Navigation – Plan du site
Travaux

Séminaires et Groupes de travail (2012-2013)

Texte intégral

Séminaire de linguistique

1Responsable : Anne Carlier. Mensuel.

Programme

2Vendredi 26 octobre 2012 : Thème de la séance : Temps, aspect et modalités

Naoki Wada (Université de Tsukuba) : « Towards a systematic analysis of English and Japanese tense phenomena »

Adeline Patard (Université d'Anvers) : « Réflexions sur l’origine de l’insubordination Le cas de trois insubordonnées hypothétiques du français »

3Vendredi 23 novembre 2012 : Thème de la séance : Linguistique anglaise

Marc Capliez (Université Lille 3/STL) : « Étude du rôle de la prosodie dans la production d'anglais des francophones »

Christopher Desurmont (Université Lille 3/STL) : « Syntaxe et sémantique des prédicats supplétifs : de "so do" à "do so" »

4Vendredi 25 janvier 2013

Annie Risler (Université Lille 3/STL) : « Peut-on parler de verbes parenthétiques en Langue des Signes Française (LSF) ? »

Natalia Grabar (CNRS, STL), Fayssal Tayalati & Edwige Dugas (Université Lille 3/STL) : « Traitement automatique des expressions de l’incertitude et de la négation dans les dossiers médicaux »

5Vendredi 29 mars 2013 : Thème de la séance : Linguistique anglaise, modalités

Anastasios Tsangalidis (Aristotle University of Thessaloniki, School of English, Department of Theoretical and Applied Linguistics) : « Disambiguating modals through the interaction of Tense-Aspect-Mood values »

Ilse Depraetere (Université Lille 3 / STL) : « The meaning of modals and pragmatic theory »

6Vendredi 24 mai 2013 : Thème de la séance : Linguistique allemande : Acquisition

Alfred Knapp (La Rochelle) : « L'allemand comme langue partiellement OV : quelques implications pour son acquisition-L2 par des apprenants L1-français »

Martin Haiden (Université Lille 3 / STL) : « Acquisition et traitement des pronoms clitiques du français. Questions théoriques et méthodologiques »

7Vendredi 31 mai 2013 : Thème de la séance : Psycholinguistique

Maya Hickmann (Laboratoire Structures Formelles du Langage, CNRS & Université de Paris 8) : « Diversité des langues et représentation de l’espace dans l’acquisition du langage par l’enfant »

Efstathia Soroli (Université Lille 3 / STL) : « Langage et représentation spatiale chez le locuteur avec et sans lésion cérébrale »

8Vendredi 14 juin 2013 : Thème de la séance : Morphologie

Daniela Marzo (Université de Stuttgart, Allemagne) : « La conversion de verbe à nom en italien »

Delphine Tribout (Université Lille 3 / STL) : « Les conversions de nom à verbe et de verbe à nom en français »

9Vendredi 28 juin 2013 : Thème de la séance : TAL

Thomas François (Université catholique de Louvain, CENTAL) : « Le TAL et l'assistance à la lecture : lisibilité et simplification automatique de textes »

Aleksandra Miletic, Dejan Stocic (Université d'Artois / Grammatica), Antonio Balvet (Université Lille 3 / STL) : « Constitution et annotation syntaxique d’un corpus parallèle français-serbe »

10Résumés et références téléchargeables en annexe.

Séminaire « Poétique, poétiques : lecture de la Poétique d'Aristote et théories antiques du théâtre »

11Responsables : Fabienne Blaise et Anne de Crémoux. En quinzaine.

Présentation

12Ce séminaire prolonge le séminaire de lecture de la Poétique d’Aristote entrepris en 2010. Ce séminaire a articulé pendant deux ans, en 2010-2012, les séances portant spécifiquement sur le texte d’Aristote à celles organisées par Laurence Boulègue, intitulées « Lectures humanistes de la Poétique d’Aristote ». Suite au départ de Laurence Boulègue, il a été décidé de maintenir ces séances conjointes afin d’examiner, sur d’autres corpus, les influences de la poétique aristotélicienne. Nous avons choisi de nous intéresser dans un premier temps aux théories antiques post-aristotéliciennes du théâtre.

