Navigation – Plan du site
Un siècle de chimie à l'Académie royale des sciences

L'art de la teinture à l'Académie royale des sciences au XVIIIe siècle

Christine Lehman

Résumés

Quand Colbert fonda l’Académie des sciences dans le but de dynamiser l’industrie, aucun chimiste de l’Académie n’était encore susceptible de rationaliser l’art très empirique de la teinture. Au XVIIe siècle, la teinture n’était pas un sujet traité lors des séances de l’Académie, en revanche l’intérêt des académiciens pour cet art chimique a pris de l’ampleur dans les années 1750 sous l’impulsion de Pierre-Joseph Macquer et du Bureau du Commerce.
Dans cet article, la présentation de l’art de la teinture à l’Académie des sciences au XVIIIe siècle est centrée principalement sur les premiers travaux académiques sur la teinture, sur les mémoires de Macquer, ainsi que sur les prix et les publications sur la teinture proposés par l’Académie.
Au cours du XVIIIe siècle, la teinture abandonnera le monde des artisans teinturiers pour intéresser le monde savant et les académiciens. La teinture acquerra ses lettres de noblesse, sortant des ateliers pour entrer à l’Académie avant de s’enseigner comme la chimie.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1Dans le brouillon du premier mémoire de Macquer sur la teinture, le mémoire sur le bleu de Prusse présenté en 1749, on peut lire le texte suivant :

  • 1  Bibliothèque du Muséum d’histoire naturelle, Ms 283 (I), p. 1. Ce texte n’a pas été repris dans l’ (...)

La tincture ainsi qu’un grand nombre d’autres arts des plus utile à la Societé est entièrement du ressort de la chimie, les drogues qui servent à disposer le tissu des etoffes de manière qu’elle deviennent capable de recevoir les ingrediens colorans, celles qui fixent dans ces mêmes étoffes les parties colorantes et qui les retiennent de manière que rien n’est ensuite capable les en separer, ces matieres dis-je sont pour la plus part nos agens chimiques, plusieurs des matieres colorantes elles mêmes, celles par le secour des quelles on rehausse l’eclat des couleurs deja apliquées, presque touttes les substances dis je, ne sont autre chose que les sels et les agens qui jouent les plus grands roles les plus belles dans une infinité d’experiences chimiques. En un mot, les operations de la tincture sont de veritables operations chimiques et cet art luy même fait aussi bien partie de la chimie que la verrerie, la pharmacie, la metallurgie et beaucoup d’autres qu’on ne peut meconnoitre pour ses vrayes dependances1.

2Au milieu du XVIIIe siècle, la teinture est donc un véritable art chimique au même titre que la verrerie, la pharmacie et la métallurgie, c’est un art chimique par excellence, digne des académiciens, qu’il ne faut pas abandonner aux techniques empiriques.

  • 2  Académie des sciences, Table des matières contenues dans les registres de l’Académie des sciences (...)
  • 3  Par exemple celui de Réaumur, « découverte d’une nouvelle teinture de pourpre et diverses expérien (...)

3Il n’en a pas toujours été ainsi. Au XVIIe siècle l’art de la teinture n’est pas un sujet traité lors des séances de l’Académie : en effet un bref recensement effectué sur les procès verbaux des séances montre que cet intérêt des académiciens pour la teinture ne prend de l’ampleur que dans les années 1750 sous l’impulsion de Pierre-Joseph Macquer. L’inventaire des procès verbaux du XVIIe siècle2 ne fait apparaître que deux mémoires de Du Clos : l’un en 1668 dans lequel il fait le commentaire de la Tentamina Chemica de Boyle et l’autre en 1679 sur la teinture de la « colocynthe ». Au début du XVIIIe siècle, durant les quarante premières années, on peut relever onze mémoires sur la teinture parmi lesquels celui d’Etienne-François Geoffroy sur le bleu de Prusse sur lequel nous reviendrons. Il s’agit surtout dans ces mémoires, de présenter des colorants nouveaux qui pourraient remplacer les substances usuelles3, d’analyser ces colorants et d’interpréter la cause de la couleur qui est toujours liée au principe phlogistique, soufre ou huile. Mais ces différents mémoires ne traitent pas réellement du phénomène de la teinture.

4Sur les trente années qui s’écoulent entre 1740 et 1770, on peut recenser une quinzaine de mémoires liés à la teinture et les titres laissent apparaître le terme « chimique » : « théorie chimique de la teinture », « examen chimique »... L’explosion des mémoires sur le sujet se situe principalement dans les dix années de 1770 à 1781 et l’on décompte sept mémoires sur la teinture pour la seule année 1777.

  • 4  Pierre Bonnassieux, Conseil de commerce et Bureau du commerce 1700-1791. Inventaire analytique des (...)

5Comment expliquer ce changement d’attitude de l’Académie vis-à-vis de l’Art chimique ? On peut y trouver principalement deux raisons : la première est liée à son histoire et la seconde à l’influence conjuguée de Macquer et du Bureau du Commerce4.

1.1. Un peu d’histoire. La teinture au XVIIe et au début du XVIIIe siècle

6Quand Macquer débute ses recherches sur la teinture, au milieu XVIIIe siècle, l’industrie textile française est une industrie florissante. La qualité de ses étoffes et la solidité de ses teintures assurent sa renommée en France et à l’étranger. Cette réputation tient aux réformes entreprises par Colbert, aux réglementations strictes et aux contrôles rigoureux auxquels doivent se soumettre les artisans teinturiers. L’importance que Colbert attache au renouveau de l’industrie textile se lit dans les lignes suivantes d’une lettre envoyée à son maître Louis XIV le 18 mars 1671 :

  • 5  Lettres, instructions et mémoire de Colbert publiés d’après les ordres de l’Empereur, Pierre Cléme (...)

Si les manufactures de soye, laine et fil, sont celles qui servent le plus à entretenir et faire valoir le commerce, la Teinture, qui leur donne cette belle variété de couleurs qui les fait aimer et imiter ce qu'il y a de plus beau dans la nature, est l'âme sans laquelle ce corps n'auroit que bien peu de vie. Toutes les choses visibles se distinguent ou se rendent désirables par la couleur ; et il ne faut pas seulement que les couleurs soyent belles pour donner le cours au commerce des étoffes, mais il faut encore qu'elles soyent bonnes, afin que leur durée égale celle des marchandises où elles s'appliquent5.

  • 6  Voir Agustí Nieto-Galan, « Between Crafts Routines and Academic Rules: Natural Dyestuffs and the A (...)
  • 7  H. Wescher, « The French Dyeing Industry and its Reorganization by Colbert », Ciba Review, 18, 193 (...)

7Quand Colbert fonde l’Académie des sciences dans le but de dynamiser l’industrie, aucun chimiste de l’Académie n’est susceptible de rationaliser l’art de la teinture qui reste très empirique. Samuel Cottereau Du Clos (~ 1598-1685) est investi dans ses recherches sur les eaux minérales et Claude Bourdelin (1621-1699) poursuit ses travaux sur l’analyse des plantes, les règlements de la teinture établis en 1669 restent donc aux mains des artisans qui protègent leurs territoires respectifs. Ces règlements établis par la Guilde sont d’une grande rigidité et d’une extrême complexité. Les teinturiers sont divisés en deux grandes catégories : ceux du grand teint – couleur solide dont sont teintes les étoffes de luxe susceptibles d’être exportées – et ceux du petit teint, couleur de moins bonne qualité. Dans chacune de ces catégories il faut distinguer les teinturiers en laine, différents des teinturiers en soie qui se distinguent aussi des teinturiers en fil ou en chanvre. Outre ces subdivisions raffinées, chacune de ces catégories doit utiliser des colorants et des couleurs bien définies sous peine de sanctions. Cinq couleurs principales sont autorisées : le bleu, le jaune, le rouge, le fauve et le noir. L’indigo, considéré comme fausse couleur, ne doit pas être utilisé pur mais toujours mélangé au pastel. Dans le but de limiter les importations, les teintures rouges doivent être réalisées à partir de kermès ou de garance traitée en France. La qualité de la teinture est testée par des débouillis qui consistent à faire bouillir l’étoffe pendant un temps déterminé soit dans une solution d’alun soit dans une solution savonneuse6. La couleur est ensuite soigneusement comparée avec un échantillon traité de façon identique conservé par la Guilde. Ces tests ne permettent cependant pas de distinguer sans ambigüité les couleurs de bon teint de celles de petit teint7. L’extrême rigidité de ces réglementations bloque tout esprit d’entreprise, cette situation paradoxale est en opposition avec l’esprit d’ouverture de Colbert qui encourage les innovations.

  • 8  Voir Henry Guerlac, « Some French Antecedents of Chemical Revolution», Chymia, n°5, 1959, 78-80.
  • 9  Bernard de Fontenelle, « Eloge de M. Du Fay », Histoire de l’Académie royale des sciences, 1739, 7 (...)
  • 10  « j’ai voulu m’instruire sur cette matière par le secours des ouvriers ; j’ai été obligé de travai (...)

8Il faut attendre 1731 pour que le Contrôleur général, Philibert Orry, demande à l’académicien Charles-François de Cisternay Du Fay (1698-1739) d’établir des nouveaux règlements. Il le nomme par ailleurs Inspecteur général des teintures au Bureau du Commerce8. Du Fay est un militaire qui entre à l’Académie en 1723 comme adjoint chimiste mais il est totalement polyvalent. Dans son éloge, Fontenelle note que c’est le seul académicien à avoir écrit des mémoires dans les six classes de l’Académie : anatomie, botanique, géométrie, astronomie, mécanique et bien sûr chimie9. C’est la demande du Bureau du Commerce qui le conduit à s’intéresser à la teinture et à y consacrer les huit dernières années de sa vie. Cette nouvelle orientation le met en contact permanent avec les artisans teinturiers10.

  • 11  Voir le rapport sur le mémoire de M. Du Fay sur l’indigo et les autres substances, AN F12 1329. Du (...)
  • 12  Pierre Bonnassieux, Conseil du Commerce et Bureau du Commerce 1700-1791. Inventaire analytique des (...)

9Du Fay libère l’indigo de sa limitation d’utilisation11. Le critère de distinction entre le grand et le petit teint était la résistance au soleil, de durée variable suivant la saison. Du Fay la réglemente par des débouillis équivalents. L’exposition pendant douze jours au soleil d’été qui permet de valider une teinture grand teint sera par exemple remplacée par une ébullition de cinq minutes dans une quantité déterminée d’alun, de savon ou de mélange de tartre et d’alun12. Ces conditions seront vivement critiquées par Jean Hellot qui réfute la distinction entre grand et petit teint et qui n’accepte comme seul critère de solidité que la tenue de la couleur à l’exposition au soleil. Ces règlements, certes insuffisants, resteront en vigueur tout au long du XVIIIe siècle. Ils auront cependant eu l’avantage de simplifier grandement la tâche des experts.

1.2. Le rôle du Bureau du Commerce

10Le Conseil du Commerce (1700-1722) puis le Bureau du Commerce (1722-1791) furent les deux appellations de l’institution royale chargée des dossiers de commerce et d'industrie de manière continue entre 1700 et 1791. Les commissaires étudient tous les dossiers relatifs au commerce et aux manufactures qui leur parviennent par la voie hiérarchique et répercutent leur opinion sur le parti à adopter. Dans ce cadre, le commissaire chargé de la teinture a pour fonction de tester les teintures proposées au Bureau par les artisans en vue de leur exploitation commerciale, ou d’examiner les demandes de privilèges. Au décès précoce de Charles-François de Cisternay Du Fay à quarante et un ans, c’est Jean Hellot qui est nommé pour le remplacer au Bureau du Commerce. Après Hellot, ce sera Macquer puis Claude-Louis Berthollet. Ils sont tous académiciens, condition requise pour accéder à ce poste. Ces académiciens chimistes, experts industriels du Bureau du Commerce, écriront des mémoires sur la teinture. L’enjeu des recherches sur la teinture est ainsi à la fois scientifique et commercial.

11Dans cet article, la présentation de l’art de la teinture à l’Académie des sciences au XVIIIe siècle sera centrée principalement sur les premiers travaux académiques sur la teinture, sur les mémoires de Macquer, ainsi que sur les prix et les publications sur la teinture proposés par l’Académie.

2. Les premiers mémoires sur la teinture : Du Fay et Hellot

  • 13  Du Fay, « Observations physiques sur le meslange de quelques couleurs dans la teinture », Mémoires (...)
  • 14  Berthollet, Éléments de l’art de la teinture, Paris, Didot, 1791, introduction, xxxviii ou Paris, (...)
  • 15  « L’expérience nous apprend que tous les ingrédients colorants ne s’appliquent pas également à l’é (...)

12Dans son mémoire « Observations physiques sur le meslange de quelques couleurs dans la teinture »13, qu’il lit le 6 juillet 1737 après la longue série d’expériences réalisées en vue d’établir les nouveaux règlements, du Fay est le premier académicien à traiter du phénomène de la teinture et à proposer une interprétation de la fixation du colorant à l’étoffe. Pour Du Fay, dans ce mélange, les couleurs ne superposent pas sur le tissu, mais elles sont juxtaposées et deux couleurs occupent deux sites voisins. La recomposition de la couleur définitive s’effectue mentalement. Il note l’influence combinée du mordant qui élargit les pores du tissu, celle du colorant et celle de l’étoffe. Il note aussi que certaines teintures tiennent mieux que d’autres sur une étoffe donnée. Pour les historiens de la teinture, il est le premier à avoir interprété le phénomène en termes d’affinité14. S’il n’utilise pas explicitement ce vocabulaire, il évoque cependant une force d’adhésion entre « l’ingrédient colorant » et l’étoffe15.

  • 16  Jean Hellot, « Théorie chymique de la teinture des étoffes », le premier mémoire est lu le 25 juin (...)

13Jean Hellot succède à Du Fay au Bureau du Commerce et poursuit ses travaux. Son interprétation de l’adhésion du colorant est cependant toute différente. En effet, en dépit du titre de ses deux mémoires « Théorie chymique de la teinture des étoffes »16 cette dernière est entièrement mécaniste :

En général, je crois que toute la méchanique invisible de la teinture peut se résumer à ceci :

-Dilater les pores du corps à teindre, y déposer ded particules d’une matière étrangère, & les y retenir, ce sera le bon teint

  • 17  Hellot, « Théorie chymique de la teinture des étoffes », premier mémoire, Mémoires de l’Académie r (...)

-Déposer des matières étrangeres sur la seule surface des corps ou dans des pores dont la capacité ne sera pas suffisante pour les recevoir, ce sera le petit ou le faux teint, parce que le moindre choc détachera les atomes colorants qui ne seront pas enchassés assez avant17.

