Navigation – Plan du site
Un siècle de chimie à l'Académie royale des sciences

De la recherche des principes des mixtes naturels chez Du Clos

Rémi Franckowiak

Résumés

Samuel Cottereau Du Clos (1598–1685) paraît être le premier Français à marier dans une chimie, pour lui science des substances, physique des qualités, une démonstration légale – suivant les lois du mouvement – et une démonstration causale – suivant les interprétations principielles –, en ramenant les phénomènes naturels à deux ordres de raisons différents et complémentaires. Les considérations mécanistes représentent pour lui une première approche, une étape vers la connaissance de la « vérité des choses » en chimie. Cette proposition originale qui vise à introduire en chimie des considérations mécanistes tout en conservant les explications principielles est développée au sein de l’ancienne Académie des Sciences, en particulier à travers sa critique de 1668/1669 des Certain Physiological Essays de Boyle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Bernard Le Bouvier de Fontenelle, Histoire de l’Académie Royale des Sciences, depuis son établisse (...)

« M. du Clos continua cette année l’examen qu’il avoit commencé des Essais de Chimie de M. Boyle. Ce savant Anglois avoit entrepris de rendre raison de tous les Phénomenes Chimiques par la Philosophie corpusculaire, c’est-à-dire, par les seuls mouvemens & les seules configurations des petits corps. M. du Clos, grand Chimiste, aussi-bien que M. Boyle, mais ayant peut-être un tour d’esprit plus Chimiste, ne trouvoit pas qu’il fût nécessaire, ni même possible, de reduire cette Science à des principes aussi clairs que les figures & les mouvemens, & il s’accomodoit sans peine d’une certaine obscurité spécieuse qui s’y est assés établie. […] La Chimie par des operations visibles résout les corps en certains principes grossiers & palpables, sels, souffres, &c. Mais la Phisique par des spéculations délicates agit sur ces principes, comme la Chimie a fait sur les corps, elle les résout eux-mêmes en d’autres principes encore plus simples, en petits corps mus & figurés d’une infinité de façons : voilà la principale différence de la Phisique & de la Chimie, & presque la même qui étoit entre M. Boyle & M. du Clos. L’esprit de la Chimie est plus confus, plus envelopé ; il ressemble plus au mixtes où les principes sont embarassés les uns avec les autres, l’esprit de Phisique est plus net, plus dégagé ; enfin il remonte jusqu’aux premieres origines, & l’autre ne va pas jusqu’au bout »1.

Du Clos, Boyle et Fontenelle

1C’est en ces termes que Fontenelle, alors secrétaire perpétuel de l’Académie royale des Sciences, résume en 1733 les dix communications présentées une soixantaine d’années plus tôt devant la Compagnie, qui forment l’examen par Samuel Cottereau Du Clos des Tentamina Chimica de 1667 de Robert Boyle, la traduction latine de ses Certain Physiological Essays parus en 1661. Fontenelle semble privilégier dans ce texte pour la connaissance des corps les raisons méthodologiques du mécanisme, au détriment des raisons expérimentales de la chimie. Il établit une opposition entre nature hétérogène des substances issues de la résolution des mixtes par le feu et nature première des corpuscules issus de leur résolution par l’esprit, qui simplement se réduit à une opposition entre confusion et netteté dans l’exercice de la chimie et de la physique. Toutefois, toutes deux opèrent de manière analogue en usant d’une même méthode : l’analyse. Seulement, l’une, par des « opérations visibles », ne peut espérer – en fait – une résolution des corps aussi fine, que l’autre par des « spéculations délicates » est – en droit – capable d’obtenir. Autrement dit, le physicien à son bureau réaliserait complètement ce que le chimiste n’a pu faire que partiellement dans son laboratoire. Du Clos, puisque trop chimiste, ne pouvait que se satisfaire de la grossièreté des principes qu’il isole ; la physique de Boyle intervenant alors pour mener à son terme l’entreprise. Le propos de Fontenelle est radical dans le sens où il refuse aux chimistes toute possibilité d’accès à une connaissance des vraies causes des phénomènes qu’ils produisent dans leur laboratoire par le seul usage de leurs instruments, ne pouvant de la sorte s’élever au-delà du plan du sensible. Néanmoins, la pratique chimique n’est pas en soi critiquable dans la mesure où elle fournit la matière sur laquelle peut s’exercer la puissance résolutive de l’esprit de physique supérieure à celle de l’alambic.

  • 2  On notera que ce texte précis a également fait l’objet de critiques de la part de Spinoza ; voir P (...)
  • 3  Comme le pense à tort Mi Gyung Kim, Affinity, that Elusive Dream: A Genealogy of Chemical Revoluti (...)

2Fontenelle mettrait en réalité ici en opposition deux figures extrêmes de la science physique – le chimiste laborieux et peu efficace d’une part, et de l’autre le physicien spéculatif et puissant –, deux figures qui ne correspondent ni à Du Clos ni à Boyle, voire des positions que ces derniers ont combattues. La critique de l’ouvrage de Boyle par Du Clos ne visait pas véritablement la philosophie mécaniste en tant que telle, mais la place qui lui revenait dans la compréhension des phénomènes de la chimie et son degré de vraisemblance par rapport aux observations et expériences réalisées ; Boyle souhaitant de son côté établir une philosophie naturelle qui se placerait dans une position intermédiaire entre philosophie mécaniste et pratiques chimiques, et l’objet de la publication de son essai sur l’opération de réintégration du salpêtre dans les Tentamina Chimica étant précisément d’offrir une illustration, une justification expérimentale du discours mécaniste2. Aussi loin de « rejeter complètement l’approche mécaniste pour la chimie »3, Du Clos s’était-il donné, comme on le verra, pour tâche d’établir les causes les plus « raisonnables & convaincantes » des phénomènes chimiques examinées par Boyle au vu d’un travail expérimental suivi de près par les membres de l’Académie, qui trouve ses limites en lui-même, ne pouvant donc remonter – comme le déplorait Fontenelle – « jusqu’aux premières origines », « jusqu’au bout », en même temps qu’il souligne celles que n’aurait pas dû franchir Boyle qui revendiquait pourtant lui aussi une raison dressée sur un fonds d’expériences.

  • 4  Sur les différentes théories corpusculaires chimiques de la matière au XVIIe siècle, voir Antonio (...)

3L’objectif de ce papier ne sera pas d’analyser comme tel l’examen que propose Du Clos de l’ouvrage de Boyle, mais de montrer à partir de celui-ci une proposition originale qui vise à introduire en chimie des considérations mécanistes (au sujet d’une matière divisible et passive pouvant être mise en mouvement par l’action d’une cause agissant en un même lieu que l’effet produit), tout en conservant les explications principielles chimiques (réduction des propriétés sensibles des corps à des qualités substantielles attachés à des principes qui les constituent). Du Clos est, à notre connaissance, le premier chimiste français à marier, dans la pratique d’une physique qui est science de la matière, une démonstration légale – suivant les lois du mouvement –, et une démonstration causale – suivant les interprétations principielles –, en ramenant les phénomènes naturels à deux ordres de raisons différents et complémentaires. Les considérations mécanistes représentent pour lui une première approche, une étape vers la connaissance de la « vérité des choses » en chimie.4

Chimie des principes versus philosophie mécaniste de Boyle

  • 5  Sur Du Clos, voir Doru Todericiu, « Sur la vraie biographie de Samuel Duclos (Du Clos) Cotreau », (...)
  • 6  Voir Rémi Franckowiak, « Du Clos, un chimiste post-Sceptical Chymist », éd. Charles Ramond et Myri (...)
  • 7  Robert Boyle, The Sceptical Chymist, London, J. Caldwell for J.Cooke, 1661 ; réédité in : Michael (...)
  • 8  Voir Lawrence M. Principe, The Aspiring Adept: Robert Boyle and his Alchemical Quest, Princeton Un (...)
  • 9  La noble chimie – celle qui vise la préparation du Mercure des Philosophes en particulier – conser (...)
  • 10  Une étude plus fine de cette chimie ancienne, fait apparaître que Boyle jouissait d’une très faibl (...)

