Que peut bien vouloir dire Bolzano dans ce contexte ? Prima facie, l’expression « ‘présupposer un objet réel »’ semble s’appliquer à des représentations objectuelles : la représentation [représentation en soi] ne présuppose pas d’objet réel, alors que la représentation [la plus haute montagne d’Asie] présuppose bien un objet réel. En ce sens, une représentation présuppose un objet (réel) lorsque la représentation sujet ([montagne]) comporte uniquement un ou des objets réels dans son extension.

24Mais qu’en est-il des représentations sans objet ? Sous cette condition, la représentation [la plus grande mer intérieure du Vatican] semble bien présupposer, comme [la plus haute montagne d’Asie], un objet réel. Toutefois, cette condition nous reconduit à déterminer la présupposition d’objet au moyen de l’extension des représentations, ce qui ne répond pas au problème posé par la présupposition d’objet de certaines représentations sans objet.

2. La logique des variations

25Bolzano propose une autre solution au problème de la présupposition d’objet dans ce contexte. Il fait remarquer que les représentations [la plus grande mer intérieure du Vatican] et [la plus grande place publique du Vatican] sont structurellement identiques ([le plus grand x de y]). Voyons comment ce traitement fonctionne : si on peut dire que la représentation [montagne d’or] a une extension plus large que la représentation [montagne d’or en Asie], c’est parce qu’au moins une variante objectuelle du concept [montagne d’or] a une extension plus large qu’une variante objectuelle du concept [montagne d’or en Asie]. La variation procède de cette manière : dans la représentation [montagne d’or], j’isole d’abord une partie de la représentation qui sera ensuite sujette à variation :

R1

R2

        [montagne d’or]

[montagne d’or en Asie]

V1 : [pièce d’or]

[pièce d’or en Asie]

V2 : [bracelet d’or]

[bracelet d’or en Asie]

V3 : [serpe d’or]

[serpe d’or en Asie]

26Au sens propre, selon Bolzano, R1 n’ayant pas d’extension, elle ne peut a fortiori pas avoir d’extension plus large, ou moins large, que R2. Toutefois, il est possible de dire que R1 a une extension plus large que R2 lorsqu’on utilise les variantes objectuelles de ces représentations. On dira alors que R1 est plus large que R2 en fonction de la variante V1, ou encore de la variante V2, ou V3, etc. Mon exemple se base ici sur la relation d’inclusion, mais on peut fournir des exemples pour toutes les autres relations logiques.

27En utilisant le principe de la variation, Bolzano peut donc à la fois soutenir la thèse qu’il y a des représentations sans objet et celle selon laquelle ces représentations sont régies par les mêmes règles logiques que les représentations objectuelles, sans supposer des entités qui tomberaient sous ces concepts, comme des carrés ronds, des licornes ou des montagnes d’or.

28Un des avantages de cette conception réside dans le fait que je peux faire l’affirmation :

29(1) Le concept [polygone rond] est plus large que le concept [carré rond]

30Sans pour cela devoir affirmer la proposition suivante, comme le fait notamment la logique meinongienne :

31(2) Les carrés ronds sont une sorte particulière de polygones ronds.

32En employant la logique des variations pour élucider la présupposition d’objet des représentations sans objets, Bolzano ferme la porte à une interprétation de la « présupposition d’objet » en un sens intentionnel. Toutefois, cette stratégie n’est guère utilisable pour clarifier les autres caractérisations de représentations sans objet employées par Bolzano, notamment celles du « semblant d’objet », de la « direction vers un objet » et de la « connotation de propriétés ».

3. Catégorisation des représentations sans objet

33Afin d’observer quelles sont les avenues développées par Bolzano pour clarifier les caractérisations mentionnées plus haut, nous nous pencherons maintenant sur la catégorisation qu’il propose des représentations sans objet dans la Théorie de la science.

Les représentations factuellement sans objet

34On peut les caractériser en mentionnant que l’état du monde est en gros la cause de leur inobjectualité. Sous [licorne] ne tombe aucun objet, bien que la proposition exprimée par l’affirmation « les licornes existent » ne contredit pas de vérité conceptuelle. En fait, on pourrait caractériser les représentations factuellement sans objet en mentionnant qu’une proposition existentielle ayant comme représentation sujet une représentation factuellement sans objet contredit une vérité empirique. La proposition exprimée par l’énoncé « iIl n’y a pas de licornes » est une vérité empirique, et celle exprimée par « les licornes existent » contredit cette vérité empirique. C’est pour cette raison que je qualifie ces représentations de représentations factuellement sans objet.

Les représentations imaginaires

35La caractérisation des représentations imaginaires est plus problématique. Bolzano propose différentes caractérisations des représentations imaginaires tout au long de sa Théorie de la science, sans toutefois jamais statuer sur la priorité d’une caractérisation sur une autre, ni sans jamais vraiment introduire les différentes caractérisations qu’il propose en termes de définition (Erklärung) ou d’entente (Verständigung) conceptuelle. À première vue, Bolzano ne semble pas se préoccuper d’isoler ce qui fait la spécificité d’une représentation imaginaire. En général, les caractérisations qu’il propose se résument à une des trois caractérisations suivantes :

36Caractérisation 1 : les représentations imaginaires sont celles qui semblent avoir un objet, alors qu’en réalité, elles ne peuvent avoir d’objet.

37Caractérisation 2 : les représentations imaginaires attribuent des propriétés qui sont contradictoires

38Caractérisation 3 : les représentations imaginaires sont celles qui, lorsqu’elles sont en position de représentation sujet dans une proposition affirmative P, P contredit alors la vérité conceptuelle Q.

39Ces trois caractérisations, comme je viens de le laisser entendre, ne sont pas à même, prises individuellement ou collectivement, de fournir une définition de la représentation imaginaire. Elles sont conçues par Bolzano essentiellement comme des explications (Verständigungen), et non comme des analyses conceptuelles.

40Deux de ces trois caractérisations sont particulièrement significatives dans notre tentative d’isoler les moyens mis en branle par Bolzano pour élucider la métaphore de la directionalité dans el le contexte du problème des représentations sans objet.

41C1 : semblant d’objet. On la retrouve tout particulièrement dans ce passage de la Théorie de la science :

  • 13 « Die imaginäre Vorstellung also muß so beschaffen seyn, dass es wohl scheint, sie habe irgend eine (...)

« …la représentation imaginaire doit être construite de telle sorte qu’il semble bien qu’elle ait un objet quelconque, alors qu’en réalité elle ne l’a pas. Lorsqu’on se demande d’où peut bien provenir ce semblant qu’a la représentation d’avoir un objet, il est alors manifeste qu’il doit procéder d’une propriété s’attachant à la représentation objective (et non pas au simple phénomène de cette dernière dans l’âme), afin que toute la distinction entre représentations réales et représentations imaginaires soit applicable aux représentations en soi ». (WL I, 322)13.

  • 14 Voir Samuel Hugo Bergmann (1908), Untersuchungen zum Problem der Evidenz der inneren Wahrnehmung, H (...)
  • 15 Il n’est pas exclu qu’Ernst Mally (Gegenstandstheoretische Grundlage der Logik und Logistik, Leipzi (...)

42Le premier des exégètes de Bolzano à avoir mis l’accent sur ce passage de la Théorie de la science est Samuel Hugo Bergmann, un étudiant d’Anton Marty à Prague au début du 20ième XXe siècle. Dans deux de ses ouvrages, dont celui sur Bolzano, il fait remarquer que si Bolzano avait systématiquement suivi cette idée, il aurait complètement réformé sa conception de la relation à l’objet dans la théorie de la science14. Cette idée consiste à distinguer entre deux relations : la relation exprimée par le prédicat « …représente_ » (REP) et la relation exprimée par le prédicat « …se réfère à _ » (REF). Que la représentation [carré rond] semble représenter un objet, cela ne veut rien dire d’autre, selon Bergmann, que la représentation se réfère à un objet (bezieht sich auf ein Objekt). Le prédicat REP est selon Bergmann un cas plus spécialisé du prédicat REF : lorsqu’une représentation semble simplement avoir un objet, on dira qu’elle se réfère à un objet. Lorsque non seulement elle semble, mais elle a un objet, alors on utilisera le prédicat REP15.

