Navigation – Plan du site
Analyses et interprétations

Effets sémantiques et fonctionnalité dramatique de quelques interjections dans les Euménides d’Eschyle

Daria Francobandiera

Résumés

Cette étude vise à reconstruire la fonction dramatique des interjections attestées dans la première partie des Euménides (ὠή, ἰοὺ ἰοὺ, πυπάξ, ὢ πόποι, ἰώ), afin de montrer les effets que peuvent produire dans le texte les emplois ou les contre-emplois d’une interjection donnée.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Sur ce point, voir au moins Buridant 2006, p. 7, et Biraud 2010, p. 224-227. Bien évidemment, nous (...)
  • 2  J’emprunte l’expression à Rosier 1995, p. 117 : « l’interjection n’est-elle finalement qu’une moda (...)
  • 3  Ainsi, l’éclat interjectif ἆ ἆ au v. 1090 de l’Agamemnon est attesté dans un seul manuscrit, le Me (...)
  • 4  Au v. 405 des Choéphores, par exemple, là où le seul manuscrit qui transmet la pièce présente la p (...)

1Plus que tout autre phénomène linguistique, les interjections du théâtre ancien donnent à l’interprète l’impression de poursuivre des flatus vocis insaisissables, qui devaient s’appuyer en grande partie sur l’actualisation fournie par l’acteur durant la performance et qui semblent, par leur variété et leur extrême flexibilité d’emploi, échapper à toute tentative de systématisation. Comme on l’a plusieurs fois remarqué, il est déjà problématique de définir ce qui peut être appelé ‘interjection’ au sens propre, car la classe interjective a des bornes labiles et peut voisiner d’un côté avec l’onomatopée, de l’autre avec les particules exclamatives et les expressions figées1. Dans plusieurs cas, il faut ainsi abandonner la logique de la catégorisation et parler plutôt d’une ‘modalité interjective’ que peuvent recouvrir des éléments hybrides2. Une autre difficulté, de nature philologique, est posée par la transmission des interjections dans nos sources manuscrites : en raison de leur autonomie syntaxique et/ou métrique, elles peuvent, en effet, être omises ou multipliées de façon abusive dans les manuscrits3 ; elles peuvent présenter des variantes plus ou moins proches, qui vont de la commutation (la leçon αἰαῖ pouvant, par exemple, concurrencer φεῦ φεῦ) à la simple alternance graphique (ὀτοτοῖ /ὀττοτοῖ, ὤμοι/ᾤμοι) ; finalement, elles peuvent être sujettes à des corruptions qui les ramènent de force vers une véritable ‘signification’4.

  • 5  Une autre question, plus générale, est de savoir si dans les traductions il est préférable d’adopt (...)
  • 6  J’emprunte l’expression « contagion du contexte » à Poggi 1981, p. 21.   
  • 7  Voir à ce propos les observations de Biraud 2010, p. 16 : « les prétendus faits de polysémie qui s (...)

2À cela s’ajoute un problème de discontinuité dans leur fonctionnement sémantique. Si l’étude comparative des occurrences permet en effet de repérer une signification conventionnelle pour plusieurs interjections, de manière qu’elles deviennent plus ou moins traduisibles (Liddell-Scott-Jones traduisent, par exemple, ὀτοτοῖ par « woe ! », εἶα par « on ! up ! »)5, les cas d’oscillation, où l’interjection assume différents rôles expressifs, semblent plutôt fréquents. Φεῦ paraît ainsi signaler l’admiration en Euripide, Electre 262 : φεῦ· γενναῖον ἄνδρ’ ἔλεξας, εὖ τε δραστέον (« pheu ! tu as parlé d’un homme noble, qu’il faut récompenser »), la douleur en Ion 1369 :φεῦ φεῦ· κατ’ ὄσσων ὡς ὑγρὸν βάλλω δάκρυ (« pheu pheu ! combien de pleurs humides jaillissent de mes yeux »), une surprise mêlée de crainte en Prométhée enchaîné 124 : φεῦ φεῦ, τί ποτ’ αὖ κινάθισμα κλύω πέλας οἰωνῶν; (« pheu, pheu ! quel bruit d’oiseaux en mouvement entends-je près de moi ? »). Le problème est alors de savoir quel rôle il faut attribuer au contexte, et quelle est la consistance de l’interjection en elle-même : serait-elle un signe vide sur lequel s’imprime le sens dont seul son environnement est porteur ? ou bien contient-elle un noyau sémantique invariable, diversement nuancé par la » contagion » des différents contextes6 ? et comment distinguer les éléments contextuels réellement pertinents de ceux qui sont, au contraire, à dissocier de la valeur sémantique de l’interjection7 ?  

  • 8  Ainsi, par exemple, dans les Fugitifs de Lucien (33, 15-17), lorsque Cantharos s’exclame φεῦ τῶν κ (...)
  • 9  Sophocle, Ajax, 430-431 : αἰαῖ· τίς ἄν ποτ’ ᾤεθ’ ὧδ’ ἐπώνυμον / τοὐμὸν ξυνοίσειν ὄνομα τοῖς ἐμοῖς (...)
  • 10  Sur ce point, voir au moins Hutchinson 1985, p. 179-181, et Foley 2001, p. 49-53.
  • 11  Stanford 1983, p. 61.

3On voit bien que les difficultés que posent ces petits mots sont de taille. Mais si elles constituent un véritable défi pour l’interprète, les interjections sont un élément dont il faut nécessairement tenir compte dans l’étude de la tragédie, et pas seulement en raison de leur fréquence – qui a permis de les considérer, déjà dans l’antiquité, comme un ingrédient définissant le genre tragique tout-court8. Grâce à l’emploi des interjections, en effet, le poète peut fournir une caractérisation de ses personnages – que l’on songe au célèbre passage sophocléen où le nom d’Ajax (Αἴας) est mis en relation avec αἰαῖ9 –, ou marquer leur attitude particulière face à l’interlocuteur, ou encore décrire sur un mode inattendu leur réaction face à un événement douloureux. On risque, par exemple, de ne pas comprendre le final des Sept contre Thèbes si l’on sous-estime le rôle du phénomène interjectif dans le long thrène pour Étéocle et Polynice, où la prédominance des interjections d’interpellation sur les interjections expressives, qui manifestent la souffrance du Chœur, confirme le caractère agressif et socialement provocateur que plusieurs interprètes ont repéré dans cette lamentation10. Tout semble donc supporter la boutade de Stanford, pour qui le fait de négliger le moment interjectif dans la lecture (et à l’écoute) d’une tragédie ancienne équivaudrait à traverser le Sahara dans une voiture climatisée11. Loin d’être des signes émotifs vides et sclérosés, dont on se passerait volontiers si tous ces αἰαῖ et ces φεῦ ne faisaient pas tellement ‘tragique’, les interjections doivent être considérées comme une langue parallèle à la langue, dont le déchiffrement affine notre compréhension du texte.

  • 12  Voir, en particulier, Martínez Hernandez 1978, Morenilla Talens 1995, Perdicoyianni-Paléologue 200 (...)
  • 13  La valeur d’une interjection, en d’autres termes, pourra être cernée en repérant le genre d’énoncé (...)
  • 14  Lorsque des emplois interjectifs ne sont pas reconductibles à une valeur unique, ils doivent corre (...)

4Plusieurs études récentes ont analysé le fonctionnement du phénomène interjectif dans le théâtre attique12, et deux monographies, en particulier, fournissent un bon exemple des diverses méthodes dont on peut se servir pour aborder ce sujet. Labiano Ilundain 2000 procède à un classement alphabétique des interjections attestées chez Aristophane et examine la gamme variée de significations que chacune d’entre elles acquiert au fil des occurrences du corpus, mettant ainsi l’accent sur la polyfonctionnalité du phénomène interjectif. Biraud 2010, qui regroupe les interjections comiques et tragiques en les classant selon leur valeur illocutoire et leur structure phonique, s’efforce en revanche d’éliminer cette plurivocité par le recours à divers paramètres, comme les concepts de « suite préférentielle » et « situation stéréotypée »13, et le critère d’opposition phonétique14. Malgré la diversité de leurs approches et de leurs présupposés théoriques, ces études, parmi d’autres, ont eu le mérite d’insister sur la précision du mécanisme interjectif, trop souvent cantonné à l’expression d’une ‘émotivité’ aux contours indéfinissables, et de montrer que les différentes interjections ne sont pas, en fait, interchangeables : un αἰαῖ ne vaut pas un ἰού.

  • 15  Voir Choéphores 327s. : ὀτοτύζεται δ’ ὁ θνῄσκων, ἀναφαίνεται δ’ ὁ βλάπτων (« le mort reçoit l’otot (...)
  • 16  Voir, en particulier, les v. 1539s. : τί μ’, ὦ παρθένε,… ἐξάγαγες ἐς φῶς (« pourquoi, ma fille, [… (...)

5Néanmoins, ce qui reste à analyser de manière plus approfondie, dans une perspective plutôt littéraire que linguistique, sont les effets que peut réaliser l’auteur en retravaillant le code interjectif fourni par la langue. Certains emplois montrent, en effet, de manière assez claire que tant en comédie qu’en tragédie l’auteur peut contrevenir aux normes d’usage d’une interjection donnée, ou l’insérer dans un contexte apparemment inapproprié, et produire par-là un surplus de sens. Un exemple euripidéen pourra peut-être éclaircir mon propos. Il a été plusieurs fois remarqué que ὀτοτοτοῖ, tout en connaissant des emplois génériques en tant qu’expression de la souffrance du locuteur, est essentiellement un cri du deuil rituel, qui peut servir à réactiver l’esprit du mort dans le contexte du thrène15. Lorsqu’Antigone s’exclame ὀτοτοτοῖ avant d’inviter Œdipe à sortir du palais (Euripide, Phéniciennes 1530), son interjection n’est donc pas une simple expression de douleur, mais joue à mon sens avec ces emplois rituels du cri : Œdipe est invoqué par sa fille comme s’il était déjà mort, et tant l’appel d’Antigone que la réplique du vieillard insistent d’ailleurs sur sa nature spectrale de revenant16. Dans ce cas comme dans d’autres, il paraît donc utile d’explorer l’actualisation grâce à laquelle la ou les valeurs données d’une interjection s’organisent dans le hic et nunc d’une énonciation singulière.

  • 17  On songera à la présence dans le corpus eschyléen d’interjections rares (δᾶ, ἐλελεῦ, ὀᾶ, πυπάξ), o (...)

6Par une analyse qui vaut essentiellement à titre d’exemplification, je n’examinerai ni la nature du phénomène interjectif chez Eschyle (qui présente néanmoins une certaine originalité par rapport aux autres Tragiques)17, ni la valeur d’une interjection dans l’ensemble du corpus eschyléen, mais plutôt le fonctionnement de quelques interjections particulières dans une section particulière du corpus : l’observation d’un continuum textuel permet, en effet, de mettre en évidence la dimension dramatique concrète du mécanisme interjectif, de manière peut-être plus efficace que ne le ferait une sélection d’attestations isolées.

  • 18  La concentration est moins marquée dans les Sept et dans le Prométhée (bien que l’on puisse releve (...)

7Le choix d’un échantillon significatif est facilité par la tendance agrégative selon laquelle les interjections s’organisent dans les tragédies eschyléennes, se densifiant souvent en segments circonscrits qui représentent de véritables ‘suites’ interjectives : la parodos et l’arrivée du héraut égyptien dans les Suppliantes, la scène de Cassandre et le kommos entreClytemnestre et le Chœur dans l’Agamemnon, la section delphique et les refrains choraux qui suivent le procès dans les Euménides18. Si j’ai décidé d’examiner ici la section delphique des Euménides, notamment la scène de l’εἴδωλον et le premier couple strophique de la parodos, c’est parce que le phénomène interjectif s’y révèle en même temps assez varié et assez original : original, du fait de la présence d’interjections rares ou d’un usage qui s’écarte de la norme ; varié, parce que les deux fonctions principales de l’interjection, l’expressive et la clétique, y sont présentes.

1. ὠή… ὦ κατὰ χθονὸς θεαί : Euménides 94, 115

8ὠή. La première interjection que j’étudierai se trouve dans le prologue de la tragédie. Vaincues par le sommeil, les Érinyes ont laissé Oreste s’échapper et le fantôme de Clytemnestre fait alors son apparition sur scène pour les inciter à la persécution (v. 94) :

  • 19  Le texte de référence est West 1998(je signalerai en note les lieux où je m’en écarte).   

εὕδοιτ’ ἄν, ὠή, καὶ καθευδουσῶν τί δεῖ;19

Dormez bien, ohé ! et quel besoin y a-t-il de dormeuses ?