4Du Clos (1598-1685) est un personnage oublié et pourtant important de l’histoire de la chimie5. On le connaît surtout à travers le compte-rendu de Fontenelle comme faire valoir de la philosophie mécaniste de Boyle et représentant d’une pratique chimique confuse. Médecin ordinaire du roi à Paris, Du Clos entre à l’Académie dès sa création en 1666 dans la classe de Physique dont il ouvre la première assemblée ; il est alors âgé de 68 ans et est un des trois académiciens les mieux rétribués (il y prononcera une cinquantaine de communications, laissera deux ouvrages publiés et deux manuscrits). Son examen de l’ouvrage de Boyle intervient à un moment particulier de l’histoire de la chimie. L’entrée de Du Clos à l’Académie fait en effet suite à la reconnaissance, vers le milieu du siècle, comme science incontournable en physique, d’une chimie paracelsienne qui a eu raison et de la scolastique et de la médecine galénique. Mais cette reconnaissance conduit les principes chimiques – Mercure/Soufre/Sel ou Esprit/Huile/Sel/Terre/Eau dont la force face à ceux de l’hylémorphisme résidait dans leur mise en évidence au laboratoire – à être étudiés pour eux-mêmes et non plus dans leur confrontation aux autres, faisant ainsi apparaître toute leur fragilité conceptuelle6. La chimie perd alors en consistance théorique, pour n’être au fond plus pour Boyle dans son Sceptical Chymist – livre qui recense en particulier les importantes difficultés de la chimie principielle – que corps de pratiques, savoir-faire expérimental à mettre à la disposition d’un discours sur les affections mécaniques des corps7. Boyle préfère en effet réduire cette chimie – celle des « chimistes vulgaires » suivant son expression –, à une activité de simples manœuvres dont les opérations doivent trouver leur raison dans le cadre de son « hypothèse mécanique » plutôt que par un certain nombre de principes chimiques censés constituer l’ensemble des corps mixtes, et dont la nature soit disant homogène peut être prise en défaut par l’expérience en laboratoire. Les corps ne sont pas composés de trois, ni même de cinq substances élémentaires pour Boyle, mais d’une texture de corpuscules figurés et en mouvement qui en exprime les qualités ; les effets visibles ne pouvant provenir que d’un changement d’ordre mécanique. Néanmoins, Boyle n’est pas davantage un défenseur de la chimie expérimentale qu’un opposant à la doctrine paracelsienne sur la base d’une philosophie mécaniste ; son intention est de doter la pratique de la chimie de principes philosophiques et d’offrir à la philosophie naturelle un support expérimental, ou encore de créer un intermédiaire « chimico-physique » qui n’est plus chimie – car n’en doivent être conservées que les observations et les expériences –, sans être pour autant stricte physique mécaniste8. Aussi Boyle dépossède-t-il les chimistes vulgaires de tout droit à développer un discours qui leur serait propre sur leurs opérations en les coupant de leur tradition pour se plier à l’hypothèse mécaniste9. Voilà la chimie installée dans le simple rôle d’instrument de la philosophie naturelle10.

Examen de Du Clos de la seconde partie des Tentamina Chimica de Boyle

  • 11  Voir Franckowiak, Op. cit.,n. 6.
  • 12  Voir Jean Baptiste, Ortus medicinae … Amsterdam, L. Elzeverium, 1648 ; Du Clos, « Project d’exerci (...)
  • 13  Sur ces expériences faites devant l’Assemblée : voir entre autres les PV des 03 et 24 Nov. 1668, d (...)

5Du Clos pourrait être considéré comme un chimiste post-Sceptical Chymist, un chimiste qui fait la preuve que l’on peut encore être chimiste après 1661 (date de parution du Sceptical Chymist), tout en tenant compte des principaux arguments exposés par Boyle à l’encontre des principes d’une chimie dont la pratique pouvait se suffire à elle-même et dont la théorie se maintenait par tradition11. Son projet à l’Académie est de refonder la chimie dans ce nouveau cadre critique, de lui permettre de se maintenir en tant que chimie, de résister à sa réduction aux principes de la mécanique. Si seule sa pratique mérite d’être conservée, ce sera donc par un renvoi appuyé à la réalité expérimentale que Du Clos souhaite établir fermement, au fur et à mesure des séances, les vrais principes de la chimie qui seraient, suivant l’hypothèse qu’il formule, assez proches de la doctrine de Jean-Baptiste van Helmont, dont il reprend d’ailleurs à son compte l’expression de « chimiste moderne »12. La forte exigence de confirmation expérimentale qui traverse toutes les communications de Du Clos caractérise pleinement sa chimie, elle est sans doute la seule voie de salut pour produire de nouveau une cohérence entre pratique et discours chimiques. Du Clos examinera donc sur cette base les arguments des Tentamina Chimica de Boyle, en suivant l’exemple du Sceptical Chymist, c’est-à-dire en présentant la théorie chimique comme hypothèse chimique à côté de l’hypothèse mécanique ; donc toutes deux comme susceptibles de discussion sur une base expérimentale. Boyle avait systématiquement confronté le discours des chimistes à leur pratique, Du Clos fera de même avec celui de Boyle, en le confrontant en plus à ses propres expériences réalisées devant ses pairs à l’Académie qui formeront le public à convaincre. Il préférera parler de « vraisemblable » par rapport à l’expérience et l’observation ; et sa méthode sera simple : Du Clos a « observé », il a « vu », il a « remarqué », il a « fait des expériences », aussi à l’occasion « la Compagnie a désiré voir » à son tour, Du Clos a « fait voir », « ainsi la Compagnie a reconnu … » et est « satisfaite », et donc Du Clos a conclu qu’il lui « semble » bien que …, en revanche, si Boyle « avait vu », s’il avait eu plus de connaissances expérimentales, il aurait pu conclure de même que …13.

  • 14  Samuel Cottereau Du Clos, PV, t. 4, 01 Sept. 1668, f. 196v. La lecture de Du Clos des Tentamina Ch (...)
  • 15  L’examen des Tentamina Chimica ne représente pas le premier examen des écrits de Boyle par Du Clos (...)

6Le 1er septembre 1668, Du Clos annonce avoir lu depuis peu les Tentamina Chimica de Boyle dans lesquels « il a remarqué plusieurs choses qui méritent d’être examinées dans l’Assemblée »14 ; ce qu’il fera sur une dizaine de séances jusqu’au 26 janvier 166915. Du Clos se range sans hésitation du côté de Boyle lorsque celui-ci souligne l’importance d’accumuler, pour fonder les sciences physiques, des observations et des expériences bien établies. Le 5 janvier 1669, Du Clos en vient à la seconde partie des Tentamina Chimica, celle qui nous intéressera ici. Après avoir exposé sa conception du salpêtre, il accorde à Boyle que :

  • 16  Samuel Cottereau Du Clos, PV, Registre de mathématiques, t. 5, vol. 1, 05 Jan. 1669, f. 4v.

« C’est bien le mouvement qui fait l’effervescence, mais Mr. Boyle, poursuit-il, n’assigne pas la cause de ce mouvement tumultueux, que peut estre il n’a pû trouver dans la figure et disposition des particules, comme il pense y avoir trouvé celles de la fluidité des corps »16.

  • 17  Ib., f. 5r.

7Tumulte dont Du Clos est, prétend-il, en mesure de donner la cause. La cause des couleurs que le salpêtre contracte au feu « n’est pas fort bien expliquée par la nouvelle disposition des particules. Elle pourroit estre mieux attribuée à l’exaltation d’un soulphre contenu en cette matiere ou contracté par le charbon »17, juge-t-il.

  • 18  Ib., f. 5v.

« Mr. Boyle n’en a pas trouvé la cause selon la Philosophie corpusculaire, puisqu’il n’en a rien dict. il est vray qu’il a ingenüment declaré ailleurs, et principalement cy apres en la page 23 que les hypotheses de cette doctrine ne suffisoient pas pour rendre raison de tout »18.

8Toujours en relation avec ses propres expériences, Du Clos écrit que :

  • 19  Samuel Cottereau Du Clos, Op. cit., n. 16, 12 Janv. 1669, ff. 7r-7v.

« Mr Boyle n’avoit pas trouvé la solution de cette question dans la Philosophie corpusculaire ; mais elle est facile et prompte en celle des chimistes qui reconnoissent que la Terre a beaucoup de Symbole [=affinité attractive] avec les Soulphres […] »19.

  • 20  Ib., f. 9r.