43En isolant la caractérisation en termes de semblant d’objet comme la caractérisation d’une direction (sich beziehen auf) qui n’implique pas l’existence des deux relata, Bolzano emploie ici sans la nommer la relation intentionnelle d’un acte vers un objet. Pour les représentations sans objets, cette distinction entre deux relations signifie en gros la chose suivante : d’un côté, toutes les représentations qui ne sont pas exprimées par des termes syncatégorématiques ou des opérateurs logiques sont des représentations qui se rapportent (sich beziehen auf) à un objet. Seules celles qui sont objectuelles sont dites alors représenter un objet et se rapporter à lui.

44C2 : attribution de propriété. D’autres passages de la Théorie de la science insistent plus spécifiquement sur cet élément, comme c’est notamment le cas de ce passage :

  • 16 « Es gibt also, wie wir aus diesen Beispielen sehen, allerdings Vorstellungen, die, obgleich ihre e (...)

« Comme nous pouvons le voir à partir de ces exemples [un triangle à quatre côtés, GF], il y a donc des représentations qui, bien que leurs parties individuelles et leur type de connexion sont constitués de la même façon que celle des représentations se rapportant à un objet, n’ont toutefois pas d’objet. Cela est le cas simplement parce que les propriétés que ces représentations voudraient attribuer à leur objet se contredisent. Ou plus précisément : Il y a des représentations de la forme : « un A qui est à la fois B et P », où B et P sont constitués de telle sorte que valent les propositions « Tout B est M » et « Tout P est non M ». (WL I, 316)16.

45Dans ce passage exposant C2, Bolzano décrit les représentations imaginaires comme celles qui attribuent des propriétés contradictoires à leur objet. Plus précisément, dit-il, les représentations imaginaires sont celles qui sont de la forme :

Un A qui est à la fois B et P, où

« Tout B est M » et « Tout P est non-M »

46On connaît déjà la seconde partie de cette caractérisation à partir de celle de C3 : Ce qui m’intéresse dans C2 est cette caractéristique des représentations imaginaires d’attribuer des propriétés contradictoires à leur objet. Au sens propre, c’est en soi une caractéristique contradictoire, puisque si une représentation n’a pas d’objet, elle ne peut pas, a fortiori, lui attribuer des propriétés, et encore moins des propriétés contradictoires.

  • 17 J’emprunte le terme « connotation » de la terminologie de John Stuart Mill (1974), A System of Logi (...)

47Toutefois, comme on l’a vu, Bolzano ne tient pas absolument à cette terminologie de l’attribution (beilegen) de propriétés contradictoires à un objet. Et en fait, de manière semblable à C1, on peut voir que C2 est une tentative, par Bolzano, d’introduire une relation d’ordre plus générale que la représentation pour rendre compte du cas des représentations sans objet. C’est cette relation plus générale que je propose d’interpréter comme étant la connotation de propriétés. Là où Bolzano parle d’attribution par une représentation imaginaire de propriétés contradictoires à l’objet qu’elle représente, je propose pour ma part de parler de connotation de propriétés par une représentation17. La connotation, tout comme la relation de se rapporter à quelque chose (sich beziehen auf), sont deux caractérisations de propriétés des représentations qui traitent bien de l’objet que celles-ci visent et qui constituent deux tentatives bien délimitées, au sein de la théorie des éléments, d’élucider la métaphore de la directionalité sans la réduire à un problème strictement extensionnel, comme on peut être tenté de le croire à première vue.

4. Le jugement et son contenu

48Nous avons montré dans les deux sections précédentes que, pour Bolzano, le problème de la relation des représentations à leur objet n’était pas épuisé par l’extension de celle-ci : en d’autres termes, la « directionalité » des représentations n’est pas complètement réductible à leur extension. On pourrait toutefois objecter à cette démonstration qu’elle ne suffit pas en soi à établir que l’élucidation de cette métaphore de la directionalité est plus qu’un épiphénomène dû au traitement spécifique des représentations sans objet proposé dans la théorie des éléments de la Théorie de la science. Afin de répondre à l’objection, je vais me tourner dans les trois sections qui suivent vers deux autres relations dont traite Bolzano dans la Théorie de la science : la relation entre le jugement, dans ses différentes qualités ou modalités, et son contenu ou matière (la proposition en soi) (sections 4 et 5) et la relation, médiatisée par les signes dans des situations de communication, entre différentes représentations subjectives et la représentation objective (section 6). Dans son traitement de la première relation, Bolzano montre comment il envisage le jugement comme un genre ou une catégorie regroupant différents comportements vis-à-vis d’une proposition. En ce sens, cette caractérisation du jugement rejoint celle offerte par les théories plus récentes de l’intentionnalité caractérisant celle-ci en termes d’attitudes propositionnelles. Dans son traitement de la seconde relation, Bolzano jette les bases d’une théorie des intentions de signification dans laquelle est explicité le rôle de médiateur des représentations en soi dans la communication. On verra ainsi que le traitement offert par Bolzano de ces deux relations, essentielles aux théories de l’intentionnalité, témoigne non seulement de son intention de rendre compte de la métaphore de la directionalité à d’autres niveaux que celui de la relation entre une représentation et son objet, mais montre aussi que ce traitement, vu sa généralisation à d’autres domaines de recherche de la Théorie de la science, ne peut simplement être considéré comme un épiphénomène d’une théorie qui, dans les faits, n’accorderait aucune importance à cette métaphore.

49Commençons par la première relation, celle entre le jugement et la proposition, et tâchons d’abord de clarifier ce que Bolzano entend par « proposition ». Au §19 de la Théorie de la science, deux thèses sont présentées visant à déterminer au moins négativement ce que n’est pas une proposition en soi :

50(1) une proposition en soi n’est pas une proposition exprimée ou pensée

51(2) les propositions en soi ne sont pas en relation de dépendance avec les propositions exprimées ou pensées

52Quelle est la base de la distinction entre proposition en soi et proposition pensée ou exprimée ?

  • 18 « Wie ich aber in der Benennung: ‚ein ausgesprochener Satz‘ den Satz selbst offenbar von seiner Aus (...)

« Tout comme dans l’appellation ‘une proposition prononcée’, je distingue la proposition elle-même de sa prononciation, je distingue également dans l’appellation ‘une proposition pensée’ la proposition elle-même de la pensée de celle-ci » (WL I, 77)18.

  • 19 « Dasjenige nun, was man sich unter dem Worte Satz nothwendig vorstellen muß, um diese Unterscheidu (...)

« Ce qu’on doit nécessairement se représenter par le mot proposition afin de pouvoir faire avec moi cette distinction : ce qu’on pense par ‘proposition’ lorsqu’on peut encore se demander si quelqu’un a déjà ou non prononcé, ou pensé, une telle proposition, voilà précisément ce que j’appelle une proposition » (WL I, 77)19.

53Dans la première citation, Bolzano introduit un parallèle entre les relations suivantes :

54a(x) la prononciation a d’une proposition x, c’est-à-dire une proposition prononcée

55b(x) la pensée b d’une proposition x, c’est-à-dire une proposition pensée

56D’emblée, les relations se manifestent comme étant toutes deux des relations de dépendance ontologique de a et b par rapport à x. À cela il faut également ajouter qu’on ne peut réduire a et b à des sous-classes de : c’est un point important dans la mesure où on peut se demander effectivement si les propositions pensées et les propositions prononcées ne sont pas quelque part des propositions. La réponse de Bolzano est négative, et elle se base sur une distinction souvent reprise dans la philosophie autrichienne entre des propriétés attributives et modificationelles des expressions : lorsqu’il est pressé par Exner de préciser sa distinction entre les propositions pensées, prononcées, et les propositions tout court, Bolzano donne l’explication suivante :

  • 20 « Nicht jedesmal deutet das einem Hauptworte beygefügte Beywort an, daß man den Begriff, welchen de (...)

« Ce n’est pas à chaque fois qu’un adjectif, ajouté à un substantif, laisse entendre qu’on doive composer le concept exprimé par l’expression complète de la manière que vous présupposez, comme vous pouvez le voir à partir des exemples : un poisson peint, un nombre absolu (ni négatif, ni positif), etc. (BEX-M, 42 ; BEX-W ; 68)20.