  • 20  Etymologicum Gudianum ω 577.14 Sturz : <ὠή>, ἔπος θρηνητικόν, Hérodien, Partitiones 96.10 Boissona (...)
  • 21  Fr. 269c, 25s. Radt : ὠή· ἐσορᾷς; / †ειστονα..† πόδ’ ἔχειν. Ces vers sont sans doute prononcés pen (...)
  • 22  Voir Kannicht 1969, II, p. 131, et Perdicoyianni-Paléologue 2002, p. 82.

9Ὠή est considéré par les grammairiens et les lexicographes comme une expression plaintive proche de φεῦ ou comme un cri d’interpellation20, mais seul le second emploi est attesté en littérature, avec l’éventuelle exception d’une occurrence dans l’Inachos de Sophocle21. Hapax chez Eschyle et Sophocle, ce cri est relativement fréquent dans les drames d’Euripide, toujours au début du vers et dans la presque totalité des cas en trimètres iambiques (à l’exception de Ion 907 et Cyclope 51), et il est souvent employé pour interpeller un interlocuteur de condition sociale modeste22. Dans la plupart des occurrences euripidéennes, en effet, un ou plusieurs ὠή sont adressés aux portiers du palais :

ὠή, τίς ἐν πύλαισι δωμάτων κυρεῖ; / ἀνοίγετ’, ἐκπορεύετ’ Ἰοκάστην δόμων. / ὠὴ μάλ’ αὖθις (Phéniciennes 1067s.)

ohé ! qui est aux portes du palais ? ouvrez, faites sortir Jocaste de la maison ! ohé, encore une fois !

ὠή· τίς ἂν πυλωρὸς ἐκ δόμων μόλοι (Hélène 435s.)

ohé ! quel portier voudra bien sortir de la maison ?

ὠή, χαλᾶτε κλῇθρα, λύεθ’ ἱππικὰς / φάτνας, ὀπαδοί (Hélène 1180s.)

ohé ! tirez les verrous, serviteurs, déliez les chevaux dans les écuries !

ὠή, χαλᾶτε κλῇθρα, τοῖς ἔνδον λέγω (Iphigénie en Tauride 1304)

ohé ! tirez les verrous, là-dedans !

10Le même cri sert aussi à appeler un bélier récalcitrant en Cyclope 51s. :

ὠή, ῥίψω πέτρον τάχα σου· ὕπαγ’ ὦ ὕπαγ’ ὦ κεράστα

ohé ! je vais bientôt te jeter une pierre ! avance, bête cornue, avance !

  • 23  Voir, sur ce dernier point, les observations de Biraud 2010, p. 99. Les deux occurrences euripidée (...)
  • 24  Voir encore Kannicht 1969, II, p. 131.
  • 25  En Héraclès 1106 et Hélène 435, cités plus haut, l’interjection est toutefois suivie d’une requête (...)

11À la différence d’une interjection d’interpellation comme ὦ, beaucoup plus usuelle en tragédie et normalement employée avec le vocatif pour des appels d’intonation haute tels que ὦ τάλαινα, ὦ δέσποινα, etc., ὠή semblerait donc spécialisé pour des apostrophes hâtives, de type humble ou domestique, lorsqu’il faut attirer l’attention d’un interlocuteur qui ne nous voit et/ou ne nous écoute pas23. Si cette tendance semble démentie par Ion 907 : ὠή, τὸν Λατοῦς αὐδῶ (« ohé !j’appelle le fils de Lètô ! »), dans la monodie de Créüse, ce n’est qu’en apparence. L’appel à Apollon – successivement dénommé par l’infamant κακὸς εὐνάτωρ au v. 912 (« mauvais compagnon de lit ») – n’a rien, en effet, de la respectueuse invocation à la divinité, mais acquiert un ton délibérément insolent par le contre-emploi de l’interjection24. Quant à la ‘syntaxe’ du cri, on peut déduire des exemples euripidéens que ὠή est normalement suivi de l’injonction d’accomplir une action, exprimée dans la plupart des cas par un impératif (ἀνοίγετε, ἐκπορεύετε, χαλᾶτε, etc.)25.

  • 26  Sommerstein 1989, p. 101 : « calling attention, ‘hey !’ ‘ahoy !’ ». Contra Carden 1974, p. 87 : «  (...)
  • 27  Zilliacus 1946, p. 269, décèle dans cette périphrase un « still higher degree of politeness » par (...)
  • 28  La périphrase ἄν + opt. se trouve également couplée de l’interjection ὠή – mais régulièrement plac (...)

12Ces emplois permettent de mieux apprécier les nuances de l’énonciation de Clytemnestre. Le contexte immédiat – notamment le fait que ὠή est placé à proximité de l’exhortation εὕδοιτ’ ἄν – montre de manière assez nette que le cri a une fonction clétique, plutôt que thrénétique, et qu’il sert à attirer l’attention des Érinyes26. Compte tenu des spécialisations de ὠή examinées ci-dessus, il semble en outre que son emploi vise à conférer une teinte de mépris et d’impolitesse à l’énonciation de la reine : les Érinyes seraient apostrophées non comme un sujet digne d’honneurs, auquel s’adresser avec les formules de déférence dues à la divinité, mais comme un auditoire soumis, que l’on peut interpeller sans égards et de manière expéditive. Il vaut également la peine de remarquer deux particularités dans la modulation de εὕδοιτ’ ἄν, ὠή. Cas unique dans toutes les occurrences du drame, l’interjection n’apparaît pas au début du vers, pour signaler une prise de contact préliminaire avec l’interlocuteur, mais se place après la formulation de la requête. Cette requête se trouve en outre exprimée non par l’impératif, mais par ἄν + optatif, qui est une façon bien connue de modérer l’injonction : chez Eschyle, elle signale normalement, sinon une subordination sociale, au moins une marque de respect à l’égard de l’interlocuteur27. Le début de la rhèsis de Clytemnestre s’avère ainsi morcelé en deux segments, εὕδοιτ’ ἄν et ὠή, apparemment opposés par leur ton et inversés par rapport à l’ordre énonciatif naturel appel → exhortation28. L’irrégularité devient compréhensible lorsqu’on considère la nature incontestablement ironique de cet εὕδοιτ’ ἄν (« dormez bien ! » = » ne dormez pas ! »), sur lequel le dédain véhiculé par le contre-emploi de l’interjection vient renchérir : si ὠή apparaît retardé contre tout usage, c’est parce qu’il sert de contrepoint à la fausse urbanité de l’incipit, en le retraduisant sur un mode clairement malpoli et en dénonçant ainsi de manière explicite la raillerie de Clytemnestre.

13ὦ κατὰ χθονὸς θεαί. Le ton des vers conclusifs de la rhèsis de la reine est tout à fait différent (v. 114-116) :

ἀκούσαθ’, ὡς ἔλεξα τῆς ἐμῆς περὶ

ψυχῆς· φρονήσατ’, ὦ κατὰ χθονὸς θεαί·

ὄναρ γὰρ ὑμᾶς νῦν Κλυταιμήστρα καλῶ

Écoutez, car je vous ai parlé de ma propre

vie ! Soyez sensées, ô déesses souterraines.

C’est en rêve que je vous appelle maintenant, moi, Clytemnestre.

  • 29  Scott 1903, 1904 et 1905. Un compte rendu très précis des positions en jeu se trouve dans Dickey 1 (...)
  • 30  Scott 1905, p. 37s. : « class terms such as πρόσπολοι, δμῶες, ὀπαδοί and all words denoting slaves (...)
  • 31  Scott 1904, p. 82. La discordance avec les emplois épiques, où un mortel ne s’adresse jamais aux d (...)
  • 32  La liste qui suit est simplement indicative, pour les raisons exposées plus loin. Les passages reg (...)
  • 33  ὦ Ζεῦ 11, Ζεῦ 9, que le nom soit ou non modifié, en excluant le douteux Choéphores 790 : ὦ Ζεῦ θές (...)
  • 34  Fraenkel 1962, I, p. 186.

14Parmi toutes les interjections, le ὦ clétique est non seulement la plus usuelle, mais aussi la plus fréquemment étudiée. Le long débat sur la ‘couleur’ de l’interjection (à savoir s’il y a différence, et de quelle sorte, entre les invocations au vocatif seul et celles précédées de ὦ) a été ouvert par Scott, qui considère les occurrences épiques et tragiques de ὦ + vocatif comme une forme d’adresse plus intime et plus familière que le vocatif seul, ou bien comme le signal du fait que le sujet parlant, en proie à l’émotion, a abandonné sa réserve face à l’interlocuteur29. Ainsi s’expliqueraient, chez les tragiques, l’absence régulière de ὦ devant le vocatif de termes indiquant ‘esclaves’ ou ‘servants’30, ainsi que son emploi dans les appels aux dieux, en tant que moyen d’établir un contact rapproché avec la persona divine (« in Sophocles Ζεῦ once, ὦ Ζεῦ 20 times. Here it is an appeal to the sympathetic, human personality in the divine »)31. Dans les invocations eschyléennes aux dieux, qui nous concernent ici plus directement, l’emploi du vocatif seul semblerait en réalité l’emporter sur ὦ + vocatif, notamment dans les invocations générales à θεοί et θεαί32 ; la seule exception est représentée par les appels à Zeus, où les deux emplois sont essentiellement équivalents quant au nombre des occurrences33. De ce fait la thèse de Scott semblerait, à première vue, confirmée : il est, en effet, naturel de retrouver une pointe personnelle et/ou une intensification affective dans les invocations au dieu suprême (on songera, entre autres, au syntagme ὦ Ζεῦ βασιλεῦ, probablement emprunté à l’Attique quotidien « where it seems to be used under the stress of marked excitement »)34, tandis que ce contact spécial avec la persona divine n’a pas raison d’être dans les invocations collectives. Il faut toutefois souligner que les apostrophes avec et sans ὦ peuvent coexister dans un même passage, au point que leur emploi s’y révèle presque interchangeable. À titre d’exemple, je citerai ici les appels en Sept contre Thèbes 152 : ὦ πότνι’ ῞Ηρα, 154 : Ἄρτεμι φίλα, 160 : ὦ φίλ’ Ἄπολλον, 164 : σύ τε, μάκαιρ’ ἄνασσ’ Ὄγκα (« ô Héra souveraine… chère Artémis… ô cher Apollon… et toi, bienheureuse maîtresse, Onka »), où il serait malaisé de déceler des gradations d’intensité d’après la présence ou l’absence de l’interjection.

  • 35  Pour la prédominance de l’impératif aoriste dans les prières adressées aux dieux (dans celles qui (...)
  • 36  Dans les prières eschyléennes voir, par exemple, κλύε (Choéphores 157), ἐπάκουσον (Choéphores 725) (...)
  • 37  Pour des formes clétiques similaires voir Sophocle, Œdipe à Colone 1568 : ὦ χθόνιαι θεαί (des Eumé (...)

15Bien que les emploiseschyléens ne permettent pas de définir irréfutablement comme une intensification clétique l’interjection du syntagme ὦ κατὰ χθονὸς θεαί, son contexte immédiat ne laisse pourtant aucun doute sur le genre discursif adopté par Clytemnestre. Les impératifs aoristes caractéristiques de l’invocation aux dieux (ἀκούσατε, φρονήσατε)35, le verbe signifiant « écoute » de la part de la divinité36, ou encore l’emploi du καλῶ conclusif, confèrent en effet aux paroles de Clytemnestre une évidente intonation liturgique : la reine parle la langue codifiée de la prière, dont l’épiclèse rituelle ὦ κατὰ χθονὸς θεαί – qu’on la considère ou non comme chargée par ὦ – est une composante essentielle37.

  • 38  Voir, par exemple, la rhèsis d’Électre en Choéphores 84-105 (84 : δμῳαὶ γυναῖκες… 100 : ὦ φίλαι), (...)

16Il vaut la peine, maintenant, de faire un pas en arrière pour examiner la structure de la rhèsis, marquée au début et à la fin de deux segments clétiques différents, ὠή et ὦ κατὰ χθονὸς θεαί. La gémination de signaux d’interpellation au début et en conclusion de rhèsis est relativement fréquente chez Eschyle38 et semble compréhensible d’un point de vue rhétorique : si l’appel est une forme de captatio de l’interlocuteur, il est en effet assez logique qu’une telle captatio se localise au moment de l’établissement du premier contact et au moment où ce contact est en train de se défaire. La particularité du passage en question est pourtant que les extrémités de cette composition en anneau ont une seule et même valeur clétique (« je vous appelle »), mais une intonation opposée et apparemment inconciliable : d’un côté le ὠή spécialisé pour des appels hâtifs, de type humble ou domestique, de l’autre l’épiclèse solennelle ὦ κατὰ χθονὸς θεαί. Ce qui découle de la comparaison entre les deux segments interjectifs, même avec les précautions mentionnées ci-dessus quant à la qualité de ὦ, est donc l’extrême flexibilité de l’énonciation de Clytemnestre, qui évolue de l’injonction autoritaire à l’invocation pieuse, de l’ironie dédaigneuse à des formes respectueuses d’allocution, en diversifiant dans un même acte discursif les stratégies nécessaires à gagner l’assentiment de l’interlocuteur.

