Navigation – Plan du site
Sartre et l'Imaginaire

Autour de L’Imaginaire de Sartre : présentation

Philippe Sabot

Notes de la rédaction

Ce dossier consacré à L’Imaginaire de Sartre comprend deux études issues de la Journée d’études « Autour de L’Imaginaire de Sartre : phénoménologie, esthétique, littérature » qui a été organisée par Nathanaël Masselot et Philippe Sabot à Lille 3 en février 2011 (UMR « Savoirs, textes, langage »).

Texte intégral

1En 1940, Sartre publie L’Imaginaire qui devait former, avec l’ouvrage consacré quatre ans plus tôt à L’Imagination, une étude d’ensemble sur la Psyché humaine. Il s’agit pour le philosophe de mettre en lumière et d’interroger le rôle et la nature de l’image dans la vie psychique (pour reprendre le titre du mémoire de Diplôme d’Etudes Supérieures que Sartre avait réalisé sous la direction d’Henri Delacroix en 1927). Cette préoccupation pour l’image conduit rapidement le jeune Sartre à s’emparer des outils d’analyse fournis par la phénoménologie husserlienne en vue de dessiner les contours d’une « phénoménologie » de l’image, attentive à rendre compte à la fois des modalités différenciées d’apparition des images (selon qu’il s’agit d’images physiques ou d’images mentales par exemple) et des modalités de leur constitution intentionnelle. Dans L’Imaginaire, en particulier, Sartre s’attache à comprendre l’activité imageante de la conscience comme un mode original et fondamental d’intentionnalité par lequel s’opère la liaison du sujet et du monde.  Si la conscience est toujours « intention vers quelque chose », quelles sont les modalités intentionnelles de la vie de la conscience lorsque celle-ci se rapporte à de l’irréel, voire constitue de l’irréel ? En posant cette question, Sartre engage donc une réflexion novatrice sur la manière dont, par son activité propre, la conscience dévoile la possibilité d’un « monde imaginaire ». Il apparaît alors que la faculté imageante n’a rien de contingent et qu’elle s’identifie au contraire au pouvoir transcendantal de la conscience elle-même qui la porte sur ce qui n’est pas elle et par rapport à quoi elle exerce sa capacité de néantisation. La conscience imageante, productrice d’imaginaire, se découvre ainsi « néant de soi-même par rapport au monde » en même temps qu’elle découvre le « néant du monde par rapport à soi ». Etudier l’imaginaire revient ainsi, pour Sartre, à analyser l’être de la conscience elle-même en tant que cet être se résout dans une activité intentionnelle de l’ordre de la transcendance du donné. L’Imaginaire prépare en ce sens les thèses défendues quelques années plus tard par Sartre dans L’Être et le néant (1943) où le dualisme ontologique du Pour-soi et de l’En-soi et sa dramatisation dans le cadre d’une philosophie de la liberté en situation formeront le cadre d’une investigation renouvelée sur le thème de l’existence.

2Les deux études qui suivent offrent des réflexions originales sur la constitution de la problématique de l’imaginaire chez le premier Sartre. Vincent de Coorebyter propose ainsi d’analyser « la manière dont Sartre comprend, exploite et dépasse la théorie husserlienne de l’image » dans les deux ouvrages qu’il consacre, dans la deuxième moitié des années trente, à L’Imagination puis à L’Imaginaire. L’un des enjeux de cette discussion avec Husserl tient notamment dans la relation de l’imagination à la perception, laquelle implique selon Sartre une rupture radicale et même une conversion complète de l’intention de la conscience, qui trouve alors dans l’imagination la condition même de son activité néantisante. Nathanaël Masselot reprend le fil de ce dialogue à distance entre Sartre et Husserl pour interroger cette fois le développement donné par le premier, à partir du second, à une problématique de la constitution qui s’élabore d’abord dans les recherches sur l’Ego (La Transcendance de l’Ego) avant de nourrir les réflexions sur l’imaginaire (L’Imaginaire) et enfin sur la « réalité-humaine » (L’Être et le néant). Ces études, qui permettent de mesurer finalement l’écart entre Sartre et la phénoménologie husserlienne, donnent ainsi accès au laboratoire de la pensée sartrienne. Et il apparaît alors que celle-ci, dans les textes ici étudiés, se déploie autant dans ses hésitations et ses tâtonnements que dans ses retours critiques et ses refus théoriques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Sabot, « Autour de L’Imaginaire de Sartre : présentation », Methodos [En ligne], 12 | 2012, mis en ligne le 10 avril 2012, consulté le 30 août 2014. URL : http://methodos.revues.org/2964 ; DOI : 10.4000/methodos.2964

Haut de page

Auteur

Philippe Sabot

Université Lille – Nord-de-France/UMR 8163 « Savoirs, textes, langage »

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo Lille 3 - Sciences humaines et sociales
  • Revues.org