  • 18  Jean Hellot, L’art de la teinture des laines et des étoffes des laines, en grand et petit teint, a (...)
  • 19  H. Wescher, « Great Masters of Dyeing…», Ciba Review, 1939, 633-635.

14L’ouverture des pores est assurée par l’action d’un « bouillon » ou « mordant ». Il s’agit le plus souvent de tartre ou d’alun. Ces sels insolubles dans l’eau et résistant à la chaleur supportent l’eau de pluie et le soleil, ce qui confère à la teinture le caractère de grand teint. Un autre avantage de l’action de ces solutions salines, c’est qu’en refroidissant les sels cristallisent en une surface protectrice transparente qui a le double intérêt de piéger l’atome colorant et de donner de la brillance à la couleur. Hellot insiste sur la préparation de l’étoffe et le rôle primordial des sels qui fabriquent, nettoient, agrandissent et resserrent « l’atome colorant comme un diamant dans le chaton d’une bague ». Son interprétation du phénomène de teinture est ainsi entièrement physique. Elle est largement acceptée par ses contemporains avant d’être violemment rejetée à la fin du siècle en particulier par Berthollet. L’historien H. Wescher défend cependant l’apport de Hellot. Il met en avant sa théorie de l’indigo qui signale le rôle de l’air dans l’apparition de la coloration bleue. Il loue aussi son traité sur la teinture des laines18, publié dix ans plus tard, dont le plan servira de modèle à celui de Macquer sur la soie et à celui de Chaptal sur le coton19. Le second mémoire de Hellot n’est qu’une suite de recettes pour teindre la laine dans les différents rouges : Garance, Kermès, Cochenille ou Gomme-Lacque qui seront reprises dans son traité.

3. Les mémoires sur le bleu de Prusse

  • 20  L. J. M. Coleby, « A History of Prussian Blue », Annals of Science, 1939, 4, 206-211; Alexander Kr (...)
  • 21  « Noticia Caerulei Berolinensis Nuper Inventi », Miscellanea Berolinensia ad incrementum Scientiar (...)
  • 22  La correspondance établie entre Johann Leonhard Frisch (1666-1743) et Gottfried Wilhem Leibniz fai (...)

15La découverte du bleu de Prusse est fortuite et date de 1706. D’après Stahl20, Diesbach, un fabriquant de couleur de Berlin – d’où la dénomination Bleu de Prusse – avait l’habitude de fabriquer la laque de cochenille en la précipitant par addition d’alkali fixe. Se trouvant un jour à cours d’alkali, il en emprunte à son voisin Jean Conrad Dippel (1672-1734). La couleur obtenue par Diespach est inhabituelle, d’un rouge beaucoup trop pâle. Il essaye de la concentrer par un ajout d’alkali et obtient à sa grande surprise une magnifique couleur bleue ! Ayant enquêté sur l’origine de l’alkali emprunté, il apprend que Dippel a utilisé cet alkali dans la fabrication de sa célèbre huile animale, remède efficace contre les maladies des nerfs et en particulier l’épilepsie, qu’il obtient par la distillation du sang. La découverte est fortuite, mais cette recette accidentelle du bleu n’en est pas oubliée pour autant. Sa première mention apparaît en 1710 dans le premier volume des mémoires de l’Académie de Berlin21. Ce bleu est vite adopté par les peintres. C’est une couleur stable qui résiste à l’air, qui se délaye bien dans l’huile et dans l’eau, et qui est plus économique que le lapis-lazuli traditionnellement utilisé. Il s’établit un commerce lucratif de ce bleu qui se vend jusqu’à Paris22.

  • 23  « Præparatio Cærulei Prussiaci ex Germaniâ missa ad Johannem Woodward », Philosophical Transaction (...)
  • 24  Il semble que l’alun ne sert qu’à fixer la couleur, et il est souvent utilisé dans ce but par les (...)
  • 25  John Brown, Chymist F. R. S., « Observations and Experiments upon the foregoing Preparation », Phi (...)
  • 26  Ibid., 21.
  • 27  Brown retrouve la couleur métallique du cuivre. Comme on le verra par la suite, l’abbé Menon s’app (...)
  • 28  Brown, « Observations and Experiments …», Philosophical Transactions, 1724, 24

16Le secret de sa fabrication si bien gardé passe cependant en Angleterre. Il est publié par John Woodward au début de l’année 1724 dans les Philosophical Transactions23. Trois sortes de liqueurs s’emploient dans cette préparation du bleu de Prusse : une lessive de sang calciné avec le sel alkali de tartre, une dissolution d’alun et une dissolution de vitriol. La couleur bleue obtenue est avivée par l’ajout d’une solution acide d’esprit de sel24. Cette recette est immédiatement reprise dans le même numéro par John Brown, Fellow de la Royal Society25. Brown réalise devant ses pairs un certain nombre d’expériences pour déterminer l’origine de la couleur bleue. Il effectue des mesures quantitatives précises. Il pèse les solutions de départ, la quantité de bleu obtenue après séchage, la perte de poids liée à la calcination du sang. Il modifie les proportions des différentes solutions salines pour constater que c’est la recette publiée qui donne le meilleur résultat. Il remplace le tartre par d’autres solutions d’alkali, même volatil, et le sang par de la chair de bœuf séchée mais il n’obtient pas une si belle couleur. Ses expériences systématiques ont pour objet de déterminer les ingrédients indispensables à l’obtention de la couleur bleue, c'est-à-dire le sang et le vitriol : « The Solution of Vitriol was the only Subject among those Ingredients, that the Lixivium of Blood produc’d this Change of Colour in it »26. Le vitriol de fer n’étant que la solution obtenue par lavage des pyrites exposées aux intempéries, celles-ci peuvent avantageusement être utilisées. D’autres questions se posent : la couleur bleue est-elle liée à la présence de fer ? Traité dans les mêmes conditions, tout autre métal peut-il donner la même couleur ? Avec méthode, Brown utilise des solutions salines métalliques diverses dont il compare systématiquement la couleur obtenue avec celle de la solution de lessive alkaline de sang, ou de chair de bœuf, et de tartre seule qui sert de référence. Les couleurs obtenues varient : chair ou blanche avec l’argent, jaune, orangée ou rouge avec le mercure, verte avec le cuivre27, blanc laiteux avec le « tin glass » et le plomb. Seul le fer donne cette belle couleur bleue ! La conclusion s’impose : « May we not therefore hence conclude, that Iron is the Metal, that is the Subject of this beautiful Colour produc’d by Means of the Lixivium with Blood? »28.

17Plusieurs points sont à relever dans cette première étude chimique du bleu de Prusse. Tout d’abord la précision des mesures et le sérieux des expériences. Brown compare les actions de la lessive de sang calciné avec celle préparée avec de la chair de bœuf. Il n’omet pas l’action de la lessive de tartre seule pour servir de témoin. Les expériences « à blanc » avec le solvant seul sont rares au début du XVIIIe siècle. Mais on peut s’étonner du silence des chimistes français sur ces premiers travaux, en effet ni Étienne-François Geoffroy, ni Macquer ne mentionneront ces expériences publiées dans les Philosophical Transactions. La composition chimique du bleu et la recherche de la cause de la couleur bleue occuperont la scène académique de 1725 à 1752, soit presque trente années, comme le montre le tableau suivant :

3.1. Tableau des mémoires sur le bleu de Prusse présentés à l’académie des sciences

1725

14 novembre

Etienne-François Geoffroy : Observations sur la préparation du Bleu de Prusse ou de Berlin

1726

25 mai

Etienne-François Geoffroy : Nouvelles observations sur la préparation du Bleu de Prusse

1743

Claude-Joseph Geoffroy :

Differens moyens de rendre le Bleu de Prusse plus solide à l’air & plus facile à préparer

1747

Abbé Ménon : Mémoire sur le bleu de Prusse (1)

Commissaire Guillaume-François Rouelle

1749

22 mars

Abbé Ménon : Mémoire sur le bleu de Prusse (2)

Commissaire Jean Hellot et Guillaume-François Rouelle

16 avril-26 avril

Pierre-Joseph Macquer : Sur une nouvelle espèce de Teinture bleue dans laquelle il n’entre ni Pastel, ni Indigo

23 avril

Pierre-Joseph Macquer : Pli cacheté n°23 : Propriétés du bleu de Prusse Ouverture le 27 octobre 1954

Commissaire G Bertrand

1752

15 novembre

Pierre-Joseph Macquer : Examen chimique du bleu de Prusse

3.2. Les mémoires des frères Geoffroy

  • 29  Bernard Joly, « Etienne-François Geoffroy, un chimiste français entre l’Angleterre et l’Allemagne  (...)
  • 30  Etienne-François Geoffroy, « Observations sur la préparation du Bleu de Prusse ou de Berlin », Mém (...)

18Compte tenu de ses relations étroites avec la Royal Society29, Etienne-François Geoffroy est sans doute tout naturellement tenu informé de la préparation du bleu de Prusse et des expériences de Brown. À preuve il lit, le 14 novembre 1725, devant ses pairs de l’Académie des sciences un mémoire sur le sujet30. Il est le premier en France à s’intéresser à la composition chimique de ce bleu. Pour comprendre comment ces liqueurs réagissent entre elles pour former le bleu, il faut analyser de plus près leur composition :

19-La lessive alkaline est composée de sang de bœuf calciné ou « souphre », c’est à dire d’une substance riche en phlogistique et d’un sel alkali (nitre fixé par le tartre). Cette calcination nécessite un certain tour de main que Geoffroy avoue avoir eu du mal à acquérir. La lessive forme avec l’huile du sang une espèce de savon que Geoffroy compare avec le savon de Starkey. Macquer nomme d’ailleurs cette liqueur alkaline « liqueur sulphureuse ou savonneuse ».

20-L’Alun est un composé d’acide vitriolique et d’une terre blanche fine et absorbante.

21-Le vitriol martial est un sel formé par l’action de l’acide vitriolique sur le fer qui pour Geoffroy renferme en outre du Bitume de Fer.

22L’explication de Geoffroy sur la formation du bleu de Prusse est la suivante. Lors de la préparation du bleu, l’alkali a une double action : il agit sur le vitriol et dégage le fer sous forme de terre ferrugineuse jaune qui retient son bitume mais il agit aussi sur l’acide de l’alun et précipite la terre blanche. Cette double action de l’alkali sur les acides précédents libère la partie huileuse du sang qui s’unit alors au bitume de fer. « À cause du grand rapport qu’elles ont ensemble », cette huile du sang sépare le bitume de la terre métallique à laquelle il était joint et développe sa couleur bleue. En conclusion, pour Geoffroy, le bleu de Prusse est un bitume de fer joint à la partie huileuse du sang. Par ailleurs la couleur serait très foncée si elle ne se fixait pas sur les pores de la terre blanche d’alun qui l’éclaircit.

  • 31  Etienne-François Geoffroy, « Nouvelles observations sur la préparation du Bleu de Prusse », Mémoir (...)

23L’année suivante dans son second mémoire Geoffroy cherche des variantes à la préparation31. Il remplace avec plus ou moins de bonheur le sang de bœuf calciné par d’autres matières qui contiennent du phlogistique : de la laine calcinée, de la corne de cerf râpée, des huiles végétales …. Il n’obtient aucun succès avec la corne de cerf seule, l’opération réussit en revanche en utilisant du charbon de bois ordinaire. L’obtention du bleu est ainsi liée au charbon. Le principe inflammable est donc indispensable à l’opération.

  • 32  Elle est signalée par exemple par Fontenelle dans l’éloge du Président de Maisons, Jean-René de Lo (...)

24Les mémoires de Geoffroy sur le bleu de Prusse rendent cette couleur populaire en France. Sa préparation devient une opération de chimie remarquable à la portée de tous les amateurs32.

  • 33  Claude-Joseph Geoffroy, « Differens moyens de rendre le Bleu de Prusse plus solide à l’air & plus (...)

25Dans son mémoire sur les « Differens moyens de rendre le Bleu de Prusse plus solide à l’air & plus facile à préparer » présenté en 1743, Claude Joseph Geoffroy poursuit la recherche de son frère33. Il augmente la matière sulfureuse puisque c’est elle la matière essentielle et il utilise une solution ancienne de vitriol qui a déjà déposé. Il y a ainsi moins de terre ferrugineuse jaune, ce qui supprime pratiquement l’ajout d’acide à la fin de l’opération. En effet, le bleu de Prusse n’est pas obtenu directement car il se forme d’abord un solide de couleur verte, le bleu étant mêlé à la terre jaune ferrugineuse. L’ajout d’acide appelé acide d’avivage fait apparaître le bleu en dissolvant la terre jaune. Le procédé proposé est donc plus économique.

26Claude-Joseph tente aussi une première analyse chimique du bleu de Prusse par la distillation. Il obtient un phlegme, un esprit alkali, un sel ammoniac secret de Glauber – formé par l’union du principe sulfureux volatil animal avec une petite portion d’acide de vitriol – et enfin un vrai sel ammoniac. En absence de produit spécifique, l’analyse s’avère non concluante.

3.3. Les mémoires de l’abbé Menon sur le bleu de Prusse

  • 34  Il sera nommé, par Réaumur, correspondant de l’Académie des sciences le 20 décembre 1747 et à ce t (...)
  • 35  M. l’abbé Ménon, « Mémoire sur le bleu de Prusse », Mémoires présentés à l’Académie royale des sci (...)
  • 36  M. l’abbé Ménon, « Mémoire sur le bleu de Prusse », Mémoires présentés à l’Académie royale des sci (...)
  • 37  Rapport de Rouelle, Procès verbaux Académie des sciences (PV), 10 janvier 1748, pp. 2-5. Il faut n (...)

27L’abbé François Ménon, secrétaire perpétuel de l’Académie d’Angers, a écrit deux mémoires sur le bleu de Prusse34. Le premier à la fin de l’année 1747 qu’il a communiqué à Réaumur et dont l’analyse a été confiée à Rouelle35, le second a été lu devant les académiciens le 22 mars 174936. Les deux mémoires ont été imprimés dans le recueil des savants étrangers. Dans son rapport du 10 janvier 1748, Rouelle met en avant le remplacement du phlogistique du sang de bœuf par du soufre extrait du foie de soufre ou de pyrite. L’importance de cette expérience est relevée car elle confirme l’universalité du principe inflammable37. L’interprétation de la nature du bleu de Prusse de l’abbé diffère de celle de Geoffroy en ce que Menon croit que c’est le métal Fer pur qui est précipité. Le principe huileux donnerait aux molécules de fer une espèce de vernis qui les empêcherait d’être dissoutes par l’acide ou de rouiller à l’air. Persuadé que la liqueur alkaline sulfureuse précipite les métaux dans leur couleur naturelle, il essaye d’obtenir une couleur bleue à partir de l’antimoine, rouge avec le cuivre etc., reprenant ainsi les expériences réalisées à Londres par John Brown vingt cinq années auparavant.