9« Mais quels arguments en peut on tirer, pour favoriser la doctrine corpusculaire, qui soient recevables & convainquants ? »20, s’interroge alors Du Clos. L’explication par la disposition « imaginaire » des particules ne lui paraît pas « convaincante » ni « raisonnable » car non « manifeste », non « apparente ». Et Du Clos n’oublie certainement pas de citer Boyle quand celui-ci définit sa partie sur la fluidité et sur la solidité des corps comme « une ébauche imparfaite »

  • 21  Du Clos, Op. cit., n. 16, 19 Janv. 1669, f. 14r.

« afin de pouvoir excuser, estime Du Clos, ce qui se trouveroit moins expliqué et moins suivy selon la doctrine atomique ou corpusculaire que Mr. Boyle n’a peut estre pas trouvée si facile à établir par les expériences chimiques comme il se l’estoit proposé »21.

  • 22  Boyle, Op. cit., n. 7, p. 208 ; répétée p. 307.
  • 23  Du Clos, Op. cit., n. 16, 26 Janv. 1669, f. 21v.
  • 24  Du Clos, Ib., ff. 24v-25r.
  • 25  Boyle n’est pas le seul à faire les frais du « scepticisme » de Du Clos. Dans une communication lu (...)

10C’est bien là le point faible qui autorise Du Clos à n’accorder que peu de crédit à une pensée si éloignée de l’expérience et si peu manifeste au laboratoire. Sans aucunement en réalité mettre en doute la qualité ni la réalisation des expériences rapportées par Boyle, il en rejette simplement l’interprétation. Autrement dit, Du Clos pourrait retourner la phrase de Carneades dans le Sceptical Chymist à l’endroit de Boyle : il y a « une grande différence entre être capable de faire des expériences et être capable d’en fournir une explication philosophique »22. Tout en proposant son « avis »23, il demande des preuves plus consistantes : « Qui peut sçavoir si ces différences viennent du changement de tisseure des particules, qu’on ne peut voir »24, écrit-il dans sa dernière communication. Le renversement est éclatant : Boyle devient le chimiste vulgaire et Du Clos, le chimiste sceptique25.

Intégration des explications mécanistes dans la chimie de Du Clos

  • 26  Du Clos, Op. cit., n. 14, 24 Nov. 1668, f. 308v.
  • 27  Du Clos, Ib., f. 309r.
  • 28  Voir Du Clos, Ib., ff. 302r-302v.
  • 29  Voir Alexandre Koyré, Paracelse, Paris, Éditions Allia, 1997, pp. 28-30 ; Massimo L. Bianchi, « Th (...)

11Pourtant Du Clos, dans son examen des Tentamina Chimica, est loin de faire preuve d’un refus total d’intégration dans la chimie de considérations mécanistes. Les corps peuvent en effet être perçus, selon lui, jusqu’à un certain point, comme composés de « particules » en mouvement qui « s’unissent »26 et « se joignent intimement »27. Ainsi, par exemple, si certaines liqueurs acides trop rectifiées dissolvent mal les métaux, c’est que des particules de sels qui s’y trouvent manquent de ténuité pour pénétrer les pores de ces métaux, s’y attachent, et les alourdissent en leur donnant de l’acrimonie28. Du Clos limite toutefois ces considérations au niveau du sensible. Les arguments mécanistes dont il use, sont strictement réservés aux phénomènes concernant la partie grossière du monde de Du Clos, chez qui se retrouve encore une conception paracelsienne d’un monde double29 : tangible et visible d’une part, invisible et intangible d’autre part, dans lequel la partie sensible, étendue et divisible – où se joueraient les interactions superficielles de la matière concernées par les explications mécanistes – représenterait comme l’écorce d’une matière spirituelle pleine de forces et de qualités. En effet, Du Clos envisage l’existence de trois « vrais » principes des corps naturels, dont la démonstration expérimentale est encore à faire : une « Nature », principes actif incorporel, cause informative, qui s’inscrit dans un principe « Corps », matériel et passif constitué de l’élément Eau auquel se joignent les éléments Air et Terre, et un principe médiateur nécessaire, l’« Esprit altératif », ni totalement incorporel ni absolument corporel, étendu mais indivisible, qui fera le lien entre les deux instances de réalité dans la constitution des mixtes naturels : une concrète et mécanisable, l’autre plus fondamentale et chimique.

  • 30  Boyle admet également que le nitre fixé (= le sel de tartre) attire l’air (« it’s aptness to attra (...)
  • 31  Voir Du Clos, Op. cit., n. 16, 05 Janv. 1669.
  • 32  Voir aussi Du Clos, « Observations du Salpestre, de sa generation et de sa vertu fulminante », Op. (...)
  • 33  Voir Du Clos, « De la recherche …. », Op. cit., n. 12, pp. 11-12.
  • 34  Du Clos, Op. cit., n. 16, 05 Janv. 1669, f. 4v. Boyle (voir op. cit.,n. 30) reconnaît aussi un « c (...)

12Le passif corporel est donc seul concerné par les interprétations mécaniques chez Du Clos afin d’en évoquer principalement les propriétés physiques ; l’incorporel bien évidemment échappe à ce type d’interprétation et produit les propriétés chimiques. La génération du salpêtre illustre bien la manière dont Du Clos décompose un phénomène naturel suivant ce qui relève du physique et ce qui relève du chimique. On peut comprendre ainsi sa formation naturelle sur les murs d’une cave, par exemple, de manière mécanique. Le salpêtre naturel est le résultat, pour Du Clos, de la condensation de l’air dans un sel sulfuré, c’est-à-dire dans un alkali, qui l’a attiré30, a réduit son agitation et l’a retenu ; l’humidité peut aider à cette formation par le relâchement « de la compaction des parties » du sel sulfuré et ainsi faciliter l’entrée de l’air31. C’est d’ailleurs l’expulsion de cet air condensé qui provoque la fulmination observée lors de la mise en présence du salpêtre avec des charbons ardents32. En revanche, l’alkali, qui a emprisonné l’air, doit son âcreté à l’Esprit principe igné présent en lui ; l’Esprit principe aérien est, pour sa part, la cause de l’acidité des corps acides33. La génération artificielle du salpêtre, c’est-à-dire sa « réintégration » par « la réunion des parties volatiles et fixes », soit la réunion de la liqueur « esprit acide » et du « sel fixe âcre » (tous deux issus de la décomposition du salpêtre), correspond, elle aussi, à la condensation mécanique de l’air – ici porteur de la raison de l’acidité – contenu cette fois dans la liqueur, puis à sa liaison au sel fixe. Acreté et acidité relèvent donc parfaitement de propriétés chimiques non mécaniquement exprimables, à la différence du mode de réunification des parties du salpêtre, tout à fait mécanique, et qui ne doit pas être compris comme résultant d’une attraction à distance. En effet, la « convenance », ou le « symbole » entre l’esprit et le sel du salpêtre initie certainement un mouvement de proche en proche des particules qui vont s’additionner, pour produire une certaine effervescence du mélange34, à l’instar du phénomène de transport de l’air attiré par une source de chaleur qui joue le rôle de moteur du mouvement :

  • 35  Voir Du Clos, « Expériences de l’augmentation du poids de certaines matières en les calcinant à la (...)

« Car la chaleur excite du Mouvement en l’air qui environne la matiere embrasée, cet air meu change de place, et ce lieu ne pouvant estre vuide, il y succede une autre portion d’air. Et tant que le mouvement dure cette succession d’air continüe, l’air passant ainsi continuellement sur cette Matiere embrasée. . . . Ce n’est pas tant que le feu attire veritablement l’air à soy ; mais c’est qu’en rarefiant, et poussant celuy qui luy est le plus proche, cet air poussé est suivy d’un autre air, qui luy succede pour empescher le vuide ».35

  • 36  L’explication n’est pas très claire chez Boyle ; ce mouvement pourrait peut-être se faire chez lui (...)
  • 37  Voir Du Clos, Op. cit., n. 16, fin du 19 Janv. 1669 et 26 Janv. 1669.

13Du Clos s’oppose par ailleurs à la proposition émise par Boyle de particules mues d’elles-mêmes et toujours en mouvement36 ; pour lui, en-dehors de ce moment d’action initiée par la disposition à s’unir des parties corporelles passives des substances concernées, il n’y a guère pour elles que le repos37.

