Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Dietrich de Freiberg sur les traces d'Augustin

Comptes rendus de : Andrea Colli, Tracce Agostiniane nell’opera di Teodorico di Freiberg, Rome, Marietti, 2010 ; Andrea Colli (trad.), Teodorico di Freiberg, L’origine della realtà predicamentali, Milan, Bompiani, 2010
Véronique Decaix
Référence(s) :

Rome, Marietti, 2010 

Milan, Bompiani, 2010

Texte intégral

  • 1  Alain de Libera, « D’Averroès en Augustin, Intellect et cogitative selon Dietrich de Freiberg », i (...)

« Météorite tombé de l’autre côté du Rhin, Dietrich ne semble d’aucun temps philosophique assignable, rebelle à tous les « ismes », splendide, mais isolé – d’un mot : “Teutonique” »1.

  • 2  Ibid., p.15.
  • 3  Kurt Flasch, art. cit, in Kant Studien, LXIII (1972), p.182-206.
  • 4  Dietrich de Freiberg, Opera Omnia, sous la direction de K. Flasch, publiés chez Felix Meiner Verla (...)
  • 5  M. De Wulf, « Un scolastique inconnu de la fin du XIIIe siècle », in Revue néoscolastique de Louva (...)

1C’est la connaissance de ce grand penseur, Theodoricus Teutonicus von Vriberg, Thierry ou Dietrich de Freiberg en français, que vient enrichir la thèse de doctorat d’Andrea Colli, publiée en 2010 aux éditions Marietti. Cette recherche prolonge la redécouverte de cet « épineux outsider »2 dont le coup de lancement fut sans nul doute l’article retentissant de 1972 « Kennt die mittelalterische Philosophie die Konstitutive Funktion des menschlichen Denkens ? Eine Untersuchung zu Dietrich von Freiberg »3 dans lequel K. Flasch pose l’hypothèse stimulante selon laquelle Dietrich de Freiberg aurait développé une théorie de la subjectivité constituante, et serait, en ce sens, un précurseur de l’idéalisme transcendantal de Kant. Ce parallèle entre Dietrich de Freiberg et Kant fut si fécond qu’il conduisit à l’édition des œuvres complètes du maître saxon, entre 1977 et 1985, assorties d’introductions substantielles de la plume de Kurt Flasch, et prolongées de trois suppléments qui permettent de saisir cette pensée originale et difficile qui se livre dans une langue austère et parfois ardue4. Ce travail éditorial s’insère dans le projet plus large mené par l’« école de Bochum » de mettre au jour un Corpus philosophorum Teutonicorum Medii Aevi qui forge l’hypothèse historiographique d’une « école dominicaine allemande » à partir d’une parenté doctrinale et topologique entre des penseurs tels qu’Albert le Grand, Dietrich de Freiberg, Maître Eckhart, Ulrich de Strasbourg, ou encore Berthold de Moosbourg. Grâce aux récentes recherches sur les divers aspects de sa pensée, Dietrich de Freiberg n’est plus « un scolastique inconnu de la fin du XIIIe siècle »5.

  • 6 Sur la dette théorique de Dietrich de Freiberg par rapport à Averroès ainsi que la mise en contexte (...)

2C’est justement d’un «-isme » que débat Andrea Colli dans son ouvrage Tracce agostiniane nell’opera di Teodorico di Freiberg, qui suit le fil d’un « augustinisme » présupposé chez Dietrich de Freiberg et enquête sur la portée et l’importance de la réception d’Augustin dans les œuvres du maître saxon. En ce sens, sa recherche apporte un nouvel éclairage sur l’œuvre de Dietrich ; les dernières études avaient en effet davantage accentué l’influence de la pensée d’Averroès, et par conséquent soutenu un certain « averroïsme » parisien chez ce penseur allemand, justifié par ses prises de position sur la plupart des thèses condamnées en 1277 par l’évêque Tempier, comme l’éternité du monde, la séparation de l’intellect agent, la relation entre la substance et ses accidents.6 Le second intérêt de l’étude d’A. Colli repose justement sur son parti pris de ne pas affubler Dietrich d’une nouvelle étiquette, en suivant la piste d’un « augustinisme », fût-il aristotélisant ou avicennisant, mais d’étudier précisément le rôle et la fonction des références à Augustin dans ses œuvres. L’auteur suit les traces d’Augustin dans la pensée de Dietrich de Freiberg et évalue la portée et la limite de l’empreinte augustinienne dans les emprunts théodoriciens. La valeur de ce travail fouillé ne réside pas simplement dans le relevé exhaustif qu’il fournit des citations d’Augustin dans le corpus théodoricien, mais bien plutôt dans la réflexion menée sur la dette théorique du maître saxon à son égard, en posant le problème de l’usage stratégique du recours argumentatif à Augustin et de sa valeur philosophique intrinsèque.