57Bref c’est que la forme grammaticale d’une expression ne reflète pas nécessairement le mode de connexion des concepts qui lui sont relatifs. Les poissons peints ne sont pas une espèce de poissons, ils se rangent plutôt dans la catégorie des motifs de peinture. Dans le cas qui nous intéresse, c’est plutôt l’expression même de « proposition pensée » qui nous induit en erreur lorsque nous sommes poussés à y lire l’expression d’un type de proposition.

58En montrant que le concept de proposition pensée, ou encore celui de proposition prononcée, sont des catégories de pensée ou de prononciation, et non des catégories de propositions, Bolzano veut assurer l’objectivité des propositions en soi. Bien qu’il ait exprimé certaines réticences (WL I, 92 ; 121) quant à l’analyse leibnizienne du concept de proposition en soi par celui de possibilité d’une pensée, il n’en demeure pas moins que cette analyse concorde largement avec ce que Bolzano entend par proposition en soi.

59Qu’en est-il de la relation entre le jugement et la proposition en soi ? En introduction au §34, Bolzano propose trois manières d’expliquer le concept de jugement. Notons qu’il s’agit ici d’explications (Verständigungen), et non d’analyses (Erklärungen). Ce qui ressort de ces trois explications, c’est que selon Bolzano, le jugement recoupe toute une série d’attitudes propositionnelles : ces attitudes sont l’affirmation, la décision, l’opinion (Meinen), la croyance, et le tenir pour vrai (Fürwahrhalten). Bref tout comportement cognitif vis-à-vis d’une proposition est caractérisé comme jugement.

60La troisième explication est celle par la proposition en soi : un jugement contient une proposition en soi comme matière (Stoff). Enfin, le jugement tient son être de l’esprit de celui qui juge.

  • 21 Notons en ce sens qu’un jugement est considéré par Bolzano comme le ‘tenir pour vrai’ d’une proposi (...)

61Une thèse importante pour la conception bolzanienne des jugements est celle que ce ne sont pas uniquement les jugements qui possèdent des propositions en soi comme matière. Je peux me représenter simplement une proposition sans pour autant vouloir exprimer par là une vérité. Ce qui est propre au jugement est l’intention d’exprimer une vérité, ou le fait de tenir pour vraie une proposition21. Nous reviendrons plus loin sur cette distinction entre le jugement et la simple représentation (d’une proposition).

5. Les modes du jugement

62On l’a vu, les jugements sont pour Bolzano des épisodes mentaux qui contiennent comme matière des propositions en soi (bien que ce ne soient pas les seuls), et le jugement n’est pas comme tel une catégorie monolithique d’épisodes mentaux qui contiennent des propositions en soi comme matière : avoir l’opinion que, décider, etc., c’est aussi juger. Quelles sont alors les différences ? En principe, avoir l’opinion que P (meinen) n’a pas le même degré de certitude (Zuversicht) que de savoir que P :

  • 22 « …ist aber der Grad der Zuversicht, mit dem wir ein Urtheil fällen, geringer, so daß es uns keines (...)

« Si le degré de certitude avec lequel nous émettons un jugement est moins élevé, de sorte que penser à la possibilité de nous tromper ne nous apparait aucunement sotte ou interdite : dans ce cas, nous appelons l’action de notre esprit un simple tenir pour, avoir l’opinion que, conjecturer, etc. » (WL III, 280)22.

  • 23 « Der Grad unserer Zuversicht ist zwar gewöhnlich beim Wissen ein höherer als bei dem Glauben, doch (...)

« Le degré de notre certitude est certes, habituellement, plus élevé pour la connaissance que pour la croyance, mais il y a aussi des cas où la certitude de notre croyance n’est pas inférieure à celle de la connaissance. Cela est le cas pour notre croyance en Dieu. Une croyance qui a un degré moindre de certitude, nous l’appelons un tenir pour vrai ou aussi un ‘avoir l’opinion que’ » (WL III, 280)23.

63La terminologie du Meinen est évidemment liée de près à celle du substantif, la Meinung, qui signifie dans la bouche de Bolzano une sous-forme du jugement :

  • 24 « Wenn wir aber, [...] so oft die Frage in unserem Gemüthe erscheint, ob dem Subject S das Prädikat (...)

« [L]orsque la question nous vient à l’esprit de savoir si, oui ou non, le prédicat P est un attribut du sujet : si, à chaque fois, nous émettons le jugement S est P; alors on dira que nous donnons constamment notre assentiment à la proposition [S est P], et d’ailleurs pour tout le temps que dure cette relation entre nous et la proposition. Puisqu’il nous manque un mot qui désignerait de telles propositions, sans déterminer si elles sont vraies ou fausses, ni non plus sans fixer le degré de certitude avec lequel nous donnons notre assentiment à la vérité de ces propositions, je me servirai ici des mots opinion (Meinung) et avis (Ansicht). Par ‘opinions’ [ou avis] d’une créature, je veux dire des propositions que cette dernière tient pour vraies, indépendamment du fait qu’elles le soient ou non, et aussi indépendamment du fait que ce tenir pour vrai ait le plus grand degré de certitude ou même un degré moindre » (WL III, 200)24.

64Un avis, ou une opinion, pour Bolzano, est une attitude d’assentiment constant vis-à-vis d’une proposition, indépendamment de la vérité ou de la fausseté de celle-ci, et indépendamment aussi du degré d’assurance qu’on peut avoir sur la vérité de la proposition.

65À première vue, on pourrait croire que l’opinion s’apparente à la simple représentation d’une proposition : dans certains cas où le degré de certitude d’une visée est très faible, on pourrait se demander comment celle-ci se distingue d’une simple représentation. La distinction proposée par Bolzano est que la simple représentation de la proposition exprimée par « S est P » ne remplit pas la condition de devoir avoir été tenue pour vraie ou fausse, ou plus généralement, de pouvoir l’être. Autrement dit, il n’en dépend pas de ma volonté pour que j’aie une simple représentation de la proposition exprimée par

66P : « il y 13 fois le mot ‘le’ sur la page 13 du numéro du 25 janvier 2011 de La voix du Nord »

67Je dois plutôt déjà avoir eu par le passé une conviction quelconque relativement à la vérité de cette proposition. Bolzano écrit :

  • 25 « Ob man ein Urteil fällt, lässt sich von einem nicht direkt beeinflussen : So groß auch der Einflu (...)

« on ne peut directement exercer notre influence sur le fait que nous émettons un jugement : aussi grosse que soit l’influence exercée par notre volonté sur la genèse et la constitution de nos jugements en dirigeant arbitrairement notre attention sur certaines représentations, et en faisant abstraction d’autres représentations, il n’en demeure pas moins qu’il n’en dépend jamais de notre volonté seule et de manière immédiate lorsque nous émettons ou non un jugement : celui-ci découle plutôt d’une certaine loi de nécessité selon la constitution de l’ensemble des représentations présentes à notre esprit » (WL III, 110)25.

  • 26 En partie en réaction à la conception bolzanienne des représentations sans objet, Husserl développe (...)

68Autrement dit, je ne peux pas simplement entretenir la pensée que « A est non-A » : le contenu de la proposition a une certaine influence sur l’attitude propositionnelle adoptée. Je ne peux pas délibérément douter délibérément de l’existence de X ou de la vérité de P. En d’autres termes, il ne me serait pas possible de procéder à ce que Husserl appelle une réduction phénoménologique, ou même de mettre certains énoncés sous assomption26. Ce serait notamment le cas pour le doute, où je ne puis dire avec aucune conviction si P est vrai ou non, mais ce serait aussi potentiellement le cas pour les hypothèses ou les suppositions en général. Pour Bolzano, l’opinion est donc la présupposition pour passer d’une simple représentation de proposition à la conviction par rapport à une proposition. L’impression de similarité entre la simple représentation d’une proposition et l’opinion d’une proposition avec un degré de certitude faible est donc trompeuse.

69Un autre élément important à considérer dans la théorie bolzanienne du jugement est la thèse selon laquelle les jugements ne sont pas tous des jugements conscients. Contrairement à la tradition brentanienne, du moins à première vue, Bolzano soutient que :

  • 27 « [N]icht alle Urtheile, die wir doch wirklich fällen, gelangen zur Klarheit in uns, d.h. werden vo (...)