3.4. Les travaux de Macquer

  • 38  Pierre-Joseph Macquer, « Sur une nouvelle espèce de Teinture bleue dans laquelle il n’entre ni Pas (...)

28Après tous ces travaux sur le bleu de Prusse, on peut s’interroger sur l’apport de Macquer. Pourquoi un nouveau mémoire ? Comme le montre le titre de ce premier mémoire, « Sur une nouvelle espèce de Teinture bleue dans laquelle il n’entre ni Pastel, ni Indigo »38, il s’agit ici de teinture et non de peinture. Il n’est plus question d’analyser un colorant chimique mais de remplacer une teinture naturelle comme l’indigo importé de l’Inde, le pastel du Languedoc ou la Vouëde de Normandie par un colorant artificiel. Il s’agit ici d’un défi technique, fixer le bleu sur une étoffe, laine, fil ou chanvre, prouesse qui peut avoir des incidences économiques.

  • 39  Macquer, « Sur une nouvelle espèce de Teinture bleue … », 257-262. Pour un examen détaillé des dif (...)

29Après avoir tenté sans succès de créer directement la couleur bleue sur le tissu en l’immergeant successivement dans les différents bains qui composent le bleu de Prusse, Macquer trouve la solution en immergeant tout simplement l’étoffe dans le bain de bleu après l’avoir préparée par un mordant composé d’une dissolution d’alun dans du tarte. Il obtient différentes nuances en plongeant plusieurs fois de suite l’étoffe dans la solution colorante. Deux points sont cependant essentiels à la réussite : il faut aviver la couleur en l’acidifiant à chaque bain intermédiaire et enrichir le bain par l’ajout de ses différents constituants : alun et vitriol, alkali sulfureux et acide d’avivage39.

30Macquer propose aussi une préparation plus économique de la préparation du bleu en remplaçant l’alkali de la solution phlogistiquée du départ par l’utilisation de cendres ou de potasse, et, en reprenant l’idée du jeune Geoffroy, l’utilisation de solution de vitriol de fer qui a bien déposé sa terre jaune par ébullition, ce qui économise l’acide d’avivage. En conclusion, la couleur est belle, le tissu est teint à cœur et la teinture s’avère de bon teint pour la laine et la soie. Elle supporte les débouillis d’alun recommandé pour la laine, donc aussi pour la soie, ainsi que l’exposition à l’air et au soleil.

31Mais Macquer se trouve en concurrence avec l’abbé Ménon. En effet, pour les académiciens, son idée ne semble pas originale car Ménon avait lui aussi avancé l’idée d’une teinture avec le bleu de fer ou de cuivre à la fin de son mémoire lu juste trois semaines avant celui de Macquer. Sa conclusion était la suivante :

  • 40  M. l’abbé Ménon, « Mémoire sur le bleu de Prusse », Mémoires présentés à l’Académie royale des sci (...)

On n’a songé jusqu’ici qu’à procurer à la Peinture une fécule bleue sans penser à précipiter sur la laine & la soie un métal à qui la teinture doit une bonne partie de ses couleurs40.

32Il a fait un dessin à la rouille sur du coton. En y versant la lessive alkaline sulfureuse, il s’y produit un bleu résistant à l’ébullition dans l’alun et le tartre mais qui ne résiste pas au savon à moins que l’étoffe ne soit passée auparavant à la noix de galle.

33Macquer se hâte donc de lire son mémoire en assemblée publique, pour s’assurer le maximum de publicité quinze jours seulement après la lecture de l’abbé. Il le relit ensuite en séance ordinaire de l’Académie et revendique la priorité de sa découverte. C’est lors de cette séance qu’Hellot lit son rapport sur le second mémoire de Ménon et ne manque pas de rappeler publiquement aux académiciens que :

  • 41  Rapport de Hellot, PV du 26 avril 1749, folio 252 ou pochette de séance p.6. Ce rapport est lu le (...)

Peut-être eut-il été à propos que Mr l’abbé Menon eut dit, dans son mémoire, qu’il estoit instruit que Mr Macquer l’avoit précédé dans la découverte de cette teinture car quoy que Mr Macquer n’ait pas voulu communiquer son procédé sans scavoir si Mr le Contrôleur Général le jugeroit convenable à l’interet de notre commerce, Mr l’abbé Menon ne peut nier que Mr Hellot, l’un de nous, ne lui en ait fait voir un échantillon, lorsqu’il lui apporta les pyrites dont il faisoit le bleu qu’on lui contestoit. Cet aveude priorité auroit prevenu toute discussion sur cette découverte41

  • 42  Lettre de Macquer à Monseigneur de Machault, Contrôleur Général des finances, AN F12 2259. Cette l (...)

34Macquer a effectivement suivi la méthode habituelle des inventeurs. Avant de proposer son mémoire à l’Académie il a voulu, en octobre 1748, valider son invention auprès du Bureau du Commerce. Dans la lettre adressée au Contrôleur général, Macquer fait valoir les différents avantages de sa teinture. Ce sont les critères que les inventeurs mettent généralement en avant pour valoriser leur découverte : une couleur belle et éclatante, une teinture uniforme, une étoffe douce au toucher, une couleur de bon teint pour la laine et la soie, pas de drogues étrangères, une méthode économique, pouvoir choisir la nuance claire ou foncée, pas de manipulations difficiles pour les teinturiers car on doit pouvoir faire des essais en grand42.

  • 43  Rapport de Hellot, AN F12 2259. Hellot recommande aussi l’essai en grand. Devant l’impossibilité d (...)

35Il y a donc une priorité reconnue par Hellot. Dans son rapport au Bureau du Commerce du 22 octobre 1748, Hellot justifie non seulement l’intérêt de la nouvelle teinture mais aussi son intérêt économique de l’utilisation de sang de bœuf ou de matières animales que les ordonnances de Police ordonnent de jeter dans les cloaques43.

  • 44  Comme le montre ce passage de la lettre qu’il lui écrit le 21 avril 1749 : « C’eut été m’obliger q (...)

36Les relations entre Macquer et Menon sont donc tendues. Ce dernier lui reproche son agressivité et son obstination à revendiquer la primeur de la découverte. Il lui reproche aussi son manque d’élégance et se sent humilié44. Macquer reconnaît cependant le mérite des expériences de son concurrent :

  • 45  « Sur une nouvelle espece de tinture bleue dans laquelle il n’entre ny pastel ny indigo », note ma (...)

Le mémoire de Mr l’abbé Menon n’etant que de la fin du mois de mars dernier, le mien luy est par consequent anterieur de six mois, mais comme mon mémoire n’a pas été rendu publique, cela ne doit point diminuer le merite qu’a eu Mr l’abbé Menon d’avoir fait depuis des decouvertes sur cette matiere45

  • 46  Hellot fait valoir cette originalité et demande une rétribution exceptionnelle au Bureau du Commer (...)

37Menon a en effet trouvé la solution pour fixer la couleur sur le coton en trempant le tissu dans une solution de noix de galle avant le bain colorant, mais sa méthode est différente car il ne teint pas le tissu entièrement, il imprime des dessins à la main qu’il révèle avec un vitriol métallique46.

  • 47  Hellot est en effet apparenté avec Claude-Joseph qui a épousé l’une de ses cousines. Académie des (...)

38La controverse est vive, le sujet brûlant. C’est la raison pour laquelle entre les deux lectures de son premier mémoire, celle de l’Assemblée publique et celle de la séance ordinaire, auxquelles ont assisté Claude-Joseph Geoffroy et Hellot, qui lors de ses séjours à Paris loge chez les Geoffroy47, Macquer, désormais méfiant, dépose un pli cacheté à l’Académie le 23 avril 1749. Il s’interroge sur la nature de la matière colorante et sur son support.

Plusieurs reflexions et plusieurs experiences que j’ay fait sur les proprietés du bleu de prusse m’ont fait soupçonner que ce bleu n’est pas du fer comme on l’a cru jusqu’à present

1° Il n’a aucune des proprietés du fer, il n’est ny dissoluble par les acides, ny attirable par l’aimant.

2° Je me suis assuré que ce bleu existe dans la lessive alkaline sulphureuse avant qu’on l’ait mêlé avec aucune matiere qui puisse contenir du fer.

3° On peut par le moyen d’un alkali fixe enlever cette couleur de dessus le fer et la transporter à volonté sur d’autres substances qui sont très differentes du fer.

J’espere donner un mémoire à l’academie sur cette matiere lorsque j’aurai fait un plus grand nombre d’experiences.

Le cuivre detruit entierement la couleur du bleu de prusse, dela vient qu’on ne peut teindre les etoffes avec cette couleur dans des vaisseaux de cuivre. Si lorsque l’etoffe est teinte on la fait bouillir avec l’alun dans du cuivre, la couleur s’en va entierement.

Du mercredi 23e d’avril 1749.

  • 48  Académie des sciences, pli cacheté n°23 déposé le 23 avril 1749, soit une semaine après la premièr (...)

Macquer48

39Insoluble dans les acides et non attirable par l’aimant, le bleu n’a donc aucune des propriétés du fer et, de tous les ingrédients du bain, seule la lessive alkaline sulfureuse semble le contenir. Macquer mettra trois années à parfaire ses expériences. Entre temps le décès de l’abbé Menon a apaisé la polémique et Macquer reste seul à s’intéresser à cette teinture. Ceci explique l’ouverture très tardive à une date récente, le 27 octobre 1954, de ce pli cacheté.

  • 49  Macquer, « Examen chymique du bleu de Prusse », Mémoires de l’Académie royale des sciences, 1752 ( (...)
  • 50  Coleby, The Chemical Studies of J. P. Macquer…, pp. 54-59.

40Le résultat des essais ébauchés dans le pli cacheté fait l’objet du second mémoire de 1752, l’analyse du bleu de Prusse49. Après s’être comporté en teinturier, Macquer s’intéresse au bleu de Prusse comme chimiste. Il lui faut trouver la vraie nature du bleu et départager les deux interprétations : celle du bitume de fer de Geoffroy et celle du pur métal fer de Ménon. Suivant la tradition des chimistes du XVIIIe siècle il mène donc les deux analyses, par le feu, et par les solvants50.

  • 51  Macquer, « Examen chymique du bleu de Prusse », 70. Cette interprétation sera reprise par Baumé da (...)
  • 52  Voir les deux mémoires de Menon sur l’utilisation des pyrites comme source de matière inflammable.
  • 53  Macquer, « Examen chymique du bleu de Prusse », 76.

41La calcination rend le bleu attirable par l’aimant alors qu’il ne l’était pas, donc il contient du fer. Le résidu détonne avec le nitre donc il contient une substance grasse et inflammable. L’analyse par les solvants démontre en outre que le bleu résiste aux acides mais est en revanche largement soluble dans les alkalis. A propos de cette très grande solubilité dans les alkalis, Macquer s’intéresse à cette matière colorante, si facilement adhérente à l’alkali qu’elle ne peut en être séparée par les acides, qui en revanche précipite par un simple ajout de vitriol de fer. Pour Macquer, la formation du bleu de Prusse se limite à la seule action de la solution ferreuse sur la liqueur alkaline, rendant inutile la présence de l’alun et de l’acide d’avivage. Le phénomène avancé s’appuie sur la double affinité : pendant que l’acide vitriolique neutralise l’alkali, le fer du vitriol s’unit à la matière colorante, ou phlogistiquée, et précipite sous forme de bleu de Prusse51. La solution alkaline saturée de matière colorante peut précipiter d’autres solutions métalliques mais les précipités obtenus, ternes, ne sont jamais aussi beaux que dans le cas du fer. Bien qu’il l’ait farouchement combattu, force est de constater que Macquer reprend ici deux idées de l’abbé Menon : l’alun et l’acide d’avivage ne sont pas indispensables et l’on peut obtenir des précipités métalliques analogues à ceux du fer avec d’autres métaux52. Finalement, cette analyse du bleu de Prusse s’avère décevante, et Macquer en est réduit à la conclusion factuelle suivante : « Le fer, sans être bleu naturellement, devient cependant d’un très-beau bleu, tel que nous le voyons dans le bleu de Prusse, en le combinant avec la matière inflammable de la lessive sulfureuse »53.

42Ces premiers pas dans l’art de la teinture ont été pour Macquer à la fois un succès et un échec.

43-Un succès car les académiciens lui ont fait confiance et lui ont versé, ce qui est exceptionnel, la somme de six cent vingt livres pour la poursuite de ses recherches ainsi que le dédommagement des frais engagés dans ses précédents mémoires (le bleu de Prusse est le cinquième de ses mémoires académiques).

44-Un échec car la teinture de bleu de Prusse s’est avérée inapplicable. Quand en janvier 1778, soit trente ans après, de la Folie, un teinturier de Rouen s’insurge auprès du Bureau du Commerce au sujet de la mauvaise qualité des étoffes importées de Suisse, il lui est répondu « l’on scait depuis longtemps qu’elle ne tient ni aux alkalis ni au savonnage et c’est pour cette raison qu’on ne l’a point introduite dans nos manufactures quoiqu’elle soit très jolie »

4. Les rouges : le rouge de cochenille sur la soie (1768), le rouge de Garance sur le coton et le fil (1775). La théorie des mordants

4.1.Le rouge de cochenille sur la soie

  • 54  Macquer, « Sur un moyen de teindre la soie en un rouge vif de Cochenille & de lui faire prendre pl (...)
  • 55  Macquer, L’art de la teinture en soie, Académie des sciences, description des Arts et Métiers, 176 (...)
  • 56  Des notes d’expériences de décembre 1753 et janvier 1754 font état des différents ingrédients dans (...)

45Le mémoire de Macquer Sur un nouveau moyen de teindre la soie en un rouge vif de Cochenille54 fait suite à la parution de l’Art de la teinture en soie publié en 1763 dans la Description des arts et métiers55. Pour écrire cet ouvrage, Macquer a visité de nombreux ateliers de teinture sur soie et effectué de nombreuses expériences56. Il a constaté la difficulté de teindre la soie en rouge cochenille. La technique usuelle qui consiste à préparer une solution d’étain dans l’eau forte, à ajouter la cochenille, ce qui lui fait prendre une belle couleur rouge, et ensuite à plonger l’étoffe dans ce bain, réussit bien à la laine mais ne réussit pas à la soie qui ne prend qu’une couleur terne.

