Navigation – Plan du site
Un siècle de chimie à l'Académie royale des sciences

Un siècle de chimie à l’Académie royale des sciences de sa création (1666) à l’arrivée de Lavoisier (1768)

Introduction
Bernard Joly

Texte intégral

1Le laboratoire alchimique, qui passe volontiers pour le lieu privilégié de l’élaboration de la chimie ancienne, symbolisait à la fois le caractère privé, si ce n’est secret, de cette science et la nécessaire articulation de ses théories avec une pratique qui lui donnait son sens : il ne s’agissait pas seulement de trouver la pierre philosophale, mais aussi de fabriquer des médicaments et des substances chimiques répondant aux demandes sociales. Lieu privé, réservé à des disciples choisis, il commence cependant à s’ouvrir au public au XVIIe siècle, au fur et à mesure qu’il est fréquenté par des apothicaires en formation, devenant même un établissement public en France avec l’ouverture des « cours de chymie » au Jardin royal des plantes en 1648. Mais c’est l’introduction de la chimie parmi les « classes » de l’Académie royale des sciences qui va transformer le statut de cette science en lui donnant le caractère à la fois public et théorique d’un savoir qui devient une discipline et qui se développe désormais au fil des communications et des débats dont la publicité est assurée par l’édition de l’Histoire et des Mémoires de l’Académie royale des sciences. On y voit la chimie en train de se faire, de s’approfondir et de se perfectionner au fil de querelles fécondes entre chimistes, mais aussi par la confrontation de ses doctrines, de ses hypothèses et de ses résultats expérimentaux avec les théories et les méthodes des autres sciences, en particulier de la physique mécaniste qui prend une place dominante dans les débats.

2En un siècle, qui conduit des derniers paracelsiens aux premiers travaux de Lavoisier, la chimie s’est ainsi profondément transformée, poussée à la nouveauté à la fois par le dépassement de ses contradictions internes, par la nécessité de s’inscrire dans les schémas scientifiques qui structurent la pensée de son temps et par de nouvelles exigences en matière de fabrication de produits chimiques. L’abandon progressif de toute référence à des principes chimiques jugés trop métaphysiques, l’adoption des nouvelles perspectives offertes par la mise en tableau des diverses substances en fonction des rapports d’affinité qu’elles entretiennent, le déploiement d’une nouvelle chimie des sels, l’introduction de nouveaux instruments d’analyse, constituent autant de ruptures qui n’abolissent pourtant pas une certaine fidélité à la tradition alchimique. Ce sont ces transformations et ces continuités qui sont ici étudiées à travers les travaux de quelques figures marquantes de l’Académie royale des sciences, Du Clos, Homberg, Lémery père et fils, les frères Geoffroy, Hellot, Macquer… mais aussi Fontenelle dont l’attitude ambiguë à l’égard de la chimie témoigne bien des difficultés de cette science au XVIIIe siècle.

3La première étude de ce dossier est consacrée à l’un des premiers chimistes de l’Académie royale des sciences, Samuel Cottereau Du Clos (1598-1685). Rémi Franckowiak, dans « De la recherche des principes des mixtes naturels chez Du Clos », montre comment ce médecin attaché à une chimie d’inspiration paracelsienne s’efforça de dépasser les objections que Robert Boyle adressait aux principes paracelsiens. C’est devant l’Académie qu’il présente les expériences dont il rend compte en ajoutant à l’interprétation mécaniste des opérations de la chimie, qu’il juge superficielle, une conception spécifiquement chimique des relations d’affinité qui relient entre elles les substances. C’est alors dans le cadre d’une chimie « moderne », publique et expérimentale, qu’il maintient le recours aux principes chimiques.

4Quelques années plus  tard, les débats entre savants français et britanniques jouent toujours un rôle important, mais ils ont changé de nature. Ce sont désormais les réticences françaises à admettre le concept newtonien d’attraction qui viennent s’introduire dans les polémiques entre chimistes de l’Académie des sciences. Bernard Joly, dans « Etienne-François Geoffroy, entre la Royal Society et l’Académie royale des sciences : ni Newton, ni Descartes », analyse les raisons qui conduisent Etienne-François Geoffroy à résister aussi bien aux newtoniens qu’aux cartésiens, tout en se faisant l’agent des relations entre chimistes français et britanniques.

