Navigation – Plan du site
Travaux

Thèses de doctorat soutenues en 2012

Texte intégral

Cécile Conduché, Les exemples grecs des Institutions grammaticales de Priscien, héritages et doctrines

1Thèse soutenue le 13 octobre 2012 à l’Université Lille 3

Composition du jury

Jean-Christophe Jolivet, Professeur à l’Université de Lille 3

Guillaume Bonnet, Professeur à l’Université de Bourgogne

Jean Schneider, Professeur à l’Université de Lyon 2

Marc Baratin, Professeur à l’Université de Lille 3, Directeur de thèse

Gweltaz Guyomarc’h, Aux origines de la métaphysique : l’interprétation par Alexandre d’Aphrodise de la Métaphysique d’Aristote

2Thèse soutenue le 22 septembre 2012 à l’Université Lille 3

Composition du jury

Annick Jaulin, Université Paris 1

Philippe Hoffmann, EPHE

Riccardo Chiaradonna, Université de Rome

Maddalena Bonelli, Université de Brescia

Annick Stevens, Université de Liège, co-directrice de thèse

Michel Crubellier Université Lille 3, co-directeur de thèse

Résumé

3Le terme de « métaphysique » ne se lit pas chez Aristote. Les livres rassemblés sous ce titre ne cessent d'interroger leurs lecteurs quant à leur unité. La science ainsi désignée, enfin, semble contrevenir aux règles communes de la scientificité aristotélicienne. Désigner Aristote comme le « fondateur de la métaphysique » fait dès lors problème. L'hypothèse du présent travail est que cette fondation engage l'œuvre des commentateurs d'Aristote, au premier chef desquels se situe Alexandre d'Aphrodise (fl. 200 ap. J.-C.). L'Exégète par excellence ouvre la possibilité de « faire de la métaphysique » sans que cela signifie seulement commenter Aristote. Alexandre travaille en effet à faire de la Métaphysique un livre et à instituer la métaphysique en une science une. Selon l'Aphrodisien, la métaphysique est cette science à la fois universelle et première, à la fois science modèle et fondatrice des autres sciences. Elle s'articule en trois programmes principaux : l'étude générale de l'étant en tant qu'étant, celle de la substance et celle enfin de la cause première. Ces trois programmes sont distincts, mais coordonnés et suffisamment proches pour ne pas pouvoir être étudiés par une autre science, ni éclatés entre diverses sciences. Ils progressent à chaque fois par un passage d'une généralité à son maximum et sa cause. Ainsi la substance est-elle cause de l'être des autres étants et étant au maximum. Ainsi la cause première est-elle intelligible au plus haut point et cause de l'intelligibilité du monde. L'Exégète offre une interprétation forte à la fois de l'unité de la Métaphysique et de celle de la science correspondante. C'est dans et par cette reprise que les écrits du Stagirite sont devenus proprement fondateurs.

Mots-clefs

4Métaphysique, Aristote, Alexandre d’Aphrodise, science, philosophie post-hellénistique, commentaire, interprétation, tradition

Abstract

5Aristotle does not use the word ‘metaphysics’; the books called ‘Metaphysics’ clearly lack unity; the science called ‘metaphysics’ seems to break the common epistemological rules set by Aristotle himself. From that point of view, it seems problematic to consider Aristotle as the ‘founding father of metaphysics’. The present dissertation aims to show that the foundation of metaphysics as a science is also based on the work of the Ancient Commentators, especially Alexander of Aphrodisias (fl. 200 AD). Paradoxically, the ‘Exegete par excellence’ makes it possible to be engaged in metaphysics without limiting metaphysics to explaining Aristotle's books. The reason is that he tries in fact to makes explicit and to enhance the unity of this work as well as to establish the unity of the corresponding science. According to him, metaphysics is both universal and the first true science. As such it constitutes the condition for any type of knowledge to be established as a science. Metaphysics is devoted to three main programs: the general study of being, the study of substance, the study of the first cause. These different programs are close enough to be carried out within one single science. The passage from one level to another is guided by what I propose to call the Principle of Maximum Causality. In this way, the substance is the higher being and the cause of being for all the rest; the first cause is the higher and most thinkable substance, the cause of the order of the world, and what makes it intelligible. So the Exegete offers a strong view of the unity of metaphysics and thanks to this reappropriation, Aristotle’s work became the origin of a long-lasting tradition.

Key-Words

6Metaphysics, Aristotle, Alexander of Aphrodisias, science, interpretation, tradition

Jong Hwa Park, La Puissance, L’Acte, L’Entéléchie dans la Métaphysique Theta d’Aristote

7Thèse soutenue le 17 janvier  2012 à l’Université Lille 3.