46Macquer inverse donc la méthode : Il imprègne d’abord la soie de la solution acide d’étain préparée lentement et avec soin. Les parties de métal, dans une division extrême car elles sont réparties dans la solution acide, se dispersent uniformément dans la soie. On lave et les lavages répétés font précipiter la terre d’étain au sein même de la fibre. Il suffit alors de plonger la soie dans la décoction de cochenille pour que l’étain forme in situ une laque colorée qui teint la soie « en un rouge, plein, vif et d’un fort bel œil ». La soie ainsi teinte supporte tous les lavages et les mêmes débouillis que la laine.

  • 57  Macquer, « Sur un moyen de teindre la soie en un rouge vif », 1768, 88.

Chaque particule infiniment petite d’étain est toute placée, & comme fixée dans l’endroit où elle a commencé à adhérer & n’est que plus capable par sa petitesse même, de rester fermement unie à l’endroit où elle a été forcée de prendre la forme de précipité57.

  • 58  Il faut signaler qu’en 1765, soit trois ans avant la lecture du mémoire de Macquer, Hellot avait d (...)

47Pour avoir des couleurs bien rouges – couleur écarlate ou ponceau – il ne faut pas économiser la cochenille, mais elle vient en général du Mexique et ce n’est donc pas une couleur bon marché. Elle est cependant tout à fait concurrentielle par rapport aux rouges habituels qui demandent beaucoup de drogues et de nombreuses manipulations. En outre les nouveaux rouges de Macquer augmentent le poids de la soie, ce qui est un avantage58.

  • 59  Macquer, Méthode pour teindre la soie en plusieurs nuances de rouge vif de cochenille, & autres co (...)
  • 60  « Les teinturiers à qui je l’ai communiquée n’ont fait contre leur ordinaire aucune objection ». L (...)

48Cette nouvelle méthode pour teindre la soie est suffisamment novatrice pour dépasser le cadre de l’Académie. Elle fait l’objet de l’impression d’un petit fascicule par l’imprimerie royale en 176959 sous forme de recette destinée aux teinturiers qui l’acceptent sans réticence60. Dans ses recherches futures Macquer va généraliser ce procédé – une première immersion dans la solution de mordant puis une seconde dans le bain de teinture – à toutes les couleurs extractives, c'est-à-dire à toutes celles qui se dissolvent dans l’eau et en particulier au rouge de garance c'est-à-dire le fameux rouge d’Andrinople.

4.2. Le rouge d’Andrinople

49Le rouge d’Andrinople traditionnellement fabriqué en Turquie et en Grèce procure une véritable fascination en France au XVIIIe siècle. Dès le début du siècle les manufactures françaises engagent des artisans teinturiers provenant de Smyrne, de Salonique, d’Andrinople… Le secret fait d’ailleurs l’objet d’un privilège royal accordé à Goudard et Haristoy, deux teinturiers de Rouen en 1746 et 1747. Privilège éphémère car devant la pression des autres teinturiers, et sous les ordres de Trudaine, le procédé est publié en 1765 par l’Imprimerie royale. La recette est publique mais elle est rendue difficile par le grand nombre de traitements qui demande des séchages successifs malaisés dans les régions septentrionales. On peut les résumer de la façon suivante : en premier lieu le décruage consiste à faire bouillir l’étoffe durant trois heures dans une lessive d’alkali fixe aiguisée par la chaux ; puis un premier apprêt (à répéter trois fois) pour lequel le coton est imbibé d’une dissolution de savon imparfait, de crottin de brebis et d’huile d’olive avec excès d’alkali fixe. Un second apprêt (à répéter trois fois) consiste à imprégner à nouveau l’étoffe pendant douze heures à l’aide d’un autre savon imparfait d’huile d’olive avec excès d’alkali fixe mais sans crottin de brebis ; suit l’engallage avec une imprégnation bien régulière de décoction de noix de galle et l’alunage, ou impression d’alun, (à répéter deux fois). L’étoffe est alors prête à être teinte dans le bain de garance et la teinture avivée par un débouilli dans une eau de savon légère et alkaline.

4.3. Le pli cacheté sur la théorie de la teinture du coton en rouge de garance

50Macquer cherche à simplifier cette longue suite d’opérations. Le 11 août 1773, il dépose à l’Académie un nouveau pli cacheté sur ses recherches sur le rouge d’Andrinople. L’introduction est la suivante :

Après avoir verifié plusieurs fois le procedé publié par ordre du Ministere pour teindre le coton en rouge de Garence aussi beau et aussi solide que celui qui se fait aux Indes, j’ai reconnu que ce procedé réussi lors qu’on execute exactement toutes les operations dont il est composé.

  • 61  Macquer, Recherches sur la théorie de la teinture du coton en rouge de Garence connue sous le nom (...)

Mais comme il est très compliqué, d’une très longue execution, et par conséquent difficile, dispendieux et presque impratiquable, je me suis attaché à le connoitre à fond et à rechercher qu’elle etoit celle des operations dont il est composé à laquelle on devoit s’attacher principalement comme la plus essentielle61.

  • 62  Macquer, Recherches sur les procédés par lesquels on teint en rouge solide de Garence les fils de (...)

51Macquer mettra deux années pour mettre au point sa théorie sur le rouge d’Andrinople. Le mémoire sera lu le 31 mai et le 14 juin 177562. Sur la vingtaine d’opérations de la recette, il conclut que l’alunage est la seule opération essentielle à la coloration du coton avec le rouge de Garance, la couleur est cependant plus belle si on lui associe l’engallage. L’hypothèse de Macquer est que, dans cet alunage, l’acide de l’alun est non seulement dissout par l’alkali dans lequel le coton a été immergé de nombreuses fois, mais que ce dernier dissout aussi une partie de la terre d’alun qui précipite. C’est donc cette « terre d’alun dissoute par l’alkali fixe qui etoit le vrai mordant auquel on devoit la beauté et la solidité du rouge d’Andrinople ». Il suffit donc d’immerger le coton dans cette solution alkaline d’alun, puis dans le bain rouge, et on peut le teindre simplement en réitérant l’opération plusieurs fois sans oublier toutefois que l’engallage reste indispensable.

4.4. Considérations générales sur les mordants en teinture.

52Ces résultats sur la teinture du coton en rouge de garance et la nature du mordant correspondant sont déjà entièrement présents dans le pli cacheté de 1773. Le mémoire de 1775 détaille les expériences qui ont mené à ces résultats mais permet surtout à Macquer de présenter une théorie générale des mordants tout à fait novatrice basée sur les teintures de la soie en rouge de cochenille et du fil et du coton en rouge de garance.

  • 63  Macquer, Recherches sur les procédés par lesquels on teint en rouge solide de Garence les fils de (...)

La seconde conséquence que je crois qu’on doit tirer de mes expériences, est plus générale, et s’étend à tout l’art de la teinture. C’est que les matières terreuses qui sont seules capables de servir de mordant, non seulement doivent être dans l’etat salin et de dissolubilité, pour pouvoir pénétrer efficacement les matières à teindre, mais il faut encore que la substance saline qui les rend dissolubles soit différente suivant l’espèce, et la nature des substances qu’il s’agit de teindre63.

53Le mordant doit être adapté à la nature de la fibre. D’après le principe des affinités les substances animales (laine et soie) étant de caractère alkalescent parce que leur analyse par le feu donne de l’alkali volatil, ou qu’ils sont soumis à la fermentation putride, accepteront des mordants acides. A l’inverse, les substances végétales (coton, fil et chanvre) n’étant pas soumises à la fermentation putride ont un caractère acide et nécessiteront des mordants de sels alkalins.

54Les mordants des matières animales doivent donc être des sels acides à base terreuse et ceux des matières végétales des solutions alkalines de matière terreuse comme le résume le tableau suivant :

Nature de la fibre

Caractère

Mordant

Exemples

Animale

Alkalin

Principe salin acide

Laine

Soie

Alun

Dissolution d’étain dans l’eau régale

Végétale

Acide

Principe salin alkalin

Coton

Fil

Chanvre

Terre d’alun dissoute dans l’alkali

  • 64 Ibid., folio 16.

55Il faut en premier lieu que le mordant soit en solution pour imprégner le tissu « jusque dans la contexture intérieure de la matière à teindre », il faut ensuite précipiter la terre qui se dépose sur la fibre car si elle restait en solution, elle partirait au premier lavage64. Pour expliquer la précipitation de la matière terreuse, Macquer fait intervenir une seconde interaction, basée à nouveau sur l’affinité acide-base, entre la nature du mordant et celle de la substance colorante.

  • 65 Ibid., folio 19.

Si par exemple dans la décoction de cochenille, matière animale et alkaline, on mêle de la solution d’étain par l’eau régale, mordant terreux acide, la précipitation de la terre d’étain sera très prompte et très abondante, et la lacque rouge qui en resultera sera celle qui, sur la laine forme l’écarlate ou couleur de feu. Lorsqu’au lieu de dissolution d’étain on mêle de l’alun, mais en très petite quantité, dans une pareille décoction de cochenille, la terre de l’alun se precipite aussi en partie, chargée pareillement de la couleur de cochenille, et forme une belle lacque carminée, la même qui fait le cramoisi fin sur la laine et sur la soie. Les mêmes mordants acides mêlés dans les décoctions de Garance, de Gaude, de bois de Brezil, de fernambouc et autres substances végétales n’y font pas à beaucoup près le même effet. […] À l’egard de l’alun lorsqu’on veut obtenir par son moyen une lacque de bois de Brezil, ou des autres matieres vegetales teignantes, on est obligé de précipiter la terre de ce sel dans la liqueur colorée par l’addition d’une grande quantité d’alkali65.

56La partie terreuse se fixe à la matière colorante pour former une laque qui se précipite sur la fibre, elle abandonne alors la solution acide ou alkaline dans laquelle elle était dissoute et cette dernière est éliminée par simple lavage. On assiste donc à un double jeu d’affinité acide-base : fibre/ mordant et mordant/ matière colorante.

4.5. Conclusion

57Ce long mémoire est une étape importante dans la compréhension de l’action des mordants et Macquer invite les chimistes à le rejoindre dans sa démarche car le travail est trop lourd pour une seule personne.

  • 66 Ibid., folio 40.

Ces vues et ce travail me paroissent à la vérité promettre beaucoup ; mais je dois convenir que tout cela exige encore un grand nombre d’experiences de laboratoire avant d’être introduits dans les atteliers de teinture, et a encore besoin des mains des chimistes avant de passer dans celles des manufacturiers66.

58Il reprendra cet appel aux chimistes dans la version 1778 de son Dictionnaire dans lequel il résume tout ce travail académique.

  • 67  « Bergman parait être le premier qui ait complètement rapporté aux principes chimiques les phénomè (...)

59Macquer a donc été le premier à interpréter le phénomène de teinture et le mécanisme du mordançage à l’aide des affinités. Ce travail a été oublié par ses contemporains. En effet, Claude-Louis Berthollet (1748-1822) et Jean-Antoine Chaptal (1756-1832) attribuent à Macquer l’interprétation mécaniste des phénomènes de teinture proposée par Hellot et prêtent au chimiste suédois Tobern Bergman (1735-1784) la primeur de l’interprétation basée sur les affinités67. Berthollet note cependant que, dans l’édition 1778 de son Dictionnaire, Macquer « adopta cette théorie et en fit de justes applications à l’action des mordants, et particulièrement de l’alumine ». Chaptal est beaucoup plus sévère:

  • 68  Jean-Antoine Chaptal, L’art de la teinture du coton en rouge, Paris, Deterville, 1807, pp. 2 et 3.

Hellot et Macquer rapportoient à la mécanique tous les résultats de la teinture : c’étoient par-tout des pointes, des trous, des aiguilles, des chatons, etc. […] Mais c’est sur-tout Bergmann, et après lui M. Berthollet qui ont ramené à des loix constantes tous les phénomènes de la teinture : ils ont fait entrer cette partie précieuse de nos arts dans le domaine des affinités chimiques ; et on peut dire avec vérité, qu’ils ont été les premiers à poser les bases de la science tinctoriale68.

  • 69  Bernadette Bensaude-Vincent et Agustí Nieto-Galan, “Theories of Dyeing: A View on a Long-standing (...)

60Plus récemment Bernadette Bensaude-Vincent et Agustí Nieto-Galan décrivent l’attitude de Macquer comme hésitante entre l’explication mécanique et chimique de la fixation de la teinture dans la première édition de son Dictionnaire, puis éclectique dans l’édition 177869. En réalité, en 1766, Macquer commence seulement ses recherches sur les mordants et, après avoir exposé ses travaux académiques, c’est surtout un programme de recherche qu’il énonce dans la seconde édition de son Dictionnaire. On doit cependant reconnaître que, si Macquer fait intervenir les affinités dans l’interprétation de la prise d’une couleur par une étoffe, il n’exclut pas la texture des fibres. Les deux dimensions sont à prendre en compte et aucune hypothèse ne doit être privilégiée.

  • 70  Macquer, Dictionnaire de Chymie, Paris : Didot jeune, 1778, Tome IV, p. 26.

Cette facilité plus ou moins grande que les différentes matières ont à prendre et à retenir la teinture, dépend certainement en grande partie du nombre, de la grandeur, de la disposition des pores et de leur proportion avec les particules colorées des matières teignantes ; mais ce n’est assurément point là la seule cause des grandes différences qu’on observe relativement à la nature des matières à teindre70.

61Bien que du Fay ait déjà en 1737 évoqué l’influence de la nature de la fibre dans l’interprétation de la fixation de la matière colorante, sans toutefois évoquer le phénomène chimique des affinités, alors que Hellot propose une interprétation mécaniste, la théorie de la teinture n’a jamais fait l’objet de controverse au sein de l’Académie. Ceci peut s’expliquer d’une part par un décalage chronologique de la lecture des mémoires mais aussi et surtout par l’intérêt encore limité des académiciens du milieu du XVIIIe pour les Arts, et en particulier l’art de la teinture assimilé trop souvent à des méthodes empiriques dépourvues de scientificité. Il y a plutôt une lente gestation des idées dont Macquer est le vivant témoignage. En revanche les disputes de priorité aiguisent la compétition et stimulent les recherches comme on l’a vu dans le cas de Macquer vis-à-vis de l’abbé Menon ou comme ce sera le cas dans les recherches sur la teinture de la laine avec les bois d’Inde et de Brésil.

5. Les violets : bois d’Inde et de Brésil

  • 71  Macquer, Dépôt fait à l’Académie d’un procédé pour assurer sur la laine les teintures des bois d’i (...)
  • 72  Lettre de Durand à Macquer du 26 juillet 1779, bibliothèque du Muséum d’histoire naturelle de Pari (...)
  • 73  PV du 19 novembre 1785, folio 222 recto.