  • 7 Op. cit., p.13.

3Cette étude sur l’importance de la source augustinienne dans la pensée de Dietrich de Freiberg permet de nuancer l’opposition historiographique entre un augustinisme conservateur représenté par Bonaventure et un aristotélisme, voire un averroïsme, d’avant-garde, qu’incarneraient des philosophes tels que Siger de Brabant ou Boèce de Dacie7. La présence d’Augustin chez Dietrich pose de nouveau le problème des frontières entre théologie et philosophie, relayé par une séparation stricte dans les sources et les textes mobilisés, où ces deux sciences se référeraient à une autorité différente, Aristote, Prince des philosophes, ou Augustin, Père de l’Eglise. Qui plus est, le recours de Dietrich à Augustin en fait un penseur à part dans l’ordre dominicain, par comparaison avec Albert le Gand ou Thomas d’Aquin, et montre que sa philosophie s’est construite au-delà des querelles intestines entre les ordres des frères prêcheurs et mineurs qui agitent l’université parisienne de la fin du XIIIe siècle, sur fond d’un dialogue fécond avec Henri de Gand, Godefroid de Fontaines et Gilles de Rome.

4Ce n’est pas la fidélité de Dietrich par rapport à Augustin, ou l’exactitude de son interprétation qu’évalue A. Colli, dont la perspective examine plutôt le cadre argumentatif dans lequel les concepts d’origine augustinienne (par exemple l’abditum mentis) ou des thèses (par exemple l’inamissible transcendance de l’esprit sur le corps) interviennent comme paradigme alternatif à la doctrine aristotélicienne et permettent à Dietrich de construire une philosophie originale et neuve de la subjectivité, au-delà des querelles de chapelle et des oppositions scolaires stériles. Sur ce point, A. Colli établit de manière tout à fait convaincante que la conception théodoricienne du dynamisme de la pensée et de la spontanéité de l’intellect, se fonde en définitive sur l’argument augustinien selon lequel l’intellect est supérieur aux réalités matérielles, ce qui interdit qu’il puisse les recevoir passivement selon le schème abstractif aristotélicien et thomiste affirmant qu’« intelligere est quoddam pati ». Ceci lui permet de démontrer que la modernité décelée dans la pensée de Dietrich par K. Flasch dans le rapport entre le sujet connaissant et l’objet connu ne doit pas être comprise comme un idéalisme transcendantal avant l’heure, mais plutôt en filiation avec la théorie augustinienne de l’essence de l’âme, la conscience de soi et la présence à soi dans la réflexivité sur ses opérations.

  • 8  A. Colli, Op. cit, p.34.

5Dans la première partie de l’ouvrage, A. Colli développe une analyse des citations d’Augustin dans les œuvres de Dietrich. La méthode exégétique employée est efficace puisqu’elle part des œuvres d’Augustin, ordonnées selon la fréquence des renvois intertextuels recensés chez Dietrich, en premier lieu le De Genesi ad litteram où les citations issues de chacun des chapitres attestent d’une lecture de première main, ensuite, le De Trinitate avec 80 citations explicites, et ainsi de suite, ce qui permet de montrer de manière concluante que le recours à Augustin est tout sauf circonstanciel8. En effet, on trouve 310 citations d’Augustin dans 21 traités, ce qui est certes moins qu’Aristote (819 citations), mais bien plus qu’Averroès (178) et même que la Bible (199 occurrences). Sur ces 310 références recensées, 260 renvoient précisément à une œuvre et un chapitre, le reste ayant plutôt trait à une vulgate augustinienne (« secundum Augustinus in quam plurimis locis »), et 107 sont des citations extraites des œuvres d’Augustin, ce qui semble témoigner d’une connaissance directe des textes. A. Colli explique bien que l’« augustinisme » de la fin du XIIIe siècle forme un canevas complexe en raison de l’enchevêtrement des sources et des médiations possibles. Par exemple les Sentences de Pierre Lombard, qui recensent des milliers de références aux œuvres d’Augustin, forment ainsi un vecteur privilégié de diffusion de ses thèses car leur commentaire était un passage obligé dans le cursus universitaire en théologie, que Dietrich a lui-même suivi entre les années 1271-1275. De plus, il est difficile de déterminer tous les intermédiaires et les contaminations possibles, comme il est délicat de s’assurer de la provenance des idées augustiniennes qui peuvent en partie résulter indirectement des échanges entretenus entre Dietrich et ses contemporains, comme Henri de Gand ou Godefroid de Fontaine, par le prisme desquels Augustin serait reçu et interprété. A. Colli caractérise l’« augustinisme » de Dietrich avec beaucoup de finesse par rapport à celui d’autres penseurs, afin de souligner l’originalité de sa réception et l’idiosyncrasie de sa réélaboration des thèmes augustiniens. Cette première partie montre que les œuvres d’Augustin servent de matrice à la constitution de la pensée de Dietrich, qui fait de l’évêque d’Hippone un interlocuteur philosophique privilégié.