5Deux articles ne sont pas de trop pour examiner la position de Fontenelle sur la chimie. François Pépin et Luc Peterschmitt s’accordent pour reconnaître l’intérêt que le secrétaire de l’Académie royale des sciences portait à la chimie, et par là-même l’importance de ses comptes rendus pour mieux comprendre le statut de cette science et la nature des débats qui s’y rattachaient, ainsi que sur le fait que sa position a évolué au cours du temps. Luc Peterschmitt, dans « Fontenelle et la chimie : la recherche d’une "loi fondamentale" pour la chimie », montre que cette évolution a conduit Fontenelle à reconnaître dans la chimie, et en particulier dans celle que défend Geoffroy en présentant à l’Académie sa « Table des rapports », une science authentique quoique non mécaniste. La chimie aurait donc conduit le secrétaire perpétuel à nuancer la confiance qu’il accordait au mécanisme cartésien. De son côté, François Pépin, dans « Fontenelle, l’Académie et le devenir scientifique de la chimie », voit plutôt dans les évolutions de Fontenelle le reflet de la diversité de la science chimique de son temps. Fontenelle n’apparaît plus alors seulement comme l’historien de la chimie, mais comme un philosophe de la chimie mettant en lumière les questions épistémologiques que posent les travaux chimiques dont il rend compte. Ce sont alors les écarts entre le texte des mémoires et la façon dont Fontenelle en rend compte dans les volumes de l’Histoire de l’Académie qui doivent retenir l’attention de l’historien des sciences.

6Dans son étude sur « L'art de la teinture à l'Académie royale des sciences au XVIIIe siècle », Christine Lehman s’attache à mettre en évidence les raisons pour lesquelles les communications sur l’art de la teinture se sont multipliées à l’Académie royale des sciences dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. A une époque où la maitrise de la teinture des tissus constitue pour la France un enjeu économique essentiel, l’Académie entend jouer pleinement le rôle qui lui avait été dévolu par Colbert dès sa création en 1666 : mettre la science au service de l’industrie en offrant aux manufactures les produits et les procédés les plus efficaces. Des académiciens comme Macquer entendent donc jouer pleinement leur rôle d’expert : l’art de la teinture est tout autant l’affaire des savants que des artisans et la mise en évidence des fondements théoriques de l’art tinctorial en fera un savoir qui puisse s’enseigner comme une science.

7Ces cinq contributions, dont une première ébauche fut présentée en 2009 et 2010 dans le cadre du séminaire d’histoire de la chimie animé à Lille par Bernard Joly et Rémi Franckowiak dans le cadre de l’UMR 8163 « Savoirs, textes, langage », n’ont pas d’autre prétention que d’apporter quelques éclairages nouveaux sur une chimie dont l’histoire à la fin du XVIIe et pendant tout le XVIIIe siècle est longtemps restée mal connue, et de contribuer à l’entreprise de dépoussiérage entreprise ici et là depuis quelques années. Au-delà d’études trop centrées sur quelques personnages illustres ou sur une rupture que l’on croyait radicale avec l’alchimie, ces nouveaux travaux rappellent l’importance de l’activité de chimistes trop souvent laissés dans l’ombre, ils montrent la persistance de l’influence de la tradition alchimique, ils mettent en relief le rôle des manufactures, des artisans et des experts, brefs ils présentent une chimie qui travaille des matériaux aussi bien que des concepts, des chimistes novateurs tout autant que fidèles à la tradition qui les porte. Les auteurs dont les recherches sont ici rassemblées ont bien conscience de la nécessité de poursuivre individuellement et collectivement l’entreprise dans laquelle ils se sont engagés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Joly, « Un siècle de chimie à l’Académie royale des sciences de sa création (1666) à l’arrivée de Lavoisier (1768) », Methodos [En ligne], 12 | 2012, mis en ligne le 10 avril 2012, consulté le 01 septembre 2014. URL : http://methodos.revues.org/2937 ; DOI : 10.4000/methodos.2937

Haut de page

Auteur

Bernard Joly

Université Lille – Nord-de-France / UMR 8163 « Savoirs, textes, langage »

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo Lille 3 - Sciences humaines et sociales
  • Revues.org