62Dans son mémoire sur la teinture de la soie en rouge cochenille, Macquer avait émis l’idée que la même technique pouvait être utilisée avec le bois d’Inde ou celui du Brésil qui donnent à la soie une belle couleur violette. En s’appuyant sur ce mémoire, Antoine Teste, un négociant et fabriquant de rubans lyonnais, avait d’ailleurs utilisé avec succès ce procédé et obtenu « des violets et des rouges sur soie très beaux tenant bien au vinaigre, tirés de ces deux bois ». Fort de ce succès, Macquer avait commencé à appliquer cette méthode sur la laine, mais ayant appris qu’on teignait dans la ville de Louviers des laines avec le bois d’Inde et de Brésil par un procédé secret, il prend immédiatement date avec un pli cacheté déposé en séance le 4 août 1779. Il présente les échantillons correspondants lors de la séance du 20 novembre suivant71. Entre temps ces échantillons de laine ont été testés par un dénommé Durand entrepreneur de Louviers qui conforte le succès du procédé en évoquant le projet d’essais en grand72. Pris par d’autre projets, en particulier l’ouvrage sur la Description de l’Art de la teinture sur lequel nous reviendrons, Macquer ne poursuivra pas cette recherche et l’analyse du pli cacheté, ouvert en séance le 19 novembre 1785 soit un an après son décès, sera confiée à Berthollet et Darcet73.

63On peut dire que ce sont principalement les mémoires de Macquer présentés à l’Académie à partir de 1749 et la parution en 1763 de L’art de la teinture en soie dans la description des Arts et Métiers qui ont élargi le champ de la teinture et lui ont fait quitter le domaine réservé des artisans pour la faire entrer à l’Académie, lui donnant ainsi sa scientificité.

6. Les expertises de l’académie des sciences

  • 74  Bibliothèque du Muséum d’histoire naturelle de Paris, Ms 283.
  • 75  Mémoire sur la théorie des couleurs par M. de La Follie, pli cacheté déposé le 24 décembre 1767 et (...)
  • 76  PV du 23 juin 1778, folios 198 verso-199 verso.

64La teinture est un enjeu économique important, l’indigo et la cochenille viennent de l’étranger, les inventions en matière de teinture sont donc prises en compte. Les rapports de Macquer, nommé expert au Bureau du Commerce à partir de 1766, permettent au ministre de statuer sur la poursuite des recherches et les encouragements à prodiguer à l’auteur. Macquer poursuit ce travail au sein de l’Académie où les demandes d’expertises augmentent à la fin du XVIIIe siècle pour juger des meilleures compétences en matière de teinture. Macquer et Étienne Mignot de Montigny (1714-1782) sont fréquemment nommés commissaires pour les teintures. Ce dernier travaille avec Macquer à la Manufacture de Sèvres depuis 1766, les deux hommes ont souvent l’occasion d’échanger, les rapports sont cependant souvent de la main de Macquer qui applique les mêmes critères qu’au Bureau du Commerce. Ce travail d’expertise rapproche Macquer des artisans et sa très riche correspondance témoigne des liens qu’il établit avec le monde des teinturiers74. Les demandes d’expertises viennent le plus souvent de teinturiers qui ont mis au point une nouvelle méthode et demandent une récompense ou une reconnaissance soit pour un nouveau procédé soit pour l’édition d’un traité. En retour l’Académie délivre selon les cas des approbations, des encouragements ou des récompenses. L’Académie apporte une caution scientifique aux teintures et une recommandation prestigieuse dont les inventeurs peuvent se prévaloir. Elle juge aussi des propositions traitant de la théorie des couleurs. Tel est le cas du pli cacheté déposé par un teinturier de Rouen, de La Folie, et pour lequel Macquer et Lavoisier sont nommés commissaires75. Dix années plus tard, de La Folie soumet à l’Académie un nouveau mémoire sur la théorie de la teinture76.

65Les demandes, généralement adressées directement par les teinturiers, peuvent aussi venir du Gouvernement pour obtenir un avis sur les teintures utilisées à la manufacture royale des Gobelins. Les Sociétés provinciales d’émulation ou d’avancement des arts qui sont à l’origine du prix proposé à l’Académie en 1777 s’en réfèrent aussi au jugement de l’Académie.

6.1. Les teintures sur étoffes

66Le tableau suivant présente quelques exemples de demandes d’expertises de teinture.

Date

Titre

Auteur

Commissaires

2 septembre 1767

Examen d’un coton teint en rouge

Haudibon

Fougeroux de Bondaroy (Macquer)

3 décembre novembre 1768

Sur les couleurs ponceau en soye plus solides que le ponceau ordre

Martin, teinturier en soie de la ville de Lyon

Macquer (Montigny)

rapport du 17 décembre

24 janvier 1776

Examen d’une teinture rouge sur coton

Le Barbier maître teinturier de Strasbourg

Macquer (Baumé)

rapport du 21 février

7 juin 1777

Présentation par Macquer d’échantillons de teinture

Antoine Teste négociant de rubans de soie à Lyon

Macquer, Montigny, Desmarets

10 décembre 1777 

Présentation d’échantillons teints par des procédés particuliers

De La Folie, teinturier de Rouen

Macquer et Desmarets

12 mai 1779

Couleur de toiles peintes imprimées à l’imitation des indiennes

Thiébault et Cie manufacture de toiles peintes à St Denis

Macquer et Montigny

15 mars 1780 

Peinture et impression à la planche sur soie et coton

Glokner peintre coloriste

Macquer Montigny et Tillet

  • 77  Dans les manufactures et le commerce, la couleur ponceau est une teinte rouge mêlée de jaune, elle (...)
  • 78  PV Académie des sciences 3 décembre 1768 folios 243 verso-244 recto.

67En général les teinturiers qui s’adressent à l’Académie joignent des échantillons à leur mémoire. De ce tableau nous ne relèverons que deux exemples. Tout d’abord le cas de Martin, teinturier en soie de la ville de Lyon dont les couleurs « ponceau en soye » sont plus solides que le ponceau ordinaire77. Le chimiste Macquer détecte les principaux constituants de la teinture de Martin sans en connaître la recette et sa conclusion est élogieuse. Les mordorés de Martin sont meilleurs que tout ce qu’on a fait jusqu’à présent sur la soie. Ils ont tous la solidité attendue et son ponceau, en dépit de ses défauts, est de meilleure qualité que le ponceau ordinaire. Il est en outre de 2/5èmes moins cher. Son inventeur mérite les éloges et les encouragements de l’Académie. Plusieurs facteurs interviennent dans la décision : la solidité de la teinture, le coût et la facilité de la recette qui n’est généralement pas communiquée par l’inventeur mais qui peut être retrouvée si elle est classique. Un autre facteur positif intervient quand Macquer examine une teinture. Sa grande connaissance de cet art le rend susceptible de percer les secrets des inventeurs mais exacerbe aussi leur méfiance. Une compétition semble alors s’amorcer entre le teinturier et l’académicien. À preuve le jour même du dépôt du mémoire et des échantillons de Martin à l’Académie, Macquer prend date de son mémoire sur la teinture de la soie en rouge cochenille78.

68Teste, fabriquant de rubans à Lyon, fait expertiser en 1777 des échantillons de soie teints suivant « la méthode de M. Macquer ». En appliquant directement la recette de la teinture de la cochenille sur soie rendue publique en 1769, il démontre l’application pratique industrielle des mémoires académiques.

6.2. Les traités sur la teinture et les colorants

69L’académie se charge aussi d’expertiser des traités concernant les matières colorantes voire même de les analyser. Le tableau suivant récapitule quelques unes de ces expertises.

Date

Titre

Auteur

Commissaires

30 août 1769

Mémoire sur l’Indigot

Beauvais Rasot ancien capitaine de milice à St Domingue

Macquer (Cadet)

13 avril 1771

Observations sur la teinture des Indes et d’Andrinople considérée relativement aux Arts et aux moyens de la faire prendre aux fils de lin et de chanvre

Le Mazéat

Macquer (Montigny)

19 juin 1771

Examen d’une liqueur rouge destinée à l’usage de la peinture et de la teinture

Leclerc

Macquer

28 janvier 1775

Examen d’une garance cultivée dans le pays d’Artois

Wallé (Arras)

Macquer (Desmarets)

14 janvier 1778

Analyse du pastel

Quatremère fils entrepreneur teinturier

Macquer et Montigny

24 février 1781

Observations sur la cuve de pastel

Pilâtre de Rozier

Macquer et Baumé

70Les ouvrages sur les colorants fournissent le plus souvent des explications pratiques. Celui sur l’indigo donne des détails sur sa culture, sur la fermentation et le battage, et décrit les différentes espèces d’anil dont on tire l’indigo. Cette étude montre en outre l’importance économique des colonies d’Outre-mer en particulier de St Domingue où l’on cultive l’indigo et où l’on élève les cochenilles, ce qui permet de limiter les importations de matière colorante.

71Le traité sur le rouge d’Andrinople compare les différents mordants utilisés en Inde ou en Turquie et insiste sur l’importance de l’apprêt. L’ouvrage de Quatremère sur le pastel, analysé par l’Académie en 1778, est la réplication de son travail sur l’indigo proposé pour le prix de l’Académie en 1777. Il donne l’analyse chimique du pastel, explique la formation de la couleur bleue, le rôle de l’ajout d’indigo pour développer cette couleur et comment récupérer une cuve détériorée par un excès de chaux. C’est un véritable traité chimique de la teinture du pastel destiné aux artisans. Quatremère est un personnage intéressant car il concrétise l’exemple d’un teinturier devenu chimiste. Élu adjoint-chimiste en mai 1784, il n’a gardé que deux ans le titre d’académicien car il a été exclu en juillet 1786 à la suite de ses trop nombreuses absences.

72Nous avons analysé quelques demandes d’expertises provenant directement des auteurs ou des inventeurs, mais la demande peut aussi arriver officiellement par la voie du Gouvernement. Celui-ci s’adresse aux académiciens pour tester les teintures utilisées à la Manufacture royale des Gobelins.

6.3. Les teintures des Gobelins

  • 79  PV Académie des sciences du 28 mai 1777, 349 recto-350 recto. La lettre est conservée dans la poch (...)

73La caution scientifique de l’Académie est requise pour renouveler les nuances sur soie utilisées aux Gobelins. En 1777, le Comte d’Angiviller demande expressément à l’Académie de tester les teintures de Dauberte et Maille car les teinturiers ont bien présenté des échantillons « très satisfaisants aux yeux » mais « ce dont il est question, c’est de savoir jusqu’à quel point ils peuvent supporter les épreuves ; et celles-ci ne pourront m’inspirer confiance que quand elles seront avouées par l’Académie »79. La conclusion du rapport, lu intégralement en séance, fait apparaitre les points suivants :

741° Les commissaires ne peuvent se prononcer sur les gradations de couleur et assurer qu’ils vont pouvoir assurer la beauté et la solidité de la teinture car Dauberte et Maille n’ont proposé qu’un trop petit nombre de teintes dégradées.

752° Surtout, comme le souligne Macquer, ils n’ont pas donné leur procédé, même en secret aux commissaires, condition absolue pour obtenir l’approbation de l’Académie:

  • 80  Bibliothèque du Muséum d’histoire naturelle Paris, Ms 283 (I). Les teinturiers n’ayant pas donné s (...)

Ce n’est pas sans justes motifs que l’Académie des sciences fait imposé la loi de donner son approbation à aucune des inventions qu’on soumet à son jugement à moins que les auteurs ne donnent connoissance de leurs procédés au moins sous le secret aux commissaires qu’elle nomme pour en faire l’examen. Les principaux motifs de cette compagnie sont que sans connoissance on ne peut savoir au juste si l’invention est totalement neuve, et si, comme cela arrive très souvent, elle ne se réduit pas dans le fond à des procédés déjà connus et pratiqués concurrement par d’auttres, et qui sont simplement déguisés. D’ailleurs ce n’est qu’en voyant par soi même tous les détails d’une opération qu’on peut bien décider de ses avantages et de ses inconveniens relativement aux frais qu’elle occasionne, à la facilité ou aux difficultés de l’execution et de la réussite, et à plusieurs autres objets non moins importants pour apprécier au juste le mérite d’une découverte80.

76Cette exigence académique de révéler le secret du procédé illustre la distance entre science et commerce. Indispensable pour les manufactures, le secret est en complète contradiction avec l’esprit scientifique requis par les académiciens.

  • 81  « Pendant l’hiver 1777 à 1778 Monsieur le Comte d’Anguiviller m’a engagé à me joindre à Mrs Montuc (...)

77D’autres expertises ont lieu, cette fois-ci en collaboration avec les teinturiers des Gobelins, comme par exemple celle réalisée par Macquer sur les teintures de Quemizet81. Ce dernier a mis au point de nouvelles couleurs mais l’agrément de l’Académie s’avère nécessaire pour modifier le nuancier du magasin du Roi.

7. Les Prix sur la teinture

78Les académiciens sont aussi sollicités par les Sociétés provinciales d’émulation ou d’avancement des arts pour juger des meilleures compétences en matière de teinture comme c’est le cas pour le prix proposé à l’Académie en 1777.

7.1. Prix sur l’indigo 1777

  • 82  La lettre de La Platrière, datée du 3 novembre 1774, est lue lors de la séance du 16 novembre suiv (...)
  • 83  Prix extraordinaire proposé par l’Académie royale des sciences pour l’année 1777, Paris, Imprimeri (...)

79En décembre 1774, l’Académie reçoit une demande émanant d’une Société de particuliers d’Amiens qui propose la somme de mille deux cents livres pour un prix sur la teinture. Cette demande n’est pas directement adressée à l’Académie, elle est transmise par Roland de la Platrière, Inspecteur des manufactures de Picardie82. En échange, l’Académie doit décider du sujet, imprimer le prospectus et nommer le jury. Le sujet, discuté en séance, est restreint à « l’analyse et l’examen chymique de l’indigo qui est dans le commerce pour l’usage de la teinture »83. Lavoisier et Macquer sont chargés du prospectus qui définit le programme du concours mais, il faut noter que cette fois-ci le brouillon est de la main de Lavoisier. Les propositions sont les suivantes :

801/ Elles comportent un aspect théorique. Les candidats devront effectuer une analyse chimique complète de l’indigo, c'est-à-dire non seulement soumettre la substance colorante à l’action du feu, à l’air et dans les vaisseaux, déterminer la nature et la quantité des produits formés mais aussi l’analyser à l’aide de tous les menstrues : aqueux, huileux, spiritueux, alkalins, acides etc., sans oublier d’observer les changements opérés par la fermentation qui est nécessaire pour dégager la matière colorante.