« Ce ne sont pas tous les jugements que nous émettons réellement qui deviennent évidents pour nous, c’est-à-dire qu’ils sont à nouveau intuitionnés par nous ; c’est plutôt le cas pour la plupart qu’ils demeurent confus, et que pour cette raison, nous ne sommes pas en mesure de nous en souvenir, ou d’en être conscient, et encore moins de pouvoir les reproduire en mots » (WL III, 125 sq.)27.

  • 28 Sur la distinction entre clarté (Klarheit) et confusion (Dunkelheit) chez Bolzano, voir Centrone (2 (...)

70Or si on reprend ici ce que Bolzano dit de l’opinion, à savoir qu’elle doit se baser sur un jugement précédent, on peut reconstruire la position de la manière suivante : pour avoir l’opinion (ou être d’avis) que P, je dois par le passé avoir jugé P avec conviction, et ce jugement est par définition un jugement confus (dunkel)28. Par définition, car s’il s’agissait d’un jugement évident (mit Klarheit) dont nous avons conscience et nous souvenons, nous devrions soutenir qu’un jugement conscient a l’effet que P a dû précéder l’avis ou l’opinion que P, ce qui engendrerait une régression à l’infini puisque tout jugement avec conviction de P implique une opinion que P. Ainsi, on peut dire que l’opinion que P est un stade préalable du jugement « évident  » (et non confus) de P, mais qu’elle présuppose d’avoir au moins une fois jugé confusément P.

  • 29 Voir Siebel (2004), « Bolzanos Urteilslehre », in Archiv für Geschichte der Philosophie, 86, p. 56- (...)

71Les jugements confus que présuppose Bolzano peuvent paraître intrigants à première vue. Comme il s’agit de jugements dont nous n’avons pas conscience, mais qui peuvent être émis – et dont nous pouvons avoir conscience, il fait sens de les considérer comme les bases dispositionnelles du jugement (conscient)29. Selon cette interprétation, la simple représentation de la proposition exprimée par P ne présuppose aucun jugement, alors que l’opinion que P présuppose la disposition de tenir P pour vraie.

72Sur la base de cette brève incursion dans la section de la Théorie de la science que Bolzano appelle la « théorie de la connaissance », on remarque que Bolzano propose, aussi pour les attitudes propositionnelles, une élucidation de la « directionalité » des jugements vers les propositions. Encore ici, la métaphore de la directionalité n’est pas réduite à la simple relation d’ « être la matière de » qui subsiste entre les propositions et les jugements. Elle est également illustrée à travers les différentes attitudes propositionnelles regroupées sous l’étiquette du jugement.

  • 30 Voir Edmund Husserl (2002), Logische Untersuchungen. Ergänzungsband, erster Teil. Entwürfe zur Umar (...)

73Plus précisément, on remarque également que plusieurs analyses proposées des phénomènes mentaux de la classe du jugement anticipent les conclusions des analyses de psychologie descriptive qui seront effectuées quelques années plus tard dans l’école de Brentano. Par exemple, il n’y a pour Bolzano rien de tel qu’une ‘neutralité judicative’ : toute attitude propositionnelle implique un degré minimum de certitude quant à la valeur de vérité de la proposition. En ce sens, bien qu’il n’adhère pas à la conception de la vérité de certains membres de l’école de Brentano, selon laquelle la vérité d’un jugement est à comprendre en termes d’évidence, il partage avec certains d’entre eux, et à tout le moins avec Brentano, que tout jugement implique un degré minimum de conviction, et que les phénomènes psychiques qui ne manifestent aucun degré de conviction sont tout simplement des représentations. Sur ce plan également, il partage avec eux une des thèses centrales de la psychologie descriptive. Dans ce contexte, le discrédit jeté à la théorie de la connaissance de Bolzano par Husserl dans son récit sur la genèse de sa phénoménologie – « la théorie de la connaissance de Bolzano est fondée sur un empirisme extrême…il n’y a là aucune différence entre Bolzano et son contemporain Mill »30 est plutôt difficile à accepter.

6. Intentions de signification et sémiotique

74Penchons-nous maintenant sur la deuxième des relations évoquées plus haut en introduction de la section 4, à savoir celle, médiatisée par les signes dans des situations de communication, entre la représentation subjective et la représentation subjective (section 6). Nous avions suggéré plus haut que dans son traitement de cette relation, Bolzano jetait les bases d’une théorie des intentions de signification dans laquelle le rôle de médiateur des représentations en soi dans la communication est explicité, contribuant ainsi à élucider, sous l’angle des intentions de signification, la métaphore de la directionalité.

75Notons d’abord que la sémiotique de Bolzano, présentée dans le troisième livre de la Théorie de la science, est largement basée sur sa conception de l’explication (ou Verständigung) : comme nous l’avons déjà mentionné, il distingue l’analyse (Erklärung) de l’explication (Verständigung) en réservant la division d’un concept complexe en parties plus simples à l’analyse, alors qu’une explication peut contenir des analogies et différentes autres méthodes d’explication au sens large. Par exemple, si je veux expliquer à un enfant ce qu’est une jument, je peux lui dire « une jument est à un cheval ce qu’une chatte est à un chat », ou tout simplement lui dire « voici une jument » en pointant vers l’animal approprié. Contrairement à l’analyse du concept d’une jument (exprimé par exemple par la phrase « la jument est la femelle du cheval »), l’explication fait non seulement intervenir des éléments qui ne font pas partie de l’intension du concept à expliquer, mais elle vise d’abord à faire comprendre à quelqu’un le concept visé par l’explication. Cette vertu communicative de l’explication offre ainsi un modèle de la relation entre l’intention du locuteur et l’interprétation de l’interlocuteur : en ce qu’elle sert à apprendre à un locuteur comment produire certains effets chez son interlocuteur en lui montrant comment comprendre l’information linguistique.

  • 31 Voir Anita Kasabova (2006), « Bolzano’s Semiotic Method of Explication », History of Philosophy Qua (...)

76Comme l’a remarqué Kasabova31, ce modèle se base sur une relation inférentielle où l’interprétation des signes par l’interlocuteur joue un rôle prédominant. Toutefois, il serait erroné de voir ce modèle d’un point de vue strictement inférentiel. La sémiotique que développe Bolzano, tout particulièrement au §285 de la Théorie de la science, contient également un modèle des intentions de signification basé sur la distinction d’un triple rôle du signe. Penchons-nous sur ce paragraphe qui contient en condensé l’essentiel de sa sémiotique :

  • 32 « wir [gebrauchen] gewisse Vorstellungen, welche sich nicht hervorbringen lassen, als Mittel […] um (...)

« nous [employons] certaines représentations qui ne se laissent pas engendrer, ... comme moyen de produire parfois en nous, et parfois chez d’autres, d’autres représentations qui autrement seraient plus difficiles à produire, mais qui sont en connexion avec les premières. Un objet dont on se sert à une telle fin, c’est-à-dire dont la représentation nous sert à en renouveler une autre, en connexion avec elle, dans une créature pensante, s’appelle pour nous un signe. La représentation objective, dont la représentation subjective correspondante doit être éveillée par la représentation du signe, s’appelle une représentation désignée, ou encore la signification du signe. Si la représentation désignée est une représentation objectuelle, on appellera alors son objet le désigné, ou encore la signification du signe. De manière équivalente avec le mot signification, nous employons aussi les mots sens (Sinn) et entendement (Verstand). Mais il y a toutefois une distinction à faire entre le premier et les derniers, et de telle sorte que la signification d’un signe n’est que la représentation dont l’éveil est déjà déterminé par ce que la représentation éveille dans les faits. Alors que le sens ou l’entendement d’un signe est la représentation dont l’éveil est visé dans un cas individuel » (WL III, 67)32.