2. ἰοὺ ἰοὺ πυπάξ… ὢ πόποι… ἰώ : Euménides 143, 145, 149

17Un autre exemple significatif de l’importance des interjections dans l’économie du drame est le premier couple strophique de la parodos, au moment du réveil définitif des Érinyes :

ἰοὺ ἰοὺ πυπάξ·

ἐπάθομεν, φίλαι –

  • 39  Je garde la leçon des manuscrits παθοῦσα (πονοῦσα West).

ἦ πολλὰ δὴ παθοῦσα39 καὶ μάτην ἐγώ –

  • 40  Je garde la leçon des manuscrits δυσαχές (δυσακές West, d’après Lindau).

ἐπάθομεν πάθος δυσαχές40, ὢ πόποι, 145

ἄφερτον κακόν.

ἐξ ἀρκύων πέπτωκεν, οἴχεται δ’ ὁ θήρ·

ὕπνῳ κρατηθεῖσ’ ἄγραν ὤλεσα.

ἰὼ παῖ Διός·

ἐπίκλοπος πέλῃ,

νέος δὲ γραίας δαίμονας καθιππάσω, 150

τὸν ἱκέταν σέβων, ἄθεον ἄνδρα καὶ

τοκεῦσιν πικρόν·

τὸν μητραλοίαν δ’ ἐξέκλεψας ὢν θεός.

τί τῶνδ’ ἐρεῖ τις δικαίως ἔχειν;

Ioù Ioù, pypax ! Nous avons souffert, amies –

oui, j’ai beaucoup souffert, et en vain –

nous avons souffert une souffrance très pénible, ô popoi !

un mal insupportable.

Il s’est échappé des filets, il nous quitte, le fauve.

Vaincue par le sommeil, j’ai perdu ma proie.

Iô ! fils de Zeus,

tu es un voleur.

Toi qui es jeune, tu as piétiné d’anciennes déesses,

en vénérant ton suppliant, un homme impie et

dur pour ses parents.

Toi, un dieu, tu as dérobé le matricide.

Qui dira qu’il y a de la justice dans cela ?

  • 41  Dix occurrences, outre le présent passage, en tragédie ; vingt-huit chez Aristophane ; quatre, en (...)
  • 42  Comme le suggère Biraud 2010, p. 65, il paraît plus prudent d’imprimer l’interjection sans accents (...)
  • 43  Biraud 2010, p. 138. Chez les lexicographes, ἰού est régulièrement glosé par des expressions telle (...)

18ἰοὺ ἰού. L’interjection est moins usuelle en tragédie qu’en comédie41, et ses emplois moins nettement différenciés. Si, chez Aristophane, ἰου manifeste tant la joie que la douleur42, dans la plupart des occurrences tragiques ce cri redoublé exprime en effet, comme le remarque Biraud, un accès particulièrement aigu de souffrance43, qui constitue dans la majorité des cas la première réaction du sujet parlant suite à un événement catastrophique ou à une révélation effrayante de son interlocuteur :

ἰοὺ ἰού, ὢ ὢ κακά· / ὑπ’ αὖ με δεινὸς ὀρθομαντείας πόνος / στροβεῖ (Agamemnon 1214-1216)

Ioù ioù ! ô ô, malheurs ! la terrible douleur de la divination véridique me renverse à nouveau

(Cassandre au Chœur, accablée par le second accès prophétique)

ἰοὺ ἰοὺ δύστηνος, οἴχομαι τάλας (Trachiniennes 1143)

Ioù ioù ! malheureux que je suis ! je suis perdu, infortuné ! (Héraclès, après avoir appris d’Hyllos la fraude tramée par Nessos)

ἰοὺ ἰού· τὰ πάντ΄ ἂν ἐξήκοι σαφῆ (Œdipe Roi 1182)

  • 44  On peut également insérer dans cette catégorie le cri de désespoir du messager découvrant qu’Ajax (...)

19Ioù ioù ! tout s’accomplit clairement ! (Œdipe après les révélations du serviteur)44

20Un sous-ensemble plus problématique est constitué par les trois cas où l’interjection est prononcée par un domestique, au moment où il annonce un revirement majeur dans l’intrigue du drame :

  • 45  Il s’agit de la seule occurrence joyeuse sûrement attestée dans le corpus tragique, d’où l’accentu (...)

ἰοῦ ἰοῦ.45 / Ἀγαμέμνονος γυναικὶ σημαίνω τορῶς / εὐνῆς ἐπαντείλασαν ὡς τάχος δόμοις / ὀλολυγμὸν […] / ἐπορθιάζειν (Agamemnon 25-29)

Ioù ioù ! je donne un signal perçant à la femme d’Agamemnon, qu’elle se lève au plus vite du lit et pousse haut et fort pour cette maison le hurlement propice (le garde à l’apparition du signal de feu)

ἰοὺ ἰού. / κωφοῖς ἀυτῶ καὶ καθεύδουσιν μάτην / ἄκραντα βάζω. ποῖ Κλυταιμήστρα; τί δρᾷ ; (Choéphores 881s.)

Ioù ioù ! Je crie pour des sourds et gaspille ma voix pour des gens endormis. Où est Clytemnestre ? que fait-elle ? (l’esclave, en annonçant la mort d’Égisthe)

ἰοὺ ἰού· / βοηδρομεῖτε πάντες οἱ πέλας δόμων· / ἐν ἀγχόναις δέσποινα, Θησέως δάμαρ (Hippolyte 776s.)

Ioù ioù ! Accourez tous à l’aide, les voisins ! La maîtresse, l’épouse de Thésée, s’est prise au lacet (la nourrice, en annonçant de l’intérieur du palais le suicide de Phèdre)

  • 46  En Agamemnon 25s., l’interprétation dépend aussi du choix entre les leçons σημαίνω (M) et σημανῶ ( (...)
  • 47  Biraud 2010, p. 67.

21On pourrait en effet se demander si dans ces passages l’interjection a une valeur purement expressive, manifestant le sentiment du serviteur, ou s’il s’agit plutôt d’un signal d’appel, exhortant les interlocuteurs absents à une réaction immédiate46. En tout cas, comme le souligne encore Biraud, l’emploi de ἰου ἰου semblerait véhiculer un certain manque de contenance, en raison aussi de son intensité sonore (il s’agit d’un cri qui « s’entend au-delà des murs »)47, et caractériser le locuteur – soit-il en proie à la joie ou à la souffrance – comme un personnage que ses émotions mettent hors de lui.

  • 48  Le texte adopté est celui de Lloyd-Jones–Wilson 1990 et Avezzù–Guidorizzi–Cerri 2008 (Λαΐου ἴστε τ (...)
  • 49  Je précise que j’emploie ici le terme ‘dialogisation’ d’un point de vue exclusivement stylistique (...)
  • 50  Voir sur ce point les observations de Scott 1984, p. 162 : « if Aeschylus wanted to show that [... (...)

22Une autre particularité des emplois tragiques de ἰου ἰου mérite sans doute d’être remarquée : l’interjection est attestée de manière presque exclusive en trimètres iambiques, ou extra metrum en contexte de trimètres, et elle semble impliquer toujours un échange discursif entre deux sujets, ou bien parce qu’elle répond à une affirmation de l’interlocuteur, ou bien parce qu’elle ouvre un nouveau canal de communication avec ce dernier. Les seuls exemples tragiques où ἰου ἰου apparaît à l’intérieur d’une section lyrique sont le passage des Euménides en question et un passage de Sophocle où l’interjection est tout de même employée au cours d’un dialogue : Œdipe à Colone 220, ΟΙ. Λαΐου ἴστε τιν’ − ΧΟ. ὤ· ἰοὺ ἰού (Œdipe ­– « Connaissez-vous un fils de Laïos… », ­Chœur – « Ô ! ioù ioù ! »)48. La nôtre est donc la seule occurrence qui s’écarte réellement de cette tendance générale, car le ἰοὺ ἰού des Érinyes ne s’adresse à aucun interlocuteur externe. Que l’interjection ait une fonction clétique et véhicule l’appel successif à la découverte de la fuite d’Oreste, ou (comme il semble plus probable) une fonction expressive manifestant la surprise douloureuse des déesses, on pourrait donc y reconnaître un choix stylistique visant à la caractérisation d’un Chœur en conversation animée, choix qui s’ajoute à d’autres signaux de dialogisation souvent mis en évidence par la critique, comme l’absence de liens syntaxiques dans la première strophe de la parodos, l’oscillation entre le singulier et le pluriel (ἐπάθομεν… παθοῦσα… ἐπάθομεν… ὤλεσα), l’alternance de dochmiaques et trimètres iambiques49. Au moment de leur premier réveil, bouleversées par la perte de leur proie, les Érinyes sont évidemment incapables de s’accorder en un chant homogène et harmonieux50.

  • 51  West 1998 adopte, en effet, le πυπάξ de τ et suggère dubitativement πυππάξ en apparat, en renvoyan (...)
  • 52  Les manuscrits présentent une consonne simple en 303a6, toujours avec des variations dans l’accent (...)
  • 53  Sommerstein 1989, p. 109
  • 54  Phrynichus, Praeparatio Sophistica, 120.3-5 de Borries.
  • 55  Voir la scholie à Platon, Euthydème 303a : τὸ […] πύππαξ τίθεται καὶ ἐπὶ σχετλιασμοῦ καὶ ἐγκωμίου, (...)

23πυπάξ. La leçon transmise par les manuscrits (avec une variation dans l’accentuation πύπαξ M : πυπάξ τ) est rejetée dans la majorité des éditions contemporaines, à l’exception de celle de West51, parce que la seule occurrence significative de πυ(π)πάξ, en Platon, Euthydème 303a6 : πυ(π)πὰξ ὦ Ἡράκλεις [...] καλοῦ λόγου (« bravo ! c’est bien dit, par Héraclès ! »)52, semble dénoter une forme d’admiration enjouée, conformément à l’emploi du verbe ὑπερπυππάζω au v. 680 des Cavaliers d’Aristophane : οἱ δ’ ὑπερεπῄνουν ὑπερεπύππαζόν τέ με (« eux, ils me comblaient de louanges et me recouvraient de bravos »). L’admiration en question n’ayant évidemment rien à voir avec le passage eschyléen en question, la plupart des interprètes ont donc préféré la forme πόπαξ de l’Aldine, qui n’est attestée nulle part ailleurs, mais qui serait, d’après Sommerstein, « an expression of horrified astonishment, an intensified form of πόποι »53. Cependant, les témoignages des scholiastes et des grammairiens de l’antiquité semblent montrer que l’interjection πυ(π)πάξ pouvait recouvrir un champ sémantique plus varié que la simple acclamation, puisqu’elle est définie comme une exclamation de surprise (ἐπίρρημα θαυμασμοῦ)54 qui peut être employée à la fois pour exprimer l’admiration et la souffrance55. Une telle fluctuation est du reste compréhensible quand on considère le rapport, mentionné plus haut, entre l’invariance sémantique de l’interjection et la contagion du contexte : la valeur de base de πυ(π)πάξ, en d’autres termes, pourrait être celle de la surprise, diversement spécialisée selon les contextes comme surprise admirative ou surprise douloureuse. Or, s’il faut sans aucun doute rejeter la valeur restreinte de ‘surprise admirative’, ‘acclamation’ pour le passage eschyléen en question, celle de ‘surprise douloureuse’ pourrait s’y adapter sans problèmes : les Érinyes manifesteraient en effet avec πυ(π)πάξ la souffrance inattendue provoquée par la perte d’Oreste. L’interprétation n’est pas très différente de celle proposée par Sommerstein, mais on ne voit pas le besoin d’y rattacher, avec πόπαξ, une autre forme expressive ad hoc.

  • 56  Sommerstein 1989, p. 109 : « interjections in –άξ belong to a highly colloquial register of speech (...)
  • 57  Outre Cavaliers 680 cité ci-dessus, voir aussi Cratinos, fragment 56 K.-A. : οἱ δὲ πυππάζουσι περι (...)
  • 58  Ces exemples et d’autres sont cités par van Leeuwen 1968,p. 70.
  • 59  Pour ces déformations parodiques, et pour le suffixe –αξ en général, voir aussi Labiano Ilundain 2 (...)
  • 60  Sommerstein a justement souligné que la description des Érinyes fait recours au thème du bas corpo (...)