13Le séminaire se déroulera le mercredi après-midi, en deux volets :

-de 14h30 à 16h, une séance de lecture de la Poétique d’Aristote, qui reprendra le texte au

chapitre 14.

-de 16h15 à 17h45, une séance de lecture de traités antiques sur le théâtre. Pour cette année, nous avons choisi de travailler, en partenariat avec des chercheurs du laboratoire Halma, sur des textes d’Evanthius, d’Horace et de Platonios.

Groupe de travail « Traduction du Commentaire sur la Physique d'Aristote de Simplicius »

14Responsable : Alain Lernould. En quinzaine.

Groupe de travail « Lecture de textes philosophiques grecs, II : lecture du livre I du De Anima d'Aristote »

15Responsables : Claire Louguet et Michel Crubellier. En quinzaine, de janvier à mai 2013.

Séminaire « Les conceptions du mélange dans l'Antiquité »

16Responsable : Claire Louguet. En quinzaine.

Présentation

17L'objectif de ce séminaire est d'initier une étude diachronique et systématique de la notion de mélange chez les penseurs grecs (les Présocratiques, Platon, Aristote, les Stoïciens, Alexandre d'Aphrodise). On procédera de façon chronologique. Chaque séance accordera une large place à l'interprétation des textes des auteurs étudiés. On fera également référence aux recherches actuelles.

18Pré-requis : la connaissance du grec est souhaitable (les textes seront accompagnés d'une traduction provisoire, mais on s'intéressera principalement au grec).

Calendrier

- 27/09/2012 (Anaxagore)

- 08/11/2012 (Empédocle)

- 22/11/2012 (Platon)

- 29/11/2012 (Platon (2))

- 06/12/2012 (Aristote)

- 10/01/2013 (Stoïciens)

- 17/01/2013 (Alexandre)

Séminaire « Poésie et philosophie. Présentation de travaux »

19Responsables : Anne De Cremoux et Sylvie Galhac).

Séminaire « Le plaisir dans les traditions platonicienne et aristotélicienne »

20Responsables : Michel Crubellier, STL ; Annick Jaulin, Paris I et Cristina Cerami, UMR SPHERE). Mensuel.

Séminaire « Études humiennes »

21Responsable : Eléonore Le Jallé). Mensuel.

Programme

22Mardi 9 octobre 2012 : « Comprendre la décision sceptique : l’approche par la way of ideas » (Thomas Claisse, doctorant STL)

23Mardi 13 novembre 2012 : « Scepticisme et morale chez Hume » (Eléonore Le Jallé, STL)

24Mardi 4 décembre 2012 : « Le traitement philosophique du sens commun chez Hume et Reid » (Benoit Gide, doctorant, ENS Lyon, laboratoire Triangle)

25Mardi 8 janvier 2013 : « Scepticisme et sociabilité dans l’oeuvre de David Hume » (Alexandre Simon, doctorant, Laboratoire Logiques de l’Agir - Université de Franche-Comté).

26Mardi 19 mars 2013 : « Qu’est-ce qu’un empirisme sceptique ? (Jean-Pierre Grima, doctorant, Laboratoire Logiques de l’Agir - Université de Franche-Comté).

27Mardi 9 avril 2013 : « « La lande désolée de la philosophie moderne », Addison, Hume et Locke sur les qualités premières et secondes » (Philippe Hamou, STL)

28Mardi 14 mai 2013 : « Hume et Kant : changement de point de vue et lutte contre les préjugés (Nicolas Osborne, doctorant STL)

29Mardi 28 mai 2013 : « Sceptical solution”. Introduction à La peste in fondo al pozzo. L’anatomia astrusa di David Hume, 2012 » (Emilio Mazza, Libera Università di Lingua e Communicazione IULM di Milano)

Séminaire « Figures du signe de l'Antiquité à l'âge classique »

30Responsables : Laurent Cesalli, Claudio Majolino et Hélène Leblanc. Mensuel.

