Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Compte rendu de : John Locke, Ecrits monétaires

Traduction Florence Briozzo
Marc Parmentier
Référence(s) :

Paris, 2011, Classiques Garnier, 379p.

Entrées d’index

Mots-clés :

Locke

Keywords :

Locke
Haut de page

Texte intégral

1Il faut se féliciter de l'édition et de la traduction française de trois grands textes économiques de John Locke, Quelques considérations sur les conséquences qu'auraient une baisse de l'intérêt et un rehaussement de la valeur de la monnaie, Brèves observations sur un mémoire intitulé « Des moyens d'encourager la frappe des monnaies en Angleterre, et ensuite de l'y garder », Nouvelles considérations sur le rehaussement de la valeur de la monnaie.

2Ces textes, traduits ici pour la première fois en français dans leur version intégrale, présentent un intérêt majeur tant du point de vue de l'histoire de l'économie politique que comme contrepoint des grands textes de philosophie politique et morale de Locke. Ils montrent à quel point leur auteur  est impliqué dans l'actualité de son époque. John Locke est un expert financier et c'est à ce titre qu'il fournit un avis motivé sur deux questions à l'ordre du jour : faut-il fixer, par voie législative, un taux d'intérêt plafond ? Faut-il procéder à un « rehaussement » de la valeur des monnaies?

3Au-delà de ces questions techniques, ses réponses s'appuient sur un certain nombre de « principes » qui esquissent un véritable traité d'économie politique et donc l'originalité est de relever de ce qui deviendra le libéralisme économique, tout en étant formulés dans un cadre mercantiliste (alors que le « système de la liberté naturelle » d'Adam Smith s'y opposera diamétralement).

4Dans le sens du mercantilisme : la valeur de la monnaie repose sur le métal qu'elle contient. La dénomination n'est que la garantie de la valeur et non la valeur elle-même. La fuite de la monnaie s'explique par le déficit du commerce extérieur. L'enrichissement d'un pays ne peut provenir que d'un commerce extérieur favorable ; plus généralement la richesse (y compris la rente foncière) est produite exclusivement par la répartition inégale des biens.

5Dans le sens du libéralisme, Locke ne croit pas à l'efficacité de lois limitant l'exportation de la monnaie.  La fixation des prix résulte de la loi de l'offre et de la demande qui aboutit à la « valeur naturelle » des biens. Dans le domaine économique, l'action politique est vouée à la contre-productivité.

6Notons également l'originalité d'une double économie : l'économie gravitant autour de la satisfaction des besoins jouxte une économie du luxe, dont les lois sont inversées : dès que s'imposent la mode et la vanité, certains produits trouvent d'autant plus d'acheteurs qu'ils sont plus chers.

7Les thèses esquissant un libéralisme économique s'accordent avec celles du libéralisme politique. Dans les deux cas, il s'agit de mettre en évidence les limites du pouvoir public. Les thèses mercantilistes quant à elles éclairent les très importants développements que le Second Traité du gouvernement civil consacre à la question de la monnaie. On voit ici très concrètement comment celle-ci permet l'accumulation des richesses au-delà de la satisfaction des besoins.

8Les liens avec la philosophie morale apparaissent également très étroits. La bonne gestion, à l'échelle d'un pays comme à l'échelle d'une famille, exige des vertus ; la frugalité est le meilleur garant d'un commerce extérieur équilibré. Symétriquement, l'économie inversée du luxe met en évidence les dangers de la vanité et de la mode. Mais celle-ci résulte de la puissance de la loi de réputation, dont l'Essai sur l'entendement humain décrit toute la puissance dans la vie morale.

9Dans cet ouvrage, Locke a montré qu'il fallait se garder de confondre les mots avec les idées. Or prôner un « rehaussement » des monnaies, c'est pratiquer une tromperie analogue à celle qui consiste à faire passer des mots pour des idées. En effet, contrairement à ce que le mot suggère, un rehaussement consiste à faire passer une simple dénomination pour la valeur elle-même. En outre, le langage ésotérique des professionnels de la finance entre pour beaucoup dans le « mystère » entourant la question de la monnaie.

10La traduction de Florence Briozzo, en regard du texte original, se signale par sa limpidité et son élégance. On peut regretter l'absence de notes, qui n'auraient pas été superflues pour éclairer tel ou tel choix de traduction (par exemple celle de « return » par « retour », au lieu de revenu, ou de « trade » par commerce, alors que le terme signifie parfois la production de richesse en général).

11L'introduction de la traductrice est éclairante et bien documentée. Elle signale les rapprochements possibles avec la philosophie politique de Locke mais sans les préciser, ce qui laisse le lecteur sur sa faim. A l'inverse, une première introduction, rédigée par André Tiran, semble trop générale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Parmentier, « Compte rendu de : John Locke, Ecrits monétaires », Methodos [En ligne], 12 | 2012, mis en ligne le 10 avril 2012, consulté le 16 avril 2014. URL : http://methodos.revues.org/2922

Haut de page

Auteur

Marc Parmentier

Université Lille-Nord de France / UMR 8163 « Savoirs, textes, langage »

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo Lille 3 - Sciences humaines et sociales
  • Revues.org