  • 84  Académie des sciences PV du 17 décembre 1775, folio 235. Minute manuscrite de Lavoisier, Fonds Lav (...)

812/ L’aspect pratique n’est pas oublié et les candidats devront proposer de nouveaux procédés de teinture par l’indigo84.

  • 85  On a vu que Macquer, de Montigny, Cadet et Tillet avaient déjà jugé des travaux sur la teinture. L (...)
  • 86  Académie des sciences, PV du 9 avril 1777, folio 256. Voir Ernest Maindron, Les fondations de prix (...)
  • 87  Mémoires de Mathématiques et de Physique présentés à l’Académie royale des sciences par divers sav (...)
  • 88  Observations sur la Physique juillet 1777, 48 ; octobre 1777, 324-331 ; janvier 1778, 35-39 et mai (...)

82Il y a cinq candidats et cinq commissaires qui jugent chaque épreuve Le jury est formé de Macquer, de Montigny, Tillet, Cadet et Lavoisier85. Le prix est partagé entre Quatremère fils entrepreneur de l’ancienne manufacture royale privilégiée des draps de Peignon (dont la partie pratique est jugée la meilleure) et l’association formée par Hequet d’Orval entrepreneur de la manufacture royale de moquettes à Abbeville (pour la partie théorique) et De Ribaucourt, apothicaire de la même ville (pour la partie expérimentale). Un autre candidat Bergman reçoit un accessit pour la qualité de son analyse chimique86. Ces trois pièces sont publiées en 1780 dans les Mémoires des savants étrangers87. Le mémoire de Quatremère imprimé dans les Observations sur la Physique de juillet 1777 fait par ailleurs l’objet d’une vive controverse qui s’exprime entre octobre 1777 et mai 1778, preuve de l’actualité de l’art de la teinture88.

  • 89  De la teinture de tournesol ; De la garence ; Du curcuma ; De l’indigo ; De l’orcanet ; Des déboul (...)

83Ce premier prix proposé par l’Académie sur la teinture révèle l’implication de Lavoisier. Ses brouillons contiennent des notes d’expériences réalisées avec Cadet sur l’indigo et le bleu de Prusse ainsi que d’autres essais sur des matières colorantes comme la teinture de Tournesol89. C’est d’ailleurs lui qui, en 1778, rédigera le rapport sur un nouveau procédé de fabrication du bleu de Prusse proposé par Le Pileur d’Appligny à la Société libre d’émulation dont les commissaires sont Lavoisier, Cadet et du Chanoy. Ce rapport parait dans les Observations sur la physique de juin 1778.

7.2. Prix Mignot de Montigny. Prix sur la garance, 1785

  • 90  « Supplément au mémoire qui a été présenté à l’Académie royale des sciences de Paris en janvier 17 (...)
  • 91  Le jury est cette fois-ci composé de Cadet, Baumé, Fourcroy et Lavoisier. Lavoisier, Œuvres, Paris (...)

84Que cela soit à Sèvres pour la porcelaine ou à l’Académie pour la teinture, Montigny s’est profondément consacré à l’avancement des arts. Dans son testament daté du 13 mars 1782, il lègue à l’Académie la somme de mille cinq cents livres pour que celle-ci organise tous les ans un prix de chimie se rapportant aux arts. Le premier prix de chimie proposé en 1783 pour l’année 1785 a pour objet « l’analyse de la garance et de la cochenille comparée avec le fernambouc [bois de Brésil] et le campêche [bois d’Inde] ». Le seul mémoire présenté en 1785 est celui de l’association Hequet d’Orval-Ribeaucourt. Ce mémoire solitaire est jugé trop peu novateur et le prix reporté une première fois à l’année suivante, puis en 1789. En 1786, le seul candidat restant en liste, Hequet d’Orval90, ne semble pas avoir répondu correctement aux exigences du jury car la question fut retirée et remplacée par « l’art du tannage ». Le prix Mignot de Montigny ne fut donc finalement jamais décerné91.

85À la fin du siècle, l’implication de l’Académie dans ces prix la met donc directement en relation avec les sociétés d’artisans. La teinture est devenue un sujet digne du monde savant.

8. Les publications

  • 92  Berthollet, Éléments de l’art de la teinture, Paris, Didot, 1791.

86Jusqu’à la publication en 1791 des Éléments de l’art de la teinture de Berthollet92, les deux principaux ouvrages sur la teinture publiés au XVIIIe siècle dans le cadre de l’Académie sont de la main de Macquer.

8.1. L’art de la teinture en soie (1763)

  • 93  Pierre-Joseph Macquer, L’art de la teinture en soie, Académie des sciences, description des Arts e (...)

87Pour écrire cet art de la teinture en soie93, Macquer s’est immergé dans l’atelier d’un artisan de teinture en soie resté malheureusement inconnu. Selon ses dires, il en rapporte fidèlement les opérations et écrit dans l’avant-propos : « je suivis exactement le détail de toutes ses opérations, et je les rédigeai par écrit ». L’ouvrage débute par des généralités sur l’action de l’eau sur les matières colorantes, ce qui permet à Macquer de les diviser en matière extractive, résino-extractive – partiellement soluble dans l’eau – ou résineuse soluble dans un sel alkali. Mais la solubilité dans l’eau n’est pas une condition suffisante de tenue sur le tissu, il faut aussi utiliser un mordant car la teinture est aussi fondamentalement liée à la nature de l’étoffe. Macquer décrit ensuite minutieusement le traitement préparatoire de la soie : le décreusage ou la cuite destinés à la débarrasser de son enduit, le blanchiment et le soufrage, enfin l’alunage – mordançage sans lequel la plupart des couleurs ne pourraient s’appliquer sur les matières à teindre ou du moins n’auraient ni beauté ni solidité.

  • 94  Ibid., p.12. La concentration du bain est déterminée « en en mettant un peu sur la langue ».

Ce sel [l’alun] réunit deux propriétés admirables & de la plus grande importance pour les arts de la teinture ; il rehausse l’éclat d’une infinité de couleurs & les fixe sur les matières teintes d’une manière solide & durable94.

  • 95  Du jaune ; Du rouge et cramoisi fin ; Du vert ; Du violet fin ; Du marron, cannelle et lie de vin  (...)

88La soie étant ainsi préparée, il reste à la teindre de différentes couleurs, chacune d’entre elles nécessitant un colorant et une technique particulière95. Comme les planches de l’Encyclopédie qui reproduisent les pratiques tinctoriales telles qu’elles s’organisent aux Gobelins au milieu du XVIIIe siècle, les six planches de L’art de la teinture en soie font pénétrer le lecteur dans l’atelier d’un teinturier en soie. Après le détail des chaudières, enterrées pour permettre à l’ouvrier de travailler à niveau, l’intérieur de l’atelier décrit l’opération de la cuite. Les soies sont ensuite lavées à la rivière. Viennent ensuite les cuves à indigo et le séchoir. La dernière planche permet de visiter l’atelier de teinture de carthame, couleur extractive qui s’extrait à l’eau.

8.2. Prospectus et plan d’une description générale de l’art de la teinture (1781)

  • 96  Cette somme de 4600 livres sera versée à Macquer par la caisse du Commerce pendant toute la durée (...)
  • 97  PV du 14 novembre 1781 folio 220 recto et du 12 décembre 1781 folio 231 recto. Un compte rendu de (...)
  • 98  PV du 15 décembre 1781 folios 236 recto-237 recto.

89En mai 1781, les Intendants du Bureau du Commerce demandent à Macquer par la voie de leur Directeur de revoir les anciens règlements et de rédiger un traité « pratique qui fut à portée de tous les artistes ». Il lui est accordé pour ce travail un traitement exceptionnel de quatre mille livres annuelles en supplément de sa rétribution de commissaire. A cette somme s’ajoutent six cents livres destinées à rétribuer un homme « chargé des gros travaux qu’occasionneront les séries d’expériences »96. C’est une commande du Bureau du Commerce mais Macquer saisit l’opportunité de la séance publique de l’Académie pour lire le Prospectus de son traité et exposer son plan97 et de Montigny, chargé d’examiner la demande d’impression que Macquer a adressée à l’Académie, en fait un rapport élogieux98.

90Le plan de Macquer est original car il organise son traité par couleur et non plus suivant l’ordre traditionnel par support comme auparavant : la laine par Hellot, la soie par lui-même, le fil de coton ou de chanvre par Le Pileur d’Apligny. Pour Macquer la comparaison de l’action d’une même couleur appliquée sur différentes fibres, celle des différentes techniques utilisées et celle des différents mordants doivent s’avérer fructueuses. Il promet de grouper ces différentes données dans un tableau comparatif. La théorie reste cependant indispensable car seule une analyse chimique précise et exacte des matières colorantes, comme celle qui a été réalisée sur l’indigo, permettra de répondre aux principales questions posées par la teinture :

1°. Pourquoi certaines couleurs s’appliquent solidement sans le secours d’aucune préparation ? 

2°. Pourquoi les autres ne peuvent s’appliquer & s’assurer que par le moyen des mordants ? 

  • 99  Macquer, Prospectus et plan d’une description générale de l’Art de la teinture, Paris, Imprimerie (...)

3° Pourquoi parmi ces dernières les unes s’attachent d’une manière solide et durable, tandis que les autres, sur les mêmes étoffes, avec le secours des mêmes mordants, & par les mêmes manipulations, ne donnent que des couleurs fugitives qui n’ont aucune solidité ?99.

91La première partie de l’ouvrage sera consacrée à la diffusion du savoir-faire déjà acquis dans les principales manufactures et par les plus habiles teinturiers. Macquer comparera ensuite les effets d’une même couleur sur les différentes matières teintes, il décrira enfin l’analyse chimique précise et étendue qu’il aura effectuée sur les ingrédients dont on tire la couleur concernée.

  • 100  Le salaire demandé est de 900 livres annuelles la première année puis de 1200 livres les années su (...)

92Mais la tâche est immense. Macquer se sent trop seul pour une telle entreprise. Il ne peut espérer « conduire jusqu’à sa fin un Ouvrage qui, pour être parfaitement bien fait, exigera peut-être la vie de plusieurs hommes ». Il appelle à l’aide tous les amoureux des Sciences, des Arts et du bien public. Les propositions ne se font d’ailleurs pas attendre. Dès la parution du Prospectus, le Bureau du Commerce reçoit une offre de collaboration d’un teinturier de nationalité allemande, Régnier Muschen. Ce dernier n’est pas un inconnu : il travaille à la manufacture de Quatremère, il a déjà travaillé au Gobelins. Il propose, moyennant salaire et mise à disposition d’un atelier, de collaborer avec Macquer et de lui faire part « sans réserve à toutes les pratiques de teinture qu’il a apprises en Allemagne, en Hollande et en Angleterre où il a travaillé assez longtemps ». Macquer ne s’oppose pas à cette demande dont il entrevoit tout l’intérêt mais Muschen est étranger, il ne parle pas suffisamment bien le français et la prudence demande de le connaître davantage avant de s’engager100. Le décès de Macquer avant la publication de l’ouvrage empêchera cette collaboration.

9. Conclusion

93Au cours du XVIIIe siècle, la teinture abandonne le monde des artisans teinturiers pour intéresser le monde savant et les académiciens. Preuve de ce nouvel intérêt des chimistes par lequel la teinture acquiert de nouvelles lettres de noblesse, la teinture sort des ateliers pour entrer à l’Académie avant de s’enseigner comme la chimie. Macquer consacre tout un chapitre de son cours de chimie au Jardin du Roi à l’art de la teinture et Mésaize, un apothicaire de Rouen, propose en 1781 d’ouvrir dans son officine un cours particulier de chimie destiné aux artisans teinturiers. Mais le chemin est encore long. Dans les deux versions de son Dictionnaire, dans l’Art de la teinture en soie jusqu’à son cours de chimie au jardin du Roi à partir de 1770, Macquer appelle à l’aide toute la communauté scientifique pour que la science chimique permette d’approfondir l’art de la teinture. La tâche est immense et, au décès de Macquer, c’est Berthollet qui prendra la relève et achèvera l’ouvrage sur l’Art de la teinture.

Haut de page

Notes

1  Bibliothèque du Muséum d’histoire naturelle, Ms 283 (I), p. 1. Ce texte n’a pas été repris dans l’introduction du mémoire. Les passages barrés le sont dans le manuscrit.

2  Académie des sciences, Table des matières contenues dans les registres de l’Académie des sciences 1667-1781.

3  Par exemple celui de Réaumur, « découverte d’une nouvelle teinture de pourpre et diverses expériences pour la comparer avec celle que les Anciens tiroient de quelques especes de Coquillages que nous trouvons sur nos Côtes de l’Océan ». Mémoire lu le 14 novembre 1711et publié dans les Mémoires de l’Académie royale des sciences, 1711, 166-200

4  Pierre Bonnassieux, Conseil de commerce et Bureau du commerce 1700-1791. Inventaire analytique des procès verbaux, Paris, Imprimerie nationale, 1900, voir l’introduction ; Harold T. Parker, An Administrative Bureau during the Old Regime: The Bureau of Commerce and its Relations to French Industry from May 1781 to November 1783, University of Delaware Press, London, Toronto, Associated University Press, 1993. Pour une illustration des mémoires académiques de Macquer et de son rôle d’expert au Bureau du Commerce voir Christine Lehman, « Pierre-Joseph Macquer an Eighteenth-Century artisanal-scientific expert », numéro spécial : « Artisanal-Scientific Experts in Eighteenth-century France and Germany », dirigé par Ursula Klein, Annals of Science, à paraître 2012.

5  Lettres, instructions et mémoire de Colbert publiés d’après les ordres de l’Empereur, Pierre Clément (ed.), Paris, 1861, Vol II, 1ère partie, pp. cli-clii. Cité par John J. Beer, « Eighteenth-Century Theories on the Process of Dyeing», Isis, 31, 1960, 21-30.

6  Voir Agustí Nieto-Galan, « Between Crafts Routines and Academic Rules: Natural Dyestuffs and the Art of Dyeing in the Eighteenth-Century”, édité par Ursula Klein and E. C. Spary, Materials and Expertise inEarly Modern Europe, University of Chicago Press, 2010, 330-333.

7  H. Wescher, « The French Dyeing Industry and its Reorganization by Colbert », Ciba Review, 18, 1939, 643-646. Beer, « Eighteenth-Century Theories …», Isis, 1760,22-23.