Présentation

31Ce séminaire s’articule en deux parties, étroitement liées, l’une historique générale (« Figures du signe de l’Antiquité à l’Âge Classique »), l’autre plus centrée sur l’analyse textuelle (« Le signe dans la sémasiologie descriptive d’Anton Marty (I) »).

321ère partie : « Les figures du signe de l’Antiquité à l’Âge Classique »

33Dans la ligne inaugurée par une première journée d’étude – « Le langage : signe, sens, objet. Questions transversales entre philosophie médiévale, phénoménologie descriptive et théorie de l'objet » (mars 2011) – et dans le prolongement du séminaire et de la double journée d’étude sur le thème « Dire et vouloir dire dans les philosophies du langage médiévale et contemporaines » (2011-2012), nous projetons de continuer nos activités par un cycle de trois ans (2012-2015) centré sur les théories philosophiques du signe de l’Antiquité à nos jours. Les travaux présentés et discutés à ce jour se sont attachés à exposer et à mettre en relation des approches philosophiques visant à élucider le phénomène du sens des expressions linguistiques. Sur le plan systématique, on a mis en évidence la complémentarité féconde de la philosophie de l’esprit et de l’ontologie dans l’effort de rendre compte adéquatement de la nature et du fonctionnement du langage. Quant à la dimension historique, elle a révélé à la fois les similitudes manifestes et les écarts irréductibles existant entre les théories du passé et celles qui appartiennent à la philosophie contemporaine prise en un sens large (de la fin du XIXe siècle à nos jours). Le Desiderat der Forschung qui est à l’origine de nos activités s’en est trouvé à la fois renforcé et précisé : il s’agit maintenant d’approfondir la compréhension et la comparaison des théories en présence.

34Les journées d'étude précédemment organisées ont fait émerger la nécessité de creuser en particulier l’héritage de la fin du Moyen Âge et de l’Âge Classique. Alors que la période allant du XIIe au XIVe siècle a été l’objet d'un nombre conséquent d’études en philosophie du langage, les XVe et XVIe siècles demeurent encore largement à explorer. D’autre part, l'Âge Classique en tant que tel constitue une période faste de synthèses apportant sur la question du signe des distinctions d’un raffinement poussé à l'extrême. Il s’agit en cela d’une passerelle incontournable au coeur de laquelle sont produits les manuels tels que ceux de Suarez et de Port-Royal, où iront puiser, de façon plus ou moins explicitée, les auteurs de l’époque contemporaine. Il importera particulièrement de mettre en valeur la pluralité des auteurs de cette période, la place prépondérante de Suarez dans l’historiographie contemporaine ayant quelque peu masqué la complexité de cette période.

352ème partie : « Le signe dans la sémasiologie descriptive d’Anton Marty (I) » (Atelier autour de la théorie du signe d’Anton Marty)

36Anton Marty est l’une des figures centrales de la philosophie dite “autrichienne”. Son oeuvre majeure, les Untersuchungen zur Grundlegung der allgemeinen Grammatik und Sprachphilosophie (1908) réalise le projet d’une « sémasiologie descriptive », ce par quoi il faut entendre une théorie de la signification, ou encore, comme le suggère le titre lui-même, une grammaire générale. Au coeur de ce projet, on trouve une caractérisation du signe et une classification de ses fonctions qui, en raison de leur complexité doctrinale ainsi que de la richesse de leurs sources anciennes et médiévales, méritent d’être étudiées en détail. De fait, si la pensée de Marty est clairement d’inspiration brentanienne et se confronte constamment avec la phénoménologie du langage de Husserl, elle se construit également en dialogue avec la tradition en un sens très large : les sources grecques antiques, scolastiques et modernes sont présentes et Marty en fait un usage à la fois libre et révélateur, d’où l’intérêt de ponctuer un panorama transhistorique des théories du signe par des ateliers centrés sur ce qui est sans doute l’une des tentatives les plus poussées de produire une philosophie du langage compréhensive. Le but de cet atelier sera de réunir quelques-uns des participants aux activités de recherche précédentes autour d’un choix de textes centraux tirés des Untersuchungen de Marty.