24Un élément qui mérite sans doute quelque précision supplémentaire est l’intonation de l’interjection, typique, comme Sommerstein lui-même le fait remarquer, d’un registre d’énonciation colloquial56. Non seulement, en effet, les rares occurrences de πυ(π)πάξ et dérivés s’attestent dans des contextes exclusivement comiques57, mais propre à la comédie est la terminaison –αξ en elle-même. Elle y apparaît dans des déformations injurieuses du type στόμφαξ (« grandiloquent », « pompier », Nuées 1367), πλούταξ (« richard », Eupolis, fr. 172 K.-A., Ménandre fr. 680 K.-A.)58, dans des élargissements parodiques d’interjections tragiques comme παπαιάξ (Lysistrata 924, Guêpes 235), ἰαππαπαιάξ (Thesmophories 945), ἰατταταιάξ (Cavaliers 1)59, ou bien pour dénoter une émission sonore bruyante et disgracieuse (un discours tonitruant en Thesmophories 45s. : βομβὰξ... βομβαλομβάξ, le pet en Nuées 390s. : παππάξ... παπαπαππάξ, le coassement dans le refrain des Grenouilles : βρεκεκεκὲξ κοὰξ κοάξ). L’emploi de cette interjection irrégulière permet donc de reprendre et de développer le registre bas qui, dès le début de la pièce, a été associé aux Érinyes par le recours à des termes et à des thèmes de comédie60. Il serait pourtant imprudent d’en déduire que notre πυπάξ, comme la caractérisation précédente, rend en quelque manière comiques ou familières les Érinyes, car cette dérogation au standards du genre sert plutôt à souligner la violence inouïe du trouble initial des déesses, et à les placer dans un no man’s land qu’aucun autre sujet tragique ne fréquente : si le premier vers de la parodos se révèle non seulement non-lyrique (ἰοὺ ἰοὺ), mais encore radicalement étranger à l’élévation de la tragédie (πυπάξ), c’est que les Érinyes sont ‘autres’, et d’autant plus effrayantes qu’elles ne peuvent être rangées dans aucune des catégories connues. C’est seulement au v. 145, avec ὢ πόποι, qu’elles réussiront à récupérer le code propre à la lamentation.

  • 61  Comme Biraud 2010, p. 79, l’a démontré, il s’agit bien d’une seule interjection, plutôt que de deu (...)
  • 62  Le discours commençant par ὢ πόποι peut ainsi être introduit par des expressions comme μέγ’ ὀχθήσα (...)
  • 63  Aucune attestation chez Euripide et Aristophane ; seulement quatre, outre le présent passage, chez (...)

25ὢ πόποι. L’interjection ὢ πόποι61 est typique des poèmes homériques, dans la plupart des cas en début de vers et en ouverture de discours direct, pour exprimer une gamme émotive assez variée, allant de la surprise à la douleur, de la réprobation à la colère62. Les reprises dans la production dramatique sont plutôt rares63, et se situent presque toutes à l’intérieur de sections chorales (la seule exception est Perses 731), pour exprimer la souffrance du locuteur face à une catastrophe d’envergure publique :

ὢ πόποι κεδνῆς ἀρωγῆς κἀπικουρίας στρατοῦ (Perses 731)

ô popoi ! le secours vaillant, le noble soutien de l’armée ! (Darios, en pleurant la défaite des Perses)

ὢ πόποι, ἀνάριθμα γὰρ φέρω πήματα· νοσεῖ δέ μοι πρόπας στόλος (Œdipe Roi 168s.)

ô popoi ! j’endure d’innombrables souffrances, tout mon peuple est malade (le Chœur, confronté à la propagation de la peste)

ἔρρωγεν παγὰ δακρύων, κέχυται νόσος, ὢ πόποι (Trachiniennes 852s.)

  • 64  Le cas de Perses 852s. : ὢ πόποι, ἦ μεγάλας ἀγαθᾶς τε πολισσονόμου βιοτᾶς ἐπεκύρσαμεν (« ô popoi ! (...)

un torrent des larmes a déferlé, un mal s’est répandu, ô popoi ! (le Chœur, à propos des supplices d’Héraclès)64

  • 65  Voir, par exemple, Euripide, Iphigénie en Tauride 216 : νύμφαν, οἴμοι, δύσνυμφον (interjection en (...)
  • 66  Le texte et la ponctuation adoptés sont justifiés de manière convaincante par Friis Johansen-Whitt (...)
  • 67  Voir sur ce point Allen 1987, p. 18ss.
  • 68  Voir en particulier Di Benedetto 1978, p. 245, et Pattoni 1994, p. 106 ; pour l’allitération chez (...)

26Si on la compare au ἰοὺ ἰοὺ πυπάξ en ouverture de strophe, cette séquence interjective semble donc signaler le glissement d’une intonation basse à une intonation soutenue et littéraire, d’une formule expressive caractéristique des sections dialoguées à une formule typiquement chorale, d’une vocalisation sauvage à une plainte plus contenue et officielle, qui élève au rang de catastrophe collective la « souffrance très pénible » de la disparition d’Oreste. L’impression que l’on en tire est celle d’une entrée graduelle dans le lyrisme de la part des Érinyes, ce qui justifie en même temps la position retardée de ὢ πόποι, non pas au début mais au milieu de la strophe. La position de ὢ πόποι est aussi significative parce que l’interjection, comme en Trachiniennes 852s. cité ci-dessus, vient renchérir sur une verbalisation déjà formulée, se plaçant en incise parmi les syntagmes πάθος δυσαχές et ἄφερτον κακόν (« nous avons souffert une souffrance très pénible, ô popoi ! un mal insupportable »).L’interjection parenthétique est assez usuelle, dans le corpus eschyléen comme ailleurs65, et elle est parfois liée par un phénomène d’allitération à un ou plusieurs termes-clés de son environnement ; ainsi, par exemple, aux vers 113-115 des Suppliantes d’Eschyle : λιγέα βαρέα δακρυοπετῆ, ἰὴ ἰή ἰηλέμοισιν ἐμπρεπῆ, où l’on remarquera avec Friis Johansen-Whittle l’ionisme ἰήλεμος soulignant l’affinité phonique avec l’interjection66. Le même dispositif est présent dans notre passage, où ὢ πόποι sert de contrepoint sonore au πάθος précédent (lui-même en figura etymologica avec ἐπάθομεν) et sans doute à l’ἀφερτον suivant, avec un effet d’allitération facilité par la nature occlusive et non fricative de φ à l’époque classique67. L’emploi des interjections – non seulement ὢ πόποι mais aussi πυπάξ – contribue donc à intensifier les jeux itératifs instamment développés dans cette première strophe de la parodos (voir encore 143 : ἐπάθομεν, 144 : πολλὰ... παθοῦσα, 147 : πέπτωκεν), jeux qui ont été justement rapprochés des procédés employés dans les lamentations funéraires : les Érinyes sont en train de chanter un véritable thrène pour la disparition d’Oreste68.

  • 69  Biraud 2010, p. 133s., et déjà Fraenkel 1962, I, p. 256. Le trouble émotif qui s’accompagne de l’i (...)
  • 70  Ce vers est encore chanté par les Érinyes, et dans un contexte similaire à celui de notre passage  (...)
  • 71  Il en est de même, comme il a été plusieurs fois remarqué, dans le deuxième couple strophique, où (...)
  • 72  Ces procédés sont signalés par Kühn 1905, p. 39 et 47, qui reste encore une étude de référence pou (...)
  • 73  Di Benedetto 1978, p. 246, à propos du deuxième couple strophique, où les échos entre la strophe e (...)

27ἰώ. Cette tonalité thrénétique sera abandonnée dans l’antistrophe, qui est plutôt centrée sur la dénonciation de la conduite scandaleuse d’Apollon (v. 149 : « tu es un voleur », 150 : « tu as piétiné d’anciennes déesses », 153 : « tu as dérobé le matricide »), et s’ouvre par un appel au dieu accompagné de l’interjection ἰώ. Comme le remarque Biraud, cette interjection est spécialisée en tragédie pour les sections lyriques et, lorsqu’elle se trouve précéder un vocatif de nom de dieu ou un vocatif désignant l’interlocuteur, elle signale une plus forte participation émotive par rapport aux interpellations ouvertes par le ὦ clétique69. Notre occurrence peut, en particulier, être rapprochée de celles où le locuteur manifeste tout son blâme ou tout son ressentiment face à la personne invoquée ; ainsi, par exemple, en Agamemnon 1455 :ἰὼ παράνους Ἑλένα (« iô,folle Hélène ! »), Choéphores 429s. : ἰὼ ἰὼ δαΐα πάντολμε μᾶτερ (« iô iô, mère néfaste et effrontée ! »), Euménides 778 =808 : ἰὼ θεοὶ νεώτεροι (« iô, dieux nouveaux ! »)70. La juxtaposition des interjections ἰού et ἰώ, placées au début dela strophe et de l’antistrophe, signale donc à un premier et immédiat niveau expressif l’alternance πάθος / ὄνειδος qui caractérise la parodos dans son ensemble, oscillant toujours entre la lamentation des souffrances endurées et l’invective contre celui qui en est le responsable71. Il vaut aussi la peine de souligner que la sonorité de ces deux interjections s’intègre dans un système subtil d’assonances en responsio qui lient la strophe à l’antistrophe (outre l’écho ἰού ~ ἰώ, voir encore 143 : ἐπάθομεν ~ 149 : ἐπίκλοπος, 146 : κακόν ~ 152 : πικρόν)72, assonances qui semblent suggérer, comme l’a noté Di Benedetto73, que le thrène et le blâme ne sont pas ici deux blocs distincts mais deux registres complémentaires, pouvant évoluer l’un dans l’autre : loin d’être une manifestation de passivité résignée, ces pleurs des Érinyes qui se changent en colère sans trop changer (ἰού → ἰώ) sont donc, au contraire, une expression de leur agressivité et de leur contestation farouche.

3. Conclusions

28Pour résumer ce qui a été observé à propos du panorama interjectif de la section delphique des Euménides, nous avons vu que la succession ὠή... ὦ κατὰ χθονὸς θεαί, dans la première rhèsis de Clytemnestre, signale un changement dans l’attitude de la reine envers les Érinyes, qui sont d’abord apostrophées sur un mode normalement réservé aux subalternes, ensuite invoquées par les respectueuses épiclèses dues à la divinité. Nous avons également vu que les interjections présentes dans le premier couple strophique de la parodos signalent l’évolution du Chœur, de l’expression d’un bouleversement exceptionnel (ἰοὺ ἰοὺ πυπάξ), à la manifestation d’une souffrance plus officielle et plus soutenue (ὢ πόποι), puis à la formulation d’un reproche contre le responsable de cette douleur (ἰώ). D’un côté, donc, les interjections permettent à l’auteur tragique de donner le ton à un acte discursif, comme le ferait une clé musicale, et de le moduler par la suite en le modifiant par touches successives ; de l’autre, elles permettent aussi de définir la nature des sujets vociférant sur scène, comme nous l’avons vu à propos du contre-emploi πυπάξ, qui caractérise les Érinyes, au moment de leur réveil, comme une entité ‘autre’, excédant les bornes de la diction tragique.

  • 74  Parmi les corrections proposées, ἐπιτόνως (Turnèbe) et ὧδ’ ἱέμεναι (Ahrens). Comme le fait remarqu (...)
  • 75  Elles sont mises en évidence par Lebeck 1971, p. 145s.

29Dans la suite des Euménides les interjections, mis à part le ὦ clétique, se font assez rares, se présentant exclusivement dans les sections chorales et se condensant, comme il a été dit plus haut, dans des segments textuels bien définis. Absentes des stasima moralisants, avec l’exception possible du v. 357 : ἐπὶ τόν, ὤ, διόμεναι qui a suscité non à tort les doutes des critiques74, les interjections apparaissent en effet dans l’epiparodos où les Érinyes poursuivent fiévreusement les traces d’Oreste (v. 244 : εἶἑν, v. 262 : παπαῖ) et dans les refrains qui suivent le procès (v. 778-792 =808-822 : ἰώ... φεῦ... ἰώ, v. 837-846 =870-880 : φεῦ... φεῦ... οἰοῖ δᾶ φεῦ). Ces sections présentent d’ailleurs le même tissu métrique que la parodos, un système de dochmiaques et iambes, et lui sont rattachées par de nombreuses reprises thématiques et lexicales75. Même par leur distribution, les interjections semblent donc constituer un élément essentiel dans la charpente de la pièce, parce qu’elles soulignent ses pointes émotives – la fuite, puis l’absolution d’Oreste – et qu’elles distinguent, une fois de plus, le niveau énonciatif des Érinyes de celui des autres acteurs du drame : il est sans doute significatif qu’aucune interjection (à part le ὦ d’interpellation) n’est prononcée ni par Oreste, silencieusement confiant en la protection d’Apollon, ni par les « divinités nouvelles », alors que les Érinyes sont absorbées, avant que la persuasion d’Athéna n’ait lieu, dans une plainte tout à fait solitaire. La conclusion qui peut être tirée, même de l’échantillon réduit qui a été analysé dans cette étude, est donc que ces éléments minimes de la langue, loin d’être un bruit parasite du drame qui se noue dans et à travers la parole articulée, lui apportent des nuances de sens complémentaires, et se révèlent vraiment essentiels à la compréhension de la ποικιλία ou polyphonie du discours tragique.