  • 38  Du Clos, Ib., 12 Janv. 1669.
  • 39  Voir Boyle, Section XXIV, Op. cit., n. 30, p. 104.
  • 40  Du Clos, Op. cit., n. 16, 12 Janv. 1669, f. 8v.
  • 41  Ib., f. 9v.
  • 42  Du Clos, Op. cit., n. 16, 19 Janv. 1669, f. 16v.
  • 43  Du Clos, Op. cit.,n. 16, 12 Janv. 1669, ff. 11r-11v: « Il n’y a gueres d’apparence comme j’ay desj (...)

14En fait, les explications chimiques par rapport à celles mécanistes, permettent selon Du Clos de répondre aisément à certains problèmes révélés en particulier par les expériences38 sur le salpêtre. Ces problèmes touchent dans leur ensemble les qualités sensibles (odeur, couleur, saveur, froideur, chaleur, …) et surtout leurs modifications observées lors de ces opérations ; ils doivent de préférence trouver une explication chimique (par exemple, par la présence d’un soufre raréfié, par la « convenance manifeste » de corps entre eux, etc.). Ainsi, si seul le pétillement de l’esprit du salpêtre mis sur du salpêtre fixé par le charbon devait être justifié, « la comparaison du sault des Boulles poussées par le billard », comme le propose Boyle39, conviendrait-elle tout à fait ; elle « est vraisemblable ». Mais, ce pétillement s’accompagne de la « modération de [l’]acrimonie » qui doit alors être « plus justement attribuée » à une raison chimique, comme « la contrariété des qualités », qu’à « la figure et complication des particules »40. Dans le même esprit, concernant la dissolution des métaux par des esprits corrosifs, il faut, outre la « ténuité [de leurs] particules produites par le feu […] qu’il y ait […] quelque qualité propre à la dissolution des métaux »41. La fluidité qu’un métal acquiert par sa dissolution par une liqueur corrosive apparaît pour Du Clos seulement comme une « discontinuation » de ses particules qui peuvent par leur réunion recouvrir leur première solidité. Mais la fluidité totale, celle que procure la résolution radicale par l’alkahest – le solvant universel de Van Helmont par lequel la matière première et aqueuse peut être atteinte – « doit procéder de quelque autre cause que de la discontinuation des particules atténuées »42. L’approche mécaniste se justifierait donc en chimie en tant qu’approche première et superficielle des phénomènes de laboratoire ; mais sans doute y a-t-il pour Du Clos, surtout lorsqu’il est question des qualités sensibles des substances, un niveau plus fondamental qui, lui, est parfaitement chimique43. Pour le dire autrement, contre une certaine tradition, Du Clos affirmerait que la seule véritable science de la matière ne peut être que la chimie.

  • 44  Du Clos, Op. cit., n. 14, 16 Juin 1668, ff. 58r-63r, et 23 Juin 1668, ff. 63v-66r.

15D’ailleurs, quelques mois avant que ne débute son examen de l’ouvrage de Boyle, Du Clos avait annoncé au détour d’une phrase sur une certaine catégorie de liqueurs extractives, que son objectif, ou plutôt même celui poursuivi par la chimie, est de participer à la « connaissance de la nature et de la qualité des mixtes ». C’est donc en vu d’un développement de cette connaissance que dans deux mémoires sur les moyens d’analyses en chimie (feu, air, menstrues) de juin 166844, Du Clos faisait la distinction entre instruments chimiques et instruments mécaniques. Ces deux types d’instruments sont non seulement réellement mis en œuvre au laboratoire – et non dans l’esprit comme le notait Fontenelle pour la Physique –, mais inversés quant à leurs rôles puisque les chimiques sont les seuls permettant de dépasser le stade d’une analyse grossière de la matière afin d’accéder à la connaissance intime voire radicale. L’opération de la distillation y est ainsi présentée tout à fait mécaniquement. Le feu y agit selon lui principalement par sa chaleur dans la séparation des parties des mixtes, excitant, écrit Du Clos,

  • 45  Ib., 16 Juin 1668, f. 58r.

« du mouvement dans les matières mobiles, selon leur degré de mobilité […] [ ;] les plus faciles à se mouvoir estant plus agitées et plus tost rarefiées par la chaleur s’eslevent les premieres et quittent celles qui sont moins mobiles mais qui peuvent suivre estant pressées d’une chaleur plus forte »45.

  • 46  Et que Boyle, dans son Sceptical Chymist, préfère nommer « prima mista » ou « mista primaria », ou (...)

16Aussi seules les matières partageant le même degré de mobilité sont-elles mises en branle, « agitées » de manière égale à un même degré de chaleur qui les « fait monter » et séparer de celles qui montre une plus grande fixité à ce degré de chaleur. Il paraît insuffisant pour Du Clos d’avancer simplement que le propre de la chaleur est d’assembler les parties semblables et de séparer celles de nature différente. Son rôle se limite à initier du mouvement dans le corps soumis à la distillation, d’abord dans ses parties les plus mobiles puis au fur et à mesure de son élévation à celles qui le sont moins ; les premières s’agitant, se déliant, se raréfiant, c’est-à-dire occupant plus d’espace, pour se diriger vers la chape de l’alambic ; restent au fond les parties trop fixes qui pour certaines d’entre elles ne connaîtront au mieux que la fusion. Du Clos comprend ainsi le fait que la distillation fasse apparaître à tour de rôle l’Esprit, le Phlegme, l’Huile – soit les principes des chimistes vulgaires et les premiers produits pour Du Clos46 – « la chaleur étant graduée selon la qualité de ces matières », pour laisser dans la partie inférieure de la cucurbite une masse composée d’un peu d’Huile et de Sel « liés » à la Terre qu’ils ont « pénétrée ». Suivant les matières, ce que le feu ne peut séparer par sa chaleur, il le fera « par l’embrasement et combustion ». Comment ce mouvement dans la matière est-il initié par le feu ? Il l’est par l’impulsion que le feu donne à ses parties comme l’écrit Du Clos :

  • 47  Du Clos, Op. cit., n. 14, 16 Juin 1668, ff. 62r-62v. Cette théorie mécanique de l’impulsion du feu (...)

« Cette chaleur et cet embrasement font impulsion aux parties du subject eschauffé ou embrasé et ceste Impulsion est suivie de leur rarefaction. L’Impulsion et la rarefaction causent l’eslevation des dictes parties agitées et rarefiées. Cette Eslevation est plus prompte proche du feu, où l’Impulsion est plus forte, quoy que la rarefaction y soit moindre, comme on le voit en la fumée qui s’esleve du Boys embrasé, et qui monte par le Tuyau d’une cheminée ; car elle monte plus viste dans ledict tuyau, ou elle est moins rarefiée que quand elle en est sortie et qu’elle se rarefie d’avantage dans l’air, où elle s’estend au large et se dissipe. Ce n’est donc pas la seule rarefaction qui fait monter la fumée, mais aussi l’impulsion qu’elle reçoit du feu, laquelle Impulsion est plus forte proche du feu qui la donne ».47

17Aussi les matières fixes sont-elles celles qui « ne sont pas disposées à recevoir assez d’impulsion par le feu » pour monter ; elles sont soit « absolument immobiles au feu », soit douées d’un léger degré de mobilité mais suffisant pour les faire fondre comme les métaux ou gonfler comme certaines chaux métalliques. Les matières les plus fixes sont pour Du Clos les plus terrestres ; et inversement, celles les plus humides sont les moins fixes au feu. On notera bien que le rôle du feu dans le phénomène de la distillation – opération majeure en chimie – était bien entendu connu des chimistes, mais la propriété qui était alors généralement mise en avant était celle de la volatilité relevant uniquement de la nature principielle des mixtes. Du Clos fait désormais dépendre l’explication de considérations mécanistes.

  • 48  Voir Du Clos, Ib., 23 Juin 1668, ff. 63v-66r. Pour Du Clos le feu n’est en effet plus l’instrument (...)
  • 49  Du Clos, Op. cit.,n. 14, 23 Juin 1668, ff. 65r-65v : « Les liqueurs mixtes qui constent de sels su (...)
  • 50  Du Clos, Op. cit.,n. 16, pour les 11, 18 et 25 Août 1668, ff. 127v-175r. Sur l’alkahest, voir Bern (...)