Calendrier

3727 septembre 2012 ;

3823 novembre 2012 ;

3911 décembre 2012 (séance double)

40Atelier : 27 et 28 juin 2012.

Groupe de travail « Avec Foucault »

41Responsable : Philippe Sabot. Mensuel.

Présentation

42Ce séminaire est destiné à développer les activités menées au sein du groupe de travail « Avec Foucault » en 2012. Il s’agit d’une part de poursuivre la démarche de présentation de travaux en cours afin de permettre aux chercheurs travaillant sur, avec ou même à partir de Foucault, de confronter leurs recherches. Mais il s’agit d’autre part de créer, au sein même de ce collectif de recherches foucaldiennes, un espace de travail et de problématisation des concepts foucaldiens, interrogés à partir de sites précis : le savoir, la vérité, le sujet, la sexualité, l’histoire, la fiction…

Programme

43Jeudi 18 octobre 2012 : Philippe Sabot (Lille 3 / UMR STL) : « Foucault, Merleau-Ponty et la phénoménologie »

44Jeudi 15 novembre 2012 : Lucien Vinciguerra (Lille 3 / UMR STL) : « Foucault et les mathématiques. À partir des Mots et les choses »

45Jeudi 29 novembre 2012 : Daniele Lorenzini (Université Paris Est – Créteil / EA « Lettres Idées Savoirs ») : « Le concept de « régimes de vérité » entre épistémologie, éthique et politique »

46Jeudi 13 décembre 2012 : Julie Mazaleigue-Labaste (UPJV Amiens / Centre d’Histoire des Sociétés, des Sciences et des Conflits) : « Foucault et Sade : sur, contre, avec Sade ? »

47Jeudi 17 janvier 2013 : Dork Zabunyan (Lille 3 / CEAC) : « Foucault et le cinéma : faire passer de l’histoire »

48Jeudi 31 janvier 2013 : Ivan Ponton(Lille 3 / UMR STL) : « Le dispositif de sexualité »

49Jeudi 7 mars 2013 : Philippe Chevallier (BNF Paris) : « Foucault et le christianisme »

50Jeudi 28 mars 2013 : Stéphane Zygart (Lille 3 / UMR STL) : sur Le Pouvoir psychiatrique.

51Jeudi 11 avril 2013 : Luca Paltrinieri (CIRP / CIEPFC ENS-Paris ) : « L’usage de la fiction chez Foucault (histoire, littérature, politique) ».

Atelier de philosophie britannique « La philosophie et les savoirs »

52Co-organisateurs : Philippe Hamou, STL/Lille III et Robert Mankin, Paris VII. Mensuel, Paris, Institut d’Études Anglophones.

Présentation

53L’Atelier de philosophie britannique, après deux années consacrées au « gouvernement de l’esprit » se poursuit cette année sur un thème nouveau. Nous étudierons la manière dont la philosophie britannique classique (de Bacon à Hume et aux philosophes écossais du XVIIIe siècle) a représenté son propre rapport aux sciences et aux « savoirs » constitués – au nombre desquels on doit compter toutes les dimensions nouvelles du savoir empirique déposé dans les récits de voyageurs, les histoires naturelles ou morales, les manuels et recueils d’instructions techniques. Que la philosophie prenne en charge la cartographie des savoirs comme dans Advancement of Learning de Bacon ou les projets encyclopédique du XVIIIe siècle, qu’elle s’inspire de leurs méthodes, qu’elle s’installe en position de critique des savoirs, ou se propose, tel l’underlabourer de Locke, de préparer le chemin à la science en écartant les obstacles sur sa route, qu’elle accompagne la naissance de nouveaux savoirs (l’économie politique dans l’oeuvre d’Adam Smith) ou sanctionne la disparition d’autres, la philosophie britannique fut dans un rapport d’échange constant avec les différents ordres de savoirs qui se déploient à ses côtés, lui fournissent son matériau et communiquent à travers elle. Pour une large part, la « philosophie » elle-même, et le philosophe qui la pratique, conquièrent leur identité et leur spécificité dans cette confrontation.

Séminaire de lecture de Philosophy in a New Key de Susanne Langer

54Responsables Holger Schmid, STL et Anne Boissière, CEAC. Mensuel.

