Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Compte rendu de : Daniel Becquemont et Dominique Ottavi (Dirs.), Penser Spencer

Bernard Joly
Référence(s) :

Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 2011. 232 pages, ISBN : 978-2-84292-269-6

Entrées d’index

Mots-clés :

Spencer Herber

Keywords :

Spencer Herber
Haut de page

Texte intégral

1Herber Spencer (1820-1903) n’a pas très bonne réputation en France, quand il n’est pas complètement oublié. Auteur d’une théorie de l’évolution qui présentait la vie et l’esprit comme le résultat du développement d’une force cosmique, s’appuyant sur la thèse erronée de l’hérédité des caractères acquis, il expliquait le progrès des civilisations comme le passage de l’homogène à l’hétérogène, ce qui le conduisait à privilégier le rôle de l’individu et à souhaiter le dépérissement de l’Etat : L’individu contre l’Etat (1884) est souvent vu comme une apologie du libéralisme et d’un individualisme foncièrement inégalitaire. Sa philosophie voulait avoir réponse à tout, de l’origine du cosmos au fonctionnement des sociétés humaines, en passant par l’émergence du vivant et la psychologie de l’enfant. Dénigré aussi bien par William James que par John Dewey, qui mettaient en avant ses contradictions et sa confusion, il ne fut pourtant jamais oublié chez les Anglo-saxons qui  multiplient aujourd’hui les études sur tous les aspects de son œuvre.

2Persuadés que l’œuvre de Spencer valait mieux que l’ignorance ou le mépris, Daniel Becquemont et Dominique Ottavi ont réuni douze contributions qui examinent de manière critique les multiples aspects de cette étrange philosophie du progrès. « Spencer, écrivent-ils, avait fait le pari démesuré de faire tenir ensemble la réflexion éthique et l’avancée des connaissances scientifiques, et de réduire l’ensemble des connaissances à des premiers principes universels. » Les échecs d’une telle entreprise ne doivent pas conduire à négliger l’impact qu’elle eut, et qu’elle a encore, dans les différents domaines de la philosophie et des sciences humaines.

3L’ouvrage est divisé en cinq parties. Dans la première, « Le moment Spencer », Dominique Ottavi (« Spencer et la France ») et Daniel Becquemont, avec Dominique Ottavi, (« Prophète en son pays : Spencer dans le monde anglo-saxon ») étudient de manière contrastée l’accueil réservé à Spencer de son temps en France et dans le monde anglo-saxon. On voit comment, au tournant du XIXe et du XXe siècle, se sont mises en place des attitudes d’accueil ou de rejet qui sont certes déterminées par les débats philosophiques de l’époque, mais qui n’en marquent pas moins la manière dont aujourd’hui encore l’œuvre de Spencer est reçue.

4La seconde partie, « Une philosophie de la nature », regroupe trois contributions sur les théories du vivant de Spencer et se termine par un extrait de quatorze pages de son ouvrage central, Les premiers principes (1862), dans sa traduction française de 1920.  Les trois articles de Daniel Becquemont (« Spencer critique de Darwin : de l’intégration au rejet »), Gabriel Gohau (« Spencer : le ciel et la terre ») et Stéphane Tirard (« Spencer et les origines de la vie. La double induction comme méthode ») constituent un bel ensemble, à la fois parce qu’ils montrent à quel point les théories de Spencer ont contribué aux débats scientifiques les plus importants de son temps, et parce qu’ils mettent en évidence la cohérence de la doctrine du savant anglais. En effet, sa théorie de l’évolution des espèces s’inscrit à la fois dans une théorie générale de la formation de la Terre et des nébuleuses, et dans une conception audacieuse de l’émergence de la vie à partir de la matière inerte selon des processus chimiques qui ont conduit à la formation du protoplasme. Spencer apparaît alors comme celui qui à la fois défendit avec force la thèse erronée de la transmission des caractères acquis et s’opposa avec la même énergie aux théories de la génération spontanée, optant plutôt pour des explications qui annoncent l’abiogenèse évolutive développées plus tard par Oparine et Haldane.

