Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Compte rendu de Nicolas de Cues, Le traité du béryl tome 1 (texte, traduction et notes de Maude Corrieras), Paris, Editions Ipagine, 20101

Jean Celeyrette
Référence(s) :

Paris, Editions Ipagine, 2010

Entrées d’index

Keywords :

Nicholas of Cusa
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Noté dans la suite : Le traité du béryl. La traductrice annonce un tome II consacré au commentaire (...)
  • 2  Nicolai de Cusa Opera omnia, Leipzig- Hamburg, 1932 ss.
  • 3  On signalera en particulier Kurt Flasch, Initiation à Nicolas de Cues, adaptation française Jacob (...)
  • 4  Jean-Michel Counet, Mathématiques et dialectique chez Nicolas de Cuse, Paris, Vrin, 2000.

1L’œuvre de Nicolas de Cues est à la disposition de la communauté scientifique depuis l’édition monumentale de ses Opera omnia par l’académie de Heidelberg2, et un grand nombre de publications y ont été consacré. Depuis une vingtaine d’années l’intérêt pour cette oeuvre a été relancé notamment par les études du grand médiéviste Kurt Flasch3, et, en France, par la thèse de J.-M. Counet4 et par plusieurs traductions qui mettent à la disposition d’un public cultivé toute une série de textes du cusain. La traduction du Béryl présentée ici s’inscrit dans ce mouvement.

  • 5  Le traité du béryl, 6, p. 17.
  • 6  De docta ignorantia I, 1, 4.

2On sait que la théologie de Nicolas de Cues se situe en rupture avec la scolastique traditionnelle, à l’exception de la théologie négative de Maître Eckhart mais de la façon suivante : Dieu, certes est inconnaissable, mais il a créé et disposé ce monde pour permettre au docte de voir par ses propres moyens l’esprit qui est à son origine. Nicolas peut ainsi reprendre la formule de Protagoras : « ‘L’homme est la mesure de toutes choses’. Car avec les sens il mesure les choses sensibles, avec l’intellect les choses intelligibles, et les choses qui sont supra intelligibles il les atteint par voie de dépassement »5. Ce dépassement est décrit à l’aide d’une image géométrique : « le rapport de la raison à la vérité est comparable à celui du polygone au cercle6 », le passage de l’un à l’autre se faisant par la multiplication des sommets à l’infini, multiplication qui est hors du domaine de la raison puisqu’elle est limitée au fini. Finalement la vision de Dieu nécessite autre chose que les sens et la raison et c’est cette autre chose qu’il a appelé le Béryl (pierre à partir de laquelle on fabriquait les lunettes) et qui donne son titre à l’ouvrage.

  • 7  De docta ignorantia I, 4, 11.
  • 8  Le traité du béryl 15, p. 29.

3Nicolas annonce d’abord qu’il a écrit ce traité pour expliquer une fois de plus le sens qu’il donne à la notion de coïncidence des opposés introduite dans La docte ignorance. En Dieu cette coïncidence signifie que Dieu qui est l’Etre par excellence, donne l’être à tout ce qui est ; et même « il est tout ce qui peut être7 », et s’il est le maximum il est aussi le minimum (et tous les intermédiaires), c’est-à-dire qu’en lui le maximum coïncide avec le minimum. Mais particulièrement dans Le Béryl, Nicolas insiste sur le fait que cette coïncidence est valable aussi dans les choses créées : dans celles-ci aussi, au prix d’un dépassement des raisonnements usuels, les opposés coïncident. L’exemple qui est pris est une fois de plus géométrique : si une baguette rectiligne ab est pliée en deux en son milieu c et si la partie cb tourne, tous les angles possibles seront formés, mais tous présupposent la ligne ab qui est leur principe ; l’angle minimum, comme aussi le maximum, étant atteint quand la partie cb coïncide avec la ligne d’origine. Si bien que « dans tout angle nous voyons négativement le maximum, que nous savons exister, mais qui n’est pas l’angle représenté, et nous savons que l’angle maximal en même temps que minimal est l’entière totalité et la perfection de tous les angles qui peuvent être formés »8,  et, nous l’avons dit c’en est le principe.

  • 9  Le traité du béryl 21, p. 37.

4Dans la suite du traité Nicolas semble laisser de côté son propos initial et revenir au dépassement des sens et de la raison nécessaire pour la vision de Dieu. Là encore il prend une image géométrique celle de l’indivisibilité du point. Cette indivisibilité peut être considérée comme l’image, ou  similitude, de l’Un qui serait la vérité indivisible et incommunicable. Et il précise qu’il ne s’agit que d’une image et que« le point, qui est une indivisibilité communicable dans le continu, n’est pas l’Un »9. Quant à la ligne, elle participe de l’indivisibilité du point parce qu’elle n’est pas divisible selon la largeur et la profondeur ; il en est de même de la surface puis du corps. La raison nous dit alors que la ligne participe davantage de l’indivisibilité du point que la surface, et la surface que le corps. Et à partir de cette gradation on peut s’élever à la considération de ce qui est parfaitement indivisible et incommunicable, c’est-à-dire la vérité.