  • 9  Teodorico di Freiberg, L’origine delle realtà praedicamentali, introduction, notes et apparat crit (...)
  • 10  De origine rerum praedicamentalium, in Opera Omnia, III, V, 26, p.187 : « Est autem aliud genus ap (...)

6Ceci est encore renforcé par la deuxième partie de l’ouvrage, qui se concentre sur l’influence théorique des idées d’Augustin dans l’élaboration de la philosophie de Dietrich, selon deux axes majeurs, premièrement la théorie de l’intellect, la connaissance de soi et du monde, et deuxièmement la conception du temps. Tout d’abord, A. Colli suit les indications de Dietrich de Freiberg, dans le De Origine rerum praedicamentalium, dont il a assuré la traduction en italien et l’édition bilingue, ainsi que l’introduction et l’apparat critique, doté notamment d’un glossaire très utile des concepts majeurs, aux éditions Bompiani9. Dans ce traité, Dietrich de Freiberg annonce son intention de démontrer « selon les philosophes et les péripatéticiens » que l’intellect est la cause et le principe de certaines catégories, les catégories relatives comme la relation, le temps, le lieu, qu’il range au nombre des choses de première intention. Il semble bien qu’Augustin soit inclus au nombre des philosophes grâce auxquels Dietrich étaye sa thèse du pouvoir constitutif de l’intellect à l’égard de certaines réalités catégorielles et de la quidité des choses physiques. Pour démontrer cette thèse originale, Dietrich a recours à la psychologie augustinienne et reprend la différence axiologique insurmontable entre la simplicité de l’intellect et les objets sensibles, qui opère comme un pivot dans l’argumentation10. Par là, il démontre la pure activité de l’intellect qui ne supporte aucune passivité, et partant que l’intellection ne constitue pas une réception. De ce fait, la causalité n’est pas à rechercher du côté de l’objet, mais bien du côté du sujet qui tend vers son objet et le constitue en le pensant. La théorie de l’intellect développée dans les traités De intellectu et intelligibili et le De visione beatifica montre une proximité entre les deux auteurs, notamment par la reprise de la cause essentielle grâce à laquelle Dietrich explique la cohérence ontologique des quatre « manières d’être » par un processus d’émanation où le niveau supérieur flue dans l’inférieur. À cet endroit, A. Colli distingue avec précision les diverses influences néo-platoniciennes reçues par Dietrich, celle de Proclus et de Denys le pseudo-Aréopage, pour discriminer particulièrement son héritage augustinien. En effet, les sources néoplatoniciennes ne forment pas un bloc homogène, et en ce qui concerne la cosmologie, Dietrich s’appuie davantage sur l’Elementatio Theologica de Proclus avec des expressions comme « redundare extra in aliud » ou « ebullire ab interiore ad extra ». C’est donc dans le champ de la théorie de l’âme et de la noétique que l’importance d’Augustin est la plus prégnante. La cause essentielle selon laquelle la cause est plus parfaite que son effet qu’elle précontient en un sens est utilisée pour expliquer la relation de l’intellect agent à l’âme, principe de son unité. De plus, Dietrich trouve en Augustin, et en particulier dans le De Trinitate, IX, IV, 5 un concept dynamique de substantialité caractérisant la mens et défini comme ce qui dans la réflexion sur soi dépasse son propre sujet, ce qui propose un modèle alternatif à la substance aristotélicienne conçue comme substrat de propriétés. Dietrich utilise cette définition dans le De visione beatifica pour démontrer la substantialité de l’intellect agent. Pour étayer cette thèse, Dietrich a recours aux concepts opératoires d’abditum mentis et d’imago dei par lesquels il justifie que l’intellect agent soit une essence toujours en acte du fait de sa ressemblance substantielle et iconique avec son principe, Dieu, alors que l’intellect possible est identique à ce qu’Augustin définit comme cogitative extérieure. Dietrich dépasse en un sens l’opposition entre Aristote et Augustin, et leurs divergences théoriques intrinsèques, en les mettant au service de sa propre gnoséologie.