Présentation

55Susanne K. Langer publie Philosophy in a New Key, A study in the Symbolism of Reason, Rite, and Art en 1942 aux Etats-Unis, son premier grand ouvrage de philosophie qui aura un retentissement considérable sur le territoire américain. Partant du renouveau de la philosophie qu’elle voit s’amorcer depuis 1900 avec la logique symbolique, Susanne Langer se propose d’intégrer un faisceau de questions qui relèvent d’une toute autre tradition de pensée, à savoir le mythe, le rite et le sacré, ce qui l’amène aussi à aborder l’art de la musique. Tout au long de son oeuvre jusqu’à son dernier grand livre Mind, la philosophe ne cessera d’élaborer, d’approfondir voire de déplacer les problèmes soulevés dans l’ouvrage phare de 1942. Notre séminaire propose une lecture problématique et critique de cet ouvrage, qui nous paraît à plusieurs titres constituer un terrain de recherche légitime et novateur, et de surcroît formateur pour un public de doctorants (voire de Master 2).

56C’est tout d’abord l’occasion de découvrir et de travailler une pensée philosophique puissante, qui n’a encore en France que de pâles échos. L’activité du séminaire consistera principalement en une confrontation avec le texte anglais, lu et/ou traduit, assorti d’un commentaire philosophique en français. Des passages significatifs seront choisis de manière à parcourir l’ensemble dans ses moments les plus saillants.

57La lecture et l’interprétation seront guidées par la matrice d’un questionnement comme suit.

58Il y a, tout d’abord, la question majeure du symbolique, dans la mesure où Susanne Langer introduit une distinction entre symbole discursif et présentationnel, le projet étant de compléter la sphère du symbolique laissée selon elle incomplète par les travaux dans la philosophie de la logique et du langage. Il faudra, d’abord, explorer ce projet en lien avec les grandes mutations du début du siècle dans la philosophie. Mais l’idée serait aussi de situer cette approche par rapport à d’autres démarches auxquelles Susanne Langer se réfère, notamment la philosophie des formes symboliques de Ernst Cassirer et la psychanalyse de Freud.

59Nous nous intéresserons par ailleurs à la place qu’occupe l’art, dans un questionnement philosophique qui englobe également et surtout l’ancien adversaire ou corrélat de la raison, le mythe. Il faudra entre autres se pencher sur certains soupçons d’une pensée prétendument surannée, certes florissante dans les années cinquante, mais éclipsée par le devenir de l’art depuis ces mêmes années d’un côté, et de l’autre par le développement de théories du symbolique concurrentes ; un exemple bien connu en France aujourd’hui étant Nelson Goodman. Est impliquée dans notre démarche un regard sur le moment historique, au plan de l’art, du New York des années quarante.

60Notre projet est donc aussi d’évaluer le poids et l’actualité de cette pensée.

Séminaire « Les usages de la phénoménologie, 1. Temps vécu et temps cosmique »

61Responsables : François De Gandt et Claudio Majolino. Mensuel.

Séminaire doctoral transfrontalier (SDD)

62Responsable : Christian Berner. Quatre séances d'une journée, en novembre, février, mars et mai, alternativement à Namur, Lille, Liège et Bruxelles (ULB).

Séminaire interdisciplinaire « L'interface sémantique-pragmatique : perspectives linguistiques, logiques et philosophiques »

63Responsable : Ilse Depraetere. Un mercredi par mois toute la journée, de janvier à mai.
Présentation, programme et références téléchargeables en annexe.

Groupe de travail « Philosophie des mathématiques »

64Responsables : Giuseppina Ronzitti et Tero Tulenheimo En quinzaine.

Groupe de travail « Logique »

65Responsable : Tero Tulenheimo

Groupe de travail sur « La logique de Kant »

66Responsable : Christian Berner ; organisateur : Nicolas Osborne.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Séminaires et Groupes de travail (2012-2013) », Methodos [En ligne], 13 | 2013, mis en ligne le 10 octobre 2017, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://methodos.revues.org/3225

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • Revues.org