Haut de page

Bibliographie

Allen 1987 = W. S. Allen, Vox Graeca, Cambridge, 19873.

Amendola 2005 = S. Amendola, « Il grido di Clitemestra : l’ὀλολυγμός e la donna virile », Lexis 23, 2005, p. 19-29.

Avezzù–Guidorizzi–Cerri 2008 = G. Avezzù–G. Guidorizzi–G. Cerri, Sofocle. Edipo à Colono, Rome-Milan, 2008.

Biraud 2004 = M. Biraud, « Les valeurs illocutoires des interjections du grec classique dans les Oiseaux d’Aristophane », IG 101, 2004, p. 44-49.

Biraud 2010 = M. Biraud, Les interjections du théâtre grec antique. Étude sémantique et pragmatique, Louvain-la-Neuve, 2010.  

Blass 1907 = F. W. Blass, Die Eumeniden des Aeschylos, Berlin, 1907.

Brock 1990= R. Brock, « Plato and Comedy », dans E. M. Craik (éd.),‘Owls to Athens’. Essays on Classical Subject Presented to Sir Kenneth Dover, Oxford, 1990, p. 39-49.  

Buridant 2006 = C. Buridant, « L’interjection : jeux et enjeux », Langages 161, 2006, p. 3-9.

Carden 1974= R. Carden, The Papyrus Fragments of Sophocles, Berlin-New York, 1974.

Carson 2001= A. Carson, « Screaming in Translation: the Electra of Sophocles », dans Ead., Sophocles’ Electra, Oxford, 2001.

Chantraine 1968 = P. Chantraine, Dictionnaire étymologique de la langue grecque, Paris, 1968.

Citti 1962 = V. Citti, Il linguaggio religioso e liturgico nelle tragedie di Eschilo, Bologne, 1962

Citti 2010 = V. Citti, « Aeschylus, Suppliants 112-150 », dans Ph. Mitsis–Ch. Tsagalis (éds.), Allusion, Authority and Truth. Critical Perspectives on Greek Poetic and Rhetorical Praxis, Berlin-New York, 2010, p. 203-218.

Denniston 1954= J. D. Denniston, The Greek Particles, Oxford, 19542.

Di Benedetto 1978= V. Di Benedetto, L’ideologia del potere e la tragedia greca. Ricerche su Eschilo, Turin, 1978.

Dickey 1996= E. Dickey, Greek Forms of Address, Oxford, 1996.

Dover 1993= K. Dover, Aristophanes. Frogs, Oxford, 1993.

Foley 2001= H. Foley, Female Acts in Greek Tragedy, Princeton, 2001.

Fraenkel 1962= E. Fraenkel, Aeschylus. Agamemnon, 3 vol. , Oxford, 19622.

Francobandiera 2008= D. Francobandiera, « I gemiti delle Erinni: Aesch. Eum. 117-130 », QUCC 90, 2008, p. 89-98.

Friis Johansen–Whittle 1980= H. Friis Johansen–E. H. Whittle, Aeschylus. The Suppliants, 3 vol. , Copenhague, 1980.

Garvie 1986 = A. F. Garvie, Aeschylus. Choephori, Oxford, 1986.

Garvie 2002 = A. Garvie, « Allitteration in Aeschylus », Lexis 20, 2002, p. 3-12.

Gernet 1983 = L. Gernet, « ‘You-you’. En marge d’Hérodote », dans R. Di Donato (éd.), Les Grecs sans miracles, Paris, 1983, p. 247-257.

Heirman 1975 = L. J. Heirman, « Kassandra’s Glossolalia », Mnemosyne 28, 1975, p. 257-267.

Hutchinson 1985 = G. O. Hutchinson, Aeschylus. Septem contra Thebas, Oxford, 1985.

Judet de La Combe 2001 = P. Judet de La Combe, L’Agamemnon d’Eschyle. Commentaire des dialogues, 2 vol. , Villeneuve d’Ascq, 2001.

Judet de La Combe 2004 = P. Judet de La Combe, Eschyle. Agamemnon, Paris, 2004.

Kamerbeek 1984= J. C. Kamerbeek, The Plays of Sophocles, vol. 7, The Œdipus Coloneus, Leyde, 1984.

Kannicht 1969= R. Kannicht, Euripides. Helena, 2 vol. , Heidelberg, 1969.

Kühn 1905= W. Kühn, De vocum sonorumque in strophicis Aeschyli canticis aequabilitate, Diss. Halle, 1905.

Labiano Ilundain 2000 = J. M. Labiano Ilundain, Estudio de las interjecciones en las comedias de Aristófanes, Amsterdam, 2000.

Lebeck 1971= A. Lebeck, The Oresteia. A Study in Language and Structure, Cambridge Mass., 1971.

van Leeuwen 1968 = J. van Leeuwen, Aristophanis Equites, Leyde, 19682.  

Lloyd-Jones–Wilson 1990= H. Lloyd-Jones–N. G. Wilson, Sophoclis fabulae, Oxford, 1990.

Loraux 1999 = N. Loraux, La voix endeuillée. Essai sur la tragédie grecque, Paris, 1999.  

Martínez Hernandez 1978 = M. Martínez Hernandez, « Las interjecciones de dolor en Sofocles », CFC 15, 1978, p. 73-136.

Mastronarde 1988 = D. J. Mastronarde, Euripides. Phoenissae, Leipzig, 1988.

Matino 1998 = G. Matino, La sintassi di Eschilo, Naples, 1998.

Mazon 1935 = P. Mazon, Eschyle, vol. 2, Agamemnon, Choéphores, Euménides, Paris, 1925.

Mesnage 1966 = M. Mesnage, « Le cri tragique chez les Grecs », BAGB, 1966, p. 420-439.

Moorhouse 1982= A. C. Moorhouse, The Syntax of Sophocles, Leyde, 1982.

Morenilla Talens 1995 = C. Morenilla Talens, « Entre la interiección y la cursiva fónica : la expresión de la tensión emocional en la tragedia griega », dans F. De Martino–A. Sommerstein (éds.), Lo spettacolo delle voci, Bari, 1995, p. 131-171.

Pattoni 1994 = M.-P. Pattoni, « Il trono insanguinato di Apollo (Aesch. Eum. 162ss.) », Aevum(ant) 7, 1994, p. 101-118.

Perdicoyianni-Paléologue 2002 = H. Perdicoyianni-Paléologue, « The Interjections in Greek Tragedy », QUCC 70, 2002, p. 49-88.

Perpillou 1982 = J.-L. Perpillou, « Verbes de sonorité à vocalisme expressif en grec ancien », REG 95, 1982, p. 233-274.

Poggi 1981 = I. Poggi, Le interiezioni : studio del linguaggio e analisi della mente, Turin, 1981.

Pogliani 1994 = M. C. Pogliani, « L’allitterazione nella tragedia eschilea », Lexis 12, 1994, p. 37-46.

Pulleyn 1997= S. Pulleyn, Prayer in Greek Religion, Oxford, 1997.

Rosier 1995 = L. Rosier, « L’interjection, partie ‘honteuse’ du discours », Scolia 3, 1995, p. 109-121.

Schauer 2002 = M. Schauer, Tragisches Klagen. Form und Funktion der Klagedarstellung bei Aischylos, Sophokles und Euripides, Tübingen, 2002.

Scott 1903= J. A. Scott, « The Vocative in Homer and Hesiod », AJPh 24, 1903, p. 192-196.

Scott 1904= J. A. Scott, « The Vocative in Aeschylus and Sophocles », AJPh 25, 1904, p. 81-84.

Scott 1905= J. A. Scott, « Additional Notes on the Vocative », AJPh 26, 1905, p. 32-43.

Scott 1984= W. Scott, « The Splitting of Choral Lyric in Aeschylus’ Oresteia », Glotta 105, 1984, p. 158-162.

Sébillotte-Cuchet 2003 = V. Sébillotte-Cuchet, « Cri de femmes, cri d’hommes », dans D. Lett–N. Offenstadt (éds.), ‘Haro ! Noël ! Oyé !’ Pratiques du cri au Moyen Âge, Paris, 2003.

Sideras 1971= A. Sideras, Aeschylus Homericus. Untersuchungen zu den Homerismen der aischyleischen Sprache, Göttingen, 1971.

Sommerstein 1989 = A. H. Sommerstein, Aeschylus. Eumenides, Oxford, 1989.

Sommerstein 2002= A. H. Sommerstein, « Comic Elements in Tragic Language: the Case of Aeschylus’ Oresteia », dans A. Willi (éd.), The Language of Greek Comedy, Oxford, 2002, p. 151-168.

Stanford 1983= W. B. Stanford, Greek Tragedy and the Emotions. An Introductory Study, Londres, 1983.

Wecklein 1888= N. Wecklein, Aeschylus. Orestie, Leipzig, 1888.

West 1990= M. L. West, « Colloquialism and Naïve Style in Aeschylus », dans E. M. Craik (éd.), ‘Owls to Athens’. Essays on Classical Subjects presented to Sir Kenneth Dover, Oxford, 1990, p. 3-12.

West 1998= M. L. West, Aeschyli Tragoediae cum incerti poetae Prometheo, Stuttgart, 19982.

Wilamowitz 1914= U. von Wilamowitz-Moellendorff, Aeschyli Tragoediae, Berlin, 1914.

Zilliacus 1946= H. Zilliacus, « Notes on the Periphrases of the Imperatives in Classical Greek », Eranos 44, 1946, p. 265-279.

Haut de page

Notes

1  Sur ce point, voir au moins Buridant 2006, p. 7, et Biraud 2010, p. 224-227. Bien évidemment, nous pouvons établir des discriminations du point de vue théorique. Entre l’onomatopée et l’interjection il y a un croisement, dans la mesure où l’interjection peut être formée à partir de l’imitation d’un bruit naturel (voir, par exemple, φεῦ, formé sur la même base onomatopéique que le lat. , le fr. fi, l’all. pfui, Chantraine 1968, s. v.), mais il n’y a pas de coïncidence stricte, parce que nous avons des interjections non onomatopéiques, comme εἶἑν ou εἶα, et des onomatopées non interjectives comme αὖ αὖ et κοάξ. Quant à la relation entre l’interjection et la particule exclamative, les deux peuvent indiquer un état émotif du locuteur (voir les exemples cités en Denniston 1954, p. XXXVIIIs.), mais l’interjection a un caractère holophrastique et peut être prononcée de manière indépendante, tandis que la particule a toujours besoin d’un élément d’appui. Il est clair, pourtant, que dans des cas concrets ces distinctions ne se présentent pas toujours de façon si nette. En effet, elles ne sauraient s’appliquer à une interjection comme le ὦ clétique, qui n’est jamais utilisée seule mais est régulièrement suivie de vocatif ou de nominativus pro vocativo, ni se révèlent-elles utiles pour définir des émissions vocales hybrides, comme le μυγμός et le ὠγμός en Euménides 117-130, à mi-chemin entre le cri, le bruit et l’interjection (je me permets de renvoyer, pour ce passage, à Francobandiera 2008). Il faut probablement en conclure que « las fronteras, debido a la naturaleza del elemento tratado, no siempre son claras y nítidas » (Labiano Ilundain 2000, p. 364).  

2  J’emprunte l’expression à Rosier 1995, p. 117 : « l’interjection n’est-elle finalement qu’une modalité énonciative particulière, que peut recouvrir n’importe quel terme qu’il soit un nom (Diable !), un verbe à l’infinitif (Foutre !) ou conjugué (Allons !), un adverbe (Jamais !) […]. La catégorie disparaît au profit d’une linguistique énonciative ».  

3  Ainsi, l’éclat interjectif ἆ ἆ au v. 1090 de l’Agamemnon est attesté dans un seul manuscrit, le Mediceus, et omis (sans doute à raison) par les manuscrits de la famille τ : voir Fraenkel 1962, II, p. 493, pour la question.