18Les matières composées de parties non mobiles ni combustibles, douées d’une certaine compaction, seront quant à elles soumises à l’action de trois catégories de menstrues dont deux agissent chimiquement48 : l’activité des menstrues dits corrosifs (les eaux fortes par exemples) ne relève que d’une séparation mécanique dans son principe, que d’une discontinuation de la masse « en parties intégrantes » ; celle des menstrues extractifs relève en revanche d’un autre ordre et correspond à l’extraction de quelque « partie constitutive » d’un corps qui « est symbolique » au menstrue (c’est-à-dire qui présente de l’affinité pour lui) donc qui conduit à leur union (les menstrues mixtes de ce type – c’est-à-dire ceux composés et de sel sulfuré, donc âcres, et de sel mercuriel, donc acide, sont pour Du Clos « les vrais dissolvants propres aux analyses chimiques […] dont nous devons faire provision pour nous servir aux desseins proposez tant de la Recherche des Principes des mixtes naturels, que des observations analytiques, qui peuvent aider à la connoissance de la nature et des qualitez de ces mixtes  »49) ; enfin la catégorie des menstrues résolutifs qui résolvent « radicalement » la matière, et doivent « être symboliques aux subjets sur lesquels on les employe » sont dans leur expression la plus parfaite l’alkahest qui fera l’objet de plusieurs communications de la part de Du Clos50.

  • 51  Cette utilisation des deux raisons se retrouvera très clairement mais de manière différente chez W (...)
  • 52  Voir Samuel Cottereau Du Clos, Dissertation sur les Principes des mixtes naturels, faite en l’an 1 (...)
  • 53  Ib., pp. 4, 7 et 20.
  • 54  Ib., pp. 7 et 27.
  • 55  Ib., p. 28.
  • 56  Ib., p. 8.
  • 57  Voir Du Clos, Op. cit., n. 35, pp. 40-52. On notera que cette communication a été lue à l’Académie (...)

19Comme on peut le voir, le partage entre raison d’ordre mécaniste et raison d’ordre chimique conduit bien plutôt à l’articulation de deux ordres complémentaires de raison chez Du Clos, dont le résultat est tout à fait original non seulement en chimie mais dans la philosophie naturelle aussi51. À l’impulsion mécanique qui fournit le mouvement nécessaire à une partie de la matière de la cucurbite pour s’élever lors de la distillation correspond l’attraction symbolique chimique entre deux substances. Dans la vision tripartite des corps naturels de Du Clos développée dans sa Dissertation sur les mixtes naturels en 1677, la substance qui réunirait en son essence ses deux aspects serait le principe Esprit, ce moyen d’information intermédiaire entre le corporel passif – le « sujet mobile » et informable –, et le principe Nature, principe incorporel et directeur des mouvements qu’elle détermine52. L’Esprit est suivant sa nature moyenne une substance étendue mais indivisible, mobile et motrice. Il est la « substance lumineuse, très subtile & très active, pour illustrer, pénétrer & mouvoir [la] matière corporelle »53. Cette lumière qui est poussée par les astres lumineux, comme le soleil, s’étend partout continûment en se raréfiant, mais peut être condensée, concentrée par des miroirs ou des verres convexes ; c’est en tout cas l’impulsion de ces rayons du soleil (lequel tournant sur son centre leur communique le mouvement) qui est la cause du mouvement – pour Du Clos – circulaire des planètes54. Et puisqu’il est dit que l’activité de la lumière solaire est comparable au feu55, il est donc possible d’envisager le fait que les matières qui s’échappent par l’impulsion de la chaleur du feu s’échappent par l’impulsion mécanique du principe Esprit, appelé Esprit igné par Du Clos justement parce qu’il « excite par son mouvement de la chaleur dans les corps où il s’insinue »56. Le mouvement qu’il fait naître dans l’air en contact avec les corps calcinés participe également au mécanisme de leur augmentation de poids par l’addition sur leur surface de « particules ignées » de nature sulfurée contenues dans la masse aérienne. Cet ajout de particules ou « exhalaisons ignées » mal définies mais sans doute proche du feu se produit grâce à l’affinité, grâce au « Symbole », avec les soufres terrestres de ces matières calcinées57. L’expression de cette attraction « symbolique » se fait également au moyen de l’Esprit :

  • 58  Du Clos, Op. cit.,n. 53, p. 15.

« […] & c’est aussi par cet esprit que les natures particulières des Mixtes ont de l’extension pour agir sur d’autres Mixtes sans attouchement corporel, & même en distances tres-notable (sic) d’un corps à l’autre, par la seule médiation de l’Esprit qu’ils participent, & par l’étenduë duquel les natures particulières de ces Mixtes peuvent avoir une certaine sphère d’activité hors des corps qu’elles informent »58.

20L’Esprit interviendrait donc par cette voie chimique dans l’attraction et la fixation de l’air par le salpêtre calciné et dans l’union par affinité des parties salines de nature opposée dans la réintégration du salpêtre.

Le mécanisme comme accès au chimique

21Du Clos voit, touche, sent, goûte, remarque, observe, et ce qu’il a vu est visible de tous, ce qu’il a senti est sensible par tous. Aussi valorise-t-il dans son examen de l’ouvrage de Boyle, l’expérience dans l’ordre de la démonstration. Sa méthode – similaire à celle de Boyle – reconnaît à l’expérience la capacité d’entraîner la conviction ; même si elle n’oblige pas à reconnaître de manière définitive la vérité de son hypothèse, elle doit faire pencher pour l’explication la plus raisonnable, c’est-à-dire pour lui la plus manifeste au laboratoire. Cela ne fait cependant pas de Du Clos cet opposant radical à la philosophie mécaniste que Fontenelle a voulu nous présenter dans son compte-rendu. Il n’est certes pas non plus – pas plus que Boyle d’ailleurs – un physicien qui pousse « jusqu’au bout », autrement dit mentalement, l’analyse d’un corps en ses parties mues et figurées. Les considérations mécanistes introduites dans sa chimie ont pour limites celles imposées par les sens, lesquels nous permettent d’accéder à une connaissance minimale des choses. Du Clos écrit :

  • 59  Ib., p. 1.

« Le sens apercevant la chose sensible, connoît bien qu’elle est […]. Ce que les sens nous annoncent des Mixtes […] est évident. Ils nous apprennent l’existence de ces Mixtes, & quelques modifications de leur Etre »59.

  • 60  Ib., pp. 3-6.

22L’expression de l’évidence, de l’immédiatement constatable par tous, ou encore du véritable en chimie, semble bien être le mécanisme, un mécanisme qui ne touche que la partie corporelle et superficielle – donc sensible – des choses naturelles du monde, de cette étendue passive et divisible composée des « corpuscules » élémentaires d’Eau, de Terre et d’Air immuables, denses, solides, très petits, figurés et mobiles ; l’Air étant plus subtil que les autres et compressible pour permettre aux corps de se mouvoir60. Mais les sens « ne nous font pas connaître toutes les causes » des phénomènes naturels qui ne peuvent se faire sans mouvement, et qui sont sous-tendus selon Du Clos par d’autres principes cette fois « actifs & capables de mouvoir ». Il estime que :

  • 61  Ib., p. 2.

« La supposition de ces Principes est bonne & vraie ; mais leur détermination n’est pas facile à l’Entendement, qui les peut considérer diversement »61.

  • 62  Ib., p. 7.
  • 63  Ib., p. 24.
  • 64  Expression dans Du Clos, Ib., p. 1.
  • 65  Ib., p. 10 et pp. 19-23.

23Aussi se propose-t-il d’établir la cause vraisemblable des mouvements naturels dans les matières corporelles véritables, qu’il attribue à un principe intermédiaire mi-chimique, mi mécanique. Ce principe actif est l’Esprit igné, c’est le feu solaire « qui paraît à nos yeux par sa lumière, & qui se fait sentir par la chaleur que son mouvement excite dans les corps » pour altérer et générer les mixtes62. Cet esprit, qui est en fait le moyen d’action dont se sert la Nature, principe directeur, vrai moteur incorporel et informatif, est ce qui offre également aux mixtes naturels une activité extracorporelle et une identité chimique (symbole et qualités). Il n’empêche que les trois principes présentés par Du Clos ne représentent pour lui à ce stade que des « conjectures » qu’il espère assez bien fondées ; il les « suppose comme vraisemblables »63. Autrement dit, les explications de type mécaniste sont propres à rendre compte de l’évidence du comportement corporel et passif des mixtes mais insuffisantes du point de vue de la connaissance de la « vérité des choses »64. C’est toutefois la considération du corporel passif et sensible qui permettra d’atteindre la connaissance de l’incorporel actif et seulement intelligible. Le sujet corporel mécanisable peut porter notre entendement selon Du Clos à reconnaître une cause immédiate et chimique, et enfin à la cause absolue et première qui est Dieu65.

