Navigation – Plan du site
Pratiques de l'interprétation

Pratiques de l’interprétation

Présentation
Christian Berner, Fabienne Blaise et Laurent Keiff

Entrées d’index

Mots-clés :

interprétation

Keywords :

interpretation
Haut de page

Texte intégral

  • 1  On citera, parmi elles, Günter Abel, Interpretationswelten. Gegenwartsphilosophie jenseits von Ess (...)
  • 2  Sur ce point, voir par exemple Michael Tomasello, Die Ursprünge der menschlichen Kommunikation, Be (...)
  • 3  C’est tout le point des maximes de Grice que de donner les principes généraux de telles inférences (...)

1Si l’on peut définir l’homme comme un animal qui interprète tant la réalité que lui-même, c’est que l’on pense qu’il a au monde, aux autres et à lui-même un rapport qui passe essentiellement par la compréhension. Ce n’est cependant pas sur ce niveau fondamental que nous avons pris le parti de faire porter la réflexion dans ce numéro. Il ne s’agissait pas, ou du moins pas principalement, de s’interroger sur ce qu’il en est de l’être de l’homme qui interprète ou de faire ressortir toutes les dimensions interprétatives de l’existence, du rapport naturel d’un vivant à son milieu jusqu’aux théories les plus abstraites. Des philosophies s’y sont essayées en faisant du « comprendre » une catégorie fondamentale de l’existence, et plus récemment en distinguant des niveaux d’interprétation couvrant l’ensemble des activités des êtres vivants1. Nous voulions ici bien plutôt revenir à la dimension pratique de la compréhension dans le processus d’élaboration de la connaissance et mettre en lumière les méthodes que l’interprétation met en œuvre, en cherchant à respecter leur diversité. Dans la vie ordinaire, la compréhension permet à l’homme de trouver ou de donner un sens aux choses parmi lesquelles il peut alors s’orienter, ou de donner un sens aux paroles et discours qu’il reçoit comme lui étant adressés. C’est lorsqu’il ne comprend pas qu’il recourt à l’interprétation, à partir de l’expérience que quelque chose résiste à l’intelligence dont il a besoin pour connaître et agir, quelque chose qui ne s’intègre pas à la configuration de sens qui constitue sa compréhension. Lorsque son attente de sens n’est pas satisfaite dans la compréhension immédiate, celui qui interprète cherche alors à expliquer, à remplacer les propositions obscures par d’autres propositions mieux intelligibles. En particulier, il cherche à clarifier les contextes qui permettent de déterminer le sens – au moins au regard des attentes particulières que ses pratiques engagent – en tenant compte des formes de vie partagées, du « common ground » ou de l’arrière-plan conceptuel commun rendant possible la compréhension2. C’est là ce dont nous faisons l’expérience jusque dans la conversation ordinaire, lorsque nous ne comprenons pas ce que notre interlocuteur nous dit. Nous lui demandons alors d’expliquer, de nous dire quelle était l’intention de ses propos, ce qu’il voulait dire, notamment en nous disant la même chose autrement ou en nous présentant le contexte adéquat permettant de réintégrer ses propos dans un tout dont ils étaient momentanément exclus, restituant la cohérence d’un discours qui nous semblait en manquer. Et plus discrètement encore, la construction de cet éclaircissement est ce que nous faisons à chaque instant dans la conversation, inférant sans nous en rendre compte tout ce que l’autre ne dit pas mais sans quoi ce qu’il dit serait désespérément incompréhensible3. Ces cas de non-compréhension ordinaire, pour être élémentaires, ne se retrouvent pas moins dans leurs principaux éléments jusque dans les sciences, notamment humaines. Notre effort de comprendre est toujours habité par une attente de sens que nous pouvons formuler et on pourrait avancer que c’est cette attente, dans une forme peut-être particulièrement aiguë, qui fait le nerf de la recherche scientifique.

2Ce que nous avons demandé aux contributeurs de ce numéro, c’est de mettre en lumière, chacun à partir de son expérience dans un domaine déterminé, ce que sont les problèmes particuliers que rencontre l’activité interprétante. Il nous paraissait en effet indispensable, pour poser correctement la question de la nature de l’interprétation, de commencer par solliciter ceux qui la produisent, dans chacun de ses registres, pour les inviter à en décrire les formes et en préciser les difficultés. Car comprendre l’interprétation exige aussi que soient reconstitués les contextes dans lesquels elle s’élabore, à même la matérialité de ses objets. Le présent numéro, qui ne saurait bien entendu prétendre à une quelconque exhaustivité, donne à voir une multiplicité de matériaux et de perspectives provenant d'horizons d'une grande diversité. Mais à chaque fois, c’est en entrant dans la spécificité de l’objet que le travail de l’interprétation prend forme. Les trois premiers articles s’attachent à l’acte d’interpréter, de la constitution de soi à la communication ; les cinq suivants sont consacrés à l’interprétation de textes ; les trois derniers envisagent la pratique de l’interprétation dans le droit, la science et l’art.

3Ce numéro s’inscrit dans l’une des orientations constitutives du projet de Methodos, qui était de réfléchir aux opérations de l’esprit dans le travail concret de la compréhension et de l’interprétation, notamment des textes, en dépassant tant l’opposition entre expliquer et comprendre que les limites disciplinaires qui renferment les savoirs sur eux-mêmes. L’étude de l’interprétation en contexte doit ici permettre d’éclairer les procédures par lesquelles s’élabore le savoir, les articles de ce numéro présentant une réflexion sur la méthode mise en œuvre à même leur objet, mettant en évidence des dimensions essentielles d’une raison interprétative.

Haut de page

Notes

1  On citera, parmi elles, Günter Abel, Interpretationswelten. Gegenwartsphilosophie jenseits von Essentialismus und Relativismus, Frankfurt-am-main, Suhrkamp, 1993, ou Hans Lenk, Interpretationskonstrukte. Zur Kritik der interpretatorischen Vernunft, Frankfurt-am-main, Suhrkamp, 1993.

2  Sur ce point, voir par exemple Michael Tomasello, Die Ursprünge der menschlichen Kommunikation, Berlin, Suhrkamp, 2011, p. 13-17.

3  C’est tout le point des maximes de Grice que de donner les principes généraux de telles inférences. Voir Paul Grice, Studies in the Way of Words, Cambridge MA., Harvard University Press, 1989.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Berner, Fabienne Blaise et Laurent Keiff, « Pratiques de l’interprétation », Methodos [En ligne], 13 | 2013, mis en ligne le 11 avril 2013, consulté le 23 juin 2017. URL : http://methodos.revues.org/3228 ; DOI : 10.4000/methodos.3228

Haut de page

Auteurs

Christian Berner

UMR 8163 « Savoirs, textes, langage » / Université Lille – Nord-de-France

Fabienne Blaise

UMR 8163 « Savoirs, textes, langage » / Université Lille – Nord-de-France

Articles du même auteur

Laurent Keiff

UMR 8163 « Savoirs, textes, langage »

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • Revues.org