77On le voit, la relation de désignation (Bezeichnung) intervient à plusieurs endroits. Non seulement un signe peut désigner, mais une représentation objective désigne elle-même un objet, lorsqu’il y a effectivement un objet qui tombe sous elle. Dans WL III, 67, Bolzano caractérise la représentation objective en situation communicationnelle de signification du signe. Le signe (par exemple l’inscription « lampe ») joue alors trois rôles : 1) d’abord, il manifeste mon intention de signification, c’est-à-dire qu’il manifeste ma représentation subjective d’une lampe (r1), mais aussi 2) il cause (verursacht) une représentation subjective r2 chez mon interlocteur – la représentation perceptuelle du signe – qui elle, à son tour, éveille la représentation subjective d’une lampe (r3) chez mon interlocuteur, et finalement, 3) il désigne un objet via la représentation objective [lampe] qu’il exprime.

  • 33 Voir Anton Marty (1908), Untersuchungen zur Grundlegung der allgemeinen Grammatik und Sprachphiloso (...)

78Ce modèle anticipe clairement le modèle des intentions linguistiques exposé par Marty dans ses Untersuchungen de 1908, et ce sous deux perspectives : 1) d’abord, concernant les deux premiers rôles, sous la perspective des deux modes de l’être-signe (Zeichensein) discutés par Marty. En effet, dans ses Untersuchungen de 1908, Marty distingue également deux modes de l’être-signe (Weisen des Zeichenseins) : la « manifestation de notre propre vie psychique », qui est l’intention secondaire dans la communication intentionnelle, et l’ « influence ou le contrôle de la vie psychique étrangère chez l’interlocuteur », qui est l’intention primaire dans la communication33. 2) Les trois rôles attribués au signe par Bolzano anticipent également, au niveau des noms, la structure de la distinction martyienne de trois fonctions des expressions nominatives : la manifestation (Kundgabe), la signification (comprise comme la fonction d’éveiller un vécu psychique chez l’interlocuteur), et la nomination (l’acte de nommer un objet au moyen de cette signification, prise au sens étroit). Tant chez Marty que chez Bolzano, le signe (Bolzano) ou l’expression nominative (Marty) ne désigne un objet que par l’intermédiaire de la signification (Bolzano) ou de la signification au sens étroit (Marty). En identifiant les mêmes moments, dans son analyse de l’intention de signification, que ceux isolés par l’analyse psychologique descriptive développée par Marty, et elle-même inspirée de Brentano, on voit que Bolzano, avec sa théorie des signes, ne fait pas qu’apporter une élucidation à la métaphore de la directionalité dans les situations de communication, mais qu’il anticipe également certains des résultats de la sémasiologie de Marty.

79Cette analyse des intentions de signification ne se limite pas au troisième livre de la Théorie de la science. On la retrouve notamment dans le traitement que réserve Bolzano aux questions dans la théorie des éléments du premier livre :

  • 34 WL I 88, « Eine Frage….sagt freilich über das worüber sie fragt, nichts aus; darum sagt sie aber gl (...)

« Une question... ne dit rien sur ce à propos de quoi elle questionne ; mais elle dit bien quelque chose : elle exprime notre exigence d’obtenir une information sur l’objet de notre demande. Elle peut donc être aussi bien vraie que fausse » (WL I, 88)34.

80En posant la question « les loups sont-ils carnivores ? » à mon interlocuteur, je lui manifeste mon intention de connaitre quelque chose sur l’objet concerné par ma question. La question selon Bolzano n’est qu’un type comme un autre de proposition, susceptible d’être vraie ou fausse, car sa véritable forme ne comporte pas d’interrogation : « A est-il B ? » ne reflète pas la forme de la proposition ainsi exprimée. L’interrogation manifeste plutôt le désir de celui qui parle d’obtenir une information. Ainsi, la véritable forme de la proposition est [x désire savoir si A est B]. On pourrait dire en ce sens que le signe, ou l’inscription, « les loups sont-ils carnivores ? » exprime une proposition en soi, [les loups sont carnivores], et qu’elle manifeste en même temps mon désir de connaître la valeur de vérité de la proposition, désir qui tient lieu de représentation subjective manifestée par le signe. La question étant employée dans une situation communicationnelle, le signe, ou l’inscription, cause alors une représentation subjective chez l’interlocuteur qui, elle, éveille à son tour la représentation subjective chez ce dernier de mon désir de connaître la valeur de vérité de la proposition en question. En ce sens, l’analyse bolzanienne des intentions de signification, comme moyen d’élucider la métaphore de la directionalité des actes vers leurs objets, est employée non seulement dans le développement du modèle sémiotique mais aussi dans l’analyse des propositions.

7. Remarques finales

81Comme je l’ai suggéré dans les trois premières sections de cet article, les caractérisations C1 et C2 (les deux principales caractérisations de Bolzano, C3 étant dérivée de C2) montrent bien que Bolzano tente de répondre au problème du semblant d’objet de certaines représentations sans objets non seulement d’une manière distincte de celle développée pour traiter des relations extensionnelles que ces représentations entretiennent avec les représentations objectuelles, mais aussi en tentant de rendre compte de manière non réductiviste de la métaphore de la directionalité inhérente à certaines descriptions de la relation entre les représentations et leurs objets. À cet effet, j’ai suggéré que Bolzano présentait, avec C2, les bases d’une analyse conceptuelle de ce qu’est une représentation sans objet. L’avantage de cette analyse est qu’elle permet une classification particulièrement avantageuse des représentations sans objet qui est à la fois systématique et qui est tout à fait compatible avec les intentions de Bolzano :

(a) [carré rond], [vertu verte]

(b) [non], [et], [a]

(c) [montagne d’or], [Alexandre qui est le père de Philippe de Macédoine]

(d) [rien]

82En distinguant les représentations sans objet entres celles qui connotent et celles qui ne connotent pas de propriétés, on peut thématiser le cas des représentations sans objets exprimées par les opérateurs logiques, les conjonctions et certains pronoms par le fait qu’elles ne connotent pas d’objets. J’ai thématisé cette distinction dans la troisième section en séparant d’un côté toutes les représentations qui ne sont pas exprimées par des termes syncatégorématiques ou des opérateurs logiques comme étant des représentations qui se rapportent (sich beziehen auf) à un objet, alors que seules celles qui sont objectuelles sont dites alors représenter un objet et se rapporter à lui. Les représentations d’opérateurs logiques, de conjonctions, etc. sont dès lors mises de côté par l’analyse. Suivant ma reconstruction, les relations de connotation et de rapport à quelque chose (sich beziehen auf) constituent deux points substantiels grâce auxquels Bolzano est en mesure d’élucider la métaphore de la directionalité sans la réduire à un problème d’extension des représentations.

83Dans les sections 4 à 6, je me suis efforcé de répondre à une possible objection qu’on aurait pu adresser à ma reconstruction de l’élucidation, par Bolzano, de la métaphore de la directionalité dans le contexte des représentations sans objets, à savoir que même en l’acceptant, rien ne garantit que cette élucidation soit quelque chose de plus qu’un épiphénomène de la Théorie de la science. Afin de répondre à cette objection, je me suis penché sur deux autres champs de recherche de l’ouvrage dans lesquels l’objectif d’élucider la métaphore de la directionalité des actes vers leurs objets prend également une place importante : dans la théorie du jugement (section 4 et 5 sur la relation entre le jugement, dans ses différentes qualités ou modalités, et son contenu ou matière (la proposition en soi)) et dans la théorie du signe (section 6 sur la relation, médiatisée par les signes dans des situations de communication, entre différentes représentations subjective et la représentation objective.

84Dans le cas de la première relation, nous avons vu que Bolzano propose, pour les attitudes propositionnelles, une élucidation de la « directionalité » des jugements vers les propositions, dans laquelle, ici également, la métaphore de la directionalité n’est pas réduite à la simple relation d’ « être la matière de » qui subsiste entre les propositions et les jugements. Elle est également illustrée à travers les différentes attitudes propositionnelles regroupées sous l’étiquette du jugement, mais aussi dans les anticipations des analyses de psychologie descriptive qu’elle recèle.

85Dans le cas de la seconde relation, j’ai montré dans la section 6 que l’analyse des intentions de signification, à la base de la théorie du signe de Bolzano, relançait à nouveaux frais l’élucidation de la métaphore de la directionalité des actes vers leurs objets, en tant qu’elle est employée non seulement dans le développement du modèle sémiotique bolzanien, mais aussi dans son analyse des propositions.