Composition du jury

Sylvain Delcomminette, Université Libre de Bruxelles

David Lefebvre, Université Paris 4

Pierre-Marie Morel, l'ENS Lettres et Sciences Humaines, Lyon

Michel Crubellier, Université Lille 3, Directeur de thèse

Résumé

8Ce travail consiste à déterminer, en plusieurs sens, la puissance et l’acte dans la Métaphysique Theta d’Aristote. Toutes les puissances relatives à la même forme sont sans exception des principes, elles sont appelées puissances relativement à une unique puissance première qui est principe de changement dans autre chose ou <dans la même> en tant qu’autre. En effet, il y a d’une part la puissance d’être affecté qui est, en cela même qui est affecté, le principe d’un changement passif par autre chose ou <par la même> en tant qu’autre ; d’autre part, il y a la possession d’une indifférence à l’affection dans le sens du pire et de la corruption, par autre chose ou <par la même > en tant qu’autre du fait d’un principe de changement. En effet, dans toutes ces définitions est contenu l’énoncé de la puissance première. La division du sens de la puissance indique le ‘capable’ en tant que causes et états. Ce qui est puissant est quelque chose qui est puissant, à un certain moment et d’une certaine manière. Le ‘puissant’ porte sur une certaine manière, et le ‘en puissance’, sur un certain moment. « En acte » se dit soit comme le mouvement relativement à la puissance, soit comme la substance relativement à une matière quelconque. Quelque chose est déjà en puissance, s’il n’y a aucun empêchement intérieur et extérieur pour le processus vers l’entéléchie, quand l’agent et le patient se rencontrent. Ce qui est postérieur par la génération est antérieur par la forme et par la substance. La matière est en puissance parce qu’elle pourra aller vers sa forme ; mais chaque fois que précisément elle est en acte, elle est dans sa forme. L’acte du bien est meilleur que la puissance. L’accomplissement et l’acte du mal sont nécessairement pires que la puissance. Sur tous les êtres qui sont ce qu’est précisément un être et en acte, on ne peut pas se tromper, mais on peut <seulement> les penser ou non. Quant à l’un, s’il est vrai qu’il est un être, il l’est de cette façon ; s’il ne l’est pas de cette façon, il n’est pas. Le vrai est de penser ces êtres.

Mots-clés

9puissance, puissant, en puissance, impuissance, impuissant, action, acte, entéléchie, nature, substance, changement, privation, mouvement, matière, accomplissement, bien, mal, vrai, faux, induction, analogie.

Abstract

10This work consists in determining, in several senses, the potentiality and the actuality in Aristotle’s Metaphysics Theta. The potentiality and the actuality extend further than the mere sphere of the movement. The potentiality is the principle of change in another thing or in the thing itself qua other. On the one hand, there is a potentiality for being acted on, i.e. the principle in the very thing acted on, which makes it capable of being changed and acted on by another thing or by itself regarded as other; on the other hand there is a state of insusceptibility to change for the worse and to destruction by another thing or by the thing itself qua other, i.e. by a principle of change. In all these definitions is contained the formula of potentiality in the primary sense. The division of the sense of the potentiality indicates the ‘capable’ qua causes and states. That which is capable is capable of something and at some time and in some way. The ‘capable’ bears on some way, and the ‘actually’, on some time. ‘Actually’ is said as movement to potentiality, and as substance to sort of matter. Something is already potentially, if there are nothing internal and external which hinders the entelechy when the agent and the patient meet together. The things that are posterior in becoming are prior in form and in substance. The matter exists in a potential state, just because it may attain to its form; and when it exists actually, then it is in its form. The actuality of the good is better than the potentiality. The end or actuality of the bad is necessarily worse than the potentiality. About the things which are essences and exist actually, it is not possible to be in error, but only to think them or not to think them. As to the ‘one’, if the object is existent it exists in this way; if it does not exist in this way it does not exist at all. Truth means thinking these objects.

Key-Words

11potentiality, capable, potentially, incapacity, incapable, action, actuality, entelechy, nature, change, privation, movement, substance, matter, end, good, bad, true, false, induction, analogy.

Florent Perek, Verbes, Constructions, Alternances : la complémentation verbale dans la linguistique de l’usage

12Thèse soutenue le 6 décembre 2012 à l’Université de Fribourg, Allemagne

Composition du jury

Eric Corre, Professeur à l’Université de Paris 3

Adèle E.Goldberg, Professeur à l’Université de Princeton, Etats-Unis

Christian Mair, Professeur à l’Université de Freiburg, Allemagne

Maarten Lemmens, Professeur à l’Université de Lille 3, co-directeur de thèse

Martin Hilpert, Junior Fellow à l’Université de Neuchâtel, Suisse, co-directeur de thèse

Résumé

13L’objectif général de la présente thèse est d’évaluer dans quelle mesure la grammaire des verbes, aussi appelée complémentation verbale, peut être basée sur l’usage de la langue. La linguistique de l’usage (usage-based approach) constitue un récent changement de paradigme dans les sciences du langage, qui défend l’idée que la grammaire est un inventaire dynamique d’unités symboliques qui émergent et sont constamment redéfinies par l’usage de la langue. En adoptant une approche constructionnelle de la complémentation verbale et sur la base de données de l’anglais, nous traitons la question de la relation entre la grammaire des verbes et leur usage à trois niveaux d’organisation.