8  Voir Henry Guerlac, « Some French Antecedents of Chemical Revolution», Chymia, n°5, 1959, 78-80.

9  Bernard de Fontenelle, « Eloge de M. Du Fay », Histoire de l’Académie royale des sciences, 1739, 73-83.

10  « j’ai voulu m’instruire sur cette matière par le secours des ouvriers ; j’ai été obligé de travailler long-temps avec plusieurs d’entr’eux pour parvenir à acquérir les connoissances de pratique qui m’étoient absolument nécessaires », Du Fay, « Observations physiques sur le meslange de quelques couleurs dans la teinture », Mémoires de l’Académie royale des sciences, 1737, 253-254.

11  Voir le rapport sur le mémoire de M. Du Fay sur l’indigo et les autres substances, AN F12 1329. Du Fay demande dans ce mémoire de retrancher absolument des règlements « les articles qui prescrivent la quanti d’indigo qu’on doit employer avec le pastel, et la vouëde, aussi bien que ceux où il est parlé de l’indigo comme une fausse couleur. Ainsi sans rien ordonner de nouveau, on ne feroit que supprimer une defense, dont on sait que plusieurs teinturiers n’ont pas fait difficulté de s’affranchir aux mesmes et l’on permettroit à tous l’usage de la cuve d’indigo, sans cependant le leur ordonner ». Il ne s’agit donc pas d’un nouveau règlement. La grande liberté laissée aux teinturiers n’aura pas d’influence néfaste sur la culture du pastel et de la vouëde. Leur consommation diminuera progressivement au profit de celle de l’indigo.

12  Pierre Bonnassieux, Conseil du Commerce et Bureau du Commerce 1700-1791. Inventaire analytique des procès verbaux, pp. 194b ; 202a ; 213b ; 251a.

13  Du Fay, « Observations physiques sur le meslange de quelques couleurs dans la teinture », Mémoires de l’Académie royale des sciences, 1737, 253-268 et Histoire de l’Académie royale des sciences, 1737, 58-62. Pour une analyse du mémoire voir Beer, “Eighteenth-Century Theories…”, Isis, 1760,24-25.

14  Berthollet, Éléments de l’art de la teinture, Paris, Didot, 1791, introduction, xxxviii ou Paris, Didot, an XIII (1804), Vol 1, p. 63 ; H. Wescher, « Great Masters of Dyeing in 18th Century France”, Ciba Review, 18, 1939, 626-641, 632 ; Bernadette Bensaude-Vincent, Agustí Nieto-Galan, “Theories of dyeing: a view on a long-standing controversy through the works of Jean-François Persoz” in Robert Fox and Agustí Nieto-Galan (Eds), Natural dyestuffs and Industrial Culture in Europe, 1750-1800, Canton MA, Science History Publications, 1999, pp. 4-5.

15  « L’expérience nous apprend que tous les ingrédients colorants ne s’appliquent pas également à l’étoffe, & n’y adherent pas avec la même force ; le pastel, l’indigo, la cochenille, le kermes & plusieurs autres s’arrêtent à la surface de l’étoffe, comme si la force avec laquelle les parties de ces ingrédients s’y appliquent, ne leur permettoit pas de pénétrer jusqu’au fond de l’étoffe », Du Fay, « Observations physiques… », Mémoires de l’Académie royale des sciences, 1737, 258.

16  Jean Hellot, « Théorie chymique de la teinture des étoffes », le premier mémoire est lu le 25 juin 1740 et le second le 20 mai 1741, Mémoires de l’Académie royale des sciences, 1740, 126-148 ; 1741, 38-61 et Histoire de l’Académie royale des sciences, 1740, 59-61 et 1741 79-80. Pour une analyse de la théorie de Hellot sur la teinture voir Beer, “Eighteenth-Century Theories…”, Isis, 1760,25-27 et Doru Todericiu, Jean Hellot. Chimie appliquée et technologie chimique au milieu du XVIIIesiècle, Paris 1975, pp. 294-311. Plus généralement sur Hellot voir l’inventaire de ses cahiers dans A. Birembaut et G. Thuillier, « Une source inédite : les cahiers du chimiste Jean Hellot (1685-1766), Annales, 2, 1966, 357-364.

17  Hellot, « Théorie chymique de la teinture des étoffes », premier mémoire, Mémoires de l’Académie royale des sciences, 1740, 128. Fontenelle, « Éloge de M. Hellot », Histoire de l’Académie royale des sciences, 1766, 167-179.

18  Jean Hellot, L’art de la teinture des laines et des étoffes des laines, en grand et petit teint, avec une instruction sur les débouillis, Paris : Thomas Hérissant, 1750. Berthollet reconnaît par ailleurs en 1791 dans l’introduction (p. xxxix) de ses Éléments de l’art de la teinture que « c’est le meilleur traité qu’on ait sur ce sujet ». Pour une analyse de ce traité et ses diverses traductions voir Todericiu, Jean Hellot. 1975, pp. 311-324.

19  H. Wescher, « Great Masters of Dyeing…», Ciba Review, 1939, 633-635.

20  L. J. M. Coleby, « A History of Prussian Blue », Annals of Science, 1939, 4, 206-211; Alexander Kraft, « On the Discovery and History of Prussian Blue », Bulletin for the history of chemistry, 2008, 33, 61-67.Stahl évoque la découverte du bleu de Prusse dans ses « Experimenta, Observationes, Animadversiones CCC numero etc… », Berolini, 1731, 281.

21  « Noticia Caerulei Berolinensis Nuper Inventi », Miscellanea Berolinensia ad incrementum Scientiarum, 1710, 1, 377-378.

22  La correspondance établie entre Johann Leonhard Frisch (1666-1743) et Gottfried Wilhem Leibniz fait mention de la fabrication et de la vente par Frisch de ce bleu de Prusse. Voir Alexander Kraft, « On the Discovery of Prussian Blue », Bulletin for the History of Chemistry, 2008, 62-63.

23  « Præparatio Cærulei Prussiaci ex Germaniâ missa ad Johannem Woodward », Philosophical Transactions, 1724, 33, 15- 17.

24  Il semble que l’alun ne sert qu’à fixer la couleur, et il est souvent utilisé dans ce but par les teinturiers, quand à l’esprit de sel, il augmente l’intensité de la couleur

25  John Brown, Chymist F. R. S., « Observations and Experiments upon the foregoing Preparation », Philosophical Transactions, 1724, 33, 17-24.

26  Ibid., 21.

27  Brown retrouve la couleur métallique du cuivre. Comme on le verra par la suite, l’abbé Menon s’appuiera sur cette observation pour affirmer que la couleur obtenue est celle du métal pur.

28  Brown, « Observations and Experiments …», Philosophical Transactions, 1724, 24

29  Bernard Joly, « Etienne-François Geoffroy, un chimiste français entre l’Angleterre et l’Allemagne », José Ramón Bertomeu-Sánchez, Duncan Thorburn Burns, Brigitte Van Tiggelen (eds.), Neighbours and Territories. The Evolving Identity of Chemistry, Louvain-la-neuve, Mémosciences, 2008, pp. 105-114.

30  Etienne-François Geoffroy, « Observations sur la préparation du Bleu de Prusse ou de Berlin », Mémoires de l’Académie royale des sciences, 1725 (1727), 153-172. Voir aussi Histoire de l’Académie royale des sciences, 1725 (1727), 33-38.

31  Etienne-François Geoffroy, « Nouvelles observations sur la préparation du Bleu de Prusse », Mémoires de l’Académie royale des sciences, 1725 (1727), 220-237.

32  Elle est signalée par exemple par Fontenelle dans l’éloge du Président de Maisons, Jean-René de Longueil (1699-1731) : « M. de Maisons a fait lui-même dans le Laboratoire, le Bleu de Prusse, le plus parfait que l’on ait encore dans cette espèce de couleur », Bernard le Bovier de Fontenelle, « Éloge de Monsieur le Président de Maisons », Histoire de l’Académie royale des sciences, 1731, 109-111.

33  Claude-Joseph Geoffroy, « Differens moyens de rendre le Bleu de Prusse plus solide à l’air & plus facile à préparer », Mémoires de l’Académie royale des sciences, 1743, 33-50.

34  Il sera nommé, par Réaumur, correspondant de l’Académie des sciences le 20 décembre 1747 et à ce titre aura droit d’assister aux assemblées. Dossier biographique Menon, lettre du 2 janvier 1748. Il décède à Paris le 2 septembre 1749. Il est responsable du cabinet de Réaumur les dix derniers mois de sa vie.

35  M. l’abbé Ménon, « Mémoire sur le bleu de Prusse », Mémoires présentés à l’Académie royale des sciences par les sçavans étrangers, 1750, vol.1, premier mémoire 563-572. Le mémoire est transmis à l’Académie par le biais de Réaumur.

36  M. l’abbé Ménon, « Mémoire sur le bleu de Prusse », Mémoires présentés à l’Académie royale des sciences par les sçavans étrangers, 1750, vol.1, second mémoire 573-592. Rouelle et Hellot sont nommés commissaires mais le rapport est de la main de Hellot, PV du 26 avril 1749, folios 250-252. Pochette de séance du 26 avril 1749. Hellot résume les deux mémoires et met en doute la présence du « vrai fer » dans le vitriol tout en reconnaissant que l’encre faite avec le vitriol et la noix de galle montre qu’il y a dans le vitriol une infime partie de « vrai fer ».

37  Rapport de Rouelle, Procès verbaux Académie des sciences (PV), 10 janvier 1748, pp. 2-5. Il faut noter la présence de Claude-Joseph Geoffroy, Hellot et Macquer lors de la lecture de ce rapport. La critique principale porte sur l’origine de l’alkali utilisé : « Il est donc necessaire que Mr M… repete son experience avec un alkali fixe pur tel qu’une exacte chymie le demande c’est à dire non seulement qu’il soit privé de tout alliage de sels étrangers mais même du principe huileux tel qu’un excellent sel de tartre et alors son experience aura toute la solidité qu’on peut souhaiter ». Dans une lettre adressée à Réaumur et datée du 2 janvier 1748, Menon accepte volontiers les remarques de Rouelle et invoque le manque de documentation disponible pour justifier sa méconnaissance des premiers mémoires de Geoffroy : « Il n’y a en cette ville que quelques volumes separés des memoires de L’Acad. des sciences, ce que j’avais vû sur le bleu de Prusse n’etoit que par extait… ». Voir dossier biographique de Menon, Académie des sciences.

38  Pierre-Joseph Macquer, « Sur une nouvelle espèce de Teinture bleue dans laquelle il n’entre ni Pastel, ni Indigo », Mémoires de l’Académie royale des sciences, 1749 (1753), 255-263 ; Histoire de l’Académie royale des sciences, 1749, 111-115. Lecture du mémoire les 16 et 26 avril 1749 (PV 1749 folios 204-208 et 249). Une partie du brouillon de ce mémoire est conservé à la bibliothèque du Muséum d’histoire naturelle de Paris, Ms 283 (I).

39  Macquer, « Sur une nouvelle espèce de Teinture bleue … », 257-262. Pour un examen détaillé des différentes opérations voir L. J. M. Coleby, The Chemical Studies of P. J. Macquer, London : Georges Allen and Unwin LDT, 1938, pp. 85-87.

40  M. l’abbé Ménon, « Mémoire sur le bleu de Prusse », Mémoires présentés à l’Académie royale des sciences par les sçavans étrangers, 1750, vol.1, second mémoire, 589.

41  Rapport de Hellot, PV du 26 avril 1749, folio 252 ou pochette de séance p.6. Ce rapport est lu le même jour que la seconde partie du mémoire de Macquer.

42  Lettre de Macquer à Monseigneur de Machault, Contrôleur Général des finances, AN F12 2259. Cette lettre n’est pas datée mais une note manuscrite indique que le rapport de Hellot, commissaire du commerce pour les teintures a été remis le 22 octobre 1748. Sur les qualités des couleurs voir Sarah Loewengard, The Creation of Colors in Eighteenth-Century Europe, New York: Columbia University Press, 2007 ; http://www.gutenberg-e.org/lowengard/.

43  Rapport de Hellot, AN F12 2259. Hellot recommande aussi l’essai en grand. Devant l’impossibilité de faire cet essai dans un laboratoire de chimie, il recommande même le teinturier, Mr Guerin à Saint Denis, chez qui cet essai pourrait avoir lieu. La dernière phrase du rapport « Je me suis un peu trop expliqué sur le secret de Mr Macquer, mais il n’y a rien à craindre pourvû qu’un chimiste ne voit pas ce rapport ; un teinturier n’y entendra rien » est révélatrice de l’exercice difficile auquel doit se livrer le commissaire du Commerce : valoriser l’invention tout en conservant son secret.

44  Comme le montre ce passage de la lettre qu’il lui écrit le 21 avril 1749 : « C’eut été m’obliger que de passer mon nom sous silence. Si vous aviez pris ce dernier parti je vous aurois laissé jouir en paix de tout l’honneur que vous prétendez retirer de la nouvelle teinture », bibliothèque du Muséum d’histoire naturelle, Ms 283, V lettre 2. La totalité de la lettre est perdue il ne reste que la feuille 7. La date de cette lettre est à retenir car elle est envoyée juste une semaine après la première lecture du mémoire de Macquer.

45  « Sur une nouvelle espece de tinture bleue dans laquelle il n’entre ny pastel ny indigo », note manuscrite bibliothèque du Muséum d’histoire naturelle, Ms 2528.

46  Hellot fait valoir cette originalité et demande une rétribution exceptionnelle au Bureau du Commerce pour aider Menon à poursuivre sa recherche. Il fait parvenir au Bureau du Commerce un mouchoir teint par Menon avec le vitriol de cuivre : « Il est fait, comme celui de M Macquer, sans indigo ni pastel ; mais au lieu du fer, il a employé le cuivre ; ce qui n’a jamais été fait que par lui. Ce bleu se met à la plume, au pinceau et peut s’imprimer avec des planches de bois gravé ». Ce « bleu de cuivre » supporte le savonnage à l’eau bouillante. AN F12 2259.

47  Hellot est en effet apparenté avec Claude-Joseph qui a épousé l’une de ses cousines. Académie des sciences, dossier Carrière 22879 : au sujet de Hellot: « il loge rue Bourtibourg chez Mr Geoffroy, 26 février 1749 ».

48  Académie des sciences, pli cacheté n°23 déposé le 23 avril 1749, soit une semaine après la première lecture de Macquer. Les parties en italique sont soulignées dans le texte. Ce pli est ouvert à la demande de M. René Fric le 27 octobre 1954. La conclusion du commissaire pour lequel ce pli n’a qu’une « valeur d’antiquité », c'est-à-dire « d’autographe ancien, curieux par son contenu et en très bon état », révèle l’évolution du regard des historiens des sciences sur la chimie du XVIIIe siècle.