86Prises comme un tout, ces différentes élucidations de la métaphore de la directionalité ne se laissent pas réduire à des épiphénomènes de la Théorie de science : sans être nécessairement systématiques ou encore sans faire de l’élucidation de la métaphore la tâche première de son entreprise, comme le fait la psychologie descriptive de l’école de Brentano, les élucidations de Bolzano montrent que le problème de l’intentionnalité est partie prenante de l’entreprise de la Théorie de la science. Elles montrent également que le récit husserlien de l’ « Esquisse d’une préface aux Recherches logiques » sur la contribution essentiellement logique de Bolzano au développement de la phénoménologie est trop unilatéral pour être pris comme porte d’entrée à l’entreprise de la Théorie de la science, comme il l’a trop souvent été. Le lecteur de la Théorie de la science qui aborde l’ouvrage en aval du récit husserlien est conduit à penser que le réalisme logique exclute un traitement véritable de la métaphore de la directionalité. Nous avons voulu suggérer que ce n’était pas le cas.

Haut de page

Bibliographie

Abréviations (oeuvres de Bolzano)

WL – Bolzano, Dr. Bernard Bolzanos Wissenschaftslehre. Versuch einer ausführlichen und grösstentheils neuen Darstellung der Logik mit steter Rücksicht auf deren bisherige Bearbeiter, herausgegeben von mehren seiner Freunde, mit einer Vorrede des Dr. J. Ch. A. Heinroth, 4 volumes, Sulzbach, Seidelsche Buchhandlung, 1837.

BEX-M – Bolzano, Briefwechsel mit Exner, (Edgar Morscher, dir.) Band III/4 de la Bernard-Bolzano Gesamtausgabe, Stuttgart, Bad-Cannstatt, [à paraître].

BEX-W – Bolzano, Der Briefwechsel B. Bolzano’s mit F. Exner, 4.Band der Reihe Bernard Bolzano’s Schriften, Eduard Winter (dir.), Königliche Böhmische Gesellschaft der Wissenschaften in Prag, 1935.

Études citées

Benoist, Jocelyn (2002), Entre acte et sens. La théorie phénoménologique de la signification, Paris, Vrin.

Benoist, Jocelyn (2006), « Variétés d’objectivisme sémantique », in Jocelyn Benoist , J. (éd.), Propositions et états de choses. Entre être et sens, Paris, Vrin, p. 13-49.

Bergmann, Hugo (1908), Untersuchungen zum Problem der Evidenz der inneren Wahrnehmung, Halle/S., Niemeyer, 1908.

Bergmann, Hugo (1909), Das philosophische Werk Bernard Bolzanos mit Benutzung ungedruckter Quellen kritisch untersucht, Halle, Niemeyer (Wiederabdr. Hildesheim, Olms, 1970).

Centrone, Stefania (2010), « Bolzano und Leibniz über Klarheit und Deutlichkeit », in Archiv für Geschichte der Philosophie, 92, p. 256-289.

Centrone, Stefania & Wolfgang Künne (2011), « Bolzanos Zeichentheorie. Eine Untersuchung zu §285 der Wissenschaftslehre », Grazer Philosophische Studien 83, p. 171-198.

Fréchette, Guillaume (2009), « Géométrie, fiction et discours sous hypothèse : Husserl et les objets intentionnels », Philosophiques 36 (2), p. 355-379.

Fréchette, Guillaume (2010), Gegenstandslose Vorstellungen. Bolzano und seine Kritiker, Sankt-Augustin, Academia.

Huemer, Wolfgang (2013), « Phenomenology », dans in Ed Zalta, E. (eéd.) Stanford Encyclopedia of Philosophy : http://plato.stanford.edu/entries/phenomenology/ (consultée le 14 avril 2014).

Husserl, Edmund (1894/1990), « Husserls Abhandlung ‘Intentionale Gegenstände’ », Brentano-Studien 3, p. 142-176.

Husserl, Edmund (1975), « Esquisse d’une préface aux Recherches logiques » in Edmund Husserl, Articles sur la logique, tr.fr. J. English, Paris, PUF, p. 351-411.

Husserl, Edmund (2002), Logische Untersuchungen. Ergänzungsband, erster Teil. Entwürfe zur Umarbeitung der Vi. Untersuchung und zur Vorrrede für die Neuauflage der Logischen Untersuchungen (Sommer 1913), Dordrecht, Kluwer Academic Publishers.

Johnston, William (1972), The Austrian Mind. An Intellectual and Social History 1848-1938, Berkeley, University of California Press.

Kasabova, Anita (2006), « Bolzano’s Semiotic Method of Explication », History of Philosophy Quarterly 23 (1), p. 21-39.

Konzelmann Ziv, Anita (2012), « Bernard Bolzano: Intentionality and the Foundations of Morality » in A. Salice, A. (eéd.), Intentionality. Historical and Systematic Perspectives, Munich, Philosophia, p. 75-108.

Künne, Wolfgang (2009a), « Bolzano et (le jeune) Husserl sur l’intentionnalité », tr. fr. Guillaume . Fréchette, Philosophiques 36 (2), p. 307-354.

Künne, Wolfgang (2009b), « Bolzano and (Early) Husserl on Intentionality », in Giuseppe Primiero, G. et & Shahid Rahman, S. (eéds.), Acts of Knowledge: History, Philosophy and Logic. Essays Dedicated to Göran Sundholm, Londres, College Publications, p. 95-140.

Künne, Wolfgang (2011), « “Denken ist immer etwas denken”. Bolzano und (der frühe) Husserl über Intentionalität » in Christian Beyer, C. et Konrad CKramer, K. (eéds.), Edmund Husserl 1859-2009. Beiträge aus Anlaß der 150. Wiederkehr des Geburtstages des Philosophen, De Gruyter, Berlin/New York, p. 77-101.

Künne, Wolfgang (2013), « Intentionalität: Bolzano und Husserl » in Stefania Centrone , S. (eéd.), Versuche über Husserl, Hamburg, Meiner, p. 97-143.

Mally, Ernst (1912), Gegenstandstheoretische Grundlage der Logik und Logistik, Leipzig, Barth.

Marty, Anton (1908), Untersuchungen zur Grundlegung der allgemeinen Grammatik und Sprachphilosophie, Halle/S., Niemeyer, (rRéimpr. Hildesheim,: Olms, 1976).

Mill, John Stuart (1974), A System of Logic Ratiocinative and Inductive Logic, Being Connected View of the Principles of Evidence and the Methods of Scientific Investigation (= Collected Works of John Stuart Mill, vol.8), Toronto,: University of Toronto Press, 1974.

Morscher, Edgar (1972), « Von Bolzano zu Meinong: Zur Geschichte des logischen Realismus » in Rudolf Haller (ed.), Jenseits von Sein und Nichtsein: Beiträge zur Meinong-Forschung, Graz, p.69-102.

Morscher, Edgar (1986), « Propositions and States of Affairs in Austrian Philosophy before Wittgenstein » in J.-C. Nyíri, J.-C. (ed.), Von Bolzano zu Wittgenstein. Zur Tradition der österreichischen Philosophie, Vienna, Hölder, p. 75-85.

Mulligan, Kevin (2007), « Intentionality, Knowledge, and Formal Objects » in Disputatio, 23 (2), p. 205-228.

Seron, Denis (2012), « Phénoménologie et objectivisme sémantique dans les Recherches logiques de Husserl » in Bruno Leclercq, B. et & Bernard Collette-Ducic, B. (éds.), L’idée de l’idée: Éléments de l’histoire d’un concept, Louvain, Peeters, p. 215-238.

Siebel, Mark (2004), « Bolzanos Urteilslehre », in Archiv für Geschichte der Philosophie, 86, p. 56-87.

Zalta, Ed (1988), Intensional Logic and the Metaphysics of Intentionality, Cambridge, MIT Press.