14Au niveau des verbes, nous comparons des résultats expérimentaux à des données de corpus, et trouvons que les plus fréquentes valences d’un verbe sont traitées plus facilement, ce qui montre que la valence est basée sur l’usage. Au niveau des constructions, nous montrons que, dans le cas de la construction conative, il est possible de formuler le sens d’une construction sur la base du sens des verbes en se plaçant au niveau de classes sémantiques, mais moins facilement au niveau le plus abstrait. Nous considérons ceci comme une preuve supplémentaire de l’importance des schémas de bas niveau sur les généralisations abstraites. Au niveau des alternances, nous suggérons que la productivité verbale peut être basée sur des relations d’alternances. Nous montrons que l’alternance dative présente une asymétrie en productivité, et que cette asymétrie peut être expliquée par des différences correspondantes en termes du nombre de verbes utilisés dans chaque construction.

Mots-clés

15linguistique de l’usage, grammaire de constructions, structure argumentale, verbes, valence, construction, conative, alternance, alternance dative

Abstract

16Verbs, Constructions, Alternations: Usage-based perspectives on argument realization

17The general goal of this thesis is to investigate to what extent the grammar of verbs, also called argument realization, can be based on linguistic usage. The usage-based approach is a recent paradigm shift in linguistics which takes the view that grammar is a dynamic inventory of symbolic conventions that emerges through, and is likewise shaped by, actual language use. Adopting a constructional approach to argument structure and on the basis of English data, we address the question of the usage basis of argument realization at three levels of organization.

18At the level of verbs, we compare experimental results to usage data, and find that more frequent valency patterns of a verb are processed more easily. These findings provide evidence for the usage basis of valency. At the level of constructions, we show that, in the case of the conative construction, it is possible to formulate constructional generalizations on the basis of verbal meaning at the level of semantically defined verb classes, but not so easily at the most abstract level. We take this as further evidence of the importance of lower-level schemas over broad generalizations. At the level of alternations, we present usage-based evidence that productivity can be based on alternation relations. We report that the dative alternation displays a productivity asymmetry, and we show that these differences can be explained by corresponding asymmetries in type frequencies.

Keywords

19usage-based, construction grammar, argument structure, verbs, valency, construction, conative, alternation, dative alternation

Stephen Urani, Le moindre-auteur

20Thèse soutenue le 10 décembre 2012 à l’Université Lille 3.

Composition du jury

Christian Doumet, Professeur à l'Université Paris 8,

Pierre-Henry Frangne, Professeur à l'Université Rennes 2

Philippe Sabot, Professeur à l'Université Lille 3 

Bernard Sève, Professeur à l'Université Lille 3, Directeur de thèse.

Résumé

21Se peut-il que l’auteur s’efface en partie de son texte ? Se peut-il que sa discrétion soit délibérée, et au point de déléguer des pouvoirs auctoriaux à son destinataire ? Peut-il prendre les devants sur l’opération critique qui voudrait le « tuer » ?

22Et comment réagir fasse à une telle production ? Le lecteur n’en deviendrait-il pas autre ?

23L’objet de cette thèse sera de montrer qu’une littérature « moindre-auctoriale » est possible. Mieux ; qu’elle existe.

Mots-clés

24auteur, lecteur, auctorialité , aristocratie, Éric Chevillard, Samuel Beckett, Henri Michaux, Stéphane Mallarmé

Abstract

25Is it possible that the author clears himself from his text ? Is it possible that his discretion is delibarate, and to the point of delegating auctorial powers to his recipient ? Can he take the lead on the critical operation that would « kill » him ? And how to respond to such production ? Wouldn't the reader become another one ? The goal of this thesis will be to show that a « lesser-auctorial »litterature is possible. Better ; that it exists.