4  Au v. 405 des Choéphores, par exemple, là où le seul manuscrit qui transmet la pièce présente la phrase ποῖ ποῖ δὴ νερτέρων τυραννίδες (« jusqu’à quand, jusqu’à quand, seigneurs des Enfers ? »), il faut sûrement lire avec la plupart des éditeurs contemporains ποποῖ δᾶ νερτέρων τυραννίδες (« Hélas, ô seigneurs des Enfers ! »), en restaurant à la fois la responsio avec l’antistrophe et la combinaison d’interjections rares mal comprise par le scribe : voir à ce propos Garvie 1986, p. 152.   

5  Une autre question, plus générale, est de savoir si dans les traductions il est préférable d’adopter un moulage de l’interjection grecque ou une interjection propre à la langue-cible. Loraux se prononce contre cette dernière option (Loraux 1999, p. 151 n. 3 : « aiaî non seulement ne doit pas être traduit par “Hélas”, mais ne doit pas du tout être traduit »), invoquant, entre autres, les effets que produisent les échos du tissu sonore de l’interjection dans le contexte (parmi les exemples cités, voir au moins Pers. 256-258 : ἄνι’ ἄνια, νεόκοτα καὶ δάι’· αἰαῖ, διαίνεσθε Πέρσαι), tandis que Labiano Ilundain transpose généralement les interjections dans leurs équivalents espagnols, en se prononçant également sur les précautions méthodologiques à adopter (Labiano Ilundain 2000, p. 12 : « al traducirlas [scil. les interjections], incluso de distinta manera cada vez, se traduce no sólo el contexto, la situación y la entonación siempre diferentes, sino también el hablante, distinto en cada ocasión »). En plus des problèmes d’intermittence décelés par Labiano Ilundain, il faut aussi souligner que l’équivalence langue-source/langue-cible est dans ce cas particulièrement problématique, puisque les langues vivantes offrent un échantillon interjectif plus réduit que le grec ancien, ou non également spécialisé ; on songera, par exemple, à l’absence d’un équivalent français exact pour le ὀτοτοῖ expressif des pleurs funèbres, ou encore à la disproportion entre ‘hélas’ et la riche palette tragique φεῦ, παπαῖ, οἴμοι, αἰαῖ, etc. Le traducteur est donc amené à adopter une solution de compromis et, pour sauvegarder la valeur de chaque interjection, se trouve parfois forcé à renoncer au statut proprement interjectif, pour glisser vers un niveau plus ou moins référentiel de la langue ; ainsi, par exemple, Ag. 1072 : ὀτοτοτοτοῖ ποποῖ δᾶ est traduit en Judet de La Combe 2004 par « la mort, la mort, la mort, la mort ! hélas, ici ! ».Sur les problèmes que pose la traduction des interjections voir aussi Carson 2001.

6  J’emprunte l’expression « contagion du contexte » à Poggi 1981, p. 21.   

7  Voir à ce propos les observations de Biraud 2010, p. 16 : « les prétendus faits de polysémie qui sont répertoriés dans les dictionnaires doivent souvent relever ou bien de la prise en compte d’un trop large contexte […], ou bien d’une approche trop globale de l’émotion ressentie par le locuteur, sans en distinguer les phases. L’étude doit donc viser à sélectionner, parmi les énoncés qui suivent l’interjection, ceux qui sont en continuité avec elle ». Pour les questions que soulève l’interférence entre le contexte et l’interjection voir également Buridant 2006, p. 6s.   

8  Ainsi, par exemple, dans les Fugitifs de Lucien (33, 15-17), lorsque Cantharos s’exclame φεῦ τῶν κακῶν, ὀτοτοῖ, παππαπαιάξ, le serviteur aura vite fait de lui rétorquer τί τοῦτο παρεντίθης τῶν τραγικῶν σου διαλόγων; (« pourquoi intercales-tu ce morceau de tes dialogues tragiques ? »).  

9  Sophocle, Ajax, 430-431 : αἰαῖ· τίς ἄν ποτ’ ᾤεθ’ ὧδ’ ἐπώνυμον / τοὐμὸν ξυνοίσειν ὄνομα τοῖς ἐμοῖς κακοῖς; (« Aiai ! Qui eût jamais pensé que mon nom serait si bien accordé avec mes souffrances ? »).

10  Sur ce point, voir au moins Hutchinson 1985, p. 179-181, et Foley 2001, p. 49-53.

11  Stanford 1983, p. 61.

12  Voir, en particulier, Martínez Hernandez 1978, Morenilla Talens 1995, Perdicoyianni-Paléologue 2002, Sébillotte-Cuchet 2003, Biraud 2004. Heirman 1975 est consacré à l’étude d’une séquence interjective singulière, l’ὀτοτοτοτοῖ ποποῖ δᾶ prononcé par Cassandre en Aesch. Ag. 1072=1076, tandis que Mesnage 1966 propose une interprétation générale de la fonction du cri dans la tragédie. On peut également mentionner les nombreuses monographies sur le cri rituel, parmi lesquelles je citerai au moins Schauer 2002 et Amendola 2005.

13  La valeur d’une interjection, en d’autres termes, pourra être cernée en repérant le genre d’énoncé qui lui est le plus régulièrement associé, ainsi que sa situation typique d’énonciation (Biraud 2010, p. 16s.).

14  Lorsque des emplois interjectifs ne sont pas reconductibles à une valeur unique, ils doivent correspondre à des émissions vocales que l’on peut distinguer à l’écoute. Les différentes valeurs de la graphie φεῦ, au nombre de quatre selon la savante (expression de l’affliction, du mépris, de l’admiration et de l’hésitation), correspondraient, par exemple, à quatre émissions vocales – c’est-à-dire à quatre interjections – différentes, quoique similaires du point de vue graphique. Voir sur ce point Biraud 2010, p. 57-61.  

15  Voir Choéphores 327s. : ὀτοτύζεται δ’ ὁ θνῄσκων, ἀναφαίνεται δ’ ὁ βλάπτων (« le mort reçoit l’ototoi, le destructeur apparaît »), avec Garvie 1986, p. 131s. Voir aussi Judet de La Combe 2001, p. 429s., à propos d’Agamemnon 1072s.=1076s. : ὀτοτοτοτοῖ πόποι δᾶ· Ἄπολλον Ἄπολλον. Le savant souligne à raison que la réplique aux v. 1074s. : τί ταῦτ’ ἀνωτότυξας ἀμφὶ Λοξίου; / οὐ γὰρ τοιοῦτος ὥστε θρηνητοῦ τυχεῖν (« pourquoi as-tu poussé ces ototoi au sujet de Loxias ? Il n’est pas un dieu qui peut avoir rapport au chanteur de thrènes »), montre que la situation rituelle supposée par le cri est immédiatement reconnue par le Chœur.    

16  Voir, en particulier, les v. 1539s. : τί μ’, ὦ παρθένε,… ἐξάγαγες ἐς φῶς (« pourquoi, ma fille, […] m’as-tu ramené à la lumière ? »), 1543s. : αἰθέρος ἀφανὲς εἴδωλον ἢ νέκυν ἔνερθε (« moi, un simulacre invisible d’éther, un mort de dessous la terre »), et Mastronarde 1988, p. 580.

17  On songera à la présence dans le corpus eschyléen d’interjections rares (δᾶ, ἐλελεῦ, ὀᾶ, πυπάξ), ou encore à la rareté d’interjections comme ὤμοι et οἴμοι, très communes en tragédie pour exprimer toute sorte d’accès pathétiques (οἴμοι, par exemple, a 73 occurrences chez Sophocle, mais seulement 4 chez Eschyle).

18  La concentration est moins marquée dans les Sept et dans le Prométhée (bien que l’on puisse relever une intensification de la fréquence interjective, respectivement : dans la parodos et dans le thrène pour Étéocle et Polynice ; dans la monodie de Prométhée et dans les prises de parole de Io), tandis que les Perses et les Choéphores présentent une distribution interjective plus homogène en raison du rôle essentiel que la lamentation y joue.

19  Le texte de référence est West 1998(je signalerai en note les lieux où je m’en écarte).   

20  Etymologicum Gudianum ω 577.14 Sturz : <ὠή>, ἔπος θρηνητικόν, Hérodien, Partitiones 96.10 Boissonade : ὠή, ἀντὶ τοῦ φεῦ ; Etymologicum Magnum 78.35 Gaisford : ὠή· ἔστι κλητικὸν ἐπίρρημα, Eustathe 1.267.7-8 van der Valk : τὸ ὠή ἀνακλητικόν […] ἔτι δὲ καὶ […] σχετλιαστικόν.

21  Fr. 269c, 25s. Radt : ὠή· ἐσορᾷς; / †ειστονα..† πόδ’ ἔχειν. Ces vers sont sans doute prononcés pendant que les choreutes poursuivent ou sont poursuivis par Hermès (Carden 1974, p. 87). Vu l’état du v. 26, il est difficile de se prononcer sur la valeur exacte de ὠή : selon Carden, ce serait un cri de désarroi, mais il n’est pas à exclure, surtout en tenant compte du verbe ἐσορᾷς (« vois-tu ? »), qu’il soit plutôt un κλητικὸν ἐπίρρημα destiné à attirer l’attention des autres membres du Chœur.

22  Voir Kannicht 1969, II, p. 131, et Perdicoyianni-Paléologue 2002, p. 82.

23  Voir, sur ce dernier point, les observations de Biraud 2010, p. 99. Les deux occurrences euripidéennes ultérieures, Héraclès 1106s. : ὠή, τίς ἐγγὺς ἢ πρόσω φίλων ἐμῶν ∕ δύσγνοιαν ὅστις τὴν ἐμὴν ἰάσεται; (Héraclès, se réveillant après son accès meurtrier : « ohé ! y a-t-il un ami, près ou loin, qui puisse guérir mon ignorance ? »), et Phéniciennes 269 : ὠή, τίς οὗτος; ἢ κτύπον φοβούμεθα; (Polynice, s’avançant précautionneusement à l’intérieur des remparts de Thèbes : « ohé ! qui-vive ? ai-je peur d’un simple bruit ? »), présentent une situation similaire, car le sujet parlant s’adresse à un interlocuteur dont l’existence même peut être mise en doute.

24  Voir encore Kannicht 1969, II, p. 131.

25  En Héraclès 1106 et Hélène 435, cités plus haut, l’interjection est toutefois suivie d’une requête en forme interrogative, ce qui adoucit sensiblement la demande du locuteur (voir plus loin, note 28). Ὠή apparaîtra encore avec des fonctions similaires dans le fragment comique 1084.30 K.-A. : ὠή, ἄνοιγ’ ἄνωθεν (« ohé ! ouvre, d’en haut ! »), et chez Xénophon, Cynégétique 6.20, où l’interjection est employée pour interpeller les aides de camp du chasseur, afin qu’ils signalent la position des meutes.

26  Sommerstein 1989, p. 101 : « calling attention, ‘hey !’ ‘ahoy !’ ». Contra Carden 1974, p. 87 : « a cry of dismay at Eur. Cyc. 51 and Aesch. Eum. 94 ».

27  Zilliacus 1946, p. 269, décèle dans cette périphrase un « still higher degree of politeness » par rapport à l’optatif simple.

28  La périphrase ἄν + opt. se trouve également couplée de l’interjection ὠή – mais régulièrement placée après le cri d’appel – en Euripide Hélène 435, cité ci-dessus. Voir, à ce propos, les observations de Kannicht 1969, II, p. 131 : « durch ὠή wird jedoch der Anruf des Pförtners nicht unhöflich; denn Men[elas] expliziert ihn ja in τίς ἄν... μόλοι durch die interrogativ-potentiale, also gerade höflichere Periphrasis des Imperativs ».   

29  Scott 1903, 1904 et 1905. Un compte rendu très précis des positions en jeu se trouve dans Dickey 1996, p. 199-206, qui se déclare finalement sceptique sur la possibilité d’attribuer une valeur précise à ὦ, et dans Biraud 2010, p. 97-99, qui décèle au contraire dans les emplois tragiques de ὦ + nom de personne (l’analyse est conduite principalement sur l’Hécube et l’Iphigénie à Aulis) une intonation particulière de confiance et de proximité. Pour les emplois tragiques de l’interjection, outre les traitements de Matino 1998, p. 29-31, et de Moorhouse 1982, p. 26-31, voir aussi Perdicoyianni-Paléologue 2002, p. 75-81. Je n’ai pas pu consulter, en revanche, l’importante étude de M. Brioso Sánchez, « El vocativo y la interjección ὦ », Habis 2, 1971, p. 35-48.

