Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Compte rendu de : Ronan de Calan, Généalogie de la sensation. Physique, physiologie et psychologie en Europe, de Fernel à Locke, Paris, Honoré Champion, 2012

Bernard Joly
Référence(s) :

Paris, Honoré Champion, 2012

Texte intégral

1Vers la fin du XVIIe siècle, les dictionnaires expriment bien l’embarras général devant le terme « sensation ». Ainsi Furetière, en 1690, définit la sensation comme « Action des sens, ou plutôt de l’âme, qui est émue par les impressions qu’ils ont souffertes. La plus grande difficulté de la Philosophie, poursuit-il, est d’expliquer la sensation, comment les objets corporels peuvent agir sur l’âme qui est spirituelle. » Quatre ans plus tard, le dictionnaire de l’Académie française exprime lui aussi sa perplexité : la sensation est une « impression que l’âme reçoit des objets par les sens. Il est difficile d’expliquer comment la sensation se fait. Ce terme n’a d’usage que dans le dogmatique. » Richelet, dans son Dictionnaire de 1681, affirmait déjà que le terme « se dit dans les matières philosophiques. » En rappelant ces définitions dès l’introduction de son ouvrage, Ronan de Calan met en évidence le caractère hautement problématique d’un terme qui est à l’époque une nouveauté, puisque, après quelques rares occurrences au XIIIe siècle, il ne commence vraiment à être utilisé qu’à partir du milieu du XVIIe siècle, qu’il s’agisse de la forme latine de sensatio ou de l’équivalent français. Cette émergence d’un nouveau terme signale bien sûr une nouveauté théorique dans la manière de penser l’activité des sens, en rupture progressive avec la doctrine scolastique des espèces. Mais le terme reste porteur des problèmes liés à la problématique correspondance d’une physique, d’une physiologie et d’une psychologie, dont l’articulation est encore aujourd’hui au cœur des débats du « mind-body problem ».

2Ronan de Calan entreprend donc une vaste étude généalogique de la sensation, qui constitue la première étape d’un projet plus vaste consacré à la genèse des empirismes modernes. Son hypothèse est en effet que les clivages qui apparaissent entre les doctrines de la sensation au XVIIe siècle annoncent les différentes facettes des philosophies empiriques du XVIIIe siècle, que l’on aurait tort de considérer comme formant un tout unifié. Il montre ainsi comment se succèdent et entrent en concurrence trois modèles, qu’il appelle météorologique, mécanique et chimique, le premier représenté par Campanella, le second bien sûr par Descartes, mais aussi Beeckman, et le troisième par Boyle et Locke. Mais il lui faut au préalable, et c’est l’objet des deux premiers chapitres, montrer comment les progrès de la physiologie au XVIe siècle ont rendu possible l’idée même de sensation, à travers les travaux de Fernel, qui introduit une conception méréologique, doctrine du tout et des parties qui permet de développer l’analyse de chaque organe des sens en considérant la sensation comme une fonction dont les organes sont les instruments. Zwinger, dont la Physiologia Medicina de 1610 traite de la sensation en termes de physiologie des organes des sens, puis des nerfs, synthétise en quelque sorte les travaux des médecins et permet d’aboutir à ce qui est au cœur des nouvelles hypothèses : en recherchant la nature du mouvement qui agite les organes des sens selon une causalité mécanique, on renonce à la doctrine scolastique de la transmission des espèces.

3C’est avec le De sensu rerum et magia de Campanella en 1613 qu’apparaît la première doctrine d’ensemble de la sensation : le sens n’est plus le réceptacle de formes sensibles sans matière, mais un organe qui fonctionne par contacts d’émanations des choses matérielles. C’est la thèse de l’antipéristase qui est ici à l’œuvre, selon laquelle les mouvements des parties de la matière, mais aussi des qualités sensibles, sont des échanges simultanés de lieu, sans qu’il soit nécessaire de postuler de vide. L’antipéristase est donc le modèle de tous les phénomènes de la physique sublunaire, et c’est en ce sens que la sensation s’inscrit dans un modèle météorologique. S’inspirant des travaux de Telesio, Campanella accorde la sensation à tous les corps et à tous les éléments, par le biais de la circulation d’un spiritus animalis matériel dont le médecin paracelsien Petrus Severinus a forgé le concepts dans l’Idea medicinae philosophicae de 1571. Campanella peut ainsi supposer une autonomie de la sensation, qui s’effectue au niveau même de la matérialité du sens, sans lien nécessaire avec le cerveau ou le système nerveux. Mais en même temps, il construit une histoire de l’esprit qui fait songer à celle de Condillac, chaque faculté, mémoire, imagination, intellect, émergeant progressivement de la sensation : tout commence donc bien par la sensation, évènement inaugural de la vie de l’esprit.

4Le mécanisme cartésien apporte bien sûr un tout autre modèle de la sensation. Mais là où le « pan-sensime » de Campanella se présentait comme une solution, le dualisme cartésien fait de la sensation un problème, en rompant la continuité entre la physique et la physiologie d’une part, la psychologie d’autre part : le sensible devient le lieu d’une composition dont l’union des termes reste énigmatique. De Calan montre bien la dette de Descartes à l’égard  de Beeckman, qui donne un rôle central aux esprits animaux matériels qui remplissent les vaisseaux et communiquent le mouvement. Mais le mathématiciens hollandais donne au processus de la sensation une continuité matérielle que Descartes ne reprend bien sûr pas à son compte. On connaît en effet la théorie du signe ou du code qu’il expose dans les Regulae, et qui implique une solution de continuité entre la géométrie de la matière et de l’étendue corporelle et la théorie de l’âme, rupture qui n’est surmontée que par une théorie de l’union, sémiologie qui ne laisse pas de place à une doctrine unifiée de la sensation. De Calan fait d’ailleurs observer que Descartes réserve le mot sensation aux pensées confuses produites dans l’esprit par certains mouvements du corps.