Keywords

26author, lector, authorship, aristocracy, Éric Chevillard, Samuel Beckett, Henri Michaux, Stephen Mallarmé

An Verhulst, A corpus-based analysis of root necessity meanings expressed by should, ought to and be supposed to in late 20th century British English

27Thèse soutenue le 26 juin 2012, à l’Université de Leuven, Campus de Courtrai, Belgique

Composition du jury

Ilse Depraetere, Professeur à l’Université de Lille 3, co-directrice de thèse

Liesbet Heyvaert, Professeur à l’Université de Leuven, Belgique, co-directrice de thèse

Raphaël Salkie, Professeur à l'Université de Brighton, Royaume-Uni

Jean-Christophe Verstraete, Chercheur à l'Université de Leuven, Belgique

Debra Ziegeler, Chercheur à l'Université de Montpellier 3

Piet Desmet, Professeur à l'Université de Leuven, Belgique

Aurélie Wach, L'intertextualité comme procédé dramaturgique dans Hécube et Les Troyennes d'Euripide

28Thèse soutenue le 28 novembre 2012, à l’Université Lille 3

Composition du jury

Luigi Battezzato, Professeur de Littérature grecque à I'Università degli Studi del Piemonte Orientale

Fabienne Blaise, Professeur de Littérature grecque à l'Université Lille 3

Giorgio Ierano, Professeur de Littérature grecqueà I'Università degli Studi di Trento, co-directeur de thèse

Pierre Judet de la Combe, Directeur d'étudesà I'EHESS

Philippe Rousseau, Professeur émérite de Littérature grecque à l'Université Lille 3, co-directeur de thèse.

Résumé

29Cette étude porte sur les utilisations de l’intertextualité comme procédé dramaturgique dans Hécube et Les Troyennes d’Euripide. Les intertextes considérés sont les épopées homériques et l’Agamemnon d’Eschyle.

30Après une présentation des problèmes posés par le recours à la notion d’ « intertextualité » dans le domaine de la littérature grecque antique, et plus particulièrement du théâtre grec, chaque pièce fait l’objet d’une étude approfondie.

31Les chapitres I à IV portent sur les stasima des deux pièces et posent la question du fonctionnement de l’intertextualité dans la parole lyrique du chœur. Les stasima sont envisagés dans une perspective unificatrice qui vise à mettre en lumière leur rôle de fil directeur dans les deux tragédies.

32Les chapitres suivants portent sur des passages étendus des deux pièces. L’utilisation de l’intertextualité dans la représentation du sacrifice de Polyxène fait l’objet du chapitre V, tandis que le chapitre VI porte sur la double allusion intertextuelle (à l’Odyssée et à l’Agamemnon) mise en place par Euripide pour représenter la vengeance d’Hécube (Hécube).

33Les chapitres VII et VIII s’intéressent aux Troyennes : d’abord à la scène de Cassandre, comparée à la scène de l’Agamemnon d’Eschyle dont elle constitue une sorte de réécriture ; puis à la scène d’Hélène, où Euripide construit les tensions de son agôn à partir d’un passage précis du chant III de l’Iliade – qu’il rend volontairement encore plus problématique qu’il ne l’est chez Homère à travers les discours de ses deux personnages.

34La conclusion présente les résultats de cette enquête quant au fonctionnement et quant à diverses fonctions possibles de l’intertextualité dans la tragédie grecque.

Mots-clés

35intertextualité, littérature grecque, tragédie grecque, Euripide, Hécube, Les Troyennes

Abstract

36This study investigates the question of how intertextuality is used as a dramaturgical device in Euripides’ Hecuba and Troades. The intertexts considered here are the Homeric epics and Aeschylus’ Agamemnon.

37After a presentation of the problems raised by the use of the notion of “intertextuality” in the field of ancient Greek literature, and more specifically Greek theatre, the two dramas are each studied in depth.

38Chapters I to IV are concerned with the stasima of these plays and raise the question of the specific manner in which intertextuality is inscribed in the lyrical language of the chorus. The stasima are considered from a global perspective in order to highlight their function as a guiding thread running through each drama.

39The following chapters deal with extended portions of Hecuba and Troades. The use of intertextuality in the representation of the sacrifice of Polyxena is studied in Chapter V, whereas Chapter VI deals with the double intertextual allusion (both to the Odyssey and to the Agamemnon) engaged in by Euripides in his representation of Hecuba’s revenge (in Hecuba).

40Chapters VII and VIII are about the Troades, focusing firstly on the Cassandra scene, which is compared with the Cassandra scene in Aeschylus’ Agamemnon, reworked here by Euripides. Secondly there is the scene involving Helen, where Euripides builds up the tensions of the agôn by basing it on a precise passage of Iliad III – which, in the light of the positions taken by the two characters, he purposely renders even more problematic than it is in Homer.

41The conclusion presents the results of this inquiry into the functioning and possible purposes of intertextuality in Greek tragedy.

Keywords

42intertextuality, Greek literature, Greek tragedy, Euripides, Hecuba, Troades

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Thèses de doctorat soutenues en 2012 », Methodos [En ligne], 13 | 2013, mis en ligne le 04 avril 2013, consulté le 24 juin 2017. URL : http://methodos.revues.org/3226

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • Revues.org