Haut de page

Notes

1 Sur l’influence exercée par Bolzano sur Husserl sur cette question, voir Wolfgang Künne (2009a), « Bolzano et (le jeune) Husserl sur l’intentionnalité », tr. fr. Guillaume Fréchette, Philosophiques 36 (2), p. 307-354 ; Wolfgang Künne (2009b), « Bolzano and (Early) Husserl on Intentionality » in Guiseppe Primiero & Shahid Rahman (eds.), Acts of Knowledge: History, Philosophy and Logic. Essays Dedicated to Göran Sundholm, Londres, College Publications, p. 95-140 ; Wolfgang Künne (2011), « “Denken ist immer etwas denken”. Bolzano und (der frühe) Husserl über Intentionalität » in Christian Beyer &, Konrad Cramer (eds.), Edmund Husserl 1859-2009. Beiträge aus Anlaß der 150. Wiederkehr des Geburtstages des Philosophen, De Gruyter, Berlin/New York, p. 77-101. Et Wolfgang Künne (2013), « Intentionalität: Bolzano und Husserl » in Stefania Centrone (ed.), Versuche über Husserl, Hamburg, Meiner, p. 97-143. Sur l’influence plus générale de Bolzano sur Husserl et sur Twardowski, voir Guillaume Fréchette (2010), Gegenstandslose Vorstellungen. Bolzano und seine Kritiker, Sankt-Augustin, Academia.

2 Sur le réalisme logique, voir notamment Edgar Morscher (1972), « Von Bolzano zu Meinong: Zur Geschichte des logischen Realismus » in Rudolf Haller (ed.), Jenseits von Sein und Nichtsein: Beiträge zur Meinong-Forschung, Graz, p.69-102. Sur l’objectivisme sémantique, voir Jocelyn Benoist (2002), Entre acte et sens. La théorie phénoménologique de la signification, Paris, Vrin, et Jocelyn Benoist (2006), « Variétés d’objectivisme sémantique » in Jocelyn Benoist (éd.), Propositions et états de choses. Entre être et sens, Paris, Vrin, p. 13-49. Plus récemment, voir Seron (2012), « Phénoménologie et objectivisme sémantique dans les Recherches logiques de Husserl » in Bruno Leclercq & Bernard Collette-Ducic (éds.), L’idée de l’idée : Éléments de l’histoire d’un concept, Louvain, Peeters, p. 215-238.

3 Voir notamment Edmund Husserl (1975), « Esquisse d’une préface aux Recherches logiques » in Edmund Husserl, Articles sur la logique, tr.fr. J. English, Paris, PUF, p. 379 sq.

4 Sur les reprises récentes de ce récit, voir notamment Wolfgang Huemer (2013), « Phenomenology » in Ed Zalta (ed.) Stanford Encyclopedia of Philosophy : http://plato.stanford.edu/entries/phenomenology/ (consultée le 14 avril 2014). Sur l’entrée de ce récit dans l’histoire intellectuelle autrichienne des XIXe et XXe siècles, voir William Johnston (1972), The Austrian Mind. An Intellectual and Social History 1848-1938, Berkeley, University of California Press, p. 298.

5 Abrégée WL – Bolzano, Dr. Bernard Bolzanos Wissenschaftslehre. Versuch einer ausführlichen und grösstentheils neuen Darstellung der Logik mit steter Rücksicht auf deren bisherige Bearbeiter, herausgegeben von mehren seiner Freunde, mit einer Vorrede des Dr. J. Ch. A. Heinroth, 4 volumes, Sulzbach, Seidelsche Buchhandlung, 1837.

6 J’emprunte cette caractérisation des théories de l’intentionnalité à Kevin Mulligan (2007), p. 205 sq.

7 Voir Anita Konzelmann Ziv (2012).

8 « kommt … wohl nur daher, weil [man] unter Vorstellungen bloß gedachte Vorstellungen, d.i. Gedanken verstehet, und den Stoff, den diese haben (die Vorstellung an sich), für ihren Gegenstand ansieht » (WL I, 304)

9 « Bei diesen Beispielen leuchtet es übrigens gleich von selbst ein, daß ihnen kein Gegenstand entsprechen könne, weil sie demselben Beschaffenheiten beilegen, welche einander widersprechen » (WL I, 304)

10 « …daß es wohl scheint, sie habe irgend einen Gegenstand, während sie ihn doch wirklich nicht hat »(WL I, 322).

11 « ...wenigstens ihre [=die imaginären Vorstellungen, GF] einzelnen Theile und die Art ihrer Verbindung“ so beschaffen sein müssen wie bei gegenständlichen Vorstellungen ». (WL I, 323).

12 J’emploie les crochets pour introduire ce que les expressions et les propositions expriment, c’est-à-dire des représentations en soi et des propositions en soi.

13 « Die imaginäre Vorstellung also muß so beschaffen seyn, dass es wohl scheint, sie habe irgend einen Gegenstand, während sie ihn doch wirklich nicht hat. Fragt man nun, woraus dieser Schein, daß sie einen Gegenstand habe, entspringen soll: so ist offenbar, daß er aus einer der objectiven Vorstellung (nicht ihrer bloßen Erscheinung im Gemüthe) anklebenden Beschaffenheit hervorgehen müsse, soll anders die ganze Eintheilung in imaginäre und reale Vorstellungen auf Vorstellungen an sich anwendbar sein » (WL I, 322).

14 Voir Samuel Hugo Bergmann (1908), Untersuchungen zum Problem der Evidenz der inneren Wahrnehmung, Halle/S., Niemeyer ; Samuel Hugo Bergmann (1909), Das philosophische Werk Bernard Bolzanos mit Benutzung ungedruckter Quellen kritisch untersucht, Halle, Niemeyer (réimpression : Hildesheim, Olms, 1970).

15 Il n’est pas exclu qu’Ernst Mally (Gegenstandstheoretische Grundlage der Logik und Logistik, Leipzig, Barth, 1912) ait été inspiré par Bergmann (1909) sur la distinction entre les deux prédicats. La distinction de Mally entre exemplifizieren et determinieren recoupe en effet celle de Bergmann entre représenter et référer. Cette distinction a été reprise plus récemment dans Ed Zalta (1988), Intensional Logic and the Metaphysics of Intentionality, Cambridge, MIT Press.

16 « Es gibt also, wie wir aus diesen Beispielen sehen, allerdings Vorstellungen, die, obgleich ihre einzelnen Theile und die Art ihrer Verbindung so beschaffen ist, wie bei Vorstellungen, die sich auf einen Gegenstand beziehen, doch keinen Gegenstand haben, bloß darum, weil die Beschaffenheiten, die sie ihm beilegen wollten, einander widersprechen ; oder noch deutlicher : es gibt Vorstellungen von der Form : « ein A, das zugleich B und P ist, wobei B und P so geartet sind, daß die zwei Sätze « Jedes B ist M » und «Jedes P ist nicht M » gelten » (WL I, 316).

17 J’emprunte le terme « connotation » de la terminologie de John Stuart Mill (1974), A System of Logic Ratiocinative and Inductive Logic, Being Connected View of the Principles of Evidence and the Methods of Scientific Investigation (= Collected Works of John Stuart Mill, vol.8), Toronto, University of Toronto Press, p. 668 sq. Pour Mill, un terme général connote exclusivement les propriétés (attributes) que celui-ci implique. Par exemple, le terme « créature terrestre » connote les propriétés d’être une créature et de se trouver sur Terre. L’expression « carré rond » connote quant à elle les propriétés d’être rond et d’être un carré. À la différence de Mill qui considère la connotation comme une relation entre les termes généraux et les propriétés, je considère ici la connotation comme une relation entre les représentations et les propriétés.

18 « Wie ich aber in der Benennung: ‚ein ausgesprochener Satz‘ den Satz selbst offenbar von seiner Aussprache unterscheide; so unterscheide ich in der Benennung: ‚ein gedachter Satz‘ den Satz selbst auch noch von dem Gedanken an ihn. » (WL I, 77). Sauf indication, toutes les traductions de la Wissenschaftslehre de Bolzano (abrégée WL) sont les miennes.