5Les successeurs de Descartes, comme Regius ou Cordemoy, ne peuvent se satisfaire d’une telle situation ; ils abandonnent le lexique cartésien du signe au profit d’une correspondance entre les mouvements du corps et les perceptions de l’âme. C’est en intégrant des éléments empruntés à l’adversaire privilégié de Descartes qu’ils parviennent à reconstituer une théorie de la sensation. C’est en effet avec Gassendi qu’apparaît ce que l’auteur appelle une théorie chimique de la sensation, qui recompose le champ de la physique aussi bien que de la psychologie en renonçant à la théorie géométrique qui aboutit à la doctrine du code au profit d’une analyse chimique. Gassendi, en effet, renonce à l’identification de la matière et de l’étendue, en ne voyant dans l’étendue qu’une réalité imaginaire qui se distingue de la matière. A la structure géométrique des corps matériels, il substitue une composition moléculaire des atomes qui se caractérise par l’indivisibilité, l’impénétrabilité et une force intrinsèque. La sensation est alors le mode d’accès aux composés moléculaires qui constituent les qualités sensibles, les atomes étant insensibles. Chaque sensation se trouve ainsi déterminée par la structure moléculaire de la qualité considérée, qui correspond à la physiologie du sens qui la reçoit. Il n’y a là ni représentation (comme dans les simulacres épicuriens ou les espèces intentionnelles de la scolastique), ni codage institué par la nature comme chez Descartes, mais présence de la réalité physique dans le sens. A ce transfert de l’objet au sens correspond alors un nouveau transfert, du sens au cerveau, qui met désormais en jeu les esprits animaux, sans que soit rompue la continuité physique. Les sensations sont alors englobées dans une faculté plus large, qui les intègre et les coordonne, et qui est l’imagination.

6Hobbes, de son côté, met en place une théorie du « phantasme », production de l’action mécanique des parties des organes par lesquels nous percevons. La sensation est pour lui une réaction, résistance du corps à l’objet qu’il perçoit, avec accompagnement de la mémoire et de l’imagination qui donnent au phantasme sa durée. Une telle thèse, que De Calan rapproche un peu artificiellement de celle de Gassendi, n’aura pas le retentissement des travaux de ce dernier. Descartes, en limitant les rapports matériels au mouvement local, n’accordait pas suffisamment d’importance aux ensembles complexes que peuvent être les agrégats, et par conséquent à la génération et au fonctionnement des corps biologiques. C’est donc l’héritage gassendiste en Angleterre, par l’intermédiaire de Digby et de Charleton, qui va permettre la constitution de l’empirisme anglais, sur la base de cette « chimie moderne » que serait une théorie générale des agrégats, pour laquelle les effets de composition diffèrent qualitativement des rapports de figure et de mouvement. C’est chez Boyle que cette théorie prend forme, en particulier dans The Origine of Formes and Qualities de 1666. L’équivalence désormais affirmée entre les phénomènes et les qualités, sans qu’il soit nécessaire de faire intervenir une instance supérieure telle que l’imagination, donne à la sensation le statut de terminus ad quem de la philosophie naturelle. C’est bien sûr dans cette voie que s’orientera bientôt Locke.

7S’appuyant sur une distinction mise en place par André Charrak dans Contingence et nécessité des lois de la nature (Paris, Vrin, 2006), de Calan montre alors comment se dessinent deux empirismes, celui de la genèse, qui fonde sur la sensation une conception de la phénoménalité, selon un modèle chimique, et celui de la constitution, appuyé sur un modèle mécanique, qui fonde sa compréhension de la phénoménalité sur l’imagination, mais dont la dimension épistémologique efface les théories de la sensibilité.

8Nous n’avons pu présenter ici qu’un très mince aperçu du parcours passionnant et d’une grande érudition que nous offre Ronan de Calan, en nous présentant une exploration détaillée de la naissance des empirismes et de leur distinction à partir du rôle accordé à une théorie de la sensation. On regrettera certes un usage un peu flou de la notion de « modèle chimique », dont on voit bien toute l’importance lorsqu’il s’agit de prendre ses distances avec la conception géométrique de la matière, mais qui repose sur une conception d’une « chimie moderne » incarnée par Boyle que récuserait aujourd’hui la plupart des historiens de la chimie. Manquent en effet les références à une histoire des formations moléculaires dans une chimie qui n’a pas attendu Boyle pour manifester son intérêt pour la formation corpusculaire de la matière et le statut des qualités élémentaires. Mais cette réserve n’enlève bien sûr rien au grand intérêt de cet ouvrage qui offre sur la constitution du concept de sensation et sur les conditions de l’émergence des empirismes au XVIIe siècle des analyses tout à fait nouvelles et d’une grande fécondité qui feront le bonheur des historiens des sciences et de la philosophie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Joly, « Compte rendu de : Ronan de Calan, Généalogie de la sensation. Physique, physiologie et psychologie en Europe, de Fernel à Locke, Paris, Honoré Champion, 2012 », Methodos [En ligne], 13 | 2013, mis en ligne le 22 mars 2013, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://methodos.revues.org/3213

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • Revues.org