5Les deux contributions de la troisième partie, « Intelligence et évolution », concernent la psychologie de Spencer. Analysant avec rigueur et précision les théories de The Principles of Psychology (1855), Jean-Claude Dupont (« Réflexe, instinct et intégration nerveuse chez Spencer ») met en lumière la cohérente complexité d’un système qui, inscrivant le développement psychologique de l’individu dans le processus évolutioniste, se présente à la fois comme une théorie générale de la connaissance et une doctrine de l’évolution psychique selon laquelle les phénomènes mentaux résultent des relations entre l’organisme et son milieu. Pour Spencer, écrit Dupont, « l’évolution de l’esprit est parallèle à celle du corps, l’évolution mentale se rattachant elle-même à l’évolution en général, envisagée comme un processus de transformation physique. » Malgré sa démesure, ce système a marqué l’histoire des sciences en incarnant l’ambition physiologique de la psychologie, en développant des analyses pénétrantes du réflexe, de l’instinct ou de la mémoire, et en produisant des concepts, comme celui d’intégration en neurologie, qui ont joué un rôle essentiel dans l’histoire de la neurophysiologie. De son côté, Jean-Christophe Coffin (« Evolutionisme et médecine mentale en Italie à la fin du XIXe siècle. L’exemple d’Enrico Morselli ») montre la fécondité des idées de Spencer en analysant la manière dont le psychiatre italien Morselli, à la fin du XIXe siècle, les utilisa de manière critique pour, comme le dit Coffin, « placer la psychiatrie dans une perspective naturaliste et l’affranchir de son carcan métaphysique. »

6La quatrième partie, « Une éthique naturaliste », regroupe trois contributions sur les théories éthiques et éducatives de Spencer, ainsi que deux brefs extraits de son ouvrage De l’éducation intellectuelle, morale et physique, publié à Paris en 1879. Sans doute parce que l’on approche ici de ce qui est pour nous le plus inacceptable des doctrines de Spencer, les auteurs insistent davantage sur les aspects négatifs de son œuvre, qu’il s’agisse d’une théorie de la formation des émotions qui débouche sur l’affirmation d’une hiérarchie des races (Anne-Marie Drouin-Hans, « Classer les émotions, hiérarchiser les hommes »), des analogies développées entre l’animal, l’enfant et le « primitif » qui conduisent à une conception épigénétique de la formation de l’enfant dont les partisans, au XXe siècle, effaceront le plus souvent leur dette à l’égard de Spencer (Elisabeth Chapuis, « L’enfant et le primitif chez Spencer ») ou d’une doctrine de l’éducation dont Dominique Ottavi (« Education et individu chez Spencer ») montre bien les ambiguïtés. Prisonnier des stéréotypes de son époque et de préjugés racistes, Spencer n’en développe pas moins une théorie libertaire de l’éducation qui s’appuie sur une critique rigoureuse de la morale et prône une émancipation de l’individu.

7L’ouvrage, qui se termine par une bibliographie détaillée des œuvres de Spencer et de leurs éditions en français, se présente finalement comme un outil de travail fort utile pour mieux comprendre les enjeux de la pensée d’un auteur dont les théories ont incontestablement joué un rôle important dans la mise en place des problématiques philosophiques et psychologiques du XXe siècle. L’analyse de l’œuvre de Spencer, de ses intuitions fondamentales jusqu’à ce qu’elles ont d’illusoire et d’erroné, voire de scandaleux, constitue pour nous un moyen privilégié de comprendre comment se sont mis en place les rapports souvent complexes des sciences de l’homme avec celles de la nature et la philosophie qui structurent encore aujourd’hui les débats sur l’organisation des savoirs contemporains ainsi que leurs fonctions sociales et politiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Joly, « Compte rendu de : Daniel Becquemont et Dominique Ottavi (Dirs.), Penser Spencer », Methodos [En ligne], 12 | 2012, mis en ligne le 10 avril 2012, consulté le 01 novembre 2014. URL : http://methodos.revues.org/2954

Haut de page

Auteur

Bernard Joly

UMR 8163 « Savoirs, textes, langage »

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo Lille 3 - Sciences humaines et sociales
  • Revues.org