  • 66  Dans son Traité de la Chymie de 1660. L’expression sera reprise par Wilhelm Homberg en 1702 qui po (...)
  • 67  Suivant le titre même des Certain Physiological Essays de Boyle.
  • 68  Suivant l’expression de Annibal Barlet dans Le vray et méthodique cours de la Physique résolutive, (...)
  • 69  Voir Stroup, Op. cit., n. 5.
  • 70  Dans la querelle des « Anciens » et des « Modernes », les chimistes font bien entendu partie des M (...)

24Fontenelle avait donc à la fois raison et tort de caractériser la chimie de Du Clos comme une science du grossier. Raison, parce qu’elle est bien une « physique chimique », pour reprendre le terme de Nicaise Le Febvre66 qui a bénéficié de l’enseignement de Du Clos, qui vise la connaissance des causes des phénomènes naturels et la nature principielle des corps par une pratique expérimentale. Mais tort, parce que pour Du Clos, les particules de la matière soumises aux lois du mouvement représentent un niveau grossier de la matière à dépasser par la chimie ; les véritables causes des phénomènes sont à chercher à un niveau plus fondamental. L’alkahest est à ce titre véritablement l’instrument – conceptuel aussi bien que concret – par excellence propre à la chimie, dont l’action est incompréhensible mécaniquement. Son intérêt réside dans la promesse qu’il offre d’atteindre la connaissance des vrais principes des corps par leur résolution radicale qui n’est pas simple discontinuation du corporel, et la possibilité de préparer des remèdes puissants par une conservation des qualités du mixte analysé. L’alkahest marque à l’extrême la distance qui sépare ce qui relève des affections mécaniques de l’action chimique, mais aussi la pratique scientifique de Boyle de celle de Du Clos ; qui pour le premier s’inscrit dans la « physiologie »67 – c’est le nom sous lequel il regroupe ses réflexions dans l’ouvrage commenté par Du Clos – où l’étude de la matière et de sa constitution est totalement incluse dans une philosophie de la nature, dans une pensée chargée de rendre compte de la nature en général ; et pour le second elle s’inscrit dans une physique – qui donne son nom à la classe académique où prennent place ses travaux – qui est plus précisément centrée sur la matière, voire sur les substances particulières. La manière d’envisager l’accès à la connaissance des substances ne repose plus en effet pour Du Clos sur une certaine conception du monde qui sous-tendait jusqu’alors en chimie la théorie principielle, celle issue de la pensée paracelsienne des trois ou des cinq principes, ce qui l’aurait engagé à développer une cosmogonie ; sa chimie n’est pas davantage simple chimie vulgaire ou « physique résolutive »68, ce qui fait qu’elle ne peut être touchée par une réduction à un mécanisme de type cartésien. Du Clos est suivant sa propre présentation un « platonicien »69 qu’il faut sans doute interpréter par le fait que la partie corporelle du monde a reçu l’impression des « idées », des caractères de la Nature principe, et qui est donc pour lui totalement dénuée de qualités sensibles qui lui soient propres ; celles qu’elle exhibe lui parviennent au moyen de l’Esprit altératif qui l’habite, et qui est avec la Nature, pour les considérer ainsi, les deux vrais principes chimiques à proprement parler qui impriment le réceptacle corporel qui les reçoit. Les qualités d’une substance sont donc l’expression d’une activité chimique intérieure. C’est l’imposition d’une raison incorporelle et supérieure des qualités sensibles au sein même du corps manipulable parfaitement passif, mobilisable par les principes actifs, n’ayant pour seul mouvement propre que celui que lui impose sa pesanteur, qui donne à Du Clos ce « tour d’esprit plus chimiste » que lui attribuait Fontenelle pour le distinguer de Boyle. Reste que Du Clos, dans l’histoire de la chimie, serait peut-être le premier avec Boyle à doter la chimie de considérations mécanistes, qui plus est sous une forme parfaitement cohérente avec une chimie des principes qu’il caractérise de « moderne70 », science des substances, physique des qualités.

Haut de page

Notes

1  Bernard Le Bouvier de Fontenelle, Histoire de l’Académie Royale des Sciences, depuis son établissement en 1666 jusqu’en 1686, t. I, Paris, 1733, pp. 79-81.

2  On notera que ce texte précis a également fait l’objet de critiques de la part de Spinoza ; voir Pierre Macherey, « Spinoza, lecteur et critique de Boyle », Revue du Nord, Lille, t. LXXVII, 1995, pp. 733-774.

3  Comme le pense à tort Mi Gyung Kim, Affinity, that Elusive Dream: A Genealogy of Chemical Revolution, MIT Press, 2003, p. 66.

4  Sur les différentes théories corpusculaires chimiques de la matière au XVIIe siècle, voir Antonio Clericuzio, Elements, Principles and Corpuscles. A Study of Atomism and Chemistry in the Seventeenth Century, Dordrecht: Kluwer Academic Publishers, 2000. Toutefois, Clericuzio ne présente pas la dimension mécaniste des explications chimiques de Du Clos.

5  Sur Du Clos, voir Doru Todericiu, « Sur la vraie biographie de Samuel Duclos (Du Clos) Cotreau », Revue d’histoire des sciences, (1974), 27/1, pp. 64-67 ; Alice Stroup, « Censure ou querelles scientifiques : l’affaire Duclos (1675-1685) », in : Règlement, usages et science dans la France de l’absolutisme, Editions Tec & Doc, Paris, 2002, pp. 435-452 ; et Rémi Franckowiak, « Samuel Cottereau Du Clos », in : Dictionary of 17th-Century French Philosophers, ed. Luc Foisneau, New York and London, Thoemmes Press, 2008.

6  Voir Rémi Franckowiak, « Du Clos, un chimiste post-Sceptical Chymist », éd. Charles Ramond et Myriam Dennehy, Paris: Vrin, 2009, pp. 361-377.

7  Robert Boyle, The Sceptical Chymist, London, J. Caldwell for J.Cooke, 1661 ; réédité in : Michael Hunter, Edward B. Davis (ed.), The works of Robert Boyle, London, Pickering and Chatto, 1999-2000, vol. 2.

8  Voir Lawrence M. Principe, The Aspiring Adept: Robert Boyle and his Alchemical Quest, Princeton University Press, Princeton, 1998, p. 208; Antonio Clericuzio, « Carneades and the Chemists: A Study of The Sceptical Chymist and its Impact on Seventeenth-Century Chemistry », in : Michael Hunter (ed.), Robert Boyle Reconsidered, Cambridge, Cambridge University Press, 1994, pp. 79-90 ; Clericuzio, Op. cit., n. 4 ; and Rémi Franckowiak, « La chimie du XVIIe siècle : une question de principes », Methodos [en ligne] 8 (2008), http://methodos.revues.org/1823. Sur la chimie de Boyle, voir William R. Newman, Atoms and Alchemy. Chemistry & the experimental origins of the scientific revolution, Chicago and London, The University of Chicago Press, 2006, pp. 15-17 et le chapitre 3 ; et Alan Chalmers, « The Lack of Excellence of Boyle’s Mechanical Philosophy », Studies in History and Philosophy of Science 24 (1993), pp. 541-563.

9  La noble chimie – celle qui vise la préparation du Mercure des Philosophes en particulier – conserve en revanche le statut de science, de pratique raisonnée bien établie dans une tradition forte dont le discours semble bien avoir été validé par Boyle ; voir Principe, Id. On notera par ailleurs que dès 1660 – un an avant la parution du Sceptical Chymist –, Samuel Sorbière souhaitait déjà confisquer la parole aux chimistes (13 juillet 1660) : « Certes, Monsieur, autant que je les [les chimistes] admire, tandis que je les vois lutter proprement un Alambique, philtrer une liqueur, bastir un Athanor ; autant me déplaisent-ils lors que je les entends discourir sur la matiere de leurs operations. Et cependant ils croyent que tout ce qu’ils font, n’est rien au prix de ce qu’ils disent. Je voudrais qu’ils ne prisent pas cette peine, qu’ils ne se missent pas si fort en frais, et que tandis qu’ils se lavent les mains au sortir de leur travail, ils laissassent escrire ceux qui se sont plus attachés à polir leur discours. Ce seroit aux Galilees, aux Descartes, aux Hobbes, aux Bacons et aux Gassendis, à raisonner sur leur labeur ; et ce seroit à ces bonnes gens d’écouter ce que leur diroient les personnes doctes et judicieuses, qui se sont accoutumées à faire le discernement des choses. Quam scit uterque libens censebo exerceat artem (Relations, Lettres et Discours de Mr Sorbière sur diverses matières curieuses, Paris, Roberet de Ninville, 1660, pp. 167-168). On peut remarquer par ailleurs que la figure du chimiste laborieux de Sorbière renvoie, y compris par l’étymologie de son nom, au personnage de Philoponus du Sceptical Chymist.