19 « Dasjenige nun, was man sich unter dem Worte Satz nothwendig vorstellen muß, um diese Unterscheidung gemeinschaftlich mit mir machen zu können; was man sich unter einem Satze denkt, wenn man noch fragen kann, ob ihn auch Jemand ausgesprochen oder nicht ausgesprochen, gedacht oder nicht gedacht habe, ist eben das, was ich einen Satz an sich nenne […]. »

20 « Nicht jedesmal deutet das einem Hauptworte beygefügte Beywort an, daß man den Begriff, welchen der ganze Ausdruck bezeichnet, auf die von Ihnen hier vorausgesetzte Weise zusammensetzen müsse; wie Sie an den Beyspielen; ein gemahlter Fisch, eine absolute (nicht pos. u. neg.) Zahl u.m.a. ersehen können ». La manière présupposée par Exner est exposée dans la lettre de Exner à Bolzano (BEX-M : Bolzano, Briefwechsel mit Exner, (Edgar Morscher, dir.) Band III/4 de la Bernard-Bolzano Gesamtausgabe, Stuttgart, Bad-Cannstatt, [à paraître], p. 25-30 ; BEX-W : Bolzano, Der Briefwechsel B. Bolzano’s mit F. Exner, 4.Band der Reihe Bernard Bolzano’s Schriften, Eduard Winter (dir.), Königliche Böhmische Gesellschaft der Wissenschaften in Prag, 1935, p. 57-61).

21 Notons en ce sens qu’un jugement est considéré par Bolzano comme le ‘tenir pour vrai’ d’une proposition en soi (fürwahrhalten) : « Ein Urtheil in eigentlicher Bedeutung ist nämlich ein Satz, den irgend ein denkendes Wesen für wahr hält (…) » (WL I, 86).

22 « …ist aber der Grad der Zuversicht, mit dem wir ein Urtheil fällen, geringer, so daß es uns keineswegs als etwas Thörichtes oder gar Unerlaubtes erscheint, auch an die Möglichkeit, daß wir uns irren, zu denken : so nennen wir die Handlung unsers Geistes ein bloßes Dafürhalten, Meinen, Vermuthen, u. dgl. (WL III, 280).

23 « Der Grad unserer Zuversicht ist zwar gewöhnlich beim Wissen ein höherer als bei dem Glauben, doch gibt es auch Fälle, wo die Zuversicht des Glaubens jener des Wissens nicht nachstehet. So pflegt es mit unserm Glauben an Gott zu geschehen. Ein Glauben, das einen niederen Grad der Zuversicht hat, pflegt man ein Fürwahrhalten oder auch Meinen zu nennen. »

24 « Wenn wir aber, [...] so oft die Frage in unserem Gemüthe erscheint, ob dem Subject S das Prädikat P zukomme oder nicht, das Urtheil: S ist P, fällen: so sagt man, daß wir dem Satze [S ist P] fortdauernd zugethan sind, zugethan nämlich durch jene ganze Zeit, innerhalb derer dieses Verhältnis zwischen uns und [diesem Satz] bestehet. Da es an einem Worte, das dergleichen Sätze bezeichnete, ohne noch zu bestimmen, ob sie wahr oder falsch sind, ingleichen mit welchem Grade der Zuversicht wir ihnen zugethan sind, fehlet: so pflege ich mich der Worte: Meinung und Ansicht, zu bedienen: so daß ich also unter Meinungen eines Wesens Sätze verstehe, welche dasselbe für wahr hält, gleichviel ob sie es wirklich sind oder nicht, und ob dieß Fürwahrhalten einen geringen oder den stärksten Grad der Zuversicht habe » (WL III, 200).

25 « Ob man ein Urteil fällt, lässt sich von einem nicht direkt beeinflussen : So groß auch der Einfluß seyn mag, den unser Wille auf die Entstehung und Beschaffenheit unserer Urtheile dadurch ausübt, daß wir… unsere Aufmerksamkeit willkürlich auf gewisse Vorstellungen richten, von andern abziehn…. So hängt es doch nie und nirgends von unserm Willen allein und unmittelbar ab, ob wir ein Urtheil fällen oder nicht; dieses erfolgt vielmehr nach einem gewissen Gesetze der Nothwendikeit bloß nach Beschaffenehit der sämmtlichen in unserer Seele so eben gegenwärtigen Vorstellungen. »

26 En partie en réaction à la conception bolzanienne des représentations sans objet, Husserl développe en 1894 une théorie des assomptions allant à l’encontre de l’idée de Bolzano sur les jugements. Voir Edmund Husserl (1894/1990), « Husserls Abhandlung ‘Intentionale Gegenstände’ », Brentano-Studien 3, p. 142-176 et Guillaume Fréchette (2009), « Géométrie, fiction et discours sous hypothèse : Husserl et les objets intentionnels », Philosophiques 36 (2), p. 355-379, pour une discussion de l’introduction des assomptions dans ce contexte.

27 « [N]icht alle Urtheile, die wir doch wirklich fällen, gelangen zur Klarheit in uns, d.h. werden von uns selbst wieder angeschaut; vielmehr die meisten bleiben dunkel, und wir sind eben deßhalb nicht im Stande, uns ihrer zu erinnern, oder bewußt zu werden, um so weniger sie wörtlich anzugeben. »

28 Sur la distinction entre clarté (Klarheit) et confusion (Dunkelheit) chez Bolzano, voir Centrone (2010), « Bolzano und Leibniz über Klarheit und Deutlichkeit », in Archiv für Geschichte der Philosophie, 92, p. 256-289.

29 Voir Siebel (2004), « Bolzanos Urteilslehre », in Archiv für Geschichte der Philosophie, 86, p. 56-87 sur cette interprétation des jugements confus en tant que dispositions.

30 Voir Edmund Husserl (2002), Logische Untersuchungen. Ergänzungsband, erster Teil. Entwürfe zur Umarbeitung der Vi. Untersuchung und zur Vorrrede für die Neuauflage der Logischen Untersuchungen (Sommer 1913), Dordrecht, Kluwer Academic Publishers, p. 308 sq.

31 Voir Anita Kasabova (2006), « Bolzano’s Semiotic Method of Explication », History of Philosophy Quarterly 23 (1), p. 22.

32 « wir [gebrauchen] gewisse Vorstellungen, welche sich nicht hervorbringen lassen, als Mittel […] um durch Erzeugung derselben andere, die schwerer herbeizuschaffen wären, aber mit jenen verknüpft sind, bald in uns selbst, bald auch in Anderen zu erzeugen. Ein Gegenstand, dessen wir uns zu einem solchen Zwecke dienen, d.h. durch dessen Vorstellung wir eine andere in einem denkenden Wesen mit ihr verknüpfte Vorstellung erneuert wissen wollen, heißt uns ein Zeichen. Die objective Vorstellung, deren entsprechend subjective durch die Vorstellung des Zeichens angeregt werden soll, heißt die bezeichnete Vorstellung, auch die Bedeutung des Zeichens. Ist die bezeichnete Vorstellung eine Gegenstandsvorstellungen pflegt man zuweilen auch ihren Gegenstand selbst den bezeichneten, oder die Bedeutung des Zeichens zu nennen. Gleichgeltend mit dem Worte : Bedeutung, gebrauchen wir zuweilen auch die Worte : Sinn und Verstand. Doch ließe sich zwischen jenem und diesen ein Unterschied machen ; so zwar, daß Bedeutung eines Zeichens nur diejenige Vorstellung hieße, zu deren Erweckung es bereits bestimmt ist, die es auch in der That zu erwecken pflegt ; Sinn oder Verstand desselben aber diejenige, deren Erweckung wir in einem einzelnen Falle damit beabsichtigen. »

33 Voir Anton Marty (1908), Untersuchungen zur Grundlegung der allgemeinen Grammatik und Sprachphilosophie, Halle/S., Niemeyer, (réimpr. Hildesheim, Olms, 1976) p. 284.

34 WL I 88, « Eine Frage….sagt freilich über das worüber sie fragt, nichts aus; darum sagt sie aber gleichwohl noch etwas aus : unser Verlangen nämlich, über den Gegenstand, wornach wir fragen, eine Belehrung zu erhalten. Sie kann eben deßhalb auch Beides, wahr und falsch seyn. »

Haut de page

Table des illustrations

URL http://methodos.revues.org/docannexe/image/3826/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Fréchette, « L’intentionnalité dans la Théorie de la science de Bolzano. Éléments d’une reconstruction. », Methodos [En ligne], 14 | 2014, mis en ligne le 23 avril 2014, consulté le 28 mars 2017. URL : http://methodos.revues.org/3826 ; DOI : 10.4000/methodos.3826

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • Revues.org