30  Scott 1905, p. 37s. : « class terms such as πρόσπολοι, δμῶες, ὀπαδοί and all words denoting slaves or servants, have the vocative without ὦ, unless said by one servant to another [...]. It seems to me that the interjection denotes a degree of familiarity beyond that allowed to servants in their intercourse with their masters ». La seule exception chez Eschyle est Choéphores 653s. : παῖ, παῖ... / τίς ἔνδον ὦ παῖ; (Oreste à l’esclave du palais : « petit, petit ! […] y a-t-il quelqu’un à l’intérieur, petit ? »), où la présence de l’interjection est pourtant justifiée par la règle selon laquelle un vocatif monosyllabique dans le temps levé du troisième pied du trimètre est toujours précédé par ὦ (à ce propos voir encore Scott 1904, p. 83). Les exceptions sont très rares aussi chez les autres tragiques (à Sophocle, Œdipe Roi 945 et Antigone 1320, discutés par Scott, on pourrait ajouter Euripide, fr. 223, 82 Kannicht : ὦ πρόσπ[ολοι, fr. 822, 1 Kannicht : ὦ πρόσπολο[ι), et véhiculent souvent une intensification émotive exceptionnelle. Ainsi, par exemple, en Sophocle Œdipe Roi 945 : ὦ πρόσπολε, où Jocaste « in her ecstasy of joy pays no thought to class distinction » (Scott 1905, p. 38).

31  Scott 1904, p. 82. La discordance avec les emplois épiques, où un mortel ne s’adresse jamais aux dieux en employant ὦ + vocatif (sauf quand il ignore qu’il s’agit d’un dieu), est ici très marquée.

32  La liste qui suit est simplement indicative, pour les raisons exposées plus loin. Les passages regroupés sous [a] présentent le vocatif seul, ceux regroupés sous [b] le vocatif précédé de ὦ, ceux regroupés sous [c] le vocatif précédé d’une autre interjection. Je signale par un astérisque les vers où la divinité est une dramatis persona directement apostrophée sur scène par un interlocuteur humain ou divin. Apollon : [a] Sept 146, Agamemnon 513, 1073=1077 (ὤπολλον M : ἄπολλον τ), 1080=1085, Choéphores 1057, Euménides 85*, 198*, 574*, 610* ; [b] Sept contre Thèbes 159, Euménides 744* ; [c] Agamemnon 1257. Athéna : [a] Euménides 235, 443*, 629*, 667*, 892* ; [b] Euménides 754*, Sept 129ss. (où l’interjection peut pourtant être due à la présence du substantif abstrait κράτος, voir plus loin). Hermès : [a] Choéphores 1, 124, Euménides 90*?, fr. 384 R. Autres divinités : [a] Aïdôneus Perses 650, Arès Sept 105, 137, Cypris Sept 140, Artémis Sept 154, Onka Sept 164, Héphaïstos Prométhée 3*, Héra fr. 383 R., Poséidon fr. 464, 10 R. ; [b] Héra Sept 152, Perséphone Choéphores 490, Poseidon fr. 17, 22 R. Invocations à θεοί et θεαί : [a] Sept 108, 253, 301, 626, Suppliantes 77, 630s., Choéphores 802, Euménides 825* ; [b] Sept 312 ; [c] Sept 87, 166, Choéphores 462, Euménides 778=808 (toujours avec ἰώ : pour la charge émotive particulière véhiculée par cette interjection voir plus loin). Invocations collectives adressées à plusieurs divinités : [aPerses 628s., 640s., Agamemnon 508s., Choéphores 399 ; [b] Sept 69, 822s., Suppliantes 23s. (ὦν M : ὦ Rob.) Les emplois clétiques eschyléens présentent pourtant un nombre si élevé de variables que la valeur informative de cette liste en est fortement réduite. Même sans considérer les oscillations des manuscrits – voir, par exemple, Agamemnon 1073-1077 cité supra –, un problème particulier est posé par les invocations à des entités comme ἀρά, γαῖα, μοῖρα, δαῖμον etc., plus ou moins proches, selon les contextes, d’un substantif abstrait et par conséquent plus ou moins susceptibles d’être accompagnées de l’interjection, de règle avec ce dernier (Scott 1904, p. 82, et Moorhouse 1981, p. 27).

33  ὦ Ζεῦ 11, Ζεῦ 9, que le nom soit ou non modifié, en excluant le douteux Choéphores 790 : ὦ Ζεῦ θές M : ὢ {Ζεῦ} θές Heimsoeth : {ὦ} Ζεῦ θές Seidler, ainsi que le fragment 451h, 2 Radt : ἰδὲ γάρ, ὦ Ζ[εῦ] ξέ[νιε].

34  Fraenkel 1962, I, p. 186.

35  Pour la prédominance de l’impératif aoriste dans les prières adressées aux dieux (dans celles qui s’adressent aux hommes, le présent est employé en mesure égale), voir Pulleyn 1997, p. 221.

36  Dans les prières eschyléennes voir, par exemple, κλύε (Choéphores 157), ἐπάκουσον (Choéphores 725), κλῦθι (Choéphores 332, Euménides 323) ; ces exemples et d’autres sont examinés par Citti 1962. Ἀκούω est également dans la liste des mots clétiques les plus communs établie par Pulleyn 1997, p. 218-220.

37  Pour des formes clétiques similaires voir Sophocle, Œdipe à Colone 1568 : ὦ χθόνιαι θεαί (des Euménides) et Hymnes orphiques 69, 8 : Ἀίδεω χθόνιαι, φοβεραί κόραι (des Érinyes).  

38  Voir, par exemple, la rhèsis d’Électre en Choéphores 84-105 (84 : δμῳαὶ γυναῖκες… 100 : ὦ φίλαι), qui présente une progression similaire, du point de vue structurel, à celle de notre passage : au vocatif initial δμῳαὶ γυναῖκες, où la hiérarchie maître-esclave est très claire, succède en effet le plus intime ὦ φίλαι, par lequel Électre valorise la proximité qui existe entre elle-même et les femmes du Chœur, en correspondance d’une demande d’aide explicite et du constat de la haine partagée qui les unit.

39  Je garde la leçon des manuscrits παθοῦσα (πονοῦσα West).

40  Je garde la leçon des manuscrits δυσαχές (δυσακές West, d’après Lindau).

41  Dix occurrences, outre le présent passage, en tragédie ; vingt-huit chez Aristophane ; quatre, en des contextes souvent lacunaires, dans les drames satyriques de Sophocle et Euripide. Ἰοὺ ἰού est aussi particulièrement fréquent en dehors de la littérature dramatique : dans les dialogues de Platon, il est par exemple employé pour marquer l’approbation emphatique des paroles de l’interlocuteur (Gorgias 499b9, Hippias Majeur 291e3) ou la surprise du locuteur face à une découverte inattendue (République 432d2) ; chez Démosthène, Sur la fausse ambassade 209, 3, et Contre Aristogiton 47, 5,il désigne la réaction d’un individu qui se laisse emporter outre mesure par ses émotions (voir pour ces passages Biraud 2010, p. 67). Plutarque, Vie de Thesée 22, 4, témoigne également d’un emploi rituel de ἰοὺ ἰού, couplé avec la clameur ἐλελεῦ lors des libations des Oschophories, et exprimant ἔκπληξις et ταραχή. Ce passage est étudié par Gernet 1983, qui rapproche le cri en question du you you des femmes berbères.           

42  Comme le suggère Biraud 2010, p. 65, il paraît plus prudent d’imprimer l’interjection sans accents, quand on se réfère à l’ensemble de ses emplois, car ces deux valeurs du cri semblent justement avoir été distinguées à l’aide de deux accents différents : voir, par exemple, la scholie au v. 1170 des Nuées d’Aristophane (644.13 Holwerda) : ἐπὶ χαρᾶς περισπᾶται, σχετλιαστικὸν δὲ ὀξύνεται. La distinction, qui est pourtant loin d’être maintenue dans les manuscrits, est généralement respectée dans les éditions les plus récentes (voir, par ex., Dover 1993, p. 274, à propos de Grenouilles 653 : ἰοὺ ἰοῦ). Pour une analyse plus approfondie des emplois comiques de ἰου ἰου, voir les traitements de Labiano Ilundain 2000, p. 215-227, et Biraud 2010, p. 65-67, symptomatiques des différences de méthode entre les deux savants : si Labiano Ilundain insiste, en effet, sur la complexité et la plurivocité de cette interjection, en répertoriant au moins quatre valeurs dans le corpus aristophanéen (expression de la joie, de la douleur, de la surprise, du dégoût), Biraud ne repère que deux profils d’emploi principaux, la joie et la douleur, qui seraient en outre nettement différenciés par l’opposition prosodique signalée plus haut.  

43  Biraud 2010, p. 138. Chez les lexicographes, ἰού est régulièrement glosé par des expressions telles que οἴμοι et φεῦ : voir Photius ι 109 Theodoridis, Hesychius ι 757 Latte, etc. On peut sans doute rapprocher de cette valeur les emplois tragiques de ἰύζω et ἰυγμός, dénotant un cri ou un chant de douleur (Perses 280s., 1042s., Choéphores 26, etc.). Les deux termes sont déjà attestés dans les poèmes homériques, avec des valeurs différentes : en Iliade, XVII 66, et Odyssée XIV 162, ἰύζω est le cri que l’on pousse pour chasser une bête féroce, tandis qu’en Iliade XVIII 572, ἰυγμός est le cri qui accompagne l’exécution du λίνος (le λίνος est naturellement une composition thrénétique, mais le contexte du passage iliadique semble plutôt caractériser une cérémonie joyeuse, voir Edwards ad loc.). Pour la formation de ἰύζω et ἰυγμός, datant d’un stade linguistique où υ devait encore être prononcé /u/, voir Perpillou 1982, p. 239, et Biraud 2010, p. 66, note 5.

44  On peut également insérer dans cette catégorie le cri de désespoir du messager découvrant qu’Ajax est sorti de sa tente (Ajax 737), celui de Jocaste au moment où elle se congédie définitivement d’Œdipe (Œdipe Roi 1071), et l’exclamation du Chœur de l’Œdipe à Colone à la mention de la descendance de Laïos (Œdipe à Colone 220, voir plus loin et note 48 pour ce passage). Philoctète 38s. : ἰοὺ ἰού· καὶ ταῦτά γ’ ἄλλα θάλπεται / ῥάκη (« Ioù ioù ! voilà encore des loques qui sèchent au soleil ») est un cas différent, car l’interjection semble ici exprimer la surprise – ou la joie ? – de Néoptolème face à la découverte des haillons de Philoctète.    

45  Il s’agit de la seule occurrence joyeuse sûrement attestée dans le corpus tragique, d’où l’accentuation de West.    

46  En Agamemnon 25s., l’interprétation dépend aussi du choix entre les leçons σημαίνω (M) et σημανῶ (Vτ). En adoptant le présent, comme le font West et tous les éditeurs récents, on est amené à penser que le garde commente par-là son émission interjective et que le ἰοῦ ἰοῦ accomplit, en un sens, la fonction explicitée par le verbe : il s’agit bien d’un signal adressé à Clytemnestre (voir, à ce propos, les observations de Fraenkel 1962, II, p. 18). L’interjection aurait alors une fonction similaire en Aristophane, Paix 110 : ἰοὺ ἰοὺ ἰού· ὦ παιδί’, ὁ πατὴρ ἀπολιπὼν ἀπέρχεται (le serviteur signale aux enfants de Trygée le départ soudain de leur père : « ioù ioù ioù ! enfants, votre père vous laisse, il s’en va ! »), et Lysistrata 829 : ἰοὺ ἰού, γυναῖκες, ἴτε δεῦρ’ ὡς ἐμὲ ταχέως (Lysistrata apparaît sur les remparts pour appeler les compagnes à son aide : « ioù ioù ! les femmes, venez à moi vite ! »), occurrences où, selon Labiano Ilundain 2000, p. 222, « la alarma se traduce en un valor de apelación al interlocutor provista de gran fuerza ».  

47  Biraud 2010, p. 67.

48  Le texte adopté est celui de Lloyd-Jones–Wilson 1990 et Avezzù–Guidorizzi–Cerri 2008 (Λαΐου ἴστε τιν’ ἀπόγονον Ω). Pour d’autres arrangements, qui n’affectent pas l’attribution au Chœur du ἰοὺ ἰού en question, voir Kamerbeek 1984, p. 52.

49  Je précise que j’emploie ici le terme ‘dialogisation’ d’un point de vue exclusivement stylistique : la strophe semble construite pour donner l’impression d’une polyphonie de voix dans le chant, mais il est difficile d’établir si cela entraîne son effective répartition entre plusieurs choreutes. Pour une histoire de la question, extrêmement débattue, voir Scott 1984, p. 158-162.

50  Voir sur ce point les observations de Scott 1984, p. 162 : « if Aeschylus wanted to show that [...] the very gods of ancient Justice were unable to create a harmoniously ordered musical form, he could have done it in no stronger way than by opening with this ramshackle parodos ».