  • 11  De Natura et proprietate continuorum, Tome 3, 5 (1), p.264 : « Quod tempus non est aliquid reale n (...)

7Deuxièmement, l’affinité théorique entre Augustin et Dietrich est évidente dans les traités qui portent sur l’éternité et le temps, le De mensuris et le De natura et proprietate continorum. Dans le premier, Dietrich attribue à chaque degré d’être une durée conçue comme grandeur intensive dans la lignée du De genesi ad litteram, III, 8. La convergence entre les deux auteurs ressort encore davantage dans le second traité où Dietrich critique la conception aristotélicienne du temps selon laquelle le substrat du temps serait dans les choses en s’appuyant sur une analyse du XIe livre des Confessions. Dietrich fait intervenir le concept de distensio animi pour accentuer le rôle de l’âme dans la constitution du temps. Certes, le Stagirite établit bien au livre IV de la Physique qu’il n’y aurait pas de temps sans l’activité de dénombrement de l’âme, mais la conception de Dietrich insiste sur son origine psychologique qu’il étaye sur une exégèse d’Augustin. Bien que la parenté profonde entre ces deux théories subjectivistes de la temporalité et la dette de Dietrich à Augustin soient indiscutables, il ne semble cependant pas que la conception théodoricienne du temps puisse se réduire à une absolue adhésion aux thèses augustiniennes. Certes, le temps est produit par l’âme et a une origine subjective, mais il ne faut pas pour autant conclure que l’être du temps est seulement, pour Dietrich, psychique ou intramental, ce qui aboutirait à une déréalisation de celui-ci. Selon lui, l’âme détermine la temporalité auprès des choses réelles et intramondaines qu’elle mesure, c’est pourquoi le temps ne demeure pas enclos dans la sphère subjective du sujet pensant et ne possède pas qu’une existence purement mentale ou dans la représentation. Il n’en demeure pas moins vrai que la théorie du temps dans le De natura et proprietate continuorum forme un jalon dans la subjectivisation de la temporalité étayée sur les analyses d’Augustin, mais elle ne peut s’y résumer dans la mesure où Dietrich de Freiberg élabore une conception originale de la temporalité, au-delà de l’opposition entre les paradigmes aristotélicien et augustinien. Peut-être la perspective de la filiation de Dietrich à Augustin ne fait pas suffisamment ressortir la spécificité de sa pensée, notamment les points sur lesquels sa conception du temps se distingue de celle de l’évêque d’Hippone11.

8Quoi qu’il en soit, l’objectif principal du livre d’A. Colli est atteint en ce qu’il propose une analyse précise et nuancée de l’influence d’Augustin sur Dietrich de Freiberg et ne fait pas du nombre de citations d’Augustin dans le corpus théodoricien un critère interprétatif suffisant pour en estimer la fonction et la valeur. A. Colli démontre avec force la stratégie argumentative des références à Augustin, discerne l’origine de la réception et les réappropriations opérées par Dietrich. Il établit en définitive que Dietrich de Freiberg ne se contente pas de suivre les traces d’Augustin, mais le considère comme un partenaire philosophique de choix, un compagnon de route et un interlocuteur constant dans la constitution de sa propre philosophie.

Haut de page

Notes

1  Alain de Libera, « D’Averroès en Augustin, Intellect et cogitative selon Dietrich de Freiberg », in J. Biard, D. Calma, R. Imbach (dir.), Recherches sur Dietrich de Freiberg, Studia Artistarum 19, Turnhout, Brepols, 2009, p.15.

