Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Compte rendu de : Pierre Souffrin, Ecrits d’Histoire des sciences, (éd. Michel Blay, Francesco Furlan, Michela Malpangotto), Les Belles Lettres, l’Age d’or, 2012

Jean Celeyrette
Référence(s) :

Paris, Les Belles Lettres, l’Age d’or, 2012

Entrées d’index

Mots-clés :

histoire des sciences

Keywords :

history of science
Haut de page

Texte intégral

1Pierre Souffrin a occupé une place singulière parmi les historiens des sciences. Astrophysicien de formation, il a très tôt été conscient de l’enjeu que constituait l’acquisition par les scientifiques d’une culture en histoire des sciences. Il a alors créé et animé pendant de longues années le séminaire d’épistémologie et d’histoire des sciences de Nice où ont été invités les meilleurs spécialistes de la discipline. Le passage d’une formation scientifique à une discipline comme l’histoire des sciences ne va pas de soi : le risque de contre-sens, principalement d’anachronisme, par manque de méthode historique et ignorance de la philologie est grand. P. Souffrin, lui, a pris une position originale : celle du critique impitoyable de ses collègues qui pratique une lecture scrupuleuse des textes. Et il n’a pas choisi la facilité puisqu’il a pris comme objets d’étude les textes les plus célèbres, donc les plus commentés, d’Archimède, de Nicole Oresme, de Galilée etc, ses victimes étant rien moins que Mugler, Anneliese Maier, Marshall Clagett, W.L. Wisan, Paolo Galluzzi etc., alors qu’il est évidemment plus « rentable » universitairement de s’intéresser à des textes, a fortiori des auteurs, peu connus. Se consacrer à la lecture et à l’analyse de la littérature critique classique, prend un temps considérable, le résultat est très aléatoire et quand il est atteint ce n’est jamais à la première tentative, c’est pourquoi les travaux de P. Souffrin n’ont pas tous été édités et sont parfois simplement conservés sous forme de notes ou de brouillons rédigés en vue de conférences. Mais ils ont été de la plus grande utilité et la plupart de ses critiques sont maintenant acceptées par la communauté scientifique.

2Les éditeurs, en rassemblant des écrits parfois répétitifs, subsistant sous les formes les plus variées, ont accompli un travail difficile mais particulièrement appréciable pour tous ceux qui s’intéressent à l’enseignement et la recherche en histoire des sciences.

3Il est impossible dans les limites d’un compte-rendu de donner en détail les arguments donnés par P. Souffrin pour procéder à ces remises en question. Disons simplement qu’ils s’appuient toujours sur des analyses linguistiques précises et une prise en compte soigneuse du contexte scientifique dans lequel les textes ont été élaborés. On se bornera à en donner quelques exemples.

4A propos d’Archimède d’abord, l’édition Mugler présente la genèse de la quadrature de la parabole comme résultant d’une intuition vérifiée par les pesées matérielles des figures, segment de parabole et triangle, puis démontrée exactement, mathématiquement. Mugler considère clairement que pour Archimède les considérations de statique qui figurent au début de la preuve étant étrangères à la géométrie, la démonstration qui en résulte n’est pas rigoureuse, et que seule la méthode d’exhaustion permet une démonstration correcte car mathématique. P. Souffrin montre que l’intuition dont parle Archimède n’a aucun rapport avec des pesées de figures matérielles. Les pesées auxquelles il fait allusion sont des expériences de pensée basées sur des considérations purement géométriques, qui débouchent sur une démonstration statique parfaitement rigoureuse. En fait, lorsqu’Archimède fait allusion à une intuition ayant un caractère heuristique il parle simplement du recours aux lignes indivisibles exposé dans sa Méthode.

5Toujours à propos d’Archimède, P. Souffrin reprend en détail l’analyse de Berggren du traité De l’équilibre ou des centres de gravité des figures planes qui concluait qu’aucune définition du centre de gravité ne figurait dans le livre I du traité ; ceci amenait Berggren à supposer l’existence d’un traité antérieur qui ne nous serait pas parvenu. Une analyse détaillée du vocabulaire des axiomes et d’une proposition de ce livre I permet à P. Souffrin de conclure, en supposant une probable corruption du texte, que la définition en question y figure bien.