51  West 1998 adopte, en effet, le πυπάξ de τ et suggère dubitativement πυππάξ en apparat, en renvoyant pour la gémination de la consonne aux occurrences de l’interjection chez Platon (voir note suivante). L’accentuation πύπαξ de M avait en revanche été adoptée par les quelques éditeurs qui gardaient, avant West, la leçon des manuscrits (Wecklein 1888, Blass 1907, Wilamowitz 1914 et Mazon 1935).   

52  Les manuscrits présentent une consonne simple en 303a6, toujours avec des variations dans l’accentuation (πυπὰξ B : πύπαξ T), et une consonne double en 303a7-8, où la réplique de Ctésippe est reprise par Dionysodore (πυππὰξ B : πύππαξ T).

53  Sommerstein 1989, p. 109

54  Phrynichus, Praeparatio Sophistica, 120.3-5 de Borries.

55  Voir la scholie à Platon, Euthydème 303a : τὸ […] πύππαξ τίθεται καὶ ἐπὶ σχετλιασμοῦ καὶ ἐγκωμίου, et Photius π 123 Naber : πυππάξ· ἐπίφθεγμα σχετλιασμοῦ.    

56  Sommerstein 1989, p. 109 : « interjections in –άξ belong to a highly colloquial register of speech ; they are frequent in comedy [...] but none occurs in serious poetry except here » ; voir aussi West 1990, p. 4, qui classe ἰοὺἰοὺπυπάξ parmi les exemples de « colloquialism in spirited dialogue, where tempers are high or action fast ».

57  Outre Cavaliers 680 cité ci-dessus, voir aussi Cratinos, fragment 56 K.-A. : οἱ δὲ πυππάζουσι περιτρέχοντες, ὁ δ’ ὄνος ὕεται, malheureusement hors de son contexte. Une intonation comique est sans doute également présente dans le passage de l’Euthydème : Brock 1990 a argumenté de manière persuasive que ce dialogue est une « farce philosophique » proche des Nuées, qui se caractérise, même au niveau lexical, par de nombreux emprunts à Aristophane. On remarquera, en outre, que le πυ(π)πάξ en question est prononcé par Ctésippe, jouant dans le dialogue le rôle classique du βωμολόχος (encore Brock 1990, p. 44), et au moment où l’absurdité des propos d’Euthydème et Dionysodore touche à son apogée.

58  Ces exemples et d’autres sont cités par van Leeuwen 1968,p. 70.

59  Pour ces déformations parodiques, et pour le suffixe –αξ en général, voir aussi Labiano Ilundain 2000, p. 356s.

60  Sommerstein a justement souligné que la description des Érinyes fait recours au thème du bas corporel (les mauvaises odeurs, les bruits, la nourriture, les évacuations par la bouche) et à un vocabulaire typique de la comédie, pour en conclure : « this is the only kind of language in which they can be properly described […]. They are αἰσχραί, and it is not therefore surprising that the language associated with them is sometimes αἰσχρόν too by the standards of tragedy » (Sommerstein 2002, p. 164). Parmi les exemples d’αἰσχρόν cités, voir en particulier l’emploi de l’hapax βδελύκτροπος au v. 52 (« aux manières dégoutantes »), apparenté aux termes βδελύττομαι et βδελυρός qui seront largement employés par Aristophane ; voir, encore le v. 53 ῥέγκουσι δ’ οὐ πλατοῖσι φυσιάμασιν (« elles ronflent avec des souffles inapprochables »), où apparaît un autre verbe typiquement comique et pratiquement inusité en tragédie (la seule occurrence se trouve dans le Rhésos, à propos des souffles des chevaux).

61  Comme Biraud 2010, p. 79, l’a démontré, il s’agit bien d’une seule interjection, plutôt que de deux segments interjectifs séparés.

62  Le discours commençant par ὢ πόποι peut ainsi être introduit par des expressions comme μέγ’ ὀχθήσας (Iliade VII, 455 : « vivement indigné »), ἐπικερτομέων (Iliade XVI, 744 : « en raillant »), χολωσάμενος (Odyssée XVIII, 25 :« irrité »), βαρὺ στενάχων (Iliade XVIII, 323 : « gémissant lourdement »), οἰμώξας (Odyssée IX, 506 : « en se lamentant »), etc. Cette variété expressive est aussi mise en relief par Eustathe 3.731.27 van der Valk : ὅλως γὰρ ἐπὶ καινοτέροις τισὶν ἐπιφωνεῖται, εἴτε θρῆνος τὰ τοιαῦτα εἴτε ἔκπληξις [...], ἢ ἕτερα πάθη ψυχῆς τοῦ λέγοντος, et par Cuypers, Lexicon der Frügriechischen Epos, s. v. πόποι. Comme le remarque ce dernier, le fait que ὢ πόποι est souvent suivi d’un vocatif (ὢ πόποι αἰγιόχοιο Διὸς τέκος 5 x Iliade ; ὢ πόποι ἐννοσίγαι’ εὐρυσθενές 2 x Iliade, 1 x Odyssée), adressé à une divinité de la part d’une autre divinité, devrait infirmer les spéculations étymologiques des anciens, qui voyaient dans l’interjection l’équivalent de ὦ δαίμονες, ὦ θεοί, du verbe ἐποπτεύειν (scholie T à Iliade XXI, 54 [135.76 Erbse]) ou du scythe πόποι pour dénoter les ἀγάλματα ὑπόγεα des dieux (Etymologicum Magnum 823.25 Gaisford et al.). Pour les emplois homériques de ὢ πόποι voir encore Biraud 2010, p. 89-91, qui toutefois repère dans le corpus deux valeurs expressives principales, la douleur et l’étonnement.

63  Aucune attestation chez Euripide et Aristophane ; seulement quatre, outre le présent passage, chez Eschyle et Sophocle. Ὢ πόποι est par conséquent répertorié en tant qu’homérisme par Sideras 1971, p. 98s. L’interjection connaît aussi deux reprises chez Pindare et Empédocle, et ne réapparaîtra ensuite que dans la production épique des alexandrins (Apollonios de Rhodes, Argonautiques III, 558 et IV, 1458 ; Oppien, Halieutica I, 354 et al.). Eschyle emploie également l’interjection ποποῖ (pour la différente accentuation voir West 1998,p. L), seule ou en combinaison avec d’autres interjections.

64  Le cas de Perses 852s. : ὢ πόποι, ἦ μεγάλας ἀγαθᾶς τε πολισσονόμου βιοτᾶς ἐπεκύρσαμεν (« ô popoi ! nous avons joui d’une vie bonne et grande, soumise aux lois civiles »), est légèrement différent, car l’interjection pourrait avoir la valeur thrénétique habituelle en tragédie, et exprimer la douleur qui découle de la comparaison entre la prospérité ancienne et la défaite présente, ou bien être employée θαυμαστικῶς, comme dans de nombreuses occurrences épiques. On remarquera que la reprise homérique est ici plus explicite qu’ailleurs, si l’on compare l’incipit de la strophe ὢ πόποι ἦ μεγά(λας) avec les expressions ὢ πόποι ἦ μέγα πένθος (2 × Iliade), ὢ πόποι ἦ μέγα θαῦμα (4 × Iliade), ὢ πόποι ἦ μέγα ἔργον (1 × Odyssée).

65  Voir, par exemple, Euripide, Iphigénie en Tauride 216 : νύμφαν, οἴμοι, δύσνυμφον (interjection en hyperbate), Eschyle, Perses 577s. : σκύλλονται πρὸς ἀναύδων, ἠέ, παίδων τᾶς ἀμιάντου (en hyperbate et extra metrum), et le problématique Euménides 357 : ἐπὶ τόν, ὤ, διόμεναι (interjection en tmèse ? voir plus loin, note 74). Dans ces cas et dans d’autres, il serait tentant de repérer dans ce genre de perturbations syntaxiques le signal d’un accès émotif particulièrement violent qui saccade la parole du locuteur, comme le suggère la scholie NAB à Euripide, Hippolyte 362 [48, 22 Schwartz] : ἄιες ὦ] οἰκειότατα μέσον κατεπάγει ἐπίρρημα σχετλιαστικὸν, ὡς ἂν τῇ λύπῃ κωλυομένη ἀπαρτίσαι τὴν διάνοιαν.   

66  Le texte et la ponctuation adoptés sont justifiés de manière convaincante par Friis Johansen-Whittle 1980, II, p. 98-102. Contre le texte de West 1998, qui reprend la conjecture ἐμπρεπής proposée par Maffert et met un point après δακρυοπετῆ, voir aussi Citti 2010, p. 205s.     

67  Voir sur ce point Allen 1987, p. 18ss.

68  Voir en particulier Di Benedetto 1978, p. 245, et Pattoni 1994, p. 106 ; pour l’allitération chez Eschyle, Pogliani 1994 et Garvie 2002.

69  Biraud 2010, p. 133s., et déjà Fraenkel 1962, I, p. 256. Le trouble émotif qui s’accompagne de l’invocation du locuteur est normalement explicité dans les interpretamenta des scholiastes ; voir, par ex., la scholie ABHNCP à Eschyle, Sept 975-977b [395.25 Smith] : <ἰὼ μοῖρα>· φεῦ, ὦ μοῖρα, et la scholie BNXVY à Prométhée enchaîné 694 [177.26 Herington] : ἰὼ ἰὼ μοῖρα] φεῦ φεῦ ὦ μοῖρα. Dans le corpus eschyléen, seulement 6 occurrences de ἰώ, 9% environ du total, apparaissent intra ou extra metrum dans un contexte de trimètres iambiques.

70  Ce vers est encore chanté par les Érinyes, et dans un contexte similaire à celui de notre passage : voir en particulier v. 150 : καθιππάσω, v. 779 : καθιππάσασθε.  

71  Il en est de même, comme il a été plusieurs fois remarqué, dans le deuxième couple strophique, où sont encore opposés la douleur des Érinyes (mais il s’agit, cette, fois, de la douleur provoquée par le reproche de Clytemnestre) et le blâme des « dieux jeunes » qui occupent un trône souillé.

72  Ces procédés sont signalés par Kühn 1905, p. 39 et 47, qui reste encore une étude de référence pour la paromoiôsis en responsio dans le théâtre eschyléen. Pour réaliser ces assonances, la procédure la plus fréquemment employée par Eschyle est, justement, l’interjection, qui peut apparaître inchangée dans la strophe et dans l’antistrophe (Perses 117 : ὀᾶ ~ 122 : ὀᾶ, Sept 150 : ἒ ἒ ἒ ἔ ~ 158 : ἒ ἒ ἒ ἔ, Agamemnon 1156 : ἰὼ γάμοι γάμοι ~ 1167 : ἰὼ πόνοι πόνοι et al.) ou présenter une variation vocalique (Suppliantes 115 : ἰὴ ἰή ~ 125 : ἰὼ ἰώ, 866 : αἰαῖ αἰαῖ ~ 876 : οἰοῖ οἰοῖ).

73  Di Benedetto 1978, p. 246, à propos du deuxième couple strophique, où les échos entre la strophe et l’antistrophe sont encore plus marqués (157 : μεσολαβεῖ ~ 164 : φονολιβῆ, 159 : πάρεστι ~ 166 : πάρεστι, 161 : κρύος ἔχειν ~ 168 ἄγος ἔχειν, etc.).

74  Parmi les corrections proposées, ἐπιτόνως (Turnèbe) et ὧδ’ ἱέμεναι (Ahrens). Comme le fait remarquer Sommerstein 1989, p. 143, en invoquant Eschyle, Suppliantes 819 : μετά με δρόμοισι διόμενοι, nous avons probablement dans ce passage une tmèse de ἐπιδίομαι. La structure générale serait des plus communes, avec un τόν à fonction pronominale intercalé entre le préverbe et le verbe (voir, par exemple, Euménides 348 : ἐφ’ ἁμῖν ἐκράνθη, 434 : κἀπ’ ἐμοὶ τρέποιτ’), mais l’insertion en tmèse de l’interjection, à ma connaissance, n’a pas de parallèles dans les corpus tragiques.

75  Elles sont mises en évidence par Lebeck 1971, p. 145s.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daria Francobandiera, « Effets sémantiques et fonctionnalité dramatique de quelques interjections dans les Euménides d’Eschyle », Methodos [En ligne], 12 | 2012, mis en ligne le 10 avril 2012, consulté le 30 septembre 2014. URL : http://methodos.revues.org/2950 ; DOI : 10.4000/methodos.2950

Haut de page

Auteur

Daria Francobandiera

Univ Lille Nord de France, F-59000 Lille, France ;
UdL3, STL, F-59653 Villeneuve d’Ascq, France ;
CNRS, UMR 8163, F-59653 Villeneuve d’Ascq, France

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo Lille 3 - Sciences humaines et sociales
  • Revues.org