  • 10  Le traité du béryl, p. 7.
  • 11  Nicolas de Cues, Trialogus de possest, (texte lat. trad. et notes Pierre Caye, David Larre, Pierre (...)

5D’autres illustrations du même type sont données. Cela suffit-il à dire, comme le fait la traductrice en suivant Kurt Flasch, que « le Traité du béryl propose une science coïncidentale annonçant le programme d’une physique nouvelle, dépassant la physique aristotélicienne, où tout peut être cherché et connu »10 ? Sur ce point le rapporteur se permet d’émettre quelques réserves car, même si Nicolas revendique pour la coïncidence un caractère d’universalité, les exemples choisis sont pratiquement tous des exemples géométriques du type de ceux que nous avons cités. Et cela est justifié par le fait qu’il fait jouer un rôle privilégié aux analogies mathématiques : « Si donc nous avons bien compris, nous ne tenons rien de certain en notre science sinon notre mathématique, et celle-ci est l'énigme qui nous met en chasse des œuvres de Dieu. C'est pourquoi, les grands hommes s'ils ont dit quelque chose de grand, l'ont fondé sur une analogie mathématique : ainsi les espèces se rapportent les unes aux autres comme les nombres, et le sensible est dans le rationnel comme le triangle dans le quadrilatère etc »11. Peut-on dire pour autant qu’il y a là un programme d’étude de la science naturelle ? Il faudrait prendre alors le mot « programme » en un sens très large.

6De même il paraît pour le moins excessif de qualifier le traité d’ « exposé clair et concis d’une méthode de connaissance » car il est plutôt moins clair et beaucoup moins bien construit que le de docta ignorantia. Et les références aux autorités, ici particulièrement  nombreuses, et évidemment sollicitées, elles n’éclairent pas particulièrement l’exposé. En revanche, elles pourraient bien être destinées à faire accepter par les destinataires du traité, les moines de Tegernsee, des raisonnements pour le moins hétérodoxes.

7Mais toutes ces remarques portent sur le traité de Nicolas et non sur la traduction proposée dont l’utilité ne se discute pas. Les choix qui y sont faits sont cohérents avec ceux de J. Schmutz et M. Correiras dans Initiation à Nicolas de Cues, à quelques néologismes près calquant le vocabulaire de Nicolas (par exemple intelligentiel rendant intelligentialis). Toutes les références indispensables sont données en note, les commentaires plus détaillés devant être donnés dans le second tome annoncé, ce qui est un choix compréhensible vu la difficulté du texte du cusain.

8En conclusion la traduction proposée du Traité du béryl est une aide estimable à la compréhension de la démarche de Nicolas de Cues, sans que pour autant ce traité puisse se substituer aux grands textes que sont La docte ignorance, l’Art des conjectures voire le De possest ou le De Non-aliud.

Haut de page

Notes

1  Noté dans la suite : Le traité du béryl. La traductrice annonce un tome II consacré au commentaire détaillé du traité.

2  Nicolai de Cusa Opera omnia, Leipzig- Hamburg, 1932 ss.

3  On signalera en particulier Kurt Flasch, Initiation à Nicolas de Cues, adaptation française Jacob Schmutz et Maude Correiras, Fribourg, Academic Press Fribourg, Paris, Editions du Cerf, Vestigia 36, 2008.

4  Jean-Michel Counet, Mathématiques et dialectique chez Nicolas de Cuse, Paris, Vrin, 2000.

5  Le traité du béryl, 6, p. 17.

6  De docta ignorantia I, 1, 4.

7  De docta ignorantia I, 4, 11.

8  Le traité du béryl 15, p. 29.

9  Le traité du béryl 21, p. 37.

10  Le traité du béryl, p. 7.

11  Nicolas de Cues, Trialogus de possest, (texte lat. trad. et notes Pierre Caye, David Larre, Pierre Magnard, Frédéric Vengeon ; prés. Pierre Magnard), Paris, Vrin, 2006 ; p. 73-75.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Celeyrette, « Compte rendu de Nicolas de Cues, Le traité du béryl tome 1 (texte, traduction et notes de Maude Corrieras), Paris, Editions Ipagine, 2010 », Methodos [En ligne], 13 | 2013, mis en ligne le 07 mars 2013, consulté le 24 juin 2017. URL : http://methodos.revues.org/3163

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • Revues.org