6Mais c’est à propos de la notion de vitesse au Moyen Âge, plus particulièrement chez Oresme que l’apport de P. Souffrin est le plus connu.

7Il montre d’abord pour quelles raisons le fait de voir dans le De configurationibus qualitatum les prémisses de la géométrie analytique est un contre sens. La conclusion ne souffre plus aujourd’hui de discussion mais la démonstration qu’en fait P. Souffrin est particulièrement claire. Il en est de même de ses considérations sur la notion de degré de vitesse mise en oeuvre dans la troisième partie du même traité.

8Mais c’est sa réfutation, dans plusieurs articles,  de ce qu’il appelle « la pseudo-dénomination médiévale de ‘velocitas totalis’ » qui est la plus connue. On sait que la critique traditionnelle de Duhem à M. Clagett, en passant par A. Maier, a cru trouver dans le De configurationibus qualitatum une notion de velocitas totalis correspondant à peu près à la vitesse moyenne, qui aurait été le concept cinématique de base pour des médiévaux qui ne pouvaient parler de vitesse instantanée puisqu’ils ne disposaient pas du calcul différentiel. P. Souffrin analyse très finement les occurrences de velocitas dans ce traité pour conclure que ce terme est en général synonyme de motus, qu’il s’agit donc d’une res successiva, et que l’adjectif totalis quand il lui est accolé, ce qui est exceptionnel, ne renvoie nullement à une vitesse moyenne mais désigne la totalité du mouvement, que ce mouvement soit local, qualitatif ou quantitatif. Depuis les publications de P. Souffrin la prise en compte d’autres textes d’Oresme, notamment des Questions sur la Physique a confirmé son analyse.

9De plus, P. Souffrin montre que cette notion holistique de vitesse, qui, encore une fois, repose d’une part sur l’équivalence des deux mots ‘velocitas’ et ‘motus’ et d’autre part sur la prise en compte de la totalité du mouvement, est encore présente dans les de motu antiquiora de Galilée.

10P. Souffrin est également revenu sur le fameux chapitre 25 de la seconde partie du Livre du ciel et du monde où Oresme après avoir longuement réfuté tous les arguments rationnels donnés pour prouver l’immobilité de la terre finit par conclure que la terre est néanmoins immobile et que le ciel se meut. Après ces réfutations particulièrement détaillées, la conclusion que donne Oresme a paru paradoxale à nombre de critiques. P. Souffrin explique qu’il n’y a là aucun paradoxe, l’objectif du chapitre étant simplement de montrer que l’immobilité de la terre n’est pas prouvable rationnellement. La comparaison avec Buridan est parfaitement éclairante puisque si ce dernier réfute certains arguments classiques pour l’immobilité de la terre, contrairement à Oresme il en accepte d’autres. La prise en compte d’autres commentaires contemporains au Traité du ciel d’Aristote confirme la thèse de P. Souffrin.

11Son analyse de la fameuse théorie des marées de Galilée, théorie considérée trop rapidement comme fausse, l’a amené à réfléchir sur la notion de fausseté d’une théorie scientifique. Certes Galilée a considéré le mouvement de la terre comme seule cause des marées, et n’a évidemment pas fait intervenir l’attraction de la lune si bien que sa théorie n’est pas exacte. Elle n’est pas fausse pour autant car P. Souffrin montre que le mouvement de la terre est bien aussi une des causes des marées. Il a d’ailleurs construit une machine qui l’illustre.

12On n’a donné là que de brefs aperçus des travaux de P. Souffrin. Même si aujourd’hui la plupart de ses mises au point critiques sont admises, ses Ecrits d’histoire des sciences donnent à tous leurs lecteurs, spécialistes ou non d’histoire des sciences, une remarquable leçon de méthode.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Celeyrette, « Compte rendu de : Pierre Souffrin, Ecrits d’Histoire des sciences, (éd. Michel Blay, Francesco Furlan, Michela Malpangotto), Les Belles Lettres, l’Age d’or, 2012 », Methodos [En ligne], 13 | 2013, mis en ligne le 07 mars 2013, consulté le 22 août 2017. URL : http://methodos.revues.org/3165

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • Revues.org