Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Compte rendu de : Nicolas de Cues, Les Conjectures

Texte traduit introduit et annoté par Jocelyne Sfez
Marc Parmentier
Référence(s) :

Paris, Beauchesne, 2011, 245p.

Entrées d’index

Mots-clés :

Nicolas de Cues

Keywords :

Nicholas of Cusa
Haut de page

Texte intégral

1Cette oeuvre majeure de Nicolas de Cues, aussi essentielle que la Docte Ignorance bien que moins connue, est, selon les termes de Jocelyne Sfez, un « Discours de la méthode ». Elle expose en effet une méthode novatrice pour atteindre le vrai, à partir de l'explicitation de sa racine métaphysique.

2L'ouvrage suit inlassablement les deux mouvements inséparables de progression de l'unité dans l'altérité et de retour de l'altérité vers l'unité. L'unité infinie, divine, absolue, est en elle-même inatteignable. Elle ne peut être atteinte dans sa « précision » mais seulement par l'intermédiaire de l'altérité. Symétriquement l'altérité ne peut être saisie en elle-même, mais seulement par l'intermédiaire de l'unité. Telles sont les contraintes ontologiques obligeant l'esprit humain, sans proportion avec le savoir divin, à ne viser le vrai que par « conjectures », soit « des assertions positives qui participent dans l'altérité à la vérité, telle qu'en elle-même ».

3Ce double mouvement fait apparaître les rapports qu'entretiennent les quatre régions de la pensée : l'intellect est l'altérité de l'unité infinie, divine, absolue ; la raison est l'altérité de l'intellect ; le sensible est l'altérité du rationnel.

4En résulte une figuration symbolique du tout comme une vaste circonférence enveloppant trois cercles. Mais il faut encore concevoir que chacun de ces cercles intermédiaires enveloppe lui-même trois autres cercles intermédiaires, enveloppant eux-mêmes trois petits cercles (27 au total) où s'achève la progression de l'unité et où s'amorce son mouvement de « retour ».

5Cette « figure universelle »  constitue un schéma de compréhension universellement applicable, une « clé » donnant accès au secret de toutes choses.

6Il en va de même d'une autre représentation symbolique, « paradigmatique », figurant les degrés de progression de la lumière dans l'obscurité. L'unité absolue est en effet comparable à la lumière, l'altérité à l'obscurité.

7Tels sont les instruments de la méthode générale que Nicolas de Cues cherche à fonder.

8Considérons l'âme humaine par exemple. Si on la symbolise par le cercle, la figure universelle fera apparaître ses différentes régions ou « parties virtuelles » : intellectuelle, rationnelle, sensible. Elle fera également apparaître que la vérité du sensible réside dans l'unité rationnelle, la vérité du rationnel dans l'unité intellectuelle, la vérité de l'intelligence dans l'unité absolue, mais aussi que le rationnel ne peut se développer et s'actualiser que dans le sensible.

9Si nous nous intéressons au monde physique, la figure universelle montre que les quatre éléments sont des composés (il ne saurait exister de simplicité absolue ni d'élément indécomposable en dehors de l'unité absolue) mais met également en évidence leurs rapports d'enveloppement réciproques.

10Mais toutes les conjectures ne se valent pas. Il faut différencier les conjectures sensibles, confuses, les conjectures rationnelles, vraisemblables, enfin les conjectures intellectuelles, qui « vont vers le haut » et envisagent les êtres sous l'angle de l'unité absolue. Dès lors, l'application de la méthode générale ne vaut que si elle se plie à la spécificité de la région sur laquelle elle porte.

11Ainsi est-ce à la raison qu'il revient de fonder les vérités arithmétiques et géométriques. Leur démonstration repose sur l'incompatibilité des opposés qui caractérise la raison par opposition à l'intellect : « ...la racine de toute assertion rationnelle est la suivante, à savoir, la coïncidence des opposés est inatteignable ». Ou encore : «  Tout ce que l'on démontre être vrai est tel parce que, si ce ne l'était pas, on en inférerait une coïncidence des opposés, et ce serait sortir de la raison ».

12De ce schéma de démonstration découlent, entre autres, l'irrationalité de la diagonale du carré ou encore du rapport du cercle à son diamètre.

13La traduction de J. Sfez, établie à partir de l'édition scientifique établie en 1972 par  Josf Koch, et revue en 1986, est d'une complète limpidité et surmonte aisément, en l'explicitant parfois, la complexité d'un texte latin remanié à de nombreuses reprises.

14L'ouvrage renferme également une très riche bibliographie et un très utile glossaire où se trouve, entre autres, expliquée et savamment  commentée la différence entre alteritas et alietas, deux termes distingués par Cues bien que d'ordinaire indifféremment traduits par « altérité ».

15On attend avec impatience le commentaire annoncé par Jocelyne Sfez, à paraître chez le même éditeur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Parmentier, « Compte rendu de : Nicolas de Cues, Les Conjectures », Methodos [En ligne], 12 | 2012, mis en ligne le 10 avril 2012, consulté le 31 août 2014. URL : http://methodos.revues.org/2920

Haut de page

Auteur

Marc Parmentier

Université Lille-Nord de France / UMR 8163 « Savoirs, textes, langage »

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo Lille 3 - Sciences humaines et sociales
  • Revues.org