2  Ibid., p.15.

3  Kurt Flasch, art. cit, in Kant Studien, LXIII (1972), p.182-206.

4  Dietrich de Freiberg, Opera Omnia, sous la direction de K. Flasch, publiés chez Felix Meiner Verlag, Hambourg : Tome I, Schriften zur Intellektheorie, éd. B. Mojsisch, 1977 ; Opera omnia, Tome II, Schriften zur Metaphysik und Theologie, éd. R. Imbach, M.R. Pagnoli-Sturlese, R. Rehn, H. Steffan, L. Sturlese, 1980 ; Opera Omnia, Tome III, Schriften zur Naturphilosophie und Metaphysik, Quaestiones, éd. J. Cavigioli, R. Imbach, B. Mojsisch, M.R. Pagnoni-Sturlese, R. Rehn, L. Sturlese, 1983 ; Opera Omnia, Tome IV, Schriften zur Naturwissenschaft, Briefe, éd. L. Sturlese, M.R. Pagnoni-Sturlese, R. Rehn, W.A. Wallace, 1985 ; B. Mojsisch, Die Theorie des Intellekts bei Dietrich von Freiberg, Beiheft I, 1977 ; K. Flasch (dir.), Von Meister Dietrich zu Meister Eckhart, Beiheft II, 1984 ; L. Sturlese, Dokumente und Forschungen zu Leben und Werk Dietrichs von Freiberg, Beiheft 3, 1984.

5  M. De Wulf, « Un scolastique inconnu de la fin du XIIIe siècle », in Revue néoscolastique de Louvain, 13 (1906), p.434-441. On se réfèrera notamment aux études, K.-H. Kandler, B. Mojsisch, F.B Stammkötter (éds.),  Dietrich von Freiberg. Neue Perspektiven seiner Philosophie, Theologie und Naturwissenschaft, in Bochumer Studien zur Philosophie, vol. 28 (Amsterdam-Philadelphia), 1999 ; J. Biard, D. Calma, R. Imbach (dir.), Recherches sur Dietrich de Freiberg, Studia Artistarum 19, Turnhout, Brepols, 2009, ou encore à la monographie publiée par K. Flasch, Dietrich von Freiberg. Philosophie, Theologie, Naturforschung um 1300, Francfort, Vittorio Klostermann, 2007.

6 Sur la dette théorique de Dietrich de Freiberg par rapport à Averroès ainsi que la mise en contexte de sa pensée dans le débat sur l’averroïsme latin, voir K. Flasch, D’Averroès à Maître Eckhart, les sources arabes de la mystique allemande, Paris, Vrin, 2008, p.87-123 ; Alain de Libera, art. cit., p.15-62 ; K.-H. Kandler, Dietrich von Freiberg. Philosoph—Theologe—Naturforscher, Medienzentrum der TU Bergakademie, Freiberg, 2009 ; D. Calma, Le poids de citation, Étude sur les sources arabes et grecques dans l’œuvre de Dietrich de Freiberg, Fribourg academic Press, 2010.

7 Op. cit., p.13.

8  A. Colli, Op. cit, p.34.

9  Teodorico di Freiberg, L’origine delle realtà praedicamentali, introduction, notes et apparat critique de A. Colli, Milan, Bompiani, 2010.

10  De origine rerum praedicamentalium, in Opera Omnia, III, V, 26, p.187 : « Est autem aliud genus apprehensionis, cuius ratio non constitit in moveri ab aliquo obiecto, sed in essendo aliquam formam simplicem, quae sit cognitionis principium in eo, quod determinantur propria principia ispi obiecto, ex quibus constituatur secundum propriam rationem obiecti et quo cognoscibile sit. Et haec virtus apprehensiva est intellectus, qui secundum hunc modum habet modum et rationem causae respectu sui obiecti ».

11  De Natura et proprietate continuorum, Tome 3, 5 (1), p.264 : « Quod tempus non est aliquid reale naturale extra animam, sed per actum animae constituitur et determinatur circa res ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Véronique Decaix, « Dietrich de Freiberg sur les traces d'Augustin », Methodos [En ligne], 12 | 2012, mis en ligne le 10 avril 2012, consulté le 16 avril 2014. URL : http://methodos.revues.org/2926

Haut de page

Auteur

Véronique Decaix

Centre d'études supérieures de la renaissance (CESR) de l'Université de Tours

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo Lille 3 - Sciences humaines et sociales
  • Revues.org