10  Une étude plus fine de cette chimie ancienne, fait apparaître que Boyle jouissait d’une très faible réputation parmi les chimistes français du XVIIIe siècle. Par ailleurs, son Sceptical Chymist et sa pensée chimique en général ont été peu influents en France, à la différence de Du Clos ; voir Franckowiak, Op. cit.,n. 8. La dénonciation virulente de Boyle d’une chimie sans principe consistant est certainement son véritable apport à la chimie, du moins française ; voir Franckowiak, Op. cit.,n. 6. Nous rappellerons seulement ici la réponse que Christian Huygens, dans une lettre de 1692, quelques semaines après le décès de Boyle, fit à Leibniz déçu de la stérilité du travail expérimental chimique de Boyle dont le mécanisme, n’avait par ailleurs, selon lui, rien d’innovant (voir Lettre 2727 du 8 Jan. 1692 de Leibniz à Huygens, in Œuvres complètes de Christiaan Huygens, publiées par la Société hollandaise des sciences, tome 10, Correspondances 1691-1695, Martinus Nijhoff, La Haye, 1905, pp. 228-229) ; Lettre 2732 du 4 Fév. 1692 de Huygens à Leibniz (Ib., p. 239) : « Mr. Boyle est mort, comme vous sçaurez desja sans doute. Il paroit assez etrange qu’il n’ait rien basti sur tant d’experiences dont ses livres sont pleins ; mais la chose est difficile, et je ne l’ay jamais cru capable d’une aussi grande application qu’il faut pour establir des principes vraisemblables. Il a bien fait cependant en contredisant à ceux des Chymistes ».

11  Voir Franckowiak, Op. cit.,n. 6.

12  Voir Jean Baptiste, Ortus medicinae … Amsterdam, L. Elzeverium, 1648 ; Du Clos, « Project d’exercitations physiques », Paris, Académie Royale des Sciences, Procès-Verbaux de séances, Registre de physique, 31 Décembre 1666, vol. 1, 1 ; et « De la recherche des principes des mixtes naturels », vol. 1, 4-16. Toutes les références suivantes aux travaux de Du Clos à l’Académie proviennent des Procès-Verbaux de séances [PV] manuscrits.

13  Sur ces expériences faites devant l’Assemblée : voir entre autres les PV des 03 et 24 Nov. 1668, du 05 Jan. 1669, et du 26 Jan. 1669 (ff. 26v-27r). En ce début de novembre 1668, l’Académie s’était dotée depuis très peu de temps d’un laboratoire (en juin de la même année, Du Clos avait témoigné de l’absence de laboratoire (voir PV, 16 Juin 1668, f. 58r)). On peut alors penser que le désir de la Compagnie de voir ce dont parle Du Clos satisfaisait également une curiosité pour ce spectacle nouveau que pouvait représenter la mise en pratique (en couleur et en mouvement), de la mise en scène (en laboratoire), du discours chimique ; en effet ce désir de voir semble par la suite moins présent. Boyle utilise très souvent aussi les expressions telles que « we have observed », et conte ses expériences.

14  Samuel Cottereau Du Clos, PV, t. 4, 01 Sept. 1668, f. 196v. La lecture de Du Clos des Tentamina Chimica est sans doute sélective mais respecte le texte de Boyle.

15  L’examen des Tentamina Chimica ne représente pas le premier examen des écrits de Boyle par Du Clos. Ce dernier avait déjà eu l’occasion à plusieurs reprises, depuis début 1667, de commenter le discours de Boyle sur des sujets « alchimiques », qui avait le défaut selon lui de ne pas s’appuyer assez sur une réelle connaissance de la littérature chimique ni des substances chimiques. Voir Franckowiak, Op. cit., n. 6.

16  Samuel Cottereau Du Clos, PV, Registre de mathématiques, t. 5, vol. 1, 05 Jan. 1669, f. 4v.

17  Ib., f. 5r.

18  Ib., f. 5v.

19  Samuel Cottereau Du Clos, Op. cit., n. 16, 12 Janv. 1669, ff. 7r-7v.

20  Ib., f. 9r.

21  Du Clos, Op. cit., n. 16, 19 Janv. 1669, f. 14r.

22  Boyle, Op. cit., n. 7, p. 208 ; répétée p. 307.

23  Du Clos, Op. cit., n. 16, 26 Janv. 1669, f. 21v.

24  Du Clos, Ib., ff. 24v-25r.

25  Boyle n’est pas le seul à faire les frais du « scepticisme » de Du Clos. Dans une communication lue en avril 1667 concernant l’examen du livre sur les eaux minérales d’un certain Le Givre dont les conclusions lui paraissent hâtives et sans doute fautives, il écrit (Du Clos, « Examen du livre des Eaux Minerales du Sieur Le Givre », Op. cit., n. 12, 12 Mars 1667, pp. 57-70) : « […] Voilà toujours l’auteur dans les suppositions, et le lecteur sans preuve, qui le satisfasse », « […] toutes les expériences et observations que cet auteur a rapportées ne prouvent rien de ce qu’il prétend […] ».

26  Du Clos, Op. cit., n. 14, 24 Nov. 1668, f. 308v.

27  Du Clos, Ib., f. 309r.

28  Voir Du Clos, Ib., ff. 302r-302v.

29  Voir Alexandre Koyré, Paracelse, Paris, Éditions Allia, 1997, pp. 28-30 ; Massimo L. Bianchi, « The Visible and the Invisible. From Alchemy to Paracelsus », in :  P. Rattansi, A. Clericuzio, Alchemy and Chemistry in the 16th and 17th centuries, Kluwer Academic Publishers, Dordrecht, 1994, pp.17-50.

30  Boyle admet également que le nitre fixé (= le sel de tartre) attire l’air (« it’s aptness to attract the air » ; voir Robert Boyle, Certain Physiological Essays (« A physico-chymical essay, containing an experiment with some considerations touching the differing parts and redintegration of Sal-Petre », section X, p. 96) in : Hunter, Davis, Op. cit., n. 7.

31  Voir Du Clos, Op. cit., n. 16, 05 Janv. 1669.

32  Voir aussi Du Clos, « Observations du Salpestre, de sa generation et de sa vertu fulminante », Op. cit., n. 12, 22 Janv. 1667, pp. 16-22.

33  Voir Du Clos, « De la recherche …. », Op. cit., n. 12, pp. 11-12.

34  Du Clos, Op. cit., n. 16, 05 Janv. 1669, f. 4v. Boyle (voir op. cit.,n. 30) reconnaît aussi un « conflit » entre les deux substances opposées.

35  Voir Du Clos, « Expériences de l’augmentation du poids de certaines matières en les calcinant à la chaleur du Soleil, ou du feu ordinaire », Op. cit.,n. 12, Avril 1667, pp. 49-51.

36  L’explication n’est pas très claire chez Boyle ; ce mouvement pourrait peut-être se faire chez lui par un courant de matière subtile. Voir Boyle, section XXVI, Op. cit., n. 30, p. 105.