49  Macquer, « Examen chymique du bleu de Prusse », Mémoires de l’Académie royale des sciences, 1752 (1756), 60-77.

50  Coleby, The Chemical Studies of J. P. Macquer…, pp. 54-59.

51  Macquer, « Examen chymique du bleu de Prusse », 70. Cette interprétation sera reprise par Baumé dans son commentaire sur le bleu de Prusse : « Il se passe dans cette opération deux décompositions & deux nouvelles compositions ; c’est un exemple des affinités doubles que nous avons dit être composées de quatre corps ». Antoine Baumé, Manuel de Chymie ou exposé des opérations de la Chymie et de leurs produits, seconde édition, Paris : Didot, 1766, p. 209.

52  Voir les deux mémoires de Menon sur l’utilisation des pyrites comme source de matière inflammable.

53  Macquer, « Examen chymique du bleu de Prusse », 76.

54  Macquer, « Sur un moyen de teindre la soie en un rouge vif de Cochenille & de lui faire prendre plusieurs autres couleurs plus belles & plus solides que celles qu’on a faites jusqu’à présent », Mémoires de l’Académie royale des sciences, (1768), 82-90 ; Histoire de l’Académie royale des sciences, (1768), 54-57 

55  Macquer, L’art de la teinture en soie, Académie des sciences, description des Arts et Métiers, 1763.

56  Des notes d’expériences de décembre 1753 et janvier 1754 font état des différents ingrédients dans lesquels on peut faire bouillir la soie et de la difficulté de prise de couleur de la soie crue. Bibliothèque du Muséum, Ms 283 (1)

57  Macquer, « Sur un moyen de teindre la soie en un rouge vif », 1768, 88.

58  Il faut signaler qu’en 1765, soit trois ans avant la lecture du mémoire de Macquer, Hellot avait déclaré l’impossibilité de fixer la cochenille, matière animale, sur le coton, matière végétale : « La même analogie ne se trouve pas entre le coton et ces insectes : aussi, jusqu’à présent, n’a-t-on pû appliquer solidement le teint de la cochenille sur le fil, ni sur le coton, et je doute qu’on y parvienne jamais. J’ai fait là-dessus grand nombre d’expériences dont aucune ne m’a réussi ». Paris ce 10 novembre 1765. Archives nationales, F12 1330.

59  Macquer, Méthode pour teindre la soie en plusieurs nuances de rouge vif de cochenille, & autres couleurs, Paris, Imprimerie royale, 1769.

60  « Les teinturiers à qui je l’ai communiquée n’ont fait contre leur ordinaire aucune objection ». Lettre de Brisson, inspecteur des manufactures de Lyon, à Macquer datée du 10 juillet 1769, bibliothèque du Muséum d’histoire naturelle de Paris, Ms 283 (VI).

61  Macquer, Recherches sur la théorie de la teinture du coton en rouge de Garence connue sous le nom de Rouge d’Andrinople avec un nouveau procédé beaucoup plus simple et beaucoup plus court pour faire ce rouge aussi solide et encore plus beau, BNF, Ms Naf 2761, folios 147 recto-148 verso. Pour prouver son antériorité sur cette recherche, Macquer a ouvert ce pli lors de la séance du 14 juin 1775 à la fin de la lecture de son mémoire sur le rouge d’Andrinople. Il l’a rendu le jour même au secrétariat.

62  Macquer, Recherches sur les procédés par lesquels on teint en rouge solide de Garence les fils de coton, de chanvre et de lin avec des observations et des considérations générales sur le mordants en teinture, AN, F12 2259. Ce texte, qui n’a pas été publié dans Histoire et Mémoires de l’Académie royale des sciences de 1775, se termine par la confirmation de sa lecture en assemblée « commencé à lire dans l’assemblée de l’academie des sciences du mercredi 31 mai 1775 et fini dans celle du 14 juin de la même année. Il existe deux versions manuscrites de ce mémoire : l’une de 48 folios qui semble un premier brouillon et l’autre de 40 folios. C’est cette dernière version qui sert ici de référence. Voir PV folios 156 et 131 verso.

63  Macquer, Recherches sur les procédés par lesquels on teint en rouge solide de Garence les fils de coton…, folio 14.

64 Ibid., folio 16.

65 Ibid., folio 19.

66 Ibid., folio 40.

67  « Bergman parait être le premier qui ait complètement rapporté aux principes chimiques les phénomènes de la teinture », Berthollet, Éléments de l’art de la teinture, Paris, Didot, an XIII (1804), vol. 1, p. 63. Berthollet s’appuie sur l’analyse de l’indigo pour laquelle Bergman a obtenu un accessit au prix 1777 de l’Académie et qui a été publié avec les autres prix du concours dans les Mémoires des Sçavans étrangers, IX, 1780, 123-164.

68  Jean-Antoine Chaptal, L’art de la teinture du coton en rouge, Paris, Deterville, 1807, pp. 2 et 3.

69  Bernadette Bensaude-Vincent et Agustí Nieto-Galan, “Theories of Dyeing: A View on a Long-standing Controversy through the works of Jean-François Persoz”, Natural Dyestuffs…., 1999, p.6 ; Agustí Nieto-Galan, “Between Crafts Routines an Academic Rules: Natural Dyestuffs and the Art of Dyeing in the Eighteenth-Century”, Ursula Klein and E. C. Spary (Eds), Materials and Expertise inEarly Modern Europe, University of Chicago Press, 2010, p. 333.

70  Macquer, Dictionnaire de Chymie, Paris : Didot jeune, 1778, Tome IV, p. 26.

71  Macquer, Dépôt fait à l’Académie d’un procédé pour assurer sur la laine les teintures des bois d’inde et bois de Bresil et Procédé pour teindre la laine avec les bois d’inde et de Brésil en couleurs violettes et cramoisies du teint le plus solide et d’un plus bel œil que celles qui se font avec la cuve de bleu et la cochenille, Académie des sciences, pli cacheté n° 201, pochette du 4 août 1779. Voir PV 1779, folios 244 et 292 rectos.

72  Lettre de Durand à Macquer du 26 juillet 1779, bibliothèque du Muséum d’histoire naturelle de Paris, Ms 283 (VI). Cette lettre contient des échantillons qui attestent que le violet a bien supporté le bouillon de vinaigre, beaucoup mieux que le rouge. Cette technique semble avoir été commercialisée car, dans son prospectus de l’Art de la teinture, Macquer fait référence aux « belles manufactures de MM. Pétou & Décretot à Louviers » dans lesquelles « des draps teints en différentes nuances de pourpre et de violet, qui, sous le nom de couleurs Prune de Monsieur, ont pris une grande faveur dans le Public », Macquer, Prospectus et plan d’une description générale de l’Art de la teinture, Paris, Imprimerie de Monsieur, 1782, p.3.

73  PV du 19 novembre 1785, folio 222 recto.

74  Bibliothèque du Muséum d’histoire naturelle de Paris, Ms 283.

75  Mémoire sur la théorie des couleurs par M. de La Follie, pli cacheté déposé le 24 décembre 1767 et lu en séance par l’auteur le 31 août 1768. Lavoisier lit le rapport le 3 décembre 1768, pochettes des séances du 9 janvier et du 3 décembre 1768 ; PV du 3 décembre 1768, folios 244-251. Cette expertise sur la théorie des couleurs de La Folie signe la première collaboration de Macquer et Lavoisier sur un sujet de teinture.

76  PV du 23 juin 1778, folios 198 verso-199 verso.

77  Dans les manufactures et le commerce, la couleur ponceau est une teinte rouge mêlée de jaune, elle s’appelle ponceau fin si elle est claire, et mordorée si elle est foncée. PV Académie des sciences 17 décembre 1768, folios 281 verso-283 verso. Le rapport de la main de Macquer est dans la pochette de séance.

78  PV Académie des sciences 3 décembre 1768 folios 243 verso-244 recto.

79  PV Académie des sciences du 28 mai 1777, 349 recto-350 recto. La lettre est conservée dans la pochette de séance correspondante. Les commissaires, Macquer, de Montigny et Desmarets, sont nommés le 7 juin 1777 (PV 368 recto-verso et pochette de séance) et le rapport lu le 9 juillet suivant (PV 400 recto-403 recto et pochette de séance).

80  Bibliothèque du Muséum d’histoire naturelle Paris, Ms 283 (I). Les teinturiers n’ayant pas donné suite à l’expertise des commissaires académiques feront réaliser des épreuves en grand chez des teinturiers de Lyon, F12 2259.

81  « Pendant l’hiver 1777 à 1778 Monsieur le Comte d’Anguiviller m’a engagé à me joindre à Mrs Montucla et Soufflot à l’effet de faire aux Gobelins toutes les épreuves convenables pour reconnoître les differences entre les anciennes et les nouvelles teintures », Macquer, Principes tinttoresques par le S r Quemizet teinturier aux Gobelins,Bibliothèque du Muséum d’histoire naturelle Paris, Ms 283 (I).

82  La lettre de La Platrière, datée du 3 novembre 1774, est lue lors de la séance du 16 novembre suivant.

83  Prix extraordinaire proposé par l’Académie royale des sciences pour l’année 1777, Paris, Imprimerie royale, 1775.

84  Académie des sciences PV du 17 décembre 1775, folio 235. Minute manuscrite de Lavoisier, Fonds Lavoisier 1495, reproduit dans les Œuvres, Paris, Imprimerie impériale, 1868, tome IV, pp. 191-192. Voir à cette date les deux plumitifs de 1774, celui de la main de Lavoisier et celui de Grandjean de Fouchy, et ceux de 1775 à la date de la séance publique du 26 avril 1775, ainsi que la pochette de séance et le PV correspondant folio 113. Histoire de l’Académie royale des sciences, 1775, 40-41. Un rapport manuscrit de Macquer datant du 1er mai 1775 fait le point des différents échanges : Prix proposé au jugement de l’Academie R. des sciences sur un sujet relatif à l’art de la teinture par une compagnie zelée pour le progrès des arts, Archives nationales, F12 2259. Lettre adressée à Macquer le 14 mai 1775, bibliothèque du Muséum, Ms 283 (VIII).

85  On a vu que Macquer, de Montigny, Cadet et Tillet avaient déjà jugé des travaux sur la teinture. Lavoisier se sent peut-être novice dans cette tâche car les fiches d’aller et retour des épreuves de l’Académie aux membres du jury montrent qu’il juge deux fois les épreuves qui sont anonymes et simplement repérables par une devise, fonds Lavoisier 475 et 476. Le carton n°1 des prix de l’Académie (1774-1777) contient les rapports des différents membres du jury. Le registre des prix (p. 51) révèle aussi que les mémoires étaient souvent accompagnés de paquets cachetés contenant le résultat des expériences.

86  Académie des sciences, PV du 9 avril 1777, folio 256. Voir Ernest Maindron, Les fondations de prix à l’Académie des sciences ; les lauréats de l’Académie 1714-1880, Paris, Gauthier-Villars, 1881, page 35, et Histoire de l’Académie royale des sciences, 1777, 59.

87  Mémoires de Mathématiques et de Physique présentés à l’Académie royale des sciences par divers savans et lûs dans ses assemblées, 780, Tome IX, Quatremère (1-80 et 9 planches), Hequet d’Orval (81-120) et Bergman (120-164). Lors de la séance du 20 décembre 1777, Macquer lit la réponse positive de Bergman à l’invitation de l’Académie de publier son mémoire. L’autre lauréat n’a pas répondu à cette invitation.

88  Observations sur la Physique juillet 1777, 48 ; octobre 1777, 324-331 ; janvier 1778, 35-39 et mai 1778, 440-447.

89  De la teinture de tournesol ; De la garence ; Du curcuma ; De l’indigo ; De l’orcanet ; Des déboullis ; Du corps ligneux, Fonds Lavoisier 477, 479 et 480.

90  « Supplément au mémoire qui a été présenté à l’Académie royale des sciences de Paris en janvier 1785 », ce mémoire de 23 pages avec de magnifiques échantillons est reçu en décembre 1785 et présenté le 25 janvier 1786, Fonds Lavoisier 478. Le carton n°2 des prix de l’Académie contient l’original et une copie du premier mémoire ainsi qu’une copie du second mémoire. Ce dernier mémoire a été présenté par Hequet d’Orval (lettre et devise).

91  Le jury est cette fois-ci composé de Cadet, Baumé, Fourcroy et Lavoisier. Lavoisier, Œuvres, Paris, Imprimerie impériale, 1868, tome IV, p. 487 ; Ernest Maindron, Les fondations de prix à l’Académie des sciences ; les lauréats de l’Académie 1714-1880, Paris, Gauthier-Villars, 1881, page 40.

92  Berthollet, Éléments de l’art de la teinture, Paris, Didot, 1791.

93  Pierre-Joseph Macquer, L’art de la teinture en soie, Académie des sciences, description des Arts et Métiers, 1763.

94  Ibid., p.12. La concentration du bain est déterminée « en en mettant un peu sur la langue ».

95  Du jaune ; Du rouge et cramoisi fin ; Du vert ; Du violet fin ; Du marron, cannelle et lie de vin ; Du noir etc…

96  Cette somme de 4600 livres sera versée à Macquer par la caisse du Commerce pendant toute la durée du travail. Archives nationales F12 1329.

97  PV du 14 novembre 1781 folio 220 recto et du 12 décembre 1781 folio 231 recto. Un compte rendu de la séance publique du 14 novembre parait dans le Mercure de France du 5 décembre 1781, 196.

98  PV du 15 décembre 1781 folios 236 recto-237 recto.

99  Macquer, Prospectus et plan d’une description générale de l’Art de la teinture, Paris, Imprimerie de Monsieur, 1782, p.6.

100  Le salaire demandé est de 900 livres annuelles la première année puis de 1200 livres les années suivante ; l’atelier devra comporter deux pièces l’une pour la préparation des ingrédients, l’autre pour la teinture des étoffes. À cette demande s’ajoute celle d’une cuve pour le bleu « construite à la manière des hollandais ». Lorsque l’ouvrage sera achevé l’atelier pourra servir d’École de teinture. Archives nationales F12 2259.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Lehman, « L'art de la teinture à l'Académie royale des sciences au XVIIIe siècle », Methodos [En ligne], 12 | 2012, mis en ligne le 10 avril 2012, consulté le 30 août 2014. URL : http://methodos.revues.org/2874 ; DOI : 10.4000/methodos.2874

Haut de page

Auteur

Christine Lehman

Université Paris-Ouest Nanterre, EA 373- IREPH.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo Lille 3 - Sciences humaines et sociales
  • Revues.org