37  Voir Du Clos, Op. cit., n. 16, fin du 19 Janv. 1669 et 26 Janv. 1669.

38  Du Clos, Ib., 12 Janv. 1669.

39  Voir Boyle, Section XXIV, Op. cit., n. 30, p. 104.

40  Du Clos, Op. cit., n. 16, 12 Janv. 1669, f. 8v.

41  Ib., f. 9v.

42  Du Clos, Op. cit., n. 16, 19 Janv. 1669, f. 16v.

43  Du Clos, Op. cit.,n. 16, 12 Janv. 1669, ff. 11r-11v: « Il n’y a gueres d’apparence comme j’ay desja dict, que ce soit la diverse disposition et configuration des particules du salpestre qui fasse la difference des qualitez qui s’y remarquent, & qui le rendent tantost acre, tantost acide ; tantost sulphuré, tantost mercuriel, tantost eschauffant tantost raffaischissant &c. Ces differences pourroient ce me semble estre mieux rapportées aux diverses matieres qui se trouvent dans le Salpestre et à leur predomination alternative ; car les unes sont manifestement sulphurées ou ignées ; les autres aeriennes, comme on le peut observer en la confection du salpestre et en sa resolution ».

44  Du Clos, Op. cit., n. 14, 16 Juin 1668, ff. 58r-63r, et 23 Juin 1668, ff. 63v-66r.

45  Ib., 16 Juin 1668, f. 58r.

46  Et que Boyle, dans son Sceptical Chymist, préfère nommer « prima mista » ou « mista primaria », ou « secundary principals, or mixts of peculiar sort » ; voir Boyle, Op. cit.,n. 7, pp. 215 et 273.

47  Du Clos, Op. cit., n. 14, 16 Juin 1668, ff. 62r-62v. Cette théorie mécanique de l’impulsion du feu a d’ailleurs été rapidement mise en pratique dans une proposition de dessalement de l’eau de mer de Du Clos dans un mémoire du mois de juillet. La salure de l’eau de mer est pour lui un accident, et peut à ce titre lui être séparée ; il convient pour cela d’ôter le sel mélangé avec elle. Un des moyens retenus est le suivant (Du Clos, Ib., f. 120v)  : « il faudroit faire monter l’eau au travers du sable ou de la terre, parce que le sel qui est plus grossier que l’eau ne pourroit pas facilement monter avec elle, et l’eau qui est plus subtile et plus mobile que le sel resistant moins à l’Impulsion de ce qui la force de monter monteroit plus facilement que le sel au travers de la terre ou du sable, et ainsy elle se separeroit de luy et deviendroit douce ». L’argile pourrait tout aussi bien servir à cette séparation, mais elle n’est pas, selon Du Clos, « assez poreuse pour donner passage à l’eau » (f. 120v). Du Clos évoque encore un autre moyen – chimique cette fois – par précipitation du sel de l’eau de mer par attraction du sel par la « pierre spéculaire » de Glauber (ff. 121v-122r).

48  Voir Du Clos, Ib., 23 Juin 1668, ff. 63v-66r. Pour Du Clos le feu n’est en effet plus l’instrument de décomposition des mixtes en leurs vrais principes comme le pensaient les « chimistes vulgaires » (voir les deux premières interventions de Du Clos à l’Académie). C’est aussi pour cela que Du Clos avait proposé une histoire des plantes non plus uniquement élaborée d’un point de vue chimique par l’analyse par le feu, provoquant une controverse avec Denis Dodart. Voir Alice Stroup, A Company of Scientists: Botany, Patronage, and Community at the Seventeenth-Century Parisian Royal Academy of Sciences, Berkeley: University of California Press, 1990.

49  Du Clos, Op. cit.,n. 14, 23 Juin 1668, ff. 65r-65v : « Les liqueurs mixtes qui constent de sels sulphurez, et de sels mercuriels, joincts ensemble, sont seules capables de dissoudre l’union des parties constitutives principales, tant mercurielles que sulphurées, chacun de ces sels agissant sur la partie qui luy est symbolique et la separant de l’autre, laquelle estant pareillement resoute par un sel symbolique ne fait plus de resistance. Ces Menstrües mixtes sont les vrayes (f. 65v) dissolvants propres aux analyses chymiques, et ceux dont nous devons faire provision pour nous servir aux desseins proposez tant de la Recherche des Principes des mixtes naturels, que des observations analytiques, qui peuvent aider à la connoissance de la nature et des qualitez de ces mixtes. Les menstrües meslez sont ou universels, ou particuliers. Les universels doivent estre tirez des sels les moins specifiez, mais de nature mixte et temperée. Tel est le sel commun, duquel Paracelse a faict son grand dissolvant, qu’il nomme sel circulé ».

50  Du Clos, Op. cit.,n. 16, pour les 11, 18 et 25 Août 1668, ff. 127v-175r. Sur l’alkahest, voir Bernard Joly, « L’alkahest, dissolvant universel ou quand la théorie rend pensable une pratique impossible », Revue d’histoire des sciences, (1996), 49/2-3, pp. 305-344 ; sur son emploi médical, voir Paolo A. Porto, « ‘’Summus atque felicissimus salium’’ : The Medical Relevance of the Liquor alkahest », Bulletin of History of Medicine, 2002, 76, pp. 1-29.

51  Cette utilisation des deux raisons se retrouvera très clairement mais de manière différente chez Wilhelm Homberg au début du XVIIIe siècle ; voir Rémi Franckowiak, Luc Peterschmitt, « La chimie de Homberg : une vérité certaine dans une physique contestable », Early Science and Medicine, 10/1, 2005, pp. 65-90. L’application du mécanisme en chimie ne s’est pas faite sans grandes concessions de la part du mécanisme. On le constate chez les philosophes cartésiens qui ont eu l’ambition d’étendre le mécanisme aux phénomènes de la chimie : ils feront l’économie de la métaphysique cartésienne pour embrasser davantage les raisons de type chimique ; voir Luc Peterschmitt, « The Cartesian Chemistry: Cordemoy, Rohault, Régis,” in :  Chymists and Chymistry. Studies in the History of Alchemy and Early Modern Chemistry, ed. L. M. Principe, Sagamore Beach, Watson Publishing International, 2007, pp. 193-202.

52  Voir Samuel Cottereau Du Clos, Dissertation sur les Principes des mixtes naturels, faite en l’an 1677, Amsterdam, 1680 ; reproduite dans l’Histoire de l’Académie royale des Sciences depuis 1666 à 1699, t. 4, Paris 1731, pp. 1- 30.

53  Ib., pp. 4, 7 et 20.

54  Ib., pp. 7 et 27.

55  Ib., p. 28.

56  Ib., p. 8.

57  Voir Du Clos, Op. cit., n. 35, pp. 40-52. On notera que cette communication a été lue à l’Académie royale des Sciences plus de cent ans avant les travaux de Lavoisier sur ces phénomènes.

58  Du Clos, Op. cit.,n. 53, p. 15.

59  Ib., p. 1.

60  Ib., pp. 3-6.

61  Ib., p. 2.

62  Ib., p. 7.

63  Ib., p. 24.

64  Expression dans Du Clos, Ib., p. 1.

65  Ib., p. 10 et pp. 19-23.

66  Dans son Traité de la Chymie de 1660. L’expression sera reprise par Wilhelm Homberg en 1702 qui poursuivra le renversement des statuts de la chimie et de l'explication mécaniste ; seule la chimie pour lui est vraie, alors que le mécanisme, l'explication par figure et mouvement des parties des corps, pour être « vraisemblable », n'en est pas moins toujours contestable ; voir Franckowiak, Peterschmitt, Op. cit., n. 52.

67  Suivant le titre même des Certain Physiological Essays de Boyle.

68  Suivant l’expression de Annibal Barlet dans Le vray et méthodique cours de la Physique résolutive, vulgairement dite Chymie …, Paris, 1653.

69  Voir Stroup, Op. cit., n. 5.

70  Dans la querelle des « Anciens » et des « Modernes », les chimistes font bien entendu partie des Modernes. Par ailleurs, à la suite de Van Helmont, les chimistes (Boyle, Du Clos, Le Febvre, …) auront coutume à partir des années 1660 à se nommer « chimistes modernes » par opposition aux « chimistes vulgaires » dont la pratique est axée autour d’une application des principes paracelsiens à la préparation de remèdes pharmaceutiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémi Franckowiak, « De la recherche des principes des mixtes naturels chez Du Clos », Methodos [En ligne], 12 | 2012, mis en ligne le 10 avril 2012, consulté le 23 octobre 2014. URL : http://methodos.revues.org/2929 ; DOI : 10.4000/methodos.2929

Haut de page

Auteur

Rémi Franckowiak

UMR 8163 « Savoirs, textes, langage » (STL)/ Université de Lille 1

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo Lille 3 - Sciences humaines et sociales
  • Revues.org